-34%
Le deal à ne pas rater :
-34% LG OLED55B3 – TV OLED 4K 55″ 2023 – 100Hz HDR 10+, ...
919 € 1399 €
Voir le deal

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Des pirates, des civils et des marines

Rappel du premier message :

C'était encore l'une des légendaires journées dans la vie d'un pirate, d'un marin tout simplement, où l'on s'ennuyait au point de vouloir qu'un équipage adverse nous aborde ... J'étais en train de me lamenter tout seul, sur le pont essayant de m'endormir, me tournant et me retournant comme un crêpe que l'on voulait éviter de faire brûler. Puis, je me mis en position assise, leva un genou et posa mon coude dessus. Je regardais mon reflet dans mes sabres qui étaient posés en face de moi, en train de refléter le soleil. J'étais encore dans l'une de mes belles journées ! Le teint pâle, les cheveux en bataille, la peau crade, bref ... Vous voyez le genre ... Je décidais donc de reprendre mes sabres et d'aller me trimballer, histoire de me changer les idées.

Je descendis du bateau et me plongea la tête dans l'eau fraiche de la mer afin de me redonner un visage. Je le ressortis et regarda mon reflet dans l'eau ondulante de la mer : j'avais retrouvé mon teint brunis et mon cheveux étaient mouillées et collaient ma peau. Je me secouais la tête pendant quelques secondes afin de les sécher et je partis sifflotant en direction d'une ville offrant de la distraction. Je marchais pendant un long moment, bien trois quart d'heure avant de tomber sur un endroit un minimum civilisé dans lequel la vie abondait. Les rues étaient bruyantes dû au brouhaha présent à cause d'une sorte de marché ou de brocante. En passant au travers de tout ça, je me demandais comment les gens pouvaient faire pour supporter une vie si vide d'action. Le train de vie métro-boulot-dodo ne me convenait absolument pas, mais il semblerait qu'il convienne à un certain type de gens.

Puis, quelque chose attira mon attention : deux groupes de jeune commençaient à parler plutôt fort pour une simple conversation. Voyant que le ton montait de plus en plus, je décidais de me poser sur le trottoir et de regarder comment la scène allait se dérouler. Cela semblait être une querelle de gangs ennemis, je pense. À moins que je ne me trompe, ces deux gangs semblaient faire leurs guérillas à cause d'un problème de territoire, comme deux chiens se bagarrant pour un poteau sur lequel pisser !

Puis, la scène passa le niveau au-dessus : celui de la baston. Le premier à lancer le coup était un gars de couleur noire avec des bras impressionnants ! Il frappa un autre homme plus petit que lui et assez maigrichon au niveau de la nuque. Celui-ci semblait avoir la nuque de brisée, mais j'étais trop loin pour pouvoir en déduire quoi que ce soit ! Des poings commencèrent à sortir de partout, puis je vis d'autres gars arriver des ruelles avec des battes de baseball. Peu de gens étaient restés dans la rue pour admirer le spectacle, j'étais celui qui était le plus près de l'évènement ! Puis je sentis quelque chose m'effleurer les cheveux, je baissais vite la tête par réflexe et évita un gros coup de batte qui m'aurait certainement mis KO en un coup ! Je me relevais et fis une balayette rotative à mon agresseur qui s'écrasa la tête la tête sur le rebord du trottoir, assommé. Je regardais ensuite aux alentours, les racailles étaient en train de mettre KO tous les gens qui étaient restés sur place.

Étant un peu éméché par cet affront, je sortis mes deux sabres et avança vers la bataille en marchant. Un mec venait de ma droite, batte en l'air et hurlant une insulte. Je parai son coup, coupa son arme et lui déchira le torse avec le même bras, sans faire vaciller mon corps. Un autre arriva de la gauche, je me baissais pour esquiver son coup, lui donna un grand coup dans le genou qui allait à l'encontre de son articulation et l'ouvris du bas du ventre jusqu'au menton. Un autre essaya de me prendre en traite avec un couteau de boucher par derrière. Seule erreur : il avait de lourdes chaussures qui faisaient pas mal de bruit ! Je retournais mes sabres et les enfonça entre mes bras pour qu'ils aillent se planter dans les côtes flottantes de mon agresseur.

Suite à cet échauffement, je finis par arriver à destination. Je relevais la tête et balança un regard de colère dans le tas avant de m'enfoncer lentement dans la tornade de violence qu'était cette guerre de gang !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t4378-fiche-de-zarechi-ozuka
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2867-zarechi-ozuka-prez-100-manque-validations
Apparemment, la remarque que j'avais fait à l'égard de mon adversaire ne fut pas de son gout. En effet, après avoir répondu par une phrase un peu merdique et arrogante, son expression changea soudainement avant de laisser place apparaitre sur son visage, un reflet de psychopathe. Hummm....J'avais un mauvais pressentiment sur ce qui allait suivre et en plus il avait vraiment l'air d'être une autre personne, c'était terrifiant.

J'étais toujours plongé dans mes réflexions quand soudain, mon adversaire dégagea sa lame de mes deux sabres puis il me saisit par l'épaule avant d'essayer de me transpercer le ventre, d'un coup vif avec une de mes lame. Je fis un bond vers le côté pour esquiver son attaque, mais je ne pus éviter le tranchant de sa lame qui m'infligea une blessure peu profonde au niveau de l'abdomen.

Je n'eus même pas le temps de me repositionner que mon adversaire revint à la charge en enchaînant des attaques de tout genre que d'ailleurs j'avais du mal à contrer tellement elles furent rapides. Soudain Zarechi vint m'épauler en attaquant mon adversaire de dos, mais cependant cela fut un échec total avant qu'il ne subisse un coup de lame au niveau des côtes. Grâce à Zarechi, j'avais désormais une ouverture et j'eus en tête de profiter de cette occasion afin de porter une attaque puissante à ce type aux cheveux blancs.

Après avoir lancé mes deux lames en l'air, je courus vers mon adversaire puis ensuite je fis un bond avant de m'accrocher à lui. Mes deux jambes étaient croisées autour de sa taille de manière à pouvoir bien le maitriser. Je saisis sa tête de mes deux mains puis je fis pencher ma tête vers l'arrière avant de la projeter violemment vers l'avant sur le visage de mon adversaire. "Booum" Le choc était si violent qu'il y avait du sang sur mon front et que le type aux cheveux blancs, était en train de reculer en perdant l'équilibre.

Je pris appui sur ma victime avant de faire un salto arrière en attrapant mes deux lames qui étaient sur le point de tomber au sol. Après m'être bien repositionné, je fonçai vers mon adversaire, en toute vitesse, avec mes deux lames avant de " SlASH" trancher l'air d'un coup vif en atteignant son torse.
Désormais j'étais de dos face à mon adversaire, quelques mètres nous séparaient. Tout était devenu silencieux tandis que je me questionnais sur la réussite de mon attaque. En tout cas une chose était sûr, j'ai sentis mes lames gouter à sa chair d'ailleurs il y avait du sang sur mes épées.
Des pirates, des civils et des marines - Page 2 Sasuke25
  • https://www.onepiece-requiem.net/t4889-fiche-de-kusanagi
  • https://www.onepiece-requiem.net/t4836-kusanagi-les-tenebres-en-personne

    Coté marine, toujours dans une ruelle à l'écart.

    -Quand même chef, un truc m'échappe...
    -Oui sergent ?
    -Ben, soit c'est un civil, et on le laisse partir, normal... Mais alors pourquoi il parle d'aller aider les deux pirates ? Soit c'est un pirate, et c'est normal qu'il veuille les aider. Mais à ce moment, pourquoi on le laisse partir ?
    -On le laisse partir parce qu'on s'en fout. Votre raisonnement n'est pas bon sergent. Si c'est un civil il fait ce qu'il veut, c'est pas nos affaires. Et si c'est un pirate, autant qu'il aille mourir en tapant les autres pirates plutôt qu'en tuant nos hommes... De toute façon, je ne crois pas qu'il soit très malin. Et il est clairement moins dangereux que les autres...
    -Ouais c'est pas faux... Mais du coup qu'est ce qu'on fait ?
    -Et bien, je crois que nous n'avons guère le choix Sergent. Nous allons déclencher la procédure G403...
    -G403 ? Euh, on annule les dispositifs de confinement de la fabrique et on noie la ville dans une marée de fromage fondue ?
    -Non, ça c'est F403... G403, c'est l'activation du projet Gertrude...
    -G... Gertrude ? Mais chef, ça peut être vachement dangereux. Vous avez vu les prévisions ? On ne sait même pas de quoi c'est vraiment capable...
    -Nous n'avons pas le choix Sergent. Vous l'avez bien vu, c'est la guerre ! Comme disait l'amiral Akainu, il est parfois nécessaire de combattre le mal par le mal ! Et même si ce qui risque de leur arriver est potentiellement horrible, ces pirates ne méritent aucune pitié...
    -...
    -C'est ça ou on y retourne...
    -Vu comme ça évidemment...
    -Ouais... Alors allez Sergent ! Activation du G403 ! Maintenant !
    -Aye Aye Chef !


    (...)

    Coté place...

    Ulcky débarque batte en main et fait immédiatement le poing sur la situation. Au milieu de la place, deux sabreurs et quatre sabres jouent un ballet qui promet de devenir mortel. De l'autre coté, en face, sous une série d'arche de pierre permettant de faire le tour de la plaza en restant à l'ombre, Zarechi est en train de se relever en se massant la joue sous le regard moqueur d'une gros baraqué en costard et d'une demi douzaine de sous fifres...
    Et plus prés, quittant l'ombre du pilier sur lequel il était adossé, un troisième type se décale pour se planter devant le nouvel arrivant...

    Le type est l'archétype parfait du beau ténébreux, jeune, cheveux noir de jais juste assez décoiffés pour faire rebelle tout en restant suffisamment organisés pour qu'on comprenne qu'il passe au moins une heure sur cet effet tout les matins, regard d'aigle, bras croisés pour bien montrer au monde qu'il est bien au dessus du terre à terre de tout ce bordel... Et niveau fringues, l'inévitable grand manteau classe accompagné du sabre de rigueur, avec en touche de couleur le petit foulard rouge pour la touche sexy...

    Des pirates, des civils et des marines - Page 2 Claude11_imagesia-com_33e0_large

    Il regarde le bout de bois, puis plante ses yeux dans le regard d'Ulcky...

    -Je te déconseille d'intervenir dans ce combat...

    Yuan n'a pas le temps de répondre que le type empoigne son sabre et frappe à une vitesse telle qu'on a l'impression que la lame disparait et ne réapparait qu'une seconde plus tard quand il la range dans son fourreau aussi vite qu'il l'en a sorti...

    -On m'appelle le cyclone. Car je tranche même le vent...

    Et dans la main de Yuan, le bâton se retrouve soudain coupé en une multitude de petites tranches...

    (...)

    Hiruko ne laisse pas le temps à Kusanagi de se retourner... Et profitant que celui ci lui tourne bêtement le dos, il frappe... Lui tranchant le kimono pour lui laisser au milieu d'une dos une superbe balafre en croix d'une épaule à l'autre...

    -Tu t'es pris pour qui le môme ? Tu crois que tu peux prendre des poses classes et te la péter sans que je réagisse c'est ça ? Y'a qu'un mec ici qui a le droit de se la péter grave, et ... C'est moi...

    Hiruko s'est visiblement longtemps entrainé à ne pas montrer quand il à mal. Normal, c'est la base pour faire un vrai capitaine pirate. Et il ne cille qu'a peine quand sa main va se plaquer contre la double blessure que vient de lui infliger Kusanagi. Puis sa main à nouveau couverte de sang frais il s'empresse de remettre une touche de couleur sur les cheveux...

    -Tu vois, c'est un truc que je fasi tout le temps en combat. Je laisse mes ennemis me blesser, pour leur faire croire qu'ils ont une chance, pour qu'ils s'agitent... Et comme ça leur sang à une jolie couleur vive quand je les saigne...

    Des bords de la place ses hommes, en fanboys de base, en font immédiatement des tonnes...
    -Oh ouais chef, c'est trop classe !
    -Et puis les cicatrices... C'est vraiment trop viril...

    -Ouais, c'est aussi pour les cicatrices que je fais ça... Comme ça, quand je me regarde dans un miroir, je vois tout les mecs que j'ai vaincu... Et y'en a toujours plus...

    Hiruko rassemble ses deux lames en une seule. Et profite de sa main libre pour pointer du doigt Kusanagi et l'interpeller à nouveau en criant.

    -Toi, t'es le prochain... J'ai été sympa pour l'instant, parce que j'aime pas quand c'est trop facile... Mais si tu me tournes le dos encore une fois, je te décolle la tête.... C'est clair ?

    Et sans attendre de réponse il repart à l'assaut. D'un bond formidable il saute au dessus de Kusanagi et retombe sur lui comme la foudre, frappant d'un seul coup terrible avec son énorme épée. Un coup assez fort pour briser toute lame qui pourrait tenter de parer et probablement fendre ensuite le sol.

    Et a peine à terre il enchaine, montrant des talents pour le corps à corps bien éloigné des techniques de sabre traditionnel il frappe à coups de pieds, révélant des semelles renforcés de métal pour accentuer la puissance de ses coups...

    Puis attrapant un des bras de Kusanagi pour l’empêcher de s'éloigner et le contraindre à affronter un adversaire plus fort que lui au contact, il frappe au visage, utilisant la garde crantée de son épée à la manière d'un poing américain. Montrant qu'en matiére de brutalité, lui et son arme se complètent tout à fait.

    (...)

    Et pendant ce temps la, de l'autre coté de la place. Un couple de civil débarque au milieu du règlement de comptes comme une couille dans une assiette de potage...
    Un homme et sa femme, visiblement tout juste sortis de chez eux. La femme à la cinquantaine bien tapé, et une allure de mégère de mauvaise humeur. Elle porte charentaises et robe de chambre bas de gamme, et vu la clope, le magazine roulé et la coiffure qu'elle se trimballe, elle est apparemment en pleine séquence bigoudis. L'homme est un petit type un peu gras et insignifiant. Rien qu'a son allure et à son regard fuyant on devine qu'il doit pas être très brillant ni très courageux au quotidien. A en juger par son tablier crasseux et la farine qu'il a sur les bras il sort visiblement de la cuisine...

    Gertrude et Jean-René:

    Pendant que les hommes d'Hiruko quittent le spectacle et se lèvent pour intercepter les proies faciles que sont les nouveaux arrivants, la mégère, faisant preuve d'une absence d'instinct de survie hors du commun, file droit sur la dizaine de pirates et se met à hurle sans même perdre sa clope...

    -Bande de voyous ! C'est pas bientôt fini ce vacarme !
    -Euh chérie ? N’embête pas les gens voyons... Continuez messieurs, ne faites pas attention à nous... Je la ramène...

    On voit vraiment des gens bizarre dans les rues de nos jours...
    Le vent faisait claquer ma veste et mes cheveux se secouaient dans tous les sens au fur-et-à-mesure que ma descente continuait. Je pouvais déjà voir le sang de cet homme s'écouler tranquillement sur la place tandis que je rangeais mes sabres avant d'aller rejoindre mon équipage pour d'autres aventures ! Cela dit ... Je pensais tellement fort à ma victoire, que je ne vis pas arriver la grosse et énorme pierre qui arrivait vers moi ! Elle devait faire à peu près la taille de ma tête et vint me faire dévier de ma trajectoire en me percutant au commencement de ma mâchoire. Je perdis surement quelques dents au passage et vint à être projeté en plein milieu de la place, la mâchoire endolorie.

    La pierre s'était cassée suite à l'impact, mais ma bouche semblait intacte, malgré quelques coupures, bien que la douleur soit bien présente. Lorsque je me relevai, je vis cet imposant et terrifiant homme qu'était Isaac Loremberg. Il s'approcha de moi et me dis :


    -Je m'appelle Isaac Loremberg... Et mes ennemis m'appellent le ténébreux... Mais pour toi... Pour toi inutile de retenir un nom, tu n'auras qu'à te souvenir de moi comme du mec qui t'a écrasé la tête à coup de bottes...

    Cet homme, je m'en souviens ! Je crois que c'était celui que j'avais explosé à coup de boulet de canon ! Comment avait-il survécu ? C'est inhumain de survivre après que l'on est reçu un boulet de canon en plein ventre !


    -J'ai quelque chose à te faire payer ... Tu m'as arraché pas mal de côtes le jour où toi et tes deux compagnons avaient détruits notre navire ! Je vais donc faire en sorte que tu te souviennes qu'il ne faut pas défier les Karriirebitos !

    Je me relevai vite et me mit sur mes pieds afin de faire face à mon ennemi, mais celui se mit à rire en disant :

    -Ahahah ! Comment comptes-tu te battre avec un sabre dans cet état, ahaha !

    -Hein ? Mais ... Qu'est-ce que tu ra...

    Mon dieu ... Vision d'horreur qui s'affiche à moi ! je ne m'en était pas rendu compte, mais lors de ma descente, la position de ma technique avait fait que le commencement de ma lame était collé à ma mâchoire, de ce fait, lorsque la pierre était venue à mon encontre, mon sabre avait cédé sous le choc et je ne m'en était pas rendu compte. En jetant un coup d'oeil derrière l'imposant homme, je vis effectivement la suite de ma lame.

    Je baissai mes lames et la tête et avança vers l'homme. Je passai à côté de lui sans rien faire, ce qui l'étonna quelque peu. Je continuai mon chemin et alla vers le deuxième bout de mon sabre, une perle d'eau défilant sur ma joue. Le sabre brisé était Tamashii Maria ... Le sabre de cercueil de ma mère ...


    -Hin ! Quel sabreur de pacotille tu fais ! Me disait Isaac. Ce n'est qu'un sabre, alors arrête de chialer pour ça ! Tu en trouveras d'autre ! Soucis-toi plus de moi : ton adversaire !

    -... Ce n'étais pas un simple sabre ... C'était là-dedans que résidait l'âme de ma mère ... En faisant cela, tu viens de profaner sa tombe ... Et par la même occasion ... Tu viens de creuser la tienne !

    Une immense colère s'empara de moi, une colère incontrôlable, même ! Mes muscles se contractaient tous seuls. J'avais même l'impression qu'ils grossissaient à vue d'oeil ! J'essayais de me relever, mais je n'y parvenais pas !

    *Oh non ... Cette sensation ... Je la connais ! C'est la même que pour ma family soul ! Je ... JE NE CONTROLE PLUS MON CORPS DE NOUVEAU !*
    Ce n'est pas vrai ! Voilà que ça recommence ! Mais cette fois, ce n'était pas pareil, il n'y avait pas de flamme, pas de créature historique, non ... Seulement de la colère et des spasmes. Vous vous souvenez lorsque j'ai dit que j'avais l'impression que mes muscles gonflaient à vue d'oeil ? Et bien ce n'était pas qu'une impression ! Mes muscles étaient en train de grossir, au point que ma veste et ma chemise se sont déchirés pour laisser apparaitre une montagne de muscle ... mais ce n'était pas moi, ce n'était PLUS moi, précisément !

    Je me retournais, mes yeux étaient entièrement blancs, je n'avais plus de pupille. Puis, je criai un grand coup, un cri sourd et grave, entièrement contraire au cri bestial que je lançais sous l'emprise de ma family soul.

    Mon adversaire avait des yeux tels des boules de billards lorsqu'il me vit. Vu comment il me regardait, je devais ressembler à un demi-géant. Je n'avais plus mes sabres en main, je les avais lâchés une fois ma transformation commencée. Quelle puissance j'avais acquiers suite à cette horreur ?
    • https://www.onepiece-requiem.net/t4378-fiche-de-zarechi-ozuka
    • https://www.onepiece-requiem.net/t2867-zarechi-ozuka-prez-100-manque-validations
    Cyclone : - Je te déconseille d'intervenir dans ce combat...
    Cyclone : - On m'appelle le cyclone. Car je tranche même le vent...


    Poc, poc... Poc, poc, poc... poc, poc...

    Faisaient les morceaux de bois qui tombaient sur le sol poussiéreux. Sourire en quoi et analyse de la situation qui ne faisait qu'évoluer... A l'origine, je voulais me débarrasser de tête de tomates avec les deux autres, et d'après le contrat de travail des hommes en blanc, avec l'aide de la marine donc, pour éviter les gus nouvellement arrivé et me barrer... Mais la marine, ne faisait pas son travail... en tous cas, il laissait la ville se démerder... Il y avait deux nouvelles forces de la nature en place, mes deux "compères" étaient mal au point, dont un qui semblait avoir pris des pilules bleus... mais c'est tout qui avait gonflé ! Et un couple de furieux prêt à en découdre qui courait vers nous...
    Géniale la situation !


    Ulcky : Bon là on trouve un moyen de se barrer !
    Yuan : Perspicace l'ami ! Je n’aurais pas deviné...
    Ulcky : Fait le malin mais on n’a pas trop d'options. La rue d'où on vient est un chouilla bloqué par notre nouvelle danseuse et la marine ne semble pas venir de derrière lui...
    Yuan : Oui mais ça ... Ça s'arrange...
    Ulcky : Si on pouvait passer par l'autre coté de la place.
    Yuan : Bah si le couple au pyjama souhaite mourir, pas moi ! On va échanger nos places au pire...
    Ulcky : Action !

    POC !

    Fit le dernier morceau de bois à mes pieds...
    Sirocco était trop fort pour moi... Ça, c'était sûr, et puis je n'avais pas vraiment confiance en lui... Normal non ? Bref, pour moi j'étais déjà sa cible, j'avais malgré tout déjà engagé le combat...


    Yuan : Bon écoute danseuse Zorro, ce n’est pas avec ton minois que je vais croire à tes paroles... T’inquiète pas pour une chose, c'est que ce combat, il sera évité ! Mais pas sans quelques précautions...

    Son regard se fronça au moment ou ma langue fut tirée... Laissant apparaitre de vilaine méchante ride... J'avais gratté le sol avec mon pied afin de faire voler de la poussière devant lui. L'écran était mince, mais assez dense pour l'obliger à se couvrir les yeux.

    Yuan : Coupe moi ça, ma brise !

    Mon pied était revenu au sol c'est l'autre qui projeta de la poussière, mais cette fois-ci avec les morceaux de bois, préalablement découpés, telles des rondelles de carotte... Cette feinte avait pour raison de détourner son regard et pour moi de partir !

    Technique du délinquant 25 !

    Yuan : Escadron 8 et 9 en position ! Bloquez les issus !

    Il fallait bien tenter de faire croire à une embuscade de la marine... Qu'il y croit ou pas, qu'il en ait peur ou non, il y avait un doute qui se serait installé assez longtemps pour me laisser prendre la direction du couple furieux !

    J'ai empoigné ma blessure pour augmenter le débit de sang... Il fallait que sa coule.... Un peu plus en tout cas... En courant de manière désordonné et en utilisant la technique du délinquant 1 :

    Mode aveugle....


    Yuan : Aidez-moi ! Cet homme veut me tuer... Moi le pauvre infirme...

    Je croisais le couple, et les doigts, qui me dépassa et alla directement vers ma brute ! Un moment de répit supplémentaire pour tenter une escapade fulgurante vers une autre rue et me sortir de cette merde ! Mais allait-il vraiment vers lui... Dos tournée je commençais à tourner ma tête vers eux pour comprendre la suite...
    • https://www.onepiece-requiem.net/t5632-ulcky-yuan#67959
    • https://www.onepiece-requiem.net/t5567-ulcky-yuan
    Je me trouvais à quelques distances de mon adversaire avec mes deux lames sur lesquelles on pouvait voir son sang. Un large sourire qui illustrait très bien mon "soulagement", se dessina sur mon visage parce que
    j'étais certain que cette attaque que je venais de lui administrer, allait probablement lui être fatal. Soudain, une chose inattendu mit fin à mes brèves célébrations. En effet, je sentis une lame, derrière moi, me lacérer atrocement la chair. Je fis un bond vers l'avant avant de me tourner pour faire face à celui qui venait de m'attaquer par surprise. Je n'en croyais pas mes yeux, ce n'était personne d'autre que le type aux cheveux blancs.

    Avec un de mes genoux par terre et mon meitou planté dans le sol qui me servait d'appui, je dévisageai mon adversaire en étant étonné qu'il ait pu survivre à ma dernière attaque à un tel point qu'on aurait dit que je l'avais à peine toucher.

    Il se mit à déblatérer à mon égard histoire de me faire bien comprendre que je n'avais aucune chance contre lui. Le pire était que........ je commençai à y croire.

    Après avoir pris un air sérieux & menaçant, je lui répondis :

    - Vu que tu aimes tant voir du sang, je vais te faire plaisir. C'est Noël du con, considère toi comme chanceux parce qu'une fois que j'en aurais finis avec toi, je vais te scalper la tête histoire d'utiliser tes cheveux pour décorer mon sapin de Noël........ Satisfait ?

    Apparemment ma réponse ne plut pas à mon adversaire vu qu'il fonça vers ma direction, sans crier gare, avec la ferme intention de me faire la peau, une bonne fois pour toute. Il fit un grand saut pour ensuite atterrir sur ma position afin de me fendre en deux avec son énorme épée. Heureusement, je pus me propulser à temps vers l'arrière pour pouvoir éviter son attaque, mais alors que je pensais avoir éviter le pire voilà qu'il revint à la charge en m'assénant de violents coups de pied avant de m'agripper le bras et de me frapper au visage avec la garde crantée de son épée.

    - "Argh "

    Ma bouche était en sang et mon corps n'arrivait pas à suivre le rythme de mon adversaire. Il faut souligner que j'étais en piteux état, jamais dans ma vie de pirate je n'ai été humilié ou battu de la sorte. Grrr ! Cela m'énervait et donc je ne comptai en aucun cas me laisser faire.

    Je profitai du fait d'être assez près de mon adversaire pour faire usage de cette technique

    # The rainbow road
    Cette technique permet à kusanagi d'effectuer des attaques à distance avec son meitou. En effet, à l'aide d'une petite chaine en fer qui est attaché à travers l'anneau sur la manche du katana et ensuite enroulé autour de la poignée de kusanagi, le jeune pirate peut désormais couvrir plus de distance avec ses attaques. Il lui suffit simplement de déployer sa lame vers la cible

    Je fis enrouler la chaine autour du genou de mon adversaire avant de le pousser vers l'arrière puis " VRROUM " Je tirai avec toutes mes forces mon meitou vers moi en faisant tomber par la même occasion le type aux cheveux blancs et en lui lacérant aussi le genou avec mon meitou. Je fis aussitôt tournoyer le sabre qui se trouvait dans ma main gauche avant de la lui planter dans la jambe puis je me dirigeai rapidement vers l'église histoire de battre en retraite.

    Je finis par me cacher derrière le grand autel de l'église en espérant ne pas me faire repérer par mon adversaire. Espérons seulement qu'il ait un grand respect pour les lieux sacrés.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t4889-fiche-de-kusanagi
    • https://www.onepiece-requiem.net/t4836-kusanagi-les-tenebres-en-personne

      Yuan:

      L'homme qui vient de rengainer son sabre reste stoïque et impassible devant le flot de parole que tu débites, garder l'air crispé comme ça sans même cligner des yeux, ce n'est pas naturel du tout. Surement une technique ancestrale de sabreur... Calme absolu comme l'eau qui dort ou un truc comme ça...

      Tu as quand même la satisfaction de le voir montrer des signes net d'énervement quand ton coup de pied le recouvre de poussière et de bouts de bois... Il pousse un grognement de rage, avale de la poussière, la recrache, et le temps qu'il se passe la main sur les yeux pour y voir à nouveau quelque chose ou récupérer sa belle gueule fraichement lavée tu es déjà cinq mètres plus loin, et tu as presque réussi à interposer le couple entre toi et ton adversaire, presque...

      Parce qu'au moment ou tu les dépasses en tournant la tête pour voir ce que fait le sabreur, plusieurs choses arrivent en même temps...

      D'abord une poigne de fer te crochète la joue, t'attrapant comme le faisait mamie Yuan quand tu avais fait une bêtise....

      -Je vais t'apprendre à mentir moi !

      Déséquilibré tu aperçois le sabreur qui se met en position derriére toi, préparant probablement une attaque horriblement puissante et contre laquelle tu est désarmé, mais tu n'as pas le temps de prévenir la mégère qui profite qu'elle te tient fermement pour te coller une main pleine de doigts dans la gueule... Et mince, qu'est ce qu'elle tape fort !

      -Petit canaillou, fumiste ! SBAFF !

      A la vitesse de l'éclair le sabreur frappe, filant droit sur toi ? Non, filant droit sur le type aux allures de boulanger et qui vient de s'interposer en agitant les bras, le fou...

      -Shing !

      Le bruit du sabre qui coupe quelque chose fige tout le monde, comme de juste, le sabreur a littéralement disparu pour souligner la vitesse du coup et ne réapparait que quelques pas derriére vous trois, sabre déjà rengainé, de trois quart pour vous présenter son meilleur profil et vous regarder tomber en morceau comme le bout de bois...

      Pourtant de ton coté ça à l'air d'aller, a part cette chaleur la ou la bonne femme t'as mis une claque, tout baigner... Et elle n'a pas l'air blessé non plus... Ni le boulanger d'ailleurs qui résume la situation à haute voix en regardant le sabreur d'un air inquiet...

      -Oh mince ! Je crois que vous vous êtes coupé !

      Le Sabreur vous lance un regard incrédule avant de baisser les yeux vers sa hanche qui laisse immédiatement échapper un flot de sang d'une large entaille au coté... Visiblement il a complétement loupé le moment ou il devait rengainer son sabre... C'est dingue, un grand garçon bien entrainé comme ça...

      -Impossible ! Je suis... Le Cyclone ! Argh...


      [...]

      Zarechi:

      Contrairement à la bande de pirate qui te regardent muter avec de grands yeux effrayés, Isaac lui, ne parait pas du tout impressionné par ta métamorphose. Ce serait même plutôt le contraire vu le ton moqueur et le sourire goguenard qu'il adopte en te regardant grossir...

      -Oh je suis désolé, c'était l’âme de ta maman que j'ai cassé ? Oh ben mince alors, c'est pas de chance ça... Et qu'est ce qu'il va faire sans sa maman le pauvre petit ?

      Il redevient sérieux et arrête soudain de sourire...

      -Je vais te dire ce que tu vas faire, je vais te massacrer jusqu'a ce que tu sois mort et tu vas la rejoindre en enfer ou elle doit être en train de servir de soubrette aux démons ! Non mais franchement, tu crois que tu fais peur à qui la ? Hou je suis trop méchant, hou je contrôle plus mon corps et je deviens tout bleu... Hou la la ça fait peur... Guignol va ! Commence déjà par manger celle la....

      Et joignant le geste à la parole il balance son bras en arrière pour prendre de l'élan et te met un puissant coup de poing dans le vide. Le genre qui, il y a quelques minutes encore t'aurait laissé à genoux en train de vomir... Mais plus maintenant. Et quand tu ripostes ton propre coup de poing le fait décoller et l'envoie traverser la paroi de la maison, une église ? Qui se trouve juste derriére lui...

      [...]

      Kusanagi:

      Ta technique de retraite semble fonctionner... Après ton attaque la jambe balafrée d'Hiruko se dérobe sous son poids et il tombe dans la poussière, te laissant l'instant nécessaire pour fuir d'un bond le champ de bataille et te réfugier dans l'église de la place...
      Stypéfait par la chute de leur capitaine, les pirates oublient complétement de te suivre, préférant se ruer en hurlant auprès de leur chef !

      -Mon dieu capitaine ! VOus saignez !
      -C'est horrible, il vous a blessé à la jambe, il va falloir amputer !
      -ABRUTIS ! Apportez moi plutot une chaise, vous allez me porter et on va poursuivre ce crétin ! Personne n'échappe à Hiruko Nakamura !
      -Oh capitaine, vous êtes trop fort !
      -Ouais quelle idée de génie, vite une chaise pour le capitaine !


      Pendant ce temps la dans l'église que tu viens de traverser pour atteindre l'autel, un autre combattant fait irruption. Celui qui s'est présenté sous le nom d'Isaac et qui a visiblement trouvé à qui parlé vu qu'il traverse la salle en mode vol plané et te dépasse pour aller s'écraser dans l'autel que tu vises...

      Et derriére lui un type qui ne ressemble que très vaguement à Zarechi fait aussi son apparition... Un Zarechi qui aurait salement abusé d'une sacré quantité de produits dopants...

      Dans l'autel le type se redresse avec difficulté en grognant des insultes... Il a du manger sévère mais il en faut plus pour liquider un coriace comme lui, heureusement vous étes maintenant deux, et lui il est tout seul...

      -Tu as besoin d'aide ou tu penses que tu vas t'en tirer tout seul ?

      Des pirates, des civils et des marines - Page 2 Fow10_imagesia-com_33dz_large

      Ou pas évidemment... Cette église est décidément un vrai moulin...
      -Hein ? Petit homme mettre coup de poing ? Raaaah ! Toi pas le droit frapper moi ! Moi pas content !

      *Tient ... Il semblerait que ce démon là est plus débile que le précédent ... Bah ! Du moment qu'il n'attaque pas un allier, moi ça me va ... Mais j'aimerai récupérer mon corps quand même ...*
      Suite à ces paroles témoignant du peu de cervelle de mon possesseur, celui-ci leva son énorme bras gauche et l'envoya en plein dans le torse d'Isaac, qui fut soulevé par la puissance du coup.

      *Wouha la vache ! Il est ptetre lent, mais il est encore plus rapide que le family soul !*
      Lors de son vol, Isaac défonça l'énorme porte de bois et fer de l'église avant de s'écraser sur l'autel sacré sur lequel reposaient différentes bougies, un livre, plusieurs petites statuettes de marbre et ... Le manieur du « dragon blanc ».


      *Merde ! Qu'est-ce qu'il fout ici ! Dégage et vite !*
      Mais voilà que mon monstre utilisa ses jambes gargantuesques pour s'élever jusqu'à la grande porte, dont sa tête vint s'éclater contre le haut, laissant un trou dans la pierre. Mon corps surdimensionné finit au sol dans un amas de gravier, mais se releva.

      -Grrr ! Méchante porte, moi pas aimer les portes quand elle faire mal à moi ! Raaaah !


      *Et ben ... C'est qu'il est colérique le bestiaux ! ... La colère ?*
      Je crois que je viens de comprendre quelque chose ... Mon corps avait quelque chose d'anormal. Lorsque j'étais dans la douleur, un démon transformait mon corps avec des flammes, tels celles présentes dans ma maison lorsqu'elle a brûlée. Là, avant de me transformer, j'ai subi une intense colère et maintenant, je suis une boule de muscle s'énervant pour un rien ! Une fois rentré au bateau ... Il faudra que j'étudie ça ...

      Bref, mon colosse de muscle finit de défoncer la porte, qui céda et bloqua la sortie. Dorénavant, la seule entrée/sortie de ce bâtiment était le clocher. J'étais coincé ici avec Isaac et ce bretteur.


      -Moi fini avec porte, maintenant moi finir avec petit bonhomme !

      Le voilà maintenant, courant à grandes enjambées dans l'église et laissant un impact à chaque pas. Isaac, lui, c'était relevé et me faisait face avec un regard plutôt mécontent, la main sur son épée et un filet de sang coulant du coin de sa lèvre. Une fois à proximité, il la sorti et me trancha la main sur laquelle je m'apprêtais à l'attraper. J'aurais eu ma forme normale, ce coup m'aurait séparé la main du bras, mais ce coup me fit une entaille d'un petit centimètre dans l'avant-bras.

      -Raaaah ! Ça fait maaaal ! Toi payer pour ce que toi faire à moooiii !

      D'un large mouvement de bras, il frappa Isaac qui se pris l'intérieur de mon énorme coude au niveau de son coup. Derrière, Le manieur de meitou qui essayait de sa planquer se pris une grosse baffe qui l'envoya valser avec Isaac contre un des lourds piliers de la structure. Isaac passa à travers, mais l'épéiste s'arrêta dessus en y laissant une fissure tandis que mon double-moi criait à toute voix en se frappant le torse.
      • https://www.onepiece-requiem.net/t4378-fiche-de-zarechi-ozuka
      • https://www.onepiece-requiem.net/t2867-zarechi-ozuka-prez-100-manque-validations
      Le sabreur aux allures de grand de ce monde laissait du sang couler de son flan. Sa phase montrait bien son étonnement et encore plus la mienne. Déjà que je ne comprenais pas trop comment le couple de bidonchon pouvait être aussi balèze. Mais, en plus il tenait tête au cyclone… Et en plus très largement. Sur le coup, et en le voyant si dépité, je n’ai pu m’empêcher de me foutre de lui…

      Yuan : Bah alors petit vent du matin d’automne ? On ne se sent pas bien ?

      J’avais un large sourire débile malgré ma position peu confortable… J’avais le cou sous l’aisselle de la dame ! Oui, ici on va dire la dame, car si elle lit ces ligne, il faudra qu’elle comprenne tout le respect que j’ai pour elle afin qu’elle me lâche ! Ensuite, j’avais la joue bien rouge, je sentais encore mon cœur battre sur cette partie de mon corps… Mais mon sens de l’humour ne plaisait pas à tout le monde.

      BAM !!!

      Et l’autre joue devenu bien écarlate !

      Gertrude : Petit polisson ! Ne te moque pas de tes ainés ! Il faut refaire tout ton éducation !

      Ah bah ça ! Elle était marrante elle… Mais en même temps, ils semblaient pouvoir faire des choses qui m’étaient complètement impossible. J’ai commencé à faire ma tête du grand ginguinlet pleurnichard… Larme aux yeux et bouche ondulé. Technique de fourberie pour ce sortir de la merde.


      Ulcky : Il faut la jouer fine là ! Fait ton numéro pour qu’ils nous aident !

      Yuan : Mais si ça marche pas ?

      Ulcky : Si on n’agit pas, on est mort surtout.

      Yuan : Ce n’est pas faux… Ok, moteur… Action !!!

      Yuan : Pardon Magame… Moi je chui venu me promener et tout a chamboulé après… G’ai vue la marine et elle n’a pas voulu aigué…


      J’ai repris une tête plus… normal dira-t-on, pour demander l’aide… Comment pouvais-je tomber si bas… Comment ? Pleurer puis demander l’aide ?!? … Mais en même temps, je n’ai aucune fierté. Ca sert à rien d’être mort, donc si cela pouvait me sortir de là ! Alors tout les coups son permis !

      Yuan : Aidez-moi à revenir sur le droit chemin. Je suis un petit gaillard qui sait se rendre utile !

      C’est en mettant mes main en prière devant elle que j’ai ensuite fini ma tirade sur un large sourire. Celui qui faisait craquer mamie Yuan, enfin, si elle avait existé… Si cela ce trouve elle existe et elle est encore vivante… Va savoir, ici ce n’est pas l’heure. Au loin, ou en tout cas à un autre endroit de la place, l’église semblait se faire démontée à une vitesse hallucinante !

      Yuan : Euh et puis votre église semble se faire rudement profanée… Je dis ça moi… Si on les rejoints pas vite, ça va mal finir…

      La mégère me relâcha, sans explication apparente, mais en même temps sur le coup, je ne lui en ai pas laissé le temps. Je me suis focalisé sur la tornade de mes burnes. Il fallait s’en occuper. Je l’imaginais mal nous laisser partir après tout ça. Je me suis relevé et j’ai lancé un appel vers lui…

      Yuan : Stop tes âneries petit vent des mers du péril… Fait comme moi et reviens sur le droit chemin vent du matin. Je ne dois pas laisser de vils coquins, laisser la terreur envahir le patelin.

      Rimes pourris, mais attention assuré ! J’avais quant même une peur en moi… Non pas celle de voir le cyclone se lancer de nouveau contre nous, mais plutôt de me prendre encore une torgnolle par la vieille peau… Mmm, la douce mamie…


      Dernière édition par Ulcky Yuan le Dim 4 Nov 2012 - 13:37, édité 1 fois
      • https://www.onepiece-requiem.net/t5632-ulcky-yuan#67959
      • https://www.onepiece-requiem.net/t5567-ulcky-yuan
      Après avoir fait chuter Hiruko à l'aide de mon attaque au niveau de sa jambe, je profitai de l'occasion pour pouvoir me dérober et disparaitre du champ de vision de mon adversaire. Je fis irruption dans l'établissement le plus proche qui n'étais rien d'autre qu'un lieu sacré, c'était église. Je me mis aussitôt à jeter des coups d'oeil à gauche et à droite afin de trouver une cachette pour m'y réfugier et essayer de soigner mes blessures. Le grand autel qui se trouvait juste à quelques mètres devant moi, semblait pouvoir faire l'affaire donc je couru vers cette direction.
      Soudain "Booum ", un type traversa violemment la paroi de l'établissement avant d'aller s'écraser sur l'autel ce qui d'ailleurs me fit sursauter sur le coup.

      - Qu'est-ce que ?

      La première question qui me traversa l'esprit fut de savoir ce qui avait bien pu envoyer ce gars faire un vol plané pour atterrir ici, parce qu'il faut avouer que l'auteur de cette attaque devait être puissant pour pouvoir faire ça.

      D'étranges grognements qui venaient de derrière attirèrent mon attention et donc je me tournai vers le bruit afin de voir ce que ça pouvait bien être. Woow ! Je ne vous raconte pas à quel point j'étais surpris par l'affreuse transformation de zarechi qui désormais se tenait à quelques mètres de moi prêt à taper sur tout ce qui bouge. Zarechi ou plus tôt "Big foot" se mit à menacer notre ennemi commun avant de foncer à grande vitesse vers lui, le choc était inévitable donc je choisis de me mettre à l'écart.....pour l'instant.
      Un court affrontement eu lieu entre les deux individus, avant que cela puisse se terminer par un autre vol plané du nakama de Hiruko qui cette fois-ci me heurta au passage avant d'aller s'écraser un peu plus loin.

      - Bordel de merde........Je deteste cette journée.

      Dis-je en me relevant avec des douleurs au dos avant de remarquer la victime de zarechi qui à cause du choc, était encore par terre en train de se tordre de douleur. héhé ! Une chance pour moi qu'il fut vulnérable à cet instant parce que je comptai en profiter.

      Alors qu'il était allongé sur le sol, j'envoyai ma lame transpercer l'épaule de Isaac en le maintenant ainsi par la même occasion contre le sol puis je fonçai vers sa direction pour me retrouver ensuite sur sa personne." BAAM BAAM " Je lui administrai deux coups de poings dans la mâchoire qui lui laissèrent la bouche en sang.
      Pendant ce temps, zarechi tel un démon était en train de foncer vers notre direction en criant de toutes ses forces avec l'intention de nous faire la peau.

      - Echet et mate......Enfoiré

      A peine avais-je terminé ma phrase que j'eu retiré ma lame de l'épaule de Isaac avant de prendre mon adversaire par le col et de le balancer vers l'arrière pour faire un vol plané en direction de Zarechi. Ce dernier-ci fit un grand bond pour attraper le pauvre homme en plein vol avant d'écraser sa tête violemment contre le sol, "BOOUM" un cratère ( Pas si grand que ça ) se forma sur le sol à cause du choc.
      Woow ! Alors là s'il était pas mort ou inconscient c'est qu'il devait surement être immortel. Twisted Evil
      • https://www.onepiece-requiem.net/t4889-fiche-de-kusanagi
      • https://www.onepiece-requiem.net/t4836-kusanagi-les-tenebres-en-personne
      Après avoir écrasé et terrassé Isaac, je commençai à rétrécir et à reprendre ma forme normale. Cela dit, cette métamorphose était plus agréable que la précédente. Une fois normal, les mains au sol et à court de souffle, je relevai la tête et regarda le manieur de meitou.

      -Hhh ... Hhh ... Désolé, pour ... Hhh ... Ce que je t'ai fait ... Je ... Hhh ... Je ne me contrôlais plus !

      Je me relevai.

      -Wahou ... j'l'ai pas raté ... Eheh ! Disais-je en regardant Isaac, étalé au sol dans une flaque de sang à l'intérieur d'un léger cratère.

      Dorénavant, la question était de récupérer mes sabres et de se barrer ! Mais c'est en arrivant près du tas de pierre qu'était la porte de la cathédrale que je vis qu'on était en fait coincé.


      -Le clocher ! Disais-je en levant la tête.

      Je montai en vitesse les escaliers de bois délabrés afin d'arriver au clocher posté juste au-dessus de la porte ... Et ça se voyait ! Plusieurs fissures arrivaient jusqu'à l'orifice par lequel je voulais sauter.

      -Merde ! J'aurais pas foutu en l'air cette cloche, j'aurais pu faire effondrer la façade !


      Car oui, je vis que juste en-dessous se trouvait la source de toute cette bataille : Nakimura ! Je me mis à regarder dans tous les sens afin de trouver un moyen de faire effondrer ce pan de mur branlant, je sautai même dessus comme un idiot, mais rien n'y fit, il ne voulait pas bouger. Je me résolu donc à sauter directement sur mes sabres délicatement posés et à courir le plus vite que je le pouvais.

      Je pris donc mon appui et m'élança dans le vide visant mes sabres avec perfection. Je les récupérai, mis le bout de sabre cassé dans ma bouche, coincé entre mes dents et commença à partir. Mais, par réflexe, je me retournai et parai l'attaque de Nakimura. Encore une de ses foutues lame d'air ! Celle-ci ne s'écrasa pas sur mes sabres, mais se coupa en deux, m'ouvrant profondément la joue.


      -Bordel !
      • https://www.onepiece-requiem.net/t4378-fiche-de-zarechi-ozuka
      • https://www.onepiece-requiem.net/t2867-zarechi-ozuka-prez-100-manque-validations

        -Pff, Isaac, t'es vraiment un guignol... M'obliger à m'occuper moi même de ces types...
        -Argh... Je t'emmerde... J'ai... Eurgh... Même pas mal d'abord...

        Kiraku Toshima se décide enfin à mettre son grain de sel dans l'affrontement qui vient de voir s'effondrer son nakama. Et frappant avec la vivacité d'un serpent à l'affut il expédie sur les deux combattants qui semblent l'ignorer une multitude d'aiguilles métalliques aussi fines que perforantes.
        Celles qui visent Kusanagi transforment son épaule et une partie de son bras en une vraie pelote d'épingle. Bras qui se retrouve soudain à pendre mollement comme si on venait de le casser, paralysé et aussi utile qu'un bout de bois accroché à l'épaule... Ce que relève d'ailleurs immédiatement l'agresseur

        -Je doute pas que tu saches y faire avec tes sabres... Mais dans ton état t'as aucune chance de gagner contre moi... Mais t'as du bol... Parce que j'ai pas particulièrement envie de me fatiguer à me battre maintenant... Alors tu vas vas faire demi tour et foutre le camp avant que les autres arrivent. Et si tu files vite tu devrais t'en tirer...


        Celles qui traversent le dos de Zarechi sont plus insidieuses. Et ce n'est qu'au bout de quelques minutes que leur effet se fait sentir, alors que Zarechi vient de sauter du clocher et touche terre ses jambes se dérobent soudain sous lui, comme s'il venait d'un coup de perdre tout contrôle et toute sensation sur tout ses muscles inférieurs...

        Ce qui offre la part belle a un Nakimura toujours aussi remonté dont les hommes s'empressent de rejoindre Zarechi pour y poser la chaise du chef qui n'a plus qu'a regarder de haut le pirate au sol pendant que ses hommes profitent de sa perte subite de mobilité pour l'encercler et l’empêcher de fuir tout en restant prudemment hors de portée de ses lames...

        -Alors gamin, qu'est ce que tu vas faire maintenant que tu peux plus t'en tirer en courant hein ? T'es prêt à mourir ici ?

        La position assise n'étant pas la plus pratique pour se battre, Nakimura délaisse son épée pour attraper un bâton que lui tend un des ses hommes et en administre une série de coup sévère au pirate incapable de se défendre efficacement. Le frappant aux mains pour lui faire lâcher ses précieux sabres, puis le martelant de coups à la tête et à poitrine. Transformant le jeune rebelle en rescapé d'un match de box particulièrement violent, couvert de plaies et de bosses et à la limite de l'inconscience...

        -Pff... Je sais vraiment pas comment t'as pu t'en tirer la premiére fois. J'te croyais vraiment plus fort que ça. Mais en fait t'es qu'un sale môme qui joue avec des épées en toc. Ton sang mérite pas de finir sur mes cheveux... Et t'es tellement lamentable que j'ai même plus envie de te tuer... J'crois que j'vais plutôt te laisser ici te faire capturer par la marine. Comme un looser... Hein ? Qu'est ce que tu dis du programme ?


        [...]

        Yuan :

        Comme dit le proverbe, qui sème le vent bla bla tempête... Et pour blessé et surpris qu'il est, le typhon n'en reste pas moins attentif et assez rétif à l'idée de se faire insulter par un guignol dans ton genre. Seul effet positif si l'on peut dire de ta tirade, c'est toi qui est cette fois la cible de son attaque plutôt que le couple infernal.

        -Typhon Mireille !

        Loin de la grande frappe tranchante exécuté un instant plus tôt, le typhon te file dessus lame en avant et déverse sur toi une série de coups de pointe tellement rapide que tu as l'impression qu'il frappe simultanément avec dix épées. Tu serres les dents en te préparant à mourir quand une main t'attrape l'épaule et que le type aux allures de pizaiol se glisse soudain tout contre toi comme s'il venait de te rentre dedans par hasard, et que tu te retrouves soudain forcé de faire les mêmes mouvements que lui comme une vulgaire marionnette... Une marionnette sacrément agile...

        C'est un peu comme se retrouver transformé en cerceau de hoola up.
        Tu te sens tout mou, et chacun des coups qui devrait te tuer ne fait que t’effleurer en tranchant tes vêtements et en te coupant un petit peu... C'est hallucinant...

        -Typhon Hugo !

        Le typhon change de technique mais semble de plus en plus perdu par ton étrange capacité d'esquive. D'autant plus quand tu te mets à riposter. Enfin, quand le type étrange se met à t'utiliser pour frapper... Un coup de lame te passe à coté et tout en te faisant tourner sur toi même pour te faire esquiver il envoie ton bras mettre une grande claque dans la gueule du typhon... En frappant derriére ton genou il te fait éviter une frappe qui vise ta jambe et te fait détruire d'un coup de pied le sabre du bretteur planté dans le sol...

        Tu ne t'es jamais senti aussi inutile et puissant à la fois...

        Après l'attaque puissante qu'il avait effectué sur Isaac, Zarechi se mit à retrouver lentement sa forme normal avant de s'effondrer au sol en succombant à son corps qui avait atteint ses limites. A genoux avec ses mains posées sur le sol, il releva la tête avant de poser ses yeux sur moi, puis il me dit.

        -Hhh ... Hhh ... Désolé, pour ... Hhh ... Ce que je t'ai fait ... Je ... Hhh ... Je ne me contrôlais plus !

        Je rengainai ma lame tout en me dirigeant vers sa position puis je lui répondis :

        - Tssss...... Rapelle moi de te botter le cul la prochaine fois que je te reverrais

        Je lui tendis la main afin de l'aider à se relever.

        -Wahou ... j'l'ai pas raté ... Eheh ! Disais-je en regardant Isaac, étalé au sol dans une flaque de sang à l'intérieur d'un léger cratère.

        -Nos routes se séparent ici, pirate. Fais bien attention à ne pas me recroiser parce qu'à l'avenir ce n'est pas en temps qu'allié qu'on se recontrera, mais en temps qu'ennemi. héhé ! L'ocean n'est pas assez vaste pour deux pirates, l'ami.

        Dis-je avec un sourire sournois au coin des lèvres avant de le dépasser et de m'éloigner de lui sans jeter un seul regard derrière moi. Il faut souligner qu'à cause des choses dont j'ai été témoin, Zarechi était soudainement devenu un adversaire de taille à mes yeux. La raison pour laquelle je ne déclinerais pas un bon combat entre nous deux, car ça ne pourrait qu'être bénéfique pour moi.......niveau expérience bien sur.

        Bref, je continuai donc de marcher tranquillement en croyant être à l'abri de toute menace quand tout à coup j'entendus une voix qui discutait avec Isaac. Et d'après le son de la voix, je pouvais en déduire que ce n'était pas Zarechi. Je me retournai lentement pour voir ce que c'était quand soudain " SLASH" mon épaule et une partie de mon bras furent atteintes par une multitude d'aiguilles métalliques. Ce qui rendit mon bras gauche, inutilisable pour le moment.

        - " Argh ".............L'enfoiré !!

        La douleur était au-rendez-vous, mais cependant je luttai au plus profond de mon être pour ne pas montrer à mon adversaire que son attaque avait été un grand succès. Question d'amour propre.

        -Je doute pas que tu saches y faire avec tes sabres... Mais dans ton état t'as aucune chance de gagner contre moi... Mais t'as du bol... Parce que j'ai pas particulièrement envie de me fatiguer à me battre maintenant... Alors tu vas vas faire demi tour et foutre le camp avant que les autres arrivent. Et si tu files vite tu devrais t'en tirer...

        Pourquoi ne profitai-t'il pas de cette occasion pour m'achever une bonne fois pour toute, au lieu de me laisser m'enfuir ? Le raisonnement de ce type me semblait très étrange, mais bon du moment qu'il m'invitait à m'en aller, je ne vais en aucun cas décliner son offre.

        Ainsi donc, je m'éloignai de cet inconnu en marchant à reculons afin de pouvoir le surveiller au cas ou il essayerait de me jouer un tour. Une fois près de la sortie de derrière, je l'empruntai avant de m'éclipser de la zone en toute vitesse.

        Voilà comment s'était clôturée cette journée qui au final m'a valu de nombreuses cicatrices et une épaule inutilisable durant plusieurs jours. Espérons simplement qu'à l'avenir je serais encore plus fort afin de pouvoir tenir tête à un capitaine pirate tel que hiruko nakimura et que j'aurais aussi l'occasion de me mesurer à ce jeune pirate........ Zarechi Ozuka.
        • https://www.onepiece-requiem.net/t4889-fiche-de-kusanagi
        • https://www.onepiece-requiem.net/t4836-kusanagi-les-tenebres-en-personne
        La puissance, la vrai ! Un sentiment ultime fasse à un adversaire trop puissant pour moi. Le fils du vent avait un regard dépité en constatant sa lame brisé sous mon coup. La peur ? L'inquiétude ? L’interrogation ? Tous les sentiments semblaient mélangés. Un pas en arrière, deux... Il attrapa un sabre au sol laissé par les patients de l’hôpital du coin. Oui, car avant, c'était des loubards ou des innocents, voir des marines. Mais là... Des patients... Enchaînant Typhon sur typhon, le bougre ne faisait pas mouche. Son regard était de plus en plus marqué par la crainte...
        Mon corps bougeait en fonction des envies du vieux machin derrière moi. Et de temps à autre, j'avais l'image d'un vieux pervers homosexuel voulant faire honneur à son amant...

        ***** *****

        Ulcky : Merde, merde ... MERDE ! Mais on fait quoi là !

        Yuan : Pourquoi tu t'énerve ? C'est moi qui panique d'habitude, pas toi... non pas toi ...

        Ulcky : S'il te plait, voit la situation... On est des marionnettes là... Et si ça se trouve... Il va nous emmener dans un lieu obscur... Et froid... Et ...

        Yuan : Stop !!!! Tait toi... arrête... Comment on peut...

        ***** *****

        Les larmes coulaient, mais pas seulement Ulcky. Le typhon aussi commençait à perdre les pédales... La situation devenait étrange... Et à un moment....
        Yuan : Mais fait quelque chose Ti con ! Typhon ! Tu ne vois pas qu'ils vont nous tuer... Je te croyais balaise mon cul !

        Le Typhon : Mais tu crois que j'essaie quoi là ? Et toi vue ta position tu ferais mieux de la fermer ! Gigote ! Aide-moi ! Frotte-toi ! Improvise !

        Et pour improviser, j'ai improvisé... Mouvement bloqué, la tête peu utile... Mon âme allait tomber en enfer après ça... mais la vie mérite d'être vécue...
        Alors petit fortement du derrière sur kiki du vieux... Le miracle se produisit... Il devint tout rouge et cacha sa "chose" entre ses mains le laissant complètement vulnérable.
        Je me suis alors mis du côté de la tornade, nous avons longuement regardé le papy... Sa compagne semblait à quelques pas de lui et nous avions le champ libre pour enfin en finir. Nous nous sommes donc regardé et ce seul instant a suffi à nous mettre en position d'attaque.

        Ulcky : Tu es prêt ?

        Le typhon : Ne me fais pas honte veux-tu dire...

        Et là.......

        On s’est lancé dans une....course comme des filles dans la direction opposé.

        Le typhon : Mais tu n'as aucune pitié d'avoir voulu me laissé sur place ??? T'es quoi toi une chiffe mol !

        Yuan : Je ne suis pas un pirate en tout cas, qui dis voir la classe, s'habiller en croyant avoir la classe et se fait démonter par deux petit vieux ! Je le répéterai ! Et puis je suis juste un civil moi !


        Au loin, la vieille peau commençait aussi sa course pour nous mettre la correction de notre vie... Son regard montrait qu'elle souhaitait elle aussi avoir le frotti frotta... l'attaque fatale... Mais sommes toute inutile contre elle... Nous nous sommes retrouvés dans une petite ruelle étroite... Il n'y avait pas de bruit et on se sentait en sécurité. On s’est encore regardé... Je l'ai regardé, il m'a regardé, j'ai évité son regard, il a fait pareil, alors je l'ai regardé, il m'a regardé aussi et voyant une nouvelle larme naître sur le coin de son œil, je n'ai pas pu m’empêcher d'être compatissant... Sentiment partagé c'est en larme comme des bébés que nous nous sommes enlacés comme de vieux amis trop heureux d'avoir échappé à la rombière...

        Ulcky : T'es un pote en fait toi, merci pour ton aide.

        Le typhon : Non c'est toi, non on a réussi ensemble hein ? Ami ?

        Ulcky Oui ? Am....


        Une ombre... Comme une mente religieuse, discrète et prête à manger son mal, la main de notre prédatrice se lança vers nous. Réflexe de vagabond... Une petite poussette contre mon am... bref, contre lui pour le projeter contre le piège qui se refermait déjà... Il avait beau s’agripper au sol... rien n'y faisait... Il allait tomber fasse a elle...
        Le typhon : Mais pourquoi... mon ami... tu m'as trahi... J'ai peur..........

        Ulcky : Désolé mon ami... sniff... Tu ne resteras pas éternel dans ma mémoire, mais je te garderais en tête au moins trois bonne semaine... Crois-le bien ! Et tu le mérite !


        Et c'est ainsi, la queue entre les pattes et en ayant agis par réflexe... Que j'ai pu me sortir de ce traquenard...
        • https://www.onepiece-requiem.net/t5632-ulcky-yuan#67959
        • https://www.onepiece-requiem.net/t5567-ulcky-yuan
        Ne voulant pas ravoir affaire à cette bête après l'acte que je venais d'accomplir, je décidai de laisser mon honneur de côté et de fuir comme un lâche. Je croyais enfin m'être tirée d'affaire, mes quelques secondes plus tard, une demi-douzaine d'aiguilles très fines vinrent se planter dans le bas de mon dos, évitant mes fourreaux et traversant mes habits et me fit tomber comme une pierre.

        -Merde ... Comment des aiguilles comme celles-là ont-elles pu me faire tomber ? Disais-je en arrachant les aiguilles de mon dos. C'est abus... Mes jambes ... Bordel, mes jambes !

        Les aiguilles n'avaient pas été tirées au hasard, elles avaient toutes touché un nerf, causant la cécité du fonctionnement des jambes. Me voilà, la tête dans le béton du sol, me relevant afin de me mettre sur l'arrière-train.

        -'Tain ... Me v'la bien avancé ! Disais-je en regardant mes jambes.


        Mais peu plus tard, Hiruko revint me voir avec toutes ses troupes. Ses hommes vinrent à lui poser une chaise afin que celui-ci s'asseye et me regarde de haut. Ses hommes prirent ensuite place autour de moi afin de m'empêcher de m'enfuir, mais restèrent quand même suffisamment loin de moi afin de ne pas tâter de mes sabres.

        -Alors gamin, qu'est-ce que tu vas faire maintenant que tu peux plus t'en tirer en courant hein ? T'es prêt à mourir ici ?

        Suite à cette phrase, le pirate posa son arme et attrapa un bâton avec laquelle il commença à me frapper la tête. En voyant le premier coup, mon réflexe fut de baisser la tête, bien que ça ne servi à rien étant donné que j'étais assis, il continua de me frapper la tête jusqu'à ce que je lâche le morceau de katana que j'avais dans ma bouche. Il me frappa ensuite les mains jusqu'à ce que mes sabres tombent au sol dans un bruit de ferraille. Je relevai la tête, le visage ensanglanté suite aux coups. Je le regardai droit dans les yeux, fit quelques mouvements de mâchoire et cracha une belle dose de sang juste entre les deux pieds de mon agresseur.

        -Pff... Je sais vraiment pas comment t'as pu t'en tirer la première fois. J'te croyais vraiment plus fort que ça. Mais en fait t'es qu'un sale môme qui joue avec des épées en toc. Ton sang mérite pas de finir sur mes cheveux... Et t'es tellement lamentable que j'ai même plus envie de te tuer... J'crois que j'vais plutôt te laisser ici te faire capturer par la marine. Comme un looser... Hein ? Qu'est-ce que tu dis du programme ?

        J'affichai un sourire en coin.

        -Tout d'abord, la première fois, nous étions trois contre ton navire dont un homme-poisson pour nous enfuir. Ensuite, mes épées ne sont pas en toc ... Et ça, tu peux en juger par les entailles que j'ai faites à tes matelots, la dernière fois ! Et pour finir, la marine ne m'aura pas. Laisse-moi un peu de temps pour m'entraîner et je reviendrai personnellement te voir afin de te terrasser.

        -AHAHAH ! Tu crois vraiment pouvoir y arriver, gamin ?! Regarde-toi, Kiraku a mit seulement cinq secondes à te mettre à terre ! AHAHAH !


        -Je ne parle pas de tes sous-fifres, cheveux sanglants, mais de toi et moi. Entre quatre yeux, en duel, sans personne pour intervenir ! Seulement des spectateurs et deux gladiateurs.

        -Hin ! C'est inutile, je te vaincrai quand même, car j'ai vaincu en duel tous les membres de mon équipage ... Autrement dit, tu es fichu.


        -Un tournoi, dans ce cas ! Je te propose d'organiser un tournoi de combat entre ton équipage et le mien ! Et tu verras lequel et le plus fort.

        -Ok, gamin ... Prend cet escargophone et appelle-moi dès que tu veux que le tournoi s'organise ... Je t'attendrais !

        -Marché conclu, dans ce cas !

        Suite à ce dialogue, Nakimura se leva et reparti, mais après quelques pas, il s'arrêta, tourna la tête et me dit :

        -Et surtout ... Tâche de ne pas me décevoir !

        -Compte là-dessus ... Lui répondis-je sur un ton grave.

        Puis il parti, sans rien demander. Me voilà donc seul, au milieu d’une place complètement vide et recouverte d’hémoglobine … Dire que tout cela à commencer par une vulgaire bataille de rue … J’aurais mieux fait de ne pas y prendre part, moi !

        -Bon ! Comment je vais m’en sortir maintenant ?

        Je ramassais en premier mon morceau de sabre afin de la ranger dans son fourreau respectif et plaça ensuite mes deux sabres dans les leurs. Puis, je reparti à la force de mes bras en direction du bateau … Très lentement. Mais si vous pensez que ça allait se finir là, vous vous êtes planté ! Car quelques minutes après le début de mon avancée pénible, j’entendis un :

        -Là-bas, c’est un pirate ! Choppez-le !

        -Et merde ! La marine

        Enfin bon, cela ne devait être qu’un régiment d’éclaireur, car ils n’étaient qu’une petite dizaine. Je me mis donc face à eux et les attendis. Tout d’abord, ils se méfièrent de mon attitude et commencèrent à ralentir, je pus les compter, ils étaient sept. Ce qui me fit sourire, était le fait qu’ils étaient tous armés de sabres, qui sont plus simples à éviter que des balles. Puis, l’un d’entre eux s’approcha dangereusement de moi.

        -Zarechi Ozuka, membre des Bloody Sorrow, primé à 1 222 000 berrys, vous êtes tenus pour responsable du carnage qu’il s’est passé sur cette place. C’est-à-dire agression sur civile, sur agent de la justice, dégradation de lieux publiques et religieux !

        -Non ! Tout ça ? Ahahah ! Disais-je avec un large sourire. Bref, c’est toi le chef, non ?

        -Euh … Caporal, je suis l’homme le plus gradé de ce régiment, nous allons vous passer les menottes.


        -Je … Ne crois pas !

        Je pris une pierre qui trainait non-loin de ma main et assomma le caporal avec, je sortis ensuite mon sabre et lui mit sous la gorge.

        -Si l’un d’entre vous bouge, je lui ouvre les veines ! Maintenant, vous avez deux solutions. Soit vous me laissez partir et je laisse le corps de votre caporal à la sortie de la ville, soit vous tentez de me prendre et je vous laisse votre caporal dans une mare de son propre sang ! À vous de choisir !

        Suite à ces mots, ils firent tous demi-tour avant de s’en aller, serrant leurs poings. Je parti donc, me trainant et trainant le corps inanimé du caporal jusqu’à la sortie de la ville. Je posai donc le soldat et continua mon chemin seul, jusqu’à ce que je crois un chariot, que je pris au vol. Certes, le voyage m’ouvrit de toutes part et n’arrangeait pas mon cas, mais il allait en direction du bateau et c’était l’occasion à ne pas manquer ! Par chance, il passa seulement à quelques mètres du bateau !


        -J’ai … Vraiment … Une chance de taré ... Eh … Eheh ! Aoï ! … AOÏ !

        Le garçon aux cheveux roses me vit du haut de sa vigie, descendis le plus vite possible et me rentra au bateau sur son dos, avant de me m’allonger en lui disant quoi faire pour me soigner.
        • https://www.onepiece-requiem.net/t4378-fiche-de-zarechi-ozuka
        • https://www.onepiece-requiem.net/t2867-zarechi-ozuka-prez-100-manque-validations

          -On les chope maintenant chef ?
          -Non non surtout pas soldat... Un pirate blessé est un pirate qui est encore dangereux. Alors on va les laisser filer tranquillement en espérant que ce qu'ils ont pris leur fera rayer définitivement cette ile de leurs destinations préférées...
          -C'est vous le chef chef...
          -Bien, les autres ils font quoi ?
          -Ils plient le camp aussi, le type au sabre a du leur parler de Gertrude, ils foutent le camp aussi chef...
          -Alors c'est parfait, vraiment parfait... Bon... Et bien je suppose qu'on a plus qu'a tout ranger alors... Messieurs, au travail...
          -Euh chef, y'a encore un petit proibléme....
          -Ah... Développez soldat, développez...
          -Ben, c'est à propos de G403...
          -Oui?
          -Ben...Ils veulent pas rentrer chef. Pas du tout... Ils ont décidés de partir devenir chasseur de primes. Et de rouvrir leur bateau pizza... Et... Elle a donné une fessé au sergent Claude en le traitant de petit canaillou...
          -Voila qui est fâcheux... Très fâcheux. On ne peut pas les lâcher sur les Blues sans rien faire !
          -Ben, ptet qu'on pourrait chef... Finalement ils sont plutôt sympa non ? Et puis... Vous avez vu ce qu'ils ont fait aux pirates, vous l'avez dit vous même, on a aucunes chances contre eux !
          -Ou alors on pourrait... Utiliser le projet G002 !
          -Chef, vous vous souvenez de l'autre jour ? Le jour ou vous m'avez dit qu'un subordonné devait parfois donne son avis franchement quand il avait peur que son chef fasse une grave erreur... Ben la... Je crois que...
          -Mouais... Bon, alors on oublie... Après tout, personne ne viendra jamais vérifier qu'ils sont toujours dans leurs cuves hein ?

          Et sur ces bonnes paroles rassurantes. Le lieutenant Colonel Sentomaru (Aucun lien de parenté avec l'amiral) partit superviser le rangement... Non sans un petit pincement au coeur pour les pauvres pirates qui risquaient de croiser la route de l'abominable binome qu'il venait de lâcher sur le monde. Mais après tout. Ils l'avaient bien cherché !
            Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
            Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum