-37%
Le deal à ne pas rater :
Ecran PC Gamer Incurvé – ACER – Nitro 23,6″ FHD 165 Hz 1ms
179.99 € 286.99 €
Voir le deal

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Convoi 03 - On The Rope Again

Rappel du premier message :

Convoi 03 - On The Rope Again - Page 2 Prison10

Grandline ne déroge pas à sa réputation en changeant sans cesse sa façon de traiter les navires qu'elle héberge. Ce jour-là, les rafales de vent et la grêle s'abattent sur le flanc du On The Rope Again, le puissant navire de guerre de la Marine affecté au transport des condamnés à mort. Le bâtiment est muni de deux bordées de canons à chaque côté, ainsi que du bois d'adam, des trois mâts et de l'équipage surentrainé qui conviennent à cette expédition. Car la route est périlleuse; tous en ont conscience. Si le vent fait tanguer le puissant bloc de bois et d'acier, ce sont les prisonniers et dangers humains que les Marines à bord ont spécialement appris à gérer.

Si dehors le vent hurle, à l'intérieur ce sont les prisonniers. Mais personne ne s'adonne aussi bien à la cacophonie que Bad et Stupid. Les mercenaires d'Alabasta ont accepte le mauvais contrat et généré des bagarres jusque dans un bâtiment militaire. Les deux loubards avaient fait durer la rixe toute la nuit grâce à des renforts permanents, semblant sortir de nulle part. En dépit de la relative faiblesse de la bande, son nombre et son organisation en avaient fait une cible prioritaire du convoi. Aujourd'hui, on en décapiterait les chefs pour dissiper la nuée. Ceux-ci hurlent que leur bande arrive, que le navire ne pourra pas les arrêter et que le rock est immortel. Peu d'hommes d'équipage leur prêtent l'oreille, car il y a bien plus dangereux à bord.

Cendre n'aura connu que l'échec dans ses grands projets. A Second Peace Island d'où il vient, il fut banni pour avoir approché de trop près le savoir interdit des ponéglyphes et jeté du haut de l'île céleste. Cela ne suffit ni à le tuer, pas plus qu'à le calmer. Changé en cyborg, renforcé avec le fruit de l'alchimiste, hissé jusqu'au rang d'As de l'armée révolutionnaire, il réunit plusieurs équipages afin d'assurer sa vengeance contre son île et Red, responsable de sa déconfiture. Le Gouvernement Mondial le prit très au sérieux et veilla à mater sa nouvelle armada en devenir avant qu'il devienne trop dangereux. La capture coûta de nombreuses vies et même plusieurs navires, mais il fut capturé, scellé au granit marin et jeté dans le convoi afin que le Gouvernement puisse se débarrasser d'une sérieuse menace. Cendre se tait et patiente. Lui aussi a toujours des sbires à ses ordres, quelque part et en grand nombre. L'échec n'est plus une alternative. Dès que ses menottes en granit seront défaites, il tuera tout le monde à bord.
    Je supervisais l'escadron de canots qui voguaient vers le navire invisible. Depuis les airs, j'avais une meilleure visibilité de la bataille navale qui avait eu lieu et du rapport des forces. La vague nous avait bien poussés en avant et repoussé l'ennemi, impuissant désormais. Car il s'agissait de camoufler notre fuite au maximum, j'avais décoché une lame d'air sismique en direction du navire pour le faire s'effondrer sur lui-même, ciblant bien la réserve de poudre dans la cale.

    Le tout avait détonné dans un petit boum.

    « - Je ne sais pas qui tu es, mais souviens-toi que tu t'adresses à une pirate. Je prends ce que j'ai envie de prendre. Mais si tu le souhaites, tu peux te mettre sur mon chemin. »

    Mes yeux fixaient le point dans l'étendue bleue. Par escargophone, je communiquai à Karen la destination ; elle ne la voyait pas comme moi je la voyais, évidemment, donc elle intégra la flottille pour se placer sous le fantôme et moi, en tête.

    « - Nous descendrons quand je l'aurai décidé, que ça te convienne ou non, » déclarai-je en fixant à présent l'inconnu à mes côtés, de façon subtilement glaciale, un pâle sourire sur les lèvres.

    Les forces en vigueur étaient prévenues. Je n'avais évidemment aucune raison que cela dégénère et j'avais prévu de donner le ton en ce sens. Quelques ordres braillés entre deux Geppou, j'indiquai notre échappatoire proche. Il l'était finalement.

    « - Donne l'ordre à tes hommes de cesser sur le champ ce qu'ils sont en train de faire. »

    Leurs canons rivés vers nous se tenaient prêts à tirer. Il serait facile de mettre quelques rescapés en charpie, mais ce petit jeu pourrait très bien se retourner contre eux en ma présence. Le jeune homme le comprit tout à fait et donna du Soru en direction du bâtiment où il s'affaira à convaincre ses pairs, non sans rencontrer de réticences. C'était compréhensible, mais encore une fois je n'en avais que faire. Je comptais bien balayer leurs incertitudes à mon arrivée.

    Les canons sur le pont reculèrent, le son du flottement du navire nous parvenait à présent, troublant les canots les plus proches. Il était temps.

    À mon tour, je me téléportai aux côtés du capitaine du vaisseau, dans la surprise générale. Certains reconnaissaient mes traits, naturellement, et ne purent retenir un air désabusé.

    « - Mon nom est Eleanor Bonny et ceci est un abordage. Mes hommes et moi comptons bien rester à bord de ce navire le temps qu'il faudra. Votre capitaine, ici présent, se chargera de faire le lien. Pour ma part, je ne tolérerai aucune rebiffe : le premier qui osera réfuter mes ordres sera jeté à la mer, c'est bien compris ? »

    Un peu violent comme entrée en matière, mais je m'étais résolue à ne pas me faire des amis. Ledit capitaine n'était pas plus joisse que ceux qui devaient le tenir pour responsable de la situation, alors que non. Les canots se massaient en bas, face à la coque invisible. Déjà, deux gugusses se démarquaient du reste en comprenant qu'il fallait attendre nos ordres : de ce que j'entendais, ils se nommaient Bad et Stupid. C'était laid, je leur trouverais d'autres sobriquets plus tard.

    « - Peux-tu faire le nécessaire pour leur permettre l'accès au pont ? » demandai-je simplement avant d'ajouter, par sûreté : « Ce n'est pas une question. »

    Je pouvais sentir son animosité envers moi grandir, mais il était pieds et poings liés à présent. Il avait bien vu ce que pouvaient donner mes pouvoirs et même si je ne connaissais pas l'étendue des siens, faire la démonstration de nos forces respectives s'avérerait dangereux pour la coque de bois et nos hommes. Il devait abdiquer.

    Quelques instants plus tard, j'inspectais l'intérieur du navire, faisant mienne la cabine du capitaine au terme de mon parcours. Karen fut la première à m'y trouver.

    « - Angelica se charge de faire monter les recrues, nous allons bientôt lever l'ancre.

    - Parfait.

    - Il y a des fortes têtes dans le lot, il faudra sûrement les mater avant de prendre le risque que ça dégénère.

    - Qu'attendre de plus de la part de criminels, de toute manière ? Mais tout est prévu. Tu as rencontré l'homme avec qui je discutai, tout à l'heure ?

    - Le jeune qui leur sert de capitaine ? Pas parlé, mais il m'a l'air plutôt droit dans ses bottes pour un mec qui libère des criminels.

    - Ce n'est pas un criminel, il est probablement dans le même cas que moi. Je me rappelle l'avoir vu à Kanokuni ; il avait un uniforme. Le Gouvernement Mondial s'est peut-être retourné contre lui aussi, qui sait ? En tout cas, nous pouvons lui faire confiance. »

    Elle me jaugea un instant. C'était un constat plutôt rapide, mais j'étais sûre de moi. Mon mantra ne me mentait pas quant à la nature de l'énergumène. J'aurais probablement bientôt l'occasion de discuter avec lui et pour ce faire quoi de mieux qu'un jeu ? J'avisais, dans un coin de la pièce, une petite boîte en bois. Je la retirais et inspectais le contenu : des échecs, parfait.

    Je congédiai Karen dans la minute, lui demandant avant qu'elle parte :

    « - Fais passer l'ordre à Angelica de maintenir les recrues en rang d'oignon sur le pont. Procédez toutes les deux à l'inspection, voyez s'il n'y a pas des cas de scorbut prêts à se déclarer ou des tuberculeux dans le tas. J'aimerais aussi que tu t'intéresses de plus près à ces deux hommes, Bad et Stupid : ils m'ont l'air un peu plus capables que les autres. Et si tu vois le responsable de ce rafiot, dis lui de passer me voir. »

    Quoi de mieux qu'un jeu de stratégie pour aider à faire connaissance et repartir sur de bonnes bases ?
    • https://www.onepiece-requiem.net/t10696-sweetsong-montrez-moi-ce
    • https://www.onepiece-requiem.net/t10652-a-sweetsong-ou-l-effet-papillon-100-fini
    Regardant autour de moi, je vis que Ragnar n’était pas encore tout à fait opérationnel. Clint, je ne pensais pas qu’il était de taille à repousser un navire tout seul. Les autres hommes à bord de notre navire aucune idée ? Sur ces entrefaites Suelto avait eu le temps de me rafraîchir la mémoire avec leur nom.

    « Suelto, puis-je avoir un sabre ? »

    Il acquiesça et un de ses hommes me présenta une lame banale, mais qui ferait l’affaire. Le temps que je me retrouve armé, quelqu’un s’était occupé des projectiles. Je me mis à faire de petits moulinets. Mon corps grinçait, il était rouillé. Cependant, je bouillais d’avoir un peu d’action. Me sentir de nouveau utile, actif… Puissant peut-être aussi. Il y avait peut-être bien dans tout cela un léger désir de vengeance aussi. Des idées folles me venaient.

    « Suelto ? Serait-ce possible de recharger le harpon ? Je souhaiterais que vous m’envoyiez avec lui sur le petit navire qui se rapproche ? Ce serait jouable selon vous ? »

    Ils avaient tous l’air incrédule, mais devant mon excitation à en découdre, ils convinrent que cela devait pouvoir se faire. Je suivis donc le matelot que l’on me désigna. Pendant, qu’ils s'affairaient à recharger la bête… Belle bête d’ailleurs, Engelo l’aimerait j’en suis sûr. J’espère que je les retrouverai sain et sauf… Donc pendant qu’ils chargeaient le harpon, je continuais de faire des mouvements d’escrimes. J’étais décidément rouillé. J’avais plus de mal que prévu à me faire aux dimensions du sabre. Depuis quand étaient-elles aussi lourdes. Puis, mon bras gauche, je ne pense pas que je puisse m’en servir normalement dans l’état où il était. J’étais en train de fixer mon nouveau fourreau consciencieusement pour qu’il reste bien attaché durant le vol quand des cris se sont élevés de la vigie puis d’un peu partout. Les miens vinrent bientôt se joindre eux.

    « Bordel, c’est quoi ça? Heu… je crois que je vais rester ici finalement. »

    « Et les gars, je sais qu’on est sur la route de tous les périls, mais quand même. »

    « Les vagues semblent naitre là-bas. C'est quoi ce truc? »
    « En tout cas, j’espère qu’on a un bon navigateur, car c’est le moment de mettre les voiles je pense. »


    J’étais encore en train de causé que Clint se dirigeait déjà vers la barre pour aider à diriger le navire. Grâce aux efforts de tous, sauf ceux de Yuki qui regardait les intrigantes vagues, et à la rapidité d’exécution des ordres, nous nous sommes rapidement retrouvés dans le bon sens pour prendre les vagues. Je n’avais jamais vu un navire surfer sur des vagues. Je n’avais jamais vu de vagues qui ne se brise pas sur quelque chose et que l'on pouvait suivre docilement. Bref, je sentis le navire prendre de la vitesse à chaque fois qu’une onde nous rattrapait. Bientôt, les navires d’escortes ne furent plus à portée de tir. Ni même en vue.

    Une explosion retentit et son souffle nous poussa encore plus loin. Alors que, je pensais qu’on était enfin sorti de l’auberge, j’avisai un petit bâtiment de la marine qui surgit de nulle part au milieu de la pluie. Nous avions sûrement fait route vers lui, car il sembla nous repérer en même temps que nous.

    « Je vais me les faire ! Le harpon s’il vous plaît. »

    C’est ainsi que mes deux bras faillirent se faire arracher au moment où le canon cracha son projectile, dont je faisais partie. Une seconde de douleur, trois secondes d’allégresse en apesanteur et retour à la douleur. Et puis comment je m’arrête moi ? Hola, l’idée de con... Je parvins à la dernière seconde à prendre appuis avec mon pied pour sauter. Ainsi, je fis descendre le harpon qui se planta dans la coque de la grosse caravelle, un peu sous le niveau de flottaisons. Pour ma part, je tentai de me rétablir en utilisant mon Yukishiki Wing, prenant appuis sur mes mains dans l'air.

    Je fis une arrivée fracassante de classe, ou pas. Mon bras ressoudé de travers ne permettait pas de prendre appuis correctement en l’air et je me suis mis à tourner comme papy sur un hoverboard. Malgré tout l’effet de surprise était au rendez-vous. Je m’élançai vers les trois soldats les plus proche. Tenshi Kage. Je fonds sur eux, dégaine mon… dégaine… mais tu vas sortir oui ? Bon trop tard, je suis dans leur dos et mon sabre est toujours dans son fourreau. Pendant qu’ils cherchent les blessures que je n’ai pas su leur infliger, je continue. Je sors enfin la lame, part une attaque. Riposte. Pivote. Puis coince la pointe dans le mat.

    « Mais, il est trop long ce sabre ! Bordel ! »

    Je cherche donc à attraper la floche qui termine le pommeau de Mizuseisaku. Pas de floche. Oui, ce n’est pas mon arme. Quel crétin. En plus de cela, l’adrénaline de la liberté s’en va et reviennent les douleurs et la fatigue de la captivité. Mieux vaut que je me tire avant que leur champion apparaisse. J’allais me diriger vers le harpon du salut, quand j’ai remarqué que je n’étais plus qu’à un bond du gouvernail de la caravelle. Je sautai donc dans cette direction. Je rengainai mon arme qui ne m’avait pas trop servie. Dus faire un Yukishi Wing pour arriver sur le pont supérieur. Je shootai dans l’axe du gouvernail avec mon pied. Hasshoken ? Une pluie d’écharde sorti à l’opposé du coup et le navigateur se retrouva avec la barre en main.

    Bien que fatigué et pas en pleine possession de mes moyens, je parvins malgré tout à courir sur le bastingage en évitant les coups et les balles. Sans doute que mon Haki de l’empathie, qui était la seule chose que j’avais pu garder aiguisée en prison, avait aidé. J’agitai frénétiquement les mains pour signaler que j’étais près à être rapatrier. Je plongeai, enroulai la corde autour de ma main et poussai des pieds sur la coque pour le libérer. La corde se tendit et je fus trimballer dans l’eau, pour la deuxième fois de la journée.

    Je suis retourné sur le navire sans autre encombre que le litre d’eau salé avalé. Tout ça pour faire autant de dégât qu’un boulet de canon. Tu parles d’une efficacité.

    « Bouarf… Je suis trop vieux pour ces conneries… Kof… Kof… »
    • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
    • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
    Topic terminé et sort des prisonniers déterminé ! Vous pouvez écrire un post de conclusion si vous le souhaitez. Ce topic sera verrouillé dans une semaine. Bravo à tous ! Panda4
        Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
        Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum