-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% Baskets Nike Air Huarache Runner
69.99 € 139.99 €
Voir le deal

Retour au bercaille

De retour à Clock Work Island. Au fil du temps c’était devenu chez moi. J’avais aidé à pacifier la région, à faire en sorte qu’humains et hommes poissons cohabitent au mieux. Même si le passage de nombreux pirates avait mis à mal l’équilibre et la paix qui y régnait. Elle avait continué à perdurer malgré tout.

Je m’y perdais dans mes comptes. C’était la quatrième ou cinquième fois que je revenais sur l’ile. C’était devenu mon refuge pour me soigner, le point de ralliement quand j’étais séparé de mon équipage. J’y revenais une nouvelle fois pour me ressourcer. J’en avais besoin mentalement. Car si les pouvoir de l’Abbé avait soigné mes blessures, la succession d’épreuve avait laissé un chantier dans mon âme. Comme un dernier coup à mon cœur Ragnar avait disparu. J’avais confiance en Kardelya pour prendre sa succession, mais ça ne changeait rien au faites que j’avais quand même perdu un ami en plus d’un allié.

Pour CW25, la base révolutionnaire sous-marine que j’avais créé, la situation n’avait pas changée. Du moins, si, elle avait continué à prospérer à s’étoffer, à grandir. La marine semblait l’avoir laissée tranquille. J’espérais qu’elle était toujours totalement sous les radars, mais les sous-marins qu’elle produisait, attireraient un jour ou l’autre l’attention. Si nous étions tranquilles, c’était sûrement grâce à la bienveillance et l’aide de la population locale. Le temps que j’avais passé à construire une relation saine avec eux n’avait pas été perdu du tout.

Le repos pour moi ici, ce n’était pas dormir et lézarder, ça j’avais déjà pu le faire sur le trajet depuis nouveau monde jusqu’ici. Non, c’était la routine, les visages connus, la satisfaction de voir mon projet le plus ambitieux perdurer et prospérer. Et il avait bien prospéré pour le coup. Du coup, il y avait plein de nouvelles têtes qui étaient venues agrandir la famille, peuplés la base. Donc pour les visages familiers, je pourrais repasser.

Il y avait pourtant des choses immuables. J’accompagnai Viktor, jusqu’à la grotte où était fabriqué les sous-marins. Un nouveau submersible de type transport était en cours de construction. C’était une belle bête avec un ventre bien rond et bien grand pour pouvoir accueillir un maximum de personne ou de fret. Et caché dans un recoin plonger sur un plan, nous trouvâmes ce bon vieux Jacques Kiflottekoul, l’ingénieur en charge de la construction des sous-marins. Il fut ravi de nous revoir tout comme nous, mais il fut surtout ravi de nous faire visiter son dernier projet le Manta.

Le Manta était un sous-marin de support capable de se fixer solidement à un bateau et de le tracter. Il était également conçu pour la récupération sous-marine. Lorsque la discussion entre Viktor et Jacques devint trop technique, je m’éclipsai. Il était question de problèmes sur l’intégration de l’un ou l’autre prototype. Je ne pense pas qu’ils se rendirent compte que je les quittais. Ils étaient bien trop excités par leur projet commun. Leur excitation me fit le plus grand bien. Tout n’était peut-être pas rose, mais nous continuions à avancer dans la bonne direction. Leur enthousiasme était communicatif et je commençai sans m’en rendre compte à me tourner vers le futur plutôt que de toujours regarder en arrière. J’avais assez broyé de noir et ressasser le passé. C’était ça qu’il me fallait, un nouveau projet.


Retour au bercaille 229f206b0ad68563dc50c5d95741feb2Retour au bercaille Kuroko.no.Basuke.600.1903798 Retour au bercaille Steamp10
"C'est en forgeant que l'on devient forgeron, c'est en voyageant que l'on se forge un nom"


Dernière édition par Yukikurai le Dim 04 Juin 2023, 20:43, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
Le temps de visiter le chantier naval qui avait bien grandi et de discuter avec Jacques, il était déjà l’heure de déjeuner. Bon, il faut dire que je mangerais bien n’importe quand et que la cantine permettait de manger presque toute la journée. J’avais espéré croisé les autres têtes connues là-bas, mais je ne les y croisai pas tous. Mon repas dura deux heures et nombreux furent ceux qui vinrent me saluer et discuter avec moi. Cependant, ni Viktor, ni Krishna, ni Bouly ne vinrent manger. Eux aussi était content de retrouver leurs amis et collègues. Je supposai que ceux que je ne vis pas ce midi-là c’étaient faits accaparer par les membres de mon équipage.

Je passai l’après-midi auprès de Anna Skorlikiva dans la salle d’entraînement. Elle était justement en train de former l’équipage qui piloterait le Manta. Ce fut assez comique, car Anna m’expliqua qu’ils étaient plutôt experts en plongée en scaphandre qu’adepte du tatami. En effet, à part deux ou trois les autres étaient empotés et maladroits. Ils reproduisaient de mauvaise grâce les exercices qu’elle leur faisait faire. Cela me rappela mes débuts, quand j’apprenais à combattre, non à chasser plutôt. Je ne sais pas pourquoi ça me rappela mon enfance, car j’étais naturellement plus doué qu’eux. Je ne pense pas avoir été aussi maladroit que cela un jour. Je passais mon temps à courir, grimper aux arbres. J’étais souple et agile, eux en comparaison semblait lourd et maladroit comme si la terre n’était pas leur élément. C’était sûrement le cas d’ailleurs, si j’avais bien compris Anna. Ils devaient être des chercheurs de trésor de Clock Work qui avaient décidé de servir la cause. Je ne savais pas pourquoi mais j’étais enthousiasmé de les découvrir. Peut-être parce que c’était la première fois que je voyais de gens formé grâce à la base que j’avais créée. Ou peut-être parce que j’avais envie de collaborer avec eux. Les deux sûrement.

Au repas du soir, je m’étonnai de pas encore avoir vu Thomas Lancewood. On m’apprit qu’il avait trouvé un homme poisson qui acceptait de l’aider à améliorer ses bases du karaté aquatique. J’avais toujours été intrigué par cet art martial. Je me demandais si ils voudraient bien que je m’entraîne avec eux. Ho j’étais tout excité à cette idée. Il ne me restait plus qu’à savoir où il s’entraînait. Avant la fin de mon repas ce fut chose faite. Demain direction les abords du village sous-marin des hommes poisson.

***

La base était située relativement loin de la ville en surface mais également de la partie sous-marine. Il ne fallait que les gens trouvent la base par inadvertance. Je dus donc prend un sous-marin qui me ramena en ville. De là, je déambulai pour descendre dans la partie immergée. Là, une partie des habitations étaient consacrées aux hommes poissons. Je savais qu’ils voudraient se mélanger avec les hommes, mais la cohabitation n’était pas facile. Je pensais que l’entente serait plutôt bonne et relativement stable, mais les hommes-poissons pouvaient vivre dans les parie immergée alors que les humains non. Voilà qui était la principale source de la séparation.

Je fus étonné. La ville en surface avait bien prospéré depuis mon premier passage. La surface occupée sous les flots également. Mais je finis malgré tout par atteindre le quartier des hommes poissons. J’avais dans mon gros sac à dos un prototype de scaphandre léger. Il n’avait pas l’autonomie d’un scaphandre classique, mais comme son nom l’indiquait, il était plus léger et moins encombrant. Apparemment, il n’était pas fait pour les grandes profondeurs, mais il était parfait pour le Clock Work sous-marin. En même temps, il avait été conçu pour ça. J’empruntai donc l’un des sas permettant de rejoindre la mer et grâce à mon Haki je me dirigeai vers l’aura de Thomas que j’avais réussi à retrouver.

Après plusieurs minutes de nage qu’elle ne fut pas ma surprise de retrouver Thomas dans une poche d’air naturelle avec son instructeur. Si Thomas fut surpris et ravis de me voir arriver, l’homme poisson chat eut, lui l’air plutôt contrarié.

« Yuki qu’elle bonne surprise. Je ne savais pas que tu étais de retour. Tu as l’air en forme ? »
Interrompant son exercice, il se jeta sur moi pour me donner l’accolade. Je lui rendis bien évidement avant de répondre.
« Thomas ! Je suis entier c’est le principal. Je suis content aussi de te voir. Il me semble que tu as encore grandi ? »
« Oui, je crois que j’atteins ma taille adulte maintenant. Raconte-moi tes aventures ! »
« Plus tard, Thomas. Tu ne ferais pas les présentations, d’abord ? »
« Ho bien-sûr. Yukikurai, je te présente maitre Zuresh qui a accepté de m’aider à parfaire mes techniques de karaté. »
« Enchanté. »
« Maitre, je vous présente Yukikurai, celui qui a permis d’établir la paix avec feu Krak. »

A ces mots le maître sembla un peu moins énervé.

« Ravis de faire votre connaissance également. Qu’est-ce qui vous amène ici ? N’auriez-vous pas pu attendre pour voir Thomas ? »
« Je suis désolé de perturber votre entraînement, mais je souhaitais vous rencontrez. »
« Vraiment ? je ne suis personne contrairement à vous. »
Faisant fi de la remarque acerbe, je lui répondis.
« J’ai fait tout ce chemin car j’aurais une requête. J’aimerais que vous m’appreniez également l’art ancestrale du karaté aquatique. »
« Hahaha ! Apprendre le karaté aquatique ? Vous êtes au courant qu’une grande partie de cet art est totalement inaccessible à votre espèce ? »
« Oui, enfin non, pour être franc je n’en avais aucune idée. J’apprendrai ce que vous m’apprendrez. »
« Oui maître, il y a des techniques qu’il peut apprendre, comme... »
« Thomas ! Oui, il y en a, en effet, mais seuls les humains les plus doués y arrivent. Cependant, ce ne sera pas une perte de temps total pour moi, car je dois quand même les apprendre à Thomas. Par contre, il y a de forte chance pour que ça le soit pour vous. »
« Je prends le risque. Tout façon, je n’ai rien de mieux à faire pour le moment. »

Ce fut ainsi, avec un maître des plus septique que je commençai mon entraînement.


Retour au bercaille 229f206b0ad68563dc50c5d95741feb2Retour au bercaille Kuroko.no.Basuke.600.1903798 Retour au bercaille Steamp10
"C'est en forgeant que l'on devient forgeron, c'est en voyageant que l'on se forge un nom"


Dernière édition par Yukikurai le Dim 04 Juin 2023, 20:55, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
Du coup la suite fut fort occupée. Quand j’étais à la base, je discutais avec tout le monde, c’était chouette et ressourçant. Le reste du temps, je le passai avec Thomas et le maître de Karaté aquatique. Tous les jours, il commençait par une partie théorique, sur telle ou telle technique. Le premier jour, il me fit même un exposé un peu plus long sur l’âme du Gojin Karaté. Pour ma part, ce que je retenais de toutes ses explications, c’était il faut ressentir l’eau. Ressentir l’eau dans l’air, dans le corps humain ou même l’eau dans la mer. Ça par contre c’était un peu trop philosophique comme concept pour moi.

Ensuite, c’était systématiquement, un échauffement natation. Quoi de mieux qu’être plonger dans l’eau pour la ressentir, s’y habituer et l’apprivoiser. Au début Thomas, me mettait la misère. Impossible de suivre un homme poisson sous l’eau. Puis les premiers progrès que je fis, se furent en natation. Je commençai à ressentir sous mes mains et mes pieds en peu de la sensation du geppou dans l’air. A partir de là je commençai à aller plus vite, mais aussi à progresser sur certaine technique. Bien sûr, jamais je ne rattrapai Thomas, car le saligaud était loin d’être à fond les premiers jours.

Une fois que nous étions chauds, nous passions aux différentes techniques. Au début, je faisais les mêmes exercices que Thomas. Je soupçonnai fortement Zuresh d’avoir choisi les premières techniques qu’il me montra, pour me prouver que ce n’était pas à la portée des humains. Que je n’y comprenais rien. Je tins bon et je ne dis rien et au sixième jour de persévérance, il passa enfin à une technique de base. Ha oui, parce que le premier jour, je devais me saisir de l’eau, sous l’eau et créer un courant sous-marin. Je ne pensais d’ailleurs pas ça possible.

Le premier exercice que j’ai réussi, était un exercice où l’on devait frapper une éponge suspendue à un fil pour en faire sortir toute l’eau. Ce n’était pas si facile que cela, car en fait si je frappais directement l’éponge, certes un peu d’eau sortait, mais elle se balançait surtout très fort. Après, je frappai l’air, mon poing d’air faisait sortir plus d’eau que mon coup de poing normal. Cependant, ce n’était pas comme ça que maître Zuresh ou Thomas faisaient. Eux ils semblaient ne pas toucher l’éponge et l’eau sortait sans que l’éponge ne bouge ou presque. Elles finissaient presque entièrement sèche. Apparemment, je devais frapper l’eau dans l’éponge. Je mis du temps à comprendre, mais petit à petit plus d’eau sortait et l’éponge bougeait moins.

Une autre technique que j’arrivai plus ou moins à maîtriser rapidement fut une technique ou je devais tremper mes mains dans un seau et puis la projeter. Étant quand même bourrin sur les bords j’arrivais à lancer l’eau à trois, quatre mètres dès le premier jour. Par contre je n’arrivais pas à transpercer les cibles.

Au bout d’une semaine ou deux en plus, je commençais à maîtriser suffisamment les bases de deux techniques pour en retenir leur nom. Je les aurais bien renommé à ma sauce, mais ça semblait plus respectueux de ne pas le faire. Uchimizu, le lancé de goutte d’eau. Samegawara Seiken, la vague du requin marteau, faire sortir l’eau de l’éponge sans la toucher. Ha et Soshark, la morsure du requin, c’est juste une poigne de fer capable de tout broyer. J’avais déjà presque assez de force dans mes mains pour cela là et elle n’était pas trop technique. Alors je pense que je peux dire que je maîtrise celle-là.

En parallèle j’avais préparé une grosse sortie en mer et il était enfin temps d’y aller.


Retour au bercaille 229f206b0ad68563dc50c5d95741feb2Retour au bercaille Kuroko.no.Basuke.600.1903798 Retour au bercaille Steamp10
"C'est en forgeant que l'on devient forgeron, c'est en voyageant que l'on se forge un nom"


Dernière édition par Yukikurai le Dim 04 Juin 2023, 21:01, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
J’avais interrompu mon apprentissage du karaté marin alors que je n’avais encore que les bases, mais tout le monde était prêt pour la mission, sauf moi. Le Manta était fini avec l’aide de Viktor. Ils avaient fait les premières sorties et tout s’était bien passé. Il était temps de partir pour Dead End. Oui c’était au large de Dead End que nous allions. Trois convois était parti de l’île et tous c’était fait attaquer. Il y avait donc nombre d’épaves à aller piller. Et ça tombait bien c’était la spécialité du Manta.

Alors que j'arrivais pour monter à bord du Divergence, j'aperçus Thomas. Il allait encore me supplié de le prendre avec moi. Je n'allais plus pouvoir continuer à lui dire que ce serait trop risqué bien longtemps. Mais aujourd'hui, oui.

"Non, Thomas, tu ne viendras pas avec moi."
"Hahaha! Non, ce n'est pas pour cela que je suis là. Pas cette fois-ci en tout cas. Par contre, quand j'aurai fini mon entraînement, là.
"Oui, on en reparlera à ce moment-là. Sinon?"
" Je voulais te présenter une partie du Manta, ce sont des copains à moi. Je les ai fait rentrer dans la révolution"

Il me présenta trois homme-poissons, dont l'un d'eux avait quatre bras. Il s'appelait Nush Vi et avait été choisi pour commandé le Manta. Des hommes-poissons dans nos sous-marins j'aimais beaucoup l'idée. C'était une véritable plus value tactique, voire même sécuritaire en cas de problème sous l'eau. Après une rapide discussion, je regagnai le Divergence, car l'impatience était grande chez tout le monde et nous aurions l'occasion de discuter plus amplement en mer pendant la mission.

Nous prîmes le Divergence et le Manta. Une fois que les deux sous-marins eurent quitter la grotte qui menait à l’usine. Puis, qu’ils eurent contourné les différents obstacles sous-marins tout en restant hors de vue des civils de Clock Work, ils firent surface. Le Divergence avait subi une petite modification. Dans la coque avait été installé une écoutille. Enfin une double écoutille, ils n’étaient pas fous ces ingénieurs et ne voulaient pas couler le sous-marin. Le sas extérieur se confondait avec la coque et devait s’ouvrir par l’intérieur. Ce qui amenait dans un tube d’environ un mètre cinquante de haut et quatre-vingts centimètres de diamètre, lui-même fermé par la deuxième écoutille. Du classique dans un sous-marin, sauf que la sortie était vers le bas. Mais pour que faire me demanderez-vous. Et bien car Viktor et Jaques avait eu une idée un peu folle.

En effet, alors que le Divergence avait fait surface et qu’il pouvait dès lors déployer son mat pour naviguer comme un bateau, le Manta fusionnait avec lui. Doté de griffes pour s’agripper aux coques de navire, ils se solidarisèrent. Mais pas n’importe comment. En effet, avant cela ils avaient parfaitement positionné l’écoutille télescopique et l’écoutille ventrale. Et BIM BAM, BOUM. Pchhh et zzzzzzzzziiiiiiiinnnnnnng un peu aussi. Et voilà les deux submersibles solidarisés et connectés l’un à l’autre.

Navigation à la voile, propulsion avec les hélices, couplé au fait d’avoir un pont et accès à l’air libre, soit le meilleur des deux mondes. Je vous présente la flotte fusion de la révolution. Bon pour rester honnête, il nous a fallu plus de deux heures pour finaliser la manœuvre. Dans le futur, nous espérions allez plus vite. Ce ne serait pas trop compliqué, surtout sachant que Viktor avait estimé la durée de la manœuvre à quinze minutes. Si on arrive à descendre sous les trente minutes, je serai déjà content.

Après cela rien ne fut bien excitant hormis les deux engins fusionnés eux-mêmes. Nous avancions à une allure plus que soutenue. L’ensemble se comportait bien dans la houle également. Que des motifs de satisfactions. Puis vu qu’on suivait le logpose vers l’ile suivante avec suffisamment de vivres et que la météo fut clémente, le voyage fut presque une formalité. Enfin pour moi qui avait déjà bien bourlingué sur Grand Line et même le nouveau monde. Cependant l’équipage du Manta lui s’émerveillait de tout, de la navigation sur Grand line et du Manta lui-même.

Pour ma part, je profitai du trajet pour discuter avec ce nouvel équipage qui me donnait du "oui Monsieur". C'était perturbant. Ceux du Divergence naviguant avec moi depuis tellement longtemps qu'ils n'en avaient rien à faire de mon titre d'atout. Surtout suivant l'exemple de Bouly l'indiscipliné.

Nous arrivâmes en vue de Dead End sans encombre. Après une nuit sur place et l’achat de nourriture, nous partirions réellement à la chasse aux trésors.

Suite ici


Retour au bercaille 229f206b0ad68563dc50c5d95741feb2Retour au bercaille Kuroko.no.Basuke.600.1903798 Retour au bercaille Steamp10
"C'est en forgeant que l'on devient forgeron, c'est en voyageant que l'on se forge un nom"
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee