Le Deal du moment : -34%
-34% LG OLED55B3 – TV OLED 4K 55″ 2023 ...
Voir le deal
919 €

L'équipage au chapeau de fer

2d6c0461435358d3b124a08873f5fa48.jpg

Un grand danger



Aujourd’hui, il fait beau à Orange Town. Un vent léger souffle sur l’archipel, mais la chaleur qui y règne est supportable. Les habitants d’Orange vaquent à leurs occupations, rien d’extraordinaire. Du côté de la marine, plusieurs soldats s’occupent de patrouiller en ville. Tandis que que la plupart des gradés rédigent des rapports ou montent des dossiers.

Le colonel ne se trouve pas à la base, il est autre part. Le Minks est occupé à enseigner l’art du sabre dans le dojo Seigi, ce sont des civils qui profitent de son enseignement. Le poilu se retrouve devant une bonne vingtaine d’élèves, et il donne des coups de sabre en bois devant eux. Ils répètent l’action sous le regard professionnel du Senseï, ce dernier corrige les positions de certains élèves.

Tout se passe bien sur Orange. Sauf que la paix ne dure jamais, ou très peu de temps. Un immense navire s’approche des côtes, le bâtiment arbore un drapeau pirate. Les forbans sont excités, et ils ne tiennent plus en place sur le pont. Leur capitaine, qui porte un chapeau en fer, les regarde. Il est assis sur une caisse en bois contre le mur d’une cabine sur le pont, il est serein.

L'équipage au chapeau de fer 94ly

— Monsieur le navigateur, quand arrivons-nous ?

Le navigateur sursaute, puis il regarde sa boussole.

— Heu… Dans cinq minutes… Non, dans six minutes précisément !

Le capitaine se lève, et il se tourne vers le navigateur. Alto fronce les sourcils.

— Je ne tolère aucune erreur.

— Non, attendez !

La tête du moussaillon roule au sol, et son corps s’effondre sur le bois du navire. L’assassin du navigateur se révèle, cet homme est le bras droit du grand chef.

L'équipage au chapeau de fer L1kl

— Le capitaine Tiger D. Alto n’aime pas être pris pour un imbécile, retenez cette leçon, personne n’induit en erreur mon capitaine !

Les forbans sont admiratifs devant le bras droit.

— Regardez, c’est lui. C’est le célèbre Zokushin, l’épéiste le plus doué d’East Blue !

— Ouais, avec eux, ont est sûr de triompher !

— Vive le capitaine, vive son second !

Alto pose ses fesses sur sa caisse en bois, puis il s’allume un cigare. Un homme sort des cuisines, et il s’essuie les mains avec un chiffon blanc tâché de sang. Le cuisinier de l’équipage n’est autre que Rostrum, c’est un fin gourmet qui ne tolère pas le gâchis. Lui et Zokushin ne s’entendent pas, il se dévore le nez pour un rien. Le chef cuistot est un grand amateur de femme, et il aime se faire respecter auprès d’elle par le contact physique.

L'équipage au chapeau de fer Qyvb

— Oh, c’est quoi ce délire ? Qu’est-ce qu’il a encore fait, l’autre con ?

Rostrum critique les méthodes de Zoku, celui-ci grimace en voyant le blondinet.

— Lâche-moi, enfoiré.

— T’as un problème, face d’algue ?

Alors que les deux sont prêts à en venir aux mains, une jeune femme vient calmer le jeu.

L'équipage au chapeau de fer 8an4

— Qu’est-ce qui se passe, pourquoi je marche sur la tête de mon remplaçant ?

La navigatrice en chef arrive sur le pont, et elle constate la mort de son remplaçant. Zokushin regarde la rouquine, puis il soupire. Le blondinet regarde sa partenaire occasionnelle, et il lui raconte ce qui s'est passé. Tiger assiste à la scène sans rien dire, il aime voir son équipage se déchirer. La rousse ramasse la tête du pirate, puis il la balance sur le sabreur.

— Prends ça, connard ! Maintenant qu’il est mort, je vais devoir naviguer 24 heures sur 24, t’es content de toi ?!

Le chevalier tourne les talons, il refuse de discuter avec ce genre de personnes.

— Arliga, va prendre la barre. Ce navigateur m’a manqué de respect, tu oserais dire que ce n’est pas un crime ?

La rousse agite ses bras dans tous les sens.

— Pardon, il a fait quoi ? Le fils de pute, si je l’avais su, je lui aurais arraché les couilles moi-même !

Le Tiger se met à rire, tout comme Rostrum.

— Je reconnais bien là ma favorite.

Arliga monte pour diriger le navire sur Orange Town. Pendant ce temps, l’homme de la vigie informe son capitaine.

L'équipage au chapeau de fer Rib7

— Capitaine, je viens aux nouvelles.

L'équipage au chapeau de fer 94ly

— Oh, Iqiniso. Qu’est-ce que tu vois ?

Le canonnier de métier assure qu’il n’y a aucun danger au port, et qu’ils peuvent accoster sans souci. Le capitaine se lève de sa caisse, puis il prend cette dernière avec lui. Le navire finit par accoster aux portes. Enfin accoster n’est peut-être pas le bon terme, car le navire détruit une bonne partie du port. Les pirates sautent sur la terre ferme, et c’est parti pour le massacre.

La piétaille fonce dans les rues, et elle fend les civils qu’elle croise. Les forces de la marine s’opposent aux forbans, la bataille commence. Les lieutenants d’Alto sautent à leur tour dans le port, suivi de leur chef tout puissant. Le capitaine qui vaut 30 millions de Berry se pose sur caisse à quelques mètres de son navire, puis il croise les bras. Les lieutenants attendent à côté de lui.

La base de la marine est contactée par des officiers présents au port, le commandant Shujin répond. Il ordonne aux hommes de se préparer pour se battre, et toute la base est prête pour aller livrer bataille. Cent cinq soldats courent dans les rues pour se rendre au port, seul le colonel n’est pas encore présent. Ce dernier est vite contacté par l’adjudant Soma, il lui raconte ce qui est en train de se passer.

Shoga décide d’annuler le cours, et il ordonne aux civils de rester dans le dojo. Les citoyens qui se trouve encore à Orange sont évacués vers le dojo, c’est l’endroit le plus sûr hors de la ville. Le colonel ne perd pas de temps, il utilise le Geppou et le Soru, il devrait bientôt arriver en ville d’ici quelques minutes. En ville, la marine fait jeu égal avec les pirates. Le Tokusentai est présent, et ce groupe attire l’attention des lieutenants.


Codage par Libella sur Graphiorum


L'équipage au chapeau de fer:


Dernière édition par Shoga le Lun 16 Mai 2022 - 6:20, édité 4 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22537-fiche-du-kitsune
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22505-le-renard-justicier
L'alarme sonne, le son de la cloche m'énerve, mais ce qui me saoule le plus c'est les lieutenants qui nous invectivent et nous apostrophent afin d'aller plus vite. Se dépêcher d'aller au casse-pipe pour protéger la veuve et l'orphelin, merci mais non merci. Par contre, je préfère éviter de me faire remonter les bretelles par Shujin. Et puis, s'il y a une bataille peut-être que je pourrais assouvir mes pulsions trop longtemps refoulées. Dans une bataille, des gens meurent, et c'est normal. Personne n'y trouvera rien  redire si je dézingue deux ou trois forbans. Le tout c'est de le faire de telle sorte que ça ressemble à un combat et pas à une exécution.

En moins de cinq minutes, nous voilà dans le quartier du port. Des barricades on été montée à la hâte pour contenir les pirates qui eux se sont fabriqués des couverts de fortune. Pas mal des nôtres gisent au sol mais leur effort n'a pas été vain. En effet, leur sacrifice a permis de circoncire la menace au niveau des docks, autorisant ainsi une évacuation en tout sécurité de la majorité des civils sur les lieux.  En fait, c'est presque une manœuvre d'encerclement qui est en train de se mettre ne place! A ce rythme, on risque même de l'emporter avant d'engager l'ennemi au corps à corps! Quelle plaie! Moi qui voulais m'en faire une paire pour le quatre heures! Puis soudain, une ombre étrange passe sur mon visage, et je ne sais pas trop pourquoi, mais je lève la tête. Très vite je comprends la ruse, ils ont fait mine de se laisser encercler, et, pendant ce temps, quelques-uns de leurs gars sont passés par les toits des maisons pour nous prendre à revers! J'ai à peine le temps de crier.

"En haut!"

Qu'une pluie d'ennemis s'abat sur nous. La plupart de mes collègues, armés de fusil, se font balayer par l'effet de surprise. Il en va de même pour ceux qui n'ont pas eu le temps de sortir leur sabre de leur fourreau à temps. Quant à moi, je fait preuve de très bons réflexes en bloquant l'attaque de mon assaillant avec une de mes machettes tandis que l'autre le tranche littéralement en deux. J'aurais aimé savourer plus ce moment, malheureusement, l'urgence de la menace me force a privilégier ma survie à mon plaisir. Je me replie donc en laissant un sillon sanglant dans les rangs ennemis. A ce moment là, même si je limite mes capacités pour ne pas éveiller les soupçons, il se peut que j'ai fait démonstration d'un niveau bien supérieur à celui d'un matelot de seconde classe.

On vient d'essuyer de lourdes pertes, mais, heureusement, on est presque au bout de nos peines. C'est alors que je regarde en direction du port et mon sang ne fait qu'un tour dans mes veines! Les enfoirés ont profité que nos fusilleurs ne tirent plus pour installer des pièces d'artillerie! J'ai juste le temps de voir la mèche rougeoyer que je braille.

"A couvert!"

Sauf que je n'ai pas le temps de me planquer que la détonation se fait déjà entendre. Le boulet siffle brièvement avant du pulvériser la barricade et de m'envoyer dans les airs. Je m'étale comme une merde quelques mètres plus loin. J'ai des acouphènes qui me vrillent les tympans et je si je suis ravie de constater que je suis encore en un seul morceau, je remarque que mon bras droit est brûlé et que mes jambes sont constellées d'éclats. Allongée sur le dos, je ne suis pas encore en état de me relever seule. Alors je regarde le ciel. Et là, je vois quelque chose d'étrange. Est-ce un avion? Est-ce un oiseau? Non, c'est Soga! Mais que fout-il là-haut ce con? Ouh là là, je crois que ma tête à reçu un sacré choc si je commence à avoir des hallucinations
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24007-slice-of-life#258861
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23901-une-mauvaise-presentation
L'équipage au chapeau de fer Tumblr_pb2dg8dkom1suvjpso4_500

海 軍

∆ Feat. Gladius ∆


Cela faisait un peu moins d'une semaine que le Béluga était réellement entré au service actif. Dirigé par la commandante Ambrosias, il effectuait ses premières manœuvres en mer. Le vaisseau de ligne était paré à l'action, mais comme sa capitaine savait son équipage inexpérimenté, elle préférait les entraîner un peu avant de leur offrir un premier véritable baptême du feu. S'étant rapprochée du Lieutenant Alighieri, elle obtint de sa part qu'il mène le Tempest en mer pour venir effectuer plusieurs exercices grandeur nature avec elle et les siens. Le navire de son collègue étant un patrouilleur, peu axé sur le combat en mer mais sur la vitesse, le Béluga s'entraînait essentiellement à la poursuite et au tir de précision sur une cible rapide. Pour l'occasion, les boulets de canons étaient en bois et n'avaient aucune chance de faire de vrais dégâts à longue distance. Par mesure de précaution, un peu de mousse rembourrait malgré tout les projectiles pour les rendre réellement inopérants.


Les manœuvres durèrent plusieurs jours, à quelques nautiques seulement d'Orange. Il fallut au départ motiver un peu les troupes en leur faisant comprendre que l'armée n'était pas une colonie de vacances, mais dans l'ensemble, tout se passa bien. Après plusieurs exercices, Ambrosias constata que son équipage avait parfaitement pris le navire en main. Elle-même avait besoin de se rôder au commandement d'un navire si imposant. Ce n'était après tout pas chose courante pour elle. Une fois que la dernière manœuvre terminée, la vétérinaire prit contact avec Arsène par escargophone. Après avoir très rapidement fait le point, ils décidèrent de faire voile vers la base.


Dans sa cabine, Ambrosias griffonnait un compte-rendu à partir des notes qu'elle avait pris durant les jours précédents. Il était important qu'elle puisse bien résumer les manœuvres qui avaient eu lieu. Calme, elle écrivait au gré du léger tangage du bâtiment quand le sergent-chef Paracchini fit irruption dans la pièce sans même prendre la peine de frapper. Manquant de sursauter, la jeune femme releva les yeux en haussant les sourcils.



« Orange est attaquée !


- Quoi ?!


- Le PC Radio vient de recevoir l'information du QG, une véritable petite armée vient de débarquer au port et cherche à mettre la ville à feu et à sang.


- Bordel... Comment est-ce possible ?


- Ils n'en savent pas plus pour le moment. Nous avons ordre de revenir en urgence sur place pour les aider.


- Bien sûr. Rappelez l'équipage au poste de combat et montez à vitesse maximum, nous n'avons pas une minute à perdre. »



Bien que sous le choc, Ambrosias tâcha de garder son sang-froid. Se levant en hâte de son bureau, elle s'empara de son escargophone personnel pour contacter Arsène et lui transmettre également l'information. Le Tempest étant plus rapide, il arriverait avant le Béluga. Le souci était qu'il n'était pas taillé pour le combat, ce qui posait problème. Pour pallier à cela, la jeune femme demanda au lieutenant de faire approcher son patrouilleur pour qu'elle monte à bord. Si le vaisseau de ligne arrivait plus tard, il pourrait faire feu sur le navire pirate et leur couper toute retraite pendant que le Tempest arriverait au port pour permettre à Arsène et Ambrosias de venir en aide à leurs alliés. Laissant derrière elle son équipage aux ordres du lieutenant Ligéia, son second, la vétérinaire prit son meitou avec elle et monta à bord du Tempest en se servant du corde accrochée au mât principal. En allant à vitesse maximum, les marins encore en mer ne devraient en avoir que pour dix ou vingt minutes. La rage au ventre, Ambrosias espérait que tout ne serait pas trop tard.



© ciitroon
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23698-fiche-technique-ambrosia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23692-ambrosias-proteger-servir-et-traquer#250544
“C’est... Vraiment une épée ce truc?”

La question était légitime face à ce que voyaient les Marines.
Arsène tenait à deux main face à lui un objet de grande taille qui pouvait être décrite comme un hachoire géant avec une simple poignée pour la tenir. Mais oui, c’était bien une épée.
Une qui était actuellement en train d’être utilisée par son propriétaire pour des amples mouvements. L’épée était plus légère qu’elle ne le laisserait penser, pour simplement trentes kilogrammes et en prime pouvait se séparer en plusieurs autres lames qui étaient intégrées dans la lame principale.

Un dernier mouvement, et le Lieutenant la replaça sur son dos. Il avait un peu changé son équipement depuis sa dernière mission active. Désormais deux armes de haute qualité étaient à sa ceinture côté droit, un Katana et un Wakizashi porté en pair.
De l’autre côté de sa ceinture, un pistolet spécial contenant six balles était distinguable, mais en dessous de sa cape à hauteur de sa poitrine, un second était également présent.

Il avait décidé qu’il devait posséder bien plus de matériel pour être efficace, et il n’avait pas lésiné sur les moyens. Tout son salaire y était passé ainsi qu’une grosse partie de ses économies. Bah, il n’était pas en situation difficile financièrement donc cela ne le dérangeait pas.

Arsène poussa un long soupir pour calmer sa respiration après son entraînement. Ils étaient en repos après une nouvelle série d’entraînement pour l’équipage du Béluga. Ce nouveau navire dont la désormais Commandante Ambrosias avait pris possession, un vaisseau de Ligne diablement impressionnant.



Seulement voilà, la journée n’allait pas se terminer comme prévu. Orange était attaqué par un groupe Pirate et tous les groupes à proximité étaient appelés en renfort, le port principal était devenu un véritable champ de bataille.
Ambrosias lui demanda de la récupérer afin qu’ils puissent arriver plus rapidement sur les lieux, le Tempest étant un patrouilleur bien plus rapide que l’imposant Beluga.
La cloche du navire sonnait tandis que chaque marin prenait son équipement.

Ambrosias à bord, le navire prit un cap direct pour l'île d’Orange. Le vent était de côté, parfait pour avancer à bon rythme, et l’île en elle-même n’était pas très éloignée de base. Le trajet ne durera pas longtemps.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23936-fiche-technique-arsene
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23935-la-lame-d-alighieri-termine
2d6c0461435358d3b124a08873f5fa48.jpg

Les confrontations commencent



La bataille fait rage, les braves soldats de la marine s’opposent farouchement aux infâmes pirates. Les balles fusent, et le bruit du fer qui percute le fer retentit dans l’air. Des soldats tombent après avoir eu le torse tranché par des pirates, mais la marine ne se laisse pas faire, elle plombe du forban avec leur arme à feu. La bataille se déroule dans toutes les rues, sur les toits, et même dans les bâtiments. Oui, la base de la marine est aussi un champ de bataille.

Pendant ce temps, les lieutenants de l’équipage au chapeau de fer observent tranquillement la scène. Leur capitaine s’allume un bon cigare tout en contemplant son œuvre, ce qui le fait sourire. L’épéiste du navire, le fameux Zokushin, dont la réputation n’est plus à faire, remarque quelque chose. Il lève la tête vers le ciel, puis fronce les sourcils. Rostrum, le maître-coq du navire, remarque ce changement d’attitude chez son vieil ennemi.

L'équipage au chapeau de fer Qyvb

— Ho, qu’est-ce qu’il t’arrive, tête de cactus ?

Tiger regarde légèrement son second, tandis que Arliga et Iqiniso sont passionnés par la bataille.

L'équipage au chapeau de fer Red.Rider.600.3432565

— Je crois qu’on va avoir de la visite dans pas longtemps. Capitaine, ai-je l’autorisation de m’en occuper personnellement ?

Rostrum grimace.

— Pardon, tu veux me doubler, raclure ?!

L’épéiste ne dit rien, ce qui agace le blondinet. Il s’avance dans la direction du bretteur pour lui en coller une, mais la main tendue du capitaine le stop.

— Tu veux t’en occuper toi-même ?

Tiger regarde autour de lui, ses lieutenants sont sur les nerfs. Certains sont excités à mort parce qu’il se passe, et d’autres sont prêts à en venir aux mains.

L'équipage au chapeau de fer 94ly

— Très bien. Mais je ne veux pas de jaloux, si je t’autorise à y aller, les autres aussi.

Les sages paroles du chef calment l’ardeur du blondin, lui aussi, il va pouvoir se défouler. Zokushin est d’accord avec les conditions du capitaine, ce dernier autorise ses ouailles à prendre part au massacre. Iqiniso et Arliga sautent sur place tellement qu’ils sont aux anges, tandis que Zokushin et Rostrum se regardent avec mépris. Les deux joyeux ne se font pas prier, ils partent directement dans la mêlée. L’épéiste et le cuistot s’avancent lentement en direction du massacre.

— T’as pas intérêt à croiser mon chemin, sinon, tu pourrais avoir un accident mortel.

— Pareil pour toi, enfoiré. Si je vois ta tête d’algue ne serait-ce qu’une seule fois dans les environs, je te tue.

Après s’être ouvertement menacé de mort, les deux ailes de Tiger D Alto se séparent. L’une se dirige vers la menace qu’il a entrevue récemment, pendant que l’autre est à la recherche de jolie jeune femme à combattre. Du côté d’Arliga, elle s’amuse à balancer des Shurikens dans le visage et le torse de quelques soldats, tout en étant sur un toit. Le Sniper n’y va pas par quatre chemins, lui, il plombe le corps des impudents qui croisent sa route.

Le capitaine Tiger D Alto est étrangement dérangé par deux hurluberlus, ces deux soldats se sont frayé un chemin jusqu’au chef en éliminant la piétaille. Un immense Okama et un petit Ninja font face au pirate, celui-ci plisse les yeux. Il remarque qu’aucun d’eux n’est véritablement blessé, et que le sang qui tache leurs vêtements n’est pas le leur. Le capitaine relâche la fumée de son cigare, puis il pointe avec ses deux index les soldats.

— Vous avez l’air fort, vous avez peut-être massacré la piétaille, mais ce ne sera pas suffisant pour abattre le chef.

L’Okama prend une pose virile. En joignant ses mains, il forme un cœur en ouvrant les paumes. Les muscles du travelo double de volume, ce qui fait éclater les coutures de son uniforme de marin. À côté, le jeune Ninja mord le manche d’un Kunaï. Avec sa main gauche, il coince quatre Shurikens entre ses doigts. Et avec la main droite, il tire légèrement son Tantô de son étui dorsal. Les deux soldats sont prêts à faire leur devoir, ils veulent tuer le chef.

L'équipage au chapeau de fer Z96i

— Nous sommes de la marine, et nous allons te punir, mon chou !

L'équipage au chapeau de fer 4iwm

— Tout pareil, sans le « mon chou » !

Alto se met à sourire, tout en restant assis sur sa caisse en bois.

— Je préfère vous prévenir, aucun de vous ne pourra m’attendre, vous tomberez avant même de pouvoir sentir la fumée de mon cigare hors de prix.

L’Okama et le Shinobi grimacent, puis ils foncent sur le capitaine pour lui faire payer ce massacre. À peine une cinquantaine de mètres séparent le pirate des marines, mais cinquante mètres ce n’est rien pour deux soldats surentraînés comme Shujin et Soma. Mais à peine ont-ils traversé dix mètres que Soma surnommé le « Jeune » tombe à terre, comme s’il avait trébuché à cause de quelque chose.

L'équipage au chapeau de fer Z0sm

— Arg !

Shujin qui est surnommé le « Récidiviste » remarque la chute de son binôme, mais cela ne l’empêche pas de continuer son chemin. Il franchit les vingt mètres, le voilà qui pense pouvoir frapper Tiger sans difficulté. Subitement, l’Okama ressent une vive douleur dans le flanc gauche, comme si quelqu’un lui avait donné un violent coup de poing. La douleur intense fait reculer le commandant, ce dernier regarde son flanc.

L'équipage au chapeau de fer 9ugh

— C’est quoi ce truc ?!

Le commandant a trois côtes brisées, et une marque de poing violacé incrusté dans sa peau. Le Shinobi se relève, et le voilà qui détalle comme un lapin. Il saute dans les airs, et il commence à jeter ses Shurikens. Mais voilà, une étrange force l’attire vers le bas. Il s’écrase violemment au sol, puis il crache du sang. L’Okama ne comprend pas ce qu’il vient de se passer, alors qu’il a assisté à la scène.

— Mais qu’est-ce que ça veut dire ?

— Je n’en sais rien. Mais j’ai brusquement senti quelque chose qui s’est agrippé à ma jambe droite, comme si on m’avait jeté par terre.

Le capitaine continue de fumer son cigare. Les deux hommes se relèvent, et ils sont déterminés à en finir.

— Il est hors de question de se faire humilier !

— Tu vas payer !

Ils y vont à fond. L’Okama saute dans les airs, puis il envoie un barrage de coup de poing en direction de son adversaire. Les vêtements de Shujin explosent, le voilà cul nu.

L'équipage au chapeau de fer Vqim

— Je tire ma force de ma nudité !

De son côté, le « Jeune » Soma sort l’artillerie lourde. Il balance des Shurikens explosifs sur Alto, ces fameuses Shurikens sont issues d’une technologie avancée confectionnée par la section scientifique de la marine.

L'équipage au chapeau de fer Rhpj

— Shurikens explosif !

Mais alors que la mort de Tiger D est proche, un événement que personne n’aurait pu prévoir arrive. Les Shurikens sont déviés de leur trajectoire pour se jeter contre le corps du vaillant commandant, Soma ne comprend pas. Les cinq projectiles se plantent dans le torse huileux de l’Okama, celui-ci crache du sang. Puis, cinq explosions projettent le commandant à terre.

Le « Jeune » tourne délicatement sa tête vers le corps fumant de son ami, il est encore vivant, mais pas conscient. Puis, Soma tourne doucement sa tête vers Alto. Un coup à l’estomac le met à genoux, ce qui le fait vomir. Le capitaine relâche de la fumée, puis il se moque des deux officiers en leur rigolant au nez. Ce forban va même jusqu’à dire que la marine a perdu de sa puissance si ces deux-là sont une élite.

— Je vous l’avais bien dit que vous tomberez avant même de pouvoir sentir l’odeur de mon cigare.

Soma qui est recroquevillé sur lui essaye de comprendre, pour lui, tout ça n’est pas normal.

— Comment t’as fait pour dévier mes Shurikens ?!

Le chef des pirates au chapeau de fer ne voit pas l’intérêt de répondre à un futur cadavre, voilà pourquoi il décide de l’achever. Le pirate retire son chapeau en fer de sa tête, puis il s’en sert comme cendrier. Il met des bouts de cendre dans le centre du chapeau, oui, cette coiffe est un cendrier. Tiger adore fumer, mais il faut reconnaître que jeter des cendres sur un navire en bois peut s’avérer être dangereux, d’où l’utilité de ce chapeau.

— J’admire ton courage, je vais te laisser une chance de survivre. Rejoins mon équipage, et tu resteras en vie. J’ai vu de quoi vous êtes capables toi et ton ami, dans peu de temps vous surpasserez la puissance de mon second. C’est pourquoi je vous demande de rejoindre mon équipage, j’ai besoin de personnes puissantes pour accomplir mon objectif !

Soma décide de gagner du temps pour récupérer ses forces.

— Quel est ton objectif ?

Tiger ricane.

— Je veux devenir un empereur ! Mon empire ne fera que s’agrandir une fois que j’aurai pris la tête de Teach, et une fois ce gros lard abattu, je prendrais sa place ! Je gouvernerai sur ses îles, sa flotte, et j’aurai plus d’autorité que lui, car je serais celui qui lui a tranché la tête ! Alors, qu’en dis-tu ?!

Soma se relève, il essuie le sang qui coule de sa lèvre inférieure.

 Voilà pourquoi tu attaques Orange Town, c’est pour prouver au monde entier que tu ne crains pas un empereur. Tu es malade, comme si un empereur avait du temps à perdre avec un minable comme toi ! Plutôt crever que de te suivre dans ton délire. Actuellement, je ne suis pas en état de t’arrêter, ni même de m’approcher de toi. Mais ne sous-estime pas la force et la valeur de la marine, je connais au moins une personne sur cette île qui peut te battre !

Le Ninja serre les poings, son regard est empli de détermination. Alto hausse un sourcil, puis il balance son chapeau de fer dans le visage du Shinobi, ce dernier s’écroule au sol. Le cendrier rebondit sur le visage du gamin, et il revient dans la main gauche de son possesseur. L’Okama et le Ninja font partie de l’élite d’Orange Town, et malgré leur puissance qui est au-dessus de la moyenne, ils n’ont rien pu faire face à Alto.

— Petit con, comme s’il existait une personne plus forte que moi sur cette mer.

Au même moment, le colonel Shoga se rapproche dangereusement du centre-ville, celui-ci traverse plusieurs rues en quelques secondes. Il n’est plus très loin du port, mais une personne s’interpose. Zokushin dégaine une épée bâtarde de son étui, puis il envoie une lame d’air en direction du Minks. Le colonel esquive de peu, la lame tranche le sommet d’un immeuble, ce dernier s’écrase en ville. Shoga se pose sur un toit, et Zokushin se positionne sur le toit d’en face.

L'équipage au chapeau de fer Ungh

— Qui êtes-vous, et pourquoi attaquez-vous Orange Town ?

L'équipage au chapeau de fer Red.Rider.full.3545564

— J’avais raison de me méfier. Je t’ai vu voler dans notre direction, puis j’ai eu un mauvais pressentiment. J’ai ressenti le besoin de venir à toi. Je vois que tu portes une épée à tes reins, parfait ! Je m’appelle Zokushin, viens donc croiser le fer avec le meilleur épéiste d’East Blue, c’est uniquement pour ce genre de moment que je vis !

Shoga regarde Zokushin, celui-ci dégaine deux autres épées bâtardes supplémentaires. Il mord une épée, tandis qu’il empoigne les deux restantes. Shoga dégaine l’épée « Damoclès » de son fourreau, ce qui impressionne le pirate.

L'équipage au chapeau de fer Red.Rider.600.3511557

— Oh, mais cette épée, c’est l’épée « Damoclès ». Dis-moi, qui es-tu ?

Shoga brandit son sabre.

L'équipage au chapeau de fer Njq3

— Je suis le colonel Shoga de la 473e division de la marine, et je vous ferai payer vos crimes !

Après avoir hurlé, les marines entendent la voix de leur colonel, ce qui les galvanise. L’épéiste fronce les sourcils.

L'équipage au chapeau de fer Red.Rider.600.3432567

— Tu es donc le taulier, c’est intéressant. Une fois que je t’aurais tué, je te prendrai ton sabre et j’exhiberai ton corps en place public !

Shoga et Zokushin sont prêts à en découdre. Les pirates semblent être progressivement repoussés grâce aux efforts du Tokusentai. L’élite d’Orange Town qui est directement sous les ordres du colonel de la base arrive à vaincre plusieurs pirates, les soldats avancent avec le Tokusentai comme renfort. Les cinq membres de ce groupe d’élite possèdent une puissance supérieure à la moyenne, certes moins élevée que Shujin ou Soma, mais ils se débrouillent.

Le commandant de ce groupe d’élite n’est autre que Reikoku Shinrai, cet homme est la troisième personne la plus forte de la base après Shoga et Ambrosias. Cet homme surpasse la force du commandant Shujin, et le voilà qu’il regarde dans la direction du capitaine Alto. Shinrai constate qu’il y a deux personnes qui sont hors-jeu près du pirate, et il reconnait ses camarades. Le commandant ordonne à deux de ses hommes de venir avec lui.

L'équipage au chapeau de fer 3cd1952ccaf511f2e4f44ee3b2e1fcad

— Zankoku, Hasuki ! Venez avec moi, j’ai besoin de votre aide !

Les deux lieutenants terminent d’achever leur adversaire, puis ils rejoignent leur commandant. Les trois hommes apparaissent devant les deux soldats blessés, Shinrai se place devant ses amis pour les protéger. Alto se rassoit sur sa caisse, puis il jauge le commandant. Pour s’amuser, et aussi pour fait enrager la marine, le capitaine donne des notes de puissance à chacun.

— Le gars à l’épée, je te mets une note de deux. L’autre avec les cheveux blancs, je dirais que tu vaux un trois. Les deux soldats qui gisent à terre valaient un bon six. Le gars en short, toi, tu vaux un sept. Je tiens à vous dire que ma notation est sur vingt, et non sur dix.

Zankoku s’énerve, il menace de trancher la tête à se capitaine pirate trop imprudent.

L'équipage au chapeau de fer J9l9

— Va te faire foutre, je vais te casser la gueule !

Shinrai ordonne à son matelot de se calmer et de ne pas rentrer dans son jeu, l’épéiste ne comprend pas pourquoi ils restent là à ne rien faire.

— J’ai demandé votre aide pour que vous évacuiez ces deux-là. Quant à moi, je vais m’occuper de ce type, nous vous enfaitez pas.

Hasuki ramasse Soma, puis il tape sur l" épaule de Zankoku.

L'équipage au chapeau de fer 61tr

— Allez, dépêche-toi.

L’épéiste regarde la montagne de muscles qu’est le travelo.

L'équipage au chapeau de fer Images?q=tbn:ANd9GcRNknLCDsro9KgnKIiEvhEUX_ATz_ceGguEGo3rXoCJwE5XXxVdnKFdv7PlLlo89l78fis&usqp=CAU

— Non, mais, vous êtes sérieux ?! C’est moi qui vais devoir porter ce mec, en plus il est à poil !

Les deux lieutenants partent avec les deux blessés pour les mettre en sécurité. Shinrai et Alto se regardent, ils se jaugent l’un l’autre. Le commandant qui est un expert dans le combat au corps-à-corps doit faire face à un ennemi dont le style de combat est encore un mystère, mais le Reikoku réserve une surprise au capitaine. Cette fois-ci, les rôles s’inversent, c’est au tour du Tiger D de se faire avoir.


Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Shoga le Mar 17 Mai 2022 - 6:36, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22537-fiche-du-kitsune
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22505-le-renard-justicier
Je me relève péniblement. Bodel, j'ai pris cher et j'ai à peine pu tuer quelques pirates à la va-vite. Quelle plaie! Si au moins j'avais pu profiter un tant soit peu d'un de mes forfaits, je serais de meilleure humeur. Mais voilà, l'urgence, toujours l'urgence. Je dois parer au plus pressé pour rester en vie, et ça ne me permet pas de profiter pleinement de ma première bataille en tant que Marine. Heureusement, des troupes arrivent en renfort pour tenir la position avant que des pirates déchaînés n'arrivent. Les deux troupes se rencontrent dans un fracas de fer et d'os brisés. Pour beaucoup, la guerre, c'est moche. Je ne suis pas d'accord. J'apprécie le spectacle des corps mutilés, la symphonie des râles d'agonie, il y a quelque chose de beau dans ce tableau de haine et de violence. Et, en tant qu'esthète de la souffrance, j'apprécie ce que je vois.

Cinq malheureux tombés sous mes coups plus tard, je réalise qu'il y a encore des pirates sur les toits. Immédiatement, je décide de prendre les devants. Je pourrais y être en trois bonds, mais je me dois de coller au niveau d'un matelot de seconde classe. Du coup, je rentre dans une maison, et j'y rencontre un brin d'adversité. Le temps de faire trois victimes de plus, me voilà en train de gravir quatre à quatre les marches d'un escalier en colimaçon et de défoncer d'un grand coup de pied la porte d'un pigeonnier. Tout ça pour tomber sur une espèce de rouquine qui s'amuse à aligner mes "confrères" avec des shurikens et une expression que je connais bien sur le visage. Cette salope prend son pied! Et je suis jalouse, car moi, je ne peux laisser libre cours à mes pulsions. Alors, sans crier gare, je l'attaque!

Seulement la bougresse m'entend venir et esquive au dernier moment la lame de ma machette sensée l'étêter. Mais ma seconde lame va finir le job! La messe est dite, trainée! La stupéfaction se lit mon visage lorsqu'elle bloque mon second coup avec son étoile ninja. Et pire encore, je la vois en train de plonger une lame en direction de mon ventre! Immédiatement, je bondis en arrière, juste le temps de voir tout ce qu'elle me balance à la figure! C'est littéralement une pluie d'objets tranchants qui fonce vers moi. Je le sais, cette fois, je dois arrêter de me limiter et y aller à fond, sinon, je vais y passer! J'essaie de bloquer le maximum de projectiles avec mes armes, malheureusement, leur trop grand nombre à raison de mes compétences. Je me retrouve entaillée de partout comme de la graisse de canard sur le dos d'un magret. Mais je ne suis pas encore vaincue!

"Tu es encore debout?" me lance-t-elle précédé d'un petit sifflement mi- admiratif, mi- moqueur.

"C'est tout ce que t'as? J'ai a peine transpiré..."

Ouais, je me permets une petite provocation. Je ne suis pas une experte dans l'évaluation des forces, mais je sais qu'elle est plus capable que moi. Que mon seul moyen de m'en sortir c'est de la pousser à la faute, ou alors de libérer la bête en moi. Donc oui, j'essaie de lui faire faire des erreurs! Parce que là, entre l'explosion de la barricade et ce que je viens de me prendre dans la gueule, je ne dois pas avoir fière allure. Et pourtant, je me décide à lui foncer dessus! Je pense qu'elle n'est pas loin d'être à court de projectiles. Oui, c'est ça, son pas de recul et le fait qu'elle aille chercher une sarbacane m'indique clairement qu'elle n'a plus beaucoup d'options offensives!

Elle s'attend à un coup de sabre qui ne viendra jamais. En fait c'est un gros plaquage que je lui colle dans le bide à cette catin! Son tir de sarbacane me passe donc au dessus de la tête! Par contre j'ai oublié un détail, on est sur les toits! Mon assaut est si violent qu'on chute toutes les deux de trois étages avant de s'éclater sur les pavés d'une cour intérieure!

  • https://www.onepiece-requiem.net/t24007-slice-of-life#258861
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23901-une-mauvaise-presentation
L'équipage au chapeau de fer Tumblr_pb2dg8dkom1suvjpso4_500

海 軍

∆ Feat. Gladius ∆


Le navire du lieutenant Alighieri manqua de battre des records de vitesse. Il fendait les flots d'une manière impressionnante et des dauphins sautaient de chaque côté de l'étrave, rappelant à Ambrosias son ancien bâtiment. Proche du barreur, la jeune femme attendait avec impatience de voir Orange se dessiner à l'horizon. Elle avait la boule au ventre en pensant au sort des pauvres innocents sur l'île. Ils n'avaient rien demandé à personne et elle trouvait que le sort avait un peu trop tendance à s'écharner sur eux à son goût. Après de très longues minutes, le port se laissa apercevoir au loin. La vigie du Tempest les informa qu'un imposant navire naviguant sous pavillon noir se trouvait à quai. Il semblait plus petit que le Béluga mais restait particulièrement imposant, trop pour être attaqué de front par un patrouilleur. Se tournant vers Arsène, la jeune femme réfléchit à une autre option.


« Nous courrons à notre perte si nous attaquons de front. Accostons à un kilomètre du port, sur la côte. Si nous louvoyons, la vitesse du Tempest nous permettra d'arriver à terre sans soucis. »


Enrageant littéralement sur place à cette idée, Ambrosias s'approcha de la proue pour observer au mieux la situation. Il y avait de la fumée et elle tendant une multitude de tirs en tous genres. Une véritable petite guerre semblait en train de se produire sous ses yeux et elle ne pouvait encore rien faire. Frappant du poing contre le bois, elle laissa ses yeux se perdre sur les vagues produites par l'étrave et observa les dauphins. Elle les entendait, ils s'amusaient avec le navire bien plus imposant qu'eux. Après quelques instants, elle eut une merveilleuse idée.


« Lieutenant Alighieri, contactez le Béluga, dîtes leur de faire feu sur le navire pirate dès qu'ils l'auront en ligne de mire. »


Usant de son pouvoir, elle se mit à communiquer avec les mammifères marins. Son idée était de sauter à l'eau et d'en agripper un pour qu'il la conduise rapidement à quai sans mettre en danger le Tempest. L'idée semblait fortement amuser le mâle le plus imposant du groupe. L'animal se mit à la même vitesse que le patrouilleur et resta le plus possible hors de l'eau.


« On se retrouve sur place, bon courage à vous. »


Sur ces mots, la jeune femme sauta à l'eau en grimaçant. Malheureusement pour elle, sa main glissa sur l'aileron de l'animal et elle se mit à couler. Paniquée, elle voyait déjà la coque du patrouilleur s'éloigner quand un dauphin s'approcha d'elle. La vétérinaire s'accrocha à lui et lui permit de revenir à la surface. Presque complètement immergée, elle arrivait à peine à tenir le dauphin, mais contrairement à ce qu'elle pensait au départ, plusieurs individus se relayaient pour l'aider à ne pas couler. Cet attroupement de dauphins devait être vraiment particulier pour qui le voyait de l'extérieur. Bien que ses forces soient immensément diminuées, Ambrosias parvenait plus ou moins à tenir le mâle alpha pendant que d'autres restaient sous elle pour l'empêcher de couler. De cette manière, le petit groupe se mit à foncer vers le port. À plusieurs reprises, la jeune femme glissa et les animaux furent contraints d'aller la ramener à la surface, mais malgré tout, le plan se déroula sans trop d'accrocs. Après de longues minutes, la côte était si proche que le seul alpha y accompagna Ambrosias. Quand elle eut pied, elle s'avança sur le sable et se laissa tombée un peu plus loin sur la plage. Complètement trempée, affaiblie et couverte de sable humide, elle remercia du fond du cœur les dauphins qui lui répondirent qu'ils avaient trouvé cela très drôle.


Durant quelques minutes, la jeune femme reprit ses forces. Son fusil ayant pris l'eau, elle le laissa sur place ainsi que son long manteau d'officier. Par chance, Cœur, d'Acier, son meitou, étant une merveille de technologie, il pouvait aisément résister à une petite baignade. Dans son tailleur rouge écarlate, la militaire entendait bien qu'un affrontement était en cours à quelques centaines de mètres seulement. Considérant qu'elle était de nouveau apte à combattre, elle s'élança vers le port. Fort heureusement, il se trouvait juste à côté, les dauphins l'ayant simplement conduit sur une plage attenante. L'endroit était littéralement à feu et à sang et la jeune femme ne tarda pas à tomber sur des pirates. Dégainant son arme, elle se fraya un chemin jusqu'à leur navire. Un bon nombre d'hommes étaient restés à bord pour en assurer la sécurité, mais ce ne serait clairement pas suffisant pour elle. Montant sur le bâtiment, elle commença à faire pleuvoir la mort. Les forbans comprirent rapidement qu'ils n'étaient pas de taille et commencèrent à être de moins en moins entreprenants. Ne perdant pas une seconde, la commandante se servit de son meitou pour produire des lames d'air dont elle se servit pour trancher les mâts du navire. Paniqués, les pirates étaient contraints de la laisser faire sans pouvoir intervenir. Fort heureusement pour eux, ils eurent enfin du renfort. Rostrum, leur cuisinier misogyne, fit irruption à bord en frappant ses poings l'un contre l'autre.



« Putain mais c'est quoi ce bordel ? T'es qui espèce de blondasse ? Puis de quel droit tu détruis notre beau navire ?


- Commandante Ambrosias de la 473ème division d'Orange. Vous êtes en état d'arrestation.


- Je suis pétrifié par la peur. Allez approche que je t'apprenne le respect connasse. »



Ni une ni deux, l'homme se rua vers elle. D'un direct du droit, il chercha à mettre la militaire au tapis, mais elle esquiva d'un léger bond en arrière. Malheureusement pour elle, le pugiliste était paré à cela et il fonça de plus belle pour venir loger un puissant coup dans son estomac. La jeune femme manqua de perdre le souffle et envoya un coup de lame descendant pour le contraindre à s'écarter. Cet homme savait se battre, cela ne faisait aucun doute.



© ciitroon


Dernière édition par Ambrosias le Ven 27 Mai 2022 - 2:45, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23698-fiche-technique-ambrosia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23692-ambrosias-proteger-servir-et-traquer#250544
Comme ordonné, le Tempest louvoya en direction de la côté, restant hors de portée de l’imposant navire pirate qui aurait posé un défi bien trop sérieux pour le petit patrouilleur, Arsène ne doutait pas qu’en cas d’affrontement entre les deux navires. Ce serait le Tempest qui sortirait vainqueur, cependant c’était une prise de risque trop dangereuse et ils auront besoin de garder des navires en état de le pire cas de figure.

Le message fut bien rapidement envoyé vers le Beluga tandis qu’Ambrosias était partie devant sur le dos d’un Dauphin. Le pouvoir des fruits des démons était vraiment incroyable. Et l’espace d’un petit instant le Lieutenant se demanda s’il ne devrait pas essayer de s’en procurer un pour lui-même. Bah, il devait se concentrer.

Après quelques minutes de retard comparé à Ambrosias qui avait pris les devant, le Tempest accosta, et la majorité de l’équipage débarqua, fonçant vers la ville qui était devenue un véritable champ de bataille. C’était une véritable micro armée de marine qui courait en direction de la ville avec la tête de celle-ci Arsène.
“Ecoutez-moi! Pas de quartier! Vous neutralisez tous les pirates que vous voyez! Restez par groupe de 5 minimums! N’économisez pas vos munitions! N’économisez pas votre souffle! Orange compte sur vous! ALLONS-Y!”

Un hurlement d’ardeur et de courage répondit aux ordres donnés et après quelques instants, la troupe pénétra dans la ville, s’entrechoquant de plein fouet avec le gros des forces pirates et ayant pris le soin de se faire remarquer le plus possible pour retirer la pression d’éventuels d’autres points.

Arsène était au front, en pointe de l’assaut et il utilisa sa monstrueuse épée avec une facilité qui pour le commun des mortels était déconcertante. Sa musculature ne paraissant pas grande et pourtant 30 Kilogrammes était un poid relativement faible pour lui.
En quelques secondes, une dizaine de pirates périr sous ses coups et il s’apprêtait à continuer jusqu’à ce que...
S’agenouillant soudainement et plaçant son épée géante entre lui et son adversaire, une balle vint toucher le plat de l’imposante arme. Une demi-seconde de réaction en trop, et Arsène se serait pris une balle destinée à sa tête.
Devant lui se tenait un individu qui sortait de l’ordinaire. Les combattants de manière presque théâtrale se décalèrent sur les côtés.

Iqiniso avait un petit sourire sur son visage.
“Pas mal, pratique ton couteau géant. Et bel instinct de survie, y’a pas des masses de gens capable de sentir le coup venir. Surtout quand je presse la détente.”
Faisant des moulinets à répétitions avec ses deux pistolets, avant de les replacer dans leurs holsters. Le pirate mit ses mains en position, prêt à dégainer. Son regard invitait clairement Arsène à répondre à l’invitation à ce duel: une invitation que ne put refuser le Lieutenant qui eut un sourire apparaissant sur son visage.
Laissant son épée sur le côté, sa main vint se placer juste au-dessus de son holster à la ceinture.
Plusieurs secondes s’écoulèrent, avant que les pistolets ne furent dégainés, plusieurs coups de feu quasi simultanés résonnèrent dans la ville entière.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23936-fiche-technique-arsene
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23935-la-lame-d-alighieri-termine
2d6c0461435358d3b124a08873f5fa48.jpg

Seul la maîtrise compte



Le redoutable pirate Tiger D Alto affronte le commandant Shinrai, les deux hommes se livrent un combat sans pareil. Shinrai envoie une flopée de coups sur le corps du capitaine pirate, ce dernier esquive sans trop de difficulté. Le Tiger riposte de temps en temps, ce qui contrait le marin à bloquer ses coups. Shinrai ne recule jamais, il préfère avancer et déstabiliser l’adversaire en l’acculant. Lorsqu’il passe à l’offensif, c’est Alto qui recule.

Les deux hommes ne lâchent rien. Mais Shinrai remarque un petit détail qui n’est pas sans importance, Alto se retient. Le commandant donne tout dans cet affrontement, contrairement à son ennemi. Même lorsqu’il riposte, Alto y va doucement. Le marin dose correctement sa force lorsqu’il donne un coup à son adversaire, afin de ne pas tout dépenser d’un seul coup.

Généralement, Shinrai met 50 % de sa force dans un coup lourd. Pour les petites frappes déstabilisantes, il met moins de 30 % de sa force. Mais contre un adversaire qui est presque deux fois plus fort que lui, le commandant n’a pas d’autre choix que d’insuffler 100 % de sa force dans le moindre coup. Mais même avec tout ça, Alto parvient facilement à parer les attaques de Shinrai et même de riposter dans la seconde.

Il est d’un autre niveau, mais quel entraînement a-t-il suivi pour avoir une telle force ?!

— C’est tout ? C’est dommage, j’aurai pensé qu’un sept sur vingt ferait mieux. Bon, ce n’est peut-être pas toi qui es trop faible, mais peut-être moi qui suis trop fort. Tu sais que je n’ai jamais rencontré mon égal sur cette mer, jamais. Voilà pourquoi en me dirigeant sur la route de tout les périls je pourrai enfin me battre à fond, East Blue n’est plus un challenge à ma hauteur.

Pendant qu’Alto se plain de sa puissance, le commandant donne tout avec une véritable pluie de poings. Alto décide de tuer son adversaire parce qu’il s’acharne pour rien, ça l’ennui de transpirer sous ce beau soleil. Le forban se meut sur le côté gauche lorsque le marine envoie un violent crochet du droit, ce qui déstabilise le marin en short. Alto décoche un uppercut ultrapuissant dans le ventre du commandant, mais une chose bizarre se produit.

— Oh...?

Le corps du marin se divise en plusieurs boules, elles flottent autour du Tiger. Il s’agit du Beri Beri no mi, le fruit des baies. Il permet à celui qui a ingurgité ce fruit de pouvoir transformer son corps en une multitude d’orbes et de sphères, autant dire que Alto est surpris. Pendant que les baies flottent autour du pirate, ce dernier se met en position de défense en croisant ses bras devant lui.

Les baies rebondissent sur le sol, et subitement elle attaque le Tiger. Toutes les sphères percutent de toutes parts le corps de Shinrai, celui-ci se fait blesser par les multiples coups du commandant. Alto grimace, puis il s’énerve. Pendant que son corps se fait marteler en restant immobile, Alto réfléchi à un moyen de le battre. Il remarque une chose. Presque toutes les boules l’attaquent, sauf une qui reste légèrement en retrait, il s’agit de la tête du marin.

Shinrai commence à faire fléchir son adversaire, ce qui lui fait plaisir. Le Tiger décide d’agir au plus vite, pour lui le fait que la tête du marin soit en retrait n’est pas anodin. Alors il tente quelque chose, il décide de riposter. Les poings d’Alto s’entrechoquent contre les sphères du commandant, et ça n’a aucun effet. Le forban avance petit à petit toujours en assénant des coups, et le voilà assez proche de sa cible.

Il se jette sur la tête de Shinrai, mais ce dernier recule la sphère en retrait rapidement. Le Tiger vient de comprendre, cette boule est son point faible. Le commandant n’est pas idiot, il a compris que son ennemi a décelé son unique point faible. La marine compte bien rester à distance le temps que ses coups fassent tomber le vilain pirate, il fait rebondir sa tête le plus haut possible pour la mettre en sécurité.

— Même si tu as compris comment me vaincre, tu n’en seras jamais capable !

Alto esquisse un sourire hautain, Shinrai hausse un sourcil.

— Tu as déjà perdu !

— Comment...?!

Un coup violent percute la tête du marine, la sphère en retrait s’écrase au sol. Subitement, les boules reviennent vers son utilisateur. Elles reforment le corps du commandant, celui-ci saigne du front. Il n’a pas compris ce qui s’est passé, il n’a jamais baissé sa garde, mais il a quand même été frappé. Shinrai regarde le corps d’Alto, et il est stupéfait. Le pirate n’a plus de mains, ces dernières lévitent autour de son corps pendant que le capitaine croise les bras.

— Tu as un mangé un fruit du démon ?

— Possible, mais apparemment, je ne suis pas le seul.

Tiger D Alto a mangé le Bara Bara no mi. Celui qui mange ce fruit peut détacher et recoller entre elles les parties de son corps et de les faire voler, hormis les pieds. Il est aussi immunisé aux attaques tranchantes comme les coups de sabre, voilà pourquoi les coups contondants de Shinrai ont blessé Alto. Le commandant se met à se moquer du pitoyable pouvoir de Shinrai qui pour lui n’est qu’une pâle imitation du sien.

— Ce pouvoir est un don du ciel, jamais personne n’a réussi à me terrasser depuis que j’ai mangé ce fruit ! Il y a peu, je n’étais encore qu’un paysan labourant la terre. Puis je suis tombé sur ce fruit. Depuis cinq ans, je fais régner la terreur dans la région, et tout ça grâce à ce pouvoir qui m’a permis de me révéler ! J’ai réussi à vaincre les plus grands guerriers de cette mer sans transpirer, et ils n’ont jamais compris pourquoi ni comment ils ont perdu.


Shinrai grimace, il n’a plus aucune chance de vaincre. Subitement, les voiles du navire du Tiger s’écroulent. Le pirate lève légèrement la tête, puis il fronce les sourcils. Le commandant y voit une ouverture, et il compte bien en profiter. Il dose 100 % de sa force dans ses jambes, puis il fonce sur son ennemi. Il saute dans les airs, et son corps s’éparpille dans tous les sens. Les sphères redescendent violemment sur le forban pour l’écraser au sol.

Soudainement, le corps du Tiger se sépare à son tour. Les parties du corps du forban se dispersent plus rapidement que celle de Shinrai. Les sphères rebondissent au sol, tandis que les membres du pirate se reforment derrière le marine. Alto flotte dans les airs tout en ayant les bras croisés, et en affichant un sourire satisfait. Shinrai forme une gigantesque boule en assemblant ses sphères entre elles, son attention est focalisée sur le pirate.

Le fait d’être uniquement focalisé sur une chose en particulier est une grave erreur, c’est ce qui causera sa perte. Le commandant remarque une chose qui n’est pas banale, Alto n’a plus de pied. Ces derniers sont restés au sol, et les voilà qui accourent vers la boule humaine. Ils frappent de toutes leurs forces le visage de Shinrai qui se trouve être au centre de la boule, la sphère s’écrase dans la coque du navire. Ce dernier est transpercé, et le commandant est K.O.

Avant de lancer son attaque, Shinrai a besoin de calculer sa trajectoire. Juste après s’être lancé, il aurait tout bêtement échangé la place de sa tête avec une autre boule se trouvant à l’extrémité du point d’impact. À cause du défaut de cette technique, le commandant du Tokusentai vient de perdre son combat. Alto redescend lentement vers la terre ferme, puis il rattache ses pieds à son corps. Il regarde autour de lui, puis il constate que ces lieutenants combattent.

Tiger se pose sur sa caisse en bois, puis il croise les bras en attendant la finalité de cette bataille. Il est curieux de voir qui survivra et qui mourra, l’attaque d’Orange Town est un test pour voir qui mérite d’accompagner Tiger sur Grand Line. Du côté de Zokushin, ce dernier échange des coups de lames avec le colonel de la base. Shoga doit faire face aux trois épées de son adversaire, et sa maîtrise du sabre est presque parfaite.

Le colonel assène lui aussi des coups d’épée à son ennemi, Zokushin pare les coups. Les deux sabreurs se meuvent sur le toit, tout en s’attaquant avec précision. Shoga aime se battre contre ce type, il a un bon niveau et une bonne maîtrise du sabre. Zokushin prend plaisir à échanger des passes d’armes avec une personne aussi douée que le marine. Les deux commencent un tant soit peu à éprouver de l’admiration pour leur adversaire respectif.

Zoku décide de tester les réelles capacités du Minks avec sa maîtrise des trois lames, il veut lui montrer de quel bois se chauffe le meilleur épéiste d’East Blue. Zokushin croise ses bras devant lui, tout en tenant ses sabres de façon à représenter les cornes d’un Taureau. Le « Juste » recule de quelques pas, puis il brandit son sabre devant lui. Le colonel se protège d’une éventuelle attaque. Zoku fonce sur son adversaire, et il frappe avec ses trois sabres en même temps.

— Technique à trois sabres : Cornua tauri !

Après avoir bloqué l’attaque, Shoga reconnait ce style de combat.

— Tu utilises le Santôryû, un style de combat inventé par Roronoa Zoro !

Le sabreur esquisse un sourire hautain.

— Ah, je vois que tu connais ton histoire, mon vieux.

Shoga continue de bloquer les trois sabres qui veulent finir l’attaque.

— Tout épéiste qui se respecte connait l’histoire et les capacités de Roronoa Zoro, surtout ceux d’East Blue. Et toi, tu as copié son style de son combat. Bravo, ce n’est pas à la portée de tous. Tu dois être un sabreur exceptionnel, je t’en félicite.

Zokushin est étonné de voir que son ennemi lui porte de l’admiration et du respect.

— Heu… ouais. De toute façon, je m’en fous, tu finiras quand même tranché !

L’homme-renard se permet de faire un petit commentaire sur la technique de Zokushin.

— Je sais que nous sommes ennemis, mais je ne peux qu’admirer ta technique. Si tu le veux bien, je vais te donner un petit conseil. Tu pourrais utiliser des lames d’air avec ce coup, tu n’en serais que plus dévastateur.

Zoku est étonné, comment se fait-il que son adversaire lui donne des astuces.

— Tu vas arrêter de me traiter comme un gamin, je ne suis pas ton élève, et encore moins ton ami ! Alors, arrête, et bats-toi comme si j’étais ton adversaire, ne me sous-estime pas !

Shoga soupire.

— Voir autant de talent dans les mains d’un criminel me désespère. Je vais te faire une proposition, si tu renonces à la piraterie et que tu te rends, je veux bien témoigner en ta faveur lors de ton jugement. Tu ne serais pas le premier à qui la marine offre une réduction de peine, et tu pourrais même rejoindre nos rangs une fois ta peine purger. Qu’en dis-tu, c’est toujours mieux que de mourir bêtement ?

Zokushin grimace, puis il se met à trembler.

— La ferme, comme si tu pouvais me vaincre !

Shoga repousse son adversaire avec sa lame, l’ennemi recule de quelques pas. Le second pointe ses sabres vers son l'adversaire, symbolisant les cornes d’un taureau prêt à charger. Shoga attend le coup pour le parer, enfin c’est qu’il espère. Zokushin charge son adversaire.

— Technique à trois sabres : Tauri crimen !

Shoga brandit sa lame à l’horizontale, et il bloque les trois épées avec la surface de sa lame. Le Minks trouve que ces deux dernières techniques sont très simplistes, et il n’hésite pas à le dire.

— Tu n’as pas plus efficace ?

Le bras droit se met à sourire, Shoga sourcille. Zoku tourne sur lui-même comme une toupie, puis il créer un tourbillon qui emporte le Minks dans les airs.

— Technique à trois sabres : Caelum poena !

Shoga est projeté dans les airs, son corps est lacéré par des centaines de mini-lames d’air présentes dans le tourbillon. Le colonel utilise le Soru combiné avec le Geppou pour se sortir de là, et une fois à la l’extérieur du tourbillon, il revient sur le toit. Son corps est lacéré de toutes parts, ce qui fait sourire Zokushin. Le marine reconnait qu’il a sous-estimé son adversaire, et il s’en excuse.

— Je suis navré de ne pas t’avoir pris au sérieux, je te fais toutes mes excuses.

— Il est trop tard pour me supplier de t’épargner, tu vas mourir comme tous tes hommes !

— Tu as mal compris. Je ne te faisais en aucun cas des excuses pour que tu m’épargnes, mais pour avoir sous-estimé ton savoir-faire. Ce que m’embête le plus dans cette histoire, c’est que tu refuses d’accepter mon offre. C’est dommage, je vais devoir te faire mordre la poussière.

Zokushin se met à rire, ce qui attire l’attention des soldats et des pirates qui se battent à proximité.

— Toi, me battre ?! Zahahaha, mais bien sûr ! Tu n’as même pas été capable d’esquiver mon attaque, et je vais te dire, ce n’était même pas mon ultime technique !

Shoga se déplace autour du « Chevalier », le forban ne le lâche pas du regard. Soudainement, le marine accélère et son corps se dédouble. Le Minks se déplace à une vitesse fulgurante, à tel point qu’il laisse derrière lui une image rémanente. L’épéiste n’en revient pas, tout comme les spectateurs. Shoga est à deux endroits à la fois, ce qui perturbe le bras droit de Tiger D Alto.

— Ce n’est pas possible… ?! Il y en a deux, mais lequel est le vrai ?!

Shoga et son « double » restent immobiles, ce qui créer une véritable confusion dans l’esprit du sabreur. Ce dernier sait que s’il tente une attaque, et qu’il se trompe de cible, cela pourrait lui être mortel. Zokushin décide d’utiliser son ultime arcane, la technique qu’il a mise au point durant deux décennies. C’est une technique en trois parties. Dans un premier temps, il gonfle ses biceps et ses mollets jusqu’aux leurs paroxysmes.

Puis, il se penche. Le pirate place les épées qu’il tient en main devant lui, et il lève le menton pour être sûr que le sabre qu’il mord ne rentre pas en contact avec les deux précédents. Et enfin, il se lance dans les airs en prenant appui sur ses jambes superpuissante. Dans les airs, il se cambre légèrement en donnant deux violents coups d’épée dans le vide. Il exécute une dizaine de rotations avant d’être entouré d’un fin manteau d’air.

Il continue son avancée vers son ennemi, ce dernier s’envole légèrement du toit grâce à son Geppou et le Soru. Zokushin fonce sur Shoga, ce dernier place son épée devant lui. Après avoir effectué une trentaine de rotations, le bras droit déplace le vent qui entourent son corps grâce à ses bras surpuissants. Puis avec, il envoie deux énormes lames de vent sur le colonel.

— Style à deux sabres : Poena divina !

Shoga utilise le Tekkai ainsi que son Meitou, il prend peur face à cette technique. Les lames d’airs percutent le corps du Minks, ce dernier résiste du mieux qu’il peut. Le blindage du marine fait le boulot, puisqu’il arrive à le protéger des attaques. Mais ces dernières persistent. Une attaque de vent est déviée par le Meitou du colonel, puis elle s’abat sur un quartier où elle fait des dégâts. Après trente secondes de lutte, le métalium cède. Mais grâce au Meitou du Minks avec lequel il parvient à dévier la trajectoire de l’attaque, seule son épaule gauche finit tranchée.

Shoga a mal, il se touche l’épaule. Zokushin est à genou, son attaque l’a énormément vidé de ses forces, mais aussi étourdi. Mais le pirate tente de se relever, ce que le marine refuse. Il fonce à toute vitesse sur son adversaire pour le trancher, ce dernier réagit. Il redresse tant bien que mal, puis il croise ses trois lames devant lui pour se protéger. Il est étonné de voir que son adversaire est encore en vie, son ultime arcane n'est pas au point.

— Style du renard : Inazuma katto !

— Je ne tomberai pas !

Shoga tranche les trois épées bâtardes de son adversaire, ainsi que son armure. En passant derrière Zokushin, le « Juste » lui tranche le buste et lui donne une grande décharge d'électricité. Le marine termine sa course sur le toit d’en face, Zokushin fini tranché paralysé par l'électro. Avant de rendre son dernier souffle, le « Chevalier » voit sa vie défilée devant ses yeux. Il se revoit enfant en train de s’entraîner à l’épée, en train de lire des livres d’histoires sur les plus grands sabreurs au monde. Il n’a aucun regret, ou presque.

Il aurait voulu avoir plus de temps pour perfectionner sa technique ultime, s’il avait pu prendre le temps de s’entraîner régulièrement et sérieusement, sa technique aurait été à trois sabres et non à deux. Pour lui, ça aurait fait un changement drastique en termes de puissance, et il a raison. S’il avait perfectionné sa technique au point de pouvoir utiliser ses trois sabres, Shoga aurait perdu son épaule.

Une fois le corps de son adversaire à terre, le Minks plie le genou à cause de sa blessure. Les soldats de la marine éclatent de joie en voyant leur chef vainqueur, ce qui n’est pas le cas des pirates. Shoga regrette d’avoir dû supprimer un épéiste tel que lui, mais il représentait une trop grande menace pour le gouvernement mondial et les habitants d’Orange Town.


Codage par Libella sur Graphiorum



Techniques de Shoga:


Techniques de Zokushin:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22537-fiche-du-kitsune
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22505-le-renard-justicier
Le choc est brutal. Je ne sais pas trop pour elle, mais moi, j'en ai encore pris pour mon grade, là. Bon, ok, je suis une pauvre matelot, mais vous comprenez l'idée. Péniblement, je redresse ma carcasse, je n'y vois pas encore très clair, mais je crois la distinguer en train de galérer un peu plus loin. Apparemment, elle a pris cher aussi, cette pute! Bien fait pour sa gueule. Sabres aux poings, je me précipite sur la pirate pour l'achever avant qu'elle ait le temps de reprendre ses esprits.

Malheureusement, je suis trop lente et elle esquive mon attaque d'un bond suivi d'une roulade parfaitement effectuée. Mais je ne compte pas la laisser m'échapper. Immédiatement, je me retourne et je la poursuis, mais la bougresse à de bons réflexes, et pour la deuxième fois, les lames n'entaillent que du vent! Seulement, je constate qu'elle ne me lance rien dessus, c'est ma chance, je dois vite l'achever avant qu'elle ne retrouve la pleine possession de ses moyens. Et après trois autres esquives, je dois me résoudre à l'évidence, ce n'est pas comme ça que je vais gagner.

D'autant plus que je ne suis pas dans la meilleure des formes! Et si je continue à m'épuiser ainsi, elle va pouvoir s'échapper.

"Tu transpires, maintenant?" se moque-t-elle.

Je ne réponds pas à sa provocation. Je sais qu'elle cherche à m'épuiser et que de foncer tête baissée c'est jouer son jeu et lui donner l'avantage. Seulement, je suis un peu coincée, là. Parce que hormis le corps à corps, je ne sais rien faire d'autre. Du coup, je fais comment, moi? Mais bien sûr! C'est pourtant évident! Sans crier gare, je lance un de mes machettes en sa direction, sans surprise, elle évite ma lame. amis moi, je n'étais pas restée passive, j'avais filé à sa rencontre. Ha! Je le vois enfin! L'éclair de compréhension qui passe dans son regard juste avant que mes deux autres armes labourent ses chairs, formant sur son torse un "x" sanglant.

Je la regarde choir pendant que je rengaine mes armes. Le plus tranquillement du monde, je me roule une clope et je m'allume mon clou de cercueil. Haaaaa! Que c'est bon! J'exhale un long nuage de fumée tandis que mon œil se pose sur ma victime.

"Tu ne vas pas aider tes potes?" me demande-t-elle.

"Ce ne sont pas mes amis, je n'ai aucune raison de les aider."

"Mon capitaine va tous les buter! Et toi aussi! Si tu tiens à ta vie, épargne-moi, et rejoins nous!" implore la vaincue.

Je m'approche d'elle, lentement. Je tire une latte et je me baisse à son niveau, avant de lui cracher la fumée à la gueule. Je ne lui réponds pas, pas besoin. Je ne compte pas passer pirate. Je compte la saigner comme une truie. Ses yeux s'écarquillent de terreur quand elle voit l'expression de mon visage. Elle n'a même pas le temps de hurler.

Cinq minutes plus tard, la messe est dite, et je peux quitter les lieux. Arliga a eu la fin qu'elle méritait, et moi, j'ai pu assouvir ma pulsion. Je suis très heureuse. Mais je ne suis mal en point quand même. J'ai perdu pas mal de sang, et je me sens pas très bien. D'un pas lent, je me rapproche de la grand place d'où j'entends des bruits de combats acharnés.


  • https://www.onepiece-requiem.net/t24007-slice-of-life#258861
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23901-une-mauvaise-presentation
L'équipage au chapeau de fer Tumblr_pb2dg8dkom1suvjpso4_500

海 軍

∆ Feat. Gladius ∆


Les deux combattants se toisèrent rapidement. Au début d'un combat, les premiers coups étaient souvent essentiels pour se rendre compte de l'écart de niveau qu'il pouvait y avoir. Dans le cas précis, Ambrosias considérait qu'elle n'était pas loin de celui de son adversaire, malheureusement pour elle, c'était bien lui qui avait réussi à porter la première attaque. La vétérinaire n'aimait pas cela. Sur ses gardes, elle attendit que l'homme ne revienne à la charge. Rostrum était violent, rustre et déchaîné. Il se battait sans grande finesse, mais son style restait malgré tout très efficace. Bien que la commandante ait normalement pour elle l’avantage de combattre avec un sabre contre un homme qui n'avait que ses poings, cela n'était guère visible. Semblant se moquer de la dureté de l'acier, le pugiliste fracassait ses poings dessus. Bien vite, Ambrosias commença à sentir que son bras droit s'engourdissait. Tenir un rythme aussi effréné était difficile pour elle, mais elle ne s'avouait pas vaincue. Se servant de ses cordes, elle prit subitement de la hauteur et, passant au-dessus de son adversaire, elle lui tira dessus avec son meitou. L'arme fit feu à deux reprises mais ne toucha qu'une fois Rostrum, éraflant son menton. Son sang se mit à saigner, mais la militaire se rendit surtout compte que les réflexes du pirate étaient terrifiants. Alors qu'elle retombait, quelques mètres plus loin, le cuisinier essuya le sang qui coulait du bas de son visage du dos de sa main droite.


« Oh ça tu vas me le payer, tu peux me croire. »


Impassible face à ses menaces, Ambrosias se baissa sur ses appuis en attendant que l'homme ne revienne à la charge. Connaissant sa façon de faire, elle lança ses cordes vers ses jambes dans le but de lui faire perdre l'équilibre. Cela marcha plutôt bien, mais avant que l'homme ne s'écroule à terre, il enflamma le bas de son corps pour se libérer. Aussi vite qu'elles étaient apparues, les flammes disparurent. Grimaçant, la militaire comprit ce dont il retournait. Ce n'était pas la première fois qu'elle affrontait quelqu'un maîtrisant cet art. Son propre quartier-maître, le sergent-chef Paracchini, était lui-même un adepte du fire heart. Tout cela embêtait vraiment Ambrosias car elle savait que ses cordes ne pouvaient rien face à ce genre de personnes. Avant que l'homme ne revienne à la charge, elle pointa Cœur d'Acier et vida son chargeur sur le pirate. Seule une balle le toucha, venant se loger dans son ventre, mais ça n'arrêta pas Rostrum, bien au contraire. Soudainement pris d'une rage folle, l'homme se rua vers la commandante et lui colla un uppercut d'une rare violence. Le corps d'Ambrosias décolla à un mètre du sol avant qu'elle ne retombe durement sur le pont du navire. Le choc lui coupa le souffla et la force du coup sur son menton la sonna tellement qu'elle avait du mal à se repérer.


« C'est fini pour toi salope ! »


Ayant profité de son incapacité à réagir pour s'approcher, le pirate commença à rouer la jeune femme de coups de pieds. De temps en temps, il enflammait ses poings pour lui fracasser le visage. Ambrosias n'arrivait pas à se défendre et en était réduite à se protéger comme elle le pouvait le visage et ses organes vitaux. La douleur était telle qu'elle commençait doucement à perdre connaissance. Après une minute à se faire passer à tabac, elle sentit que son corps quittait le sol. De ses deux mains, le cuisinier souleva la jeune femme par le cou et lui fit quitter terre pour l'étrangler de ses mains. Manquant de force, Ambrosias chercha vainement à se débattre sans y parvenir. Plus les secondes passaient, moins son corps lui obéissait. Sa vue commençait lentement à se troubler et elle comprit qu'elle ne pouvait pas lutter. Elle crut soudain entendre plusieurs coups de canon. Tandis que son regard se perdait vers la mer derrière Rostrum, elle vit le Béluga au loin. C'est alors que de nombreuses explosions secouèrent le navire pirate. Le cuisinier qui tenait Ambrosias fut projeté à terre, la libérant. Toussant gravement en cherchant de l'air, la commandante savait qu'elle n'avait pas beaucoup de temps pour réagir. La puissance de feu de son bâtiment était terrifiante, elle ne devait surtout pas rester ici. Avec l'énergie du désespoir, elle agrippa le manche de son meitou et tira dans le genou de Rostrum. L'homme hurla en s'écroulant. Tendant un bras vers la ville, la jeune femme lança une corde et tira son corps loin de tout cela. Malheureusement, trop faible pour gérer quoi que ce soit de plus, elle s’envola pour s'écraser misérablement une quinzaine de mètres plus loin contre le mur de la boutique d'un poissonnier. La vue obscurcie, elle vit que le bateau pirate était en flammes et tanguait déjà dangereusement. Les coups de canon ne cessaient de retentir et il ne resta bien vite plus grand-chose du moyen de locomotion des forbans. Complètement abattue, Ambrosias perdit connaissance.



© ciitroon
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23698-fiche-technique-ambrosia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23692-ambrosias-proteger-servir-et-traquer#250544
Le tir avait été au départ prévu pour Iqiniso, ce fut un pirate qui avait tenté une attaque en traître par l’arrière qui se la prit entre les deux yeux, son pistolet pointé derrière lui, son autre main venant chercher le manche de l’immense épée.
De son côté, Iqiniso avait dû également dévier de sa cible initiale pour abattre de deux balles un marine qui l’avait mis en joue. Pour aussitôt enchaîner ses tirs sur Arsène qui déjà commencer à chercher à s’éloigner.
Poussant un grognement mécontent, le canonier pirate partit à sa poursuite, ouvrant le feu à chaque opportunité qu’il voyait d’abattre son adversaire et ne manquait que de très peu.


Pour Arsène, la situation était bien plus dangereuse qu’il ne le laissait montrer sur son visage. Iqiniso était bon, très bon, trop bon.
La vitesse pour dégainer qu’avait démontré le pirate avait été pour l'œil extérieur impossible à comparer à celle d’Arsène, mais ce dernier savait quand il était battu.

Si le Pirate chopait une opportunité, il ne s’en sortira pas.
"Fini de courir.”
La voix ne venait pas des côtés, mais d'au-dessus de lui.
“DOUBLE IMPACT!”
La paume de chaque main recouvert par un étrange coquillage, Iqiniso tenta d’envoyer un coup, la réaction d’Arsène fut de placer son immense lame en protection.

L’impact fut terrible, et le lieutenant se sentit catapulter au sol. Et a son horreur vit sa lame immense se fissurer.
“DOUBLE IMPACT!”
Deux coquillages tombant au sol, deux nouveaux avaient déjà pris place sur les paumes pour recommencer le coup.
Dos au sol, Arsène replaça malgré lui la lame en protection.

La douleur fut terrible, la lame prit l’impact et explosa, plusieurs fragments venant perforer le corp d’Arsène qui ne put que tenter d’hurler sous la douleur.
N’ayant même pas la privilège de se tortiller de douleur, le Marine se sentit soulever par le col et entendit cette fois une nouvelle attaque.
“Jet!”

Le vêtement au niveau du coude droit d’Iqiniso se déchira, révélant un autre coquillage qui vint propulser le bras à très haute vitesse, poing formé et fonçant sur Arsène.
Arsène fut catapulté sur plusieurs mètres et sentit le bois craquer derrière lui. Quelques secondes de pause lui permirent de voir brièvement qu’il se trouvait dans une sorte de petit entrepôt.
Devant lui, Iqiniso s’avançait d’un pas calme, rangeant ses pistolets et ramassant... Celui d’Arsène qui était tombé lors de sa projection au sol.
“C’est une belle arme.” Dit-il, avant de promptement la jeter sur le côté.
“Mais une arme ne fait pas tout, cependant les crédits sont dus à ceux qui les méritent. Tu es l’une des rares personnes à m’avoir activement fait travailler mes tirs et va m’obliger à recharger. On pourra dire que cette excursion n’aura pas été pour rien.”
Arrivant juste devant un Lieutenant trop faible pour bouger, sa paume vint s’ouvrir. Une lumière aveuglante frappa de plein fouet les yeux de l’officier qui tenta de les fermer par réflexe mais bien trop tard, la douleur était indescriptible et se rajoutait à celle déjà présente.

Tout ce qu’il voyait désormais n’était qu’un blanc absolu.
“Je n’aime pas quand on voit le bout d’un pistolet pointé sur soi. Considère cela comme une faveur que je te fais.”
Pendant qu’il parlait, Arsène put reconnaître le son caractéristique d’une arme en train d’être chargée. Il n’avait rien dit jusque là, mais à l’intérieur:

Il était tout bonnement terrifié, en quelques secondes tout s’était renversé et désormais il avait perdu son pistolet, sa lame, ses yeux lui étaient inutiles. Son Katana ne lui serait d’aucune utilité ici... Puis il sentit quelque chose sous son épaule et réalisa alors...
Dans un réflexe de pure survie, sa main vint se glisser sous sa cape, attrapant le pistolet dissimulé dans le second holster et...
“Que... MERD-
La déflagration fut suivie d’une autre, puis d’une autre et encore une autre... Six déflagrations au total suivis des “clics clics” d’une arme vide dont la détente étaient appuyées.
Il n’y voyait strictement rien, il ne savait pas si...

Un bruit sourd et un poid qui tomba sur ses pieds lui donna alors une information supplémentaire. Quelque chose venait de tomber sur ses pieds... Et bientôt il sentit un liquide toucher ses jambes tandis qu’il commençait à perdre connaissance.
Deux marines aperçurent alors le Lieutenant, inconscient. Iqiniso mort à ses pieds de six balles, un revolver jeté plus loin, et une lame ridiculement grande désormais en morceau.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23936-fiche-technique-arsene
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23935-la-lame-d-alighieri-termine
2d6c0461435358d3b124a08873f5fa48.jpg

Chef contre chef



Les forces de la marine arrivent à mettre en déroute les pirates, ces derniers perdent de plus en plus de combativité à la simple vue des corps de leurs lieutenants. Les forbans se mettent à reculer, pour les plus chanceux en tout cas. Ceux qui osent faire barrage à la marine sont des inconscients, ou des hommes ayant perdu toutes raisons de vivre. Les soldats à la solde du gouvernement mondial ne font preuve d’aucune retenue, ils tranchent aussi bien leurs ennemis à terre que les fuyards.

La guerre transforme les hommes en bête, et la marine ne fait pas exception. Même le colonel à la tête de cette garnison se montre plus sanguinaire que jamais, découvrir cette facette de sa personnalité l’étonné. Lui qui s’est toujours jugé juste et humble, le voilà qu’il tranche dans les rues de chaque forbans qui croisent sa route. Les criminels prennent la fuite, mais que peuvent-ils faire face à un Minks enragé.

Shoga s’avance petit à petit jusqu’au port, le capitaine Alto regarde le Minks s’approcher de lui. Le forban mange du bœuf séché préalablement conservé dans son pantalon, tout en regardant le corps de ses hommes être foulé aux pieds. Trois pirates arrivent vers leur capitaine, puis ils passent à côté de lui sans s’arrêter. Ils veulent montrer sur le navire, et prendre la mer. Alto les laissent faire, lui, il souhaite continuer à manger son repas.

L’homme bête réagit en lançant une lame d’air à l’horizontale sur ses cibles. Bien que cela n’enchante pas le colonel, c’est son devoir d’abattre toutes menaces. La lame fend l’air, puis elle passe à travers le gosier de l’homme qui veut trente millions de berries. L’attaque frappe les trois pirates dans le dos, ces derniers sont tranchés en deux. La tête d’Alto roule au sol tout en mordant un bout de bœuf séché.

— Je me demande qui était cet homme, sûrement un inconscient. La bataille est finie, cela suffit.

Alors que Shoga se rend compte que la marine a été trop loin, un poing fonce dans son dos. Le Minks est méfiant, surtout lors d’une bataille, c’est cette méfiance qui lui sauve la vie. Grâce à ses oreilles de renard, il parvient à entendre un sifflement provenant de derrière lui. Le poing fend l’air qui émet ce petit sifflotement, et Shoga bloque le poing avec le manche de sa lame. La marine ne comprend pas, il a pourtant décapité le pirate.

 Comment est-ce possible, qu’est-ce que ça veut dire ?!

Shoga regarde Tiger D Alto se remettre sur pieds. Le corps de cet homme se redresse tout seul, et les deux morceaux de sa tête lévitent dans les airs. Une fois que les parties se sont recollées, Alto termine de mâchouiller son bout de viande.


Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Shoga le Ven 3 Juin 2022 - 11:27, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22537-fiche-du-kitsune
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22505-le-renard-justicier
2d6c0461435358d3b124a08873f5fa48.jpg

Contre-attaque



Le pirate recolle sa tête sur son cou, tout s’avançant vers le gradé. Le capitaine applaudit pour beaucoup de raisons, la première étant la défense d’Orange Town, la deuxième est pour avoir réussi à venir jusqu’à lui, et la troisième est pour la puissance de lame de vent.

— Je te félicite, renard. Si tu je n’étais pas si exceptionnel que je ne le suis, ton coup m’aurait été fatal. Mais vois-tu, renard, je suis invincible.

Shoga remarque les blessures de son ennemi.

 Pour survivre à pareille attaque, tu dois avoir mangé un fruit du démon, il n’y a rien d’exceptionnel en cela. Je vois que tu portes sur ton corps les marques de ta faiblesse, ce qui veut dire qu’il existe un moyen de te tuer. Et si les lames ne marchent pas sur toi, alors le reste fera l’affaire.

L’homme-renard range son Meitou dans son fourreau, puis il adopte une garde similaire à celle d’un boxeur. Alto esquisse un sourire hautain, puis il envoie un violent uppercut dans le ventre du Minks. Le marin écarte les bras pour se prendre le coup, et le voilà frappé. Alto grimace, ce qu’il voit ne lui plait pas, mais alors pas du tout. Shoga n’a pas sourciller lors de l’impact, son regard est toujours le même, impassible.

Le gradé envoie un crochet avec sa patte droite dans la main flottante, le Tiger recule. Il est blessé à la main, et Shoga le remarque. Le colonel fonce sur son adversaire, ce dernier se protège avec la seule main qu’il lui reste. Mais les pattes du colonel percutent le visage du forban, ce dernier doit faire face à un adversaire de sa trempe. Certes blessé, mais tout de même puissant.

Alto n’a jamais affronté son pareil au corps-à-corps, ces lieutenants s’en chargeaient pour lui. Le visage d’Alto valdingue dans tous les sens sans se détacher de son corps, Shoga termine son enchaînement pour un crochet du droit, ce qui projette le pirate sur quelques mètres. Il se relève, et sa main manquante lui revient. Ses combats contre les différents marines ont épuisé cet homme, et ce n’est que maintenant qu’il le remarque.

— Merde… je croyais que les colonels n’étaient que des larbins incapables de protéger leurs hommes. Non, ce type ne peut pas être colonel. C’est impossible, en trente ans de piraterie sur East Blue, je n’ai jamais rencontrer quelqu’un comme lui !  

Shoga contracte ses muscles, et il encaisse les coups de son adversaire. Alto n’est pas un amateur, mais il sous-estime beaucoup trop souvent ses adversaires, c'est à cause de son fruit. Le forban est en train d’apprendre de ses erreurs, il est en train de frapper sur un blindage d’acier. Shoga a du mal à résister, et il y a deux raisons à cela. La première étant qu’Alto est très puissant en combat rapproché, même s’il privilégie le combat à distance. La deuxième raison c’est que le Minks est blessé à cause de son précédent affrontement avec Zokushin.

Les coups de poing d’Alto touche la plaie béante qui le colonel porte à son épaule gauche. Le capitaine se rend compte de cette faiblesse, et il compte bien s’en servir. Ses coups sont principalement dirigés sur cette zone sensible, Shoga en vient à cracher du sang après les deux sept centièmes coups de poings, ce qui réjouit le forban. Après avoir porté deux cent cinquante coups directs qui a émoussé le Tekkai du Minks, le Tiger recule.

— Te voilà servi, manteau de fourrure !

— La force moyenne de tes soldats tourne autour de dix Dorikis, la force de Zokushin tournait autour de trois milles deux cents Dorikis. La tienne avoisine les quatre mille deux cents Dorikis, ce qui fait de toi le guerrier le plus puissant sur cette île et sans doute cette mer.

Alto ne comprend rien à ses histoires de Dorikis, mais les flatteries du Minks lui font plaisir.

— Zahahahaha ! Je ne te le fais pas dire, renard !

 Néanmoins, tu vas perdre. On n’en gagne pas un combat uniquement grâce à sa force, mais avec du pouvoir, c’est le pouvoir qui permet la victoire. Tu en es dépourvue, Zokushin avait plus de talent dans son petit doigt que tu n’en auras jamais !

Alto ne s’énerve même pas, pour quoi faire ? Shoga admet que son adversaire est le plus fort, et toutes ses histoires de pouvoirs ce ne sont que les balivernes d’un faible.


Codage par Libella sur Graphiorum
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22537-fiche-du-kitsune
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22505-le-renard-justicier
2d6c0461435358d3b124a08873f5fa48.jpg

Le coup final



Le colonel relâche sa respiration, son torse se dégonfle pour retrouver son apparence normale. Le colonel retire sa cape de gradé, puis il exhibe sa blessure. Il pointe de la griffe cette dernière, tout en affichant un air confiant.

— Tu vois cette blessure, c’est l’épéiste qui me l’a fait. Toi, tu n’en seras pas capable. Un vrai guerrier ne s’amuse pas à exploiter les faiblesses de son adversaire, quel honneur y a-t-il à triompher ainsi ? Un vrai guerrier, un digne et honorable, cherche à briser les forces de son adversaire ! Lorsqu’il y parvient, parce qu’il y parviendra, il est digne de porter le nom de guerrier !

Alto crache par terre.

— Ta gueule.

Puis il balance son chapeau de fer sur le corps du Minks, celui-ci attrape ce cendrier avec sa patte gauche. Il serre celle-ci autour de cet objet en ferraille, ce dernier fini à trouer par les griffes de l’homme-renard. Ce dernier balance le chapeau de fer sur Alto, celui-ci esquisse un sourire tout en se protégeant en croisant ses avant-bras devant lui. Il pense parer aisément cette attaque.

— C’est ça mon talon d’Achille, un objet contondant ? Laisse-moi rire, je suis parfaitement au courant de mes faiblesses !

Le capitaine bloque le coup qui heurte ses avant-bras. Néanmoins, Shoga ne se laisse pas faire. Il utilise le Soru pour se rapprocher le près possible de l’arrogant, cette vitesse surprend le pirate qui n’a jamais vu cela auparavant. Il commence à percevoir le pouvoir. Le Minks utilise ses deux pattes munies de griffes qui trancher aisément la gorge d’un Ours.

— Pauvre idiot !

— Tsume !

Le corps du forban se divise en une centaine de morceaux de chair flottants, et ils ne tardent pas à monter dans les cieux pour se mettre en sécurité. Mais il y a bien une partie de son corps qui lui ne peut pas flotter, ce sont ses pieds. Le Tiger le sait, et il le remarque. Voilà pourquoi il panique, et voilà pourquoi il se jette à corps perdu sur la bête pour la frapper avant qu’elle ne frappe.

Shoga n’a nullement l’intention de frapper les pieds de son ennemi. Il envoie un crochet du droit dans l’un des morceaux quelconques de son adversaire, ce dernier crache du sang, mais ce n’est pas fini. Une étincelle apparait autour du corps du colonel, cet électro foudroie le corps « invincible » d’Alto. Ce dernier est pris par surprise, et il ne peut rien y faire. L’électricité qui parcourt le corps du forban neutralise le capitaine, il ne peut que subir une telle décharge.

Shoga lance un regard empli de colère sur son adversaire, ce dernier est dans l’incapacité de lever le petit doigt. Le Minks utilise les dernières forces cachées en lui, son électro n’a jamais autant brillé qu’aujourd’hui. Après quelques minutes de souffrance, Shoga cesse cela. Le corps fumant d’Alto s’écrase au sol, de sa bouche s’échappe une épaisse fumée noire.

Shoga titube, puis il s’écroule sur le sol. Il halète comme il n’a jamais haleté, la bataille est terminée. Les pirates aux alentours remarquent la perte de leur chef, le peu de résistants cesse de résister. Ils se rendent ou prennent la tangente, mais les couards sont abattus sur le champ par les Snipers. Les rues d’Orange Town sont souillées par le sang, et la victoire de la marine est signe de réjouissance. Les soldats brandissent leur arme, puis ils évacuent les blessés.


Codage par Libella sur Graphiorum


Technique:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22537-fiche-du-kitsune
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22505-le-renard-justicier