-39%
Le deal à ne pas rater :
Pack Home Cinéma Magnat Monitor : Ampli DENON AVR-X2800H, Enceinte ...
1190 € 1950 €
Voir le deal

Sacrée Profanation

An'i était un natif de Précornia, une île luxuriante et colorée nichée juste à côté de Little Garden. C'était un lieu magique où la végétation abondante étalait ses teintes éclatantes sous le généreux soleil tropical. Des fleurs aux couleurs chatoyantes s'épanouissaient le long des sentiers, tandis que des créatures préhistoriques aux nuances vives se mouvaient gracieusement dans la jungle.

Les habitants de Précornia, les cornus, vivaient en parfaite harmonie avec leur environnement. Ils arboraient des cornes aux formes et aux teintes impressionnantes, symboles de leur identité et de leur connexion avec leur île natale. Certaines cornes étaient d'un bleu azur, rappelant le ciel sans nuage qui dominait l'horizon, tandis que d'autres étaient d'un vert émeraude, évoquant la végétation luxuriante qui les entourait.

Au centre du village de Précornia se dressaient les statues de Joy Boy, le gardien légendaire de Little Garden. Ces statues majestueuses représentaient Joy Boy à différentes époques de l'histoire, certaines célébrant sa force et sa sagesse, tandis que d'autres commémoraient sa libération de leurs ancêtres cornus, autrefois réduits en esclavage par les Dragons Célestes.

Les statues de Joy Boy étaient un symbole de reconnaissance envers celui qui avait apporté la liberté à leur peuple et les avait guidés vers l'harmonie avec les créatures préhistoriques de l'île. Les cornus se rassemblaient devant les statues pour offrir des prières de gratitude et de respect, renforçant ainsi leur lien étroit avec leur gardien légendaire.

Alors qu'An'i se promenait dans le village, il s'imprégnait de l'éclatante beauté de Précornia. Les maisons construites avec des matériaux naturels s'intégraient harmonieusement dans le paysage, offrant un spectacle de couleurs et de formes authentiques. Les rues étaient animées par le passage des cornus, dont les cornes colorées créaient un tableau vivant et chatoyant.

Chaque recoin du village offrait une nouvelle merveille à découvrir. Les fontaines cristallines égayaient les places, entourées de plantes exotiques aux teintes éclatantes. Les petits dinosaures colorés se mêlaient aux habitants, créant une atmosphère unique de convivialité et de respect mutuel.

La faune et la flore de Précornia étaient tout aussi spectaculaires. Les chants mélodieux des oiseaux préhistoriques résonnaient dans l'air, tandis que des papillons censés être disparus voletaient entre les fleurs. De temps en temps, on pouvait apercevoir un majestueux ptérodactyle planer dans le ciel bleu.

Au cœur du village, le jeune cornu contempla les statues de Joy Boy avec un mélange de gratitude et de fierté. Ces statues représentaient bien plus que la figure légendaire d'un gardien puissant. Elles symbolisaient l'histoire et l'âme de Précornia, le lien sacré entre les cornus et leur île bien-aimée.

Alors qu'An'i se promenait parmi les statues imposantes de Joy Boy dans le cœur de Précornia, il fut soudainement choqué de découvrir que quelqu'un avait osé profaner ces monuments sacrés. Des graffitis enfantins et irrespectueux avaient été dessinés sur les statues, représentant des fruits préhistoriques tels que des "Mangosaurus" et des "Ananodon", détournant ainsi l'hommage rendu à Joy Boy.

Son cœur se serra douloureusement en voyant ces images dégradantes sur les statues qui avaient toujours été le symbole du respect et de la vénération envers Joy Boy. Il se demandait qui pouvait bien avoir commis un acte aussi irrespectueux et impie, salissant ainsi l'héritage sacré de son peuple.

Le jeune homme s'approcha avec précaution des statues, touchant doucement les graffitis du bout des doigts, comme pour essayer d'effacer l'affront de ses propres mains.

Du haut de ses 18 ans, il ne pouvait pas laisser passer cette profanation du Sacré.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26439-fiche-technique-an-i-sam
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26419-an-i-d-samedi#274023
Le soir venu, An'i réunit tous les villageois de Précornia dans le centre du village. Les cornus se rassemblèrent autour des statues de Joy Boy, et certains étaient déjà intrigués par l'air sérieux et déterminé du jeune homme. Ils savaient que le jeune homme était un gardien dévoué et respectueux de leur patrimoine sacré, et ils se demandaient ce qui pouvait bien le préoccuper à ce point.

S'avançant devant la foule, An'i prit une profonde inspiration pour apaiser sa colère intérieure et rassembler ses pensées. Il prit le temps de regarder chaque visage de ses compatriotes, de ces cornus aux cornes variées, symboles de la diversité et de l'unicité de leur peuple.

"Chers frères et sœurs de Précornia", commença-t-il d'une voix ferme mais empreinte de respect, "je vous ai rassemblés ici ce soir car il est de mon devoir de vous informer d'un acte profanateur commis sur nos précieuses statues de Joy Boy."

Il pointa du doigt les graffitis qui souillaient les statues, et un murmure indigné s'éleva dans la foule. Certains cornus semblaient choqués, tandis que d'autres restaient indifférents.

"Nos ancêtres nous ont légué cet héritage sacré en l'honneur de Joy Boy, celui a libéré nos ancêtres de l'oppression des Dragons célestes", continua An'i. "Ces statues représentent notre fierté, notre histoire, et nos valeurs de respect et d'unité. Nous ne devons jamais oublier leur signification profonde et leur rôle crucial dans notre vie."

An'i décrit alors avec éloquence l'histoire de Joy Boy et l'importance de respecter et de préserver leur patrimoine. Il parla de son espoir de voir Joy Boy revenir un jour pour sauver le monde de la souffrance et de la corruption.

"Si nous laissons la profanation de ces statues impunie, nous laissons également notre héritage sacré être souillé", déclara-t-il avec passion. "Nous devons nous lever en tant que gardiens de Précornia et protéger ce que nos ancêtres nous ont légué."

Certains villageois semblaient réceptifs aux paroles d'An'i, hochant la tête avec approbation. D'autres semblaient plus réservés, peut-être indifférents ou incertains quant à l'impact de cette profanation.

An'i ressentait un mélange d'émotions face aux réactions diverses de la foule. Il comprenait que tout le monde ne partageait pas la même passion pour leur patrimoine sacré, mais il espérait que son discours avait touché certains cœurs et éveillé une nouvelle conscience au sein du village.

"En tant que gardien de Précornia, je m'engage à restaurer ces statues dans leur gloire originale", déclara-t-il avec détermination. "Et je vous demande, chers villageois, de vous joindre à moi dans cette mission. Ensemble, nous pouvons montrer au monde entier la force de notre unité et de notre respect envers notre héritage."

Certains cornus applaudirent timidement, d'autres restèrent silencieux. An'i savait qu'il avait du travail devant lui pour rallier toute la communauté à sa cause, mais il était prêt à relever ce défi.

La nuit avançait, et les villageois se dispersèrent peu à peu, chacun allant vaquer à ses occupations. An'i resta un moment devant les statues, observant les graffitis qui avaient souillé leur éclat. Il ne pouvait s'empêcher de ressentir une profonde tristesse face à cet acte irrespectueux, mais sa détermination à préserver leur patrimoine était plus forte que jamais.

Il savait qu'il avait encore beaucoup de travail à accomplir, mais il était prêt à se battre pour l'honneur de Joy Boy et la fierté de Précornia. Il espérait que ses paroles finiraient par toucher le cœur de tous les villageois et que leur unité et leur respect pour leur héritage sacré les aideraient à surmonter cette épreuve.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26439-fiche-technique-an-i-sam
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26419-an-i-d-samedi#274023
La nuit était tombée sur Précornia, plongeant l'île dans l'obscurité. An'i était allongé dans son lit, essayant désespérément de trouver le sommeil, mais son esprit était en proie à l'agitation. Les images des statues profanées tournaient en boucle dans sa tête, comme un cauchemar éveillé dont il ne pouvait s'échapper.

Les cornes de la lune éclairaient faiblement sa chambre, projetant des ombres dansantes sur les murs. Mais même dans cette pénombre, An'i pouvait voir clairement les visages souillés des statues dans son esprit. Leurs expressions autrefois sereines semblaient maintenant déformées par la haine et le mépris, une vision qui le faisait frissonner d'effroi.

Les paroles de son discours moralisateur résonnaient également dans son esprit. Il avait parlé avec passion et détermination, convaincu que ses mots toucheraient le cœur de ses compatriotes. Mais il se sentait désormais impuissant face à l'acte de profanation qui avait eu lieu. Ses paroles semblaient avoir été vaines, et il était hanté par le doute quant à sa capacité à protéger leur héritage sacré.

Dans son cauchemar, An'i se retrouva soudainement dans la jungle de Précornia, à la poursuite du responsable de la profanation. Ses pas résonnaient dans le silence de la forêt préhistorique, tandis qu'il traquait l'ombre insaisissable qui avait osé souiller leur patrimoine.

Le paysage était étrangement sombre, et les arbres semblaient se tordre comme des bras griffus, prêts à le happer dans leur étreinte mortelle. An'i sentait la sueur couler le long de son front, tandis que l'angoisse le submergeait. Il savait qu'il devait agir, qu'il ne pouvait pas rester les bras croisés face à cet affront.

Soudain, une silhouette se dessina devant lui, dissimulée dans l'ombre des arbres. Le jeune cornu s'avança avec précaution, son cœur battant la chamade. Il était prêt à affronter le coupable, à lui faire payer pour son acte irrespectueux.

Mais à mesure qu'il s'approchait, la silhouette se transforma en une image floue, insaisissable. An'i se sentait comme pris dans un tourbillon de cauchemar, incapable de discerner la vérité de la fiction.

"Il faut que tu le trouves", murmura une voix éthérée, semblant provenir de toutes directions à la fois. "Il faut que tu le punisses."

An'i regarda autour de lui, cherchant la source de cette voix, mais il n'y avait personne d'autre. La forêt semblait prendre vie, les feuilles bruissant comme des chuchotements effrayants.

Il se sentait à la fois excité et effrayé par cette mission qui lui était confiée dans son rêve. Mais il ne pouvait pas laisser passer cet affront impuni. Il devait trouver le responsable et le confronter, peu importe les dangers qui l'attendaient.

Alors, armé de détermination, An'i se lança dans une chasse effrénée à travers la jungle, suivant les indices et les étranges signes laissés par le coupable. Il sentait une énergie nouvelle le parcourir, une fureur justicière qui le guidait dans son enquête.

Au fur et à mesure qu'il progressait, il découvrit des symboles mystérieux peints sur les arbres, des empreintes laissées dans la terre meuble, des plumes colorées disséminées sur son chemin. Chaque indice le rapprochait un peu plus de sa cible, le faisant trépigner d'excitation mêlée de colère.

Finalement, après une longue traque, il arriva dans une clairière cachée au cœur de la jungle. Au centre se dressait une étrange structure, semblable à un autel, sur lequel reposaient des objets étranges et mystérieux.

Et là, à quelques pas de lui, se tenait le responsable de la profanation. Un individu vêtu d'un manteau sombre, masqué de couleurs vibrantes, semblant fusionner avec l'environnement préhistorique.

An'i sentait son cœur battre dans sa poitrine, et une colère brûlante montait en lui. Il s'avança d'un pas déterminé, prêt à faire face à celui qui avait osé souiller leur héritage sacré.

Mais alors, le sol commença à trembler, et un rugissement assourdissant résonna dans la clairière. Les arbres semblaient s'agiter, secoués par une force mystérieuse.

Un dinosaure émergea des profondeurs de la forêt, sa silhouette massive se dessinant dans la pénombre. Ses cornes étaient d'un éclat doré, reflétant la lueur de la lune. Il semblait être un gardien de ce lieu sacré, prêt à protéger son territoire de toute menace.

An'i était déchiré entre sa détermination à punir le responsable de la profanation et le respect qu'il éprouvait pour cette créature majestueuse. Il se sentait soudainement insignifiant face à la grandeur et à la puissance du dinosaure.

Le responsable de la profanation sembla également effrayé par la présence imposante du gardien préhistorique. Il tenta de s'enfuir, mais An'i le retint fermement, son cœur plein de colère et de détermination.

"C'est toi qui as osé souiller nos statues sacrées ?" demanda An'i d'une voix ferme.

Le coupable ne répondit pas, le visage dissimulé par son masque coloré. Mais An'i pouvait sentir sa peur et son remords.

"Tu as manqué de respect envers notre patrimoine, envers Joy Boy", poursuivit An'i. "Tu devras en répondre de tes actes."

Alors que la confrontation atteignait son apogée, le gardien préhistorique fit entendre un rugissement puissant, rappelant à An'i l'importance du respect et de la préservation de leur héritage.

"Tu as commis une grave erreur en profanant nos statues, en souillant notre patrimoine sacré", déclara-t-il d'une voix résolue.

Ainsi, le cauchemar prit fin, laissant An'i dans un état d'agitation et de réflexion profonde. Le jeune homme se leva de son lit, déterminé à traquer le responsable de la profanation dans la réalité.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26439-fiche-technique-an-i-sam
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26419-an-i-d-samedi#274023
Le soleil se levait sur Précornia, éclairant doucement le village de ses teintes dorées. An'i se préparait pour une nouvelle journée, mais son esprit était toujours tourmenté par les images des statues profanées. Alors qu'il s'apprêtait à sortir de sa hutte, il remarqua un petit morceau de papier déposé à côté de sa porte.

