-29%
Le deal à ne pas rater :
PC portable – MEDION 15,6″ FHD Intel i7 – 16 Go / 512Go (CDAV : ...
499.99 € 699.99 €
Voir le deal

Le CP et la démone! [PV Valkia]

L'époque où j'étais dans le Cipher Pol semble parfois être une autre vie, cela me semble être si loin, pourtant les fais sont la, il n'y a pas si longtemps, j'étais chef d'équipe du Cipher Pol neuf, et autant dire que cela était loin d'être de tout repos. J'étais l'homme de confiance d'Alfred, ou plutôt dire son esclave, puisqu'il n'hésitait pas a me faire enchaîner mission sur mission sur mission, sans jamais avoir de véritable répis, et a vrai dire je lui rendais bien puisse qu'en effet je ne manquais pas de lui faire envoyer des petits cadeaux ou de faux rapport qui ne manquais pas de le rendre chèvre, mais après tout c'était de bonne guerre.

Cette fois encore, il ne manquait pas de m'envoyer sur une destination de rêve, afin de chasser un groupe de révolutionnaire qui aurait été vu dans la région. Tout ça sur l'île maléfique, rien que ça, rien que le nom ça faisais rêver n'est-ce pas? Je n'avais que peu de renseignement, leur leader serait un hurluberlu du nom de Peter Bosner, plus connu sur le nom de "Pépito", un cavalier de la révolution ayant pour spécialité l’implantation de trafic d'armes. Ma mission était simple, faire fermer le réseau avant qu'il ne soit actif, et si d'aventure il l'était déjà, je devais m'assurer qu'il ne le reste pas plus longtemps.

Les trajets en CP9, ca avait souvent de la gueule. Financé par le gouvernement, je n'avais que peu de question a me poser, un navire avait été mis a ma disposition, pour des raisons de discretion, celui-ci devait me déposer et ne reviendrais que dans trois jour, c'était donc le temps précis que j'avais pour accomplir ma mission, mettre plus de temps serait vu comme un échec, et je n'avais pas la réputation d'échouer, malgré la mauvaise pub que l'autre chouchoute du conseil  des cinq vieux rabougri m'avais fais, mais ça c'est une autre histoire.

Pour le moment, je venais d'arriver sur l'île, mon bateau venait de partir, et j'étais plus ou moins forcé d'admettre que la végétation ici était plutôt impressionnante, il y avait de fortes chances que si une plaque avait été faite, ça devais être la dedans et pas forcément dans la ville... Cela dis, le passage en ville était plus ou moins un passage obliger pour obtenir quelques informations.

J'entrais dans la ville, avec une seule certitude, celle que cela n'allais pas être de tout repos.


Dernière édition par Alaaric Minaro le Lun 18 Mar 2024 - 17:58, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22580-alaaric-minaro-funny-lit
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21936-sweet-dream-presentation-alaaric-minaro

Le CP et la démone

Dans les rues animées de la ville, où les marchands criaient leurs offres et les musiciens jouaient des mélodies envoûtantes, se dressait l'imposante forteresse de Benefacto. Ces envahisseurs avaient bien profité de l’arrivée de la 367 ème division pour assurer la sécurité de l'île. Sous les ordres du Colonel Claude Taverner, la Marine veillait à ce que l'ordre règne et que la prospérité persiste. Leurs uniformes bleus et blancs, flottant au vent, étaient un symbole de force et de discipline.

Pourtant, derrière cette façade de tranquillité, planait une ombre. Les habitants indigènes de l'île, étaient autrefois les seuls maîtres de ces terres. Mais avec l'arrivée des colons et de la marine, leur destin avait pris un tournant tragique. Chassés de leurs terres ancestrales, relégués aux confins de l'île, les autochtones étaient devenus des étrangers sur leur propre île. Ne pouvant qu’assister impuissant au triste déclin de leur île. Ils firent venir leurs bétails, leurs technologies, et leurs armes et ostracisèrent les habitants originels dans la forêt et leur village.

Les ruelles étroites de la ville étaient un témoignage de cette division. D'un côté, les luxueuses demeures des colons, ornées de riches tissus et de bijoux étincelants, s'élevaient avec arrogance. De l'autre, les modestes huttes des indigènes dans la forêt, construites en harmonie avec la nature, se blottissaient dans l'ombre d’aulnes.  Pourtant, malgré cette ségrégation, l'île pulsait de vie et d'énergie. Les tavernes résonnaient de rires et de chants, tandis que les marchés regorgeaient de trésors exotiques et de denrées rares. Les rues étaient un kaléidoscope de cultures, où les nations étrangères se mêlaient dans un doux murmure.  Au sommet de la colline surplombant la ville se dressait la demeure du gouverneur Buhr, une imposante structure de pierre blanche ornée de balcons fleuris. C'était là que se prenaient les décisions qui façonneraient le destin de l'île. Le gouverneur, un homme parachuté ici par les instances marigeoises, cherchait à maintenir l'équilibre fragile entre les intérêts des colons et la sécurité de l’île. Les indigènes ne représentait en réalité qu’une épine dans son pied, et il espérait très clairement les voir disparaître tôt ou tard.

Les indigènes, privés de leurs droits et de leur dignité, murmuraient des mots de révolte dans l'obscurité de la nuit. Certains parlaient de rallier les pirates qui rôdaient au large, prêts à piller et à détruire tout sur leur passage. C’était typiquement le but de Valkia à l’heure actuelle. Emmitouflé dans une grande cape dissimulant ses cornes, la démoniaque avait une mission avant de partir : Retrouver les marchands d’armes au service de Buhr Saint doù. Ce dernier se servait de cela pour se faire un petit bonus à la fin du mois, permettant de rémunérer son personnel et ses dépenses à Mariejoa. Le problème c’est que même la marine locale n’est pas au courant de tout ce trafic, et permettre aux mouettes de s’attaquer au gouverneur, c’est s’assûrer de fragiliser l’entente entre le gouvernement mondial et la marine sur l’île. Ainsi, elle pourrait partir l’esprit tranquille. Nulle n’entamera d’extermination s’il n’a pas l’appui totale et sans condition de l’autre.

Marchant d’un pas pressée, la démoniaque cherchait des traces de ses vendeurs d’armes clandestins. Révélé le sujet au grand jour serait pour elle une satisfaction incommensurable.

Entrant dans les bas quartiers de Benefacto, la démoniaque se renseigna sur les armes. Elle tomba sur deux offres louches mais rien qui semblait être un trafic. S’apprêtant à rebrousser chemin, elle se heurta à un homme brun à l’air mystérieux. Par réflexe, elle mit la main sur la garde de son arme, mais voyant que l’homme n’avait pas l’air hostile, la cornue se ravisa.

Valkia - « Attention où vous marchez, ces rues ne sont pas sûres. »

Menace ou véritable avertissement, la démoniaque s’en fichait un peu. Il n’était pas du coin lui, sa tête ne lui disait rien. Le trafic devait être géré par des habitués de Benefacto, il n’était donc pas la cible de Valkia. Cependant, son allure étrange et sa présence dans les bas quartiers de la ville pouvait être à son avantage. La bretteuse pouvait être reconnue comme une alliée des indigènes ici, lui par contre, personne ne pouvait le relier à quoi que ce soit. Peut être pourrait il être le pigeon dont elle avait besoin ? Après tout, ce n’était pas un indigène et la sécurité des hommes venus de la mer lui importait plus. Tentant de paraître plus affable, la demoiselle enchaina.

Valkia - «  Vous cherchez quelque chose ? On ne vient pas dans ce coin de la ville pour admirer l’architecture. »

Oui, les bas fonds sont morbides et peu accueillants contrairement au reste de l’île où l’ambiance et la décoration était soignées pour attirer les touristes. Qui était cet homme ?

Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Valkia Bloodfallen le Ven 22 Mar 2024 - 11:15, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26567-les-ecrits-demoniaques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26539-par-le-sang-verse-la-demone-est-nee-presentation-de-valkia-bloodfallen
En entrant dans cette ville, je ne pouvais qu'être curieux de ce choc des cultures. Entre le primitif et le luxe, l'élégance et la disgrâce. On ne pouvait que reconnaître les tensions qu'une telle inégalité pouvait engendrer, mais a vrai dire cela ne m'importais pas. J'étais la pour accomplir une mission, et si les plusieurs années que j'avais passé a arpenté le monde m'avais bien appris une chose, c'est qu'au plus une pièce est brillante, au plus sa cave et sombre. Je ne pouvais qu'imaginer a quel point ce qu'on ne voyait pas pouvait être envieux et corrompu.

Pour trouver des armes, je devais me rendre là ou la demande devait être la plus élever, pour trouver des révolutionnaires, je devais me rendre la ou les gens devait être le plus hostile au gouvernement mondial. Un seul endroit, aussi évident qu'incontournable pour ce genre d'enquête, les bas-fonds de la ville, les bas quartiers de Benefacto.

Je traversais ses ruelles sombres un certain sourire aux lèvres, moi qui été depuis quelque temps dans un milieu plutôt riche, je n'avais jamais oublié que c'est dans ce genre de quartier que j'avais passé mon enfance, non pas, car j'étais plus riche ou plus aigri qu'un autre, mais, car qu'on le crois ou non, je n'ai pas toujours été la plus pure des âmes.. Mais je suppose que je garderais ce genre d'histoire en réserve pour une autre fois.

Je mettais une cigarette dans mon bec, et sans même avoir le temps de la finir, voilà qu'une personne me rentrais dedans la faisant tomber au sol, ce qui mine de rien était tout de même un événement assez triste. Je prenais un instant pour observer le visage de mon inconnu. Une inconnue en l'occurrence, un visage assez fin mais qui pour des raisons étrange n'inspirais pas forcément la confiance. J'écoutais son avertissement, mettant une nouvelle cigarette a mes lèvres avant de reprendre:


" - C'est vrai... On ne sait jamais sur quoi on va tomber"

Je prenais une bouffée, écoutant ses paroles, je voyais une opportunité de me faire quelques infos pratiques, je reprenais donc d'un air innocent:

" Je ne sais pas, pour quelle raison je voudrais venir dans un tel endroit. "

Je continuais de sourire avant de finir ma phrase:

" Mais peut-être que vous le savez vous? "

J'étais prudent, avais pris soin de ne pas trop en dire, mais assez pour la rendre curieuse, si vraiment elle savait quelque chose, il y avait de fortes chances qu'elle ne résiste pas a la tentation, maintenant je n’espérais plus qu'une chose, c'est qu'elles mordent a l'hameçon.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t22580-alaaric-minaro-funny-lit
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21936-sweet-dream-presentation-alaaric-minaro
Le CP et la démone


L’homme ne sembla pas perdre sa consistance face à l’avertissement de la démone. Cela l’intriguait un peu qu’il ne rebondisse pas dessus. Seul deux types de personnes ne prennent pas la peine d’écouter les avertissements : Les personnes stupides, ou les personnes sûres d’eux. A l’heure actuelle, elle disposait de bien trop peu d’élément pour dire si l’homme à la cigarette faisait partie de l’une ou de l’autre de ses catégories. Son ton énigmatique et sa rhétorique agaçait cependant la démoniaque. Difficile de dire s’il s’agit d’un gros poisson ou d’un gros benet, pour cela il allait falloir le pousser un peu plus dans ses retranchements. Et quand il s’agit de faire ce genre de chose, la démone n’a pas sa langue dans sa poche.

Valkia - « Je ne suis pas capable de lire dans votre esprit, donc sois vous me dites ce que vous fichez là, soit vous allez demandé un renseignement ailleurs. J’ai d’autres chat à fouetter et ... »

Elle ne put finir sa phrase qu’un groupe de trois personnes passèrent à côté de la cornue. L’un d’eux eut la brillante idée de mettre une main bien baladeuse sur les fesses de la démoniaque. Se retournant vivement, bien décidée à ne pas laisser passer l’insulte. La bretteuse sortie son épée rapidement et utilisa le plat de la lame pour le projeter contre le mur avant de se jeter sur lui et de poser la lame contre sa gorge. Bien décidée à lui faire passer cette sale manie, la démoniaque le réprimanda.

Valkia - « La prochaine fois que tu mettras une main aux fesses d’une dame, je t’arrache les yeux. Suis-je bien clair ? »

Homme - « Très … Très clair ! Mais euh … vous ne seriez pas Valkia la cornue par hasard ? Qu’est ce que vous fichez là ? »

Comprenant que sa capuche s’était abaissée lors de l’affrontement, la démone mit une droite à l’homme pour l’assommer avant de remettre son couvre-chef. Ses deux amis étaient restés à l’écart, et la démoniaque en profita pour en bousculer un d’un coup d’épaule pas du tout retenu afin de se frayer un passage. L’homme ne répliqua pas, peut être avait il entendu le nom de Valkia et s’était dit que cela n’en valait pas la peine. Bien que n’ayant pas de prime sur la tête, son nom était connu sur l’île et ce n’était pas des louanges que l’on chantait à son sujet. Passant de nouveau devant l’homme à la cigarette, cette dernière planta son regard carmin dans ses yeux semblant le jauger. Quelques secondes plus tard, la demoiselle lui fit un signe de la tête l’invitant à le suivre en ajoutant.

Valkia - « Ce n’est pas ici que vous trouverez ce dont vous avez besoin. Ici il n’y a que des arnaqueurs et des pervers. »

Passant l’angle qui délimitait les bas quartiers, la demoiselle trouva une ruelle un peu moins fréquenté et s’arrêta net, se tournant vers son interlocuteur. Peut être se trouverait il être la solution à ses problèmes, mais pour cela, il allait falloir le faire parler davantage. Relevant légèrement sa cape pour bien montrer son arme et tendre un peu plus la situation, ou du moins essayer, la démone déclara.

Valkia - « Bon, j’aime pas tourner autour du pot. T’es qui et qu’est ce que tu viens foutre sur l’île maudite. Je suis ici depuis suffisamment longtemps pour reconnaître un étranger d’un local. Sois tu peux m’aider et on va avoir une petite discussion, sois tu me sers à rien et tu vas dégager fissa. Je ne suis pas réputé pour ma patience. »

Les termes étaient posés, très fière d’être parmi les meilleures bretteuses de l’île, la cornue ne se doutait pas qu’elle se trouvait face à un assassin professionnel bien plus aguerri au combat qu’elle. Le problème de ne pas croiser beaucoup de combattant puissant, c’est que l’on a tendance à se croire au dessus du lot quand finalement nous ne sommes peut être pas si fort que cela. Les yeux plongés dans ceux de l’agent du CP9, Valkia attendait son explication.

Codage par Libella sur Graphiorum

  • https://www.onepiece-requiem.net/t26567-les-ecrits-demoniaques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26539-par-le-sang-verse-la-demone-est-nee-presentation-de-valkia-bloodfallen
Hé bien, ce qu'on pouvait dire, c'est que cette femme avait un sale caractère, et cette impulsivité risquer de lui jouer des tours, mais ça, elle ne le savais pas encore.  Lorsqu'un groupe de trois personnes passait a côté d'elle, je ne manquais pas d'avoir une idée qui échauderait cette cocotte-minute sur patte. Il ne me fallut pas plus d'une seconde pour étiré un fils pratiquement invisible a l’œil nu qui donnais soudainement a l'un des trois une main baladeuse qu'elle n'apprécierais certainement pas.

Cela ne manquait pas, car quelques secondes plus tard, le voilà sonné contre le sol après avoir pris un violent coup dans la tronche. L'aspect cornu de la démone ne manquait pas de m’interloquer, mais au vu de mon propre physique je n'étais que rarement surpris ou choqué, même si je devais admettre qu'une fois n'est pas coutume, son physique semblait encore plus atypique que le mien.

Celle-ci faisait signe de la suivre, n'ayant que peu de chose a perdre, je relevais les épaules en cendrant légèrement ma cigarette. A en juger par son attitude, elle tentait de m'intimider, du moins c'est-ce que je croyais comprendre ? Malheureusement pour elle, les femmes fatales ont plus tendance a me séduire qu'a me faire peur, elle voulait de l'aide? Qu'a cela ne tienne, je serais son chevalier servant.. Du moins, c'est-ce qu'elle croirait. Je reprenais d'un air narquois :

" - Comment pourrais-je dire non a une femme aussi charmante, je vous le demande ? Si vous avez besoin d'aide, il n'y a qu'a demander, je pourrais savoir... "

Je la regardais de bas en haut d'un air narquois qui dissimulait parfaitement mon arrêt sur le sabre de la belle:

" -  Ce que je pourrais faire pour vous aider ? "

Je finissais ma cigarette avant de reprendre une dernière fois:


" Vous pouvez m'appeller Mihael Kheel, enchanté. "


J'avais affaire a une combattante, et a en juger par son habitude elle devait être assez confiance en ses capacités pour se permettre d'être insolante, surtout avec un inconnu qui pourrait potentiellement être bien plus dangereux qu'elle. J'étais assez amusé par cette situation et mon sourire ne manquait pas de le montrer, après tout j'avais peut-être eu de la chance de la croiser ici. Pour le moment, je restais attentif, porté sur les lèvres de la démone, avec un peu de chance, elle serait le guide jusqu’à la révolution.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22580-alaaric-minaro-funny-lit
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21936-sweet-dream-presentation-alaaric-minaro
__________________________________________
Le CP et la démone


La démoniaque se méfiait énormément des beaux parleurs. Soit ils dissimulaient leurs faiblesses par des propos les mettant en valeur, soit ils essayaient de lui mettre à l’envers. Deux choses qu’elles ne supportaient pas à dire vrai. Pour obtenir tant de servitude de la part de quelqu’un, il fallait l’effrayer suffisamment ou susciter son respect. La diablesse n’a fait ni l’un ni l’autre, donc pour elle, il était plus qu’évident que l’homme en question se payait sa tête. Comment pouvait il être aussi serein après avoir assisté à une ébauche de la colère de Valkia ? Habituellement les gens sont effrayés, surtout les touristes venus se prélasser qui se rendent compte que leur petit paradis perdue n’est pas si aseptisé que cela. Cet homme était étrange, et la démoniaque n’arrivait pas à se figurer pourquoi.

Ni ses yeux rouges, ni son épée ne l’effrayait, il se présentait sous un nom étrange. Un vrai prénom ou un alias ? En tout cas, il ne faisait pas partie de ceux qui l’intéressait. A la limite, il se serait présenter avec un jeu de mot de type Marc Handarme ou Jay Dézarme, elle aurait pu peut être y croire. Mais là, c’était clairement un homme fraichement arrivé qui ne faisait que l’énerver. Devait elle le tuer sur le champs pour lui avoir fait perdre son temps ? Non, un meurtre attirerait l’attention de la marine et compromettrait sa mission. Difficile d’opérer dans l’ombre, elle qui était clairement une impatiente chronique.

Valkia - « Tu m’expliques en quoi un mec fraichement arrivé en ville peut m’apporter comme information sur ce que je cherche ? T’es bien trop serein pour un homme qui se trouve à distance de frappe de ma lame. »

La main sur la garde de son épée, la démone ne se doutait pas que l’homme en face de lui avait sans doute le temps de parer sa lame d’une main tout en fumant sa cigarette de l’autre. Habituée à ne côtoyer que des minables, elle ne voyait pas le gouffre qui séparait les deux personnages. Au point même qu’elle se permettait d’agir comme si elle était en situation de force. Reprenant un air agressif et menaçant la demoiselle sortait sa lame pour clairement augmenter la pression sur l’agent du Cipher Pol.

Valkia - « Je réitère ma question, et je ne souhaite pas la répété. Qu’est ce que tu fous sur cette île ? T’es clairement pas venu pour faire du farniente sur un transat. Dans le meilleur des cas t’es un badaud, dans le pire des cas t’es un trafiquant d’arme. Crache le morceau ! »

L’aura de violence de Valkia parvint au visage d’Alaaric. Pour quelqu’un de normal, la pression serait monté d’un cran. La même pression que lorsque quelqu’un va vous briser les genoux et que vous vous sentez impuissants. Mais sans doute que son adversaire était habitué à ce genre d’aura. Comment allait il réagir ?




Codage par Libella sur Graphiorum

  • https://www.onepiece-requiem.net/t26567-les-ecrits-demoniaques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26539-par-le-sang-verse-la-demone-est-nee-presentation-de-valkia-bloodfallen
Encore une fois, cette femme ne manquait pas de tempérament, et surtout, elle ne se laissait pas vraiment endormir. Son attitude ne laissait que peu de place au doute sur l'agressivité qu'elle pouvait avoir, et je commençais a me dire qu'il se pourrait bien qu'elle soit elle-même pirate, mais un problème a la fois, pour le moment elle pouvait être une précieuse source d'information, surtout lorsqu'elle parlait ouvertement de trafiquant d'armes. Elle savait quelque chose, ou cherchait a le savoir et je pouvais assez facilement tourner ça a mon avantage.

Je finissais ma cigarette avant de lui répondre d'un visage toujours aussi serein:


" - Tu devrais sérieusement apprendre a tempérer tes ardeurs.... "

Mon regard se fermais légèrement, elle voulait une réponse, alors réponse elle allait avoir:

" Tu a vu juste... Je suis bel et bien un fabricant d'armes, et un de mes revendeurs a eu la mauvaise oublier de me payer les plusieurs millions de berries qu'il me dois. "

Elle m'avait fais un de ces fameux regards de braise, mais a vrai dire le sien me laisser de glace. Son aura était violente, mais son intensité, elle ne valait pas celle de nombre d'adversaires que j'avais pu rencontrer. Au pire, elle me faisais penser a une version low-cost de Hakeem Balor, un bretteur traitre a la marine que j'avais mis derrière les barreaux, il y a déjà pas mal de temps, d'ailleurs je me demande comment il va? Peut-être devrais-je lui rendre une visite de courtoisie a l'occasion.

Je continuais l'air de rien mon monologue :


" Je suis a la recherche de Peter Bosner... Tu sais peut-être ou le trouver, qui sais peut-être que ton aide te donnerais droit a une partie de l'argent. "


J'avais bon espoir que l'argent seule suffise a la motiver, si cela ne suffisait pas... Et bien, je suppose que je n'aurais qu'a lui demander plus gentiment. J'avais quelques scrupules a user de mon charme sur les jeunes femmes innocentes, mais j'avais quelques doutes sur le fais que celle sur laquelle je venais de tomber le soit. Décidément, je comprenais qu'avec ce genre de personne cette île porte le nom d'île maléfique.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22580-alaaric-minaro-funny-lit
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21936-sweet-dream-presentation-alaaric-minaro
__________________________________________
Le CP et la démone


Cet homme venait enfin de se présenter convenablement en expliquant clairement ses motivations. Valkia comprenait mieux la situation, tout s’expliquait pour elle en ayant cru le mensonge de son interlocuteur. Un marchand d’arme dans les bas quartiers de Benefacto à la recherche d’une dette à se faire rembourser, c’était tout à fait crédible. Cela expliquerait aussi sa réaction, son impassibilité face aux menaces de la cornue. Ces hommes là sont des requins et se fichent de voir le mal qu’ils font tant qu’ils peuvent percevoir leur dû au final. Quand on arrive à idolâtrer l’argent à ce point là, on en devient des hommes de peu de valeur selon la démone.

C’est pour cela que l’offre du trafiquant ne l’intéressait pas le moins du monde. L’argent n’avait que peu d’importance à ses yeux, ce qu’elle veut vraiment elle se sert. Le monde actuel lui a tellement pris qu’elle s’estime dans son bon droit de récupéré une partie de ce qu’elle n’a pas eu le droit d’avoir. En soit, elle avait déjà la mentalité pirate avant même d’en devenir une. Rengainant son épée, la diablesse pensait que la personne avait finalement céder à la pression qu’elle avait exercée. Assez fière de sa technique d’interrogatoire, elle ne se doutait pas un seul instant qu’elle s’était bien faite bernée par l’agent du Cipher Pol. La native de l’île était beaucoup trop crédule à l’heure actuelle. Soupirant, elle ajouta.

Valkia - « Je n’en ai rien à faire de ton or, mais dis m’en plus cela m’intéresse. Quel est ton rapport avec Peter ? Tu n’as pas peur de mettre les pieds dans une fourmilière toi ... »

La démone connaissait Peter Bosner comme un notable de la ville et proche de Buhr, le gouverneur. Maintenant qu’il en parlait, peut être était ce l’homme que Valkia cherchait. Il avait les faveurs du gouverneurs et cela expliquerait comment l’argent ruisselle jusque dans les comptes de ce dernier. Un homme assez fou pour aller récolter sa dette auprès d’un proche du pouvoir, c’était bien son aubaine. Après tout, l’occasion fait le larron et ça serait dommage de laisser passer pareille opportunité. Réfléchissant rapidement sur la suite des opérations, la cornue fini par continuer.

Valkia - «  Tu as des informations visiblement sur Peter que je n’ai pas, et moi j’ai des informations sur lui que tu n’as pas. Cet homme est beaucoup de choses, mais il ne s’est jamais présenté comme étant un marchand d’arme. C’est un businessman qui n’a pas de scrupules, t’attaquer à lui c’est avoir la ville entière sur le dos. Il a l’appuie du gouverneur Buhr, et par conséquent l’appuie du Gouvernement Mondial et de la Marine. Tu ferais mieux de rebrousser chemin tant que tu le peux encore … Il y a plus de chance que tu finisses dans une geole ou mort plutôt que tu récupères ta dette sur cette île.  Si tu as des preuves qu’il s’agit bien d’un marchand d’arme, je pourrais peut être tenter quelque chose. »

La belle était bien placée pour connaître le manque d’égard des locaux vis à vis des géneurs. Les indigènes se sont fait massacrés et repoussés dans les terres à cause des velléités de ce maudit gouverneur. Si elle pouvait lui exploser une source de revenu, ce serait une joie immense, un juste retour des choses. Mais pour l’heure, encore fallait il qu’il y ait des preuves. Discréditer l’homme auprès de la marine serait déjà une très bonne chose, à supposer que la marine locale ne soit pas corruptible. Et quand on connaît le colonel Tavernier avide des bonnes choses, on se demande si ce n’est pas déjà le cas.


Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Valkia Bloodfallen le Ven 22 Mar 2024 - 11:15, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26567-les-ecrits-demoniaques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26539-par-le-sang-verse-la-demone-est-nee-presentation-de-valkia-bloodfallen
Alors la, je devais bien avouer que je ne comprenais plus vraiment les motivations de la démone. Elle disait ne pas être intéressée par l'or, mais pour quelques obscures raisons, elle était intéressée par Peter et surtout n'avait aucun mal à le relier avec le fais qu'il était un prétendu allié du gouverneur. Pour elle s'attaquer a lui c'était s'attaquer au gouvernement, au final elle serait allié avec la révolution ? Je n'en avais aucune idée, mais j'avais intérêt a garder un œil sur elle. Pour elle moment, cela n'était pas l'important, elle disait avoir des informations que je n'avais pas et ça c'était bien plus intéressant pour le coup.

Elle me prenait sûrement pour un grand révolutionnaire qui n'avait peur de rien, et si la seconde partie pouvait être ma fois réelle... Elle n'avait certainement aucune idée de l'erreur qu'elle était en train de commettre, mais loin de moi l'idée de la contredire surtout lorsque c'était a mon avantage. Des preuves? Oh que oui que j'en avais, alors je n'hésitais pas a prendre la parole:


" Et bien tu sera surprise d'entendre que j'ai mon propre réseau d'information.. Je ne laisse pas mon argent se balader sans prendre mes précautions, si tu me conduis jusqu'a lui, je pourrais te prouver ce que j'avance. "


Pour le coup, c'était a prendre ou a laisser et je ne manquais pas de continuer avec des paroles pour le moins clair et net:


" Si nos buts convergent, je serai ravi de faire une alliance temporaire avec toi.. Si ça n'est pas le cas, je serais ravi de reprendre ma route seule, c'est a prendre ou a laisser. "


Je ne le précisais pas, mais elle avait tout intérêt a ce que nos intérêts ne soient pas trop différents, au moins pour le moment. Ses paroles me semblaient plus que suspectes, et je ne manquerais pas de la surveiller d'une manière ou d'une autre.

Peter Bosner était vu comme un allié, ma couverture était étonnamment parfaite, et je suppose que la disparation d'une révolutionnaire en herbe ne choquerait pas grand monde... J'avais juste l'espoir de ne pas devoir en arriver la.. Au moins pour le moment. Je tendais la main a la fameuse " Valkia la cornue ", je prenais un léger sourire avant de reprendre:


" On a un accord ou non? "

Une main tendue, a elle de voir si elle la saisissait ou non, même si elle ne le savait pas, mais il n'y avait qu'une seule bonne réponse et elle n'avait pas intérêt a se tromper.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22580-alaaric-minaro-funny-lit
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21936-sweet-dream-presentation-alaaric-minaro
__________________________________________
Le CP et la démone


Le magicien savait y faire pour éluder les questions. On ne refait pas les agents du Cipher Pol, en tout cas son comportement étrange et sa façon de botter en touche eut pour effet d’attirer la méfiance de la démoniaque.  Comment pouvait elle faire confiance à un homme qui se voulait aussi énigmatique et à qui il fallait sortir les vers du nez. Le fait est que Valkia devait se rendre à l’évidence : elle n’avait aucune autre piste en tête. Si les informations de l’homme énigmatique sont vrais, cela lui ferait gagner un temps précieux dans sa quête.  Maintenant, est ce qu’elle pouvait faire confiance à cet homme ? Non, clairement pas. Un marchand d’arme qui est venu récolté une dette n’intéressait vraiment pas la démoniaque. S’il était décidée à mourir c’est son problème et la démone ne l’aidera probablement pas si elle n’y a aucun intérêt

Ce dernier lui tendait la main comme pour essayer de tisser un lien de confiance. Autant demandé à une lionne d’être polie avant de dévorer une antilope. Prenant un temps de réflexion, elle regarda la main tendu vers elle avant finalement d’ajouter d’une voix détachée.

Valkia - « Je marche, pas le choix de toute façon, je serais allé visité Peter dans tous les cas. Par contre, avant que nous n’entrions dans le vif du sujet, permet moi d’insister sur un point spécifique. Je ne peux pas garantir ta sécurité et je ne fais pas dans le babysitting, donc si tu te retrouves blessés ou pire, je n’en suis pas responsable. Ces mecs là ne sont pas des tendres. »

Faisant signe de la suivre, dédaignant la main tendu, signe qu’elle ne lui faisait pas confiance, elle désigna de la tête le grand dome situé non loin de la résidence du gouverneur. C’était un dome de grande taille qui pouvait facilement accueillir un marché intérieur mais qui était utilisé uniquement pour recevoir les hauts dignitaires et les personnalités les plus riches de l’île. La jeune démone avait vu Peter et ses sbires s’y prélasser à maintes reprises. Au départ, elle pensait que c’était juste une résidence choisie pour pouvoir rester dans les petits papiers de Buhr, mais peut être s’y livrait il à d’autres activités plus lucratives.

Valkia - « Je pense que c’est là bas qu’on pourra commencer nos recherches, c’est là où il vit habituellement. Par contre, j’aime autant te prévenir, la sécurité y est renforcée. Depuis que ses blaireaux de l’armée révolutionnaire ont menacé de venir chercher les personnalités influentes sur l’île, Buhr a mis en place une milice de sécurité. Cela explique sans doute pourquoi la Marine n’est pas au courant de ce qui se passe à l’intérieur de ce bâtiment. »

La demoiselle jaugeait la personne. Sans rien dire d’un quelconque plan, elle attendait que ce dernier en choisisse un. Sa réponse déterminerait sa façon d’être, réfléchi à vouloir prendre des renseignements sur les vas et viens ? Agressif en fonçant dans le tas tête baissé ? Ou bien discret en essayant de s’introduire sans se faire remarquer. Avec les éléments que venaient de lui communiquer Valkia, son acolyte avait de quoi réfléchir. Elle avait bien son idée en tête, mais elle préférait attendre d’avoir l’avis du commerçant. Après tout, pour trouver un fou, il faut bien un fou ? Qui de mieux qu’un marchand d’arme pour en attraper un autre ?



Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Valkia Bloodfallen le Ven 22 Mar 2024 - 11:16, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26567-les-ecrits-demoniaques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26539-par-le-sang-verse-la-demone-est-nee-presentation-de-valkia-bloodfallen
Celle-ci refusé la poigne de main, mais disait quand même marcher dans la combine, un signe d'un manque de confiance... Dans le fond, elle avait raison, mais au moins, elle n'avait pas commis l'impair de devenir un frein a ma mission. Elle disait qu'elle ne pourrait pas garantir ma sécurité, je ne pus m'empêcher de lâcher un léger rire amusé avant de reprendre :

" Ne t'en fais pas pour moi, je n'en ai peut-être pas l'air, mais je suis assez grand pour m'occuper de moi tout seul. "

Elle me faisait signe de la suivre, chose que je fis assez naturellement, néanmoins ses informations était pour le moins biaisé. Encore une fois, c'était une chance pour moi, au plus, elle croirait que la sécurité était pour se protéger des possibles attaques révolutionnaires, au plus elle ne se douterais pas qu'au contraire celui-ci était devenu la cible du gouvernement mondial.

Peter avait bien joué son coup, avait réussi a se rapprocher du gouverneur, prendre des précautions, mais je suppose qu'il n'est pas si facile de tromper tout le monde surtout sur la longueur. Malheureusement pour lui, il existe des gens comme moi qui peuvent facilement faire parler les gens comme lui et leur faire avouer leurs plus noirs secrets, si la véritable nature de ses intentions venait d'être dévoilée, je n'aurais aucune forme de retenue a lui faire rencontrer la justice.

Celle-ci m'avait présenté la bâtisse sans réellement exposé de plan, attendant sans doute que je prends la décision. Rapidement, je voyais dans cette attitude une sorte de piège. Elle qui était si impulsive, n'aurait pas gardé le silence sans une intention, elle voulait voir mon attitude et certainement en tirer des conclusions. Je ne devais pas paraître d'une pratique militaire, mais en même temps mes précédentes réflexions serait trahi si je devais garder comme un véritable bourrin. Il était temps pour moi d'agir comme le magicien que j'étais, la faire regarder a droite pour être sur qu'elle ne regarde pas a gauche.

Je m'avançais jusqu’à la porte l'air le plus naturel du monde, avant de simplement toqué a la porte, puis a attendre que quelqu'un digne ouvrir, pendant se temps-là je posais une question a ma démone d'infortune :


" Je t'ai dis ce que moi, je voulais, mais il serait le bon moment pour toi de me dire ce que tu veux a Peter, je te conseille de répondre avant que quelqu'un n'ouvre cette porte. "

Je souriais, l'action allait bientôt commencer, nous n'avions plus le temps de revenir en arrière, et pourtant sa réponse serait crucial, c'était la définition même de mettre quelqu'un sur le fait accompli. Je prenais une autre cigarette et regardais le ciel un instant, tout en étant suspendu aux lèvres de la cornue, j’espérais ne pas être déçu.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22580-alaaric-minaro-funny-lit
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21936-sweet-dream-presentation-alaaric-minaro
__________________________________________
Le CP et la démone


L’homme ne s’était pas démonté de la situation. Il disait pouvoir s’occuper de lui même et qu’il n’avait pas besoin d’être protégé. Tant mieux, Valkia n’aime pas s’engager dans des promesses qu’elle ne peut pas tenir. L’homme en question lui semblait extrêmement dangereux, et si le grabuge attirait le colonel Tavernier, la jeune femme prendrait la fuite. Ce dernier est l’homme le plus fort de l’île, un vrai pervers étrange adepte de bonne chair dans tous les sens du terme. Aussi serein soit le marchand d’arme, la démone doutait sincèrement de ses chances face au responsable de la sécurité de l’île.  Si les conditions de la démone était au goût du marchand d’arme, il était désormais temps de se mettre ne marche.

Cependant, la méthode très personnel et directe d’Alaaric mettait mal à l’aise la démoniaque. Qu’espérait il faire en y allant frontalement ? Il voulait s’infiltrer ? Au moindre coup tordu, elle n’hésiterait pas à lui faire à l’envers. Se pourrait il qu’il bosse pour le marchand d’arme ? Ce serait possible après tout, mais pourquoi avoir mentionné directement Peter dans ce cas. Quelque chose ne collait pas. De plus, sa dernière question était pour le moins personnelle et mis sous le coup de la pression, la démoniaque expliqua.

Valkia - « J’ai mes raisons d’en vouloir à Buhr, et si cette affaire s’ébruite, il va avoir du monde sur le dos. C’est à cause de lui que ... »

La porte s’ouvrit, provoquant le silence de la démoniaque. Dans l’encadrure de la porte, un colosse de trois mètres de haut, entièrement hormoné comme un bodybuilder au regard bien vénère et qui visiblement n’avait pas la tête d’un boy scout. Son regard semblable à une caméra de sécurité inspecta la démone dans un premier temps de façon très inconfortable avant de regarder le faux vendeur d’armes, l’inspectant de haut en bas. Il y eut un léger silence avant que l’armoire à glace ne finisse par rompre le silence.

Videur - « Vous z’avez pas rendez vous. Cassez vous d’ici, c’est une résidence privée ! »

Sans dire quoi que ce soit d’autre, le colosse referma la porte dans un silence très pesant. La cornue ne connaissait pas le niveau exact de ce videur, donc elle préférait éviter de rentrer dans un combat pouvant aboutir à une issue défavorable.  Qui plus est, elle trouvait que l’homme l’accompagnant était bien prompt à la jeter dans la gueule du loup sans se salir les mains. C’était un homme assez étrange dans sa façon d’agir, la démone ne le comprenait pas vraiment. Pour quelqu’un ayant seulement une dette à régler auprès de son fournisseur, il est d’une incroyable intrépidité. Peut être que le gros colosse de l’entrée l’a refroidi dans son idée d’attaquer frontalement.

Posant son regard sur son acolyte du moment, la démone se demandait si c’était une bonne idée de suivre son plan. Il n’avait pas l’air de s’impliquer et cela avait le don d’énerver la cornue. Décidément peu enclin à ménager Mihael, la jeune femme ne manqua pas l’occasion de le taquiner.

Valkia - « Brillante technique et maintenant ? Tu as une autre idée lumineuse à proposer ? Attaquer un colosse ne m’effraie pas, mais si tu penses que je vais faire tout le boulot, tu te fourres le doigt dans l’oeil. »

La démoniaque réfléchissait à un plan en parallèle, peut être qu’elle pouvait essayer de persuader le colosse qu’ils ont rendez vous avec Peter pour une histoire d’arme, mais ça semblait bien trop gros de se pointer la bouche en coeur en espérant que tout se passe pour le mieux. Avec ce scénario, il y avait bien une chance sur deux de finir avec un comité d’accueil et de finir en passoire avant même d’avoir pu s’enfuir. La situation était épineuse et elle comptait pour une fois sur son acolyte pour trouver un plan crédible. Voyant une fenêtre ouverte à plus de 6 mètres au dessus du sol, elle ne put s’empêcher de constater

Valkia - « On peut essayer de s’infiltrer par là, par contre il nous faudra une échelle ou un grappin. Cela risque de faire un peu de bruit et de nous attirer des soucis ... »


Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Valkia Bloodfallen le Ven 22 Mar 2024 - 11:14, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26567-les-ecrits-demoniaques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26539-par-le-sang-verse-la-demone-est-nee-presentation-de-valkia-bloodfallen
Pour le coup, le timing n'avait pas été de mon côté, elle n'avait pas fini sa phrase que voilà une sorte de gorille qui venait nous claquer la porte au nez, et j'avoue que j'avais pas mal de mal avec ce genre de mauvaise manière, il ne m'avait même pas laissé le temps d'en placer une, dans quel genre de monde vit-on? Enfin bref, pas vraiment le temps de me mettre a râlé que la démone enchaîne avec des moqueries peut-être mérité, mais j'avais quand même un peu d’orgueil et malgré mon sourire j'étais assez exaspéré.

Qu'importe, je faisais signe a la compatriote d'attendre une seconde, et je re toqué simplement a la porte, assez rapidement celle-ci s'ouvre comme une furie et que le colosse de retour laisser entendre a nouveau sa grosse voix:


" - J'AI DIS BARREZ... !


Je ne le laissais même pas finir sa phrase que je posais ma main sur ma gorge, prenant une étrange voix, celle-ci prenait un écho et mes mots se faisais entendre :

" - Je t'ordonne de nous amener jusqu'a Peter comme un parfait gentleman sans dire le moindre mot "

Mon regard avait été froid, pratiquement cruel pendant une seconde, avant de reprendre un air plus jovial:


" Tu disais quoi a propos de mon plan? "


Nous traversions cette grande maison, et par endroit on pouvait voir des sac que l'on confondrait avec facilement avec des sacs de munitions et des caisse de marchandise, je comprenais plus facilement le rejet du vigil, arrivions nous au mauvais moment? J'étais tellement désolé... Enfin, presque.

D'autres gardes venait nous interrompre, nous étions rentrées, mais ca aurait été trop beau que personne ne vienne nous gênez. Je souriais, mettez mes mains dans les poches avant de parler une dernière fois a la cornue:


" J'espère que tu sais te débrouiller toute seule, car je n'ai pas envie de faire du baby-sitting... "

Mon corps se recouvrait d'étrange marque noire, et mon aura laisser entrevoir pour la première fois la puissance qui se dégageait de mon corps. Je n'avais pas forcément besoin de mettre toute ma force... Mais on ne claque pas la porte au nez des braves gens, alors j'avais décidé de ne pas y aller en douceur.

Trois jours pour cette mission? Pour qui me prenait-il? J'allais expédier ça en un temps record parole de magicien! L'action allait enfin pouvoir commencer!
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22580-alaaric-minaro-funny-lit
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21936-sweet-dream-presentation-alaaric-minaro