Le Deal du moment : -39%
SEB Friteuse à huile (1.2 kg de frites)
Voir le deal
49.99 €

Jaina in Kuroland!

Comme a son habitude, Kuro était fauchée comme les blés! Arrivée en bateau il y a quelques semaines de ça, elle se retrouvait sans le sou à devoir bosser pour gagner de quoi vivre! Et autant dire que dans un bled comme Sirup, elle n'avait pas des masses le choix : elle bossait dans la taverne du coin en faisant le ménage des chambres la journée et en jouant de la musique le soir. Beaucoup trouveraient ce mode de vie avilissant, surtout lorsque sa photo illustrait un avis de recherche à vingt millions de berries. Mais pas pour la pistolera. En effet, tous pensaient que la plus jolie demoiselle à avoir tenu une arme fabulait lorsqu'elle parlait de sa vie de pirate primée. Personne de sensé n'irait mettre une prime sur la tête d'une gamine comme Kuro! C'était tout bonnement inconcevable pour la plupart des gens. Une gamine si mignonne et si gentille, qui fait des ménages et joue de la musique ne peut pas être une pirate sanguinaire acoquinée à l'Empereur Red! Il devait forcément y avoir erreur sur la personne!

Bref, voilà notre héroïne légale assise en terrasse, en train d'accorder son violon. Une fois le son satisfaisant, elle posa l'instrument sur la table et entreprit de le lustrer à l'huile de lin avec un chiffon. Maintenant rutilant, la musicienne cala le violon entre son menton et son épaule, l'archet caressant les cordes qui laissaient échapper une mélodie de notes douces et entrainantes. Cette musique désuète, portée par l'air du soir, ne tarda pas à attirer les villageois. Et comme des papillons face à une flamme, ils regardaient Kuro se laisser porter par sa mélodie et virevoltait entre les badauds avec grâce sans s'arrêter de jouer! La pirate n'avait pas besoin d'utiliser sa musique hypnotique, son talent seul avait conquis l'assemblée qui ne tarda pas à se laisser aller à valser à son tour.

Une soirée des plus sympathiques s'annonçait sur Sirup!
  • https://www.onepiece-requiem.net/t15540-les-kuronneries
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9849-kuro-confusion-savon





Jaina in Kuroland!

With Kurogane Shinobu


Sirup, une île à East Blue totalement inconnue pour Jaina Rosenberg. Elle ne pensait pas venir un jour dans ce trou paumé et bizarrement le calme environnant de ce bled lui fit énormément penser au silence du désert d’Hat Island. En revanche, la chaleur et la température furent nettement plus agréable pour la demoiselle. Néanmoins, son fidèle chapeau et ses lunettes de soleil étaient encore des protections nécessaires pour l’albinos dans ce début de soirée. Un simple rayonnement ultraviolet pouvait augmenter les chances à Jaina de souffrir d’un cancer de la peau.

Sur le dos de sa jument Orphée, plus précisément assise sur la selle, Jaina vagabondait dans les nombreuses ruelles du village de Sirup à la recherche d’une étable pour sa meilleure amie. Au final, elle trouva un enclos totalement désert. L’endroit ne manquait pas de verdure pour l’estomac de son cheval. De plus, un tas de foin traînait dans un coin du parc. Cela laissait deux choix d’alimentation à sa fidèle monture. Déséquipant soigneusement Orphée, son attention se tourna sur un villageois impossible à rater à cause de son impressionnante musculature.

Visiblement, un homme avait osé perturber la tranquillité des lieux. Ce dernier soulevé par la force monstrueuse de monsieur muscle, se fit secouer comme une vulgaire poupée en recevant une remontrance par son punisseur. Même si Jaina était de nature à foncer dans le tas, à toujours chercher des ennuis, elle reconnaissait qu’avec ce gaillard la cow-girl ne faisait pas le poids.

Soudainement, Jaina sursauta quand Orphée demanda de l’attention à sa maîtresse. La jument lui avait donné un petit coup de nez pour réclamer des caresses sur son chanfrein. Elle fut heureuse en recevant son dût et ne manqua pas de le faire entendre par un gémissement.

Quittant l’enclos en empruntant la rue principale du village, Jaina suivit ses petites habitudes. Trouver un endroit pour se désaltérer et manger. Contrairement à Hat Island, les tavernes ne courraient pas dans le village. Il y en qu’une qui attisa la curiosité de Rosenberg. Quand elle voulut entrer dans le bâtiment offrant une porte simple plutôt que deux portes battantes, ses rubis s’arrêtèrent sur une gamine jouant du violon.

Sa musique était belle, hypnotisante et cela donna l’envie à Jaina d’effectuer quelques pas de danse. Mais sans cavalière, l’albinos se découragea. La femme n’avait jamais été intéressée sur les danses en solo. C’était moins amusant, plus ennuyant. Machinalement, la cow-girl caressa son harmonica offert par ses parents. Un petit saphir était incrusté sur l’instrument, tout comme les initiales de Jaina. Ses sœurs possédaient le même harmonica, mais avec une pierre différente.

Se calant dans un coin, croisant ses bras sous sa poitrine généreuse, la rose attendit patiemment que la mélodie s’achève tout en restant très admiratif par le spectacle que donnait la gamine. Lorsqu’un homme lui proposa de danser, Jaina refusa sans émettre une quelconque note de politesse ou bien d’excuses.

Sortant de sa poche quelques berrys, elle les plaça sur une table, proche de la musicienne. Une somme honnête pour une artiste ambulante.

« Très joli, j’aime beaucoup. » fit-elle en inclinant son chapeau comme signe de salutation à l’étrangère. Elle tourna les talons pour entrer dans l’auberge, s'installer au comptoir et commander un repas chaud. Durant ce petit parcours, son audition ne l’avait pas alarmé que son harmonica était tombé près de la violoniste.



:copyright:️Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia


Dernière édition par Jaina Rosenberg le Sam 16 Sep 2023 - 21:06, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26582-ft-jaina-rosenberg
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26538-je-joue-de-l-harmonica-mais-je-joue-aussi-avec-la-detente-jaina-rosenberg#275058
Kuro passait un bon moment, jouant de la musique et récoltant quelques Berries au passage. La vie ne pouvait pas décemment être plus douce! Certes la plus jolie des musiciennes du monde était sans le sou, mais, ça ne l'empêchait pas d'être heureuse et de savourer les plaisirs simples de la vie. Comme celui de faire une pause Ouïski! Beaucoup hésiteraient à servir de l'alcool à la pistolera, mais, aussi étonnant que cela puisse paraître, Kuro était majeure! Difficile de croire qu'elle allait sur ses trente six ans, n'est-ce pas?

Bref, cette aparté qui n'avait pour but que de donner l'âge de la plus ravissante des sniper est maintenant terminée. Il donc grand temps de passer à la suite de l'histoire. Kuro s'arrêta donc de jouer de son instrument et vérifia le montant du pécule né de la générosité de son auditoire. Et comme la musicienne ne savait pas compter, elle était on ne peut plus ravie de voir qu'elle avait beaucoup de pièces et même quelques billets! Fière comme un paon (ne lui dites pas que je l'ai comparée à un oiseau), elle alla au bar, je commanda un verre de Ouïski et c'est en cherchant dans son magot le montant de sa consommation qu'elle réalisa qu'il y avait un drôle d'objet qui n'était pas de l'argent.

Grâce à son immense savoir encyclopédique et musical, Kuro reconnut immédiatement un harmonica. Mais, une question demeurait cependant insoluble pour la primée : à qui était l'instrument? C'est alors que la pistolera se résolut à faire quelque chose qu'elle ne faisait jamais : réfléchir. Fouillant dans ses souvenirs en sirotant son alcool brun, elle finit non sans mal à déterminer l'identité de sa généreuse donatrice. C'était la grande dame aux cheveux blancs, aux yeux rouges, au grand chapeau. et surtout à l'opulente poitrine. Kuro avait toujours nourri un complexe quant à ses attributs féminins, de ce fait, elle se méfiait de toute femme dont le bonnet de soutien gorge dépassait le C. Question de principes! Cependant, la vieille dame lui avait fait un beau cadeau, elle se devait donc de la remercier. Trop effrayée pour enfreindre les règles de la Kurotorité, la pirate de poche quitta le comptoir et alla se présenter.

"Bonjour, mamie-gros-nénés! Kuro est Kuro, ravie de faire ta connaissance! Tes oeils sont d'une drôle de couleur! C'est zarbi. Tes parents le savent? Oui? Non, évidemment, vu que t'es vieille, ils sont surement morts! Condoléances. Mais ce n'est pas pour ça que Kuro est venu te voir. C'est pour l'harmonica! Merci de l'avoir donné à Kuro, Kuro en prendra moult soin. Alors, tu peux mourir tranquille. Bye-bye!"

Et Kuro turne le dos et s'en va en sautillant. Pour aller désinfecter son nouvel ami!

  • https://www.onepiece-requiem.net/t15540-les-kuronneries
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9849-kuro-confusion-savon





Jaina in Kuroland!

With Kurogane Shinobu


Jaina entra dans l’auberge, mécontente de devoir pousser qu’une seule porte au lieu de deux battantes. Hat Island lui manquait beaucoup trop. La rose referma la porte derrière elle et fut encore plus déçue de ne pas être accueillit par des regards de jugement provenant des clients. L’enfant de l’île des cow-boy soupira dans sa barbe inexistante. Elle amorça sa marche au comptoir de l’auberge, là où le tenancier préparait un bon petit plat pour un de ses clients.

Posant son postérieur sur un haut tabouret en bois dont la place était encore chaude par son ancien propriétaire, l’albinos tira la carte du jour à elle pour observer le menu. Le regard de l’aubergiste se faisait sentir par la nouvelle cliente. Même une personne dont on aurait volé le gouvernail pourrait savoir que le patron était impatient de prendre la commande.

« Le plat du jour et un bon whisky. » demanda Jaina qui sortit de la poche de son blouson en cuir sa boîte en métal qui enfermait ses clopes.

Elle l’ouvrit, serra une cigarette entre ses lèvres puis sortit son zippo. Elle facilita l’ouverture du couvercle de son briquet en l’appuyant sur son pantalon et refit le même mouvement en sens inverse pour faire tourner la molette. Une flamme jaillit du zippo qui alluma la drogue de Jaina. Une bouffée permit à la cow-girl d’apaiser sa colère. Une deuxième inspiration de tabac et de nicotine était une simple envie de savourer, de déguster.

Lorsqu’elle dégageait la fumée de ses poumons, le tenancier venait de préparer la commande de l’albinos. Déposant sur le comptoir l’argent demandé, Jaina emmena son petit trésor du moment à une table libre. Avant qu’elle ne puisse manger, la musicienne de tout à l’heure vint l’aborder.

La violoniste traita Jaina de mamie-gros-nénés. Si cette dernière lui donna un âge très avancé, Jaina ne fut pas au bout de ses surprises lorsqu’elle mentionnait des caractéristiques de son albinisme. Depuis son enfance, la cadette des Rosenberg avait horreur qu’on lui parle de sa maladie de naissance. Ces yeux rouges qui furent zarbi ? Et c’était une planche à pain qui osait critiquer ses rubis.

Mais avant que Jaina puisse répondre, de lui dire simplement par exemple que sa mère était encore en vie, la rose se tue en découvrant que la musicienne tenait l’harmonica donné par son père. Puis après ce petit discourt piquant, cette prétendue Kuro quitta l’auberge en sautillant en gardant l’un des trésors de la hors-la-loi.

Au début, Jaina croisa ses bras sous sa poitrine bien plus impressionnante que Kuro la planche à pain, afin de réfléchir si elle devait ou non récupérer l’harmonica. Après un moment de réflexion, la desperada but cul sec son whisky et sortit de l’établissement sans manger un morceau.

« Attend ! » gueula Jaina qui réduisit la distance entre elle et la musicienne. « Je ne me souviens pas t’avoir donné l’harmonica. Je souhaite le reprendre. » Elle tendit sa main pour vouloir récupérer son bien. « C’est un cadeau de mon père, en aucun cas je désire m’en séparer. Il a dû tomber de ma poche. »

L’albinos remit ses lunettes de soleil à cause de la lumière du soleil, mais aussi pour éviter le regard des curieux sur ses rubis. Elle fronça ses fins sourcils, retira sa clope de ses lèvres et observa de bas en haut la demoiselle. Sa frustration d’avoir été traité de vieille et d’avoir des yeux zarbi réveilla le côté rancunier de Jaina.

« Kuro c’est ça ? La nature ne t’a pas gâtée. » dit-elle en représentant une poitrine avec ses mains. « Mes condoléances petite. Est-ce que tu t’abrites quand le vent souffle ? Avec ta taille un simple coup de vent suffirait à te faire décoller. En fait, tu as un corps fait pour les duels de cow-boy. Il est difficile de tirer sur un bout de ficelle. »



:copyright:️Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26582-ft-jaina-rosenberg
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26538-je-joue-de-l-harmonica-mais-je-joue-aussi-avec-la-detente-jaina-rosenberg#275058
Si Jaina s'attendait à une joute verbale enflammée, elle allait être déçue. Car au lieu de répondre, Kuro pencha la tête sur la droite, posant sur l'albinos un regard vide, tout en restant parfaitement silencieuse, comme si elle réfléchissait. Puis, au bout de cinq secondes d'un suspens insoutenable, elle bascula sa tête sur la gauche et continua d'observer la personne en face d'elle. Et enfin, cinq nouvelles secondes plus tard, son occiput revint à sa position initiale, c'est à dire, le visage incliné sur sa droite. Avec une régularité d'une horloge, un laps de temps de cinq secondes s'écoula avant qu'elle ne se décide à répondre.

"Hein? T'as fait zarbi en seconde langue? Kuro ne comprend aucun des mots qui sortent de ta bouche! Mais c'est pô grave des fois les mamies, elles tiennent des propos incompétents! Non, ce n'est pas ça … incontinents? Nan plus! Enfin, si les vieux le sont souvent mais … Incohérents, voilà! exactement! Dis dis des trucs incohérents!"

Pourtant, Kuro avait bien compris ce que la demoiselle en face d'elle avait dit, mais, comme la plus charmante des pistolera avait une faculté naturelle à nier tout ce qui allait contre sa conception des choses, elle en avait logiquement déduit que tout ce que venait de lui raconter Jaina était un délire de personne âgée qui perd la boule. Ce qui était, selon la musicienne, un trait commun à tous les vieilles personnes : ils disaient n'importe quoi!

"Mais ce n'est pô grave si t'es vieille et folle et que tu ne te souviens plus de ce que tu fais! Tu as donné un joli harmonica à Kuro, c'est super gentil de ta part, merci mamie-gros-nénés-cinglée. Kuro en prendra soin et ne l'oubliera pas. Ni toi d'ailleurs!"

La mini-pirate repartit donc en sautillant, rien ne pouvait gâcher sa joie d'avoir un nouvel ami avec lequel jouer!

"Viens harmonica à Kuro, Kuro va te désinfecter, tu dois être plein de germes de vieille peau."

Se dit-elle à haute voix.



  • https://www.onepiece-requiem.net/t15540-les-kuronneries
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9849-kuro-confusion-savon





Jaina in Kuroland!

With Kurogane Shinobu


Jaina fronça ses sourcils en comprenant qu’on avait volé le gouvernail à cette musicienne. Déjà elle parlait à la troisième personne, le genre de langage que ne comprenait pas la rose. Pourquoi communiquer ainsi ? C’était tout simplement débile. Tout comme les gens qui se prirent pour des personnes intelligentes en vouvoyant les autres. Jaina mordit le cul de sa cibiche à tel point qu’elle pouvait presque couper en deux sa clope. Elle s’énerva encore plus lorsque Kuro repartit sans redonner l’harmonica.

Certes, l’instrument n’était qu’un simple objet. Mais sa valeur sentimentale dépassait le prix que pouvait afficher une prime sur la tête de Kuro. C’était le seul souvenir de ses sœurs. Une solution très évidente pouvant être comparée à une balle vint heurter la cible qui se trouvait être le cerveau de Jaina. Dézinguer cette Kuro avec une balle dans la tête. Sa proie qui lui tournait le dos devint un but bien facile à atteindre pour l’ogive qui allait lui être destinée.

Néanmoins, la ville où elle se trouvait, ne ressembla aucunement aux nombreuses d’Hat Island. Une balle tirée pouvait entraîner d’autres dangers, dont le monstre musclé de tout à l’heure. Jaina retira sa cigarette de ses lèvres en la pinçant avec son index et son pouce. Elle cracha un mollard sur le sol et trouva une alternative pour réparer sa bêtise.

L’arme favorite d’un cow-boy, ce n’était pas forcément le revolver qui effrayait les bovins. Remettant sa clope au bec, Jaina attrapa derrière sa ceinture une corde qu’elle transforma en lasso. Elle tournoya son arme au-dessus de sa tête par des mouvements très professionnels et élégants. Lorsque la vitesse lui convint, la cow-girl jeta sa corde et le nœud de cette dernière se referma sur l’instrument de musique. D’un coup sec, Jaina retira l’harmonica des mains de Kuro et le rattrapa au vol.

« Jaina reprend son harmonica. » gronda la louve qui imita le langage de Kuro pour potentiellement réussir à communiquer avec elle. « L’harmonica a toujours appartenu à Jaina. Surtout quand l’harmonica de Jaina tombe de la poche de son blouson. Jaina espère que le louveteau non léché s’appelant Kuro comprenne le message. »

Rembobinant sa corde, la cow-girl rattacha l’objet derrière sa ceinture et rangea son instrument de musique dans sa sacoche accrochée autour de sa cuisse.



:copyright:️Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26582-ft-jaina-rosenberg
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26538-je-joue-de-l-harmonica-mais-je-joue-aussi-avec-la-detente-jaina-rosenberg#275058
Et ce fut le drame! On venait de kidnapper le nouvel ami de Kuro. Car oui, pour la musicienne, les instruments de musique n'étaient pas juste des objets desquels elle tirait de ravissantes mélodies mais des parvenaient avec lesquels elle tissait un véritable lien. Pour la pistolera, son violon était un ami précieux avec qui son âme était rentrée en résonnance par exemple. Pas contente du tout, elle regarda l'harmonica décrire une magnifique parabole pour revenir dans la main de sa propriétaire de toujours. Jaina. Sauf que la chose déplut au plus haut point à la pirate de poche.

"Hé! Donner, c'est donner et reprendre, c'est voler!" rugit le petit brin de femme. "Et voler, c'est un truc d'oiseau! Et Kuro déteste les oiseaux! Les oiseaux sont des êtres mâles faisans qui veulent dominer le monde! Mais Kuro sait, et maintenant tu sais aussi! " Elle était rouge de colère et semblait littéralement sur le point d'exploser. "T'es pas un oiseau déguisé en personne du quatrième âge, hein? Sinoooon … "

Kuro, pendant son monologue, avait réduit la distance qui la séparait de la vile voleuse d'harmonicas. Maintenant, elle était à moins d'un mètre de Jaina et elle pouvait voir un sourire narquois sur ses lèvres de mamie-cinglée mais étrangement pas ridée. Et pour donner du poids à sa menace, la mini-pistolera venait de sortir de leurs étuis ses deux revolvers semi-automatiques à une vitesse ahurissante. D'ailleurs elle se préparait à les coller sous le menton de la méchante vieille dame quand soudain, une ombre passa entre les deux femmes. Et le propriétaire de cette dernière n'était autre que Mickaël Hangar!

"Sinon quoi?" tonna la voix grave et puissante de l'homme.

Il se saisit de Kuro par le col et la souleva comme si elle était un chaton polisson. Cette dernière s'agitait d'ailleurs beaucoup mais semblait avoir renoncé à l'idée de faire feu.

"C'est cette vieille peau, elle a volé l'harmonica à Kuro! Met-là en prison, c'est une criminelle!"

Pour toute réponse, le mastodonte se contenta faire les gros yeux à la pirate de poche qui se calma aussitôt, détourna le regard, pesta dans sa barbe et rangea ses armes dans leur étui respectif. Rassuré, le colosse la déposa délicatement au sol. Cependant, Mike n'en avait pas fini.

"Quelle est votre version de l'histoire?" Demanda-t-il à l'albinos.



Dernière édition par Kurogane Shinobu le Lun 25 Sep 2023 - 14:10, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t15540-les-kuronneries
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9849-kuro-confusion-savon





Jaina in Kuroland!

With Kurogane Shinobu


Comment ça reprendre c’était volé ? L’instrument de musique appartenait à un seul propriétaire. Jaina Rosenberg. Elle l’avait fait tomber par erreur, mais aucunement donner à la musicienne qui ne disposait pas de lumière à tous ses étages. Le rugissement de la demoiselle ne provoqua aucune peur envers la hors-la-loi surtout avec sa manière de parler extrêmement ridicule. Pour l’impressionner, il fallait au moins communiquer correctement. Cependant, Jaina préféra ne rien rajouter sur ce tic de langage. Après tout, Kuro s’était abstenue de critiquer l’albinisme de la cow-girl.

Durant le discours de la femme qui devint de plus en plus étrange, mentionnant une histoire d’oiseaux dominants le monde, cette dernière vint réduire la distance qui la séparait de Jaina. Était-ce un début de règlement de compte ? La rose se mit à sourire narquoisement. Surtout lorsque sa nouvelle ennemie possédait une taille de naine. Condoléance pour Kuro. Petite, planche à pain, langage étrange, la nature ne l’avait pas gâté.

« Moi ? Un oiseau ? Kuro a besoin d’une paire de lunettes pour s’apercevoir que je n’ai aucune plume sur moi ? » questionna l’albinos qui correspondait, selon elle d’une louve plutôt que d’une espèce de piaf.

Jaina écarquilla ses yeux de couleur rubis en découvrant la rapidité prodigieuse de Kuro pour sortir ses pistolets des holsters. Elle ? Une tireuse ? La violoniste s’inscrivait sans le vouloir dans la longue liste de Jaina figurant des personnes à surpasser. Pour être la reine du titre, pour obtenir ce titre, la renégate devait surclasser cette nouvelle rencontre. Ce fut absolument excitant et enflamma encore plus le palpitant de la tireuse.

Souhaitant à son tour dégainer ses revolvers par un magnifique Fast Draw, une immense ombre surgit entre les deux femmes. Jaina Rosenberg n’avait même pas senti la présence de l’homme musclé de tout à l’heure. Ce fut fou comme le monde regorgeait d’ennemi encore plus fort les uns que les autres. Par sa force monstrueuse, le dénommé Michaël Hangar -dont son identité était parfaitement inconnue pour Jaina- souleva sans aucune difficulté Kuro dans les airs. La femme gigotait comme une gosse en voulant sortir de l’étreinte puissante.

Puis les rôles furent presque inversées entre les deux tireuses. Jaina échappa de peu à la main sur le cou. Elle recula d’un pas et sortit l’harmonica pour le montrer à Michaël.

« Ma version de l’histoire ? Je m’appelle Jaina Rosenberg, l’harmonica est à moi et mon prénom est incrusté dessus. » Elle montra avec son index les gravures ce qui convainquit à moitié le musclé. Le voyant réfléchir et tenter de trouver une solution, la rose colla l’instrument entre ses lèvres hypnotisantes et souffla à l’intérieur pour y provoquer des notes de musiques. La mélodie était très bien travaillée et aucunement celle d’un pauvre amateur. « Convaincu ? »

Pensant à présent que Kuro devait être la voleuse, Michaël allait saisir une nouvelle fois le cou de la violoniste. À cet instant, Jaina s’interposa entre les deux.

« Kuro est une amie. Elle souhaitait m’apprendre à mieux jouer de mon instrument de musique. » Effectuant un clin d’œil en douce à la concernée en espérant qu’elle comprenne le message, qui fut de la sortir de ce mauvais pas, Jaina reprit ses échanges avec le grand homme. « Kuro aime un peu trop ce qui touche à la musique. C’est une grande histoire d’amour, donc excusez-là de ce comportement…étrange. »

Il hocha la tête devant l’histoire purement inventé de la hors-la-loi et s’écarta des deux femmes, retournant à ses activités. Il restait à présent que les deux femmes, face à face.

« Jaina aimerait que Kuro lui apprenne à jouer une musique aussi jolie que celle de tout à l’heure. Jaina aime jouer de l’harmonica, comme son père. Si Kuro refuse alors Jaina et Kuro partent chacun de leur côté, sans faire d’histoire. »



:copyright:️Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia


Dernière édition par Jaina Rosenberg le Mar 26 Sep 2023 - 20:52, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26582-ft-jaina-rosenberg
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26538-je-joue-de-l-harmonica-mais-je-joue-aussi-avec-la-detente-jaina-rosenberg#275058
Le Clin d'Œil TM était une chose que Kuro connaissait. Donc à partir du moment où Jaina fit ce signe universel, la pistolera se contenta de garder la bouche bien close et de ne rien dire qui risquait de compromettre le mensonge de l'albinos. Suite à quoi la mémé-gros-nénés-cinglée proposa à la plus charmante des pistoleras de devenir son professeur! Cette mamie, plus grande qu'elle par la taille et le tour de poitrine voulait que la pirate de poche lui enseigne son art? Evidemment que Kuro allait accepter!

"Bien sûr que Kuro veut bien!" s'exclama le petit brin de pirate sur le ton de l'évidence. "On n'est jamais trop vieille pour apprendre à jouer de la musique! Et puis … tu as sauvé Kuro, alors Kuro te doit bien ça!"

Car si Kuro était à deux doigts de trouer la peu de Jaina. Elle était loin d'être ingrate. Et surtout, elle changeait très vite d'avis! Ceci dit, la pirate de poche savait qu'elle venait d'échapper de peu à un séjour en prison et qu'elle le devait uniquement à l'intervention bienveillante de l'harmoniciste. Cependant, la mini musicienne avait une petite remarque à faire.

"Par contre, Kuro pense qu'il faut que t'arrêtes de parler de toi comme ça. C'est super zarbi! On dirait que tu as peur d'oublier ton prénom. Si? Non? Kuro s'en fiche en vrai! Faut pas parler comme ça, c'est tout! Allez, viens! Kuro va quand même t'apprendre."

La primée retourna dans le bar, alla chercher son violon et le tendit à Jaina.

"Tiens, c'est le violon-poto à Kuro! Tu peux jouer avec lui, Kuro t'autorise, et il est d'accord aussi. Mais avant, il faut répondre à deux questions très importantes! Pour qui tu veux jouer? Et surtout c'est quoi que tu veux lui donner?"

  • https://www.onepiece-requiem.net/t15540-les-kuronneries
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9849-kuro-confusion-savon





Jaina in Kuroland!

With Kurogane Shinobu


Kuro n'était pas si stupide que ça, elle comprenait le signe du clin d'œil. Grâce à cette merveilleuse compréhension, l'albinos avait réussi à détendre l'atmosphère bien trop pesante à la limite chaotique donné par Michaël Hangar. En le voyant partir pour retourner à ses occupations, Jaina soupira en silence, soulagée d'être débarrassé de cette grande brute. Ce fut après cela, que la demoiselle proposa à la musicienne de lui donner des cours, de lui apprendre à mieux jouer de l'instrument de musique. Car oui, si Jaina savait jouer de l'harmonica, c'était moins parfait que son défunt père Lawrence Rosenberg.

La voleuse d'harmonica accepta la demande de la cow-girl. Une vive chaleur réchauffa un peu plus le cœur de Jaina. Ce fut bref, rapide mais fort agréable. Tout cela provoqué par l'acceptation d'une simple demande. L'albinos détestait avoir des lacunes. Que ce soit en tir, ou même en terme de musique. Une simple pensée de faiblesse de sa part, enrageait cette dernière. Depuis sa naissance, Jaina se battait corps et âme pour corriger ses défauts, bien que son fort caractère fut toujours un souci de taille non réglé. Passant outre les remarques intempestifs sur son âge par Kuro, Jaina lui répondit par un petit sourire qui camouflait son envie de l'insulter.

Puis vint une remarque qui hérissa de colère les poils de la louve. Sa manière de communiquer avec Kuro était critiquée, voire même moquée par celle qui employait de base ce langage. Jaina serra fortement l'un de ses poings, provoquant une douce mélodie de l'articulation de ses os. Ses ongles quant à eux furent à deux doigts de se planter dans le ventre de sa main. À cet instant, Jaina se voyait sortir ses pétards pour trouer la peau de cette jeune femme. L'albinos avait beau tomber sous le charme de beaucoup de demoiselle, il fut très rare que Jaina ait des pulsions meurtrières aussi grande, surtout envers une femme.

Rosenberg hocha simplement son visage pour répondre à la remarque de Kuro. Une simple parole risquerait de couper la corde sensible de l'albinos. Après ce très court échange, Jaina se grilla une autre clope pendant que sa camarade alla chercher son violon. Kuro lui proposa de jouer avec cet instrument de musique. Chose que Jaina ne savait pas du tout faire. Elle se débrouillait avec un harmonica, mais pas avec ce machin à corde.

Avant de saisir le violon et de pourquoi pas le voler comme sa camarade l'avait fait tout à l'heure avec son harmonica, Jaina plissa ses iris rubis aux deux questions de Kuro. Pourquoi voulait-elle jouer ? Et qu'est-ce que cette musique donnerait à l'émetteur ? Jaina resta interdite et baissa ses cristaux de sang. Son organe battant, son cœur qui la faisait vivre se remémora une personne en particulier. Lawrence, le père de Jaina. Sa fille n'avait toujours pas digéré son bannissement. Cette cicatrice sur son palpitant refusait de guérir. Cependant, elle l’admirait toujours. L'albinos ressentait encore un manque de l'absence de Lawrence...

« J'ai toujours voulu jouer un morceau à mon père. De pouvoir le faire sourire et lui montrer que je joue aussi bien de l'harmonica que lui. » La hors-la-loi haussa désespérément ses épaules. La vie n'offrait pas forcément des cadeaux. « Je ne l'ai pas revu depuis mes dix-huit ans. En gros, dix années sans l'avoir revu. »

Jaina se tourna pour cacher sa tristesse aux yeux de sa nouvelle camarade. D'ailleurs, elle ne savait même pas pourquoi elle divulguait une telle chose.

« Je n'ai jamais joué de violon. Tu risques d'avoir très mal aux oreilles si je tente de faire de la musique avec ta petite guitare à corde. » avoua-t-elle en préférant ne pas penser à ce drame. « Je suis curieuse, tu es musicienne depuis combien de temps ? »



:copyright:️Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26582-ft-jaina-rosenberg
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26538-je-joue-de-l-harmonica-mais-je-joue-aussi-avec-la-detente-jaina-rosenberg#275058
"Kuro joue de la musique depuis moult temps!" fit la pirate de poche avec emphase tout en écartant en grand les bras pour indiquer à quel point cette quantité de temps était immense.

Mais, pour la pistolera, le plus important n'était pas là. Elle venait de comprendre que Jaina jouait pour son papa qu'elle n'avait pas revu depuis très longtemps. Et bien que pour la plupart des gens, ça aurait fait jouer une corde émotionnelle, pour la plus charmante des pirates à jamais avoir tenu un revolver il n'en était rien. En effet, ses parents l'avaient vendu à un marchand d'esclaves peu après son sixième anniversaire car ils étaient incapables de gérer son handicap. Depuis, elle aurait dû nourrir une haine bien compréhensible à leur égard, mais ce n'était pas le cas. Elle ne les haïssait pas, ni ne les aimait d'ailleurs, elle n'avait juste jamais vraiment tissé de liens avec eux. Sa famille vivait encore à Logue Town, et elle connaissait le prénom de chacun de ses membres et se souvenait encore de leur visages mais ce n'étaient que des informations. Et pourtant, toute particulière qu'elle soit, Kuro arrivait à sympathiser avec le chagrin de Jaina. Il y a des gens dans sa vie qu'elle a aimé comme un père, une mère, un frère ou une sœur. Et avoir eu à se séparer d'eux lui avait fait mal d'une façon qu'elle ne pouvait décrire avec ses mots à elle. Alors, elle mettait son chagrin en musique et laissait la mélodie emporter sa douleur.

"Si tu ne te sens pas à l'aise avec un violon, ce n'est pô grave! Tu peux jouer de l'harmonica si tu le sens mieux comme ça! Kuro t'accompagnera au violon!"

La pirate de poche se saisit alors de son instrument et attendit que l'albinos joue, mais, cette dernière se faisait désirer. Elle semblait hésiter, comme si la charge émotionnelle était trop lourde pour elle. Alors Kuro se décida à lui donner quelques mots d'encouragements.

"Tu sais, mamie, les gens ils ont tendance à penser que le passé c'est du passé, et que c'est mieux de le laisser derrière. Ben, Kuro n'est pô d'accord! Le passé est présent, il est toujours là, avec toi. A tes cotés. Ton papa n'est plus là, mais son souvenir, si. Et si tu joues avec ton cœur, la musique trouvera le chemin du sien! C'est certain!"

Et voilà que Kuro prend la pose : pouce levé, sourire flambé et regard étoilé! Une vraie magical girl!


Dernière édition par Kurogane Shinobu le Ven 6 Oct 2023 - 11:06, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t15540-les-kuronneries
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9849-kuro-confusion-savon





Jaina in Kuroland!

With Kurogane Shinobu


Elle jouait donc depuis pas mal de temps. Ce fut logique pour une telle maîtrise de son instrument à corde. Jaina en était presque jalouse. La cow-girl espérait un jour savoir utiliser son harmonica aussi bien que Kuro avec son violon. Apprendre cette information redonna beaucoup plus de motivations à recevoir un petit cours venant de la pistolera. Jaina pourra enfin corriger sa lacune de musicienne.

Tout doucement, en faisant attention de ne commettre aucune rayure au violon de Kuro, Jaina redonna ce dernier à sa propriétaire. Car oui, l'albinos ne se sentait aucunement partante pour apprendre à utiliser cette munie guitare. Elle, ce qu'elle voulait, c'était connaître un peu plus son instrument à vent.

« Je veux bien que tu m'accompagnes Kuro. Au moins tu pourras cacher mes fausses notes de musique avec les tiennes. » fit-elle en se dénigrant déjà sur sa compétence de musicienne. Il fut rare que Jaina expose ainsi un de ses défauts. D'habitude, Rosenberg cachait ses carences pour toujours montrer une facette forte envers les gens. Cela lui permettait de toujours avoir une chance d'avoir le dessus sur un potentiel adversaire.

Reprenant en main son harmonica, la cow-girl s'apprêta à se lancer. Hélas, un pincement à son palpitant l'empêcha de débuter. Était-ce la faute au stress ? Ou bien à cause de la tristesse ? Ou simplement la peur de ne pas réussir à jouer ? Jaina Rosenberg n'avait aucune réponse à donner. Elle se retrouvait à présent comme une écrivaine en proie au syndrome de la page blanche. L'albinos tenta une nouvelle fois, mais rien à faire. Aucun son sortit de son instrument à vent.

Soudainement, les encouragements de Kuro firent ouvrir les yeux à la demoiselle en manque de son chère papa. Elle renifla un bon coup, chassa d'un geste de ses doigts les larmes qui allèrent perler depuis ses yeux et reprit du poil de la bête. Fermant ses paupières cachées par ses lunettes de soleil, l'albinos repensa à son père qui lui jouait un morceau de musique bien précis. Une mélodie qui arrivait à apaiser la gamine turbulente qui était Jaina Rosenberg.

Ses lèvres contre son instrument, relâchant ensuite son souffle contre ce dernier, la musicienne en herbe se mit à reproduire la mélodie de Lawrence Rosenberg. Il ne s'agissait pas que de quelques notes. Non. Jaina jouait avec son cœur, son âme et ses sentiments. Tout l'amour qu'elle éprouvait pour son père fut retransmit dans cette musique.

Elle ne calcula pas le temps que cela durait. Peu importe si une ou deux minutes vint s'écouler, la desperada se laissait aller comme-ci elle plongeait dans un bain bien chaud.

La mélodie se termina...l'albinos ouvrit ses paupières et se sentit bien mieux qu'auparavant. Aujourd'hui, en ce moment même, la hors-la-loi ne ressentait plus une certaine gêne pour jouer de son harmonica. Comme si une clé venait de déverrouiller une porte dans les faibles compétences musicales de l'harmoniciste.

« Merci pour tes encouragements. » adressa Jaina à Kuro. « Je crois avoir trouvé le truc que je recherchais. » L'albinos lui tira son chapeau tout en lui souriant tendrement.



:copyright:️Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26582-ft-jaina-rosenberg
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26538-je-joue-de-l-harmonica-mais-je-joue-aussi-avec-la-detente-jaina-rosenberg#275058
Ce ne fut pas Kuro qui répondit à la pistolera chapeautée, ce furent les habitués du bar qui firent pleuvoir un tonnerre d'applaudissements sur les deux femmes. Et la pirate de poche, bien qu'elle aimait être au cœur de l'attention, partagea la vedette avec joie et Jaina.

"Tu vois? Tu as donné moult bonheur aux gens!" illustra la mini-pistolera.

La plus jolie des pirates n'ayant jamais tenu une arme était on ne peut plus ravie! C'était pour ça qu'elle jouait de la musique après tout : partager des émotions et rendre les gens heureux. L'argent, Kuro n'en avait cure! C'était un bon serviteur, mais un très mauvais maître. De ce fait, tant que la demoiselle avait de quoi vivre, ça lui convenait. Elle n'avait ni besoin d'amasser des richesses, ni la capacité de le faire. Oui, elle avait les poche percées comme on dit! Incapable de se projeter dans l'avenir, les berrys avait tendance à partir bien plus vite qu'ils ne venaient. Bref, la pirate primée vivait une vie de bohème, plus libre que quiconque!

"C'est agréable, hein? D'être applaudie par son public."

Encore une vérité absolue de la vie de Kuro, quand on donne de bonnes émotions aux gens, ils t'en donnent de toutes aussi bonnes en retour. Cette vision, certes un peu naïve des choses, s'avérait cependant implacablement exacte dès qu'il s'agit de la mini-musicienne. A tel point qu'elle cherchait encore une audience qu'elle ne réussirait pas à captiver. C'était comme ça, la pirate de poche était comme un rayon de soleil viral qui propage la joie tout autour d'elle. De ce fait elle n'avait aucune raison de s'arrêter!

"Allez, on continue!" lança Kuro avec entrain à destination de l'assistance, mais aussi de Jaina.

La musicienne fit alors glisser l'archet sur les cordes de son violon et ce dernier répondit à la caresse en gratifiant le public des ses plus belles notes. Une mélodie douce, mais entrainante, fit alors chavirer un public déjà conquis.



  • https://www.onepiece-requiem.net/t15540-les-kuronneries
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9849-kuro-confusion-savon





Jaina in Kuroland!

With Kurogane Shinobu


Jaina remercia comme une cow-girl ou plutôt un cow-boy sa collègue musicienne. À Hat Island tout cow-boy qui se respectaient devaient être un gentlemen envers les femmes et avoir un grand respect envers les chevaux. Du moins, c'était le fameux dicton qui ne se réalisait pas toujours dans son pays. Bagarre, Bière-Hat, tirer avec des armes à feu et pendaison furent plutôt des coutumes respectées. Jaina a vécu dans un monde très sauvage ou même les indigènes n'eurent pas réussi à avoir le dessus sur les visages pâles.

Sa petite pensée pour Hat Island s'estompa par les applaudissements de la foule, des spectateurs ayant été témoin du numéro des deux musiciennes. Il s'agissait d'un simple cours qui était vite devenu un spectacle de rue. Jaina n'avait pas l'habitude de recevoir ce genre de remerciement. Elle correspondait plutôt à la personne qu'on haïssait. Ses mains étaient gorgées de sang. L'albinos était une criminelle, une hors-la-loi et non une artiste de cirque. Donner du bonheur aux gens ? Jaina s'en fichait royalement. Ces gens ne représentaient rien aux yeux de la desperada. Néanmoins, ils furent utiles pour une chose. L'argent.

De plusieurs mouvements de sa santiag, Jaina rassembla les pièces de Berrys déposés près de ses pieds. Le petit pourboire lui servira à payer des provisions pour Orphée et de quoi picoler pour quelques jours. Elle adressa un faux sourire au public pour donner un semblant de gratitude.

« Un public qui t'oubliera bien vite l'heure passée. » répondit Jaina à Kuro qui lui demandait si c'était agréable d'être applaudit par la foule. « Je préfère le rire des beuveries et le doux son des armes à feu. »

Jaina reprit une autre mélodie, beaucoup plus joyeuse et bien plus facile à jouer grâce aux conseils précédents de la violoniste. L'harmoniciste se laissait entraîner par la musique. Tapotant sa santiag sur le sol à plusieurs reprises et fermant ses paupières maquillés de noir. La cow-girl se surprit même à monter sur un tonneau en bois pour être mieux aperçu par le public. Heureusement, Jaina se retint d'applaudir par des grands signes pour inciter les spectateurs à effectuer la même chose en rythme...

Lorsque la musique se termina, le palpitant de l'harmoniciste tambourinait encore fortement dans sa poitrine. L'albinos sourit joyeusement et cela l'effraya subitement. À croire que la musique et la réjouissance des gens pourraient faire changer de siège celle qui souhaitait s'asseoir sur le trône de la reine du tir. Reprenant ses esprits, elle rangea son instrument de musique dans la sacoche accrochée autour de sa cuisse et frotta les cheveux de Kuro.

« Merci pour la leçon de musique trésor. Mais faire du spectacle aux gens, être applaudit par ces derniers m'effraient beaucoup. Pas ma tasse de whisky. » Jaina récupéra sa petite cagnotte et commença à s'éloigner. « Contente de t'avoir rencontré. La prochaine fois, je te paie un verre. »

S'éclipsant des lieux, loin de la gaieté des gens aimant la musique, la cow-girl se demanda ce que pourrait penser son père. Lui qui jouait pour effrayer ses adversaires, Jaina quant à elle vint de commettre l'effet inverse. Peut-être que cela lui provoquera un rire ou bien un dégoût quand sa fille le reverra à Hat Island. En tout cas, l'harmoniciste avait hâte de lui jouer son nouveau morceau de musique dédié spécialement pour Lawrence Rosenberg.



:copyright:️Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26582-ft-jaina-rosenberg
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26538-je-joue-de-l-harmonica-mais-je-joue-aussi-avec-la-detente-jaina-rosenberg#275058