Le Deal du moment : -29%
-29% Ecran PC 32″ LED AOC (Dalle VA – 75 ...
Voir le deal
189.91 €

Retrouvailles avec un ingénieur (ou comment se paumer chez les Long-bras en parlant de choses et d'autres)

Precedently

Takashi sortit du bâtiment, le sourire aux lèvres. Enfin toute cette histoire est définitivement ter-mi-née. Il allait enfin pouvoir retrouver son équipage, et partir vers l'île de Bulgemore pour connaître le secret du "N." de son nom. Il trotta un peu, croisa des gens, certains le regardant avec méfiance, d'autres avec indifférence. Il continua sa petite balade durant quelque minutes, avant de se rendre compte qu'il se trouvait dans un quartier qu'il n'avait jamais vu durant la semaine qui s'était écoulée depuis son arrivée sur cette île.

Ce quartier était visiblement mal famé. L'atmosphère semblait imprégnée d'une aura négative, et les bâtiments délabrés aux fenêtres desquelles ont apercevait parfois une ombre furtive et menaçante n'arrangeaient pas la chose. Plus Takashi marchait, et plus il se sentait en insécurité. Durant toute la semaine, il avait bénéficié d'une protection de la part de la garde rapprochée du maire, mais maintenant que la mission était terminée, il pouvait lui arriver n'importe quoi, personne ne pourrait venir l'aider. A moins qu'il ne retrouve ses nakamas bien sûr. Et ça, Takashi l'attendait avec impatience. Il marcha un petit peu dans la ruelle, puis s'arrêta. Il venait d'entendre un bruit derrière lui. Il se retourna, et aperçut un long-bras, armé d'un bâton.

"-Qui l'eut cru ? Un pirate primé ici, dans ce quartier de la ville, et en plus avec une seule articulation à chaque bras... T'sais, tu risque de me rapporter un max... Alors steuplaît, rends toi tout de suite, ça m'ferait mal de gâcher de la marchandise...
-J'ai pas le temps de jouer à la course poursuite. Reviens me voir un autre jour, ptetre que ce jour là, j'aurais envie de te mettre une raclée... sur ce... Bye Bye !"

En disant ces quelques mots, Takashi sprinta vers le long-bras, plaqua sa main sur son visage, durant un très court laps de temps... le temps qu'il lui lui envoie une décharge électrique.

Jet Spark !

Le chasseur de primes, ou du moins le long-bras qui voulait chasser des primes parut sonné, ce qui laissa le temps à l'ingénieur de déguerpir dans les règles de l'art, par le toit. Il trouva une échelle de secours et s'en servit pour monter sur le toit. Et pour ne pas réitérer l'erreur qu'il avait commise à Inari, il vérifia la solidité du toit, avant de marcher dessus.

Depuis le toit, la ville ressemblait à un gigantesque dédale habité et vivant. Takashi fut impressionné de la taille de la ville: jamais auparavant il n'avait vu de ville si tentaculaire. Il ne prit pas le temps de s'extasier: Il venait d'entendre le, long-bras appeler des "amis" à lui. Et Takashi n'avait pas envie d'être poursuivi. Il partit donc vers ce qui semblait être le port de la ville, et d'ailleurs la seule zone de la ville qui n'était pas entourée de montagnes. Il avançait en sautant de toit en toit. Si des gens remarquaient sa présence, lui ne les remarquait pas. En cet instant il se sentait libre.

Vous me direz: Pourquoi va t'il vers le port ? Et bien, c'est simple: C'est là bas qu'il pense avoir le plus de chances de retrouver ses amis. Tout simplement car c'étaient des pirates, et que les pirates avaient des bateaux. Mais au lieu de continuer à tergiverser sur le fait du pourquoi du comment il va là et pas là, je crois que vous ferriez mieux de continuer à suivre la balade de Takashi sur les toit.

Takashi courait bondissait vers sa destination, lorsqu'il se rendit compte que sous ses pieds, il n'y avait plus de toit. Enfin plus de toit directement sous ses pieds. Le bâtiment sur lequel il s'apprêtait à atterrir faisait en effet deux étages de moins que celui d'où il venait de sauter. pendant sa chute, il aperçut une gouttière. Par réflexe, il s'y agrippa, et essaya de grimper pour remonter sur le toit. Plus il montait et plus la gouttière cassait. Il tira alors très fort, de façon à bondir sur le toit. Ce qui marcha à moitié.

Car oui, lorsqu'un de nos pieds est encastré entre deux briques, essayer de bondir devient un peu plus difficile. Au moins Takashi réussit à monter sur le toit, arrachant la brique au passage, mais son visage venait de rencontrer le sol du toit. Et en plus, la brique qu'il venait d'enlever lui atterrit à quelques centimètres. Il se releva, s'épousseta, puis marcha un peu pour se remettre de ses émotions. Il venait d'arriver au port, et des bateaux étaient fièrement à quais. de là où il était, il ne les voyait pas tous, le port étant très grand, mais il vit autre chose, qui l'intéressa plus.

Takashi se posta les bras croisés, la cagoule de la tenue baissée, comme son regard, vers ses nakamas présents en bas.

"-Hey ! Les gars !"


Dernière édition par Takashi N. Frozenstar le Dim 23 Déc 2012 - 10:28, édité 2 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t4138-fiche-de-takashi-n-frozens
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3506-takashi-frozenstar

Yatta !

Debout sur le pont, le regard pointé vers l’horizon, j’attends que l’on s’approche un peu plus de l’île pour donner les directives à cette bande de fou furieux affamé dont j’ai la responsabilité. Eh oui, une fois de plus, Mizu s’est fait la malle en prenant sa barque préférée afin d’arriver sur l’île avant nous. Il a emporté avec lui cet… homme-épouvantail bizarre qui a l’air assez effrayant d’ailleurs. Je n’ai eu le temps d’aller faire sa connaissance étant donné la tempête que nous avons affronté tout à l’heure. En tout cas il a l’air de plaire au captain’ vu qu’il l’a emmené avec lui ainsi. Bref, je suis bien content que le navire n’ait subit plus de dégâts, car déjà que ça va être assez embêtant de refaire le mât à l’arrière…. A mes côtés, appuyés sur la rambarde, Mugen et Shinji attendent mes directives pour remonter les voiles et ralentir le navire. A mon avis, c’est le moment, mais je préfère avoir l’avis de la navigatrice au cas où… nous sommes sur Grand Line quand même ! Me retournant en sa direction, je lui fais signe de la tête et cette dernière hausse la sienne pour me donner le feu vert. Je mets un léger coup sur les épaules de mes deux amis en guise de signal. Ses messieurs s’exécutent immédiatement en grimpant à toute allure sur les deux mâts. Je marche alors jusqu’au centre du pont où le reste de l’équipage attend avec impatience notre arrivée.

- Vous avez tous entendu ce qu’a dit le captain’ ! Voilà le plan : Mizu étant allé je ne sais où avec l’épouvantail, quelques-uns m’accompagneront retrouver Takashi. Par contre il faut des gens qui restent sur le navire avec Shin’ et Mug’ qui s’occuperont eux de réparer le mât. On se mets par groupe. Donc Yukisame, tu viens avec moi. Izya, j'aimerais que tu reste sur le navire. Et... Prince, si ça ne te dérange pas, j'aimerais que tu accompagne Mitsume sur l'ïle afin de faire une topographie des lieux. Ne le prends pas mal surtout, je sais que tu n'es pas un Shino, mais j’estime qu'il serait plus judicieux pour chacun d'être accompagné. Ah, dernière chose, soyez très prudent ! Nous avons de grosses primes et surtout, la marine nous poursuit. Alors en cas de problème, vous sonnerez l’alarme sur le navire… nous devrions l’entendre depuis ville.

Après quelques minutes, nous voilà arrivé au bord d’une plage, car sait-on jamais, il y a peut-être la marine au port. Mes habits étant tout trempés avec toute la flotte que j’ai bouffé lors de la tempête, je me change rapidement et retourne sur le pont. Je remarque Yuki qui m’attend avec son grand sourire. Sacré cuistot, toujours de bonne humeur. Je demande s’il n’y a personne d’autre pour nous accompagner… Non ? Ah la musicienne va sûrement nous rattraper en route… très bien ! Evidemment, mon cimeterre est dans son fourreau et mes précieux clous sont bien cachés aux endroits habituels. Sait-on jamais, nous allons à tous les coups devoir nous battre contre des marines. Nous descendons donc du Blue Moon et posons pieds à terre. C’est un petit pas pour l’homme, mais un grand pour les Shinos ! Et dire que nous sommes sur notre deuxième île de Grand Line… une certaine fierté s’empare de moi.

Cette île m’a l’air… pas très accueillante. Je ne sais pas pourquoi je ressens ça, mais bon. On verra bien ce qu’il se passe. Nous marchons donc avec Yukisame en direction d’une éventuelle ville. Soudain, je me rappelle des rats sur le navire. Oh j’ai une idée, nous allons chasser le chat aujourd’hui ! J’en fais part à mon ami mais tout à coup, avant même qu’il n’ait fini sa réponse, nous remarquons tout deux quelque chose d’anormale. Il y a là un homme qui fait sa sieste sous un arbre. Mais pas un homme comme les autres ! Il a… deux coudes ! Le pauvre, ça ne doit pas être facile à vivre ainsi en société. Pendant que nous l’observons, ce dernier ressent notre présence et se réveille. Tout à coup, ses yeux s’ouvre comme s’il venait de voir un monstre ou quelque chose comme ça. Sans rien dire, il se lève puis commence à courir dans une direction. Probablement en ville, mais pourquoi une telle réaction ? Nous nous regardons d’un air étonné avec le cuistot. Le pauvre, en plus d’être handicapé physiquement, il l’est aussi mentalement.

Nous reprenons donc la route et arrivons finalement dans un lieu où les bâtiments me sont familiers. Ah je sais, c’est un chantier naval. Alors que j’observe les différentes installations et infrastructures, Yuki m’interpelle en tirant sur ma chemise. Il veut attirer mon attention sur la population locale et… QUOI ? Ils sont tous handicapés ? Nonnn, ce n’est pas possible. Pourquoi est-ce que tout le monde a deux coudes ? Et pourquoi est-ce qu’ils nous regardent tous comme ça ? J’ai comme un mauvais pressentiment, à moins que toutes ces personnes soient au courant sur notre identité ? Nos primes ? Hmmm, enfaite je pense que c’est plus le fait que nous ayons des bras différents des leurs. D’ailleurs ça commence à m’agacer un peu.

- Quoi ? Qu’est-ce qu’il vous prend de nous dévisager comme ça ? C’est nos bras qui vous intriguent ?
- Hey ! Les gars !

Ah ? Cette voix m’est familière… Mais quelle coïncidence !? Alors que nous le cherchions, le voilà qu’il nous trouve lui-même. Tant mieux, ça nous évite les longues recherches.


Dernière édition par Lion le Lun 24 Déc 2012 - 22:03, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2877-fiche-du-lion
Le capichef s'étant fait la malle avec le drôle de bonhomme qu'on a repêché tout à l'heure, c'est au Lion de prendre le commandement des troupes. Et malgré l'agitation, il s'en sort plutôt bien, faut le dire. D'ailleurs, il se la joue un peu à la Mizu : le petit speech avant l'accostage, c'est hérité du patron, ça !
D'ailleurs, j'peux pas m'empêcher une petite remarque à voix basse quand il fait mention des têtes mises à prix :

-Marrant, pourquoi j'me sens pas concerné par les primes?

Cassandre me donne une tape sur le bras. J'crois qu'elle est déçue qu'Izya ne l'ai pas attendu.
D'ailleurs, en parlant, d'Izya, elle va se prendre une petite fumée quand on se recroisera : ça lui prend souvent de démonter ma cuisine ?
M'enfin bref, c'est pas le moment de penser à ça. Les dernières manœuvres avant l'accostage sont réalisés, le second s'est éclipsé dans sa cabine. Je l'attends et accueil son retour avec un grand sourire : je suis content d'aller chercher Takashi avec lui, ça fait un moment que j'ai pas eu l'occasion de discuter avec celui que je considère comme mon meilleur ami au sein de l'équipage.

Nous descendons de notre cher Blue Moon. J'ai pas pris mon Meitou, il est un peu trop voyant : j'ai préféré mon vieux sabre.
Le roi des animaux a l'air un peu anxieux. J'comprends pas vraiment pourquoi : il fait bon, le soleil brille depuis que la tempête s'est calmée...
Nous parlons de tout et de rien jusqu'à ce qu'il me fasse part de son idée de trouver un chat sur l'île pour le garder à bord.

-Oh oui ! Un chat ! J'adore les chats ! Il faut qu'on en trouve un roux, c'est les plus...

Je m'interromps en voyant l'étrange personnage allongée sur le bord du chemin. Ce type à deux coudes... A chaque bras ? Oula, c'quoi ce délire ? J'ai beau me frotter les yeux, j'vois toujours un bras super bizarre...

-Hé, Lion ! Tu crois que c'est un mutant?

Soudain, le type se réveille. Il nous regarde et nous fixe avec des yeux gros comme des soucoupes, avant de se lever et de fuir et levant ses longs-bras en l'air...
Je lance un regard surpris au Lion, qui me rend le même. J'crois qu'on vient de tomber sur un détraqué...

Passant outre ce détail étrange, nous reprenons notre chemin et arrivons enfin dans une ville, dotée d'un port. Nous déambulons au milieu du chantier naval, le second semble beaucoup apprécier le coin. Perdu dans sa contemplation des bâtiments, il ne remarque pas les autochtones... Je tire sur sa chemise comme un enfant réclamant un gâteau :

-Lion ! Y a un truc qui cloche, là... Regarde ces gens !

Tous les mêmes bras à deux coudes... Où est-ce qu'on est tombés, bon Dieu ?
Tout les regards sont braqués sur nous, et plus particulièrement sur nos bras. Je me sens mal à l'aise. Alors que je m'apprête à demander à Lion de quitter les lieux, celui-ci s'énerve contre la populace :

- Quoi ? Qu’est-ce qu’il vous prend de nous dévisager comme ça ? C’est nos bras qui vous intriguent ?

- Hey ! Les gars!

Nous nous retournons d'un même mouvement vers la personne qui nous a interpellés. C'est Takashi !
Alors qu'un sourire apparaît sur le visage du commandant, je me rue vers notre ingénieur et lui fait une accolade.

-Wah ! Comme c'est bon de te revoir, mec !

Je desserre mon étreinte et recule d'un pas afin de laisser la place à Lion. Je profite que les deux hommes se saluent pour tirer une assiette enroulée dans un torchon de mon sac. Je la tends à Takashi :

-C'est pas grand chose, mais j'espère que t'aimeras!

Le nakama déroule le torchon et sous ses yeux apparaît une assiette remplit d'omelette encore chaude. Nous nous asseyons sur des caisses afin de le laisser manger pendant qu'il nous raconte tout ce qui lui est arrivée depuis son enlèvement.
La capture par les Longs-Bras, cet étrange peuple qui vit sur cette île, la cage dans le zoo, le combat avec le Lion, la rencontre des « mercenaires », la capture par le maire... C'est qu'il lui en est arrivé, des trucs !

Une fois qu'il a fini de parler, je laisse échapper un soupir de déception :

-Pff... T'es même pas drôle... On arrive, nous, on s'attend à ce qu'il y ait de la bagarre, des duels épiques à l'infini, et tout ce genre de bordel avant d'aller te trouver à deux doigts de te faire exécuter par un bourreau dans une cellule humide et sombre. Moment où on t'aurait libéré avec de l'héroïsme à l'infini ! Et toi, t’arrive comme ça, sur le port ! Aucune classe, mon pauvre ami !

Je commence à rire d'un rire franc, et j'entraîne mes camarades avec moi. Mais alors, je remarque des silhouettes qui commence à nous encercler discrètement. J'avertis mes nakamas à voix basse :

-Les gars, je crois que les ennuis débarquent

Ma main glisse dans ma sacoche, je sens la crosse de mon pistolet sous mes doigts...
Un mouvement sur ma droite. Je tire l'arme de mon sac et presse la détente. L'homme s'écroule avec un cri en se tenant la jambe. Ses acolytes tirent leurs armes, tandis que Lion et Takashi se redressent, prêts à en découdre. Ils sont une bonne dizaine. Une bagatelle pour nous, en somme !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3125-yukisame-pandora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2951-yukisame-termine-test-rp-poste-en-attente-de-validation
Lion et Yukisame se tenait en bas. Takashi sauta du toit, sur un autre toit, plus bas. Il réitéra cette action plusieurs fois, avant de retomber sur le sol, et de faire de vraies retrouvailles avec ses deux nakamas. Le cuisinier lui avait apporté un repas, qui, à première vue, paraissait délicieux. Malgré le peu de temps qu'il avait passé sur le navire, il pouvait reconnaître aisément un plat préparé par le cuisinier de l'équipage. Pendant qu'il mangeait, il expliqua, en détail, les événements des dix derniers jours. Yukisame semblait déçu, ce qui se confirma juste après:

"-Pff... T'es même pas drôle... On arrive, nous, on s'attend à ce qu'il y ait de la bagarre, des duels épiques à l'infini, et tout ce genre de bordel avant d'aller te trouver à deux doigts de te faire exécuter par un bourreau dans une cellule humide et sombre. Moment où on t'aurait libéré avec de l'héroïsme à l'infini ! Et toi, t’arrive comme ça, sur le port ! Aucune classe, mon pauvre ami !

-Ca va hein !... je me fais capturer, j'arrive tant bien que mal à survivre sans me faire capturer par les long-bras, et toi tu...

-Les gars, je crois que les ennuis débarquent

-T'inquiète, c'est qu'un bras cas... *BANG!* Mais t'es malade ou quoi ?! T'aurais pu le tuer ? Et puis, ça t'arrive de m'écouter ?..."

Deux demi-douzaines de long-bras sortirent les gens qui étaient présents. Ils avancèrent, prêts à tirer. Sentant que le combat allait commencer et risquait d'être violent:

"-Les gars, je vous interdis de tuer quelqu'un... Non pas que je me soucie de leur misérable existence, c'est juste qu'ils ne méritent pas de mourir par des pirates prim... Euh, désolé Yuki, je veux dire des pirates dangereux qui se rabaissent à leur niveau..."

Takashi calculait le nombre d'adversaire que chacun allait affronter, c'est à dire quatre. Le charpentier, le cuisinier, et l'ingénieur étaient dos à dos à dos, et les long-bras les encerclaient, pendant que les trois hommes se préparaient.

"-Yuki, tu voulais des duels épiques ? Ben, je pense que c'est déjà un bon début !"

C'est le signal que les trois pirates prirent pour donner l'assaut sur le groupe de kidnappeurs.

Takashi fonça sur deux d'entre eux, qui s'apprêtaient à lui tirer dessus, mais à la surprise des deux hommes, il dérapa sur le sol, et gifla leur jambe d'un petit choc électrique, signé Jet Spark ! Cette attaque eut pour effet de les déstabiliser, et Takashi, dont le dérapage l'avait amené dans leur dos, les poussa en avant, tout en leur faisant un croche-patte, ce qui les fit s'écrouler lamentablement, tel les misérables insectes aux vies lamentables qu'ils étaient. Takashi asséna des petits coups de pieds dans les flancs des deux homes, pour vérifier qu'ils étaient bien assommé, ce qui était le cas.
*Petites Natures...*, pensa Takashi, qui se retourna prestement lorsqu'il entendit un coup de feu détonner et une balle partir dans sa direction, mais sur un mur à deux mètres de lui. Le gros défaut quant on a une arme à feu, c'est la stabilité, le recul. Cet homme n'était sûrement pas habitué à avoir un pistolet dans les mains, car ces dernières tremblaient.

Takashi profita du fait que son adversaire était en train d'hésiter pour lancer ses deux boomerangs.

Ryu No Tsubasa !


L'un des boomerangs frappa le visage de l'homme horizontalement, lui faisant regretter de ne pas avoir pris de cotons pour le nez. Du sang en coula, et il chercha sur lui de quoi empêcher l'écoulement, en vain.

Le deuxième boomerang, un peu plus téméraire que son frère, frappa un des deux long-bras qui se moquaient de Yukisame, lui ayant pris sa sacoche, et se la lançant pour faire rager le petit homme. Celui qui se prit le boomerang se retourna, et se fit enchaîner par Yukisame, qui récupéra bien vite sa sacoche.

Takashi l'observais, perdu dans ses pensées, et sentit soudain une présence derrière lui. Il se retourna, et vit la crosse d'un pistolet lui foncer dessus. L'homme qui saignait du nez venait apparemment de comprendre la façon dont on se servait d'un pistolet à silex. Ledit pistolet frappa Takashi à l'épaule gauche, puis tomba par terre, Takashi le ramassa, alors que le long-bras se préparait sans doute à lui foncer dessus. Il tint alors le pistolet à l'envers, faisant exprès de tenir le pistolet par le canon, menaçant ainsi l'homme de la crosse de l'arme. Le long-bras, visiblement aussi malin que débrouillard, partit en courant, pensant qu'on allait lui tirer dessus.

Souriant de la bêtise de l'homme, Takashi alla ramasser ses boomerangs qui avaient atterri à quelques mètres, et qu'il n'avait pu aller chercher à cause de l'attaque du kidnappeur. Il s'accroupit et les ramassa, et eut juste le temps de se retourner pour apercevoir une silhouette s'apprêtant à lui asséner un coup.


Dernière édition par Takashi N. Frozenstar le Jeu 27 Déc 2012 - 14:21, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t4138-fiche-de-takashi-n-frozens
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3506-takashi-frozenstar
Waah, quel dingue ce Taka. On peut dire qu’il ne s’est pas touché ! C’est bien, ça me rends fier d’avoir un nakama aussi débrouillard. Et comme le dit si bien Yuki, on s’attendait à le retrouver « à deux doigts de se faire exécuter par un bourreau dans une cellule humide et sombre ». Ralala, on a tellement pris l’habitude de ce genre de chose qu’il suffit de quelque chose de banale nous arrive pour nous ennuyer. Un sourire discret s’affiche au coin de mes lèvres, quand soudain, Yuki nous fait signe d’un potentiel danger. Bien vu le cuistot, j’étais un peu dans mes pensées et n’ai pu remarquer leur présence. L’atmosphère a changé depuis tout à l’heure. Une aura négative se ressent dans l’air et après tout ce que Taka nous a raconté, ça ne peut être que ça, des longs bras qui nous veulent prisonnier ! *BANG* Yuki tire une balle sur l’un qui s’écroule. C’est le moment de faire comprendre à la population local que nous ne sommes pas ici pour être exposé au musée ou dans un cirque. Les longs bras sont tous sur leur garde. Personnellement, étant encore assis, je prends mon temps en me levant doucement, retroussant mes manches soigneusement pour éviter de froisser ma chemise blanche. De là, apparaisse mes clous de charpentier que je prends en entre mes doigts. Mon cimeterre n’allant pas me servir, je le pose à terre et me tourne vers ces messieurs aux bras difformes ! L’un d’entre eux semble être le meneur de la bande.

- Eh toi… Kisama (Singe). Tu as eu le malheur de déranger le lion alors qu’il était occupé avec ses amis.
- Le lion ? Et qui c’est ce lion ? Toi ? Hahaha…
- Je vois, le singe est tellement con qu’il ne se soucie même pas de ce qu’il va lui arriver. Que ceux qui tiennent à leurs vies s’en aillent, ceux qui resteront vont payer pour avoir capturé Takashi !
- Les gars, je vous interdis de tuer quelqu'un... Non pas que je me soucie de leur misérable existence, c'est juste qu'ils ne méritent pas de mourir par des pirates prim... Euh, désolé Yuki, je veux dire des pirates dangereux qui se rabaissent à leur niveau...
- Oy Taka ! On est venu ici pour te chercher. Donc également pour nous battre, alors arrête ton baratin et montre leur comment sont punis ceux qui s’en prennent aux Shinoryu !


D’un bond, je me retrouve quasiment collé à leur chef, la main gauche le tenant au col, le poing droit au niveau de son abdomen, prêt à planter. Je glisse un « Fallait pas nous chercher » et transperce son bide avec mon clou. Les yeux grands ouverts, l’homme ne réussit même pas sortir un seul bruit de sa bouche et s’écroule à mes pieds. Suite à quoi, je m’élance en direction d’un et lui mets un coup de pied direct au torse qui le propulse contre un arbre. Je jette un coup d’œil à mes hommes, par simple contrôle puis aperçois un qui charge avec son épée. Je me décale, son coup passe tout droit, mais contrairement à mes attentes, son deuxième coude pivote et la lame arrive sur mes cottes. D’un geste vif, je bloque son arme avec mes deux clous croisés. Le salopio, j’ai cru que j’allais y passer. C’est vicieux comme truc leurs bras là. Sans attendre, je pousse son arme vers le haut et en profite pour lui mettre une balayette qui le met à terre. Là, je remarque un qui abat son arme dans mon dos et me décale in extrémis. Cet imbécile vient de planter son épée dans la jambe de celui à terre. Quelle bande d’incapable sérieux ! Encore une fois, j’envoie un coup de pied direct sur mon adversaire qui se le prend au cou. Ejecté en arrière, il finit à terre, probablement mort sur le coup. Toujours sur mes gardes, je cherche un potentiel adversaire, mais remarque qu’il ne reste plus personne. Très bien, j’en ai assez de toute façon. On a retrouvé Takashi, maintenant, il faut faire des courses et surtout, trouver plusieurs chats dans cette ville. C’est une question de vie ou de mort pour nous sur le navire.

- Bon les gars, ramassez vos affaires, on va se balader en ville et trouver des chats. Oui Takashi, on a besoins de chats sur le navire. On a eu une invasion de rats à bord et ils nous ont tout bouffés les sales bêtes ! On pourrait en profiter pour faire les courses aussi Yuki.

Après avoir fouillé les longs bras à terre, nous rassemblons l’argent. Et dire que tout cet argent était dans les poches de ces types… on va pouvoir faire de bonnes courses avec ça ! Nous déguerpissons donc rapidement avant que d’autres ennuies n’arrivent. Marchant dans les ruelles, nous cherchons dans les moindres recoins un chat et finissons par en voir un. Essayant de l’attirer avec des « petit petiiit » « Kik kik kik… », je remarque que le chat n’en a rien à faire de moi. Ah oui ? Tu veux jouer au malin ? Ok. Je m’élance à sa poursuite comme un sauvage. L’animal fuit à toute vitesse. Commence alors une course poursuite infernal. Tout à coup, l’animal entre dans une maison par la fenêtre. Sans hésiter, je fais de même en cassant tout sur mon passage. Une femme se mets à hurler, mais rien à faire, j’aurais cette bête ! Grimpant les escaliers je vois le chat m’attendre au bout d’un couloir, mais aussi une fenêtre qui mène à l’extérieur. Nous nous fixons, chacun attendant de voir ce que l’autre va faire. Rien à faire, je repars à sa poursuite. Il passe par la fenêtre qui mène à un balcon, idem pour moi. Notre course continue sur un petit toit en dessous de ce balcon, puis dans la rue. Ahhhh, je vais t’attraper !! Je percute des gens, rentre dans des tables et les renverse. Nous arrivons finalement prêt d’un arbre auquel monte l’animal. Ahah ! Il croit que je ne peux pas grimper c’est ça ? Il connait mal le lion ! J’ai joué toute mon enfance dans les hauteurs des navires, ce n’est pas un petit arbre qui va me faire peur. Je monte également dans l’arbre et poursuit encore une fois le chat jusque tout en haut. Un face à face plutôt comique se produit alors. Ce petit truc essaie de m’effrayer avec ses petites pattes et ses petites dents. Non mais tu ne vois pas que je suis le roi des félins ? Aller viens là que je t’attrape. Au moment où je m’apprête à le chopper, il bondit sur mon visage et me fait perdre mon équilibre. Trébuchant en cassant pleins de branches, je tombe sur le dos à terre, le chat toujours entre mes mains. Ahhhh, fait chier… mon dos. Après m’être relevé, je maitrise l’animal et me mets à la recherche des deux autres Shino. Je fini par croiser Yuki qui a l’air d’avoir trouvé un chat également, mais bizarrement, j’ai l’impression qu’il n’a pas eu trop de mal à l’attraper.

- Je l’ai eu ! Takashi n’est pas avec toi ?
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2877-fiche-du-lion
Douze bonhommes à se farcir dès l'arrivée, c'est un bon début, j'trouve.
Chacun pour soi, le Lion, Takashi et moi, on se sépare pour s'occuper le plus rapidement possible de nos adversaires. Je tire mon sabre tandis que les deux premiers malformés s'approchent.
J'évite un premier coup aisément, le deuxième aussi, en pare un troisième... Comme quoi, c'pas parce qu'on a des bras deux fois plus longs que les autres qu'on est forcément plus fort.

Je profite de ma petite taille pour me faufiler entre les jambes de l'un des combattants, et j'lui met un coup de la poignée de mon sabre dans les bijoux de famille. Pas très catholique tout ça, mais j'ai pas de scrupules. Le type et plié en deux, je le finis d'un coup du plat de la lame dans la nuque.

Je sens un mouvement dans mon dos. Hop, rotation sur mon pied gauche et le coup de marteau passe juste à côté de moi. Par contre, c'est foutrement mal pavé, ici : une dalle de pierre moins bien calé que les autres, et paf, j'm'étale par terre comme une bouse, perdant ma sacoche au passage.
J'évite une nouvelle attaque in extremis en roulant sur le côté et me relève immédiatement. Pendant que deux des Long-bras se jettent sur moi, un troisième attrape ma sacoche et me nargue en la secouant. Fais gaffe à toi, mec, si tu renverses ma farine, ça va mal aller.

Parade, esquive, c'est qu'ils vont vite, les salopiauds ! Une ouverture dans la garde de celui de droite me permet de lui enfoncer mon talon dans les côtes, ça le met à genoux. Le deuxième en est quitte pour une dentition explosée par le plat de ma lame. J'espère que t'as une bonne assurance, l'ami...
Au même moment, le voleur de sacoche se prend un boomerang en pleine face. Sonné, il titube, et j'en profite pour lui balancer un bon coup de pied dans le ventre, il va rejoindre les poissons dans l'eau du port. On ne reste jamais à côté du bord quand on se bat. Je ramasse ma sacoche tandis que mon dernier adversaire se relève et s'enfuit.

Je regarde autour de moi, histoire de voir où en sont les camarades. Pas de dégâts sérieux à constater de notre côté, ce dont ne peuvent pas se vanter les Longs-Bras : beaucoup de leurs hommes gisent à terre, l'un d'eux dans une flaque de sang. On reconnaît bien là l’œuvre du Lion. J'ai la nausée en voyant le cadavre et essaie de dire au Second d'une voix faible :

-T'y est peut-être allé un peu fort, là, tu crois pas ..?

Visiblement, il ne m'entend pas et ne remarque pas non plus mon malaise.

-Bon les gars, ramassez vos affaires, on va se balader en ville et trouver des chats. Oui Takashi, on a besoins de chats sur le navire. On a eu une invasion de rats à bord et ils nous ont tout bouffés les sales bêtes ! On pourrait en profiter pour faire les courses aussi Yuki.

Il nous donne ensuite l'ordre de fouiller nos ennemis à terre pour leur soutirer leurs sous. J'ai rien contre cette pratique (après tout, chuis un pirate), surtout que nos assaillants sont sûrement des malfrats, ou pire, des chasseurs de primes. Mais j'évite quand même soigneusement les deux qui ont l'air mort...
A côté de moi, je remarque la mine renfrognée de Takashi. J'crois qu'il a pas trop apprécié l'attitude du Lion, surtout qu'il avait bien précisé qu'il ne fallait tuer personne.

On se fait vite la malle pour éviter que les potes de nos ennemis où les forces de l'ordre arrivent. Puisqu'il n'y a pas besoin de tout détruire pour libéré l'ingénieur, autant jouer la carte de la sécurité.
Lion marche devant, je le suis et Takashi ferme la marche.
Soudain, le roi des animaux repère notre cible : un matou de belle taille. Bien qu'il essaie de l'attirer, le félin l'ignore superbement, et l'orgueil de mon ami en prend un sacré coup. Toujours aussi radical, le Lion fonce à sa poursuite, tandis que le chat déguerpit en toute vitesse.

-J'crois que notre ami n'est pas très doué avec les animaux malgré son statut de roi...

Takashi ne répond toujours pas. L'a pas trop l'air de bonne humeur, le gaillard. Je pense que je vais me taire, j'ai moyennement envie de me prendre une engueulade...
Alors qu'on par à la recherche de notre Lieutenant, nous croisons une petite boule de poils blanche qui nous regarde depuis le toit d'une maison voisine. Un chat tout blanc, comme moi, à l'exception que lui a les yeux bleus.
Je me retourne vers l'ingénieur et lui dit :

-Tu peux m'attendre ici ? J'vais voir si je peux pas l'attraper, je pense qu'il sera un peu moins farouche que celui de Lion !

Sans attendre sa réponse, je m'approche de la maison et me hisse sur le rebord d'une fenêtre puis commence l'ascension de la façade sous le regard attentif du chat. J'arrive enfin sur le toit, et le félin commence à s'éloigner d'un pas tranquille. Je le suis, mais sans courir.
C'est qu'il me fait marcher, le bougre ! On passe de toit en toit en toit, doucement, certes, mais j'y passe quand même un petit moment.

Au bout d'un moment, l'animal s'arrête enfin. Je fais de même et m'assois en tailleur, les mains sur les genoux, puis je cligne doucement les yeux, en signe de paix. Je sais bien m'y prendre, avec les chats : à l'époque où je vivais encore à South-Blue, on avait essayé avec Cassandre d'en adopter un.

On reste cinq minutes à se fixer comme ça. Puis le matou s'approche de moi et vient se coller contre moi en ronronnant. Je me rends alors compte qu'il n'est vraiment pas grand : un chaton de quelques mois à peine. Tant mieux, ça sera plus facile de l'habituer au contact des autres Shinoryuu.

Je me relève et me dirige vers la bord de la bâtisse, et je constate avec satisfaction que le chat me suit toujours. Nous descendons tout les deux puis, une fois dans la rue, je le prend dans mes bras.
A ce moment, Lion émerge d'une ruelle avec le chat qu'il poursuivait dans les bras. Celui-ci à l'air moins content que le mien. Je souris au charpentier en le voyant arriver, l'air de dire : « tu vois, c'est pas bien compliqué ! ».

- Je l’ai eu ! Takashi n’est pas avec toi ?

-Ben si, il est juste derr...


Oups, j'me disais bien que j'avais oublié un truc, aussi...
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3125-yukisame-pandora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2951-yukisame-termine-test-rp-poste-en-attente-de-validation


Longs bras & étrange carte...


    Nakamura, 1624...

    « Hum, je vais prendre celle-ci chef. Non, en faite, plutôt celle-là ! Tenez, voici ce que je vous dois ! »

    Les pièces d'or arrivèrent directement dans la main du marchand de légume, dont les yeux trahissaient un gout peut-être trop "prononcé" pour l'argent... Evidemment cela n'était qu'un détail et le pirate restait indifférent à ce genre de choses. Il avait vu et entendu tellement d'aberrations en ce monde, qu'un vice de ce genre était absolument insignifiant...
    Rangeant rapidement les petites pièces dans sa poche, l'homme se frotta les mains, exhibant une nouvelle fois cette particularité morphologique présente chez les humains de cette île : ces derniers avaient des bras étrangement plus longs que les hommes normaux et disposaient, curieusement, non pas d'un, mais de deux coudes, sur chaque membres supérieurs... Des bras en trois parties. Le marchand afficha un large sourire, avant de répondre de la manière la plus simple, mais qui sonnait un peu trop hypocrite pour l'homme au tricorne :

    « Merci pour vos achats ! Vous ne serez pas déçues vous verrez... Revenez quand vous voulez ! »

    Un simple signe de main pour saluer le commerçant et Prince se remit en marche, suivit de très prêt par la musicienne des Shino, Mitsume, qui l'avait accompagné pour faire un rapide plan des environ. Les ordres du second, Lion, avaient été donnés le matin et les deux pirates avaient été choisis pour faire équipe dans cette mission de reconnaissance... Mission qui les avaient amenés jusqu'à la ville de Nakamura et, plus précisément, dans ce quartier riche de commerces en tout genres et autres étales de rues... Beaucoup de citoyens étaient présents, marchants le long des trottoirs et cheminant les belles rues de pavés : certains faisaient leurs courses, parlants de tout et rien aux divers marchants quand d'autres profitaient seulement du temps pour s'adonner à une petite balade...

    « Tiens attrape, c'est pour toi ! »

    Un peu bêtement et après avoir faillit se retrouver sur le sol, la jeune fille à la chevelure azure saisit le fruit que venait de lui envoyer l'homme au tricorne, avant de remercier ce dernier, timidement :

    « Oh... Me.. Merci. »

    La conversation n'était pas réellement au rendez-vous et la musicienne était sacrément renfermée, comme impressionnée par l'homme avec qui elle effectuait la mission. Recruté après les évènements sur Bannaro, la jeune fille n'avait assurément pas encore prit toutes ses marques avec tout le monde... Ou peut-être était-ce autre chose ?
    Les deux pirates prirent alors une petite pause, s'asseyant sur un magnifique banc en pierre, derrière une petite fontaine qui, à première vue, représentait une grande baleine blanchâtre. Pendant que Mitsume dégustait sa pomme, Prince ferma les yeux afin de relâcher un petit peu... Puis après quelques secondes, entama la conversation :

    « Je pense qu'on a pas mal quadrillé cette première partie de l'île. On ira faire notre rapport à Lion dès qu'on le retrouvera au Blue Moon... »

    Attendant quelques secondes, il posa alors son regard sur la jeune fille, avant d’enchaîner :

    « Hum dis-moi... Est-ce que tu te plais avec nous ? Pardonne moi ma curiosité, mais j'ai l'impression que quelque chose ne va pas...»

    La jeune fille avala sa bouché, avant de regarder son compagnon, un large sourire sur le visage :

    « Si si... C'est juste que... j'ai besoin de temps pour m'habituer. Même si vous êtes géniaux et que Mizu et toi m'avez réellement impressionné sur Bannaro, la séparation avec Peter a été très rapide...douloureuse... Il me faut seulement du temps pour effacer quelques cicatrices. Mais lorsque je vous regarde tous, je pense que votre équipage décrit parfaitement ce dont j'ai toujours désiré : fort, courageux et drôle... C'est pour ça que... »

    Prince la coupa alors dans son élan :

    « Tu fais erreur Mitsu... Ce n'est pas votre équipage comme tu viens de le citer, mais bien notre équipage... Le Blue Moon est ta maison, lorsque je suis ton compagnon. Tu as compris ? »

    Le pirate au tricorne ponctua sa phrase d'un sourire sincère et généreux, juste avant que sa nakama ne réponde, joyeusement :

    « Oui !! »

    Après plusieurs minutes, les deux Shinoryuu se remirent en marche, progressant toujours plus loin dans la ville et enregistrant les données et informations essentiels... C'est en passant derrière la place marchande, que Prince discerna quelque chose de peu habituel... chose qui, d'ailleurs, fut observé par d'autres citoyens, intrigués : un type, apparemment un enfant, marchait prudemment sur les rebords d'une bâtisse, suivit par... un chat ?
    Contournant le bâtiment, intrigués, les deux pirates arrivèrent alors sur le côté Ouest de la bâtisse avant de se retrouver face à deux hommes qu'ils connaissaient plutôt bien : Lion et Yukisam, dans les bras desquels ronronnaient deux gros chats.

    S'approchant, les mains dans les poches, de ses deux nakamas, Prince dont le visage était marqué par un fin sourire, lança tout haut :

    « Ohé vous deux ! »



    Un meurtre. Lion venait de commettre un meurtre. Takashi lui avait demandé de ne pas tuer, et il n'en avait pas tenu rigueur. Les pupilles de Takashi s'étrécirent. Que faire ? Pouvait il lui faire confiance ? Yukisame n'avait tué personne, et lui ne demandais pas de fouiller des cadavres... Takashi se sentait blessé. Il acceptait que ses nakamas tuent, ça, il s'en moquait, mais il avait demandé de ne pas tuer, ne voulant pas créer plus de problèmes qu'il n'en avait eu les dix derniers jours. Le problème était de l'ordre d'une certaine logique aux yeux de Takashi.

    Takashi et Yukisame marchaient dans une ruelle. Lion les avait planté quelques minutes plus tôt, car il venait de voir un chat, et voulait l'attraper, à cause d'une histoire d'invasion de rats sur le bateau. Et désormais, même Yukisame partait. Il venait lui aussi de croiser un chat, et était monté sur un un toit en le suivant. Malgré les indications du cuisiner, Takashi décida qu'il préférait marcher. Il avait besoin de réfléchir. Maintenant.

    Il déambulait dans les rues depuis dix minutes lorsqu'il entendit un cri strident, provenant sûrement d'un félin. D'un geste, l'ingénieur se retourna et aperçut un chat, affalé contre un mur, au milieu de quelques déchets. Il décida de l'attraper. Au moins, ça pourrait lui aérer l'esprit. Il s'approcha donc doucement de l'animal, qui semblait se moquer royalement de la présence du jeune homme.

    Mais en fait, pas tant que ça. Car le chat bondit d'un seul coup, lorsque Takashi voulut l'attraper. En moins de temps qu'il ne faut pour dire "Miaooouuuu", le chat était sûr le toit. Takashi se rendit alors compte qu'il se trouvait à la périphérie de la ville, juste à coté d'une montagne. Il le vit notamment par la montagne en face de lui, mais aussi par les bâtiments de cette zone: principalement des usines, carrières, et autres scieries, pour la plupart abandonnées.

    Voyant que la porte du bâtiment était ouverte, Takashi entra dans l'ancienne carrière. Pour atteindre le toit, il se servit des échelles délabrées qui traînaient ici et là. Le chat était tranquillement couché sur le toit, juste à coté d'un vasistas. Takashi s'approcha doucement de l'animal qui ronronnait. Arrivé entre le vasistas et le chat, il voulut attraper le félin, mais ce dernier lui sauta au visage, et, en réflexe, fit un bond qui le fit atterrir sur la fenêtre de plafond, qui céda.

    Takashi tomba dans un wagonnet, sur un rail qui menait à la mine de la carrière, un bras sur un levier. En voulant se relever, Takashi actionna le levier, et se remettant tant bien que mal en place, il fut le mieux placé pour voir ce qui allait se passer. Le wagonnet avança, suivant les rails qui menait à la gauche du bâtiment, qui se trouvait entouré d'autres entrepôts. Le wagonnet sortit par l'ouverture dans le mur, avant de s'envoler: En effet, la partie des rails qui permettait un virage vers la montagne avait cassé au fil du temps. Et c'est donc les yeux écarquillés que Takashi partit en wagonnet dans le bâtiment qui se trouvait juste devant lui.

    ----------

    Merno sortit de son sac l'objet tant convoité par Serayov. Ce dernier l'observait avec des yeux digne d'un enfant qui voyait son cadeau de Noël. Merno fit quelque gestes avec, montrant ainsi qu'il était plutôt léger, avant de le remettre dans son sac. Il fit alors un signe de la main, signifiant qu'il voulait l'argent. Serayov déchanta alors: Il pensait qu'il pourrait au moins escroquer plus facilement de Merno, mais visiblement, ce dernier était un éternel obstiné. Tout en soupirant, il consentit à sortir de sa poche l'argent, ou plutôt Argent, son arme à feu favorite, avant de la pointer vers Merno.

    "-Donne-moi le, tu m'entends ! Ou sinon tu paieras ce manquement de ta vie !

    -Calmos ! Tu crois que c'est comme ça qu'on parle à un hors-la-loi primé qui te ramène un fruit du démon ? Et puis, ranges cette arme tu vas te blesser !"

    Serayov ouvrit le revolver, et s'apprêtait à mettre une balle, lorsque la voix de son chef l'arrêta.

    "-Serayov, pourquoi t’énerves-tu pour ces enfantillages ? Il n'en vaut pas la peine. Allez, Merno, remets nous le fruit, et tout de suite..."

    Eclenis, le chef du gang dont faisait partie Serayov était assis dans un fauteuil confortablement, et attendait d'avoir enfin le fruit du démon. C'est la seule chose qu'il lui manquait pour arriver à ses fins. Il avait caché les cent quarante millions de berrys du paiement de Merno. Il arrivait à l'aboutissement de ces quatre dernières années. Alors qu'il s'approchait de Merno, une vitre explosa dans une gerbe d'éclats. Un wagonnet vola et atterrit sur le crâne de Merno, qui venait de perdre le sac contenant le fruit du démon. Tous ragèrent, alors que le wagonnet continuait sa route en roue libre.

    ----------

    Lorsque Takashi se réveilla il était à moitié dans l'eau, tout comme le wagonnet. Un grappin avait retenu sa chute, avant de lâcher, sous le poids du wagonnet. Les gangsters que Takashi avait entraperçut avant de tomber dans les pommes, ne l'avait pas retrouvé, et ce pour une raison particulière: Takashi s'était retrouvé encastré entre plusieurs rochers, dans un bassin. Il se releva, et trouva un autre sac que celui attaché à son épaule: Il le fouilla, et trouva une espèce de fruit. Se disant que ce n'était qu'un fruit, malgré ses tâches noires sur fond blanc bizarres, ainsi que sa forme d’œuf-banane, il le rangea dans son sac, peut-être en guise de casse-croûte pour plus tard.

    Après être sortit du bassin, et avoir laissé le wagonnet au milieu des rochers, il prit la décision de retrouver Yukisame, qui avait dû attraper le chat. Et puis, marcher lui permettrait de sécher.

    Il arriva bien vite au port où il avait retrouvé son équipage. Les kidnappeurs avait visiblement débarrassés le plancher, et leurs cadavres aussi. Se remémorant le chemin vers là où il s'était séparé de Yukisame, il retourna dans la ruelle, et commença par marcher afin de retrouver ses deux nakamas, enfin son nakama, et le membre d'équipage qui servait de charpentier. Ce dernier remarqua alors Takashi qui avançait, la tête dans le vague, et lui fit un signe. Il le vit alors, puis Yukisame, et fut heureux de revoir Howard Prince, plus une nouvelle membre des Shinoryu qu'il ne connaissait pas encore. Après lui avoir souhaité la bienvenue, il se tourna vers Lion. Il savait comment régler son différent d'avec le charpentier. Sans rien lui demander, il lui envoya son poing dans le visage, et se prépara à prendre ses boomerangs.


    Dernière édition par Takashi N. Frozenstar le Lun 31 Déc 2012 - 10:11, édité 1 fois
    • https://www.onepiece-requiem.net/t4138-fiche-de-takashi-n-frozens
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3506-takashi-frozenstar
    Le chat se tenant dans mes bras a fini par se calmer après les quelques conseils que Yuki m’a donné. Cette touffe de poil a l’air d’apprécier les petites caresses que je lui fais et s’est complétement installé sur mes avant-bras. Il va faire la sieste ou quoi ? Eh oh, je ne suis pas un coussin ! Quoi que, c’est peut être mieux ainsi ? Il ne va pas gigoter pour s’enfuir, ça me facilite la tâche. Il est fort ce cuistot tout de même. Tiens, voilà Mitsume et Prince qui arrive. Sans attendre, je leur demande de me faire un petit résumé de ce qu’ils ont trouvé et hoche la tête pour les remercier de leur travail. A mon avis, il est temps de rentrer. Je demande à Yukisame s’il a besoins de beaucoup de courses pour ce soir, car bon avec des chats dans les bras, ça va être délicat de porter les courses, mais ça va également paraitre louche aux yeux des habitants. Bon, au pire des cas, on repasse tout à l’heure faire deux trois achats et puis voilà. Alors que nous nous apprêtions à retourner au navire, voilà que Takashi réapparait. L’un d’entre nous lui fait signe de nous rejoindre, car il a l’air perdu. Une petite présentation se fait puis il se tourne vers moi d’un air… pas très content. Mes sourcils levés accentuent mon air étonné, quand soudain… *BIM* Un violent coup de poing me frappe le visage, en pleins milieu de la joue gauche. Le chat qui se trouvait jusque-là dans mes bras s’envole dans les airs accompagné d’un horrible cri de détresse. Quant à moi, le coup me fait tomber en arrière. A moitié assis sur les fesses, je cherche à comprendre ce qui vient de se produire. Le chat me retombe alors sur la tête et me griffe le cou probablement involontairement, en essayant de s’agripper à ce qu’il peu.

    - Oy oy le gosse ! De quel droit tu me frappe comme ça Teme (conard) ?

    Remonté, je me relève et l’attrape au col. Cet enfoiré se croit malin à agir de la sorte, soit disant parce que je ne l’ai pas écouté. C’est lui qui devrait m’écouter oui ! Je suis le second de l’équipage bordel, on ne discute pas les ordres qui viennent d’en haut. Je lui fait bien comprendre, du moins j’essaie car cette tête de mule ne veut pas comprendre. Commence alors une engueulade en tête à tête. Certaines insultes fusent et je commence à perdre patience. On est venu le chercher sur cette île et monsieur nous fait encore des manières. Bordel, s’en ai de trop, j’essaie de lui envoyer un coup de boule mais pile à temps, un de mes nakamas me retire en arrière. Complètement excité à présent, je lui mets un coup de pied qui le fait voler quelques mètres en arrière. Je vais le tuer ce gamin ! Les personnes se rassemblent autour de nous, certains nous encouragent même. Bien évidemment, ces encouragements m’énervent encore plus étant donné que ces personnes n’ont pas à se mêler de notre histoire.

    - Urusai ! Dégager d’ici avant que je ne m’en prenne à vous aussi !

    Heureusement, mes nakamas sont là pour calmer la situation et nous finissons par déguerpir. Sur le chemin du retour, l’ambiance est plutôt tendue. Quel con ce mec franchement. Il y a mille autres façons de reprocher à quelqu’un un fait, mais lui préfère y aller avec les poings. Tsss, j’en ai ma claque. Il sera puni et puis voilà. Pas que ça à faire de m’embrouiller avec un ados rebelle. Nous arrivons donc sur la plage où est le Blue Moon et montons à bord. Heureusement, Yukisame a emmené son chat, rien n’est perdu. D’ailleurs je lui demande nous faire un bon repas, avec beaucoup de viande pour ce soir. J’en profite pour lui donner de l’argent et m’en vais rejoindre Shin’ & Mug’ prêt du mât en réparation afin de voir comment avancent les travaux. Ces deux-là au moins, ne s’embrouillent jamais, c’est bien ! Cette phrase me passe à l’esprit au moment où je jette un bref coup d’œil en arrière. C’est alors que je remarque Cassandre… non Cassandra ? Raaa, j’en ai marre de ces noms aussi. Bref, elle se précipite dans les bras de son baka-chéri. Mais qu’est-ce que je fais là ? Je m’étais dit de ne plus penser à cette histoire il y a cinq minutes. Afin de me changer les idées, je décide d’aider mes deux amis d’enfance à réparer le navire. A mon avis, à trois, y’en a pour quelques jours. Azrel, le médecin du navire vient nous tenir compagnies quelques minutes, nous discutons de tout et de rien. Au bout d’un moment, il me parle de la bonne ambiance sur le navire et de la solidarité des membres. Il souligne le fait qu’il ait été agréablement surpris de voir que les membres inspirent très vite confiance. Ça fait plaisir d’entendre ce genre de remarque. Ça prouve que mes jugements à propos des membres sont bons, mais surtout, que les Shinoryu forment une famille. Du coup, je décide d’annuler la sanction prévue pour Takashi et le pardonne même. Bon, je ne vais pas aller lui faire des blagues quand même. D’ailleurs quand j’y pense, il a du caractère à son âge. Il a une personnalité, ce que beaucoup d’ados n’ont pas à son âge. Enfin bon, je vais quand même le garder à l’œil.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t2877-fiche-du-lion
    Et voilà, ça repart à se mettre sur la tronche. Takashi pouvait pas régler son différent avec le second par les mots ? Surtout qu'il s'attaque quand même à plus fort que lui, là...
    Ca s'attrape par le col, ça se balance des insultes bien senties et humiliantes. Au moment où le lion s'apprête à frapper l'ingénieur, je le tire en arrière avant qu'il n'aille trop loin, l'asseyant ainsi par terre.

    -Hé ! C'est bon, là vous deux ! On s'calme maintenant!

    Rien à faire, le Roi des Animaux balance un bon coup de pied dans la poitrine de son compagnon d'armes, qui se retrouve propulsé à quelques mètres de là.
    Lion commence à se débattre, et je lance un regard suppliant au Prince et à Mitsume, qui m'aide à le retenir. Malheureusement, comme on pouvait s'y attendre, les badauds commencent à nous entourer et à lancer des encouragements afin d'exciter les belligérants. Le lieutenant n'apprécie pas vraiment et commence à insulter la foule. Avec le Prince, nous le tirons en arrière et quittons la rue, pendant que Mitsume s'occupe de ramener Takashi.

    J'vous explique pas l'ambiance pour le retour jusqu' au Blue Moon... Pas un mot, pas un souffle, juste le bruit des pas. Toujours très sympathique... Ah si, y a le chaton que j'ai trouvé qui nous suit malgré l'agitation des dernières minutes, et qui vient ponctuer le silence par un petit miaulement innocent. Trop mignon, cette bête...

    Enfin de retour au navire, c'est pas trop tôt. Avant de monter, Lion se retourne vers moi et me dis d'aller faire quelques courses pour ce soir. Beaucoup de viande. Il me donne les sous. Je suis parti pour faire demi-tour, je fais un signe à Cassandre qui est sur le pont pour m'accompagner. Celle-ci me rejoins tout de suite et, sur tout le trajet, je me fais engueuler parce que je lui ai même pas proposer de l'accompagner, que j'm'occupe plus assez d'elle, que les endroits où je cache les cookies sont de plus en plus durs à trouver,... Pour continuer dans la joie et la bonne humeur, c'est l'pied.

    Pendant qu'on achète le viande pour ce soir (de la volaille, ça faisait un sacré moment qu'on en avait pas mangé), elle finit par se calmer et me demande pourquoi l'ambiance était aussi tendue quand on est revenu tout à l'heure. Je lui explique les victimes du Lion, le pétage de plombs de Takashi, la baston qui a failli dégénérer...

    -Et c'est pas parce que le Lion est mon meilleur ami -Euh, après toi, bien sûr – que je continue de dire que Taka était en tort et qu'il aurait mieux fait d'aller parler au Lion plutôt que de lui mettre une mandale en pleine rue... Mais Lion aurait pu aussi garder son sang-froid. Je savais plus où me mettre, moi...

    -S'tu veux, je peux aller les frapper jusqu'à ce qu'ils te fassent des excuses tout les deux.

    -Oh, non, ça ira. Pas nécessaire qu'on en arrive là


    Après un passage chez les vendeurs de légumes, nous reprenons le chemin du navire. Nous discutons des jours à venir à Hungeria.

    -Alors, c'est quoi la suite des événements?

    -J'sais pas vraiment... Cassandra m'a dit l'autre jour qu'on allait devoir poireauter ici 25 jours avant de pouvoir partir... Ça fait long. Et vu l'accueil qu'on a eu, je crois qu'on va éviter au maximum les sorties en ville.

    -Ça c'est plutôt bien passé, là, pourtant!

    -Ouais, mais y a quand même des types qui regardent nos bras un p'tit peu trop bizarrement à mon goût. Va falloir se méfier.

    -Au pire, j'peux toujours utiliser mon pouvoir pour passer pour une grosse brute sanguinaire quand on se promène dans le coin, ça devrait être assez dissuasif.

    -Ah, pasque t'es pas une grosse brute sanguinaire, à la base ?


    Je me prends une claque à l'arrière du crâne. Heureusement, nous sommes maintenant de retour au Blue Moon, ce qui met un terme à la dispute. Cassandre part de son côté rejoindre Cassandra qui a l'air aux anges d'avoir retrouver son petit ami, tandis que je me dirige vers la cuisine. Le boulot m'attend...
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3125-yukisame-pandora
    • https://www.onepiece-requiem.net/t2951-yukisame-termine-test-rp-poste-en-attente-de-validation