Les actes ont des conséquences [Deuxième partie]

Feat Chesnut

Les actes ont des conséquences [Deuxième partie]


Dans l'obscurité oppressante du refuge, les murs moisis semblaient suinter une atmosphère de désespoir. Les fenêtres crasseuses laissaient à peine filtrer la lumière du jour, accentuant le caractère sinistre de l'endroit. Natsu, étendu sur un lit de fortune, avait repris un peu de vigueur grâce aux soins de la mystérieuse jeune femme. Pourtant, même après avoir retrouvé une certaine force, une lueur de méfiance persistait dans les yeux de Bugs.

Chesnut, penché sur une carte défraîchie qui trainait sur un bureau en piteux état, étudiait les possibles routes de fuite. L'atmosphère tendue dans la pièce était palpable, chacun se demandant quelles étaient les véritables intentions de la doctoresse.

Bugs, dont les instincts ne le trompaient que rarement, ressentait un malaise grandissant. Ses grandes oreilles frétillantes, il observait la jeune femme avec un mélange de suspicion et de détermination. Ses gestes, bien que habiles, mais surtout experte en réparation de bobo, semblaient dissimuler quelque chose de plus sombre.

Soudain, alors que la doctoresse s'approchait d'un petit baluchon de fortune que Chesnut avait habilement dérobé à l'auberge de Boby, Bugs se dressa sur ses petites pattes comme un éclair et saisit fermement son bras de sa main toute douce. Un silence pesant s'abattit sur la pièce tandis que tous les regards convergèrent vers le trio pris dans cette confrontation inattendue.

"AHHH ! PRIT LA MAIN DANS LE SAC !"

Hurla Bugs d'une voix suave, ses yeux fixés intensément sur la jeune femme. Son ton trahissait une colère contenue, prêt à réagir à la moindre réponse suspecte. La jeune femme, prise au dépourvu, tenta maladroitement de se dégager de l'emprise de Bugs, mais celui-ci maintint sa prise avec fermeté. Le visage de la doctoresse autrefois serein laissait maintenant transparaître une légère nervosité.

Chesnut, observant la scène avec une attention aiguisée, s'écarta lentement du bureau, son regard scrutant la doctoresse avec une intensité glaçante. "Ne joue pas avec nous," déclara-t-il d'une voix calme mais autoritaire. "Tu as essayé de voler mon meitou, n'est-ce pas ?"

La jeune femme, acculée, baissa les yeux, réalisant qu'elle avait été découverte. Une lueur de culpabilité traversa son regard alors qu'elle tentait désespérément de trouver une explication plausible à ses actions. Le silence qui s'ensuivit fut pesant, chacun attendant que la doctoresse impétueuse explique ses agissements. Dans cet environnement lugubre et tendu, les véritables intentions de chacun étaient désormais mises à nu, prêtes à être confrontées.

L'atmosphère dans la pièce était tendue, chacun retenant son souffle dans l'attente des explications de la mystérieuse jeune femme. Alors que la confrontation semblait sur le point d'éclater, Natsu sursauta soudainement, ses yeux s'ouvrant avec confusion. Sa main chercha instinctivement à son côté, avant de se rappeler qu'il était dans un refuge sûr, entouré de ses compagnons.

"Qu'est-ce qui se passe ? Je l'ai battu Chesnut ?" demanda-t-il d'une voix encore ensommeillée, sa tête tourbillonnant de la sensation d'être tiré brusquement de son sommeil.

"Raaaaaaah...Je meurs de fai...G..GRR.GRRRRROUAH" L'estomac du jeune pirate se mit à rugir tellement fort qu'il retentit dans toute la pièce.

La jeune femme, nommée Isabella, saisit rapidement l'opportunité de détendre l'atmosphère tendue. "Oh, pardonne-moi," dit-elle avec un sourire contrit, se précipitant vers un coin de la pièce. Après quelques instants de recherche, elle revint avec deux vieux sandwichs enveloppés dans du papier brun. "Ce ne sont pas grand-chose, mais c'est mieux que rien."

Natsu saisit les sandwichs avec reconnaissance, son estomac grognant de faim. Il les engloutit rapidement, avalant chaque bouchée avec une avidité presque animale. Pendant ce temps, Isabella observait la scène avec une légère expression de soulagement, heureuse de voir que son geste avait apporté un peu de répit à leur situation tendue.

"Ouais capitaine, tu lui as foutu une sacré dérouillé à Zephara. Elle est pas prête de re répandre la terreur sur North Blue haha" Lâcha Chesnut d'un ton amusé.

"Ouais Natsu! T'as été impressionnant !" Envoya Bugs tout en étant sautillant sur ses petites pattes. " En plus t'étais trop stylé quand tu t'es recouvers de flammes la WoooaaaWWW ! Jai trouvé ça trop coool !" Le jeune mink retira son chapeau, puis tout à coup, trépident d'impatience. Il prit un ton un peu moins enjôleur, tout en tapotant une patte à vive allure contre le parquet usé. "D'ailleurs comment tu as fait ?"

"B..Be..Beuhhhh, Gen." Natsu était encore en train de dévorer les dernières bouchées de son sandwich. "J'en sais rien Bugs, je me suis énervé quand j'ai vu les crimes qu'elle avait commit du coup j'ai sentit mon corps chauffé." Le jeune homme se gratta l'arrière du crâne faisant tomber les bandages qui recouvrait son bras. " AAAAAAH ! Ça fait du bien ! Je me sens bien mieux !"

Une fois que Natsu eut satisfait sa faim, le regard de ses compagnons se tourna à nouveau vers Isabella, attendant des explications pour ses actions antérieures. Isabella se racla la gorge, une lueur de détermination brillant dans ses yeux.

"Je m'appelle Isabella," commença-t-elle d'une voix ferme mais empreinte de sincérité. "Et je suis désolée pour ce que j'ai essayé de faire tout à l'heure. Je n'avais pas d'autre choix."


Elle fit une pause, rassemblant ses pensées avant de continuer. "Vous devez comprendre, je suis dans une situation difficile. J'ai un lourd impôt à rembourser et... je pensais que voler votre meitou pourrait être ma seule chance de m'en sortir..."

Son regard se tourna vers Natsu, ses yeux emplis de sincérité. "Une fois que j'aurai appliquer une dernière fois vos soins, vous serez libre de partir." Puis elle lança un coup d'oeil en direction de Chesnut. "Toi aussi le grand gaillard, je dois te recoudre et normalement on est bon."

Le trio échangea des regards, pesant les paroles d'Isabella. Bien que la méfiance persiste, il y avait quelque chose dans son attitude qui semblait authentique. Peut-être était-elle sincère, altruiste, Bugs prit la parole sans concerter ses camarades.

"Qu'es qui ce passe ? C'est quoi cette situation difficile ? On peut peut être t'aider" Lâcha le jeune Mink prit pas les sentiments. "Hin Natsu ? On aide les gens qui en ont besoin, même si nous sommes des pirates ?!" Le jeune capitaine pirate se redressa de son lit de fortune tout en arborant un gargantuesque adressé à son cuisinier." Bien sur Bugs shishishishi !" Il ricana avant de reprendre" Si Isabella nous explique mieux la situation et si elle accepte notre aide, alors on va faire ce qu'il faut pour la sortir de ce pétrin !"

Alors que le soleil continuait de monter dans le ciel, éclairant faiblement la pièce sombre de ses rayons dorés, le destin de Natsu et de son équipage semblait prendre un tournant inattendu, alors qu'ils envisageaient la possibilité de l'aider, malgré les péripéties tumultueuses qui les avaient réunis. Après un moment de silence, où les paroles de Natsu semblaient suspendues dans l'air, Chesnut rompit finalement le silence, son regard scrutant Isabella avec une intensité étonnante.

"Dis-nous tout, Isabella. Nous avons besoin de comprendre pourquoi tu as agi ainsi."

Isabella prit une profonde inspiration, rassemblant son courage pour révéler la vérité.

"Il y a quelques mois, j'ai eu une altercation avec le commodore Constantine," commença-t-elle d'une voix tremblante, ses mains serrées en poings. "Il a découvert mes activités et a menacé de me faire arrêter, mais... mais il a aussi capturé ma sœur."

Un frisson parcourut l'échine du trio à ces mots. L'idée que la jeune femme devant eux avait une sœur retenue en otage par un homme aussi puissant que le commodore Constantine ajoutait une dimension tragique à leur situation.

"Constantine utilise ma sœur comme moyen de pression contre moi." continua Isabella, son regard empli de douleur et de colère. "Il exige que je travaille pour lui, que je vole des biens de grande valeurs et que je ramasse de l'argent pour lui. Si je refuse... ma sœur paiera le prix fort."

Bugs et Natsu échangèrent un regard chargé de compréhension et de compassion. Ils pouvaient sentir le poids du dilemme dans lequel Isabella était prise. Utilisée comme marionnette par un commodore véreux de la marine, contrainte de commettre des actes répréhensibles sous la menace de perdre sa sœur bien-aimée.

"Nous comprenons maintenant," déclara Chesnut d'une voix résolue. "Tu as été poussée dans cette situation difficile, Isabella. Nous sommes désolés d'avoir été si durs avec toi auparavant.." Lâcha le jeune mink les larmes ruisselant sur ses joues.

Isabella baissa les yeux, submergée par un mélange d'émotions. Elle avait gardé ce fardeau pour elle pendant si longtemps, craignant le jugement des autres. La compassion et la compréhension que le trio lui montraient maintenant étaient presque trop à supporter.

"Nous allons t'aider, Isabella," déclara Bugs d'une voix ferme, son regard déterminé. Natsu se leva de son lit puis il s'étira"Nous allons mettre fin aux agissements du commodore Constantine et libérer ta sœur. Tu n'auras plus à te battre seule Isabella !"

Un sentiment de soulagement et de gratitude envahit Isabella alors qu'elle réalisait qu'elle n'était plus seule dans cette lutte. Avec Natsu, Chesnut, et Bugs à ses côtés, elle avait enfin de l'espoir pour un avenir meilleur, où elle pourrait enfin retrouver sa sœur et se libérer des chaînes qui la retenaient prisonnière. Natsu se tenait droit comme un I, le sourire au lèvre, il était heureux d'apporter son aide à Isabella. Le regard de Bugs se posa sur l'entre-jambe de son capitaine et ses yeux s'écarquillèrent tel un poisson agonisant sur le sable chaud, Chesnut lui soupira fortement et la jeune femme jeta sa botte sur le front de Natsu.

"RENFILE MOI VITE TON CALEÇON ! NON MAIS OH !" Hurla la doctoresse, Bugs naïf à souhait regarda son camarade Chesnut. "Je savais pas que les humains avaient un long serpent entre les jambes ! Chesnut toi aussi il est long ton serpent ?"


KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26950-ft-dun-reveur-au-sang-bo
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26929-terminee-le-prochain-seigneur-des-pirates-ce-sera-moi

Attention :


Ce post contient des violences psychologique et physique extrême, ainsi que de la vulgarité, si vous êtes sensible à ce sujet, ne le lisez pas.



Chesnut entend l'histoire de la jeune femme, ce qui l'ému, mais il ne le montre pas. Lorsque Bugs pose la question sur la taille de l'engin de Chesnut, ce dernier répond sans passer par quatre chemins.


- Je ne suis pas un expert en la matière, mais on m'a qualifié d'étalon.


Natsu propose d'aller aider la jeune voleuse, lorsqu'il se lève, Natsu est dans le plus simple appareil. Ce qui fait rire Chesnut, non pas pour se moquer, mais parce qu'il est admiratif.


- Ha-ha-ha... On était destiné à se rencontrer.


Bugs se pose la même question sur la taille de son engin, il fouille dans ses poils, mais Isabella hurle.


- Mais, vous allez arrêter, bande de pervers !


Bugs est fâché, il pose ses fesses sur l'épaule gauche de Chesnut avec un air bougon.


- C'est pas juste, tout le monde a pu parler de sa carotte, sauf moi.


Natsu répond.


- Ne t'inquiète pas, Bugs, je suis sûr que ta caro...


Isabella hurle de nouveau.


- Non, mais arrêtez, ce n'est pas le sujet !


Chesnut hurle à son tour, mais sur Isabella.


- Hé, si le petit veut montrer sa carotte, il la fera montrer !


Bugs rigole.


- J'ai dix-huit ans… Hi-hi-hi.


Chesnut regarde Isabella qui elle-même le regarde dans un silence religieux.


- C'est encore un enfant.


Natsu, qui est plus impétueux que le feu, désire vaincre le commodore. À cette idée, Chesnut est réticent. D'ordinaire, il lui aurait dit de se débrouiller et qu'elle a intérêt à ne pas recroiser son chemin, si elle ne veut pas finir en charpie la prochaine fois. Chesnut n'apprécie pas qu'on tente de le voler. Mais, comme le capitaine veut l'aider, le second n'a pas le choix, il obéit. Puis, il ne va tout de même pas laisser Natsu y aller seul. Bugs est, lui aussi, partant pour s'occuper de ses méchants marines. Isabella, la voleuse, raconte où et quand elle a rendez-vous avec le commodore. Pour faire illusion, Chesnut doit lui prêter ses gants, les fameux gants qui font partie des armes d'exceptions de troisième catégorie, ils valent de l'argent. Chesnut n'est pas chaud pour cette option, il a failli y passer contre Zephyr, l'ancien propriétaire des gants. Il estime qu'il n'a pas à mettre son butin en jeu, mais pour faire plaisir à Bugs qui le regardent avec de petits yeux mignons, une petite moue tristounette. Chesnut grogne légèrement, puis il caresse la tête de Bugs.


- Je veux bien lui prêter, étant donné qu'elle a soigné nos blessures, mais uniquement prêter. Nous rembourserons nos frais médicaux en éclatant ses marines, compris ?


Isabella est d'accord, Natsu et Bugs sont en joie. Les trois comparses se lèvent, malgré leur blessure, ils demandent à Isabella si elle n'a pas de quoi manger, autre qu'une moitié de sandwiches. Elle répond que non et que de toute façon, c'est l'heure du rendez-vous. Ils se mettent en route, Chesnut a récupéré de ses forces, même s'il sent qu'il a encore besoin de repos. S'il avait mangé quelque chose, il aurait été en pleine forme, c'est comme ça que son organisme fonctionne (Métabolisme Monstrueux). La voleuse amène Natsu et son équipage jusqu'à un bateau de pêche, elle dit que c'est sur cette embarcation qu'ils doivent se rendre jusqu'au navire du commodore, une Frégate. Chesnut, qui est navigateur, se propose de diriger le navire, il ne manquerait plus qu'Isabella plante le navire contre un rocher. Elle donne les coordonnées du lieu de rendez-vous, avec une boussole, Chesnut parvient à se diriger. Ils arrivent devant l'énorme Frégate, comparé au petit bateau de pêche, elle est gigantesque. Isabella donne des impairs à ses nouveaux amis pour passer inaperçu, Chesnut enfile le vêtement, Bugs se propose de se cacher derrière son dos, imitant une bosse, le pirate joue un bossu. Ils doivent aussi mettre un chapeau et des lunettes, pour passer inaperçu. C'est une bosse qui grignote un morceau de carotte, mais ça fait illusion. Ils sont invités sur le navire du commodore, une fois monté dessus, les pirates se rendent compte qu'il y a facilement deux cents marines présents sur le navire. Le commandant de l'équipage, Bob alias le « Glouton », s'amuse à donner des ordres aux soldats qui lavent le pont, tout en mangeant une banane.


Les actes ont des conséquences [Deuxième partie] Kjhgfdsdfghj

- Miam... Elle est bonne cette banane, vous ne savez pas ce que vous ratez, les gars. C'est comme ça, plus on prend du grade, plus on est libre.


Il voit qu'Isabelle est sur le pont avec ses alliés, tout en étant escorté par des marins. Bob termine la banane qu'il jette au milieu du pont.


- Nettoyez ça, les mange merde.


Il s'approche d'Isabelle, la reluque avec un air envieux.


- Hey, salut beauté. Vous savez que je dois faire une fouille approfondie, on ne peut pas se permettre de laisser passer le moindre risque. Surtout de la part d'une voleuse, aucune confiance en ces gens-là, que des raclures.


Il pelote Isabelle plus qu'il ne la fouille, toujours avec un air vicieux, il passe ses mains là où il ne devrait pas le faire. Chesnut, qui est courbée, il joue un bossu, regarde du coin de l'œil l'expression presque jouissif du commandant.


- Ce mec n'a pas honte, il ferait passer Zephyr pour une bonne sœur.


Après avoir pris son pied en fouillant Isabella, qui a su garder son calme, il autorise la voleuse à passer. Bob s'approche de Natsu et Chesnut, il se moque du bossu.


- Ha-ha-ha ! Pauvre type, la vie ne t'a pas gâté. Si ça tenait qu'à moi, les types dans ton genre finiraient en prison ou sur le bûcher… Ha-ha-ha. Allez, détends-toi, beau gosse, je plaisante.


Non, il ne plaisante pas. Bob est une personne qu'on pourrait qualifier d'insupportable, il a des préjugés sur tout le monde. Il croit détenir la vérité sur tous les sujets, même s'il ne s'y connait pas dans un domaine, pour lui, il a raison. Son excès de confiance et son arrogance démesuré lui viennent tout bonnement de son éducation, il est né avec une certaine force qui lui a permis de ne jamais rencontrer de difficulté dans la vie. Il est plutôt beau garçon, ce qui a renforcé son égo. Il n'a aucun respect pour les faibles, pire, il trouve que les faibles doivent servir les forts. Il n'y a qu'un seul homme, qu'il a rencontré, qui a su le mater, c'est une personne encore plus pourrie que lui, le commodore John Constantine. Il y a donc que Constantine qui trouve grâce aux yeux du blond, autant vous dire que le quotidien des soldats lambda est pire que de l'esclavage, au moins, eux, ils sont rémunérés. Isabella arrive sur le pont arrière, là où le commodore se fait masser par deux de ses soldats habillés en bikini.


- Commodore.


Isabella se présente. John, allongé sur la table de massage, pousse des gémissements de plaisir. Il tourne sa tête vers Isabella avec un air satisfait.


- Hmmm... Isabella, te voilà... Hmmmm... Plus fort, Rose, plus fort.


Le visage des deux femmes exprime du dégoût, à la base, ce sont des soldats entraînés, ayant même reçu un grade, celui de caporal et de sergent. Ce n'est pas rien pour commencer une carrière. Cependant, le commodore est tellement imbu de lui-même, qu'il considère uniquement un soldat qu'à partir du grade de commandant, les autres, c'est de la broutille. Une serviette cache la nudité de l'homme, ce qui fait plaisir aux soldats. Il se met sur le dos pour parler à Isabella, il place ses mains derrière sa tête, laissant sa pilosité exposée aux yeux de tous. Il pose son regard satisfait sur les courbes généreuses de la voleuse.


- Isabella, tu refuses toujours de rejoindre mon équipage ? Tu serais ma favorite, ma préférée, je serais tendre et dur à la fois. Qu'en penses-tu, ta sœur pourrait rentrer dans mon cercle priver, elle aussi, quand elle aura atteint l'âge. En attendant, elle sera chouchoutée, ce sera ma pupille, je la formerais personnellement au combat.


Isabella répond avec un air sérieux et une voix déterminés.


- Je refuse.


L'expression des masseuses s'assombrit, mais elles continuent de masser le torse et les bras du commodore. L'expression de ce dernier est emplie de colère, il serre les dents.


- Comme tu veux, si tu souhaites que ta sœur vive dans la misère, qu'elle continue à récurer les chiottes de l'unité, pas de problème. D'ailleurs, ne tarde pas a rassemblé la somme pour sa libération, elle a bientôt atteint un âge où beaucoup d'hommes s'intéresseront à elle. Je me demande si je vais la donner à ce porc de Bob, après l'avoir essayé... Zah-ha-ha-ha !


Les masseuses rigolent, elles aussi, mais à contre cœur. Isabella n'a qu'une envie : foncer sur le commodore, lui mettre le canon de son pistolet dans la bouche et de tirer. Cependant, même si elle doute de pouvoir y arriver, sa sœur se ferait exécuter dans tous les cas, voire pire. Alors, elle baisse les yeux, se soumet au commodore. Isabella tend le sac où se trouve son butin, il y a quelques milliers de Berrys et les gants de Chesnut qui valent des millions. Le commodore claque des doigts, un caporal s'approche de la voleuse et lui prend violemment le sac.


- Tu peux disposer, déchet.


Isabella serre les poings, mais elle continue de baisser les yeux, tout en se mordant la lèvre inférieure.


- Ma... Ma soeur.


Constantine prête l'oreille.


- Tu as un truc à me dire ?


Elle lève la tête avec détermination, elle regarde le commodore.


- Je veux voir ma soe...


Elle se prend une claque du caporal.


- Surveille ton langage lorsque tu t'adresses au commodore.


Constantine ricane.


- Zah-ha-ha-ha... Caporal, ne soyez pas si procédurier. Notre amie voulait simplement me demander si elle pouvait voir sa sœur, je suppose qu'il n'y avait aucune animosité dans son esprit. Je l'espère pour elle, car si je devais découvrir qu'elle nourrit une certaine haine à mon égard. Je devrais découper une certaine personne et lui envoyer chaque semaine un bout de cette individue pour la motiver à se bouger le cul et à me trouver MON PUTAIN D'ARGENT !


Les masseuses prennent peur, comme le caporal et autres soldats présents sur le pont.


- Je n'ai pas crié, mensonge. Je suis calme, plus calme que la rivière.


Le commodore se calme, il affiche un air serein.


- Regardons ce que notre amie nous a apporté cette semaine.


Il regarde les masseuses qui sont curieuses et qui ne massent plus, il claque des doigts.


- Oh, je ne vous paye pas à ne rien faire.


Le caporal verse le butin sur une table, il compte les Berrys.


- Hum... Il y a un million de Berrys. Une paire de gants et quelques bijoux, j'estime leur valeur pas plus de cinq-cent mille Berrys.


Le commodore soupire.


- Rha-la-la... Isabella... I-SA-BELLA... Qu'est-ce que tu nous fais ?! Tu as ramené deux fois moins que la semaine dernière... Qu'est-ce... Que... Tu... Nous... Fais…?!


Elle indique que la paire de gants n'est autre qu'une arme d'exception de troisième catégorie, montant à dix millions de Berrys, maximum. En entendant cela, John émet une longue plainte.


- Rhaaaaaaa... Isabella, il ne t'est pas venu à l'idée d'aller les vendre et de rapporter le liquide... ESPÈCE DE CONNA...


Il se calme.


- Je n'ai pas crié, calomnie.


John se lève, en poussant les masseuses, il met une claque à Rose qui est proche de lui. Sa serviette tombe, il est nu, mais cela n'impressionne pas Isabella, limite, au vu de la petitesse de son appareil, elle se retient de pouffer. Elle comprend d'où lui vient son sentiment d'infériorité, c'est là qu'elle se demande vu que Natsu et Chesnut sont assez sereins et sûr d'eux, est-ce qu'ils ne seraient pas gâtés par la nature ? Elle repense à leur discussion de toutes à l'heure, elle se secoue la tête rapidement de gauche à droite pour ne plus y penser. Le commodore enfile un caleçon avec des cœurs roses dessus, puis il met son pantalon noir, enfile une chemise rouge. Il finit de s'habiller, il porte un Katana à sa ceinture. Il pose sa main droite dessus, ce qui fait de lui un gaucher.


Les actes ont des conséquences [Deuxième partie] Kjkjkjkj

- Isabella, s'il y a une chose que je ne supporte pas, c'est l'incompétence. Tu veux voir ta sœur, amenez-la.


Une jeune femme âgée de plus de dix ans est amené au commodore, son regard s'illumine lorsqu'elle aperçoit sa sœur. Le commodore s'approche de la petite, elle regarde ailleurs pour ne pas croiser le regard de John. Elle peut sentir l'haleine fétide de l'homme qui n'hésite pas à souffler sur son visage, un mélange de vieux cigare et d'asperge, selon la fille. Constantine se redresse, il regarde la voleuse.


- Tu vois, elle va bien.


Il est soulagé jusqu'à ce que Constantine claque des doigts. Le caporal attrape la petite par les cheveux, il la traîne jusqu'à la table où se trouve le butin, la petite hurle de douleur, elle pleure. Isabella ne comprend pas.


- Qu'est-ce que vous faites…?! Lâchez-la !


Les masseuses braquent Isabella avec froideur, bien qu'elles ne supportent pas le comportement du commodore, elles n'ont aucune empathie contre les hors-la-loi. C'est donc avec plaisir qu'elles braquent la voleuse, espérant qu'elle fasse une bêtise pour lui trouer la peau, le petit rictus hautain des femmes montre bien le plaisir qu'elles ressentent. John s'approche de la table, le caporal plaque le visage de la petite fille, sans lui faire mal pour autant, contre la table. Un soldat apporte une mangue, une simple mangue qu'il dépose à côté de la fille, puis il s'écarte. Constantine dégaine lentement son Katana de son fourreau.


- Tu sais Isabella, j'attends de mes collaborateurs un certain professionnalisme. Si je ne peux avoir confiance dans un de mes partenaires, que suis-je censé faire ? Passer l'éponge, en espérant qu'il fera mieux la prochaine fois ? Ou, la méthode drastique et monstrueusement efficace ? Tu veux connaître cette méthode, celle qui a fait ma renommée ? Tu veux la connaître, hein... ?


Isabella n'en croit pas ses yeux, elle ne réalise pas ce qu'il se passe. La lame du commodore est sortie, la lumière du soleil se reflète dedans, éblouissant les marins et la voleuse durant un bref instant.


- Je la polis tous les jours, chaque lame gagne en tranchant, à condition de prendre soin d'elle. C'est comme une amitié, si on veut qu'elle s'épanouisse, nous devons en prendre soin.


Le commodore regarde sa lame pendant quelques secondes, sans dire un mot, avec un sourire empli de fierté. Puis, son sourire disparaît, ne laissant place qu'à une expression d'amertume. Il lève sa lame, le soldat qui a apporté le fruit bande les yeux de son supérieur avec un tissu blanc, Isabella a peur. Le commodore abat son épée sur la table, ignorant où il va frapper, un liquide dégouline du Katana, Isabella est terrorisée.


- Cette semaine, j'ai décapité cinq de mes associés, parce qu'ils m'ont déçu.


Il retire le tissu de ses yeux avec sa main droite, il pose son regard satisfait sur le visage tétanisé de la sœur d'Isabella.


- C'était la mangue, tu as eu de la chance.


Dit-il en lui faisant un clin d'œil.


- Isabella, je prends un risque en te donnant une seconde chance. Je veux onze millions pour la semaine prochaine, si tu ne peux pas, rejoins mon cercle privé, et tu payeras ta dette en nature. Sinon, si tu refuses, ce que je comprendrai, chacun à son petit ego, je tranche la tête de ta sœur. Ce qui conduirait à rompre notre association et tu comprendras que c'est l'option que je voudrais éviter. Mais, il est hors de question de me faire baiser par une moins que rien, compris ?! ... Je ne me suis pas énervé, diffamation.


Isabella est sans voix, elle n'avait jamais vu cet homme dans cet état, est-ce parce qu'elle a trop joué avec lui ou est-ce parce qu'il désire tant la compagnie de la voleuse qu'il a perdu patience ? Dans tous les cas, elle est perdue. C'est ce que l'histoire aurait retenu d'Isabella si elle n'avait pas eu la bonne idée de dépouillé un certain équipage qui l'a suivi. En parlant de celui-ci, Bob, qui a ordonné à la fouille des hommes d'Isabella, remarque que la bosse de Chesnut bouge. Il ne comprend pas, Bugs a essayé de tenir, mais le manque de carotte a été trop fort pour lui. D'un geste vif, Chesnut abat son poing droit dans la joue gauche de Bob, suivi par Bugs qui déchire l'impair avec sa lame. Les pirates sont découverts et la bataille commence.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26980-fiche-du-montblanc#27900
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26962-montblanc-chesnut

Feat Chesnut

Les actes ont des conséquences [Deuxième partie]



En un rien de temps, le trio infernal fut découvert par la marine. Le début de la bataille s'entrechoqua avec la météo qui était déjà peu clémente, mais qui changea radicalement, le ciel était couvert d'épais nuages gris, annonçant une tempête imminente. Le vent souffla avec force, agitant les voiles du navire et faisant claquer les drapeaux de la marine. De temps en temps, un éclair zébra le ciel, illuminant brièvement le pont du navire et les visages déterminés des combattants.

Les vagues déferlèrent avec violence contre la coque du navire, faisant tanguer le pont sous leurs pieds. Le bois verni était glissant sous la pluie fine qui commença à tomber, ajoutant une couche supplémentaire de danger à la bataille qui faisait rage. Malgré les conditions météorologiques défavorables, les soldats de la marine restaient fermes, déterminés à défendre leurs supérieurs jusqu'au bout. Leurs uniformes bleus et blancs étaient trempés par la pluie, collant à leur peau alors qu'ils se battaient avec une ferveur inébranlable.

Natsu, Chesnut et Bugs étaient enveloppés dans l'atmosphère sombre et humide, leur détermination brûlant comme un feu ardent au milieu de la tempête. Leurs vêtements étaient mouillés et collants, mais cela ne faisait que renforcer leur détermination à mettre fin au règne tyrannique du commodore.

Les éclairs continuaient de fendre le ciel, éclairant sporadiquement la scène chaotique sur le pont. Les cris de combat se mêlant au grondement lointain du tonnerre, les phalanges de Natsu s'écrasèrent contre des dizaines et des dizaines de soldats représentant l'ordre et la justice.

Sur le pont du navire battu par la pluie, la bataille faisait rage. Natsu, tel un tourbillon de destruction, se frayait un chemin à travers les rangs des soldats de la marine. Son corps agile et musclé se déplaçait avec une grâce sauvage, esquivant les coups ennemis en arborant un sourire espiègle tout en ripostant avec une puissance dévastatrice.

À chaque coup porté, un marine tombait, sonné ou mis hors de combat par la force brute de Natsu. Ses poings et ses pieds devenaient des armes redoutables, frappant avec une précision chirurgicale et une force impressionnante. Les marins tombaient comme des dominos sous ses assauts incessants, le jeune pirate ricanait.

Mais alors que sur le pont la bataille atteignait son paroxysme, quelque chose de plus étrange se produisit. Une chaleur intense commença à émaner du corps de Natsu, faisant frémir l'air autour de lui. Ses cheveux écarlates semblaient s'enflammer, brillant d'une lueur rougeoyante dans l'obscurité de la tempête. Les yeux de Natsu, d'ordinaire d'un noir profond, se teintèrent d'une lueur écarlate, reflétant l'intensité de son pouvoir démoniaque. Chaque goutte de pluie qui tombait sur sa peau brûlante crépitait et se transformait en vapeur d'eau, créant un halo de vapeur autour de lui.

Pendant ce temps, Bugs, le mink au tempérament féroce, se lançait lui aussi dans la bataille avec une férocité inégalée. Ses crocs acérés et sa rapière tranchantes faisaient des ravages parmi les rangs ennemis, déchirant l'uniforme des marins comme du papier.

Chesnut, le navigateur taciturne, avait quant à lui repéré sa cible : Bob, le commandant véreux de l'unité. Avec une détermination froide, il se fraya un chemin à travers la mêlée, esquivant habilement les coups des soldats de la marine pour atteindre sa proie.

Les éléments se déchaînaient autour d'eux, la pluie battante et le vent hurlant ajoutant une dimension supplémentaire de chaos à la bataille. La pluie qui martelait le pont du navire tel un déluge déchaîné, pouvait déconcentrer les soldats lambda de la marine sur place, mais cela n'entravait en rien la furie combative de Natsu. Sa silhouette écarlate dansait parmi les rangs des pauvres soldats de la marine, esquivant les attaques avec une agilité déconcertante et ripostant avec une force dévastatrice. Chaque mouvement était un spectacle acrobatique, une chorégraphie mortelle exécutée avec une précision millimétrée.

À chaque coup porté, une vague de chaleur intense émanait de son corps enflammé, causant des brûlures cuisantes à ses adversaires malheureux. Leurs cris de douleur se mêlaient au fracas des vagues et aux éclairs déchirant le ciel, créant une cacophonie infernale. Pourtant, malgré la violence du combat, Natsu semblait presque s'amuser. Un sourire espiègle dansait sur ses lèvres alors qu'il jonglait avec ses ennemis, les envoyant voler dans toutes les directions avec des coups de poing et de pied habilement placés. Chaque adversaire vaincu semblait lui apporter un certain plaisir, une joie dansante dans ses yeux rougeoyants.

Au milieu du chaos, Natsu repéra Chesnut, se frayant un chemin à travers les lignes ennemies avec une détermination glaciale. Il s'approcha de son second d'un air sérieux qu'il n'avait pas pour habitude de prendre, un éclair de reconnaissance passant dans son regard brûlant.

"Chesnut," appela-t-il par-dessus le tumulte de la bataille. "Je te confie la tâche de battre ce type avec Bugs. Vu ce qu'Isabella nous a confiés, nous devons mettre fin à ses agissements une fois pour toutes."

Chesnut acquiesça d'un signe de tête, son expression était sérieuse alors qu'il se préparait à affronter leur ennemi commun. Bugs, le mink habituellement sur la défensive et plus ou moins peureux, changea du tout au tout et afficha un tempérament fougueux débordant de determination, il se joignit à Chesnut, ses crocs luisant dans la lumière vacillante des éclairs.

Natsu sourit à ses compagnons d'un air confiant avant de se tourner vers Chesnut. "Je m'occupe de retrouver Isabella sur le pont arrière. Défoncez moi ce type et en suite, restez en sécurité, les gars, ça risque vraiment de chauffer ! On se retrouve après la bataille shishishishi! "

Le commandant Bob tenta brutalement d'interpeller Natsu, espérant semer la confusion dans les rangs des pirates. Cependant, Natsu fut trop vif pour tomber dans le piège du commandant. D'un mouvement fluide et gracieux, il esquiva l'approche de Bob, comme s'il avait anticipé chaque geste de son adversaire. Dans un éclair de mouvement, l'épaule de Bob fut brûlée par la chaleur intense qui émanait du corps de Natsu, provoquant un cri de surprise et de douleur de la part du commandant. Alors que la fumée s'échappait de la blessure, Natsu ne put s'empêcher de laisser échapper un rire moqueur.

"Tu ferais mieux de faire attention, commandant," taquina-t-il, un sourire narquois aux lèvres. "Tu risques de te brûler si tu restes trop près de moi Shishishishi !"

Le commandant Bob, blessé dans son orgueil et dans sa chair, grimaça de douleur mais tenta de garder son calme devant ses hommes. Il jeta un regard haineux à Natsu, mais celui-ci ne semblait pas intimidé le moins du monde.

Sans attendre de réponse de la part du commandant, Natsu prit les devants, décidé à retrouver Isabella sur le pont arrière. Il adressa un bref regard à Chesnut, cette oeillade en disait long sur la confiance aveugle que Natsu avait en vers son second Chesnut. Sans plus attendre, Natsu se lança de nouveau dans la mêlée, il se fraya un chemin à travers les rang des marines tout en faisant diminuer le nombre de soldats tenant encore debout. Sa silhouette se perdant bientôt dans le brouillard de pluie qui enveloppait le pont du navire. Laissant derrière lui un commandant blessé et un groupe de marines restant complètement déconcertés, ses mouvements agiles et gracieux le propulsant vers l'arrière du navire, où l'attendaient de nouveaux défis et de nouveaux dangers.

KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26950-ft-dun-reveur-au-sang-bo
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26929-terminee-le-prochain-seigneur-des-pirates-ce-sera-moi

Attention :


Ce post contient des violences psychologique et physique extrême, ainsi que de la vulgarité, si vous êtes sensible à ce sujet, ne le lisez pas.


Le commodore n'aime pas ce qu'il se passe, il confronte Isabella.


- Petite pute... Tu as osé me baiser, moi ?! Petite salope, ça va te couter cher.


Il brandit son Katana au-dessus de sa tête, il plonge son regard froid et impitoyable dans celui de la voleuse, tétanisé. La sœur de la nouvelle amie de Natsu est prise pour cible, c'est avec un geste fluide et une grande agilité qu'elle envoie trois couteaux de lancés en direction du commodore. Ce dernier pare chacune de ses attaques avec le dos de son Katana, le marine qui a emmené l'enfant dégaine un pistolet à silex, puis il braque la voleuse.


- Descend cette chienne.


Clame le commodore. Le troufion commence à presser la détente, mais Isabella envoie un quatrième couteau sur son pack de six, qui rentre parfaitement dans le canon de l'arme. Lorsque le marine tire, une explosion surgit, détruisant son canon et lui brûlant la main droite. Il grimace, mais il finit par tomber à terre lorsqu'un cinquième couteau lui perfore le crâne. Il n'en revient pas, il est crispé sur place. Il prend quelques secondes avant de se rendre compte qu'un couteau lui est planté dans le milieu du front, il touche ce dernier pour être sûr avant de s'écrouler au sol. Il tombe tête contre bois, ce qui enfonce la lame plus profondément dans son crâne. Le commodore regarde au dédain le marin, il soupire.


- Putain, c'est qui qui va nettoyer mes chiottes maintenant. Ce sera ta sœur, je vais la garder comme esclave, elle me plait la gamine avec son regard féroce.


Dit-il en lui caressant les cheveux. Sur ses mots, Isabella fonce sur le commodore en dégainant sa dernière lame. Le marin affiche un sourire hautain, il regarde son ennemie sauté dans les airs pour s'abattre violemment sur lui. Il pare le coup de couteau asséné à la verticale, mais Isabella ne se démonte pas. Elle envoie une dizaine de coups à divers endroits : horizontalement et verticalement. Mais, le commodore n'est pas un débutant, il a survécu à plein de batailles. Il a gravi les échelons jusqu'à obtenir l'un des grades les plus significatifs pour marquer le début d'une grande carrière, le second étant colonel. Il bloque chaque coup avec précision et fluidité.


- Ce n'est pas une vulgaire voleuse doublée d'une putain qui va me mettre à genoux. Tu n'as jamais reçu de formation militaire, hein, salope ?


Les insultes sont dures à entendre, mais Isabella sait qu'il fait cela pour la déconcentrer. C'est la technique de John Constantine, alias « Le Phoque ». Il balance plein d'injures au visage de ses ennemis pour les déstabiliser, guettant la moindre occasion pour frapper. Mais, ce qui est le plus gênant dans cette technique, c'est que toutes les insultes sont véridiques. Il n'utilise cette technique uniquement sur un adversaire sur lequel il s'est renseigné, afin de taper juste. « Le Phoque » n'a aucun honneur, et il le vit bien. D'ailleurs, voulez-vous savoir l'origine de ce surnom ? Il lui vient de son comportement machiste, égoïste, paresseux, mais surtout à cause de son haleine qui fait penser à celle d'un vieux phoque. Isabella commence à fatiguer, elle tente de reculer, mais la lame du Katana du « Phoque » menace le cou de la jeune fille.


- Tu restes, sinon, tu peux dire adieu à la tête de ton orpheline de sœur. Tu veux un conseil, frappe-moi avec l'intention de me tuer, quitte à y laisser ta vie. C'est comme ça qu'on se surpasse en mettant sa vie en jeu. Tes parents ne t'ont pas appris ça ? Ah, mais comment ils auraient pu… ? Ils ont brûlé dans un incendie, ces bâtards. C'est con la vie, hein ?! Je veux bien te donner une dernière chance, tu deviens ma pute et je passerai l'éponge. Mais vu le bordel que toi et tes potes, vous avez foutu sur mon navire, une fois que je me serais occupé de toi, tu passeras à l'équipage. C'est la moindre des choses, tu ne penses pas ? Ha-ha-ha-ha…!


Malgré son sang-froid, ce dernier devient chaud, Isabella n'arrive pas à surmonter cette épreuve, la perte de ses parents, ainsi que la menace constante qui pèse sur le cou de sa sœur, cela est trop pour elle. Elle ne pense qu'à une chose, tuer le commodore, mais elle n'a pas le niveau. Elle pense à s'écrouler au sol, demandant pardon au commodore, lui promettant de devenir une maitresse obéissante, comblant tous les désirs, même les plus tordus, de John. Si elle se soumet, sa sœur sera sauvée, pour un certain temps, car lorsqu'elle sera en âge, elle aussi, elle deviendra esclave du commodore. Mais, son orgueil et sa fierté l'en empêche, quelle image elle donnerait à sa sœur si elle se soumettait. Elle regarde sa petite sœur, elle regarde son visage tétanisé et éploré. Elle lui sourit, comme si de rien n'était.


- Ne t'inquiète pas, petite sœur, tout va bien se passer.


John soupire en levant les yeux.


- Ta gueule et approche, je n'ai pas que ça à faire. À genou devant ton maître et baise-moi les pieds. J'ai encore un rendez-vous dans une heure, qu'on en finisse, bordel.


La voleuse s'avance lentement, elle est face au commodore. Ce dernier claque des doigts, puis il montre avec son index droit le sol, plus précisément ses pieds.


- Lèche. Je te pardonnerai.


Isabella, la mort dans l'âme, s'abaisse. Sa sœur la supplie de ne pas faire ça, mais John lui met une baffe, ce dernier l'envoie tituber sur quelques mètres, les lèvres ouvertes, elle perd connaissance au milieu du pont. Isabella s'approche du pied droit du « Phoque », ce dernier lui demande de s'activer. Il retire son pied droit de sa chaussure, retire sa chaussette, laissant son pied à nu.


- Bonne fille. Maintenant, met mon orteil dans ta bouche et prête-moi allégeance.


Isabella a devant elle un orteil sale qui n'attend qu'une chose, qu'il soit sucé. La voleuse repense à sa famille, les bons moments qu'ils ont partagés avant d'être séparé, le sourire de sa petite sœur lui réchauffe le cœur. C'est notamment son sourire qui lui a permis de tenir durant ses années de misère. Des années à voler des pirates, des années à se faire tirer dessus, poignarder, voire pire. Elle sourit. John pense qu'elle a finalement basculé dans la folie ou qu'elle s'est soumise à sa véritable nature, une soumise qui ne demande qu'à être dominé. Ce qui excite le commodore, il bave d'envie, baissant sa garde. C'est avec fluidité et fulgurance qu'Isabella lui assène un uppercut dans les testicules. Le coup est tellement violent et chargé, que le biceps et le triceps de la femme sont gonflés jusqu'à l'extrême, en plus d'être veineux. John lâche son Katana, les yeux exorbités, il est crispé sur place.


- Mange ça, fils de pute !


Hurle-t-elle avec assurance. Elle profite de ce moment d'absence de la part du commodore, pour se dégager de la zone et de prendre sa sœur inconsciente dans ses bras. Elle porte sa sœur, elle ne peut s'empêcher de verser des larmes devant son visage d'ange, malgré sa blessure.


- Allez, princesse, nous rentons.


Le commodore, les yeux injectés de sang, grimaçant, les dents serrés, tourne lentement sa tête en direction des sœurs. Il gémit, tente de se redresser, mais la douleur est si percutante qu'il en crache du sang. Il se penche durant quelques instants, soufflant comme un bœuf. Isabella, qui caresse le visage de sa sœur, oublie tout ce qu'il se passe autour d'elle, il n'y a plus que cet instant, dont elle a tant espéré, qui compte. Des veines apparaissent sur le visage rougeâtre du marin, il se redresse lentement. Au fur et à mesure qu'il se redresse, son visage devient de plus en plus rouge, veineux, faisant exploser ses vaisseaux sanguins, le blanc de ses yeux est recouvert par plusieurs taches rouges. Le commodore se redresse d'un coup, il termine sa progression nette, ce qui lui fait cracher du sang, mêlé à du vomi. Mais, il est debout. Il s'adresse à la responsable avec une voix aiguë.


- Pouffiasse, tu vas le payer… Haaaaaaaië-heu.


Il s'avance d'un pas décidé en direction des deux sœurs, Isabella tient sa sœur dans ses bras, elle ne veut plus la lâcher, mais elle est prête à servir de bouclier pour la protéger. Soudainement, un coup de genou sauté percute la tempe gauche de John, ce dernier fait un roule-boulé sur plusieurs mètres jusqu'à s'encastrer dans un mur. Isabella, les larmes aux yeux, contemple son sauveur, qui se tient devant elle, tel un mur protecteur. Le commodore sort du mur en bois, enragé. Il regarde le responsable, il n'en croit pas ses yeux.


- Putain, mais t'es qui fils de pu...


Le responsable le coupe en agitant son index droit devant lui et en faisant un petit bruit.


- Tu-tu-tu.... Un adulte ne devrait pas être aussi vulgaire devant une enfant.


Le beau Natsu, c'est le capitaine au grand cœur et aux idéaux du même calibre qui se dresse devant Constantine. Isabella, pour la première fois depuis des années, lâche prise, elle remet ses espoirs en Natsu.  Constantine peste.


- T'es qui, trou du cul ?


Natsu n'aime pas ce genre de langage.


- Je suis celui qui deviendra le roi des pirates, et je suis celui qui va t'apprendre la politesse !


Isabella est choquée, personne de sensé n'oserait proclamer devant la marine qu'il deviendra le roi des pirates, mais Natsu est au-dessus de cela, il est différent… Il dégage quelque chose d'apaisant, même les plus pessimiste (Bugs) et ronchon (Chesnut) se sentent bien avec lui. Isabella, grande méfiante, se sent en sécurité avec lui. Constantine devient de plus en plus instable.


- Vous me cassez les couilles, sale pirate, sale voleuse… BOB, VIENS T'OCCUPER DE CETTE PUTAIN !


Natsu esquisse un sourire, mais il n'est pas moqueur.


- Bob est occupé avec un bon ami à moi, tu devras te passer de lui et régler tes comptes en homme.


En effet, Bob alias « Le Glouton » est déjà occupé à encaisser les redoutables assauts de Chesnut. D'ailleurs, le Montblanc, tout comme le Mink, est choqué par l'apparence de Natsu qui est plus flamboyant que jamais. Pour ce qui est du combat, Chesnut ne fait pas dans la finesse, si Natsu est un artiste martial polyvalent et agile, Chesnut n'est qu'une brute avec une bonne constitution. Chesnut est un expert en art martial hérité de son ancêtre Montblanc Cricket, connu sous le nom de « Kong-fu ». Ce style de combat repose sur des frappes d'une puissance écrasante, visant à subjuguer ses adversaires avec une force surhumaine. Bien qu'il puisse manquer d'agilité et de vitesse, Chesnut compense ces lacunes en mettant l'accent sur sa résistance et son endurance, tout en exploitant sa puissance brute pour dominer ses adversaires. C'est une brute, comparé à Natsu qui est plus dans la finesse. C'est donc ce genre de personne que Bob affronte, un type qui frappe extrêmement fort, encaissant les coups adverses. Bob, qui ne supporte pas d'être dominé par un type sortit de nulle part, s'énerve.


- Tu me casses les burnes, j'vais te crever !!!


Soudainement, des hommes interrompent le combat, une trentaine de soldats souhaitent aider Bob. Ils foncent sur Chesnut pour le tuer, mais le Montblanc n'a aucun mal à mettre une rouste aux soldats devant un Bob agacé devant l'incompétence de ses hommes. Chesnut termine le dernier soldat, mais il est vite pris en traitre par Bob qui tente de lui mettre un coup de pied. Chesnut esquive, tournant sur lui-même et il envoie un direct dans le visage du marine, ce qui le projette au loin, devant ce qu'il lui reste de soldats. Chesnut trouve que son combat est trop facile, Bob ne riposte presque pas et lorsqu'il le fait, c'est avec une force de moucheron. Bob retourne au charbon en hurlant, la bouche en sang. Mais, il continue de se faire marteler de toutes parts. Chesnut commence par un crochet dans les côtes gauche, ce qui lui en brise quelques-unes. Il enchaîne avec une baffe de la paume gauche dans le visage, ce qui lui arrache quelques dents. Bob souffre, il titube sur lui-même, comme un ivrogne cherchant son chemin. Chesnut lui claque les oreilles avec deux coups de paumes simultanément, le Bob n'entend plus rien, sauf un bruit sourd en continu. Le Montblanc enchaîne avec une flopée de coups dans : le buste, les genoux, les épaules, le ventre, les pectoraux, les bras. Il termine par un direct dans l'estomac avec son poing droit, ce qui plie le commandant en deux. Il finit son enchaînement avec un coup de coude dans le menton, toujours après le même bras.


- Putain, t'as des couilles de faire ça à un commandant… Bouark… Mais, petit enculé, tu vas le regretter dans quelques secondes.


Dit-il en rigolant, alors qu'il continue de cracher ses dents et du sang. Chesnut lui assène un crochet dans le nez, ce qui l'envoie s'encastrer contre le grand mât, ce dernier est fissuré, il s'écroule sur l'avant du navire, détruisant la tête de proue. Chesnut regarde Bugs qui viennent de finir de vaincre les derniers marins, les rires de Bob attirent l'attention de Chesnut.


- Il est devenu fou, ce con... Je ne vois que ça.


Le blond, affalé contre le tronc de ce qu'était le grand mât, ricane de plus en plus fort. Mais, ce n'est pas uniquement ses ricanements qui grandissent, sa masse musculaire, elle aussi. Il devient de plus en plus musclé, imposant. Le Montblanc n'en croit pas ses yeux, lui qui faisant presque la même taille que le descendant de Montblanc Cricket fait désormais cinq fois sa masse musculaire et six fois sa taille. C'est devenu un monstre, comparable à Barbe Blanche. Chesnut est bouche-bée, Bugs, qui mâchouillait sa carotte, fait tomber le légume par terre. Bob explose de rire, il est enivré de puissance.


- Ha-ha-ha-HA-HA-HA !!! Je n'avais jamais expérimenté une telle branlée de toute ma vie, merci enfoiré ! Grâce à toi et ta force hors norme, j'ai pu atteindre un niveau dont j'avais espéré la venue depuis que j'ai obtenu le pouvoir du fruit du colosse !


Bugs est surpris.


- Le fruit du colosse ?


Le blond se tourne vers le lapin, qui prend peur et se cache derrière le corps d'un soldat.


- Ce fruit m'a été offert par le commodore, il me permet de convertir mes blessures en masse musculaires ! Tu comprends maintenant ?! Mauviette, tu n'as fait que me rendre plus fort ! Même, si je dois avouer, que j'ai failli tourner de l'œil à un moment. Plus tu me frapperas, plus je deviendrais fort !


Chesnut sort un cigare de sa poche, puis il l'allume, tirant une bouffée.


- Tu es juste plus grand, c'est tout. Je vais devoir te frapper plus fort jusqu'à ce que tu en crèves, si je comprends bien le délire. Rien d'extraordinaire, je dirais même que tu fais pitié. Tu as choisi une solution de facilité, ta force, tu ne la mérites pas. Tu te sers de celle de tes adversaires qui ont dû travailler dur pour l'acquérir. Pour moi, tu es pire qu'une merde.


Les mots secs du Montblanc agacent le commandant.


- Mange merde, je te suis supérieur, je l'ai toujours été et je le serais toujours ! Péquenot de merde, viens te mesure à moi !


Chesnut et Bob foncent l'un sur l'autre simultanément. Ils chargent leur prochain coup, Chesnut envoie un direct, comme le commandant. Leur poing se percute, le coup résonne sur le navire, faisant trembler le bois et le corps de quelques soldats proches de la zone d'impact. Le poing de Bob éclipse celui du Montblanc, mais ce dernier fini par être projeté violemment sur plusieurs mètres avant de traverser une cabine et de s'écraser dans une salle de bain, plus précisément, dans la baignoire. L'eau coule sur Chesnut, ce dernier constate que la force de son adversaire a bel et bien augmenté.


- Allez, pas le temps de glander.


Il se relève et repart au charbon, tout en fumant son cigare, qu'il a gardé lors de l'impact. Chesnut a un plan. Bugs vient à sa rencontre, il lui envoie ses fameux gants, ceux qu'il a obtenus après avoir vaincu le redoutable pirate homme-poisson Zéphyr. Le petit lapin a réussi à mettre la patte dessus au milieu de cette bataille, il a donc rapporté ce qui appartient à son ami. Ce dernier le remercie en lui caressant la tête, ce qui lui fait du bien, au point qu'il tape de la patte droite à plusieurs reprises en signe de plaisir. Du côté de Natsu, le commodore, qui a ramassé son Katana, lui pose une question avant d'entamer les hostilités.


- Tu as de la force, ça te dirait de rejoindre la marine, tu servirais sous mes ordres. Tu mangerais autant que tu veux, tu boirais à en perdre la raison, tu prendrais du plaisir avec des salopes de première qualité, tu pourrais prendre ton pied en pillant et tuant ceux qui se mettent sur ton passage. Tu n'as rien à gagner en devenant mon ennemi, mais tu as tout à y perdre. Réfléchi, tu vas ruiner ta vie juste pour défendre cette pute ? Tu t'en es pris à un commodore, je suis une personne précieuse dans la marine, ton acte est déjà suffisamment grave pour que tu sois primé et traqué le restant de tes jours par le gouvernement mondial. Mais, si tu me rejoins, je passerai l'éponge. La seule condition, tu dois tuer cette garce en l'étranglant devant sa sœur. Alors, qu'en dis-tu, c'est honnête comme marché ?


Comment Natsu va-t-il réagir, et quel est le plan de Chesnut pour vaincre Bob, mais surtout, est-ce que Bugs finira-t-il sa carotte ? Seul l'avenir nous le dira.


Dernière édition par Montblanc Chesnut le Lun 10 Juin 2024 - 6:30, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26980-fiche-du-montblanc#27900
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26962-montblanc-chesnut

Feat Chesnut & Haiko

Les actes ont des conséquences [Deuxième partie]


Natsu sentit son cœur battre la chamade face aux paroles odieuses de l'officier de la marine. Une colère bouillonnante monta en lui, mais son esprit resta clair et déterminé. D'un regard intense, il rejeta catégoriquement l'offre indécente du commodore, son visage affichant une détermination sans faille.

"Tu crois vraiment que je vais rejoindre un sale type comme toi ?" lança-t-il, son ton imprégné de mépris. "Tes promesses pourries, tu peux les garder. Tu penses réellement que je vais trahir mes amis pour ça ? Tu te fourres le doigt dans l'œil." Le jeune forban tira la langue et prit une position enfantine tout en mimant le doigt dans l'œil au cas où le commodore n'avait pas compris.

Isabella, tenant toujours sa sœur dans ses bras, le regardait avec des yeux ébahis, émerveillée par la force et la détermination qui émanaient de lui.

"Je ne suis pas à vendre, et je ne laisserai jamais passer une telle injustice," déclara Natsu, ses poings serrés de colère. "Je vais protéger Isabella et sa sœur, même si je dois me battre contre toute la Marine !."

Le commodore ricana, son arrogance habituelle inchangée malgré la menace qui se dressait devant lui.

"Tu es bien présomptueux, pirate. Tu penses pouvoir rivaliser avec la puissance de la marine ?"

Natsu garda le silence, son regard toujours fixé sur Isabella et sa petite sœur. Il savait qu'il ne pouvait pas reculer maintenant, même face à un adversaire aussi redoutable que le commodore.

"Je suis prêt à te botter les fesses !" déclara-t-il enfin, une lueur de défi dans ses yeux. "Mais avant ça, tu vas laisser partir Isabella et sa sœur. C'est ta seule chance d'éviter un combat que tu ne pourras pas gagner."

Le visage du commodore se tordit de rage, mais il finit par accepter, réalisant qu'il était en position de faiblesse face à la détermination de Natsu.

"Très bien, pirate. Je vous laisse partir cette fois-ci, mais sachez que notre rencontre n'est pas terminée," cracha-t-il, l'air menaçant.

Natsu récupéra Isabella et sa sœur, les protégeant de son corps alors qu'ils s'éloignaient du commodore et de son équipage. Quelques mètres plus loin, il se tourna vers elles avec un sourire rassurant.

"Vous êtes en sécurité maintenant," dit-il doucement. "Je ne vous laisserai pas tomber, Shishishi."

Les actes ont des conséquences [Deuxième partie] 2ca440745c3421f1e0efd0156a08bd9b

Isabella le regarda avec gratitude, ses yeux brillant d'une lueur d'espoir renouvelé. Elle savait qu'elle pouvait compter sur lui, même dans les moments les plus sombres.

"Merci, Natsu," murmura-t-elle, serrant sa petite sœur contre elle. "Tu es un véritable héros."

Natsu sourit, sachant qu'il avait fait le bon choix en défendant ces deux femmes courageuses, mais les dernières paroles menaçantes du commodore résonnaient encore dans la tête du jeune capitaine pirate. Cependant, alors qu'ils pensaient être hors de danger, un cri strident retentit à l'arrière du pont.

Natsu se retourna brusquement pour voir le commodore se précipiter vers eux, leurs visages déformés par la haine et la rage. Isabella et sa sœur, prises au dépourvu, se figèrent de terreur alors que le commodore brandissait son katana, prêt à les attaquer sans pitié.

Sans hésiter, Natsu se plaça devant les deux jeunes femmes, son instinct protecteur prenant le dessus. Mais avant qu'il puisse agir, un éclair métallique fendit l'air d'un mouvement rapide et furtif qui trancha horizontalement le dos de Natsu. Il vacilla, sentant le froid de l'acier s'enfoncer dans sa chair. Un instant de stupeur le figea, alors qu'il réalisait que le commodore avait frappé avec une vilenie inattendue, visant à éliminer Natsu avant même qu'il n'ait eu la chance de se défendre.

Malgré la douleur qui lui lacérait le dos, Natsu tint bon, refusant de céder à la faiblesse. Il fit volte-face, son regard brûlant d'une détermination inébranlable alors qu'il avait laissé une chance à son adversaire d'abandonner, il fit face au commodore, un adversaire impitoyable pendant que les deux jeunes femmes étaient pétrifiés, mais compatissantes envers Natsu.

"Déloyal et fourbe, c'est comme ça que tu te bats ?" lança Natsu d'une voix chargée de mépris. "Tu es lâche, mais comme la vielle peau me là toujours rabâché : la véritable force réside dans le courage et l'honnêteté, des vertus que tu sembles avoir oubliées." Natsu afficha un gargantuesque sourire. "Mais ne t'inquiète pas, je vais tellement te taper fort sur le crâne que tu vas te souvenir de tout ça shishishi !" Malgré la situation délicate, le jeune homme éclata de rire.

Le commodore ricana, son arrogance ne faisant que s'accroître face à la blessure infligée à son adversaire. "Les belles paroles d'un rêveur naïf," répliqua-t-il avec dédain. "Mais dans ce monde impitoyable, seuls les plus forts survivent, et je compte bien te montrer à quel point tu es faible."

L'obscurité profonde de la nuit, seulement éclairée par les éclairs qui zébraient le ciel tourmenté, rendait l'échange épique entre Natsu et John Constantine. La pluie battante martelait le pont, créant un bruit assourdissant qui semblait annoncer l'arrivée imminente d'une tempête dévastatrice. Les vagues tumultueuses se heurtaient aux flancs du navire, ajoutant encore un côté héroïque à l'atmosphère déjà chargée d'électricité.

Dans cet environnement hostile, Natsu se tenait fièrement debout, sa silhouette découpée par les éclairs qui illuminaient le ciel sombre. Sa blessure au dos lui causait une douleur lancinante, mais il refusait de laisser la faiblesse l'emporter. Au contraire, cette douleur semblait alimenter sa détermination à protéger Isabella et sa petite sœur contre les menaces qui pesaient sur elles.

Le commodore, en face de lui, se préparait à lancer son attaque, son sabre ignifugé brillant d'une lueur menaçante à la lueur des éclairs. Son regard était empreint d'une cruauté impitoyable alors qu'il fixait Natsu, prêt à en découdre. Alors que le véritable combat était sur le point de commencer, l'orage grondait de plus en plus fort, ajoutant une dimension supplémentaire à l'affrontement qui se déroulait sur le pont arrière du navire. Les éclairs illuminèrent le ciel, éclairant brièvement la scène du duel qui se déroulait sous leur éclat fugace.

Natsu, utilisant son fruit du démon de la température, concentra sa chaleur corporelle. Les gouttes de pluie qui s'abattaient sur lui se transformant en vapeur sous l'effet de sa chaleur intense, créant un brouillard épais qui enveloppait le pont arrière du navire.

Le commodore, cependant, était prêt à affronter la chaleur de Natsu. Son sabre ignifugé brillait d'une lueur ardente, il ne perdit pas une seconde de plus pour se jeter sur le pirate, l'officier lança une série d'attaques rapides et précises, cherchant à percer la défense de son adversaire. Natsu esquivait habilement les coups du commodore, utilisant sa vitesse et son agilité pour rester hors de portée de son sabre meurtrier. Mais malgré ses efforts, il sentait la douleur lancinante dans son dos s'intensifier à chaque mouvement. Il prit un peu de distance puis il plaça sa main gauche dans son dos pour cautériser tant bien que mal la blessure.

"Voilà, maintenant je vais pouvoir me donner à fond ! "

Le pirate savait qu'il devait utiliser chaque once de sa force et de son ingéniosité pour protéger Isabella et sa sœur. Serrant les dents, Il comprimait les poings, fermant les yeux un instant pour se concentrer sur le pouvoir de son fruit du démon. Une chaleur intense commença à irradier de son corps, ses cheveux devenant d'un rouge profond et son épiderme prenant une teinte écarlate. Une aura rougeâtre l'entoura, dégageant une température brûlante qui faisait frémir l'air autour de lui. Le commodore ricana, brandissant son sabre ignifugé avec assurance.

"Tu penses vraiment pouvoir me battre avec ta chaleur de pacotille ? Mon sabre est fait pour résister à tes faibles tentatives," railla le commodore.

Natsu ne répondit pas, concentrant son énergie. Il savait que le véritable test n'était pas de brûler le commodore, mais de l'épuiser et de le surpasser avec des mouvements rapides et imprévisibles. Il se lança en avant, ses poings brûlants frappant avec une vitesse fulgurante. Le commodore para chaque coup avec une précision redoutable, mais Natsu ne ralentissait pas.

Le pont arrière du navire était devenu une scène de combat spectaculaire, chaque échange d'attaques provoquant des éclats de chaleur. Natsu combinait ses attaques physiques avec les pouvoir de son fruit du démon, une chaleur intense se dégageait de lui, tentant de désorienter son adversaire. Le commodore, cependant, restait impassible, et d'un mouvement rapide, John Constantine réussit à dévier une attaque de Natsu, le projetant à travers la cabine pour se retrouver applatit contre le mât du navire non loin de ses camarades qui étaient en train de se battre façe au commandant Bob qui avait triplé de volume.

Les actes ont des conséquences [Deuxième partie] 8159ebdcbf4516c93ea8541a6bb5b6d6

Natsu n'eut pas le temps d'observer plus longtemp le combat de ses amis, il grimaça de douleur, mais il se redressa immédiatement, ses yeux brûlant de détermination. Il ne pouvait pas se permettre de faiblir maintenant.

Soudain, le commodore changea de tactique, utilisant la force brute pour repousser Natsu vers le bord du pont pour l'envoyer valser dans les profondeur de North Blue. D'un coup puissant, il envoya le jeune pirate voler à travers une trappe ouverte, tombant dans la cale du navire. Natsu atterrit lourdement parmi les débris, son corps protestant contre la violence de l'impact. Il se redressa lentement, sa chaleur vacillante mais toujours présente. C'est alors qu'il remarqua les geôles autour de lui, remplies de jeunes sirènes entassées les unes sur les autres, leurs yeux emplis de peur et de désespoir.

Une vague de colère pure envahit Natsu en voyant ces jeune femmes innocentes prisonnières. Au fond de la cale, une cellule se distinguait des autres. Un homme mystérieux s'y tenait, calme et observant Natsu avec un intérêt évident.

"Qui es-tu ?" demanda Natsu, sa voix rauque de colère et de douleur.

L'homme dans la cellule sourit légèrement. "Je suis quelqu'un qui sait reconnaître la véritable force quand il la voit. Mais pour l'instant, concentre-toi sur ton combat."

Natsu ne perdit pas une secondes, il s'approcha des geôles, il empoigna deux barreaux puis il concentra fortement sa chaleur dans ses mains pour les fondres. Les sirènes étaient totalement apeuré elle préféraient rester enfermé plutôt que prendre la poudre d'ecampéte par peur des représailles du commodore tyranique. Le jeune Natsu abasourdit décida de libérer de la même manière l'homme qui était enfermé seul dans une cellule.

"Je ne te connais pas, mais j'ai besoin de ton aide. Peux tu les protéger ?" Natsu pointa du doigt les sirènes complétement figées par la peur. " Je dois mettre hors d'état de nuire le vilain marine !"

Le commodore descendit dans la cale, son sabre prêt à frapper.

"Finissons-en, pirate."

Natsu se retourna brusquement vers John tout en lui lançant un regard digne de celui du diable, la chaleur autour de Natsu s'intensifia, ses cheveux changèrent de teinte pour devenir dorés, son corps brillant lui aussi d'une légère lumière doré telle une aura.

Les actes ont des conséquences [Deuxième partie] 536c07a2bcd43970a6bd4b929f33040e

Le commodore étonné de ce changement, fut surprit un instant avant de charger à nouveau, son sabre s'abattant à la verticale avec une force meurtrière.

"TU CROIS M'IMPRESSIONER LE MAUDIT DES MERS ! TU N'ES QU'UN FAIBLE !"

Natsu esquiva le coup en sautillant sur la gauche avec une agilité surprenante, son corps semblant presque glisser dans l'air chauffé. Il riposta avec une série de coups de poing rapides et puissants, chaque mouvement de Natsu était précis et calculé. Il se déplaçait avec une fluidité qui donnait l'impression qu'il dansait autour de son adversaire. Le commodore, bien qu'expérimenté, peinait à suivre la vitesse et l'intensité des attaques de Natsu. Les parois de la cale résonnaient sous l'impact des coups et des déviations, l'air s'emplissant d'une chaleur oppressante, les sirènes commencèrent à tousser, et le commodore transpirait allégrement.

Euphorique Natsu se jeta sans relâche sur le commodore, ses poings devenant des armes brûlantes qui frappaient avec une force dévastatrice. Le commodore tenta de parer les coups avec son sabre ignifugé, mais chaque contact avec Natsu le faisait reculer sous l'intensité de la chaleur. Dans un mouvement acrobatique, Natsu sauta en arrière, effectuant un saut périlleux pour éviter un coup horizontal du commodore. Il retomba sur ses pieds avec une grâce féline, son regard toujours fixé sur son ennemi.

Le combat devint une danse furieuse de coups et de contre-coups, chaque mouvement calculé pour exploiter la moindre faiblesse, Natsu sentit l'adrénaline parcourir son corps, sa détermination alimentée par la vue des jeunes sirènes entassées dans une cellule et les paroles du mystérieux prisonnier. Il savait qu'il devait mettre un terme à ce combat rapidement pour libérer les innocents et protéger ses amis. En concentrant encore plus d'énergie dans son corps, il augmenta la température jusqu'à ce que l'air autour de lui semble onduler sous l'intensité de la chaleur.

Le commodore, bien que puissant et expérimenté, commençait à montrer des signes de fatigue face à la vitesse et à l'intensité de Natsu, mais il continuait de riposter avec une férocité redoutable. Natsu esquiva une nouvelle attaque, son corps dégageant une telle charleur qu'il devint doré et se déplaçant avec une agilité incroyable. Il répliqua avec un coup de poing brûlant qui frappa le commodore en plein torse, le faisant reculer de plusieurs pas.

"Enfoirééééé ! Je vais te crever sale déchet !"Lâcha le commodore suivit d'un crachat rougeatre.

Natsu ricanna et il sentit qu'il avait une opportunité. Le capitaine pirate se propulsa en avant, ses poings entourés d'une aura dorée intense, il frappa le commodore d'un puissant uppercut avec une force dévastatrice. Le coup envoya le commodore voler à travers le plafond, brisant la paroi de la cale et le projetant hors du compartiment.

Le commodore traversa l'ouverture avec fracas, atterrissant lourdement sur le pont principal du navire. Devant tous le monde, les soldats de la marine et les compagnons de Natsu interrompirent leur combat, stupéfaits par la scène. Le commodore se releva péniblement, son sabre toujours en main, mais son arrogance était remplacée par une rage brute et une fatigue visible.

Natsu émergea de la cale avec une vrille acrobatique impressionante, son corps toujours entouré de cette aura brûlante. Ses cheveux doré flamboyaient dans l'obscurité de la nuit, et son regard brûlait d'une détermination inébranlable. Les troupes de la marine regardèrent leur supérieur avec inquiétude, tandis que les camarades de Natsu, encouragés par sa présence, redoublèrent d'efforts dans leur combat.

"Tu pensais vraiment pouvoir me battre avec des coups bas et ta lâcheté ?" lança Natsu, sa voix forte résonnant sur le pont. "Je vais te montrer ce que signifie la véritable force, celle qui vient du cœur et du courage."

Le commodore, bien que fatigué, n'était pas encore vaincu. Il se redressa, son sabre prêt à frapper de nouveau. "Balivernes ! Tu n'es qu'un putain de rêveur qui a mangé un putin de fruit maudit ! Je vais te montrer que la marine ne plie pas face à un simple pirate, je vais te buter toi, tes camarades et les deux autres salopes ! !" cracha-t-il, ses yeux brûlant de haine.

Natsu se prépara, augmentant encore la température de son corps jusqu'à ce que la chaleur devienne presque insupportable pour ceux qui l'entouraient. Il savait que ce combat devait se terminer ici et maintenant.

Les actes ont des conséquences [Deuxième partie] Da9bt6u-dabe4e49-3ccb-4751-958d-5c24404654de.gif?token=eyJ0eXAiOiJKV1QiLCJhbGciOiJIUzI1NiJ9.eyJzdWIiOiJ1cm46YXBwOjdlMGQxODg5ODIyNjQzNzNhNWYwZDQxNWVhMGQyNmUwIiwiaXNzIjoidXJuOmFwcDo3ZTBkMTg4OTgyMjY0MzczYTVmMGQ0MTVlYTBkMjZlMCIsIm9iaiI6W1t7InBhdGgiOiJcL2ZcLzBhMjkwNzUyLWQ3ZWItNDVlMy1hYTMxLThlNzFiNTQ0Y2RlMFwvZGE5YnQ2dS1kYWJlNGU0OS0zY2NiLTQ3NTEtOTU4ZC01YzI0NDA0NjU0ZGUuZ2lmIn1dXSwiYXVkIjpbInVybjpzZXJ2aWNlOmZpbGUuZG93bmxvYWQiXX0

KoalaVolant


Dernière édition par Natsu le Mar 28 Mai 2024 - 17:41, édité 4 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26950-ft-dun-reveur-au-sang-bo
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26929-terminee-le-prochain-seigneur-des-pirates-ce-sera-moi
Les actes ont des conséquences Part.II
Je regardai l'homme qui se tenait devant, déterminé et résolu. Cet inconnu m’avait libéré de ma cellule, et maintenant, il me demandait de protéger ces sirènes innocentes. Comment pourrais-je refuser ? Après tout, je savais ce que c’était que d’être pris au piège, de n’avoir personne vers qui se tourner.

"Je les protégerai. Va et finis ce que tu as commencé," dis-je d'un ton calme.

Natsu hocha la tête, un bref sourire de gratitude apparaissant sur son visage. Juste avant de disparaître par la trappe, il se retourna vers moi.

"Au fait, je m’appelle Natsu shishishi ! On discutera plus tard." dit-il, avant de s'élancer dans le chaos.

Je pensais aux quatre jours passés enfermé dans cette cellule. Chaque minute avait été une torture, non seulement à cause des conditions déplorables, mais aussi parce que j'avais eu tout le temps de ruminer sur ma situation. Enfin libre, je ressentais un mélange d'émotions. La joie d'être sorti de cette prison se mêlait à un profond sentiment d'humiliation.

Mon esprit retourna au combat contre Bob et John. Je revoyais chaque coup, chaque échec, chaque moment où j'avais failli. Leur force m'avait dépassé, et cela me rongeait de l'intérieur. Je n'avais pas été assez fort, assez rapide, assez bon. Le souvenir de John me frappant résonnait encore en moi, une marque indélébile de ma faiblesse.

Me sentant inutile et faible, je me rappelais aussi l'impuissance face aux barreaux en acier de ma cellule. J'avais tenté de les trancher avec mes katanas, mais ils étaient trop solides pour moi. Cette incapacité à me libérer par mes propres moyens avait été un coup dur pour mon ego de sabreur.

J'avais toujours pensé que mes lames pouvaient trancher n'importe quoi, mais ces barreaux m'avaient prouvé le contraire. Ils avaient été un obstacle insurmontable, un rappel brutal de mes limites. Malgré cela, je me redressais, déterminé à ne plus laisser cette faiblesse me définir.

Je partis rapidement vers les sirènes, me frayant un chemin parmi les débris éparpillés. Leur peur était palpable, leurs yeux grands ouverts et leurs corps tremblants. Je m'accroupis devant elles, essayant d'adopter un ton rassurant malgré l'urgence de la situation.

"Ne vous inquiétez pas," leur dis-je doucement. "Je suis ici pour vous protéger. Vous n'avez plus rien à craindre."

Elles échangèrent des regards incertains, mais il semblait que mes paroles apportaient un peu de réconfort. Alors que je me relevais, des bruits de pas précipités retentirent dans la cale. La porte s'ouvrit brusquement et plusieurs soldats de la marine entrèrent en trombe.

"Qu'est-ce qui se passe ici?" cria l'un d'eux, son regard balayant la scène. "On a entendu du bruit. Pourquoi ces sirènes sont-elles libérées?"

Un autre soldat me remarqua et pointa son arme dans ma direction. "Regardez ! C'est Haiko Daiki ! Comment a-t-il pu sortir de sa cellule ? Il les a libérées ! Il faut l'arrêter !"

Ils foncèrent sur moi, armes brandies.

Je me plaçai en position de combat, prêt à affronter ces nouveaux adversaires. La détermination brûlait en moi. Je ne laisserais pas ces soldats de la marine faire du mal aux sirènes. Peu importe ce qu'il en coûterait, je les protégerais.

La rage bouillonnait en moi tandis que je repensais à ma défaite humiliante contre John et Bob. Ces souvenirs brûlants alimentaient mon désir de vengeance. C'était le moment idéal pour leur mettre des bâtons dans les roues et reprendre le contrôle de mon destin. Je dégainai mes deux katanas, sentant leur poids familier et réconfortant dans mes mains. Une concentration intense s'empara de moi, m'enveloppant comme un brouillard.

Je savais ce que je devais faire. Inspirant profondément, j'entrai dans une sorte de stase, ressentant chaque fibre de mon être se tendre et se préparer pour l'assaut. Puis, j'appelai la technique Akuma. L'aura maléfique de la démone Akuma commença à m'engloutir, se répandant comme une ombre rougeâtre autour de moi. Après l'engloutissement, une silhouette menaçante d'Akuma apparut derrière moi, une vision cauchemardesque qui pouvait déstabiliser même les plus braves.

Les actes ont des conséquences [Deuxième partie] 17156228333518782010

Les soldats de la marine, déjà tendus, paniquèrent à la vue de cette démoniaque apparition. Leurs yeux s'agrandirent de terreur, et je pouvais presque sentir leur peur palpable dans l'air. Juste avant de me lancer à l'attaque, je me retournai vers les sirènes, ma voix assurée et pleine de promesses de protection.

"Restez derrière moi," leur ordonnai-je.

Puis, avec une rapidité fulgurante, je fonçai sur les soldats de la marine. Ma colère se déchaîna à travers chaque coup de katana. Je tranchai, je fendis, je frappai avec une précision mortelle. Les soldats n'avaient même pas le temps de riposter, pris au dépourvu par ma vitesse et ma fureur. Chaque coup portait, chaque mouvement était parfaitement exécuté.

"Akuma ! Les cinquante coups de sabre de l'enfer !" dis-je, en hurlant le nom de ma technique.

Les soldats tombaient un à un, incapables de résister à mon assaut. La silhouette d'Akuma derrière moi ajoutait une dimension terrifiante à mon attaque, paralysant mes ennemis de peur avant que mes lames ne les atteignent. La cale se transforma en un véritable champ de bataille, les cris des soldats se mêlant au bruit métallique de mes katanas.

Les actes ont des conséquences [Deuxième partie] 17165767733407253699

La tension dans l'air était palpable, presque suffocante. Mon cœur battait à tout rompre, mais ma détermination était inébranlable. Je savais que je ne pouvais pas échouer, que je devais me venger de l'humiliation subie et protéger ces sirènes innocentes. Ma rage et ma volonté de vengeance étaient les seules choses qui comptaient à cet instant.

Enfin, les derniers soldats tombèrent, leurs corps jonchant le sol. Je me tenais là, haletant, alors que je rangeais mes katanas dans leurs fourreaux avec un bruit métallique distinct. Mais la bataille n'était pas encore terminée. Je devais continuer et m'assurer de trouver un lieu où les sirènes seraient en sécurité.

Après avoir assuré aux sirènes qu'elles étaient en sécurité dans la cale, je fis rapidement le tour de l'endroit, constatant qu'il n'y avait plus de soldats en vue. Un soupir de soulagement m'échappa alors que je réalisais que j'avais réussi à éliminer toute menace à l'intérieur de la cale.

"Restez ici, je vais m'occuper du reste," leur dis-je d'une voix rassurante. Les sirènes acquiescèrent timidement, visiblement soulagées de ma présence.

Je me faufilai hors de la trappe avec la même agilité que celle d'un félin, prêt à affronter ce qui se présentait à moi sur le pont du navire.

Directement, je sentis une tension familière, levant les yeux pour voir la silhouette massive de Bob qui se profilait à l'horizon. Je fonça dans sa direction à toute vitesse, une vague de détermination m'envahit alors que je me préparais à l'affrontement imminent. Une aura sanguinère émanait de moi mais avant que je puisse intervenir, je remarquai que Bob était déjà engagé dans un combat avec un autre homme imposant aux cheveux noirs et à la musculature impressionnante.

"T'es qui toi ?" demandai-je, cherchant à identifier cet étranger. "J'ai un compte à régler avec ce gars-là."

Bob, me reconnaissant immédiatement, laissa échapper un grognement. "Toi encore ? Tu veux que je te botte encore le cul, c'est ça ? Et comment diable es-tu sorti de ta cellule ?"

La colère montait en moi alors que je répliquais, mes poings serrés. La confrontation semblait imminente, mais les mots échangés brûlaient déjà dans l'air chargé d'électricité.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27799-fiche-technique-de-haiko
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27786-haiko-daiki-la-lame-noire
Un direct vient percuter le thorax imposant du gigantesque marine enivré de puissance, à tel point qu'il en bave. Ses yeux dilatés, son visage jouissif, tout cela est un signe qu'il est accro à la puissance causée par la douleur. Chesnut s'en donne à cœur joie, il ne cesse d'envoyer une multitude de directs dans le buste du marine, qui ne continu de grandir progressivement. Chesnut ne frappe plus le thorax, mais bel et bien le ventre, il n'a pas bougé d'un centimètre son champ d'action, mais Bob a radicalement changé. Soudainement, un fracas se fait entendre, une silhouette sort de la cale en passant par le pont. La silhouette est suivie par une autre sous forme dorée, Chesnut et Bob sont trop occupés par leur combat pour remarquer le commodore et Natsu qui continuent leur combat de leur côté. Mais, ils remarquent que l'atmosphère change, celle-ci devient plus sèche. Ils se mettent à transpirer, mais cela ne les préoccupe pas plus que ça. Bugs est bouche-bée, il n'en croit pas ses yeux.


- Mais... C'était Natsu ?


Bugs regarde Chesnut et Bob, mais l'apparence massive de Bob le surprend et le terrifie. Il va se cacher, observant le combat en sécurité, Chesnut lui a interdit d'intervenir. Bob n'a jamais été aussi fort, il estime qu'il a suffisamment encaissé, le fait de se faire frapper pour convertir la douleur en masse musculaire est quelque chose à double tranchant. L'utilisateur n'oublie pas la douleur, il l'encaisse. Il se met à hurler, devant un Montblanc qui halète, il est en sueur. Il charge un coup de poing du droit, mais une baffe de la part du blond le sonne en plus de le coucher au sol. Chesnut tente de se relever, mais l'attaque n'a pas été douce. Chesnut se relève, un filet de sang coule de sa lèvre inférieure, il est cambré, tournant la tête vers la menace qui s'avance vers lui. Les lourds pas de Bob se font sentir sur le pont, chaque pas fait vibrer le bois, en plus du son qui ne passe pas inaperçu. Bob mais plus de temps à se déplacer, ce qui l'énerve. Chesnut sourit, il crache du sang, place son pouce droit sur sa narine du même côté, il éjecte une masse sanguine de sa narine gauche en soufflant dedans. Il se redresse, gonflant ses muscles, toujours le dos tourné à l'ennemi.


- Maintenant, ça va chier.


De ses gants jaillissent une paire de griffes, il tourne légèrement sa tête en direction du mastoc qui s'approche.


- Tu sembles aimer la douleur, je vais de quoi te combler.


Le blond grimace, plaçant son poing droit devant lui, se cambrant à son tour.


- Je t'attends, misérable !


Chesnut fonce sur le marine, tout en plaçant parallèlement les mains formant un arc de cercle, presque au raz du sol, le dos cambré, tel un félin prêt à mordre. Le blond charge son coup dévastateur avec un bon gros direct du droit, Chesnut bondit tel un félin, esquivant le coup, prenant appui sur l'immense poing pour se projeter plus haut dans les cieux. Dans les airs, Chesnut bascule vers l'avant, les griffes en avant. Le blond grimace, il se protège le visage avec ses bras en croix, mais lorsque « Le fauve » retombe sur lui, il poignarde ses épaules. Ce qui fait hurler Bob.


- Gyaaaaaaaaaaaah !!!


Sa masse augmente, ce qui enfonce les griffes de Chesnut plus profondément dans la chair, ce qui continue d'augmenter sa masse, c'est un cercle vicieux. En revanche, Chesnut se fait vite attraper la tête par une des mains gigantesques du monstre, il tente de tirer le pirate loin de ses épaules. Mais le Montblanc résiste, ce qui crée un bras de fer. Bob souffre énormément, surtout ne se gêne pas pour remuer ses lames dans la chair, ce qui augmente la masse de l'adversaire, le rendant plus lourd et plus lent. Bob compresse la tête de Chesnut, celui-ci ressent une immense douleur, il va jusqu'à saigner du nez. Avec son autre main, il tape sur le dos de Chesnut, le Montblanc entoure son corps d'électro. Les mains du lieutenant se font électrocuter, mais il tape plus fort, la douleur continue d'augmenter sa masse, plus encore avec l'électro. Bugs serre les pattes, il voit que son ami est en train de mourir, il ne pourra pas s'en sortir. Il dégaine sa rapière, commence à se diriger vers le blond.


- Chesnut, ne t'inquiète pas, j'arrive !


Chesnut entend bugs qui arrive, il se reprend, il se redresse droit comme un piqué, ce qui étonne Bob. Chesnut serre les dents, la peau veineuse, il se met à hurler, puis il envoie soudainement un coup de boule dans le dans le visage de son adversaire, ce dernier voit son nez être brisé. Bob semble avoir atteint sa limite, il n'arrive plus à encaisser. Sa masse continue de grandir. Le nez explosé l'a aveuglé, il voit flou. Bugs s'arrête, il se rend compte que Chesnut n'a pas besoin de son aide. Le Montblanc n'a pas peur de la mort, surtout si c'est pour permettre de sauver ses amis, la seule idée que Bugs puisse risquer sa vie contre Bob lui a redonné un second souffle. Il abat une deuxième fois un coup de tête sur Bob, Chesnut a le front en sang, mais cela ne l'empêche pas de recommencer une troisième et une quatrième fois. Le corps de Bob est résistant grâce à son fruit, il a l'impression de frapper du fer. Cependant, ce n'est pas ça qui va arrêter le Montblanc, il est prêt à tout pour sauver ses amis. Mais, Bob assène un coup de tête à Chesnut, en même temps que celui envoyé par le pirate. La confrontation est horrible à voir, des jets de sang éclaboussent le pont. Ils sont collés l'un à l'autre, le sang des deux se mélangent et coulent sur leur visage respectif, alors qu'ils se dévisagent. Ils grimacent, ils sont prêts à remettre ça, mais quelqu'un interrompt le duel. Haiko, Bugs le regard pointant sa rapière en sa direction, pensant qu'il s'agit d'un ennemi.


- Qui... Qui êtes-vous ?!


Lorsque Bob gueule sur Haiko, il ne fait que confirmer qu'ils ne sont pas alliés. Un sourire se dessine sur le visage de Chesnut, il profite que l'attention du lieutenant est tourné vers Haiko, pour lui mettre un coup de pied du droit dans le menton en faisant un salto arrière. Bob recule de quelques pas, des pas lourds qui font vibrer le pont. Chesnut retombe au sol, accroupi, la main gauche posés sur le pont. Il halète, il a mal, le pauvre a salement dégusté. Il s'adresse à Haiko, tout en regardant l'immense marine tentant de se stabiliser.


- Gamin, le temps n'est pas aux présentations. Si tu es son ennemi, tu es notre allié ! Je te demande de le finir, j'ai alourdi cet enfoiré, il semble avoir mangé un du démon. À chaque coup qu'il reçoit, il augmente sa masse musculaire. Regarde-le, il n'est plus aussi agile qu'avant, je te le... le... conf...


Chesnut a la tête qui tourne, ses yeux deviennent blancs, il perd connaissance, s'étalent sur le pont. Bugs fonce sur son ami pour le récupérer, il s'assure qu'il respire encore, puis avec sa force de Mink, il parvient à le soulever. En revanche, Bob n'est pas de cet avis, il a fini de se stabiliser.


- Ha-ha-ha... Un raté reste un raté, il n'avait qu'une grande gueule, finalement. Par contre, il va payer pour m'avoir blessé ! Ne bouge pas, le lapin, je vais l'écraser. Après, ce sera ton tour, Haiko.


Dit-il en sautant dans les airs, positionnant son pied droit devant lui, visant le corps de Chesnut et Bugs. Le Mink est assez rapide pour fuir, mais il devrait abandonner Chest, il refuse. Il lâche le corps de Chesnut, puis il se place devant son ami, écartant les pattes, prêt à encaisser l'attaque, prêt à donner sa vie pour sa famille.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26980-fiche-du-montblanc#27900
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26962-montblanc-chesnut

Feat Chesnut & Haiko

Les actes ont des conséquences [Deuxième partie]


La météo ce déchainait, la pluie tombait en rafales, fouettant de plus en plus fort le pont du navire et transformant la bataille en un terrain glissant et traître. Les gouttes d'eau crépitaient en touchant la peau brûlante du pirate en ébullition, émettant un sifflement à chaque contact. La chaleur intense qu'il dégageait rendait l'air presque irrespirable, forçant les simple soldats de la marine à se couvrir la bouche et à tousser, leurs gorges devenant sèches et irritées.

Natsu se tenait au centre du pont, ses yeux fixés sur le commodore John Constantine, qui venait de se redresser avec difficulté, mais dont la détermination restait inébranlable. " Tu parles de véritables force, mais tu as mangé un fruit du démon pour être aussi fort ! le lâche c'est TOI ! " cracha-t-il, ses yeux brûlant de haine. "Un fruit du quoi ?" Rétorqua Natsu d'un air dubitatif. " Quel abruti, tu ne sais même pas qu'une malédiction te suit jusqu'à la mort HA-HA-HA !"

Le commodore brandit son sabre, prêt à mener l'assaut ultime. Derrière les soldats de la marine encore debout, Natsu aperçut le commandant Bob, une masse de muscles gigantesque grâce à son fruit du démon, se frayer un chemin vers le front. Chesnut, l'un de ses camarades, venait de perdre connaissance, mais il était aidé par Bugs, qui le traînait hors de danger. À côté d'eux, Haiko, le bretteur que Natsu avait libéré précédemment, arrivait à toute allure, son katana scintillant sous la pluie.

Les soldats de la marine, malgré la chaleur suffocante causée par Natsu, se préparaient à l'attaque, il brandirent leurs fusille pour mettre en joug Natsu, puis les coups de fusils partirent simultanément. Natsu n'eut pas le temps de se retourner que les balles de fusils entrèrent en collision avec son corps le faisant tomber à la renverse créant un épais nuage de fumé du à la chaleur causé par son fruit du démon en contact avec la pluie.

" HA-HA-HA-HA ! ABRUTI ! TU PENSAIS VRAIMENT SURPASSER LA PUISSANCE DE LA MARI....." Le sourire narquois qu'arpentait le visage du commodore disparut au moment ou la silhouette de Natsu réapparut à travers de l'amas de fumée. "COO..COOOMMMENT????!" Natsu éclata de rire malgré la situation chaotique. "SHISHISHISHISHI !!!!" Complètement démunis, les soldats qui avaient précédemment tiré sur lui firent tomber leurs fusils sur le pont. " Wooooooow c'est ça les pouvoirs d'un fruit du démon ? Il faut croire que je ne crains plus vos petits joujou ! COOOOOL !" En effet, les balles de fusils avaient fondues juste avant de toucher la peau de Natsu. " Impossible, tu n'as pas l'air d'avoir mangé un Logia ! Quel foutu fruit du démon tu as bouffé ! Toute manière je vais en finir avec toi ; MAINTENANT !"

Le pont du navire, trempé de pluie et marqué par la chaleur, semblait prêt à exploser sous la tension croissante, la pluie s'évaporait à mesure qu'elle touchait le pont, créant une brume épaisse qui réduisait la visibilité. Natsu, sentant l'urgence de la situation, intensifia encore sa chaleur, sa peau dorée, ses cheveux semblant brûler comme une flamme. Constantine aveuglé par la haine, lança l"assaut à l'aide d'un soru, son sabre brillant dans l'air humide. Le commodore arriva tellement vite sur Natsu, que le jeune pirate n'eut à peine le temps d'esquiver instinctivement d'un geste vif sur la droite, son corps se déplaçant avec une agilité surprenante dégageant encore de la fumée à cause de la chaleur intense qu'il générait. Il riposta spontanément avec un crochet brulant du droit visant le foie de son adversaire, mais le commodore para avec son sabre ignifugé, la lame chauffant sous l'impact mais ne cédant pas.

"Wooow t'es rapide !" Lâcha Natsu, surprit par la vitesse de son assaillant. "Je suis un puissant guerrier de la marine, je t'ai jaugé jusqu'à maintenant, tu t'attendais à quoi vermine de pirate!"

Le commodore, profitant de l'effet de surprise qu'il venait de produire, chargeant à nouveau Natsu à l'aide de son soru, il disparut instantanément des mirettes du jeune capitaine pirate. "M..M..Mmmais !!" Largua Natsu tout en secouant la tête de gauche à droite. "Il a encore disparut !"

" ATTTENNNNNNTION ! NATSU ! AU DESSUS DE TOI !" Une fois féminine retentit sur le pont du navire, c'était Isabella qui s'égosillait pour prévenir son sauveur de l'attaque sournoise que préparait le Commodore sa voix se perdant presque dans le fracas de la bataille.

En effet, le soldat de la marine utilisa le geppou pour se projeter dans les airs et tomber le sabre en avant sur Natsu tel un aigle sur sa proie. Natsu pivota rapidement, tout en attrapant le commodore par le col de sa cape au moment précis ou il arriva à son niveau, puis il contre attaqua en assenant un violent crochet du gauche qui vint s'écraser sur le visage du Commodore. La brume épaisse empêcha Natsu de s'apercevoir que son attaque n'eut aucun effet, le visage du commodore était intact et il en profita pour planter son sabre profondément dans la cuisse gauche de Natsu pour le retirer aussi tôt et bondir en arrière grâce à son Soru.

"Ah le Tekkai, cette technique surprend toujours, surtout les moins que riens... Il me semble que tu voulais libérer mes petits sashimis ? petit pirate de pacotille, comment comptes-tu t'y prendre ?"


Natsu posa un genou sur le pont, la douleur était si forte qu'il eut la sensation que son quadriceps se déchiré. Le commodore Constantine, réalisant qu'il était en position de force, rassembla toutes ses forces pour une attaque décisive. Il leva son sabre, une aura sombre émanant de lui alors qu'il libérait toute sa haine et sa détermination. Natsu, sentant l'intensité de l'attaque, essaya de se relever tant bien que mal, mais en vain, il tenait sa position, un genou sur le sol.

Avec un cri de guerre, Constantine s'élança à l'aide de son soru, son sabre se dirigeant droit vers Natsu. Ce dernier, en un mouvement fluide, attrapa la lame de ses mains nues tel un étau, sa peau brûlante faisant grésiller le métal. L'impact fut titanesque, Natsu, les yeux étincelants de détermination, repoussa finalement le sabre de Constantine avec une force surhumaine, envoyant le commodore voler en arrière.

Le silence tomba soudainement sur le pont, seulement brisé par le crépitement de la pluie sur le bois et les gémissements des soldats blessés. Natsu, haletant, se redressa, son regard balayant le champ de bataille. "On en a pas encore fini! " beugla-t-il, prêt à continuer le combat.




KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26950-ft-dun-reveur-au-sang-bo
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26929-terminee-le-prochain-seigneur-des-pirates-ce-sera-moi
Les actes ont des conséquences Part.II
La scène était chaotique, la tension palpable dans l'air lourd de la mer agitée. Je regardais, presque incrédule, la silhouette massive de Bob se préparer à écraser Chesnut et le lapin. Ce dernier, refusait de laisser son ami derrière, même face à une mort certaine. Le voir ainsi prêt à sacrifier sa vie réveilla en moi une détermination farouche.

"Je dois agir, et vite," pensais-je en observant le pied de Bob se lever pour une attaque écrasante.

D'un coup, je me propulsai en avant, déterminé à atteindre le lapin et Chesnut avant que le pied de Bob ne les atteigne. Chaque muscle de mon corps était tendu, chaque fibre de mon être poussée à l'extrême. Mais je savais, malgré toute ma détermination, que je n'y arriverais pas à temps. C'est alors que je pris une décision audacieuse. Utiliser la technique Kōsoku de manière offensive était risqué, mais c'était notre seule chance. En concentrant toute ma vitesse sur mes pieds, je bondis en avant, me déplaçant si rapidement qu'on aurait pu croire à une téléportation.

Les actes ont des conséquences [Deuxième partie] 1717265289804045001

Le temps sembla ralentir alors que je me jetai entre Bob et mes nouveaux alliés. J'utilisai mes deux katanas pour bloquer le coup de pied destructeur. La force de l'impact fut incroyable, une onde de choc se propagea à travers mes bras et mon corps tout entier. Les katanas vibrèrent sous la puissance du coup, et avant même de pouvoir m'en rendre compte, je fus projeté en arrière, mon corps virevoltant dans les airs.

Je heurtai le sol durement, ma respiration coupée par l'impact. La douleur irradiait dans mon dos, mais je n'avais pas le luxe de m'attarder sur cette sensation. Je relevai la tête, cherchant des yeux Bugs et Chesnut. Ils étaient saufs, pour l'instant.

La rage bouillonnait en moi. Bob était devenu une montagne de muscles, et chaque coup qu'il recevait le rendait encore plus fort. Mais je ne pouvais pas laisser cette brute triompher. Mes katanas dans les mains, je me préparai à l'affrontement final.

Je me relevai lentement, chaque mouvement me rappelant la brutalité du coup de pied de Bob. La douleur irradiait dans tout mon corps, mais la rage l'emportait sur la souffrance. Mon regard se fixa sur Bob, cette montagne de muscles et d'arrogance.

"Un raté, dis-tu ?" dis-je d'une voix tremblante de colère. "Un raté n'aurait jamais réussi à te mettre dans cet état, Bob. Le véritable raté ici, c'est toi et personne d'autre."

Bob grogna, son regard se remplissant de fureur. Mais je ne lui laissai pas le temps de répondre. Je me tournai vers Bugs, qui tenait toujours Chesnut.

"Prends-le et éloigne-toi," ordonnai-je. "La prochaine attaque sera la dernière."

Bugs hésita un instant, mais il comprit rapidement l'urgence de la situation. Il hocha la tête et se dépêcha de soulever Chesnut, s'éloignant aussi vite que possible. Je me retournai pour faire face à Bob, mes katanas en main. L'air était lourd de tension, chaque seconde semblait s'étirer à l'infini.

Je pouvais sentir l'adrénaline parcourir mes veines, ma concentration atteignant son paroxysme. Je savais que je n'avais qu'une seule chance, et je devais la saisir. Mes pensées se recentrèrent sur une seule chose : mettre fin à ce combat et protéger ceux qui en avaient besoin.

Je pris une profonde inspiration, canalisant toute ma colère et ma détermination dans mes katanas. Je décidai d'utiliser une technique que je réservais pour les moments les plus désespérés : Hi No Ha. En un instant, les lames de mes katanas prirent feu, les flammes dansant avec une intensité féroce. Je pouvais sentir la chaleur sur mon visage, mais c'était une chaleur réconfortante, une promesse de victoire.

Les actes ont des conséquences [Deuxième partie] 1717177808406501453

"Bob," dis-je, ma voix tranchante comme mes lames. "C'est terminé."

Je plaçai mes deux katanas horizontalement et commençai à tourner sur moi-même, de plus en plus vite. Les flammes créèrent un cercle incandescent autour de moi, et en un clin d'œil, je me transformai en une véritable toupie acérée. Bob, devenu si immense, était une cible facile. De plus, Chesnut l'avait déjà mis dans un état lamentable, affaiblissant sa défense.

"Technique à deux sabres. La toupie incandescente," dis-je, d'un air glacial, juste avant de m'élancer sur Bob.

Les actes ont des conséquences [Deuxième partie] 1717265057963374

Je fonçai sur lui, avec mes deux katanas enflammés. La force de l'impact fut telle que Bob, malgré sa taille et sa masse, ne put résister. Mon attaque le toucha de plein fouet, chaque coup de mes lames brûlantes déchirant sa chair et ses muscles. Il fut projeté en arrière, un cri de douleur étouffé s'échappant de ses lèvres.

Instantanément, je vis les effets de ma victoire. La masse musculaire de Bob se résorba, son corps retrouvant sa taille normale. Il s'effondra au sol, inconscient, incapable de continuer le combat. Les flammes de mes katanas s'éteignirent doucement, ne laissant que des braises incandescentes et la satisfaction amère de la victoire.

Je me tournai vers Bugs, qui observait la scène avec un mélange de soulagement et de respect. "C'est terminé," dis-je, ma voix plus douce maintenant. "Bob ne nous causera plus de problèmes."

Puis, je sortais de mes pensées. Je me rendais compte que je parlais à un lapin, ce dernier avait-il vraiment parlé ? Où bien était-ce une hallucination ? Je me trounai à nouveau vers Bugs, essuyant la sueur de mon front. "Est-ce que j'ai rêvé, ou tu as vraiment parlé toute à l'heure ?" demandai-je, avec un air fatigué étirant mes lèvres. "Je n'ai jamais entendu un lapin parler avant."

Bugs éclata de rire, un son surprenant venant d'une créature comme lui. "Non, tu n'as pas rêvé, l'ami. Nous les Minks, avons bien des surprises dans nos poches."

Je hochai la tête, tentant d'absorber cette nouvelle réalité. "Et comment il va ?" demandai-je, mon regard se posant sur l'homme étendu.

Bugs hocha la tête, l'air grave mais rassurant. "Chesnut ? Il s'en sortira. Il est costaud, ce n'est pas ça qui va l'abattre."

Le soulagement m'envahit, mais il fut de courte durée. Les deux genoux tremblèrent, puis cédèrent sous moi. Je tombai à genoux sur le sol, épuisé au-delà des mots. "Moi aussi, j'ai atteint ma limite," murmurai-je, la voix brisée par la fatigue. "J'espère que Natsu a réussi à triompher de John, le commodore."
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27799-fiche-technique-de-haiko
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27786-haiko-daiki-la-lame-noire
Bob n'est plus un problème, Haiko s'en est occupé, sauvant la vie de Bugs et Chesnut. Natsu fait face à Constantine, ce dernier n'a plus l'avantage, il a fait l'erreur de sous-estimer la détermination d'un certain pirate. Du côté de Chesnut, il est allongé sur le sol, recouvert de blessures. Il est surveillé par Bugs et Haiko n'est sans doute pas loin. Chesnut profite de son sommeil pour se remémorer un souvenir, alors qu'il est plongé dans un songe, il revit une scène particulièrement chère à son cœur. Le jeune Chesnut cours en direction d'une lumière éclatante, mais qui n'est en rien aveuglante. Rien ne se trouve autour du gamin de dix ans, les ténèbres absolus. Son visage rayonne de bonheur, il a même un air hébété, la chaleur de la lumière le réchauffe. Subitement, une voix interpelle Chesnut.


- Norland... Menteur...


L'enfant ignore cette voix, mais une seconde se manifeste.


- Les Montblanc, vous êtes la honte du Royaume de Luvneel !


Chesnut serre les dents, comme les poings.


- Baaaah... Norland, Roger, Barbe Blanche, c'est la même saloperie, ils n'ont apporté que malheur et désolation autour d'eux.


Chesnut ralentit, la lumière s'éloigne de lui.


-  Vous les Montblanc, vous n'êtes que des criminels ! Vous êtes les descendants du plus grand menteur de tous les temps et d'un sale pirate, le sang qui coule dans vos veines est pire que du poison !


Chesnut jette un regard colérique dans la direction de la voix, celle-ci ne se démonte pas.


- Et alors ? Qu'est-ce que tu as, t'es pas content ? Oh, j'ai compris, t'es comme ton ancêtre, t'es allergique à la vérité !


Le gamin s'énerve, il brandit son poing droit devant lui, il fronce les sourcils. Soudainement, les ténèbres disparaissent pour laisser place à un décor plus rustique. Le môme est dans un bar rempli de monde, devant une table de trois personnes en train de jouer aux cartes et occupé à boire. L'homme du milieu, un grand blond vêtu d'un T-shirt rouge, s'est attiré les foudres du jeune garçon.


- Ferme ta gueule ou je vais t'exploser le crâne, sale poivrot !


Les gens se mettent à hurler de rire en voyant qu'un gamin de dix ans menace un adulte de meurtre, il y a même des soldats de Luvneel venu se détendre après leur service.


- Ha-ha-ha... !!! Ce gamin est hilarant, c'est bien un Montblanc, il a la folie des grandeurs !


Les poivrots rient de plus belle, ce qui énerve le petit.


- Qu'est-ce qu... Qu'est-ce qu'il y a de si drôle, viens te battre fils de pute !


Les rires se taisent progressivement, laissant place à de l'étonnement et de l'inquiétude, ils se demandent si le gars ne va pas péter un plomb et frapper le môme. Le regard du gars est toujours autant amusé, même s'il est devenu plus moqueur que joueur.


- Écoute, petit. Tu es con ou tu en fais exprès ? Je ne fais que dire ce que tout le monde pense, ce que tout le monde sait, ce n'est pas notre faute si t'as famille une réputation de merde. Ce que je constate, c'est que tu as une grande gueule pour ton âge. Ta mère n'a pas appris a respecté les plus forts que toi ? Je vois que tu n'as pas été éduqué, c'est peut-être ce manque d'éducation qui a manqué à tes ancêtres. Je vais t'éduquer, tu me remercieras plus tard.


Le blond tourne son regard vers les deux soldats déjà bien murgés, ils font comme s'ils ne voyaient rien. Le type esquisse un sourire hautain, se sentant pousser des ailes, il ne se retient plus. Il commence à se lever de sa chaise, alors qu'il est acclamé par les poivrots qui ne voient rien de mal à éduquer un enfant malpoli.


- Après t'avoir pété les deux jambes, je vais te pisser dessus pour t'apprendre où est ta place de raclure. Et après, j'irai trouver ta mère et elle devra excuser le comportement de son fils en me su...


Soudainement, l'homme aperçoit un Chesnut sautant dans sa direction, avec un pied de chaise qu'il vient de briser. Le blond se fait percuter le visage dans un geste magnifique et violent, digne d'un Home Run. Le type tombe au sol, le nez brisé, il se tient son tarin ensanglanté, gigotant sur place.


- Putain... Mais t'es mala... !


Il n'a pas le temps de finir sa phrase que le môme lui saute sur le ventre à pied joint. Puis, il se fait marteler de coup de pied de chaise devant un public qui en redemande encore et encore.


- Vas-y gamin, montre-lui ce que les Montblanc ont dans le ventre !


- Zha-ha-ha, pour insulter le nom d'un Montblanc devant un Montblanc, ce mec ne peut que venir d'une autre île ou il est complètement con ?!


- Peut-être les deux !


Les gardes se bidonnent, comme les autres, en voyant Chesnut mettre une rouste à un homme qui ne comprend pas ce qui lui arrive. Ses deux amis se lèvent pour l'aider, mais le gamin brise un genou à celui sur sa droite avec un coup de pied de chaise, ce qui le plie en deux. Lui a la gauche du gamin, en voyant ses deux amis au mal-en-point ne demande pas son reste, il part en courant et en hurlant pour qu'on l'aide.


- Au secours, à moi, à moi !!!


Ce qui fait éclater de rire les clients, un des deux gardes jusqu'à lui dire :


- Hé, on est déjà au courant de ce qui passe. La cavalerie est déjà là, couillon !


Le barman râle.


- Rhooo... Bande de feignasse, vous ne voulez pas arrêter le gamin, il va me saloper mon sol !


Un des gardes répond en ayant le hoquet.


- Hic... On est pas de service... Hic... Débrouille-toi.


Le Barman attrape Chesnut par les bras, ce dernier se débat.


- Arrête, couillon. Tu vas le tuer, il ne ressemble plus à rien.


Chesnut lâche son pied de chaise, puis il crache sur le blond, inconscient, ayant des spasmes.


- Mais lâche-moi, je vais le buter, cet enfoiré !


L'ambiance se refroidit, le public se rend compte que ce gamin est sérieux, ce qui leur fait froid dans le dos. Le barman n'arrive plus à retenir le môme, ce dernier tombe au sol, puis il lève la tête et constate la mine inquiète des poivrots qui dévisage l'enfant. Même les deux gardes ne sont pas sereins, ils ne savent pas s'ils vont devoir déclarer un meurtre ce soir et enfermer le petit. Ce dernier regarde le blond défiguré, ses joues couvertes de larmes. Chesnut grimace en lui crachant dessus.


- Pauvre merde.


Chesnut part en courant, sortant du bar la tête baissé et les poings fermés.


- Je vous hais, bande de con !


Le petit cours et se fait rattraper par les ténèbres qui l'avalent pour le recracher dans un autre souvenir, cela s'est passé quelque temps après l'incident du bar. Le petit est en pleine nature, sur une colline, plus précisément. Il est assis en tailleur, boudant, devant la Lune. Une silhouette vient à sa rencontre, cette personne mystérieuse est familière au petit, elle reste à quelques mètres du petit.


- J'ai appris ce qui s'est passé en ville, tu veux en parler ?


Le gamin ne répond pas, il se contente de froncer les sourcils.


- Tu sais parler, ça libère.


Le petit ne dit rien, la personne laisse échapper un long soupir.


- Rhoooo... Ils ont encore insulté la famille ? Je vois. Petit, tu ne peux pas te mettre dans un état pareil à chaque fois qu'un type insulte notre famille, tu vas vite t'attirer de sérieux ennuis. Crois-moi, tes cousins s'en sont attirés, eux. Tu ne veux pas devenir pirate comme eux ?


La personne boite en s'approchant du petit.


- Crois en ma vieille expérience, ça ne vaut pas le coup. Tu n'as plus à y perdre qu'à y gagner.


La personne en voyant que Chesnut ne parle pas se retourne pour le laisser seul, mais le petit lui adresse la parole.


- Un jour... Un jour, je prendrai la mer et je leur prouverai que les Montblanc sont les plus grands. Ce jour-là, ils vont tous regretter leurs insultes. Tu entends, le vieux ! Je vais tous vous surpasser, Norland, Cricket, toi, le reste, vous ferez pâle figure devant ma légende !


Un rictus se dessine sur le visage de l'ancien.


- Ooooh... Surpasser tous les Montblanc, dis-tu ? Tu es têtu et tenace, je suis curieux de savoir jusqu'où cette ténacité te conduira-t-elle. Lorsque tu te seras fait un nom dans le monde, je viendrai te voir. Un petit conseil, avant ma visite, essaye de ne pas mourir à la première occasion, monsieur la légende.


Subitement, les ténèbres englobent le gamin, l'ancien, l'île, faisant disparaître le songe. Dans le monde réel, Chesnut surprend Bugs en ouvrant les yeux. Il reprend connaissance, mais il est encore dans le flou.


- Le... Le vieux... ?


À son chevet se trouve Isabella, ainsi que sa petite sœur, qui s'occupe de lui panser les plaies, lui administrant les premiers soins. Elle grimace en regardant le blessé.


- Idiot, j'ai l'air d'un vieux ?! Tâche de ne pas mourir et reste conscient ! Le lapin, s'il tourne de l'œil, tu lui mets une tatane !


Bugs s'approche de Chesnut en faisant un bruit de couinement avec ses pattes.


- Je ne sais pas si je pourrai frapper mon ami, il est blessé, ça se fait pas de faire ça à un h...


Isabella insiste.


- S'il s'endort, il risque de plonger dans un coma !


Bugs panique, il monte sur le buste de Chesnut.


- Chestnuuuuut, non, ne me laisse pas !!!


Hurle-t-il en matraquant le Montblanc avec une rafale de torgnole, la tête du blessé vole dans tous les sens.


- Le...Vieux...Le...


Bugs panique encore plus qu'auparavant, il arrête de frapper pour mordre le nez de son ami, ce dernier hurle et sort de sa torpeur.


- Aiiiiiiie.... !!! Arrête, qu'est-ce que tu fais !


Bugs souffle de soulagement, puis il fait un câlin à son ami. Isabella et sans doute Haiko doivent se demander que la situation est bizarre.


- Il est où le mastoc ?


Bugs, toujours en frottant son visage contre celui du Montblanc, lui explique.


- Il est vaincu, c'est notre nouvel ami, Haiko, qui s'en est débarrassé ! Tu aurais dû le voir, il a été formidable !


Chesnut regarde Haiko.


- Merci.


Il souffle un grand coup, il est soulagé.


- Mais, et Natsu ? Il en est où, il a vaincu l'autre con ?


Bugs, Isabelle et Haiko tourne leur tête vers le combat de Natsu.


- Non, mais ce ne serait tarder.


Isabella pose une question aux trois pirates.


- Dites-moi, pourquoi... Pourquoi avoir risqué vos vies pour une étrangère ? Vous auriez pu reprendre ce qui était à vous et partir, nous abandonnant à notre destin.


Bugs ne comprend pas, Haiko reste silencieux, Chesnut regarde le ciel.


- Ce sont tes pleurs, ce sont eux qui nous ont motivés à t'aider. Puis, quel genre d'homme serions-nous si nous laissions une femme pleurer, comment pourrions-nous nous regarder dans une glace sans avoir envie de vomir ?


Soudainement, quelque chose frappe Isabella. Elle ne peut retenir ses larmes, mais ce sont des larmes de joie, plus de tristesse comme face au commodore. Elle s'est rendu compte qu'elle a trouvé des personnes qui tiennent à elle, des gens prêts à mettre leur vie en jeu pour son bonheur, ce qui ne lui était encore jamais arrivé.


- C'est ironique, j'ai été sauvé par des pirates de la marine. Bande d'idiot, je vous remercie.


Pleure-t-elle en frottant machinalement l'éponge sur une des plaies de Chesnut, afin de l'essuyer.


- Aie confiance en Natsu, il va vaincre ce commodore à deux balles et votre cauchemar à toutes les deux sera terminée.


Isabella et sa sœur se sentent en sécurité.


- Pour le moment, je vais vous protéger.


Chesnut tente de se lever, mais il est trop blessé pour y arriver. Il est immobile, incapable de bouger, allongé sur le sol, il s'en compte.


- Merde... Fait chier. Haiko, je dois te demander de nous protéger.


Haiko lance un regard approbateur à Chesnut, tout en restant silencieux. Du côté de Natsu, ce dernier doit gérer le redoutable Constantine surnommé « Le Phoque ». Ce dernier reconnait la valeur de Natsu, il craint même pour sa vie, car le pirate est plus fort que lui, mais il comble l'écart de puissance en utilisant le Rokushiki. Il s'éloigne du pirate, le regardant dans les yeux, les traces de son combat ne le laissent pas indifférent.


- Attend... J'aimerais comprendre, tu te bats pour Isabella ? Pourquoi, je veux comprendre ! Elle est à moi, c'est ma propriété, va-t'en trouver une autre ! Elle est ma partenaire, elle me doit allégeance ! Je suis de la marine, l'organisation la plus puissante, tu crois que même si tu parviens à m'abattre qu'elle sera en paix ?! Nous vous traquerons tous, vous maudirez le jour où vous avez croisé notre route, toi et ta bande de pote !


Le visage de John change, il devient plus doux.


- ... Qu'est-ce qu'elle a de plus que moi, Isabella ? Pourquoi tu l'as choisi elle, mais pas moi ? Je pourrai te rendre heureux, tu peux encore me rejoindre. Je suis meilleur qu'elle, je sais manier un sabre, je maîtrise des techniques hors norme, j'ai de beaux cheveux aussi soyeux que la soie. Pourquoi tu choisis une gueuse, je suis là, je vais m'occuper de toi.


John voit que ses déclarations ne touchent pas Natsu, ce qui le rend fou.


- Ah, c'est comme ça ! Bien... Bien... Je vais buter l'autre salope et on verra qui tu choisis !


Dit-il en disparaissant avec le Soru et le Geppou pour s'élever dans les airs et échapper à la vigilance du capitaine. Le commodore se dirige sur le pont, il atterrit au centre de celui-ci. Le visage froid et ferme, dévisageant le groupe. Il remarque le corps inerte de Bob, ce qui le fait pester.


- Crétin inutile... Même pas foutu de tuer un péquenot.


Il remarque la présence de Haiko.


- Les rats se rassemble à ce que je vois. On dirait que je suis le seul marine compétent ici, je vais terminer le travail.


Dit-il en brandissant sa lame devant lui, menaçant Haiko. Il regarde Isabella et sa jeune sœur.


- Vous voilà, chiennes !


Il utilise le Soru en ligne droite sur le groupe pour assassiner Isabella et sa sœur. Bugs dégaine sa rapière, il se met devant la jeune sœur, Chesnut serre les dents et tente de se ressaisir, Isabella est prête à recevoir le marine, comme Haiko.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26980-fiche-du-montblanc#27900
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26962-montblanc-chesnut

Feat Chesnut & Haiko

Les actes ont des conséquences [Deuxième partie]


La pluie continuait de s'abattre sur le pont du navire, chaque goutte crépitant et s'évaporant au contact de la chaleur intense de Natsu. Face à lui, le commodore John Constantine brandissait fièrement son sabre ignifugé, une arme de troisième rang qui semblait résister sans effort à la chaleur intense de Natsu. Les yeux de Constantine brillaient de haine et de détermination, et son sabre étincelait, intact malgré l'incandescence qui l'entourait.

Natsu, sentant l'urgence de la situation, intensifia sa chaleur, rendant l'air autour de lui presque irrespirable pour les petites frappes de la marine qui perdaient connaissance ne laissant plus que le commodore en état de se battre. Constantine n'était pas impressionné. Il serra son sabre et s'élança vers Isabella avec une rapidité surprenante tout en beuglant qu’il allait la tuer. Mais avant que le sabre de Constantine ne puisse atteindre sa cible, une explosion de chaleur et de lumière jaillit entre lui et Isabella. Natsu, furieux et déterminé, apparut tel un héros ardent, interceptant le coup avec une main nue. La chaleur intense de son corps fit grésiller la lame ignifugée, mais celle-ci ne céda pas.

Les actes ont des conséquences [Deuxième partie] 142cd72afea1e54750af83dea2de7d90

"Tu ne toucheras personne." gronda Natsu, ses yeux brûlant de rage. "Je vais en finir avec toi, une bonne fois pour toutes."

Le commodore, surpris mais non intimidé, recula légèrement en utilisant le geppou et se prépara à une nouvelle attaque. "J'attends de voir ça HA-HA-HA-HA."

Les deux adversaires s'affrontèrent avec une violence et une rapidité inouïes. Constantine, utilisant le Soru et le Geppou pour se déplacer avec une vitesse fulgurante, tenta de frapper Natsu de toutes parts. Mais Natsu, ignescent par la colère et la détermination, esquivait et parait chaque coup avec une agilité impressionnante. Chaque mouvement qu'il faisait dégageait une chaleur intense, rendant l'air quasiment irrespirable autour de lui, ses amis non loin de lui commençaient à tousser à cause de leurs gorges irritées par la chaleur et le manque de salive provoqué par la haute température causée par Natsu, mais le commodore lui ne semblait pas encore atteint par cet handicape.

Constantine chargea encore une fois Natsu, il fut rapide et précis, visant le torse du jeune pirate. Ce dernier esquiva de justesse, sentant la lame trancher l'air à quelques millimètres de sa peau. Il contre-attaqua immédiatement, envoyant un coup de poing brûlant vers le foie de Constantine. Le commodore pivota avec agilité, parant l'attaque avec son sabre ignifugé, qui ne montra aucun signe de faiblesse face à l'incandescence de Natsu.

Natsu gronda, ses yeux étincelants de détermination. Il enchaîna avec une série de coups rapides, chaque coups de poings et chaque coups de pieds chauffé à blanc. Constantine bloquait et esquivait avec une précision militaire, son sabre créant des étincelles à chaque contact avec le corps ardent du pirate. Le pont du navire était un véritable champ de bataille, la chaleur se mêlant à l'humidité de la pluie, créant un environnement étouffant et chaotique engloutit dans une brume dense, enveloppant le pont entier d'un voile quasi mystique.

Constantine surprit par ce changement d’ambiance, il essaya de reculer légèrement, cherchant un moyen de sortir de la. Natsu en profita pour lancer une attaque plus puissante, il concentra toute son énergie dans sa jambe droite, sa température devenant encore plus intense en frappant avec toute la force qu'il pouvait rassembler sur le moment.

Le coup, d'une puissance phénoménale, fut dirigé droit vers le torse de Constantine. Mais le commodore, utilisant une technique défensive habile, il dévia le coup avec son sabre ignifugé. Le choc fut tel qu’une onde de choc se propagea sur une partie du pont, repoussant les soldats à genoux les plus proches et créant une déflagration de vapeur autour d'eux. Constantine contre-attaqua immédiatement, profitant du moment de déséquilibre de Natsu. Il enchaîna une série de frappes rapides, son sabre créant des arcs de lumière dans la brume. Natsu paraît et esquivait tant bien que mal, sentant la pression monter.

Chaque coup de sabre semblait plus précis et plus implacable que le précédent, mais Natsu ne se laissa pas abattre. Au cours de ce combat il avait compris que la clé de la victoire résidait dans sa capacité à utiliser sa chaleur de manière stratégique. Il augmenta encore la température, rendant l'air autour de lui presque incandescent. La pluie s'évaporait instantanément, créant une barrière de vapeur dense.

Profitant de cette autre diversion, Natsu lança une attaque surprise. Il se baissa soudainement et balaya les jambes du commodore avec un coup de pied. Le commodore, surpris, perdit l'équilibre et tomba à genoux. Natsu ne perdit pas un instant. Il enchaîna avec un uppercut brûlant, frappant Constantine sous le menton et l'envoyant valser en arrière.
Les phalanges de Natsu incrustées au fer rouge sous son menton, Constantine se releva péniblement, son visage marqué par la douleur, la fatigue et la frustration. Mais il ne capitula pas. Avec un cri de rage, il se jeta à nouveau sur Natsu, son sabre créant des éclairs dans l'air chargé de vapeur. Natsu, se prépara à la confrontation finale.

Les deux combattants se heurtèrent avec une violence inouïe, Natsu utilisait toute sa force et son agilité pour esquiver et parer les coups de sabre, tandis que le commodore faisait preuve d'une technique et d'une précision imparables.
Finalement, dans un ultime effort, Natsu parvint à créer une ouverture. Il feinta une attaque de poing et, au dernier moment, dévia son coup pour frapper le sabre de Constantine avec une force dévastatrice. Le sabre ignifugé, bien que résistant à la chaleur, ne put résister à la puissance brute de l'attaque. Il se brisa en deux, laissant Constantine désarmé et vulnérable.

Natsu profita de l'effet de surprise pour porter le coup final. Il concentra toute sa chaleur dans un dernier coup de poing, Natsu emmagasina une énorme quantité de chaleur autour de son poing, créant une sphère brûlante de couleur dorée.

Les actes ont des conséquences [Deuxième partie] Cacbaf3c6d0202e3bffca823e1a21d43

"POING ARDENT !" cria-t-il, une fois le crochet du droit atteint la cible, la sphère brûlante libéra un puissant courant d’air brûlant directement sur Constantine. Le commodore fut projeté tellement loin en arrière, qu’il s’enfonça lourdement sur le mât du navire, le fissurant, il était incrusté dans celui-ci, incapable de se relever.

Le silence tomba soudainement sur le pont, seulement brisé par le crépitement de la pluie sur le bois et les gémissements des soldats blessés. Natsu, haletant mais victorieux, tomba sur ses deux genoux, ses yeux fixés sur le commodore vaincu. "Je t’avais prévenu que j’allais gagner Shishishishi." murmura-t-il accompagné d’un sourire radieux, avant de reprendre son apparence normale dégageant de la fumée de son corps et de tomber à la renverse, épuisé, les bras et les jambes écartés telle une étoile de mer sur le bois humide du pont.

KoalaVolant


Dernière édition par Natsu le Jeu 13 Juin 2024 - 0:33, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26950-ft-dun-reveur-au-sang-bo
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26929-terminee-le-prochain-seigneur-des-pirates-ce-sera-moi
Les actes ont des conséquences Part.II
Je me relevais, encore ébranlé par le coup précédent. Le regard de Chesnut se posait sur moi avec une demande silencieuse. "Protège-nous," semblait-il dire. J'hochai la tête, acceptant sans hésitation. Soudain, John, le commodore, se précipita vers Isabella et sa sœur avec une fureur démesurée. Mon corps était déjà en mauvais état après l'affrontement avec Bob, mais l'instinct de protection prenait le dessus.

Je sortis mes deux katanas, prêt à me battre, mais une horreur glaciale m'envahit lorsque les lames se brisèrent instantanément en un éclat sonore. Les fragments des katanas tombèrent à mes pieds, et je ne pus m'empêcher de murmurer, "merde." Mon cœur battait la chamade, sentant que la fin était proche.

John s'approchait, implacable, mais avant qu'il ne puisse atteindre les deux jeunes filles, Natsu surgit de nulle part. Ce dernier s'interposa et bloqua l'attaque de John.

Nous regardions, à la fois terrifiés et fascinés, tandis que les deux titans s'affrontaient. Chesnut et Bugs se tenaient prêts, gardant une main protectrice sur Isabella et sa sœur. La force de Natsu était indéniable, sa détermination sans faille. Avec une série de mouvements précis et calculés, il parvint finalement à prendre le dessus.

John vacilla, son arrogance se transformant en défaite. Un dernier coup puissant de Natsu l'envoya au sol, vaincu. Le commodore gisait là, immobile, le souffle court et le regard vide. Natsu, épuisé, tomba sur ses deux genoux.

Je me déplaçais lentement vers Natsu, chaque pas lourd de l'épuisement en guise d'accompagnement. En m'approchant, je pouvais voir les marques de bataille sur son visage et ses vêtements. Ses yeux brillaient d'une détermination inébranlable, malgré la fatigue évidente.

"Natsu," appelai-je doucement en posant une main sur son épaule. "Comment te sens-tu?"

Il tourna la tête vers moi, un sourire rassurant aux lèvres. "Je vais m'en remettre sans problème," répondit-il avec une assurance tranquille. "Ce n'est pas la première fois que je me retrouve dans ce genre de situation shishishi !"

Je n’eus même pas le temps de répondre que le commodore parla, sa voix grave résonnant dans l’air lourd de la bataille. "Pas mal, pas mal pour un pirate ! Hahaha ! Ça me fait rire ! Regarde dans quel état tu m'as mis ! Je n'arrive même plus à bouger..." dit-il, juste avant de tomber dans les pommes.

John était allongé sur le sol, inconscient, enfin réduit au silence. Je me tournai vers Natsu, essuyant la sueur de mon front. "C'est sûrement un fou," dis-je, encore surpris par la ténacité et la folie du commodore.

Natsu hocha la tête, respirant profondément. "Où sont les sirènes, Haiko ?"

Je pointai vers l'ouverture menant au sous-sol. "Elles sont en bas, hors de danger. Je les ai protégées comme tu me l'avais demandé."

Chesnut, qui avait observé toute la scène avec une expression d'incrédulité, prit la parole. "Des sirènes ? Pourquoi des sirènes étaient-elles enfermées en bas ?"

Je secouai la tête, perplexe. "Je n'en ai strictement aucune idée."

Bugs parla, en étant toujours à côté de Chesnut. "Quoi qu'il en soit, nous devons les libérer et les ramener chez elles. Elles ont assez souffert."

Suite à la phrase de Bugs, je remarquai une petite sacoche par terre. Je me dirigeai vers mes sabres brisés, récupérant les fragments éparpillés autour de moi. Les voir dans cet état me serrait le cœur. Ces sabres, que mon père Akashi m'avait offerts, m'avaient accompagné jusqu'à maintenant. Ils avaient été mes compagnons fidèles, même durant les moments les plus sombres de ma vie, quand je les utilisais pour des assassinats que je regrettais amèrement aujourd'hui. Malgré cela, ils restaient précieux pour moi.

Je mis les fragments dans la sacoche avec précaution, chaque morceau rappelant un souvenir, une leçon, une bataille. En me relevant, après avoir rangé les fragments, je posai un regard sérieux sur le groupe.

"Qui êtes-vous exactement ?" demandai-je, ma voix empreinte de gravité. "Pourquoi étiez-vous sur ce bateau et pourquoi avez-vous foutu le bordel ici ?"
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27799-fiche-technique-de-haiko
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27786-haiko-daiki-la-lame-noire

Feat Chesnut & Haiko

Les actes ont des conséquences [Deuxième partie]


Le pont du navire, désormais silencieux après la bataille, semblait presque apaisant malgré les débris et les corps des marins. La pluie avait cessé, laissant l'air humide et lourd. Natsu, toujours étalé sur le ponton comme une étoile de mer échoué sur le sable chaud, leva les yeux vers Haiko, une lueur de fatigue mais aussi de résilience dans le regard. Il prit une profonde inspiration avant de répondre.

"Je me devais d’aider Isabella," dit-il, sa voix rauque mais déterminée. "Elle a soigné mes blessures suite à mon dur combat contre Zephara sur Zaun la méchante pirate m'a donné du mal..Puis elle nous a expliqué sa situation, je ne pouvais pas la laisser tomber! "

Isabella, encore tremblante, serra la main de sa jeune sœur. "Ils ont capturé ma soeur et se sont servie d’elle.. J’étais obligé…” Des larmes de culpabilité coulèrent de ses yeux. “Obligé de voler tous ces pauvres gens !” Elle essuya ses yeux brillants. “Et les sirènes. Ils voulaient les utiliser, les stocker comme des marchandises. Mais Natsu... il est venu nous sauver."

Haiko regarda Natsu, impressionné par sa détermination et sa bravoure. "Je comprends mieux maintenant," dit-il doucement, hochant la tête. "

Natsu se redressa lentement, grimaçant de douleur, mais son sourire ne vacillait pas. "Et toi ? Que faisais-tu enfermé ici? Tu m’as l’air très fort ! Comment c’est possible ?" Il profita de cet instant pour retourner annoncer la bonne nouvelles aux sirènes captives.

Ils descendirent prudemment dans les entrailles du navire, l'obscurité seulement percée par quelques lanternes vacillantes. Les couloirs étaient étroits et étouffants, l'air chargé d'une odeur de sel et de métal rouillé. Ils passèrent devant les geôles où se trouvaient Haiko et les sirènes toujours entassées dans leurs cellules.

“C’est fini, ils ne vous feront plus aucun mal, vous êtes libres maintenant shishishishi !” dit doucement Natsu, ses yeux brillants de compassion. “Si vous ne savez pas où aller, je connais un endroit où vous serez en sécurité ! L’illot flottant ! Le chef Tevall est un ami!”

Etrangement il n’y avait que des femmes plutôt âgées et aucune des sirènes ne s’exprima, sauf une qui s’avança lentement. “Merci jeune homme..Mais nous ne sommes pas seules… Nos jeunes enfants sont enfermés plus loin au fond du couloir.. s’il vous plaît libérez les.”

Natsu hocha de la tête et continua de marcher sans plus attendre, ils atteignirent enfin une lourde porte en fer, verrouillée par un imposant cadenas. Natsu, malgré ses blessures, s'approcha de la porte. Il posa une main brûlante sur le cadenas, qui fondit rapidement sous la chaleur intense. La porte s'ouvrit avec un grincement sinistre, révélant une pièce sombre où plusieurs sirènes en bas âges étaient enchaînées, leurs visages marqués par la peur et la souffrance.
Les enfants sirènes, d'abord hésitantes, commencèrent à se déplacer lentement vers la sortie, leurs chaînes tombant au sol dans un tintement métallique. Isabella et sa sœur les guidaient avec douceur, les rassurant et les aidant à marcher.
Ils remontèrent sur le pont, les sirènes suivant prudemment. Le navire enveloppé d'une atmosphère lourde et silencieuse. Natsu, malgré sa fatigue, se tenait droit, un symbole de force et d'espoir pour tous ceux qui l'entouraient.

Une fois tous réunis sur le pont, Haiko prit la parole. "Nous devons partir rapidement. La marine ne tardera pas à découvrir ce qui s'est passé ici. Où comptez-vous aller ?"

Natsu regarda l'horizon, ses yeux brillants de détermination. "Avant de prendre la direction de grand line, mon équipage et moi nous allons accoster sur l'îlot flotant un endroit sûr pour ces sirè.. “

Isabella s'approcha lentement de Natsu, tenant toujours la main de sa jeune sœur. Son visage portait les traces de la peur et de la souffrance, mais ses yeux brillaient d'une détermination nouvelle. Elle prit une profonde inspiration avant de parler, sa voix tremblant légèrement.

"Natsu, il y a quelque chose que tu dois savoir," commença-t-elle, sa voix marquée par la gravité de ce qu'elle s'apprêtait à révéler. "Le commodore... il n'avait pas seulement l'intention d’utiliser ou de vendre ces femmes comme des marchandises. Son plan était bien plus sinistre." Natsu la regarda, intrigué et inquiet. " Euh je ne comprends pas, Isabella ?" Elle baissa les yeux un instant, rassemblant son courage, puis continua. "Le commodore avait l'intention de ramener, ma sœur et les sirènes, à une base du Cipher Pol. Une fois là-bas, les sirènes auraient été enfermées et utilisées pour créer un élevage intensif de sirènes."

Le jeune capitaine pirate fronça les sourcils, ne comprenant pas complètement. "Le Cipher Pol ? C’est quoi ça encore ?" Dit-il en penchant sa tête à l'horizontale. Le monde qui entourait Natsu était trop complexe pour lui un simple rêveur qui n’avait jamais eu affaire aux pires atrocités que le monde pouvait lui offrir.. Haiko prit la parole “ Le Cipher pol est une organisation composée d'agents spécifiques au compte du gouvernement, il y’a même une légende qui raconte qu’un pol est spécialisé dans les assassinats..”

Bugs se racla la trachée, avant de reprendre la parole, Isabella serra la main de sa sœur un peu plus fort, ses doigts tremblant de colère et de dégoût. "C'était pour les Dragons Célestes. Ils voulaient transformer les sirènes en sushi de luxe, une délicatesse abominable pour leurs banquets. Les Dragons Célestes considèrent les sirènes comme des êtres exotiques à leur service, des objets de plaisir et de consommation."


Les mots d'Isabella frappèrent Natsu comme un coup de poing. La simple idée de ces créatures majestueuses, ces êtres libres de la mer, enfermées et transformées en nourriture pour le plaisir des Dragons Célestes, le révolta au plus haut point. Il serra les poings, ses ongles s'enfonçant dans sa peau.

"Ces Dragon célestes... ces.. ces des monstres," murmura-t-il, la rage bouillonnant en lui. "Ils osent enfermer des êtres vivants, des sirènes, juste pour les manger ?"Isabella hocha la tête, les larmes aux yeux. "Oui, Natsu. Et ce n'est pas tout. Ces sirènes ont des sœurs, des familles qui sont encore là-bas, enfermées et traitées comme du bétail. Nous devons les sauver."

Natsu sentit la colère monter en lui, une colère brûlante et pure. La pensée des sirènes enfermées, leur liberté volée, leur vie réduite à un simple produit de consommation, était insupportable. Il leva les yeux vers Isabella, ses prunelles brûlant de détermination.

"Nous allons les trouver," dit-il, sa voix ferme et résolue. "Nous allons trouver cet endroit et libérer leurs familles. Peu importe ce qu'il en coûte." Les sirènes qui entouraient Natsu et ses amis se mirent toutes à pleurer à chaudes larmes. “No.. N..Nouuus ne savons pas comment vous remercier !” Bugs sautilla pour se rapprocher d’une jeune sirène qui faisait la même taille que lui. “T’inquiète pas! On va retrouver t’as famille et libérer tout le monde !” Il proposa à la jeune fille de checker sa patte velue, mais gênée, elle ne comprenait pas la subtilité du geste. “ Laisse tomber, tu ne peux pas comprendre c’est un petit truc entre mon pote Chesnut et moi hihi.” Isabella regarda Natsu, touchée par sa détermination et sa bravoure. Elle savait qu'il était leur seul espoir, leur héros. "Merci, Natsu. Avec toi et tes amis à nos côtés, je crois que nous avons une chance."

Chesnut et Bugs, qui avaient écouté attentivement, se rapprochèrent, partageant la même détermination. Chesnut, malgré la fatigue évidente et son état déplorable, posa une main sur l'épaule de Natsu.

"Nous sommes avec toi, Natsu," dit-il, sa voix empreinte de gravité. "Nous allons tous les sauver capt’ain."

Natsu acquiesça, sentant la force de leur unité. Il se tourna vers le reste du groupe, ses yeux flamboyant de rage et de résolution. "Nous allons libérer toutes les sirènes." Puis il se tourna vers Isabella. “Euh par contre faut aller où en fait ? Shishishi” Dit- il en se grattant bêtement l’arrière du crâne.“ La jeune femme lâcha sa petite soeur pour la première fois depuis qu’elles étaient libérées de leurs opresseurs. “Je crois qu’il est temps que je parle à cet enfoiré.” Elle craqua ses phalanges avant de replacer son pistolet au niveau de sa ceinture.
—------------------------------------------------------

Le crépuscule venait de tomber sur le navire, et l'air frais de la nuit apportait un semblant de calme après la tempête. Le pont était silencieux, seulement perturbé par les bruits lointains des vagues et des mouettes. Mais dans les entrailles du navire, une tension palpable régnait.

Le commodore John Constantine avait été installé dans une de ses propres cellules et ses petits copains aussi, confortablement, mais sous bonne garde. Le visage encore gonflé par les coups de Natsu, il était assis sur une chaise, les poignets enchaînés, mais le regard toujours arrogant et défiant. La cellule était austère, les murs de métal réverbérant les bruits étouffés de la vie au-dessus.

Isabella s'approcha de la cellule, son visage fermé et déterminé. Elle portait une lampe à huile, qui projetait des ombres dansantes sur les murs de la cellule. Elle prit une profonde inspiration, rassemblant toute sa force intérieure, avant d'ouvrir la porte de la cellule et d'entrer.

Le commodore leva les yeux, un sourire narquois aux lèvres. "Ah, la belle Isabella. Que me vaut cet honneur ?"

Isabella serra les dents, luttant contre l'envie de lui répondre par un coup de poing immédiat. Elle s'approcha lentement, posant la lampe à huile sur une petite table près de la chaise du commodore. La lumière vacillante accentuait les traits durs de son visage.

"Tu sais très bien pourquoi je suis ici, John," dit-elle, sa voix froide et tranchante. "Je veux que tu me dises où se trouve la base du Cipher Pol où sont retenues les sirènes."

Le sourire de John s'élargit, mais son regard se durcit. "Et pourquoi te dirais-je ça ? Tu crois vraiment que je vais trahir mes supérieurs juste parce que tu me le demandes gentiment ?"

Isabella s'avança encore, son visage à quelques centimètres du sien. "Je ne te demande pas, John. Je te l'ordonne. Et crois-moi, tu ne veux pas voir ce que je suis prête à faire pour obtenir cette information."

John éclata de rire, un rire qui résonna sinistrement dans la cellule. "Tu n'as pas les tripes, Isabella. Tu es faible, tout comme les autres." Sans prévenir, Isabella le frappa au visage, son poing rencontrant sa joue avec un craquement sonore. John grogna de douleur, son sourire disparaissant instantanément. "Tu veux encore rire, John ?" demanda Isabella, sa voix vibrante de colère. "Parle, ou je te jure que ce coup ne sera que le premier."

John, son visage maintenant marqué par la douleur et l'humiliation, lança un regard noir à Isabella. "Tu crois que tu peux me faire peur ? Les sirènes... Elles sont destinées à quelque chose de bien plus grand que toi." Isabella le frappa de nouveau, cette fois plus fort. "Arrête de parler en énigmes et dis-moi où elles sont !" John cracha du sang, son regard se durcissant. "Même si je te le disais, tu ne pourrais rien y faire. Le Cipher Pol est bien trop puissant pour des misérables pirates." Isabella sortit un poignard de sa ceinture, le plaçant contre la gorge de John. "Dernière chance, John. Parle, ou je te jure que tu ne reverras jamais la lumière du jour." John sentit la froideur de la lame contre sa peau, et pour la première fois, une lueur de peur traversa son regard. Il savait qu'Isabella était sérieuse. "D'accord... D'accord," murmura-t-il finalement. "Il y a une base du Cipher Pol en pleine mer non loin d'une île isolée... L'île d'Ilusia. Les sirènes y sont enfermées, surveillées jour et nuit."

Isabella retira le poignard légèrement, mais le garda à portée de main. "Et comment peut-on s'assurer de trouver cet endroit ?" John soupira, résigné. "Il y a un chef d'équipe du Cipher Pol. Il possède une vivre card. Si tu la trouves, tu pourras localiser l'île sans problème."

"Donne-moi cette vivre card," ordonna Isabella. John hocha la tête vers une poche de son manteau qui pendait près de la chaise. "Elle est là. Prends-la." Isabella fouilla dans la poche, trouvant une petite carte de papier. Elle la tint devant la lampe à huile, confirmant que c'était bien une vivre card. Elle la rangea soigneusement, puis se tourna vers John, son visage dur mais déterminé. "Merci, John. Tu viens de sauver ta peau, pour l'instant. Mais si tu essaies de nous tromper, je te promets que tu regretteras de ne pas être mort lors de ton combat contre Natsu."

Elle se dirigea vers la sortie, la lumière de la lampe vacillant derrière elle. En quittant la cellule, elle referma la porte derrière elle, laissant le commodore dans l'obscurité et la solitude. Isabella rejoignit Natsu et le reste de l'équipage sur le pont. Elle tenait la vivre card dans sa main, son regard déterminé. "Nous avons ce qu'il nous faut. non loin de L'île d'Ilusia ce cache une base du cipher pol. C'est là que sont retenues les sirènes." Natsu hocha la tête, son visage marqué par une détermination farouche. "Nous allons libérer leurs sœurs, et nous ferons payer ce truc le Sphincter Popol pour tout ce qu'ils ont fait !" Chesnut et Bugs éclatèrent de rire. "Le QUOI ?"

L'équipage se prépara, l'ancien navire du commodore quelque peu endommagé était à présent au commande de l'équipage du poing ardent, se mettant en route vers l'île d'Ilusia. Chesnut à la navigation, l'air marin portait avec lui les promesses de batailles à venir et de victoires à arracher. Mais pour l'instant, ils étaient unis, prêts à affronter n'importe quel obstacle pour la liberté.


KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26950-ft-dun-reveur-au-sang-bo
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26929-terminee-le-prochain-seigneur-des-pirates-ce-sera-moi