Le Deal du moment : -39%
SEB Friteuse à huile (1.2 kg de frites)
Voir le deal
49.99 €

La Belle et la Bête | Pv Eleonore

img_rp
La Belle et la Bête
Feat
Eleonore




Deux semaines...

Une quinzaine de jour s'était passés depuis votre mission sur Karakuri, le temps de débarquer sur G-12 et de préparer la prochaine opération. Cette fois-ci, tu n'avais pas attendu de recevoir des ordres et tu avais plutôt opté pour l'initiative. Si tes efforts sur l'île s'étaient conclus par la résolution partielle de l'enquête, tu n'en avais pas encore fini avec cet ennemi tapis dans l'ombre qui menaçait d'agiter encore plus les mers par leurs agissements illégaux.

Pour autant, tu ne pouvais rien faire dans l'instant. Il ne suffit pas de claquer des doigts pour mettre le monde à ses pieds, et tu n'avais malheureusement pas encore suffisamment d'influence pour accélérer les processus administratifs. Certes, tu avais des contacts au sein du Cipher Pol, des contacts privilégiés, récompenses de tes états de service, mais cela prendrait du temps. D'autant que cette fois-ci, tu n'échapperais pas aux responsabilités. Il était devenu inconcevable que tes patrouilles en mer se fasse sur le navire d'autres Commodores ou Contre-Amiraux.

Tu avais besoin de ton propre navire et de ton propre équipage pour pouvoir officier selon tes propres prérogatives. Certes, tu n'échappais pas aux contrôles de la hiérarchie, mais il fallait que tu puisses réclamer ton indépendance vis-à-vis d'eux, ne serait-ce que pour faciliter grandement tes déplacements sur ces mers. Et puis... Même si tu aurais préféré rester un agent libre encore quelques temps, cela commençait à être mal vu pour un haut gradé de la régulière de se refuser au commandement. Tu avais passé le stade de simple soldat, et désormais tu devais traîner dans ton sillage tout un tas de soldats sous ton aile.

Plus facile à dire qu'à faire...

Cependant, dans cette base aérienne, véritable représentation de la domination du Gouvernement Mondial sur la troisième voie de Grand Line, tu avais encore quelques petits trucs à faire le temps que tout les préparatifs se terminent. En effet, cette fois-ci, tu n'étais pas seule dans ta quête effrénée à la vérité. Eleonore, une Commandante dont tu t'étais pris d'affection tant par sa personnalité, son histoire que ses compétences à la tâche. Son passif avec la famille Fenyang avait tout de suite attiré ton intérêt et tu t'étais arrangée pour l'avoir à tes ordres le temps de quelques semaines encore. Pas de quoi la priver de choisir ses prochaines affectations mais suffisamment pour que personne ne vienne t'interroger à son sujet durant l’entièreté de cette période.

Et c'était donc en réservant une salle d’entraînement suffisamment grande pour deux personnes que tu t'étais mise à l'attendre, lui ayant indiqué l'ordre de te rejoindre au plus vite. La femme était forte, il t'avait suffit de la voir pour le comprendre, mais pas assez pour continuer sur ses deux jambes une fois sa confrontation terminée. Tu t'étais faite une idée de la puissance relative de ses adversaires, et c'était une prouesse à tes yeux d'avoir réussi à les gérer malgré les compétences de l'ennemi. Pour autant, ce n'était pas suffisant à tes yeux. Salem avait toujours attesté de ta force et de ton potentiel et pourtant, il s'était assuré de te faire comprendre l'immensité du monde qui existait au dessus de-toi pour te permettre de progresser en ayant des objectifs en visu. Tu tâcherais de faire de même avec elle.

- Eleonore, te voilà. Tu dois certainement te douter de pourquoi je t'ai fais venir ici, mais nous avons encore quelques jours devant nous avant de repartir sur les mers. Et maintenant que tu sembles pleinement rétablit et que tu en as fini avec la paperasse dû à ton nouveau rang, je me suis dis que ce serait une bonne idée de te prendre dans une petite séance de remise en forme.


Sur l'instant, elle pouvait remarquer l'absence flagrante de Cobra et de Vipère. Tu les avais empêché de se manifester en te faisant comprendre de eux bien en amont. Tu refusais qu'ils servent de distraction, et tu aurais besoin de pleinement observer la Commandante se battre de tes propres yeux pour juger véritablement de ses compétences. D'ailleurs, tu avais fini par abandonner le vouvoiement, elle avait beau être plus âgée, elle restait ta subordonnée et cela était mieux ainsi.

- Tu m'excuseras par avance, je ne suis pas une aussi grande formatrice que l'Amiral Fenyang pourrait l'être. J'ai tendance à apprendre par l'instinct et la pratique, et ce n'est pas très souvent aux goûts très théorique de la régulière. Pourtant, de ce que tu m'en as dis sur ton passé, je pense que nous sommes fait du même bois.


En réalité, c'était là une demie vérité. Tu étais capable d'apprendre énormément de domaine ne serait-ce que par ta mémoire sans faille, mais pour ce qui s'agissait de l'intelligence au combat, tu fonctionnais bien souvent par l'improvisation et l'expérience. C'était d'ailleurs à cause de cela que tu avais acquis la mauvaise habitude d'encaisser les coups plutôt que de les esquiver. Une faille que tu avais appris à reconnaître et à corriger.

- Si cela te convient, je peux essayer de te rendre plus forte. Mais je te préviens par avance. Je n'ai connu que les méthodes de l'élite et de l'Amiral Fenyang. Et ce n'est pas ce qu'il y a de plus doux en la matière.

Tu savais que ce n'était pas un point dérangeant pour Eleonore, mais tu préférais être clair. Si elle voulait progresser rapidement, elle devrait serrer les dents et pas qu'un peu.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore
“Be strong, you are someone else's model.”

La blanche s’étire lentement, voilà plusieurs jours qu’ils étaient en mer, plusieurs jours qu’elle avait quitté l’île et son équipe habituelle. Leurs absences sont étranges aux yeux de la demoiselle qui les avait autour d’elle depuis quelques semaines déjà. Le décor de la cabine, même familier pour un bateau de la marine lui offre un sentiment étranger, elle savait qu’elle n’était pas chez elle, mais plutôt sur le territoire de Pandore. Du moins figurativement parlant. Après que l’enquête a été terminée, la paperasse faite et une partie de sa guérison faite, Pandore l’avait réquisitionnée des mains d’Alnoth. Il avait hésité quelques secondes avant qu’elle ne le rassure que ce fût réellement ce qu’elle désirait et c’est seulement à ce moment-là qu’il avait accepté de la laisser partir, il lui avait tout de même fait promettre de garder contact avec lui par den-den.

Celethe, la rouquine, avait été la plus émotive, lui volant une longue accolade avant de pousser Emeryx dans sa direction. L’homme au tatouage au niveau du visage était visiblement, mal à l’aise, ceci n’empêche pas la soldate de lui tendre la main pour échanger une poignée. Elle leur avait intimé de rester avec Alnoth, qu’ils se reverraient quand elle serait digne d’avoir des gens sous son commandement, mais pour le moment, elle avait encore beaucoup à apprendre. Pour ce qui était de Kyllan, elle demanda à Alnoth de s’en occuper et de lui faire un suivi si possible…

Tandis qu’elle s’active enfin à démarrer la journée, enfilant des vêtements plutôt simples, le den-den d’étire dans la chambre et l’escargot offre les traits du blond à lunette. Elle sourit et décroche simplement.

‘’Grey.’’
‘’Comment se passe ton voyage ?’’
‘’Bien, nous allons bientôt arriver à G-12 sur strong world.’’
‘’Et ton rétablissement ?’’
‘’Bien aussi, les troue se sont refermées complètement et les brûlures on guérir, presque plus aucune marque.’’
‘’Mouais… Laisse-moi douter.’’
‘’Tout va bien ?’’
‘’Oui, oui… Petit appel de routine pour voir si tout allait bien.’’
‘’Oh ? On s’ennuie Alnoth ?’’
‘’Pfff, m’ennuyer de toi ? Jamais de la vie, je sais juste que tu es quelqu’un de difficile à gérer alors je m’assure que tu ne fais pas de problème.’’
‘’Je vois… Tout le monde va bien ?’’
‘’Ils s’ennuient, mais je les tiens occuper, tu avais sous le coude des gens compétents.’’
‘’Je ne me traîne pas avec n’importe qui. Et Kyllan ?’’
‘’… Il est… Tête forte, têtue et il donne beaucoup de problèmes à l’infirmière. On dirait un chien enragé… Et il te réclame.’’
‘’Je vois. Dis-lui que s’il se comporte bien pendant une semaine, qu’il aura le droit à un coup de fil avec moi. Ça le calmera peut-être. Explique-lui que je suis en mission pour le moment et que je ne peux pas communiquer d’accord ?’’
‘’Pourquoi pas, dès qu’il entend ton nom, il a l’air de se calmer un poil, peut-être que ça marchera. Dans tous les cas, je te laisse finir ta paperasse, j’attends toujours ce dernier rapport.’’
‘’Bien sûr Commandant Alnoth.’’ Annonce-t-elle taquinement en raccrochant pour aller s’entraîner seule.

[…]

La base aérienne de G-12 avait été… Impressionnant à voir de ses propres yeux et elle n’avait certainement pas cacher son émerveillement face à la base géante qui flotte. Il fallait dire que Pandore lui avait fait une fleur en la gardant avec elle et lui permettant de poser les yeux et de même découvrir l’intérieur du monstre mécanique. Ainsi, peu de temps après être installée, elle avait laissé Pandore finir ces trucs, continuant elle-même de faire les siens et de s’entraîner seule pour passer le temps. Alors quand elle avait reçu l’invitation de cette dernière, c’était sans hésitation que la blanche s'était rendue sur place en habit de sport. Elle avait trouvé l’endroit plutôt facilement, l’endroit si bien identifier qu’il aurait été duré de se perdre et surtout elle avait eu quelques jours pour se familiariser avec une partie du lieu.

Tout en terminant d’attacher sa longue chevelure blanche dans une queue-de-cheval haute, elle observe la Commodore en lui offrant un doux sourire et un hochement de tête positif. Elle s’arrête à quelques pas d’elle, ne pouvait pas s’empêcher d’analyser la posture et le comportement de son amie, mais surtout l’absence des têtes habituelles.

‘’Pandore. Je dois avouer que je devenais impatiente à l’idée de m’entraîner avec toi, je me demandais bien quand nous allions nous retrouver, je commençais à croire que tu m’avais peut-être oublié.’’ Taquine la blanche avec un sourire. ‘’Mais dis-moi, vous vous êtes chicané ? Elles sont ou Cobra et Vipère ?’’

Elle penche la tête sur le côté, plissant un peu les yeux. Elle trouve particulier d’entendre Pandore souligner qu’elle avait un manque d’expérience dans le domaine de l’enseignement, de plus, elle lui apprend par la même occasion que Salem est un grand formateur ? Son sourcil se soulève quelque peu, était-ce vrai ou un sarcasme bien cacher, pourtant elle avait cru comprendre que le grand noir refusait ou presque de prendre des élèves sous son aile, jusqu’à maintenant, il devait avoir pris 2 peut-être 3 élèves maximum ? De plus, même si Salem avait évolué depuis leur dernière rencontre, sa mère la tenait assez au courant pour savoir qu’il restait un gros bourrin sans manière douce, plus depuis la perte de sa femme. Ainsi, elle essaye de rassurer Pandore.

‘’Ne t’inquiète pas de ton enseignement, nous sommes tous les deux-là pour apprendre quelque chose de l’un et l’autre et il faut commencer quelque part pour prendre d’expérience. Tant que tu ne me tues pas, tu peux faire ce que tu veux, la seule manière que mon corps apprend, c’est de se faire briser. À la longue et devient soit plus fort, sois mon instinct est assez réveillée pour anticiper les trucs. De plus, entre toi et moi, l’entraînement de la marine simple est trop délicat, ce n’est pas pour rien que j’ai été placé avec Alnoth, il a un passé assez particulier comme toi, la seule raison pourquoi je me suis pas retrouver à l’élite c’est à cause de Marie, la mère de Salem… Alors apprenons ensemble.’’
Codage par Libella sur Graphiorum
[/color]
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26871-eleonore-grey-soldate-au
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26836-eleonore-grey-soldate-au-rapport-terminee#277619
img_rp
La Belle et la Bête
Feat
Eleonore





Étonnée...

Il y avait ceux qui clamaient haut et fort aimer la douleur, et ceux qui la redoutaient mais dont l'instinct les poussaient à se plonger dans ce genre d'envie primitive. A ce jeu là, Eleonore était bien plus honnête avec elle même que tu ne pouvais l'être. Tu ne cherchais pas à être blessée, ni même à te faire du mal, et pourtant, une fois un combat engagé, tu devenais telle une machine n'ayant pour volonté que l'élimination de sa cible même si cela passait par une destruction mutuelle. Eleonore avait choisi cette vie en l'assumant, toi elle était venue à toi malgré que tu avais essayé de la repousser plus d'une fois.

- Te briser ? J'ai encore besoin de toi pour les missions qui vont suivre et je ne veux pas te renvoyer sur un lit d'hôpital aussi rapidement. Les médecins de la base finiraient par me sauter à la gorge si je faisais ça...


Certes, tu n'allais pas être tendre avec elle, mais cela ne voulait pas dire que tu voulais tester ses facultés de récupérations. Tu étais passée là tantôt, et malheureusement pour Eleonore, tu n'avais aucun Zoan Mythique à lui proposer pour pallier aux ravages futurs de son corps. Ton rôle était donc de faire en sorte qu'elle n'arrive jamais à ton stade, et grâce à elle, tu espérais aussi comprendre comment régler tes propres défauts. Et puis... Quelque chose te disait que Salem lui aussi finirait par te sauter à la gorge s'il savait ce que tu faisais subir à cette femme. Il avait beau la fuir en apparence, tu avais cette drôle d'impression qu'il y avait bien plus entre eux qu'ils voulaient bien l'admettre. Une sorte d'intuition féminine.

- Et ne t'inquiète pas pour Cobra et Vipère. Ces deux-là ont pour ordre de ne pas intervenir dans un premier temps. Mais si tu te débrouilles bien, je ferais sans doute appel à eux pour avoir leurs avis.


Et c'était aussi une manière pour toi d'appliquer ton autorité en tant que personnalité principale de ce corps qu'était le votre. Ce n'était pas évident de les contrôler, et s'ils ne t'avaient pas tant desservit que ça jusqu'ici, bien au contraire, tu ne pourrais pas les laisser libre d'agir comme ils le désiraient devant d'autres supérieurs que Salem. Il te l'avait d'ailleurs bien fait comprendre, c'était ton rôle que de les tenir en laisse.

- Enfin bref... Commençons... Je n'ai pas eu l'occasion de te voir véritablement te battre cependant, j'ai pu en déduire une première impression en voyant l'état de tes deux victimes sur Karakuri.

Son corps, sa démarche, son attitude, son arme, les blessures sur sa chair et celles de ses ennemis. Tout ça pouvait en dire long et tu étais suffisamment expérimentée sur le sujet pour avoir une vision plus ou moins précise de ses compétences véritables. Pour autant, il te fallait les voir dans leurs totalités, et tu n'aurais pas cette occasion si tu ne trouvais pas un moyen de la mettre dans un contexte inhabituel pour elle.

Heureusement, tu avais toujours les méthodes de l'élite pour t'aider lorsque tu en avais le plus besoin. Des méthodes qui manquaient clairement de subtilité mais qui avaient surtout pour but de faire craquer les plus frêles d'esprits. Ainsi, allant prendre une sorte de gilet lesté ainsi que plusieurs poids qui semblaient pouvoir être accrochés sur les chevilles, mollets, bras et autres, tu vins à les lui jeter à ses pieds, laissant les poids retomber lourdement, fracassant le sol au passage en formant une sorte de petit cratère.

- D'habitude on donne des poids moins lourds aux nouvelles recrues mais tu n'en es pas une. Vu l'arme que tu manipules, je ne doute pas du tout de ta force, ainsi j'ai moi-même préparé ces poids afin qu'ils soient au plus proche de tes limites physiques. Suffisamment pour te faire transpirer à chaque respiration, mais pas assez pour t'empêcher de bouger.


Cruelle ? Pas vraiment. Cette méthode ne renforçait en rien le corps de sa victime, mais bel et bien son esprit. Et surtout, cela permettrait de mettre en avant les défauts dans sa posture de combat. Si en temps normal, le corps compensait ce genre d'erreurs critiques, cela n'était plus possible avec ce type d'équipement sur-soit, bien trop lourds pour laisser le corps s'équilibrer en conséquence.

- Je n'accorde que très peu d'importance à la forme de ma technique. On me qualifie souvent de sauvage une fois sur un champ de bataille, mais en réalité, je ne cherche qu'à neutraliser mon adversaire. Qu'importe la beauté de mes mouvements ? Est-ce une bonne chose ? Je n'en sais rien. On a chacun notre manière de nous battre. Cependant, qu'importe comment on choisi de se battre, on doit s'assurer d'être la meilleur dans son domaine. Tu comprends cela ?

Eleonore avait le goût du sang comme toi, mais elle était aux antipodes de ce que tu étais. Il y avait une beauté poétique qui se dégageait de sa manière d'être là où tu étais plus froide, plus incisive. Même parmi les amiraux, il y avait des différences majeures sur leurs manières de bouger, de se comporter, de se battre, et pourtant, ils se valaient presque tous en terme de puissance et de talent.

- Tu vas m'attaquer, encore et encore sans t'arrêter, comme si tu voulais me tuer, ne retient pas tes mouvements ni même ton arme. Elle semble être de qualité supérieur, elle te permettra de compenser un peu les entraves que je t'ai forcé à mettre. Tu vas faire cette exercice pendant une heure et après je te soumettrai à des épreuves purement musculaire et on recommencera, encore et encore.


Tout aussi endurante et tenace qu'elle pouvait-être, elle finirait pas s'épuiser bien avant-toi dans ces conditions. Son seul moyen de tenir la cadence était d'économiser un maximum de mouvements inutiles, comme avait pu t'apprendre Salem avec toi. Cependant, cela ne pouvait se faire que par la pratique intensive et la supervision de quelqu'un de plus expérimenté qu'elle. Il était encore trop tôt pour l'introduire au Haki, mais ce serait déjà un bon entraînement pour elle. Lui permettant de commencer à laisser sa volonté contrôler pleinement son corps et non l'inverse.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore
“Be strong, you are someone else's model.”

Elle rit doucement devant les paroles de sa supérieure. La soldate avait en partie raison, mais Éléonore n’avait connu qu’une seule chose depuis son retour des morts, brisée ou être brisé parce que la mort n’était plus une option. Toutefois, elle comprenait l’autre demoiselle, peu était ceux qui le demandait haut et fort comme elle. C’était à cause de ce comportement à moitié destructeur qu’elle avait été retirer des recrues normales de la marine pour être mise dans les mains Alnoth. En plus d’être partiellement détesté des soldats à cause de son ‘statut de protection’ de la famille Fenyang -ce qui n’était pas réellement le cas- elle avait aussi tendance à être très agressive en soit, ne se laissant pas marcher sur les pieds par ceux qui avaient essayés de lui faire de l’intimidation à cause d’une jalousie mal placé. Parce que clairement Éléonore n’avait jamais travaillé de sa vie pour réussir à monter les échelons, tout ceci était grâce à son lien avec la famille militaire. C’était aussi pour cette raison qu’elle avait accepté d’aller dans la flotte au lieu de la garnison. Ainsi, en restant en mouvement, il lui avait toujours été plus facile de rester trop longtemps au même endroit et de se faire remarquer… À quelques exceptions près… Elle avait beau adorer jouer le rôle de la douce et maternelle mère, elle n’était pas stupide et elle n’allait pas se gêner de punir un enfant qui lui manque de respect.

Sous l’explication de l’absence des deux têtes habituelles, la blanche fit un léger signe de tête, acceptant aussi facilement l’explication donné. En soit, elle aurait accepté n’importe quelle explication, même celle où elle refusait de lui répondre. Elle avait demandé par pure curiosité, mais il serait menti de dire que les têtes ne lui manquaient pas, il fallait dire qu’elle s’était plutôt habituée aux échanges verbaux des trois êtres. Ils étaient tout de même fascinants de les voir agir et plus d’une fois la demoiselle s’était demander s’ils étaient des êtres à part entière ou une seule et unique personne avec un problème mentales. Dans les deux cas, ceci ne changeait pas le respect qu’elle avait pour la jeune femme, mais parfois, la question remontait dans son esprit. Une question qu’elle chasse à nouveau en décidant de commencer des exercices de mobilité pour commencer à réveiller les muscles de son corps pour la suite des choses. Elle vient maintenir chaque étirement pendant 15 à 30 secondes, en respirant profondément et en relâchant progressivement la tension. Elle étire lentement la respiration, comme si elle synchronisait les deux actions.

Elle effectue plusieurs étirements dynamiques du haut du corps, commençant par des rotations des épaules, au balancement des bras, ensuite elle enchaîne avec l’étirement du tronc, offrant des rotations de ce dernier avant de se laisser tenter par des flexions latérales de chaque côté de corps. Elle continue avec les hanches, l’élévation des genoux avant de poursuivre avec la partie qu’elle devait aimer le plus, celle des jambes. Après avoir effectué des mouvements de flexion et d'extension des chevilles, elle attrape sa première cheville derrière elle en pliant le genou pour étirer les muscles de la cuisse et elle recommence avec l’autre jambe. Elle termine finalement avec une flexion avant assise, prenant place au sol, avec les jambes tendues, elle se penche en avant pour étirer le bas du dos qui laisse quelques craquements de colonnes s’étirer dans l’air. Elle étire une dernière fois son cou avant de se redresser au moment où Pandore jette à ses pieds l’équipement lourd. Elle ose un sourcil, Éléonore ne craignait pas le défi, encore moins des méthodes peu orthodoxes, mais à voir les brisures dans le sol, elle en comprend que ceci n’est pas des poids normaux. Cependant, la soldate ne souffle aucun mot pour protester, penchant plutôt son corps svelte vers les premiers poids et installant à partir du bas les poids pour graduellement monter vers le haut et enfiler à la fin le gilet en question.

‘’Parfaitement et je partage votre avis. Plus vite est éliminer la cible, moins les elle peut produire de dégât, nous partageons la même pensée.’’ Marmonne la blanche qui termine d’installer le gilet avec un soupir d’effort.

Elle attrape les derniers poids pour ses bras et les installe finalement. Une fois la chose faite, elle ferme les yeux, essayant de calme son cœur affolée qui se retrouve dans une cage de métal compressant. Tout ce poids sur elle la mets inconfortable. Elle se met lentement à bouger, recommençant des manœuvres de mobilités pour voir l’étendu des mouvements qu’elle pouvait effectuer avec ces poids supplémentaires. Elle réalise qu’elle a beaucoup moins de porter dans ces déplacements et actions, ce qui va l’obliger à être beaucoup plus près au corps-à-corps au point qu’elle se demande s’il serait judicieux d’utiliser sa hache dans l’immédiate. Elle prend tout de même la chance, attrapant l’arme pour en faire quelques moulinets, interchangeant l’arme de main avant de la faire passer derrière elle, devant elle, la faire sauter dans les airs un peu, la rattraper, mais cette dernière lui glisse des mains au dernier moment pour aller se planter dans le sol.

‘’Hmm… Je crois qu’il serait plus judicieux de commencer avec simplement le combat au corps-à-corps. Surtout, pour m’habituer un peu avec les nouveaux poids, la hache va plus me distraire qu’autre chose. Sinon, votre plan m’a l’air parfait, nous pourrons découvrir ensemble l’étendu de nos forces et limites. Cependant, j’aurais besoin d’une grande quantité de nourriture, surtout si nous nous entraînons beaucoup.’’

Après un dernier échange visuel, Éléonore prend une grande respiration avant de s’élancer simplement sur Pandore. Cette dernière lui avait tout de même demande de l’attaquer avec tout sa force de volonté et elle allait respecter son choix. De toute façon, elle savait qu’elle ne pourrait pas blesser la femme, encore moins avec son nouvel accoutrement, mais ceci n’allait pas l’empêcher d’essayer d’érafler juste un peu la peau claire de son adversaire. Ainsi, elle se lance dans une série de coups simple qui aurait dû être rapide de Muay Khao. Elle lève le genou, visant avec précision le flanc, mais elle grimace devant le manque d’allonge, les poids rajouter à ses jambes ne jouant pas en sa faveur. Malgré le défi, elle essaye de faire en sorte que ses coups sont calculés, évitant les froufrous inutiles comme l’avait sous-entendu la supérieure. Chaque esquive exécutée avec une agilité qui aurait dû être impressionnante pour son expérience, mais qui pour le moment était gauche. Les poings et les coudes s'élèvent dans une danse violente, créant une symphonie de coups qui furent tous bloqués par la professeure.

Ses coudes et ses genoux se mêlent dans un ballet de force brute et de stratégie. L'entraîneuse semble l’encourager à sa manière à ajuster ses positions, à trouver l'angle ou la force pour se parfaire. Après des rounds intenses, Éléonore se sépare un peu, le visage perlé de sueur et le souffle lourd, elle observe la Commodore qui lui fait face. Elle ressentait un mélange de fatigue, de satisfaction et de détermination en même temps, comme si son corps et son cerveau se combattaient ensemble pour soit abandonner à cause de l’épuisement physique et pourtant son cerveau voulait plus, il carburait à la simple idée d’avoir un adversaire insurmontable, l’adrénaline remplissait ses veines face à la dangerosité possible et tandis qu’un large sourire carnassier prend naissance, elle s’élance à nouveau, incapable d’abandonner même si son corps se lamente avec un gargouillement sonore.
Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Éléonore Grey le Mar 26 Déc 2023 - 6:26, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26871-eleonore-grey-soldate-au
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26836-eleonore-grey-soldate-au-rapport-terminee#277619
img_rp
La Belle et la Bête
Feat
Eleonore





Étonnée...

Avais-tu sur-estimer ses capacités ? Tu pensais avoir réglé ses poids de telle sorte à ce qu'elle puisse se battre avec son arme malgré tout et pourtant celle-ci face à la maladresse imposée sur ses membres, avaient préféré se résigner à utiliser ses poings plutôt que sa lame. Un choix judicieux face aux options qui s'offraient à elle, mais tu ne pouvais t'empêcher de penser que tu avais encore beaucoup à apprendre sur la manière d'enseigner aux autres. Tes instructeurs à l'élite n'auraient pas fait ce genre d'erreurs de jugement.

- De la nourriture ? Et bien je suppose que je peux demander à ce qu'on nous livre quelques rations.

Si c'était là son seul besoin alors pourquoi pas. Après tout, tout le monde avait besoin de carburant et si cela permettait d'accélérer sa formation, tout les moyens étaient bon à prendre. Tu ne pouvais pas l'empêcher de mettre sa vie en jeu à chaque bataille, mais tu pouvais la renforcer pour lui permettre de s'épargner la peine de rentrer sur une civière. Tout ce que tu voulais était qu'elle apprenne, vite et efficacement, et elle semblait la parfaite élève pour tester tes méthodes. Quelques années auparavant, tu avais déjà essayé d'apprendre à une indigène locale d'une île à touriste l'art de l'escrime. Et si celle-ci avait rapidement progressé sous tes conseils, tu ne savais pas ce qu'elle était devenue depuis... Peut-être morte dans ses ambitions infinies... ?

Qu'importe. Cette fois-ci c'était Eleonore qui était devant toi et elle méritait tout ton attention. Ne serait-ce car t'avait besoin de personne de confiance pour confier tes arrières, ne serait-ce que de manière passagère. Tu n'avais clairement pas le niveau de Salem, mais il fallait faire avec.

Ainsi la danse commença, et tu pus observer la manière dont elle se débrouillait entravée de la sorte. Cette femme s'était engagée assez tard dans la marine, et pourtant, elle possédait une intelligence de combat que tu ne voyais presque jamais chez les autres soldats. Elle savait s'adapter, et tenter d'ajuster ses possibilités en fonction. Évidemment, tu ne tirais aucune gloire ni même satisfaction personnelle à parer ou esquiver ses assauts. Elle était entravée et sortait de convalescence. Tu pouvais lire en elle comme un livre ouvert, simplement car tu ne subissais aucune contrainte de ton côté.

- Tu es impressionnante Eleonore. Crois-moi lorsque je te dis que peu de personne s'adapte aussi bien que toi à l'exercice, et surtout aussi rapidement. J'ai passé une journée entière à manger le parquet lorsqu'on m'a imposé les mêmes poids que toi, pendant ma formation.


Tu souriais, satisfaite de ses prouesses. Avais-tu vraiment grand chose à lui apprendre finalement ? Elle était sans doute du même type que toi, à préféré la pratique à la théorie. Et vu sa vitesse d'assimilation par rapport à son parcours, ce n'était peut-être qu'une question d'année, voir de mois avant qu'elle n'atteigne ton niveau voir même te surpasse. Une perspective qui te terrifiait un peu.

- Maintenant, tu vas m'attaquer à nouveau, mais je vais me permettre d'intervenir.

Heureusement pour elle, y avait encore un écart certains entre toi et la femme aux cheveux blancs. Ce qui voulait aussi dire que tu allais pouvoir lui transmettre une partie de ce différentiel pour l'aider à progresser encore plus vite. Ainsi, lorsqu'elle t'attaqua à nouveau, tu avais déjà en dessin dans ta tête, la plupart de ses patterns de coups. Le désavantage à être ankylosé de la sorte, c'était que le corps avait tendance à prioriser les mouvements les moins fatigants, limitant grandement les possibilités. Et ensuite, l'esprit se contenter de trier avec tout ça, et bien souvent, lui aussi avait ses préférences.

Laisser l'ennemi deviner ses prochains mouvements était souvent synonyme d'une mort imminente.

Ainsi, alors qu'elle attaquait, tu venais à chaque fois porter un coup, certes léger, mais très précis, la déséquilibrant constamment, mettant en avant les trous dans sa posture.

- Varie davantage tes mouvements, fait attention à tes appuies.

Tes mots se faisaient plus sévères, plus froids alors que tu parais et esquivais avec toujours plus de fermeté que la fois précédente. Elle transpirait, elle transpirait énormément et avec la fatigue venait l'incapacité à penser de manière clair. Et naturellement, les trous dans ses approches ne faisaient que s’agrandir, ce que tu ne manquais pas de souligner à chaque fois, à chaque mouvement.

- Je t'ai dis de varier tes coups.

Et comme pour la punir, tu enfonçais ton poings dans son foie avant de la faire décoller de plusieurs mètres pour la faire s'écraser contre le mur de la pièce. Face à l'impact, tu avais donné l'impression que ses poids n'étaient rien d'autres que de la mousse. Tu avais dis que tu ne la briserais pas, et de ce fait, tu avais délibérément visé le foie, lui affligeant une grande douleur sans pour autant la blesser d'une quelconque manière. Bien que tu avais encore du mal à bien retenir ta force, au même titre qu'Eleonore, tu avais cette habitude d'affronter bien plus fort que toi, pas l'inverse.

- Reprend ton souffle tout le temps que t'as besoin, ensuite je vais te faire répéter des exercices physiques. Tant que ton corps ne s'est pas habitué à ses entraves, tu continueras à répéter les mêmes erreurs.


Faisant un mouvement de la main, tu laissais entrer une recrue portant dans ses bras plusieurs provisions à l'égard de la Commandante. Des sucreries mais aussi diverses sources de protéines, ne sachant pas vraiment ses préférences. Dans tout les cas, cet exercice t'avait permit deux choses : comprendre les capacités d'Eleonore mais aussi d'appréhender sa véritable personnalité. Celle qui ne se révélait que sous la difficulté.

- Mange.

Tu souriais mais montrait aussi un sérieux qui tranchait avec la Pandore très relâchée que tu affichais d'habitude, preuve que tu prenais cet entraînement express très au sérieux quoi qu'on en dise.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore
“Be strong, you are someone else's model.”

Elle acceptait sans rechigner, elle verrait bien ce que la demoiselle lui réservait avant d’appeler le buffet et de le dévaliser. Il fallait avouer qu’il n’était pas coutumier, qu’une personne de son gabarit dévore autant de nourriture tout simplement parce que son corps était un monstre sans faim qui s’auto-mangeait s’il n’avait pas sa dose de protéine quotidienne. Tout en combattant Pandore, la blanche dévie à peine les yeux vers cette dernière, assimilant ses paroles. Elle reste un poil surpris, ce qui lui fait manquer une attaquer, mais elle se reprend vite. Ceci lui montrait juste que son cerveau se focussait trop sur une seule tâche et elle ne devait pas se laisser engouffrer de la sorte, encore moins en combat.

‘’Il n’y a rien d’extraordinaire, comme vous l’avez souligné, ma hache doit bien faire le même poids que le gilet, déséquilibré vu que la plus grosse partie du métal est d’un côté, alors j’ai appris en compenser avec mon corps comme balancier… Ce n’est que la logique que j’utilise, j’observe, j’assimile et je sors le meilleur d’une situation…’’ Explique-t-elle entre deux exaltations d’air profond, comme si le fait de s’exprimer en même temps que le combat l’épuisait. ‘’Et puis une fois qu’on a compris les bases du combat tous les styles reviennent au même…’’ Une autre pause et pendant une seconde une lueur taquine s’allume au fond de ses prunelles. ‘’Si c’était Salem qui a fait ton entraînement, je soupçonnerais qui prenait plaisir à te voir ramper à ses pieds, alors il a dû mettre des poids plus lourds. Ceux que tu m’as donnés son parfait, juste assez lourd pour être épuisant, mais pas assez pour m’empêcher de faire quoi que ce soit…’’ Termine-t-elle simplement, envoyant un coup de coude qui manque de peu sa cible, bloqué par le professeur.

Elle hoche simplement la tête, acceptant partiellement son sort, qu’elle allait maintenant recevoir des coups. Elle change tout de même de tactique, ralentissant un poids la cadence pour abandonner l’agressivité pour la défense. Elle savait que dans l’immédiate, c’était ce qui allait arriver. Cependant, son combat avec Pandore lui fit réaliser une chose, chaque endroit où elle frappait et qui l’affaiblissait toujours un peu était des lieux où elle avait déjà été grandement blessé et donc ses organes principaux n’étaient plus. Est-ce qu’inconsciemment à cause de sa condition d’adaptation elle ‘abandonnait’ la sécurité de la chair vue qu’elle n’avait plus rien d’important ? Cette question la déstabilise un moment, l’esprit ailleurs en se remémorer des anciens combats, elle semble comprendre que son cerveau ne faisait plus attention à l’enveloppe. Ainsi, elle manque le premier avertissement auditif et ce fut un regard rempli de surprise qui s’affiche quand elle se fait envoyer plus loin pour finalement frapper le corps. Le souffle complètement coupé à cause du coup et du gilet qui contractait brusquement sa poitrine, elle retombe lourdement au sol en cherchant son air.

Les larmes aux yeux, elle rejette la tête vers l’arrière, calmant son esprit pour avaler une grande goulée d’air et enfin entendre la voix de Pandore s’élever. Elle sourit faiblement à cette dernière approuvant ces paroles avant de porter les mains au col du gilet et de le tirer un peu vers l’avant, retirant de la pression sur son palpitant. Elle attend quelques secondes, ne cherchant pas à se lever immédiatement. Elle fait signe à la demoiselle de lui tendre son plateau et le dépose près d’elle en observant son contenu. Ce n’était que par pure curiosité, elle n’était pas une personne difficile en soit et avec son estomac, elle avait appris à manger par mal n’importe quoi. Elle attrape une barre tendre, l’ouvre et la dévore aussi simplement avant de passer à un autre truc. Elle doit bien avaler plusieurs aliments avant de sentir son estomac un minimal rassasier, elle avait eu tellement d’apprécier pour le nouveau défi qu’elle n’avait pas réalisé à quel point son corps avait dépensée de l’énergie.

‘’Je sais, j’ai été distraite et je me suis perdu dans mon esprit. En combattant avec toi, j’ai réalisé un truc que mon cerveau faisait inconsciemment. J’ignore si tu as vu mon dossier d’hôpital, mais j’ai un corps un peu particulier, mon métabolisme est plus adapté pour des situations extrêmes et ce qui ne me tue pas modifie l’emplacement de mes organes. En soit, j’ai un corps qui a sa propre volonté et il s’ajuste. La comme tu as fortement frappé mon foie, d’ici demain, il devrait avoir changé de place… De ce fait, quand tu frappais certains endroits de mon corps, ça m’a fait réaliser qu’inconsciemment, je ne les protégeais plus parce que je sais qu’il n’y avait pas d’organes à ces endroits la… Grâce à ceci, je peux, non je dois engloutir des quantités monstres de nourritures ou d'alcool sinon mon corps d’auto-digère, je peux survivre à des dégâts considérables, mais surtout je peux récupérer plus rapidement que la moyenne.’’ Termine-t-elle en avalant deux dernières barres tendres et en vidant l’équivalent de trois bouteilles d’eau.

Elle étire sa nuque et s’extirpe finalement du sol en se secouant un peu, c’était sa manière de voir si elle n’avait pas un désagrément quelconque. Elle passe une main sur son front, chassant quelques perles de sueurs avant de poser ses prunelles brillantes d’énergie et sur Pandore. Elle laissait un large sourire d’excitation se dessinait et tandis qu’elle se frotte un peu les mains, elle s’exprime en se rapprochant ;

‘’Voyons voir jusqu’où nous pouvons pousser ce corps… Je suis prête pour la suite.’’
Codage par Libella sur Graphiorum
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26871-eleonore-grey-soldate-au
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26836-eleonore-grey-soldate-au-rapport-terminee#277619
img_rp
La Belle et la Bête
Feat
Eleonore





Perplexe...

Etait-ce vraiment en mesure de t'étonner ? Tu arquais un sourcil tout en l'écoutant expliquer les particularités de son corps qui avaient le don de te surprendre en premier lieu. Puis, tu venais à repenser à ton propre cas et à ses têtes qui te parlaient comme si elles étaient des entités dissociées de toi alors que pas du tout. Mais quand bien même, des organes à même de se déplacer, de s'adapter efficacement au danger pour s'en prémunir dans le futur. Peut-être que sa capacité d'adaptation et d’apprentissage dépassait de loin ce que tu avais pu t'imaginer jusqu'ici.

- Tu as raison. Avoir des particularités, aussi utiles que celle que tu possèdes est un atout sans commune mesure. Cependant, il ne faut pas compter uniquement dessus, tu es bien plus qu'un corps à même de s'adapter. Enfin, je ne t'apprend rien, ça va être mon boulot de t'enlever ces mauvaises habitudes qui se sont encrassées en toi depuis que tu as pris les armes.

Tu la regardais engloutir de la nourriture, comprenant alors aisément pourquoi elle avait toujours quelque chose en bouche pour la sustenter. De ton côté, tu étais aussi une anomalie parmi tes pairs, même avant d'avoir mangé ton fruit du démon. Tu guérissais rapidement, mais pas à ce point. Tes blessures avaient été pansées que grâce aux talents de l'infirmière de Salem et le renforcement musculaire exercé sur ton corps. A dire vrai, tu te savais être à ta limite de l'acceptable actuellement, alors que Eleonore semblait elle ne pas simplement pas en avoir. Tant qu'elle ne mourrait pas, et qu'elle avait de quoi manger, elle donnait l'impression de pouvoir se relever de n'importe quoi.

Étonnant, mais pas absolu.

- La suite va être moins sympathique pour toi et ton corps. Tu as bien savouré ton repas ? Car cela va être le dernier avant un long moment. Quelques mois en arrière, on m'a jeté sur une île de Strong World avec des liens en Granit Marin à même de saper toute mon énergie. J'ai du survivre et apprendre à revenir aux fondamentaux. Je vais te faire subir la même chose.


Car il n'y avait pas besoin de briser pour reconstruire. Simplement de creuser suffisamment loin sous sa carapace pour intervenir avec efficacité. Ainsi, tu venais à t'éloigner un peu pour aller au fond de la salle avant de soulever un drap cachant deux énormes haltères que tu saisissais du bout des doigts avant de les poser aux pieds de la blanche.

- Tu vas me faire plusieurs exercices. Je vais isoler chacun de tes muscles et les plonger dans une grande fatigue. Seulement après nous pourrons combattre à nouveau. Si tu veux que ton esprit reprenne le contrôle sur ton corps, alors il faut faire en sorte de le rayer de l'équation en premier lieu.


Une explication qui se voulait très théorique alors qu'en réalité, c'était finalement assez basique. Et sans la laisser broncher, d'une quelconque manière, tu la regardais alors s'exerçait pour les prochaines heures. Malheureusement pour elle, elle était forte, et donc cela allait prendre du temps avant qu'elle atteigne un état d'asthénie intéressant pour toi.

---

Et ce n'était qu'à la nuit tombée que tu venais enfin à être satisfaite de son état au bord de l'évanouissement. Tu ne l'avais pas lâché tout le long, t'assurant qu'elle ne s'accordait aucune facilité. Heureusement, elle était une dure à cuire, et n'avait rien des tires au flanc que l'on pouvait recruter sur chacune des mers de ce monde.

- Quand tu te confrontes à un adversaire de ta force voir même plus fort. A quoi tu penses ? Qu'est-ce qui te fait continuer ? L'appel du sang ? Du devoir ? Ou tu te contentes d'agir par instinct pour survivre ? Selon toi qu'est-ce qui te fait dépasser tes limites ?


Une question finalement assez complexe posée à une personne dont le souffle avait du mal à se stabiliser. Son esprit devait sans doute être focalisé dans l'idée de chercher une quelconque forme d'énergie ou même de simplement se mettre en veille en dormant. Et pourtant, tu avais attendu cet instant précis pour lui poser cette question.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore
“Be strong, you are someone else's model.”

Elle avale une dernière grande gorgée d’air, remplissant ses poumons avant de retenir sa respiration quelques secondes supplémentaires. Pandore n’avait pas tort, elle avait pris des mauvais plis et il était temps de les casser. Autant qu’elle aimait l’entraînement et les défis, elle espérait tout de même que de changer ces vilaines habitudes n’allait pas prendre trop de temps. Elle ne fait que hocher la tête, ne trouvant rien d’important à rajouter aux paroles de sa supérieure, tout avait été dit et c’était tout simplement logique. Après avoir fait le maximum de réserve possible dans le moment, elle s’était extirpée de son trou qui devenait trop confortable pour rejoindre son professeur, attendant la suite avec impatience. Elle écoute la demoiselle lui expliquer la suite des choses, l’entraînement qui est censé la jeter dans un état presque de désespoir qui devrait lui permettre de faire soit un miracle soit la brisée complètement. Elle est grandement curieuse de découvrir de quel côté elle va tomber, de quel genre de femme, elle peut devenir une fois complètement lavée de toute énergie. Du plus, loin, qu’elle se rappelait, le seul temps qu’elle réussissait à ‘turn off’ son cerveau, c’était à la suite qu’un combat désavantageux ou elle avait survécu de peine et de misère.

C’était une manière particulière de voir la chose. De ce que comprenait la veuve était que Pandore espérait qu’elle serait assez forte mentalement pour survivre à l’exercice physique. C’était une bonne manière de voir la chose, il est vrai que si elles réussissaient à faire ceci et bien elles pourraient réussir à faire bien d’autre chose. Elle attrape les nouveaux poids lourds, les soulève lentement pour prendre bien conscience et assimiler le poids supplémentaire rajouté. Elle serre un peu la mâchoire, avant de s’activer sous les ordres de Pandore. Elles commencèrent avec un circuit de force et de puissance, tout en échangeant entre squats lourds, pompes avec les poids sur le dos, burpees en tenant les poids et soulever de poids en utilisant différentes techniques. Elles enchaînèrent avec différents entraînements métaboliques et finalement des super sets qui visaient principalement l’isolation des muscles plus petits ou plus difficile à venir chercher d’ordinaire. Pandore savait exactement ce qu’elle faisait, mélangeant différents styles d’entraînement que la blanche ne connaissait pas et qu’elle apprécia de découvrir sous la tutelle de la femme.

Sincèrement, elle se surprend elle-même face au temps qu’il lui faut pour se retrouver complètement lavé d’énergie et son estomac lui fait lui aussi savoir qu’il n’est pas content en grondant tel un sauvage. Elle est étendue au sol, ressemblant à une vulgaire étoile en sueur, entre mourantes par manque d’oxygène et là d’déshydratation, elle avale goulûment l’air par la bouche, le gilet soulevé par la force de sa poitrine qui se soulève sous l’effort. Les yeux mi-clos, sont esprit est focusser sur le battement impressionnant de son cœur qui est douloureux et pourtant un sourire flotte sur ses lèvres, elle est satisfaite. Elle est enchantée d’avoir poussé ses limites, de les découvrir… Elle n’était même pas sure, si elle serait capable de retourner à sa chambre, mais en même temps l’idée de rester ici semble être une idée de plus alléchante… Elle se force tout de même à ouvrir les yeux sous la question de son amie, réfléchissant sincèrement à ses propos.

‘’Hmm… Je risque de choquer… Mais c’est purement par intérêt personnel. Je suis en mode survie depuis mon retour des morts, rien ne me motivait, même quand j’ai rejoint la marine à l’époque, je me cherchais un but… Avec le temps, j’ai trouvé un truc que je voulais faire et tant que ce but n’aura pas atteint ce but, je me refuse de crever ou d’abandonner. Je rassure, je ne suis pas guidée par la revange, de toute façon Salem de gérer le tout seul, comme à son habitude… Et sincèrement, je me refusais de donner cette victoire à mes ennemis… Révolutionnaires ou pirates.’’ Marmonne-t-elle avec un soupir… ‘’Alors, je ne pourrais pas répondre plus à cette question. Je crois que malgré moi il y a un appel du sang aussi, je suppose que passer près de la mort réveille des trucs sombres en soi…’’ Elle prend une pause, réfléchissant un peu plus à cette partie. ‘’Je sais que quand je mets ma volonté sur une cible ennemie, je deviens obsédée à l’idée de l’arrêté, que ce soit non-létal ou létal, il en va de comment évolue la situation et selon la dangerosité de la cible… J’espère ne pas trop vous décevoir par ma réponse.’’

Elle se tait à nouveau, cherchant son souffle. Cette simple tâche, de s’exprimer lui était difficile en soit, lui tirant les rares réserves qu’elle réussissait à emmagasiner. Elle avait besoin clairement besoin d’un bain, d’une nuit de sommeil et de nourriture, quel que soit l’ordre…
Codage par Libella sur Graphiorum
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26871-eleonore-grey-soldate-au
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26836-eleonore-grey-soldate-au-rapport-terminee#277619
img_rp
La Belle et la Bête
Feat
Eleonore





Soit...

Sa récompense n'allait finalement pas si loin que ce que tu aurais pu espérer. Dire que tu étais déçue serait un bien trop grand mot, tu étais simplement surprise de ne pas entendre d'autres raisons de sa bouche. Sans doute qu'elle ne voulait pas se confier davantage ou que même elle n'était pas au courant des raisons qui la poussaient à agir de la sorte. On ne devenait pas une machine à tuer du jour au lendemain, et même si elle avait toujours été une chasseuse accomplit, il y avait une grande différence entre sa vie d'antan et l'actuelle.

De ton côté, tu avais mit énormément de temps à être celle que tu étais aujourd'hui. Et bien souvent, tu te dégoûtais d'agir comme tu le faisais, simplement car il t'arrivait bien souvent d'être toi hors de contrôle. Et dans le fond, tu ne voulais pas t'avouer haut et fort que tu adorais ce que tu faisais, te battre, tuer, sévir... Tu aurais certainement eu une vie bien plus sombres si on avait pas canalisé tes sombres pulsions au sein du gouvernement.

- Bien. Je suppose qu'on se fiche finalement bien de la raison de pourquoi on fait ça. Le tout, c'est qu'on le fait quand d'autres rechignent à faire le sale boulot. C'est ce qui nous sépare des autres recrues, celles qui n'iront jamais au-delà du grade Sergent. On fait ce qui doit être fait, qu'on le veuille ou non.


Et peut-être que c'était là la clé de la puissance. Avoir une volonté forte et s'y tenir à chaque instant. Ne jamais fuir, ne jamais craindre d'avancer qu'importe les obstacles. Tu avais passé six années de ta vie à méditer sur cette question et il t'avait suffit de quelques mois pour être bien plus forte que ce que tu avais été la majorité de ton existence. Quelques mois à risquer ta vie et à rendre la justice... Qu'importe le talent, qu'importe l'éducation, qu'importe la richesse. Ceux qui avaient la volonté de s'imposer sur ce monde finissaient par en donner la direction.

- Mais pour toi Eleonore, ce n'est ni l'heure d'un bon repas ou d'un bon sommeil. Non... Tu vas devoir m'attaquer, pendant trois heures d'affilées, dans l'état où tu es. Je me permettrai de répondre à chacun de tes coups hasardeux.


Tu souriais, clairement consciente de ce qu'elle était entrain de traverser à cet instant. Tu lui imposais un choix qu'elle ne pouvait pas éviter. Soit elle renonçait, préférait se perdre dans le confort d'un peu de repos, ou alors elle commençait enfin son véritablement entrainement. Tu avais vu sa force physique, tu avais vu ses compétences et son talent. Tu connaissais même la manière dont ses instincts fonctionnaient en grande partie.

Mais jusqu'où sa volonté s'étendait ? Si elle s'arrêtait ici, alors elle n'avait que peu de chance d'un jour maîtriser le Haki, compétence indispensable pour fonctionner sur Grand Line de manière autonome. Tu n'essayais pas de la former pour en faire une futur haut gradée, à vrai dire, tu te savais aussi incapable de te comparer à eux pour le moment. Cependant, tu ne voulais pas qu'elle meurt en combat, et ses affrontements ne feraient que s'empirer au fil du temps s'ils respectaient la même logique à laquelle tu avais été soumise toi aussi.

- Relève toi, et attaque-moi. Vu l'état de ton corps actuellement, celui-ci ne sera pas en mesure de sauver tes erreurs. Il n'y a plus que toi et seulement toi, face à un adversaire que tu ne peux pas surmonter.

Du moins pas aujourd'hui, encore moins dans ces conditions.



  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore
“Be strong, you are someone else's model.”

Les yeux à nouveau mi-clos, elle laisse les rouages de son esprit tourné. Elle n’avait pas menti en disant que pour le moment, sa survie consistait d’un simple but égoïste, celui de faire revivre un nouveau village sur l’archipel vert. Mais pour ceci, il lui fallait atteindre plusieurs facteurs, de l’indépendance, ce qui voulait dire devenir forte, trouver des gens de confiance à qui elle pourrait parfois confier la sécurité du village, avoir énormément d’argent parce qu’il était impossible de simplement devenir, même temporairement, dépendante du gouvernement. Quand elle serait prête, elle savait qu’elle devrait penser à tous les matériaux nécessaires pour la construction. Mais dans le moment présent, elle laquait dans tous les domaines, alors aussi bien commencer avec l’un des plus importants, soi-même. C’était égoïste, mais elle avait appris à la dure que si elle n’était pas assez forte, elle ne pourrait protéger rien de ce qui lui tenait à cœur. Elle avait déjà tout perdu une première fois, elle n’allait pas commettre cette deuxième erreur. Son regard vadrouille finalement sur Pandore, peut-être qu’un jour elle pourrait lui offrir une petite maison tranquille sur son île ? Un sourire rêveur se dessine tranquillement pendant quelques secondes… Peut-être une autre fois.

‘’Arrgg, c’est cruel…’’ Marmonne la blanche face au refus des deux choses primaires qu’elle recherchait le plus.

Elle-même se demandait si elle serait capable, non plutôt comment son corps réagirait dans l’état actuel qu’elle se trouvait. En même temps, elle se sentait vive s’esprit, comme si ses sens étaient deux fois plus en alerte que d’habitude. Elle ne comprenait pas ce phénomène, mais son esprit ne lui avait jamais semblé aussi clair, malgré l’échauffement de son corps. Elle avait l’impression d’être une étrangère dans ce corps endolori, les signaux que son corps lui envoyait semblait crier des craintes qui n’avaient pas lieu d’être, ses neurines la submergeait de stimuli chimiques pour la pousser au repos et malgré ceci, son cerveau voulait plus étouffant la peur, la fatigue et l’épuisement en les remplaçant par tout ce qui pouvait la tenir réveillée, mais tout sa curiosité active. Elle prend une grande respiration, laissant son sens de l’odorat prendre le dessus immédiatement. L’odeur aigre de la sueur envahit ses narines, avec celle plus subtile du fer. Le bois fendu, le métal chauffé par l’utilisation, la moiteur de sa peau sous ses vêtements trempés. Elle ouvre et ferme lentement ses doigts, ne grimaçant même pas sous la douleur des exercices répétés et la maintenance des poids tenus des heures durant. Elle caresse distraitement le plancher, chaque morsure microscopique des fibres sur ses doigts calleux, ou encore la texture de son vêtement humides.

Même si sa respiration reste laboureuse, elle se redresse péniblement, se stabilise sur ses jambes, poussant les signaux mentaux sur les tremblements de ceux-ci. Dans un léger mouvement, elle attrape ses manches et le haut de son chandail, le déchirant en morceaux pour l’extirper de sous le gilet et l’abandonner sur le poids sec. Son pantalon reçois le même traitement et vient s’écraser au sol. Malgré le fait qu’elle s’entraînait que depuis le début de la journée, elle avait clairement dépensé plus d’énergie qu’elle avait mangé, ainsi des signes visibles de déshydratation son visible sur son corps plus sec et maintenant coupé au couteau. Ses muscles gonflés par l’entraînement beaucoup plus découpés et gonflés. Elle penche la tête d’un côté et de l’autre, laissant entendre un craquement de nuque avant qu’un soupir ne soit souffler. Elle pose ses yeux sur Pandore, elle avait deux choix ; abandonner ou continuer. Malgré tout, l’air autour d’elle, l'air, était chargé d'une tension palpable, et le son du battement de son palpitant n’avait toujours pas arrêté de pomper à ses oreilles, la veine de son cou presque près à exploser et pourtant, quand elle avait dit le mot attaque, son corps avait réagi. Son regard, c’était posé sur le bout de femme, s’il était habituellement empreint de confiance, il montrait maintenant une lueur d'appréhension, mais aussi de la résolution à continuer.

Ses pensées tourbillonnaient dans un mélange chaotique de peur, de détermination et d’excitation, elle se sentait comme un chien qu’on allait enfin récompenser pour pointer du doigt une cible. Cependant, cette fois-ci, la menace était différente, plus grande, plus implacable et elle le savait. Un frisson d'incertitude parcourait son échine, mais elle refusait de se laisser submerger par la panique, elle s'était rendue beaucoup trop loin pour abandonner maintenant. La soldate ferme les poings, sentant la pression rassurant de ses ongles familiers entre ses paumes. Elle inspirait profondément, absorbant l'énergie du moment, se préparant mentalement à l'assaut imminent. Ses muscles se tendirent, prêts à réagir à la moindre menace. Elle se remémorait les gestes que Pandore avait effecteur, si cette dernière l’avait étudié, Éléonore aussi, c’était son principal travail tout apprendre d’un potentiel ennemi, quelle que soit sa force, alors malgré le cratère qu’il y avait en différence de force, elle pouvait réussir à surprendre la demoiselle si elle utilisait bien son cerveau. Son esprit, était calme, focalisé. Elle se rappelait les enseignements de ses rares mentors, les leçons apprises au fil des ans. La stratégie devenait sa seule alliée dans le moment, et elle commença à évaluer chaque détail de la scène, cherchant le moindre point faible dans la formation adverse.

La commandante réagit finalement avec une agilité instinctive, lançant son corps sur la Commodore, envoyant une série de coups qui servit simplement à occuper l’attention de cette dernière pour venir frapper à l’opposé. Chaque mouvement de son corps se voulait maintenant très calculé, chaque geste une réponse réfléchie à la menace qui se trouve devant elle. Il n’y avait plus aucune expression sur son visage de porcelaine, plus aura de douceur maternelle, que le Bloodhound qui était là pour survivre et éliminer sa cible de la manière la plus efficacement. Malgré sa détermination, la réalité la rattrapait. Chaque coup porté la rapprochait davantage de l'épuisement, mais aussi de sa cible. Elle était prête à manger certain coup calculé nécessaire pour se rapprocher toujours plus de son but. La guerrière tenait bon, refusant de plier devant l'adversité, même si parfois ses pensées oscillèrent entre le doute et la conviction, mais elle puisa dans une force intérieure inébranlable. Les souvenirs douloureux de la destruction de son village, de la mort de ses parents, de ceux de ses enfants et de l’utilisation qu’on avait faits d’elle par les pirates. Elle avait été torturée pour sa défiance, son corps utilisé comme une vulgaire poupée avant qu’elle soit battue et laissée pour morte, ce passé aux souvenirs douloureux était devenu des boucliers mentaux, la propulsant en avant malgré la tempête qui faisait rage dans son corps. Éléonore, même face à un combat trop puissant, refusait de fléchir, bien déterminée à défendre sa cause jusqu'au bout, que ce soit par la victoire ou la résistance ou encore dans la mort, mais cette dernière option n’était pas possible, elle se devait donc de continuer, même si son corps ne voulait plus répondre. Elle sortirait de cette salle seulement que quand le Pandore le lui permettrait ou quand elle tomberait complètement inconsciente…
Codage par Libella sur Graphiorum
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26871-eleonore-grey-soldate-au
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26836-eleonore-grey-soldate-au-rapport-terminee#277619
img_rp
La Belle et la Bête
Feat
Eleonore





Rassurée...

Évidemment, ses coups manquaient de force et de vitesse, voir même de précision. Cependant, ils semblaient être bien plus cohérents dans l'ensemble, comme si, malgré la fatigue qui rongeait ses muscles, elle commençait enfin à comprendre l'importance de planifier son approche et de ne pas se laisser uniquement guider par le hasard. Tu avais dû apprendre cela à la dur et même aujourd'hui, tu avais du mal à te débarrasser de ce genre d'habitude à même de te coûter la vie à chaque instant.

La véritable différence entre elle et toi, était l'expérience et la puissance accumulée. Pour le reste, tout pouvait se combler ou se régler en l'ajustant un peu, ce qu'elle commençait enfin à faire dès les premiers coups. Et si tu lui rendais effectivement les coups, tu t'assurais d'ajuster la puissance de ceux-ci afin de ne pas la briser. Tu n'étais pas médecin, et tu avais encore du mal à comprendre comme son anatomie fonctionnait véritablement. Tu ne voulais pas prendre le risque de la blesser gravement dans un excès de zèle.

Et après plusieurs heures, même si la dame aux cheveux blancs n'abandonnaient pas, il devenait une évidence qu'elle n'avait plus aucune ressource à t'offrir et que chaque mouvement était synonyme de torture dans sa tête. A l'élite, on vous aurait laissé suffoquer de la sorte pendant plusieurs jours avant de penser vous aider d'une quelconque manière. Des méthodes extrêmement brutales qui avaient le don de filtrer les tires au flancs des autres. Mais Eleonore n'était pas dans l'élite, et tu ne pouvais pas la soumettre à ce genre de traitement, surtout pas avec autant de talent de sa part.

De plus, contrairement à l'élite, ce n'était pas que sa force que l'on recherchait mais aussi son esprit tactique et ses réflexions aiguisées. Deux domaines dans lesquels tu ne serais pas étonnée si elle avait beaucoup à t'apprendre. Souriant, tu venais alors à saisir son poignet tandis qu'elle laissait son corps s'engouffrait dans ta garde avant de la faire passer par dessus-toi et de la projeter au sol, mettant un terme définitivement à cette session. Elle n'avait de toute manière plus la force de se relever même si tu le lui ordonnais en vociférant à son égard.

- Tu as bien travaillé Eleonore, malheureusement pour toi, il te faudra plus d'une session de ce genre pour assimiler mes enseignements. On a encore quelques jours devant nous, et compte sur moi pour pas te lâcher. La suite... Et bien rien ne remplace l'expérience de terrain à l'arrivé... Eleonore ?

- Je crois que tu parles dans le vide Pandore.

- Elle a du talent la bombasse, faut l'admettre.

Tu te grattais la tête, constatant ce que Cobra et Vipère t'indiquaient après s'être manifestées d'elle même. Elle s'était écroulée de fatigue dès que son corps avait touché le sol. Encore une fois, tu avais beaucoup à apprendre sur comment enseigner... Sans doute que tu aurais des conseils à demander à Salem si tu le revoyais un jour dans d'autres circonstances.

- Elle te fera tuer si tu l'achèves pas maintenant.

Fronçant les sourcils, tu venais à tourner ta tête en cherchant l'origine de ces mots. Mais seuls les regards perplexes de Cobra et Vipère se posèrent sur toi.

- Tu vas bien Pandore ?

Clignant des yeux, tu venais finalement à ignorer ces échos perdus avant de soulever la belle Commandante et de l'emmener jusqu'à ses appartements, en s'assurant qu'elle reçoive toutes les rations nécessaires à son bonheur une fois au réveil.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore