Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon 151 : où trouver le coffret Collection Alakazam-ex ?
Voir le deal

Obtenir la bénédiction du père

Obtenir la bénédiction du père


Silms - « Donc tu es déterminée à nous quitter n’est ce pas ? »

Le vieil homme se tenait dans l’encadrure de la case qui servait de maison à la jeune cornue. Depuis qu’elle était arrivée chez les autochtones, elle avait toujours considéré Silms comme un père spirituel. C’était d’ailleurs le seul homme pour qui elle éprouvait un sentiment de reconnaissance. Ces récits détaillés des traditions ancestrales étaient dévorées par l’esprit maléable de la bretteuse. La tradition indigène de l’île maléfique perdurerait tant qu’il y a des hommes comme Silms pour faire perdurer leur héritage. Tant de fois son peuple a subi l’oppression des hommes venus de la mer. Tant de fois ils se sont adaptés pour survivre, avec l’appuie de leur protecteur : le dieu sombre. Elle avait été accueilli comme étant son enfant, et cela lui donnait un but dans sa vie de jeune femme : Accomplir la vision qu’elle avait eut lors de son Hepnaje.

Valkia - « Ce n’est qu’un au revoir Silms, je compte bien revenir après avoir éclairci mon passé. Le peuple indigène est le mien, et je compte bien revenir pour accomplir notre vengeance sur ceux venus de la mer. »

La démone n’allait pas tarder à se mettre en route pour Hat Island, retrouver le seul homme qui ait des réponses sur son passé. Malgré tout, elle pensait revenir plus forte pour aider les locaux à se débarasser de l’envahisseur personnifié par Buhr Saint Doù dit le « Gouvernator ». Cet homme périra de la lame de la démone, elle se l’était jurée. Quant à son bras droit de la marine, le colonel Claude Tavernier, il rejoindra son maître dans la tombe s’il ose s’interposer. C’était une certitude pour Valkia, l’heure du jugement approchait de plus en plus. Le moment où les indigènes reprendront la totalité de l’île était proche, bientôt l’île appartiendra aux autochtones.

Finissant son sac, la demoiselle avait toujours l’impression d’oublier quelque chose. Elle avait son épée indigène à la ceinture, et des vivres, c’est tout ce dont elle avait besoin en soi. De plus, elle était certaine que Kaam prendrait l’équivalent de trois fois le paquetage nécessaire, elle qui veut absolument être la personnification de l’organisation de ce voyage. La diablesse était même certaine que l’appréhension de ces prochains jours en mer allait la faire sortir de sa zone de confort et la rendre insomniaque de peur d’oublier quelque chose d’important. Alors qu’elle se sentait prête la demoiselle se rappela que le départ n’était que dans deux jours. Elle avait véritablement hâte de se mettre en route pour son destin.

Silms - « Avant que tu ne partes, j’aimerais que nous fassions un rite. En tant que fille de notre bien aimé Dieu Sombre, je voudrais faire un rite de bénédiction très important à nos yeux. »

Valkia - « Tu veux encore faire un rituel d’Hepnaje ? Moi ça me va. »

Silms « Non, l’Hepnaje a eu lieu et tu as été reconnu comme faisant partie des nôtres. Non, il y a une cérémonie auquel tu n’as pas encore participé. Celle qui te permettra de partir de l’île avec la bénédiction du Dieu Sombre. Ce sera l’occasion d’affirmer ta place auprès des autres clans indigènes, et de les rallier à nous en ton nom si d’aventure on se faisait attaquer pendant ton absence. Cette cérémonie se nomme l’Huitzili»

La demoiselle n’eut d’autres choix que d’accepter, bien qu’elle ne connaissait pas la nature exacte de cette cérémonie. Silms avait toujours agit pour le bien de son peuple et cela au-delà même de tous les clans. Il était connu comme un des prêtres du dieu sombre, et tous reconnaissait son autorité, même les chefs de clans. S’il convoquait tous les clans pour ce rituel là. Il y a fort à parier que tous répondraient présents. Bien, une petite fête d’adieu ne fera pas de mal à la cornue. Dès lors qu’il eut l’information, le vétéran siffla avec ses doigts pour faire partir les messagers pour les différents clans. Ces derniers détallaient comme des lapins, la vie en forêt les avait rendu plus agile que leurs cousins des villes. Reprenant un instant pour s’étirer, Valkia demandait quand même à son précepteur.

Valkia - « En quoi ça consiste du coup l’Huitzili ? J’ai besoin de m’habiller d’une certaine façon ou de communiquer avec mon père ? »

Silms - « Nullement, cela fait juste très longtemps que nous n’avons pas eu l’occasion de faire ce genre de rituel. Tu verras, la seule chose dont tu as besoin, c’est ton épée. Kaam se chargera du reste de l’équipement, des bandages et des herbes pour soulager les plaies notamment … Car oui, il est possible que tu ne reviennes pas vivant de cette cérémonie. »

La demoiselle se stoppa net à l’énoncer de ces mots. Quel était donc cette cérémonie qui allait potentiellement coûter la vie de la diablesse ? Le dieu sombre aimait beaucoup les jeux où le sang serait versé et où les croyants doivent prouver leur foi. Nulle doute que cette fois encore, la cornue allait devoir prouver son rang et sa filiation. Si elle faisait l’unanimité dans son clan, ce n’était pas le cas des autres où il y avait encore des sceptiques. Pour l’heure, la demoiselle se mit à aiguiser son épée et à s’accorder un bon repas. C’était l’avantage d’être une fanatique comme elle, ce soir elle flirterait de nouveau avec la mort, et si elle venait à mourir, elle rejoindra son père en enfer. C’est la vie qu’elle a décidé de mener, une vie qui se mise à chaque fois : Une vie de fille de dieu sombre.



Codage par Libella sur Graphiorum

  • https://www.onepiece-requiem.net/t26567-les-ecrits-demoniaques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26539-par-le-sang-verse-la-demone-est-nee-presentation-de-valkia-bloodfallen

Koulou « koukou » Stachtach
Champion indigène



Comment ça où sont les deux autres ? Y a quoi moi que tu dois affronter !

Lorsque Silms a demandé qui voulait participer à la prochaine Huitzili, Koulou s’est porté volontaire. Se battre et mourir lors d’une cérémonie lié au dieu sombre et un honneur pour lui. C’est un combattant redoutable d’un clan voisin  



Niveau évalué :
Dorikis : A peine moins que Valkia
PP : 0
PI : 0
PRIME : 0
Localisation : Forêt des indigènes
Créateur du PNJ : Valkia Bloodfallen

Habiletés/Pouvoirs :
Bretteur fanatique





Le gardien
Gardien du temple




Le gardien est une pieuvre géante qui vit dans les profondeurs de K’n-yan. Arrivé depuis la mer jusque dans une cavité, la pieuvre se nourrit de poisson des profondeurs passant sous K’n-yan. Opportuniste et flemmarde, elle n’hésite pas à se faire un encas de toutes personnes s’aventurant près de la salle des reliques des indigènes. Elle est devenue sans le savoir la gardienne des trésors indigènes comme une dragonne protégeant son trésor.



Niveau évalué :
Dorikis : XXX
PP : 0
PI : 0
PRIME :0
Localisation : Dans les profondeurs de K'n-yan
Créateur du PNJ : Valkia Bloodfallen

Habiletés/Pouvoirs :
Des tentacules extrèmement grandes
Monstre marin



Dernière édition par Valkia Bloodfallen le Sam 23 Mar 2024 - 13:40, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26567-les-ecrits-demoniaques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26539-par-le-sang-verse-la-demone-est-nee-presentation-de-valkia-bloodfallen
Obtenir la bénédiction du père


Le soleil commençait à se coucher, c’était le signal pour annoncer le départ pour l’Huitzili. Kaam lui avait confectionné une toge blanche pour l’occasion. Cette dernière était particulièrement douée de ses mains et savaient confectionnés de beaux habits à partir de presque rien. A dire vrai, peu de personnes pouvaient se vanter d’être aussi habile dans cet exercice que Kaam. Cette dernière se donnait beaucoup de mal, et pouvoir offrir une de ses pièces à la fille de son Dieu était un honneur sans nom à ses yeux. Toujours souriante, la demoiselle se proposa de porter l’épée de Valkia  jusqu’au lieu de la cérémonie. La démone refusait, elle voyait déjà léger, elle n’allait pas se délester de son arme. C’était une épée droite au contour hachuré comme des dents de requins, c’était une pièce typique de l’artisanat indigène et la cornue s’en suffisait largement. Ce n’est pas l’épée qui fait le bretteur, et c’est le bretteur qui combat pas l’épée.

Traversant la forêt escortée par une foule conséquente d’indigène tenant des flambeaux pour éloigner les bêtes sauvages, la jeune femme se demandait ce qui allait bien pouvoir se passer à cette cérémonie. Elle avait des échos, comme quoi du sang allait couler cette nuit pour honorer le dieu sombre, et que le champion serait désigné pour accomplir l’épreuve. Tout le reste était obscure pour elle, mais elle se tenait prête à faire couler le sang au nom de son père. Tandis qu’elle s’avançait dans la forêt avec son escorte de fidèles, la jeune femme entendit des bruits de tambours s’élever accompagnée d’une mélopée envoutante. Quelques tribus étaient déjà là et avait commencer à célébrer usant de la musique pour rendre hommage à leur protecteur. Ils se trouvaient devant l’entrée d’une grotte qui était encore inconnue à la démoniaque.

Silms fit signe à Valkia de la suivre et commença à réaliser un rituel sur elle, enduisant son visage de diverses couleurs,grimant son visage en autre chose. Ressemblant davantage à une entitée mortelle qu’à une femme, la jeune femme fût inviter à prier avec la mélopée. Depuis le temps qu’elle partageait les coutumes et le mode de vie des indigènes, elle connaissait quelques chants et les entonnaient avec la même application que les autres.  C’était un moment de communion important, et si elle avait réalisé l’Hepnaje pour être accepté de toutes les tribus, elle tenait à prouver son appartenance à cette communauté en appliquant à la lettre ses dogmes. Les chants cessèrent à la demande de Silms et la main de ce dernier se posa sur son épaule pour l’inviter à le rejoindre.

La foule d’indigène autour d’eux était assise en tailleur pour les premiers rangs et debout bien droit pour assister au spectacle suite à cela. Les premiers rangs étaient vêtus de costumes magnifiques fait avec des plumes d’oiseaux rares, d’ossement et de quelques étoffes aux couleurs sombres. Une foule de touriste aurait apprécié de voir tout cela, à la lumière des flambeaux des indigènes, mais le spectacle qui va suivre ne sera peut être pas à leur goût. Positionnant Valkia à sa droite, le prêtre indigène pris la parole.

Silms - « Mes frères ! Mes sœurs ! Nous sommes aujourd’hui réuni pour honorer le dieu sombre et réaffirmer la place de Valkia, fille de notre protecteur, au sein de notre communauté. C’est ainsi, pour honorer son père et notre peuple, que Valkia a réclamer un Huitzili ! Qui aura l’honneur d’être son adversaire ? »

Un grand guerrier se leva, et s’approcha de Silms. La diablesse ne le connaissait pas, il devait être d’une autre tribu que la sienne. Le fait est qu’il paraissait fort, il avait une coiffe imposante, signe qu’il était connu comme un champion dans sa tribu.  C’était un adversaire qui serait redoutable à n’en pas douter. Ce dernier se mit face à la foule et déclara devant la foule d’indigène.

Koulou - «  Je suis Koulou, du clan des Ayam, je défie Valkia, fille de notre dieu protecteur dans un combat à mort. Que le combat soit sanglant pour honorer le Dieu sombre. Le sang va couler. »

Valkia - « Le sang va couler. »

Cette parole finale était une sorte de cri de guerre pour les indigènes, juste avant qu’ils partent en bataille, ils utilisaient ces mots comme pour se donner du courage. Suite à la réponse de Valkia, le public se mit à faire du bruit pour honorer ce combat. Les tambours résonnèrent, les chants, plus belliqueux qu’à l’accoutumée reprenaient. Les premiers rangs s’adonnaient à une danse rituelle dont la diablesse ignorait le sens. Ce qu’elle savait, c’est qu’elle allait devoir affronter son adversaire.  Une femme se leva et vint récupérer les parures et armure de Koulou, pendant ce temps Kaam vint à son tour à la manière d’une entraineuse prodiguait ses derniers conseils.

Kaam - « Koulou est un adversaire redoutable, ne le sous estimez pas.  Quand vous l’aurez battu, égorgez le pour maculer les marches du sang de votre adversaire. C’est un symbole de grand respect pour votre père. Bon combat à vous Valkia, le sang va couler. »

Valkia - « Le sang va couler. »

Se mettant en position, la demoiselle appréciait ces petits moments de calme avant la tempête. Koulou ne portait plus qu’une sorte de braie lui recouvrant les jambes, le torse nu. Faire couler du sang sur cet espace était vu comme une offrande merveilleuse au dieu sombre et tous les deux avaient hâte de se mettre à l’oeuvre. Mais pour l’instant, l’aura de violence de Valkia était de sortie, et le regard intense de Koulou semblait y être réceptif. Silms se trouvait entre les deux combattants, jetant un regard à l’un puis à l’autre, ce dernier frappa dans son tambour chamanique pour déclarer le début du combat. Il était temps d’honorer le dieu sombre.


Codage par Libella sur Graphiorum
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26567-les-ecrits-demoniaques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26539-par-le-sang-verse-la-demone-est-nee-presentation-de-valkia-bloodfallen
Obtenir la bénédiction du père


Le combat était intense et les deux guerriers se rendaient coup pour coup. La toge blanche de Valkia avait changé de couleur, dans un mélange du sang de son ennemi et du sien. En dehors du bruit des épées qui s’entrechoquaient, il n’y avait plus que le son des tambours. Les chants s’étaient tûs, le choeur était trop captivé par l’intensité du combat pour continuer. Koulou était un combattant des plus puissant parmi les indigènes. Il avait acquis le respect de ses pairs par son hardiesse sur le champs de bataille. Lors de la guerre contre ceux qui vienne de la mer, il a moissonné les rangs ennemis et offerts moult sacrifices au dieu sombre. C’était un sacrifice de premier choix que la cornue allait offrir à son peuple.

Les coups pleuvaient mais la bataille tournait à l’avantage de la cornue. Les mouvements de son adversaire devenait plus lent, sans doute moins endurant que la diablesse. Il était épuisé et avait perdu beaucoup de sang. La démone allait pouvoir en finir à son prochain assaut. Se mettant à marcher autour de son adversaire, la diablesse savourait sa victoire en avance. Lui même semblait résigné et la regardait faire sans réellement agir. Inclinant la tête comme pour s’assurer qu’il ne prépare rien de tordu, la jeune femme se déléctait de ce moment. C’est l’heure de sonner l’hallali, le combat arrive à sa fin. Cependant, avant de l’achever, la démoniaque voulait échanger des dernières paroles avec cet homme qu’elle connaissait à peine mais faisait partie des braves. Profitant du silence pour échanger des derniers mots avec lui.

Valkia - « Tu es un adversaire redoutable, tu peux garder la tête haute. C’est un honneur pour moi de te sacrifier à mon père. Tu as gagné ta place à ses côtés. »

Koulou - « Vos paroles m’honorent, fille du Dieu sombre. Mais vous comprendrez que je ne peux pas me laisser sacrifier sans m’être battu jusqu’au bout. »

Valkia - « Ainsi soit il, Koulou champion du clan Ayam. Je te libère des souffrances de ce monde. »

Le guerrier fondit sur la cornue qui esquiva son premier coup, puis le deuxième, puis le troisième. Une ouverture s’offrit à elle et elle plongea son épée dans le ventre de son adversaire avant d’y ajouter sa capacité éléctrique. Le choc était violent mais au moins, il sonna suffisamment l’homme pour ne pas qu’il ait le temps de ressentir la peur de la mort à venir. Peut être même qu’elle avait suffisamment fait griller son système nerveux pour ne pas qu’il sente la peur. Retirant son épée, la jeune femme attrapa l’homme par les cheveux et l’égorgea face aux marches comme l’avait demandé Kaam. Le sang ruissela sur les marches et le cadavre du dénommé Koulou vint rebondir sur les marches jusqu’aux pieds des danseurs qui vinrent attraper son corps pour le faire toucher à tous les indigènes présents.

Levant les bras en signe de triomphe, la jeune femme vit le peuple exultée. C’était tellement satisfaisant, on se sentait considéré, on se sentait déifié. Et pour la démone, c’était là son but ultime. Telle Kiyori avant elle, la démoniaque espérait secrètement qu’un jour, son nom serait connu dans les mers. Elle avait acquis la confiance du peuple de l’île maléfique, et cette victoire ne faisait que lui assurer davantage son statut divin. Pendant qu’elle saluait le peuple, Kaam arriva doucement derrière elle comme si elle ne souhaitait pas être remarquée et commença à panser les plaies de la demoiselle. Elle lui murmura à l’oreille.

Kaam -  « Je suis tellement rassurée que vous soyez en vie. Non pas que je doutais de vous hein ? Mais c’est que … enfin voilà je suis heureuse de vous savoir en vie Valkia »

La jeune indigène était au petit soin pour la bretteuse et cela était très apaisant après un combat d’une telle intensité. Désormais, il ne lui manquait qu’à affronter l’épreuve finale. Elle ne savait pas ce dont il s’agissait, car aucun villageois n’avait eu d’info précise à lui donner. Ce qu’elle savait, c’est que les plus téméraires ne revenaient pas, et les plus prudents revenaient en abandonnant. La seule personne encore en vie ayant réussi cette épreuve était l’un des neufs flibustiers, le héros des indigènes : Katabolonga l’insaisissable, l’un des neufs flibustiers. Et il n’a jamais expliqué ce qu’il a vu en dessous, estimant que la terreur de l’épreuve était authentique tant que personne n’en connaissait l’origine.

Silms se représenta devant le peuple tandis que la jeune femme se faisait soigner ses plaies. Il agita les mains en signe d’apaisement afin de pouvoir prendre la parole. Le corps du pauvre Koulou avait était passé de main en main et revenait désormais aux pieds des marches. Mourir pendant un rituel est une des plus belles morts aux yeux des indigènes. Celui ci sera embaumé et sera placé dans les ruines de K’n-yan d’où il veillera sur les siens dans la mort jusqu’à ce que le père sombre l’accueille à ses côtés. Une fois le silence revenu, le maitre de cérémonie exulta.

Silms - « Le Dieu sombre a accordé sa bénédiction à sa fille. Elle va pouvoir passer à la deuxième partie du Huitzili. L’épreuve ! Par le sacrifice qu’elle vient d’effectuer, elle est digne d’entrée dans K’n-yan. Tout en bas de cette grotte se situe la porte de l’épreuve. Par tous les moyens, Valkia devra passer jusqu’à notre salle du trésor et ramener l’un des deux coffres. Et tout cela sans se faire tuer par le gardien des lieux. Va, championne du sombre, et que sa bénédiction t’accompagne tout au long de ton épreuve.»

Faisant un signe de tête à la démoniaque, cette dernière hocha la tête et se dirigea vers le fond de la caverne. Sa destinée était à portée de main, et elle ne comptait pas laisser passer pareille occasion.


Codage par Libella sur Graphiorum

  • https://www.onepiece-requiem.net/t26567-les-ecrits-demoniaques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26539-par-le-sang-verse-la-demone-est-nee-presentation-de-valkia-bloodfallen
Obtenir la bénédiction du père


Dans un silence qui compensait énormément avec l’agitation extérieure, la démoniaque profitait de chaque pas pour contempler les lieux. La grotte de K’n-yan était un haut lieu dans la religion des indigènes. De nombreux autres croyants ont pu foulé ce sol sacré, parfois même des sommités comme Katabolonga. Ce héros dont son peuple aimait tant raconté ses exploits. C’était un peu leur célébrité locale, suffisamment fort pour être adulé de tous. Il était celui qui marche avec les vagues, et se tenir ainsi dans un haut lieu religieux était une chance inouïe. Si les murs pouvaient parler, sans doute raconteraient ils les somptueuses cérémonies qui devait se dérouler ici bas.

Pénétrant dans l’antichambre, la jeune femme remarqua un cube gigantesque où étaient inscrits de mystérieux symboles. La jeune femme prit le temps de s’arrêter pour admirer ce vestige des temps anciens, mais n’étant pas ponyglotte, ces écrits demeurèrent un mystére. Avait elle seulement envie d’en apprendre plus sur le siècle oublié ? Savait elle seulement ce qu’était le siècle oubliée ? Absolument pas. Et finalement, ce n’était pas plus mal pour elle. Elle avait déjà un gouverneur pour ennemi, autant ne pas se mettre le gouvernement mondial à dos avant même de quitter l’île maléfique.

Trouvant la porte qui lui a été désigné par Silms, la jeune femme prit une profonde inspiration. Le gardien l’attendait, et elle ne savait pas à quoi s’attendre. Qui pouvait être ce mystérieux gardien , seule sentinelle se dressant entre les étrangers et le trésor des indigènes. Arrivant devant la porte, la demoiselle fut surprise de ne voir ni poignée ni serrure à cette dernière. Attrapant une torche se trouvant non loin de là, la cornue mit le feu à cette dernière à l’aide de son Intensité démoniaque. L’éléctricité alluma la torche et la demoiselle découvrit une écriture indigènes anciennes. Elle ne comprenait pas toute la phrase, mais reconnu les mot « Elu » « Dieu Sombre » et « Digne. » Réfléchissant cinq minutes, la jeune femme compris alors comment ouvrir la porte.

Portant sa main sur l’une de ses blessures, la championne appuya de sorte à faire sortir le sang de cette dernière. La cornue déposa finalement sa main sur la porte qui réagit en s’écartant non sans grincer. Il faut dire que le huitzili n’est pas une cérémonie qui se fait tous les jours non plus. La jeune femme pénétra dans la salle où l’attendait le gardien. Autant, elle s’était préparée à tous les scénarii possibles, autant elle n’avait pas prévu cela. La chambre n’était pas du tout comme elle se l’était imaginée.

La diablesse se tenait sur une plateforme arrondie qui s’enfonçait dans une eau bleu foncée très opaque. Il n’y avait rien dans cette pièce mise à part une sorte de lac souterrain qui la séparait d’un perchoir surélevé où attendait deux coffres. Son objectif était donc là. Tournant la tête à droite, la jeune femme aperçu un radeau et un bout de bois pouvant faire office de rame. Tentant de percevoir la position du gardien, la jeune femme pagayait avec prudence. Son ennemi se trouvait soit sous l’eau, soit dissimulé dans la pénombre. La pièce n’offrait pas beaucoup de cachette. La démoniaque se trouva surprise d’être arrivée de l’autre côté de la pièce sans encombre.

C’était simple, bien trop simple. Une fois arrivée près du perchoir, la demoiselle utilisa les escaliers pour monter, toujours sur ses gardes. Elle peinait à imaginer un quelconque guerrier indigène faire demi tour pour si peu. Le gardien devait bien être là, mais où ? Arrivant au sommet, elle remarqua deux coffres semblant daté de Mathusalem. Elle ne devait en ramener qu’un sur les deux, mais qu’est ce qui l’empêchait de ramener les deux tant qu’à y être ? Attrapant les deux coffres, elle se prit à penser qu’ils étaient bien léger. Pour un trésor indigène, cela ne devait pas représenter beaucoup d’or. Même si ce n’est pas tant leur principale monnaie d’échange à l’heure actuelle. La cornue descendit avec les coffres, ne souhaitant pas s’éterniser et remarqua quelque chose qui la remplit d’effroi : La barque était retourné de l’autre côté de la rive.

La voila donc prisonnière de sa petite plateforme surélevé, la jeune femme comprenait que quelque chose la surveillait. L’instant d’après la jeune femme vit quelque chose bougeait à côté d’elle. Fendant l’air avec son épée encore maculée du sang de Koulou, la jeune femme trancha une substance légèrement gélatineuse qui se refugia dans l’eau. Donc la menace venait bien de sous l’eau et était une sorte de seiche ou de grosse pieuvre. Ne sachant pas sur quel pied danser, la jeune femme pestait. D’un côté, elle avait identifié son ennemi, d’un autre, il serait difficile de battre une bête de cette taille là, encore plus dans son élément de prédilection : l’eau. Nager de l’autre côté ne serait pas évident, mais en plus avec deux coffres, c’était mission impossible. La jeune femme remonta avec les coffres dans leur pièce d’origine. Cherchant une manière de triompher de son adversaire, cherchant un objet qui pourrait faire pencher la balance.

C’est alors que la cornue eut une idée. C’était audacieux, mais cela pouvait lui permettre de s’en sortir avec les deux coffres en limitant les possibilités d’attaques du monstre qui devait attendre en embuscade son passage dans l’eau. Faisant plusieurs aller retour vers le bord du lac, guettant une éventuelle faille dans son plan, elle savait qu’elle n’aurait droit qu’à un seul essaie. Le monstre ne se dissimulait quasiment plus, des bouts de tentacules venaient apparaître à la surface de l’eau. De là où Valkia se trouvait, on aurait pu croire à des serpents se déplaçant à la surface de l’eau. Prenant son courage à deux mains, la jeune femme prit une grande inspiration et se prépara à se défaire de son ennemi la pieuvre.


Codage par Libella sur Graphiorum

  • https://www.onepiece-requiem.net/t26567-les-ecrits-demoniaques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26539-par-le-sang-verse-la-demone-est-nee-presentation-de-valkia-bloodfallen
Obtenir la bénédiction du père


Faisant quelques moulinets avec son épée pour ne pas louper son coup, la jeune femme se tenait prête. Se positionnant près de la corde qui tenait l’édifice suspendu, la cornue mit un coup violent à ce cordage pour fragiliser la corde. Le temps lui était compté et la diablesse monta quatre à quatre les marches pour rejoindre le plus haut de la pièce. La corde supportait le poids de la lourde bâtisse désormais qu’avec quelques filaments, et petit à petit, ces derniers cédaient, augmentant la pression sur les dernières. Une fois en haut de la bâtisse, la jeune femme charga les deux coffres sous son bras gauche et se préparait à courir. Quand elle entendit le crac caractéristique, Valkia était prête. S’élançant sur le perchoir tombant, la demoiselle utilisa le mouvement de la bâtisse comme d’un propulseur et s’en servit pour effectuer un saut d’une longue distance.

La plateforme surélevée s’écroula, perdant ce qui la maintenait au dessus du lac et l’imposante bâtisse vint s’enfoncer sous l’eau dans un bruit à réveiller les morts. Prenant cela comme une attaque, le gardien vint enrouler ses tentacules pour se saisir de ce corps étranger à son lac. Trop habitué à ne pas avoir de prédateur, le poulpe fût surpris et bougea si vite que l’eau du lac vint percuter la porte de sortie de la démoniaque. Cette dernière encore dans les airs se réjouissaient de la distraction que lui offrait la bâtisse. Ainsi, elle pouvait être projeter dans les airs sans avoir à craindre d’être attrapée au vol par un tentacule monstrueux. Son plan fonctionna malheureusement trop bien, trop sûre d’elle et de son saut, la jeune femme se percuta à la paroie de la grotte de plein fouet. Utilisant son bras droit pour freiner sa chute en plantant son épée dans la roche, la championne perdit l’équilibre et atterit violemment sur le dos dans un juron des plus déplacés.

Se relevant à une vitesse incroyable, poussée par l’envie de quitter cette salle où beaucoup avait perdu la vie, la jeune femme se fit attraper in extremis la cheville par le gardien. Son tentacule s’enroulait autour d’elle tandis qu’une autre vint lui saisir le bras d’où elle tenait son épée. Jetant les deux coffres à l’intérieur de la caverne, la démoniaque tenta d’attraper son épée de l’autre main pour trancher le tentacule en vain. Furieuse, la démoniaque passa au plan B et fit parcourir l’électricité dans tout son corps pour bruler ses liens. Le stratagème fonctionna bien et, bien que sous l’eau, la créature poussa un cri qui fit trembler la petite caverne, relâchant son emprise sur les membres de Valkia. Se jetant de l’autre côté pour être hors d’atteinte du poulpe, la bretteuse était maintenant hors de danger.

Prenant quelques minutes pour reprendre sa respiration et étant désormais loin de toute agitation, la jeune femme regarda les deux coffres pour lesquelles elle avait joué avec sa vie. Les deux coffres étaient verrouillées et nécessitaient l’utilisation d’une clé pour les ouvrir. Peu importe ce qu’il y avait dans ces coffres là, leur contenu devait être infiniment précieux. Mais trève de supposition, il était temps de rejoindre Silms pour prouver la réalisation de son épreuve. Les marches lui paraissaient interminables, elle ne s’en était pas rendu compte à l’aller, mais la caverne de K’n-yan est vraiment profonde. Sans doute abritait elle une des premières tribus autochtones de l’époque qui se servait de la roche comme d’un abri naturel.

Quand la jeune femme retourna sur la place, la plupart des indigènes vaquaient à leurs discussions, ne sachant pas combien de temps allait durer son épreuve. Seul Kaam et Silms attendait religieusement son retour. La première se laissa aller à des larmes de joies tandis que le second afficha un sourire des plus fiers. Petit à petit, les indigènes la remarquaient et le signalaient à leurs voisins. Qu’une personne revienne était déjà rare, mais qu’une personne revienne avec les trésors indigènes c’était un véritable exploit. Les tambours résonnèrent de nouveaux et Kaam s’assura que tout allait bien chez Valkia. Si y en a bien une qui était plus stressée que les autres, c’était bien elle. Le maitre de cérémonie reprit la parole et ajouta.

Silms - « Mes frères, mes sœurs, aujourd’hui Valkia, fille du Dieu sombre a une fois de plus prouvée qu’elle était la favorite de notre maître et sauveur. D’ici deux jours, elle prendra la mer pour parfaire son apprentissage. A son retour, elle aura droit à l’un des deux coffres qui lui appartiendra. A l’intérieur se trouve toute la puissance de notre Dieu, qui fera d’elle sa championne. Que tout le monde se rappelle de ce jour historique. Valkia se rapproche de plus en plus de son père par la présente. Gloire au dieu sombre ! »

Foule - « GLOIRE AU DIEU SOMBRE ! »

Complètement épuisée par cette journée des plus compliquée, la guerrière n’eut pas le courage de demander plus d’information à Silms, elle ne rêvait que de son lit, épuisée par tant de mise à l’épreuve. Aujourd’hui, elle avait encore frôlée la mort, et aujourd’hui encore, elle se sentait plus proche que jamais de son objectif. Suivant les membres de sa tribu qui ramenaient les deux coffres jusqu’à leur village, la demoiselle fini son chemin directement dans sa case où elle se laissa partir vers le monde des songes avec le sentiment du devoir accompli.


Codage par Libella sur Graphiorum

  • https://www.onepiece-requiem.net/t26567-les-ecrits-demoniaques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26539-par-le-sang-verse-la-demone-est-nee-presentation-de-valkia-bloodfallen