Le deal à ne pas rater :
Corsair Vengeance LPX 32GB (2 x 16GB) DDR4 3200MHz C16 High ...
99.90 €
Voir le deal

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

À la ratatouille !

EMA: Whiskey Peak, hein ?

Les Supers Cocottes se trouvaient devant le bureau et la belle Sandarienne qui n'était autre que Robina Erwolf.

EMA: Que pouvons nous trouver là-bas ? Je veux dire, vous qui avait déjà mis les pieds en cet endroit.

Mais à peine la pauvre femme à la chevelure bleue avait-elle le temps de répondre que l'ainé s'extasiait en lisant son livre de conte pour poules...

EMI: Vous parlez bien de Whiskey Peak !? La célèbre île des gens légumes et fruits !? Il parlait qu'une pastècopoule y vit ! Une espèce rare en ce bas monde !

Les yeux d'Emi ne pouvaient s'empêcher d'émettre une lueur de joie en entendant le commencement de la conversation ! Une telle trouvaille ! Impossible de passer à côté !

EMI: Capitaine Robina ! Vous n'imaginez pas toutes les poules existantes que nous avons découvertes avec mes soeurs ! Et la pastècopoule est de loin la plus extraordinaire de toute ! Parait-il que ses œufs sont constitués de pastèque et qu'il ne suffit que de lui donner à boire avec quelques gouttes d'arôme de menthe pour la nourrir !

EMA: Emi ! Tu ne vois pas que tu mets notre capitaine mal à l'aise avec tes bêtises ?

Puis, la plus timide du lot se raclait la gorge en toussotant avant de refermer son bon vieux bouquin.

EME: Ne vous disputez pas pour si peu mes sœurs. Écoutons plutôt ce que Robina a à nous proposer. À notre dernière discussion il me semble que vous nous parliez d'une nouvelle recrue, n'est-ce pas capitaine ?

De sa nature nerveuse et timide Emé se mettait à jouer avec ses doigts en baissant légèrement la tête et déviant son regard sur le côté.

EME: Est... Est-il possible de faire la connaissance de cette personne avant d'arriver à bon port ?

EMA: Je reconnais bien là ta curiosité détournée ma petite soeur.

EME: Non, mais c'est que...

Puis ses joues devinrent rouge pivoines.

EMA: Excusez notre impolitesse, en groupe nous sommes intenables. Donc, par où devons nous commencer capitaine ? Quels sont nos ordres ?
    Robina griffonnait son carnet de bord, elle avait lu dans les livres qu’il fallait garder une trace de ce qu’elle faisait pendant chaque voyage, ce qu’il se passait, sur chacune des îles, ce qu’elle y faisait, un compte-rendu détaillé de chacun de ses mouvements, une sorte de journal intime. Elle n’avait jamais été trop à en tenir un, un peu trop garçon manqué pour elle, cependant l’idée de garder une trace des éléments qui composaient son aventure sur la route de tous les périls lui plaisait, elle pourrait se remémorer ses aventures quand elle en aurait la nostalgie, quand elle serait plus vieille.

    Enfin, elle aurait bien voulu continuer, toutefois les triplées, une grande fan de poules était dans ses quartiers en train de leur faire leur laïus sur une poule pastèque, en soit, ça ne la gênait pas, mais elle ne savait pas si toucher à un des habitants de la ville des fruits était une bonne chose, les tensions commençaient tout juste à diminuer avec les humains.

    Nous verrons si cette poule est là alors, Emi… C’est bien ça, je ne me suis pas trompée ?

    Entendant la réponse affirmative, la cuisinière souffla intérieurement, choisir entre les trois noms était devenu plus facile avec le temps, elle travaillait avec Ema presque tous les jours en cuisine, elle la connaissait par trop bien maintenant, mais Emi et Eme c’était autre chose.

    Intenable, je n’aurai pas dit ça, j’aurai surtout dit que vous n’arrêtiez pas de jacasser, comme des poules en sommes.

    Contente de sa petite blague, qui ne faisait possiblement rire qu’elle, elle reprit son sérieux et fixa les trois jeunes femmes qui se trouvait dans sa cabine, elle avait fini de retranscrire les derniers évènements, le procès, les Avengers, le voyage de retour, il s’était passé beaucoup de choses en peu de temps, mais elle était contente, même son projet de restaurant prenait forme.

    Si vous voulez, nous pouvons partir en expédition du côté de Frutopolis, mais attention, pas de bêtises, les fruits sont encore très nerveux avec les humains, je ne veux pas qu’un incident diplomatique arrive. Les tensions commencent tout juste à diminuer, je me suis bien fait comprendre ? Quant au nouveau membre d’équipage, vous avez déjà dû l’apercevoir, il s’appelle Wes, c’est un homme un peu taciturne, il m’a aidé à vaincre les Avengers au Port des Jumeaux.

    Voyant les jeunes femmes hocher de la tête, elle prit ses armes avec elle, elle était devenue bien plus prudente avec le temps, elle ne sortait plus sans armes, sans une escorte, même si ici, c’était les sœurs Niwatori, Fang Shui et le sergent Lanch voudraient probablement la suivre, mais elles se lançaient sur une île où tout le monde la connaissait et où elle n’avait que des alliés, pas de soucis à se faire. Elle ouvrit la porte en grand et laissa passer les triplés avant de refermer derrière elle, le quartier-maître regarda la petite procession sortir en soufflant, il savait déjà ce qui allait arriver, la rampe d’accès aux quais était déjà descendue depuis leur arrivée sur Whiskey Peak et il sentait l’aventure arrivée beaucoup trop vite à son goût.

    Maître Lanch ! Je pars avec les sœurs Niwatori, nous allons chercher une poule qui pond des pastèques, d’après ce que j’ai compris.

    Très bien, capitaine ! Voulez-vous une escorte pour votre voyage ?


    Nous sommes en terrain allié, quartier-maître, cela devrait aller. Reposez-vous, vous et l’équipage, vous avez quartier libre jusqu’à mon retour, je pense que ce soir devrait être bon.

    Vérifiant que Libertalia et Coupe-faim étaient bien attachés tous deux dans le creux de ses reins, elle posa le pied sur la rampe d’accès, Cactus Town se trouvait juste devant eux, la frégate des Pussycat Okamas était amarrée à côté d’eux, elle allait devoir s’occuper de ça. Mais cela serait pour un autre rp, elle se tourna vers le pic des Végétaux, après tout, elle devait passer par le royaume des Végétariens, les légumes avant d’arriver chez les fruits, elle pourrait possiblement croiser Chante, cela faisait longtemps qu’elles ne s’étaient pas vues.

    Vous vous amusez bien alors ? Ema est une excellente cuisinière et une très bonne seconde, mais je ne discute que très peu avec deux. Comment se passe votre vie dans l’équipage ? Je veux dire, vous entendez bien avec les autres ? Pas de soucis en particulier ?

    La Sanderrienne se trouvait ridicule de poser ce genre de questions, pourtant il était de son devoir de le faire, elle devait s’occuper de tous ceux qui se trouvaient sous son commandement, et les Cocottes en faisaient partie. Déjà, les quatre femmes se trouvaient au sommet de Vegetable Peak, elles pouvaient voir au loin l’arbre qui était le palais royal de la princesse Pea, des champs se trouvaient de l’autre côté, ils s’étendaient loin vers l’horizon, des légumes travaillaient là, essayant de faire pousser de plus gros légumes pour que leur taille atteigne celle des hommes.

    Voici le Royaume des Végétariens, le peuple des Légumes vivants. Regardez, des soldats arrivent déjà pour nous servir d’escorte.

    En effet, cinq soldats montaient par la pente, qui descendaient jusqu’aux champs depuis le sommet de Vegetable Peak, pour venir les voir, pas de traces de l’Amirale Chante Relle ici, mais le Sous-Amiral Rayv Bet, son armure de bois lustré brillait avec les reflets du soleil et il salua de façon un peu froide la jeune femme et les triplés.

    Robina Erwolf, mesdemoiselles, suivez-moi, je vous emmène voir l’Amirale Relle, nous ne pouvons pas vous escorter, nous sommes de garde.

    Très bien, nous vous suivons.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t21190-
    • https://www.onepiece-requiem.net/t21186-
    « - Et merde ! »
    Hitoshi ne parvenait pas à contenir sa colère. L’ange avait embarqué à bord de la compagnie Translinéenne depuis Jaya et s’était trompé de destination !
    Au lieu de se retrouver à Alabasta, il débarquait à Whiskey Peak et devait débourser 500 000 berrys supplémentaires pour rebrousser chemin. Le pire dans tout ça était que la prochaine navette ne partait pas avant plusieurs jours.
    « - Je suis vraiment débile. »
    Décidément le périple pour retrouver sa grand-mère commençait mal. Cet enjeu l’avait complètement paralysé et expliquait comment une erreur si grotesque avait pu se produire.
    « - En parlant de Whiskey, j’ai besoin d’un remontant là. »
    Il repéra rapidement un bar qu’il rejoignit à pas rapides. Torse nu sous la chaleur étouffante de l’île, il ne chercha pas à dissimuler ses ailes. Les discussions s’arrêtèrent quelques instants lors son entrée puis reprirent rapidement.
    « - Faut croire qu’ils ont l’habitude d’en voir des bizarreries ici... »
    Le barman ne lui adressa pas la parole, se contentant de lui lancer un regard pressant.
    « - Ce que vous avez de plus fort. En double. »
    L’homme lui tendit deux petits verres dans lesquels une étrange boisson verte semblait vouloir s’échapper.
    « - Qu’est-ce que c’est ?
    - Cactus. »
    Sa curiosité piquée, Hitoshi but les deux verres cul sec.
    « - AH ! »
    Il regretta amèrement sa prétention. Le voyant chercher désespérément de l’eau, le barman lui tendit un autre verre. Quelques rires fusèrent dans la salle. En le reposant, l’ange vit que quelques gouttes grises étaient restées au fond.
    « - C’était quoi ?
    - Cactus.
    - Ok je vois le genre. Je suppose que votre spécialité c’est…
    - Cactus. »
    Alors qu’Hitoshi glissait quelques berrys au barman, le jeune homme vit entrer une ombre qui allait complètement le chambouler. Il pouvait reconnaître ce type de silhouette entre mille. Ce n’était pas un bel homme baraqué, non, mais un champignon. Oui, un champignon géant. Même dans ses rêves les plus fous il n’avait jamais espéré en rencontrer un. Complètement accro à une espèce endémique de Skypiéa, Hitoshi en consommait environ une dizaine par jour. Pris d’une frénésie incontrôlable, la vue de ce champignon l’excita. Ses pupilles bleues s’ouvrir encore davantage tandis qu’il perdit le contrôle de son corps. Il DEVAIT y goûter TOUT DE SUITE.
    « - Cloud-Dash ! »
    Hitoshi activa ses jet-shoes à pleine puissance et alors qu’il atteignait sa cible, fut brusquement cloué au sol. Des gouttes de son sang tombèrent sur le plancher collant du bar. La dernière chose que l’ange vit avant de perdre connaissance furent de longs cheveux bleus.


    À la ratatouille !  Unknown
    • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
    • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347
    Endroit bizarre. Types bizarres. Ce bar qui me paraissait la meilleur planque de la ville devenait un vrai cirque, spectaculaire et avec des rebondissements, s'il vous plait. Je me retrouve là suite à un tuyau d'une vieille connaissance à Philomène, mon ancien mentor dans le métier de privé. P'tet bien que je devrai pas prendre pour argent comptant ce que peut dire un homme capable de vendre des secrets contre quelques berries, mais vérifier si la source est bonne ou pas, c'est aussi les joies de détective. Surtout que l'objectif que j'ai, il m'est personnel, j'y attache donc y grande importance, et suit capable de pas mal d'efforts pour y parvenir. Bref, il paraissait qu'un ponéglyphe était présent sur Whiskey Peak. Quand j'ai appris ça, j'ai cru avoir touché la baraka, et ni une ni deux, j'ai sauté dans le premier train de la transiléenne, laissant mon petit navire avec tous mes dossiers en cours, ou bien archivées, dans le port d'une des station de la fameuse compagnie de transport, en gardiennage.

    J'emportais avec moi quelques changes, un carnet de notes, un escargophone et son équivalent capable de prendre des clichés. Le fameux stylo bic qui ne me quittais jamais, et de quoi me défendre. Griffonnant des pistes quand à l'endroit ou se trouvait mon premier sésame vers le siècle perdu, et ses secrets, je me masse l'arrière du crâne sans remarquer l'ange qui voyage à quelques dossiers de moi. Ni que nous empruntions les mêmes rues et ruelles, pour élire tout deux domicile dans un bar miteux, qui correspondait bien à l'image sombre que je me fais d'une île de Grand Line, n'en ayant jamais visité. Je profite du moment  pour commander un café noir, quand on me propose une étrange boisson à la place, je refuse pas la bonne rasade qui va me décoincer le gosier.

    Une gorgée, et mes yeux s'illuminent, ça pique, ça gratte, ça découène par là ou ça passe, pour sûr. Pile poil le carburant qu'il me faut pour carburer dans mon enquête, je commande un peu trop de boissons, et mes enfile vitesse grand V lorsqu'un champignon qui marche, entre dans le bar en commandant lui aussi son verre de 'cactus'. Un champignon de goût, celui là, à n'en point  douter ... Mais attendez, est-ce vraiment un champignon qui marche qui vient d'entrer ? Ou une hallucination due à l'alcool ? Sur ses entrefaites, entre avec lui une demoiselle fort charmante aux cheveux ... bleus ? Tandis qu'un mec avec des ailes se précipite sur le duo avec la ferme attention de ... Dévorer ? Tout cru le champignon, à n'en point douter.

    Je me gratte le crâne avec mon stylo, tandis que l'ange se fait repousser comme un amant éconduit par la charmante demoiselle, qui commence à enguirlandé le nouveau venu dans leur trio infernal et non consentis. Je me permet d'approcher, tout en consultant la carte, me souvenant brusquement que les champignons qui parlent, c'est un peu les natifs du coin. Selon mes renseignements, trois points sont possiblement les plus stratégiques, pour y planquer un truc de cette taille, après, j'peux me tromper.

    - Excusez moi Mr. Mushroom ? Fais-je avec beaucoup de bonhomie et de diplomatie dans la voix, tandis qu'une dame qui se veut la défenseuse des droits des fruits et légumes, n'essaye de m'alpaguer avec sa poêle de chef cuisto. D'un Cat Walk, j'esquive le coup qui tombe sur le sol, et grâce au Shadow Walking, je fonce de droite en gauche, pour me retrouver derrière ma tortionnaire. Excusez moi madame, nous n'avons pas été présentés, Gabin Montfer, détective privé, j'espère que vous n'accueillez pas toutes les intentions à votre égard ou à celle de notre amis commun, de cette manière fort ... Calvalière. Cela bafoue tout les préceptes du pacifisme, de la diplomatie et de la politesse ! Fais-je en levant le doigt à hauteur de mes yeux, tandis que je continue.

    - Mr. Shroom, si je peux vous appeler comme ça, auriez vous l'obligeance de m'indiquer la meilleure route pour aller jusqu'à ce mont, juste ici, tout prés du Vegeteable Peak... S'il vous plait ? Je demande avec un air bonhomme, et ma voix de baryton dans les graves me donne un air si sérieux, alors qu'enfaite je commence à voir flou, et que ma démarche s'assouplit par rapport à d'habitude.
      Pensez-vous qu'après un an à fuir le gouvernement à visage couvert et à n'avoir commit aucun crime peut nous permettre de profiter d'un sursit quant à une prime apposée sur notre tête ? Personnellement je ne pense pas, ce gouvernement est tellement rancunier et procédurier qu'il doit garder des affiches de chaque avis de recherche dans une salle morbide. C'est donc aujourd'hui le jour où Jyll, mon acolyte médecin et moi-même, décidons de sortir du silence afin de revenir sur le devant de la scène. Bon, j'aurais préféré une île un tant soi peu plus attirante que Whiskey Peak, mais je n'allais pas faire ma difficile en apprenant ce qui se cachait dessus. En effet, c'est Jyll qui m'en informa, un ponéglyphe se trouverait sur l'île. L'information semble se transmettre par du bouche à oreille, Jyll étant friand des commérages de bouche à oreille, il ne tarda pas à m'en informer. Ne naviguant jamais loin de l'entrée de Grand Line depuis un an maintenant, il fut chose aisée d'accéder à cette île.

      « Nous pourrions accoster à Frutopolis et nous informer dans des bars ou en écoutant aux portes ? »

      « Bonne idée, reste sur tes gardes, on accoste à visage découvert depuis un bon moment maintenant sur plusieurs îles, tâchons de ne pas nous faire repérer. »

      « Bwoh, tu sais. Ils ont dû voir de plus grosses poitures que simplement nous, ici. »

      « Tu nous sous-estimes. Mais soit ... »

      Jyll a sans doute raison, mais mon côté supérieure déteste me dire que nous ne sommes que de simples inconnus dans ce monde. Je m'attèle à préparer nos affaires pour accoster tandis que mon bras-droit fait le nécessaire pour amarrer notre embarcation d'une taille respectable à port de Frutopolis. J'entends déjà des personnes ... enfin ce que je pensais être des personnes, discuter dehors. Je retire ma cape et détache mes longs cheveux en accrochant mon climat-tact à mon dos, dans l'image d'un sabre dans son fourreau. Jyll s'équipe de son couteau de poche et sort une cigarette qu'il allume au moment où nous quittons notre sorte de maison flottante. Ma surprise fut soudain mise à rude épreuve en voyant plusieurs légumes marcher comme si de rien n'était en face de nous.

      « C'est Whiskey Peak ici ? »

      « C'est l'endroit de l'île que nous n'avons jamais visité. Le coin tranquille, Frutopolis. Cactus Town a été secoué par l'attaque de la célèbre Aoi il y a plusieurs mois, nous devrions éviter d'y aller. »

      « En effet. »

      En suivant quelques discussions, nous empruntons le chemin d'un champignon humanoïde qui s'avance vers un bar, alors que nous allions entrer pour le suivre, un inconnu ailé lui sauta dessus. Jyll me prit par le bras et me fit entrer aux côtés d'un semblant détective et d'une femme aux cheveux bleus, sa prestance me laisse penser qu'elle n'a pas l'air d'être n'importe qui.

      « Quelle brute. »

      Dis-je en empoignant simplement mon climat-tact qui relâcha quelques arcs électriques à son extrémité au dessus de ma tête. Jyll, tentant d'apaiser les tensions un peu trop présente s'approcha de la femme aux cheveux bleus avec un sourire si charmeur qu'il pourrait poser pour le magazine du coin que toutes les légumes seraient folles de lui.

      « Eh bien, il semblerait que de nombreux voyageurs en ce moment aimeraient rejoindre ce mont, près du Vegetable Peak comme vous dites. Qu'est-ce qu'il y a de si particulier là-bas au juste ? Oh et navré de notre intrusion, nous étions avec le champignon que vous venez d'assommer, permettez moi de me présenter, je suis Hyde, et voici ma compagne ... »

      « Lise. »

      Jyll manqua de s'aplatir la main contre son front, s'il souhaitait passer inaperçu il suffisait simplement de ne pas faire tout ce monologue, nous évitant ainsi de devoir mentir sur notre identité. Je lui lance donc un sourire moqueur en retour, avant de revenir au sujet de la conversation.
      • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
      • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee
      Alors que les trois cocottes venaient à peine d'arriver au bar du "cactus-picus" en suivant la belle sanderienne, elles vinrent cette dernière ce précipiter in extremis sur un psychopathe qui agressait littéralement un homme champignon.

      EMI: C'était quoi déjà notre consigne ? Ne pas attaquer les civils du coin pour raison diplomatique ?

      Lançait Emi à la fois amusée et sarcastique à ses deux sœurs.

      EMA: Tais toi. Ne commence pas à être chiante. Sinon je te fais tâter de ma cuillère.

      Menaçait la plus vénère du lot. Les trois filles entraient bien plus calmement et moins précipitamment que leur capitaine. D'ailleurs, cette dernière ne se privait pas à faire une remontada au type chelou avec ces ailes. Les petites ailes dans son dos ne laissait pas la timide Emé indifférente. Elle était totalement hypnotisée.

      EME: Ça à l'air tout doux...

      Se marmonnait-elle en se cachant à moitié le visage derrière son livre de loi. Mais là encore, tout s’enchaînait très vite !  Un drôle de personnage se déplaçant habilement tel un chat et une sorte de couple qui déblatéraient à la vite leur présence ici. Ema, de part sa nature méfiante et protectrice ne put s'empêcher de dévisager tout ce beau petit monde...

      EMA: Je ne sais pas si je suis enchantée pour le moment de faire leur connaissance capitaine. Je ne les connais ni d'adam, ni d'Eve.

      Alors, l’aînée de la fratrie vint lui faire une grosse tape dans le dos.

      EMI: Ca va, détend toi sista ! Cool la vie, tu te prends souvent la tête pour rien.

      Un petit clin d'oeil de complicité que sa soeur ne lui renvoyait pas. Elle avait l'air plutôt furieuse en resserrant sa cuillère en main.

      EMA: Oh... Excusez moi madame de ne faire confiance à personne ! Je fais mon propre jugement que ça te plaise ou non !

      EMI: Enchantée messieurs, mesdames ! Niwatori Emi !

      Joviale et très insouciante, la cocotte téméraire avançait sa main vers ses inconnus pour les saluer. La poulette vénère attendait le débriefing de sa supérieur et Emé restait comme d'habitude en retrait son gros livre en main pour le serrer contre elle. C'est sous le regard désapprobateur de la scène que les habitants de l'île qui s'y trouvaient, commençaient à chuchoter du comportement des étrangers. Si ça continuait ainsi, Robina pourrait dire adieu à cette précieuse alliance entre homme-légume-fruit et humain...
        Robina était maintenant dans une situation qu’elle ne comprenait pas complètement, mais elle en avait le principal, un homme champignon venait de se faire attaquer par un ange. Un homme, qui semblait avoir plus de liqueur de cactus dans le sang qu’autre chose tentait vraisemblablement de venir en aide à l’homme en prenant sa défense. Et pour finir, deux inconnus venaient de faire leurs entrées sur le port, à côté du bar dans lequel était l’homme qui venait de tomber dans les pommes. La situation était, étrange, impossible ? Plutôt complètement ridicule, si elle pouvait le dire comme ça.

        Que tout le monde se calme, Sous-Amiral Rayv Bet, vous savez où se trouve l’Amirale Chante Relle. Qu’elle démêle toute cette histoire.

        Elle se trouve à tout juste quelques rues d’ici, vous pouvez la voir au loin, mais je peux régler cette affaire moi-même madame, cet homme a tenté de manger ce champignon et pour cela, je me dois de l’arrêter sur le champ.

        Il fit plusieurs gestes aux hommes qui se trouvaient avec lui, l’escorte qui les avait suivis depuis Vegetable Peak. Un fruit se trouvait parmi eux, un abricot qui semblait beaucoup transpirer sous son armure, mais il y mettait tous ses efforts pour intégrer l’armée des légumes. L’homme ailé se retrouva sur ses deux pieds, encore vaseux, il n’arrivait pas à tenir debout seul, on le déposa donc sur un banc, non loin de là.

        Nous allons le surveiller jusqu’à ce qu’il soit plus facilement transportable dans la prison du palais.

        Vous avez installé des cellules ?

        En effet, suite à votre arrestation, plusieurs aménagements ont été faits, vous pourrez les voir si vous voulez, un jour.

        Non, merci, ça ira.

        Un petit sourire sardonique s’afficha sur le visage de l’homme betterave, la pique qu’il avait lancée avait fait mouche, il pouvait le sentir. La cuisinière n’en fit rien paraître et regarda sur sa gauche, Chante Relle était là, elle courrait vers l’attroupement qui s’était créé suite à la bagarre. Il ne lui fallut que quelques enjambées pour se retrouver avec son subordonné qui lui expliqua rapidement la situation.

        Cet homme a tenté d’attaquer un de nos concitoyens, cependant, comme vous êtes une amie du peuple des fruits et légumes, et une des représentantes de votre peuple, je vous laisse la décision. Voulez-vous que nous le passions au tribunal, ou bien vous en occuperez-vous ?

        Savoir qu’un autre humain pouvait passer au tribunal des fruits et légumes fit avoir des frissons dans le dos à la jeune femme. Elle avait vécu une pression tellement immense qu’elle n’avait pas envie que quelqu’un d’autre l’expérimente à sa place, sa décision était prise.

        Je vais m’occuper de lui, jusqu’à ce qu’il soit sorti des limites de votre territoire, est-ce que cela vous paraît raisonnable à vous deux ?

        Elle parlait aussi bien à Chante Relle qu’à Rayv Bet, lui aussi, il fallait les convaincre ensemble, c’était déjà fait pour son amie Relle, elle ne lui mettrait pas de bâtons dans les roues, mais le cas du Sous-Amirale était incertain.

        Je ne vois rien à redire pour ma part. Et vous Sous-Amiral ?

        L’homme tubercule leva les yeux vers la femme champignon, il la jaugea pendant un instant, une bataille de volonté, que la supérieure hiérarchique gagna en une poignée de secondes.

        Il sera fait selon vos ordres Amirale. Si vous me permettez, je vais continuer ma patrouille, j’ai déjà pris du retard sur mon programme suite à l’arrivée inopinée de mademoiselle Erwolf, ainsi que de ses suivantes, sans compter cette altercation.

        Aucun soucis Bet, vous pouvez disposer, vous avez fait un excellent travail.

        L’homme se mit au garde-à-vous tout en saluant Chante Relle.

        Merci, Amirale. Nous prenons congé maintenant.

        Et sans un mot de plus, le Sous-Amiral fit un quart de tour vers la gauche pour partir dans la direction d’où venait l’Amirale des armées des légumes et partir au pas avec sa suite. Restait alors la femme la plus puissante de l’armée légumes et quelques soldats, la champignon se tourna vers la Sanderrienne et lui lança un regard qui voulait tout dire.

        Je savais que tu allais choisir cette option. Tu sais pourquoi cet homme a tenté d’attaquer un de nos concitoyens ?

        Absolument pas. Il s’est fait mettre hors combat en un seul mouvement, je n’ai pas pu lui poser une seule question. Mais c’est un ange, un homme avec des ailes dans le dos, il ne doit sûrement pas connaître l’île.

        Cela n’excuse en rien son comportement, mais je veux bien le comprendre.

        Nous allons attendre qu’il reprenne ses esprits avant de continuer, espérons que cela arrive rapidement.

        Elle se rapprocha du blessé et prisonnier présumé quand la chasseuse de primes se remémora les trois autres personnes qui les entouraient, avec toute cette histoire, elle en perdait ses bonnes manières. Elle tendit la main à l’homme qui l’avait accusé d’avoir agressé Hitoshi.

        Robina Erwolf, et je n’ai en aucun cas, accueillis de manière cavalière cet homme, le champignon agressé ici présent a pu le faire de lui-même. Et bienvenue sur le port de Frutopolis et du Royaume Végétariens, Lise et Hyde. La situation peut paraître en ma défaveur, mais je n’ai rien fait de mal, je vous l’assure, alors calmons-nous, tout cela va se régler rapidement, et vous pourrez poser toutes les questions que vous voudrez, monsieur Montfer.
        Quand à celles qui sont avec moi, vous connaissez déjà Emi Niwatori et voilà ses soeurs, Ema, qui est ma seconde en cuisine sur mon galion, ainsi que Eme, qui est notre érudite, si je puis dire.


        Déjà l’homme qui avait tenté de manger le champignon ouvrait les yeux, face à Chante Relle, la jeune femme aux longs cheveux se dit qu’il fallait possiblement changer d’interlocuteur. D’un commun accord, Robina serait celle qui lui parlerait, pour ne pas remettre un membre du peuple légumes devant lui. Alors que l’ange ouvrait les yeux et qu’il reprenait lentement connaissance, la cuisinière lança la conversation.

        Comment allez-vous ? Est-ce que vous vous rappelez votre nom ?
        • https://www.onepiece-requiem.net/t21190-
        • https://www.onepiece-requiem.net/t21186-
        " - Bonjour, je m'appelle Hitoshi."
        Ses battements de coeur frénétiques ne lui permettaient pas de saisir complètement la situation. Il parvenait tout de même à saisir l'essentiel : il était dans la merde.
        Il fit tout son possible pour cacher le tremblement de ses mains mais il n'était pas dupe : cette femme aux cheveux bleus lisait en lui comme dans un livre ouvert. Bien plus forte que l'ange, elle l'avait mis KO en un instant. Décidément il était bien loin du niveau des Merbleusiens. Il allait devoir reprendre l'entraînement, et vite. Pour l'heure il fallait se sortir de ce mauvais pas. Hitoshi sentit ses iris bleues électriques frétiller à cause du manque. Cependant il ne pouvait décemment pas manger ses champignons Skypiéns devant ce petit homme légume qu'il avait essayé de croquer un peu plus tôt. Pourtant il le fallait. Tant qu'il n'en mangeait pas il ne serait pas dans son état normal.
        " - Excusez-moi un instant, je dois prendre mes médicaments."
        Hitoshi sentit en se tournant que ses ailes venaient de caresser le bout du nez de l'une des petites qui accompagnaient la chasseuse de primes. À l'abri des regards, il fouilla dans sa sacoche et engloutit en vitesse deux champignons jaunes. Il était certain que personne, pas même la femme aux cheveux bleus, ne l'avait vu.
        " - C'est un médicament qui..."
        L'ange vit les yeux des hommes légumes s'écarquiller à ces mots et il en comprit rapidement la raison.
        " - qui est exclusivement composé de viande ! "
        Le soulagement des hommes plantes fut instantané. Le regard fermé de la chasseuse de primes lui fit comprendre qu'elle attendait toujours ses explications. Hitoshi décida de répondre honnêtement.
        " - Je vous dois des explications semble-t-il."
        Il se tourna vers le champignon qu'il avait essayé de croquer quelques instants plus tôt et plongea son regard dans le sien.
        " - Je suis sincèrement désolé. Il y a une raison derrière mon comportement."
        Devait-il TOUT dire ? Après tout cette femme l'avait sorti d'un mauvais pas... Il lui devait bien ça.
        " - J'ai un problème."
        Hitoshi sentit son cœur se serrer. Il n'avait jamais prononcé ces mots à voix haute. Sa famille n'en savait rien. Pourquoi était-ce si simple de se confier à des inconnus ? Sa voix trembla quelque peu pendant que l'assemblée le fixait.
        " - J'ai une addiction depuis de nombreuses années."
        L'ange pointa du doigt son iris en forme de fleur bleue.
        " - Elle a changé beaucoup de choses dans ma vie. Quand je vous ai vu entrer dans ce bar une crise s'est déclenchée et je n'étais plus maître de moi-même."
        Sa gorge se noua. Il ressentait le besoin de tout leur dire.
        " - J'ai évidemment besoin d'aide pour me faire soigner mais je parcours les mers à la recherche d'un être cher donc je ne peux pas me permettre de prendre du temps pour moi."
        Il ne leur parla pas de la raison pour laquelle la crise s'était déclenchée et des "médicaments" qu'il avait pris pour des raisons lui semblaient assez évidentes. Si certains se doutaient que tout n'avait pas été dit, ils n'en laissèrent rien paraître.
        " - On dirait Madame..."
        Merde il aurait dû dire Mademoiselle. Elle était quand même assez jeune !
        " - Que vous m'avez sorti d'une bien mauvaise situation. Pour vous remercier je vous propose mes services sur cette île. Je ne pourrai pas regarder la personne que je recherche dans les yeux si je ne vous aide pas avant."
        Vu la différence de niveau qu'Hitoshi entrevoyait elle n'aurait sûrement pas besoin d'aide mais au moins il avait fait ce qu'il avait à faire.
        " - Qu'en dites-vous ?"
        Il regarda en souriant la jeune fille qui tenait un livre épais dans ses mains.
        " - Je te laisserai toucher mes ailes."


        À la ratatouille !  Unknown
        • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
        • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347
        Toutes les personnes dans le coin se présentent les uns aux autres. Un prénom me fait cependant tiquer, Robina Erwolf ? Son prénom n'est pas inconnu, lors de notre année de voyage à l'entrée de Grand Line aux côtés de Jyll, j'ai déjà entendu ça à plusieurs reprises. Je me retrouve éloignée du groupe à chercher dans mes souvenirs où est-ce que j'ai bien pu entendre ça. Tandis que Jyll, déguisé sous ce faux prénom de Hyde, s'avance vers les trois acolytes de cette Robina pour discuter avec elles.

        « Salut vous trois. Vous êtes donc avec la demoiselle qui semble importante ici ? Elle en connaît du monde ! »

        Une membre de la Marine en plus de ça ? Bon, il y a trop de monde, ça commence à craindre dans le coin pour nous qui sommes des pirates. Mais oui c'est donc ça ! Cette Robina Erwolf est une chasseuse de primes. Elle connaît du monde par ici, c'est une femme et une cuisinière importante qui a semble-t-il fait ses preuves sur cette île. Je me rapproche à nouveau du groupe au moment où je l'entends nous saluer en nous citant. J'affiche un sourire respectueux en hochant légèrement la tête.

        « Monsieur l'ailé, vous semblez dans de beaux draps ici. Et ce n'est pas en consommant une substance inconnue que les choses s'arrangeront. »

        Je me tourne en même temps vers l'Amirale, ses subalternes et Robina. Je jette un bref coup d'oeil vers Jyll qui semble entretenir une discussion avec les trois jeunes femmes qui accompagnent la cuisinière de renom. Au moins elles n'ont pas d'oreilles ici, je peux discuter plus amplement avec leur capitaine et la Marine. Je ne me sens vraiment pas à l'aise mais mon caractère froid et distante peut enfin jouer en ma faveur. Je n'affiche aucune émotion ni aucun sourire avant de prendre la parole.

        « Qu'allez-vous faire de cet énergumène ? Le port de Frutopolis dispose d'un centre de garde de la Marine pour gérer des petits délits tel que celui-ci ? Ce pauvre homme ailé a l'air sacrément perché. »

        Dis-je en levant les yeux au ciel, suivit d'un léger rire moqueur.

        « Et vous ? Robina Erwolf c'est bien ça, je vous connais de nom, c'est un plaisir ! Qu'êtes-vous venu faire ici sur ce port calme de Frutopolis ? Accompagnée de trois membres de votre ... équipage ? Vous sembliez vous connaître toutes les deux non ? »

        Terminais-je par dire en pointant Robina puis l'Amirale de mon index et en terminant par serrer la main de Robina. Ai-je posé trop de questions ? Je ne sais pas, au moins je laisse du temps à l'homme ailé pour se remettre de ses émotions avant qu'il ne veuille manger l'une des demoiselles aux côtés de Jyll, cet éternel charmeur, cigarette à la bouche, sourire en coin de bouche, tentant sûrement de charmer Emi ou Ema ... ou les trois, que sais-je ?
        • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
        • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee
        Pour Emi cela faisait beaucoup trop d'informations... Sa cervelle de moineau n'allait pas tarder un imploser de l'intérieur si tout n'était pas très vite mis au clair pour elle. Ema suivait sans aucun problème la suite des évènements, "un sacré veinard ce type quand même..." se disait-elle à propos du type ailé. Quant à Emé elle restait toujours fidèle à elle-même, discrète et en retrait pour tout analyser, tout observer jusqu'au moindre détail. Le type qu'elle fixait depuis tout à l'heure après avoir exposer son problème personnel lui proposait même de lui toucher ses ailes ! En guise de réponse Emé se contentait de se cacher derrière Ema. Alors qu'une solution venait d'être apportée pour l'agresseur, les Supers Cocottes se faisaient abordées par l'acolyte de la blonde située non loin d'elles.

        HYDE: "Salut vous trois. Vous êtes donc avec la demoiselle qui semble importante ici ? Elle en connaît du monde !"

        EMI: "Hey ! Enchantée ! C'est quoi ton petit nom à toi ?"

        Toujours aussi sociable et imprudente cette petite poulette. Mais ce ne fut pas le cas de la seconde de la portée qui restait toujours aussi méfiante, toujours aussi fermée à l'inconnu. En vérité, elle avait surtout senti sa jeune sœur se cramponnait à elle, mais pas pour la raison qu'elle pensait ! Emé se cachait d'Hitoshi et non d'Hyde.

        EMA: "Qu'est-ce que tu nous veux ? Je te préviens tout de suite que ce n'est pas en voulant nous lécher les bottes qu'on va être copain-copain avec des questions dont tu as déjà les réponses mon coco !"

        Elle le fusillait du regard, encore son côté protecteur envers ses autres sœurs qui prenait le dessus. Sa grosse cuillère - faite de bois - en main, elle était plus que prête à assommer le bougre s'il s'approchait beaucoup trop de la fratrie.

        EMI: "Yare, yare. Tu ne changeras donc jamais ma sœur ?"

        Rétorquait l'ainée du groupe en mettant son coude sur son épaule et balayant la mauvaise ambiance d'un revers de sa main.

        EMI: "Tu devrais apprendre à écouter ton prochain tu sais, ca va te jouer de vilains tours à force Ema."

        EMA: "Ben voyons, c'est mademoiselle bisounours qui vient me donner des leçons de morale ? Tu devrais en prendre de la graine sur moi et te montrer bien plus vigilante ma cocotte !

        Son regard passant d'un visage à un autre, la poulette timide tapotait sur les épaules de ses sœurs.

        EME: "Les filles... Ce n'est peut-être pas le mo... moment de se disputer ? N'oubliez pas ce que Robina nous a dit...

        Après l'attaque envers l'homme champignon qui faisait polémique, il ne valait mieux pas pour les Cocottes de semer la pagaille et de jacasser pour un oui ou pour un non. Les deux ainées, enfin surtout Ema faisait redescendre la pression suite au rappel de la cadette du lot. Le regard inquisiteur de la clientèle en disant bien long sur leur pensée. Déjà que les humains étaient que peu tolérés ici, autant ne pas en rajouter une couche et en faire tout un œuf au plat !

        EMA: "Débrouillez-vous sans moi dans ce cas ! Je refus de discuter avec ce type louche !"

        EMI: "Qu'il en soit ainsi, allez bon vent... Zou, zou..."

        Frustrée et en colère, Ema vint s'installer proche de Robina pour suivre l'autre conversation après qu'Emi effectuait des gestes comme pour lui dire de débarrasser le plancher. Malgré que la cuisto venait de se faire chasser par l'éleveuse de volaille, cette dernière décidait tout de même de garde un œil sur ses sœurs. Les petites poules qui accompagnaient le trio ne comprenaient rien, elles se contentaient de picorer de-ci, de-là. L'une d'elle parvenait même à aller jusqu'à sur la tête de la blonde qui venait de rejoindre Chante Relle, la capitaine des Glaciers et le fou mangeur d'homme-champignon.

        EMI: "Vous inquiétez pas, elle est toujours aussi grincheuse, mais ne mord pas pour autant. Si je puis me permettre rare son les aventuriers étrangers qui viennent jusqu'ici. Qu'êtes-vous venu faire ici dans cette sublime région ?"

        EME: "E...émi... Tu ne devrais pas poser des questions aussi impolies aux gens que tu ne connais pas...

        EMI: "Oh t'inquiète pas ! Je suis sûre que ça ne dérange pas monsieur Hyde. Sinon qu'elle intérêt de venir taper causette ? Pas vrai mon vieux ?"

        La pauvre femme de loi se mettait à rougir, complètement gênée par la désinvolture de sa sœur ainée. Elle tentait discrètement de s'émanciper en se cachant derrière son gros livre de lois.


        En entendant les dernières questions posées à notre chère Robina, Ema ne pouvait se contenir et fronçait les sourcils en fixant plus la dame à la chevelure claire que le type ailé. "Qui sont ces gens bien trop curieux ?" Pensait-elle. Elle croisait fermement ses bras tout en continuant de dévisager la drôle de dame. Une habitude de la commis de cuisine. Toujours prête et sur ses gardes, toujours à imaginer le pire et pourtant, devait-elle véritablement se méfier ? Attendons de savoir la suite pour voir...
          Robina se retourna vers tout le monde, elle avait du mal à suivre toutes les conversations en même temps, pourtant elle faisait de son mieux. Elle écoutait le discours de l’ange qui se trouvait à la recherche d’un ou d’une de ses proches, de ce qu’elle pouvait comprendre. Et à côté, Lise lui parlait de la marine, qui n’était pas là, l’amiral Relle ne faisait pas partie de la marine, mais des forces armées du Royaume Végétariens, elle devait éclaircir tout ça et vite, sinon elle se retrouverait perdue.

          Calmez-vous, une chose à la fois. L’effort de suivre deux conversations en même temps l’avait fait transpirer et deux gouttes de transpiration roulaient le long de sa joue. Je vous remercie pour me proposer vos services, cependant c’est moi qui vais vous rendre service en vous sortant de là. Amirale Chante Relle, me permettez-vous d’escorter cet homme le temps qu’il se trouve sur les terres du Royaume Végétarien pour qu’il ne recommence pas à agresser les habitants ?

          La femme champignon regarda la cuisinière avec intensité, elle comprenait ce qu’elle voulait faire, sauver quelqu’un, le regard de la chasseresse de primes se faisait suppliant, elle ne pouvait pas résister plus longtemps à cela. C’est d’accord, mais s’il arrive quoique ce soit à l’un des habitants de Frutopolis ou du Royaume Végétariens, vous en serez personnellement responsable.

          Elle avait accepté, mais le message était clair, elle pouvait se retrouver de nouveau en prison pour ce que ferait l’homme dans les prochaines heures, et cette fois, elle n’aurait pas d’allié avec elle. Se sentant tout d’un coup entourée d’espions et d’ennemis, la Sanderrienne se dit qu’elle était bien contente d’avoir pris ses sabres, au cas où. Je comprends, et j’accepte cette responsabilité.

          Le visage dure et froid, Chante Relle acquiesça et fit un mouvement aux autres membres de la communauté qui se trouvaient proches du groupe. Merci d’évacuer les lieux, la situation est maîtrisée, l’homme ne nous veut aucun mal et il est pris en charge par la chasseresse de primes Robina Erwolf. Certains regardèrent curieusement l’homme qui était encore légèrement dans les vapes, en se grandissant ou en jouant des coudes. Mais très vite, la foule se dispersa et le port retrouva son calme ambiant, quelques marins travaillaient là, mais les lieux étaient très calmes.

          Et Lise, désolé, je n’ai pas saisi votre nom de famille. Mais oui, je suis Robina Erwolf, capitaine des Glaciers, cuisinière et chasseresse de primes. Je ne suis pas vraiment importante, juste je suis connue suite à mon procès ici parce que je suis cuisinière, j’ai été acquittée, mais ça a été une sacrée épreuve. En repensant à ça, elle se dit qu’elle avait eu de la chance de s’en sortir aussi facilement de cette situation.

          Et oui, les sœurs Niwatori sont des membres émérites de l’Iceberg, mon navire, en tout cas je suis enchantée de faire votre connaissance. Elle tendit la main pour serrer celle de Lise, elle se voulait rassurante, elle qui était partie d’un quiproquo ne voulait pas rajouter de grain à moudre à la personne. Et l’amirale Chante Relle et moi, nous connaissons très bien, c’est elle qui m’a aidée durant mon procès, sans elle, je ne sais pas si je serais vivante en ce moment.

          La femme champignon s’inclina légèrement en avant, puis reprit sa posture droite et militaire. Elle braqua son regard sur le petit groupe et se tourna vers l’extérieur de la ville. Nous devrions partir, avec toute cette agitation, du monde va arriver et bien que nous soyons maintenant en paix avec Frutopolis, je n’ai pas tellement envie d’avoir affaire à eux.

          Elle partit vers le palais, le groupe lui emboîtant le pas. Elle marchait rapidement, mais sans que les autres ne doivent se mettre à courir pour la suivre. Elle attendit de se retrouver à une bonne distance avant de s’arrêter. Maintenant que nous nous trouvons en dehors du port, nous pouvons prendre notre temps pour parler, désolé d’avoir été aussi froide, mais si les Frutopoliciens se mêlent de cette affaire, vous pourriez finir déshydrater monsieur.

          Ne comprenant pas, l’ange fit une drôle de tête, il cherchait à avoir tous les détails, mais ils étaient hors de sa portée pour le moment. Voyant sa perplexité, la femme champignon lui expliqua. Les fruits vivants n’aiment pas les humains, ils les tolèrent sur leur terre, tant qu’ils ne font pas de vagues, ils n’attendent qu’un seul prétexte pour en tuer un ou deux qui auraient fauté. Vous comprenez ?

          Oui, je vois ce que vous voulez dire. Hitoshi regarda autour de lui, soudain moins à l’aise.

          Ne vous inquiétez pas, vous n’êtes plus sur un territoire des fruits, vous êtes en sécurité maintenant. Elle se tourna alors vers la jeune femme aux cheveux blancs. Mais Robina, qu’est-ce que vous faites là exactement ? Je ne vous attendais pas, je pensais que votre départ était pour bientôt.

          Oui, mais mes amies ici présentes voulaient voir une poule, la pastécopoule, je crois. Je ne sais pas si ça vous dit quelque chose.

          L’amirale de l’armée Végétarienne fronça les lamelles. Elles sont du côté de Frutopolis, les fruits sont tous là-bas, et vous ne voulez pas leur voler une poule. À part si vous voulez leur déclarer la guerre, elle reste une de leur habitante, et elle redeviendrait une pastèque normale en dehors du périmètre du grand monolithe.

          Entendant ce terme encore une fois, mais en dehors du tribunal de Mûre en Vert, la cuisinière se permit de poser la question. Qu’est-ce que le grand monolithe exactement ? Je suis curieuse, au tribunal tout le monde jurait sur le grand monolithe pour témoigner et je n’ai pas compris ce qu’il était.

          Un sourire se fit pour la première fois sur le visage du champignon depuis son arrivée dans le groupe. C’est un bloc de pierre géant qui nous permet de rester en vie et d’avoir notre conscience, d’être différents des légumes de l’extérieur, si vous préférez.

          La surprise se fit sur le visage de la chasseresse de primes qui comprenait maintenant le pourquoi du caractère du monolithe. C’est donc lui qui vous donne la vie ?

          Oui, nous ne savons pas exactement comment, mais c’est ça.

          Je pourrais le voir ? Ou au moins, m’en approcher ? Je suis curieuse de voir à quoi il ressemble.

          Eh bien, en soi, les lieux ne sont pas interdits, donc je pourrais vous y emmener. Mais il n’est pas dit non plus que c’est quelque chose d’autorisé, alors soyez discrète mademoiselle Erwolf. Quant à vous autres, je sais déjà que quatre d’entre vous vont venir, ce qui fait que la minorité va sûrement nous suivre, et au regard que vous me lancez mademoiselle, j’ai bien compris vos intentions. Elle fronça de nouveau les sourcils. Soyez discrets, sinon je vous déshydraterai moi-même, parole d’amirale Chante Relle !
          • https://www.onepiece-requiem.net/t21190-
          • https://www.onepiece-requiem.net/t21186-
          Hitoshi pouvait de nouveau respirer, il était hors de danger. Du moins, pour l’instant. Cette jeune femme aux cheveux bleus, Robina, lui avait de nouveau sauvé la mise. L’ange la fixa longuement, intrigué. Pourquoi avait-elle fait ça ? Elle ne semblait pas attendre quoi que ce soit de lui et le jeune homme avait cerné le regard au bord du supplice jeté à la belle amirale Chante Relle. Qu’avait-elle vécu pour avoir ce besoin presque viscéral de sauver des inconnus ? Est-ce que les gens par-delà son île céleste étaient tous foncièrement gentils ? Il commençait sérieusement à se poser la question. Hitoshi comprit rapidement que le destin de Robina sur cette île était en parti lié à ses propres actions. Pour le skypién, pas question de faire quoi que soit pouvant mettre la capitaine dans une situation inconfortable. Il était désormais sous sa responsabilité et comptait bien être exemplaire. Il quitta donc le bar en suivant cette petite troupe hétéroclite qui venait de se former, la gorge sèche. Il aurait bien aimé boire un ou deux verres de cactus liquide avant de filer mais le pas rapide de la femme champignon lui força la main. Hitoshi s’approcha d’une des sœurs Niwatori, la dévoreuse de livre, et lui proposa de la porter sur son dos mais la jeune femme s’enfuit auprès de ses sœurs sans demander son reste. Le cœur de l’ange se serra, il lui faudrait du temps pour gommer cette image de drogué. En parlant d'image de drogué... Le jeune homme se tourna vers la dénommée Lise. Il n'avait pas vraiment apprécié son ton moqueur et ses remarques concernant son état dans le bar. Il était temps de lui montrer qu'il était davantage qu'un "énergumène perché".
          "- Excusez-moi Madame Lise mais je n'ai pas bien saisi votre intérêt pour cet endroit et Madame Robina. Vous désirez... ?"
          Il lui décocha son plus beau sourire, prêt à découvrir ce que je cachais cette femme.


          À la ratatouille !  Unknown
          • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
          • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347
          Jyll caché sous son pseudonyme de Hyde assista à une véritable scène de ménage entre les trois sœurs. Il fit son sourire le plus charmeur à celles ne voulant pas lui adresser la parole, en vérité il se fichait de ce qu'elles pouvaient penser de lui. Il ne discutait avec elle que dans le but que je puisse être avec Robina pour avoir des informations précises sur la présence d'une chasseresse de prime dans le coin, sans paraître trop indiscrète ou intrigante. Il joua son rôle à la perfection, l'une des sœurs laissa ses aprioris de côté et lui adressa la parole. Maintenant il allait devoir se montrer intelligent et disposer d'une tactique de réponse. Mais pour ça, je peux lui laisser carte blanche, il ne nous mettra pas dans l'embarras.

          « Eh bien voyez vous, Lise et moi-même sommes des chercheurs assoiffés de nouvelles découvertes. Les vieilles pierres, les avancées technologiques, c'est notre truc, comme disent les jeunes ahah. »

          Lança Jyll sur un ton amusé en ponctuant cela d'un clin d'œil aux demoiselles en face de lui. Il releva ensuite la tête lorsque l'Amirale Chante-Relle nous somma d'avancer avec elle, ne voulant pas rester dans ce coin, pour une raison que ni mon médecin ni moi-même ne comprenions. Mais revenons quelques secondes plus tôt. De mon côté, avec Robina qui semble prise entre plusieurs discussions. Il semblerait d'ailleurs que je me sois fourvoyé en annonçant que l'Amirale faisait partie de la Marine. Alors elle n'est qu'une représentante de l'ordre de l'île n'ayant aucun lien avec le gouvernement ? Et le titre d'Amirale peut donc être employée pour une milice indépendante, tout est bon à savoir. Je croise les bras et m'appui sur ma jambe gauche, ployant légèrement la droite en plissant légèrement les yeux, j'écoute attentivement ce qui se dit tandis que l'ange se remet de ses émotions, lui je ne le sens pas, il manque de sérieux, et n'a pas l'air fiable. Robina s'adresse finalement à moi, j'avale péniblement ma salive lorsqu'elle me dit ne pas avoir saisit mon nom de famille.

          « Pas d'inquiétudes, appelez moi simplement Lise, c'est suffisant. Et enchantée Amirale, ravie d'apprendre que vous êtes venue en aide à Robina, cette femme a l'air d'avoir le cœur sur la main. »

          Dis-je en jetant un regard rapide à l'ange maintenant prit sous la tutelle de la chasseuse de prime. S'ensuit alors la décision de Chante-Relle de quitter l'endroit où nous nous trouvons pour avancer un peu plus, elle ne voudrait apparemment pas rencontrer le peuple local, la raison ? Je ne pense pas l'avoir saisit et honnêtement, je ne suis pas là pour comprendre les raisons d'une querelle entre civilisations. Je regarde Jyll qui me sourit, nous avançons avec eux, mes mains dans les poches de ma cape, le regard occupé à examiner les alentours, pour vérifier qu'elle ne nous emmène pas dans un endroit sans échappatoires. Finalement, elle s'arrêta sur le chemin du palais de l'île. Jyll s'approche de moi en souriant. Puis nos regards dévient immédiatement sur Chante-Relle lorsqu'elle parle d'un monolithe qui leur donnerait la vie. Ce pouvoir est l'oeuvre d'un fruit du démon ? D'un ponéglyphe ? Je ne saurais le dire, mais un monolithe renfermant un aussi grand pouvoir ne peut pas être une simple pierre sans intérêt. Jyll s'étire en me chuchotant quelques mots.

          « Lise tu n'y penses pas ... »

          « Je me fous des conséquences, c'est un ponéglyphe, j'en mettrais ma main à couper. »

          J'allais alors m'approcher de Robina et Chante-Relle quand l'homme ailé s'interposa pour me poser une question sortie de nulle part. Je le regarde en souriant faussement avec de répondre gentiment et d'une voix qui porte assez pour que Robina et Chante-Relle puissent m'entendre également.

          « Eh bien, il s'avère que mon ami et moi sommes des chercheurs ! Alors là, vous venez d'attirer ma curiosité avec votre monolithe, j'ai tellement de questions qui me viennent à l'esprit. Se serait merveilleux que nous puissions y jeter un œil et vous pouvez nous faire confiance Amirale, nous ne dévoilerons rien de cette expédition secrète ! »

          Je fis un sourire amusé à l'assemblée présente en prenant une pose militaire, presque au garde à vous. Jyll se mit à rire aux éclats pour détendre l'atmosphère en s'approchant de Robina qu'il regarda du haut de son mètre quatre-vingt dix avec un sourire toujours aussi charmeur.

          « Si le destin nous a mit tous sur la même route c'est pour une bonne chose. Alors ne perdons pas plus de temps, n'est-ce pas les poulettes ? »

          Lança t-il d'une voix rauque avant de rire de nouveau en regardant les trois sœurs et en les pointant avec un pouce levé.
          • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
          • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee
          EMI: Oh ! Alors comme ça vous aimez bien les légendes aussi et découvrir de nouveaux horizons ?

          Rétorquait Emi à son interlocuteur.

          EMI: Emé ici présente est une grande fan de bouquins ! Et je peux vous dire qu'elle en a accumulé des connaissances sur l'ancien monde !

          La pauvre femme de loi se sentait terriblement gênée d'être mise en avant par sa sœur ainée. Elle tentait de se cacher derrière son gros livre. Mais se fut la belle Chante Relle qui mettait fin à toutes les discutions en cours et qui invitait tout le monde à se rejoindre à l'extérieur. Une fois dehors, nombreux furent les curieux et les regards indiscrets. Encore une fois, l'amie de Robina faisait preuve d'une autoritaire hors pair ! La foule se dissipa rapidement avant que la troupe continua son avancée.

          Les trois poulettes étaient un peu dispersées dans la troupe. Ema suivait Robina, Lise et Chante Relle de près. Emi restait non loin de Hyde et quant à Emé, un peu trop perdue dans ses pensées, elle fit très vite abordée par le type ailée. Ne pouvant supporter d'avantage les questions esquivées par Lise, Ema rejoignait Emi avant de colporter ses doutes. Se fut la plus timide qui arrivait en trombe après qu'Hitoshi ne lui demandait s'il elle voulait venir sur son dos. Ce n'était pas l'envie de toucher ses ailes qui lui paraissaient douce qui l'amenait à fuir, mais sa timidité envers l'inconnu. Le trio était à nouveau au complet et comme à leur habitude, les filles jacassaient entre elles.

          EMA: Je te jure Emi, je ne leur fais pas confiance à ces deux là...

          EMI: Arrête de faire ta poule mouillée ! Je suis sûre que tu t'inquiètes pour rien.

          EMA: Il te manque toujours quelques neurones toi... Tu reflètes bien ce que tu élèves !

          EMI: Comment oses-tu insulter mes copines ?

          Les deux sœurs débattaient dorénavant sur le fait que les poules ne possédaient pas une grande intelligence. Emi défendant la cause des poulettes et Ema argumentant sur le manque de connexions cérébrales. Mais très rapidement Robina les sortaient de leur petite dispute en parlant de la vénérable pastécopoule !

          EMI: Oh oui ! Nous aimerions bien la rencontrer ! Vous savez madame le fruit, nous adorons et idolâtrons les poules ! Avez-vous déjà entendu parler de la sainte poule, mère de toutes les poules du monde ?

          Aïe, aïe, aïe, le sujet à ne pas aborder avec la plus fanatique des trois soeurs... Ema tentait rapidement de reprendre l'ainée de la famille lui assénant un coup sur la tête.

          EMA: Manque pas de respect comme ça ! Déjà c'est Chante Relle et deuzio fou lui la paix avec notre religion, compris ?

          Et voilà que les deux soeurs recommençaient à se prendre le bec. Quant à Emé, elle ne donna pas son avis, préférant s'abstenir. À la fois perdue dans ses pensées concernant ce fameux monolithe et surveillant ses arrières de peur de se faire surprendre une nouvelle fois par Hitoshi, elle tournait subitement la tête vers Hyde.

          Si le destin nous a mit tous sur la même route c'est pour une bonne chose. Alors ne perdons pas plus de temps, n'est-ce pas les poulettes ?

          Arrêtant brièvement leur dispute entre elles, Emi fut la première à répondre !

          EMI: Totalement d'accord !

          Mais aussi la seule... Elle levait son pouce en l'air à son tour. Ema lui adressait simplement un regard foudroyant. Emé se contentait de l'observer de son air légèrement surpris et inquisiteur. En regardant un peu mieux la troupe, la femme de loi se demandait si c'était réellement une bonne idée d'aller jusqu'au fameux monolithe ? Son raisonnement ? Hitoshi l'homme ailé était un peu foufou sur les bords, Hyde et Lise malgré leur bonne intégration au groupe restaient encore des individus mystérieux et Chante Relle les amenait bien trop facilement vers un lieu dit "sacré" à la fois autorisé et interdit... C'était tout de même le noyau de vie de cette île d'après les explications de l'amie de la capitaine des glaciers.

          Alors, le groupe continuait son avancée dans l'insouciance ou la conscience que tout ne se passerait pas forcément comme prévu... Deux des cocottes ne semblaient que moyennement emballées redoutant le pire, alors que la dernière de son tempérament joviale emboitait aisément le pas derrière Lise, Chante Relle et Robina. Bientôt, le caillou sacré fut à porter de vue. Bientôt, tout le monde fit une halte.
            Robina ralentit en voyant le bloc de pierre au loin, elle se trouvait sur un lieu sacré des fruits et légumes vivants, comme une église pour eux. Elle pouvait le voir et c’était déjà suffisant pour elle, c’était un endroit qui ne méritait pas d’être profané par les humains qui ne pouvaient pas comprendre le caractère que revêtait cette pierre pour les peuples de Whiskey Peak. Elle fit un pas en arrière, se retrouvant à l’écart des autres, sa curiosité l’avait emporté dans un bourbier dont elle devait maintenant se sortir.

            Voyant son amie hésiter, l’Amirale Chante Relle se retourna vers elle, l’air circonspect, elle qui avait insisté pour venir se voyait maintenant faire demi-tour.

            Quelque chose ne va pas, Robina ? La femme champignon prenait des nouvelles de son amie humaine et se rapprochant d’elle.

            Je pense avoir fait une erreur, nous n’aurions pas dû venir ici. La voix de la cuisinière n’était qu’un simple filet de voix, personne n’arrivait à l’entendre à part l’amirale de l’armée Végétarienne.

            Pourquoi ? Tu voulais pourtant voir et comprendre ce qu’était le grand monolithe, j’ai accepté pour te faire plaisir. Le ton se fit plus dur, plus accusateur, la cheffe des armées de légumes prenait des risques en amenant autant de monde avec elle.

            Je viens de me rendre compte de ce que nous faisions, je n’ai pas envie de profaner une terre qui est sacrée pour vous. Je réalise enfin que je suis allée trop loin dans mon envie de savoir. Se sentant fautive, la coq baissait la tête, elle n’osait pas regarder son amie dans les yeux.

            La champignon posa sa main sur l’épaule de la Sanderrienne, elle était contente de ce qui était en train de se passer, son amie n’était pas allée trop loin, maintenant il fallait arrêter les autres.

            Tu penses pouvoir le faire comprendre aux autres ? La voix du fongus se fit plus douce, elle n’en voulait pas à la jeune femme d’avoir été curieuse, elle était même triste pour elle, qu’elle ressente de la honte à avoir voulu voir leur matrice.

            Je n’en suis pas sûre, deux d’entre eux sont venus pour ça après tout, en tout cas j’en ai la vague impression, ils ne quittent pas le monolithe des yeux. Se tournant vers le groupe qui discutait ensemble, elle les détailla, une des sœurs Niwatori ne quittait pas le bloc de pierre des yeux, ainsi que la nouvelle du groupe, Lise.

            Viens, nous devons leur parler, nous allons vous faire partir d’ici et ne plus parler de cette histoire, je suis contente que tu aies comprise sans que je n’aie à te le dire, ça me rassure, tu n’es pas insouciante. Elle avait fini sa sentence sur un petit sourire.

            Bien sûr que non, je ne m’étais juste pas rendu compte du caractère sacré que pouvait avoir ce « Grand Monolithe ». Je ferais plus attention dans le futur avec ma curiosité mal placée.

            Elle n’était pas mal placée, juste déplacée je dirais, c’est normal de vouloir comprendre les choses, mais il faut cependant parfois apprendre à rester dans l’ignorance plutôt qu’à tout prix avoir toutes les réponses. Tapotant le dos de sa compagnon, elle revint vers les six personnes qui étaient en plein débat, la capitaine des Glaciers releva la tête, elle s’était arrêtée avant de dépasser les limites, elle devait aller de l’avant et ne pas s’arrêter à ça.

            Elle attrapa Libertalia pour se donner du courage, maintenant des mois que le sabre d’abordage était avec elle dans les épreuves, il l’avait sorti de situations dangereuses si souvent, elle puisait en lui en ce moment. Mais Robina était une battante, elle ne perdait pas le moral rapidement et remontait toujours en selle aussi vite que possible. Elle riva ses yeux sur les sœurs Niwatori ainsi qu’Hitoshi, l’ange dont elle s’occupait, la récréation était terminée, ils devaient maintenant retourner à l’Iceberg ou tenter de voir une pastecopoule avec le peuple de Frutopolis.

            Emi, Emé et Ema, nous allons plutôt voir avec les Frutopolicien, je ne pense pas que nous ayons notre place ici. Hitoshi, je suis désolée, mais vous devez aussi me suivre, après tout, vous êtes toujours sous ma surveillance. Elle attendit une réaction de la part des quatre personnes, quand Chante Relle se rapprocha de Lise pour lui parler aussi.

            Alors que la femme champignon se trouvait à tout juste quelques mètres du ponéglyphe, la pierre se mit à émettre une faible lueur, tout juste perceptible, pourtant, elle attira le regard de chacune des personnes. Lise partit en courant, pour voir le sujet de sa curiosité de plus prêt, Emé aussi, malgré son caractère timide, se voyait attirée comme un insecte face à une flamme.

            Voulant les stopper, la champignon fit encore quelques pas, sauf que le monolithe brilla de plus belle, et chacun sut que la pierre réagissait à la présente de l’amirale. Même la Sanderrienne se posait des questions, mais elle avait compris sa leçon du jour, elle ne se lancerait pas dans un savoir qu’elle ne voulait pas réellement connaître.
            • https://www.onepiece-requiem.net/t21190-
            • https://www.onepiece-requiem.net/t21186-
            Hitoshi avait beau tenter d’être gentil avec la petite Emé, rien n’y faisait. Cette dernière semblait atteinte d’une timidité maladive qui l’empêchait de nouer toute relation avec un inconnu. Pourtant cette cocotte hautes comme trois pommes ne semblait pas manquer de curiosité. D’après sa sœur, elle aurait accumulé tellement de savoir grâce à ses ouvrages qu’elle connaîtrait des histoires sur l’ancien monde. Cela piqua la curiosité d’Hitoshi. Sa grand-mère lui parlait souvent de cette période oubliée. Le jeune homme se nota dans un coin de la tête de penser à en discuter avec Emé. Pour l’heure, la laisser tranquille semblait être la meilleure chose à faire.
            Contrairement aux deux énergumènes Lise et Hyde. Ces deux-là, il ne les sentait vraiment pas ; mais alors vraiment pas. Et cela semblait être réciproque au vu des sourires hypocrites échangés. Il avait bien tenté de leur tirer les vers du nez mais sans succès.
            Selon Hyde, c’était le destin qui les avait mis sur la même route.
            « - Oui, bien-sûr » lâcha le jeune homme.
            Son ton sarcastique dû en surprendre plus d’un vu les regards surpris qu’on lui jeta mais il n’y pouvait rien. Hitoshi était un très mauvais acteur qui ne savait pas faire semblant. Du moins, pas dans ces conditions.
            Il sentait bien que l’une des poules était sur ses gardes et il comptait bien l’épauler si besoin. Se rendre à ce monolithe ne lui tenait pas particulièrement à cœur, il avait l’impression de souiller cet endroit sacré rien qu’en apprenant son existence. Le jeune homme ne parvenait pas à comprendre ce qui avait poussé la femme-champignon à guider le petit groupe aussi loin. Ils venaient à peine de se rencontrer et envoyer des inconnus droit sur ce qui donnait la vie à son peuple ne lui semblait pas particulièrement une bonne idée. En tout cas elle ne décrocherait pas un prix Nobel avec cette décision, ça c’était sûr.
            Du coin de l’œil Hitoshi s’aperçut que Robina et l’Amirale était en retrait. S’il ne pouvait pas entendre ce qui se disait, le fait d’avoir l’étranger rocher en vue y était forcément pour quelque chose. L’Ange croisa les doigts pour que les intentions de la cuisinière soient bonnes. Il lui était redevable, certes, mais il ne resterait pas les bras croisés si elle devait tenter quoi que soit qui provoquerait un génocide sur cette île.
            « - Pitié, faites qu’elle ne soit pas là pour faire son marché… »
            L’une des cocottes le regarda sans comprendre.
            Robina revint, penaude, et semblait fuir le regard de son amie Chante Relle.
            « - Emi, Emé et Ema, nous allons plutôt voir avec les Frutopolicien, je ne pense pas que nous ayons notre place ici. Hitoshi, je suis désolée, mais vous devez aussi me suivre, après tout, vous êtes toujours sous ma surveillance. »
            Ouf ! Malgré tout, Hitoshi espérait secrètement pouvoir observer la pastècopoule. Il était trop fier pour l’admettre mais après en avait beaucoup discuté avec les trois sœurs, il mourrait d’impatience de découvrir cet animal majestueux. Ayant depuis toujours une passion pour les animaux anciens ou préhistoriques, il ne voulait rater ça pour rien au monde contrairement à cette pierre brillante.
            Cette pierre brillante ???
            Le monolithe semblait réagir à la présence de l’Amirale qui se tétanisa devant un tel spectacle. Elle ne devait pas avoir l’habitude de voir le monument le plus important de son peuple se comporter d’une telle façon. Avant qu’il ne put réagir la petite Emé et Lise c’étaient précipités, comme des papillons de nuit (rapides et avec une religion de poule) attirés par la lumière. Il aperçut Hyde qui emboitait le pas de Lise. L’homme ne put faire que quelques pas avant qu’Hitoshi ne se propulse en sa direction.
            « - Cloud Dash ! »
            Ses jet-shoes le firent atterrir devant Hyde. Hitoshi lui prit fermement le poignet, l’obligeant à se stopper. Il en avait marre d’être pris pour un con et il était temps que les masques tombent.
            « - Ça suffit maintenant ! Qui êtes-vous réellement et que voulez-vous ? »


            À la ratatouille !  Unknown
            • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
            • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347
            Ce monument, ce pur chef d'œuvre est l'œuvre d'un temps ancien oublié. La lumière et la sérénité qui en dégage en est la preuve. C'est bel et bien un ponéglyphe. Mais alors, qu'il y a t-il d'inscrit dessus ? Mon envie et ma soif de connaissance me pousse à m'avancer vers lui alors qu'il inonde encore plus tout ce qui nous entoure de sa lumière, notre présence le fait réagir. On dirait bien que je ne suis pas la seule à être intriguée par ce phénomène, malgré le rappel de Robina pour que nous partions d'ici pour soi-disant ne pas fouler une terre sacrée, mon cul, un ponéglyphe d'une si grande puissance on n'en croise pas tous les jours, elle peut partir, je reste. L'une des poulettes s'avance avec moi jusqu'à la stèle, tandis que derrière, Jyll se fait arrêter dans son élan par l'homme ailé qui semble avoir des doutes sur notre sincérité. Je laisse mon second gérer cette situation, il agira mieux que moi, puis j'ai l'une des acolytes de Robina entre les mains, un faux mouvement d'un d'eux et je la tue sur place.

            « Alors vous aussi, vous êtes intéressée par ces écritures ? »

            Dis-je tout bas à la poulette m'ayant suivit, tout en caressant cette pierre chargée d'une énergie qui me fait frissonner. Je fis alors tranquillement le tour du monolithe pour en décrire la moindre écriture, de ce que j'en comprends il s'agirait d'une recette ? Je ne comprends cependant pas la raison de son inscription ici. Je continue de lire alors que plus haut, la tension est à son comble. Jyll s'est donc fait arrêter par l'ange détraqué, qui s'est élancé sur lui à l'aide d'un mystérieux procédé nuageux que je ne saurais analyser. Mon compagnon se mit à rire en regardant les chaussures de son opposant.

            « Oh wow, c'est stylé ça. Vous pourriez m'expliquez le fonctionnement ahah ? »

            S'exclame Jyll avant de comprendre dans le regard d'Hitoshi qu'il n'a pas l'air patient et se doute de quelque chose qu'il nous faut éclairer au plus vite. Mon médecin de bord pousse alors un long soupir avant de toiser l'ailé de haut en bas. D'un geste rapide il laisse du mou sur son emprise avant de tirer à son tour sur le poignet du détraqué qu'il vient plaquer au sol, se retrouvant alors, genou sur le dos d'Hitoshi, et arme à feu sur l'arrière du crâne, le poignet toujours maintenu par l'homme céleste.

            « Eh bien eh bien. Je suis de nature calme, mais il serait judicieux de respecter ses aînés gamin. »

            Jyll relève immédiatement son regard sur les femmes en face de lui, laissant quelques longues secondes de battement pour que tout le monde reste immobile.

            « Un pas en avant, une arme dégainée ne serait-ce que d'un millimètre et sa cervelle giclera sur vos belles chaussures mesdames. LISE ? C'est bon ? »

            Un peu plus bas, les choses ont bien avancée, alors que nous lisions ce ponéglyphe, je m'étais munie de mes deux bâtons climatiques du froid et du chaud pour créer une multitude de nuages tout autour de ce monolithe, nous créant ainsi un mur de nuage au dessus de nous pour paraître invisible aux yeux de Robina et des autres. La poulette a sûrement dû s'en apercevoir au bout d'un moment, alors avant qu'elle ne décide de remonter je fis le tour inverse du monolithe pour attraper ses cheveux en la menaçant de mon troisième bâton climatique, celui de la foudre, pointé directement au niveau de sa nuque. J'approche alors mon visage de son oreille en riant.

            « Je ne veux pas te faire de mal, mais plus haut, mon acolyte est dans de beaux draps. Tu vas me servir de leurre, je dois le récupérer en un seul morceau. Pas un bruit. Tu as fini de lire le ponéglyphe ? Si non, je m'en fous. Avance ! »

            Rangeant furtivement mon climat-tact foudroyant, je pris celui du froid et de la chaleur pour les rabattre l'un sur l'autre, avec un peu d'élan je pu les lancer au travers des nuages. Une bourrasque fut alors créée, emportant tous les nuages dans son sillage, filant vers Robina et le reste du groupe, grâce à cela, ils eurent la vision ennuagée pendant l'espace de quelques secondes. Assez pour que nous puissions remonter avec la jeune poulette, rejoindre Jyll et l'homme ailé apparemment sous la contrainte, maintenu par mon acolyte qui avait dégainé son arme à feu, chose que je ne le voyais que très rarement faire. Mon climat-tact revint dans mes mains tel un boomerang. Une fois les nuages dissipés je pu m'adresser à Robina, un léger sourire aux lèvres.

            « Navrée de vous avoir dupé. Je me doute vu votre importance que vous avez la puissance nécessaire pour nous faire ployer mon compagnon et moi-même alors ne partons pas sur de mauvaises bases, nous avons deux des vôtres. J'ai pu déchiffrer ce ponéglyphe, vous êtes une cuisinière n'est-ce pas ? Il vous sera certainement utile. Et me tuer reviendra à tuer l'unique autre personne qui a lu ce ponéglyphe, votre acolyte. Que comptez-vous faire ? »

            Dis-je en tirant les cheveux de la jeune poulette pour la tirer en face de moi. Jyll de son côté appuie légèrement plus fort sur le dos de l'homme ailé en lui souriant, je crois qu'il a mal prit son manque de tact et son geste brutal à son égard. Les choses se corsent, deux camps viennent de se former, l'Amirale Chante-Relle doit sûrement s'en vouloir de nous avoir emmené ici et Robina a maintenant un choix à faire, nous laisser partir sans nous attaquer et récupérer ses compagnons en un seul morceau ou lancer une offensive qui lui fera perdre son unique ponéglotte et l'homme qu'elle a placé sous sa vigilance. La décision devrait être vite prise, mais je préfère garder la main sur les choses et ne pas baisser ma vigilance, ma main de libre maintient mon bâton foudroyant encore attaché à ma ceinture.
            • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
            • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee
            EMI & EMA: Emé !!!

            Tout s'était dérouler beaucoup trop rapidement pour les deux autres sœurs Niwatori. En l'espace d'un instant le grand ailé se trouvait à terre avec une arme à feu sur la tempe après avoir tenter de stopper le-dit Hyde et Emé se faisait trainer par les cheveux par l'autre femme mystérieuse à peine visible par une brume épaisse.

            La plus téméraire du groupe ne comprenait pas pourquoi de tels agissements et s'empressait de tenter le dialogue avec Hyde.

            EMI: Calmons nous, il ne sert à rien d'user de la violence !

            Elle levait les mains en l'air pour montrer sa bonne foi de ne rien faire.

            EMI: Nous pouvons trouver un terrain d'entente !

            La plus vénère bouillonnait intérieurement. Si elle avait attrapé sa sœur cadette avant et ne s'était pas laissée distraite par Hitoshi au moment de la petite escapade des deux ponéglophes, rien de tout ça aurait pu arriver...  La tension était à son comble.

            EMA: Je le savais bien qu'on ne pouvait vous faire confiance ! Mes plumes ne s'hérissent pas pour rien !

            Elle serrait sa cuillère en bois très fortement dans sa main.

            EMÉ: Capitaine... Emi... Ema... Je suis désolée...

            Son excuse ne concernait pas uniquement le fait d'être en position de faiblesse, mais surtout de n'avoir jamais rien dit au sujet de son "petit talent" caché aux membres de l'équipage et surtout à ses deux sœurs.

            Au même moment où la mécréante déblatérait son speech de "Ne bougez plus où on tue !" les petites poules qui accompagnent le trio se mettaient à jacasser en battant des ailes pour protester et montrer leur mécontentement. L'une des poulettes venaient d'être capturée, ainsi qu'un copain à plume... Autant dire qu'elles n'allaient pas tarder à passer à l'assaut si rien ne se réglait.

            EMA: Emi... Tes poules !

            EMI: Tout doux les filles, tout doux. Ca va bien se passer !

            Mais rien à faire, les volatiles s'agitaient entre elles et s'agaçaient au plus haut point ! Chante Relle devait être dépasser par ce grand manque de respect... Si Robina faisait preuve d'humanité, le reste de la troupe s'était comporté comme de véritables enfants ! Une petite réflexion qu'Ema se permettait de faire dans sa propre tête.

            Mais Hyde ne lâchant pas prise et la fameuse Lise ne lâchant toujours pas sa prise, les poules se divisaient en deux groupes et commençaient à foncer sur les deux individus. Deux groupes équilibrés, cinq et cinq ! Emé tentait de se débattre à cet instant précis en tentant d'écraser les pieds de Lise malgré l'arme qu'elle tenait entre ses mains, Ema lançait sa cuillère en bois en direction de Lise pour tenter de la distraire d'avantage et Emi sortait son fouet pour tenter de dérober le pistolet de Hyde ! Les représailles se feront certainement ressentir plus tard par leur capitaine, mais pousser par le désespoir et la détresse les dix poules, Emi et Ema se hâtaient de vouloir sauver les deux innocents.
              Robina se retrouvait avec une situation délicate à devoir gérer, tout avait dérapé en quelques instants, les deux inconnus s’étaient transformés, montrant leurs vrais visages. Ne s’étant pas attendue à devoir se battre, la cuisinière ne s’était pas tenue sur ses gardes, elle avait été roulée dans la farine. Cependant, elle ne devait pas perdre son calme, la situation n’était pas perdue, les otages étaient toujours en vie et bien devant elle, il suffisait de réagir rapidement et de façon réfléchie.

              Malheureusement, deux des cocottes se mettaient déjà en action des problèmes en plus à gérer dans cette impasse qui semblait mal partie pour l’instant. Une cuillère en bois volait vers le visage de la sorcière climatique et le fouet claqua pour tenter de faire tomber le pistolet de Hyde. Les menaces avaient été claires, si n’importe quelle action était intentée contre leurs personnes, les deux criminels se défendraient et tueraient les deux otages. Il ne restait donc plus qu’une seule option à la Sanderrienne, passée à l’action.

              Son regard chercha celui de l’Amirale de l’armée Végétarienne, les lieux étaient sacrés et venaient d’être bafoués par ces personnes, ils devaient réparer ça. La femme champignon noua ses lamelles en un chignon serré et les fit voler au vent avant de prendre son sabre en main. Elle ne s’était pas attendue à s’en servir aujourd’hui, pourtant, elle n’avait pas hésité un seul instant en voyant ce qui se passait.

              Les spores que la militaire avait disséminées tout autour d’elle se déposaient un peu partout sur la scène, elle était aussi adepte du pop Green, comme la princesse Pea, mais à la différence d’elle, elle utilisait des spores de champignons. Un large champignon plus résistant que l’acier se développa entre Jyll et l’ange, comme une palourde végétale qui se referma sur l’être ailé pour le protéger. Un mur de champignon se propagea aux pieds des deux femmes qui étaient pour ainsi dire collées l’un à l’autre, prenant de la hauteur, il forma un véritable mur qui fit monter la sœur Niwatori à plusieurs mètres au-dessus du sol.

              La sorcière au climat-tact n’était plus en vue derrière son mur fongique, pourtant, la chasseresse savait qu’elle se trouvait encore là, elle lui avait proposé de partager ses informations. Néanmoins, la jeune femme aux longs cheveux blancs était intransigeante sur le sujet, on ne discutait pas avec des pirates, et c’était ce qu’ils étaient. Elle aurait pu vouloir le faire dans le passé, mais c’était une page qui s’était tournée depuis quelques semaines maintenant, elle ne cherchait plus à négocier quand on l’attaquait, elle se défendait.

              Libertalia sortit de son fourreau de cuir, Coupe-faim se trouvait déjà dans sa main droite, le fourreau de bois du wakizashi battant les reins de Robina. Le sabre d’abordage trancha l’arme à feu du médecin, plusieurs pièces tombèrent au sol tandis que le pistolet devenait incapable de menacer qui que ce soit. Enchaînant rapidement, le bout de sa botte trouva la mâchoire de Jyll qui vola contre le mur de champignons qui poussait encore vers le ciel.

              J’ai été gentille, je vous ai offert de nous suivre pour voir un endroit important pour l’amirale Chante Relle. je vous ai fait confiance, et pourtant, vous en avez profité pour vous en prendre à mon équipage, à un inconnu. Je ne sais pas qui vous êtes réellement et je m’en fiche, je ne laisserai pas ce geste impuni. Je me fiche complètement de votre ponéglyphe. Le sang de la Sanderrienne bouillait en elle, elle était furieuse, contre les pirates, contre elle-même, contre son manque de jugement. Encore un clou à ajouter au cercueil qui se construisait dans l’esprit de la capitaine des Glaciers, les pirates devaient mourir.

              Un nouveau champignon poussa au sommet du pic fongique, poussant la jeune femme vers le sol, elle retomba violemment, mais une couche fongique pleine d’humidité stoppa sa chute tel un coussin mouillé.

              Ta membre d’équipage et le jeune homme sont en sécurité, Robina. La femme végétale tentait tant bien que mal de calmer son amie. Nous allons les mettre en cellule et les passer en jugement.

              Non, ils sont allés trop loin, on ne s’en prend pas aux Glaciers sans en payer les conséquences. Elle fit un pas de plus vers l’homme à terre, Jyll la regarda impuissant, il sentait la différence entre eux deux et il n’était pas armé.

              C’est à cet instant que Lise sortit de derrière la falaise de champignon instantanément, elle tenait en joue la capitaine de l’Iceberg, défendant son bras droit. Si vous essayez quelque chose, vous mourrez.

              Encore des menaces ? La voix de la jeune femme aux cheveux blancs était glaciale, toute trace de gentillesse ou de calme avait disparu. Vous êtes un chien qui venez de nous mordre et quand nous voulons nous en débarrasser, vous nous menacez de nouveau de nous mordre ? Je comprends le sentiment général maintenant, les pirates ne sont que des personnes sanguinaires sans cœur.

              Je ne suis pas un chien ! Un éclair fusa du bâton climatique de la sorcière climatique que la cuisinière évita d’une torsion du torse.

              Et pourtant, tu viens d’attaquer quelqu’un qui ne te voulait que du bien, tu n’es pas mieux qu’un animal pour moi. Une grimace de dégoût déforma le visage de la, d’habitude, si douce Robina.

              Calme-toi Robina, laisse la pression retomber ! Nous pouvons encore régler la situation autrement. L’amirale Chante Relle posa sa main sur la Sanderrienne, cherchant à lui apporter un soutien moral.

              Ont-ils mérité notre clémence Relle ? Je veux dire, nous avons été bons avec eux, tu as même accepté de leur montrer un endroit sacré pour ton peuple, tout ça pour te faire trahir. Je trouve ça profondément injuste. La chasseresse de primes se tourna vers la générale des armées végétariennes, le doute dans les yeux.

              Je ne sais pas, mais ce qui est sûr, c’est que tu es en train de devenir la méchante. La violence ne résoudra rien, mise à part rajouter des blessures à tous. Regarde… L’éclair qu’avait esquivé la commandante des Glaciers avait frappé la stèle du ponéglyphe. La pierre n’avait rien, pourtant la marque du blasphème était comme une lumière dans le noir, on ne voyait qu’elle. L’air penaud, Relle baissa la tête et se tourna vers la jeune femme aux longs cheveux blancs.

              Tu ne penses pas que nous devrions arrêter les frais ? Laissons-les partir. Au moins, s'ils disparaissent, ils ne pourront pas faire plus de dégâts. L’amirale n’aimait pas ça, elle se battait sur une terre sacrée pour elle, elle ne voulait qu’une seule chose à partir d’ici le plus vite possible.

              Je suis désolée de ce qui arrive là Chante, je ne voulais pas que ça se passe comme ça. Allez-vous-en, vous avez cinq minutes, si vous n’avez pas disparu d’ici là, je vous tuerai moi-même. Le regard jaune de la femme se fit fauve, elle pensait ses mots et c’était la première fois de sa vie qu’elle menaçait quelqu’un de mort.

              Chante Relle braqua aussi les yeux de champignon sur le couple de pirates. Vous feriez mieux de partir maintenant, car je suis du même avis que mon amie, mais je suis moins magnanime, vous avez dix secondes. Et les secondes commencèrent à s’égrainer dans l’esprit de la femme des armées Végétariennes.
              • https://www.onepiece-requiem.net/t21190-
              • https://www.onepiece-requiem.net/t21186-
              Alors qu’Hitoshi empoignait fermement le poignet d’Hyde, les pièces du puzzle s’assemblaient lentement mais sûrement dans son esprit. Le binôme en avait après cette pierre sacrée, c’était certain. C’était là l’unique raison de leur intégration à cette petite troupe hétéroclite et de leur intérêt si manifeste envers ce peuple dont visiblement ils n’avaient que faire. En revanche, penser que leur rencontre dans le bar de Cactus Town n’était pas le fruit du hasard lui était complètement inconcevable. Ce beau brun était certes intelligent, il lui ne lui était pas possible de prévoir la formation de la troupe.

              « - Oh wow, c'est stylé ça. Vous pourriez m'expliquez le fonctionnement ahah ?
              - Même pas en rêve boomer, jamais je ne te dévoilerai des secrets de mon île. »

              Il jeta un regard inquiet à la petite Ema, seule avec Lise. Les deux femmes semblaient complètement absorber par les symboles gravés sur cette curieuse pierre carrée. Les secrets de son île, une pierre carrée avec des gravures… Hitoshi devint subitement blafard. Se pourrait-il que…
              Hyde profita de ce moment de relâchement pour rapidement immobiliser le skypién qui se retrouva face contre terre, un genou dans le dos et un pistolet plaqué sur l’arrière du crâne.  

              « - Eh bien eh bien. Je suis de nature calme, mais il serait judicieux de respecter ses aînés gamin. »

              Hitoshi n’avait que faire des remarques de cet homme. Tant de questions se bousculaient dans sa tête qu’il ne réalisa pas le danger de mort qui le guettait. Si cette pierre permettait à des fruits et légumes de prendre vie, était-ce possible que celle sur son île, rencontrée par hasard durant ses innombrables promenades en forêt à la recherche de champignons, soit responsable de la vie des Skypiéns ? Était-ce pour cela que des serpents ailés étaient chargés de veiller à ce que personne ne s’en approche de trop près ? Les questions tournaient dans sa tête comme un carrousel détraqué pendant que le dénommé Hyde, si telle était sa véritable identité, continuait de donner des ordres.

              « - Un pas en avant, une arme dégainée ne serait-ce que d'un millimètre et sa cervelle giclera sur vos belles chaussures mesdames. LISE ? C'est bon ? »

              Hitoshi sentit le genou de l’homme s’enfoncer davantage dans son dos, provoquant une douleur aigue qu’il tenta tant bien que mal de dissimuler. Ce message nerveux eut le mérite de ramener l’ange sur terre avec une préoccupation bien plus urgente : sa survie. Malheureusement, dans cette position le jeune homme ne disposait d’aucune marche de manœuvre et était complètement dépendant de ses nouveaux amis. Peut-être était-ce d’ailleurs trop tôt pour parler d’amitié ou d’alliance ? Le fait est que les deux jeunes, Emi et Ema, envoyèrent 5 poules à l’assaut. Cette surprenante attaque laissa assez de temps à l’Amirale Chante Relle pour disséminer ses spores et lui permettre de protéger le jeune homme avec un étrange champignon métallique. Ainsi protégé, Hitoshi en profita pour élaborer un plan. Il ne pouvait définitivement pas laisser des gamines se battre et risquer leurs vies sans rien faire.

              Alors qu’il ressortait du champignon, prêt à en découdre, il découvrit une Robina qu’il ne connaissait pas. Le jeune femme, hargneuse, semblait prête à en découdre et à raser l’île si nécessaire. Hitoshi connaissait cette lueur dans le regard. C’était celle d’une personne emplie de regrets. Difficile de ne pas la comprendre. Par curiosité elle avait permis à des individus mal intentionnés de s’approcher du trésor sacré de son amie, celui-là même qui lui permettait d’être en vie. Actuellement son esprit devait être embrumé par l’amertume et le regret. Heureusement, Chante Relle fut là pour lui remettre les idées en place et lui permettre de se calmer, de redevenir elle-même. Hitoshi était perplexe. Devait-il lui parler de ses soupçons concernant une pierre identique sur son île natale ?
              Si c’était pour qu’elle réagisse de la sorte il n’en était plus vraiment sûr.


              À la ratatouille !  Unknown
              • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
              • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347
                Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
                Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum