Le Deal du moment : -42%
-42% Samsung TV QLED 4K 65″ 164 cm – ...
Voir le deal
699 €

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Yellow Trouble

Rappel du premier message :

Precedently - Jour 2

Bercé par le chant mélodieux de Mitsume, je me réveille juste après Yukisame. Pourquoi un levé aussi tôt ? C'est simple, j'ai fait un cauchemars... Un horrible rêve. On aurait cru la réalité, mais de là à y réfléchir, je me pose simplement dans la cuisine, un air abattu en implorant la barbe de Wakam le rouge pour que ça ne reste que songe et rien d'autres.

Malheureusement, j'ai ce mauvais pressentiment... Le monde est contre nous. Et à peine commence-je à y penser que Lion vient vers moi avec rage, me gueulant dessus. Tout ça parce qu'il me soupçonne d'avoir éclaté un bout de son mât. Je lui propose de s'asseoir et de partager avec nous le petit déj que nous a fait Yuki. Il fait ce que je lui dis et doit avoir le doute que rien ne va...Se fiant sûrement à ma voix grisonnante et monotone.

-C'est cool de s'amuser, de faire la fête...mais on va rester ici pendant combien de temps ? A part quelques longs bras croisés, j'ai bien l'impression que nous sommes très loin de leur village. Cela fait 3 jours et aucun signe agressif de leur part et pourtant, nous n'avons pas bougé.

-Certes, j'ai décidé de ne pas les attaquer après avoir retrouvé Takashi, mais j'ai le sentiment que je vais regretter ce choix.

Dis-je en serrant le poing gauche. Quelques minutes plus tard, Tokigawa se ramène aux côtés de Takashi, une lettre à la main, il me la dépose à côté de mon plat et je commence à la lire...

''Mes chers Shino d'amour,

Il semblerait que j'ai loupé plusieurs évènements durant ma longue « sieste », mais on me souffle à l'oreille que le remplissage de mon assiette est en péril et que je dois me faire pardonner pour corriger ce problème... épaulée par ma chère Cassandre, je pars donc en quête d'une idée aussi bien pour amadouer notre cher cuistot que j'aime à la folie, mais aussi, pour accueillir les nouvelles recrues que je n'ai pas encore eu le plaisir de croiser !

Sur ceux, je vous dis à tout à l'heure !

Votre ange, Izya''


-PUTAIN ! Allez me chercher le toubib !

Mon coeur bat de plus en plus fort... Le rêve de ce matin est en corrélation avec cette lettre, il y a rien de bon dans tout ça...pourquoi elle est partie alors qu'elle était blessée ? Te faire pardonner ? Mais nous sommes des nakama's... Pt'ain ! mes pensées sont troubles, je vois jaune...

Soudain, Prince se ramène ainsi que les autres... Nous sommes donc tous réunis dans la cuisine. Azrel le doc nous révèle les intentions de ces dames... J'ose imaginer ce que peut ressentir Yuki... Partir pour vendre des sabres ? On a pas besoin de fric ! On ne marchande pas, on vole ! Nous sommes des pirates. M'enfin bref, apparemment, Izya s'est rétablie, ce qui me rassure en cas de problèmes...

-Les gars ? Je propose qu'on aille en ville chercher des vivres. Proposa Mugen.

-Bonne Idée ! D'autres propositions ?


Dernière édition par Mizukawa Sutero le Jeu 28 Fév 2013 - 1:51, édité 3 fois
    Dans la salle de ventes


    La lame de vent perforante traverse la salle alors que Prince fonce vers Tamaka. Celle-ci renverse des sièges, brise le bois…et vient éclater sur le torse du Colonel qui est projeté par la force du choc dans le mur de la salle de ventes. Dans un nuage de poussière et une pluie d'éclats rocheux, le mur se brise sous le choc du corps métallique du soldat d'Élite. Le nuage s'écarte alors qu'un Pacifista s'impose devant Le Prince. Sortant des débris, Oko s'avance tranquillement aux devants des Shinos, le bras toujours sous forme canonnière. Impassible. Insensible à une quelconque douleur que Mizu aurait pu lui procurer. À une dizaine de mètres du capitaine Sutero, le colonel s'arrête, tourne la tête vers sa machine de guerre qui analyse placidement Le Prince.

    -GX-08! Procédure d'élimination de second niveau enclenchée!
    Bip…Bip…Procédure de nivelage de la cible…Bip…bip…Procédure de nivelage accomplie… Dépassement technique des capacités de défense de la cible enclenchée…

    Les yeux du monstres virèrent alors au bleu, un bleu brillant. Un bleu violent, froid.
    Procédure d'annihilation totale en coordination avec les ordres du Colonel d'Élite Oko Tamaka.
    -En avant GX-08. Soru.

    Sous vos yeux, le cyborg basané disparaît sous l'effet d'une vitesse incroyable. Le pacifista, quant à lui, ouvre grand la gueule et pointe ses paumes sur le princier pirate. Mais au lieu de faire feu, il disparaît à son tour à toute vitesse. Évidemment, un monstre de cette taille ne peut se cacher bien longtemps dans la salle d'enchère si bien que c'est lorsque qu'il surgit derrière vous, tout laser dehors, et qu'il se met à canarder l'entièreté de la salle, que vous le reprenez de vue. Les fondations s'ébranlent, puis commencent graduellement à s'écrouler dans un fracas du tonnerre. Partout on entend les hurlements de pirates pris au piège et d'autres s'enfuyant à touts jambes le plus loin du site. Les lasers font vite de détruire la complétude du bâtiment qui est rapidement cramé sous la puissance de feu.
    Plus haut dans les airs, c'est un Oko Tamaka tenant dans un bras un noble tout émoustillé qui braque sur vous son bras-arme et vous balance une salve de missiles qui auront tôt fait de dévaster votre zone.

    Devant la salle de ventes,
    Avant le foutoir et sa destruction,


    Fear Face est dans la merde. Ouesh, la grosse merde. Et le pacifista le sent à travers l'entièreté de son organisme cybernétique. Si bien qu'il se lasse de tirer des rayons de lumière à tout bout de champ. Et puis, même pour une machine de guerre de haute technologie c'est emmerdant d'écraser les gens violemment à coup de poing ou de pied. Si bien qu'il disparait de devant toi, comme propulsé à grande vitesse. Tu le perds de vue, puis réalise qu'il est derrière toi quand sa main format roi des mers se referme sur toi et te coupe avec force la respiration. Et une seconde plus tard, tu voles en compagnie d'un pacifista à plus d'une centaine de mètres d'altitude. Altitude que ton adversaire robotique prend bien soin de mettre à son avantage en te lançant directement vers le sol, où tu peux voir la salle de vente exploser de l'intérieur sous la puissance de feu d'un second pacifista. Chanceux non?
      Petit con... Même pas une égratignure... Qu'est-ce que je fais ? Tandis que le cyborg disparaît sous nos yeux ébahis, une brèche dans la salle des ventes s'ouvre... Un second pacifistas ? Putain... On est vraiment dans la merde les gars.

      Soudain ! Le pacifistas de la salle de vente se met à nous tirer dessus avec ses lasers, la bâtisse entière tremble. Nous vivons un instant de chaos... Est-ce notre fin ? Regardant passablement mes lames encrées au sol pour mettre au point une idée afin de nous sortir de ce merdier. ''Death Kick of Water Dragon'' Je saisis un katana avec le pied pour ensuite frapper ce dernier en arrière, là où se trouve le pacifistas... L'arme ne le touche même pas. Et bam ! Un putain de laser dans ma direction, je saute tout en empoignant la garde d'un katana et en me ressaisissant, je lance ma contre attaque... ''Spirit Slash !'' J'harmonise mon corps et mon esprit invoquant en mon fort intérieur les quatre éléments, puis je fends l'air cinq fois formant ainsi un pentagone s'écrasant tout droit sur le torse de la machine... Mais, à ce moment précis, des bruits de missiles se font entendre de là haut, ce qui me déconcentre et fait échouer mon attaque qui se dirige vers la brèche... Pas le temps de réfléchir, à tous les coups, une vague déferlante va nous abattre... Ne restons pas ici.

      -Prince ! Sortons par la brèche et vite !



      Je n'aperçois plus Yuki, sa chère, Tokigawa, ni Bruno, ils ont dû quitter la salle à un autre moment, sans doute par peur de ces monstres de pleines puissances. Et lorsque je me dirige à toute vitesse pour sortir de cette ''tombe'', je vois un Azrael déterminé à sortir. Il prend son courage à deux mains, traverse la salle et tout à coup, le pacifistas lui lance un rayon de la main droite avant de nous balancer un autre de la main gauche...Fait gaffe Prince !

      ...Impact dans 3 secondes.


      AZRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAEEEEEEEL !!




      -J'aurai pu y aller Prince ! Laisse-moi y retourner ! Lâche moi !


      L'onde de choc nous propulse quelques mètres plus loin et la bâtisse s'écroule en morceau devant mes yeux écarquillés, je regarde en l'air et j'aperçois le Colonel d'élite et à son bras... Un noble. Je ne sais plus quoi penser, je me relève poussiéreux, les sourcils froncés, je suis entré dans un état de rage, j'ai les yeux rouges et de sa position, cet enfoiré de marine doit distinguer une légère aura rouge sang se formant autour de mon corps.

      The Devil Dragon !

      Un démon est né et vous allez périr pour le sort injuste subit à Azrael... J'avance d'un pas décidé, regardant le ciel avec les yeux d'un tueur. Je lève mon katana en l'air et d'un mouvement pas du tout fluide, assez désordonné, je crée une lame d'air en forme de courbe qui n'atteint même pas le Colonel de là haut, puis je ré-ajuste mon lancé, ensuite je tranche l'air successivement comme un malade s'acharnant sur un stylo à plume qui n'a plus d'encre... Ame Pureto !

      -Je vais t’emmener à la casse, vieux tas de ferraille ! Allez ramène-toi... Promis, je ferai des boîtes de conserve pour chat avec ta carapace.


      Dernière édition par Mizukawa Sutero le Jeu 28 Fév 2013 - 2:35, édité 3 fois


          Tandis que Mizu combattait le haut gradé seul, Prince, lui, bondit sur l'énorme type qui lui avait barré la route, sabre en avant, pour en finir rapidement... Son regard habituellement serein, avait laissé place à un somptueux mélange entre angoisse et dureté... La situation dans laquelle ses camarades se trouvaient, avait réveillé un léger trouble à l'intérieur de son être... Le doute s'était immiscé en lui, mais s'il privilégiait la vitesse ainsi que l'agilité dans ce combat, il était persuadé d'obtenir la victoire... Néanmoins, tout se passa très vite... trop vite : frappant avec Yubashiri vers le colosse à la voix robotique, l'homme au tricorne fut complètement abasourdi lorsque son adversaire, pourtant démesuré, para une première attaque avec sa main, avant d'esquiver les deux suivantes sans aucun problème, sous la mine déconfit du pirate :

          « Bordel ! Comment est-ce possible ?!! Un type si colossal ne peut arriver à... »

          Emporté dans son élan, Prince ne put esquiver le coup porté par le géant. Un coup puissant et incroyablement rapide dans le flanc droit du pirate, qui fut éjecté directement dans le sol, à pleine vitesse... Le choc fut rude pour Prince, qui mangea le sol sur plusieurs mètres, tout en soulevant un épais nuage de poussière... Malgré la douleur, l'homme au tricorne, dont le long manteau noir était désormais déchiré à plusieurs endroits, lutta pour se relever le plus rapidement possible afin de faire face à une éventuelle nouvelle attaque. Cependant, rien... le colosse qui était, il y a encore un instant, devant Prince, disparut d'un seul coup avant de réapparaître plus loin, derrière lui :

          « Qu'est-ce que ?! »

          Un étrange bruit retint alors son attention : levant la tête vers le ciel, l'homme au tricorne discerna parfaitement le colonel, semblant voler dans les hauteurs, un bras portant un noble, l'autre, transformé en canon, menaçant la salle entière. Les yeux du pirate virèrent alors au blanc :

          « Il n'a tout de même pas l'attention de... »

          « Prince ! Sortons par la brèche et vite ! »

          Bondissant en avant pour sortir du bâtiment condamné, les deux pirates haletant, assistèrent, médusés, à une scène effroyable, dont aucun d'eux ne s'attendait : Azraël, le dernier Shino, qui s'était relevé de son état soporifique et qui tentait apparemment de gagner la sortie, fut la cible du géant, qui cracha un rayon laser dans sa direction... L'onde de choc fut terrible, tandis que la déflagration fit disparaître le corps du bretteur, petit à petit...
          Un sentiment mélangeant détresse et colère s'empara des deux pirates : Prince dû lutter contre lui-même, lutter pour garder son sang froid devant la vision de la mort d'un nakama, tout en obligeant Mizu à continuer sa course, le tirant de force pour éviter que ce dernier ne fonce tête baissée vers une mort certaine...

          Cette vision qui lui fit perdre tous ses sens pendant plusieurs secondes, pendant le restant de sa chevauchée : tout ce qu'il y avait autour de lui semblait vide... Sa tête était lourde, tandis que son esprit était perdu, ailleurs... Seul des échos étaient perceptibles ici et là. Une sensation amer, chimérique, mais familière. Une sensation similaire à celle qui l'avait habité lorsque ses anciens compagnons, les Fushi Akumas, avaient passés les portes de la mort devant lui...

          Puis ce fut l'onde de choc, effrayante, écroulant le bâtiment en plusieurs morceaux et éjectant l'homme au tricorne sur plusieurs dizaines de mètres...

          Après quelques longues secondes d'inconscience, Howard Prince, enfoncé à l'intérieur d'un mur de pierre d'une maisonnette, le corps recouverts d'égratignures, ouvrit les yeux, réveillés par les lourds pas du géant, qui s'avançait vers lui. Tombant sur le sol, le pirate gentleman, qui n'avait pas lâché son arme malgré la précédente explosion, se releva et tituba avant de se mettre en position de combat, face à son adversaire : du sang coulait le long de sa bouche, ainsi que sur toute la partie droite de sa tête, tandis que ses habits étaient désormais en lambeaux :

          Bip Bip Bip...Howard Prince... Menace : Prioritaire ... Bip Bip Bip ... Procédure d'étude des capacités de combat... : Corps endommagé... Blessure corporels considérables...

          Serrant les dents en même temps que la garde de son sabre, Prince cracha une gerbe de sang sur le sol, avant de lancer en direction du colosse d'acier :

          « Je vais te montrer que ce n'est pas un soucis l'état de mon corps... »



          Je me relève difficilement de l'onde qui a traversé la pièce. La première chose que je constate lorsque je suis de nouveau sur pied, c'est le chantier qui commence à prendre forme et le goût métallique de mon propre sang dans ma bouche. Je passe ma main sur mes lèvres histoire de me débarrasser rapidement de ce liquide écarlate qui coule. En me retournant je constate que la marine est de la partie ... j'ai dû rater un épisode en m'évanouissant. Le colonel délite qui dirige cette division nous propose un numéro de cirque en transformant son bras en canon, encore un stratagème pour nous épater . . . cependant, de l'autre côté, Un Cyborg est entré dans la pièce. Je ne fais même pas attention à tout ce remue-ménage, pour moi, Prince et Mizukawa allait se débarrasser de ses énergumène en un rien de temps … ce qui m’inquiète par-contre, c’est que je ne vois plus les autres. Où sont-il passés ? Me mélangeant à la foule qui fuit la salle de vente, je me retrouve à l’entrée. Fear face est présent entouré de Long-bras et d’un homme extrêmement imposant.

          "Analyse de la cible… Cible inconnue… Recherche d’identifiant dans la base de données… Être vivant non-enregistré par la base de données universelle… Possibilité de nuisance à l’opération 274X-C45 détectée… Procédure d’élimination enclenchée…"

          Rectification … le cyborg extrêmement imposant. Qu’est-ce qu’ils ont tous à se trimballer avec un cyborg ? C’est une nouvelle mode lancée par la marine ? Dans tous les cas, il a été clair avec mon nakama, il est ici pour détruire et il se met immédiatement à l’œuvre avec sa première attaque venant … de sa bouche ? On aurait tout vu. Un rayon aussi grand que son gosier vient de s’échapper et se dirige tout droit vers Fear. Cependant, je ne panique pas et je laisse l’épouvantail ce débrouiller. Me doutant un peu du travail à accomplir ici pour se débarrasser de tous ces éventuel emmerdeur de service, je décide de m’allumer une cigarette en regardant le bon vieux Fear engager la bataille. C’est dans ces moments-là qu’il faut apprécier la saveur de la nicotine qui traverse les poumons … je ne sais pas si je sortirais de ce merdier vivant donc autant en profiter un peu non ? Soudain le robot se tourne pour changer de cible et cette fois c’est Lion qui est visé … Lion ? Je n’ai même pas fait attention à sa présence. Lorsque je termine ma cigarette, le combat est tombé dans une ambiance chaotique, Lion est contre le mur un peu plus loin et Fear reprend le combat après de multitudes acrobatie pour sauver ces pailles. Alors que la bataille prend une tournure aérienne, je me rends compte que Lion est rentré de nouveau dans la salle de vente et que Fear se retrouve en très mauvaise posture … c’est le moins que l’on puisse dire, ce dernier est lâché à des centaines de mètres du sol.

          « Merde ... Fear ... »

          Je cours à toute vitesse dégainant mon grappin pour tirer en direction du mur de la salle, je prends appuie sur celle-ci pour me balancer et avoir une chance de le rattraper dans les airs. Par chance, je réussis à le récupérer d'une main ferme, je décroche mon grappin pour me laisser emporter par la vitesse. La chute est brutale, mais mon objectif atteint. Je viens de sauver mon nakama d'une mort certaine. Je ne peux m'empêcher de faire une petite blague malgré la situation catastrophique.

          « Tu as beau être que de la paille, tu restes lourd. »

          Alors que le pacifista regagne le sol après cette attaque, c'est le moment que j'ai choisi pour le prendre par surprise. Un second sprint, mais cette fois-ci dans sa direction, j'entreprends ensuite un saut pour lui tirer un coup de grappin qu'il n'a aucun mal à esquiver. Lorsque mon pied touche le sol, j'utilise à nouveau mon grappin pour me lier au bâtiment le plus proche et prendre de la distance pour attirer toute son attention vers moi. Je lui balance quelques petits mots au passage.

          « Oh ! Boite de conserve ! Tu as du mal à me suivre ? Je suis trop rapide pour toi ?! »

          « Bip bip bip ... analyse de l'adversaire en cours ... Pirate ... Prime Inconnue .... Menace insignifiante. »

          « Nani ?(Quoi ?) »

          Il se moque littéralement de moi ... d'accord je ne suis pas connu tel que Mizukawa ou Lion, mais de là à dire que je ne suis pas une menace. Mon orgueil vient de prendre un coup avec ces paroles. Je ne veux pas perdre la face donc je continue d'afficher une mine décontracté alors que l'intérieur bouillonne tel un volcan qui est sur le point d'entrer en irruption. Une seconde d'inattention de ma part a servi au pacifista pour se retrouver derrière moi. D'un puissant revers, il m'expédia deux cents mètres plus loin. Je me retrouve littéralement encastré au sol, quelque gravier de roche se balade sur mon torse laissant que mes bras et ma tête de libre. Ma vision commence à se troubler ... c'est mauvais signe. Avec le peu de force qui me reste, j'arme Tenshi en direction du cyborg, puis je coupe ma respiration pour plus de précision.

          « Tenshi Shootô !! »


          La balle est lancée, la destination voulue ? la tête, mais dans ma situation, je ne peux que compter sur la chance pour avoir cent pour cent de précision sur un « Tenshi shoot ». J'espère tout simplement que je vais atteindre la cible.
            Comme toute réponse à la provocation plein de détermination lancée par Fear Face, l'immense engin humanoïde disparut soudainement, échappant à une vitesse prodigieuse au regard pourtant assez perçant de mon maître. Ne laissant ainsi qu'à peine le temps à ce dernier de réagir, Bartholomew Kuma l'empoigna avec force, lui coupant brutalement le souffle, et se mît à s'envoler avec l'épouvantail dans son bras, tel un sac poubelle qu'il partirait jeter à la déchetterie du coin. Puis, quand il fut monter suffisamment haut, le cyborg jeta Fear vers le sol, avec une brutalité digne de sa corpulence. Au même moment, la salle de ventes se mit à exploser, et je m'éloignai prudemment de celle-ci, effrayé par les flammes. Au fond, mon maître avait vraiment eu chaud... Mais ça ne devait pas être ce qui le perturbait le plus. Car de là où il était, il avait une vue imprenable sur l'endroit où se trouvaient tous ses nouveaux compagnons, et sûrement que ça devait gravement l'inquiéter. Il ne put de toute façon pas se faire du mouron bien longtemps, la pression se faisant de plus en plus oppressante à mesure qu'il se rapprochait du sol. Bien heureusement pour lui, l'un des membres de l'équipage, le dragueur de service de ce que j'avais vu, se servit du mur de la salle avant qu'il ne s'écroule pour se propulser vers mon maître, et l'attrapa au vol, limitant grandement leur chute à quelques égratignures. Je soupirai doucement. Pour le coup, il avait eu vraiment de la chance, il fallait que Mao cesse vite d'être aussi insouciant dans son combat, sinon quoi il risquait d'y passer. Mais bien heureusement, il semblait lui-même l'avoir compris. Regardant le sol à quatre pattes, sans vraiment répondre à la remarque se voulant rassurante de compagnon, l'épouvantail attendit que je me posai à côté de lui pour finalement réagir. Il releva un air déterminé et sérieux, et me lâcha sur un ton solennel :

            "Je ne perdrai pas, Albert... Mon adversaire est puissant certes... Mais ce n'est pas avec ça qu'on gagne une partie de quoique ce soit. Puisqu'il veut me snober, on va jouer à la ruse. Stratégie spéciale Albert ! Tissu, eau et foudre pour moi, feu pour toi !"

            J'étais rassuré de voir Fear Face être enfin à fond. Son adversaire allait pouvoir voir ses véritables capacités, celles qui le rendent si dangereusement doué en tout type de jeux. Pas de la force physique, ni plus de vitesse ou d'agilité. Non, juste son talent bien particulier pour se tirer des pires situations de façon tordue, en alliant chance et stratégie. Ressentant sa motivation à travers toutes mes plumes, je croassai positivement pour lui répondre et m'envolai rapidement, regardant tout partout autour de moi. J'ignorais quel était le plan de mon maître, mais ce qui était sûr, c'est qu'il m'avait demandé du feu, chose qu'il ne pouvait se fournir lui-même vu qu'il le craignait. Je regardai tout autour de moi de mes yeux de corbeau, et très vite, je m’intéressai aux ruines encore enflammées de la salle de ventes. Prenant cette direction, je pris le premier bout de bois à moitié enflammé que je vis et l'empoigna avec mes serres, avant de m'envoler avec vers le combat, et voir ce que Fear Face avait préparé. Intelligemment, ce dernier avait contourné le cyborg pendant que l'autre pirate faisait diversion, pris la toile de tissu qui couvrait l'étal le plus proche, et foncé vers le dos de son adversaire, avant de me faire signe et de lancer habilement la toile déployée vers la tête du robot. Comprenant ce qu'il voulait faire, j'utilisai toutes mes forces pour lancer le feu vers la toile, brûlant celle-ci sur le coup alors qu'elle atterrissait sur le visage du géant. Bien sûr, le but n'était au fond pas de faire vraiment de dommages de feu mais plus d'aveugler la cible. Mais pour le coup, il n'en aurait pas pour longtemps à enlever cette toile de son visage, je ne comprenais pas vraiment l'action de mon maître sur le moment. Mais avant que Bartholomew ne réagisse, Mao se plaça rapidement devant lui, à l'emplacement où il avait atterri un peu plus tôt. Et là, en voyant où il mettait ses jambes de bois, je compris. L'ancienne fontaine, qui sous le choc de la chute, s'était légèrement fissurée et avait laissé échapper une gerbe d'eau. Fear Face devait sûrement l'avoir vu lorsqu'il était à quatre pattes. L'épouvantail se mît alors à danser sur place, et lâcha d'une voix très forte et aiguë à l'adresse du Pacifista :

            "Hé, le gros lard ! Tu sais que ton chapeau te va pas du tout ? Au contraire, il est laid comme la pluie ! Puis, dire que je te pensais puissant, tu pourrais éliminer ta cible un peu, nan ? Je suis là, juste devant toi, et t'es même capable de me tuer ! Tu crains, franchement, hahaha !"

            Bien évidemment, l'objectif de mon maître n'était pas tant d'énerver ce cyborg, mais juste d'attirer son attention par le son, et ça marcha comme sur des roulettes. Avant de retirer sa toile enflammée du visage, le géant pointa sa main vers Fear Face et tira sur ce dernier. Ayant préparé le coup, l'épouvantail se propulsa en l'air pour esquiver, alors que le Pacifista faisait exploser la fameuse fontaine, et à peine le géant eut-il retirer la toile de son visage qu'un grande quantité d'eau lui gicla au visage, éclaboussant tout son corps et l'aveuglant de nouveau. Pendant ce temps, Mao avait très rapidement contourné le Pacifista, ramassant un bâton métallique assez pointu sur son chemin, et se propulsa vers le cyborg alors que l'eau commençait juste d'arrêter de couler. Se posant sur la tête de son adversaire, mon maître empoigna son bâton à deux mains, pointe vers le bas, et de toutes ses forces, planta son bâton dans le visage du cyborg. Mais pas n'importe où. Fear Face visa précisément l'oeil détruit par Lion, ce qui lui permit de faire une percée dans l'armure du géant là où elle était défaillante. Le bâton se planta dans l'intérieur de l'armure, rentrant en contact avec des fils électriques qu'il trancha légèrement, provoquant un léger court-circuit, et surtout... Une électrocution. Qui se propagea le long du bâton, et surtout, sur tout le corps du Pacifista, conduit encore plus par l'eau qui recouvrait toute sa surface métallique, en faisant un véritable passeur d'électricité. Alors que l'électrocution continuait, Fear Face gardait au maximum et de toutes ses forces le bâton planté dans l'oeil du cyborg, dans le but d'endommager autant que possible ses circuits. Heureusement pour lui, bien que ses mains chauffaient légèrement, le bois qui composait son corps conduisait très peu l'électricité, limitant les dégâts sur son organisme. Seulement, le Pacifista réussit finalement à surpasser l'électrocution et empoigna le bras de Fear Face de sa main, le tirant avec force vers lui, et retira de son autre main le bâton de son oeil. Jetant l'objet métallique au loin, il pointa sa main vers l'épouvantail, le tenant fermement de l'autre main au niveau du bras. Quand je vis la lumière charger dans le trou de sa main, je me mit à grandement paniquer, et voulut foncer vers eux, mais j'étais trop loin. Cependant, mon maître se mit à sourire, et lâcha malicieusement :

            "Hinhin, comme-ci j'allais te laisser t'en sortir aussi facilement ! Prend ça !"

            Au moment précis où le cyborg allait tirer, Mao Sticks tendît sa jambe de bois d'un vif mouvement vers l'avant, et le planta dans le trou d'où chargeait le tir, comme l'avait fait le Lion tout à l'heure. Cependant, la différence cette fois-ci, c'était que Fear face ne lâcha pas. Ayant bloqué la pointe de sa jambe de bois dans l'interstice, l'épouvantail avait tendu sa jambe au maximum afin qu'elle ne pliait pas, et plaqua son dos contre le poignée du Pacifista, se servant du corps de son adversaire pour résister au recul de l'explosion. Je regardai mon maître afficher un air ravi de son coup, alors que le bras du cyborg surchauffait, et que finalement, le tir ait lieu dans le bras du géant, provoquant une grande explosion au niveau de mon maître et de son adversaire. Lorsque la fumée que provoqua celle-ci se mît à disparaître, je cherchai des yeux Mao, complètement paniqué. Le Pacifista était debout, son avant-bras complètement détruit par l'explosion, et avec quelques brûlures superficielles sur le corps proche de l'explosion. Mais ces dommages que mon maître lui avait infligé lui avaient coûté cher. Quelques mètres plus loin, Fear Face était au sol, très amoché. Sa jambe de bois avait été littéralement détruite, et l'autre avait noirci. C'était le cas aussi pour l'une de ses mains, où le gant avait été atomisé et en ne voyait plus que des bouts de bois réduits et noirs en guise de doigts, de même pour son avant-bras. Ses habits et sa paille avaient légèrement brûlés par endroits, mais par chance, ça ne s'était pas propagé, et ça lui faisait que quelques brûlures sur le corps, bien qu'elles ne soient pas légères. Son tissu était lui déchiré par endroits, notamment à côté de son oeil droit, lui faisant une grande balafre d'où on voyait un peu de paille noircie. Bref, autant dire que si il s'en était sorti, Mao avait tout de même été sacrément amoché, et il n'était quasiment plus en état de se battre. Mais ce sacrifice semblait de bonne guerre, puisqu'au final, il avait pété au maximum les circuits du cyborg en l'électrocutant et lui avait explosé l'avant-bras droit. Ajoutons à ça la blessure légère que le dragueur lui avait causé, et c'était même plutôt un bon score pour des gens de leur niveau. Le problème maintenant, c'était que le Pacifista était encore debout, prêt à se battre, et que l'épouvantail ne pourrait sûrement plus faire grand chose dans cet état, surtout qu'il avait déjà au maximum exploité ses possibilités. Cependant, je vis alors quelque chose qui me réjouit au plus grand point. Le Lion, ainsi que Cheveux-de-Lait arrivaient vers nous et le cyborg, semblant prêts à nous aider. Je croassai vigoureusement pour le signaler à mon maître, qui se tourna vers eux, et bien qu'il fut au sol dans un état lamentable, se mit à sourire en lâchant naïvement et joyeusement :

            "Vous tombez bien, les gars, j'ai bien entamé son jeu, je compte sur vous pour le finir !"

            Et sans pour autant s'évanouir, l'épouvantail s'allongea lourdement au sol, épuisé, faisant désormais confiance à ses compagnons pour terminer cette partie.
              Spoiler:

              A cet instant critique, je ne sais comment vaincre cette chose dehors. On a beau avoir essayé avec Fear, rien à faire. Nous sommes trop faibles à deux contre ce robot. Il a une vitesse déconcertante, une fabuleuse force de frappe et surtout, une résistance hors-norme ! Me trouvant à l’intérieur, à quelques mètres de l’énorme trou dans le mur causé par cette machine, je cherche des nakamas susceptibles de nous venir en aide. Soudain, des explosions retentissent du plafond, tant dis que le deuxième robot géant ainsi que le haut gradé de la marine ont disparus. De gros morceaux tombent alors sur nous, mais aussi sur le nombre important de civils qui ne se sont pas encore relevé suite à l’onde de tout à l’heure. Apercevant un qui tombe sur moi, j’envoie un coup de pieds verticalement frappant ce dernier qui se brise en deux, mais malheureusement je chute en retombant car mes côtes me font assez mal. Allongé sur le sol, je vois un second morceau m’arriver dessus. Bordel, il faut que je bouge d’ici ! Dérapant un peu avec mes pieds, je peine à me relever et le gros bloc de pierre est à mi-hauteur… merde !! Soudain, quelqu’un m’enlace et me tir vers l’extérieur. Unh ? Yuki ? Oh mon dieu, c’était quoi ça ? Soulagé, je remercie ce dernier, mais bizarrement, il ne me répond pas. Non, il est plus sérieux que jamais. Je vois, ça doit être le volcan en éruption dans sa tête après tout ce qu’il se passe ici. Me relevant à l’aide de mon ami, je sers de la main droite mes côtes. J’ai envie de les arracher tellement c’est chiant. Observant ce qu’il se passe, je remarque Fear à terre. Son corbeau de compagnie Albert est tout affolé, comme s’il ressentait tout ce qu’il se passe ici. Comme s’il observait tout ce que nous faisons. Puis je remarque également deux choses dans les airs. L’autre cyborg ainsi que le colonel d’élite. C’est donc eux qui font tout ce grabuge ! Bref, nous avons un ennemi à battre. Je tourne la tête vers Yuki, et lui dit :

              - Fais gaffe, il est peut être immense, mais a une rapidité surprenante... son armure est tellement solide que je n’ai pu lui infliger de dégâts, mis-à-part à son œil gauche.

              Hochant la tête, Yuki me regarde et me fait signe de retourner au combat, ensemble. Ce qui a pour effet de me motiver, mais vraiment. En le voyant aussi déterminé que ça, mon envie de vaincre l’ennemi a atteint le summum. Le problème, c’est que ma respiration se coupe par moment. Je demande un instant à mon ami et enlève ma veste, puis mon T-shirt avant de l’enrouler autour de ma poitrine ce qui a pour effet de me soulager légèrement. Nous avançons tout deux côte à côte, prêt à bondir sur l’ennemi, prêt à parer ses attaques. Pendant qu’on s’approche, je remarque que Fear est tout cramé à certains endroits et qu’il a perdu des membres. C’est pas vrai bordel, déjà qu’on nous a piégé comme sur Banaro, qu’on a retrouvé que Cassandre et non Izya et là, Fear perde handicapé alors qu’il vient d’arriver chez nous ? Ça en ait de trop… trop longtemps que ma famille, mes amis sont pris par ces ordures de bleus.

              - ARHHH MARINE DE MES DEUX ! LAISSEZ MON ENTOURAGE TRANQUILLE A LA FIN !!!

              J’accélère pour attaquer le premier alors que l’ennemi m’observe. Je vais me le faire, je vous jure ! Bondissant tel un lion bondirait sur sa proie, j’arme mon poing puis lui envoie en y mettant beaucoup de puissance. Le robot lui bloque mon attaque d’une main. Le choc est tel, qu’un énorme bruit retentit dans place et le cyborg glisse de quelques centimètres en arrière. Malheureusement pour lui ce n’est pas fini. Yuki enchaine directement avec une attaque surpuissante. Je peux ressentir l’aura, la puissance que mon ami dégage. Pendant l’attaque de Yuki, je me précipite pour frapper l’ennemi au genou afin de le déstabiliser. Puis Yuki enchaine, puis je reprends avec un deuxième coup au genou. Je vais lui briser !! Bizarrement, le robot n’a plus l’air aussi rapide que tout à l’heure. Tant mieux, on doit le finir ou ce sera notre fin. Le combat continu, les coups s’enchainent. Après plusieurs attaques à différentes parties du « corps » de l’ennemie, je décide de me remettre sur son genou où un léger creux est apparu lors de ma seconde attaque. Débordé par toute les attaques qu’il a subit, le robot peine à contrer la dernière faite par Yuki et se retrouve en déséquilibre sur une jambe. Ça y est, c’est encore à moi. Fléchissant un peu sur les jambes, je pousse pour me propulser vers l’avant et cours de toutes mes forces vers l’entre-jambe du cyborg avant de lui envoyer un coup tellement puissant que des craquements prouvent la casse. Je crois que le genou de la bête est cassé cette fois-ci.

              Toutes ces attaques m’ont complètement fatigué et mes blessures n’aident pas. La main droite en appui à terre, la tête baissée, je crois que ça va être tout pour moi dans ce combat.
              • https://www.onepiece-requiem.net/t2877-fiche-du-lion
              Sur le Blue Moon, alors que le combat sur l'île bat à son plein...



              Mugen le charpentier de l'équipage finissaient de rafistoler le bateau jusqu'à voir la marine foutre le boxon. Ils ne comprenaient pas et n'ont eu aucun moyen direct pour contacter leurs nakama's précédemment partis pour se promener. Reviendront-ils à temps ? Au même moment, la navigatrice de l'équipage préparait à manger dans la cuisine, puis à son tour fût alerté de la situation par Takashi. Le toubib effrayé décida de s'enfuir, mais fût soudainement rattrapé par la horde de soldats marine. Le Blue Moon était en possession de la justice. Facile d'annexer un tel galion avec le peu d'hommes à son bord. Notre explorateur regardait attentivement par un hublot l'immense bâtiment ennemi et s'était dit que les autres devaient sûrement avoir des soucis. Il releva son buste et ne cessa de regarder sa tendre avec passion...

              - Tu sais ce qui nous attend si l'on se rend ? Impel Down ! Et personne ne sort de cette prison... Personne.



              ... Fougueux, il lui tendit un baiser à la pirate des caraïbes et s'était mis à courir avec sa dulcinée pour échapper à l'oppression marine. Mais ces derniers ont été capturé aisément, trop nombreux, ils n'ont rien pu faire.

              Tous les shinoryuu's présent ont été amenés hors du bateau excepté un.

              - Ici la 101 ème division, sortez de là, vous êtes en état d'arrestation !



              - Prouuuuuuuut ! J'ai la méga chiasse ! Je peux pas sortir.

              Oui, c'était bien Shinji, l'autre charpentier qui était coincé dans les toilettes à cause d'une méga chiasse. Situation bien affolante lorsqu'on sait qu'il y a une soit-disante bombe H. Un mécanisme qui stockerait le gaz de nos boyaux pour éviter les mauvaises odeurs, une invention ratée de Mizukawa Sutero... A un point qu'il y avait une grosse faille dans le système. Il n'a pas été conçue pour le cas extrême ici présent. Et malheureusement, le pire est survenu, le machin explosa suite à trop de pression, trop de gaz, ce qui propulsa Shinji dans les airs...

              Banzaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! Plouf !

              Rajouté à cette équation, le feu toujours allumé dans la cuisine... Une réaction en chaîne et tout s'est mit à péter... Le souffle du gaz s'était enflammée ce qui amena à faire sauter la bombonne de gaz de la cuisine. Elle était entreposée d'une manière différente ce qu'il amena à traverser le plancher du bas en direction de la salle où était la poudre à canon et il ne suffit que d'une étincelle pour faire un feu d'artifice de tout cela...

              Un mauvais jour pour les Shinoryuu's qui viennent de perdre un ami et leur seul moyen de s'enfuir de l'île.

              Un mauvais jour pour la marine qui viennent de perdre 13 matelots. Heureusement pour eux, leur bataillon ne compte que 30 blessés. Profitant de l'explosion, le groupe des Shinoryuu's prennent la fuite se dirigeant vers la forêt, ils ne restèrent pas tous ensemble, parmi ces types, Takashi N. Frozenstar se dirigeait vers la ville, lieu du combat.



              Hungeria, ville des longs-bras, près des décombres de salle des ventes...



              Ma technique effleure à peine cette sale ferraille, le voilà qu'il disparaît et revient à la charge à une vitesse ahurissante. Il est devant moi, les mains complètement déchargées... Il a sans doute mis le noble en sécurité. Je regarde autour de moi... Fear Face est en train de jouer un coup de Maestro au pacifistas, qui risque de subit d'affreux dégâts, mais je n'ai pas le temps de regarder ailleurs... Le Colonel vient de mettre une patate dans la gueule, je me rétame et me relève en serrant le poing, mon corps m'est hors de contrôle, mon cœur se lance dans un rythme frénétique...Bip Bip Bip... Les bruits de cette bataille infernale sont étouffés par mes pensées noires. Aux yeux de mon adversaire, mon visage semble colérique, je suis tellement furax que de la fumée sort de mes narines. Et pourtant, à l'intérieur, je ressens une faiblesse monstrueuse, au fond de moi, j'ai conscience de l'écart existant entre ce Colonel d'élite et ce pauvre moi et malgré cette certitude qui me ronge, je semble avoir une confiance qui va me foutre tout droit dans un mur qui mène aux portes des enfers. Je suis aveuglé par la vengeance et je fonce tête baissée vers une mort certaine.

              Azrael souhaitait me dépasser un jour... Être l'un des meilleurs bretteurs parmi ce monde et son rêve s'est éteint...

              A peine ai-je eu une pensée pour un ami, il se propulse vers moi d'un soru et dégaine son bras gauche qui s'arrête soudainement sur mon visage sans le toucher et au vu de cette attaque échouée, je me vois propulser par une onde...Putain c'était quoi ? Un poing de vent ? Freinant ma course en arrière avec mon sabre, je me remets en position pour le trancher, j'avance sereinement ! Je porte mon coup... Il n'hausse même pas d'un sourcils et il n'a même pas une égratignure... What is the fuque ? Graaaaa ! C'est moi... Mizukawa ! Je suis capable de trancher de l'acier, bordel ! Et le revoilà qui me remet la même pseudo attaque dans la gueule, sans doute pour me dire qu'il n'a pas à sortir l'artillerie lourde pour me maltraiter et faire de moi son pantin. Il mène ce combat au bout de son petit doigt... Fait chié.

              Je tourne autour de moi-même et embrase mes jambes...El Tango del Diablo ! Je plante mon katana au sol et m'appuie sur la garde pour lancer mes deux jambes enflammées sur son corps cybernétique. J'entends un Tekkai et malgré le choc brûlant qui a créé un mini cratère sous nos pieds, aucune blessure. Shigan ! Shigan ? Gluuurp...

              Je recule, mettant une main sur mon torse, je crache du sang et je m'affale lâchement sur terre... Quelle force ! Pt'ain, il vient de me transpercer avec son doigt... C'est quoi cette technique ? Je le vois se rapprochant, je tente une brève fourberie avec mon katana, mais il se désaxe et un son robotique s'émane de sa jambe...Viouuuuu ! Et Bam ! Il m'envoie un kick dans la gueule qui me fait voler un peu plus loin et je ne fais que m'accrocher à mon sabre au lieu de m'agripper à la vie. Une existence qui n'aurait plus aucun sens si je ne me dois pas de corriger cet affront ! Mais je n'ai pas le temps de réfléchir, voilà qu'il prononce Ran Kyaku et se met à me balancer une onde tranchante crée avec sa jambe... Une lame d'air qui grandit petit à petit, cette surprise vient de me faire perdre un temps précieux et je vais en faire les frais dans quelques secondes, si je suis encore en vie pour me marrer. Cette infortune vient effleurer mon abdomen, je suis en train de me prendre une beigne et je m'écroule entièrement au sol, la douleur venant petit à petit hanter mon corps, pendant que la rage tend à disparaître dans le néant le plus complet... Soucieux de mon état émotionnel qui change, je me concentre et n'oublie pas la mort de notre nakama et je me relève tant bien que mal pour en finir...

              Je me lèche les babines et je plaque mes mains l'une contre l'autre, puis je prends un léger élan et propulse mes bras pour fendre l'air avec mes poings, l'onde est conséquente et se dirige droit sur l'officier supérieur qui vient de mettre son corps à la perpendiculaire du sol, tout en laissant ses jambes encrées sur la terre. Matrix Ok, arrête de te la péter, j'admets que c'est une belle esquive, puis il s'élance en l'air avec un geppou, il arme son canon-bras et fait le feu, je t'ai vu venir, bâtard ! A moi de jouer les stars, j'esquive aisément et je m'élance vers le combat ''Prince vs Pacifistas'', interférant très peu dans leur fight. '' Bip Bip Bip... Mizukawa Sutero... Prime : 134 Millions de Berry's'' Pas besoin d'un rappel, vieille carcasse ! Je lance un clin d'oeil au Prince et lui dis de me lancer en l'air. Ce dernier accepte et je tente d'atteindre mon adversaire qui a vite fait de redescendre après ma dernière prouesse, ça tombe bien, je ne sais pas voler, ce que je sais faire ? C'est plonger vers sa carapace pour la trancher en deux... Je le sais ! Toi-même tu le sais ! Je peux couper bien plus que de l'acier... Mizukawa Sutero ! M'entourant d'une aura de Dragon cracheur de feu, j'esquisse d'un trancher.

              - Je vais foutre le feu à ton système !

              ...

              ...

              Mes yeux virent au blanc, le sourire d'Oko Tamaka se dessine aux commissures de ses lèvres... Mon katana vient de se briser ! D'un son supra-robotique, ses bras se ré-ajustent et une déferlante de coups éclatent lentement mon ossature, mon ouïe me fait défaut, j'entends plus, ça bourdonne, je ne vois plus qu'un rayon lumineux. L'onde de choc m'envoie valser avec un petit cri de douleur en bruit de fond. Affalé au sol, je ne pense plus à rien... Comment penser en étant sonné ?

              Après la rage, une autre émotion m'envahit petit à petit... La peur.


              J'entends les dires de ce putain de con, voulant effrayer mes nakama's, criant victoire, ma main tremble, mon corps tremble et pourtant mon envie d'expulser à la casse ce cyborg hante mon esprit. Je gratte la terre avec mes ongles implorant une volonté au fond de mon âme afin de me relever. MA LIBERTE ! Il me reste encore des choses à découvrir et c'est pas en prison que je vais faire ça, surtout pas...J'essaie de parler en vain, je tousse et crache du sang, mais je me dis que ce n'est pas les paroles qui vont stopper ces maux. Je relève avec peine et j'avance lentement en titubant, à quelques mètres de mon adversaire, je m'arrête et commence à enlever mes habits un à un gardant simplement un caleçon. Je suis à nu et scrute attentivement mon corps tatoué, car il indique ce que je suis vraiment...

              - Le Dragon sur mon dos représente la puissance, l'oiseau qui s'échappe de sa cage sur ma jambe droite représente la liberté. La clé sur mon bras gauche est l'objet pour se sortir de toutes les situations, la tortue sur mon pied droit est l'animal qui est en moi, tout cela est animé par le feu dessiné près de mon cou. Je me tiens devant toi et j'hisse le drapeau de mes convictions...


              - Héhéhé... Tu trembles ? Ton corps entier ressent des sueurs froides ? Tu n'as d'autres choix que de te recroqueviller de peur



              - Cette émotion n'est pas un mal, la peur me dit quelle est ma faiblesse. Ces tremblements proviennent de la peur de penser que je ne pourrai pas battre un type comme toi ! Quand le désespoir te gagne, le combat est fini.

              Je tends mon bras gauche, ensuite j'imite un pistolet avec ma main puis, je dirige le canon inoffensif sur mon lobe latéral.

              -Pan  !

              J'active mon pouvoir et je disparais... Marco  ?


              Dernière édition par Mizukawa Sutero le Jeu 28 Fév 2013 - 2:50, édité 1 fois


                  Heltant, Howard Prince faisait toujours face à son adversaire gigantesque, à ce colosse de marbre, dont l'expression impassible et stoïque apparaissait étrangement fausse aux yeux du pirate... De fines gouttes de sueurs tombaient le long de ses joues rougies par l'effort, tandis qu'à l'intérieur de son esprit, l'idée que cette véritable montagne ne soit pas humaine continuait à se faire une place importante. En effet, la façon dont parlait ce type, la dureté de ses membres après chaque coup et la froideur qui ressortait globalement de son être était trop "artificielle", trop "fausse"... Sans parler de ces rayons lumineux destructeurs qui jaillissaient de ses mains et de sa bouche comme de véritable éclairs... Non, tout cela semblait trop contrefait. Une pensée qui lui rémora l'image de l'épéiste, Azräel, sombrant dans cette lumière destructrice tandis qu'il tentait de s'enfuir...

                  « Bordel... »

                  Une pensée qui raviva sa flamme de combattre, l'incitant à continuer son combat, non... à gagner ! Ce n'était pas cette chose qui allait lui faire perdre face : levant alors Yubashiri qu'il pointa vers le colosse, l'homme au tricorne baissa la tête, plongeant sa tête dans la pénombre ou seul deux éclats émeraudes se manifestaient ... Au moment ou un léger sourire s'affichait sur son visage, le pirate leva la tête, plongeant ses yeux sur sa cible, sur celui qu'il allait battre : un regard déterminé, téméraire, à l'intérieur duquel une victoire se propageait. Le colosse vibra et ouvrit sa bouche, laissant échapper un son aiguë, l'avertissement d'un nouveau laser :

                  « Désolé... Je vais te pulvériser. »

                  Le rayon jaillit avec une vitesse déconcertante de la bouche du géant, alors que Prince bondit sur le côté, poussant sur ses jambes le plus fortement possible : le choc, plusieurs mètres derrière lui, la chaleur de la déflagration, tandis qu'il continuait sa course, inexorablement, furent impressionnants... Une mobilité lui garantissant moins de chance d'être touché. La montagne continua alors de tirer vers le pirate, un rayon, puis deux, enfin un troisième qui aurait pulvérisé le pirate si ce dernier n'avait pas brusquement changé de direction pour fondre vers son adversaire. Le souffle de la déflagration permis au gentleman d'obtenir une soudaine accélération pour arriver directement à hauteur du colosse : ce dernier, toujours de marbre, lança son poing vers sa "cible", avec une gestuel plus proche de celle du robot que de l'homme, mais Prince esquiva l'attaque avec une majestueuse rotation aérienne avant de frapper le bras de son adversaire, vers le bas, avec Yubashiri... L'attaque décontenança le géant, qui sembla perdre l'équilibre, littéralement emporté par son bras. Le moment que choisit Howard pour enchaîner avec un puissant coup de pied dans le menton de la "chose", puis un second dans le ventre qui la fit reculer de plusieurs pas... Mais rien de plus...

                  Atterrissant sur le sol, Prince fut soudainement prit d'une douleur à la jambe : malgré le fait d'avoir attaqué, c'est lui qui semblait avoir été le plus blessé dans cet assaut... Comment se pouvait-il que... Des pensées qui se dissipèrent alors que son adversaire fondit à son tour sur lui, envoyant son poing dans sa direction : esquivant une nouvelle fois en sautant dans les airs, le pirate vit le membre du géant se planter dans le sol, avant que ce dernier n'envoie son second bras vers le haut : le poing frappa l'estomac du pirate, le faisant décoller encore plus haut dans les airs... Une douleur incroyable se propagea à l'intérieur de son estomac, lui faisant cracher de la salive et alors qu'il ouvrait difficilement les yeux pour garder un oeil sur la montagne, le pirate vit son adversaire ouvrir la bouche dans sa direction :

                  « Ne me dis pas que... »

                  Lumière, rayon, explosion... Ses vêtements brûlés, sa peau abîmée à d'innombrables endroits ainsi que le sang qui coulait de sa bouche dessinaient une peinture chaotique, dramatique... Ce corps, entouré d'une fumée grisâtre, tombait doucement vers le sol, comme une météorite chimérique et irréelle... Puis ce fut le choc contre la terre et autres décombres... Se relevant difficilement, Prince, sur les coudes, toussa, crachant un mélange de salive et de sang, avant de se mettre debout : tremblant, un oeil à moitié fermé à cause du sang qui ruisselait dessus, il enleva son long manteau noir en lambeaux, chose qu'il réitéra avec sa chemise blanche, tacheté de diverses tâches sombres... Ramassant son Meitou, l'homme au tricorne commença à marcher assurément vers le géant qui arrivait également dans sa direction, faisant trembler le sol après chaque pas. Petit à petit, le pirate accéléra : sa concentration, sa détermination restèrent présentes malgré l'état de son corps et alors qu'il arma Yubashiri vers le sol, Prince frappa l'air une fois, puis deux, trois... : les lueurs bleutés fondirent vers le géant, sectionnant ce dernier à l'épaule, sur le flanc, le torse... Néanmoins, aucune réaction et surtout, aucune tâche de sang... les attaques ne laissèrent que de longues marques sombres sur le corps de la chose, comme si cette dernière était protégée d'une puissante armure métallique.

                  Prince se mit alors à courir, sortant son second sabre : voyant son adversaire mettre la main en avant, il accéléra un peu plus sa course et attendit que ne soit lancé le rayon pour bondir sur le côté... Chose qu'il recommença une nouvelle fois avant d'apercevoir la bouche du géant s'ouvrir et s'allumer dangereusement... C'était le moment : fondant en avant, le pirate au tricorne croisa ses bras, tout en fermant un court instant ses yeux, avant de jaillir, avec une vitesse déconcertante sur le colosse... en un clin d'oeil, Prince se retrouva derrière lui, à genoux, les bras décroisés, vers l'avant :

                  « Flash Wings... »

                  Deux énormes entailles apparurent au niveau du torse du géant, qui vacilla : un fabuleux mélange de pièces métalliques, de files colorés, venait d’apparaître sur son poitrail, qui, abîmé, laissa échapper des salves électriques et autres étincelles inquiétantes... Un robot ?!

                  Cependant, pas le temps de tergiverser... Prince, voyant que son adversaire se retournait, la bouche toujours ouverte, arma son pied et frappa la tête de l'androïde : malgré la dureté de son crâne qui fit serrer les dents du pirate, le coup dévia le rayon qui partit sur le côté, explosant une nouvelle fois un incroyable rayon. Toujours à mi-hauteur, l'homme au tricorne arma Yubashiri, qu'il positionna vers le haut, avant d'abattre toute sa puissance vers son adversaire robotique...

                  « no... Eruption !!! »

                  Une puissante lame bleuté s'échappa du sabre, frappant l'adversaire de plein fouet, qui fut éjecté plusieurs mètres plus loin, avant qu'une forte explosion ne retentisse. Prince en avait finalement terminé : lâchant ses armes, le pirate s'accroupit en avant, posant ses mains sur ses genoux, tout en fermant les yeux... Il respira fortement pendant de longues secondes, comme pour récupérer d'un effort trop éprouvant, trop dure...
                  Ramassant ses armes, le pirate commença à s'éloigner, avant qu'un bruit n'atteigne ses oreilles : un bourdonnement électrique, inquiétant, menaçant... Aucun doute possible sur l'origine de cela. Se retournant instinctivement, Prince, dont les pupilles virèrent à la transparence pendant un court instant ne pu croire ce qu'il voyait : au milieu du feu et entouré d'une épaisse fumée noire, son adversaire était debout, une gigantesque entaille sur le côté gauche de son torse enflammé. Son bras gauche était horriblement sortit de son corps, ne tenant qu'à l'aide de plusieurs files, du liquide noir s'échappait de divers blessures alors que sa tête, inclinée sur le côté à cause des dégâts de l'attaque, avait tellement été grignotée par les flammes, que cette dernière n'avait presque plus rien d'humaine... Un Monstre !
                  Sortant du feu, le robot fut alors prit de plusieurs sursauts, de secousses, avant que plusieurs petites explosions ne retentissent au niveau de son épaule gauche et de son torse : Prince vit son adversaire chanceler, avant que son bras ne se décroche et ne tombe sur le sol, ce qui ne sembla, cependant, pas le déranger... Ses yeux rouges, brillants, vibrèrent également, s'éteignant et se rallumant étrangement.

                  C'est à ce moment précis que Mizu arriva, en courant, en direction de Prince, demandant à son nakama de le lancer dans les airs :

                  « Te lancer dans les airs ? Attends je ne sais pas si je pourrais... »

                  Néanmoins, le capitaine des Shinoryuu bondit sur son compagnon sans lui laisser le temps de se préparer... Déstabilisé, Prince plaça son sabre horizontalement, le tenant fortement au niveau des deux extrémités, pour supporter le poids de son capitaine. Ce dernier atterrit alors sur la lame, avant que l'homme au tricorne ne l'envoie, fortement, dans les airs, pour lui faire poursuivre son combat contre le colonel de la marine... Malgré son état et la situation, l'intervention de Mizu fit sourire Prince, qui se remit face à son adversaire. Oui, il n'était pas seul et même s'il devait perdre la vie ici, il le ferait en combattant aux côtés de son équipage, en compagnie de ses frères ! Des pensées qui caressèrent son coeur chaleureusement, apaisant son âme, son corps, tandis qu'en face de lui, l'androïde ouvrait la bouche, laissant apparaître une luminosité démoniaque... Serrant la garde de Yubashiri comme pour lui prouver qu'il n'abandonnerait pas, Prince sourit à pleine dents :

                  « Qu'on en finisse maudit tas de ferraille ! »

                  La lumière, de plus en plus éblouissante, fit vibrer la tête du géant de fer qui s'apprêtait à abattre toute sa puissance sur l'homme au tricorne... Cependant... "BIM" : quelque chose de petit et sombre vint frapper la tête du robot qui arrêta la mise à feu afin d'observer d'où venait cette bizarrerie. Le pirate, incrédule, posa son regard sur le côté, observant bouche bée, l'origine de ce qui venait peut-être de lui prolonger la vie de quelques minutes supplémentaires :

                  « Takashi ?! »

                  Rattrapant son boomerang au vol, le jeune ingénieur des Shinoryuu regardait l'adversaire de Prince, déterminé, une pointe de malice dans les yeux :

                  « Qu'est-ce que tu fous là ?! Tu devais rester au bateau !!! Retourne vite... »

                  L'androïde géant se tourna alors face au nouvel arrivant :

                  Bip Bip Bip...Takashi.. Prince N... Menace : Bip...Prioritaire ... Non.. Prio...Bip Bip Bip ... Cible... In..connue Bip... Procédure d'élimination en...enclenchée...

                  « Comment ?! Prioritaire ?! Takashi bouge vite d'ici !!! Dégage de là espèce d'idiot !!! »

                  La scène se déroula au ralentit, effaçant les couleurs du panorama, pour plonger le monde dans une teinte grisonnante et froide : Prince fonça vers Takashi le plus rapidement possible, alors que le robot continuait la mise à feu... la mise à mort... Puis, l'ingénieur des Shino regarda l'homme au tricorne, l'homme avec qui il avait partagé tant d'expériences, avant de lui envoyer un sourire chaleureux, sincère et triomphal :

                  « Occupe toi de lui, Prince ! »

                  « NAAANNNN !!!!! TAKASHI !!!!! »

                  Le rayon de lumière surgit, faisant disparaître Takashi N. Frozenstar, sur cette image, ce sourire, qui restera à jamais gravé dans l'esprit de Prince...



                  Quelques minutes plus tôt...

                  Après cette étrange vague qui avait causé l'évanouissement de la plupart des personnes présentes dans la salle des ventes, je tenais Cassandre, inconsciente, dans mes bras.
                  Peu à peu, elle émergea de son sommeil, à peu près en même temps que mes autres nakamas. Je l'aide à se relever, elle est faible et pâle. Visiblement, elle est encore choquée par ce qui vient de lui arriver.

                  Mizukawa nous dit de nous dépêcher de filer, mais je laisse Cassandre reprendre pleinement ses esprits avant d'esquisser le moindre mouvement vers la sortie.
                  Mais c'est ce moment que choisis la Marine pour débarquer dans la salle. Manquait plus que ça. Nous sommes donc tous en état d'arrestation, et la probabilité de se faire éliminer si l'on ne coopère pas est très forte. Ça annonce une suite des événements plutôt sympa, dites-moi.
                  Surtout que le Colonel ici présent est un cyborg, et qu'il nous a en joue avec un canon qui lui sert de bras. On avait pas assez d'ennuis comme ça, déjà...

                  Puis c'est le chaos. Un homme gigantesque fait irruption dans la salle, et les combats s'engagent.
                  Je reste aux côtés de ma meilleur ami et m'esquive dans un coin de la salle. Nous nous cachons derrière une table renversée. Je me mets face à elle, lui pose les mains sur les épaules et la fixe droit dans les yeux.

                  -Écoute, ça devient vraiment dangereux ici. Je vais te faire sortir, et tu files au Blue Moon. Et surtout, tu n'en bouges pas. Et ne proteste pas, c'est pas le moment!

                  Mais alors que je m'attendais à une réplique cinglante de l'herboriste, celle-ci baisse les yeux et se met soudainement à pleurer. Ça me fait un choc, je la savais forte, elle n'était vraiment pas du genre à aller se passer.
                  Je m'apprêtais à lui demander ce qui n'allait pas, mais elle me répondit d'elle-même :

                  -Yuki... Izya, ils... Ils l'ont tué!

                  Elle fond alors en sanglot et se blotti contre moi. Le bruit, les explosions, les cris... Tout cela a disparu, laissant place aux pleurs de mon amie. Mon cœur manque un battement. Izya est... Morte ?
                  Je revois en quelques instants les moments passés avec notre camarade, sur le Blue Moon, à South-Blue, chez le Lion... Tout ça, c'est fini ? Merde... Merde... Merde !

                  Je me relève et redresse Cassandre.

                  -Ne dis rien à personne. Si ils l'apprennent, on est foutus, ils n'auront plus aucune motivation pour se battre.

                  Je l’attrape par la main et court en direction de la sortie. Le géant est occupé ailleurs et je n'aperçois pas le colonel. Je fonce vers la sortie.
                  La chance est avec nous, nous arrivons à éviter le gros des combats. Nous sortons du bâtiment sans encombre.

                  -Pars vite, on se rejoint tout à l'heure.

                  Sans attendre, je tourne les talons...


                  Instant Présent.

                  Je retourne dans la salle des ventes pour venir en aide à mes amis. Je me sens... C'est bizarre, je n'ai jamais connu une telle sensation. Je pensais que la mort d'Izya allait me dévaster, mais non. Une volonté nouvelle grandit en moins : nous devons vaincre. Je ne veux plus qu'un seul Shinoryu meure. Je ferai tout pour l'empêcher.

                  Mais soudainement, le plafond se met à trembler, puis c'est le chaos : tout s'effondre. Je cours entre les débris pour tenter désespérément de trouver la sortie.
                  Alors que je m'apprête à enfin quitter ce bourbier, je vois le Lion allongé au sol, un bloc du plafond s'apprêtant à l'écraser.
                  Je me jette dans sa direction et l’attrape sous les aisselles, puis le tire à toute vitesse vers l'extérieur. Le force du désespoir me permet de tirer mon ami, chose que j'aurais eu beaucoup plus de mal à faire en situation normale. Sauvé in extremis.
                  Le charpentier semble à la fois heureux et surpris de me vois. Je l'aide à se relever et me retourne.

                  Derrière moi, se tient un géant identique à celui qui a fait plus tôt irruption dans la salle, à la différence près qu'il a l'avant-bras explosé. Un cyborg, le doute n'est plus vraiment possible.
                  Et plus loin, Fear Face, l'épouvantail, très salement amoché, brûlé en de nombreux endroit, qui semble comme à son habitude prendre les choses à la légère. Il nous sourit, nous souhaite bonne chance et s'affaisse.

                  Lion me met en garde contre notre adversaire. Imposant, puissant et rapide, on a pas à faire à n'importe qui. Je hoche la tête et, tout en continuant de fixer le Pacifista, je fais signe à Lion de retourner au combat. Mais tout les deux, cette fois ci.
                  Le charpentier enlève la chemise et s'en serre pour s'en faire des bandages. Il jette ensuite un coup d’œil à Fear et, en voyant son état, entre dans une grande colère. Il pousse un cri de rage et fonce sur le cyborg. Je m'élance juste derrière lui.

                  Lion déstabilise notre adversaire par un coup de poing. J'enchaîne directement en lui envoyant une attaque latéral dans les côtes. Mon sabre ripe sur le Pacifista, me faisant glisser vers l'avant. Je n'ai pas le temps de me remettre en garde que je vois une masse d'ombre arriver droit sur moi.
                  Le Pacifista me donne un coup de son unique bras en pleine poitrine. Le souffle coupé, je fais un vol plané sur trois mètres en arrière. Mon dos frotte contre les pierres de la rue et ma tête heurte le sol. Ignorant les signaux de douleur qu'envoie mon cerveau au reste de mon corps, je repars à l'assaut.

                  Alors que je m'apprête à frapper dans son dos, le Pacifista se retourne à une vitesse hallucinante et abat son poing en direction de ma tête. J'évite l'attaque en faisant une roulade sur le côté, tout en essayant de le frapper à la jambe. Mais dans ma précipitation, mon sabre butte contre le sol et m'échappe des mains. Déstabilisé, je roule à terre sans vraiment parvenir à contrôler mes mouvements.

                  Je n'ai même pas le temps de me redresser que le cyborg est déjà sur moi. Je ne vois que son ombre en contre jour, mais cela n'augure rien de bon.
                  Je me prend un puissant coup de pied dans les côtes. J'en sens une craquer sous l'impact, tandis que mon corps quitte le sol. Je me prend de face un bâtiment, m'ouvrant au passage l'arcade sourcilière. Je retombe lourdement sur le sol, les bras en croix et le visage tourné vers le ciel. Mon front me brûle, du sang coule le long de mon visage. Ma détermination s'effondre peu à peu... Il est bien trop puissant pour nous, jamais nous ne sortirons vivant de ce combat...

                  J'ai droit à quelques instants de répit. Vu les bruits que j'entends, Lion doit être en train de s'occuper du Pacifista. Si ce n'est l'inverse.
                  Au moment où j'arrive enfin à me mettre à genoux, j'aperçois une forme arriver l'extrémité de mon champ de vision, avant de venir percuter elle aussi le mur et s'écraser à mon côté. Je regarde le nouveau venu. C'est le charpentier, visiblement pas en meilleur état que moi, à la différence près que celui-ci est inconscient.

                  Notre ennemi se tourne cette fois vers moi. Sa bouche s'ouvre et je vois une lueur rougeâtre apparaître à l'intérieur. Un rayon ?
                  Soudain, une personne débarque à côté du Pacifista, saute et lui balance un grand coup de pied dans la tête. Pas très puissant au final, mais juste assez pour faire légèrement tourné la tête du cyborg. Le laser qui m'était destiné passe à tout juste un mètre sur ma gauche. J'crois que je suis vraiment pas passé loin, quand je vois l'état du mur après l'impact.

                  Quelque chose me tombe soudainement dessus, me renversant en arrière. Quelque chose ? Non, quelqu'un en fait. Des cheveux noirs et longs...

                  Cassandre ?

                  Mon amie se relève rapidement et m’attrape par le bras. Elle me tire sur le côté tandis que le Pacifista nous fonce dessus. Une fois de plus, je dois mon salut à cette fille, puisque le géant donne un coup de poing qui creuse un cratère dans le sol à l'endroit exact où je me trouvais.
                  Cassandre se tourne vers moi et me dis :

                  -Récupère ton sabre espèce d'idiot ! Je fais diversion, dépêche-toi !

                  Ni une, ni deux, je me précipite vers mon sabre. Dans mon dos, j'entends une voix robotique :

                  Analyse de la cible en cours...Être vivant enregistré dans la base de données universelle... Cassandre Rainsworth... Prime inexistante... Menace nulle. Enclenchement de la procédure d’élimination.

                  J'attrape la poignée de mon sabre et me retourne juste à temps pour voir un nouveau laser, que Cassandre a évité d'un saut sur le côté. Je fonce alors sur la masse armée qui nous fait face et lui balance un coup du pommeau de mon arme dans ses côtes droites, là où il lui manque son bras. Mon coup atteint sa cible, mais ne semble pas très efficace. Cela suffit pour que le Pacifista se retourne vers moi et ne s'occupe plus de Cassandre. J'évite un premier coup de pied, et part son bras droit avec la lame de mon sabre. Cassandre en profite pour prendre son élan, glisser au sol et balancer un coup de genoux dans le tibia du serviteur de la Marine. Je l'entends pousser un cri de douleur en se heurtant à la résistance du cyborg. Celui-ci balaye l'espace autour de lui de son bras valide et nous expulse tout les deux quelques mètres plus loin, au milieu des débris. Je plonge ma main dans mon sac et en tire une poignée de ma farine spéciale. Je souffle un grand coup dans le tas, créant autour de nous un épais nuage blanc. J'en profite pour tirer Cassandre avec moi et nous nous cachons derrière un pan de mur encore debout.

                  Je la questionne à voix basse :

                  -Qu'est-ce que tu fais ici ? Je t'avais dis de rester sur le Blue Moon!

                  Même parler est une torture, dans mon état. Ma côte cassée m'empêche de respirer correctement. En plus de ça, ma plaie au visage continue de saigner abondamment, tout comme la jambe de Cassandre.

                  -Il n'y a plus de Blue Moon... Le navire a été détr...

                  Un choc, le mur explose sous le coup du Pacifista. Je me retrouve projeté en arrière, Cassandre pousse un grand cri et reçois un bout de brique en pleine tête, qui l'assomme. Elle retombe inconsciente.

                  Je me redresse. Le Pacifista est penchée sur elle, préparant un rayon pour l'achever...

                  -Non !

                  Mais une clameur résonne alors dans le dos du géant, qui se retourne. Derrière lui, une vingtaine de pirates foncent, l'arme au poing. A leur tête se trouve un visage qui m'est familier...

                  -Peter... Dieu soit loué...

                  Un espoir nouveau m'envahit. Je ressert ma prise sur mon sabre, prêt à retourner à l'assaut. Plus loin, le Lion émerge de son inconscience...

                  L'espoir renaît...
                  • https://www.onepiece-requiem.net/t3125-yukisame-pandora
                  • https://www.onepiece-requiem.net/t2951-yukisame-termine-test-rp-poste-en-attente-de-validation
                  Les yeux robotiques bien cachés derrière les lunettes du Colonel brillent sous le passage d’un millier de codes binaires qui ont tôt fait de réajuster le système de vision d’Oko. Et ce, lorsque tu disparais de devant lui, sous l’activation du pouvoir de ton fruit du démon.

                  -Tu te trompes sur l’efficacité de tes pouvoirs Sutero. La Marine est au courant de tes derniers exploits. Vegapunk a rapidement trouvé un moyen de contrer tes facultés. Et il en a fait profiter la 101e Division.

                  En effet, les yeux ternes inspirant la même impression antipathique que le visage du Marin d’Élite échangent leur vision normale et analytique pour un monde de couleurs fluorescentes et particulièrement expressives. Contrairement à la personnalité du cyborg, qui a tôt fait de te voir t’élancer vers le pacifista qui combat Prince. Effectivement, c’est d’une vision thermique que Tamaka est doté. Et c’est une silhouette de rouge, d’orangé et de jaune en caleçon qu’il voit traverser le champ de bataille parsemé de cratères, de terre fumante, de cadavres et de débris de bâtiments enflammés.

                  Solidement campé sur ses pieds, le Colonel ne te laisse pas le temps de fuir. Oh non. Même qu’il fonce vers toi à toute vitesse.

                  Soru

                  Le cyborg au teint basané disparait de la capacité de vision de l’œil humain à son tour et se retrouve directement devant toi après avoir effectué son déplacement à la rapidité ridiculement époustouflante. Guidé par sa vision thermique, le Colonel se plante devant toi et fait prendre un considérable élan à son canon redevenu poing. Mais ce n’est pas tout. Sous tes yeux ébahis, le poing se recouvre soudainement d’un profond noir ténébreux. Un noir opaque qui ne présage rien de bon. Même que lorsque le poing rencontre ton visage à la vitesse d’un obus, ça fait quatre fois plus mal qu’un coup normal en plus de révéler ton visage tout à l’heure invisible un simple instant. Toi trop déstabilisé par la douleur pour continuer à maintenir activé la totalité de ton pouvoir.

                  Righteous Strike

                  Les jointures et phalanges devenues véritables rocs incassables sous la force du haki de l’armement t’envoi massacrer la pelouse, la terre battue et les débris sur plus de trente mètres. Même que l’impact final de ton corps brisé avec le sol crée un large nuage de poussière qui englobe une importante zone. Mais te cacher ne servira à rien devant la vision thermique d’Oko Tamaka, le Basilic. Et puis, comment te cacher lorsque tu es bien encastré dans un cratère de terre retournée?

                  -Abandonne Sutero. Je ne suis pas obligé de te ramener mort à Enies Lobby. Te lance toujours d’une mine patibulaire le Basilic qui marche tranquillement vers toi. Visiblement désarmé, ou peut-être juste persuadé que tu n’as plus rien à revendre après l’assaut que tu viens de déguster.
                    Je disparais aux yeux des mortels... Me voilà dans le néant le plus complet ou du moins l'ai-je penser. Le vent tourne et l'orage s'abat sur moi. D'un coup, je me vois propulser vers le combat du Prince, littéralement expédié vers le monstre qui va me tirer dessus. Mais au moment où le pacifistas enclenche son armement, un souffle se propage près de nous. Le basilic s'est téléporté à un pas de mon corps, comme s'il savait exactement où j'étais... Haki de l'empathie ? J'avais lu des bribes là-dessus, il doit prévoir mes mouvements, m'enfin mes connaissances en matière de Haki ne sont pas vraiment fondées. Soudain, il prend de l'élan avec son bras qui redevient un poing, mais il est différent... Noir ? Pourquoi cette couleur, il a les circuits qui chauffent ?

                    Et c'est lorsque j'ai reçu la beigne de ma vie que j'ai compris... Mon visage s'est déformé le temps d'un instant. Il m'envoie valser avec une telle force, j'entends des ding ding dong.... Aie, my tralalalala... Je suis affalé sur un cratère, incapable de bouger le petit doigt, mon corps est paralysé, j'en chie tellement que j'ai la bave aux lèvres... Putain, relève-toi, termine ce combat avec honneur ! C'est pas le temps de devenir infirme...

                    Je crache du sang et je bafouille quelques mots, jamais, je n'ai eu à affronter un tel adversaire, alors c'est ça, l'élite de la marine ? Il me dit d'abandonner ? Je connais pas ce mot là... Mort à Enies Lobby ? C'est pas faux... Je me relève malgré moi, tremblotant, mon corps contrôlé par une dernière volonté qui me pousse à souffrir et à ressentir chaque centimètre de mon squelette abattu par sa puissance. Me voilà debout répondant à mon adversaire. Je souris comme si tout allait bien...



                    - A une seule condition... Laisse en paix mes nakama's... Ils n'ont plus rien à avoir avec ce combat !


                    Dernière édition par Mizukawa Sutero le Jeu 28 Fév 2013 - 2:55, édité 1 fois
                      Le Basilic continue de marcher tranquillement avec droiture et fermeté vers toi alors que tu profères tes conditions quant à ton emprisonnement. Tel un automate, ce qu’il est en partie, Oko Tamaka s’arrête à quelques pas de toi, si bien que s’il le voulait, il pourrait te foutre une nouvelle mandale aussi puissante que la précédente. Son visage reste impassible lorsque tu termines ta phrase. Un certain temps se passe où le silence s’installe entre vous deux, seulement coupé par les bruits incessant du combat entre tes amis et les pacifistas. Finalement, le Colonel se décide à ouvrir la bouche.

                      -Je respecte les hommes d’honneur Mizukawa Sutero. Mais si je suis ici c’est pour appliquer l’autorité de la Marine. Autorité que toi et ton équipage avez trop longtemps été à l’encontre. Ma mission est de ramener mort ou vivant les primés de ton équipage qui on su laisser derrière eux un bordel considérable pour la Marine. Si tu as une prime si élevé ce n’est pas simplement pour t’en vanter, c’est parce que tu la mérites. Et laisser en liberté des hommes comme toi ou Howard Prince reviendrait à désobéir à mes supérieurs.

                      Sur ces mots, le Colonel appose ses deux poings fermés sur ton corps tremblotant. Calmement, avec une douceur qui ne présage rien de bon. Non. Il veut en finir. Les narines du cyborg se dilatent lorsqu’il inspire puissamment, comme pour canaliser une puissante énergie. Cette fois, tu te doutes que ton corps nu mais tatoué n’en a pas fini de se faire martyriser. Soudain, dans un murmure qui te fait penser au sifflement d’un serpent, le Basilic laisse échapper en grognant un seul mot, un mot qui ne présage rien de bon.

                      Rokuogan

                      Une décharge incroyablement puissante traverse ton corps, semble détruire tes organes un à un dans une violente vague de force invisible qui caresse mortellement ton organisme à une vitesse folle. Cette fois-ci, tu n’es pas violemment projeté au loin. En fait, seul l’intérieur de ton corps semble en proie à l’onde surpuissante qui termine de te ravager de l’intérieur. Tu restes debout, comme paralysé par la dernière attaque du Colonel. Celui-ci sors de sa poche une paire de menottes en granit marin, et d’une voix insensible te souffle en te prenant le poignet pour les y attacher.

                      -Je reviendrai te chercher une fois le travail terminé Mizukawa. Attends moi ici, tes amis te rejoindrons bien rapidement.

                        Une puissante onde parcoure mon corps tout entier, qui le paralyse, l'expédie littéralement dans une souffrance infernale... Mon système se met en off, bien que je ne sois pas un cyborg, mes sens disparaissent un à un... Je ne sens plus l'odeur du combat, je vois un point fixe qui n'arrête pas de bouger, puis le brouillard complet, les dernières paroles que j'ai entendu sont celles du Colonel d'élite, puis un sifflement assourdissant est venu creuser mes tympans... Tes amis te rejoindrons ? Animé par une dernière volonté, j'ai pu en placer une.... Faut bien choisir ce qu'on doit dire, car généralement après cela, on a plus d'autres chances....


                        FUYEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEZ !



                        ....

                        C'est la fin des haricots sur Hungeria.


                          Toi, Prince, continue ton combat avec la machine que tu as si bien amoché tout à l’heure. Toi porté par la force de ton désespoir et de ta détermination. Il a tué ton copain Takashi, c’est une certitude désormais. Tu cours et évite tant bien que mal des lasers qui fusent toujours du robot blessé qui malgré tout ce que tu as pu faire pour le vaincre, reste debout. Comme si lui avait été galvanisé par la mort de ton proche. Parfois il réduit la distance entre vous, tente de t’écraser d’un coup de paume bien solide. Mais tu restes rapide et rusé comme ta réputation de sabreur le veut. Parfois, le pacifista arrête de bouger et convulse, saisit de soubresauts, probablement parce que ses systèmes ne veulent plus répondre. Et pourtant, à chaque assaut il renouvelle une vitesse que tu ne sais atteindre, une force que tu ne sais contrer et une puissance de feu que tu ne saurais égaler. Plus ça avance, plus tes chances de gagner s’épuisent. Tu sens qu’il joue avec toi, qu’il cherche à t’épuiser avant de te porter le coup final.

                          Puis soudain un cri perce les bruits d’explosions incessants du champ de bataille. C’est Mizu. Il hurle de fuir. Lorsque tu le trouves des yeux, il s’affaisse au sol, en caleçon. Devant lui Oko Tamaka se dresse, sans blessures apparentes. Mizu a perdu, il est peut-être même mort. Qui sait? Pas toi en tout cas. Car peu importe ce que tu voudrais faire, c’est trop tard. Une main grande comme ton torse t’empoigne la tête et t’enfonce violemment dans le sol. Une main faite de chair en apparence, mais qui se trouve à n’être qu’un alliage très résistant d’acier. Le pacifista te plaque au sol, toujours en piètre état.

                          « Procédure d’auto-destruction enclenchée en parallèle à la procédure d’élimination d’Howard Prince, Prime de 40 000 000 de berrys. »

                          Les yeux du pacifistas virent au rouge. De la fumée s’échappe avec violence de tous ses circuits. Là ce n’est plus de la convulsion mais plutôt un tremblement de terre interne qui agite le pacifista dont les traits se déforment violemment sous une pression qu’il ne sait pas contrôler.

                          « Auto-destruction en court de procédure. 5… 4… 3… »
                          Faut croire que tu es aussi chanceux que ton capitaine.

                          ***

                          Plus loin,
                          Au même moment


                          FUYEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEZ !


                          Le pacifista se retourne vers le groupe de Peter qui se jette à sa gorge comme une armée de fourmis le ferait sur un plus grand adversaire. Rapidement il est prit après un surnombre flagrant et quelque marques de fissures et de coupures apparaissent tant bien que mal sur sa carapace pourtant indestructible.

                          Roku Oni No Shigan

                          Spoiler:

                          Une main grande comme un bâtiment de trois étages s’imprime sur le torse du pacifista qui est projeté à plus de cinquante mètres de son poing initial. L’immense paume n’hésite pas à ravager du même coup la complétude de l’équipage des Shinos, qui, comme tous frappés par la foudre, vont chacun s’écraser un peu partout sur le champ de bataille. À l’agonie. Un peu partout gisent les Shinos, Oko Tamaka masse son poignet en s’approchant tranquillement de Lion, visiblement fier du résultat de sa dernière attaque. Comme quoi les dommages colatéraux subits aux pacifistas n'inquiètent pas le Colonel d'Élite.

                          -The Sea Lion? Je dois t’arrêter toi aussi. Tu iras tout comme Prince et Sutero à Impel Down. Soit heureux de ne pas mourir ici. Rend-toi s’il-te-plaît.

                          Et à côté de cette scène, il y a toi, Yuki. Paralysé par la puissance surréaliste du colonel qui vient de massacrer d’une simple attaque d’envergure tout tes amis. Alors c’est ça, l’élite?
                            Alors que je croyais Yuki capable d’achever ce tas de ferraille, je me rends compte qu’il est encore plus coriace que ce que je pensais. C’est vrai quoi ! On s’y est mis à plusieurs, on l’a abimé avec des attaques plus que puissante. Quel genre de génie a créé cette machine ? D’où lui viens toute cette puissance qui semble inépuisable ? J’en sais trop rien. Je relève la tête et vois le cuistot se faire éjecter au loin. Puis, le robot pointe sa main, celle qui lui reste, en direction de l’endroit où est Yukisame. Il va tirer, il faut que je le gène, vite ! Ce moment où sans réfléchir à quoi faire, sans hésiter à mettre ma vie en danger, je me relève et passe sous les jambes du géant de fer. D’un cri, j’ordonne au robot qui m’observe de reprendre le combat avec moi. Peinant à respirer, je passe ma main sur mon cou où le sang coule depuis tout à l’heure. Je sais qu’il va me mettre à terre, qu’il va continuer à frapper aussi fort jusqu’à ce qu’on se rende, mais j’ai toujours espoir. Peut-être que ces quelques secondes de gagnés vont suffire pour qu’un changement de situation se créer ? Le robot baisse son bras et ma vision devient floue. Quoi ? Qu’est-ce que ? Non, je perds conscience ou quoi ? Il faut que je reste debout. Ahhh, ça y est, c’est passé. Malheureusement, je réfléchi trop actuellement et l’ennemi n’attends pas pour agir. Non, il m’envoi voler aux côtés de Yukisame à l’aide d’un coup de pieds qui me brise l’avant-bras. A terre, je perds cette fois-ci conscience.

                            Quelques minutes plus tard.

                            Je me réveil, souffle un bon coup du nez, car j’étouffe avec cette poussière au sol. J’ai mal partout, au bras, aux côtes, à la tête, aux jambes, au dos… partout ! Je relève ma tête afin de voir où je suis, ce qu’il se passe autour de moi et aperçois quelqu’un s’approcher. Je… j’ai déjà vu ce mec, c’est… ahh ma tête. Ah mais oui, j’ai pris un coup de pied, j’ai atterri ici et après… pfff, j’ai dû m’évanouir ici. Le mec qui s’approchait est le colonel marine, il est là debout devant moi. Ma tête est baissée, mon front collé au sol en appui pour essayer de me relever. Poussant avec ma main gauche, mais seulement celle-là, car l’autre est inutilisable, je peine à me redresser.

                            -The Sea Lion?
                            - Lion ! *tousse*… sniff.
                            - Je dois t’arrêter toi aussi. Tu iras tout comme Prince et Sutero à Impel Down. Soit heureux de ne pas mourir ici. Rend-toi s’il-te-plaît.

                            Sa phrase raisonne dans ma tête comme si il me la répétait dix fois et je ne sais pas quoi faire. Est-ce vraiment fini pour nous ? Et Mizu, où est-il ? Mes amis, où êtes-vous ? Ne me dites pas qu’il vous a eu aussi ! A genou, je regarde le sol, puis relève la tête à la recherche de réponses à mes questions. Qu’est-ce que je vois ? Le chaos ! Mon capitaine menottes aux mains, à genou lui aussi. Je vous mes nakamas s'échapper. Pourquoi fuir ? Pourquoi nous abandonner ainsi ? Revenez ! Quoi que non enfaite, partez, sauvez vos vies. De toute façon la mienne est fichue depuis longtemps. Je savais que ce jour allait arriver. Que la marine allait me retrouver après ma fuite de Suna Land. C’était trop beau pour être vrai tout ça. La liberté ? Elle n’existe pas pour moi. Où que j’aille, la marine est présente. D’ailleurs à Suna Land, Riya porte toujours mon enfant en elle. Si ça se trouve elle a déjà accouchée ? Comment est-ce qu’elle va réagir en voyant que j’ai été capturé par la marine dans le journal ? Comment est-ce qu’elle va expliquer à notre enfant que son père devait fuir l’île pour que personne ne sache qu’il était le fils de ce dernier ? Comment va-t-elle faire sans moi ? Bref, me voilà finalement confronté à mon destin. Les larmes coulent sur mon visage plein de poussière. J’espère que la marine ne va pas découvrir un jour que j’ai ou vais avoir un enfant. Ce serait alors l’extinction de la famille Kazumi.

                            Après toute cette réflexion, le colonel me redemande de me rendre. Ce que je fais ? Rien sauf secouer la tête de haut en bas pour montrer que j’accepte. Si même Mizu s’est fait prendre, je n’ai aucune chance de faire quoi que ce soit, surtout dans cet état. Pendant que ce dernier me mets les menottes, je décide de lui poser une question.

                            - Dites-moi colonel… Aie !! Doucement, j’ai l’avant-bras cassé… Vous qui combattez pour la justice. Pouvez-vous me dire où se trouve cette dernière… lorsqu’une personne est chassé de son île natale, alors qu’elle n’a jamais contredit la loi ? Pouvez-vous me dire où se trouve la justice… lorsque le petit enfant d’un homme tué il y a presque un siècle par la marine doit être tué aussi, alors qu’il n’a même pas connu son grand père ? Qu’il a vu ses parents se faire tuer froidement devant ses yeux et a dû fuir pour… *Tousse*… pour pouvoir vivre ?
                            • https://www.onepiece-requiem.net/t2877-fiche-du-lion


                              Le tableau était de plus en plus noir, tant, que la lumière ne semblait absolument pu être en mesure d'éclairer cette bataille, désormais, à sens unique... Oui, cette fois-ci, c'était une certitude, les Shinoryuu Kaizoku avaient perdu cet acte, sur la scène d'Hungeria, théâtre de leur défaite. Manque de répétition avant le spectacle ? Pression trop importante ? Ou simple naïveté apparente ? Une chose était certaine, cela raisonnait comme une incroyable ironie pour l'équipage de Sutero qui ne prônait, sur les océans, ainsi que sur les terres, qu'une seule et unique chose : la liberté. De sombres pensées, englobant l'esprit du pirate au tricorne qui, toujours devant le corps de Takashi inerte, mort, vit celui de son capitaine voler, dégager, à quelques mètres de lui, après avoir reçu une puissante attaque... trop puissante... Bloqué entre rage, peur et impuissance face à ce spectacle, cette comédie dramatique, Prince resta immobile, quelques secondes : il ne sentait plus les blessures qui parcouraient son corps, tandis que son âme semblait voyager dans des abysses lointaines, cherchant, manifestement, des réponses inaccessibles...

                              Puis un choc, violent, vint percuter le corps du pirate : le Pacifista, toujours amoché, empoigna puissamment le torse de Prince, de sa désormais unique main, plaquant ce dernier sur le sol. Crachant un filet de sang, tandis qu'autour de lui, les gravas avaient littéralement décollé, Prince retrouva ses esprits : ses yeux émeraudes trahissaient la peur qui l'englobait. Au-dessus de lui, le colosse abîmé gardait toujours son air impassible, alors que ses yeux scintillaient, cherchant, manifestement, la procédure à suivre :

                              Procédure d'auto-destruction enclenchée en parallèle à la procédure d'élimination d'Howard Prince, Prime de 40 000 000 de berrys.

                              Les pupilles de ses yeux devinrent transparentes, tandis que ses membres avaient cessés de bouger. Son corps tout entier se figea, net :

                              « Qu'est-ce que ?! Auto... Destruction ?! Bordel je peux pas crever ici ! »

                              Tentant de se débattre malgré la charge qui le clouait au sol et les innombrables blessures qui semblaient bruler son corps après chaque mouvement, Prince, dont le visage luisait de sueur, sortit, de sa main gauche, son pistolet à silex, qu'il braqua, sans attente, sur la tête du monstre :

                              Auto-destruction en court de procédure. 5... 4...

                              Un coup de feu, puis deux, trois... deux balles ricochèrent sur la joue et le front de la créature d'acier, tandis que la troisième perfora son oeil gauche, éteignant la lueur rouge et menaçante qui en ressortait. Néanmoins, rien de plus... L'alliage de ce géant était bien trop dur pour que de simples balles puissent faire le moindre dégât.

                              3...

                              « Merde... »

                              Lâchant son pistolet à silex sur le sol, le pirate gentleman, toujours armé de Yubashiri tenta d'atteindre la tête du monstre, mais ses forces ne lui permirent que de frapper le vent...

                              2...

                              « Bordel !!! »

                              Pestant contre lui-même, Prince ferma les yeux et laissa la suite se dérouler sans agir... Il ne pouvait plus rien faire et attendre ce châtiment était la seule chose à faire. Le plus dur était d'ailleurs de savoir à quoi penser dans ce moment-là... Chose qu'il n'arrivait pas à faire : son esprit était attiré, tiraillé entre plusieurs souvenirs, personnes... De plus, savoir, dans une petite partie de sa tête, qu'il fut défait par une simple machine... L'ironie du destin.

                              2...

                              Une petite explosion retentit au niveau du torse du robot, puis une seconde, avant que la charge de ce dernier ne se fasse moins pesante et excessive :

                              2... 3...

                              Ne cherchant pas à comprendre pourquoi le robot avait soudainement arrêté son compte à rebours, Prince puisa dans le reste de ses forces pour s'extirper de la main géante, glissant sur le sol, tout en poussant cette dernière vers le haut. Néanmoins et tandis qu'il avait quasiment terminé de s'extraire, son bourreau retrouva ses forces, sa main s'abaissant dangereusement et puissamment sur la jambe droite du pirate, qui cassa en divers endroits. Les cris de ce dernier ressemblèrent aux plaintes d'un animal à l'agonie, alors que tout son corps se relâcha pour tomber sur le sol, bloqué, une nouvelle fois par l'emprise du monstre.
                              Serrant les dents, Prince vit alors deux hommes arriver vers lui, en courant. Sa vision, dupée par la douleur, ne pu reconnaître qui pouvaient être ces deux types, mais il ne chercha pas à en savoir plus que ça, ses forces renonçant désormais à toutes choses :

                              « Prince ! Ohé ! On va t'aider ! »

                              « On est là pour vous les gars, nous sommes venus avec... avec Peter !!! »

                              Les deux pirates s'exécutèrent alors, soulevant l'immense main de toute leurs forces, jusqu'à ce que Prince soit libre et qu'un troisième arrivant ne le tire de là :

                              « Bordel ?! C'est quoi ce monstre ?!!! »

                              « Pas le temps ! Faut se casser d'ici et rapidement !!! »

                              Prenant par les épaules un Howard Prince toujours plus près de l'inconscience, les hommes de Peter emmenèrent le Shino le plus loin possible de la zone, en direction de la forêt, tandis que derrière eux, une voix robotique raisonna :

                              2...1...

                              « Accélérés la course bande d'enfoirés !!!! »

                              L'explosion retentit, une déflagration titanesque, un choc monumental sur plusieurs dizaines de mètres de rayon...



                              Le Basilic s’avance vers toi, toujours encastré dans les débris du bâtiment. Toi qui es dans une bien mauvaise posture pour questionner la marine. Il te soulève par le collet après t’avoir passé les menottes en granit marin puis te laisse sur son épaule. Le tout avec froideur et nonchalance, parce que le Colonel sait que tu ne te risqueras pas à l’attaquer.

                              Ce dernier se retourne, laisse un Yukisame tétanisé de peur s’enfuir en direction de la forêt comme le reste de l’équipage. Sans leur capitaine ils ne valent plus rien selon lui. C’est pour cela que d’un bref signe de tête, il fait cesser la procédure d’élimination du pacifista qui se relève après le choc qu’il a subit. Oko Tamaka analyse le champ de bataille dernièrement ébranlé par une puissante explosion. De nombreux cratères et débris le jonchent, les flammes y sont omniprésentes, mais cela n’abîme ne rien son inébranlable impassibilité. En fait, tu finis par croire que Le Basilic a délibérément ignoré ta question concernant la justice de notre monde. Peut-être est-ce parce que lui aussi a vécu de terribles choses? Ou peut-être est-ce parce qu’il n’a pas de point de vue? Qu’il ne fait qu’accomplir les ordres?

                              Calmement, le cyborg se dirige vers les restes enflammés du pacifista dont l’autodestruction a ébranlé l’endroit il y a quelques secondes. Plus rien de commun y est visible. Plus rien n’y est vivant non plus. Et là tu comprends ce qui justifie un soudain soupir de dépit de la part de Tamaka. C’était le pacifista qui affrontait Prince.

                              Prince, le vrai pirate. Le Prince. L’homme dont tout ce qu’il reste n’est guère plus que le tas de cendres dont sont aussi composés Azrael et Takashi, désormais. Ce que tu ne sais pas, c’est qu’il a fuit par les bois, mais il est trop tard, pour toi le sort en est jeté. Le Colonel vient te déposer aux côtés de ton capitaine évanoui, la forme robotique de Kuma le rejoint et s’empresse de vous saisir.

                              -Qu’est-ce que la justice au fond? Lion? La justice n’est-elle tout simplement pas l’illusion d’un concept qui nous est propre et qui nous paraît qu’à nous, et à nous seul, comme étant quelque chose qui justifie le bien de nos actes? La justice est présente partout dans ce cas. Tu as la tienne. Le gouvernement la sienne. Et c’est probablement pour ça que je t’arête aujourd’hui. Tu m’en vois désolé. Murmure alors Oko Tamaka.

                              Et alors commence la triste marche vers les navires de la Marine. Marine qui a aujourd’hui a nouveau fait sombrer un équipage. Marine qui a à nouveau fait valoir la domination du gouvernement. Marine qui a détruit ton avenir et celui de ceux que tu pouvais, une heure plus tôt, considérer comme tes nakamas.
                                Balayé comme un fétu de paille...

                                Quelle meilleure expression pour définir ce qui vient de se passer ? Alors que l'espoir renaissait avec l'arrivée des hommes de Peter, nous voilà tous mis à terre par le colonel cyborg, d'une simple attaque. Vingt hommes réduit à l'impuissance et ceux, par la volonté d'un être supérieur et pourtant humain.
                                De quoi être découragé. Je reste assis au milieu des débris dans lesquelles j'ai était projeté, tétanisé. Pour la première fois de ma vie, j'ai vraiment peur. Cette peur qui te glace, qui t'empêches de penser à quoi que ce soit d'autres que l'objet qui t'ôteras la vie si tu ne réagis pas. Et tu ne peux pas réagir.
                                Et ce cri du désespoir qui a retentit juste avant l'impact, ce « Fuyez ! » hurlé par Mizu me fait perdre toute confiance.

                                Le colonel Oko Tamaka s'approche du Lion en se massant le poignet. Je jette un œil autour de moi. Mon Meitou a été projeté a plusieurs mètres de moi, écrasé par le cadavre d'un pirate à la tête éclatée par un débris de mur.
                                A l'opposée, Cassandre gît toujours inconsciente, mais elle a été projeté au côté de Fear Face qui semble lui aussi inconscient. A peine plus loin, je vois une tignasse rouge qui émerge d'un tas de bois brisé, encadré par les corps de deux hommes de Peter. Je reconnais Tokigawa, que je n'avais jusqu'alors pas remarqué. Sa poitrine se soulève lentement : il vit encore.
                                Mais autrement, nulle trace de Brüno, Mizukawa, du Prince ou d'Azraël. J'espère qu'ils vont bien...

                                Des hommes commencent à se relever tandis que le Colonel d'élite s'apprête à passer le menotte au Lion. Je me redresse vite pour tenter une dernière action désespérée...
                                Mais une main se pose alors sur mon épaule. Je me retourne : Peter me fixe de son regard dur, ses vêtements sont imbibés de sang.

                                -On ne peut plus rien faire pour lui, gamin. Tu as entendu Mizukawa : il faut fuir, on n'a pas le choix !

                                -Mais.... Mais on peut pas le laisser embarquer le Lion comme ça ! Il a besoin de moi ! C'est mon ami!

                                -Parce que tu crois que te sacrifier devant lui lui rendra service ?


                                Je le regarde, abasourdi. Dans l'urgence de la situation, je n'avais pas pensé à cela...
                                Peter pointe un doigt dans son dos, en direction de notre retraite... Et de mes nakamas.

                                -Si tu veux essayer de tenir tête à la Marine, moi et mes hommes t'accompagneront. Mais n'oublie pas que tu as encore des amis qui ont besoin de toi.

                                Je tremble. Mes nerfs commencent à lâcher... Je suis tiraillé entre mon devoir qui me dit de fuir et mon cœur qui me dit que je ne peux pas laisser mon camarade se faire enlevé sans rien tenter...
                                Puis je relève les yeux et voit le visage de Cassandre, du sang coulant sur ses joues.
                                C'est cette vision qui me pousse à agir :

                                -On fuit. Dis à deux de tes hommes de s'occuper de transporter l'épouvantail et le roux avec toi.

                                Peter hoche la tête et dis aux survivants, soit la moitié des effectifs de départ :

                                -Vite, les gars, on se tire ! Toi et toi, occupez vous de me ramasser ces deux-là !

                                Et la course effrénée commence. Je me précipite vers mon amie herboriste et prend son corps frêle dans mes bras. Mes blessures me font mal, et Peter fait mine de me donner un coup de main, mais je décline. Il est de mon devoir de la protéger...

                                Nous sommes une petite dizaine à courir pour quitter cette place, quitter cette ville pour aller nous terrer. Nous avons perdu, pour la première fois...
                                Avant de tourner à l'angle d'une rue, je lance un dernier regard au Lion. Un regard qui signifie clairement : « je suis désolé, mais il le faut ». Je n'ai pas le temps de voir sa réaction, puisque nous nous engouffrons dans une rue.

                                Des larmes me brûlent les yeux. Izya, Mizu, Lion... Je pense à tout ceux que nous laissons derrière nous, et à tout ceux dont le sort est encore incertain.
                                Je trouve un certain réconfort en voyant deux hommes courir à mes côtés : ils transportent avec eux le Prince inconscient, grièvement blessé, mais vivant...

                                Les gens s'écartent sur notre passage, et nous quittons la ville. Derrière moi, je laisse mon Meitou, ma foi et mes amis...
                                Alors que nous nous apprêtons à rejoindre la plage où nous avons abordé, je préviens à Peter que le Blue-Moon a été détruit par la Marine.
                                Nous bifurquons vers la forêt...

                                Et nous allons nous terrer comme les rats minables que nous sommes...
                                • https://www.onepiece-requiem.net/t3125-yukisame-pandora
                                • https://www.onepiece-requiem.net/t2951-yukisame-termine-test-rp-poste-en-attente-de-validation
                                  Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
                                  Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum