-44%
Le deal à ne pas rater :
Casque Gamer sans fil STEELSERIES Arctis 7P+ (PS5/PS4, PC)
86.99 € 155.01 €
Voir le deal

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Discussions, découvertes et questions sont au rendez-vous. Ft Reyson D. Anstis

Rappel du premier message :

Depuis l’acceptation de l’Omnisciente de la main rouge, elle s’était installée dans une des petites cabines. Elle n’avait pas particulièrement besoin de beaucoup de place, juste un lieu ou déposait le peu de son matériel, un lit et suffisamment de place pour y déployer son laboratoire portatif. La rousse était peu matérialiste, mais le peu qu’elle possédait lui tenait à cœur. L’espace avait rapidement été envahi par les plantes, que ce soient les spécimens qu’elle avait récupérés à la base Bulgemore, durant son voyage sur Whiskey Peak et autre. Il y avait ceux qu’elle avait récupérés ici aussi à Armada. Avec son désir de protéger les plantes, elle avait été bénie par la présence de quelques pousses rebelles qui avaient su trouver la force de vivre dans un environnement hostile. Ainsi, elle les avait récupérés pour les aider à continuer de grandir pour ensuite les replanter plus tard. Dans tous les cas, le changement d’environnement, entre le Kraken à celui-ci avait fait des miracles sur la personnalité de la scientifique. Son corps avait fini par retrouver le stade saisonnier de l’été, sa peau naturellement bronzée semblait tirer sur le vert dès qu’elle se retrouvait sous la voûte végétale du Grove. Ses yeux avaient le ton d’un vert vibrant de vie et ses lèvres avaient retrouvé la teinte plus rouge sanguine. Même l’épaisse masse rousse qui lui servait de chevelure semblait plus volumineuse et en vie qu’à son arrivé.

Ainsi, la sauvageonne avait trouvé un baume pour son mal de ‘vie’, l’absence de végétation avait été temporairement remplie par le travail de scientifique qu’elle avait dégoté ici. Son large éventail de connaissances avec les plantes lui avait permis de vendre sa cause auprès de la dirigeante temporaire de la main rouge qui avait semblé assez satisfaite de l’ajouter à ces connaissances. Ainsi, depuis quelques jours, Helia butine d’une plante à une autre dans le cadran, prenant ses marques, découvrant le moindre recoin, grimpant même les racines géantes du Groove 20 sans la moindre crainte pour en découvrir les merveilles cachées du lieu. Elle se permit aussi de prendre conscience de l’installation agriculture, animalière et poissonnière même si les deux dernières n’étaient pas dans ses spécialités, toute connaissance était bonne. Autant plus, la demoiselle pouvait peut-être avoir une idée de génie dans l’amélioration des récoltes en utilisant les plantes si elle connaissait un minimaux du sujet.

Elle se trouvait chez elle, le nez dans des notes qu’elle relisait sur la culture agricole de la main rouge quand un coup frappe à sa porte. Elle soulève le nez des écritures, tournant la tête vers l’ombre qui se dessine sous la porte. Elle est installée dans un coin de la pièce, coincée entre une bibliothèque à moitié rempli de livres à la reliure usée, de cahiers de notes, de plantes en pots et son laboratoire portatif déployer. Elle dépose le journal sur le coin de la table du laboratoire et soulève sa grande silhouette. Elle avait pris la peine d’enfiler des vêtements humains, laissant la tenue végétale au placard pour revêtir son habit de travail vert kaki et son top sport noir. Son épaisse chevelure rousse flottant dans son dos. Elle ouvre la porte en grand posant ses pupilles vertes sur la silhouette masculine qui se dessine devant la porte. Elle l’observe un instant avec curiosité, laissant traîner ses yeux sur la chevelure foncée et ensuite sur les traits qui varient entre sévérité ou de neutralité, il était difficile à dire vu qu’il n’avait pas parlé encore. Il y avait quelque chose d’intimidant chez la figure, si la demoiselle était celle qui décortiquait d’ordinaire les gens, cette fois-ci, elle avait l’impression que c’était elle qui vivait le sentiment.

‘’Bonjour… Je peux vous aider ?’’

Heliam avait une bonne mémoire et elle était sûre de n’avoir jamais vu où encore croiser le chemin de cet homme en particulier. Elle jette un coup d’œil en arrière de lui, remarquant les quelques personnes qui échangeaient des regards d’interrogations entre elles. Il était visible que la figure devant elle était important et connue, mais Helia ne la connaissait pas, ce qui l’inquiète légèrement. En même temps, elle était en sécurité ici non ? Les gens ne s’attaquaient pas entre eux en pleine rue… Non ?


“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
Et elle parle, déversant un flot de paroles libérateur. Elle comprend que la drogue à un effet négatif sur son corps et pourtant, elle se surprend à exprimer ses pensées à voix haute. Elle sait bien qu’il n’est pas intéressé par ce qu’elle pense, mais elle est tout simplement incapable de faire taire son clapet. Elle l’observe sans être capable de se taire, cet homme, malgré leur début des plus dramatiques était passer du stade de danger imminent à intérêt particulier… Il y avait tellement de possibilités scientifiques avec son histoire d’hormone que ne pensait plus exactement rationnellement. Ce qu’elle trouvait le plus fascinant, c’était qu’avec le bout de ses doigts, il pouvait avoir accès à tellement de possibilités sur la biologie humaine que se fait faisait tourner la tête de la rousse qui ne pensait qu’aux possibilités infinies qu’il pouvait expérimenter… Même si on devait s’entendre qu’ils ne voyaient pas la chose exactement pareille. Elle-même l’avait souligné, elle prenait son pied avec la science, lui avait la soumission complète lier avec une loyauté imposée…. En même temps, avec son poste de pirate et tout ce qu’il avait vécu, il y avait sûrement des événements qui avaient poussé l’homme à être autant sur la défensive.

Tout en tournant sur elle-même en même temps que lui, les yeux rivés sur le bout de papiers qu’il tient en main, elle vient de réaliser ce qu’est l’objet. Maintenant debout face un à l’autre, elle attrape le poignet qui tient la vive carte et la soulève à son visage, elle est loin de la tenir fermement, savant très bien qu’elle n’a pas la force de lui imposer quoi que ce soit, mais son besoin de toucher plus fort que jamais. Elle pose ses pupilles vertes sur le papier qui bouge comme s’il était vivant. Avec son autre main gantée, elle vient toucher curieusement le parchemin qui lui semble si délicat. Elle soulève par contre ses yeux sur les prunelles foncés de Reyson quand il s’exprime, elle relâche son bras, incertain de comprendre. Ses pupilles s’agitent un instant tandis que ses sourcils de fronces un peu. Les rouages de son cerveau tournant à vive allure. Elle plisse les lèvres, pendant que ses bras retombent de manière nonchalante le long de son corps, mais l’une de ses mains la démange, ses phalanges tapant doucement sur sa cuisse nue. Si d’ordinaire elle avait toujours enfiler son ensemble de travail quand elle venait le visiter, aujourd’hui, elle s’était contentée d’une camisole et d’un short simple, n’aillant même pas la pensée à enfiler plus. Elle n’aimait pas ce choix, c’était hors caractère de l’homme et ceci l’inquiétait davantage que tout le reste. Elle pouvait vivre avec la violence, les mots crus ou encore les silences lourds, mais un choix venant de sa part ? Ceci était…

‘’Non. Ce n’est jamais une question de choix avec toi. Alors donne-moi ma dose. Je ne vais pas me désister à la dernière minute, de plus, ça ferait que me tirer dans les pieds si je refuse. Je vis déjà assez mal avec les effets négatifs, je ne vais pas tester ma chance et aggraver notre… Entente. Whatever this is… Elle est déjà bien assez précaire. De plus, je tiens à te dire que je sais comment fonctionne tes hormones sur le cortex préfrontal, je vais essayer de trouver une manière de les synthétiser et d’en faire un effet placebo pour moi-même. Ceci est simplement une manière de m’offrir une opportunité de survie, si ton messager avec mes doses habituelles ne se présente pas, j’ai cru comprendre que sur les mers et comme tu ne seras pas celui-ci, je n’ai aucune garantie qu’il ne va pas crever par pure malchance… Tout peut arriver et je ne vais pas me laisser dépérir au point de devenir comme une loque humaine. Surtout si je dois essayer de réparer mon erreur.’’ Annonce-t-elle simplement.

De tout ce qu’elle avait dit, c’était vrai. Elle avait déjà commencé, sa lecture l’avait mené sur un passage plutôt intéressant sur le cerveau qui l’avait poussé à se poser comme question ; qu'est-ce qui rend le cerveau humain vulnérable à l'addiction ? Elle avait découvert que le système exécutif avait beaucoup de poids dans la balance des décisions et elle voulait au moins s’aider si tout ceci venait d'exploser en sa défaveur. Elle s’était déjà offerte à Reyson de manière consentante et soumit, mais elle n’allait pas se laisser crever ou dépérir s’il arrivait un truc à son messager. Elle lève à nouveau son bras, lui offrant sagement sans le quitter des yeux. Il est visible qu’elle est encore un poids confus de cette altération de caractère, mais elle ne chance pas de sa ligne directrice. Elle avait promis qu’elle finirait sa demande d’une semaine et elle allait respecter sa parole. De plus, même si elle n’aimait pas l’idée d’être addict, sa conviction la rassurait, elle était une plante, une plante qui s’adaptait, qui malgré les intempéries, malgré les dégâts qu’elle recevait, elle revenait toujours en santé, elle allait trouver une solution pour s’adapté et devenir une version meilleure parce que telle était son but, son existence. Elle vivait pour évoluer et surpasser toutes les épreuves et de plus, des années de vies d’histoires avaient démontrer que les plantes ne pourraient jamais, ils finissaient toujours par revenir… Après cette dose, elle retournerait chez elle, replongerait le nez dans sa lecture pour en apprendre plus sur le corps humain.


“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
Ces rendez vous quotidien ont peut être donné trop d’assurance à Heliamphora : son langage corporel ne trahit plus aucune peur alors qu’elle cerne très bien sa situation d’après ses propos. Elle prend l’initiative de me toucher, poussée par sa curiosité et sans la moindre hésitation. C’est la première fois qu’elle me touche sans essayer de m’empoisonner, à moins que ce ne soit plus subtile cette fois ? Non, mon mantra ne me signale aucun danger. La demoiselle n’est pas hostile mais elle prend un peu trop ses aises avec moi, et bien que je comprenne son instinct de survie, je n’apprécie vraiment pas l’idée qu’elle trouve un palliatif à ma drogue. Mais qu’est ce que je peux faire pour l’en empêcher ? Rien. Je trouve cependant sa naïveté, ou sa sincérité, stupide. Pourquoi me le dire ? Heureusement j’ai sa vivre card, alors elle peut bien faire ce qu’elle veut, jamais elle ne m’échappera. Elle soulève néanmoins un point crucial à propos du messager d’hormones.

« Comptes-tu voyager seule ? »

Peut être puis-je trouver un autre moyen pour les lui faire parvenir. En tout cas Heliamphora a choisi d’avoir sa dose. Quoiqu’elle dise, elle l’aurait eu, mais au moins elle a bien répondu, même si le long discours n’était pas nécessaire. Parlait-elle toujours autant ? Plus les jours passent, plus elle parle longuement. Sont-ce les effets de la drogue ou parce qu’elle se sent de plus en plus à l’aise en ma présence ? Et bien qu’importe. Tout ce que je veux savoir c’est si la dépendance opère vraiment, et ça je le saurais demain. Pourquoi ? Simplement parce que la dose que je lui injecte à l’instant est dix fois plus faible que d’habitude…

Alors au revoir Heliamphora. Et à très bientôt…
  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-me
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine
‘’Pour le moment non, mais à voir plus tard. Je suis du genre libre.’’ Marmonne la verte sans dire plus, son cerveau déjà bien occupé sur d’autres trucs.

Toute cette discussion avec Reyson, même à sens unique lui avait permis de méditer à voix haute sur des trucs et ça lui avait donné des idées sur d’autres trucs… Et si elle réussissait à reprendre en partie les hormones de croissance pour booster ses propres plantes ? Elle pourrait ainsi doubler leur grosse, leur force ou leur spécificité empoisonnées… Ou du moins une équivalence, si ça marchait sur le corps humain, clairement, il y avait une égalité chez les plantes.

Dans tous les cas, une fois sa dose reçue, elle n’avait pas perdu plus de temps, son besoin de s’exprimer, évaporer avec l’acquisition de sa nouvelle dose. Elle retrouvait son mutisme pensif habituel. Sans perdre plus de temps, elle s'était éloignée, retrouvant le chemin de la maison comme toujours sans savoir qu’elle reviendrait aussi vite le lendemain matin même. En attendant, son cerveau était rempli d’effet placebo, d’alternatifs et d’amélioration de plantes.

❦ ❦ ❦

Si la vieille, elle avait eu du plaisir à découvrir le ‘pouvoir’ des cortex et plus spécialement celui préfrontal, ce matin elle, c’était réveillé avec un maelstrom d’émotion négatif qui avait ravagé son esprit comme le passage d’une catastrophe naturelle. Il en avait été de plusieurs longues minutes à décortiquer son état physique et partiellement émotionnel avait que l’addiction ne fasse pas en sorte qu’elle canaliser toute son attention d'une personne. Après la brillante illumination sur le seul élément variable changeant ; Reyson. C’étaient les sens affectés par le manque addictif qu’elle s’était précipité chez lui.

Elle avait fait le chemin en temps record, avant de se précipiter dans la pièce en panique et en colère, les mots filant de sa bouche trop rapidement, accusant Reyson. La colère, était-elle qu’elle en avait oublié sa place et sa situation. Si au début elle avait eu affaire à quelques troubles neurologiques comme des troubles léger de la mémoire, de la concentration ou quelques rares convulsions ou spams, là, c’était à un tout nouveau niveau. Elle expérimentait pour la première vraie fois les effets négatifs de l’addiction sur son mental, des troubles psychiatriques telle que l’anxiété, un début de dépression, mais surtout une psychose, qui était la caractérisé par une perte de contact avec la réalité.

En ce moment même, elle se sentait complètement perdue dans ses délires, ses pensées désorganisées et une altération visible de sa perception d’elle-même et du monde autour. De plus, clairement, il y avait aussi une altération frappante du fonctionnement au quotidien, affectant légèrement sa capacité à travailler, mais surtout à prendre soin d’elle-même. En cette matinée, elle avait l’air d’une femme désorganisé visuellement, sa masse rousse en bataille, des cernes sous les yeux, mais surtout l’absence flagrante de ses couches textiles vestimentaire, ne portant que le minimum nécessaire pour qu’on ne crie pas au nudiste. Si elle au début elle faisait les cent pas devant lui, elle avait fini par se planter devant lui pour continuer à cracher son mécontentement, jusqu’à ce qu’elle semble toucher enfin la fin de la patience du pirate.

La vague de Haki contrôlé la frappe de plein fouet, elle perd immédiatement le contrôle de son corps qui perd de sa force. Elle avait vaguement ressenti ceci, mais Reyson était à une puissance autre qu’Aquila. Tandis que ses yeux vont se croiser vers l’intérieur un instant pour finalement se met à fixer un point devant elle. Son corps avait plié les genoux, la jetant au sol dans une position de soumission involontaire. Ses mains s’étaient lancées vers l’avant, attrapant mollement les vêtements tandis qu’elle s’était frappée contre la surface solide du corps masculin avant que son fessier ne frappe ses talons. Face à la surcharge émotionnelle sur ses neurones, son corps, c’était mis à produits différents phénomènes chimiques, comme ses ongles qui se mirent a suinté du poison et ainsi que sa bouche se mit à produire un surplus de salive et de poison qui s’extirpa de ses lèvres entrouvertes, glissant le long de la commissure de ses lèvres et sur son menton.

C’était une manière très efficace de la faire taire et de calme les rouages de son esprit. Un faible gargouillis s’échappe de sa gorge tandis qu’elle soulève la tête vers le haut. Ses pupilles fixant un point sans réellement le voir, perdues dans l’overdrive de son cerveau. Sa vision est floue, ne lui permettant pas de voir les traits de Reyson, mais elle pouvait très bien les imaginer, de plus ses mains s’accrochaient toujours désespérément aux vêtements du pirate dans une dernière tentation de son subconscient de survie… Mais dans le moment instant, elle devait être la créature la plus docile qui soit… Mais ce moment resterait gravé dans son esprit à jamais.


“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
Bien qu’Heliamphora n’était plus censée revenir officiellement, j’avais donné pour ordre de la laisser entrer si elle venait. Et j’espérais bien qu’elle viendrait. J’avais même prévu un petit discours, pensant démarrer par une taquinerie comme : nous n’avons pas rendez vous ou je vous ai manqué ? Pourtant mes plans tombèrent à l’eau devant le flot de paroles ininterrompu de la dame. J’ai fait au mieux pour rester patient et la laisser faire, l’observant en récoltant un maximum de données sur sa dépendance. Le verdict me satisfait : comportement altéré, oubli total du danger et de sa situation, fi de la réalité et des convenances, il semblerait même qu’elle soit encore dans sa tenue de nuit.

Là encore, elle ne m’a pas laissé l’opportunité de faire la moindre remarque. Pourtant il y en a des choses à dire sur une femme qui vient de traverser Armada en boxer. Je n’ai pas plus placer la plus petite des provocations tandis que ses propos devenaient de plus en plus irrespectueux, jusqu’à ce que ma patience ait atteint ses limites. J’en ai assez vu et entendu.

Le haki royal est véritablement un bon outil dans la vie de couple. Malheureusement il n’était pas assez puissant contre Izya, mais je connaissais sa faiblesse : le chocolat.

J’aurais pu assommer Heliamphora sans peine mais j’aurais alors dû attendre son réveil. Non, la voir ainsi docile, agenouillée à mes pieds, me convient parfaitement. Je prends un petit temps pour savourer le silence retrouvé avant de prononcer mes premiers mots :

« N’oublie plus jamais quelle est ta place. »

J’ai hésité à chasser ses mains d’un coup de pied sur le côté mais je suis déjà satisfait : mon protocole a porté ses fruits et la voilà dépendante à mes hormones. Et bien qu’elle puisse trouver des palliatifs, elle est venue jusqu’ici. Et puis, si elle trouve une faille un jour, j’ai toujours sa vivre card qu’elle m’a naïvement proposé… Alors pour la remercier de sa bonne foi, pas de coup de pied. Mieux encore : je ne la fais pas attendre plus longtemps que je lui injecte la dose habituelle directement dans son cou.

Je patiente ensuite jusqu’à ce qu’elle retrouve un semblant d’esprit en restant là, debout devant elle, la dominant de tout mon corps.

« Tu sais à présent ce qui arrivera si tu ne me satisfait pas. Ta vie m’appartient jusqu’à ce que tu auras corrigé ton manque de discernement à la marine, et même si tu parviens à soigner ton addiction, je te retrouverais où que tu sois.
Tu as beau mené tes expériences, petite scientifique, j’en ai fait de même. Tu as été mon cobaye et les résultats sont au rendez-vous. Inutile d’être un homme de science pour mener à bien des expérimentations.
Cette fois sera vraiment la dernière. Nous n’aurons plus à nous revoir : je te ferais parvenir tes prochaines doses. »

Une semaine déjà et finalement, bien que ce soit elle qui parlait sans cesse de tests et d’expériences, elle était l’objet des miens. J’ai pu apaiser ma colère initiale et sa progressive soumission m’a permis d’éviter de penser aux sujets que je voulais fuir. Une réussite totale en somme. Oh, juste une dernière chose :

« Mia va te donner un pantalon. Armada reste une cité de pirates, il ne fait pas bon de sortir vêtue de la sorte par ici. »

Comme je l’ai dit : Heliamphora m’appartient. Et je ne compte pas la partager.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-me
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine
    Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum