Le deal à ne pas rater :
TV LED 32” Continental Edison CELED32SAHD24B3
139.99 €
Voir le deal

Révélation & Ascension.


Je trouverais le repos que lorsque j'aurais terminé ma traque de Ral ZAREK. Pirate d'une puissance phénoménale, vicieux au possible, peu de gens dans ma hiérarchie lui prête plus d'attention que moi. Je connais sa dangerosité et j'affirme qu'il est pas à prendre à la légère. Certains disent que je cours après une chimère, mais ils seront sur le cul quand j'aurais déjoué les plans de ma cible. Ça fait depuis Alvel que je le course sans relâche. Je le colle aux basques depuis Boréa, et enfin, Zaun. Me voilà maintenant au large de Rengoku avec cette ferme volonté de l'arrêter. Cette fois, j'espère qu'il me glissera pas entre les doigts! Pour l'instant, je le repère sans trop de mal avec son parapente. Il peut s'échapper dans les airs à chaque fois, ça m'empêche pas de le suivre. De son côté, je doute pas qui sache que je suis derrière lui. J'ai jamais cherché à me cacher. Il connaît ma ténacité. Pourtant, il a toujours plusieurs coups d'avance, à croire qu'il m'attire systématiquement là où lui il a décidé. Je m'en formalise pas et je persévère, entraînant mes gars qui veulent bien me suivre dans cette chasse à l'homme. Comme on se rapproche du rivage, je m'adresse à ma troupe.

« On été à deux doigts de le pincer sur Zaun, mais il a fallu ce foutu Dmitri et cette fille qu'il a récupéré sur Boréa pour nous retenir... Maintenant qu'on sait qu'il est en compagnie de cette mystérieuse gonzesse, on a aucune excuse de rentrer bredouille. Vu la dérouille que je lui est mis sur North Blue, il m'évite comme la peste!! C'est évident! Et c'est plutôt bon signe, car ça veut dire que je suis plus fort que lui et qu'il me craint. Quel que soit son plan, il fera tout pour nous en écarter. Sauf qu'on va lui laisser aucun répit jusqu'à ce qu'il cède. Peu importe les moyens ou les conséquences, on va mettre fin à ses ambitions. »

Mon équipage pousse alors un cri de guerre. Je fais ensuite signe de la main pour faire revenir le calme, toujours un œil sur mon némésis.

« Comme il sait qu'on est à ses trousses, on va débarquer fissa et se dépêcher de le trouver avant qu'il disparaisse dans la jungle. »

Mes hommes répondent alors à l'unisson.

— « À vos ordres, Commandant. »

Ensuite, je m'adresse à l'un de mes officiers, Stefan WAGNER, responsable du bien-être de l'équipage qui rétorque souvent le bien-fondé de mes ordres.

« J'envoie Owen et Moïra débarquer sur le rivage pour ratisser le coin de fond en comble. Toi, reste sur le navire et tiens-moi informé par Den Den Mushi de l'endroit précis où Ral compte atterrir. De mon côté, avec Karen, Victor et John, on va prendre le sous-marin et remonter ce fleuve, là. En principe, on devrait pouvoir s'enfoncer facilement dans le bayou sans se faire remarquer. Et en toute logique, Ral devrait faire attention à l'équipe d'Owen, ce qui permettrait de le prendre en étau. »
— « Et qui dit s'il ne nous laisse pas un comité d'accueil? »
« C'est pour ça que je pars en éclaireur. Arrête de te tracasser, Stefan. »
— « M'ouais. À tes ordres. Ce n'est pas comme si à chaque fois y'avait un couille quelque part... »

Il a pas tort. Mais j'ai pas le temps pour les stratégies ennuyeuses et les préparations de longues dates! Il s'agit d'un problème des plus importants. Et avant qu'un désastre se déploie à nouveau de la main de Ral, j'ai le devoir de l'arrêter avant. Je connais mieux ce pirate que n'importe qui, et pour cause, je l'ai croisé une paire de fois par le passé. Et à chaque fois, je parvenais toujours à m'en sortir. Seulement, là, c'est une course contre la montre. J'ai pas trop d'informations sur Rengoku, mais je sais que c'est la porte pour Weatheria, une île céleste. Et je suis pas étonné. La première fois que j'ai rencontré mon rival, c'est sur un vaisseau volant. Et en plus, il traficote avec des machines en rapport avec la météo. Je sais pas ce qu'il prépare, mais ça me dit rien de bon. Je pousse alors un soupire à l'idée de replonger dans l'inconnu.

« Peu importe les merdes, notre point fort, c'est de surmonter les couacs et de faire fi du danger pour mener à bien notre mission. Capiche? »
— « Ouais, capiche. »

Et sans plus attendre, je descends dans le hangar où se trouve le sous-marin avec mes sous-officiers et quelques hommes. Je donne ensuite l'ordre de nous mettre à flot.


Dernière édition par Baal Z. Aran le Jeu 27 Avr 2023 - 15:46, édité 4 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7801-je-m-en-contrefiche
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7678-ce-titre-n-est-pas-original#94602

En parlant de merde, voilà déjà un problème de taille. Le sous-marin peut pas remonter le fleuve au-delà de cette cascade. Un putain mur d'eau s'abat devant nous dans un brouhaha assourdissant. Pas le choix, 'va falloir faire le reste à pied. Une chose est sûre, c'est qu'on est en amont par rapport au reste de mes hommes, donc le submersible a bien fait son job. On laisse alors l'engin ici et on s'aventure dans l'orée de la forêt. L'endroit est particulièrement escarpé. 'Faut dire qu'on est sur une montagne, alors ça rend forcément l'expédition encore plus ardue. Plus loin, malgré la broussaille, un sentier se dessine. Alors qu'on se met en route, mon escargophone sonne. Je décroche tout en faisant signe de se baisser.

« Pullu, pullu, pullu, pullu... »
— « Commandant? »
« J'écoute. »
— « Ral ne semble pas vouloir descendre de sitôt. Je suis en train de le perdre dans les nuages. »
« Bordel. Ça veut dire que les autres le croiseront jamais. Rappelle-les toute de suite. Quand ça sera fait, appelle la hiérarchie et convaincs-les de nous envoyer du renfort. »
— « Entendu. »
« Gotcha. »

Agacé, je me tourne vers mon groupe. Je m'adresse plus particulièrement à Karen LYONS, ma seconde.

« Je connais pas la topographie de Rengoku, mais je sais juste qu'on est aux portes d'une île céleste. Je suis prêt à parier que Ral rejoint Weatheria coûte que coûte. Et si on l'intercepte pas avant, il sera en mesure de nous échapper pour de bon. Toi qui est navigatrice, que peux-tu me dire qui pourrait nous aider? »

Un vent souffle dans ses cheveux blonds. Restant stoïque un moment, elle évalue les courants ascendants et autres éléments qui peuvent se remarquer. Elle tente de se rappeler ce qu'elle sait théoriquement de cet endroit, mais elle peine. D'un mouvement de tête, elle m'indique que non. En même temps, c'est pas un lieu que la Marine fréquente continuellement, encore moins les civils. Normal si elle se souviens plus, ça lui reviendra sûrement plus tard. Je fais alors signe à ma troupe de me suivre. Bien que la pente soit abrupte, on emprunte un sentier qui semble être le seul accès jusqu'au sommet. Maintenant à découvert, on remarque plusieurs Anges qui patrouillent dans le coin. L'un d'eux vient à notre rencontre.

— « Bienvenue, étrangers. Que nous vaut votre visite? »

La diplomatie est pas mon domaine. Je réponds avec le moins d'animosité possible.

« Dites à vos collègues que des criminels redoutables tentent de rejoindre Weatheria. Je suis sur leur trace, j'ai pas le temps à perdre. »
— « Attendez. À quoi ressemblent-ils? »

L'Ange semble être aux alertes. Serait-il possible que Ral soit mal vu par ici? Pourquoi prendrait-il le risque? Je m'empresse de répondre à la question.

« Un homme aux cheveux gris. Plutôt grand. Il porte une tenue bleue avec une écharpe rouge à la taille, mais surtout, une étrange machine dans son dos utilisant de l'électricité à l'infini. Il est accompagnée d'une femme lui ressemblant et qui semble manipuler le vent. »
— « Une femme, vous dites?! »

Le type fait les gros yeux. Je comprends pas comment il peut-il ignoré la dangerosité du Voleur de Foudres et être angoissé par cette gonzesse.

« Attendez. Vous la connaissez?! »
— « Et comment! C'est la Mère-Tempête!! Vous qui êtes Marines, ça me surprend que vous ne soyez pas au courant. Sa prime s'élève à ฿ 360.000.000! »
« Hein?! Je vous rappelle que ce qu'il passe dans dans la Mer Blanche relève presque du mythe dans la Mer Bleue et inversement. Cela dit, je suis étonné que vous soyez pas au courant que Ral ZAREK est un criminel dangereux. C'est pas comme s'il a ravagé une partie de Skypéia et un navire volant. »
— « Comment ça? Je croyais que c'était Kiora qui était à l'œuvre. Puis, comment êtes-vous au courant de ce désastre? Vous n'êtes pas un Ange. »

Le fait d'évoquer ce souvenir déforme mon visage. Sur le coup, j'ignorais que c'était Ral l'auteur du sabotage, mais c'était lors de ma deuxième rencontre avec lui qu'il me l'avait révélé. Si je suis au courant de ce massacre, c'est parce que j'étais à bord lorsque ça s'était produit. Je suis le seul survivant d'un génocide gratuit. Personne sait le lien étroit qui me lie à lui, mais ma rancune s'anime pas uniquement à cause de cet évènement douloureux. Par la suite, mon rival avait pas hésité à prendre la vie d'un camarade pour lui extraire son Fruit du Démon. Depuis, je me refuse de m'octroyer un pouvoir par ces trucs-là, mais surtout, je considère mon ancien mentor comme un traitre. Cela dit, une chose fait tilte dans mon esprit. Manifestement, bien que l'un soit un homme et l'autre une femme, il semblerait que les deux se confondent... Mon ton est particulièrement grave et sans équivoque.

« Je suis né sur Skypéia. J'étais à bord de ce vaisseau. »

Karen s'efforce de rester impassible, mais elle déglutie. Quant à John, il ne se prie pas de réagir spontanément.

« Quoi? Tu m'avais caché ça. »

Je lui prête pas attention. Je poursuis ma conversation avec l'Ange.

« Quoi que Kiora puisse être, elle est dangereuse au même titre que Ral. Nous avons tout intérêt à coordonner nos forces pour ce coup-là. Avez-vous un moyen plus rapide d'atteindre le sommet? »
— « Suivre le chemin. Rien de plus. Quant à moi, je vais alerter ma hiérarchie. »
« Si vous y alliez sans nous, vous iriez vous faire dérouiller. Vous connaissez peut-être la Mère-Tempête, mais vous savez rien sur le Voleur de Foudres. Et s'ils font la paire, je serais pas étonné de les voir vous écraser. »

Le type me dévisage une seconde fois, l'air perplexe.

— « Que suggérez-vous? »
« Contactez vos supérieurs si cela vous tient à cœur, mais appelez un collègue. Ensuite, emmenez John et Victor avec vous. Avec nous quatre en plus, nous pouvons tenir tête à ce duo. »
— « Comment ça? »

Sans plus attendre, je prends Karen dans mes bras et je me propulse avec l'aide du Geppou. Forcément, l'Ange reste bouchée bée.

« Qu'est-ce que vous glandez? Grouillez-vous! »

Retrouvant ses esprits, il sollicite un des siens et embarque à son tour mon camarade. Avec son homologue, ils nous guide vers le sommet. À défaut d'avoir perdu du temps, j'ai pu au moins dénicher quelques informations précieuses concernant la mystérieuses fille qui traîne avec Ral depuis Boréa. Mon espoir est toujours intact.


Dernière édition par Baal Z. Aran le Jeu 27 Avr 2023 - 16:00, édité 5 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7801-je-m-en-contrefiche
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7678-ce-titre-n-est-pas-original#94602

Une fois au sommet de la montagne, je réalise qu'il s'agit plutôt d'une sorte de volcan. Un lac est baigné dans une mer de nuages, mais la visibilité est pas totalement masquée. Pendant que les Anges déposent John et Victor sur la crête, je fais de même avec Karen. En observant bien au-delà de l'étendue d'eau, des silhouettes se battent contre la sécurité de l'île. Des flashs apparaissent de temps en temps et le vent balaie le brouillard. Aucun doute, mes deux cibles sont à l'œuvre pour repousser leurs opposants. Que viennent-ils faire ici? S'ils cherchent à rejoindre Weatheria, alors je peux être sûr de perdre leur trace. Serrant du poing, je fais signe à ma troupe de me suivre.

« Ils sont occupés à se défendre. 'Faut qu'on profite de cette situation pour les surprendre. »

Sans plus attendre, je me jette à l'eau. Mes camarades se regardent avant de faire de même. Plutôt que de longer la crête, ça sera plus rapide d'y aller à la nage. Et on peut toujours se cacher en dessous si jamais. L'Ange nous met en garde, mais j'y prête pas attention.

— « À votre place, je n'irais pas dans l'eau!! »

Sans se préoccuper de ce qu'il dit, on trace du mieux qu'on peut. Le lac est grand, mais c'est pas insurmontable. Autour de Ral et de Kiora, c'est la débandade. Les Anges font pas le poids face à la foudre et aux bourrasques qui se déchaînent sur eux. De là où je suis, malgré les nuages, je remarque un groupe de malfrats qui accompagne le duo. À première vue, tout porte à croire qu'ils sont ensembles. En tout cas, ils cherchent pas à s'entretuer, car pendant que les uns défendent leur position, les autres semblent préparer un truc. Et c'est pas comme si les chérubins de Rengoku étaient une menace pour eux qui les obligerait à s'unir temporairement. Non, je serais pas étonné de voir mon rival s'entourer de criminels d'envergures dans un autre but. Mais lequel? Il manigance quelque chose depuis le début, mais je suis loin de comprendre quoi. J'ai beau le connaître et être en première ligne à chaque fois, je dispose toujours pas d'indice qui pourrait m'en dire plus.

Inquiète, ma subordonnée s'interroge.

— « Baal? »
« Quoi? »
— « Sans l'aide d'un Amiral ou d'un Colonel d'Élite, nous n'allons pas faire le poids. »
« Je sais, Karen... Remue pas le couteau dans la plaie, s'te plaît. Ça me fout déjà bien les nerfs d'être si proche du but et de devoir rentrer la queue entre les jambes. »

On est à quelques centaines de mètres du rivage. Pour l'instant, Ral et Kiora se concentrent sur leur cible et font pas gaffe à nous. De là où on est, on distingue mieux les silhouettes. Avec mon Scanner d'Hespéride, j'analyse alors les différents types qui accompagnent mon némésis. Je comprends qu'il s'agit de l'Équipage des Titans des Mers, réputé pour leur traque aux Fruits du Démon. Ça me surprend pas. Je suis téméraire, mais pas suicidaire. Il est clair que sans du renfort adéquat, ça va être impossible de lui mettre la main dessus sans se faire prendre. Autant, je rivalise avec lui en duel, mais avec autant de pointures avec lui pour le défendre, c'est peine perdue. Voilà pourquoi j'ai toujours dit qu'il est dangereux. S'il est capable de réunir des Supernovæ, alors qui sait ce qu'il peut faire et qu'il garde en réserve?

John remarque un homme attaché autour des pirates.

« Là. Regardez. »

Je scrute davantage pour identifier le malheureux, mais sans résultat.

« Ça m'étonnerait qu'il se donne autant de mal pour un troufion. C'est sûrement quelqu'un d'important. »

Je me remets à nager pour savoir de qui il s'agit. Et c'est là que je constate avec effroi qui est le prisonnier.

« Végapunk?! »

Au moment où je pousse mon cri, je réalise mon erreur. Ral me remarque alors et tourne la tête vers moi. Il vérifie que c'est bien moi, mais il est trop occupé à repousser l'ennemi. Puis, d'un coup, un geyser gigantesque propulse les eaux du lac dans les airs en direction de Weatheria. La puissance du jet est telle que j'ai l'impression de me disloquer. Mon rival et ses compagnons utilisent ce phénomène étrange pour atteindre l'île céleste pendant que moi je dérive. Je le perds de vue et j'ai aucun moyen de me centrer sur lui. C'est fois, c'est sûr, il m'échappe pour de bon! Impossible de maîtriser quoi que ce soit, je suis éjecté dans le ciel avec Karen, John et Victor. La colonne d'eau cesse de jaillir, puis, la gravité nous rattrape. Séparé de mon groupe, je retombe inexorablement vers le flanc de la montage, loin du cratère. Je me déplace alors vers ma subordonnée qui essaye de venir jusqu'à moi. Au bout d'un moment, elle y arrive et s'accroche comme elle peut. De son côté, les deux autres parviennent à se mettre ensemble. Dans la foulée, je balance mon grappin pour les saisir et les attirer à nous.

« Je vais tenter de nous ramener vers le lac. »

Je suis pas convaincu par ce que je dis. Il reste quelques mètres avant l'inévitable. Voulant pas revivre l'effroyable expérience, je m'efforce de naviguer jusqu'à la crête. De là, je fais tournoyer mon grappin pour expédier mes camarades à la flotte pendant que je ralentis la chute avec un Geppou. L'effet est moindre, mais c'est toujours ça de pris. On percute la cime d'un arbre, se sépare dans la dégringolade, puis, je me ventre violement dans les branches jusqu'à m'écraser sur le dos. Et sinon c'est pas drôle, la pente nous entraîne encore plus bas dans des roulés-boulés pitoyables. J'encaisse un maximum, mais je suis pas sûr que Karen puisse s'en sortir... Je sais pas combien de temps je reste cloué au sol, mais je maudis une fois de plus Ral. Avec un peu de chance, Stefan nous a vu tomber. Il dépêchera forcément une équipe de secours. Perdu pour perdu, j'ai besoin de me remettre de cette situation de toute manière. Je me dis que je l'aurais une prochaine fois.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7801-je-m-en-contrefiche
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7678-ce-titre-n-est-pas-original#94602