Le deal à ne pas rater :
PC Portable Gamer 16” ASUS ROG Zephyrus G16
1639.99 €
Voir le deal

Tenir sa position




La lune accrochée au ciel luit comme une montre. Quand soudain, je ne sais quel soigneux horloger s’est mis à passer un coton nuage sur le boîtier d’argent de cette montre ronde. S’ensuit une nuit la plus noire du monde. Pas facile de s’aventurer dans la ville qui semble aussi bruyant qu’un hiver en montagne. Rien, il n’y avait rien ni personne dans les ruelles. On ne peut entendre que le vent s’engouffrant dans la cité tel un voleur talentueux. Il passe partout sans crainte de se faire prendre la main dans le sac.

Tac, Tac, Tac.

Le cheval aussi noir que les fonds marins avance au pas et chacun d’eux résonne. Un bel animal plus grand, plus costaud que la moyenne et on comprend pourquoi lorsqu’on voit le cavalier mesurant plus de trois mètres. Une masse de muscle sur pattes balayant de son regard chaque recoin avec des yeux perçant voir terrifiant. Pour terminer ce fabuleux tableau nous ajoutons un aigle paisiblement posé sur l’épaule de l’homme.

Le long silence finit par s’interrompre lorsqu’on entend une petite discussion, les voix semblent augmenter de volume ou alors elles s’approchent simplement. Dans la grande ruelle a lieu une rencontre. Trois personnes vêtues d’uniforme de la marine ont la surprise de tomber nez à nez avec une montagne du nom de Feng. Effrayé comme s’ils ont vu la mort leur faire coucou, ils font plusieurs pas en arrière, l’un tente de prendre son fusil mais à cause de la peur il a du mal à le saisir. Le plus gradé d’entre eux veut montrer l’exemple et ajuste simplement ses vêtements. Il avance jusqu’à faire face au cavalier.

-Le couvre-feu a été décrété depuis deux jours depuis les derniers attentats. Toute personne dans les rues après vingt et une heures est considérée comme hors la loi. Alors je te laisse le choix. Tu peux me donner ta bourse qui semble bien remplie et on te laisse partir ou… Direction la prison.

La première intention qu’a donnée cet homme au montagnard était mauvaise, un simple bonhomme effrayer, mais finalement il montre qu’il a du courage ce qui lui donne un certain intérêt, bien que minime, mais il existe aux yeux jaunes du grand.

-Où puis-je avoir un repas chaud et un lit ?


-J’ai pas l’impression que tu comprennes ce qui se passe du con.

Le soldat prend son épée et la pointe vers le civil. Les deux autres prennent leur fusil et le mettent en joue.

-Ici c’est moi qui représente la loi. Tu vois cet uniforme, tu vois ces médailles ! Un seul mot de ma part et tu peux te retrouver avec une prime. Devenir un criminel chassé par des chasseurs de primes sanguinaires.

La tentative qui ne restera qu’une tentative pour effrayer le voyageur n’a semble-t-il pas le moindre effet. Alors pour la dernière fois Feng va montrer qu’en tant que leader il sait garder son sang-froid avant d’agir avec violence.

-Je viens de débarquer sur l’ile. Je ne connais pas vos règles... Alors une dernière fois, où puis-je avoir un repas chaud et un lit.


-Vous avez entendu, il vient de nous menacer là ?

-Ah oui j’ai bien entendu monsieur.

-Maintenant d’après la loi on est autorisé à agir contre une personne insultant notre uniforme.

-Tu penses qu’un simple vêtement t’offre un quelconque pouvoir sur moi ?


Insultant, c’est insultant. Le grand descend de son cheval mais reste à une hauteur bien au-delà de la moyenne. Les soldats reculent et l’un d’eux demande des renforts par escargophone. Ils ont voulu marcher sur une montagne, mais ont-ils les tripes de rester debout lorsque celle-ci vous démontre sa force.



  • https://www.onepiece-requiem.net/t17004-le-soldat-de-la-montagne
Zed, Piétra et moi avons été appelés par notre coordinateur, Ethan Delgaz pour relever la Marine d’une affaire trop importante à leurs yeux. La mouette court toujours après un plus gros os tel un chien fou, mais elle ne parvient plus à la trainer, c’est là que nous, Cipher Pol 8, intervenons. Notre supériorité a été maintes fois prouvée, cette affaire n’est qu’une nouvelle preuve parmi tant d’autres.

Autrefois, cette ville et cette île étaient festives les soirs d’été. Mais récemment, un groupe de pirate s’est immiscé dans les rues en fête, la nuit, pour piller discrètement les maisons vides des habitants bien trop occupés à se déhancher autour d’un brazero, arroser leurs soirées ou déambuler sur les marchés nocturnes. Donc la Marine est sur les dents et a mis en place un couvre-feu, mettant purement et simplement fin aux animations tardives qui faisaient vivre l’île. C’était sa seule attraction.

Oh, leur plan a fonctionné à merveille. Les pirates ne donnent plus signe de vie mais sont noyés dans la masse des touristes qui étaient venus là pour s’amuser la nuit, et récupérer en dormant le jour. Les vols et pillages ont cessé, mais au prix de la vie de l’île.
La situation ne pouvait pas continuer ainsi, alors le Cipher Pol 8 nous a envoyé pour faire le boulot à leur place : rétablir les festivités et surtout, arrêter les pirates.

Mais comme le plan de la Marine ne fonctionne qu’à moitié, ils se retrouvent encore plus sur les dents et certains Marins mènent une véritable chasse aux sorcières, et autant dire qu'une vieille femme aux traits tordus sans aucun mystérieux don les satisferait parfaitement ...

C’est insoutenable, donc hors de question que cela continue.
Nous accostons de nuit, dans des costumes de Marin de base. Si la Marine est avertie de notre présence, ce n’est pas le cas de nos ennemis qui nous confondront donc avec des mousses de bas étage de la grande mouette.

A peine le pied posé sur le seul port de l’île, l’ambiance est donnée. Il n’y a pas âme qui vive. Nos pas résonnent dans les ruelles fantômes et éclairées de nos seules lanternes. Si Zed peste qu’on n’y voit rien, Piétra se délecte de cette ambiance sombre. Moi ? Je m’en fiche. Ce qui m’intéresse, c’est accomplir la mission, par intérêt de coincer de la vermine et faire couiner du Marin.

Et à l’entente d’une querelle en ce beau milieu de nuit où la lune règne, quelque chose me dit que je vais pouvoir assouvir mes envies ...

Je regarde Zed et Piétra et je prends les rênes de notre petit groupe.

- On y va !

Nos pas sont maintenant rythmés, presque calés ensemble, à la limite de la mélodie. Nous nous guidons au son, serpentant rapidement dans les ruelles. Des Marins avec un homme, si j’ai bien compris.
Et quand nous arrivons à la source de ce bruit, nous ralentissons pour nous faire discrets, nous tombons nez à nez avec une montagne de muscles contre quelques pedzouilles de Marins. La force tranquille ne lève pas un mot plus haut que l’autre, alors que ces foutus Mouetteux parlent de menace.

- Ben tiens ... Si c’est pas magnifique.

Le chef de la petite bande de mouettes plisse les yeux.

- Vous êtes qui vous ? Je vous connais pas. Vous seriez pas ces fameux pirates par hasard ? Vous auriez très bien pu zigouiller trois de nos collègues pour vous glisser dans nos rangs.

Ses deux petits camarades viennent timidement le défendre.

- Oui, ça doit être ça !
- Je ne vois que ça de toute façon.

Plein d’assurance, leur petit chef m’adresse la parole, plein de désinvolture.

- Allez, veuillez me suivre. Et pas vague, les renforts sont en route.

Avant que je ne fasse quoi que ce soit, Zed perd patience.

- Eh oh, elles vont se calmer les petites merdeuses ouais ? Agent Krastinov, je vous présente les agents Skullson et Piètre-Galère. Cipher Pol 8.

Les trois Marins pâlissent à vue d’oeil.

- C’est eux !
- A-Ah, c-c-c’est v-vous ? D-Dés-solé !
- Le c-couvre-feu, v-vous comprenez ...
- C’est le couvre-feu qui vous permet de faire du zèle ? Vous savez que ça pourrait vous coûter si j’en informais le Cipher Pol 3 ?
- Désolé messieurs, mais faut bien comprendre que cette histoire de pirates qui empêchent toute vie amusante sur l’ile ...
- Justement. Vous n’êtes pas là pour pourrir celle des habitants ou des touristes mais pour les sécuriser.

Je toise la montagne de muscles non par dédain ... mais parce qu’elle me dépasse littéralement !

- Veuillez nous suivre Monsieur, et désolé pour le désagrément, nous allons tenter de trouver une auberge ensemble.
- Eh ! Où vous croyez aller avec notre homme ?
- Votre homme ? Ah ! La bonne blague ! Commencez par annuler vos renforts, on ne reparlera plus tard.
- Et si c’était le capitaine des pirates que nous recherchons ?
- Alors on saura où il se trouve et on aura tout le loisir de lui faire passer un petit séjour à l’ombre.

Nous nous éloignons de ces trous du cul, sans aucune autre forme de procès. Le silence règne à nouveau, sans compter le bruit de nos pas qui le trouble encore, puis Piétra prend enfin la parole en soupirant.

- Hmpf ... Cette mission m’ennuie déjà ... C’est comme regarder une nature morte ... Moi aussi j’aimerai bien mourir ...

Et comme d’habitude, Zed se marre, ce qui vexe la jeune femme en perpétuel deuil.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13335-fichier-de-l-agent-skull
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13245-agent-bjorn-skullson



Une intervention des plus plaisantes à regarder pour notre montagne. Dix secondes, s’ils étaient arrivés dix secondes plus tard il y aurait eu du sang semé un peu partout dans les alentours. Le manque de respect n’est pas acceptable pour de nombreuses personnes et Feng en fait parti. Alors les voir s’écraser littéralement devant ces trois agents lui donne un air satisfait avec un petit sourire qui les insultes de, pardonnée moi du terme mais de merde.

Cipher Pol 8 ou 3. Surement l’appellation de meutes diverses et variées qui se trouve au-dessus de la hiérarchie du marine. C’est certain pour Feng, ces trois-là sont d’un autre niveau, d’ailleurs leur arrivée s’est faite tels des prédateurs silencieux regardant leur proie avant de jaillir. En tout cas notre homme n’ouvre pas sa bouche et suit simplement les agents. Ses yeux jaunes et pour le moins terrifiants observent, ses oreilles écoutent. Calme comme toujours, il marche à côté de son cheval tandis que son aigle reste sur son épaule.

Dans la voie principale ils avancent avec comme lumière les lampes ainsi que les rayons lumineux qui s’échappent des fenêtres des maisons du coin. Lorsque le groupe trouve finalement une auberge le grand décide enfin de défaire ses lèvres pour divulguer un petit conseil comme pour leur remercier de l’intervention. Il peut aisément faire une longue tirade pour expliquer son expérience et le pourquoi de son raisonnement mais il n’en fera rien. Pourquoi doit-il se justifier ? Feng est un homme avec une fierté et un honneur plus gonfler que ses biceps.

-Des pirates ? Soit ils ont quitté l’ile après leur coup, soit ils se terrent dans l’endroit qu’ils pensent être le plus sûr.


C’était comme une partie de chasse, l’animal fuit le plus rapidement le plus loin possible après l’attaque. Ou il décide de se terrer par peur et ne bouge plus jusqu'à ce que l'extérieur devient sur. Les pirates sont qualifiés comme des personnes aimant la liberté alors la première option est probablement la meilleure. En tout cas tout cela ne le concerne en rien, dans sa meute il n’y avait jamais ce genre de problème. Le gouvernement mondial voit trop grand et veut mettre le monde sous sa botte. . La meute de Feng est différente, il ne peut y avoir d’intrus car tout le monde connait tout le monde, c’est une grande famille qui repère rapidement les inconnus. Dans sa montagne la question aurait était réglé le jour même, l’heure même.
Après sa petite phrase le grand ouvre la porte mais reste à l’entrée. Celle-ci est trop petite pour qu’il passe.

-De l’eau pour mon cheval, de la nourriture pour aigle puis un repas chaud et de l’hydromel pour moi. J’attends ici.

L’homme s’assoie au sol en tailleur tandis que son cheval se couche proche de lui. La nuit est fraiche mais pas assez pour décourager notre montagnard qui connait bien pire. Ce soir il dormira à la belle étoile, hors de question de laisser ses animaux dehors alors que lui est au chaud. Un chef reste avec ses troupes.



  • https://www.onepiece-requiem.net/t17004-le-soldat-de-la-montagne
L’effervescence passée, je peux désormais m’intéresser au drôle de zig. Ce n’est pas commun de tomber nez à nez avec un type de cet acabit, surtout accompagné d’un aigle et d’un cheval.
Nous passons commande nous aussi et j’esquisse un sourire au départ de la serveuse qui se gratte la tête, l’air contrariée. Elle doit se demander ce que peut bien manger un aigle. Je reste donc dehors pour tenir compagnie à cette nouvelle rencontre étonnante.

- Vous êtes un étranger, ça se voit. Et j’imagine également que vous devez avoir la vie dure pour que dormir à la belle étoile ne vous dérange pas ...

Et puis je repense à son hypothèse. Il a du flair le petit père. Enfin, “petit” ...

- Vous avez sûrement raison, pour les pirates. Mais la question est “Quel est l’endroit qu’un capitaine pirate pourrait juger le plus sûr ?”.

Aussitôt, Piétra souffle :

- Le cimetière.

Et Zed réplique, cinglant :

- Nan, on t’a demandé où est ce que tu irais t’épanouir le plus !

Piétra fait maintenant la moue.

- Tu as la délicatesse d’un coup de ranger dans la tronche, Zed ... Ca m’exaspère encore plus ...

Cette réponse fait grassement rire le médecin légiste de notre petit groupe.

- Vous pourriez arrêter deux secondes, vous deux ? Nous sommes en mission je vous le rappelle.
- Et un inconnu sait ce que nous sommes maintenant ...


Elle n’a pas tord. Même si le grand gaillard m’a l’air franc et honnête, je préfère le questionner, mine de rien. Je me contente de soupirer faussement.

- Bref. D’où venez-vous ... euh ...
- Lao. Lao Feng.


Sa voix avait grondé comme le tonnerre.

- Donc, d’où venez-vous, cher Lao ? Et qu’est ce qui vous amène sur cette île ?

A ce moment même, la serveur sort de l’établissement accompagnée ce qui semble être les tenants de la petite échoppe. La jeune femme tient un plateau avec nos verres ainsi qu’un sac de diverses graines que ses patrons doivent certainement utiliser pour confectionner la nourriture qu’ils proposent. Lui traine une table ainsi qu’un énorme seau d’eau, et elle fait rouler un tonneau entier d’hydromel. En même pas une dizaine de secondes, l'abreuvoir est rempli, la table dressé et le tonneau ouvert.

Je n’aimerai pas payer à la place de cette montagne de muscles ... Une fois les tenanciers et leur serveuse éclipsés, je reprends la parole.

- Et à avis, où sont cachés ces pirates ?
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13335-fichier-de-l-agent-skull
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13245-agent-bjorn-skullson



C’est dans une immense coupe que Feng sert l’hydromel avant de pouvoir la savourer. Finalement ces hommes ne souhaitent pas seulement accompagner le grand mais en savoir un peu plus sur lui. S’il était petit, mince, sans monture et sans aigle est-ce que cela se serait produit ? Probablement non, mais c’est un fait et avoir de la compagnie pour diner peut être jouissive lorsque les interlocuteurs ne passent pas leur temps à muscler leurs pectoraux mais aussi leur cerveau.

La question d’où venez-t-il le force déjà à réfléchir. Il n’aime pas les longs discours mais il y a des informations qu’il est préférable de garder bien au chaud dans un corps froid. Après tout, il sait qui il est mais ne sait pas ce qu’il va devenir, s’il devenait un ennemi de ces hommes, il pourrait mettre son île en danger. Après tout ce sont de simple inconnu inutile de tergiverser plus longtemps.

-Je viens de loin. Un endroit isolé du monde.


L’homme en face de lui est intrigué et c’est bien normal, alors il y a d’autres question qui viennent ce qui commence à déranger petit à petit la montagne. Un interrogatoire en plein air, sympa le concept,  il ne manquer plus que ça et lui mettre la lampe au visage. Feng laisse de long silence en mangeant doucement ce qu’il y a dans son assiette. Vous connaissez ce moment où vous attendez une réponse et que la personne en face de vous décide de relancer une bouché avant de vous répondre, ce moment est long, très long. En réalité il a envie de leur dire qu’ils parlent beaucoup pour des personnes aussi petites, mais ça serait irrespectueux.

- Vous êtes intrigué et c’est réciproque. Pourquoi des agents comme vous qui appartiennent à une meute… Hum…  Je veux dire à un groupe supérieur aux marines a besoin des conseils d’un voyageur ?


Le chasseur se gratte la tête un instant puis passe sa main sur sa moustache.  Cette affaire ne le concerne en rien mais cela peut devenir amusant si les enchères sont montées.

-Vous semblez être le chef monsieur Skullson si j’ai bien compris.

Rien ne permet de dire qui est chef ou non, c’est juste l’instinct sauvage de Feng qui lui dicte qui est l’alpha en face de lui. Dans un groupe il y toujours un dominant et des dominés.

-Si j’attrape les pirates avant vous… Vous me devrez un service, j’aimerais que vous passiez sous mes ordres. Si vous les attrapez avant moi je vous rendrais un service.


Le tout est dit d'un ton naturel comme s'il parle du plat du jour ou de la météo. La réputation des marines n’est plus à refaire, mais s’ils s’écrasent devant ces types … Alors ce sont surement des durs, c’est parfait pour Feng, voilà un défi digne de sa hauteur. Hum. L’atmosphère se refroidit encore plus rapidement que prévu. Les seuls qui vont encore du bruit ce sont les animaux qui mangent sous le regard tendre de leur maitre qui ose détourner son regard à la personne qui fait l’objet de sa requête. Peut-être que la réponse arrivera à attirer de nouveau son attention.



  • https://www.onepiece-requiem.net/t17004-le-soldat-de-la-montagne
Au moment où ce Lao Feng me désigne comme chef du groupe, je sens que Zed et Piétra bouillir en leur for intérieur.
Mais je suis clément, je romps aussitôt le quiproquo non sans me délecter d’une petite ampée de Scotch. Ca ne fait que le rendre meilleur.

- Hahaha, non. Nous sommes amis en dehors du travail, il n’y a pas vraiment de chef, nous fonctionnons à l’instinct. Et je suis curieux à votre égard, c’est que vous avez piqué ma curiosité en vous aventurant sur le terrain propre au Cipher Pol.

Je me penche en avant, non pas pour paraître plus impressionnant parce que ce serait peine perdue face à ce colosse, mais pour être certain que toute son intention soit braquée sur moi.

- Que nous soyons d’accord : je veux bien me prêter à ce petit jeu, je veux bien vous rendre un service si nous échouons, mais jamais je ne saurais être sous vos ordres. Il faut que la part soit égale des deux côtés. Donc vous échouez, vous me rendrez un service. Les bons comptes font les bons amis.

Zed boit cul sec son verre et se lève brusquement dans la foulée, plein d’entrain, ce qui exaspère encore plus Piétra dans la mesure du possible, qui le montre en poussant un long râle.

- Bien dit Björn ! Quant à vous, Lao, vous n’avez pas froid aux yeux, j’aime ça ! Mais vous n’avez aucune chance, on a Piétra avec nous, elle un vrai flair de cabot !

Avec une voix d’outre-tombe, le nez à deux doigts de tremper dans son infusion, Piétra s’exprime :

- Cela m’ennuie au possible ... Dois-je le prendre comme un compliment, de la part d’une brute épaisse ?

Zed la regarde, décontenancé.

- Quoi ? Bah oui ...

Piétra soupire à nouveau et se retrouve presque avachie sur la table.

- La coopération avec toi me donne des envies de suicide ... Heureusement qu’il faut compter sur un individu étranger pour pimenter la chose ... Ca me donne toujours envie de mourir ... mais peut être un peu moins ...

Je finis mon Scotch à mon tour et serre l’immense paluche du colosse bien étrange.

- Vendu. Tenez, moi Den Den personnel. Vous n’aurez qu’à m’appeler quand vous en aurez marre de tourner en rond, héhéhé !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13335-fichier-de-l-agent-skull
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13245-agent-bjorn-skullson