Intrigué, il le saisit et déplia le mot anonyme qui s'y trouvait. Ses yeux parcoururent le prénom écrit à la hâte : "Taru"

C'était un jeune cornu qu'il connaissait bien, un trouble-fête du village qui était souvent impliqué dans des problèmes. Un garçon au tempérament rebelle, qui n'avait jamais vraiment respecté les règles de la communauté.

Le cœur d'An'i se serra en lisant ces mots, mêlant la colère et la tristesse. Il se rendit compte qu'il devait agir, qu'il ne pouvait pas laisser le coupable impuni. Il décida de confronter Taru, de lui demander des comptes sur ses actes irrespectueux envers Joy Boy.

Il se mit en quête de Taru, le cherchant à travers le village. Il finit par le trouver près de la rivière, assis seul sur un rocher. Son visage était empreint de nonchalance, et il leva les yeux vers An'i avec un sourire narquois.

"C'est toi qui as profané les statues, n'est-ce pas ?" demanda An'i d'une voix ferme.

Taru haussa les épaules, ne montrant aucun signe de remords. "Et alors ? Qu'est-ce que ça peut te faire ? Ce ne sont que des vieilles pierres."

An'i sentit la colère monter en lui, mais il tenta de garder son calme. "Ces statues sont le symbole de notre héritage sacré. Les dégrader, c'est manquer de respect envers nos ancêtres et notre culture."

"Qu'est-ce que tu veux que ça me fasse ?" répliqua Taru avec arrogance. "Je m'en fiche de tout ça. Je fais ce que je veux, quand je veux."

Le sang d'An'i bouillonnait désormais. Il avait du mal à comprendre comment quelqu'un pouvait être aussi insensible face à un acte aussi grave. Il décida de prendre les choses en main, de faire comprendre à Taru la gravité de ses actes.

"Tu vas payer", déclara An'i d'une voix dure.

Sans prévenir, il bondit vers Taru, déterminé à lui faire comprendre la valeur de leur patrimoine sacré. Les deux jeunes hommes commencèrent à se battre, leurs poings s'entrechoquant violemment.

Le combat était serré, les coups s'enchaînaient rapidement, chacun déterminé à prendre le dessus sur l'autre. La poussière s'élevait autour d'eux alors qu'ils s'affrontaient avec force et vigueur.

Taru était rapide et agile, esquivant habilement les attaques d'An'i. Mais ce dernier était fort et déterminé, ne reculant pas devant les coups qui pleuvaient sur lui.

Leurs échanges étaient intenses, le bruit des coups résonnant dans la clairière, attirant des villageois qui se précipitaient pour stopper le combat. An'i était déterminé à défendre l'honneur de Précornia, tandis que Taru semblait se battre par pure rébellion.

Mais malgré la résistance farouche de Taru, An'i finit par prendre le dessus. D'un coup de poing bien placé, il fit vaciller son adversaire, le faisant trébucher et chuter sur le sol.

An'i se tenait au-dessus de Taru, respirant lourdement. Il voulait que Taru comprenne l'importance de leur patrimoine sacré, qu'il réalise qu'il devait respecter les symboles de leur histoire.

C'est ainsi que le jeune le frappa, encore et encore. Taru avait le visage boursoufflé, les yeux larmoyants, mais cela n'arrêta nullement An'i. Son rêve lui avait indiqué la marche à suivre, et c'était un allée simple.

Les coups pleuvaient, encore et encore. Il fallut trois villageois pour les séparer. Taru, inconscient, n'avait plus rien d'humain. Le visage défiguré, il garderait des marques pour toujours.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26439-fiche-technique-an-i-sam
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26419-an-i-d-samedi#274023
Les rayons dorés du soleil couchant baignaient le village de Précornia dans une lumière chaude et chatoyante. An'i, debout devant la maison du chef du village, était agité et tendu. Ses cheveux noirs en bataille étaient légèrement humides, car il venait tout juste de se laver à la rivière après une journée de travail acharné dans les champs. Sa peau mate était couverte de poussière et de sueur, et ses bras puissants témoignaient de son dur labeur. Ses yeux perçants fixaient intensément le jeune homme, et son expression était sévère, dépourvue de toute compassion.

"Comment as-tu pu faire ça, An'i ?" rugit le chef d'une voix grave et autoritaire. "Te battre avec un autre membre de notre communauté, et le laisser dans cet état ? C'est inacceptable ! Taru gardera des séquelles à vie !"

Mais An'i ne se laissait pas démonter. La colère qui l'habitait était encore palpable, et ses poings se serraient tandis que ses phalanges blanchirent. "Taru a profané les statues de Joy Boy ! Il a manqué de respect envers notre héritage, envers tout ce en quoi nous croyons ! Je ne pouvais pas le laisser s'en sortir indemne !"

Le vieux chef secoua la tête, courroucé. "Ce n'est pas une raison pour te comporter de cette manière, An'i. La violence ne résoudra rien, elle ne fera que semer le chaos et la division au sein de notre communauté."

"Mais ne comprenez-vous pas ?" s'emporta An'i, sa voix tremblante de colère et de frustration. "Joy Boy est notre espoir, notre guide, notre sauveur ! Et ceux qui le déshonorent doivent être punis, éradiqués ! C'est notre devoir, notre mission !"

Le chef secoua à nouveau la tête, déçu et presque effrayé par la détermination fanatique d'An'i. "Tu deviens obsédé, An'i. Ta vision de Joy Boy est devenue extrême, intransigeante. Tu deviens un démon fanatique, aveuglé par ta propre vision du bien et du mal."

"Je suis prêt à tout pour protéger notre héritage, pour défendre notre île !" répliqua An'i, ses yeux brûlant d'une détermination farouche.

"La protection de notre héritage ne doit pas nous conduire à devenir des monstres nous-mêmes", rétorqua le chef d'une voix calme mais ferme. "Nous devons trouver un équilibre entre la défense de nos valeurs et le respect de ceux qui ne les partagent pas. Sinon, nous ne sommes pas meilleurs que ceux que nous condamnons."

La dispute entre An'i et le chef du village était intense et tendue. Les mots fusaient, empreints de colère et de désaccords profonds. Les deux hommes ne semblaient pas prêts à céder sur leurs positions, leurs visions du monde étant diamétralement opposées.

Au fond de lui, le chef du village était terrifié par An'i et ce qu'il pourrait devenir. Il ne voyait plus en lui un jeune homme brillant et prometteur, mais une force sombre et menaçante, prêt à tout pour atteindre ses objectifs. Cette détermination sans faille, cette colère dévorante, tout cela faisait naître en lui un sentiment sinistre et pessimiste.

Il savait que le fanatisme d'An'i le conduirait inévitablement à commettre des actes irréparables, à profaner davantage ce qui avait été sacré pour leur peuple. Le chef ne pouvait s'empêcher de craindre que cette quête de vengeance ne détruise finalement leur propre communauté, qu'elle ne les conduise à s'entredéchirer jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien.

Dans ses yeux bleus perçants, on pouvait lire une tristesse profonde, mêlée à un sentiment d'impuissance. Il se sentait impuissant face à cette force obscure qui animait An'i, impuissant à le ramener sur le droit chemin, à l'empêcher de sombrer dans cette spirale de violence et de haine.

Pourtant, malgré ses craintes et son pessimisme, le chef gardait l'espoir au fond de son cœur. Il espérait que quelque chose ou quelqu'un puisse toucher An'i, lui ouvrir les yeux sur la véritable nature de sa quête, sur les conséquences désastreuses de ses actions.

Mais pour l'instant, tout ce qu'il pouvait faire était de lui parler, de lui rappeler les valeurs de leur peuple, l'importance de respecter l'héritage laissé par leurs ancêtres. Il espérait qu'à force de patience et de persévérance, il parviendrait peut-être à briser cette carapace de colère et de fanatisme qui avait enveloppé An'i.

Malgré tout, la tension dans le village était palpable. Certains des cornus écoutaient le discours du chef avec attention, sentant la justesse de ses paroles. D'autres, cependant, semblaient indifférents, préoccupés par leurs propres préoccupations, sans se soucier des conséquences de la quête d'An'i.

Alors que la dispute se poursuivait, le fossé entre An'i et le chef du village semblait se creuser davantage. La division grandissante au sein de la communauté était une ombre menaçante qui planait au-dessus de leurs têtes, menaçant de les déchirer à jamais.

Dans l'obscurité grandissante, le chef du village craignait l'avenir. Il craignait pour sa communauté, pour An'i, et pour ce que pourrait devenir leur île bien-aimée si la quête de vengeance et de profanation ne s'arrêtait pas. Il craignait de ne pas être à la hauteur de la tâche, de ne pas pouvoir empêcher la tragédie qui se profilait à l'horizon.

Le vieil homme frissonna en congédiant An'i, les cornes n'avaient jamais si bien habillé un homme.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26439-fiche-technique-an-i-sam
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26419-an-i-d-samedi#274023