Le deal à ne pas rater :
Captive : où acheter le Tome Captive 1.5 en édition Collector ?
26.90 €
Voir le deal

Foudre de guerre

Suite des événements joués ici.



***


- Allez cap'taine soyez pas pute faites tourner !

D'un violent coup de coude, le cafard recadra un de ses hommes d'équipage trop familier à son goût. Le bougre ne lui en voulut pas plus que ça, bien qu'ayant le nez en sang, il avait suffisamment d'alcool dans l'organisme pour atténuer la douleur.
C'est que l'ambiance était à la fête sur le vaisseau. Une semaine que les Blattards étaient arrivés sur Strong World, Joe avait fait rapidement le tour des îles flottantes mais, compte tenu de la situation géographique de l'île, savait que piller quoi que ce soit était trop compliqué, la fuite d'une île à l'autre étant quasi impossible si on bloquait les issues reliant les plateformes volantes.

Finalement, le capitaine avait fini par se décider à rester auprès de ses hommes. Zujo récupérait seulement de sa blessure lors de leur affrontement avec Volvota et sa créature. Quant aux hommes, ils avaient passé leur temps à picoler et s'adonner à la débauche la plus totale.
Pendant ce temps, le cafard avait dû vendre les quelques poignées en or volées chez le docteur Volvota. Avec l'argent, il avait pu acheter des provisions, des voiles, des bandages et surtout de l'alcool. Les trois cent mille berries restants, il les avait laissé à ses hommes pour passer comme généreux. Mieux il les amadouerait, plus facilement il pourrait tricher sur les partages de butin à l'avenir.

Euphorique devant cette somme dérisoire, les hommes avaient insisté pour rendre hommage à leur nouveau capitaine en organisant un sauterie à bord du vaisseau. Bien que réticent, Joe avait fini par accepter.
Putains et liqueurs furent livrées à bord pour une nuit de détente. Mieux valait pour les hommes qu'ils profitent de leur temps de repos lors des haltes sur les îles car leur capitaine ne leur ferait pas de cadeaux une fois en mer et serait intraitable. Sa stratégie était la suivante "Les faire trimer à bord, leur laisser quartier libre à terre". Le pacte social à la mode pirate en somme.

Si Joe en était venu à frapper l'un de ses hommes, c'était parce que ce dernier était venu fureter autour de sa récente acquisition : un Dial qu'il avait volé chez le docteur il y a quelques jours de cela. L'ayant activé, ce dernier n'avait eu aucun effet. Le forban devait le charger avec quelque chose mais il ne savait pas quoi.

- Alors ce Thunder Dial ?

Zujo, torse recouvert de bandages sortit du dortoir pour s'asseoir à côté de son capitaine en bon second qu'il était.

- Il n'est pas chargé.

Après avoir vidé en un rien de temps une pinte de bière volée à l'un des hommes à table sans doute trop occupé à comater ou batifoler, le chasseur eut une idée de génie.

- Eh bien faut le charger capitaine.

Devant le regard acéré que Joe lui adressa, Zujo compris qu'il l'avait contrarié.

- C'est vrai que les sources d'électricité stables, ça manque. En tout cas, l'avantage avec les Thunder Dials, c'est que comme les Flash Dials, une fois que ce qui doit être enregistré est enregistré, ça reste pour toute la vie sans avoir à recharger.

Scrutant le dispositif qu'il tripotait sans arrêt, Joe trouva un moyen d'occuper ses trois prochains jours avant que le Log Pose ne soit rechargé.

- Demain je partirai à la recherche d'une source électrique. En attendant, il faut que je me remplisse la panse et que je me vide les couilles.

Langage fleuri comme à l'accoutumée, le forban qui se défoulait pourtant rarement d'habitude profita de l'instant présent, vidant le reste de sa pinte et sifflant l'une des filles de joies payées pour égayer la petite sauterie à bord. Il n'était pourtant pas très porté sur la chose, mais il était humain malgré lui et se devait par moment d'assouvir certains appels de la nature.





Dernière édition par Joe Biutag le Jeu 19 Mai 2016 - 7:33, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biut
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutag
Le réveil fut douloureux et surtout tardif pour les Blattards. Il était midi passé, et sur le pont, catins et flibustiers commençaient à se lever après avoir dormi à même les planches du navire. Du côté des dortoirs, la zone était considérée comme dévastée.
Pour une fois, Joe ne se leva pas avant tous ses hommes. La porte de sa cabine s'ouvrit pour révéler une créature pour le moins étrange qui en sortit.

À bord, après avoir congédié les filles de joies et s'être affairés à remettre le navire en ordre, les hommes d'équipage ouvrirent la bouche en grand en voyant le spécimen qui paradait devant eux pour quitter le vaisseau.

Enfin, le capitaine sortit à son tour de la cabine s'étirant après avoir abondamment baillé. L'un des matelots osa lui faire une remarque relative à la créature qui l'avait précédé en quittant la cabine.

- Euh.... Capitaine... C'était pas une femme poulpe ?

Baillant une fois de plus, Joe pencha la tête à droite puis à gauche pour se remettre les cervicales en place. La nuit avait été agitée pour lui.

- Une femme poulpe ? Mmmh... Je suppose que ça explique les bras surnuméraires et les ventouses.

Les hommes à bord se regardèrent dubitatifs se demandant si leur capitaine était sérieux ou si il se payait leur tête. Jamais ils ne sauraient quels fétichisme douteux arborait le cafard, et peut-être que cela valait mieux pour leur santé mentale.

- Tout ce que vous avez à savoir, c'est que ça m'a coûté trente mille berries, et que le prix valait largement la prestation hinhin.

Passant du coq à l'âne, il scruta son bâtiment dans chaque recoin avant de demander où se trouvait Zujo. Un mousse pointa du doigt en direction de la plage jouxtant les quais où ils étaient amarrés. Là, on pouvait voir un gaillard, le torse recouvert de bandages, immobile, harpon en main. Derrière lui, trois requins perforés étaient entassés. Sa prestation de pêche au squale était si impressionnante qu'une vingtaine de personnes s'étaient arrêtés dans les environs pour le regarder faire.
Un aileron approcha le chasseur, peut-être l'animal constituerait-il sa quatrième victime. Mais Zujo sembla renoncer à harponner ce spécimen-ci qui, après lui avoir tourné autour, rebroussa chemin.

- M'enfin Zujo t'es vraiment une tanche ! Même pas foutu d'harponner un truc aussi facile à choper.

Sortant son mousquet à triple canon, il canarda l'animal immergé dont seul l'aileron dépassait de la surface. Mort sur le coup, le pauvre poisson s'avéra en réalité être un dauphin dont la carcasse flotta.
La petite foule qui observait la pêche du chasseur hurla après le forban pour avoir été aussi idiot.

- Devriez faire gaffe, je pêche encore plus facilement les connards qui râlent que les dauphins !

Ces simples mots suffirent à faire se disperser la petite troupe qui savait qu'elle avait à faire à un pirate ayant acquis une certaine notoriété sur la troisième voie. Une fois le dauphin abattu, le second du cafard savait qu'il était temps d'arrêter la pêche.

- Bien dormi capitaine ?

Joe n'avait pas beaucoup dormi de la nuit, mais cela ne regardait que lui, sa conscience, et les tenanciers du bordel où travaillait la femme poulpe dont il avait requis certaines prestations.

- On va dire ça ouais. T'aurais pas harponné une anguille par hasard ?

Se demandant un instant pourquoi il aurait pêché un tel animal, Zujo se souvint de leur discussion de la veille concernant le Thunder Dial qu'ils désiraient charger. Si ce n'est la foudre, les deux compères n'avaient pas envisagé d'autres alternatives pour charger le Dial. Aussi, une anguille électrique parut une bonne idée.

- Capitaine, on ne trouve pas d'anguilles dans la mer, uniquement dans les eaux douces marécageuses.

Levant la tête pour scruter les nombreuses îles flottantes au climat et à la flore diverse et variées, le forban reporta son regard sur son second.

- Je pense qu'on devrait trouver notre bonheur là haut. Équipe-toi Zujo, on part en chasse.

Pas besoin de le lui répéter. Le chasseur porta ses prises ainsi que le dauphin mort jusqu'au bateau afin que les hommes en fassent plusieurs repas, et il se prépara pour une nouvelle excursion sur les îles volantes.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biut
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutag
Guidé par son second, Joe dut supporter un périple de plusieurs heures à se balader d'une île volante à l'autre jusqu'à ce que ce dernier ne trouve le climat adéquat où traquer une anguille. Il était bientôt sept heure du soir, le soleil commençait à se coucher, et enfin, ils venaient de trouver un marécage pour répondre à leurs attentes.
Avec eux, Grite, le tigre que Joe avait ramassé sur l'île maléfique. La bête devait se dégourdir les jambes. Aussi, même si un marécage n'était pas une copie conforme de la jungle où l'animal était né, cela lui permettrait de renouer un minimum avec la nature.

- Vous avez apporté le Dial capitaine ?

Le dit capitaine blanchit. Fouillant anxieux chacune des cachettes à l'intérieur de sa parka, il trouva enfin l'objet en question qui se trouvait tout simplement dans sa poche. C'eut été assez agaçant pour eux si ils avaient eu à faire demi tour à cause d'une négligence du cafard.
Longeant un cours d'eau au milieu de la sinistre végétation, ils cherchaient un endroit rêvé pour pêcher l'anguille.

- C'est un animal qui reste au fond de l'eau habituellement, il fouille ses repas dans la vase. Ça bouffe des crabes, des petits poissons en tout genre. Dans le coin il y a pas mal de vie marine. Les prédateurs devraient affluer.

Armant son mousquet à canon triple en plissant les yeux, le cafard demanda sur une intonation pour le moins inquiétante :

- Est-ce qu'il y aura des crocodiles ?

Suite à son séjour sur l'île maléfique, le cafard avait quelques mauvais souvenirs en matière de reptiles inconvenants.
Cependant, le court d'eau était assez étroit. Si il venait à y avoir le moindre crocodile, il serait seul, et probablement d'une taille assez médiocre. Par conséquent, il n'y avait pas grand chose à craindre de ces eaux boueuses dans lesquelles ils comptaient pêcher. Cette fois, Zujo ne fut pas audacieux au poing de se jeter à l'eau un harpon à la main. Les anguilles du fait de leurs attaques électriques pouvaient paralyser un homme de par le choc et ce, aussi fort pouvait être ce dernier. Personne ne peut immuniser son système nerveux à des vagues électriques.

- Et maintenant on attend.

Même si il n'y avait aucun autre moyen de procéder, Joe grogna. Impatient de par nature, "attendre" sonnait à ses oreilles comme une insulte exécrable.

- Y'a pas moyen de la faire venir à nous ?

Zujo, ne quittant pas le cours d'eau des yeux lui expliqua que l'agitation pouvait éventuellement en attirer une ou deux. Cependant, il ne se voyait pas servir d'appât humain, et se doutait bien que son capitaine ne pousserait pas la folie assez loin pour y aller lui même.

- Je vois je vois...

Tandis qu'il laissait son second pêcher en solitaire, le cafard alla chercher le tigre qui se roulait dans une végétation luxuriante qu'il n'avait pas eu l'occasion de fouler depuis longtemps. Ce comportement le changeait de ses longues siestes à bord du navire.
Observant que la bête semblait trottiner après un lapin, le forban se saisit du petit animal par les oreilles et le balança à la flotte.

- Zujo, avec ça, il devrait y avoir assez d'agitation non ?!

Soupirant, le chasseur acquiesça regardant le pauvre lapin essayer de sortir de l'eau. Cependant, ni le cafard ni son second ne s'attendait à ce qui allait suivre. Grite, ayant une intelligence somme tout assez relative, plongea dans la flotte afin de poursuivre le lapin avec lequel il jouait auparavant.
Il y allait avoir plus d'agitation que convenu.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biut
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutag
Les deux hommes furent trempés après qu'une bestiole aussi volumineuse se jette à l'eau sans prévenir. Grite avait l'air malin. Bien que n'ayant jamais nagé de sa vie, cela sembla ne lui poser aucun problème alors qu'il agitait ses quatre pattes pour garder la tête hors de l'eau.
Un instant, il plongea sa bouille sous l'eau puis émergea sous le lapin qui put ainsi se tenir sur la tête du fauve à l'abri des fonds marins menaçants.

- Capitaine il faut le sortir de là.

Haussant les épaules, le cafard n'en avait cure. Un appât était un appât, et ce, qu'il s'agisse d'un lapin ou du tigre avec lequel il avait partagé nombre d'aventures. Sans la moindre hésitation, il se contenta de se servir de Grite afin d'attirer une anguille. Tandis que la bête nageait en tournant en rond, Zujo et son capitaine observaient attentivement les alentours. La moindre ombre aurait pu être le futur fruit de leur pêche.
Mais si ce n'est quelques malheureux poissons qui fuyaient l'énorme masse du tigre qui, un lapin fièrement dressé sur sa tête, continuait à nager, rien de bien prometteur ne s'amenait à eux. Le ciel était rose au couchant, bientôt, il ferait nuit. Alors que le félin tigré chercha à sortir , Joe le poussa de la semelle d'une de ses bottes pour le maintenir dans l'eau. Il tenait à son anguille, même si cela devait se faire au détriment de la santé du tigre qui le considérait pourtant comme sa mère.

- Il va bientôt faire nuit capitaine....

Debout au bord du cours d'eau vaseux, bras croisés, le forban ignora les avertissements de son second. Capricieux comme savaient l'être les enfants gâtés n'ayant pas reçu assez de baffes durant leur jeunesse, Joe tenait à partir d'ici après avoir chargé son Thunder Dial. Cependant, il sourcilla un instant, perplexe.

- Merde Zujo.... Presque deux heures qu'on est là et... Je commence seulement à me demander...

Devant l'hésitation du cafard, Zujo tiqua à son tour, se demandant bien où il voulait en venir.

- Comment techniquement on charge un Thunder Dial ?

Le chasseur, en général plus perspicace que son capitaine blêmit. Lui non plus n'avait pas réfléchi à cela un instant, trop obsédé qu'il était pas la perspective de chasser. Croisant les bras à son tour, Zujo cherchait à se représenter comment on pouvait transmettre de l'électricité dans un tel dispositif, surtout à partir d'une anguille.

- Je suppose qu'il faudrait... Que l'anguille morde le Dial ?

N'étant pas convaincu de son hypothèse, il l'avait formulée malgré lui sous forme de question. Cela avait du sens, ce qui n'en avait pas en revanche, c'était l'espoir de voir un animal sauvage mordre le Dial bien gentiment pour leur faire plaisir. Après tout, l'anguille attaquerait ce qui la menacerait, à savoir, celui qui l'approcherait avec le Thunder Dial.
Pour le coup, ni l'un ni l'autre n'avait été vraiment très dégourdi à partir à la chasse à l'anguille sans savoir comment s'y prendre une fois qu'ils en auraient ferré une. Interrompu dans ses pensées, Zujo observa son capitaine ricaner.

- Regarde moi cette connerie de tigre, il doit avoir une fourrure épaisse de plusieurs centimètres, et malgré tout, il tremble de froid à force d'être dans l'eau.

Observant les dires du cafard, son second se décomposa en voyant ce qui en train de se passer en réalité.

- Capitaine ! Ce n'est pas le froid ! Regardez !

Se relevant vivement, il pointa du doigt anxieux quelques formes dans l'eau. Ils avaient voulu capturer une anguille, c'était pourtant près d'une dizaine de ces serpents des mers qui s'étaient attroupés autour de Grite pour le mordre et l'électrocuter comme il se devait. Chaque spécimen était capable de cracher six cent volts d'électricité sur tout organisme vivant qui les approchait, et le tigre subissait dix fois cette charge.
Commençant à comprendre de quoi il en retournait réellement, le forban, pourtant enthousiaste à l'idée de se servir de l'animal comme appât, blanchit. Il réfléchissait rarement aux conséquences de ses actes et refusait d'admettre qu'il tenait à ce tigre qui l'accompagnait depuis l'île maléfique alors qu'il était encore tout petit.

- Zu... Zujo... Il faut le sortir de là !

C'est paniqué qu'il venait de donner cet ordre.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biut
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutag
Puisque Joe, tel un gosse apeuré se retrouvait pétrifié, ne sachant comment réagir dans cette situation qu'il avait pourtant provoquée, son second ne faiblit pas un instant. Vif comme il savait l'être, il chercha à la hâte des rochers qui traînaient sur le sol aux alentours du cours d'eau. Il ne parvint qu'à réunir quelques petits galets. Entre ses mains, cela était plus que suffisant.

D'un mouvement rapide du poignet, il se servit des cailloux comme projectiles. Compte tenu de sa force, les galets percutèrent de plein fouet les horribles anguilles qui semblaient s'acharner sur le pauvre tigre tremblant à cause de l'électricité. Si les deux hommes n'agissaient pas rapidement, l'animal finirait par être paralysé pour enfin couler à pic et se noyer.
Grâce à ses petits rochers, le chasseur était parvenu à tuer cinq des agresseurs du malheureux fauve embourbé dans la vase. Mais il était à cours de munitions. Les minéraux n'étaient pas légions dans le marécage, et il devait agir vite.

Alors, Joe, qui commençait à revenir peu à peu à lui, fit ce qu'il savait faire le mieux.

- Crevez saloperies ! Crevez !!

Ce n'était cette fois pas de cailloux dont il s'agissait mais de balles de plomb propulsées par son mousquet à triple canon. Il vida son arme par salves entières, rechargeant à toutes vitesses ses canons de trois munitions supplémentaires. Visant moins bien que Zujo, il réussit néanmoins à faire fuir la petite troupe après avoir tué plusieurs de leurs congénères.
Malgré cela, le tigre ne tenait plus en s'enfonça peu à peu dans l'eau jusqu'à disparaître sous l'épaisse vase qui recouvrait la surface de l'eau. L'obscurité du début de soirée qui se profilait fit qu'on ne pouvait même plus apercevoir sa silhouette sous l'eau.

- Grite !!!

Se débarrassant de sa parka en un instant, Joe plongea.

- Capitaine non ! L'électricité est encore présente dans l'eau.

Cela, le cafard l'avait su avant de se jeter dans ce bourbier aquatique. Réticent à l'idée de toute forme de sacrifice, il avait cette fois agi sans réfléchir. L'intensité du voltage dispersé dans l'eau était bien moins puissant que les décharges produites par les morsures qu'avait subi le tigre, toutefois, l'intensité restait suffisamment forte pour occasionner la mort si on y était prolongé trop longtemps.
Perché au dessus de l'eau à quatre pattes, ce fut cette fois au tour de Zujo d'être pétrifié et de ne pas savoir comment réagir. Même si il était plus puissant que son capitaine, il restait tout aussi vulnérable que n'importe qui à l'électricité.

Soudain, émergeant peu à peu de l'eau, le crâne du tigre put être aperçu. La bête tremblait encore légèrement. En dessous, Joe. Aidé par le volume d'eau qui lui permis de ramener à la bête à la surface, le cafard, tremblant lui aussi essayait de rester à la surface de l'eau tant bien que mal, incapable de nager faute des spasmes qui le parcouraient.
Rassuré que son capitaine soit en vie, le premier matelot des Blattards se saisit d'une liane qui pendait le long d'un de ses arbres sinistres peuplant le marécage et tel un lasso, s'en servit pour amener les deux rescapés de la noyade à lui.

S'étant emparé d'une écorce pour isoler la peau de l'électricité qui s'agitait dans le corps de ses deux prises, il les sortit de l'eau. Joe était bien moins touché que Grite, pouvant encore se mouvoir à quatre pattes mais serrant les dents de douleur.
S'étalant à côté de son second, le cafard tenait quelque chose dans la main. Incapable de parler et de donner d'ordre à Zujo, celui-ci comprit de quoi il s'agissait. Le Thunder Dial.

- Mais bien sûr ! Si j'applique le Dial sur toi, l'électricité va quitter ton corps pour se charger dedans ! D'une pierre deux coups.

Alors qu'il s'apprêtait à opérer la manoeuvre sur son capitaine, ce dernier trouva la force de lui mettre une baffe et de pointer Grite du doigt. Zujo pouvait voir que Joe souffrait le martyr, mais se tournant, il observa la bête dont l'intensité de l'électricité l'amenait à convulser violemment. Le voltage des dizaines de morsures subies avait été on ne peut plus violent. D'ici moins d'une minute, sa cervelle finirait probablement par griller.
Regardant Joe un instant, tremblant et à l'agonie, le chasseur finit par se décider à obéir et posa le Dial sur la peau du tigre. L'effet fut quasi immédiat. Les tremblements de la bête cessèrent en quelques secondes à peine. Comme ahuri, Grite sembla enfin reprendre conscience.

- C'est bon capitaine !

Bavant et convulsant comme un possédé, ses mains se crispant dans le sol meuble dans lequel il se roulait, Joe fut rassuré. Sa vision commençait à se troubler, bientôt, il perdit connaissance.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biut
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutag

[Épilogue]

- Zujo ! Il émerge !

De tels bruits dès le réveil, il n'en fallait pas plus au cafard pour coller une violente mandale dans la mâchoire de l'homme penché au dessus de lui.

- Ouf...! Et il a l'air en forme en plus ahahah !

Se sentant quelque peu brûlé de l'intérieur, Joe se redressa avec peine. Il était dans sa cabine et celui qu'il avait frappé n'était nul autre qu'un de ses membres d'équipage qui avait veillé sur lui. À bord, nombreux furent ceux à s'être inquiétés du sort de leur capitaine. Mais pour la première fois de leur vie, ils purent constater que la légende du cafard n'était pas mensongère. Il survivait à tout.
Zujo entra dans la cabine dont la porte était ouverte.

- Capitaine, tu vas bien ?!

Lui aussi s'était fait du mauvais sang. N'étant pas pirate depuis bien longtemps, il tenait malgré tout au forban vicieux qui lui servait de capitaine. Même si tous deux se connaissaient depuis quelques semaines à peine, ils avaient partagé plus que bien des équipages en plusieurs années.

- Ce que j'en dis c'est que ça irait mieux avec un café....

Cette remarque désagréable dès le réveil, c'était signé Joe Biutag. Tout en échauffant ses épaules en faisant tourner ses bras, il lui semblait que la douleur qui l'habitait diminuait peu à peu. Enfin il se rappela pourquoi il était dans cet état. Le Thunder Dial, la pêche à l'anguille puis...

- Grite ?

Ce nom, il l'avait prononcé comme si il se foutait de savoir si la bête allait bien au non. Pourtant son second savait à présent que le forban tenait à l'animal.

- Il est en forme ne vous inq...

Sortant de son lit, le cafard sans écouter ce que son second avait à lui dire quitta sa cabine d'un pas décidé pour foncer en direction de la proue du navire. C'était là où Grite passait la plupart de son temps à roupiller. Cette fois, l'animal fut tiré d'un profond sommeil d'un grand coup de botte dans le museau. Soumis à Joe qu'il considérait comme sa mère, la pauvre bête chercha à fuir plutôt qu'à répliquer.

- Toi saloperie ! Recommence ce que t'as fait là haut et je te jure que je t'achève de mes propres mains !

Chaque syllabe, le cafard l'avait ponctuée d'un coup de pied dans le flanc du fauve gémissant à chaque coup. Faisant demi tour, il passa devant ses hommes qui venaient de constater l'élan de cruauté de leur capitaine. Si ce n'est Zujo, tous l'ignoraient, mais cette violence à l'égard de la bête était peut-être la seule manière pour Joe d'exprimer son affection envers Grite.

- Nous partons demain messieurs. Red Line n'est plus loin !

Tout juste remis de ses blessures, le forban était prêt à poursuivre son périple. Pour rien au monde il n'aurait voulu se reposer. Les navires en mer ne se pilleraient pas tout seul.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biut
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutag