Le Deal du moment : -32%
-32% Gigabyte G5 MF – PC portable 15,6″ ...
Voir le deal
749.99 €

Chapitre : L'éveil d'un nouveau commencement [Feat Jane] RP au Présent

Chapitre :  L'éveil d'un nouveau commencement

Suite à l’événement du bal costumé, le clown était revenu sur sa terre natale afin de pouvoir être au côté de sa sœur malade. Il était seul au sein de cette chambre d’hôpital manquant du moindre signe d'humanité. Le farceur caressait délicatement le visage marqué de sa douce lumière du matin en pleurant à chaude larme. Enfin seul avec la personne la plus cher à ses yeux, le joker se confia sur les doutes traversant son cœur, sur les peurs entravant sa conviction envers la justice, mais surtout, sur le fait qu'il avait désormais du sang sur les mains à cause de son premier meurtre.

Bien évidement, il était plus simple de confesser ses émotions à une personne dans le coma, car elle n'aura pas la possibilité de vous juger ou de vous répondre, mais cela permettait au clown de s’alléger très légèrement d'un fardeau immense sur ses épaules. En passant sa main sur son front, le farceur chanta la préférer comptine de sa frangine, espérant qu'un beau jour, une renaissance de son combat contre la maladie arrive, dans l'unique espoir de revoir son sourire si étincelant de bonheur.

A la toute fin de sa sérénade solennel, il déposa un doux baisé sur la joue de sa sœur et quitta la pièce en larme, le visage songeur et le cœur empli d'une colère noire. Il était à peine midi en ce jour ensoleillé et le farceur se dirigeait d'un pas décidé en direction du parc en traversant des ruelles pas vraiment très accueillantes, voire même dangereuses lorsque le crépuscule montrait le bout de son nez. Logue Town avait beau être une ville connue auprès de tous, cela n’empêchait point le côté sombre de l'homme de commettre des crimes en ces lieux.

En parlant du loup, le clown tomba sur une scène répugnante : d'immondes individus étaient en train de rouer de coup une prostituée. Un groupe de cinq abrutis voulant soulager leurs pulsions obscures envers une pauvre femme sans défense. La pauvre dame avait le corps couvert de blessures, mais le pire était de la voir se faire arracher les vêtements par les infâmes malfrats. Ils rigolaient tous face à leur jeu démoniaque, mais ils eurent la malchance de tomber sur un joker au bord de l'implosion. Ainsi donc, le pitre marcha vers eux animé d'une colère tempétueuse et d'une rage bestiale venant lentement prendre possession de son corps. Usant du Soru pour faire office de barrages aux crapules, le joker saisira rapidement le bras d'un des cafards et muni d’aucune compassion, il vint briser le membre de ce dernier avec un puissant coup de poing pile sous l'avant-bras, fracturant de manière précise et simple le radius et le cubitus.

Joey : «Il est temps pour vous tous de partir...» Il tenait fermement l'homme hurlant de douleur, le toisant d'un regard noir. «Voilà ta punition... Maintenant prends ton groupe de potes et dégagez de ma vue !!!! Avant que je viens à tous vous tuer!!!» Il balança l’infâme personne sur l'un de ses alliés et était bien déterminé à accomplir ses paroles inquisitrices si le groupe ne venait pas à déguerpir rapidement des lieux.

Crapule : «C’est bon, on a compris... On se casse...» Le plus intelligent du groupe ramassa son ami blessé et fera signe aux autres de foutre le camp immédiatement. Une fois que les sauvages n'étaient plus sur les lieux, le farceur aura du mal à revenir à lui, son cœur battait à une allure anormal et son esprit de combattant le supplier de continuer son combat, mais le bras charnel de la femme vint saisir la jambe du joker, détruisant par ce simple geste les songes destructeur de Joey.

Femme bléssée : «Merci Monsieur... Merci...» Elle tomba en larme devant son héro.

Joey : «Ne vous inquiétez plus... Je suis là maintenant.» Il vint la recouvrir de sa veste rouge vif pour cacher son corps charnel tuméfié à la foule et ira immédiatement l’amener à l’hôpital de la ville, tout en la rassurant du mieux qu'il pouvait sur le chemin. «Ne vous en faîtes pas, je suis là maintenant, ces salauds ne vous feront plus rien, c'est une promesse du clown de jade.» Passant la porte du bâtiment hospitalier, le clown demanda immédiatement à l’accueil de prendre en urgence cette femme, chose qui sera prise en compte à cause de l'état préoccupant de cette dernière. Avant de la voir partir sur un lit, le farceur s'exclama une nouvelle fois à cette inconnue. «Je viens ce soir vous apporter des fleurs, alors reposez-vous bien.» Il n'avait même pas le temps de souffler un bon coup, qu'une infirmière vint l'informer de la présence d'une inconnue dans la chambre de Rose. «Quoi ? Vous savez qui c'est ?» La pauvre aide soignante ne savait pas quoi lui répondre, alors le clown se rua à tout berzingue vers la chambre de Rose. Il était complètement paniqué et ouvrant la porte avec fracas, il vit une drôle de dame habillée d'une blouse blanche face au lit de sa frangine. Ce pauvre idiot n'essaya même pas de comprendre la situation et marcha d'un pas vif vers l'officier de santé et posa son index sur le nez de la brunette en lui disant très clairement. «Si vous êtes ici pour regarder le corps malade de ma sœur, vous pouvez dégager ! Rose n'est pas un monstre de foire !»
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27725-fiche-technique-du-clown
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27637-le-clown-larmoyant-joey-wilson-100-terminee#285304
L'éveil d'un nouveau commencement
Un simple contact sur le bout du nez suffit à faire sortir la doctoresse de sa réflexion. Si concentrée sur la patiente qui tenait le lit face à elle, le docteur Vantis ne vit pas cet importun rentrer dans la chambre avant que ce dernier ne la touche. Surprise au premier abord, la jeune femme le regarda sans relever ces propos emplis de colère dont elle fut la victime. Des paroles dont Jany n'en comprit pas du tout de sens.

De quel monstre cet homme pouvait-il parler ? La seule monstruosité qui se dessinait devant ses yeux, ce fut la terrible maladie qui avait élu domicile dans le corps de cette pauvre malheureuse dont le corps affligé de séquelles témoignait de l'horreur que cette dénommait Rose avait vécu. Un mal pour lequel la demoiselle fut appelée ici afin de le traiter. Ce qu'elle s'apprêta à lui expliquer avant qu'elle ne fût devancée par une voix masculine qui pénétra à son tour dans la chambre.

- " Oh, bonjour monsieur Wilson. " S'exprima avec calme et professionnalisme un homme d'une grande élégance vêtu lui aussi d'une blouse blanche où était visible un badge gravé du nom de docteur Micky Buzz. " Je vois que vous avez fait la connaissance du docteur Vantis Jane. " Rajouta-t-il avant que le Clown ne puisse émettre une objection au fait qu'une intruse se trouvait dans la chambre de sa sœur bien-aimée. " Nous allons pouvoir gagner du temps dans ce cas-là. "

Tandis que ce dernier lui expliquait la raison de sa présence en ces lieux, la Las Campienne s'empara du dossier de la malade avant de s'écarter des deux hommes. Près du lit de cette dernière, la jeune femme le feuilleta tranquillement, ne laissant aucune information même des plus anodines lui échapper. En le consultant, celle-ci put constater le nombre d'examens effectué parfois sans rapport avec les symptômes caractéristique dont la patiente souffrait.

Un point qui fit comprendre sans mal que tous les médecins qui avaient eu ce cas en charge ne savaient décidément pas où ils allaient. Et ces derniers furent nombreux au vu des différents noms qui apparaissaient dans le dossier.

Des faits qui rendaient ce cas médical des plus intéressants pour la marine de la brigade scientifique qui n'en voyait pas moins un être humain qui avait besoin de son aide. Rien que pour cela, elle ne regrettait pas que son confrère l'ait fait venir dans son hôpital alors qu'on ne devait sa visite sur Logue Town que pour une invitation à donner une conférence auprès d'étudiants en médecine.

- " J'ai eu la chance de faire mes études avec le Docteur Vantis. " Déclara Buzz en regardant du coin de l'œil sa consœur qui il le savait été déjà en train de réfléchir à un diagnostique pour sauver la jeune Rose. " Croyez-moi, votre sœur ne peut pas être entre de meilleures mains que les siennes. " Le rassura-t-il d'un franc sourire chaleureux et plein de conviction. " Elle est la plus douée que je connaisse et sûrement la seule à pouvoir la sau... "

- " J'aurai besoin d'avoir un accès total à votre laboratoire ainsi que d'une équipe pour m'assister. " Lui coupa la parole la jolie brune qui s'était glissée auprès d'eux sans un bruit. " Les meilleurs que tu auras j'entends par-là. "

- " Euh... " Sembla hésiter un instant le chef de service en plongeant son regard dans les yeux ambrés de la jeune femme qui lui faisait face. " Bien sûr, tu... "

- " Et je veux les derniers échantillons de sang et de peau que vous avez pu prélever sur elle. " Le coupa-t-elle de nouveau d'une voix monocorde sans prendre la peine de faire attention au frère de la patiente qui la regardait. " Ainsi que de nouveaux prélèvement que vous allez lui faire dans l'instant. "

Sur ces mots, les hauts talons de ses chaussures claquèrent le sol au moment où elle se dirigeait vers la sortie avec le dossier de Rose sous le bras. Quand finalement, arrivée sur le pas de la porte Jane s'arrêta avant de reporter son attention sur celui qui avait osé lui tripoter le bout du nez.

- " Veuillez me suivre monsieur Wilson. " Souffla la doctoresse sans rancœurs envers ce dernier. " Vous aurez aussi un rôle à jouer dans la guérison de votre sœur. "


Dernière édition par Jane Vantis le Jeu 13 Juin 2024 - 21:25, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27916-dossier-medical-de-jane-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27802-cursus-medical-du-docteur-vantis#286044
Bien trop obnubilé par le simple fait de voir cette femme partir de la chambre, un médecin bien connu du clown arriva soudainement au cœur de la pièce dans l'unique but de raisonner le clown. Sur le moment, cela marchait moyennement, car le regard verdoyant du clown était aussi perçant que celui d'une lame affûtée. Cependant, Buzz arriva à rassurer le farceur en lui témoignant les compétences incroyables de la dame, surtout que Joey voyait aussi bien que la brunette était définitivement concentrée sur le cas de sa sœur. Elle épluchait tous les dossiers avec une certaine minutie, à un tel point que le joker sera époustouflé par la suite des événements, car la femme avait bien l'intention de reprendre les choses en main. En un rien de temps, elle ordonna à son confrère tous les équipements dont elle avait besoin, mais essentiellement de la crème du personnel de l’hôpital. Souvent habitué à voir les médecins renoncer rapidement sur le cas de sa frangine, Joey était heureux de voir que cette dame avait bien l'intention de vaincre cette fichue maladie à jamais. Une fois devant le palier de la chambre, elle somma au clown de la suivre, car elle avait une mission importante à lui confier. Ravie de voir un tel entrain chez cette belle dame, Joey ne se fera pas prier et suivra la dénommée Vantis dans les couloirs de l’hôpital, curieux de ce qu'il allait pouvoir accomplir au sujet de sa sœur  :


Joey : «Docteur... Je tenais à m’excuser pour tout à l'heure... Je suis un peu à cran en ce moment, voir ma sœur dans cet état me rend dingue...» Il se gratta la tête d'un air gêné. «Dites moi ce que je peux faire pour vous ? Afin de me faire pardonner, j'accepterai tout ce que vous direz à partir de maintenant !» Le farceur ne mentait nullement à ce sujet.


  • https://www.onepiece-requiem.net/t27725-fiche-technique-du-clown
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27637-le-clown-larmoyant-joey-wilson-100-terminee#285304
L'éveil d'un nouveau commencement
Les raisons d'un tel emportement étaient nombreuses et fréquentes venant de proches s'inquiétant pour le bien-être d'une patiente. Les excuses par les suites parfois maladroites s'avéraient constantes également. Une situation que la doctoresse avait l'habitude de vivre régulièrement. Jany n'en voulait pas le moins du monde à cet homme de s'être laissé aller ainsi à sa colère. Ce dernier comme beaucoup avait peur de voir sa petite sœur ne pas s'en remettre. Il craignait de la perdre et la jeune femme compatissait à cette vive douleur que le clown ressentait.

- " Vous n'avez pas besoin de vous justifier monsieur Wilson. " S'exprima-t-elle d'une voix calme et posée après avoir chassé les excuses d'un revers de la main. " Le plus important est de s'occuper de votre sœur. Et pour ce faire votre collaboration la plus totale sera en effet primordiale. "

Les heures de la journée défilèrent à vive allure à la suite de ses événements, apportant les premiers rayons de lune avec elle. Installée dans le laboratoire de l'hôpital, la médecin en chef s'adonnait à plusieurs essais cliniques sur les échantillons que ses assistants lui avaient apportés. Avec leur aide, de nombreuses pistes purent être écartés, ne laissant finalement aucun doute sur le mal qui touchait la jeune Rose. Une maladie que la Las Campienne avait diagnostiquée presque immédiatement après avoir relevée les informations contenues dans son dossier. Une déduction qu'elle aurait souhaitée fausse pour une fois dans sa carrière.

- " Docteur ? " L'interpela l'une des assistantes qui déposait un bon café chaud à côté de la jolie brune dont les traits tirés de son visage témoignaient de la fatigue qui s'était emparé d'elle. " Vous devriez faire une pause "

- " Ça va aller... " Souffla péniblement la doctoresse qui la remercia de sa bienveillance ainsi que pour le café qu'elle s'empressa de porte à ses lèvres pulpeuses pour en boire une gorgée. " Nous avons encore fort à faire si on veut guérir la patiente. " Déclara-t-elle en observant par dessus sa tasse le frère de cette dernière qui s'était posé dans un coin et qui somnolait sur sa chaise à force d'attendre sans rien faire.

Le clown n'avait pas bronché depuis qu'il avait accepté de la suivre. Patientant depuis bientôt presque six heures, le polisson bien que remuant, n'était pas venu une seule fois les importuner dans leur travail. À aucun moment, il n'avait cherché à savoir où Jane et son équipe en était. Pas une seule fois cet homme ne leur avait fait le moindre reproche sur le fait qu'on l'avait laissé de côté pour le moment. Un comportement exemplaire d'une personne semblant avoir une entière confiance dans le corps médical. Une attitude peu commune quand on savait le manque de sang-froid que pouvait avoir les gens dans un tel contexte.

- " Préparez le matériel pour une ponction s'il vous plaît. " Ordonna la praticienne à sa consœur qui lui avait servi sa boisson chaude qu'elle continua de siroter tranquillement.

Sur ces mots, Jany se releva deux mugs en mains avant de diriger vers Joey qui se redressa sur sa chaise à son approche. Pas un mot ne se glissa hors de ses lèvres au moment où elle s'installa à côté de lui. Ses jambes nues croisées l'une sur l'autre, elle lui offrit un café.

- " Je sais ce qu'à votre sœur. " Lâcha-t-elle brusquement sans prendre la peine d'y mettre les formes en raison de la fatigue qui l'accablait. " Un Granulomatose de Waganar. Tous les symptômes dont elle est atteinte ne souffrent aucune incertitude sur cette pathologie. " Déclara la demoiselle avant de boire une nouvelle gorgée du breuvage en continuant de regard droit devant elle. " Malheureusement, c'est une maladie extrêmement rare dont peu de cas on était répertorié ces dernières années. D'où le fait que mes prédécesseurs sont passés à côté. "

Après un bref moment de flottement pour lui laisser le temps de digérer l'information, la doctoresse porta finalement ses yeux ambrés sur le clown. Ce qu'elle comptait lui dire par la suite risquait de ne pas être très agréable à entendre pour ce frère inquiet de l'état de sa sœur. Jane en avait tout à fait conscience et devait choisir ses mots avec précaution.

- " Il existe malgré tout un traitement à cette maladie. Seulement l'état de votre sœur est très préoccupant. " Souffla-t-elle avec compassion alors qu'elle plantait son regard dans le sien. " Il faut que vous sachiez qu'il est peut-être déjà trop tard pour réussir à la sauver. Et même si nous y parvenons, Rose ne sera plus jamais la même. Les séquelles dont elle souffre déjà sont trop importantes pour qu'on puisse y faire quelque chose. " Soupira Jany dont le cœur lourd se serrait en annonçant une si mauvaise nouvelle. " À cause des tissus nécrosant trop étendu sur son bras droit ainsi que sa jambe gauche, il faudra malheureusement les amputer. "

Suite à cette annonce malencontreuse, la doctoresse fit signe à l'un de ses assistants d'approcher. Parlant bien distinctement afin que le clown puisse comprendre ce qu'on attendait de lui, la Las Campienne prescrit de faire une ponction de molle osseuse à ce frère prêt à tout pour sa benjamine. Une cellule-souche d'une grande importance qui serait la clé de sa guérison en plus de la corticoïde et du cyclophosphamide.

- " Quand que vous aurez terminé, occupez-vous de lui administrer le traitement. " Stipula la demoiselle à l'encontre de son assistant avant de reporter son attention une dernière fois sur monsieur Wilson avant qu'il ne parte se faire ponctionner. " Une fois qu'elle l'aura reçu, les prochaines vingt-quatre heures seront cruciale. Profitez-en pour rester près d'elle. "


Dernière édition par Jane Vantis le Jeu 13 Juin 2024 - 21:25, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27916-dossier-medical-de-jane-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27802-cursus-medical-du-docteur-vantis#286044
Le clown de jade était stupéfait par la réaction calme de la doctoresse. Elle n'était nullement impactée par la bêtise du clown, dame Vantis préférait simplement soigner sa sœur et rien de plus. D'un simple claquement de doigt, elle gagna le respect du farceur par sa manière de faire et par le biais de cet échange, Joey allait tout miser sur cette mystérieuse femme pour la guérison de sa lumière du matin. Rentrant dans une salle où des équipements de recherche étaient installés, avec des scientifiques travaillant en collaboration avec la brunette, le joker s’essaya juste sur une chaise les bras croisés. Il usa d'une carte rare en sa possession, celle d'un calme légendaire. Seules ses pupilles émeraude vagabondaient furtivement sur chaque fait et geste du personnel soignant. Sa bouche quant à elle était scellée, car il ne voulait nullement compromettre leur concentration, la vie de sa sœur était entre leurs mains après tout. Seulement, après que les heures défilèrent lentement pour le farceur, ses pupilles verdoyantes perdirent en énergie et commencèrent à se coucher comme le soleil en fin de journée. Il finit par s'assoupir sur sa chaise, la tête inclinée vers le sol, emportait avec une certaine délicatesse dans les bras de la déesse Morphée.


Au milieu des songes, le clown se retrouva dans une pièce très chaleureuse où trois sièges en cuir noir prônaient en son centre. Deux individus le ressemblant comme deux gouttes d'eau lui faisaient face, l'un était d'un blanc immaculé, tandis que l'autre était la noirceur incarnée. Finissant par s’asseoir sur le siège lui étant destiné, Joey fixa les deux sosies avec un sourire nerveux et leur demanda poliment la raison de cette réunion. L'être de lumière prendra en premier la parole, expliquant clairement au farceur que tout allait bien se passer pour sa sœur et qu'il devait faire preuve de patience. Cependant, l'ombre de son côté, bien plus terre à terre que son confrère naïf, exprima son point de vue, disant très clairement que Rose allait certainement mourir malgré tous les efforts de la scientifique. Furieux des paroles immondes de l'ombre, le clown lumineux menaça son frère de le faire taire à jamais s'il continuait à proférer de tels propos, chose que le joker de l'ombre se moqua éperdument, provoquant son alter ego de passer à l'acte.


Une bataille légendaire aurait pu voir le jour dans l'esprit loufoque du pitre, mais l’intervention soudaine de la doctoresse vint sortir le clown de son sommeil. L'odeur du café avait sûrement éveillé son esprit vif. Il se leva brusquement, acceptant avec un simple rictus le présent de la dame. Une fois la belle brune installée à côté de lui, il écouta avec une grande attention chacune de ses paroles. Il sera grandement surpris en entendant le nom de la fameuse maladie touchant sa sœur, il resta durant un court instant perdu dans ses pensées, avant de continuer sur sa lancée, la scientifique prenait des gants dans chacune de ses paroles, afin de ne pas infliger plus de tourments au cœur sensible de Joey. Hélas, elle devait lui révéler la dure réalité de la vie, annonçant clairement que l'état de sa sœur était critique et qu'elle devrait très certainement amputer certains membres trop abîmés par la maladie. Ces paroles étaient comme une torture aux oreilles du farceur, il cramponna avec force sa chevelure verdoyante et posa un genou au sol en pleurant sur le sombre verdict. Sa tasse de café éclata à même le sol.


Joey : «Si elle est dans cet état désormais, c'est ma faute... J'aurais dû trouver une femme avec votre sagesse plutôt... J'ai tout simplement échoué...» Lors de cet instant de faiblesse, le joker écouta les nouveaux préparatifs à suivre et donnés par la brunette. Et au lieu de croupir dans les entrailles du désespoir, il était bien décidé à faire son devoir de frère à offrir la moindre cellule ou sang de son corps pour redonner la vie à Rose. Il suivra donc l’assistant chargé de lui faire la ponction, mais avant de sortir de la pièce, le joker annonça tout de même à la brunette des paroles sincères «Docteur Vantis, si jamais ma sœur vient à revenir à elle, vous aurez ma reconnaissance éternelle.» Il partira aussitôt dans une salle dédiés à son opération, avant de revenir rapidement au chevet de sa sœur, espérant que le remède allait vaincre la maladie. Les prochaines heures allaient être décisives.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27725-fiche-technique-du-clown
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27637-le-clown-larmoyant-joey-wilson-100-terminee#285304
L'éveil d'un nouveau commencement
La nuit fut horriblement longue pour la doctoresse qui passa une fois de plus une nuit blanche à travailler plutôt que de se reposer convenablement. Une insomnie durant laquelle Jany chercha par tous les moyens de sauver les membres malades de sa patiente afin de lui éviter le traumatisme de les perdre. Malheureusement, malgré toutes les nombreuses heures d'investigation et après avoir épuisé tous les échantillons en sa possession, la toubib n'avait pas l'ombre d'une piste.

Le talent ne suffisait pas toujours dans ce genre de situation et c'est face à la limite de la compétence humaine que Jany du se frotter à ce moment-là. Une dure réalité que la jeune femme ne pouvait accepter. Cependant, celle-ci devait se rendre à l'évidence. Éviter l'amputation n'était pas envisageable. Et même si par chance le traitement s'avérait efficace, Rose était en voie pour devenir infirme.

- " Au moins, elle, elle aura la chance de pouvoir continuer de vivre. " Souffla la patricienne d'une voix voilée de regret et de tristesse alors qu'elle portait à ses lèvres la fiole de parfum qui pendait à son cou en repensant à sa défunte petite sœur..

Sans s'en rendre compte, ses pensées qui la ramenèrent plus d'une décennie en arrière à l'époque où sa sœur Irumyuui était encore de ce monde lui arrachèrent les larmes aux yeux. Les yeux humides, la Las Campienne se laissa aller à son chagrin qui la tenaillé depuis si longtemps. Ce sentiment d'impuissance que ressentait le clown ne lui était pas inconnu ni même cette culpabilité écrasante. Et si elle pouvait tout faire pour lui éviter de ressentir une perte si douloureuse, Jany ferai tout en son pouvoir pour y parvenir.

- " Je vois que rien n'a changé " La fit soudainement sursauter la voix masculine d'un homme qui n'était autre que son confrère qui avait fait appel à elle. " Toujours autant appliqué dans la vie de tes patients que tu t'en oublies complètement. À force, c'est toi qui vas tomber gravement malade à force d'autant jouer avec ta santé. " Soupira le docteur Micky appuyé contre l'encadrement de la porte tandis que d'un revers de la main la demoiselle séchait ses larmes . "Tu as mangé au moins rassure-moi ? "

- " Et toi à ce que je vois, tu portes toujours des cravates aussi atroces. " Répliqua la Marine en le taquinant sur son look afin d'éviter le sujet sur sa propre personne.

L'accueillant avec le sourire, le confrère de Jane parti dans un fou rire que suivit de près la jeune femme qui commença à se sentir légèrement mieux. Suite à ce petit moment de gaieté, les deux médecins échangèrent sur le cas de la petite Wilson et sur ses chances de rémission. En l'entendant lui parler de son incapacité de sauver sa jambe ainsi que son bras, Buzz compatissant à cette nouvelle avec elle chercha à la rassurer. Lui expliquant que malheureusement malgré ces qualifications hors du commun, la doctoresse n'était pas une déesse toute-puissante.

- " Écoute Jany. Tu ne pourras pas toujours déclencher des miracles. La vie est ainsi faite et on y peut rien. " Déclara ce dernier sans le moindre tact afin de bien lui faire intégrer l'information. " Grâce à toi, cette patiente a une chance de s'en sortir alors que tout le monde moi compris on l'avait déjà condamné. Oui... " Continua-t-il avant que sa consœur ne tente de dire quoi que ce soit. " C'est malheureux qu'elle doive perdre quelques membres. Mais tant que Rose continu de vivre, n'est-ce pas le plus important ? "

Bien évidemment que ses paroles sonnaient juste. La Las Campienne le savait pertinemment, mais cela ne l'empêchait pas de s'en vouloir. Une déesse en effet elle ne l'était pas du tout et elle ne l'aurait jamais été. Néanmoins, elle aurait bien aimé pouvoir soigner tous les maux. Même les cas les plus impossibles.

Soudainement, alors que leur conversation dévia sur leurs années d'études, la chaise de Jany grinça sur le parquet au moment où elle la repoussa pour se lever.

- " Désolée de t'abandonner comme ça, mais j'ai une dernière chose à faire. " S'exclama-t-elle alors qu'elle s'éloignait vers la sortie devant son ancien camarade de promotion qui ne la quittait pas du regard. " On se dit à plus tard. "

Sur ces mots, la demoiselle s'éclipsa dans les couloirs de l'hôpital avant de rentrer plusieurs minutes plus tard dans la chambre de sa patiente profondément endormie avec pour seule compagnie, son frère aîné qui la veillait comme lui avait conseillé Jane. En entrant dans la pièce, seule le bruit du claquement de ses talons sur le sol et le bip du moniteur de signes vitaux. Dans cette lourde ambiance, Jane s'installa sur une chaise à l'opposé de celle de Joey qui ne quitta pas Rose des yeux.

- " Votre sœur est une battante. " S'exprima chaleureusement la doctoresse qui posa ses yeux ambrés sur elle après avoir vérifié ses constances sur l'appareil auquel Rose était branchée. " Peu de personnes auraient eu la force de tenir jusque-là. " Tenta-t-elle de le rassurer sur le sort de sa petite sœur adorée sans une once de mensonge dans la voix " Alors ôtez-vous de la tête que ce qui lui arrive est de votre faute. Vous avez fait tout ce qui est en votre pouvoir. Rien que le fait que vous soyez là lui permet de ressentir votre présence. Ce qui est déjà beaucoup. De plus... " Soupira la jeune femme qui posa finalement son regard en amande sur lui. " Je n'ai rien d'une sage. J'ai juste eu la chance de tomber sur un cas similaire au début de ma carrière. Donc ne vous blâmez pas. Profitez juste de cette chance que la vie vous offre à vous et votre sœur. "


Dernière édition par Jane Vantis le Jeu 13 Juin 2024 - 21:25, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27916-dossier-medical-de-jane-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27802-cursus-medical-du-docteur-vantis#286044
Le clown de jade se portait aux côtés de sa sœur à son chevet. Sa main droite venait caresser son visage ravagé par la maladie avec une grande délicatesse et ses pupilles émeraude versaient des perles de chagrins en intensité. Chantant sur un ton mélodieux une douce comptine de son enfance, néanmoins, la belle brunette interrompra le joker lors de sa visite au sein même de la chambre. Une fois assise devant lui, elle ne le quitta point du regard, déclarant des propos réconfortants et chaleureux qui vinrent redonner courage au clown en détresse. Il savait que sa sœur était une battante, une douce guerrière de lumière ne voulant point céder face à la mort. Sa maladie avait anéanti une courte période de sa vie, comme des morceaux de son corps désormais prêts à lui être retirés. Par ce simple fait, le farceur avait du mal à concevoir dans cette forme de rémission quelque chose de positif à en tirer, car sa sœur allait tout de même être handicapée jusqu’à la fin de ses jours. Une partie sombre du clown se sentait donc responsable de la situation physique de Rose.

Cependant, afin de tuer le silence pesant dans la pièce, le farceur voulait partager les moments de sa tendre jeunesse avec sa sœur à la ravissante dame. En premier, il expliqua fièrement qu’il jouait toujours le rôle du majordome lorsque Rose préparer la cérémonie du thé en compagnie de ses fidèles peluche autour d’une table. Elle était désignée comme la princesse du soleil. Parfois, tandis que la nuit atteignait son plus haut sommet, Joey lisait certaines comptines de manière à guider sa sœur vers un repos bien mérité, et quand les immondes cauchemars venaient la hanter, il l’a laissé donc prendre une partie de son lit, afin de la rassurer au mieux. Le clown était à ses yeux son ange gardien, toujours présent pour la défendre selon les circonstances, même quand certains gamins venaient l’embêter à cause de sa beauté, le farceur était prêt à casser des dents. Personne n’avait le droit de la faire pleurer dans son périmètre de sécurité. Finissant sur cette histoire amusante, le clown rigola un bon coup en souriant à la belle brunette et proféra comme propos cordiaux :

Joey : «J’ai eu de la chance de faire votre rencontre finalement. J’aurais préféré vous voir sous d’autres conditions, mais je pense que la résurrection de ma sœur fera l’affaire au fin...» Sa voix se stoppa net quand il sentit la main de sa sœur attraper vivement la sienne. Son faciès était figé, voir profondément surpris par le réveil soudain de Rose. On pouvait voir ses pupilles bleutés s’ouvrir lentement, fixant son frère de cœur avec un léger sourire, avant de prendre la parole avec une certaine difficulté.

Rose : «Je suis… de retour… Jojo… Pourquoi… Je n’ai… plus mal ?» Sa voix était faiblarde, mais sa conviction de fer guida son regard sur la deuxième personne dans la pièce. «Vous… êtes qui ? La petite amie… de mon frère ?» Totalement gêné par la bourde de sa sœur, le clown prendra la parole pour éviter que d’autres bêtises ne sortent de sa bouche.

Joey : «Rose ! Mais non ! Cette femme est ton docteur, ne dis pas ce genre de bêtise devant elle… » Il soupira légèrement. «Je vais laisser Dame Vantis t’expliquer la suite, d’accord ?» Le clown fera un signe au docteur de faire les présentations.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27725-fiche-technique-du-clown
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27637-le-clown-larmoyant-joey-wilson-100-terminee#285304
L'éveil d'un nouveau commencement
Les jours qui s'ensuivirent ne furent pas de tout repos ni pour la doctoresse ni pour sa patiente. En effet, bien que le traitement fût a tel point efficace que Rose sortie du coma bien plus vite que ne l'aurait prédit Jane, il restait fort à faire pour qu'elle soit totalement sortie d'affaire. Son calvaire était en réalité loin d'être terminé. Les séquelles qu'avait causées sa maladie étaient irréversibles comme le redoutait la jolie brune qui dut affronter la mine désespérée de la jeune fille quand elle lui annonça pour l'amputation.

Jamais le docteur Vantis ne parviendrait à oublier la tristesse qui s'était reflétée dans son regard. En plus d'apprendre qu'elle avait été absente de ce monde pendant de nombreuses années, voilà qu'on lui déclairait qu'elle ne serait plus jamais la même physiquement. Jany aurait aimé lui garantir que tout ceci n'était qu'un horrible cauchemar. Seulement, ce n'était qu'une affreuse réalité que la jeune Wilson découvrit en voyant son reflet dans le miroir.

Inconsolables, des larmes inondèrent son visage marqué par la maladie. Une peine que même son propre frère abattu de la voir ainsi ne put rien faire pour la réconforter. Ainsi était la vie. Malheureusement toutes les choses de ce monde ne se finissaient pas constamment en happy end. Par malchance, c'était cette jeune femme qui devait aujourd'hui en faire les frais et qui emportait par le chagrin ne trouva pas d'autres coupables que son ainé ainsi que la Las Campienne qui accueillit sa haine sans broncher.

Il fut totalement impossible de lui en vouloir à la médecin qui ne pouvait que comprendre son désarroi. À cause d'une maladie trop peu commune, Rose allait devenir handicaper et personne n'aurait aimé subir le même sort qu'elle.

- " Tu as fait du très bon travail. " S'exprima son confrère Buzz tandis qu'ils partageaient un café dans la salle de pause au moment où l'opération consistant à charcuter cette pauvre malheureuse se déroulait dans une autre salle.

- " Du bon travail... " Répliqua la doctoresse qui fixait le contenu de son mug d'un air désabusé. " Ne dis pas n'importe quoi. Si cela avait été le cas, elle ne serait pas en train de se faire amputer à l'heure actuelle et son frère ne serait pas en salle d'attente à patienter la peur au ventre. " Cracha-t-elle avec une pointe d'amertume dans la voix dont ne pris pas ombrage son ancien camarade de classe, sachant pertinemment que sa colère n'était pas dirigée contre lui, mais bien contre elle-même. " J'ai échouée... "

Un lourd silence s'abattit entre les deux médecins après que cette dernière ait laissé échapper ces mots d'entre ses lèvres pulpeuses. Poussant un soupir silencieux, son collègue ne pouvait que la regarder sans rien dire. Celui-ci savait que dans ces moments-là, rien ne pouvait lui remonter le moral. Peu importe les paroles qu'il aurait pu lui dire, la demoiselle ne l'aurait pas écouté.

La seule chose qu'elle voyait à cet instant, c'était qu'elle n'avait pas pu empêcher un tel désastre. Pourtant, sans son intervention, cela se serait passé bien différemment. Rose continuerait à se faire dévorer petit à petit par cette horrible infection qui un jour aurait eu raison d'elle.

- " Je ne veux plus jamais qu'une seule chose puisse arriver. " Souffla la toubib avant de porter la tasse à ses lèvres afin de se délecter d'une bonne gorgée de sa boisson encore fumante.

- " Jany... " Soupira le docteur Micky en secouant doucement la tête. " Tu... "

- " Je ne suis pas une déesse. " Le coupa sèchement la jeune femme tout en faisant danser son pendentif entre ses doigts fins. " Et je ne le serai jamais. Mais est-ce une raison pour ne rien tenter ? " Protesta la médecin en chef de la Marine en posant un regard sévère sur son pair qui ne broncha pas. " Parce qu'un cas semble désespéré, on ne doit pas tout faire pour réussir même l'impensable ? Parce que tout le monde dit que c'est une cause perdue d'avance, il faut baisser les bras ? Je refuse d'être ce genre de médecin !! "

- " Ja... "

- " Un jour plus personne n'aura à souffrir la perte d'un proche !! " S'emporta la Las Campienne avec ferveur qui planta ses yeux ambrés dans les siens d'une détermination infaillible.

- " Tout ce que tu feras ne ramènera pas ta sœur ! " Se laissa à son tour submerger le beau brun par cette conversation enflammé.

Des paroles que le praticien se maudit immédiatement de ne pas avoir su retenir. Cependant, il fut bien trop tard quand il réalisa le mal qu'il venait de faire. Jany se renferma comme une huître aussitôt ces mots furent prononcé. Des propos qui la touchèrent droit au cœur. Une douleur intense parcourut tout son être quand ce dernier osa proférer une telle chose. Buzz s'en voulait terriblement d'avoir évoqué un sujet aussi douloureux pour cette dernière. Celui-ci savait pertinemment que la mort d'Irumyuui affecté encore énormément la jolie brune qui ne s'en était jamais remise.

Seulement, alors qu'il s'empressa de lui demander pardon, Jany ne l'écoutant plus s'éclipsa en le laissant tout penaud derrière elle. Ce fut leur dernier échange avant que la jeune femme ne décide de quitter l'établissement. Mais avant de s'en retourner à ses occupations, la demoiselle avait une dernière chose à faire. Une dernière personne à voir.

- " Monsieur Wilson. " S'annonça-t-elle au moment de rentrer dans la salle d'attente où se trouvait le clown avant de venir s'asseoir les jambes nues croisées l'une sur l'autre à côté de lui. " Je venais vous faire mes adieux. " Déclara la doctoresse sans détour avant de reprendre d'une voix chaleureuse. " Mais avant ça, je souhaitais vous dire une dernière chose. Enfin plus exactement, j'aimerais que vous passiez un message à votre petite sœur une fois qu'elle sera réveillée. Dites-lui que malgré les épreuves qui l'attendent, une nouvelle chance s'offre aujourd'hui à elle. Une chance de profiter de la vie et surtout devenir ce qu'elle veut. "

Sur ces mots, la Las Campienne leur souhaita de bien se porter à lui et à sa sœur avant de prendre congé en direction de la sortie de l'hôpital. Il y avait sûrement très peu de chances qu'elle les recroise un jour, mais ce qui était certains, c'est que leur rencontre marquerait à jamais la doctoresse qui se devait s'améliorer pour que plus jamais elle ait de mauvaise nouvelle à annoncer.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27916-dossier-medical-de-jane-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27802-cursus-medical-du-docteur-vantis#286044
Le clown de jade ne savait comment réagir auprès de sa frangine face aux révélations glaçantes de la brunette lui révélant la suite de sa guérison. Perdre un bras et une jambe semblait être une véritable catastrophe pour Rose, voir une totale malédiction infligée gratuitement à sa propre personne. Sur le coup de la colère, elle versa sa rage et sa haine contre les deux personnes dans la pièce. Joey resta muet, subissant sans rien dire le flot de férocité se dégageant de sa frangine. Littéralement couvert par la honte, le joker quitta la pièce presque en larme, il était vraiment impuissant face à la détresse de sa lumière du matin. Une fois envoyé au bloc opératoire, le farceur fit les cents pas au milieu de la salle d’attente, il était rongé par une amertume sévère et s’en voulait personnellement de l’état physique de sa frangine. Cependant, ses parents finirent par apprendre la bonne nouvelle et retrouvèrent leurs fils au milieu de la salle s’apitoyant sur le futur de Rose.

Interloquer par le comportement de ce dernier, ils le questionnèrent immédiatement et Joey leur annonça avec un immense chagrin l’opération en cours sur le corps de Rose. Le père et la mère restèrent durant un court instant tout aussi silencieux que leur enfant, avant de se blottir à l’unisson contre le clown en larme. Il aurait tellement voulu que cela se passe autrement, mais le destin de sa sœur semblait bien plus semer d’embuche que la voie de certains chanceux. Au bout de quelques heures, la famille du clown partit chercher de quoi manger, le temps que l’opération s’achève. Joey profita de cet instant de tranquillité pour reprendre son calme et une part de sérénité. Il devait aussi voir le bon côté des choses, il pouvait aussi trouver une alternative, comme acheter des prothèses cyborg auprès du gouvernement et ce problème serait balayer d’un simple geste de la main.

Seulement, cela ne règlera pas les blessures psychologiques de sa sœur. Rose étant une femme digne de ce nom, elle ne pourra plus s’habiller comme avant ou marcher dans la rue sans être dévisagée par les autres imbéciles. En plein milieu de sa cogitation, Dame Vantis fera son apparition devant le joker de manière à lui faire ses adieux, mais surtout à passer un message puissant à sa frangine, comme le fait, que malgré ses blessures, une nouvelle vie se dessinera devant elle. Chose que l’ainé fera à tout prix, saluant au passage avec un grand sourire la belle brunette en lui disant :

Joey : «Prenez soin de vous, Dame Vantis… Merci encore pour votre aide, vous êtes un docteur formidable.» Elle disparaitra devant ses yeux en quittant la pièce, puis, une nouvelle personne vint à se présenter à lui. Décidément, le joker ne pouvait pas réfléchir en paix en ce moment, sauf que son regard verdoyant fixa l’étrange demoiselle face à lui. Il semblait l’avoir vue quelque part, mais d’une façon étrange, il n’arrivait pas à l’identifier. Une belle jeune femme couverte de pansements, habillée d’une élégante robe noire pigmentée de petites taches blanches, allant à la perfection avec son étrange chapeau et sa belle chevelure argentée. Penchant la tête sur le côté tel un hibou curieux, le clown s'exprima avec un certain gène. «Je suis sincèrement désolé, mais je n’arrive pas à vous…» Instantanément, la mémoire du clown remémora la scène de violence s’étant passée dans la ruelle. «Ça me revient ! Madame… Vous allez bien ?» La jeune dame timide hocha la tête d’un coup vif et s’essaya timidement à côté de son sauveur en voulant exprimer sa gratitude avec une sorte de crainte envahissant son joli minois.

Nora Shelby : «Monsieur… Je tenais à vous remercier pour hier… Sans vous… Je serais peut-être plus de ce monde… Alors Je… Je…» Elle devenait de plus en plus rouge, comme si sa tête allait imploser dans la seconde. «J’aimerais vous accompagner en tant qu’assistante !!!?» Elle avait finalement réussi à trouver le courage nécessaire pour le balancer à la tronche du pitre qui était sur le cul. Il avait une belle tête de crétin à ce moment précis, lui avoir une assistance ? Avec sa gueule de clown ? Inimaginable selon lui, mais néanmoins, il sourira chaleureusement face à sa demande et contre toute attente pour la dame, il dira sur un ton chaleureux et amical :

Joey : Pas de problème, je suis d’accord pour votre proposition, mademoiselle ?» Elle répondra rapidement avec un grand sourire.

Nora : «Je m’appelle Nora Shelby, monsieur…»

Joey : «Enchanté Nora, je m’appelle Joey Wilson, c’est un véritable plaisir de vous avoir désormais à mes côtés.»

Alors qu’il venait de signer un pacte avec sa nouvelle partenaire, une infirmière apporta comme nouvelle que l’opération s’était bien déroulée et que sa sœur était en salle de repos. Elle ne se réveillera pas avant plusieurs heures. Le clown de jade remercia l’infirmière et se dirigea dans la zone en question de façon à attendre que la belle au bois dormant retrouve ses sens. Accompagné de près par sa nouvelle acolyte, Joey lui demanda poliment d’attendre à l’extérieur, le temps de voir Rose se réveiller et lui annoncer les propos du docteur. Immédiatement, la patiente agacée par de telles paroles hurla à nouveau contre son frère en pleurant à chaudes larmes, tout en lui ordonnant de foutre le camp, un ordre que son frère prendra aux pieds de la lettre et il quittera la pièce avec une perle de chagrin coulant le long de sa joue. Nora avait tout entendu, mais resta au côté de son nouveau maître en ne voulant guère le déranger. Elle avait parfaitement compris la situation et ensemble, le nouveau duo quitta l’établissement hospitalier sous le joug d’une amère victoire.
 
Joey avait réussi grâce à l’aide de Madame Vantis à guérir sa frangine de sa maladie, mais aura la triste tâche de subir sa colère en contrepartie de sa lumière du matin, espérant qu’avec le temps, ce poison infâme envahissant son cœur finisse par disparaitre contre son ainé.

Fin de ce chapitre...
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27725-fiche-technique-du-clown
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27637-le-clown-larmoyant-joey-wilson-100-terminee#285304