Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau ...
Voir le deal

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Maman les ptis zozios



Quelque part dans un palace des hauts de Marijoa. Tard dans la nuit,

La nuit est tombé depuis longtemps sur le domaine Albenas, et pourtant pas un seul serviteur n'est couché. Depuis les chambres jusqu'au cuisines, des salons jusqu'aux salles de gardes, dans les couloirs les halls et les corridors, tous les serviteurs sont debout, tendant une oreille craintive au terrible bruit qui se répercute depuis la tour jusqu'aux caves du château.

Ce cri qui fait frisonner les plus forts comme un vilain courant d'air froid et qui réduit les plus faibles a l'état de larves hoquetantes et tremblotantes, appuyant désespérément leurs mains sur leurs oreilles pour cesser d'entendre l'horrible hurlement.

OUIIIIIIIIIINNNNNN !

La haut. Dans sa chambre, Sainte Maria Isabella Albenas, huit ans, est en train de piquer une nouvelle fois une terrible crise de larmes.

OUIIIIIIIIIINNNNNN !

Bruits de pas précipités depuis les appartements Albenas. maman est la...

Et bien mon petit saint dragononichou d'amour, qu'est ce qui t'arrive ?
C'est Rotfield ! OUIIIIINNN !
Rotfield ? Ton varanléon d'Akkem apprivoisé ?
Noooonnn ! Rotfield, le perroquet !
Ah oooui... Et bien quoi Rotfield ?
Il est cassssssé !
Cassé ? Hum... Montre moi.

Dans les bras de sa maman, Sainte Maria Isabella Albenas, huit ans, se calme assez pour indiquer de la main la forme planquée sous son oreiller. Celle d'un de ses perroquets de Jaya dont la plus intéressante particularité est la constance avec laquelle ils gardent la tête tournée toujours dans la même direction telle des boussoles.

Sauf que celui la est on ne peut plus mort et qu'on lui a visiblement tordu le cou avec application.

Mais. mais pourquoi tu as fait ça mon amour ?
Parce queeeee !
Parce que quoi ?
Parce que toutes les autres elles en ont aussi. Et ils regardent dans la même direction que le mieeeen ! Alors je lui ai tourné la téte dans l'autre sens, et maintenant il est cassé !
Je comprends mieux...
Maman ?
Oui mon trésor d'amour ?
Tu m'aimes ?
Mais bien sur que je t'aimes, plus que tout.
Alors tu vas m'en donner un qui regarde dans l'autre direction ?
Mais oui mon dragononichou. Rendors toi, maman va s'occuper de ça tout de suite.

Dans le palais Albenas le calme revient. Et un immense soupir de soulagement parcours les pièces ou se trouvent les domestiques. Pour une fois, aucun d'eux ne souffrira des caprices de l'horrible môme.


Dernière édition par Red le Jeu 17 Juil 2014 - 16:47, édité 1 fois

    Toujours à Marijoa, mais plus bas, bien plus bas.

    Quoi ?! Pourriez vous répéter monsieur, je pense que je vous ai mal compris.
    Vous m'avez très bien compris agent Red. J'ai un besoin urgent d'un de ces piafs de Jaya. J'ai un besoin urgent d'un de ces piafs de Jaya et j'en veux un qui regarde exactement dans la direction opposé des autres. Et un besoin urgent ça veut dire tout de suite, et c'est vous qui êtes chargés de me le ramener.
    Mais monsieur, je suis un agent du Cipher Pol, c'est pas mon boulot !
    Votre boulot agent Red, c'est de faire très exactement ce que je vous dis de faire. Ou alors vous allez casser des cailloux à Tequila Wolf !
    Bon bon, ne nous énervons pas. Mais, si ces piafs regardent tous dans le même sens, comment je suis censé en trouver un qui regarde dans l'autre sens ? Je suis pas magicien moi !
    Les migrations.
    Hein ?
    Les migrations. Une fois tous les cinq ans, ces foutus piafs partent de Jayas et se rendent sur les blues pour se reproduire.
    Chouette voyage.
    Taisez vous agent Red ! A cette occasion donc, il nait un ou plusieurs petits qui contrairement au autres indiquent la direction de Jaya, ce qui leur permet de servir de guides aux autres pour rentrer. C'est un de ceux la qu'il faut !
    Pourquoi je les choperai pas a Jaya ?
    Parce que si on les laisse avec les autres, ils finissent par tourner la téte du bon coté. Vous allez donc prendre un bateau pour l'ilot flottant, trouver un de ces piafs, me le fourrer dans un sac et me le ramener au pas de course ! C'est clair ?
    Oui oui c'est clair. Je pars chasser la mouette, je suis fou de joie.
    Parfait.
    Bon, ben, j'y vais alors.
    STOP ! Vous n'avez pas pris connaissance des nouvelles directives liées à la formation des jeunes agents de terrain ?
    Euh... Moi les directives...
    Ce n'est pas grave, tirez donc un papier dans l'urne juste la.
    Euh, et je le déplie ?
    Oui oui, dépliez et lisez.
    Amarillys ? ça veut dire quoi ?
    ça veut dire qu'a partir d’aujourd’hui nous avons décidé de faire travailler en binôme des agents d'expérience, comme vous, avec des agents en formation. Félicitation !
    Quoi ?! En plus faut que je me farcisse un putain de bleu ?!
    Exactement, un putain de bleu pour l'agent Rouge, ça vous fera du bien. Maintenant tirez vous, je veux que vous ayez quitté marijoa dans deux heures !
    Aye aye chef !

      Enfin mon destin va pouvoir s’accomplir… Adieu l’école, bonjour le terrain. Bonjour le CP5. Vous verrez, vous ne serez pas déçu ! Confiez-moi n’importe quelle mission et je la réussirais ! Peu importe le prix, peu importe le danger !
      Je vous le promets, vous serez éblouis par mes capacités.

      Mais avant cela, il me faut d’abord trouver ce fichu bureau 503-2-5-A où l’on m’a convoquée. Et malgré mes capacités d’agent secret durement acquise cet objectif s’avère plus compliqué à trouver que je ne le pensais.
      Et pendant plusieurs minutes, me voilà prise au piège de ce labyrinthe de bureau, marchant toujours la tête haute, regardant chaque plan avec dédain et refusant clairement de demander mon chemin. Car, moi, l’agent Amaryllis depuis hier, ne dois monter aucune faiblesse, aucune hésitation. Et comme tout vient à point à qui sait attendre, mes pas finissent par m’amener pile poil dans les temps devant le bureau recherché où je manque de me faire rentrer dedans par un vieux schnock recouvert de rouge. L’ignorant le plus royalement du monde, je me glisse dans la pièce qu’il vient de quitter pour m’adresser à celui qui m’a faite venir ici.

      Bonjour, je suis l’agent Amaryllis. Vous m’avez demandé ?
      Agent Amaryllis ? Il faut croire que le hasard fait bien les choses… Tu viens de te faire attribuer ta première mission.
      Vraiment ? Et quelle est-elle ?!

      Mes yeux bruns deviennent jaunes sous l’excitation que je ne peux contrôler.

      Vos yeux… Hm Interessant.

      Ha ! Mince ! J’ai pas fait attention ! J’aurai du me contrôler. Dévoiler ses capacités des la première rencontre, c’est mal ! Quelle erreur minable ! D’autant que ce type à l’air un peu bizarre.
      Bon, faisons style de rien… Je reprends mes yeux marrons.

      Oui, bon, soit. Du coup, ma mission ?
      Oh, une recherche d’un certain volatile. Le détail se trouve avec l’agent Corbeau. Tu as du le croiser, il a quitté le bureau quand tu es entrée.
      Quoi ? Comment ça…
      Tu ferais bien de courir où il pourrait partir sans toi.
      Hein ?! Mais…
      Au cas où tu le loupes ici, la mission se déroule sur l’ïlot Flottant, dans North Blue. Bonne chance.
      Mais !
      J’ai du travail. Et toi aussi. Dehors !

      J’aurai bien répliqué, mais ça aurait été malvenu. Et bien sur, mes yeux ont trahi ma colère par une teinte rouge. Et le pire, c’est que ça a l’air d’amuser ce fameux Scorpio…
      Serrant les dents, je n’ai pas le temps de ruminer et file dans ces maudits couloirs, au pas de course cette fois, à la recherche de l’agent Corbeau tout habillé de rouge.
      Cela me parait tout de même invraisemblable ! Pourquoi Scorpio aurait-il confié MA mission à un autre agent ! Nous serions, au CP8, ce serait sans doute pour faire équipe ! Mais là, on est au CP5 ! On travaille en solo ici ! Alors pourquoi ?! Il veut qu’on se concurrence ? Hm… Possible.
      Et si c’est bien ça, je ne perdrais pas !

      Et pour ne pas perdre, la première étape consiste à retrouver l’ordre de mission. Et donc l’agent qui l’a. Hm. Je ne suis restée que quelques instant avec l’administrateur du CP5, il n’a donc pas pu partir bien loin…

      Là !

      L’agent corbeau lit tranquillement une feuille qui est sans doute ce que je cherche. Et bizarrement, ce type à l’air un peu dépité. Parfait, ma victoire n’en sera que plus simple !

      Bonjour, je suis l’Agent Amaryllis, ravie de vous connaître. Il parait que nous sommes sur la même mission, je peux voir ? Hm, hm, fort bien. Vous m’excuser un instant, je dois aller au petit coin.

      Non, je ne lui ai laissé aucune chance de parlé. Oui, je me suis volatilisée aussi vite que je suis arrivée.

      Et maintenant, je file au port. Avec un peu de chance, il n’a même pas vu la destination de la mission. Heureusement que Scorpio me l’a clairement dit, cela m’évite de perdre du temps bêtement à lire la paperasse que je viens de récupérer.
      J’aurai tout le temps de le lire une fois sur le navire.
      • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
      • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-


      M'enfin ?

      A peine le temps de consulter le dossier de l'agent en formation Amaryllis que déjà celle ci déboule de nulle part pour piquer ses fiches... C'est quoi son souci à celle la? Elle veut pas qu'on voie sa photo ? Et le respect du aux agents vétérans hein ? Il est ou le respect ? On leur apprend plus les bases ou quoi ?

      Je vais au petit coin ? Vraiment ?! C'est genre quoi, la plus mauvaise excuse de tous les temps juste après désolé j'ai piscine ? Et dire qu'il va falloir se la coltiner sur une mission. Quelle plaie.

      Pff...

      Bon, deux heures. Deux heures c'est court pour un lancement de mission dans les règles, surtout au vu des procédures bureaucratiques draconiennes qui régissent la vie des pauvres agents désireux de récupérer le matériel minimal nécessaire a leur survie dans tous plein de territoires hostiles. L'ilot flottant. autant dire l'enfer vert. Heureusement que Red est un négociateur rompu à la lutte contre toutes les tentacules grouillantes de la bureaucratie. Comme appeler directement un ami qui bosse au département attribution de matériel et qui doit à Red d'avoir enfin pu tenter sa chance avec une des plus belles filles du CP5...

      Salut André. C'est Red. J'ai besoin de matos en urgence, t'aurais pas un ordre de réquisition tout prés sous la main ou je pourrais rajouter des choses ?
      Bien sur. Tiens, j'ai une demande prioritaire a faire expédier sur un trou de North Blue. Boréa. Si tu t'occupes de l'expédition t'auras qu'a rajouter ce que tu veux.
      Au poil. T'es un frère...


      [...]

      Et donc, je vous mets tout ça sur une palette et je l'envoie a votre équipe sur Boréa.
      Ouais c'est ça. Sauf les derniers trucs de la liste que j’emmène moi même la bas.
      Hum...
      Y'a un souci ? Les papiers sont tamponnés non ?
      Oui oui ils sont tamponnés mais...
      Mais ?
      Et bien. Anti moustique, machette, guide de survie dans la jungle, antipoison spécial serpent, pastille d'épuration d'eau...
      Et ben ?
      Boréa. C'est une ile hivernale...
      Rahhh !


      [...]

      Arrivée au port avec en poche un anti moustique conquis de haute lutte, et un timing serré. Plus que vingt minutes pour lever l'ancre avant que les foudres de l'administrateur ne s'abattent sur le pauvre agent Red. Vingt minutes et toujours aucun retour de l'agent en stage de formation petit coin. Une disparition pas vraiment déplaisante pour un Red habitué à bosser seul, et pas vraiment joyeux à l'idée de devoir biberonner une bleue dans un environnement qui promet d’être moche. D'ailleurs, en y réfléchissant un peu, louper le bateau lui en apprendra surement bien plus qu'une mission réussie. Elle découvrira les vertus de l'exactitude et le sort on ne peut plus humiliant que Scorpio réserve a ceux qui le déçoivent. Formateur et salutaire c'est sur. Mieux pour tout le monde en fait.

      Red gagne d'un pas aussi tranquille qu'assurée la zone de la citadelle ou sont amarrés les navires courriers que la Marine attribue au Cipher Pol pour les déplacements des agents. Une corvée en forme de punition pour les équipages sélectionnés qui préfèrent étrangement transporter du courrier sans intérêt que des agents autoritaires et égocentriques auquel ils sont tenus d'obéir. Une situation attendue qui fait que les rares agents a manifester un peu d’intérêt pour leurs sous fifres se retrouvent vite avec du personnel parfaitement dévoué.

      Comme les marins de la mouette rieuse par exemple, avec qui l'agent Red a déjà effectué plusieurs boulots et qui sont une fois de plus tout a fait satisfait de se voir attribuer un agent connu et sociable.

      Bonjour monsieur. Vous arrivez juste à temps nous sommes parés à appareiller !
      Parfait lieutenant. Parfait. Rien a signaler ?
      Juste un détail monsieur. On a eu une certaine agent Alcéa qui est arrivée juste avant vous.
      Ah oui ? Tiens, je l'aurais pas crue capable de trouver le bateau toute seule.
      Et elle nous a ordonné de partir sans vous attendre.
      Vraiment ? ça c'est pas très gentil... Et elle est ou maintenant ?
      On lui a montré sa cabine monsieur. Et en vous attendant je crois qu'on l'a un peu enfermé dedans...
      Héhé. Alors ça. ça c'est vraiment parfait. Bravo lieutenant.
      Merci monsieur, a vot' service.
      Je vais m'en occuper maintenant. A vous le trajet.
      Bonne chance monsieur.

      Et une minute plus tard, c'est un Red plutôt moqueur qui va taper clé en main à la porte d'une cabine verrouillée.

      Agent amaryllis ? C'est l'agent Red. Vous êtes la ?
        Oui.

        Oui, je suis là. Mais pas derrière cette porte. Plutôt dans ton dos. Comme si c’est nigaud de bas étage pouvaient m’enfermer, moi, une agent du Cipher Pol ! Certes je suis nouvelle et je débute, mais de là à me sous estimer autant ! Mais qu’à cela ne tiennes. Me vanter devant ces minables est inutile, je les ai déjà suffisamment surpris en débarquant sur le pont juste après que l’agent Red se soit enfoncé dans le pont inférieur et leur demandant simplement la clé.

        Pathétiques marins inutiles. Je revois encore leurs yeux ébahis de me voir libre devant eux.

        Mais là n’est pas l’important.

        Je sors une liasse de papier de ma manche et le fout sous le nez de cet autre agent du CP5.

        Qu’est ce que c’est que ça ?!

        Mes yeux sont rouges colères. Comment se fait-il que cet agent possédait un dossier sur ma personne ? Hein ?
        L’homme au chapeau soupire et d’un geste vif, me prends les fiches.

        C’est un dossier sur vous.
        Mais ! Heyyyy !

        Mes pupilles deviennent plus ternes sous la honte de m’être faite avoir de la sorte. Mais je me reprends très vite.

        J’avais compris, ça, que c’était un dossier sur moi ! Mais qu’est ce que vous faites avec ?! Et pourquoi vous êtes sur la même missions que moi, hein ?

        Nouveau soupir, l’agent se frotte les yeux d’un air de dépits et de profond ennui.

        Je suis le chef de cette mission. Et vous vous êtes l’agent débutant que je suis chargé d’encadrer et de former pour qu’il apprenne à éviter de se jeter tête baissé dans un trou.
        Quoi ?! Mais mais ! Non ! Ce n’est pas possible ! Je suis déjà formée ! J’ai obtenue mon diplôme de CP haut la main ! Je…
        Ecoute gamine, le diplôme c’est bien mais les bouts de papier moi je me torche avec. Devenir un agent un vrai, ça se passe sur le terrain. Et sur le terrain, le patron, c’est moi. Va falloir que tu t’y fasses.

        Je reste bouche bée, ne sachant que répondre. Je me suis engagée dans le CP5 pour pouvoir faire mes preuves seules, et voilà qu’on me colle avec un formateur ?! C’est injuste, vraiment trop injuste.
        Mais soit. Puisque c’est ainsi, je trouverai tout de même un moyen de briller même avec ce type sur le dos. Croisant les bras et levant le menton d’un air fier et boudeur à la fois, je lui rétorque.

        Très bien. S’il le faut, j’obéirai. Mais soyez sûr que j’aurai très bien réussi cette mission seule. Et ne compter pas sûr moi pour vous appeler d’une façon stupide tel que « maitre » ou autre connerie du genre !

        Obéir est une chose, mais se soumettre, jamais !

        Et du coup, serait-ce trop demander que de pouvoir lire l’ordre de mission ?

        Mon ton reste hautain mais mes yeux sont devenus marrons.

        Tiens, on doit chopper un piaf.
        Un piaf ?
        Oui, un piaf, sur une île. Et j’ai pris ça comme matos pour la mission, t’as qu’à y jeter un œil.

        Alors ma première mission se résumerai à aller chercher un simple oiseau ?! Non… Il ne doit pas être simple, il doit avoir une utilité particulière…
        Hm…
        Un oiseau qui indiquerait la position de Jaya… Mais pour quoi faire ? Ah ! Je sais ! Sans doute dans le but de mener une attaque massive contre les pirates ! Oui ! Ça doit être ça !
        Mais pourquoi des oiseaux… ? Ils n’ont pas d’éternal pose pour Jaya ?

        Pour…

        Ah.
        Il est parti.

        Bon, soit. Si ce n’est pas indiqué, c’est que ça ne me regarde pas.
        Maintenant, j’ai le temps d’un voyage vers l’îlot flottant pour me préparer aussi bien physiquement que moralement à cette chasse à l’oiseau. J’aurai été prévenue plus tôt, j’aurai fais des recherches sur l’environnement de cette île, mais là…

        Bref, espérons juste que l’agent Red me laissera tranquille pendant le voyage.
        • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
        • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-

        -Comment ça on ne peut pas débarquer ? Je vois la cote !
        -Ben, c'est a cause de la Mangrove vous voyez ?
        -Mangrove ? Bof, moi la bouffe orientale...
        -Non non chef, vous y êtes pas. La Mangrove est un écosystème de marais maritime incluant un groupement de végétaux principalement ligneux spécifique, et ne se développant que dans la zone de balancement des marées appelée estran des côtes basses des régions tropicales...
        -Ah ?
        -Enfin, c'est le truc vert à la place de la cote quoi...
        -Et alors ?
        -Ben, pour schématiser, c'est comme des arbres, mais ça flotte. Mais du coup, même si on voit des arbres, la terre est vachement plus loin à l'intérieur. Et pas de terre, pas d'accostage.
        -Si ça flotte c'est qu'on peut accoster dessus !
        -Ben, accoster oui, si on veut.
        -Ah ben c'est clair, on veut. Rapport qu'on est venu pour ça quand même...
        -Ce que je veux dire c'est qu'on peut vous débarquer la. Mais ensuite soit vous sautez d'arbres en arbres jusqu’à la coté, soit vous nagez. Mais le bateau il passera pas, c'est trop serré.
        -Mouais. Ou alors vous voulez rester à vous la couler douce pendant que nous on va bosser dans la jungle.
        -Vraiment chef ?
        -Ouais bon... Ok. Alors on fait quoi ?
        -Ben, pour moi le mieux, c'est de prendre le canot.
        -La chaloupe ?
        -Non non, la chaloupe elle passer pas non plus, trop gros. Le canot, c'est ça.
        -Mais c'est tout petit !
        -Ouais, c'est un truc que Timmy a troqué la dernière fois qu'on est passé a Boréa. Les locaux appellent ça un kayak.
        -Et on monte à deux la dessus ?
        -Ben, normalement, si vous vous serrez et que vous faites attention, ça devrait aller. Et puis au moins, vous passerez la mangrove.
        -Mouais... J'en connais une qui va être contente tiens...
        -Bah, si elle veut pas vous grimper sur les genoux, vous aurez qu'a lui parler des crocos.
        -Quels crocos ?!

          Jelesdéteste, jelesdéteste, jelesDETESTE !
          Red ! Tu vas trop vite !

          Attention ! La branche !

          AAAH ! Quelque chose a bougé ! Je suis suis que ce tronc a bougé ! Là, celui là !

          C'est un crocodile ? C'est surement un crocodile !

          Bordelbordelbordel ! Et ils ont pas voulu m'apprendre le Geppou encore !

          Red ? Tu as le Geppou, hein ? Tu le maitrises ?
          Non ?! TU LE MAITRISES PAS ?!

          Mais mais mais !

          Comment on va faire alors ?!

          JE VEUX PAS MOURIR ! JE SUIS TROP JEUNE !


          Au passage de la chaloupe sous une branche basse je l'attrape et me hisse dessus. Piouf... Ici au moins, le crocodile ne m'aura pas. Je savais que c'était pas une bonne idée cette histoire de chaloupe et de Mangrove. Je le savais ! Mais non, ils ont insisté ! Et je suis sûre que si on avait fait le tour on aurait trouvé un endroit où accoster. C'est sûr !

          Red ? Tu devrais venir avec moi, hein ! Par les arbres c'est plus sûr !

          Il veut que je redescende...

          Non mais réfléchit Red ! C'est un oiseau qu'on cherche, donc ça doit vivre dans les arbres non ? Du coup, en passant par les arbres, on aura plus de chance de le trouver, tu ne crois pas ?

          ...
          Je crois que je ne l'ai pas convaincu...

          Oh ! Regarde ! Là ! Justement ! J'suis sûre que c'en est un de l'espèce qu'on cherche ! Vite, je vais l'attraper, suis moi !

          Mensonge de base, ponctuer par une avancée rapide vers l'endroit indiqué. J'escalade les branches sans trop de problème, ne regardant que la distance qui me sépare des grosses branches que j'estime parfaite pour faire le voyage jusqu'à la terre ferme.
          Au diable le canot ! Vive la voie des ai... r ?

          AIE ! AH ! LACHE MOI SALE BETE ! LACHE MOI LACHE MOI LACHE MOI !!!

          Je secoue ma main où un serpent vient d'enfoncer ses deux crochets et la secoue dans tous les sens. Mais la bête tient bon ! Alors je secoue plus fort ! En criant ! Faisant fuir toute source de vie craintive aux alentours ! Et je secoue plus fort ! Et puis, j'attrape le serpent qui ne veut pas se décrocher avec mon autre main et. et.

          Je tombe.

          AAAAAAAAAAAGGGGRRRRR !

          Plouf.
          • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
          • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-


          -Non !
          -Mais aideuhhh moi !
          -Non, n'agrippe pas la barque comme ça ! On va chavirer si tu essayes de monter !
          -Qu'est ce que tu fais avec cette rame ?!
          -C'est pour le croco !
          -Un croco ?! Ou ça ?!!
          -Ici !

          Et BAM !

          Coup de pagaie dans sa gueule. M'en vais la calmer moi l'hystérique ! La fille elle m'écoute pas, elle alerte tout le monde à une lieue à la ronde, elle se fait mordre, et en plus maintenant elle veut me foutre à l'eau ! Hors de question que je passe au bain de boue, moi, j'ai pas de problémes de peau.

          -MAIS T'ES MALADE !

          Et ReBAM !

          La môme boit la tasse et se décide enfin à fermer la bouche avant de se mettre à couler. D'un coup de gaffe je crochète ses fringues avant de la tirer vers la chaloupe pour la hisser à bord avant qu'elle se remette à gesticuler.. Un serpent bordel, elle a réussi a se faire mordre par un serpent. Ou j'ai mis l'aspivenin moi ?

          Hum...

          Ah oui, rangé dans ma cabine...

          Bon, pas de panique, penser procédure. Morsure de serpent... Pisser sur la plaie ? Non, ça c'est pour les méduses... Aspirer le venin. Bon... C'est parti !
          Essuyant rapidement le bras de miss CP je localise la morsure et je me lance. Aspirer, cracher. Aspirer, cracher, aspirer, cracher...

          L'enflure semble diminuer, Alcéa sort du coaltar et porte la main aux deux grosses bosses qui ornent son crane. Et a son regard je suis sur sans erreurs qu'elle mesure déjà la distance entre sa main et ma tête. S'agit de couper net l'envie. Après tout, je l'ai quand même peut être sauvé. De la main je la repousse au fond de la braque pendant que de l'autre je viens planter un couteau à deux doigts de son bras avant de lui balancer d'un air sombre.

          -Ptout ! J'espère que tu sens ton bras. Sinon il va falloir couper !


          Et ce n'est qu'en me rejetant en arrière pour éviter que sa baffe que je le vois lui. Lui, un vieux, un vieux à moitié à poil assis sur une branche comme si c'était le siège le plus confortable du monde a moins de deux mètres de moi sans que je l'ai même entendu approcher. Un vieux qui me regarde d'un air interrogatif tout en continuant à suçoter d'un air distrait ce qui ressemble à un petit os. Et qui me sourit en dévoilant une dentition composé d'un unique chicot solitaire...


          -Molodoko ?

          -Surtout ne fais pas de gestes brusques miss, si on le voit lui, il doit y en avoir des dizaines autour de nous... Et il parait que les vieux cannibales sont les pires de tous...

          Ils doivent mâchouiller la viande pendant des heures pour l'attendrir...

          En fait...

          Ils te mangeront surement en premier du coup.



            Comment ça en première ?! Tu sais, la graisse ça attendit vachement la viande ! Alors tu as vachement plus de chance que moi qui suis rachitique à souhait de te faire bouffer en premier !

            Non pas que Red soit bien gras, mais toujours plus que moi. Et puis, il mérite que je sois cinglante avec lui, vu les deux coups de pagaie !

            Non mais franchement, quand j'y pense ! Le mec, il est censé me formé ! Pas me maltraiter ! Si seulement j'étais pas si nouvelle au cipher pol...
            Si seulement j'avais de l'expérience ! Je lui ferai ravaler ses coups dans sa tronche de vieux schnock moi !

            Mais pour l'heure, y'en a un très vieux de schnock qui pose problème...

            Mais du coup, qu'est ce qu'on fait pour lui Môssieur le chef de mission ?
            Et bien...
            Attention !!!

            PAF !

            Un filet vient de lui tomber dessus ! Je pourrais m'inquiéter, prendre peur, crier, mais en faite, y'a qu'une seule chose qui me vient en tête.

            Tu vois, j'avais raison, ils préfèrent te manger toi avant moi.
            BOUGE !

            PAFbis.

            Deuxième filet, deuxième prise...

            Pfff. C'est vraiment nulle la jungle.

            Enfin, heureusement, les filets sont plutôt rudimentaire, du coup, il suffit de les tirer d'un côté pour les ôter de dessus nos têtes.
            Suite à notre libération, de nombreux "bruits" plaintifs se font entendre, genre déçu. Leur plan infaillible n'a pas marché. En même temps, vive le plan infaillible quoi...

            Mais du coup, on fait quoi ?

            Nan parce que, on est au milieu d'une eau bouillasseuse pleine de crocodile, entouré de mecs bizarres qui veulent nous bouffer, avec une seule pagaie et pas de Rokushiki pour nous sortir de là ! Bon sang, il aurait quand même pu me faire former par un type balèze plutôt que ce fanatique des chapeaux !

            Ziiiioup ping !

            Hein ? mes qu'est ce que c'est ?

            Chef ? Ta nuque ?!
            Argh ! Une fléchette !
            Hein ?! Une fléchette ?!

            Ziiiiioup ping !

            Aaah ! Mais qu'est ce que...

            C'est ? Hein ? Quoi ? Hey mais ! Je peux plus parler ! Je peux plus bouger ! Je ! Hey ! Red ! Fais quelque chose !!! On...
            On est paralysé !!!

            Je... Je veux pas mourir pour ma première mission !
            • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
            • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-

            Ah... La douceur et le calme des bains publiques une fois qu'on a viré tout le monde... On est seul, tranquillement allongé dans une eau parfumée et chauffée à une température idéale. Et on savoure enfin un long et agréable moment de vraie détente...

            On fait de petites vaguelettes dans l'eau avec la main, on sent sa fatigue s'évacuer lentement en même temps que la lassitude et la sueur et la saleté accumulée des ses derniers jours.

            -Red !

            On se sent devenir délicieusement mou et on se laisse glisser lentement en fermant presque les yeux et en commençant à s'assoupir... Et on espère que ça va durer éternellement. Alors on savoure et on écoute... Tout ces bruits lointains et étouffés... Le chuintement de l'eau qu'un esclave zélé déverse sur les pierres brulantes pour vous garder au chaud, le plic ploc discret et irrégulier des gouttes de condensation qui retombent dans le bassin après s’être refroidi sur le plafond.

            Il n'y a guère que ce bourdonnement lointain qui vient casser la perfection de l'instant, un bruit comme un cri éloigné, venant surement de la rue et qui parvient péniblement a se frayer un chemin jusqu'au calme du bassin.

            -Red !

            Hum ? Bizarre, personne ne le connait ici non? Ici ? Ici ou déja ? Impossible de se rappeller. Bizarre. Red à cette sensation confuse de louper quelque chose, comme un détail important qui serait la, juste à portée de la main mais pourtant obstinément hors de portée...

            Ce bain est trop chaud non ?

            -Mais réveille toi merde !

            Et pourquoi Alcéa est dans le bain elle aussi ? Les bains ne sont pas mixtes normalement...

            Red se réveille en sursaut. Il est plongé jusqu'au cou dans de la flotte fumante qui commence a devenir salement brulante, ligaturé façon gigot par tout un tas de fines cordelettes qui l’empêchent de se débattre. Et en face de lui, une Alcéa en tenue d'Eve qui vire à l'écrevisse et qui semble assez mal attaché pour lui filer des coups de pieds en lui hurlant des insultes.

            -Hé mais ! On est en train de cuire !!
            -Bon résumé de la situation oui ! Et t'as failli rater ça ! Maintenant, fais quelque chose !
            -Euh...

            Autour de la marmite s'étend un joli petit village typiquement tribal, tout à fait a sa place sur les dépliants
            touristiques de l'ile maléfique.  Des gens plus ou moins a poils vaquent à leurs activités, une bande de momes tous nus assis par terre fixe avec attention le couple en train de cuire en se léchant déjà les babines. Et juste a coté d'eux, Red repère enfin le type le plus important du coin, le cuistot.

            C'est le moment de faire appel a la solidarité de tout corps de métier, familier de la couverture de cuistot chez les pirates et fort de plusieurs contacts du troisiéme type avec de nombreuses populations autochtones, Red apostrophe immédiatement le maitre queue dans une douzaine de dialectes différents, jusqu'a en trouver un qui provoque un vague éclair de compréhension dans le regard de l’indigène. Inévitable, on ne peut pas cuisiner des étrangers sans finir par comprendre un peu ce qu'ils peuvent raconter... Et une fois qu'on cause avec le repas...

            -Hey, tu connais celle du dugong de la veuve et du marine d'élite ?

            Red se marre, le cuistot se marre, et cesse d'aiguiser son couteau pour touiller un peu le bouillon et rajouter des épices. échec...

            Tant pis. Il y a des fois ou la survie impose des choix désagréables, mais mieux vaut ça que mort. Et puis bon, c'est une tehcnique breveté par un paquet d'insectes...

            -Fais comme moi Alcéa ! On va leur gâcher le repas.

            Et au cuistot.
            -Hey mec ! Tu sais ce que je suis en train de faire hein ? Je pisse dans ta soupe ! AHAHAH !

            Il ne faut qu'une minute pour que le cuisinier constate de visu la terrible nouvelle, une autre pour qu'il ameute les villageois les plus proches pour leur exposer le soucis, et une de plus pour qu'a regret on décide de sortir la viande du jus dégueulasse ou elle macère pour la renvoyer sous la tente qui doit servir a stocker les produits frais...

            Ce n'est que partie remise, mais dix minutes de gagné, c'est toujours dix minutes...

            -Et maintenant ?
            -Ben, soit il faut qu'on a l'air tellement malade qu'ils pensent plus a nous manger, mais ils nous tueront peut être... Soit on essaye de les convaincre qu'on peut leur donner de la nourriture vachement plus sympa qu'une pauvre d'agent du Cipher Pol...

              Super.

              Mais alors là, vraiment, SU. PER.

              Alors c’est ça ?! On va mourir ici bêtement parce que t’es pas foutu d’être un agent efficace ?! Les agents du Cipher Pol, c’est censé être des types super balèzes ! Plus forts que n’importe qui ! Et pas des type qui se font bouffer par des sauvages et qui trouvent rien de mieux à faire que de pisser dans un chaudron !
              Fichu. Tout est fichu ! Ma carrière ! Mes rêves d’avenir ! Mon mariage somptueux avec le type le plus beau de toute la terre ! Fini ! Jamais je n’aurai droit au bonheur ! Tout ce que j’ai fait, pour rien ! Toutes mes heures d’entrainements, à rechercher la paix intérieure pour apprendre la maitrise parfaite de mon corps ! Inutile ! Du temps perdu !
              Quel intérêt de pouvoir changer la couleur de mes yeux, d’augmenter mes muscles ou même de contrôler mes cheveux alors qu’on va finir manger par des sauvages !


              Et alors que je pleure presque mais pas trop, sur mon sort, Red me regarde avec un air de dépits. Comme si vraiment, j’étais la pire. Mais il ne sait pas ! Il ne sait rien du tout ! J’étais la meilleure à l’entrainement ! La MEILLEURE !

              Parce que je suis une passionnée, une acharnée ! Et que rien ne compte plus à mes yeux que le travail bien fait, si ce n’est peut être Ike.

              Et c’est pour ça. POUR ÇA ! que je me suis entrainer jusqu’à apprendre le Retour à la Vie. LA technique ancestrale et la plus dure à apprendre de toutes les techniques du Cipher Pol.

              Le retour à la vie…

              Et soudain, c’est le déclic !

              Et mais ! Je maitrise le retour à la vie !
              Fais quelque chose d’utile alors au lieu de te plaindre !
              Oh, hé, ça va hein ! Sans moi, on était condamné alors tu ferais mieux de me remercier.

              Il me regarde, sans rien ajouté de plus. Je suis sûre que s’il pouvait taper du pied d’impatience il le ferait.

              Ça va, c’est bon… Tssss.

              Me concentrant, je ferme les yeux et plisse les ride de mon front dans l’espoir de faire pousser mes cheveux pour les contrôler jusqu’à attraper quelque chose…

              Mais alors ?! T’attends quoi ?!
              Non mais… En fait, les cheveux, c’est le truc avec lequel j’ai le plus de mal…
              Quoi ?!
              Tu me stresses ! C’est pour ça que j’y arrive pas ! Laisse moi me concentrer !

              Retentant ma chance, je ferme une seconde fois les yeux et me concentre sur ma crinière. Et soudain, je sens que j’y arrive ! Excité, je perds ma concentration et regarde Red, fière de moi !
              Mais lui n’a pas l’air convaincu.

              C’est pas avec dix centimètres de cheveux en plus que tu vas réussir a faire quoi que ce soit ! Alors dépêche-toi maintenant ! C’est une urgence !

              Je souffle. Ce qu’il m’énerve à avoir raison… Bon.

              Cette fois, je me concentre plus intensément et arrive finalement à étendre et faire voleter mes cheveux d’une façon pas très sûre vers la table au milieu de la tente.

              A droite, décale un peu a droite, y’a un couteau. Là ! Attrape-le et amène-le par là !

              Je suis sa voix et arrive à ramener le couteau vers nous. Au dernier moment, un bruit sourd dehors me fait perdre ma concentration et je lâche ma prise avec ma crinière, laissant tomber le couteau à deux millimètre de la jambe de Red.

              Mince… Désolé.

              Reprenant sur moi, je reprends le contrôle de mes cheveux et rattrape le couteau. Puis, je l’approche des liens qui entravent mon professeur de mission.

              Tu veux pas plutôt…

              Concentrée pour ne pas faire de connerie, je ne l’écoute pas et réussi à couper la corde avec brilleau, laissant ainsi a l’homme au chapeau rouge tout le loisir de se relever et me détacher à son tour.

              Heureusement que j’étais là pour nous sortir de cette situation délicate !

              Mais j’ai peut être parlé trop tôt, vu que le chef cuistot vient de revenir dans la tente et a pas l’air très heureux de nous voir debout sans être attaché. Parfait ! Je vais pouvoir lui faire la peau !

              Et sans réfléchir, je lui fonce dessus bien décider à lui coller mon poing dans sa figure !
              • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
              • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-


              -Pourquoi tu l'as mordu ?
              -Pour qu'il voit ce que ça fait d’être du mauvais coté de la fourchette !.
              -Hum...
              -Et puis pour gouter aussi. je comprends pourquoi ils font mariner la viande dans du bouillon. La c'est dur et ça manque de gout. Faudrait au moins un peu de sel.
              -Ne commence pas à chercher ! Tu n'as pas le temps de manger le cuistot maintenant ! il faut qu'on file, qu'on trouve ce piaf, et surtout qu'on fiche le camp de ce trou !
              Je pourrais en emmener juste un bout ? Pour faire des sandwichs ?

              Le regard excédé d'une agent au bord de la crise de nerfs me laisse supposer qu'avec encore une ou deux piques de ce genre et c'est moi que la miss sera prête à bouffer. Et après on s'étonne que je préfère travailler en solo. Franchement...Si on peut même plus se détendre pendant le travail...

              -Allez on dégage. File par le fond de la hutte, je te suis.

              Parce qu'il faut bien que quelqu'un gère les détails hein ? Après tout, c'est quand même moi le patron de la mission. Alors pendant qu'Alcéa découpe les feuilles du fond de la tente et se glisse dehors comme le plus souple des serpents, de mon coté je veille au grain. D'abord en récupérant rapidement quelques affaires utiles que je jette en vrac dans un des sacs du cuistot. Et ensuite en préparant la chose la plus utile à toute bonne fuite, une diversion !

              M'est avis qu'avec le village en feu, y'a des cannibales locaux qui vont avoir autre chose à foutre que courir après leur diner qui se fait la malle.


              -Alors ? Cette diversion ?
              -Le coin est trop humide, j'ai pas réussi à allumer la mèche.
              -Et du coup on fait quoi ?
              -On court !




              Dernière édition par Red le Jeu 5 Mai 2016 - 19:47, édité 1 fois
              • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
              • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
              On court ? Et t'as rien trouvé de mieux ! T'es vraiment nul comme Agent du Cipher Pol !

              Mais comme c'est Monsieur le chef de la mission, j'obéis je passe devant histoire de prendre discrètement les rênes de la mission. Au moins, c'est moi qui vais décidé d'où nous allons. Et j'ai bien ma petite idée en tête de notre première étape...

              Détalant comme un lapin sans demander mon reste, je fonce à travers la jungle environnante à la recherche d'un simple cour d'eau tout en essayant de semer au mieux ces primitifs sauvages qui veulent nous manger. Et pour cela, je zigzague beaucoup. Slalomant entre les arbres, je me jette dans certain buissons pour tenter de camoufler nos traces. Mais je me rends bien compte que même si moi je suis svelte et élancée, mon boss du jour ne l'est pas du tout. D'autant plus qu'il n'arrête pas de hurler je ne sais quoi, de toute façon j'ai décidé de ne plus l'écouter jusqu'à ce qu'on soit sur d'avoir semer les aborigènes.

              A croire qu'il est de mèche avec eux...

              Oui, si ça se trouve, tout ceci n'est encore qu'un coup monté de l'autre naze d'Arachnée, ma rivale qui ne l'ait pas vraiment puisque je suis bien meilleure qu'elle, même si elle ne veut pas l'admettre... Hm... J'éclaircirai cette possibilité plus tard. Pour l'instant, je dois d'abord réussir à nous sortir de la mouise encore une fois. C'est à se demander qui forme qui !

              Repérant une branche à moitié cassée touchant le sol, je saute dessus et commence a courir sur son long pour prendre de la hauteur et continuer cette course effrénée dans les arbres. Me glissant sur une autre branche solidement attachée à son tronc d'arbre, j'avance jusqu'à sauté sur une branche d'un arbre au tronc imposant. De là, je me cache derrière le tronc et j'attends l'arriver de Red qui fait cracher les branches sur son passage... Au moins, il a arrêté de beuglé.

              Arrivant à ma hauteur, je le tire violement vers moi et lui plaque ma main sur sa bouche tout en faisant attention de l'empêcher de l'ouvrir en lui relevant fermement le menton.

              Et tandis que les sauvages défilent sous nos pieds en courant dans tous les sens, moi, je murmure discrètement à l'oreille de mon formateur :

              Dis, tu bosserais pas pour Arachnée par hasard ?
              • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
              • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-

              -Ara quoi ? Franchement, je sais pas ce que vous avez comme problèmes avec vos noms de code, mais la, chez les nouveaux ça devient vraiment ridicule tous ses noms à coucher dehors. Amaryllis, Arachnée... N'importe quoi...

              Et non, je la connais pas, pourquoi ? C'est une amie à toi ? Une ex copine ?



              L'innocence faite agent. Pff, c'est pas comme si je pouvais mentir avec exactement le même aplomb quelle que soient les circonstances, arachnée pourrait être ma sœur que je serais tout aussi convaincant. C'est ça aussi être un vrai agent CP.

              Gamine va...

              Laissant les autochtones continuer leur course en nous laissant sur place, je me remue juste assez pour que de légèrement brutal et tendu, notre contact devienne lentement nettement plus équivoque et gênante. Encore l'expérience du terrain, quand on tombe sur de genre de mômes un peu sanguine, il est vachement plus rapide de les convaincre de te lâcher par la ruse que par des arguments plus frappants.

              On est bien comme ça... Mais on devrait profiter qu'ils sont passés pour commencer à chercher ce piaf non ?

              Tu sais imiter le cri d'amour d'un toucan de Jaya ?



              • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
              • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
              Non mais... Qu'est ce qu'il se passe là ? Qu'est ce que c'est que ce changement d'attitude gênant ?!

              Un instant, je prends le temps de le regarder, de me regarder et soudain, la prise de conscience me met le feu au joue tandis que nos corps encore suintant de bouillon en tenu d'Adam et d'Eve sont collés l'un à l'autre dans une position tout à fait déplacée.

              PAF

              Et oui, mon poing par tout seul se figer dans sa joue sans penser un seul instant aux conséquences alors que je me tourne vivement pour cacher ma nudité et faire l'offusquée. Parce qu'offusquée, je le suis !

              - Ne t'avise plus jamais de me toucher sale pervers !

              Et en même temps que je me concentre une nouvelle fois pour faire pousser mes cheveux de manière à ce qu'il recouvre ma poitrine, je marmonne et attrape des feuilles d'arbres pour tenter de les positionner sur mon corps afin de protéger ma pudeur. Mais évidemment, ça ne tient pas tout seule.

              - Quand je pense que tout ça, c'est de ta faute, tu peux être sûr que je mettrai tout dans mon rapport et qu'après ça, tu seras viré du Cipher Pol ! Parce que c'est tout ce que tu mérites ! Tu m'as frappée, tu m'as humiliée, menacée avec un couteau, tu m'as même pissé dessus ! Et maintenant tu me harcèles sexuellement ?! C'est intolérable ! Scandaleux même ! Quand je pense à mon corps que je voulais garder pure pour mon... Et toi, tu l'as souillé avec... Si je maîtrisais le shigan, je te crèverai les yeux immédiatement !

              Le problème quand on gueule sur quelqu'un alors qu'on est en planque et qu'on est recherché, c'est qu'on ne reste pas longtemps en planque... Sauf si bien sur le chef de mission vous choppe par derrière et vous met la main sur la bouche pour vous faire taire alors qu'il est un tant soit peu efficace pour cette fois.

              Et j'ai pas le temps de râler sur cet intervention toujours aussi déplacée et en plein dans le harcèlement au vu de notre situation que j'entends moi même les cannibales qui beuglent des choses incompréhensibles. Une chance, le feuillage où on est dissimulé est suffisamment épais pour nous camouflé à leur vue, mais il semble évidement qu'ils ne vont pas tarder à grimper dans les hauteurs où nous sommes.

              Sans un bruit, l'Agent Corbeau me fait signe de me taire et de le suivre, ce que j'accepte de faire malgré mes yeux devenu rouges de colère et de honte qui lui font clairement comprendre que je ne crie pas uniquement parce que je le veux bien et que j'ai encore moins envie de me faire bouffer que de l'écouter. Lentement et précautionneusement, nous avançons en suivant les branches hautes, écoutant les moindres mouvements de la bandes d'humains qui nous traquent.

              Du moins, jusqu'à ce que je vois la chose la plus importante de l'îlot flottant.
              Là, perché à trois arbres de notre position, juste au dessus d'un des cannibale, un oiseau de Jaya lisse docilement ses plumes sans avoir l'air de se soucier des bipèdes qui se baladent dans le coin.

              Et sans le lâcher du regard, je tends ma main vers Red pour attirer son attention, touchant sa peau sans aucun ménagement avant de lui pointer l'oiseau du doigt.
              S'il y en a un, il doit y en avoir d'autre ?
              Et s'il y en a d'autre, il doit y avoir celui qu'on cherche !
              • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
              • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-
              Les piafs ! L'objectif ! Le ticket de sortie pour avoir le droit de regagner le navire et de foutre le camp de ce trou ! Un ticket qu'il s'agit de ne pas louper. Et qu'il ne faut surtout pas laisser échapper par la débutante qui n'y connait rien !

              -Ok, regarde et prends en de la graine...

              Et me dépliant sur sa branche je replie les bras, coudes déployés et mains sous les aisselles pour former des ailes, plie les genoux, redresse la tête bec au vent, avant d’entreprendre de me dandiner sur la branche dans une imitation absolument parfaite du gros piaf qui nous mate d'un œil torve depuis sa branche.

              -TOUCAN ! TOOOuuu CAN ! Toucan toucan toucan !
              -Mais qu'est ce que tu fous ?!
              -Chuutt, fais comme moi ! Ils faut qu'ils nous prennent pour deux des leurs pour qu'on puisse s'aprocher. C'est la base du boulot d'agent ! Se fondre dans le décor ! Alors fonds toi !


              -Touc Touc TouCAN ! TOOOuuu CAN ! TOOOuuu CAN !  
              -Tu es ridicule !
              -Je ne suis pas ridicule, je suis un toucan ! Et ça marche, regarde, il s'enfuit pas ! On va se mêler à eux jusqu'a ce qu'on repère celui qu'il nous faut !


              Et continuant à imiter la démarche maladroite du piaf en train de se balader sur une branche à la recherche de nourriture, j'entreprends de chercher le chemin de branche en branche qui va nous permettre de monter sans se casser la gueule vers les frondaisons ou doit nicher le reste de la tribu. Nous ne sommes plus qu'a deux doigts du but ! Repérer un nid, estourbir quelques piafs, et filer vers le large...

              -Tu as entendu ça ?!
              -Comment tu veux que j'entende quelques choses avec tes piaillements ?
              -On aurait dit comme une sorte de feulement...


              • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
              • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
              - Bon, tu as vu comment je fais ? Prend le relai et moi je gère le reste.
              - Tu me demandes de faire le toucan ? Hors de question !
              - Arrête de râler et obéis aux ordres ! Dépêches toi où il va s'envoler !
              - Plutôt mourir ici ! T'façon, on l'a vu tous les deux, tu n'es qu'un bon à rien, alors continue de faire le toucan et moi je vais voir ce que tu as entendu feuler, mais à tous les coups tu es juste complètement cinglé et c'était dans ta tête !


              N'écoutant pas les dernières paroles de l'agent dépouillé de sa tenue rouge, je me tourne et regarde le paysage autour de nous alors qu'il se résigne à continuer de faire son manège qui ne rime absolument à rien. Franchement, je m'étonne qu'on ne se soit pas encore fait repérer par les cannibales qui étaient à nos trousses, à croire que c'est vraiment ça le cri de l'oiseau de Jaya ?
              Red serait donc pas si mauvais que ça comme agent ? En même temps, en se faisant appeler Agent Corbeau, il doit s'y connaitre en oiseau... Une passion caché ?

              A première vue, autour de nous, je ne vois rien de notable : des feuilles, des branches, des fleurs, des lianes, deux billes jaunes brillante, de l'écorces, des épines... Attend attend, les billes jaunes, ça a rien de végétal non ?

              Et alors que mon attention se reporte dessus, le tigre sort soudainement de son couvert de feuille et me bondit dessus.

              - AAAAH

              En réflexe, j'utilise le Kami-E qui me permet de me pencher en arrière suffisamment vite pour voir le ventre du tigre voler au dessus de moi pour atterrir deux branches plus bas.

              - Mais ?! Tu maîtrises le Rokushiki ?!
              - Seulement deux techniques et demi !
              - Et demi ?
              - Mon Soru est encore imparfait.
              - Alors occupe le tigre, moi j'attrape l'oiseau ! Grâce à ma parade nuptiale il ne s'est pas enfuit mais ça ne saurait tarder si le tigre reste là !
              - Raaah, d'accord !

              Non mais on est où là ?! Depuis quand c'est les agents en formation qui font tout le boulot ?! Mais de tout façon, c'est ce que je voulais faire, tout plutôt que d'imiter le piaf.

              Je descends donc deux branches plus bas pour attirer l'attention du tigre, lui faisant face en restant concentrer sur mon Kami-E tandis que mes cheveux poussent encore en formant des petites boules compactes au pointe. Et entre deux coups de pattes esquivée telle une feuille de papier au vent, je cogne la bête avec mon allonge capillaire. Gauche droite ! Esquive ! Crochet ! Uppercut ! Bim ! Dans tes dents ! Ah, tu fais moins le malin là hein sale chat !

              De frustration, la bête rugit férocement, faisant alors s'envoler tous les oiseaux du coin. Red a-t-il réussi à chopper le notre, d'oiseau ? Aucune idée, rapport que mon adversaire ne me laisse pas le temps de m'en préoccuper, me sautant dessus en visant mes jambes, fourbe qu'il est. Mais c'est pas un tigre qui va mettre à mal la meilleure de promotion de la nouvelle génération d'agent du CP ! D'un bond, j'esquive, me retrouvant quelques secondes face au sol à quelques mètres sous les branches, et voyant clairement les cannibales s'étant rassemblé et pointant Red du doigt, une lance prête à être tiré.

              Evidemment, mon chef de mission, bidon comme il l'est, n'a absolument rien vu. Abruti va !
              Allez Soru, c'est le moment de fonctionner. Je tape du pieds alors que le tigre derrière moi se sort des branches dans lesquels il s'est empêtré en essayant de m'avoir. Mais ça marche pas. Raahh concentre toi Alcéa, tu sais le faire ! Tu es la meilleure agent nouvellement formée, tu seras la meilleure agent du siècle, tu épouseras Ike Basara ! Allez, tu peux y arriver !

              La lance vole dans les airs, filant vers le rouge dénudé qui n'a rien remarqué, et alors qu'elle allait atteindre sa cible, mon corps fait soudainement barrage.

              - Tekkai...

              La pointe de la lance érafle à peine la peau de mon ventre devenu dure comme le métal, et avant que la gravité ne l'entraine vers le sol, je relâche ma technique et l'attrape pour la lancer de toute mes forces vers la tête du tigre qui vient de s'élancer une nouvelle fois sur moi et qui lui, l'a pas le Tekkai. L'arme se fiche dans son crâne, le tuant sur le coup et le faisant tomber directement vers le sol où les cannibales reçoivent ce don de viande venu de nulle part.

              - Maintenant on se casse de là et on ne s'arrête pas avant d'être à au moins trois kilomètres de ces abrutis bouffeurs d'hommes, compris ?!

              Et sans attendre de réponse, je prends immédiatement mes jambes à mon cou en espérant que mon boulet de formateur me suive, et surtout qu'il ait choppé l'oiseau.
              • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
              • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-
              Après les crocos et les cannibales, un putain de tigre !

              Bon, on reste dans la thématique "truc qui ne sont la que pour tenter de vous bouffer" mais ça commence à en faire beaucoup pour une seule ile.

              En tout cas s'il y a bien une preuve que je fais super bien le piaf c'est bien celle la ! Même un tigre s'y laisse prendre et tente de me bouffer en me prenant pour un Toucan !

              La bête saute sur la demoiselle et je chasse le tigre et l'acolyte de mon esprit, qu'elle se fasse bouffer ou qu'elle arrive a chasser le félin, mon rôle a moi est de choper le piaf et je dois me focaliser la dessus. Ne faire qu'un avec les branches, les arbres, la jungle, avancer pas à pas, fixer le regard globuleux du piaf pour pénétrer son esprit, le paralyser comme le serpent paralyse le pauvre oiseau qu'il va manger...

              Et bondir sur sa proie tel le plus redoutable des prédateurs, l'agent du Cipher Pol !

              Je commence à réaliser que le plus terrible des prédateurs peut parfois avoir du mal hors de son milieu naturel quand l'élan que je prends pour sauter courbe la branche sous mes pieds et me coupe complétement dans mon élan. Mon bond conquérant et audacieux se transforme en sautillement hésitant dans le vide, et j'ai beau tendre les bras, mes mains se referment sur du vide a un bon métre de l'oiseau, le temps de croiser son regard maintenant clairement emplie d'une lueur moqueuse et cruelle, et la gravité reprend ses droits, et je file vers le sol boueux en rencontrant sur la route toutes les branches du coin bien décidés à me masser le dos à grand coups de latte. Avant de m'écraser dans un bruit mou, sur un sol heureusement spongieux, au pied d'une stagiaire aussi à poil que moi.

              -TekkAie... Aie putain de borde ! Qu'est ce que je douille...
              -Cours !
              -Hé ! C'est moi qui dit ça !

              Mais comme dans ce genre de situation le plus sur est toujours de fuir, je saute tant bien que mal sur mes pieds, et boitillant comme je peux a la poursuite de la demoiselle façon vieux satyre, je file dans les bois sur les talons d'Alcéa, droit vers la frontière de la mer et de la mangrove ou nous attend notre navire et le salut.


              [...]

              Mais tu l'as pas eu ?!
              -Non mais c'est vraiment pas passé loin hein, j'étais à genre... juste un bras et je le tenais !
              -T'es vraiment nul. Je t'aurais laissé le tigre j'aurais eu l'oiseau et tu te serais fait bouffer...
              -Ben voyons, les tigres c'est facile, c'est beaucoup plus gros !

              Installé au bord de l'eau au pied d'un feu de fortune et de bois humide qui fait surtout beaucoup de fumée, toujours à poil et maintenant entiérement recouverts de boue pour éviter de se faire dévorer par les moustiques, et attendant que le pauvre poisson que j'ai réussi à capturer finisse de griller, l'équipe du Cipher Pol est en plein bilan, et du haut de ma position de chef d'équipe, je dois reconnaitre qu'a première vue il ne parait pas très brillant...

              Si nous avons échappé aux cannibales, aux crocos et au tigre, nous n'avons pas réussi à retrouver le navire, ce qui nous a condamné a passer la nuit sur l'ile plutôt qu'a bord dans une cabine et un hamac confortable... Mais bon, tout ce qui ne tue pas profite, et il est hors de question de se laisser abattre !

              -Bon, écoute, on s'en est pas si mal tiré non ? Ok on a tout perdu même le bateau, mais on sait maintenant ou trouver les piafs. Et on sait que c'est pas des oiseaux nocturnes. Donc on laisse passer quelques heures, on mange, et on retourne la haut pour se faire les nids un par un et trouver notre piaf endormi, et hop, l'affaire est joué. Ensuite on revient ici, et on alimente le feu jusqu’à ce que les gars du navire le remarque, et on a plus qu'a rentrer !


              • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
              • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
              - Pas si mal tiré ?! C'est ça que tu appelles "Pas si mal tiré" ?!

              Je bouillonne, faisant de gros effort pour garder le peu de calme qui me reste tandis que je continue de me badigeonner de boue à défaut d'avoir des vêtements.

              - Es-tu le pire agent du Cipher Pol actif ou ai-je à ce point surestimé nos forces du Gouvernement Mondial en m'engageant sur cette voie ?! Non parce que si là, on s'en est "pas si mal tiré", qu'est que ça aurait été si on s'en tirait mal pour toi ?!
              Ah mais c'est bon, je viens de comprendre ! En fait, tu es tellement mauvais que notre directeur a décidé de t'associer à moi pour que tu es une chance de réussir cette mission, c'est ça hein ? Tu dois être genre, l'agent le moins efficace du notre faction, et parce qu'ils ont pitié de toi ils veulent te garder et moi je suis là pour te materner, tout devient clair ! Mais si c'est ça, il est hors de question qu'on suive un autre de tes plans foireux !

              - Non mais je rêve ! T'as un sérieux grain ma pauvre fille !
              - Un grain ? Tu es sûr ? Qui de nous deux maîtrises des techniques du Rokushiki ?!
              - Ça n'a...
              - Et qui nous a détaché ?!
              - Et qui nous a sauvé du bouillon, hein ! Moi aussi je peux jouer à ce jeu ! Alors maintenant gamine, tu vas te calmer et m'obéir, ou alors je te laisse pourrir ici, compris ?
              - Ah parce que c'est toi qui va me laisser pourrir ici maintenant ?! Sans moi tu serais mort avec une lance dans le ventre !
              - Ça t'en sais rien !
              - Han ! Tu nies en plus !
              - Moi je suis sûr que j'aurai très bien pu l'évité sans ton aide !
              - Mensonge !
              - C'est qui l'agent confirmé ici, toi ou moi, hein ? Que tu le crois ou non, je sais très bien ce que je fais !
              - Bah voyons, c'est pour ça qu'on s'est retrouvé ligoté et à poils dans une marmite géante.
              - Exactement. C'était nécessaire pour perdre notre odeur d'humain et se fondre dans l'environnement.
              - Et le fait qu'on ait perdu le bateau ? Ça aussi c'était prévu ?
              - Je te testais. Et tu as échouée. Tu es décidément une piètre novice du Cipher Pol.
              - Tu mens !
              - Tu crois ? En attendant, qui risque de se retrouver sur le banc de touche après cette mission, à devoir retourner en classe théorique plutôt que d'être sur le terrain ? Moi, je suis un agent confirmé je te rappelle, j'ai déjà fait mes preuves, alors que toi...
              - Moi j'ai surpassé tous les autres !
              - Faut croire que les jeunes agents, c'est plus ce que c'était.
              - Mais !
              - Et oui, mon rapport déterminera si effectivement tu as un avenir au Cipher Pol ou pas !
              - NOON !
              - Si. Et si tu continues d'être irrespectueuse et de remettre en cause mes décisions, tu peux directement rentrer chez ta mère.
              - ...
              - Je vois qu'on est enfin d'accord. Maintenant, tu vas manger ton poisson, te taire pendant une petite heure et après on va aller fouiller ces nids à la recherche du piaf qu'on cherche, compris.
              - Oui... Chef.

              Je détourne le regard, serrant mes poings sur mes jambes et faisant de gros efforts pour ne pas le rouer de coup et l'abandonner là. Cela dit, ça pourrait aussi être une solution : Agent Corbeau mort malencontreusement en dérapant sur une branche et en tombant net dans un nid de crocodile ou il s'y est fait déchiqueté... Oui, ça pourrait être une idée...

              Mais si je dois la tenter, je ne dois surtout pas louper mon coup... Parce que sinon, c'est moi qui en paierai le prix. Rahh, et s'il disait vrai ? Et si tout cela était vraiment pour me tester ? Quelle plaie ! J'ai du tout raté !
              Ou peut être pas ? Après tout, c'est moi qui nous ai libéré, c'est moi qui ai trouvé l'oiseau, et encore moi qui ai tué le tigre ! Alors tout n'est peu être pas foutu ?

              Faut vraiment que je trouve le bon piaf avant lui, comme ça, je lui prouverai définitivement que je suis un bon élément, meilleur qu'il ne le sera jamais et ce malgré ses années de service !

              Mais en attendant, je vais juste ravaler ma fierté et me contenter de suivre les ordres, même si franchement... Si ces oiseaux sont pas nocturnes, il doit par contre y avoir beaucoup de bestiole en activité la nuit dans ce coin pourri, non ?
              Enfin, de toute façon, je ne me laisserai plus abattre. Qu'importe les conditions, je dois rester digne et fière, car telle est la voie de l'agent du Cipher Pol !
              • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
              • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-
              Dans la nuit chaude et humide de l'ilot flottant, la vie ne s’arrête jamais de grouiller, et à tous les niveaux depuis le sol spongieux jusqu'a la canopée, une légion d'animaux nocturnes s'est emparé de l'espace laissé par ceux du jour, et entreprend discrètement de courir, voler, ramper à la recherche d'eau, d'abris, de nourritures ou d'une proie. Dans l'enfer vert de l'ilot flottant, la seule règle c'est manger ou être mangé. Et toute une troupe de prédateurs mortels et discrets qui se faufilent dans les ténèbres à la recherche d'une proie ! Une faune bigarrée que la nuit rend invisible et qu'on ne détecte qu'au bruit ou à l'odeur, chauves souris, panthères, serpents, agents du gouvernement.

              GARGL

              - Mais chut !
              -J'y peux rien ! C'est mon ventre ! Je crois que je n'aurais pas du manger ces coquillages...
              -Je te l'avais dit ! Tu les a trouvé dans la vase !
              -Ça ressemblait à des moules...
              -En tout cas il faut que tu arêtes de gargouiller comme ça; tu vas nous faire repérer !
              -Mais non...


              GoRGLArgl

              Grimpant de branches en branches dans une reptation prudente et furtive, a peine troublée par moment par d'étranges gargouillis, les deux agents montent discrètement à travers les différentes couches de frondaisons des grands arbres de la mangrove locale. Se guidant à tâtons dans des ténèbres si complètes qu'on ne peut même pas compter ses doigts en les agitant devant les yeux, les deux émissaires du gouvernement ne peuvent compter que sur leurs sens presque inhumains, affutés par des années d'un entrainement rigoureux et intensif.

              -Tiens c'est quoi ça ? C'est tout mou...

              BAFFE !

              -TOUCHE A TON CUL !
              -Ah.. Désolé...

              Et ce n'est qu’après plusieurs longues heures d'efforts que le duo arrive enfin au niveau de la canopée. Perçant l'épaisse couverture feuillue des arbres pour contempler enfin un ciel étoilée et les sommets d'une forêt touffue qu'éclaire une pleine lune terriblement lumineuse par contraste avec les sombres sous bois. Le temps de gouter un instant de repos, de souffler un peu en respirant un air marin bien plus vivifiant que les senteurs lourdes de mousse, de vase et de pourrissement de la forêt juste en dessous...

              -Bon, alors maintenant on doit être pas loin. On a plus qu'a rester à ce niveau la et a chercher d'arbres en arbres tout ce qui ressemble à un gros nid. Facile non ? Je pars dans cette direction la.



              • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
              • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
                Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
                Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum