Le deal à ne pas rater :
Boîte Avant-Première Star Wars Unlimited – Ombres de la Galaxie : ...
Voir le deal

Plongé sous-marine au tréfond de Water Seven. Ft Calypso & Hayase

Heliamphora
You want to control the world, I want to punish it. I want it to suffers like nature suffers.
Après une défaite cuisante à Jaya, la Révolution avait trouvé refuge sur Skypiea, une île nichée au cœur des nuages, principalement réservée à la Révolution. Helia, Calypso et Hayase y étaient restées plusieurs jours, le temps de panser leurs blessures physiques mais aussi mentales. Durant leur séjour là-bas, les nouveaux arrivants avaient été initiés aux règles et protocoles de la Révolution, et les trois femmes avaient été officiellement enregistrées. Helia avait également fait quelques bonnes rencontres, mais surtout découvert la ville de Shandora et son labyrinthe souterrain, qui abritait des habitants des plus intéressants, ainsi que le Poneglyphe protégé par Mangrove et ses serpents ailés. Après une discussion animée avec Mère Feuillage Spirituelle, qui avait clairement reconnu en Helia une ancienne amie, la vieille femme avait dirigé la scientifique vers la Baie des Anges, plus précisément vers le camp de la Lune Noire, afin qu'elle retrouve dans les archives un journal qui lui était trop familier.

Ainsi, Helia apprit que sa mère était une ancienne agente de la Révolution, œuvrant principalement à créer des colonies pour accueillir tous ceux qui avaient été sauvés par la Révolution. Ses projets étaient tous liés à la nature, que ce soit pour l'installation de systèmes agricoles ou la création et la modification de plantes à leur avantage. Tout en écoutant Mangrove, Helia revoyait les traces de sa mère. À quelques détails près, sa mère n'avait clairement pas embêté un pirate, comme elle-même l'avait fait. Cette pensée lui donna un étrange frisson qui lui remonta le long de la colonne vertébrale. De plus, penser à ce qu'elle avait dû faire lui arracha une fois de plus un peu de rouge aux joues, mais bon, passons.
Après tant de révélations sur le passé de sa mère, Helia se sentit beaucoup plus confiante dans ses choix personnels et passa du temps avec les filles à la recherche de nouvelles plantes. Elle se trouvait sur un nouveau territoire, ce qui signifiait de nouvelles plantes à découvrir et à expérimenter. Les jours s'écoulèrent lentement jusqu'au moment où Helia réussit à décoder dans le journal des coordonnées qui semblaient la mener ailleurs. Avec l'aide des filles et des postes de recherche sur place, les demoiselles finirent par découvrir l'emplacement : Water Seven, plus précisément un laboratoire sous la ville.

"Ah, mais cela semble indiquer une chambre qui se trouve maintenant sous l'eau," annonça l'archiviste qui les assistait. "Et si je ne me trompe pas, en ce moment, un bateau part pour Water Seven. Nous envoyons des ouvriers pour fouiller les galeries des anciens laboratoires, récupérer le matériel encore viable et agrandir nos bases."
"Ah, vraiment ? C'est intéressant à savoir. Vous pensez qu'on me laissera fouiller son laboratoire ?" demanda Helia.
"Pourquoi pas, si vous aidez la Révolution, on vous aidera. Nous ne sommes pas aussi sanguinaires qu'on nous décrit."
"Qu'en pensez-vous, les filles ? Et puis, ma mère parle d'une expérience scientifique plutôt intéressante dans son journal, en lien avec les fruits du démon... Qui sait quelles découvertes nous pourrions faire."

Les filles échangèrent un regard avant d'offrir des sourires et des paroles positives. Depuis quelques jours, même si Helia n'était pas la plus sociale, les femmes avaient su gagner son estime, et elle leur offrit un sourire reconnaissant avant d'annoncer que leur prochaine destination serait la ville aux vagues démentielles. Brick ne fut pas le plus heureux de cette annonce, mais le Tontatta ne dira jamais non à la verte, surtout pour une plongée au côté d’elle.

❦ ❦ ❦

Le groupe arriva à bord du bateau de Hayase, la poupée de fer offrant le voyagement et ainsi ils passèrent inaperçu. Guidés dès leur arrivée, ils furent rapidement dirigés vers un port d'attache discret, dissimulé dans l'une des enclaves cachées de Water Seven. Là, des membres de la Révolution les attendaient pour les accueillir et les orienter vers leur prochaine destination : la base sous-marine secrète. À bord du sous-marin qui les conduirait sous la surface, l'émerveillement d'Helia fut ravivé à la vue des merveilles aquatiques qui peuplaient les eaux environnantes. Alors que le sous-marin progressait en silence, Helia observait avec fascination la danse gracieuse des méduses luminescentes, leurs tentacules éthérées ondulant dans le courant. Les coraux multicolores formaient un paysage vibrant, abritant une multitude de créatures marines aux formes et aux couleurs spectaculaires.

Parmi les récifs coralliens, des poissons aux écailles chatoyantes défilaient, leurs mouvements fluides semblant synchronisés avec les rythmes de l'océan. Des bancs de poissons aux motifs éclatants filaient à travers les eaux cristallines, créant des tourbillons chatoyants de couleurs et de mouvements. Au-dessus, des raies majestueuses planaient gracieusement, leurs silhouettes élégantes contrastant avec la profondeur bleu sombre de l'océan. Des tortues marines, anciennes gardiennes des mers, croisaient leur chemin, leur sagesse immémoriale se lisant dans leurs yeux profonds.

"C’est fou comment tu fais innocente quand tu veux, Helia et c’est un compliment, pas une insulte. Quand ça touche aux plantes inconnues, on dirait une enfant devant une table remplie de friandises," annonça simplement Brick, perché sur l’épaule d’Helia.

"Que veux-tu. Derrière mes allures de scientifique folle, il y a encore de la naïveté," répondit-elle en haussant les épaules. ''En tout cas les filles, encore merci d'être venue avec moi...''

"Bon, nous voilà arrivés," annonça le pilote en sortant par une ouverture au plafond, permettant au groupe de descendre quelques minutes plus tard.

Ils furent accueillis par un homme visiblement heureux de recevoir de l'aide pour les fouilles. Il frappa dans ses mains, invitant les nouveaux arrivants à le suivre vers un vestiaire où plusieurs scaphandres les attendaient.

"Alors, la tâche est simple : vous cherchez, vous fouillez, vous communiquez et on ramasse. Vous quatre," dit-il en désignant Helia et son groupe, "vous serez l’équipe d’exploration et de marquage. Vous autres, vous serez l’équipe de ramassage. Et vous deux, vous vous occuperez de l’outillage pour ouvrir les portes électriques." Le chef de groupe donna le feu vert pour que tout le monde s’habille en conséquence des rôles.

Helia et Brick enfilèrent leurs scaphandres, un cadeau de Red lors de leur première escapade à Water Seven. Ils attendirent que les autres soient prêts, ajoutant des communicateurs à leurs casques. Une fois équipés, ils plongèrent sous l’eau. Il ne fallut pas longtemps avant que le communicateur grésille doucement dans leurs casques, la voix de leur chef d’équipe s’exprimant à nouveau.

"Ah oui, j’oubliais. Faites attention aux pirates. On a un groupe d’humains qui font de l’ombre aux hommes-poissons, les Démons des Abysses. Ils sont très territoriaux, alors faites gaffe."

Sous la surface, le spectacle aquatique émerveilla encore une fois Helia. Dans les ruine de métal, des jardins de corail aux couleurs éclatantes avaient trouver de la place pour vivre, abritant une myriade de créatures marines. Les poissons, aux écailles irisées, se déplaçaient en bancs synchronisés, créant des mosaïques mouvantes de lumière et de couleur. Des méduses luminescentes flottaient gracieusement, leurs tentacules semblant danser dans l’eau. Des raies majestueuses planaient avec élégance, tandis que des tortues marines, symboles de sagesse et de longévité, passaient lentement, ajoutant à l'atmosphère mystique du lieu. Le décore de métal et cette vie naturel offrait un scénario des plus surréelle pour la scientifique.

"Regardez ces plantes," murmura Helia à travers le communicateur, ses yeux brillant d'excitation. "On dirait des algues bioluminescentes... Elles pourraient avoir des propriétés incroyables."

Leur progression les mena bientôt à l'entrée d'un laboratoire submergé. Des portes massives, recouvertes de coquillages et de coraux, se dressaient devant eux, gardiennes silencieuses de secrets oubliés.

"À vous de jouer, l'équipe d’outillage," déclara Helia qui pointa leur direction.

Tandis que les techniciens s’activaient pour mettre en place un sasse temporaire, et enfin ouvrir les portes, Helia ne put s'empêcher de penser aux merveilles et aux dangers qui les attendaient à l'intérieur de cette première trouvaille.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
Plongé sous-marine au tréfond de Water Seven
Comme convenu au préalable, la première personne à pénétrer dans le laboratoire une fois les portes de ce dernier ouvertes n'était autre que la poupée de fer. Prenant son rôle d'éclaireuse à cœur, la Cocoyashoise franchit le seuil de l'ouverture sur ses gardes pour s'enfoncer dans la pénombre la plus totale qui régnait dans la pièce. Une noirceur telle qui lui aurait été impossible de voir plus loin que le bout de ses bottes sans l'aide de ses yeux artificiels.

Une fois à l'intérieur, la cyborg avait commencé par ôter son scaphandre afin de pouvoir activer l'un des gadgets se situant derrière sa pupille gauche. D'une simple pression sur sa tempe, la demoiselle put voir comme en plein jour, lui permettant ainsi de scruter l'endroit en détails. Ce dernier complètement délabré par les âges ne laissa aucun doute sur les recherches qui y étaient effectuées à l'époque.

De nombreuses cuves à échelle humaine s'y trouvaient. Aujourd'hui vide de tout contenu, la simple vue de ces dernières donna la nausée à Hayase qui se rappela de celle dans laquelle elle s'était réveillée à Bulgemore. Un souvenir douloureux que la jeune femme chassa en secouant doucement la tête avant de reprendre son inspection.

- " La voie est libre, vous pouvez venir. " Déclara-t-elle après seulement une petite poignée de minutes une fois assurée qu'il n'y avait ni piège ni la moindre menace pour son équipe.

Rapidement rejointe pas les autres munis de Lampe-Dials, des coquillage luminescent dégageant une source de lumière qui les aida à éclairer le laboratoire, la jeune Yorha et ses camarades se mirent à le fouiller minutieusement. Malheureusement la récolte fut bien maigre pour ne pas dire sans réel succès. Il n'y avait plus rien d'utilisable, rien pouvant intéresser les trois demoiselles qui décidèrent finalement de quitter les lieux avec pour seule récompense la localisation d'un autre labo.

Malheureusement pour le petit groupe révolutionnaire, le second atelier scientifique ne fut pas plus fructueux. Bien au contraire, ce dernier s'avéra être une véritable ruine sans le moindre accès exploitable. Un coup dur pour l'ensemble des hommes et des femmes de l'armée de Freeman qui commençaient à perdre espoir de trouver quoi que ce soit. Ce qui n'était pas le cas de la jolie brune qui observa les environs tandis que Heliamphora, Calypso et tous ceux qui les accompagnaient tentaient une dernière fois de trouver une façon de rentrer.

- " Hé ! " S'exprima la dame de fer à travers son communicateur alors qu'une chose importante rentré dans son champ de vision. " On dirait qu'il y a un autre complexe un peu plus loin. "

Sur ces mots, l'ancienne agente du Cipher Pol battit des jambes dans la direction du bâtiment en question suivi de près du reste de l'équipe. En arrivant sur place, il s'avéra en effet qu'il s'agissait bien d'un nouveau laboratoire non référencé sur les papiers qu'ils avaient trouvé dans le premier. Sans perdre un instant, un nouveau sasse fut monté avant que les techniciens ne s'attaquent à la porte qui les séparait peut-être de ce qu'ils désiraient tant.

Seulement, alors qu'ils s'affairaient à essayer de l'ouvrir, une ombre les surplomba soudainement. Une forme si gigantesque qu'elle recouvrit jusqu'au bâtiment même. Dans un même mouvement, toutes les paires d'yeux se tournèrent vers la source de cette dernière. En réalisant de quoi il s'agissait, un petit cri s'échappa d'entre les lèvres d'un des techniciens qui prit peur en voyant ce qui leur faisait face. Une énorme créature marine tentaculaire qui avait posé son regard sur eux avec appétit.

- " Ouvrez cette porte immédiatement ! Et plus vite que ça " Se fit entendre la Cocoyashoise qui d'instinct se plaça en première ligne pour protéger ses camarades du céphalopode.

Même si elle n'avait pas de doute sur le peu de chance qu'elle avait de réussir à battre un animal pareil dans son état naturel de surcroît, la poupée de fer se refuser de laisser le poulpe géant s'en prendre à l'un des siens.

- " Quoi qu'il arrive... " Dit-elle en tournant le regard vers son amie d'enfance et la jolie fleur qu'elle avait appris à connaître et à apprécier durant leur séjour sur Skypiea. " Protégez-les puis foncez à l'intérieur dès qu'ils auront réussi à ouvrir. Je m'occupe d'attirer son attention. "

Sans leur laisser le temps de répliquer quoi que ce soit ni même la retenir, la cyborg activa les propulseurs d'air situé dans ses mollets afin de fondre sur la créature qui réagit aussitôt en essayant de l'attraper de ses tentacules. Dans un magnifique balai aquatique, Hayase se mit à tourner autour de lui, évitant chacune des étreintes qui aurait pu lui être mortelle. Son but n'était pas de l'attaquer bien que si une seule ouverture se présentait à elle, la jeune Yorha n'hésiterait pas un seul instant. Non, son objectif était juste de faire gagner du temps aux techniciens. Une danse qui ne tarderait pas à arriver au bout de ses limites avec le gaz qui s'amenuisait au fur et à mesure.

Par chance, le signal tant attendu lui fut enfin donné. La porte vers leur salut était ouverte. Une fois assurée que ses compagnons se trouvaient à l'abri à l'intérieur des locaux, Hayase s'échappa à son tour vers l'entrée du laboratoire. Brisant les flots à vive allure, la demoiselle fut poursuivie par un tentacule qui dans une dernière manœuvre essaya de l'attraper. Heureusement pour elle, la vitesse à laquelle elle fusa vers ce lieu sûr lui permit de passer la porte qui se referma derrière elle avant que l'appendice du mollusque ne parvienne à la saisir.

- " Vous en avez mis du temps... " Se plaignit la Cocoyashoise qui se retrouvait affalée par terre au milieu de débris d'une armoire qu'elle avait réduit en miettes en raison de son entrée fracassante.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25624-le-coffre-a-jouets-de-ha
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25614-hayase-yorha#267441

L'endroit était merveilleux, l'eau au début si claire, puis de plus en plus sombre à mesure que nous avancions vers les profondeurs, renfermaient tant d'espèces animales comme végétales. Cette découverte de la plongée me fit prendre conscience que je n'avais jamais envisagé de me renseigner sur les espèces végétales sous-marines du Sultanat des Pétales, si seulement je pouvais me permettre d'y retourner... Mais je devais me ressaisir, je n'étais pas ici pour une classe verte, et bien que je ne semblais pas être la seule émerveillée du groupe si j'en croyais l'expression qu'affichait Heliamphora, notre mission était importante. Et surtout, il s'agissait d'une des premières missions révolutionnaires que l'on me confiait après la catastrophe de Jaya. Suite à cela, le grade de Valet me fut rapidement accordé pour notre victoire locale sur place, mais les conséquences de Jaya avaient marqué tous les participants, il ne faisait aucun doute que des nombreux mois allaient être nécessaires à ce que tout le monde s'en remette pleinement.

Chassant ces mauvais souvenirs, je pénétrai à la suite du groupe dans l'un des laboratoires à la hâte, pendant que Hayase s'assurait de distraire la créature tentaculaire. Après une vaine tentative de saisir la cyborg, celle-ci se trouvait dans les décombres du meuble qu'elle venait de pulvériser lors de son arrivée mouvementée. Je l'aidais à se relever pendant que Heliamphora se saisissait de certaines notes ayant été soufflées au sol. D'un hochement de tête, elle nous fit comprendre que nous étions au bon endroit. Les anciens documents révolutionnaires furent petit à petit classifier par catégorie dans de grands caissons hermétiques, alors que nous continuions notre progression dans l'endroit qui était encore scellé il y a quelques minutes de cela. L'air était rance et humide, et je pouvais déjà sentir mes poumons se remplir petit à petit de poussières alors que je soulevais les documents scientifiques qui n'avaient probablement jamais rencontré les rayons du soleil. L'endroit n'était pas seulement sombre, humide et poussiéreux, il y régnait une froideur qui aurait réveillé un mort. Sûrement trop profond pour être chauffé par la lumière de la surface, nul doute que les chauffages de l'endroit avaient arrêté de fonctionner depuis un long moment.

"- Si le courant s'est arrêté, il doit bien y avoir un moyen de le rétablir..." chuchotai-je alors que j'ouvrai tout placard ou armoire qui semblait s'approcher de près ou de loin à la devanture d'un tableau électrique.

Mon acharnement finit par payer alors que je m'étais avancée suffisamment profondément pour ne plus apercevoir mes alliées, mais j'avais également fait la découverte d'une nouvelle porte scellée, bien que celle-ci ne semblait pas bloquée de l'extérieur. En activant rapidement mon détecteur de température, je décelai de la chaleur de l'autre côté de cette porte, confirmant mon intuition que cette porte nous coupait plutôt du reste du complexe sous-marin. Enfin, à côté de la porte se trouvait le fameux tableau électrique tant convoité. J'activai les leviers, appuyai sur tous les boutons dans un ordre incertain, n'ayant aucune idée de leur utilité, les écritures s'étant effacées depuis un moment. Je me gardais juste de ne pas appuyer sur le gros bouton rouge avec un symbole danger dessiné sur ce dernier, si cela avait une fonctionnalité d'ouverture d'urgence des sas, j'aurai du mal à me justifier auprès de mes supérieurs. Cependant mes manipulations fonctionnèrent, le courant revint, tout d'abord indiqué par les lumières clignotantes puis se stabilisant, les modules d'aération qui démarrèrent et rendirent l'endroit plus viable. Cependant, je dois admettre qu'il y avait une chose que je n'avais pas prévue, à savoir l'ouverture de la porte qui se trouvait à quelques mètres de moi.

Une alarme accompagnées de lumières rouges se fit remarquer, indiquant probablement qu'il ne fallait pas approcher du dispositif tandis que ce dernier était encore en mouvement, alors que les différents mécanismes de la portes coulissaient en harmonie. Enfin, un énorme disque roula sur le côté, dévoilant l'accès à la suite de la structure engloutie. Mes yeux bioniques ne m'avaient pas trompé, la nouvelle zone accessible semblait également alimentée en énergie, et la chaleur de la vaste salle devant moi s'infiltrait petit à petit dans nos couloirs encore frais.

"- Je crois que j'ai trouvé la suite du laboratoire..." déclarai-je à voix basse en retournant voire mes alliées qui avaient sans aucun doute entendu le vacarme que la porte avait produit à son ouverture.

Plongée sous-marine au tréfond de water seven

Design by Ash'

  • https://www.onepiece-requiem.net/t27039-le-portfolio-de-calypso#
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26963-calypso-blossom#278875
Heliamphora
You want to control the world, I want to punish it. I want it to suffers like nature suffers.
Après deux laboratoires infructueux et une rencontre avec une pieuvre géante qui les avait pris pour un délicieux encas, ils se réfugièrent à l’intérieur de ce laboratoire caché. Une fois rassurée que tout le monde allait bien, Helia extirpa de l’une de ses poches spéciales la carte qu’on leur avait fournie. Brick la rejoignit, observant à son tour les gribouillis colorés sur un vieux plan. Helia lui tendit l’objet et se leva pour essayer de retirer son casque.

"Excuse-moi, Haya, il semblerait que certains prennent moins bien le stress," souffla Helia en retirant son casque.
"Je ne suis pas architecte, mais il y a clairement un truc avec ce laboratoire. Il n’est pas sur la carte. À moins que ce soit un ajout de dernière minute ? Juste avant que l’eau ne reprenne ses droits ?" théorisa le Tontatta à la scientifique.
"Peut-être. Il va falloir fouiller pour le savoir," soupira Helia en activant son dial-lampe.

Elle se précipita ensuite vers des feuilles jaunies qui avaient été soufflées par l’atterrissage en catastrophe de la poupée de fer. Tout en les ramassant rapidement, elle lut les lignes, reconnaissant l’écriture familière qui lui confirma qu’elles étaient bien au bon endroit : le fameux laboratoire de sa mère. Après avoir partagé cette nouvelle avec les intéressés de la Révolution et confirmé en même temps sa capacité à lire les ponéglyphes, certains s’étaient intéressés à reprendre les travaux, d'autant plus qu'Helia avait cru comprendre qu’à une époque antérieure, bien avant son isolement volontaire, sa mère travaillait sous couverture dans un projet secret du Gouvernement.

"Bon, au moins, on a trouvé le laboratoire de ma mère. Selon les recherches, ça ressemble à l’élaboration d’une maladie à l’apparence virulente, mais qui n’entraîne presque aucune conséquence sur le corps humain… Je reconnais un mélange de champignons de Parisse, d’algues et des…" Elle termina sa pensée intérieurement, avant de reprendre à voix haute. "La poulpatose scrofuleuse ? Mais c’est quoi ce nom de maladie ? Création d’une épidémie aérienne. Très odorante, plaques purulentes, symptômes aberrants, mais sans réel danger pour le corps humain…" Continua-t-elle à voix basse. "Hmm, plutôt intéressant. Je garde ceci," dit-elle en glissant les papiers de recherches dans une poche spéciale.

Toujours penchée sur les papiers, un son des plus alarmants s’éleva dans les pénombres du laboratoire. Les lumières orange et la sirène étourdissante attirèrent immédiatement l’attention de tous. C’est à ce moment-là qu'Helia réalisa que son amie n’était plus là. Sans poser plus de questions, elle se précipita dans la direction des alarmes et percuta Calypso. L’agrippant par les épaules de la cyborg, elle l’observa sous tous les angles pour s’assurer qu’elle n’avait rien.

"Par Rugoverta… Tu m’as fait une de ces frayeurs… Beau travail, mais ne me refais plus jamais ça," marmonna Helia, s'étant beaucoup plus attachée à la demoiselle qu’elle ne voulait se l’avouer.

Il n’y avait pas seulement Calypso, mais aussi Hayase. Chez cette dernière, Helia pouvait sentir une aura de tristesse, voire d’abandon, comme si elle avait essuyé trop de conséquences pour une seule personne. Même si Helia n’était pas capable d’exprimer explicitement son appréciation à ses compagnons, elle le montrait à travers des petits gestes ou des attentions silencieuses. Tout ceci était grâce à Viyla, l’une des rares scientifiques qui avait su bien cerner la sauvageonne et qui l’avait grandement aidée pendant son passage à Bulgemore. D’ailleurs, à la pensée de la demi-mink, Helia se dit qu’il faudrait la récupérer dès qu’elle le pourrait.

Helia passa finalement la première avec Hayase. Les deux plus fortes du groupe se glissèrent silencieusement par la nouvelle entrée, qui dégageait une atmosphère bien différente de la première zone. Alors qu’elles progressaient, des lumières s’allumèrent progressivement, révélant un environnement riche en plantes de toutes sortes. Une multitude de végétaux, allant des simples fougères aux fleurs exotiques luminescentes, tapissaient les parois et les étagères. Des vignes grimpantes s’entrelaçaient autour des structures métalliques, créant une symbiose étonnante entre la nature et la technologie. L’équipement scientifique, bien que recouvert d’une fine couche de poussière, était remarquablement familier à Helia. Elle reconnut immédiatement les instruments pour l’analyse botanique, les tables de travail garnies de flacons et d’outils chirurgicaux spécialisés dans les greffes de plantes, ainsi que les systèmes d’irrigation sophistiqués conçus pour nourrir les spécimens les plus délicats. Des incubateurs alignés contre le mur abritaient des échantillons de semences précieuses, certains encore viables malgré le temps écoulé. La végétation avait repris en maître le lieu, grandissant, inconscients de l’inactivité du laboratoire.

L'atmosphère de la pièce était pure et fraîche, une surprise agréable étant donné l'accumulation de poussière sur les surfaces. Cela suggérait un système de filtration de l'air encore fonctionnel, veillant à maintenir un environnement sain pour les plantes et les chercheurs. L'air sentait légèrement la chlorophylle, un mélange apaisant de verdure et de terre humide. Les parois du laboratoire étaient un mélange intriguant de métal et de matériaux organiques. Des plaques de métal étaient recouvertes par des racines épaisses et noueuses, créant un effet visuel unique. Les structures mécaniques étaient en partie recouvertes de mousse et de lichens, adoucissant les contours rigides des machines. Signe que mère-Nature avait repris son droit Ici et là, des écrans tactiles et des interfaces éteints parsemaient l’espace. L’éclairage tamisé donnait à l’ensemble une ambiance presque mystique. Les rayons lumineux perçaient à travers les feuilles et les fleurs, projetant des ombres dansantes sur les murs. Helia s’arrêta un moment, éblouie par la beauté et la complexité du lieu. Son cœur battait la chamade, non seulement à cause de la découverte elle-même, mais aussi en pensant aux innombrables heures que sa mère avait dû passer ici, jonglant entre l’exploration scientifique et le respect profond pour la nature.

"Incroyable," murmura Helia, les yeux brillant de fascination et d’émotion. "C’est bien plus que ce à quoi je m’attendais."
‘’Euh, je crois que j’ai vu un truc bouger entre les fougères là-bas !’’ Souffle un des techniciens avec eux.
‘’Haya, tu crois qu’il y aurait assez de place sur ton bateau pour me faire un truc temporaire ? Je vois ici plusieurs plantes très rares… J’aimerais les récupérer…’’ souffle la nouvelle Valet à l’autre femme. ‘’On s’en occupe, les autres commencer à récolter des truc et à les amener au début.’’ Elle se rapproche de Calypso, pose une main sur son épaule et pendant que les techniciens s’éloignent elle lui marmonne : ‘’Je crois avoir vu dans les papiers que ma mère travaillait sur un fruit du démon. Je n’ai pas eu le temps de finir la lecture, il manquait des pages, mais garde un œil ouvert.’’ Elle se détournait finalement, rejoignait Hayase qui avait commencé à fouiller l’endroit pour s’assurer de la sécurité du lieu.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
Plongée sous-marine au tréfond de Water Seven
À la différence de la Dryarachnide qui donnait l'impression d'être une petite fille émerveillée par le parc botanique naturel qui se dressait devant leurs yeux, la Cocoyashoise ne se sentait pas à l'aide en ces lieux. Cet endroit ne lui inspirait pas confiance comme si les murs étaient encore hantés des voix du passé. Mais par-dessus tout, la poupée de fer sentait comme une présence en dehors de son groupe qui les épiés. Une forme de vie aux intentions des plus douteuses.

- " J'espère que ce n'est pas un fantôme... " Soufla d'une voix inaudible la demoiselle que seul un des techniciens se trouvant à sa hauteur à ce moment-là capta.

Amusé par ses propos, ce dernier lui jeta un regard moqueur tandis que ses lèvres s'étiraient en un sourire malicieux. Une idée folle lui parcourra l'esprit à ce moment-là. Celle de jouer une petite blague de très mauvais goût à la jolie brune afin de voir sa réaction. Il faut dire que voir une combattante aussi redoutable qu'elle être effrayée par la simple idée qu'un spectre puisse lui sauter dessus était assez ironique.

Seulement, cette pensée farfelue s'estompa rapidement quand il vit les yeux ambrés de la révolutionnaire le pénétrer jusqu'au tréfonds de son âme. Loin d'être naïve, Hayase avait très bien compris ce que ce dernier avait eu l'audace d'imaginer. Par ce simple regard intense, le technicien réalisa bien vite qu'il n'avait pas intérêt de mettre son plan à excusions au risque d'en subir de lourdes conséquences. Car bien que faisant parti du même groupe, la jeune Yorha n'aurait pas le moindre scrupule de lui botter les fesses.

Perdant son sourire face à la menace grandissante de se voir encastrer dans un mur ou tout autre sévices corporels, le révolutionnaire repris la fouille du laboratoire en bien évitant de contrarier à nouveau la cyborg. De son côté, l'ex-agente du Gouvernement Mondial s'empressa de prendre son escargophone afin de contacter quelqu'un se trouvant à l'extérieur de la base.

- " Clic Clic, tu me reçois ? " S'exprima-t-elle à travers le petit gastéropode rose bonbon qui ne réagit pas en retour. " Chromie, on a besoin que tu fasses quelque chose pour nous donc si tu me reçois réponds-moi s'il te plaît. "

Le silence le plus total fut la seule réponse que reçut la demoiselle qui regardait sa petite Peachy s'en retourner dans sa coquille. Loin de s'inquiéter de la situation, la jolie brune offrit un chaleureux sourire à son amie quand cette dernière s'approcha d'elle.

- " Impossible de joindre la surface. " Déclara la demoiselle à la femme végétale avant même qu'elle ne puisse lui poser la moindre question. " Je suppose qu'en raison de la profondeur où nous nous trouvons, il est impossible de rentrer en contact avec ceux qui sont restés à bord. "

En-tout-cas, c'était ce qu'espérait la poupée de fer qui malgré tout s'en faisait pour l'adolescente qu'elles avaient laissée en compagnes de deux autres révolutionnaires. Un homme et une femme auprès desquels on lui avait promis qu'elle ne risquait rien. Cependant, Hayase ne pouvait s'en empêcher en raison du lien qui les unissait toutes les deux. Après tout, en plus d'être une amie fidèle, la jeune fille était la dernière potentiellement encore vivante de son ancien équipage.

Mais pour l'heure, quelque chose de plus urgent avait besoin de toute son attention. Même si la chose qu'avait aperçue un peu plus tôt l'un des tech ne s'était avérée être qu'un petit batracien inoffensif, la cyborg pressentait toujours qu'ils n'étaient pas seuls dans le laboratoire.

- " Tant pis, je voulais que Chromie prépare le navire pour accueillir tes plantes, mais on fera sans. " Rapporta la jeune femme qui laissa ses yeux étoilés glisser en direction d'un coin sombre du complexe scientifique. " Tu as trouvé quelque chose d'intéressant sur ta mère sinon, Phora ? "

Suite à cette question, Hayase caressa le coude de cette jolie fleur pour lui indiquer de la suivre. Sans révéler ses réelles intentions, la poupée de fer déambula dans le laboratoire en sa compagnie tandis que les autres s'afféraient à trouver des choses pouvant s'avérer utile pour leur mission. Bien qu'elle ne la connaissait pas autant que Calypso, la jeune femme avait appris à l'apprécier. À dire vrai, cette sauvageonne l'intriguait grandement et c'était pour cette raison qu'elle avait accepté de la suivre dans sa quête.

- " En-tout-cas, cet endroit est franchement impressionnant. Je me demande bien quel genre de recherche pouvait mener ta mère ici. " Se demanda sincèrement la demoiselle qui s'arrêta brusquement qu'à quelques pas de la zone d'ombre qui a premier vu ne semblait dissimuler qu'une énorme étagère métallique contenant diverses babioles à usage scientifique. " Attends... " Laissa-t-elle échapper avant que son amie ne se retourne pour lui faire face. " Tu as quelque chose dans les cheveux, ne bouges pas. "

D'un geste se voulant tendre, la cyborg porta une main à la chevelure rousse d'Heli qui ne broncha pas. Seulement, alors que ses doigts mécaniques s'apprêtaient à rentrer à leur contact, le regard de la jolie brune qui n'avait pas quitté un seul instant le meuble qui se trouvait dans le dos de la femme plante capta enfin ce qu'elle cherchait.

Dans un petit cliquetis, sa main tendue se détacha de son poignet avant de filer à vive allure en direction de ce qu'elle avait vu. Rapidement, sa poigne se referma sur une chose faite de chair et d'os qui ne put retenir un petit hoquet de surprise en sentant l'étreinte à son bras. D'un coup sec, Hayase rétracta le câble qui la relié à sa main artificielle qui extirpa de sa cachette un intrus qui s'écrasa lourdement au sol en laissant son fusil lui échapper des mains.

- " Tiens, tiens, tiens... " Souffla avec mépris la Cocoyashoise qui s'approcha de lui avant de s'accroupir devant lui. " Qu'avons-nous là ? "
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25624-le-coffre-a-jouets-de-ha
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25614-hayase-yorha#267441

L'endroit était impressionnant, verdoyant et rayonnant de végétation, pour autant il me laissait transparaître une sensation fausse, comme si l'endroit cachait des secrets plus importants encore que son existence même. Mon amie m'indiqua la potentielle présence d'un fruit du démon dissimulé dans le complexe, et je lui promis de redoubler d'efforts dans mes recherches. Au moment où je comptais activer ma vision thermique, Hayase débusqua un pirate caché dans des sortes de casiers, qui se fit rapidement assommer et mettre hors d'état de nuire. Ainsi l'endroit était infesté de ces vermines avares sans foi ni loi. Suite à l'affrontement de Jaya, notre équipe avait été sommée d'éviter de démembrer, décapiter ou d'infliger tout autre sévice irréparable à nos adversaires, dans le cas où la situation le permettait. Nous combattions le gouvernement mondial, et ses méthodes de faire par la même occasion. La négociation, puis la bagarre ! Suite à l'élimination du premier infiltré, une demi douzaine surgit d'endroits auxquels nous n'aurions jamais pu penser, sous un canapé poussiéreux, depuis des fougères sauvages et j'en passe. Il semble que le déverrouillage de la porte les avait pris par surprise et qu'une partie de l'escadron était restée sur place, sûrement pour prévenir les autres une fois la situation calmée.

"- On peut discuter si vous voulez !" tentai-je innocemment, alors qu'un camarade me plaqua au sol pour me faire éviter une balle. "Bon et bien la bagarre dans ce cas !"

Alors que les balles et les carreaux d'arbalètes fusaient désormais des quatre coins de la salle, un des pirates commençait à prendre la fuite, probablement pour aller chercher des renforts. Je m'étalais au sol pour esquiver au mieux les projectiles balayant l'air, couvert par un fauteuil derrière lequel je m'étais abrité, et je déployai une lame de ma prothèse du bras droit. Je m'appliquai quelques secondes pour viser et prévoir la trajectoire de la cible. Il ne fallait pas la tuer et la blesser au minimum, transpercer sa peau était donc à éviter... La lame partit, perçant le pantalon large de l'individu qui finit sa course contre une armoire, la lame de métal le bloquant contre cette dernière. Je m'approchai alors pour récupérer l'homme, constatant alors que ma lame avait totalement transpercé sa cuisse, le clouant littéralement contre la structure en bois.

"- Oui bon pour le coup vous aviez qu'à courir en ligne droite..." lui reprochai-je en balayant de la main l'arme qu'il tenta vainement de pointer en ma direction. "C'est pas contre vous mais je dois récupérer ma lame, alors tenez, mordez là dedans, faites pas trop de bruit, on veut pas déranger tout le monde." chuchotai à l'oreille de l'homme en pleurs, alors que je lui enfonçais dans la bouche un morceau de son pantalon déchiré pour étouffer ses cris. Puis d'un geste sec, prenant appui sur le reste de la jambe de l'homme, j'ôtai la lame, la clipsant à nouveau dans mon bras puis la rengainant, sous les hurlements étouffés du pirate.

Après avoir ligoté l'homme suffisamment fort suite à sa soudaine perte de connaissance, je le traînai derrière moi et l'ajoutai au tas de corps, certains inconscients, d'autres dont le bilan vital ne faisait plus grand doute.

"J'ai arrêté celui-là, je ne crois pas que d'autres aient réussi à prendre la fuite. Par contre il est probable qu'avec tout ce boucan, on soit quand même repérés. On fait quoi maintenant qu'il y a des pirates, on continue ?" demandai-je.

Plongée sous-marine au tréfond de water seven

Design by Ash'

  • https://www.onepiece-requiem.net/t27039-le-portfolio-de-calypso#
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26963-calypso-blossom#278875