Le deal à ne pas rater :
LEGO® 10323 Icons Jeu d’Arcade PAC-MAN
209.99 €
Voir le deal

Esquisse

- Nous y sommes.Ce murmure, se perd dans le vent. La brise marine, l'odeur du sel s'estompe peu à peu alors qu'enfin les côtes de Terra Incognita apparaissent à l'horizon. Un sentiment d'apaisement, comme jamais elle n'avait ressenti auparavant. Heureuse, reconnaissante envers les Cieux, sa bonne étoile de l'avoir, de les avoir guidés jusqu'à bon port.

La distance séparant la flotte de fer des rivages de l'île se réduisait à chaque instant. Et sur chacun des six navires de la demi géante, des centaines de femmes se pressaient sur les ponts et aux fenêtres. L'excitation, le fait de découvrir un endroit vierge de toute pollution humaine, loin du vice et de l'hégémonie du Gouvernement Mondial. Loin des affrontements entre différents pirates, loin de la course au sommet. Cet endroit, Terra Incognita se dévoilait, et apparaissait comme non seulement comme une île hospitalière, sans surprises ou spécificités pouvant sauter aux yeux des vigies.

Ces dernières continuaient d'apporter, en flot continu autant d'informations et de remarques qu'elles pouvaient faire grâce aux longues vues.

- On n'en voit pas la fin. La remarque s'échappa de la bouche d'Elizia, la seconde de l'Iron Fleet, stupéfaite restait tout simple ébahie. L'ancienne tueuse à gage se prépara à donner ordre au Volcanique et à l'Usure de partir à droite et gauche de l'escadron, couvrir plus de terrains pour espérer délimiter les pourtours de Terra Incognita. Pas besoin de se presser, maintenons le cap.  Calme mais ferme, Izumi se tourna légèrement vers sa seconde, un sourire aux lèvres. Les efforts avaient payés, elle peinait à trouver les mots pour décrire les émotions et ce qu'elle ressentait. De la joie, et puis un son étrange s'échappant de ses lèvres, d'abord silencieux la forgeronne ouvrit les bras en croix et le son s'amplifia.

Elle riait.

A en avoir les larmes aux yeux, Izumi riait à gorge déployée. Les bras autour de son ventre, la demi géante se retourna en direction du pont de l'Hagane No Nami. Et lorsqu'elle ouvrit les yeux essuyant de son index ses pupilles encore mouillées, ce fut pour poser le regard sur le pont plein à craquer. En silence, des centaines de guerrières, ses filles s'étaient rassemblées pour assister à un évènement jusque la inédit. Secouant la tête, l'Armure haussa des épaules, un sourire espiègle et elle dispersait la foule d'un faux sermon. Elles n'avaient pas fait fausse route, et désormais c'était sans pavillon pirate que la flotte de fer se présentait aux côtes de Terra Incognita.

Jamais la demi géante, dont la taille avait pourtant augmentée depuis ses débuts, ne s'était jamais sentie aussi petite. Des falaises gargantuesques forçant l'humilité de tout navire s'approchant de l'île. La flotte de fer continua son chemin, au loin d'immenses sommets montagneux semblables à des tours déchirants le ciel, impressionnèrent les vigies. Et rapidement la pression et tension montèrent d'un cran au sein de l'expédition.

Finit de s'émerveiller, l'île semblait abriter de la vie, restait à savoir à quel point cette dernière était dangereuse. Trouver le point d'entrée et d'ancrage idéal plutôt de se précipiter était la consigne. Le temps de s'éloigner de cette côte noir, et le soleil était déjà bien bas dans le ciel. L'expédition devrait rapidement s'arrêter, naviguer de nuit étant absolument hors de question même avec la nyctalopie de Eata.

- Elizia, fait mettre cinq chaloupes à l'eau, je veux Dianosa et ses Immaculées dans quatre d'entre elles. Va dire à Eleanor et Rosa de monter dans la dernière. Avant que l'ancienne noble ne puisse répondre, Izumi la dépasse et la seconde de l'équipage se fait muette en apercevant le visage grave et sérieux de la Supernova. Et dit à Maowi et ses guerrières de nous suivre à bonne distance. En partant, Izumi lance une longue vue à sa seconde. Le temps qu'Elizia pointe l'objet dans la bonne direction puis le laisse tomber sous coup de la surprise et avec stupéfaction, les vigies hurlent. Contacts, multiples embarcations ! Et c'est le branle-bas de combat sur chacun des six navires.

D'un bond Izumi se retrouve sur la chaloupe, ou l'attendent déjà ses Draaksward, Lupania Decima et Cierca Tara. La longue jambes et la médecin de l'équipage arrivent peu de temps après, Elizia arrivant en dernière avec une dizaine de guerrières du Golden Order. Et les cinq chaloupes se mettent en route, Izumi au bout de l'embarcation observe les alentours. Le paysage a changé, et parait nettement plus hospitalier. Les rivages ne sont pas si loin, et la demi géante note la présence de plages aux sable presque blanc.

La Supernova reporte néanmoins rapidement son attention sur la priorité. Des embarcations, larges et plates à moins d'un kilomètre des navires de l'Iron Fleet. Pas de mâts ni de voiles aussi hautes que celles sur les bateaux de l'Armure. Et plus la distance se réduit, il apparait évident aux femmes de l'équipage qu'elles sont en présence d'un véritable village flottant. Des maisons, de la fumée et donc la présence de feux, une certaine hauteur quant à la surface de l'eau, et des habitants.

Ce qui veut dire que l'île est déjà occupée, la déception est grande et Izumi ne fait rien pour l'atténuer. Car la jeune femme ne ressent au contraire rien d'autre qu'une curiosité renouvelée. Pourquoi ces gens vivent sur l'eau et non pas sur la terre ? Que renferme donc cette île ? La vie sur Terra Incognita est-elle si difficile et hostile que les seuls habitants se réfugient en mer non loin des rivages ?

Les natives sont promptes à venir à la rencontre des étrangères, une dizaine de fines embarcations, d'une ou deux personnes se dirige vers les chaloupes. A mi chemin les deux groupes se rencontrent, les autochtones à la peau cuivré restent dans un premiers temps silencieux. Avant que l'un d'entre eux ne se mette debout sur son embarcation, un harpon à ses pieds.

- Vous ne semblez pas avoir fait naufrage, les marées ont étés clémentes avec vous. S'exprima l'homme dans la langue universel. Un murmure puis un rire provenant des natives fit réaliser aux étrangères que leurs visages n'avaient pas su cacher leurs surprise. Nous parlons la langue du monde extérieur, vous êtes les troisièmes à arriver jusqu'ici et vous êtes les plus nombreuses. Il s'arrêta, un brin sérieux en continuant de jeter un regard aux occupantes des chaloupes. Si notre présence vous importune, nous repartirons d'où nous venons. La demi géante avait accompagnée sa tirade en abaissant légèrement la tête en avant. Humble, respectueuse des habitants, des premiers visages rencontrant son équipage. Izumi avait instantanément fixé la posture qu'adopteraient ses filles. Elles n'étaient pas ici chez elles, et montreraient pattes blanches jusqu'à gagner la confiance de leurs interlocuteurs. Soutenant le regard de celui qui s'était exprimé pour les locaux, l'Iron Fleet attendait le verdict. Nous n'avons pas chassé les deux premiers vous avez du faire un long voyage, suivez nous. Et il se mit en route, pagayant et invitant les cinq chaloupes à le suivre.

Ainsi les représentantes de l'Iron Fleet, escortées par les embarcations des natives, ramant les filles de l'Armure arrivèrent rapidement à ce qui semblait être les "docks" du village flottant. Accueillis par une foule massée en hauteur, de toute tailles, enfants et adultes par centaines. Et ils ne parlaient pas la langue universel, et leurs hôtes comptaient visiblement sur la confusion comme première impression. Parler deux langues, c'était idéal pour se rire au nez et à la barbe de quelqu'un sans qu'il ne s'en rende compte.

- Laissez vos armes sur les chaloupes. Vous autres, vous resterez ici. Le reste avec moi, Eleanor je compte sur tes "talents". Posant les pieds la première, sur le "sol", Izumi inspira profondément.

Les choses sérieuses commençaient.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13522-izumi
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13445-izumi
Sept femmes, sept étrangères en terrain inconnu. Pourtant elles ne sont pas plus décontenancées que ça, leurs hôtes sont humains, la foule ne semble pas vouloir particulièrement toucher leurs cheveux ou leurs peau. Et les murmures parmi le brouhaha semblent plus se porter sur les armures des Draaksward, les jambes d'Eleanor ou la taille de l'Armure. Dianosa s'offusque auprès de Rosa qu'aucun des hommes ne lui accorde un regard, réputée pour sa beauté et blessée dans son amour propre la neuvième lieutenante affiche une grimace vexée. Un coup de pied discret que lui assène Elizia tout en maintenant un visage souriant envers la foule, et Dianosa rentre dans le rang. En haut des escaliers, et constatant la stabilité des lieux, c'est en étant impressionnée que la Supernova se présente à ses hôtes.

Deux figures se détachent de la foule, gardés par plusieurs dizaines d'hommes et de femmes habillés de deux tenues distinctes et, maniant des harpons aussi long qu'eux. Un homme, de grande taille et à la barbe quoi que massive taillé, un anneau d'or lui cerclant le bas. Sa chevelure de jais, des muscles saillants cachés sous une tunique bleuté, un collier de dents si grosses que l'Armure n'imaginait pas leurs propriétaires. Il fit le premier pas et tendit sa main droite à l'étrangère en affichant un sourire chaleureux. Je suis Khaergo Qovvo, chef des Mohaves. Un ton doux et cordial, presque amical et pourtant Izumi y décela un sérieux et une pointe de fermeté  Izumi, Capitaine de l'Iron Fleet. serrant la main de Khaergo des Mohaves un nom pour un peuple et son chef. La poignée de mains dura une dizaine de secondes, et toute tension disparu. Qovvo enchaîna ensuite en désignant la jeune femme à ses côtés. Des jambières dorés, d'un métal et d'un alliage souple que jugeait d'un rapide coup d'œil la forgeronne. Armée d'une lance, comme d'ailleurs tous ses partisans, un cristal d'un bleu turquoise au cou.  Ma nièce et Princesse Mohave, Khaergo Kida. Une chevelure immaculée comme l'écume des vagues, des iris azur fixant la demi géante, la Princesse Mohave un léger sourire aux lèvres tape sur le sol une fois avec sa lance. Les Mohaves vous souhaite la bienvenue chez eux, Izumi de l'Iron Fleet, à vous et à votre entourage. Kida se retourna au devant de son oncle, invitant la demi géante à la suivre, le cortège se mit en marche.

Vos guerrières restant sur vos chaloupes recevront également les mets réservés à nos invités. Vous devez rencontrer le conseil des sages. Un brin d'irritation dans la voix de la Princesse, que note mentalement la forgeronne. Les anciens sont l'autorité moral de notre peuple, j'espère que vous n'êtes pas trop fatiguée par le voyage. Oh si elle savait, douce ignorante. Pacifique mais pas inactive, le respect se mérite.

Une grande cahutte, au moins deux étages, avant de pouvoir réellement observer le bâtiment, Izumi et ses filles sont déjà à l'intérieur. Les deux Khaergo s'abaissent légèrement au centre, des piliers soutenant la structure de bois et de paille. Un immense feu au centre, dont la fumée s'échappe par un trou dans la toiture. En hauteur une dizaine de sièges à moitiés vides, Qovvo et Kida montent les escaliers à droite et gauche de la salle pour s'assoir chacun à côte de l'autre, présidant le conseil.

L'Armure pose genou à terre, immédiatement suivis de ses six filles, visage fixés en direction du sol. Les portes se ferment dans un lourd battement, et Qovvo se lève. Izumi de l'Iron Fleet et ses émissaires, vous vous trouvez devant le trône conseil des Mohaves. Il marque une pause puis reprend d'un ton plus décontracté. Vous pouvez vous relever. Elle s'exécute, et sa suite l'imite. Un regard rapide sur le parterre de conseillers. Presque tous sont grabataires, et l'Armure ne lit sur leurs visages que le dédain et un jugement de valeurs. Kida n'avait pas mentit, à part son Oncle et elle, les autorités Mohaves ne semblaient pas voir l'arrivée d'étrangers d'un très bon œil. L'appréhension était logique, restait à déterminer à quel point ils étaient fermés d'esprit.

- Le temps que nous préparions les festivités pour ce soir, il est d'usage que les étrangers s'entretiennent avec le conseil. Commença l'un des huit conseillers, d'une voix tremblante et froide. Un autre gronda du sol avec sa cane en os de monstre marin polie et gravée. Kúúf skhõ tsé ! Un murmure parcouru les rangs des conseillers, et le visage de Kida s'assombrit, sa langue claqua mais son Oncle d'un mouvement de main l'empêcha de fustiger le malheureux. Qovvo jeta un regard noir à celui qui venait visiblement de gâcher l'ambiance, avant de se rassoir en réclamant le silence. Le conseil aimerait connaître les raisons de votre venue. Enfin on entrait dans le vif du sujet, une main sur son plastron, Izumi s'adressa aux locaux. Nous n'avions pas connaissance de la présence d'habitants sur cette île, je cherchais une terre pour installer mon peuple. L'annonce eu l'effet d'une bombe, et la Supernova en observant les indignés et les moins vindicatifs se fit une idée de la tolérance de chacun.

- Je vous dirais la même chose qu'à celui d'entre vous qui nous a accueillis. Vous êtes les habitants de l'île, en conséquence si notre présence est indésirable, nous partirons sur le champ. A la surprise de la pirate, ses mots ne provoquent que gêne du côté des conseillers et l'amusement de Qovvo. Quant à sa nièce, hilare elle tente de masquer comme elle peut son rire étouffé. L'incompréhension gagne l'Armure, pourtant persuadé de ne pas avoir dit de sottises ou d'énormités. C'est Kida qui reprenant son sérieux, apporte des réponses à la forgeronne. Le continent nous est inconnu, notre peuple vit de la mer et de ses bienfaits depuis des générations, un Mohave apprend à nager avant de marcher. Nous connaissons des plages secrètes, mais nous ne aventurons pas à l'intérieur des terres. Une nouvelle surprise, et un fait étonnant d'autant que les Mohaves ne semblent pas vivre très loin des rivages. Kida cligne d'un œil en direction de la Supernova, en se rasseyant. Pourquoi ici ? Fuyez vous votre patrie, êtes-vous bannie de vot... Nous n'appartenons pas à un pays, ni même à une seule et même tribu. Interrompant le ton acerbe d'un détracteur, Izumi s'avance, et pose tour à tour ses iris pourpres sur chacun des conseillers. Je suis Capitaine, et si vous parlez la langue universel vous savez la définition de ce mot. Mon équipage est composé d'autant d'individus provenant d'horizons différents qu'unies autour d'un même but. Sa voix résonne, mais ne gronde pas. Sans manquer de respect, sans parler avec un ton suffisant ou autoritaire, Izumi reste ferme et continue ses explications.

J'ai été amenée à libérer des femmes enchaînées, arrachées à leurs foyers et condamnées à une existence de servitude. Pour elles, et celles m'accompagnant et me donnant leurs confiance. Pour mes filles et sœurs ayant risquées leurs vie pour arriver jusqu'ici, nous aspirons à trouver un endroit susceptible de nous accueillir.

De nouveau les murmures, messe basses, avant que le silence ne soit de nouveau réclamé par Qovvo. Nous ne pouvons pas parler pour les hommes des plaines, la terre n'est pas notre domaine. Sans armes, vous êtes venues à notre rencontre, et au moindre débordement vous assurez que vous partirez. Je ne vois pas de raisons de continuer ces questions réponses inutiles, du moins pas avant d'avoir festoyer. Celui qui avait parlé était le voisin de Kida, sans doute un modéré et rallié à sa cause. Les intrigues politiques des Mohaves, une source de maux de cranes pour l'Armure, elle n'en doutait pas. Les Khaergo se levèrent, avec eux leurs partisans forçant l'autre camps composé de réticents à faire de même. Les victuailles doivent être prêtes, et les tables dressées, réservons les doutes et interrogations pour demain. Ce soir, nous célébrons notre rencontre !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13522-izumi
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13445-izumi
Decima et Tara ont de la chance, elles ne risquent pas une indigestion elles au m... Aie aie ! Ca va on plaisante !L'impertinente remise à sa place, une nouvelle fois par Elizia provoquant un pouffement de rire de la part d'Eleanor et Rosa. La longue jambe partageait franchement l'avis de Dianosa, la neuvième lieutenante avait soulevé un bon point. La nourriture et la provenance des aliments restaient un mystère, et même Rosa pourtant originaire d'une tribu de Grand Line et donc habituée aux plats "exotiques" n'était pas particulièrement enjouée à l'idée de potentiellement risquer de passer la nuit au dessus de la mer à nourrir les poissons.

Izumi marchait au devant aux côtés de Qavvo, tandis qu'Elizia entama rapidement une conversation avec la nièce du chef des Mohaves. Ignorez les anciens, comme beaucoup avec l'âge nous avons peur de l'avenir et nous nous accrochons à nos vieux principes. Escortés par ses hommes, le chef parlait d'un ton presque mélancolique, sans regarder son invitée, saluant les badauds et les passants. Depuis des générations, ils sont un repère pour une partie des notre, je reconnais néanmoins que je n'ai pas particulièrement cherché à tempérer leurs ardeurs. Un rictus de gêne, avant d'hausser les épaules. Nous avons reçus pire accueil, et nous vous sommes reconnaissantes de votre hospitalité. Et avant que le silence ne devienne trop pesant, l'Armure reprend. D'après ce que j'ai compris, vous n'avez pas souvent l'occasion de parler la langue universel, pourtant il est difficile de décerner un accent chez la majorité d'entre vous. Un instant le regard du Khaergo semble se faire perçant, puis s'apaise, et l'homme passe une main dans sa barbe en soufflant légèrement.
Le premier étranger que nous avons rencontré, Archibald Capslock a passé une saison entière avec les Mohaves avant de partir en direction du continent. Il s'arrête dans son discours, pose un regard qu'il détourne aussitôt. A ma naissance, il avait déjà disparu, lui et ses hommes. Les biens qu'ils avaient échangés avec mon père et mon grand père restèrent avec nous. Du métal plus tranchant, mon paternel n'avait que peu d'intérêt pour la poudre et les craches feu. La fierté quand Qovvo parle de sa famille, illumine son visage. Nous ne connaissons pas le monde extérieur ni les terres, mais le sens des affaires est inné pour un Mohave. Et puis mon grand-père et les anciens de l'époque prédisaient que d'autres viendraient. Et ils avaient raison, il y a quatre ans le fils de Capslock est apparu de nul part, seul. Son voyage, sa recherche de savoir et en quête de réponses sur la disparition de son père. J'ai tenté de le raisonner, mais rien ne pouvait le faire revenir à la raison, envers nos conseils, un jour à l'aube il avait disparu.

Charmant décors, pourtant Izumi reste impassible. Intérieurement c'est au contraire l'excitation et l'inconnu qui l'attire elle aussi, à l'inverse des Capslock, la forgeronne n'est pas sourde aux avertissements des Mohaves. Il n'est pas question de se ruer bêtement sur les rivages et de risquer la mort. Je comprends pourquoi votre peuple vit de la mer et ses trésors, si les rivages mènent sur des contrées mortelles. La remarque de l'Armure décoche un rire que camoufle en toux le chef des Mohaves.

La discussion entre la seconde de l'Iron Fleet et la Princesse semble bien se passer. Izumi ne prête pas particulièrement attention mais le rire distinct de l'ancienne tueuse à gage, aussi rare que celui de l'Armure, laisse penser à la demi géante que la conversation entre les deux femmes prend une bonne tournure.

La nuit tombait, et pourtant la lumière était omniprésente sur la ville flottante. Un peu partout dans différents quartiers, la fête commençait. Des instruments à cordes, mais d'autre inédits faits en os polis ou avec d'impressionnants coquillages. Ils chantaient, dans leurs langue natale, et la Supernova se laissa séduire par ce dialecte inconnu mais si apaisant à ses oreilles. L'humeur joyeuse et calme de la capitaine n'empêcha pas Lupania et Tara de rester sur leurs gardes. Les deux femmes, Draaksward gardes du corps de la pirate, malgré une apparence détendue observaient les moindres faits et gestes de leurs hôtes.

Une table, trônant devant des dizaines et des dizaines d'autres, séparés et à bonne distance. Hormis le fait que les sept étrangères siégeaient avec le conseil, rien ne semblait laisser croire que les habitants soient tablés par classe sociales ou richesses. Il était encore trop tôt pour avoir la moindre idée du fonctionnement de la société des Mohaves. On désigna son siège à Izumi, entre l'oncle et la nièce, Elizia à droite de Kida et Decima à la gauche de Qovvo. Un toast, dans des coupes en corne d'animal inconnu, face à la foule, les deux dirigeants des Mohaves et la demi géante trinquèrent. Les applaudissements et cris de l'assemblée poussèrent l'Armure à maintenir ce franc sourire, elle n'avait pas de raison de montrer autre visage que celui ci. D'ici une heure, mon oncle sera trop occupé par la danse et les discussions "inopinées" que nous pourrons nous éclipser. Tout en continuant de sourire et de lever son verre en direction de la foule, Kida se fit parfaitement entendre. Je crois être la seule à avoir détectée vos guerrières aquatiques. Ses lèvres se portent à la corne et lentement la Princesse boit le breuvage. Ramenez les, on vous guidera. Ferme, mais respectueuse. Khaergo Kida se lève, et s'acquitte de ses obligations. L'héritière va au devant de ses citoyens, de son peuple, jouant avec les plus jeunes et écoutant avec patience les histoires des plus vieux. L'Armure ne manque pas de remarquer la fierté et le regard furtif de son oncle, lui aussi debout flanqué d'Elizia et de Dianosa.

Je ne veux rien entendre Lupania. Izumi vide son verre d'une traite, ses iris pourpres fixant les danseuses traditionnelles, qui entre les grandes tables se rapprochent avec grâce et élégance du centre. Devant le grand feu "séparant" les habitants de l'élite Mohave, les femmes avec souplesse reproduisent les mouvements des marées. Du moins c'est qu'on expliquera plus tard à Izumi. Depuis combien de temps, la Princesse est-elle au courant ? Penchée derrière le siège de sa capitaine, la voix plate et monotone de la capitaine de sa garde rapprochée. Fait prévenir Maowi et ses squales, laisse Tara s'en charger. Met à jour, discrètement, Elizia. La demi géante se lève, sans un regard pour la Draaksward, emmène son "verre" avec elle.

Et vos autres amies, elles sont pas inquiète pendant que vous êtes ici ? La question innocente d'un chérubin, n'échappe à un grand nombre d'oreilles. Les regards se rivent en direction de l'Armure, les enfants ont toujours été rien d'autre qu'un nids à emmerdes à ses yeux. Pourtant ce gamin lui offre sur un plateau, un tremplin pour gagner la confiance de ses hôtes. Elles étaient un peu jalouse, mais j'ai promis de ramener de quoi goûter. Tous les muscles de son visages manquent de se crisper et il lui faut tous les efforts du monde, mais Izumi réussit à sourire de manière assez naturel et avec un clin d'œil murmure assez fort pour que les adultes entendent. Mais c'est tellement bon que je vais dire que tout est tombé en mer ! Silence.

Lorsque le marmot explose de rire, la tension descend et Izumi continuant d'avancer se réjouie de voir des sourires et des regards attendris.

Le jeu en vaut la chandelle.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13522-izumi
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13445-izumi
Lorsque la fête sera terminée, et que demain les esprits vaseux. Kida s'arrêta, semblant chercher un mot avant d'esquisser un sourire. Renfrognés ? Les anciens se réveilleront de mauvaise humeur, vous appelez ça une "gueule de bois", nous appelons ça "le sermon des marées". Un nouveau silence, et l'ambiance semble un instant se cristalliser. Finalement, la Princesse se retourne. Ici, sur les quais de la ville flottante, loin de l'agitation et de la fête, Khaergo Kida lève la main et fait signe à l'Armure de s'avancer. Les mains jointes au niveau de son plastron, fixant de ses iris pourpres l'héritière des Mohaves, la demi géante marche vers cette dernière. L'odeur de la mer se fait plus présente, loin des plats, des habitations et de la vie. Les vagues claquent contre le bois constituant le sol sous les pieds de la forgeronne, ici au plus proche de l'océan, Izumi s'étonne de devoir s'appliquer à marcher droit. Lorsque Capslock fils décida de débarquer sur la terre, réalisant que mon oncle ne l'aiderait pas, il tenta de convaincre le conseil. Un agacement dans sa voix, d'un ton sec, la native haussa des épaules.  Des réponses pour faire son deuil, comprendre la disparition de son père. La langue de Kida claqua. Derrière le refus gêné mais ferme des anciens, l'étranger découvrit rapidement la vérité. Un juron, imagine la Supernova, dans sa langue natale. Il disparu peu de temps après, jugeant qu'au vu de notre manque de connaissance, de savoir vis à vis de notre environnement. Une colère, envers qui ? Nous ne méritions pas son intelligence, et son temps.

Ecouter, ce n'est pas encore l'heure de prendre la parole. Attentive, la demi géante patiente, en prenant sagement des notes. Mais vous n'êtes pas ici pour les même raisons que les Capslock.

Au bord, les pieds à moitiés dans le vide, la Supernova fixe l'obscurité. Le battement des flots s'écrasant contre la structure en bois comble le silence. Fermant ses paupières, Izumi se retourna, et de toute sa hauteur rouvrit ses iris pourpres sur son interlocutrice. Ce n'était pas à la demi géante de mettre les mots sur ce que souhaitait Kida. L'Iron Fleet pouvait être un formidable piston, et c'était à terme dans les intérêts des dernières arrivantes de se faire bien voir de leurs potentiels nouveaux voisins. Je n'ai encore jamais vu de révolution, de transformation de sociétés sans effusion de sang, Princesse.

Des ténèbres, un être bondit pour s'agenouiller aux côtés de la pirate. Un linge lui couvrant la poitrine, un châle à la ceinture, se secouant légèrement projetant des gouttes salées au sol. Aussi grande que l'Armure, des yeux brillants comme l'or, un corps couvert de tatouages, Maowi Hérault des Marées. Son arrivée fut remarquée, l'autochtone recula mécaniquement, avant de se ressaisir. N'ayant jamais vu de représentants du peuple poisson avant, Khaergo Kida était partagée entre peur et curiosité. Intriguée, mais digne de son rang. Reprenant rapidement une stature stoïque, la Princesse Mohave tourna son attention vers la capitaine, affichant un visage plus ouvert. Il ne s'agit pas de révolution, mais d'évolution.   Je ne forcerai pas la main de mes compatriotes, l'envie de changement doit venir du peuple et pas uniquement de mon partie.

La demi géante baisse la tête, fixant le sol un instant. Maowi et ses semblables travailleront de pair avec vos partisans et vous même. Volteface, Izumi regarde droit devant elle, c'est à elle désormais de reprendre le contrôle de la conversation. Chacune de vos sorties doit être une réussite, il est essentiel de démontrer rapidement à chaque tranche de la population, les bienfaits d'une "modernisation" partiel. La Supernova passe une main dans sa chevelure, un tic qui persiste. Comment réagira votre oncle ? Officiellement il restera neutre, il ne tranchera pas. Le seul moyen de le "contraindre", c'est d'avoir le soutien de la majorité des miens, dès lors le conseil sera obligé de se réunir. Officieusement, Qavvo et moi avons nos différends, mais nous sommes d'accord sur le fait que notre peuple ne peut continuer de vivre comme ça.

J'ai noté quatre réfractaires, il me faudra des informations sur chacun d'entre eux. Combien de conseillers partagent votre vision ? La Princesse acquiesça. Trois, le dernier vient de revenir d'une longue pêche. Néanmoins je pense qu'il est préférable que vous tentiez de rallier nos opposants, je m'occuperai de nous obtenir au moins une égalité, même si .. Ce ne sera pas suffisant, j'en ai bien conscience Princesse. Interrompit l'Armure. J'attendrai les rapports sur nos futurs amis, la journée fut longue et je dois désormais m'entretenir avec mes propres conseillères.

S'inclinant légèrement en guise de révérence, Izumi prit soin de se retirer sans jamais montrer son dos à la Princesse Mohave. Et lorsqu'Izumi fut suffisamment éloignée, ce fut au tour de Maowi de se tenir à la disposition de Kida. En attendant, la Supernova avait fort à faire. Un regard vers Lupania, une confidence et la capitaine se dirigeait vers les docks, passant une partie de la nuit avec les siennes avant de suivre les hommes de la Khaergo, pour s'endormir quelques heures sur un lit presque aussi douillet que le sien.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13522-izumi
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13445-izumi
Un déficit de sommeil qui ne l'atteignait pas. Debout avant tout le monde, une douche froide spartiate pour se réveiller. Les cheveux encore mouillés tombant sur ses épaules, la demi géante sort de sa chambre pour observer l'aube se lever sur la ville flottante. Pourtant son regard se porte instinctivement sur Terra Incognita, les sommets montagneux enneigés visible à des lieux. Les Mohaves vivaient au pied de l'île gigantesque, et Izumi n'avait que du respect pour ce peuple qui depuis des générations se refusait à explorer la terre si proche d'eux. Un interdit, perpétué jusqu'ici, que rêvait de briser la Supernova. Se faire violence, ne pas céder dans la facilité, continuer un dialogue plutôt que de faire preuve de brutalité.

La jeune femme n'attendait rien des Mohaves, dans son esprit ne se trouvait aucune arrière pensée. La forgeronne secoua légèrement sa tête, avant d'hausser les sourcils. Il était vrai, qu'il était plus agréable de pouvoir montrer une autre personnalité que celle associée à son visage, sa réputation et sa prime. Et si sa sociabilité avait ses limites, et que déjà l'Hagane No Nami et son équipage lui manquait, la discipline et les objectifs maintenaient sur le droit chemin la femme. Sa posture et son attitude, naturellement adaptés à la situation achevant de faire paraître la Capitaine pour une nouvelle femme aux yeux de ses filles. Détendue et enjouée mais pas niaise et naïve.

Ce fut Izumi qui constatant être la seule levée parmi sa délégation, se dirigea vers les chambres voisines, mitigée entre agacement et amusement. Eleanor se réveilla péniblement, des maux de têtes et des vertiges, la longue jambe se remettait péniblement de la veille. La troisième lieutenante n'était néanmoins pas la pire, Whitedawn pointa d'un doigt fébrile deux formes sous des draps. Et heureusement pour la médecin et la neuvième lieutenante, ce ne fut pas la capitaine mais sa seconde Elizia qui de deux coups de pieds, mit fin au profond sommeil des deux femmes. L'ancienne tueuse à gages, l'ancienne noble, les mains sur ses tempes massait son crane. Il était rare que Sander Elizia affiche autre chose qu'un stoïcisme comme la Supernova. Rejoignez nous quand vous serez prêtes.

Un grommèlement commun en guise de réponse, la demi géante ressort. Un bruit métallique, et Izumi tourne sa tête vers la droite, un franc sourire en apercevant Cierca Tara. La pauvre avait des cernes, et semblait pas très bien réveillée. L'adolescente tressaillit en croisant le regard légèrement attendri de sa capitaine. S'inclinant légèrement en avant, elle porta une main au plastron de son armure aussi droit qu'un piquet. Lupania Decima est actuellement entrain de recevoir les rapports demandés. Et.. ou sont les autres ? L'Armure pointe rapidement de sa main la porte de la chambre derrière elle. Maowi est partie à l'aube avec la Princesse, et ne nous ont pas informées quant à leur retour.

C'est tout ? Un hochement de tête. Parfait, va dire à Elizia et Dianosa chacune un des rapports. Et que les deux dernières aillent faire un tour chez les médecins ou équivalents locaux, et si ils sont ouverts que Rosa échange son savoir. Après tout elle aussi provient d'une île vierge. Et avant que l'adolescente ne s'exécute. Et Tara, qu'importe ce que dit Decima, adopte une attitude plus relâchée, du moins le temps qu'on soit ici. Et le temps que ne ressorte la Draaksward, Izumi avait disparue.

Car ce n'était pas les conseillers qui l'inquiétait ou l'intriguait. Dans le dédalle de ruelles, sur la ville flottante l'étrangère se perd volontairement. A chacun de ses pas, Izumi s'émerveille devant de simple faits, des scènes de vie pourtant si banales deviennent extraordinaires. Et à chaque fois, la demi géante s'incline, ne perds jamais son sourire et en avançant l'atmosphère semble changer. Les visages des autochtones s'ouvrent doucement, lorsque la forgeronne s'arrête sur des échoppes. L'argent n'ayant aucune valeur, c'est le troc et le marchandage qui régissent les lois des échanges.

Le problème c'est que l'Armure ne trouve rien à échanger. Les Mohaves ne semblent avoir nul besoin de plastron, ou d'usage pour ses jambières. Et puis pas sur qu'il existe un natif aussi grand que la jeune femme. Pourtant, même sans rien dans les poches, Izumi s'approche dans le bazar à ciel ouvert. Coquillages, poissons et produits de la mer, mais également des fruits et des légumes. Les Mohaves auraient des cultures sur ces embarcations flottantes ? Ou bien est-ce du surplus d'expédition dans diverses criques et plages ? Et maintenant qu'Izumi le pense, même si de l'extérieur la ville ne paie pas de mine, le fait que les habitants aient accès à l'eau potable et à une gamme de denrées alimentaires prouve que les natifs sont tout sauf des sauvages.

Et c'est là que l'idée traverse l'esprit de la jeune femme. Lupania, je veux toute la ménagerie des œufs, de la viande sèche, une vache et une chèvre parmi celles qu'on a achetés, et deux chevaux. Demande à Noh de les sélectionner personnellement L'offre et la demande, une notion basique de l'économie. Loin d'être une experte dans ce domaine, l'Armure espérait simplement que cette nouvelle "monnaie" serait acceptée par les habitants. Rien n'obligerait les Mohaves à échanger avec elle.

Mais avec un peu de chance, les deux Capslock n'avait pas ramené pareil animaux auparavant.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13522-izumi
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13445-izumi
Certains animaux firent plus d'effet que d'autres aux yeux de la population. L'Iron Fleet se sépara de trois chèvres, quatre vaches. Les chevaux ne rencontrèrent pas un franc succès, et l'Armure n'insista pas. Le bétail fut offert au peuple Mohave, après une discussion avec Qovvo, jugeant qu'il était préférable de ne pas installer l'envie et la jalousie dans le cœur des natives.

La popularité et l'indice de sympathie des étrangères grimpa, et les jours qui suivirent la demi géante capitalisa dessus. Invitant les curieux, plus jeunes, et braves à poser le pied sur les ponts de ses navires. D'habitude interdit à quiconque n'étant pas une femme, la flotte de la Supernova ouvrit ses portes et cales à la tribu. Et à partir de là, l'effet de boule de neige fit le reste. La confiance était difficile à gagner et si facile à perdre qu'Izumi réunit ses officières au bout du troisième jour, et donna la ligne directive. Le discours fut le même pour les colons, affranchies et dont l'impatience semblait rapidement devenir de plus en plus invivable. La demi géante s'adressa aux mécontentes, sans froideur ni colère. Celles souhaitant débarquer étaient les bienvenus, en revanche ce serait sans le soutient de l'Iron Fleet. La forgeronne rappela également à l'assemblée que le temps était relatif, et qu'en ayant passé ne serait ce qu'un jour enchaîné et privé de sa liberté, elles étaient tout à fait capable de trouver de quoi s'occuper en étant libre. Et la jeune femme insista sur le dernier mot, libre les anciennes esclaves l'étaient aujourd'hui, et l'Armure ne forçait personne à rester.

Simplement qu'elles se débrouilleraient, ou patienterait comme le reste de l'expédition. Pas de problèmes que des solutions, une phrase bateau qu'adorait répéter la capitaine, une légère pointe de cynisme dans le ton de sa voix.

L'échange, tisser des liens à tous les niveaux mais également récolter des informations. Un maximum, à tous les échelons et dans autant de domaines possible au sein de la société Mohave. Auprès des malades et des blessés, Rosa passa le plus clair de son temps. Restant à sa place, aidant comme la plus basique des infirmière les premiers jours. Progressivement à force d'investissement, de dévouement envers sa tâche la médecin de l'Iron Fleet gagna petit à petit la confiance des natifs et, se retrouva un matin entourée de ses "confrères" locaux. A son grand soulagement, ils ne lui présentèrent aucun malade ni blessé. Pas d'opération en urgence, mais une curiosité scientifique émanant de la plupart des guérisseurs. L'ancienne membre des Avengers, s'introduisit dans la langue natale de son peuple, montrant que tout comme les locaux, elle aussi était native et n'avait pas toujours appartenue au monde "moderne". Son Medic Kenpo, sa connaissance accrue de l'anatomie humaine fut une bonne surprise pour ses interlocuteurs, et pendant deux jours elle échangea avec les plus motivés.

Eleanor, la longue jambe accompagna Lupania et les partisans de Kida, sa mémoire auditive. Le Sound Memory permit à la femme de retenir une multitudes de voix, et donc d'informations. En utilisant chaque voix retenu face à la Princesse lors de ses retours entre deux nages, mit un visage et surtout des noms. Acquérir une certaine familiarité, écouter le ton et retenir autant de mots que possible.

Restait à convaincre au moins la moitié des conseillers réfractaires, mission impossible ? Les seniors avaient tendance à faire preuve d'un paternalisme, d'un sentiment de supériorité. L'âge, l'expérience, ils demandaient le respect et dès qu'un propos ne leurs convenait pas, ils maintenaient le monopole de la pensée bienfaisante. Et pour lutter contre la condescendance et les gens ayant toujours le dernier mot.

La meilleur stratégie de l'Armure ? Les ignorer tout simplement. Continuant d'envoyer ses lieutenantes et son équipage au contact de la population, Izumi ne rechignait pas à prêter assistance et donner ce que demandait le peuple Mohave.   Son raisonnement de pensée simple faisant l'état des lieux suivant : Sur les quatre conseillers, un seul en vérité  pouvait se laisser convaincre par le discours progressiste de la Princesse. Les trois autres ne changeraient pas d'avis, du moins pas de leurs plein gré.

Commence alors la recherche d'un happât, méticuleusement la délégation de l'Iron Fleet avec l'aide de Kida et de ses partisans passent en revue les centre d'intérêts de l'homme. Foz Khewo, le vieux ver dans la langue universel, septuagénaire et profondément égocentrique. Flatter son orgueil, encore faudrait il pouvoir avoir de quoi. Et en attendant, les sorties de plus en plus longue de Kida et des Iron Maw, continuaient de rapporter de plus en plus d'informations sur les rivages et la masse immense qu'était Terra Incognita.

Le travail était complexe, et les femmes de l'Iron Fleet n'étaient pas des exploratrices de métier. Avec minutie, et plusieurs échecs, la première carte de Terra Incognita vit lentement le jour. Les six premières expéditions, les femmes poissons de l'Iron Fleet se contentèrent de suivre les natifs jusqu'à des rivages, plages. Des caves à moitiés submergées menant difficilement vers l'extérieur, jusqu'aux criques débouchant sur de la végétation luxuriante.

Depuis la position de la ville flottante, les tracés sur le papier mettaient progressivement à jour ces nouvelles terres. Rien de véritablement surprenant, aucune menace à l'horizon. Paisible semblait être la vie sur Terra Incognita, et Maowi ne manqua de relever sa surprise quant aux histoires de disparition des Capslock.

La relation s'inversa bientôt entre les natifs et leurs invités, et Izumi dépêcha bientôt l'Index et le Volcanique pour servir aux besoins de tous. Bien imposant que les embarcations de pêches des autochtones, cela n'empêcha pas Kida et les siens de rapidement s'adapter et prendre les rênes d'un des navires de l'Armure. Et si cette collaboration de plus en plus poussée faisait le bonheur de certains, ce fut une tollé pour les anciens. Lorsqu'ils reviendront, j'espère pour vous et ma nièce, que vous serez prêtes. Le peuple est divisé, et que vous soyez pacifique ou non ne compte plus. La demi géante avait affiché un léger sourire, haussant les épaules avant de calmement répondre au chef des Mohaves. Votre peuple est tout sauf divisé, au mieux votre société s'interroge et débat. Sondez vos gens, et vous verrez.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13522-izumi
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13445-izumi
Et comment comptes tu le convaincre ? La demi géante termina sa queue de cheval. Levant les bras tandis que sa seconde lui mettait sur le dos un long manteau pourpre. Izumi se retourna, ses pupilles améthystes clignèrent à l'instar des reptiles. J'improviserai. Depuis qu'on se connait, je peux compter sur les doigts d'une seule main, les fois ou tu as improvisée. Si tu as une autre solution, parle Elizia, sinon laisse moi faire comme je l'entends. L'ancienne tueuse à gages s'écarta, en dévisageant la Supernova. Nous n'abuserons pas de l'hospitalité des Mohaves plus longtemps. Sans se retourner, continuant d'avancer avant de s'arrêter devant la porte. L'Index et le Volcanique sont sur le retour, avec de la chance, j'aurai convaincu le vieux ver d'ici là. La porte se ferme avant qu'Elizia ne puisse répondre, et la numéro deux de l'équipage pose une main sur son front. Massant ses tempes en soufflant, avant de sortir à son tour et d'alpaguer Dianosa. Suis moi. On va ou ? Réjouis toi, tu vas pouvoir retourner sur l'Hagane. Maintenant mémorise ce que je vais te dire mot pour mot.

***

Les quartiers du vieux ver étaient à l'image de son occupant : vaniteux. De l'extérieur on remarquait l'imposant présence de plusieurs cornes sculptés en colonnes. Les murs en pierres, la chaleur immédiate d'un logis entretenu en permanence, amusa la demi géante. Foz Khewo vivait seul, veuf depuis trente ans, il ne s'était jamais remariée. Ou n'avait prit de concubines, son clan vivait dans les habitations voisines. Le septuagénaire avait eu cinq enfants, trois fils et deux filles. Foz à cinquante ans était déjà grand père d'une quinzaine de petits enfants. Le patriarche était aujourd'hui arrière grand père.

Plusieurs fois, un membre du clan Foz avait siégé au conseil. Pourtant selon les informations dont disposait Izumi, Khewo avait prit cette nomination comme une punition. Depuis qu'il avait perdu sa femme, l'homme passait le plus clair de son temps en mer, ne rentrant que lorsqu'il avait chassé la plus grosse proie qu'il avait trouvé. Chasser, affronter les dangers des profondeurs et contempler ses trophées. Un rythme de vie qui lui convenait parfaitement, profondément insensible à la vie des autres. Lorsque le père de Khaergo Qovvo le nomma au conseil, suite aux demandes insistantes de ses enfants, Foz Khewo se renferma encore plus. Ruminant une rancune, et désespérant de finir ses jours sur une chaise, alors que la mer et ses trésors étaient si proche.

Je vous attendais, étrangère. La voix caverneuse et grave sur la droite de la femme, ne sonnait pas aussi hostile que l'avait anticipé Izumi. Foz Khewo se dévoila, torse nu, un pagne noir autour de la ceinture. Une barbe taillé, plus sel que poivre, des cheveux attachés en chignon. Une pipe sur laquelle le Mohave tira trois fois profondément, avant de relâcher un nuage de fumée en direction du plafond. L'Armure voyait maintenant que le conseiller, n'avait rien à voir avec l'image d'un senior croulant que renvoyaient le reste des réfractaires. L'ancien pêcheur conservait un physique impressionnant, et la capitaine devinait que dans sa jeunesse Foz aurait été un adversaire probablement convenable. A soixante-dix ans, la jeune femme était certaine que Khewo s'entraînait avec plus de sérieux et de discipline que certaines de ses propre guerrières. Vous arrivez bien tard. Levant sa main gauche la secouant dans les airs, avant d'inviter son interlocutrice à le suivre. Les autres sont furieux, surtout cet imbécile de Oai Hoz, j'espère qu'il ronge sa cane de rage. Il pouffe de rire, avant de tirer sur sa pipe. Mais, ne pensez pas que parce que je trouve la majorité de mes confrères imbéciles et séniles, je suis susceptible de changer d'avis. Vous devez savoir que je préfèrerai encore finir comme Hoz que de donner raison à la nièce de Qovvo.

Pourtant si vous étiez aussi hermétique que vous le dites, vous n'auriez pas accepter de me recevoir. Un léger sourire en prononçant ces mots, la Capitaine baissant les yeux pour plonger ses pupilles améthystes dans le regard de son interlocuteur. Oai Hoz et Lik'r Jiqi sont en effet, impossible à raisonner. En revanche, Szqua Riei était beaucoup plus ouvert et réceptif. Khewo se fend d'une grimace, avant de marmonner quelque chose inaudible. Le pêcheur vétéran se lève, disparait moins d'une minute avant de revenir avec une bouteille et deux verres. Le contenant a une couleur aussi translucide que les plus beaux lagons, et pourtant une simple gorgée réchauffe autant qu'une forge la gorge d'Izumi. Sauf votre respect, je vais être franche et honnête avec vous, et que vous me croyez ou non m'importe en vérité, peu.

Le peuple Mohave doit et restera le seul décisionnaire. La Princesse et moi collaborons, mais mes femmes ne prêchent pas dans les rues, la parole de Khaergo Kida. Que le conseil refuse ou non, la "modernisation" que les partisans de Kida souhaitent adopter, ne se fera pas de manière immédiate. Nous avons partager nos connaissances à ceux le souhaitant, et nous partirons dès le retour de la dernière expédition. Le résultat du vote, et son issu concluront notre rencontre. Vous savez comme moi que la nièce de Qovvo ne ferait jamais de mal à un Mohave, quel que soit ses convictions.

Votre présence "corrompt" la jeunesse et perturbe le calme, de notre mode de vie. Le mal est fait, votre "pacifisme" cache une méthode plus insidieuse. Les Capslock, avaient au moins la courtoisie dans leur dédain de pas se mélanger au peuple. La franchise était réciproque.

J'ai du mal à comprendre, cette frilosité, réticence et ce que vous nous reprochez. La peur des étrangers, le manque de confiance pourquoi pas. Mais en position défavorable, faut-il laisser l'honneur et la fierté nous aveugler ?

Les poings du vieil homme se fermèrent, mais Izumi resta de marbre. Pire, elle continua. L'Armure ne perdait plus de temps, flatter son égo ? Pas avant de lui faire comprendre la réalité des faits. Je suis la troisième étrangère à souiller et perturber l'équilibre naturel des choses. Et alors ? Pensez-vous que je serai la dernière à trouver votre île ? Vous ne savez rien du monde extérieur, et je ne sais rien de la vie ici. Mais je sais comment j'ai découvert Terra Incognita, je sais que les personnes qui étaient initialement censés faire votre rencontre, n'auraient pas perdus de temps à essayer d'instaurer un dialogue. Elle n'éleva pas le ton, mais se leva lentement avant de finir son verre d'une gorgée.

Vous ne vivez pas dans l'illusion, dans ce refus de la réalité comme le font certains Mohaves. Je ne suis pas ici pour faire une leçon de moral, chacun fait son choix. Mais je crèverai l'abcès, ce sera mon dernier affront. Par respect, par amitié envers nos hôtes, je leur montrerai que les prochains invités pourraient très bien mettre un terme définitif aux festivités. Terminant son monologue, Izumi haussa les épaules. La demi géante ferma un instant les yeux, dos au vieux ver. Ce dernier s'esclaffa, d'un rire gras et franc, applaudissant de ses larges mains. Et donc, c'est vos guerrières qui protégeront les miens ? Nous sommes censés vous appeler à l'aide ?  

Pourquoi ? Vous n'avez pas confiance dans vos propres guerriers ? La forgeronne secoua la tête d'un air amusé. Non, mes charpentiers partageront leurs savoir avec vos fils et parents. Vos proches et mes filles travailleront ensemble sur la création d'un type d'embarcation à même de répondre aux nouveaux besoin des Mohaves. Foz Khewo haussa un sourcil et passa une main dans sa barbe. Continuez. La Princesse aura les cartographes et vous les bateaux. Nous vous aiderons si vous manquez de main d'œuvre. Doucement de son manteau elle extirpe un papier roulé avec soin et l'ouvre sur la table. C'est l'original, j'ai bien entendu conservé des copies. Szqua Riei n'est pas au courant, et la Princesse me dispensera d'un sermon si elle apprend que vous avez vu ces plans. C'est… impressionnant. Mais comment obtiendrez vous les matériaux nécessaire à la construction d'un projet pareil ? Pas sur l'île, nous les acheminerons de manière discrète et sécurisé jusqu'ici.

Foz marmonna quelque chose dans sa barbe, puis fixant les plans resta silencieux un instant. Une codépendance nécessaire, afin de ne favoriser personne. Sans bateaux les cartographes n'iraient nul part et inversement. Forcer une entente, quitte à froisser sa plus proche alliée. La bonne décision ? Le résultat d'une improvisation, mais qui ressemblait à une solution pour aller de l'avant. Il semblerait que j'ai désormais une raison de converser avec Qovvo. Khewo se leva pour congédier son invité. Nous n'avons pas terminé, l'ennemi de mon ennemi n'est pas mon ami. Mais continuer cette stratégie de l'autruche, ne peut en effet perdurer.

***
Ca va.

Qu'il est difficile d'être quelqu'un de civilisé, qu'il est complexe de résister à la tentation de laisser la loi du plus fort prendre le dessus sur la discussion. Faire du mal, Izumi ne s'imaginait pas faire autrement dans la plupart des situations. Pourtant pas cette fois, biaisé, investissant toujours plus dans la diplomatie, au point qu'aujourd'hui face à la jetée, elle doute. Loin d'être déçue, et même si ça demande un travail de réflexion, de conciliation et une gymnastique mental bien plus difficile que lorsqu'on est dans la mêlée, les résultats sont autant voir plus valorisants.

Capitaine, Maowi et Kida accostent.

Une vie comme ça, tellement loin de l'agitation du monde extérieur.

D'après ce qu'elles disent, c'est sans appel.

Jeune et ambitieuse.

Elles ont localisé l'endroit idéal pour nous installer.

Mais ça va.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13522-izumi
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13445-izumi
Electrique est l'ambiance.

Bruyante est la foule, se pressant pour accueillir la Princesse à son retour. A l'intérieur du cordon de sécurité, c'est l'Armure qui est présente aux côtés de Khaergo Qovvo pour accueillir Kida. La native, à la chevelure aussi blanche que l'écume des vagues, affiche un grand sourire en saluant son peuple. Sur le pont du Volcanique, Maowi hoche la tête en direction de sa capitaine. Kida, tout comme moi, chaque Mohave est heureux de te voir de nouveau parmi nous. Qovvo leva les bras, sa voix portant sur l'assemblée désormais silencieuse. Qu'as tu ramené de ce voyage dans l'inconnu ? Mon oncle, et vous tous ! Ce fut au tour de Kida de capter l'attention. Se mettant sur le côté, la femme d'un bras pointa ses partisans déchargeant des caisses entières que les femmes poissons de l'Iron Fleet remontaient depuis les cales du navire. Du poisson, des perles, des crustacés. Tous nouveaux, mais la mer n'était pas les seuls trésors qu'avait ramassé l'expédition. Des animaux, originaire de l'île, aux yeux de l'Armure c'était globalement de la volaille.

Sortant de ses poches une bouteille, Kida la tendit à son oncle. Du sable, presque transparent, aussi blanc que la neige, et tandis que les badauds et que les curieux conversaient avec leurs parent revenant d'un "long" voyage, Kida invita le chef Mohave et la demi géante à la suivre.

***
Combien étaient ils ? Le colosse, une main dans la barbe l'autre sur la table, parle à voix basse mais d'un ton concerné. Je sais pas, je n'ai pas vraiment eu le temps de m'arrêter pour leurs demander combien ils étaient. Qovvo fusille un instant du regard sa nièce, et pendant que la réunion de famille tourne au vinaigre, Izumi est occupée par autre chose. La forgeronne, comme si la chose qui était entre ses mains était faite de porcelaine, la manipule avec précaution. Une flèche, dont la pointe en dent de requin, est taillée sur les côtés. Le tube est commun, et l'encoche est sertie de plumes semblable à celles de la volaille ramenée par les explorateurs. Et la crique ? La Supernova dépose la flèche sur la table, recentrant la conversation sur un sujet plus qu'important à ses yeux. Votre flotte entière ne la remplirait pas, c'est cerné d'hautes falaises, nous ne sommes pas montés dessus. En remontant, c'est la jungle. Nous avons rebroussé chemin à ce moment. Impossible de dire ce qu'il se cache dans la flore luxuriante. Tant pis, il faudra faire avec.

Vous le saviez n'est-ce pas ? La primée ne s'emporte pas. Sa voix est calme et plate, elle continue de fixer la flèche. Etes vous en contact avec eux ? Non, nous ne vivons pas dans le même monde. Nous savons qu'ils existent et réciproquement, mais ca s'arrête là. La forgeronne hoche la tête. C'est la première fois que j'en vois aussi loin. La déclaration de la Princesse provoque un pouffement de rire d'Izumi. Qovvo passe une main sur son front, des mots fusent dans la langue des Mohaves. Je n'ai pas de contact avec eux, je les observe, et la plupart du temps ils me fuient. J'ai marqué sur la carte les emplacements ou j'en ai aperçue. Ce sera à vous de découvrir si vous avez des voisins ou non. La carte, la fameuse carte. La raison de ces sorties, et le fruit de l'entraide entre les gens de Kida et l'Iron Fleet. Le trio n'a pas le temps de continuer la conversation que l'on toque à la porte. Les deux natifs et l'étrangère échangent un regard et un timide sourire. C'est l'Armure qui sort la première, le menton relevé et se dirigeant comme l'oncle et la nièce en direction du premier endroit au sein duquel était entré la délégation à son arrivée.

Du temps avait passé, des amitiés semblaient naître, pourtant l'issue restait incertaine. Du mieux qu'elle pouvait, la pirate avait aidé l'héritière Mohave, il ne restait plus qu'à affronter le conseil.

Et triompher.

***
Comme prévu,  Oai Hoz et Lik'r Jiqi jetaient des regards noirs de haine et d'indignation en direction de la demi géante mais également de Kida, présente à ses côtés en bas. Répondre de ses actes, cela n'inquiétait pas le moins du monde la Princesse. Et son assurance ne faisait que contribuer à enrager les deux seniors. Foz Khewo affichait un sourire supérieur en direction de la nièce de Qovvo. Szqua Riei lui aussi souriait, mais nerveusement, sans doute reconsidérait il sa parole et son engagement. L'ambiance était électrique, Izumi les mains jointes, continuait de regarder droit devant elle. Le brasier au centre, dans les flammes, la pirate attendit que Khaergo Qovvo ne se lève, un visage sérieux et n'ouvre officiellement la séance. Et elle baissa la tête dès le début de ce qui ressemblait plus à un procès qu'autre chose.

Silencieuse, patientant, les premières accusations ne furent pas dirigées à son encontre mais envers la Princesse. Kida fleurta avec l'insolence, et la forgeronne cru que Oai Hoz allait s'étouffer de colère, tant le ton du vieil homme vira au rouge. L'accusation alterna avec la "défense", les conseillers ralliés à Kida lui posèrent des questions à son avantage. Lentement, calmement et sans jamais afficher autre chose qu'un sourire l'autochtone répondit à ses pairs. Vantant les mérites de la cartographie, son discours s'axa sur les bienfaits d'une ouverture à "leur propre monde". L'Armure décrocha mentalement. Ils perdaient leurs temps, en attendant à l'extérieur un vote avait lieu. L'audience se déroulait à huit clos, mais le plus important se passait dehors. Même si la décision revenait in fine à Khaergo Qovvo, et de plus général au conseil, l'Iron Fleet comptait d'avantage sur un soutien populaire que sur la bénédiction du conseil.

- Etrangère, qu'avez-vous à dire ? Lik'r Jiqi siffla, mais Izumi ne répondit pas. Lentement son regard améthyste parcouru chacun des conseillers, y comprit les deux décrépis. A quel sujet, vénérable Jiqi ? Lik'r plissa des yeux, un sourire mauvais se dessinant sur son visage ridé. Votre "délégation" s'est infiltrée à tous les niveaux de notre société. Vous avez introduit votre nourriture, vos animaux, sans même savoir les effets que cela aurait sur notre mode de vie ! Les plus jeunes et anciens auraient pu mourir ! Il postillonna, et Hoz enchaîna. Vous avez introduit et perverti une partie des Mohaves, vos histoires de cartographies et d'exploration ne nous concernent pas ! Allez ur la terre, et soyez prêtes à subir le même sort que les Capslock ! Des murmures parcoururent les conseillers, mais Qovvo leva la main, sans réagir. Fixant des yeux sa nièce, puis l'étrangère, en silence. Je crains, honorables anciens, que vous vous soyez mépris quant aux capacités et à la ténacité de celles m'accompagnant. Ses pupilles se plissèrent comme celles des serpents, et Jiqi laissa échapper une exclamation de surprise. Infiltré ? Conseillers, il n'y a pas un Mohave qui fut jamais contraint de supporter la présence de n'importe laquelle d'entre nous. Sauf peut être vous, en cet instant. Des rires étouffés en provenance de ceux loyaux à Kida. Le vieux ver resta silencieux, les bras croisés Vous appelez ça perversion j'appel ça échanger. Il est vrai, la Princesse a apprit de nous, étrangères, l'art de la cartographie et a voyagée sur mes navires. L'Immaculée s'avance, la chaleur du feu ne semble pas la déranger, à travers les flammes sa voix résonne. En échange, Khaergo Kida et ses gens guidèrent les miens, et pour leurs aide, nous en sommes infiniment reconnaissant. Lentement penchant la tête en avant à l'intention de Kida. Je vous accorde que nous aurions peut-être, j'aurai du prendre plus de précautions avant d'introduire des mets inconnus dans le régime alimentaire des Mohaves. Et pour cela, je m'en excuse, je ne souhaitais par ce cadeau vous remercier de votre hospitalité. Une erreur, ca s'admet, même quand c'est embarrassant et mal venu. L'humilité en toute situation, vaut mieux que de nier les faits par prétention. Vous avez offert un savoir à la Princesse et les siens, mais quel intérêt de savoir faire des cartes si nous n'avons pas les embarcations pour ! La voix désormais familière de Khewo était accusateur, et son intervention sembla ravir les deux imbéciles à sa droite et gauche. Vous prétendez partager votre savoir, mais en vérité, l'Iron Fleet conserve le plus intéressant pour elle, n'est-ce pas ? Il tapa du poing sur la table. Et la Capitaine n'avait pas besoin de se retourner pour savoir que Kida était probablement à son tour furieuse. Si vous et vos guerrières sont aussi altruistes et amicales que vous le prétendez, alors vous ne verrez aucun inconvénient à apprendre aux Mohaves l'art de construire des bateaux comme ceux que vous possédés.

Ce sera avec plaisir, que mes charpentières partageront leurs savoir et connaissances avec les Mohaves. Si le conseil l'accepte bien entendu. Un simple regard de Khewo en direction de ses voisins, et le septuagénaire reprit la parole. Nous prenons note de votre coopération, et le clan Foz se tiendra prêt jour et nuit pour apprendre auprès de vos charpentiers. Ce fut au tour des conseillers fidèles à la Princesse de protester d'indignation, mais Qovvo hocha la tête avant de prendre la parole. Assez. L'autorité que dégageait naturellement le chef Mohave cristallisa l'attention sur chacun de ses mots.   Kida et les siens auront comme mission de cartographier avec autant de précision que possible l'île. Cette carte sera affichée ici même, et portera sur les divers bancs de poissons, ressources et plages propre aux notre.

Foz Khewo a souligné à juste titre, un problème factuel. Puisqu'il semble plus qu'intéressé par le sujet, il incombe désormais au clan Foz la construction des futurs navires. Néanmoins les Mohaves ne sont pas des copieurs, Khewo vous trouverez et mettrez sur pieds un bateau reflétant notre identité. Nous ne ressemblons pas aux étrangers, et ça ne changera pas.

A terme, les cartographes et navigateurs œuvreront de concert. J'invite le conseil à se mettre aux fenêtres pour les prochaines minutes.  


Izumi reste aussi droite qu'un piquet, pendant l'intégralité de son discours, Qovvo n'a pas quitté des yeux la jeune femme et réciproquement. Un léger soupire en provenance de la pirate.

Trois explosions. Trois fois les vieillards sursautent, s'exclament et se mettent à terre. Trois salves de canons provenant du même navire, visant des piques rocheux sortant des flots. Même si l'Armure souhaitait démontrer la véritable puissance de feu qu'un potentiel envahisseur pourrait avoir, le chef Mohave avait été catégorique concernant la mise en scène.

Alors que chacun se remettait difficilement, il reprend.

Il y a plus préoccupant, et dangereux qu'une simple indigestion. Qui sait si les prochains visiteurs seront aussi pacifique que ces femmes ? Et qu'arrivera il donc si, les propos du conseil ou des regards de travers, provoquent le courroux des étrangers ? Notre monde, notre équilibre tout disparaîtrait.

Izumi de l'Iron Fleet, j'ai également une requête pour vous. Et ce n'est pas pour un clan, ou une famille, mais pour chaque habitant de cette ville. Les Mohaves vivent en harmonie avec la mer et ses trésors, mais nous nous sommes contentés du minimum syndical, justifié par une existence paisible. L'époque de nos aïeux, de mon grand père et de mon père n'est pas la réalité d'aujourd'hui.


Derrière lui, un adolescent apparu, murmura quelque chose puis disparu aussitôt.

Izumi, Capitaine de l'Iron Fleet, aidez nous.

Un ange passe.

Les Mohaves vous seront reconnaissant et nous pourrons enfin assumer et proclamer, ce que le vote vient de montrer.

Un sourire.

Que nos deux peuples se sont liés d'amitié.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13522-izumi
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13445-izumi
Cette vie et pas une autre.

Cette vie, faite de sacrifices. Cette vie, et pas la suivante, et rien ne pourrait l'arrêter. Pas les trahisons, pas les arrestations, qu'importe les mandats et réquisition du Gouvernement Mondial. Le temps de la réflexion était passé, à genoux Izumi est seule sur la terre forme. Elle qui avait commencée avec des petites missions, derrière ses paupières fermées, une heure qu'elle méditait sur la plage. Derrière elle, l'entièreté de sa flotte, des dizaines de chaloupes attendant le feu vert de la supernova. La flèche, ramenée par Kida de la dernière expédition, revenait en boucle dans l'esprit de l'étrangère. Cette terre était déjà habité, Terra Incognita dont la taille restait encore inconnue, et rapidement anticipait la jeune femme, ses filles et les natives se rencontreraient. Et, étrangement, la forgeronne doutait grandement que les habitants de l'île soient aussi pacifique que les Mohaves.

Sa main droite se posa sur le fourreau de Menteuse. Sur le sable, devant elle, le Meitou récupéré sur Endaur l'accompagnant depuis le début de ses aventures. Entre ses mains, l'arme avait ôtée tellement de vies, et pourtant on ne pouvait le deviner au premier regard. Les apparences, à l'image de sa propriétaire, en ouvrant les yeux la jeune femme pouffa. Un constat lui traversa l'esprit, et avec un sentiment d'amertume. Elle n'avait jamais tombé l'armure, elle avait fusionné avec. Ce n'était pas parce qu'un heaume ne cachait plus son visage qu'Izumi était découverte. Une autre personnalité, que la jeune femme affichait à l'instar d'un masque.

Elle ne serait jamais vraiment elle, pas avant d'avoir installé ses guerrières et les affranchies dans sa croisade à la recherche d'un Eden. Ses pupilles reptiliennes plissèrent, et se relevant en attachant Menteuse à sa ceinture, l'étrangère leva son bras droite au ciel. Ses doigts se renfermant lentement pour former un poing. Il n'y eu pas de cris de joie, mais le sol trembla bientôt sous le piétinement de plus d'un millier de pieds. La marée humaine n'emporta pas la femme, Izumi fendait le flot d'humains. Ils ne seront pas ravis qu'on coupe des arbres.

Et encore moins quand ils verront qu'avec, nous avons dressés des murs. Qu'importe les explications, et que l'Iron Fleet ne replante ou non. Si des natifs vivaient à côté, et si Kida avait raison, il était préférable pour garantir la sécurité de tous, qu'aucun sang ne coule. Le langage des habitants de Terra Incognita n'était pas le même que celui des Mohaves, un autre problème. Qui trouverait une solution en son temps, la priorité était de sécuriser et nettoyer autant de végétation que possible afin de créer un no man land et donc un terrain découvert, entre les nouvelles habitantes et les autochtones.

Parce qu'il suffisait qu'une seule goutte de sang ne coule, qu'une seule de ses filles ne soit blessée et Izumi déchaînerait les enfers. Impossible de faire machine arrière, et elles ne seraient pas renvoyées sur leurs navires de sitôt. Et pendant que les premiers arbres tombaient, que la machine parfaitement huilé qu'était l'Iron Fleet, se mettait enfin en marche. Pendant que la plage désormais noir de monde, se transformait en chantier. La demi géante intima à Decima et Cierca de la suivre, laissant à Elizia la responsabilité de la logistique.

[...]

Les étrangères dormirent sur leurs navires jusqu'à ce que le premier mur d'enceinte ne soit terminé. Ensuite, progressivement les affranchies furent autorisés à débarquer. Sous la protection des guerrières de la forgeronne, et jamais loin des chaloupes. Le premier bâtiment à être érigé fut l'infirmerie, et rapidement une extension pour anticiper des futurs opérations. Et si les anciennes esclaves n'avaient pas pour obligation de participer aux travaux, une quasi majorité participa de près ou de loin à l'établissement de la colonie.

Un hameau, puis un village et enfin une véritable petite ville. Chaque jour qui passait, de plus en plus de maisons sortaient de terre. L'installation des femmes libérées par Izumi était une priorité, les "civiles" devaient pouvoir dormir à l'abris le plus tôt possible, afin d'enclencher un autre chantier. Les provisions de la flotte, la pêche et les fruits ne fourniraient pas suffisamment de nourriture à court terme. La responsabilité des futurs champs, récoltes et plantations incomberaient aux affranchies. L'Iron Fleet ne ferait pousser que le minimum vital afin d'éviter des épisodes de famines, mais le surplus et tout ce qui s'y rapportait serait le lot des colons.

Un deuxième mur, des tours de guets, le peuplement se fortifiait en même temps que les pourtours de la ville étaient définis. Les falaises encerclant la crique, étaient aussi grandes que l'avait dit la Princese Mohave, et il apparut rapidement que l'escalade était un risque inutile. La jungle semblait impénétrable, et la découpe d'arbres diminua. Les quotas de bois hebdomadaires baissants, la déforestation s'arrêta. Les Immaculées replantèrent autant de pousses que possible, sous la protection des Daugthers of Infamy et des Filles du Serpent.

Elizia organisa des élections afin de nommer des déléguées et responsables pour représenter les affranchies. L'organisation politique et juridique était encore flou, et la mise en place de règles au sein de la colonie fut le sujet de nombreuses discussions. La liberté promise par la Supernova se heurta au bon sens et à la discipline des proto militaires composant son équipage. Et pendant que les débats continuaient, Izumi était aux abonnés absents.

Elle ne revint que trois lunes plus tard, avec ses Draaksward. Mise au courant de la situation, la forgeronne convoqua une assemblée au sein du plus grand bâtiment du peuplement. Encore en construction, les poutres apparentes et la toiture pas encore posée, la demi géante siégeait au fond du halle. Sur un siège spartiate en bois, entourée de ses lieutenantes. Les représentantes des affranchies prirent la parole, et dressèrent leurs demandes et interrogations pendant plus d'une heure.

Le discours frôlait parfois l'insolence, des critiques à moitié dissimulées. Par respect ou par peur, les déléguées mirent autant de formes que possible dans leurs paroles. Deux fois, la capitaine jeta leva la main pour calmer les ardeurs de certaines de ses proches. Les questions des anciennes esclaves étaient légitimes, la pirate se leva. S'avança de quelques pas en direction des émissaires et doucement prit la parole.

Skythiai, ce peuplement se nommera Skythiai. Et vous en êtes les premières habitantes, les terres sur lesquels vous vivez, sont désormais vôtres. L'Armure s'avance de nouveau, ses pupilles améthystes fixent un à un chacune des déléguées. Pour celles souhaitant quitter les enceintes de la ville, à vos risques et périls. Si vous confondez vitesse et précipitation, ce sera uniquement votre responsabilité. Elle ne risquerait pas la vie de ses membres d'équipage pour rien, encore moins alors que son incursion dans la jungle. De la cime des arbres, de ses propre yeux, la côte blanche s'étendant à perte de vue, Izumi avait vue plusieurs fumées s'élever dans le ciel. La présence de feux contrôlés, était pour elle un signe évident de présence humaine. Nous rédigerons avec vous, un code civil.

L'Iron Fleet a découvert cette île, l'Iron Fleet est allé à la rencontre des natifs. L'Iron Fleet à construit les maisons dans lesquelles vous dormez, et l'Iron Fleet assure votre sécurité.

Le ton est polie et courtois, et Izumi sourit. Pourtant entre les lignes, le discours est limpide. Et comme à son habitude, franche et sans détours la capitaine conclue.

L'Iron Fleet gouverne.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13522-izumi
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13445-izumi