-23%
Le deal à ne pas rater :
TV 75″ Xiaomi Mi TV Q1 – QLED, 4K UHD à 929€ (Via ODR)
929 € 1199 €
Voir le deal

Brouillons

Reniflant salement, l'invité pesa ses mots un instant. A l'allure du crâne souriant et de la crainte qu'il inspirait à son entourage, le gaillard à la mine méchante se savait un pied dans la tombe. Mais le moment n'était pas aux précautions d'usage. Le souvenir d'un gazouillis hilare et du regard complice d'une mère, l'amour d'une vie, lui enserra le cœur. L'éclat lumineux d'un passé lointain rendu douloureux par la culpabilité. Desserrant les mâchoires, il défia une derrière fois le ramassis de forbans un goût de mépris dans la bouche et lâcha le fin mot. De ceux qu'on écoute. Le ton lourd témoignait d'un passé laborieux.

- J'ai un boulot.. De quoi vous la couler douce un temps, autant que vous êtes.
- Hé hé ! Va falloir m'en dire davantage mon grand, mais tu as notre oreille.
- Fais nous rêver !
- On se gardera peut être alors de débarquer ta petite tête en petits cubes ! Wouef wouef !!
- Même pas un morceau ?!
- Mouahahah !!
- Bouclez-la !! Laissez donc causer notre ami ! Il a l'air de savoir se faire intéressant... Dis nous donc d'où tu viens et ce qui t'amènes à croire qu'on fait bien de t'écouter !


Ne manquant rien des oreilles tendues, le retraité maugréa mais ne se fit pas davantage prier. Des jours qu'il répétait la même histoire à qui voulait bien se laisser l'écouter. Les mots relevant de la supplique lui pesaient toujours autant. Ne cherchant pas à travailler la larmichette des scélérats, il prit un ton grave et balança ce qu'il avait à dire. Une histoire bien banale en soit.

- Autant que je m'en souvienne, j'ai toujours été un enfant de la mer. Mais le temps passe. Déjà un moment que je pensais jeter l'ancre... Jusqu'à ce qu'on me transmette un mot il y a quelques semaines alors qu'on mouillait non loin. La chauffeuse de lit se sentant partir, elle me laissait le morveux sur les bras. Son dernier souffle est venu quelques jours après on m'a dit. Le soir même du fameux mot, je m'en suis allé descendre une chaloupe. Une ration pour le voyage et un coffre qui me revenait pour commencer une nouvelle vie loin des flots agités...
- Tu t'es servi dans le butin de ton navire avant de te faire la malle sale raclure de mes deux ?! Wouahahah !


Les rires gras secouèrent l'assemblée, mais loin de rougir, le gaillard balança le poing en l'air machinalement comme pour en découdre et rugit furieux. Les veines saillantes de son cou semblaient prêtes à éclater tant la rage l'habitait en cet instant.

- De quoi tu me causes !! Vlà une vie que j'ai donné à mon bord. Trimant comme deux sous le feu sans jamais me plaindre. Pataugeant dans des marres de sang jusqu'au genou en fermant ma gueule. Toujours ! Un vrai bon de putain de petit soldat !! Qu'un seul ose dire le contraire s'il ose !? J'arracherai la mâchoire de ce menteur !! Cette part du magot n'était rien devant ce que j'ai sacrifié ! Rien vous m'entendez !!!

La colère l'inondant ne cachait que le regret de s'être pris pour un bleu. Mais ça nul autre que lui le saurait. La fraicheur glacée du Faucheur le ramena à ses esprits sitôt qu'il ouvrit la bouche. Le silence s'installa de nouveau.. Pesant..

- Écoute pas ces grandes gueules, vendraient père et mère pour moins que ça. Continue donc ton histoire..
- Ouai.. J'en étais où déjà..
- La chaloupe.
- Voilà, bien failli crever suite à une saloperie de tempête. Me suis retrouvé à dériver plus loin que prévu quand elle s'est enfin calmée. Quand j'ai finalement fini par atteindre Dead End, le petit s'était fait prendre par les toutous du patron. Ils m'avaient devancé les corniauds... La piaule de la mère était en vrac et une lettre m'attendait plantée sur la porte : "Le gosse contre l'or." La bonne affaire ! Sauf que je les connais que trop bien ces connards... Sitôt qu'ils l'auront le coffre, ils se feront une joie de me décapiter le petiot pour le plaisir, avant de me ramener servir d'exemple sur le bord. Trop longtemps que j'ai trimé avec ces ordures pour douter de leurs intentions... L'or je vous laisse de bon cœur si vous m'aidez à sortir mon gosse de cette merde.  
- On parle de combien ?!
- Quinze millions à tout casser, de quoi faire même pour une bande de vauriens de votre genre. On parle que d'une dizaine de gars retranchée dans un auberge du coin. L’ultimatum prendra fin ce soir ! C'est à prendre ou à laisser... Une affaire en or si vous êtes pas trop con pour le voir !


Les hommes aussi bougons qu'ils soient à leur habitude, accueillir ces derniers mots avec le sourire. L'affaire sentait bon. Ricanement et tapes dans l'épaule démontrèrent que l'hameçon avait pris. Un boulot vite fait qui leur permettrait de vivre comme des rois. Une nuit suffirait à écouler leurs gains, mais quelle nuit. De celle qu'ils se remémoraient le mois suivant sous les eaux froides des caprices de Grand Line. Une affaire en or s'offrant au pied de leur porte. Trop belle affaire pour ne pas cacher une vérité puante. Le Capitaine n’eut qu'à lorgner la trogne du Quartier Maitre pour discerner le reflet de sa pensée. D'un hochement tête, il l'envoya creuser la surface.

- Mouef.. Et il serait où ce fameux trésor ?
- Me prends pas pour un con ! Personne en ce bas monde ne le saura à part moi tant que le boulot ne sera pas fait.
- Et si une fois le morveux libéré de tes anciens copains, on se retrouve sans rien à se mettre sous la dent ?
- Alors j'aurais été bien con car vous auriez plus qu'à nous tuer tous les deux !
- Mouai.. On y manquerait pas sois en sûr...
- Moi ce qui me surprends, c'est que de tous les rafiots de cette île tu ais choisi de monter dans le notre qui prend l'eau. Avoues que c'est curieux non ?
- ...
- Du coup je me dis que t'as du en voir d'autres. Je me demande alors pourquoi ils ont pas marché dans la combine.. Héhé.. Faut dire comme tu dis si bien qu'elle fait envie, pas vrai les gars !
- Ouai.. vrai que c'est curieux..


L'ambiance avait de nouveau changé, une tension nouvelle se créait autour du porteur de bonnes nouvelles. Jusqu'à ce qu'un des hommes remarquant une trace de tatouage familière tenta de lui attraper le bras. Ce dernier lui balança un poing dans la tronche à la place, mais déjà une foire d'empoigne s'éveilla le laissant seul contre une dizaine cognant aussi fort. Plaqué au sol sans ménagement malgré les insultes pleuvant à chaudes gouttes, la manche fut soulevée. Sur le biceps tendu, une marque d'appartenance prônait. Le temps l'avait vieilli mais les traits restaient reconnaissable. Une grande croix ailées barrée de deux fines lames...

- Oh p'tain le con ! Il a grugé le Saint Père !
- Le fils de rat !
- M'étonnes que personne ne se soit bougé à sa suite ! S'en prendre à ces hommes, c'est s'en prendre au Padre. Pas un rigolo celui là, un avec le bras long de plus. Sitôt qu'on quittera l'île du Corsaire, il aura le champ libre pour nous écarteler.
- Ouai ! J'ai entendu se dire qu'il avait un pouvoir Divin capable de tenir même la Mort en respect !
- Pff mon cul. Il pisse aussi droit que toi et moi, que du racontar de bonnes femmes !!
- Conneries ! Tu t'es bien gardé de nous dire à qui on aurait affaire, tout comme tu te garderas d'en dire plus !


Alors que chacun allait de se commentaire, transformant l'échange en brouhaha indigeste. Des coups commencèrent à pleuvoir sur le client providentiel toujours maintenu au sol. C'est dans ce brouhaha que la faux du Cavalier fit raisonner le sol. Une fois suffit, les commérages et paroles fleuries se clôturèrent. Si autour le dépits avait gagné les visages, le sien irradiait de son sourire le plus effrayant. La promesse de tourments s'ils continuaient de se comporter comme des empotés ou la joie d’accueillir une bonne nouvelle. La laideur des traits n'était pas simple à déchiffrer, heureusement pour les hommes ses mots aidèrent à en comprendre le fond de sa pensée.

- Voyons.. ce n'est pas en blêmissant devant le premier nom venu qu'on se hissera plus haut que ce quai. Nous sommes les Faucheurs bordel ! C'est à nous de faire trembler le monde et non l'inverse. J'ai à voir avec les gars que nous causons... Hé hé hé ! Il se trouve que je vais me faire une joie de les revoir !
- Mais il y a le Saint Pirate derrière Cap'taine.
- Hé hé.. Je veux le voir devant la Mort celui-là ! Mais aujourd'hui on ne parle que de troufions de votre genre...
- Si vous voulez bien me permettre Capitaine ?

La voix enrouée du Quartier Maitre attendit faussement l'accord du chef de bord. Le teint blanchâtre du visage rapiécé s’esquiva d'une grimace alors que le reste de la troupe lui avait déjà consenti leur attention. Ses plus fidèles sur les talons, tous savaient qu'un jeu influence se jouait en cet instant. Il ne s'agissait . S'il s'en montra gêné, le Cavalier n'en laissa rien paraitre.

- Bart ? Tu veux nous éclairer de tes lumières ? Hé hé..
- Rien de votre niveau Cap'taine, mais dites moi si je me trompe. Il ne s'agit que de ce pognon n'est ce pas ?
- ... en effet.
- Sauf que si j'ai bien compris, cette grande gueule est le seul à savoir où il l'a mis ?
- Ça m'en à tout l'air oui..
- Je me dis donc pourquoi se faire chier à rentrer sur la liste noire d'une pointure du coin, quand il suffit de faire parler ce gars là ?!

Pointant du tas la masse maitrisée prise de vains soubresauts, les regards s'affutèrent de part et d'autre du pont. Un lourd silence laissa méditer le Capitaine sur la marche à suivre alors qu'on venait de lui piper ses dès. La proposition du second homme de l'équipage faisait son chemin, convaincant les plus indécis. Le Cavalier en avait bien conscience. La marche de manœuvre sciée, il avança au prêt du cadavre en surci et s’accroupit en s'aidant de son hampe pour saisir le menton du condamné. Ses yeux blancs plongèrent dans le regard rugissant de défis. Les lames acérées qu'il lançait se perdirent dans les puits sans fond du Cavalier.

- Hé hé... Bien dit ! On tente ta méthode, descendez le en cale ! On a du temps à tuer d'ici ce soir de toute façon !!

Les rugissements de la bête piégé secouèrent le pont alors des mains se tendaient pour le saucissonner et le descendre à l'ombre. L'animation était si forte qu'au dehors du navire l'activité continuait de faire vibrer l'air. A peine entendit on le désespoir du briscard trainait de force. Mais même si ça avait été le cas, qui s'en serait soucié ? Dead End ne portait pas son nom sans raison.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t14965-fiche-technique-du-dada#
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14330-il-sortira-des-blues-un-jour-ou-l-autre