Le Deal du moment :
Fire Emblem : où précommander Fire ...
Voir le deal
99.90 €

[Terminé] Robina Erwolf

VOTRE NOM ET PRÉNOM ICI
Pseudonyme : Aucun
Age : 23 ans
Sexe : Femme
Race : Humaine

Métier : Cuisinière
Groupe : Civil

But : Devenir la meilleure cuisinière du monde et ouvrir son restaurant où elle doit choisir ses clients tellement elle en a.

Équipement : Une série de couteaux de cuisine et d'ustensile de cuisine, spatule, fouet, passoire, et bien d'autres encore ainsi qu'un sabre que son père lui a donné.

Parrain : Aucun

Ce compte est-il un DC ou un "reroll" ? Non
Si oui, quel @ l'a autorisé ? ...

Codes du règlement :


Description Physique
Robina est une fille que l'on considère omme petite, petite pour la moyenne du haut de son mètre soixante cinq, elle n'en reste pas moins forte.
Sa formation de cuisinière ainsi que ses entraînements avec ses parents l'ont rendu forte physiquement et endurante, les coups de feux, ainsi que les journées à nettoyer ses ustensiles de cuisines et toutes les préparations l'ont forgés.

Son visage affiche toujours un sourire, un peu mutin, mais celui-ci s'efface dès qu'elle se met au fourneau où elle donne toute ses forces pour faire le meilleur plat possible.

Ses cheveux sont longs et bleus, le plus souvent attachés pour ne pas être géner pendant son travail ainsi que pour l'hygiène. Ses yeux sont de la même couleur, mais d'une nuance différente, plus comme la couleur des vagues traversées par la lumière du soleil.

Ses mains sont petites et doués pour les travaux minutieux, vous l'aurez compris Robina est une fille considérée comme jolie par la plupart des gens.

Néanmoins, bien qu'elle soit belle, ses mains sont pleines de cicatrices anciennes ou plus récentes de coupures, de brûlures d'eau bouillante ou d'huile, elle a même perdu la moitié de l'usage de son petit doigt droit suite à un accident plus jeune étant donné qu'elle est gauchère.

Son corps, en général est bien proportionnée avec ses cinquante huit kilogrammes pour son mètre soixante cinq, elle est fine et musclée. Elle porte très souvent une tenue de cuisine blanche ou noire selon l'envie avec son nom brodé au niveau du cœur de la même couleur que ses cheveux.

Elle regarde toujours les gens dans les yeux quand elle leurs parlent, même si certains trouvent cela dérangeant. Ne pas le faire est pour elle un manque de respect. Il y a cependant une exception à cette règle, c'est quand elle est dans son laboratoire (une cuisine) où elle est occupée et n'a pas envie de perdre du temps.

Elle est très maladroite en dehors de son lieu de travail dès qu'il y a un pavé qui dépasse un peu elle trébuche. Elle est très malchanceuse et dès que quelque chose qui doit mal se passer arrive, on sait que c'est pour elle, excepté quand elle est à l'oeuvre.

Dès qu'elle rentre dans une cuisine, chez elle, au travail, ou chez quelqu'un d'autre, sa gaucherie, sa malchance disparaissent pour faire place à une précision chirurgicale.

Elle traine toujours un peu des pieds et son activité préférée est de lire, dans un bon fauteuil, au lit, dans l'herbe sous un arbre, voir même en marchant. Ce qui pourrait expliquer certains accidents qui lui sont arrivés.


Description Psychologique

Notre civil est tête en l'air, elle oublie tout ce qui ne touche pas à sa passion, dès qu'il faut se rappeler d'un date d'un rendez-vous professionnel, l'heure d'une rencontre ou même de s'occuper  d'un tache simple comme étendre le linge ou faire le ménage, c'est comme si elle n'avait rien entendu.

Sa grande passion, hors de son travail, est la lecture. Mais pas n'importe laquelle. Les livres de cuisines, ce qui tombe sous le sens, ainsi que les romans de capes et d’épées, pleins de magies et de princesses ensorcelées. Dans ces moments-là, plus rien d'autres ne compte, et même si elle est assises dans un fauteuil ou refaisant la recette du livre, elle n'entend plus ce qui se passe autour d'elle.

La coq possède aussi un moral à toutes épreuves, ses années dans les cuisines à apprendre dans un monde d'hommes, lui ont forgés un caractère d'acier. Les brimades car elle est une femme, les allusions salaces ainsi que la dure vie dans ce métier lui ont appris à devenir forte, physiquement et moralement.

Robina est intraitable sur un sujet cependant, l'entrée dans son espace de travail, personne ne rentre dans la cuisine sans son aval quand elle à l'oeuvre; sauf la brigade avec laquelle elle travaille, ou dans le pire des cas, une personne qui dit vouloir l'aider et qu'elle soit qu'il ne la freinera pas dans ses préparations.

En dehors de son travail, la pression n'est plus là et la jeune fille se détend, elle devient douce, gentille et serviable. La civil aide les gens dans le besoin pendant ses week-end en préparant des repas pour les familles dans le besoin, elle ne rechigne pas à secourir une personne qui a fait tomber ses courses ou à donner quelques légumes et fruits aux enfants qui lui disent avoir faim à l'heure du gouter.

C'est grâce à cette facette qu'elle est appréciée de tous, même de l'équipe avec laquelle elle travaille, ils savent bien qu'elle n'est aussi vigoureuse que parce que c'est leurs fonctions qui le demande et que la seconde ne fait pas ça par sadisme mais pour que les clients apprécient leurs repas.

La civil est aussi une aventurière, dans le sens culinaire du terme, elle tente différents mélanges et combinaisons qu'elle tente pour avoir de meilleurs plats avec différentes épices et viandes, ce qui ne plait pas forcément à tout les goûts de tout le monde.

Bien que son présent lui plaise, la jeune fille rêve maintenant de partir de son archipel et de parcourir le monde, de s'améliorer, découvrir les blues et la route de tout les périls et devenir ainsi la meilleur chef de la planète et ouvrir son propre restaurant.


Biographie

Robina est née dans le Royaume de l'archipel de Sanderr il y a 23 ans. Sa famille est une famille heureuse et bien que la mère de notre héroïne ne soit pas présente à chaque moment de sa vie, elle fait ce qui est en son pouvoir pour venir la voir le plus souvent possible et est toujours là pour ses anniversaires.
Son père est doux et calme, il ne parle que très peu , et quand il le fait c'est d'une voix grave, cassante, comme s'il avait mal. Bien que cela fasse parfois peur aux voisins de notre bébé, cette voix, la façon de parler de son père réchauffe le cœur de notre poupon, même de nos jours.

Alors qu'elle est encore petite, à chaque fois que sa mère repart, c'est son père qui la prend dans ses bras alors que celle-ci pleure et lui prépare une soupe de pomme de terre avec des petits morceaux de carottes et de navets. La petite fille pleure toujours en la buvant mais ça lui réchauffe le cœur et le corps de voir son cher papa la réconforter avec son timbre rocailleux, même s'il ne dit que quelques mots.

Son père était imposant et travaille à la capitale de Sanderr, ykhion, il lui a expliqué une fois que normalement il devait rester tout les jours, tout le temps, pour faire son travail mais que son amour pour sa fille ainsi que sa femme, il préférait rester sur la petite île nord de l'archipel, Asnia. Le jour où il annonça à sa chair, elle fondit en larmes et l'aima encore plus pour cela.

Son père reste sur cette petite île pour le calme, la tranquillité et aussi parce que sa femme bien que travaillant pour le gouvernement mondial n'aime pas avoir affaire avec la marine. Alors, chaque fins de semaines, le soir, il revient de son travail et sert fort dans ses bras sa fille et embrasse la photo de femme avant de faire le dîner.

C'est dans cette famille que notre seconde de cuisine a grandi, une mère absente plusieurs mois de suite pour son travail, et son père qui bien qu'il soit un peu bourru, gauche ainsi que travaillant cinq jours pas semaines à la capitale, aime et chérit chaque secondes passées avec elle.

Notre cuisinière a bien grandis, elle a maintenant sept ans, elle ne pleure plus quand sa mère repart après la semaine voir deux passée collées l'une à l'autre comme deux aimants. Mais son père lui préapre toujours la même soupe et apprécie toujours son geste. Durant sa septième année, son père l'emmène avec lui à la capitale car les jeux Snow-l'Epique se déroule pendant deux semaines et qu'il ne peut rentrer ce week-end là.

Elle dit au revoir à ses amis, fait un gros calin à sa nourrice qui s'occupe d'elle pendant la semaine et fait un signe dd'au revoir à tout le monde alors que le bateau sort du port et se dirige vers la capitale, Ykhion.
Elle est frappée par la hauteur de la pointe centrale de l'île, c'est à ce moment-là que son père lui dit que c'est en fait le palais royal. Ses yeux se remplissent alors de lumières et d'étoiles, des rêves pleins les yeux.

Les bâtisses autour du palais sont en pierre, et c'est une nouveauté pour noter demoiselle, elle qui n'a vu que des bâtiments en bois recouvert de neige toute l'année, le changement de  décors et d’environnement est magique. Certes, toute les maisons et boutiques de son village ne sont pas tous faites de bois, sa maison est en pierre et quelques échoppes et certaines maisons, mais elle n'a jamais vu de ries dallées bien droites, ainsi que autant de bâtiments en pierre aussi bien ordonnés.

Tout dans la capitale est un changement, les grands bâtiments presque collés les uns autres autres, les magasins proposant plus de choix, et plus de boutiques, dont un de bonbons. Le papa poule voit le regard et la direction de son regard et achète un petit sachet de friandises à sa fille, qui lui saute dessus en l’agrippant par le cou et lui donne un baiser sonore tout en souriant.

Elle mange et mâche un bonbon acidulé à la pomme des glaces. Son père lui montre sur le chemin les différentes boutiques et sans qu'elle sache combien de temps ils ont mis,elle se retrouve devant une porte en bois renforcée de fer.Son père la laisse dans la pièce avec d'autres personnes à qui il demande de s'occuper d'elle pendant qu'il réserve une chambre pour elle pendant la durée des festivités.

La petite ne connait personne dans la pièce et commence à discuter avec tout le monde. Elle apprend que son papa est très respecté par eux, qu'il ne leurs parle pas d'elle et fait la moue en entendant cela. Mais elle retrouve le sourire quand les hommes commencent à lui raconter des blagues pour la faire rire et l'atmosphère se détend.

Son père revient et bien que les hommes se crispent un peu en le voyant, à leurs départs Robina leurs fait un signe de la main pour leurs dire au revoir et tout le monde répond avec le sourire dans sa direction en lui retournant son au revoir.

Les deux seamines se passent sans incidents notable, les membres de la famille rentrenr tout les deux dans le village d'Asnia, notre future coq est attraistée de devoir partir après seulement deux semaines mais est contente en m^me temps de rentrer chez elle pour revoir ses amis.

Aucun évènements extraordinaires pendant les 4 ans qui séprare les deux moments de la vie de notre seconde en devenir. Mise à part que des garçons ont commencés à lui tirer les cheveux et à lui chercher des poux. Ses parents après concertation lui dire de se défendre mais comme elle ne sait pas comment faire ils lui apprirent. Les deux enseignements sont radicalement différents, l'une lui apprend des techniques éxotiques ne venant pas de sanderr, tandis que l'autre originaire de l'archipel lui appris l'art du combat de la façon locale

En quatre ans, elle maitrise les bases, c'est une véritable éponge quand le sujet l'intéresse et son père l'encourage même à continuer pour un jour dans un avenir lointain rejoindre les givrelames. Avec son entrainement, mademùoiselle peut prendre l'ascendant et devenir la caîd mais elle ne s'est jamais abaisser à frapper pour être la plus forte, mais pour défendre et se défendre, cela fait aussi partie de sonéducation, et ses parents ont bien fait comprendre ce point de vue à la petite.

Notre jeune demoiselle a maintenant onze ans et il est l'heure pour elle de retourner à la capitale avec son père pendant deux semaines. Elle ne pleure pas cette fois en partant mais dit au revoir au village d'un signe de la main, et arrivée à la capitale elle s'émerveille toujours de sa beauté et du palais ainsi que du fait que l'île ne soit qu'à quelques heures de navigation de son village.

Le jour de son arrivée, tout les deux font le même processus, son père la laisse avec les hommes dans le bâtiment pendant qu'il va réserver leurs logements. Cette année-là, les hommes sont heureux de la revoir et lui font de grands sourires, elle apprend que son père a un poste très haut en ville et qu'ils sont des givrelames aidant parfois son père.

Son paternel revient à ce moment-là et repart avec sa fille pour l'emmener dans la même chambre qu'il y a 4 ans. Mais ces deux semaines ne se passent pas exactement de la même façon. La petite a maintenant onze ans et part découvrir la ville et ses mystères. C'est là que le destin de Robina change, et qu'elle passe devant une porte où des bruits , de métal s'entrechoquant, de crépitements et des pas de courses.

Elle jette un œil par la porte double battante c'est là qu'elle voit une dizaine de personnes s'activer pour préparer entrées, plats et desserts. Un gros bonhommes joufflu la voit  du coin de l’œil et se méprend sur sa venue, croyant qu'elle est une nouvelle apprentie.

Pendant ce qui lui semble une éternité elle récure, gratte et frotte les ustensiles de cuisines des autres, fouets, spatules, cuillères, poêles, cocottes et autres. Mais à la fin de la journée, notre apprentie est contente de son travail, on lui a crié dessus, on lui a dit d'aller plus vite mais l'atmosphère était électrisante et elle a adoré ça.

Pendant les deux semaines, elle cache le fait qu'elle travaille dans un restaurant à son père et le jour de son retour elle présente ses excuses au chef de ne pas pouvoir continuer à travailler dans son laboratoire.

En revenant de la capitale, notre jeune coq se met à faire la cuisine en essayant des recette simples qu'elle voit son père faire depuis longtemps.  Elles ne sont pas toujours réussi mais elle reçoit les encouragements de sa famille chaque fois. Un week-end avec ses parents en coupant une carotte, un accident se produit et elle se coupe violemment la main droite et manque de perdre l'usage de son petit doigt.

Depuis cet incident elle fait plus attention en cuisine, bien qu'elle se brûle à cause des éclaboussures d'eau et d'huiles ainsi que les flammes, elle ne recule pas et continue son apprentissage en autodidacte.

Pendant 5 ans, elle s’entraîne en cuisine, et au sport de combat ainsi qu'au sabre, le côté paternel s'occupant de cette dernière partie tous les week-end pendant deux heures chaque matins et après-midi. Sa mère n'est pas là chaque jours donc pendant son absence elle donne des exercices à sa fille, qu'elle effectue sous la supervision de son père les fins de semaines et seule le reste du temps.

Bien que son père insiste qu'elle peut rejoindre les givrelames quand elle serait majeur, notre adolescente ne l'entend pas de cette oreille là. Elle vit maintenant seule la semaine sans son père, chez eux à préparer ses repas, à expérimenté différentes recette venant de son esprit ou de livres qu'elle dévore depuis ses onze ans.

Elle n'est plus embêtée par les autres adolescents, enfin pas pour les mêmes raisons. Certains s'invitent à sa table, d'autres lui font des avances ou l'invite chez eux. Tous ont été éconduis, les seuls amours de Robina sont la cuisine et sa famille. Elle est aussi une très bonne combattante, elle arrive à toucher quelques fois son père en combats à mains nues et sa technique au sabre s'améliore même si elle préfère manier le couteau plutôt que la lame.

Lors de ces cinq années, un jeune homme vient ponctuellement la smeaine pour discuter avec elle et l'aider de temps en temps, elle ne le rejette pas, il a un an de plus qu'elle et bien qu'insistant pour venir de plus en plus régulièrement la cuisinière ne le jette pas à la porte. C'est lors de la dernière de ces cinq années qu'il lui fait sa déclaration et qu'elle l'éconduit lui expliquant qu'elle préfère sa liberté et ne veut pas s'engager.
Le jeune homme lui explique alors qu'il va l'attendre jusqu'à ce que la coq soit prête et que jusqu'à ce jour là il lui reste fidèle et va rentrer chez les givrelames pour lui montrer sa détermination.

L'année de ses seize ans elle trouve un travail en cuisine à la capitale durant la veille de la fête annuelle de l'Etoile de Givre, une fête encore heureuse. Allant chaque année à cet évènement avec ses parents, elle doit batailler ferme contre eux avec ses arguments et bien que cela gène sa mère, ils finissent par céder et prendre une maison en ville et à accepter la décision de leurs fille.

Pendant un an, les engeulades, les brimades, les brulures et aussi les assiettes qui volent s'enchainent. La future seconde apprend que dans ce monde d'hommes être une femme est une faiblesse. Mais elle ne lache rien, ses horaires sont titanesques et rentre chez elle bien après son père et part avant lui chaque matin.
C'est durant cette année, qu'en cuisine, elle est devenue plus cassante et mordante, mais grâce à cela, notre jeune coq est passé à la préparation des entrées avec le second. Il est doux et calme pendant les explication mais un véritable tyran lors des coups de feux et de la mise en pratique. Les propositions salaces, les tentatives d'attouchements l'ont rendus plus fortes durant ces années.

A la fin de son apprentissage, deux longues années, elle est devenue une cuisinière émérite et bien qu'elle soit une femme toute la cuisine s'accorde à dire qu'elle est devenue une grande cuisinière accomplie. Elle continue de travailler dans cette établissement durant deux ans où elle devient saucière et continue de perfectionner ses aptitudes.

Lors des passages de sa mère notre demoiselle prend toujours une semaine pour la voir, lui faire goûter ses nouveaux plats et recettes ainsi qu'avoir l'avis de celle-ci. Les entraînements au combat et au sabre continuent toujours, bien que moins souvent, et Robina se trouve correct, même si elle sait qu'avec son niveau elle peut oublier le rêve de son père qu'elle devienne givrelames un jour.

Après son premier établissement elle change et passe aux cuisines royales où celle-ci a du batailler fermer pour gagner le job et gagner sa place. Elle travailler ainsi pendant trois ans et grimpe les échelons jusqu'à devenir seconde de cuisine à l'age de 22 ans.

Robina a maintenant vingt-trois ans, elle rêve depuis des années de partir découvrir le monde ainsi que les différentes saveurs et mariages que l'on peut faire entre elles. Elle démissionne donc de son travail et pendant son dernier mois elle se prépare et prend le bateau pour l'île suivante pour vivre de nouvelles aventures et devenir la meilleure cuisinière du monde.


Test RP

Robina vient d'échouer sur une île, après de longues minutes étendu sur le sol en train de recracher l'eau qu'elle a avalé. Il lui faut encore quelques minutes pour reprendre son souffle et prendre ses repères, elle est sur une île, au moins elle ne flotte pas au milieu de l'océan. La coq regarde autour d'elle et voit plusieurs morceaux de coque du navire qui devait l'emmener à la prochaine pour le début de son voyage. Pas vraiment le début qu'elle recherchait mais bon elle va faire avec.

Elle fait vite le tour de l'île qui n'est pas si grande que ça, des débris partout sur toute la côte, elle a pu retrouver son rouleau de couteau qu'elle déroule avec précaution, les lames n'ont pas commencer à rouiller mais elle les met au soleil ainsi que son sabre et ses pierres à affûter, les poêles, les passoires, bref tout ce qu'elle retrouve de ses affaires. Il lui faudra du temps avant que tout ne soit sec mais elle a le temps, après tout elle ne sait pas où elle est et si on va la retrouver demain ou dans plusieurs jours.

Le plus urgent est de changer de vêtements, elle retrouve sa valise avec quelques robes et tenues de cuisine, tout est trempé sauf une tenue un peu veille qu'elle ne met presque plus. Elle l'enfile quand même car il vaut mieux être au sec et avoir un peu plus chaud qu'être coquette.

Elle s’attelle alors à la tache de faire sécher ses vêtements, mais rien pour les étendre. Elle cherche alors une corde, certes elle est trempée et pleine de sel, mais au moins elle pourrait servir pour l'aider. Elle accroche donc les deux extrémités de la corde à deux arbres et étend son linge dessus. Le séchage va mettre du temps vu que les vêtements ainsi que la corde doivent sécher mais bon elle n'est pas presser vu qu'elle ne peut partir nul part.

En se rappelant comment le navire avait chaviré, elle se souvient que pendant la tempête qui a touché le bâtiment les long-bras s'occupant de la direction n'ont pas eu la force pour tenir et c'est à ce moment-là qu'une vague a fait chaviré tout le monde et qu'elle se retrouve sur cette île à priori déserte et pas plus grande que le petite village dans lequel elle a vécu les seize première années de sa vie.

Après plusieurs recherches elle trouve une hache ainsi que de la paille, avec la hache elle coupe quelques branches et les met sur le sol en les entourant de pierres pour le foyer et ne pas mettre le feu à la foret. Après cela de fait, notre seconde parti à la recherche d'autres personnes qui se sont naufragés avec elle mais mise à part des cadavres d'autres clients et membres de l'équipage elle ne trouve personnes.

Notre demoiselle continue de chercher mais le tour est vite fait et rien ni personne de ce qu'elle peut voir n'a survécu à l'accident. Aucun animaux, ou de plantes qu'elle connait qui soit comestible, ni de fruits sur l'îles, elle se dit qu'elle trouvera quelque chose pour manger. Après tout un cuisinier sait toujours trouver quelque chose pour faire à manger.

Après ce tour, elle revient près de son tas de bois et de branches et prend son briquet qu'elle sèche avec sa tenue en le nettoyant bien et en oubliant aucune partie pour pouvoir l'utiliser tout de suite et allume le feu avec quelques herbes folles et branches plus fines. Le feu prend et bien que cela la réchauffe et aide ses affaires à sécher elle n'a toujours pas de quoi dormir.

Après une heure ou peut être deux, comment savoir sans horloge, elle se relève et commence à récupérer quelques morceaux de bois sur le sable et les amène près du feu où elle les cales avec les troncs des arbres pour se faire un abris de fortune.  Elle entasse la paille sous son abris de fortune pour se faire une sorte de paillasse qu'elle recouvre de feuilles et ainsi être un peu plus confortable pendant qu'elle dort. Elle continue ses recherche de nourriture pendant ce temps et ne trouve rien qu'elle puisse manger et pourtant son estomac commence à gronder.

Elle trouve cependant une source d'eau potable et elle boit à grande gorgée mais boire autant alors que son estomac est vide lui fait mal. Elle rejette l'eau sur le sol et doit reprendre son souffle avant de boire de nouveau plus lentement et en moins grande quantité. C'est à ce moment-là qu'elle voit quelque chose grouiller sur le sol. Un petit insecte qui passe sous une pierre. Elle relève alors la pierre pour voir une véritable colonie d'insectes tous différents dont certains font dans les quarante centimètres. Elle a un mouvement de recul et de dégoût avant de repartir vers le camp.

La première journée se finit comme cela, Robina a faim, elle a froid n'ayant rien trouver pour lui servir de couverture, ses vêtements sont encore mouillés et ses outils aussi. Une odeur de putréfaction commence à se faire sentir aussi sur toute l'île et elle va devoir s'occuper des cadavres avant que l'île entière empeste la mort.

Deuxième jours sur l'île, la civil prend un morceau de bois épais et commence à creuser des tombes, elle avance lentement la faim lui tenaillant le ventre et lui drainant ses forces.  Mais elle tient bon et finit de creuser la troisième tombe avant de ne plus pouvoir tenir et de tomber par terre vider de toute énergies. Elle s'endort sans s'en rendre compte et se réveille en pleine après-midi, de ce que Robina peut voir. Elle rentre alors avec l'énergie qu'elle a récupérer de sa sieste et revient à son camp de fortune où ses affaires sont maintenant sèche, enfin ses affaires de cuisine. Elle essuie chacun de ses ustensiles avec soin et minutie.

Pendant deux heures chaque lames, et outils de cuisine est passé au crible pour voir s'il n'a pas été abîmé par le sel de mer et elle doit bien reconnaître que ses couteaux ont besoin d'être entretenu ainsi que son sabre. Elle prend donc sa pierre à aiguiser et passe ses lames jusqu'à être satisfaite de leurs tranchants. Cela lui prend deux heures mais à la fin de la session elle est contente de son travail et repart dans la forêt pour creuser une autre tombe. Il lui faut encore deux heures pour creuser la dernière tombe de la journée et retourne à son campement le ventre vide.

Après cette nuit, Robina a faim, une faim dévorante et ne tient plus, il faut qu'elle mange, deux jours sans manger elle n'en a pas l'habitude et a besoin de nutriments. Elle retourne donc vers la source d'eau potable et boit quelques gorgées avant de se tourner vers le nid d'insectes grouillants. Notre jeune coq en attrape un et l'avale après l'avoir couper en deux et avale. Ça n'a pas bon gout et l'acidité est horrible mais cela lui redonne quelques forces. Elle se met alors à avaler tout les insectes qu'elle peut trouver les plus petits pour ne pas toucher les plus gros qu'elle ne peut pas avaler comme ça.

Le repas bien que non satisfaite de ce repas elle repart avec le ventre plus plein qu'à l'arrivée et avec de l'énergie. Les tombes sont creusées avec plus d'énergie que la veille et bien que se soit un travail rebutant elle doit le faire, les cadavres commencent à rependre une odeur horrible et insupportable. Trois tombes sont creusées avant qu'elle ne reparte et retourne à la source où elle récupère quelques insectes avec sa poêle et revienne à son campement.

Le feu est rallumée et bien qu'elle n'y ai pas pensé elle doit l'entretenir pour pouvoir manger et avoir chaud. Mais la fatigue et la faim lui avait faits oublier tout cela pour l'emporter dans le sommeil la veille. Elle attendit patiemment en mettant un couvercle sur sa poêle pour en pas avoir les insectes sorti et dès que le feu fut près elle mit un wok sur les flammes avec un peu d'eau de mer dedans.

La seconde pensa pendant un moment à comment cuisiner les insectes qu'elle avait récupérer sous la pierre. Elle décide tout d'abord de les nettoyer avec l'eau de mer bouillante puis d'aviser. Toujours ddes petits insectes elle ne sait pas pourquoi mais  les gros ne lui inspire pas confiance. Elle met alors les insectes dans l'eau qui a bouilli dans le wok et des petits cris stridents se font entendre une seconde avant le silence, elle passe sa cuisson après quelques minutes d'ébullition dans la passoire et reprend son wok où elle remet les insectes avec une pincée de sel et de poivre. Rien de spécial mais elle espère qu'ils seront déjà meilleurs.

La cuisson est finis et elle se sert de sa cuillère pour goûter et bien que cela ne soit pas bon car ça a un gout toujours horrible mais pas aussi horrible que cru et vivant elle avale et se dit de réessayer avec d'autre épices qu'elle a toujours dans son sac et sa sacoche. Les tombes continuent de s'accumuler et il ne lui en reste plus q'une à creuser le lendemain.

Le soir elle continue d'entretenir le feu en jetant des branches dedans aussi que des brindilles. Son wok est lavé à l'eau de mer et elle reprend la même sorte d'insectes pour faire son plat du soir en un plein plus gros. Elle les éventre et sort les intestins, le petit filament au milieu de l'insecte avant de les pocher à l'eau de mer. Elle met un peu de thym séché ainsi que du romarin et quelques pincées de sel et de poivre. Le plat est mangeable et n'a plus d'acidité ce qui lui fait une petite victoire. Après son repas notre naufragée est toujours en pleine forme et s'active à faire la dernière tombe avec toute l'énergie qu'elle a en elle ainsi que ses exercices de combat que ses parents lui ont appris.

Le lendemain, plus rien à faire à part entretenir le feu et chercher d'autres sources de nourritures, cependant il n'y a rien d'autres sur l'îles qui pourrait l'aider et elle commence à "s'amuser" en essayant différentes recettes qu'elle improvise, des insectes en ragoût avec de l'eau de mer qu'elle coupe avec de l'eau potable ainsi pas besoin d'utiliser de sel et en rajoutant de l'estragon, une pincée de clou de girofle et quelques gouttes de mélasse pour le gout fumé. Le résultat est meilleure même si ça n'est pas encore de la grande cuisine.

Durant les jours suivant la routine se met en place et bien qu'elle entretienne le feu et fasse ses exercices martiaux chaque jours n'ayant pas d'autres divertissements elle se met à essayer de cuisiner les scolopendres qui grouillent près de la source d'eau potable. Elle coupe d'abord la tête et les éviscère. Puis elle les piques sur de petites branches qu'elle a préparé à l'avance et se fait des brochettes assaisonné de poivre, de thym et quelques pincées de curry. Le gout est meilleur que ce qu'elle a déjà manger sur cette île et elle trouve cela presque bon.

Durant trois semaines notre naufragée survit en mangeant des insectes et en s'occupant l'esprit comme elle le peut en inventant des recettes et en faisant ses exercices. C'est durant la quatrième semaine qu'un bateau de la marine apercevant la fumée sur l'île s'arrête et la secourt. On lui apprend alors qu'elle a eu de la chance de survivre aussi longtemps sur l'île car rien sur l'île ne vit à part les insectes et aussi qu'il y a une petite crique sur l'île où il y a des poissons.

La jeune femme s'en veut de ne pas les avoir trouver mais elle a survécu, récupérer toutes ses affaires et peut dire adieu à cette mauvaise expérience et se tourner vers l'avenir et devenir la meilleure cuisinière du monde, peut être même que dans son futur restaurant elle cuisinera des insectes si elle trouve une recette qu'elle juge acceptable.



    
Informations IRL

• Prénom : Christopher
• Age : 28 ans
• Aime : Faire la cuisine, manger et les mangas seinen
• N'aime pas : Les gens en retard
• Personnage préféré de One Piece : Magellan
• Caractère : Un peu lunaire, j'oublies tout le temps ce que je dois faire sauf si je trouves ça important et j'adore rire même si je ne connais aucune blague.
• Fait du RP depuis : Euh depuis que j'ai 14 ans
• Disponibilité approximative : environ une ou deux fois par semaine
• Comment avez-vous connu le forum ? Google est mon amis en plus du nom de mon chien Very Happy


ONE PIECE REQUIEM ©️



Dernière édition par Joe Biutag le Mar 3 Juil 2018 - 12:05, édité 4 fois (Raison : test rp envoyé)
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21190-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21186-
Salut Robina, je passe pour ton test RP.

Robina a échoué sur une île. Voilà ce qui arrive quand on laisse des longs-bras à la barre.
Concernant l'île où elle est arrivée, ça aurait pu être mieux. Du sable, des rochers, des mauvaises herbes, mais pas un arbre fruitier ou même un petit mammifère pour te sustenter. Il y a une patrouille de marine par mois (merci les coupes budgétaires) qui passe à proximité. En attendant qu'elle ne te retrouve, il y a de l'eau potable mais niveau bouffe, c'est pas la joie.

Toutefois, elle a de la chance dans son malheur, car elle a fini par découvrir une source de protéine dans une crevasse. Quelques insectes mesurant entre vingt et quarante centimètres grouillent par centaines, reclus entre les pierres. Aussi, les cadavres de certains clients avec lesquels elle a embarqué son encore frais.

Puisqu'elle a avec elle ses instruments de cuisine et ses assaisonnements, à toi de nous montrer qu'elle peut être une excellente cuisinière en dépit de l'absence d'ingrédients conventionnels d'ici à ce qu'elle ne soit sauvée.

Si le test RP ne te plaît pas, tu peux en demander un autre.

Bonne écriture.


Tarif Joe:


Cafard:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biut
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutag
Test rp posté !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21190-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21186-
Salut Robina, je viens pour ton avis co-rédigé avec Myo en renfort.
D'habitude, je m'abstiens de le faire pour les personnages dont le nom du personnage me rappelle la plomberie. Mais on va faire une exception.

Point forme  :

Spoiler:

Avec une relecture, 90% de ce que j'ai relevé n'a plus lieu de paraître dans le point forme.

Point fond  :

Pour la description on a tout, même les détails comportementaux. Seulement, si on aborde tous les points, on se contente de le faire superficiellement pour décrire le visage dont on ne connait au final que les yeux.
Peut-être insistes-tu trop sur la cuisine déjà alors que l'occasion ne manquera pas par la suite.

Myo, bien qu'il ait lui aussi trouvé le physique complet trouvait qu'il n'était pas assez structuré et développé.

Concernant la description mentale, elle est distraite, débonnaire et..... CUISINE ! CUISINE ! CUISINE ! CUISINE ! CUISINE !
Que la cuisine joue une part important dans sa vie, je puis le concevoir... mais au point d'en faire un personnage aussi unidimensionnel, uniquement tourné vers cette activité, ça ternit le reste de sa personnalité. J'imagine que toi aussi tu as des passions, mais si on demandait à quelqu'un de te décrire, il ne te définirait pas seulement par ton rapport à ladite passion, tout ton tempérament serait passé en revue.

Là, chaque fois qu'on est sur le point d'aborder un point intéressant :

La civil est aussi une aventurière,

On se dit « aaaaah »
Et dans la foulée on a droit à :

dans le sens culinaire du terme

Alors on soupire. Gare à ne pas faire un personnage qui ne se cantonne qu'à un rôle plutôt qu'à une personnalité réelle, tu vas vite tourner en rond autrement.

Myo considère que comme pour la description physique, tu as à peine esquissé son comportement, que tu en es resté à l'écume des choses sans jamais approfondir.

Biographie.

Alors qu'elle est encore petite, à chaque fois que sa mère repart, c'est son père qui la prend dans ses bras alors que celle-ci pleure et lui prépare une soupe de pomme de terre avec des petits morceaux de carottes et de navets. La petite fille pleure toujours en la buvant mais ça lui réchauffe le cœur et le corps de voir son cher papa la réconforter avec son timbre rocailleux, même s'il ne dit que quelques mots.

Bon sang que c'est mielleux Laughing
Je sais que je suis le premier à grincer des dents quand on met en exergue la bonté et la candeur dans un cadre apaisant, mais là... c'est clairement de trop. Et vas-y que ça se serre dans les bras sans arrêt. Parce que là, ce n'est qu'un paragraphe parmi tant d'autres du même tonneau.

Aussi, c'est bien beau de nous parler de ses parents au travail.... mais de quel travail il s'agit au juste ? Certes, tes parents ne sont pas morts, mais c'est une famille Potemkine. Pas de nom, pas d'identification du travail. On se croirait dans le Truman's show tant le fond des motivations et de développement des personnages entourant le tienl est creux.
Surtout que le métier des parents a son importance puisqu'il pousse quand même la mère à s'absenter pendant plusieurs mois.

Les deux enseignements sont radicalement différents, l'une lui apprend des techniques éxotiques ne venant pas de sanderr, tandis que l'autre originaire de l'archipel lui appris l'art du combat de la façon locale

[Terminé] Robina Erwolf Tumblr_nnfbbe5iFK1rb2l1co1_400

De toute la bio.... on n'a aucune information sur les parents. Ils aiment leur fille, leur fille les aime, ils se prennent dans les bras tout le temps et.... et c'est tout.
Soudain, sorti de nulle part, on apprend que ce sont des experts en arts martiaux. Il aurait peut-être fallu nous les présenter davantage pour qu'on sache à quoi s'attendre de leur part, car tout semble sortir de nulle part à compter du moment où tu annonces ce dont ils sont capables sans même avoir pris la peine de nous dire à quoi nous attendre les concernant.

« Ma grand-mère tricotait et faisait des cookies. Ah, oui, au fait. C'était une championne de kung fu. »

Y'a un contexte à instaurer pour que ça paraisse cohérent. Là, on n'a aucune information sur ses parents. La biographie ne fait que parler d'eux, mais ne dit pourtant rien à leur sujet.

Pendant 5 ans, elle s’entraîne en cuisine, et au sport de combat ainsi qu'au sabre

Et au sabre maintenant. Grâce à qui ? Ça s'improvise pas un pareil apprentissage.

Cette biographie est un long fleuve tranquille. Pas UN élément perturbateur. Tout se passe sans tumulte et sans développer l'univers dans lequel évolue ton personnage. Aucun PNJ présenté. Elle va de telle cuisine à telle cuisine jusqu'à rejoindre les cuisines royales, comme ça. Comme une formalité.
Rien n'est développé, tout coule de source et on ne retrouve aucune forme d'adversité.

Le test RP n'était pas un prétexte pour m'amuser à voir ton personnage manger des insectes, mais plutôt une occasion de voir ce qu'il en était de l'introspection dans ton récit. Seule, sur une île déserte, normalement, ça fait cogiter. On s'inquiète, on panique, on cherche à surmonter ses angoisses.

Là, rien. Mais vraiment, rien. Robina c'est le T-1000 de Cameron. Il avance, accomplit sa mission. Pas d'état d'âme, pas d'inquiétudes, pas de sentiments. Il doit se nourrir, alors il se nourrit.

Ton personnage, se voulant pourtant si doux a l'air si peu humain. Elle fait les choses froidement. Elle les fait pour la finalité de les faire, comme programmée pour. Comme pour la bio, tout coule de source.

Ton personnage va d'un point A à un point B. Plutôt que de simplement nous dire qu'il va du point A au point B, dis nous pourquoi il le fait, ce qu'il ressent, ce qu'il voudrait faire plutôt. De l'introspection est ce qui manque cruellement à ce test RP.

Comme pour la bio, Myo a lui aussi trouvé qu'il ne se passait rien, qu'on se limitait à des descriptions froides et sans âme qui ne menaient le lecteur nulle part.

Aussi, à l'avenir, soigne tes PNJ, (créé-les déjà [Terminé] Robina Erwolf 2983686574)
Je ne t'en fais pas grief pour le test RP évidemment, mais pour la biographie, il est flagrant que personne n'est développé. Normalement, j'ai l'habitude que des joueurs se focalisent trop sur leur personnage au point d'occulter ce qui les entoure. Mais tu ne développes même pas Robina, là est le drame et le sentiment de vide à la lecture d'autant plus patent.

Pour moi, 480 dorikis.
Pour Myo 450.

Une moyenne de 465 dorikis à la validation.

Bonne continuation et bon jeu.


Tarif Joe:


Cafard:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biut
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutag