-26%
Le deal à ne pas rater :
-26% Barre de son JBL Bar 2.1 Deep Bass
199 € 269 €
Voir le deal

Brouillons

Brouillons 1515391724-16465755-1829336467304611-6804056726120169472-n

Glissant dans une ruelle sombre, le vieux forban lorgna les va-nu-pieds encombrant le passage. La vue du crâne souriant ou des briscards marchant dans son dos sembla manquer de clarté. Les coups plurent alors sur les moins rapides à déguerpir. Tous les hommes n'étaient pas de sortie, ils se seraient gênés dans les faubourgs étroits de Dead End. Le sauvetage se limitait à une dizaine d’hardis de la dérouille. Un groupe de choc aux dents pointus, bien suffisant pour mater le service de recouvrement du Saint Père. A l’abri du couvert des bâtisses les encadrant, une halte offrait le loisir à chacun de sortir son arme de l’étui.  Tous se serrèrent dans le couloir restreint, le Cavalier en tête. Mais s’il menait la troupe, il n’en était pas le guide. Coincé entre deux brutes le soutenant au mieux, le guide ankylosé avait peiné à suivre le rythme. Le passage à tabac demanderait du temps avant que les blessures se referment, mais la tête dure avait imposé sa présence. Son silence comme chantage dans le cas contraire. Alors l'attrapant le bonhomme par le col d'une main sans ménagement, le Faucheur lui désigna l'auberge.  

- Nous v'la et après ? Ils t'attendent là dedans avec le mini Jack ?

Devant, l'auberge bruyante à cette heure semblait pleine à craquer. Les lumières chaudes éclaboussaient la rue passante. La troupe se cachait sans grand succès, les passants lorgnés la mauvaise bande en attente. Leurs mines patibulaires perçait l'ombre de la ruelle. Le mauvais coup se présentait. Spectacle bien trop courant sur Dead End pour créer de l'inquiétude. La grande majorité des passants préférait s'occuper seulement de ce qui les regardait. Le reste changeait de trottoir. L'oeil poché douloureux, le dénommé Jack lorgna de l'autre et hocha difficilement la tête. Chaque mouvement tirait sur un nouveau îlot de douleur. Pointant dans un doigt tremblant en direction du commerce, il peina à reprendre son souffle mais lâchales mots.

- Huf.. huf.. m'attendaient là.. humpf.. avec le petiot..  huf... Qu'il est pas de mal...
- Héhé.. Tu m'en diras tant.
- Toucherez rien humpf..  s'il y arrive quelqu'chose ! Huf huf
- Vous avez entendu les gars ? Le gamin est notre pépite, on y fait gaf ! Maintenant que c'est clair pour tout le monde. Allons dire bonjour à tes potes. Ils ont fait du chemin pour te retrouver, ça risque d'être des retrouvailles émouvantes. Je m'attends à des larmes  Héhé !
- Quel est le plan ?
- Attire les dehors et je vais chercher mon gamin. On se retrouve après.
-Vlà un gars qui cause bien.Pour le temps perdu que tu nous as causé, vous vous chergerez de rentrer dans le lard. Dégommez tout ce qui est plus haut que trois pommes. Je garde sous la main la poule aux oeufs d'or, le tant d'aller chercher son poussin. Amenez les à se battre à l'intérieur et je m'occupe du reste. Quand la clef du magot est à l'abri, je vous rejoins !
- Peuh.. et comment on sait



----

En cette heure, la soirée avait déjà noirci le ciel. Un florilège de lampes et lampions s'étaient alors éveillés à toutes les encablures de la ville portuaire. Elles annonçaient l'arrivée des masses travailleuses venant oublier la fatigue de la journée. L'alcool ne manquait jamais à qui voulait s'abreuver en ces terres. L'ordre public en dépendait. Traversant un groupuscule de docker qui n'y trouvèrent rien à redire, le malaisant Capitaine du Hellhest lorgna au dessus de son épaule la source d'éclats de voix. Au milieu de la rue, au centre d'une arène de curieux, des forbans invectivaient des clients d'une auberge voisine. Des concurrents selon les observateurs amassés. Le sourire du faucheur ne dit mot, la créature énigmatique aux traits squelettiques délaissa l'animation extérieur sans plus d'intérêt et passa les portes d'une auberge concurrente. Il délaissa le Cochon Pendu pour le Sous Lard. Un paquet à bout de bras, il avait mieux à faire qu'assister au spectacle. L'avenue crasseuse comptait autant d’altercations que d'auberges. Les ardoises se réglaient à l'intérieur pour ne pas se retrouver radié du moindre commerce, les comptes se réglaient à l'extérieur pour ne pas froisser le Shikibukai régnant sur l'île.

L'auberge chargée des odeurs de la journée et des histoires du matin s'était déjà enivrée de ses hôtes. Poussant son prisonnier sans le lâcher, ils se dirigèrent vers une table vide. Il connaissait maintenant suffisamment bien le gars qu'il avait fait amocher pour savoir qu'il s'appelait Barn. L'ankylosé souffrait à mettre qu'un pas devant l'autre, il devait le soutenir pour éviter qu'il s'écroule. Tout le temps de la marche pour venir, il avait soufflé comme un boeuf. C'est avec douleur et soulagement qu'il s'écroula sur une chaise. Autour, tous s'afféraient. Le crâne souriant armé de sa faux et son prisonnier diguré par les coups n'émurent pas grand monde. Du moins tentèrent ils de le prétendre. Des oeillades inquiètes se dirigigeait vers le duo de temps en temps que l'aura glacée d'outretombe finissait de faire frémir. Les serveuses les délestant, l'aubergiste appporta lui même la part de lard et de la mauvaise bière pour 10 sous. Alors que le Cavalier trempait son lard dans la bière afin d'enlever le goût un peu plus, Barn ne se sentant pas de macher se contenta de vider lentement sa choppe. Le premier choc sourd se fit alors entendre à l'extérieur. Puis un deuxième acclamé d'encouragement charmé. Le regard inquiet du père transpareçant des boursouflure lui déformant le visage se posa sur son il y a peu bourreau.

-  Marchera pas.. huf.. ont besoin de toi..
- Je suis bien mieux avec ma poule aux oeufs d'or héhé.. Ils se débrouilleront.. Nous on s'occupe du poussin.
- Huf.. huf.. Le moine est pas un rigolo, il en fera qu'une bouchée.
- Leur affaire je te dis.. Le plan est infaillible, bien mieux que de te laisser délivrer ton mioche seul pendant qu'on s'occuppe de la diversion. Alors bois, détends toi et savoure. Tu vas le récupérer bientot l p'tiot, et je t'éviterais d'oublier ce que tu me dois.

Un nouveau choc ébranla la rue. La salle curieuse, certains sortir s'inquérir de ce qui se passait. Quand ils revindrent albéguer les habitués, le commerce se vida un peu plus enclore. Dehors les acclamations sonnèrent plus forte encore. Alors le Cavalier jugea le moment veu. Laissant le prisonnier à sa place, il écarta sa chaise d'un lent raclement. Il n'avait pas à se presser, juste à ne pas perdre son temps. Empoignant sa longue faux, il scruta l'aubergiste strucateur entrain d'essuyer d'un torchon sale des verres venant d'être utilisé.

- Tu mettras ça sur ma note..
- Quoi ?!

Le Cavalier sourit de toutes ses dents. Sa carcasse n'avait rien de menaçant, mais son ombre et la folie perlant de son regard offrirent peu de gage de sécurité. Le tenancier eu beau sortir un imposant fusil de sous son bar, il n'en usa pas. Il resta dans ses bras balant. Prêt à tirer, mais pas à ses dépends. Alors le Cavalier devant les derniers à rester salle s'avança vers le mur qui séparé les deux établissement. La place faite lui permis de mannoeuvre plus simplement son arme. Il longea le mur dans un sens et revint sur ses pas pensifs. Derrière l'un des murs pouvaient se cacher le gamin. Alors que dehors les gros bras du Saint Père avait été invité à jouer, la question était de savoir s'ils avaient enmené le p gamin avec eux ou laissé dans l'auberge sous bonne garde. Comme il n'existait qu'une seule porte pour entrer et sortir du lieu, le Cavalier se serait pas incombré du mioche pour venir cogner des enmerdeurs. Il l'aurait laissé à un ou deux hommes prêt à lui faire sauter la cervelle en cas de pépin. La difficulté allait être de trancher le mur sans laisser cette possibilité avoir lieu. Ou compter sur l'effet de surprise pour dégommer les géneurs avant qu'ils tirent. Flinguer le mioche avant de connaitre la cache du butin aurait peu d'intérêt, ce qui pouvait faire hésiter. Tout dépendrait des hommes qu'il aurait en face et des ordres qu'ils auraient reçu. Tout dépendrait de la vitesse qu'il prendrait à trancher. Encore fallait il ne pas couper le gamin en deux. Alors le Cavalier se concentra.

Les acclamations extérieurs se turent peu à peu. Les soufflements roques du pères s'appaisèrent à leur tour. La chaleur de l'air arrêta de vibre un instant. Alors que le monde s'éteignait de fine flamme s'éveillèrent. Sans qu'il ne su comment il le savait, les brises de conscience appurent puis disparurent. Curieux du phénomène, il le concentra de nouveau faisant apparaitre à nouveau les minces flammes. Il en comptait quatre dans son dos et trois derrière le mur. La vie semblait prête à être saisie. Songueur, il garda devant les yeux l'éclat des consciences et s'en se retourner questionna son compaire curieux de le voir statique.

- Mesure pas plus haut que trois pommes le gamin ?
- Huf.. quoi ? Euh.. oui je suppose..huf.. huf.. mais pourquoi cette question ?
- Héhéh il me faut essayer quelque chose !

Armant sa faux derrière son dos, le Cavalier souffla bruyamment. L'arme s'inscrivait dans le prolongement de ses bras, il ne formait qu'un. Sans sciller pour ne pas perdre de vu les âmes vascillantes, il détendit son corps et forçant sur son pied d'appui balança l'ensemble de son corps dans un mouvement. Une rotation parfaite qui trancha verticalement le mur à hauteur d'homme. Les deux éclats lumineux s'éteignirent d'un même souffle. La plus petite flamme vascillante entre les deux poussa un cri de stuppeur que le trou nouvellement fermé leur permis d'entendre. Alors que le père se jettaient à terre pour s'accorcher de ce cri d'espoir, le Cavalier balança de nouveau sa lame pour dessiner les contours d'une porte dans le mur de pierre. Le tenancier ne pensa pas même à gueuler tant le mouvement s'emprunté de finesse. Poussa du pied le mur découpé, le pirate entra chez la concurence. L'ams de pierre avait soufflé un nuage de poussière en tombant. De l'autre côté, plus grand monde attendait. Deux corps gisaient au sol la tête à leur pieds. Un pirate à la dégaine et un qui n'avait rien à voir. Docker de passage au mauvais moment, au mauvais endroit. La stupeur baignait le lieu, que les pleurs du mioche brisait sans peine. Un autre pirate parti chercher une pinte laissa tomber sa boisson au sol avec fracas sorti sa propre lame de l'étui, mais à peine pateaugé t'il dans la flaque le Cavalier lui lécha la colonne vertébrale de la faux. Trop loin pour être parfaiteent découpée, il s'écrasa sur le ventre cachant le massare.

- Voilà qui est fait...


  • https://www.onepiece-requiem.net/t14965-fiche-technique-du-dada#
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14330-il-sortira-des-blues-un-jour-ou-l-autre