-39%
Le deal à ne pas rater :
Ordinateur portable ASUS Chromebook Vibe CX34 Flip
399 € 649 €
Voir le deal

Le seing de sang [Solo]

Le seing de sang



1626, L’île maléfique, dans la forêt autour de Benefacto.

Voilà maintenant un an que Valkia a rejoint cette tribu dit d’indigène. Elle ne savait pas exactement ceux en quoi consisté son rôle mais elle le joua à priori à la perfection car les indigènes semblaient heureux de sa présence. La diablesse s’entrainait durement auprès d’un grand guerrier indigène. Il se nommait Silms Dass. C’était un grand guerrier rachitique qui puisait sa force dans son corps atypique. En effet, il était tellement fin que l’ennemi touchait très difficilement ce dernier. Quant à ses longs bras, ils lui permettaient de découper ses adversaires avant même qu’ils n’aient le temps de l’approcher. C’était un guerrier qui avait acquis le respect des meilleurs de l’île, même Bouba Ho Tep écoutait avec attention les paroles de ce sage guerrier.

Le mentor de la démone ayant atteint ces soixante ans, il n’était plus en âge de continuer à se battre sur les champs de bataille. Cependant, il était encore tout à fait d’attaque pour taper avec son sabre en bois sur la tête de la démone lorsqu’elle n’arrivait pas à parer ses attaques. C’était un excellent sabreur et Valkia apprenait beaucoup sur l’art de l’escrime face à autant d’expérience.Ce dernier lui a appris sa technique pour dévier les projectiles tirées sur elle.

Mais aujourd’hui encore, malgré les efforts colossaux déployés par la cornue, elle n’arriva pas à inquièter le vieil homme. Les coups étaient beaucoup trop brouillon pour espérer parvenir à un résultat satisfaisant. La demoiselle privilégiait davantage l’attaque à la défense et à chaque fois elle se prenait un coup de sabre de bois. Son mentor légèrement agacé soupira après une enième frappe au sabre de bois. S’adossant à un arbre, il prit une minute le temps de réfléchir à comment motiver la demoiselle à faire davantage d’effort sur la défense. La réponse jaillit dans la tête du sauvageon qui fini par récupérer l’arme en bois de la démone.Il était temps de la booster un peu plus.

Silms - « Tu deviens plus résistante en encaissant mes coups, mais face à une lame, aussi résistante sois tu, tu ne feras pas le poids. On va passer à un entrainement davantage en condition réelle. »

Jetant une épée à la démone, cette dernière la saisit et fit quelques moulinets. Cette fois, il était hors de question pour elle de se jeter dans la gueule du loup. Lorsque son mentor l’attaqua, elle para une première fois et cassa la garde de ce dernier pour essayer de se retrouver au corps à corps. Prenant son temps pour ajuster son tranchant, son mouvement fût trop annoncé et le vétéran la repoussa d’un coup de poing dans l’estomac suivi d’une entaille au bras. Ce dernier semblait davantage apprécier le changement d’attitude de la diablesse.

Silms – « Pas mal du tout, on recommence ! Un jour il faudra bien que tu arrives à me battre. Allez donne tout ce que tu as ! »

Valkia - «  Tout ? D’accord mais ne vient pas pleurer alors ! »

Utilisant sa capacité lame foudroyante, la démoniaque infusa de l’éléctricité sur sa lame. C’était un grand effet visuel avant tout mais nulle doute que si la lame touchait le guerrier, ce dernier allait devoir encaisser une belle décharge. Silms se mit à sourire, il savait qu’elle jouer son va-tout avec cette technique. La cornue n’avait nullement besoin d’être une experte en combat pour comprendre qu’elle ne gagnerait pas son duel d’entrainement en jouant la prudence ou en y allant avec des pincettes. Seule la victoire importait à ses yeux et elle allait tout simplement épater son instructeur du moment.

Le conseil d’Unami, le minks samourai qu’elle avait rencontré deux ans plus tôt revint raisonner dans sa tête. Il fallait qu’elle ait de l’apaisement et pas seulement de la haine pour que son esprit et son arme ne fasse plus qu’un. Elle essaya de se remémorer le moment de sérénité qu’elle avait ressenti dans la grotte du Mad Hatter. Le calme de la mer qui affront le côté déchaîné de la mer. Valkia commençait à le sentir au fond d’elle même, la puissance parcourait son corps et désormais il était temps de passer à l’action.

Valkia - « Fais tes prières ! »

S’élançant droit devant elle la lame prête à s’abattre à tout endroit possible, il y eut un élan commun entre les deux protagonistes. Ne se quittant pas du regard, l’impact allait être complètement lourd, d’autant que les deux ont quitté leur position défensive pour se mettre en position offensive. La poussière se soulève autour d’eux dans un nuage de fumée. Pendant quelques secondes, il fût impossible pour les spectacteurs de voir qui des deux étaient sortis vainqueurs. Et puis soudain le dénouement sous leurs yeux ébahis.

Les deux combattants étaient au sol. Valkia avait une énorme entaille au niveau du ventre tandis que Silms gisait au sol K.O à cause de l’éléctricité produite par lé démoniaque. Elle n’y était pas allé de main morte, et difficile de se dire que l’un des deux avaient gagnés quoi que ce soit dans l’histoire. La démone et son mentor furent envoyer dans la maison de l’homme qui s’y connaissait le mieux en médecine. Ce dernier pu recoudre la bretteuse et soigner l’homme éléctrocuté. Alors qu’ils étaient tous les deux allongés sur leur lit, Silms fini par ajouter d’une voix calme.

Silms « Ce n’est pas mal du tout ce que tu as fais, j’attend depuis un moment quelqu’un qui sera digne du cadeau de mes aïeux. Je le réserve à celle ou celui qui réussira à me battre. »

Valkia « Donne le moi dans ce cas, je viens de te mettre la raclée de ta vie.

Silms -  Rire « Je parle dans un vrai combat d’épée sans utiliser de subterfuge comme ton éléctricité ... »

Valkia - « Sois en certain, la prochaine fois je te prouverais encore davantage ma force ! »

Silms « Je n’en doute pas un seul instant. »

S’il en doutait ? Carrément. Mais si Silms avait bien compris quelques choses durant toute ces années, c’était qu’il ne fallait absolument pas mettre la démone en rogne. Encore plus quand on est pas en état de se défendre. La cornue se jura qu’un jour elle battra l’homme à la loyal et lui demandera de lui remettre le cadeau de ses aïeux. Mais pour l’instant, elle ne pouvait que s’effondre de fatigue et plonger dans un profond sommeil.

Codage par Libella sur Graphiorum
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26567-les-ecrits-demoniaques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26539-par-le-sang-verse-la-demone-est-nee-presentation-de-valkia-bloodfallen
Le seing de sang


1 mois plus tard :

Les blessures étaient guéries et l’entrainement avait dors et déjà repris. Les indigènes avaient essayé de dissuader le vieux guerrier de continuer à s’entraîner avec autant d’intensité. Mais c’était comme parler à un sourd, Silms était un fanatique. Voyant le potentiel exceptionnelle de la démone, il fondait de grand espoir en cette dernière notamment. Il y avait de nombreuses prophéties mentionnant l’arrivée d’un démon cornu que les indigènes se transmettaient de génération en génération. Certains adoraient les démons, certains les fuyaient, mais aucun d’eux n’osaient nier l’existence de ces derniers. Encore davantage depuis l’arrivée de la démone dans leur campement.

La guerre face aux envahisseurs touristiques était à leur porte. Les indigènes se défendaient bec et ongle face à ces gens qui venaient sur leur terre. Ces même personnes qui revendiquaient une partie de leur île destiné à l’amusement de leur peuple. Qu’est ce que Valkia les avait hais du temps de son rôle de figurante démoniaque. Ils n’apportaient rien de bons appart leur argent. Sinon, c’était condescendance, des détritus partout, des gens qui se prenaient pour des dragons celestes … Tous ces gens étaient tout ce que la diablesse détestait.

Heureusement, les indigènes se font justice eux même. Quand un étranger vient faire du tourisme dans la jungle, les indigènes lui rappellent qu’il n’est pas ici chez lui. S’ils sont de bonnes humeurs, ça peut être un simple passage à tabac. Sinon c’est un meurtre pure et simple. Voilà pourquoi des patrouilles d’indigènes circulent en permanence dans cet enfer vert, à la recherche de ces indésirables à qui faire payer le prix du sang.

Mais ce que certains indigènes protègent par dessus tout, ce sont les ruines de K'n-yan ,ces ruines sacrées où de nombreuses exactions ont eu lieu par le passé. Evidemment, Valkia avait entendu parler des mythes autour de lieu sans jamais savoir où le localiser précisément. Seuls quelques rares élues détenaient le secret de sa localisation. Même si, pour être honnête, la démoniaque a toujours pensé qu’il s’agissait là d’un conte pour effrayer les enfants ou pour attirer les touristes. C’est lorsqu’elle aborda le sujet que Silms tempéra les propos de la démoniaque.

Silms - « Il est encore trop tôt pour parler de ça, nous pourrons parler de ça lorsque tu seras devenue une combattante émérite. »

Valkia - « Je suis une combattante émérite ! La dernière fois nous avons fait match nul je te rappelle ! »

Silms - « Comme tu me le rappelles tous les jours, oui j’ai bien saisi l’idée. Ceci dit il faudra plus que ça pour me convaincre de te parler davantage de nos coutumes et croyances. Seuls quelques élus ont eu le privilège d’en connaître les secrets. Bien que tu ressembles énormément à l’une de nos élus dans nos légendes, il est encore trop tôt pour te révélé tout ce que nous savons. »

Valkia pestait mais elle ne pouvait pas donner tord à Silms. Beaucoup prendrait cela pour une trahison tant qu’elle n’a pas montré de quoi elle est capable. Elle est née du côté « ville » de l’ile, elle n’est pas née dans la jungle bien qu’elle s’y soit parfaitement accommodée. Les indigènes l’avaient accueilli comme l’une des leurs, et elle avait envers ce peuple adoptif une reconnaissance et une dette dont elle souhaitait s’acquitter au plus vite.

C’est à ce moment là qu’un éclaireur vient à la rencontre de la cornue et de son mentor. Tout essouflé, il prend quelques instants pour reprendre son souffle. Spontanément le vieux combattant lui tend à boire pour que ce dernier se réhydrate. Une fois tout cela fait, il s’essuie les lèvres d’un revers de manche avant d’expliquer la raison de sa venue hative.

Eclaireur - « Ils sont là Silms, une douzaine de personnes. Je dirais deux ou trois touristes et tout le reste une escorte armée. Ils sont à quinze minutes d’ici. Ils se dirigeaient vers l’ouest. »

Silms - « Parfait, la lune rousse est dans deux nuits. Nous allons en capturer trois d’entre eux et nous les sacrifieront pour célébrer l’Hepnaje. »

Valkia - « Qu’est ce que l’Hepnaje ? »

Silms - « C’est une des traditions qui se perd malheureusement chez nous le peuple de la jungle. Nous faisions des sacrifices du temps où le K’n-Yan était encore bien actif et non-dissimulé aux yeux de tous. C’est un cadeau fait aux dieux en échange de leurs bénédictions. Tu veux monter dans l’estime de notre peuple ? Aide moi à officier ce rituel là. Veux tu être des nôtres ? »

Valkia - « Oui, je veux voir tout cela de mes propres yeux. Je veux comprendre ce qui vous donne tant de foi et surtout, je me sens redevable pour tout ce que votre peuple à fait pour moi. »

Le vieux Daas était heureux de pouvoir compter sur la présence de la démone pour l’appuyer. La diablesse jouissait d’une aura de sainteté auprès du village. Elle était considérée comme une intervention divine ou plutôt diabolique. C’était donc normal que ce soit à elle d’officier avec les autres membres du clergé local. Qui plus est, si elle voulait être reconnue comme la championne des indigènes, il fallait qu’elle prouve ce dont elle était capable.

Saisissant son sabre et attachant ses cheveux derrière elle pour ne pas être gênée, la bretteuse attendit que Silms soit prêt et tous les deux se tournèrent vers l’éclaireur. Il était temps pour elle de faire ses preuves auprès du peuple de la jungle. Elle ajouta simplement.

Valkia - « Je suis prête, conduis nous vers la future offrande. » dit elle sans exprimer le moindre remord.
Codage par Libella sur Graphiorum
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26567-les-ecrits-demoniaques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26539-par-le-sang-verse-la-demone-est-nee-presentation-de-valkia-bloodfallen
Le seing de sang


Le petit groupe ne mit guère longtemps à retrouver l’escorte armée. Ces touristes ne s’étaient pas éloigné du semblant de sentier qui menait au coeur de la forêt. Papillonnant et s’arrêtant toutes les deux minutes pour admirer une plante ou pour boire à la gourde, ces derniers se sentaient faussement en sécurité. Ils ne se doutaient pas que quelques mètres plus loin dans l’épaisse forêt dense se trouvait un groupe de quatre indigènes et Valkia. L’art de la guerre, c’est avoir des informations que l’autre camp n’a pas, et choisir le meilleur endroit pour mener à bien une embuscade. L’escorte était mieux armés et plus nombreuses qu’eux, mais le groupe d’autochtones connaissaient davantage les lieux et avait l’avantage de l’initiative.

La démone se disait qu’elle pouvait facilement se défaire de l’intégralité de l’escorte, mais Silms lui avait lancé une mission tout autre. Une cérémonie devait avoir lieu dans deux jours et il faudra du sacrifice humaine pour cette dernière. Ce groupe tombait à point nommé, ils seront le clou du spectacle mais ils ne le savaient pas encore. S’approchant encore davantage de leur proie, la diablesse dénombrait quatre touristes et huit hommes d’armes. Il y avait deux hommes civils, une femme et une enfant. Quant aux hommes d’armes, ils étaient répartis de moitié à l’avant, et de moitié à l’arrière.

La cornue connaissait les techniques d’attaque des indigènes. Armés de sarbacanes avec du venin paralysant, ils étaient planqués dans les buissons prêt à attaquer. Une fois leur méfait accompli, ils se précipitaient pour faire peur aux infectés et faire diffuser plus rapidement le venin grâce aux battements du coeur. Après, appart Silms qui était d’un niveau bien supérieur à l’escorte, les autres indigènes n’étaient pas des grands combattants. Prenant en compte cette information, la bretteuse se chargea de l’avant du convoie tandis que les indigènes s’occupaient de l’arrière du convoi. Il n’y avait pas besoin d’aide selon elle derrière.

La seule difficulté que devait rencontré Valkia, était le fait qu’il fallait conserver un maximum de monde vivant. Et cela passait donc par l’utilisation du plat de la lame ou de viser les zones non létales. Parfait, maintenant que chacun sait ce qu’il a à faire, c’est parti pour l’exécution du plan. Bien réparti autour du passage des étrangers, les indigènes soufflèrent dans leurs sarbacanes avant de sortir en entonnant un cri de guerre.

Escorte – « ATTENTION LES INDIGENES ATTAQU….. ARGH »

Celui là n’aura pas le temps de finir sa phrase que Silms le fait taire en le frappant derrière la tête avec le pommeau de son épée. Deux fusiliers mettent en joug le vétéran mais ils n’ont pas le temps d’appuyer sur la détente qu’ils se font transpercer le dos par la lame de diablesse en évitant les zones létales.

Les deux sabreurs à côté d’eux attaquèrent la démone, mais cette dernière avait bien retenue ses leçons d’escrime. Parade suivi d’une contre attaque, le premier se retrouve à genou à cracher du sang, regardant sa plaie béante. Le deuxième recule apeuré, pas le temps de faire de faire dans la dentelle. La lame vient transpercer le malheureux dans l’abdomen avant de le laisser s’écrouler par terre. Normalement tous ont de fortes chances de survie. Ce sont des blessures incapacitantes, mais aucune n’est mortelle tant que les premiers soins sont prodigués rapidement. Mais avant tout cela il fallait s’occuper de la famille.

La mère se tenait en protection au dessus de sa fille tandis que le père avait empoigné une épée. Celui qui semblait extérieur au groupe avait essayé de s’enfuir, mais un indigène l’avait intercepté au passage et s’était assuré de sa reddition avec une lame sous la gorge. Seul le père continuait à tenir une arme face à la démone qui se mit à tourner autour d’eux comme une lionne cherchant à effrayer sa proie. D’humeur magnanime, la cornue pris la parole.

Valkia - « Pose ton arme, tu vas te blesser. Rend toi maintenant ne te fais pas du mal inutilement. »

Homme - « JAMAIS ! Bande de monstres ! Vous ne toucherez pas à un seul cheveu de ma ... »

Perte de temps se disait la démoniaque. En quelques pas, cette dernière se retrouva au contact du piètre bretteur qui demeura en position. Cependant, quelque chose avait changé. Il lui manquait une main au bout de son bras tendu. Cette dernière était tombée au sol découpée par son assaillante. Le voyant tomber au sol en serrant son moignon ensanglanté, la diablesse jubila à cette vue. La puissance lui donnait un pouvoir de vie et de mort sur son adversaire et c’était assez jubilatoire.

Les indigènes saisirent la mère et l’enfant et les attachèrent ainsi que les quatre escortes empoisonnées. Quand Valkia voulut attaché ceux de son côté, Silms lui attrapa le bras en faisant un signe « non » de la tête. Il expliqua ;

Silms - « Pour cette cérémonie, nous n’avons pas besoin d’autant de personnes, les six là nous suffiront. Pour les autres, on va abréger leur souffrance. »

L’indigène tenant le fuyard hocha la tête et sans l’ombre d’une hésitation, égorga le fuyard. Les autres indigènes se mirent à achever les proies de Valkia tandis que cette dernière posa sa lame sur la gorge de l’homme amputé. Des cris et des supplications vinrent se faire entendre derrière elle. Sa femme et sa fille implorèrent la démone de le laisser en vie en jurant de lui offrir tout ce qu’elle voulait. Ce que voulait la démone ? Et bien rien de plus qu’être acceptée de sa famille d’accueil.

Valkia – Pense « Ils ne peuvent se blâmer qu’eux même, ils n’auraient jamais dû pénétrer dans un lieu interdit. Ils savaient à quoi ils s’exposaient, ils étaient morts dès l’instant où ils ont pénétrés notre territoire. »

Sans état d’âme, Valkia plongea sa lame dans la gorge de son adversaire et le regarda mourir droit dans les yeux sans éprouver le moindre remord. C’était la loi du plus fort, et ils étaient tombés sur plus forts qu’eux. Aurait il manifesté la moindre empathie à l’idée de tuer des indigènes s’il en avait eu l’occasion ? Qui sait ? En tout cas le groupe de chasseurs reparti au village avec leurs proies du moment sous un concert de supplication, de larmes qui ne furent étouffés que par des baillons improvisés. Et très vite le petit groupe disparu dans la luxuriante jungle
Codage par Libella sur Graphiorum
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26567-les-ecrits-demoniaques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26539-par-le-sang-verse-la-demone-est-nee-presentation-de-valkia-bloodfallen
Le seing de sang


Le lendemain matin :

La journée s’annonçait chargée. A telle point que Valkia fit une petite nuit tellement elle s’était mise à cogitée sur tout cela. Elle était impatiente de mettre la main à la patte. Pour elle s’était un peu une manière d’être intronisée auprès de son peuple. Elle était connue de tous mais elle ne se sentait pas légitime de toute l’attention qu’elle recevait. Cette fois, la cornue allait se livrer à un vrai rituel pour agir comme les indigènes et les comprendre un peu plus. Sortant de sa petite hutte la démoniaque vit son peuple d’adoption s’affairer.

Tout le monde mettait la main à la patte pour ériger un autel et un semblant d’estrade. C’était l’animation du moment et c’était sur toutes les lèvres. Même les plus athées ou non-pratiquants se réjouissaient de la tenue de pareille représentation. Cela faisait de l’animation dans tout le village et ces derniers temps les cultes n’étaient plus au goût du jour tant ils étaient occupés à régler le compte des envahisseurs.

Souhaitant s’approcher pour aider, la demoiselle se fit rapidement héler par son mentor Silms Daas. Ce dernier semblait impatient et quand il vit la cornue s’approchait, le vétéran ne pût s’empêcher de lui faire une accolade comme on accueille quelqu’un des siens. Cela surpris un moment la jeune femme qui se demandait pourquoi il était tant enthousiaste à l’idée de pratiquer le rituel de ce soir. Ce dernier lui fit signe de l’accompagner et tous deux se mirent en marche.

Silms - « Ton arrivée a été une bénédiction, les gens avaient commencé à perdre la foi et regarde autour de toi. Grâce à toi, les traditions reviennent et les gens deviennent enthousiastes à l’idée de faire les rituels d’antan. C’est formidable. »

Valkia - « Pourquoi les gens ont perdu la foi ? Vous vénérez bien des dieux sombres, cela voudrait dire qu’ils ont changé d’avis sur les divinités à vérer ? »

Silms - «  Parce que les gens attendent un sauveur. Quand les gens sont dans le mal comme actuellement, envahis par les étrangers et chassaient de nos propres terres, on se dit que nos dieux nous ont oublié. Et puis tu es arrivée, ils t’ont vu comme l’aide providentielle de nos Dieux. C’est pour cela qu’il faut que ça soit toi qui officies.»

Valkia - « Que j’officie ? Je n’y connais rien, je comptais justement apprendre à vos côtés votre religion. Je pense que tu me demandes trop ...»

Silms - « Ne t’en fais pas, tout te sera expliqué pendant ta « purification ». Suis-moi, il faut que tu passes par cet étape dès maintenant pour être prête pour ce soir. »

Sans s’expliquer davantage, le vieux guerrier croyant amena la cornue dans une hutte où l’attendait un lit posé à même le sol et un tube en bois avec une substance noire à l’intérieure. Le vétéran lui fit signe de s’asseoir et se mit à faire chauffer l’herbe séchée mise dans le petit recipient. On aurait dit une sorte d’énorme pipe avec un long manche en bois destinée à pouvoir prendre plusieurs bouffés tout en restant allongée à même le sol. Il expliqua à la démone.

Silms - « Ceci est un mélange de plante chamanique. Cela va te faire entrer en communion avec nos dieux. Ils te nettoieront de ta faiblesse. Kaam va rester devant l’entrée pour que tu ne sois pas dérangée. Sens toi prête à t’abandonner entièrement et à communier en pleine conscience. »

Valkia regarda un instant interdit le narguilé improvisé qui se tenait juste en face. Devait elle le faire ? C’était la condition sine quoi none pour pouvoir gagner encore plus la confiance des siens et suivre son rôle de meneuse. Et puis, si Silms n’a aucune raison de l’empoisonner, sa présence permet à ce peuple de se remettre à croire en leurs vieilles traditions. La diablesse était trop importante aux yeux du vétéran pour s’en passer. Ainsi, elle prit une profonde inspiration, souffla puis se mit à prendre une grande respiration du mélange chamanique. Quelques instants plus tard, elle sombra dans un profond sommeil.

Des cris, des larmes, de la peur, la bretteuse ne savait plus où donner de la tête tant un nombre incalculable de chose qu’elle avait refoulé ressortait. Toute sa vulnérabilité, ses moments de doutes, de faiblesses, les critiques qu’elle a reçues. Tout lui revenait en plein visage. Elle était seule dans une étendue infinie noire les bras entourant ses jambes assise à même le sol. La cornue rentrait la tête entre ses jambes comme pour ne pas voir ce qui se tramait devant elle. Puis soudain un rire provenant d’outre tombe, un rire qui résonnait dans une pièce pourtant dénuée de surface pour faire écho.

??? - « Ahah, tu sembles bien perdue mon enfant ... »

Valkia - « Qui … Qui me parles ? MONTRE TOI ! »

??? - «  Tu n’en es pas digne. Je ne vois que de la faiblesse quand je te vois. Mais tu as du potentiel. »

A ce moment là, une grosse ombre sorti du sol comme si ce dernier se déformait pour faire apercevoir de longues cornes et des yeux d’un rouge ardent. Qui que soit cette personne, elle ne semblait pas bienveillante. Valkia voulu se dresser et l’attaquer, mais elle n’avait pas son arme. Elle était même nue dans ce délire psychédélique, pas une armure, pas une arme. C’était une véritable vision de cauchemar aux yeux de la démone. Une main attrapa la gorge de la démoniaque et la voix repris de plus belle.

??? - « Tu as l’esprit troublée par les dires de cette humaine, n’est ce pas ? Peu importe d’où tu viens et qui t’as mis au monde, tu auras toujours ta place à mes côtés tant que tu répands ma parole et que tu fais craindre mon nom ... »

Valkia - « Mais putain T’ES QUI ! REPOND A MA QUESTION ! »

La masse informe pris l’apparence de la démoniaque et se mit à la regarder. C’était assez déroutant de se voir à la troisième personne autrement que par un miroir. Qu’est ce que ça voulait dire tout ça ? Le mauvais dieu ou le vrai démon se jouait il encore d’elle. Relâchant l’étreinte de la gorge de la belle, le démon fit un pas en arrière, un grand sourire au lèvre.

??? - « Quand tu seras prête, Silms te confiera ma bénédiction et mon cadeau. Deviens plus forte pour t’en montrer digne. Et maintenant va sans peur, je ne serais jamais très loin de toi… HAHAHAHAHA »

Disparaissant comme il était arrivé, le démon disparu dans les brumes de l’esprit de Valkia. Qui était ce ? Un réel démon ou une hallucination ? Tellement de questions et si peu de réponse. Le vide aspira la jeune femme comme si le sol venait de disparaître et elle se senti tombé de plus en bas, de plus en plus bas, de plus en plus …. Et ce fût le reveil, posée dans le lit, la jeune cornue mis un instant avant d’émerger. La nuit venait de tomber, combien de temps avait duré sa transe ? Elle n’en savait rien, mais cela avait particulièrement troublée sa pensée. Mais pas de temps à perdre avec tout ça, l’heure de la cérémonie ne devrait plus tarder…
Codage par Libella sur Graphiorum
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26567-les-ecrits-demoniaques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26539-par-le-sang-verse-la-demone-est-nee-presentation-de-valkia-bloodfallen
Le seing de sang


Musique d'ambiance:

Kaam se tenait devant son lit. Elle ne ressemblait plus vraiment à la jeune femme que Valkia avait connu, elle était recouverte d’une tunique simple et blanche et son corps était tout entier coloré de blanc.  C’était une tenue assez étrange comme la démone n’en avait jamais vu depuis qu’elle s’est faite adoptée par cette tribu d’indigène.  D’ailleurs, c’était sa toute première cérémonie donc elle voulait faire forte impression. Nullement découragée par la tenue traditionnelle de la demoiselle, Valkia afficha un sourire sincère à la prêtresse qui s’inclina légèrement avant d’ajouter.

Kaam - « Bon retour parmi nous, j’espère que votre voyage spirituelle s’est bien passée Dame Valkia. Vous sentez vous prêtes ? »

Valkia - « Bien passé, c’est peu dire, mais nous en reparlerons après la cérémonie. Peux tu m’en dire plus ? »

Kaam - « Très bien, je vais vous aider à enfiler votre tenue et je vous expliquerais en même temps. »

Ci-tôt dit, ci tôt fait. La cornue se retrouva dénudée et enfila une tenue très élégante faites à base de tissu et d’os humain. Cette tenue était des plus raffinée quand on connaît le peu d’intérêt qu’ont les indigènes quand il s’agit de goût vestimentaire. Celle ci sied à ravir à la diablesse qui s’étonne de voir autant d’application dans la confection d’un si belle pièce. Surtout quand elle entend la suite de la cérémonie.

Prenant un temps pour assimiler son rôle dans tout ça, elle fini par se faire coiffer par son assistante improvisée. Cette dernière s’appliquait comme si elle s’occupait d’une déesse et cela plaisait énormément à la démoniaque qui se laissa chouchouter de la sorte. C’était tellement plaisant et cela permit à la bretteuse de réfléchir au sens de sa vision chamanique. Beaucoup de questions s’étaient bousculées notamment sur le fait de son engeance. Il lui fallait des réponses, et pour cela, il fallait qu’elle retrouve le Doc. Lui seul détient la vérité et pourra dissiper les doutes.

Mais fini de penser, il n’était guère le temps de cogiter. En effet, ci tôt sa coiffure arrangée et les dernieres peintures déposée sur son visage, deux hommes du village vinrent la chercher. Ils était habillé de tenue fait d’ossement humain et avait des masques fait avec des  restes de crânes de divers animaux mais souvent des cervidés ceci dit. Captivé par leur allure des plus étranges, la belle cornue les vit ployer le genou et déposé un baiser sur chacun une main différente. Puis attrapant cette dernière, ils convoyèrent la maîtresse de cérémonie jusqu’au lieu de cette dernière.

Hepnaje, traduit littéralement en langage indigène : l’offrande aux dieux.  Les indigènes de sa tribu ne vénérait pas un dieu unique, mais bel et bien plusieurs. Et peu importe que ce soit un dieu vertueux ou non, ce qu’ils voulaient étaient des bénédictions. Pour cela, il y avait bien des manières différentes d’agir, mais une chose prévalait sur toutes les actions du quotidien : Les sacrifices. En règle général il s’agit de sacrifice animale.  Les indigènes de sa tribu tue la bête en rendant grâce puis la dévore, comme une sorte de bénédicité.  Là c’était bien différent.

Les sacrifices humains n’avaient lieu que pour honorer les dieux les plus cruels et donc ceux qui conféraient le plus de pouvoir destructeur. Les étrangers souillaient leur terre de par leur présence, et son peuple d’adoption réclamait leur départ, sachant pertinemment que cela ne se ferait que par les armes. La diablesse en avait bien conscience, son rôle ce soir avait pour but de galvaniser les guerriers et de permettre un retour de la ferveur religieuse indigène. C’est bien ce qu’elle entendait faire.

Une fois arrivée près de l’estrade, elle vit une masse impressionnante de personne. Il devait y avoir des gens d’autres tribus indigènes venus admirer le spectacle. Cette sensation d’être regarder par autant de monde fit stresser légèrement la cornue. Elle s’était entrainée depuis toute jeune à être une princesse au nerf de glace, mais c’était la première fois qu’elle se retrouvait dans une sensation aussi stressante. Les hommes étaient tous vêtus des fameux masques et tenues en os, tandis que les femmes arboraient du blanc de partout sur elle. Les chants religieux étaient repris à l’unisson, les bruits de tambours et de flutes très primitifs résonnent tout autour d’eux. L’ambiance est extrêmement solennelle.

Les disciples escortèrent Valkia jusqu’au centre du cercle de cette effrayante assemblée. Il y avait un pentacle dessiné au sol avec à chaque extrémité une des cibles qu’elle avait aidé à capturer. Seule la petite fille se trouvait au centre de ce pentacle avec la cornue. Elle était enfant, vierge, et probablement avec plus d’innocence et de pureté que les autres cibles. Ainsi, elle avait plus de valeure.  Silms leva le poing en haut de l’estrade et suscita l’arrêt des chants et de la musique. Il avait l’air comme possédé par tant d’influence. Cela réveilla son côté adepte des grands discours.

Silms - « Mes amis, mes frères d’armes, mes soeurs de sang ! Cette nuit est marquée par la tradition d’Hepnaje, notre tradition millénaire ! Aujourd’hui comme hier, nous avons combattu l’oppresseur avec plus ou moins de succès. Aujourd’hui comme hier, nous avons fait couler le sang de nos ennemis et il en est retourné de nouveau. Je vous le dis, ces gens là derrière leurs murs sont glacés d’épouvantes à l’idée que nous leur tombions dessus par une nuit comme celle là ! Et ce jour viendra, quand nos sacrifices viendront satisfaire les dieux.  En cette nuit, je vous présente la démone Valkia qui officiera pour nous. Son hérédité démoniaque permettra à nos présents d’accéder directement aux oreilles des dieux. Puissent ils s’ennivrer de notre cadeau et admirer notre détermination et notre foi ! »

Levant le bras en signe de détermination, la foule adhérait à son discours et levèrent leur bras en signe d’adhésion à ses paroles. La guerre était à nos portes, et il était commun que ce genre de discours belliqueux exalte la ferveur populaire. Faisant signe de commencer, la cérémonie repris de plus belle.
Codage par Libella sur Graphiorum
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26567-les-ecrits-demoniaques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26539-par-le-sang-verse-la-demone-est-nee-presentation-de-valkia-bloodfallen
Le seing de sang


Après le discours de présentation, place au sacrifice. L’indigène à la pointe du pentacle égorga son tribu et rempli une coupole de son sang. Puis ce fût le tour de son voisin qui éxecuta sa cible de la même manière. Ainsi, ce furent les cinq suppliciés à se voir ôter la vie sous les chants des indigènes.

Une fois cela fini, les cinq indigènes apportèrent leurs coupoles et se mirent à parler dans une langue inconnue de la diablesse. Chacun leur tour, ils vinrent vider le contenu de leur coupole sur la démone et sur son offrande. Cette dernière pleurait et suppliait, mais c’était peine perdue. Personne ne viendrait la sauver et certainement pas Valkia qui était encore sous l’effet d’une certaine euphorie. Était ce la vue du sang ? Était ce la consommation d’herbe chamanique qui l’avait désinhibée ? Difficile à dire. Le fait est que chacun des prêtres vint attraper un membre de la sacrifiée pour l’immobilisée.

Lentement, presque inexorablement Kaam s’approcha jusqu’à s’agenouiller devant l’officiante lui tendant un poignard à la forme biscornue. C’était assez étrange comme sensation, mais la dague semblait émoustillée par le sang. C’était sans doute un effet secondaire de la consommation des plantes chamaniques, mais Valkia semblait en transe. Elle savait ce qu’elle avait à faire et se mit à califourchon sur le ventre de la jeune fille. Il y eut un grand silence tout d’un coup suivi d’applaudissement, une sorte de clap synchronisé qui précédait le meurtre de l’innocente. Quand les applaudissement furent à leur paroxysme, la bretteuse plongea son arme dans le coeur de la petite et tout fût silencieux.

C’était un moment de communion important, et tout le monde se mit à adresser leurs prières aux dieux. Pendant ce temps, les prêtres relâchaient leur étreinte sur le corps sans vie de la jouvencelle. Couverte de sang et le regard dans le vide, la maitresse de cérémonie ne fut sortie de son immobilité que par une main posée sur son épaule. C’était Kaam qui la gratifia d’un grand sourire et inclina la tête en signe de respect.

Elle avait assurée apparemment vu l’allure satisfait de tout le monde. Tendant le poignard à son assistante, la cornue se releva et se dirigea d’un pas résolue vers l’estrade. Tout le monde était réuni, il était temps pour elle de prendre la parole. Couverte de sang, elle prit la place de son mentor qui la gratifia d’une accolade fraternelle. Tournant son regardant vers le peuple qui attendait des paroles fortes de la démone, cette dernière ne se fit pas prier.

Valkia - « Peuple de l’île, véritables maitres des lieux. Je suis Valkia Bloodfallen, née du sang et communiant par le sang avec vous. Je me tiens ici devant vous comme une des vôtres. Je partage votre haine des étrangers, je partage votre envie de retrouver cette terre qui est la votre. Soyez en certains, les dieux ne sont pas insensibles à nos rituels. Ils m’ont envoyé ici en réponse à vos prières. Je ne suis pas encore assez forte, mais je le deviendrais et je vous fais le serment ici et devant les dieux que je vous rendrais ce qui vous appartient de droit ! »

Il y eut tout un brouhaha devant la démone. Une partie de la population la croyait, une autre était sceptique, et d’autres n’attendaient que d’être convaincu davantage. L’art de la parole pour galvaniser, c’est plus compliqué que ça en a l’air. Prise par l’euphorie, la cornue s’était exposée au jugement de ses frères et sœurs avec son discours actuel. Il fallait en remettre une couche. Elle repensa à un discours qu’avait fait Kiyori, son idole. Elle avait eut tout le temps de le repasser en boucle quand elle était plus jeune grâce au denden vidéo. Elle inspira un grand coup et ajouta.

Valkia - «  Peuple de l’île, j’entends vos doutes et vos craintes quant à ma présence parmi vous. Je ne vous demande pas votre confiance, je saurais la gagner en me rendant utile. Avant de venir officier la cérémonie, je suis allée communiée avec les dieux. Et je l’ai vu mes frères et sœurs ! Je l’ai vu cet avenir glorieux que nous a promis les dieux. J’ai vu ceux qui viennent de la mer repartir par cette même mer qui les a vu venir sur nos rivages, nous poussant presque à vivre dans la clandestinité alors que nous sommes chez nous. Dès demain, je combattrais à vos côtés nos oppresseurs. Les dieux sont avec nous, et avec leurs aides, nous vaincrons. Nous ne pouvons pas perdre, et soyez en certains, je serais le bras armé de notre vengeance. Nous n’entrerons pas dans la nuit sans combattre. Et nous allons leur montrer que notre peuple est le plus valeureux et méritant ! »

Tendant ses bras à la manière d’un politicien, l’acclamation fût davantage généralisée. Quand on parle de futur ou passé glorieux et de noblesse d’un peuple, on se les met tout de suite dans la poche surtout quand ils sont au fond du trou comme actuellement. Valkia avait beaucoup appris des discours de la déesse éternelle et elle lui devait une fière chandelle sur ce coup là. Devant son peuple d’adoption, la diablesse semblait avoir fait la quasi l’unanimité. Cela suffira bien pour le moment, elle voulait se faire accepter par les siens et ce fût chose faites. Sous les clameurs, elle descendit de son perchoir et vint se joindre aux festivités post-sacrifice. De l’alcool, de la nourriture, des danses, des chants, tout ce qu’il fallait pour passer une bonne soirée.

Mais la diablesse n’était plus en état, toute cette fatigue accumulée l’avait affaibli. C’était crevant de jouer un rôle tout ce temps, et même pas une heure après le début des réjouissances, elle retourna se coucher, éreinté par tant de sensation nouvelle. La fête quant à elle dura au moins jusqu’au petit matin où les derniers irréductibles continuaient à engloutir les dernières victuailles.



Codage par Libella sur Graphiorum
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26567-les-ecrits-demoniaques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26539-par-le-sang-verse-la-demone-est-nee-presentation-de-valkia-bloodfallen