-21%
Le deal à ne pas rater :
LEGO® Icons 10329 Les Plantes Miniatures, Collection Botanique
39.59 € 49.99 €
Voir le deal

Une transaction [Feat : Timothée Lendriksso]

Bienvenue à Logue Town


Le lieutenant-colonel Shoga a dû se rendre sur la mer de l'est pour faire un compte-rendu à son supérieur Sam Gallagher, lieutenant-colonel de la 473e unité de la marine en station sur Orang Town. Après avoir déposé son rapport et longuement discuté des dernières nouvelles qui frappent le monde, le Mink a dû par la même occasion faire un petit détour au quartier général d'East Blue pour y faire un recrutement de soldats, la dernière mission sur Zaun a été meurtrière que prévu, beaucoup de braves soldats y ont laissé leur peau. Après cette semaine chargée, le renard et son équipage reprennent la route de Grand Line, mais avant ça, ils doivent une escale sur Logue Town, Shoga a toujours voulu visiter cette île. Le navire accoste dans un port où seuls les navires des différentes divisions de la marine en station sont entreposés, les hommes d'équipage du Gladius ont quartier libre jusqu'à dix-heures du soir, passé ce délai les retardataires seront punis. Le capitaine de la frégate descend avec l'un de ses deux officiers favoris. Shoga est accompagné du sergent-chef Soma, un jeune apprenti Ninja qui n'est âgé que seize années. Les deux officiers marchent tranquillement dans les rues de Logue Town. Ils font du lèche-vitrines, le sergent à envie d'acheter quelques armes blanches avant de s'aventurer une fois de plus sur Grand Line.

- Nin-nin ! Lieutenant-colonel, il faut que je renouvelle mon armement. Les passants regardent le grand Mink avec un air étonné, ce n'est pas tous les jours qu'on peut croiser un renard de plus de deux mètres de haut, et aussi carré qu'une armoire, ça surprend. " Bonne idée, moi de mon côté, je vais regarder les sabres dans l'armurerie d'Okazaki." Les deux hommes se séparent, car Soma se dirige vers une boutique pittoresque dans ses moyens, tandis que Shoga trace sa route vers l'une des armureries la plus connue de la ville.

Pendant que nos deux amis font un tour dans la capitale de l'île, le commandant Shujin, surnommé le "Récidiviste" est resté au port... Celui-ci est actuellement attaqué par une bande de pirates qui veut se faire un nom sur East Blue, il s'agit d'un équipage d'homme-poisson fraîchement débarqué de Grand Line, ces hommes se croient supérieurs aux bouseux d'East Blue. Les petites frappes font leur show, et les pauvres soldats lambda des divisions en station sur Logue Town se font laminer.

Une transaction [Feat : Timothée Lendriksso] E374

- Gyachachacha !! Je suis Huzi, le moustachu des abysses, capitaine des pirates de la truite ! Moi et mes hommes, nous allons faire régner la terreur sur cette faible mer, nous sommes votre pire cauchem...

Un coup de poing vient mettre à terme à la tirade du moustachu, lui et sa moustache broussailleuse n'ont pas vu venir ce coup-là. La vingtaine d'hommes-poissons attaquent avec leur sabre l'inopportun. " Oh, vous voulez m'assassiner, vous êtes choupinous, mais vous n'y arriverais jamais !" Le commandant Shujin, le même qui assiste le lieutenant-colonel Shoga dans ses péripéties depuis quelques semaines déjà s'occupe personnellement des pirates, il saute dans les airs pour esquiver les coups de lames.

Puis, il retire ses vêtements qui selon lui le gêne pour combattre, mais avec lui tout prétexte est bon de se mettre tout nu... Donc, la vue du corps musculeux de l'humain dégoûte la poiscaille. " Ahh, c'est ce monstre qui a osé toucher à splendide moustachu, abattez le !" Hurle Huzi en faisant tournoyer ses deux poignards dans ses mains, les hommes-poissons brandissent leur sabre pour embrocher l'humain nudiste, du coup, ils regardent dans sa direction pour être sûr de l'avoir, mais celui-ci s'est placé stratégiquement devant le soleil, soleil qui aveugle les pirates. Le nudiste retombe dans la direction de la poiscaille, et il en profite pour envoyer un déluge de coup de poing dans leur direction. " Okama Kenpo : Combo de l'Ange !" Les coups s'écrasent sur le corps des infâmes crapules, le capitaine qui est pourtant primé à six millions de Berry se fait emporter dans le déluge du commandant. Après quelques coups de poing bien puissants, l'équipage des truites est mis hors d'état de nuire, par la suite, il est arrêté par les forces de la marine présente sur l'île... Le commandant est remercié pour son intervention.

De son côté, Shoga vient d'entrée dans son armurerie, et Soma dans la petite boutique dans laquelle il espère trouver des armes de bonne qualité et pas cher.



Dernière édition par Shoga le Jeu 25 Nov 2021 - 5:45, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22537-fiche-du-kitsune
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22505-le-renard-justicier
La matinée se levait sur Logue town, claire et ensoleillée. C’était une belle journée pour sortir ! Mais certainement pas pour le jeune Timothée qui était à l’ouvrage depuis maintenant deux bonnes heures… Etait-ce une obligation pour lui ? Absolument pas ! En vérité, le garçon n’avait pas réussi à bien dormir cette nuit : des récentes interactions qu’il avait eues avec un « client » désagréable continuaient de le faire cogiter, aussi avait-il décidé de se réfugier dans le travail ce matin-là. Après tout, quel meilleur moyen pour faire passer son anxiété que de se concentrer sur une activité qui nous passionne ?

C’est donc pour cela que le petit Timothée avait ouvert la boutique plus tôt que d’habitude aujourd’hui, recevant d’ailleurs de la part de son maître un compliment pour son assiduité qui lui réchauffa le cœur ! Comment mieux commencer la journée que ça ? Par conséquent, le moral de Timothée qui était dans ses chaussettes à peines quelques heures plus tôt était remonté en flèche ! Penché au-dessus d’un pistolet de très gros calibre, le garçon s’affairait maintenant à tenter de réparer le percuteur explosé de ce modèle, tout en essayant de se retenir de rigoler à l’idée de se figurer la tronche du propriétaire quand il lui avait pété dans les mains. Ah pour sûr, même si la technique s’améliorait de plus en plus dans le domaine des armes à poudre, certains prototypes excentriques feraient mieux de rester justement sur la seule planche à dessins.

C’est donc tandis qu’il essayait de replacer délicatement la pièce dans la culasse fixe du pistolet que la clochette de la porte se fit entendre. Sans être perturbé et sans relever la tête, le petit garçon s’adressa au nouvel arrivant :
- Je suis à vous tout de suite m’sieur, un instant.
Encore quelques secondes… Et c’était fait ! Le pistolet était réparé, le percuteur remis à neuf et le garçon actionna quelques fois les mécanisme à vide pour vérifier son ouvrage. Satisfait, il reposa l’imposant pistolet sur le comptoir et se dirigea vers le visiteur de l’échoppe.
- Bonjour m’sieur ! Bienvenue au canon fumant ! Est-ce que j’peux vous renseigner ?
Tandis qu’il attendait une réponse, il détailla de la tête aux pieds son interlocuteur : un accoutrement bien étrange à ses yeux qui ne le faisait vraiment pas passer pour un pistolero ! Mais peut-être se trompait-il ? En attendant s’il était là, il devait rechercher une arme à feu et Timothée était bien prêt à le conseiller de la meilleure manière (voir même lui faire une démonstration si nécessaire !).

Et pendant ce temps, tandis que sur le port se déroulait un combat qui n’avait pas grand-chose à voir avec la transaction en cours, un œil circonspect et légèrement inquisiteur observait avec désintérêt l’échange de coups qui se déroulait… En 11 ans d’une longue vie dans la rue, "Mrraaahowaaaaaaaaa" (que nous appellerons "Praline" de manière plus pratique) en avait vu bien des choses étranges, et pourtant elle ne parvenait pas à cet instant à faire sens du spectacle se déroulant devant elle. Toutes ces cascades et ces dents de métal que les intelligents s’amusaient à entrechoquer dans un balai si peu impressionnant à ses yeux de félin ressemblaient peut-être à une parade nuptiale, ou un combat, ou pour ce qu’elle en savait un simple comportement de jeu… Pour autant qu’elle en sache cependant, la tâche qu’elle remarqua alors sur son pelage l’intéressa au plus haut point et elle choisit donc de faire quelques pas pour trouver un perchoir plus stable et se récurer la fourrure, tout en gardant un œil distrait sur cet étrange étalage dans l’espoir qu’elle savait vain de trouver un sens à tout ceci…
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23535-timothee-lendriksson-fic
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23519-tant-de-choix
Une panoplie d'arme


Le sergent-chef Soma est en train d'admirer la sublime collection d'armes exposée dans une vitrine à la vue de tous, les armes présentes sont tous de bonnes qualités en plus d'être très bien entretenue par le gérant de la boutique. L'apprenti Ninja se penche vers la vitrine, et il regarde les différents pistolets, mais aussi les armes blanches et tout ce qui se trouve dans la vitrine. Le sergent-chef sourit au vendeur, puis du haut de son un mètre cinquante, il discute avec le caissier. "Salut, t'aurais pas des outils Ninja ? Comme des Shurikens ou encore des Kunaïs, s'te plaît ?" Pendant que Soma regarde le vendeur avec des yeux remplis d'étoiles, car oui, le sergent-chef est à chaque fois heureux dans une armurerie, donc pendant qu'il regarde le vendeur, le marin attend sa réponse.

Tandis que Soma taille le bout de gras avec Timothée, le lieutenant-colonel Shoga est en visite dans la boutique de sabre d'Okazaki, le marin espère dénicher un Meito. Le renard regarde cette immense boutique, sur les murs, il y a des sabres accrochés, et un peu partout se trouve des étagères remplit de diverses armes très cher, et pour les bourses modestes, il existe des tonneaux remplit de vielle armes presque rouillées. Le lieutenant-colonel sourit, et il regarde dans les tonneaux, car un bon collectionneur sait qu'on peut dénicher une pièce rare dans un tas d'ordure... Le vendeur maigrichon avec une coiffure en forme de fourreau de Katana qui est aussi le patron de cette respectable boutique accoste le Mink, en plus de reconnaître son uniforme de la marine avec écrit au dos "Justice", le vendeur perçoit en Shoga une bourse bien remplit. " Monsieur, puis-je vous suggérer de porter votre regard sur ses magnifiques sabres de meilleures factures que ceux qui se trouvent dans ses tonneaux ? Je me présente, Urite Okazaki, et je suis le patron de ce magasin." Shoga regarde le patron qui lui fait de la lèche, puis il décide de continuer de fouiller dans les tonneaux, le responsable s'agace, " Monsieur, pardonnez-moi d'insister, mais si vous chercher vraiment une lame de bonne qualité dans ce fouillis, vous serez plus que déçu." Le renard sort une lame de qualité supérieure de ce "fouillis" et la montre au propriétaire, celui-ci regarde dans son livret de Meito, et il trouve le sabre en question, et il est bouche-bée.


Shoga est déçu par cette trouvaille, " Ah, ce Katana est trop petit pour mes grandes paluches, dommage." Le patron comprend que le renard cherche un Meito, mais malheureusement à part celui qu'il tient dans ses mains, il n'en a pas d'autres, et il le dit à Shoga. Le renard sort son livret de Meito, c'est le même que celui du vendeur, et il montre à ce dernier la lame qu'il convoite, " Il s'agit de l'épée Damoclès, c'est une grande lame, son rang est au-dessus de mon Meito Take." Le lieutenant-colonel montre son épée bâtarde au patron, celui-ci lui propose de lui rajouter dix millions, car cette épée est très belle et en plus d'être très solide, Take est réputée pour être une lame magnifique au point que certains collectionneurs la convoite uniquement pour sa beauté. Évidemment, le Mink refuse de céder son épée contre de l'argent, peut-être contre une autre épée, mais la seule qui lui fait envie est évidemment Damoclès. Le propriétaire s'excuse auprès du marin, mais sa boutique ne possède pas une telle lame, par contre, il connaît une personne dans la ville qui pourrait le renseigner. Il s'agit d'un vieil homme qui fait souvent la manche dans la rue pour une petite bière, et d'après le vendeur celui-ci aurait été autrefois un grand épéiste possédant plusieurs Meito. Shoga note la description du poivrot, et il part à sa recherche. L'homme fait généralement la manche à côté du magasin où se trouve Soma.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t22537-fiche-du-kitsune
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22505-le-renard-justicier
Très content de son travail sur le pistolet qu’il avait dans les mains une minute plus tôt, le jeune garçon affichait un sourire radieux face à son client nouveau venu. Malheureusement, ce sourire se transforma un peu (beaucoup même !) en grimasse désolée lorsque le petit ninja lui demanda s’il disposait de Shurikens et Kunaïs.
- Oh… J’aimerais pouvoir vous dire oui m’sieur mais j’crois pas. On est une armurerie spécialisé dans les armes à feu ici, on a qu’un petit rayon coutellerie.
En disant cela, le garçon désigna d’un geste de la main la vitrine devant laquelle se tenait Soma, vitrine qui présentait malgré tout de magnifiques jolis ouvrages allant du simple opinel dépliable à l’impressionnant couteau Bowie au manche nacre et plaqué-or. Tous partageaient cependant deux caractéristiques : ils étaient produits industriellement et non artisanalement, et qu’il s’agisse de lames de combat ou de tous les jours, ils n’en restaient pas moins que des couteaux sans excentricité ou exotisme dans leur forme.
- Si vous le souhaitez, je peux vous recommander d’autres commerces plus spécialisés dans ce que vous cherchez m’sieur, mais j’crois pas que vous trouverez ici, j’suis désolé…
Peiné, le garçon jeta ses yeux vers l’arrière-boutique et contempla la porte donnant sur la réserve avant que soudainement, une ampoule métaphorique ne s’allume au-dessus de sa tête en lui faisant écarquiller les yeux. Dans un mouvement fulgurant, il se précipita derrière le comptoir pour en sortir un épais livre qu’il souleva en grognant (ce truc devait faire au moins 20% de son poids !) avant de le lâcher sur la table, dégageant un nuage de poussière qui fit toussoter le jeune garçon tandis qu’il chassait les particules de devant son nez d’un ample geste de la main.

Silencieusement, il parcouru les lignes de cet ancien registre jusqu’à trouver l’article qui l’intéressait dans les pages dédiées aux armements exotiques qui avaient pu transiter dans la boutique, à une époque que les moins de vingt ans ne pouvaient pas connaître, où son maître ne l’était pas encore et se diversifiait autant que possible dans l’espoir de faire rapidement décoller son commerce. Le garçon pointa son index sur la ligne en question en lâchant un "HAHA !" triomphal avant de se tourner vers son client.
- J’ai trouvé quelque chose m’sieur ! Je vous laisse patienter quelques instants, je vais le chercher dans l’arrière-boutique !
Le blondinet entrouvrit la porte et démarra sa fouille, provoquant au passage un fracas qui semblait venir de l’outre monde. Pour un œil extérieur comme celui de Soma, la ‘recherche’ de Timothée devait plus ressembler à une guerre mondiale qu’autre chose : des pistolets, des bouts de ferraille, un vase et même une tête d’ours empaillée volèrent d’un bout à l’autre de l’entrebâillement de la porte dans un étrange balai désorganisé.

Quand enfin au bout de deux bonnes minutes de recherche le garçon ressortit de la réserve, il dut se secouer et épousseter ses vêtements tellement il était maintenant recouvert de poussière !
C’est cependant avec un sourire satisfait et fier qu’il se rapprocha du comptoir en tenant dans ses mains une joli boîte en bois de cocobolo. Il posa la dite boîte à côté de la caisse et invita son client à se rapprocher du comptoir avant de l’ouvrir pour dévoiler son trésor : un magnifique assortiment de shurikens à 4, 5 et 6 dents, tous forgés dans un acier brillant et préservés de l’usure par un écrin de velours rouge. Tout content de sa trouvaille, le garçon bomba le torse et annonça le produit avec une fierté non dissimulée.
- Tous forgés d’un seul bloc d’acier inoxydable ! Traités, affutés et équilibrés en usine ici à Logue town ! C’est une production industrielle mais c’est de la meilleure qualité j’vous jure !
Le garçon laisserait alors son client tâter la marchandise, encore affutée comme un rasoir malgré les années passées à l’abandon, et sans une trace de rouille. Timothée se permit ensuite d’ajouter une autre parole (parce que ce serait dommage de rester silencieux plus de dix secondes !).
- Si vous voulez, on a un dojo à disposition à l’arrière, vous souhaitez les essayer ?
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23535-timothee-lendriksson-fic
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23519-tant-de-choix
Le Dojo


Shoga arrive devant la boutique de Timothée, et le Mink regarde autour de lui pour repérer l'homme qu'il cherche. Le renard fini par repérer l'homme qui fait la manche, ce type à l'air misérable. Ses vêtements sont sales, en plus d'avoir les cheveux en bataille et mal entretenus, ce bonhomme se fait moquer par les passants qui lui jettent une pièce. "Merci, à votre bon cœur." Shoga s'approche de lui, et il dépose un billet de cent mille Berry dans son chapeau qui lui sert de récipient. " Oh, merci." Le renard demande à l'homme des informations en échange de ce billet, le mendiant regarde le fourreau de Shoga à son turban. " Je vois que tu possèdes l'épée Take, es-tu un épéiste ou juste un idiot qui n'a pas la moindre idée de ce qu'est un Meito ?" Le Mink affiche un sourire, cet homme est bien Toshi, l'ancien colonel du 77ᵉ régiment de la marine. " J'ai entendu dire que vous saviez où se trouve l'épée Damoclès, étant son ancien propriétaire vous devez savoir ce qui lui est arrivée..." Toshi sourit, puis il baisse la tête, et tout d'un coup, il tire la tronche en soupirant. " L'épée Damoclès se trouve au Q.G de la marine de la région, si tu veux avoir cette épée, tu vas devoir te rendre là-bas et réclamer celle-ci..." Le poilu est intrigué par cette réponse, du coup, il demande ce qu'elle signifie. " Que voulez-vous dire ?", le vieux se gratte le bout du nez, " L'actuel détenteur de l'épée n'est autre que mon ancien disciple, cet homme m'a autrefois réclamé mon épée lors d'un combat singulier... Et comme tu peux le voir, il a gagné."

Shoga remercie cet homme, et il décide de rejoindre son ami, le renard sens son odeur dans la boutique. Mais avant de partir, le touffu pose une dernière question à Toshi. " Pourquoi vivez-vous ainsi, avec vos connaissances vous pourriez vivre dans un meilleur climat..." Toshi regarde Shoga, " J'aime cette vie, elle ne m'apporte ni haine, ni violence... Je travaille pour gagner ma croûte, et je procure un sentiment de réconfort à ceux qui me croisent. Je n'ai jamais ressenti cela lors de mon ancienne vie dans la marine, je paye pour mes erreurs passées. Je préfère mourir mendiant avec l'esprit en paix que de vivre vétéran avec l'esprit rongé par la culpabilité, la justice ne justifie pas de prendre la vie d'autrui..."  Le renard tourne les talons, et il rentre dans la boutique, dedans, il regarde Soma qui discute avec le vendeur.

Soma prend en main les Shurikens, ce dernier jauge leur poids, et ils ont exactement le même poids que ceux du Ninja. Le garçon regarde avec des yeux plein d'étoile les Shurikens, et fait mine de lancer ces derniers contre un mur. Il teste la vitesse d'exécution, et pour le moment les Shurikens lui plaisent, le jeune sergent-chef écoute la proposition de les tester au Dojo à l'arrière-boutique. Le renard rejoint son sergent-chef, et il pose sa patte droite sur son épaule, l'apprenti Ninja eu peur. " Ouah, qu'est-ce qu... ?!" Soma remarque qu'il s'agit de son capitaine, et il soupire de soulagement. Le renard propose qu'ils aillent essayer les Shurikens au Dojo, et les marins se tournent vers Timothée. Le Mink s'adresse à celui-ci, " Bonjour, je m'appelle Shoga, et vous ?"

  • https://www.onepiece-requiem.net/t22537-fiche-du-kitsune
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22505-le-renard-justicier
Le sourire sur le visage du petit garçon était au moins aussi large que celui du ninja en train de soupeser les petites étoiles de lancer. Franchement, quand ce type lui avait demandé des shurikens ou des kunais, Timothée se voyait déjà lui dire qu’il lui serait impossible de s’en procurer, mais finalement, comme d’habitude, avec un peu de courage et d’huile de coude, tout était possible !
Quelques instants plus tard, un nouvel arrivant pénétra dans la boutique et Timothée détourna l’attention sur lui. Ce qu’il avait voulu lui dire ? C’était bienvenue et qu’il serait à lui dans une minute ! Mais à la place, le petit garçon beugua littéralement devant l’étrange créature face à lui. Oh certes, les mutants et autres bizarreries existaient à Logue town ! Mais c’était rare d’en voir en fait et là pour le coup… Un monsieur renard ?!! Tout debout parlant et tout ? Timothé n’en revenait pas de ses yeux et même s’il avait vu le capitaine s’approcher du ninja dans son dos, lui aussi se surprit à sursauter lorsqu’il posa sa main sur l’épaule du ninja.

Il laissa les deux compères converser, vu que visiblement c’était bien ce qu’ils étaient, Timothée de son côté était bien trop occupé à satisfaire sa curiosité, observant sous autant d’angles que possible l’homme-bête face à lui. Vraiment, à ses yeux, les questions qui lui venait était aussi nombreuses qu’inconvenantes, aussi il garda bien sa bouche fermée mais il ne faisait pas spécialement d’efforts pour être discret en fait… La seule chose qui le ramena aux affaires actuelles fut la question du jeune ninja sur le dojo, ce à quoi le petit Timothée répondit avec un sourire, l’invitant à les rejoindre d’un geste de la main.
- Bien sûr messieurs ! Par ici !
C’était une poste donnant directement sur la boutique qui permettait d’accéder au dojo, un petit tatami sans grande prétention avec quelques mannequins d’entraînement dans un état curieusement impeccable. Ce qui l’était moins en revanche étant le mur du fond d’un pas de tir adjacent, criblé d’impacts de balles. Flairant l’opportunité d’aiguiser un peu la curiosité de ses visiteurs, il désigna le mannequin et s’écarta pour laisser le loisir au ninja d’y planter son étoile.
- Normalement, nous ne faisons pas essayer des armes telles que les couteaux de lancer. Ce lieu est réservé à l’entraînement au gun-fu, un art martial pratiqué par mon maître et nous tous dans ce magasin. Ais je suis sûr qu’il ne sera pas gêné de quelques petites éraflures sur les mannequins !

Le ninja pouvait s’entraîner, et pendant ce temps-là, Timothée posa ses yeux sur la queue touffue de Toga. Ça avait l’air si doux dit donc ! En fait, c’est un peu en profitant de son attention détournée que le garçon se laissa glisser dans le dos du monsieur et tendit très doucement un doigt, concentré qu’il était pour ne pas se faire repérer… Ce n’était qu’arriver à quelques centimètres qu’il ne releva la tête pour voir une paire d’yeux le fixant avec séverité. Il rappela sa main et tenta son plus beau sourire de fausse victime innocente en même temps qu’une petite goutte de sueur perlait de son front. Vert de honte, le garçon baissa les yeux et frotta le tatami avec le bout de son pied avant d’essayer une nouvelle diversion.
- Et euh… Alors du coup, vous venez pas de Logue town c’est ça ?
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23535-timothee-lendriksson-fic
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23519-tant-de-choix
L'entraînement


Le jeune sergent-chef s'échauffe dans le Dojo, ce Ninja sautille un peu partout en faisant des galipettes contre les murs et sur le tatami, c'est un garçon plein d'énergie. Par la suite, Soma s'amuse à mimer son lancé de Shuriken en face de plusieurs mannequins en paille, ce qui plaît à l'officier. " Nin-Nin, lieutenant-colonel, regardez-moi !" Dit-il en sortant les Shurikens que Timothée lui a confiés, et d'un geste fluide, ce marin balance quatre projectiles dans le visage du mannequin tout alignés horizontalement. "Youhou, bingo !" Hurle l'apprenti Ninja. Shoga croise les bras en regardant la remarquable dextérité de son officier, il n'y a pas à dire, ce renard sait s'entourer des meilleurs.

Le Mink regarde subitement Timothée qui souhaite lui toucher la queue, son regard est sévère, mais ça fait rire le lieutenant-colonel, car ce n'est pas la première fois qu'un enfant veut lui toucher sa queue touffue. "Bien jouée, sergent-chef... Les Shurikens vous conviennent ?" Clame le Mink, son Ninja retire les projectiles du visage du mannequin, et il regarde ces derniers de plus près. Celui que l'on surnomme le "Juste" regarde le vendeur et lui dit qu'il peut toucher sa queue s'il le désire, cependant qu'il ne tire pas dessus, car ça fait mal quand même... De son côté, le Ninja trouve que les Shurikens sont à son goût, par contre, il veut en savoir plus sur le fameux Gun-fu, cet officier ne connaît pas cet art martial.

Le poilu se tourne vers le vendeur blondinet et lui demande s'il peut lui faire une démonstration, car le canin ne connaît pas non plus cet art martial. " Je serais ravi de voir ce genre de pratique martial, je ne connais pas ce Gun-fu... Peux-tu nous en faire une démonstration ?" Demande le renard sur un ton calme, tandis que son Ninja sautille sur place. " C'est combien les Shurikens... ? Allez dit, combien, combien, combien ?!" Répète-t-il en parlant plus vite.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t22537-fiche-du-kitsune
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22505-le-renard-justicier
Même si il était habitué à voir défiler dans sa boutique des combattants tous plus expérimentés les uns que les autres, le petit Timothée regarda d’un air à la fois décontenancé et très amusé tandis que le petit ninja préparait sa démonstration avec autant d’excitation qu’un enfant voulant montrer son train électrique. Plus impressionnant qu’amusant fut néanmoins sa précision extraordinaire qui fit hausser ses deux sourcils au blondinet : avec de tels lancés, pas besoin d’une arme à feu en fait ! En tout cas au vu de son enthousiasme, il avait certainement conclu une vente aujourd’hui !

Puis le sujet changea pour s’intéresser à la queue du capitaine, une déclaration qui, bien que bienveillante, fit rougir de honte le jeune garçon. Baissant ses yeux écarquillés, il continua d’essayer de gratter le sol avec la pointe de son pied tandis que ses mains s’entre-massaient dans son dos.
- Heu… Non… Non… Je… Je n’oserais pas monsieur c’est… C’est impoli et puis c’est incorrect… Et puis jamais je voulais…
Tu parles ! En fait il en mourrait d’envie ! Ça avait l’air tellement fluffy et tout doux ! Finalement, après s’être assuré que cela ne le dérangeait pas et qu’il en avait l’autorisation, le gamin caressa doucement la queue du renard, un grand sourire s’affichant tandis que sa main se faufilaient dans la fourrure.
- C’est tout doux !
Dit-il alors avec un sourire jusqu’aux oreilles. Il finit par retirer sa main au bout de quelques secondes (après tout ce n’était pas un animal ou un jouet qu’il avait face à lui, mais bien un être conscient) mais sa curiosité n’en fut pas pour autant satisfaite… Le garçon fronça alors ses sourcils et regarda le monsieur renard.
- Mais dites m’sieur… Vous vexer pas, mais j’ai jamais vu des gens comme vous ! Des gens avec des catara… Euhhh des caracté-rustiques… Enfin des trucs quoi d’animaux. Mais je n’avais encore jamais vu quelqu’un qui comme vous ressemble complètement à un renard. Vous venez d’où si c’est pas indiscret ?
En attendant une réponse, le jeune garçon s’intéressa à la question du jeune Ninja. Alors comme ça il souhaitait savoir ce qu’était le gun-fu ? Chic ! Timothée s’en frottait les mains d’avance, il aimait bien faire des démonstrations de son talent dans cette discipline, histoire de se la péter un peu il faut bien avouer… Mais surtout parce qu’il aimait tout simplement ça !

Le garçon leva son doigt et ferma ses yeux pour essayer d’expliquer le gun-fu quand le jeune ninja l’interrompit, menant Timothé à laisser tomber ballants ses bras et répondre d’un air contrarié.
- Je sais pas m’sieur, il va falloir que j’aille regarder le registre.
Timothée se dirigea vers le registre à l’avant de la boutique et écarquilla les yeux en voyant le prix noté dans la marge. C’est avec les yeux toujours écartés qu’il revînt vers le ninja et son boss pour leur annoncer le prix prohibitif.
- Heu… J’avoue être moi-même assez choqué du prix que mon maître veut en tirer. Il veut 200k berries pour la boîte avec les six étoiles.
Le garçon cligna des yeux, n’en revenant toujours pas du prix et ajouta.
- A ce prix-là, je vous offre le nettoyage et l’affutage… Enfin, même si je sais pas si il y en a besoin…
Le produit était hors de prix, mais il fallait quand même avouer que sa qualité était exceptionnelle ! Sans être un Meitou, cela semblait vraiment être un ouvrage de maître et le fait qu’elles avaient si peu bougé en autant de temps en était la preuve !

Le temps cependant que les deux personnes ne se décident à l’achat (ou non), le petit garçon se dirigea vers un pupitre contenant les pistolets d’entraînement qu’il sortit et arma sous les yeux des compères. Ces pistolets étaient en tout point similaire à des vrai, mais tiraient à la place e petites billes de plâtre indolores, chose qu’il leur montra en se tirant dans la main avant de montrer sa paume blanchie.
- Voilà des pistolets d’exercice ! Comme vous le savez, il existe un nombre incalculable d’arts martiaux à mains nues ou armes blanches. Le Gun-fu, c’est le premier art martial pratiqué exclusivement avec des armes de distance, en particulier des armes à feu.
Le garçon démarra alors un kata en sortant son deuxième pistolet. Comme tous les katas, il était plus destiné à des fins de démonstration qu’une véritable utilisation en combat.
- La philosophie du Gun-kata, c’est l’efficacité et la versatilité. En traitant un pistolet ou un fusil comme une véritable extension du corps, on en vient à effectuer avec des mouvements naturels d’une grande précision. Cela combiné à des techniques d’esquive au corps-à-corps et à distance ainsi que des prises d’immobilisation donne au combattant une efficacité maximale à distance et une défense toute aussi parfaite au combat rapproché.
Une fois le kata terminé, le garçon colla ses deux pistolets l’uns à l’autre et salua son public avant de reprendre, un sourire sur les lèvres.
- Il y a beaucoup de mouvements réflexes à apprendre, et des acrobaties à réaliser parfois, mais le gun-fu n’est pas un art martial de spectacle : c’est une technique prévue pour le combat réel, destinée à faire du porteur un combattant redoutable. Enfin… Tant qu’on a des munitions !
Le petit garçon se fendit d’un rire en disant cela puis il se dirigea vers une petite console dont l’activation baissa quelques cibles du plafond, de 1 mètre à presque dix mètres de lui. Il alla ensuite se mettre en place et attendit le top-départ de la machine. En un éclair, il se retourna et dégaina son pistolet, le tenant à deux mains en pointant le canon vers la cible la plus proche qui lui fonçait dessus : un tir à la tête, puis deux tirs dans la poitrine pour la seconde cible et deux tirs chacun dans la tête et le coup pour des cibles plus éloignées. Les cibles en question répliquaient avec leurs billes de plâtre que le garçon esquiva en effectuant une roulade vers la gauche et, un genou à terre, il remplaça son chargeur en un temps record avant de tirer trois fois vers l’avant dernière cible, puis quatre fois en direction de la dernière.
Avec un peu de sueur au niveau de son front, le jeune garçon souffla et rangea le pistolet après avoir rabattu la culasse, faisant un petit moulinet avec le doigt au niveau du pontet.
- Vous voyez, mobilité, précision et rapidité. Soit ne pas se faire toucher, toucher en retour et éliminer la menace au plus vite. Et la vous avez vu que un échantillon pour le combat à distance !
Dit le petit garçon tout fier, prêt à affronter l’un des deux interlocuteurs dans un faux corps à corps pour leur montrer ses chorégraphies.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23535-timothee-lendriksson-fic
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23519-tant-de-choix
Le duel


Shoga regarde Thimothée, ce dernier lui pose une question, le vendeur lui demande d'où il vient. "Moi, je viens d'East Bue, plus précisément sur l'île de Shimotsuki. En revanche, si tu veux parler de la race des Mink, elle vient de partout. Il parait qu'autrefois mes ancêtres auraient vécu sur un éléphant géant, c'est difficile à croire, mais avec toutes les choses bizarres qui existent sur les océans, ce n'est pas impossible." Le renard parle beaucoup trop, mais quand on lui parle de ses origines, Shoga s'y prend au jeu.

Le vendeur donne le prix à nos deux amis, et effectivement, ce n'est pas donné, mais Soma veut acheter les Shurikens. "Je les veux, je les veux, je les veux !!" Dit le sergent-chef en sautant sur place. Shoga sourit, le lieutenant-colonel veut bien payer les Shurikens pour son officier. "Je vais prendre les Shurikens, tiens, voici tes deux cent mille Berry." Shoga donne l'argent à Timothée. Le sergent-chef est heureux d'avoir ses nouvelles armes pour se protéger sur la route de Grand Line, d'ailleurs, Timothée fait une petite démonstration de ce qu'est le Gun-fu, et les deux marins sont plutôt impressionnés.

Le vendeur propose un petit duel amical à l'un des deux soldats, c'est le ninja qui se porte volontaire, son supérieur n'a rien à redire. "Nin-nin, je serais ton adversaire, ne me ménage pas, ok ?!" Dit-il en s'approchant du blondinet. Soma se met en position de combat, pour une fois le ninja ne brandit pas d'arme, non, c'est un combat à main nue. Soma se jette sur le vendeur, et il lui envoie une série de coups de pieds et de coups de poings assez simpliste à esquiver, c'est une mise en bouche. L'enchaînement continue, Shoga regarde son officier et le vendeur se battre, l'épéiste est curieux de voir comment le combat va tourner.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t22537-fiche-du-kitsune
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22505-le-renard-justicier
- Haaaaaaannnnn… D’accord…
Répondit le blondinet toujours impressionné par l’apparence animale de son interlocuteur. En vérité, l’histoire rocambolesque qui lui raconta sur ses origines éléphantesques n’ajouta pas à l’émerveillement du petit garçon. D’instinct, il aurait dit que c’était n’importe quoi au vu du peu de choses qu’il avait eu l’occasion de voir dans sa vie ; mais encore une fois c’eut été un point de vue bien fermé et borné, puisque lui-même reconnaissait bien volontiers ne rien connaître du monde (il ne savait même pas ce qu’était l’île de Shimotsuki, c’est dire !).

Non… Décidément Timothée était bien trop peu sage pour se permettre d’émettre un quelconque jugement ou évaluation des dires de son interlocuteur… Au moins avait-il la sagesse de savoir qu’il n’était pas compétent pour vérifier la véracité (ou infirmer) ces propos… Mais de toute manière, pourquoi lui mentirait-il sur une conversation d’agrément ? Certes, la vie dans la rue avait appris à Timothée de tout ce qu’on lui disait, surtout quand ça paraissait gros, mais ici, il s’admit rapidement à lui-même que cette méfiance était bien mal placée.
Et puis il est trop choupi ! Je voudrais lui faire des caresses et du grattgratt et trop plein de…
Hem… Même si Timothée ne s’était contenté que de penser ces dernières paroles, cela ne l’empêcha pas d’éprouver une certaine gêne… Penser ça d’un client ? La honte ! Il en détournait pudiquement le regard tout en se grattant la nuque dans un geste incontrôlé d’auto-réassurance.

Puis vînt le moment de conclure la transaction et Timothée, comme le ninja jubilait : C’était une superbe vente ! D’un objet qui en plus ne faisait qu’encombrer la réserve alors le garçon serait sans doute félicité pour la transaction ! Il invita donc les deux compères à repasser brièvement à l’avant de la boutique pour le règlement puis il emballa le set d’étoiles dans leur joli écrin avant de tendre la boîte au ninja.
- Et voilà m’sieur ! J’espère que vous en ferez bon usage !
Il avait considéré pendant une seconde d’aller les aiguiser un peu plus encore mais cela semblait inutile : le métal était de si bonne qualité que même des décennies après être resté dans la réserve, il était toujours capable de trancher comme une lame de rasoir.

Puis retour à la boutique arrière pour la démonstration et, bien vite, le duel ! Timothée changea de visage alors que les deux se positionnaient sur le tatami : un visage de concentration et de détermination semblable à celui qu’il avait arboré plus tôt. Le combat allait être déséquilibré : lui face à un ninja expérimenté ? Tim n’était pas sensé pouvoir le vaincre à mains nues… Mais avec sn arme à feu ! Peut-être…
Il serait de toute façon bien vite fixé parce que le combattant attaquait alors, enchaînant pieds et poings à une vitesse telle que le garçon n’avait pas eu le temps de dégainer ! Rapidement, Timothée compris que sa seule chance à cet instant était de battre en retraite pour dégainer, aussi attendit-il un coup plus facile à arrêter que la normale pour effectuer une esquive et dégainer son arme.
L’esquive était bonne, mais il n’avait pas eu le temps de trouver un bon angle de tir que déjà le ninja l’attaquait de nouveau sans même se retourner pour lui faire face ! A cet instant, le garçon était véritablement pris au dépourvu et il ne tarda pas à calculer que ses chances de victoire avec une technique dite "rapide" étaient ridicules. Il continua donc à parer les coups tant bien que mal tandis que ses neurones calculaient la technique nécessaire pour dominer l’adversaire. Timothée ne parvenait pas à tout esquiver ou parer, et dans un véritable combat avec des coups portés à pleine puissance, il eut certainement été KO depuis un moment, mais la différence entre lui et son adversaire, c’était qu’il ne fallait qu’une seule erreur de sa part… Non pas pour reprendre l’avantage, mais pour tout simplement terminer le combat !

Et cette erreur tant attendue, elle arriva quand le garçon stoppa un poing au niveau de sa tête pas une classique parade en croix. Il saisit alors le poignet du ninja avec sa main libre et sauta en l’air, s’enroulant autours du bras de tout son poids dans le but de le faire basculer à terre. La technique du marteau comme Tim aimait l’appeler n’était réalisable que par de petits combattants tels que lui, mais le résultat était bluffant : il entraîna à terre le jeune Ninja moins de temps qu’il ne fallait pour le dire, fit une roulade avec le bras de son adversaire toujours bloqué dans ses propres membres et changea immédiatement de position, croisant ses deux jambes pour maintenir l’immobilisation et dans le même temps libérer ses propres mains dans lesquelles le pistolet résidait toujours… L’heure du finisher avait sonné…
Allongé par terre, ses jambes enroulée autours des bras du ninja qui se débattait, le garçon se releva un peu, leva son arme contre sa tête et pressa deux fois la détente. Les billes de plâtre allèrent décorer le visage du jeune ninja et Timothée relâcha sa prise. C’était un résultat en demi-teinte : certes il avait gagné mais sa performance n’avait pas été très belle et dans un vrai combat, il eut été KO bien plus tôt. Le garçon se releva donc et aida le ninja à se relever tout en lui proposant un mouchoir pour nettoyer sa face qui ressemblait maintenant à un kabuki.
- Waouh ! C’était… Pfffuuiiit… C’était intense. Heureusement que c’était pour de faux, vous êtes un adversaire redoutable ! Je serais KO depuis longtemps sinon à l’heure qu’il est !
Timothée sourit avant de compléter sa phrase pour essayer de ne pas trop se dévaloriser.
- D’un autre côté, dans un vrai combat, jamais je ne vous laisserais m’approcher de si près, surtout si vous êtes un combattant de corps à corps : je suis trop en désavantage… Mais vous voyez le principe ! Comment même au corps à corps, je ne renonce pas à mon pistolet et je l’inclus dans mon enchaînement pour terminer le combat dès que l’occasion se présente !
C’était une petite victoire, mais une victoire quand même, et Timothée était tout de même très content d’avoir affronté un tel adversaire !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23535-timothee-lendriksson-fic
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23519-tant-de-choix
La fin de la transaction


Le Ninja assiste une démonstration de Gun-fu de la part de Timothé, les gestes et la technique du vendeur est incroyable, assez impressionnante pour impressionner le lieutenant-colonel et le sergent-chef. Shoga observe chacun des mouvements de Timothé, et le renard constate que cet homme est plutôt doué, même trop doué pour n'être qu'un simple amateur. Après la démonstration, Shoga applaudit Timothé ainsi que Soma, les deux se sont bien débrouillés." Bravo, c'est une belle démonstration du Gun-fu, c'est impressionnant comme art martial." Dit-il en se frottant les pattes.

Soma est, lui aussi, impressionné, et de ce fait, le Ninja s'incline devant Timothé pour lui témoigner son respect envers lui. " Je vous suis reconnaissant pour votre enseignement, merci d'avoir pris le temps de nous faire cette démonstration." Dit-il sur un ton respectueux. C'est étrange de voir Soma réagir avec autant de maturité, lui qui d'ordinaire est un vrai gamin, mais ce n'est pas si étonnant que ça lorsqu'on le connaît un peu.

Le jeune homme est un Ninja, de ce fait, il doit se montrer honorable et respectueux envers une personne puissante qu'il juge digne de son respect, en faisant cela, Soma a avoué que le Lendriksso est son égal. Shoga s'excuse auprès de Timothé, mais Soma et lui doivent y aller, car les deux hommes ont encore du pain sur la planche. " Nous devons nous rendre au port de la marine, ce fut un honneur de te rencontrer, j'espère que nos chemins se recroiseront sur l'une des mers du globe." Sur ses mots, le renard quitte le Dojo en compagnie du Ninja, les deux hommes retournent au navire où ils trouvent Shujin en train de bronzer en slip bleu sur le pont. "Commandant Shujin... Vous arrivez à bronzer sous un temps nuageux, vous êtes optimiste." Dit-il sur un ton apaisant, et le Ninja embête le travelo en faisant mine de lui jeter des Shurikens sur lui.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t22537-fiche-du-kitsune
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22505-le-renard-justicier