AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le Deal du moment : -48%
Baskets Nike Air Max Genome
Voir le deal
89 €

...

Jazper D. John
Jazper D. John


Feuille de personnage
Dorikis: 1370
Popularité: 10
Intégrité: -2



Dernière édition par Jazper D. John le Jeu 25 Mai 2017 - 13:10, édité 2 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t11383-jazper-d-john-le-prochain-seigneur-des-pirates-termineehttps://www.onepiece-requiem.net/t11435-fiche-de-jazper-d-john
Yamamoto Kogaku
Yamamoto Kogaku
♦♦♦ Colonel d'élite ♦♦♦

♦ Équipage : Mad Dogs

Feuille de personnage
Dorikis: 10 000
Popularité: +1200
Intégrité: 1200

Mer 19 Aoû 2015 - 12:12

Les marins formaient une ligne sinueuse, transportant vivres et équipements pour notre retour sur Grand-Line. J'avais fui cette maudite mer il y a à peu près un an et beaucoup de choses s'étaient déroulées depuis. Le gamin gorgé d'idéaux qui les respectaient parfois n'était plus, le capitaine Kogaku avait fini par le remplacer... peut-être existait il encore, mais même si c'était le cas... je ne lui prête plus aucune attention. Mes doigts dansent sur le bordage, tandis que mes yeux parcourent lentement Logue-town. Il est inutile de s'étendre sur la réputation bien étable de cette ville, le berceau et cercueil du seigneur des pirates.

Bien sûr, cette ville n'était plus celle du pirate tristement célèbre. Elle avait évoluée et le gibet n'était plus que pour certains un amas de planches d'une époque révolue, les vestiges d'un criminel ayant commis ses forfaits il y a plus d'un siècle, ses contemporains ne sont plus en état d'en parler, peu à peu la légende prendra la place de la réalité. Dans quelques siècles, son nom ne sera plus qu'évoqué comme un valeureux pirate ayant vécu dans un temps trop lointain pour que l'on conçoive comment il avait vécu. Un jour, peut-être, si ce n'est pas déjà le cas, des snacks coloniseront la funeste place et arboreront le nom le pavillon et le nom de ce pittoresque malandrin. L'histoire ne l'oubliera jamais à l'instar du chapeau de paille... mais elle ne se rappellera pas d'eux pour autant. Des pas sonnent sur le plancher, je tourne la tête. L'un de mes subalternes, Elmo me salue et rejoint mon poste d'observation.

-Dans deux heures on est prêt à appareiller Yama.
-Merci pour l'info.

Je m'étire et réprime un bâillement en le voyant repartir à la tâche sous l'œil vigilant de Cole. Je le salue et saute à terre, dans trois heures je serai bloqué à bord pour une bonne semaine, autant en profiter pour se dégourdir les jambes. Je flâne d'échoppes en échoppes et m'offre une spécialité locale, les rations de mers ne me manqueront jamais. L'alcool peu fermenté et coupé à l'eau douce accompagné de viande salées avait le goût du voyage qui s'éternisait. On épuise trop vite les réserves de nourriture fraîches... surtout quand on a à un petit bâtiment et un équipage réduit... aussi étonnant que cela paraisse. Au fil de mes balades, je croise flopée d'uniformes blancs qui me saluent, peut-être certains me reconnaissent, tous respectent ou craignent l'élite.

Je finis par me faire aborder par un joli brin de fille la vingtaine, arborant un top vert et serrant un bloc-note. D'un coup d'œil rapide, j'aperçois le logo sur la poitrine de la jeune femme, une association quelconque dont ma mémoire n'a pas jugé important de se souvenir du nom ni du message.

-Vous êtes Yamamoto Kogaku, n'est-ce pas ?

J'écarte de mes pensées mon mécontentement sur ma mémoire défaillante et le remplace par un sourire sincère d'un officier reconnu. Quand ce n'est pas un pirate barbu qui l'accompagne d'un crachat, cela devient plaisant... surtout venant d'une jolie fille... qui ne m'accoste pas que pour écrire un article à la mord-moi-le-noeud dans un papelard pour pré-ados... bien que cela reste relativement flatteur d'apparaître d'un bon œil auprès des plus jeunes. Moi dont mes talents se limitent au commandement, la bagarre et la forge... pauvre de moi héhé.

-Oui et je ne pense pas avoir le plaisir de vous reconnaître.

Elle me sourit.

-Quel charmeur, je suis Nora, vous pouvez nous aider ?

C'est moi où le ton était presque moqueur... je n'ai quand même pas une telle réputation, si ?

-Bien sûr !


Elle se rapproche avec des airs de conspirateurs, m'apportant les douces effluves de son parfum fruité.

-Selon nos informations, un monstre est arrivé sur l'île.
-Un monstre ?

J'ai du mal à cacher ma surprise sur le coup.

-Un démon sanguinaire qui répond au macabre surnom du baron rouge !


Je suis censé le connaître ? Soit je passe pour une baltringue soit je pars sur la piste d'un inconnu. Allez tant pis, je réponds d'un ton enjoué.

-Parlez-moi de lui.
-Hé bien, malgré sa malignité, il n'est pas répertorié comme criminel... je suis sûre que le gouvernement à trop peur d'agir, mais pas vous !

Oh ! Pas la peine de temps me complimenter, ce n'est que le premier rendez-vous voyons !

-C'est un monstre qui a annihilé de nombreuses existences avant de ce repaître de leur chaire, nombreux sont les noms qui ont été envoyés dans l'oubli par lui... disparu à jamais.

Ce serait quand même pas un psychopathe cannibale dont le gouvernement tait le nom pour ne pas effrayer la populace. Le genre de criminel dont le nom n'est dévoilé qu'aux colonels d'élites et contre-amiraux qui se préparent des mois avant de se lancer dans une attaque pour faire disparaître ce démon ? Si je vaincs une telle terreur, je serai directement propulsé dans les haut-rangs... le titre de major sera à portée de main !

-Où et comment puis-je trouver... le Baron ?


Elle sourit, j'ai gagné des points.

-C'est un homme couvert de soie rouge et de graisse à la bedaine rebondie... toujours accompagné par un homme en costume impeccable.
-Ne t'en fais plus, ses heures sont comptées...

Avec un cri de joie, elle m'enlace et dépose un baiser sur ma joue, l'étreinte se prolonge quelques secondes.

-Merci !

Je me sépare de cette beauté diaphane, j'ai une mission désormais. Je continue à fureter dans les rues cherchant le fameux démon. Je finis par apercevoir le dos imposant d'une personne devant moi, je me cale à ses cotés et la dévisage. C'est une femme d'un certain âge qui doit probablement avoir accouché de nombreux bébés obèses et jumeaux ou incapable de comprendre qu'une fille n'était belle que mince !

-Ah, un officier !
Gné ?
-Je suis à la recherche d'un vaurien qui a fui après avoir dévasté notre restaurant !
-Dites m'en plus.

Avec quoi je perds mon temps... le baron pourrait être en train de manger un homme dans une ruelle sombre à l'instant où nous nous parlons !

-Un gars qui n'est bon qu'à s'empiffrer et se faire appeler le seigneur des pirates... si vous le trouvez occupez vous en...
-Un homme en rouge ?
-Oui... vous êtes doué vous !

Je me recule d'un pas pour éviter l'élan d'affection de la moche, si Nora nous voit, cela pourrait anéantir notre relation ! Mais cette personne recherche donc aussi le baron... toutes les pistes se recroisent...


   *

*       *

Homlet pose un œil dédaigneux sur ces pauvres qui déambulent tranquillement dans les rues infecte de ce cloaque qu'est Logue Town. Comment des êtres de si faible condition dont la pauvreté leur permet à peine d'exister peuvent-ils être heureux... ces idiots le dégoûte. Bien sûr, il s'agit d'une façon de parler, rien au monde ne serait en mesure de couper l'appétit de cet homme replet qui se targue de posséder la sveltesse d'un jeune adolescent. Il gratte son ample bedaine que la soie de son pourpoint tente désespérément de contenir , lui gros ? Non, seuls les pauvres sont gros, les riches ne le sont jamais. Il était descendu la veille sur cette misérable île à la recherche de la non-moins célèbre licorne de mers, créature océane légendaire réputée pour se moquer des fous qui tentent de la capturer. Mais la noblesse que charrie son sang bleu ne peut échouer face à pareille racaille, seul les pauvres perdent en ce bas monde. Du coin de l'œil, il aperçoit un mets inconnu qui excite ses papilles.

-Serge, j'exige le goûter de cet enfant !


Pour donner plus de poids à son ordre impérieux d'être sublime, il tape du pied. La soie recouvrant son ventre on ne peut plus plat ondoie pour prouver que seul un être de sa qualité se peut de gouverner le monde. Serge, son majordome un homme d'une quarantaine d'années au caillou luisant recouvert par quelques rares substitut de cheveux s'avance vers le bambin.

-Bonjour madame, mon maître souhaite engloutir la pitance de votre descendance.


La femme le regarde troublée tandis que son fils s'exclame :

-Maman, pourquoi le monsieur il est gros ?
-Ne dis pas ça... il est peut-être malade...
-Mais si il ne l'est pas je peux ?
-Non, il l'est.

Elle avait repris cette dernière affirmation plus bas pour que seul son fils puisse l'entendre dans cette foule. Le petit encore innocent sourit dévoilant ainsi qu'il ne possède pas toutes ses dents et tends son sandwich beurre-amande et viande hachée et gros bonhomme malade. Il avait reconnu en cet homme le père noël, probablement qu'il s'était rasé la barbe pour passer incognito !
Le majordome, s'en empare d'un hochement presque gracieux du chef et tend le mets à son maître tandis que la mère emmène son brave petit au loin. Il enfourne d'un seul coup le goûter qui tenait bien difficilement dans la main du garçon d'un seul coup. Après tout c'est la moindre des choses pour un majordome de la maison Jenbon.

-Laissons ce misérable *Monch Monch* taudis au pauvre et partons retrouver la licorne !
https://www.onepiece-requiem.net/t2499-yamamoto-kogaku-dit-lame-fini-test-rp-finihttps://www.onepiece-requiem.net/t2619-fiche-de-yama
Page 1 sur 1