Le deal à ne pas rater :
Elden Ring Shadow Of The Erdtree édition Collector : où le ...
Voir le deal

Première impression

Suite des événements joués ici.



***


N'arborant pas encore leur nouveau pavillon, les Blattards ne causèrent donc pas la panique en approchant des côtes de Strong World. Leur caravelle, n'étant toujours pas baptisée à ce jour n'était aux yeux des habitants qu'un vaisseau anodin comme ils en voyaient trop souvent.
Une fois que tout l'équipage à bord se soit extasié des îles volantes, spectacle peu commun si il en était, ils furent tous stoppés dans leur contemplation.

- Jetez l'ancre.

Situé en proue, bras croisés, fixant les quais dont ils étaient de plus en plus proche, Joe venait de décider de stopper leur embarcation avant d'accoster sur l'île. Même Zujo, son second, comprenant en général quelles étaient les motivations du forban ne saisit pas la nature d'un tel ordre. Qu'ils le comprennent ou non, l'équipage avait pour ordre d'obéir en toutes circonstances et jetèrent l'ancre comme cela fut demandé.

Cherchant à comprendre son capitaine, Zujo s'approcha de lui lui demandant à faible voix :

- Tu m'expliques ?

Mais Joe ignora le chasseur et s'adressa à tout l'équipage à la place. Jamais il n'agissait au hasard ou par instinct. Chaque manigance, chaque ruse, jusqu'à la plus perfide était toujours savamment réfléchie à l'avance. Celle-ci promettait d'être intéressante puisqu'elle était sa première manigance en bande organisée avec un équipage de vingt hommes sous ses ordres.

- Antal ! Dis moi ce que tu vois sur les bateaux à quai !

Trônant fièrement sur sa vigie, le pirate qui venait d'être sollicité par son capitaine observa chaque vaisseau stationné aux quais. Il espérait y voir quelque chose de spécial, mais ce ne fut pas le cas.

- Rien d'anormal en vue capitaine. Rien du tout même.

Joe s'en frotta les mains. C'était bien la réponse qu'il attendait.

- Vous avez entendu Antal là haut ? Il ne voit rien sur les bateaux... ni personne hinhin.

Pourtant peu perspicaces de par nature, tous à bord venaient de comprendre de quoi il en retournait. Tous ces bateaux, qu'ils soient ceux de marchands, de pêcheurs ou même d'autre pirates n'étaient surveillés que par le personnel des docks ne devant pas réunir plus de vingt hommes de leur côté. L'un des Blattards leva son sabre et hurla en postillonnant comme une bête sauvage.

- Ça va saigner !

Et ses camarades se mirent à surenchérir.

- Pour le cap'taine Joe !

Malgré ces acclamations, le dit capitaine fronça des sourcils, et peu à peu l'enthousiasme pourtant communicatif des hommes à bord s'estompa.

- Je vais devoir vous enseigner comment on procède avec moi. Avec la méthode Biutag, ça ne saigne que si il faut que ça saigne. Du moment qu'on peut délester un vaisseau sans avoir à tirer une balle, on va pas cracher dessus bande de crétins.

Tous se regardèrent perplexes.

- Nous n'avons jamais navigué ensemble, et vous ne savez pas de quoi je suis capable. Aussi, je serai en première ligne pour l'abordage qui s'annonce. Pendant que je ferai diversion, vous autres irez vider les cales des navires de bons à rien qui se présentent à nous. Maintenant, quelqu'un me donne un briquet !

Quand il était question de briquet avec Joe, les événements n'étaient jamais sanglant en effet. Et pour cause, généralement les flammes consumaient tous les cadavres. C'est en déclenchant un incendie qu'il comptait montrer à ses hommes comment être discret. Tout un programme.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biut
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutag
Sur la caravelle, il n'y avait aucune barque. Aussi, le cafard ne pouvait se séparer de son vaisseau et le devancer pour les préparer aux pillages des navires sans résistance. Tout du moins, c'est ce que croyaient les hommes à bord.
Se tenant debout sur la figure de proue, les Blattards commencèrent à se demander si ils n'étaient pas sous les ordres d'un dément. Ce dernier semblait prêt à se jeter à l'eau.

- C... Capitaine ! Faites pas le con !

Seul Zujo ne fut pas inquiet. Des informations qu'il avait obtenues sur son supérieur, il avait une idée de l'armement dont disposait ce dernier et comprit comment il allait faire diversion en solitaire.

- Je vais faire diversion, dès que je saute vous levez l'ancre et vous allez mouiller à l'opposé des bateau où j'aurais déclenché l'incendie.

Puis, sautant comme il l'avait annoncé, tous à bord retinrent leur souffle. Toutefois, l'équipage fut intrigué par l'absence de "plouf" presque dix secondes après que leur capitaine ait sauté. Allant se ruer en proue, ils virent Joe flotter par dessus les flots. Certains auraient crié au miracle, mais on pouvait clairement distinguer un souffle de vent puissant émanant de dessous le manteau du cafard, générant des ondes sur la surface de la mer.
Propulsé ainsi par sa ceinture de Ventio Dials sous sa parka, Joe se pencha en avant et alla virevolter avec grâce, semblant glisser à toute vitesse sur l'eau.

- Inroyable... Mais pourquoi il ne navigue pas uniquement comme ça sur la mer ?

- Idiot, il se ferait gober par un monstre marin, et puis surtout, comment il ferait quand il aurait besoin de dormir hein ?

Tandis que tous furent passionnés par la prouesse technique qu'ils venaient d'apercevoir, Zujo s'empressa de mettre fin à la récré. En l'absence du capitaine à bord, c'était lui qui commandait.

- Cessez de bailler aux corneilles ! Levez l'ancre, maintenez la vitesse, et une fois que vous percevrez les flammes, dépliez les voiles que l'on aille se poster à l'opposé du quai.

Tous obéirent. À la vitesse à laquelle fusait le cafard, il aurait vite fait de foutre le feu à l'un des navires ayant accostés. On ne pouvait presque plus le voir. En tout cas, un pirate flottant sur l'eau à toute vitesse sembla attirer l'attention des dockers à quais qui regardaient interrogatif ce qui s'approchait d'eux.
Enfin, le cafard finit par arriver sur les quais. Seul Antal en vigie pouvait encore l'apercevoir.

- Où il en est Antal ?!

S'en remettant à la vigie, Zujo attendait de voir comment allai tourner cette histoire.

- Je ne sais pas capitaine, il est entré dans le bateau tout à gauche des quais et... Ah ! Le revoila.

Leur capitaine était de retour. Il avait pourtant semblé à tout l'équipage, Juzo y compris, qu'ils se retrouveraient une fois à quai seulement. Mais il fallait croire que Joe ne pouvait pas se passer d'eux. De retour, il affichait une moue pour le moins anxieuse. On lui jeta une corde pour qu'il puisse escalader à bord, il semblait contrarié.

- D...Demi tour !

Quelque chose s'était passé là bas, et seul lui était au courant des tenants et aboutissants de l'affaire.

- Arrêtez de me regarder avec vos yeux de merlans frits et faîtes dem....

Un flash aveuglant suivi d'une violente bourrasque accompagnée d'un bruit tonitruant se produisirent. Avec un bête briquet, Joe avait fait fait sauter un navire tout entier. Tombés à la renverse, quelque peu assourdis par le bruit de l'explosion, tous les hommes d'équipage regardèrent leur capitaine admiratif. Il n'y avait pourtant pas de quoi le glorifier.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biut
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutag

- Alors Antal, quel verdict ?

La vigie se pencha, il lui semblait avoir entendu quelqu'un qui l'appelait.

- Vous m'avez appelé ?!

Zujo comprit qu'Antal était encore légèrement sourd du fait de l'explosion gigantesque qui avait balayé un trois mâts en un instant.

- QU'EST-CE QUE TU VOIS ?!

Gonflant ses joues et soufflant, Antal n'aurait pas vraiment su décrire ce qu'il venait de voir. Dans l'explosion, le navire avait coulé les deux navires à sa droite. Quant aux autres, ils étaient en flamme. Les dockers étaient tous attroupés pour essayer d'éteindre les multiples incendies. Cette diversion était parfaite à peu de choses prêt qu'il ne restait aucun bateau à piller puisqu'aucun ne fut épargné par les conséquences de l'explosion.

- Euh... C'est pas beau à voir. Tout ce que je peux vous dire c'est qu'il y a des types armés pas très contents qui nous pointent du doigt.

Évidemment, les rares témoins de l'incursion du cafard sur les quais l'avaient vu retourner à son bateau stationné en retrait des quais. Profitant que leur drapeau pirate vienne d'être terminé, Joe, capitaine du nouvel équipage "Les Blattards" s'en alla en proue et exhiba fièrement l'emblème de son équipage. Telle serai la signature de leurs méfaits à l'avenir.

Première impression 1458390441-drapeau2

- Ouais ! Bien joué capitaine ! Vous avez frappé fort !

Une fois qu'il eut suffisamment mis en évidence son drapeau pour se faire connaître des autorités locales, Joe le remit à l'un de ses hommes lui demandant de l'accrocher sur le point culminant de leur caravelle là où se trouvait le poste de la vigie.

- Que voulez vous ! J'ai pas pu résister ! Pour notre premier coup je me suis dit qu'il valait mieux faire une démonstration de force mémorable.

Et pour être mémorable, ça l'était. Tout Strong World s'en souviendrait pour les années à venir. Mais ce coup d'éclat ne fut en aucun cas prémédité. Si le cafard était parti avec la ferme intention de créer une diversion, il comptait bien se tenir à son plan. Après avoir faussé la compagnie aux dockers sur les quais, il avait allumé un petit foyer d'incendie dans les cales du navire le plus à gauche. Petit bémol, une fois les flammes commençant à se répandre, le cafard compris qu'il était à bord d'un navire marchand qui transportait... de la poudre.

Alors que Joe paradait auprès de ses hommes, Zujo vînt se percher derrière lui par dessus son épaule et lui murmura contrarié :

- Tu te rends compte qu'il nous faudra mouiller à un port sur l'île pour recharger le Log Pose, et qu'à moins de le recharger, nous n'avons aucun moyen d'avancer ?

Tout en continuant d'afficher un rire victorieux pour sauver la face auprès de ses hommes, Joe venait de se rendre compte que son accident mêlé à son orgueil qui consista en l'exhibition de leur drapeau pirate était une belle erreur. Ils étaient contraint de débarquer sur un autre versant du petit îlot menant aux îles volantes.
La situation se présentait mal pour la suite.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biut
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutag
Quand on n'avait pas la puissance de feu, mieux valait prendre la poudre d'escampette. Ainsi aurait pu être résumée la philosophie du cafard. Suite à ce coup d'éclat un peu trop époustouflant au goût des autorités locales, ceux-ci, à partir d'un autre quai, avaient dépêché leur unique croiseur afin de traquer les infâmes pirates qui les avaient attaqué sans raison apparente si ce n'est de les provoquer.

Le navire des Blattards s'était heureusement enfui bien avant. Il faisait nuit, et ils avaient mis une vingtaine de lieue nautiques entre eux et l'île sur laquelle ils devaient pourtant accoster à tout prix. Quand Joe prenait la fuite, c'était d'abord pour éviter de se faire massacrer, mais surtout pour mieux réfléchir à un second plan d'attaque au calme.

Son plan avait été mûrement réfléchi et communiqué à tout son équipage qui avait fini par s'y rallier à défaut de mieux.

- Donc ça veut dire que je devrai faire un nouveau drapeau ?...

Le rouquin au bandana que le cafard avait mobilisé pour confectionner ce chef d'oeuvre était quelque peu démoralisé. Il lui avait fallu du temps pour terminer son oeuvre.

- T'en fais pas va ! Je te filerai cinq pour cent de ma part pour la gêne occasionnée. Tu le mérites bien.

L'argent pansait toutes les plaies. Celle-ci en tout cas puisque l'artiste afficha une bouille ravie. C'était se demander si il ne s'était pas plaint pour toucher une récompense. Après tout dans le monde de la piraterie, Joe n'était pas le seul à être fourbe, et il était amené à déteindre sur ses hommes.

- On retourne à Strong World !

- Ouaaaais....

L'enthousiasme n'était pas bien vigoureux à bord, ils étaient obligés de mettre le plan à exécution durant la nuit et tous commençaient à fatiguer. Mais si la ruse fonctionnait, ils pourraient se reposer autant qu'ils le voudraient , Joe leur ayant fait miroiter les troquets et les bordels qui les attendait sans même savoir si cela était vrai.

- Côtes en vue.

Cette fois-ci, la vigie nocturne fut plus compétente, scrutant l'horizon avec bien plus de soin que celle de la nuit précédente.
L'idée consistait à accoster discrètement de nuit, en ayant bien sûr pris soin de défaire le pavillon pirate. Mais afin d'être certain qu'on ne s'en prendrait pas à eux durant la suite de leur périple, ils avaient décidé d'accrocher leur tout nouveau drapeau pirate sur le mât d'un autre navire à quai.
Ainsi marqué de l'insigne des Blattards, la pauvre embarcation subirait le sort qui était en principe réservé au cafard et ses hommes.

- Tenez les gars ! Allez m'accrocher ça au mât de la caravelle là bas.

Zujo ne trouvait pas le plan brillant, mais n'ayant rien d'autre à proposer avait été contraint d'accepter une telle idée.

- Et quand les propriétaires du bateau viendront se plaindre qu'on les a coulé pour rien ?

Sourire en coin, ne manquant pas une occasion de jubiler de sa sournoiserie, Joe lui répondit le plus naturellement du monde ce qui relevait de l'évidence même.

- N'importe qui voyant son bateau se faire couler se défendrait d'être le coupable. Y compris le coupable. Ils seront suspects, il y aura une enquête. D'ici là on sera hors de soupçons.

En effet, il s'agissait de la première scène de désolation occasionnée par l'équipage nouvellement formé. Personne ne savait encore qui était le capitaine. Ainsi, il était plus facile pour les autorités de faire la confusion.
Le commando de trois hommes dépêchés pour installer le faux drapeau revînt victorieux.

- Tu sais qu'il faudra remplir un formulaire pour attester qu'on a accosté telle date et....

Sans le laisser continuer, le cafard exhiba un formulaire d'accostage sous son nez.

- Tout bon bateau pirate est équipé de ce genre de formulaire vierge. Suffit de remplir les indications et copier la signature du docker en chef.

Parmi les hommes du commando, l'un d'eux remis le formulaire de l'autre caravelle entre les mains de son capitaine. Joe avait deux coups d'avance, Zujo fut pour le coup impressionné. Si le forban les avait mis dans une situation désastreuse, il avait au moins su comment les en sortir.

- Trouve-moi un type doué pour copier les signatures et va me remettre le mauvais formulaire sur leur caravelle.

Ainsi, officiellement, le navire des Blattards avait accosté il y a de cela six jours tandis que l'autre caravelle elle, était arrivée la veille au soir. Ajouté à cela le drapeau pirate identifié par les dockers trônait sur leur mât. L'affaire était close.

- Mieux vaut dormir à bord encore ce soir. Demain l'exploration nous attend.

D'habitude on ne peut plus impassible, Zujo semblait excité à cette idée. Il lui tardait de visiter ces îles flottantes. Toutes semblaient avoir un climat différent, et en bon chasseur qu'il était, il espérait que la faune locale serait variée et digne d'être traquée.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biut
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutag
- Mais enfin puisque je vous dis que je suis ici depuis près d'une semaine !

Tels furent les cris qui réveillèrent tous les Blattards. La veille, Joe leur avait dit de ne pas ricaner ou faire quoi que ce soit qui aurait pu attirer l'attention sur eux. Mieux valait pour eux qu'ils ignorent ce qu'il se passe. Afin de s'assurer que son plan se déroulait sans trop d'accrocs, le cafard sortit de sa cabine et alla sur le pont, rejoint par Grite, le tigre qui l'accompagnait depuis des mois sur Grand Line.
Tous deux, sans piper mot ou grognement observaient le capitaine de la caravelle voisine se faire emmener les menottes aux poignets avec son équipage. Le temps que ce dernier réussisse à se dégager des accusations qui pesaient sur lui, cela ferait longtemps que les Blattards auraient décampé.

Toute la matinée fut agitée par l'affaire qui entourait la caravelle qui aurait détruit sept embarcations la veille au quai Nord. Il y avait foule pour suivre l'affaire malgré les ordres des gardes pour faire reculer les curieux.

- Sept vaisseaux... Joli score capitaine.

Zujo avait rejoint Joe sur le pont depuis un moment, les hommes aussi d'ailleurs. Ces derniers faisant semblant de travailler pour la plupart.

- Hinhin, je vais attendre que le Log Pose soit rechargé pour communiquer cette prouesse au monde entier je pense.

Interpellé par ce que Zujo tenait dans sa main, le cafard pointa l'objet du doigt. Cela ressemblait à une grande tige qu'il aurait été enroulée dans un tapis très fin.

- Je me trompe si je dis que ce qu'il y a là dessous c'est pas une canne à pêche ?

La remarque de son capitaine l'amusa quelque peu. De ce fait, Zujo, sachant que Joe était lui aussi amateur d'armes à feu insolites, en attestaient son mousquet à triple canon et son canon portatif à une main, il dévoila l'arme qu'il cachait jalousement des regards indiscrets. Ce n'était pas seulement pour ne pas susciter la convoitise qu'il cachait l'arme, mais avant tout parce que sa possession était formellement interdite à la possession même pour les chasseurs.

Première impression 12588242_1

Cela ressemblait à une bête carabine comme Joe en avait vu des milliers, et pourtant, bouche entrouverte, yeux rivés sur le canon de l'arme, il ne put s'empêcher de s'exclamer sans le vouloir :

- Puuuuuuuuutaaaaaain.....

Ravi de la réaction suscité par son arme, Zujo répondit fier de lui avant de remballer le fusil dans son étuit en tissu beige.

- Comme tu dis capitaine.

Clignant des yeux cinq ou six fois pour revenir à lui, il avait semblé au capitaine avoir halluciné devant une telle beauté de métal et de bois. Rares étaient les militaires à s'encombrer d'une arme aussi dangereuse. Elle était certes efficace, mais ne pouvait contenir qu'une balle à la fois. L'atout de l'arme résidait dans l'épaisseur des balles pouvant être tirées, la portée de tir hors du commun, et surtout la puissance de feu qui aurait eu vite fait de déboîter l'épaule d'un marine lambda du fait du recul.

- Tu comprendras qu'il vaut mieux qu'on dise qu'il s'agit d'une canne à pêche si on nous demande.

Le cafard répondit par un simple sourire carnassier. Il lui tardait de voir ce que valait Zujo quand ce dernier passait aux choses sérieuses. Rien que par curiosité, il aurait été capable de le mettre volontairement dans une situation fâcheuse afin de voir comment il s'en sortirait. Mais ce n'était pas nécessaire. Joe savait pertinemment qu'il finirait malgré tout par se retrouver dans la panade bien assez tôt. Telle était la vie de pirate.

Une fois que les quais commencèrent à être dégagés en début d'après midi, enfin le cafard put consentir à donner quartier libre à ses hommes. Avant cela, il entra dans sa cabine et en ressortit avec un million de berries sortis de sa mallette.
Cela lui fendait le coeur de devoir partager son magot de temps à autre, mais ses hommes n'allaient pas continuer à le suivre pour ses beaux yeux.

- Voilà un million de berries à vous partager en vingt. Pour ceux qui ne savent pas compter, cela fait 50 000 berries par personne. A 200 berries le verre de liqueur et 500 la première pute venue, je pense que vous avez de quoi voir venir pour les jours qui s'annoncent.

Alors que Zujo distribua l'argent équitablement, le cafard put constater la reconnaissance dans le regard de ses hommes qui au final dépendaient entièrement de lui.

- Si ce que j'ai entendu sur les quais est vrai, on reste ici encore dix jours. Les équipes nocturnes sont maintenues ! Je veux des gardes à bord même quand nous sommes à quai ! Il y a un escargophone dans la cuisine, si il se passe quoi que ce soit, vous m'appelez.

Un fois sur la terre ferme, le cafard comptait bien en profiter pour explorer l'île avec son second. Ainsi il laissait son navire sous bonne garde. Zujo connaissait le nom de chacun d'entre eux. Si en leur absence ils venaient à leur faire un coup tordu, les fautifs seraient retrouvés et exécutés. Cela n'avait pas été dit en ces termes, mais tous les Blattards savaient à quoi s'en tenir concernant leur capitaine.

- Bonne bourre les gars. On essaiera de repasser chaque soir pour prendre des nouvelles. Dans cinq ou six jours, on prendra les plus sobres d'entre vous pour aller chercher quelques denrées dans l'un des navire à quais. Sans explosion cette fois.

Après voir bien ri sur cette dernière remarque, Joe les laissa vaquer à leurs occupations. Les équipes nocturnes furent contraintes cette fois de rester de jour comme de nuit pour garder la vaisseau. Si la relève tardait à s'amener, leur capitaine en guise d'adieu leur avait fait comprendre qu'il massacrerait tous ceux qui manqueraient à leurs devoirs.
Mais pour 50 000 berries de gnôle et de cyprine, pas un seul parmi eux n'aurait eu l'audace de ne pas accomplir ses devoirs. Les tenant d'une part par l'argent, et de l'autre par la peur de la mort, Joe avait fini par avoir son équipage sous contrôle en à peine une semaine.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biut
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutag