Le Deal du moment :
Display Star Wars Unlimited Ombres de la Galaxie : ...
Voir le deal

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Un otage en vaut bien un autre

« Je te remercie d’avoir bousculé ton programme pour me rejoindre. »

Fait des plus étranges : dans un hôtel du centre-ville de Sekan, première île du célèbre Cercle d’Or, siège de la compagnie des trains maritimes, lieu d’autorité de l’Archigouverneur du Nouveau Monde et endroit le plus proche de MarieJoa et tout ce que ça représente, se trouvent un Empereur et son commandant, à discuter comme s’ils étaient de simples touristes.

Mais c’est loin d’être le cas : voici quelques semaines que le pirate Métamorphe séjourne et étudie l’île avec ses alliés. Grâce à ses dons, il est aisé pour lui de passer incognito. Quant à l’Empereur, il a débarqué de ça deux jours dans un coin reculé de l’île où son commandant est venu le retrouver et lui permettre de gagner la civilisation sous une autre identité. Ainsi les voilà réunis, deux hommes dont on ne narre plus l’histoire, connus et reconnus, pourtant personne ne sait qu’ils sont là. Un élan de panique aurait déjà envahi l’île et l’évacuation aurait été ordonnée. Non, les deux loups sont au centre de la bergerie et aucun mouton ne les a remarqués.

« Le soleil commence à se lever, l’Archigouverneur a dû s’installer au Palais d’Or pendant la nuit. Rappel moi à quelle heure se lève le gros de la garnison ? »

Red a fait parti de la marine il fût un temps, il connait les deux camps mais surtout leurs habitudes. Ainsi, il sait aussi notre top départ, mais ce n’est pas pour ça qu’il est là.

« Je sais qu’il est inutile de te remercier, mais merci pour ton aide. Au-delà du plan, j’ai une faveur à te demander, le genre qu’on ne peut demander qu’à un ami. Si un jour je venais à devenir comme le monstre que je combats, arrête-moi. Quelqu’en soit le prix. »

Que ce qui s’est produit à ChâteauGéant ne se reproduise plus jamais. Que je n’engendre plus de génocide similaire à un Buster Call. Mais même si je regrette, une partie de moi est satisfaite d’avoir eu ainsi les vies de tout un peuple dans le creux de mes mains. Pouvoir décider de vie ou de mort aussi facilement, il y a un quelque chose de grisant, et je sais que je pourrais très bien retomber dans ce travers. Que si pour atteindre le gouvernement mondial et abolir le Buster Call, il me faut éradiquer des innocents au passage, j’en suis capable. Je l’ai déjà fait. Mes hormones sont incroyables et terrifiantes à la fois, mais j’ai encore besoin de leur pouvoir…

Deux forts protègent Sekan. Val a réussi à infiltrer le service de blanchisserie du fort surplombant la baie il y a une semaine. En ce jour particulier, les nouveaux uniformes porteront une marque discrète à l’intérieur : un symbole particulier du Color Trap, celui de la trahison. Quant au second fort près du port, tous les miroirs de la base afficheront des couleurs psychédéliques accompagnées d’un ordre : tue tes camarades. Le coup d’envoi est donc le réveil de la garnison : lorsqu’ils vont faire un brin de toilette et vêtir leur uniforme.

Attention, il reste de nombreuses divisions opérationnelles sur l’île. Seule la 305ème avec ses deux milles soldats occupent les deux forts. La 307ème est une flotte de surveillance qui viendra probablement en aide sur les deux forts qui nous servent de leurre. Nous aurons principalement affaire avec la 306ème répartie dans les différentes casernes de la ville et la 300ème qui garde le Palais d’Or.

Pour autant, le plan suit son cours. Nous quittons l’hôtel d’un pas décidé, le coup d’envoi est lancé.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-me
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine
Un otage en vaut bien un autre Tumblr_oyuh8qz2re1w4ph5zo3_540

海 軍

∆ Feat. Red & Reyson ∆


Après le succès de sa première mission en tant que contre-amiral, Ambrosias était retournée au QG G-0. Dorénavant, n'étant plus basée à Kikai no Shima, c'était ici qu'elle avait établi son port d'attache. L'endroit lui plaisait encore moins que son ancienne affectation, mais elle n'était pas vouée à s'y trouver trop souvent. Immense, la base était ni plus ni moins une ville souterraine. Elle-même originaire de Tanuki, la jeune femme était habituée aux grandes étendues verdoyantes. Elle aimait sentir le vent dans ses cheveux et voir le soleil. Se trouver ainsi sous terre la rendait vraiment mal à l'aise. Passant le plus clair de son temps dans ses quartiers, elle ne se rendit pas à Marie-Joie. L'envie de revoir son grand-père était présente, mais tout était encore trop récent et il lui fallait encore du temps pour bien digérer les choses. Dorénavant, la militaire était une Gentry. Son nom était célèbre, et elle n'avait pas mis longtemps à voir le regard des gens changer. On la prenait pour une pistonnée, une pauvre ''fille de'' arrivée là seulement par sa filiation. Même si c'était faux, cela ne lui plaisait pas. Ambrosias n'était pas particulièrement du genre à faire attention à ce que l'on disait d'elle, mais malgré tout, cet état de fait lui déplaisait. La vétérinaire s'était faite toute seule, et le commandeur suprême n'était pour rien là dedans, elle le savait et il le savait, mais ce n'était pas le cas des autres. Jaloux et mesquins, de nombreux officiers rêvant d'entrer dans l'amirauté ne pouvaient que justifier sa promotion ainsi. C'était triste, mais elle ne pouvait rien y faire.

Après un un bref voyage sur North Blue, sur on île natale, la tranquillité de la contre-amiral fut cependant rapidement troublée. Envoyée depuis l'amiral en chef, une estafette monta à bord du Béluga et lui remit un message. Intriguée, la jeune femme apprit que le plus puissant de tous les empereurs, à savoir Red, était visiblement en mouvement. Tous les détails ne lui furent pas transmis, mais il était clair qu'il se dirigeait vers Sekan dans le Nouveau Monde. Les ordres venant d'en haut étaient qu'Ambrosias quitte G-0 sur-le-champ et se rende sur place en vitesse. Au départ de la base, un train était en partance pour Sekan. Une certaine discrétion étant de mise, la militaire laissait ses hommes derrière elle. Se rendant seule sur place, elle fit le voyage en compagnie de deux jumelles étranges dont le visage était en partie voilé. Ce ne fut que plus tard qu'elle apprit qu'il s'agissait en réalité de deux pacifistas. Temporairement à son service, ils étaient là pour lui prêter main forte.

Arrivant rapidement sur place grâce au train qui fendait la mer à grande vitesse, Ambrosias découvrit pour la première fois le Nouveau Monde. En dehors de la modernité de Sekan, à première vue, cela semblait être une ville comme une autre. N'ayant pas le temps de s'émerveiller, la jeune femme se rendit au palais d'Or où un colonel lui fit part de l'état de la situation. L'officier en charge de l'île étant en déplacement sur les blues, il ne serait malheureusement pas là à temps, ce qui expliquait la présence de la contre-amiral. Selon les informations glanées par la Marine et le Cipher Pol, l'Empereur se rendrait apparemment sur l'île dans le but d'enlever l'Archigouverneur du Nouveau Monde. Sans que la manchote ne sache comment, le Gouvernement Mondial avait visiblement appris les plans de Red et s'était mis en tête de lui tendre un piège. Un faux voyage avait été mis en place et une doublure se rendait en ce moment sur Sekan pour duper les pirates. Une fois sur place, il serait mis sous la protection d'Ambrosias et des deux pacifistas. Attendant patiemment, ils se laisseraient attaquer par les pirates. Une fois la présence de l'Empereur confirmée, deux amiraux viendraient en train depuis G-0 pour s'occuper de son cas. En d'autres termes, la militaire allait servir d'appât. Ce n'était pas une position enviable, mais cela ne la dérangeait pas en soi. En revanche, le simple fait de devoir affronter un légende telle que Red lui faisait peur. Ambrosias n'était pas facilement impressionnable, mais elle avait déjà croisé la route de l'Empereur sur Marine Ford et son simple haki royal avait manqué de lui faire perdre connaissance. Cet homme était un véritable monstre et le simple fait de devoir se mettre sur son chemin était terrifiant.

Soucieuse d'accomplir son devoir sans fléchir, la contre-amiral avait mis ses doutes de côtés et pris temporairement les rennes de l'île. Les forces locales devaient se montrer prête à réagir tout en donnant l'air de n'être au courant de rien. Cela se traduisit par le fait de continuer à accomplir leur routine quotidienne. De son côté, la manchote se trouvant toujours au Palais d'Or, elle passait son temps à méditer. Assise en tailleur les yeux fermés, elle laissait ses pouvoirs se répandre sur toute l'île. Entrant en communication avec tous les animaux de Sekan, elle se servait d'eux pour tracer une toile géante composée de milliers d'espions à sa solde. Agissant ainsi, elle serait au courant de tout en temps réel. Son système de surveillance en place, elle attendait patiemment que vienne enfin le moment. Se levant tôt tous les jours, Ambrosias était fin prête quand les hostilités débutèrent. D'inquiétantes nouvelles lui vinrent des forts de l'île, avant même que l'alerte ne soit finalement donnée. Attaqués depuis l'intérieur, les forts semblaient en proie à la confusion la plus totale. Sans véritable raison apparente, certains soldats s'en prenaient aux autres. Manipulés, ils devaient néanmoins être arrêtés.


« Faîtes donner l'ordre à la 306ème et la 307ème de venir en aide aux forts. Ils doivent croire que nous tombons entièrement dans le piège, ne ménagez pas vos efforts mais essayez de faire le moins de morts possible parmi les nôtres. »

Claquant des talons après avoir salué sa supérieure, le colonel prit congé pour aller transmettre les ordres et prendre la situation en main. De son côté, Ambrosias ne quitta pas le Palais, restant à la tête de la 300ème et escortée par les deux pacifistas. Non loin, sous bonne garde de plusieurs soldats d'élite en uniforme d'apparat, la doublure de l'Archigouverneur était là, attendant patiemment que les pirates mordent à l'hameçon.




© ciitroon


Dernière édition par Ambrosias Gentry le Sam 25 Nov 2023 - 18:20, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23698-fiche-technique-ambrosia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23692-ambrosias-proteger-servir-et-traquer#250544
Quand j'étais dans la marine, être muté dans une des garnisons de Sekan était la sinécure la plus prisée du moment, un poste qu'on offrait qu'aux sous officiers de talents ou aux pistonnés rêvant d'aller se dorer la pilule dans le luxe et loin des combats. Tous les avantages de Marijoa sans les inconvénients d’être trop prés de l'amirauté pour pouvoir éviter les ordres compliqués. Véritable vitrine du Gouvernement et du Cercle d'or sur le nouveau monde, Sekan est la douloureuse piqure de rappel qui signale que s'il le voulait, le gouvernement mondial pourrait diriger un monde presque parfait, mais qu'il n'en a globalement rien à foutre. Juste une vitrine brillante et tape à l’œil bâtie pour cacher l'immeuble délabré et pourrissant qui se cache derrière.

- On relève et on fait tourner les équipes à six heures, donc on lève la troupe à cinq. Pour la garde du palais c'est un peu plus tard, la 300eme est une division d'apparat avec plein de dorures, un peu comme la 102eme a Marijoa, alors ils font un changement de garde qui tient plus du défilé qu'autre chose, et à dix heures, pour avoir du public et bien montrer leur discipline et leurs jolis uniformes. Mais bon, on s'en fout, ces types la ne valent pas les décos de leur tenue...

De toute façon les locaux ne sont pas le probléme. Comme pour toute les opérations de ce genre, le probléme c'est le renseignement. Si nous avons géré correctement nos mouvements jusqu'ici et que les analystes du CP n'ont pas tracés notre objectif, alors rien de ce qui se trouve ici n'est en mesure de se dresser entre nous et le soit disant gouverneur du Nouveau monde. C'est l'avantage d’être ceux qui attaquent, on choisit ou frapper, et on choisit un endroit dont la défense ne suffit pas. Si par contre on s'est fait remarquer, alors ce sera l'inverse.

- T’arrêter si tu deviens aussi dangereux et pourri que le GM ? tu sais que tu es train de devenir un vrai révolutionnaire, éthique et sauvage hein ? C'est promis, je te ferais signe si tu dérapes, mais t'inquiétes, t'as encore de la marge, et je sais de quoi je parle. Et pour l'instant, on est dans de la cible parfaitement légitime, alors pas de problémes.

Comme ils disent dans la marine, si t'aimais pas la plaisanterie, fallait pas t'engager...

- Bon, le palais nous attend ? Après toi Reyson, je te suis.

Après, tout, ce sont ses revendications qui nous amènent la, alors a lui d'attirer la lumière. Moi de toute façon, je suis Ténèbres...


  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
J’ouvre donc la marche et quitte le premier l’hôtel pour arriver dans une rue calme : le tumulte des forts n’a pas encore atteint le centre-ville et les premières lueurs de l’aube couvent la majeure partie de la population dans leur sommeil. Une patrouille de soldats trotte au pas de course devant nous et filent en direction du fort qui surplombe la baie. Ils ne nous reconnaissent pas, ni Red ni moi dont j’ai modifié l’apparence. Nous ne sommes que deux quidams qui assistons aux prémices du désordre à venir. Il nous suffit d’arpenter la rue à notre droite pour arriver au Palais d’Or, mais je fais signe à Red d’attendre. Le signal n’a pas encore été lancé : Alice doit d’abord mettre certaines choses en place.

Une à une, les portes des différents hôtels de l’avenue s’ouvrent et un visage familier apparaît. Enfin plusieurs. Plusieurs fois mon visage mais avec une posture et un déplacement étrange : quatre-vingt dix Reyson surgissent dans la rue, pour la plupart à quatre pattes, et courent chacun dans des directions aléatoires.

« Maintenant on peut y aller. »

C’était le signal : des rats sur lesquels Alice a apposé mon reflet qui gambadent librement dans le centre-ville de Sekan. Oh j’aurais pu choisir Red, mais comme il le dit lui-même : à moi l’honneur. Nous pouvons donc marcher vers le Palais d’Or. A mi-chemin, remarquant que nous commençons à bailler régulièrement, je nous injecte à Red et à moi une dose d’adrénaline pour nous maintenir éveiller. Aurais-je omis de le préciser ? Les rats qui portent mon apparence diffusent des hormones du sommeil dans l’air. Je ne voulais pas risquer de blesser inutilement des civils, mais ça devrait suffire pour nous faire gagner du temps, en plus des deux forts où le chaos doit battre son plein. On atteint le Palais d’Or sans le moindre encombre : le plan se déroule parfaitement.

« Je te laisse l’entrée comme convenue. J’ai une lettre à déposer et notre invité à récupérer. »

Nos deux auras royales ont raison des gardes à l’entrée de la propriété et c’est avec nos apparences originelles que nous passons le grand portail. Le chronomètre est lancé : Red sert de frontière pendant que je m’occupe de la 300ème et kidnappe l’Archi-Gouverneur. Des cheveux noirs sortent du petit miroir que je porte en pendentif et forment deux grands miroirs sur mes côtés de la taille d’une porte et au travers desquelles dix nouveaux sosies apparaissent, mais ceux là sont différents des autres. Ceux là il vaut mieux ne pas les approcher : je les fais diffuser des hormones mortelles. Ostéoporoses, hypoglycémie, crises cardiaques, … Un cocktail dantesque qui m’oblige à m’injecter périodiquement des hormones antagonistes pour ne pas subir leurs effets. Par contre, ces chers rats ne sont pas protégés entre eux et ils courent vers le Palais pour leur ultime course. Red, je compte sur toi pour qu’aucun d’entre eux ne se retrouve en ville.

Quant à moi ? J’ai la carte des lieux et mon mantra m’indique qu’il y a de la vie dans le bureau de l’Archigouverneur. J’ai donc ma destination et surtout la fenêtre par laquelle faire mon entrée fracassante !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-me
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine
Un otage en vaut bien un autre Tumblr_oyuh8qz2re1w4ph5zo3_540

海 軍

∆ Feat. Red & Reyson ∆


Les nouvelles ne tardèrent pas à arriver, et elles n'étaient pas bonnes. Après les forts, c'était maintenant au tour de la ville d'être attaquée. Si la manchote en croyait les premiers rapports, une bonne centaine d'individus venaient subitement de sortir de nulle part. Déjà en ville, ils lançaient une attaque de masse. Fort heureusement, les effectifs pléthoriques de l'île pourraient normalement en venir à bout. Mais ce n'était pas là le vrai problème. Le visage rouge et en sueur, une estafette fit irruption dans le bureau.

« Contre-amiral, c'est le Métamorphe ! »

Plissant les yeux, Ambrosias sentit son rythme cardiaque accélérer. Les renseignements n'avaient jamais fait mention de la présence du capitaine Reyson. L'Empereur à lui seul était déjà un obstacle majeur, mais s'il avait en plus de cela le soutien de ce misérable individu, les choses devenaient catastrophiques.

« Où est-il ?

- Partout en ville.

- Précisément !

- Partout je vous dis, tous les attaquants ont l'apparence du Métamorphe. »


Se tournant sur elle-même, la militaire fit quelques pas en direction de la fenêtre du bureau. Dans la ville, en contrebas du palais, elle voyait de la fumée s’élever un peu partout, mais cela ne ressemblait pas à une attaque massive et destructrice. Selon les nouveaux rapports, très peu de morts étaient à dénombrer, mais ce qui le choqua le plus fut d'apprendre que ces copies de Reyson n'étaient pas réellement humaines. Sur le terrain, plusieurs d'entre eux avaient été abattus, et une fois l'illusion dissipée, il était apparut clairement qu'il s'agissait de rats. Fermant les paupières, la jeune femme avait de nouveau eu recours à ses pouvoirs pour en apprendre plus à ce sujet. Bien vite, elle avait été en mesure de tenter un premier contact avec ces nombreux rongeurs, mais tous refusaient de l'écouter. Fanatiques, ils vantaient les louanges de Reyson et lui expliquaient que seul cet humain leur donnait ce qu'il voulait, mais elle ne put savoir ce dont il s'agissait.

« Ne prenez pas de risques, tuez les doubles jusqu'au dernier. »

Cela lui déchirait le cœur, mais elle n'avait pas d'autre choix que d'ordonner la mise à mort de ces créatures. Infectés par le pirate Métamorphe, ces rongeurs étaient devenus de véritables bombes chimiques à retardement. Serrant son unique poing avec fermeté, Ambrosias se remémora sa rencontre avec le terrible capitaine Anstsis. Il avait failli la tuer, mais non content de cela, il l'avait humilié en lui faisant pousser une moustache et se servant d'elle comme d'un vulgaire pigeon pour transmettre une lettre au Gouvernement. Le simple fait de penser à cet homme mettait la jeune femme en rage, mais elle savait ne pas pouvoir céder à ses émotions. Tenant son rang et gardant au mieux son sang-froid, elle fit donner l'alerte à l'État-Major. Red n'était peut-être pas encore là, mais la seule présence de Reyson représentait une menace trop grande pour Sekan. Plus vite les renforts arriveraient, mieux ce serait.

« Ils sont au palais ! »

Tirant son sabre, plus pour motiver les hommes qu'autre chose, elle se retourna vers le lieutenant qui venait d'entrer dans la pièce.

« Envoyez un détachement dans le hall principal et barricadez les couloirs, nous devons retarder leur arrivée le plus longtemps possible. »

Tandis que les différents soldats s'activaient, les mines basses et le moral déjà ébranlé alors que la bataille commençait à peine, Ambrosias constata que les deux pacifistas à ses côtés ne montraient toujours pas le moindre signe de vie. Immobiles, telles des statues de marbre, elles attendaient que vienne le moment. Au fond, elle enviait leur sérénité, mais à bien y réfléchir, la raison qui l'expliquait rendait la chose moins enviable. Soudain, la vitre par laquelle la contre-amiral regardait quelques minutes plus tôt éclata en mille morceau. Arrivant sans crier gare, le célébrissime capitaine Anstsis fit irruption dans le bureau. Instantanément, les gardes encerclèrent le faux Archigouverneur, tant pour faire mine de le protéger que dissimuler son visage. Sans dire un mot, et avant même que la manchote n'ait le temps de réagir, les pacifistas se jetèrent sur leur cible. Se servant du soru, elles se ruèrent sur Reyson sur ses deux flancs avant de lui envoyer un shigan renforcé au haki.




© ciitroon
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23698-fiche-technique-ambrosia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23692-ambrosias-proteger-servir-et-traquer#250544
J'aime beaucoup Reyson. Vraiment hein. On a eu nos différents, on a failli s'entretuer une fois ou deux, mais dans un univers ou mes vrais amis se comptent sur les doigts d'une seule main, et se différencient très mal de mes pires ennemis, Reyson est un type a qui je fais entièrement confiance.

Mais il faut quand même avouer qu'on se sent mieux respirer quand il est pas la...

Un otage en vaut bien un autre Hofbur11

Reyson part traverser une vitre et porter la guerre directement dans le camp ennemi, et de mon coté je me prépare à réceptionner la contre attaque. Je contemple quelques instants la façade dorée du palais d'or que Reyson va bientôt ravager de l'intérieur, les dorures, les statues, les grandes baies vitrées panoramique. C'est un baroque complétement surchargé qui plairait beaucoup a mes amis usuriers.

A l'intérieur retentissent les premiers bruits de combats, puis d'alarmes et de déploiement militaires. Et laissant cette partie la a Reyson, je me tourne vers la place et la Grand'Rue, déployant lentement mon pouvoir en prévision de ce qui va bientôt me tomber sur la gueule. Autour de moi le sol se nimbe lentement d'une brume noire qui se répand sur la place, et peu a peu les magnifiques pavés blanc et les dorures disparaissent dans un épais marais de ténèbres qui interdit a quiconque y patauge de voir ce qu'il se passe en dessous de ses genoux.

D'un coup de point négligent je brise les deux piliers qui marquent l'entrée du palais, effondrant les bases, brisant le portail et les statues qui le surmontent avant de les faire effondrer de guingois l'un sur l'(autre en travers de la route.

Puis, m'installant sur les traverses en ruines, je sors un vénérable cigare sea wolf, et savourant chaque bouffée, j'attends l'averse de marines qui ne devrait pas tarder.


  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
La différence entre une véritable base de la marine militaire et un palais dont l’objectif principal est clairement l’apparat c’est qu’ici le bureau de la personne la plus importante a la meilleure vue sur la ville. Ce qui signifie qu’on peut y accéder facilement. Mais est-ce suffisant pour autant ?

La réaction est rapide : deux personnes m’assaillent de chaque côté et je reconnais une technique que j’ai déjà subi et que Red maîtrise. Vêtu de l’armement, j’attrape chacun des deux doigts mortels en souriant : c’est une erreur de m’attaquer au corps à corps. Je plante mes doigts dans leurs mains en souriant, mes hormones auront raison de ces deux-là. Mon sourire s’efface immédiatement lorsque je remarque que la sensation n’est pas comme d’habitude et que mes assaillants m’envoient simultanément un coup de pieds frontal alors que je tenais encore leurs mains. Je suis propulsé à l’opposé de l’Archi-gouverneur et traverse le mur du bureau avant de finir ma course dans le couloir sous un tas de débris. C’est ça la division d’apparat dont m’a parlé Red ? Et cette sensation étrange… Je la reconnais. Des pacifistas ? Ca fait bien longtemps que je n’ai pas affronté d’adversaires immunisés à mes hormones. Mais d’après mon mantra, il y a aussi des êtres vivants parmi eux. Tandis que la poussière se lève, une aura royale se dégage de moi pour faire tomber un maximum d’entre eux et rétablir l’équilibre des forces. J’en entends tomber alors que j’apparais en me relevant et en m’étirant les bras.

« J’ignorais qu’ils pouvaient avoir d’autres visages… »

D’un crachat je retire le sang qui s’est accumulé dans ma bouche. Ces pacifistas ne rigolent pas et il y a parmi ces visages un qui m’est familier : celui d’Ambrosias. Une marine qui m’avait bien blessé lors de la bataille de Marineford en profitant d’un moment d’inattention de ma part et qui, part son témoignage, a mis la tête de mon bras droit à prix tandis que j’avais réussi à garder son existence secrète jusque-là.

« Nos routes ont la malchance de se recroiser… Contre Amirale. Confiez-moi l’Archi-gouverneur et je vous épargnerais. »

Je n’attends pas sa réponse que je dope les muscles de mes jambes pour bondir de toutes mes forces en direction de l’Archi-gouverneur dans le but de l’attraper et traverser avec le mur derrière lui tout en le protégeant de mes bras. Oh bien sûr ils vont essayer de m’intercepter, c’est d’ailleurs sûrement pour ça que les pacifistas m’ont éloigné de ma cible. Mais y arriveront-ils seulement ? Les cheveux d’Alice sortent par le pendentif autour de mon cou et créent plusieurs miroirs autour de moi qu’elle tient avec ses cheveux et qui ont la propriété de renvoyer les attaques. Je fonce, elle me défend. Mais ce n’est pas du deux contre deux, les robots ne sont pas les seuls à rester après ma vague de royale.  
  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-me
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine
Un otage en vaut bien un autre Tumblr_oyuh8qz2re1w4ph5zo3_540

海 軍

∆ Feat. Red & Reyson ∆


Les hormones du Métamorphe étaient sa plus grande force. Ce poison insidieux qu'il répandait dans les airs était à la fois un danger mortel et sa marque de fabrique. Le simple fait de l'approcher était dangereux. Fort heureusement, les cyborgs se moquaient bien de cela. Leur réponse ne se fit pas attendre. Stoïque, Ambrosias ne bougea pas quand le corps du pirate fut envoyé plusieurs mètres en arrière. Par réflexe, elle se servit du fluide royal pour tenter de contrer celui du puissant Reyson. L'homme était bien plus fort qu'elle, il n'y avait aucun doute à ce sujet. Le souffle de son haki la fit flancher et elle sentit ses entrailles se nouer. Le choc était réel, mais il n'était rien en comparaison de la fois où l'Empereur Red lui avait fait subir la même chose. Cette fois, elle était encore debout et toujours parée au combat. Transpirant déjà légèrement, la jeune femme releva la tête en voyant le Métamorphe approcher. Dégainant son fusil à pistolet, elle tira une première balle dans sa direction. Quelle ne fut pas sa surprise de voir la balle ricocher et revenir vers elle. Au denier moment, la militaire effectua un pas de côté, permettant seulement au projectile de lui effleurer la joue. Effectuant un soru à son tour, Ambrosias recula pour venir se poster devant la doublure et faire mine de la protéger.


« Restez derrière moi votre éminence ! »


Il fallait que le tout soit convainquant pour que la supercherie dure le plus longtemps possible. Les attaquants ne le savaient pas encore, mais ils venaient de se jeter la tête la première dans un piège dont ils ne ressortiraient pas. Deux amiraux étaient déjà en chemin, certainement accompagnés par une ribambelles de puissants officiers et de pacifistas, en somme, bien assez pour terrasser même la légende que pouvait être Red. Après tout, c'était de lui que les renseignements se méfiaient, pas de Reyson. Malgré tout, sa présence ici était un problème. Joignant la contre-amiral, plusieurs membres de la garde dorée se mirent en arc de cercle autour du faux Archigouverneur. De leur côté, les deux poupées métalliques décidèrent de passer à l'attaque. Rapides et agiles, elles foncèrent une fois encore vers le forban. La première attaqua de front, la deuxième le contourna pour arriver dans son dos. Face à lui, Reyson put voir la paume de la pacifista s'ouvrir avant qu'elle n'envoie un puissant nuage glacé vers le sol pour le rendre presque impraticable. Dans le même temps, les deux copies firent sortir ce qui ressemblait à des crampons métalliques pour pouvoir continuer de se déplacer à leur aise. Dans le dos du pirate, la deuxième damoiselle fit sortir deux longues lames tranchantes le long de ses avants-bras avant de les enduire de haki. Cela pouvait sembler anodin, et c'était justement le but. En réalité, le métal qui composait ces armes était un alliage d'acier et de granit marin. En d'autres termes, le point faible du maudit. En usant habilement de son agilité et de la vitesse offerte par le soru, le but de la pacifista était d'attaquer les rares failles laissées entres les miroirs pour couper les liens d'Alice et pouvoir atteindre ensuite Reyson. Dans le même temps, celle qui se trouvait devant lui viendrait faire de même.




© ciitroon
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23698-fiche-technique-ambrosia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23692-ambrosias-proteger-servir-et-traquer#250544
Je me suis demandé plusieurs fois comment combattre des pouvoirs comme celui de Reyson ou de Jeska. Bon, moi j'ai la technique qui permet de ramener tout le monde a un niveau ou je suis a peu prés sur d'être le meilleur. Mais les autres ? Une combinaison étanche ? Des Cyborgs ? Ou juste la fuite et un combat de très loin à l'artillerie ?

En tout cas ça commence à avoiner sévère dans le palais derrière moi, alors je suppose que quelqu'un a du trouver une méthode fonctionnelle. pour au moins réussir é éviter les pouvoirs de Reyson le temps de croiser le fer. Après tout, ce ne sont pas les cerveaux qui manquent à la brigade scientifique.

En attendant de mon coté tout est calme. Je sens bien qu'au limite de mes ténèbres quelques courageux ont tentés de venir patauger dans la mélasse, mais une fois que les plus courageux s'y sont fait happés façon sable mouvant, les autres ont décidés que finalement il valait mieux attendre d'avoir plus d'infos, ou des ordres plus direct.

Heureusement que j'ai toujours de quoi fumer.


  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
Si Red était entré également, l’affaire aurait déjà été réglée. Mais à la place il se prélasse à l’extérieur. Pourquoi ? La réponse est l’égo de l’homme. De celui à l’intérieur qui a marché dans les pas des autres toute sa vie. Alors il veut se prouver être capable.

Cette fois je marche pour moi !

Enfin je marche… Ces pacifistas ont eu la mauvaise idée de changer le sol en patinoire. Ils ont de la chance que je ne puisse voir le futur et elles profitent de ma seconde de rééquilibrage pour m’assaillir avec précision. Alice est parvenue à stopper plusieurs lames, mais j’entends derrière moi le son caractéristique du verre qui se brise au sol, très vite suivi par une pointe douloureuse près de mon omoplate gauche et je sens immédiatement mes forces s’en aller. Du granit marin ? Je ne parviens plus à me rattraper et chute à leur merci. Piégé par un petit bout de métal particulier, le grand métamorphe qui ploie le genou pour si peu. J’aurais dû retenir la leçon sur ChâteauGéant et les chaînes en granit marin… Suis-je devenu trop confiant en mes capacités ? Red, j’ai besoin de toi… Je suis vaincu.

Par miracle la lame ressort de mon dos et mes forces me reviennent. Comment ? D’un coup d’œil je vois que les cheveux d’Alice sont sortis des bris de miroir brisé au sol pour repousser une jambe de la pacifista à proximité. Je prends immédiatement un puissant appui au sol, brisant la couche de glace, pour prendre la tangente de cette prise de tenaille. Dos au mur qui fait face à la fenêtre que j’avais traversé, je reprends brièvement mon souffle en analysant mes possibilités. Alice réagit plus vite : ses miroirs se tournent vers le bureau sur ma gauche où siège encore mon futur otage et son escorte, à l’abri derrière une pacifista. Des couleurs psychédéliques apparaissent sur leurs surfaces accompagnées d’une phrase : « Arrêtez les pacifistas. »

De l’hypnose ! Et une excellente idée : l’archi gouverneur ou un officier a peut être autorité sur ces machines ! Ou à défaut ils leur feront obstacle de quelconque manière que ce soit.

« Merci Alice… » murmurais-je.

J’avais tort sur toute la ligne : je n’ai pas à avancer seul vers mon objectif. Alice, Red, et Val qui aide sur l’un des forts, … Je n’ai pas besoin de tout porter, seulement ne pas perdre mon objectif des yeux. Et actuellement ce dernier est assis derrière un bureau…
  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-me
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine
Un otage en vaut bien un autre Tumblr_oyuh8qz2re1w4ph5zo3_540

海 軍

∆ Feat. Red & Reyson ∆


D'abord un succès relatif, puis un échec très net. Le Métamorphe n'usurpait pas sa réputation. Pour ne rien arranger, il était manifestement aidé par cette drôle de jeune femme qui se cachait dans sa dimension étrange. Le monde miroir, l'avait apprit plus tard Ambrosias. C'était là qu'elle s'était retrouvé à Marine Ford, là qu'elle avait eu l'occasion de blesser Reyson avant qu'il ne la laisse lui-même aux portes de la mort. Cette pirate qui travaillait avec le capitaine Anstsis avait acquis les pouvoirs d'un fruit particulièrement utile, c'était ce qu'on avait expliqué à la militaire après les événements. Visiblement, c'était une information cruciale pour la Marine et elle avait été félicité de cette découverte. Elle voulait bien croire à l'importance d'une telle chose, mais se retrouvant de nouveau nez à nez avec ce monstre, elle ne voyait pas en quoi cela pouvait lui être utile. Face à la puissance du Métamorphe, la manchote s'empara de son den den.


« Envoyez immédiatement du renfort au sein du Palais.

- Impossible, nous ne pouvons pas passer, le capitaine Red est là ! »



Immédiatement, la contre-amiral sentit un frisson glacer lui parcourir l'échine. Elle s'y attendait, elle savait tout cela, mais le vivre était autre chose. La peur venait de continuer de prendre du terrain. Seule sa détermination et son courage faisaient encore barrage pour l'empêcher de succomber à la terreur à présent. Son cœur battant la chamade, la jeune femme parvint à échapper par chance au piège des miroirs en tournant la tête au bon moment. Elle comprit vite que quelque chose ne tournait pas rond quand les gardes qui se trouvaient à ses côtés se mirent à foncer droit vers les deux pacifistas pour les attaquer.


« Qu'est-ce que ?!? »


Incapable de lutter contre de tels monstres de puissance, les soldats se firent mettre au tapis, du moins pour les plus chanceux, car Ambrosias ne manqua pas de constater que du sang avait été versé. Malheureusement, le plan des pirates avait fonctionné, car en agissant de la sorte, les deux cyborgs s'étaient laissé distraire, ce qui donnerait l'occasion à Reyson de fondre sur celle qui se trouvait face à lui, l'autre étant trop loin pour le moment. Anticipant la débâcle, la militaire décida de laisser ses alliées sur place pour qu'elles retiennent l'ennemi le plus longtemps possible. Les assaillants devaient perdre toujours plus de temps pour permettre aux renforts d'arriver en train. Sans se retourner, la manchote défonça un mur dans son dos et emporta le faux gouverneur avec elle. Courant à toute vitesse, elle tirait l'homme de son unique bras pour qu'il ne la retarde pas. Sans faire fi de l'état du bâtiment, elle fonça plusieurs portes et de nouveaux murs pour se frayer un chemin rapide vers le hall d'entrée où devaient se trouver d'autres gardes. Arrivant finalement en haut d'un immense escalier qui surplombait sa destination, elle vit que plusieurs faux Reyson s'en prenaient aux défenseurs. Fort heureusement, elle avait été mise au courant de la supercherie. Se figeant sur place, la militaire ferma les yeux un instant. Quand elle rouvrit les paupières, son fluide royal vint frapper les rats sous forme humaine. Se servant ensuite des pouvoirs de son fruit, elle leur ordonna de quitter l'endroit pour aller s'en prendre à leur chef. Les rongeurs résistèrent tant qu'ils le purent, mais ils finirent pas céder aux injonctions d'Ambrosias. D'un saut, elle s'écarta d'une dizaine de mètres de l'escalier avant que les rats n'arrivent à son niveau ou celui du faux gouverneur. En courant, les faux Reyson prirent le chemin que venait d'emprunter la manchote. Respirant rapidement, la jeune femme sortit de nouveau son moyen de communication portable.


« Faites converger toutes les forces disponibles vers le Palais avec la plus lourde artillerie dont nous disposons et pilonnez la position de l'Empereur. Nous devons le faire céder ou le déconcentrer suffisamment pour créer une brèche. »


Y avait-il la moindre chance qu'une telle chose puisse fonctionner ? Très honnêtement, la contre-amiral n'en avait pas la moindre idée. Vu la réputation de l'homme qui leur faisait face, elle doutait sérieusement qu'ils arrivent ne serait-ce qu'à l'égratigner, mais elle ne pouvait se résoudre à l'inaction. On lui avait demandé de prendre la tête des opérations, même si ce n'était que pour faire diversion, alors elle se devait de faire honneur à son rang.




© ciitroon
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23698-fiche-technique-ambrosia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23692-ambrosias-proteger-servir-et-traquer#250544
Autrefois, un instructeur du Cipher Pol nous a longuement expliqué a quel point l'excès d'information était un problème aussi dangereux que leur absence. Manquer d'informations c'est faire des erreurs en omettant des données importantes, mais avoir trop d'informations c'est souvent être incapable de choisir lesquelles utiliser, et perdre son temps à les assimiler toutes au lieu d'agir. Et c'est en cela que le cipher pol est indispensable au Gouvernement mondial, son rôle, au delà du terrain, est de collecter non pas toutes les informations, mais bien de trier celles qu'il transmet pour permettre aux vénérables de prendre les bonnes décisions. C'est d'ailleurs a ce niveau la que se trouve toute la tentation et le véritable pouvoir des directeurs et des administrateurs, après tout, il semble si facile d'influencer la décision d'une personne quand on choisit soi même les informations sur lesquelles elle va baser son choix...

Avec l'empathie, j'ai souvent été confronté à la même problématique, et je l'ai utilisé plusieurs fois contre mes ennemis. Il est si facile de se laisser griser par ce sixième sens quasi divin, quand on est capable de ressentir la vie sur une ile toute entière, de ressentir ce que pensent les gens qui nous entourent, de deviner ce qui les agite, ce qu'ils vont faire, on se sent quasiment omniscient... Et le temps qu'on sorte de cette transe magnifique et grisante pour agir, pour utiliser les informations que l'on a recueilli, l'instant est passé et il est trop tard.

L'empathie est une arme à double tranchant, et qui est très loin d'être sans limites...

Dans un coin de ma tête je perçois les difficultés qui assaillent Reyson, les aléas de la lutte qu'il livre, tout seul, pour se libérer, a ses yeux et a ceux du monde, de l'ombre que j'étends sur tous ceux qui m'accompagnent. Je l'ai toujours su plus héroïque que moi. Alors je ne bouge pas pour l'aider, me contentant de noter qu'une partie de ses adversaires tentent de fuir dans ma direction, filant vers l'entrée du palais et le marais que j'y ai répandu. De quoi leur faire rebrousser chemin et les renvoyer vers le pirate...

Au loin des volontés se tendent dans ma direction, une riposte se prépare, on tente de couvrir une retraite ou de préparer un nouvel assaut. Et cette fois c'est a moi d'agir, d'abord parce que je suis la cible, et ensuite parce que j'ai assuré à Reyson que personne ne viendrait lui disputer le combat qu'il mène dans le palais.

- Black Sun !

Dans ma main ouverte se dessine une boule noire tourbillonnante que je jette vers le ciel pendant qu'elle grandit a toute vitesse. A mesure qu'elle s'élève elle absorbe la lumière au point d'assombrir la journée de Sekan, le soleil se voile comme un jour d'éclipse, et a mesure que le trou noir s'étend, sa force d'attraction augmente. Comme arrachés par une tempête c'est d'abord les tuiles s'arrachent des toits pour filer vers la sphère de ténébres, et ensuite c'est tout ce qui n'est pas solidement attachés au sol qui suit le mouvement...

Quand aux projectiles d'artillerie qui s'élèvent soudain des forts pour plonger vers ma position, c'est maintenant droit sur les entrailles du trou noir qu'ils filent...


  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
Alors que la lumière disparait sur l’île toute entière, la lueur dans les yeux d’un des Pacifistas s’éteint tandis que sa tête roule à mes pieds. L’ennemi avait laissé passer sa chance de m’avoir, et je devais avouer avoir presque été vaincu. Certes leur chance était due à l’accumulation de plusieurs facteurs, dont l’effet de surprise : d’abord d’être immunisés à mes hormones et ensuite au sol gelé combiné au granit marin, en plus de leur supériorité numérique et leur coordination sans faille. Mais surtout : Red était là. Lorsqu’on a un Empereur à ses côtés et que l’Empathie dit clairement qu’il est le plus fort du coin, et même que personne ne m’égale moi, on baisse forcément sa garde car rien ne peut nous arriver. Il est là, il me sortira d’affaire quoiqu’il arrive.

Toutes ces raisons font que, sans l’aide d’Alice sur ce coup-là, j’aurais perdu le combat, et bien qu’ils ne m’auraient pas capturé avec Red dehors, peut-être m’auraient-ils tué. Je dois clairement me ressaisir. Et c’est ainsi que j’ai profité de l’ouverture provoquée par l’hypnose d’Alice pour trancher la tête du Pacifista le plus proche.

Ambrosias s’est enfuie avec l’Archi gouverneur, mais elle n’ira pas bien loin. Red l’empêchera de quitter le palais. Néanmoins, l’obscurité à l’extérieur et le son des projectiles lourds prouve que la situation dans les forts a été régulée. Quel est le bilan ? J’en sais rien mais l’ennemi ne tardera pas à venir en nombre au Palais d’Or. Il n’est plus l’heure de jouer.  

Alors que la lumière disparait sur l’île toute entière et qu’une tête roule sur le sol, l’autre Pacifista profite de sa dernière occasion pour m’atteindre. Il est seul et ne peut me vaincre à la loyal, mais de part sa nature il se soustrait de l’Empathie et, grâce à Red, à mes yeux. Je n’ai aucun moyen de le localiser tandis qu’il calcule la meilleure direction par laquelle m’attaquer et m’assaille aussitôt. Si sa lame en granit marin m’atteint je ne pourrais plus rien faire. Je m’injecte aussitôt les seules hormones qui peuvent m’aider dans ces circonstances : mon corps se met immédiatement à croître de toute part. Quelque soit les calculs du Pacifista, je vais à sa rencontre d’une manière probablement inattendue. Je sens qu’on m’entaille le flanc gauche et mes forces qui m’abandonnent en même temps, puis son corps qui rencontre le mien au même endroit avant d’être éjecté par l’impact, mes forces qui me reviennent, l’étau des murs d’une pièce trop petite qui s’effondre sous la pression, … D’une injection rapide je me rapetisse et pendant ce processus j’envoie une lame d’air de toutes mes forces du côté où le Pacifista m’avait tranché.

Le Pacifista dont l’éjection l’encastre dans un mur deux salles plus loin lève rapidement sa lame à l’encontre de l’attaque : il parvient à en dévier une partie. Au lieu d’avoir le tronc tranché en deux, c’est un bras et un quart de sa boîte crânienne qui sautent tandis que la lame d’air poursuit sa route. Grâce au Pacifista dont la lueur du dernier œil restant s’éteint, le tranchant ne fauche pas dans la ville mais poursuit plus haut et marque de son empreinte un profond sillon dans le volcan.

De retour à ma taille d’origine, je soulève les décombres du bureau en me relevant. Prendre la taille d’un demi-géant dans un bâtiment humain n’est peut-être pas l’idée du siècle mais ça m’a permis d’atteindre le Pacifista quelque soit son angle d’attaque. Je n’ai pas le temps de constater l’ampleur des dégâts sur mon flanc que l’Empathie me signale la présence de plusieurs de mes rats hostiles face à moi. Hostiles ? Ils se retournent contre leur maître ? Comment ? Moi qui les droguais avec mes hormones pour m’assurer qu’ils ne succombent pas au premier haki royal venu. Ils ont utilisé autre chose en plus ? Je vais devoir revoir les doses. Malheureusement pour eux, leurs morsures ne traversent pas mon armement et il me suffit de m’injecter les hormones opposées pour ne pas succomber à celles qu’ils dégagent. Mon aura royale finit par les assommer. Ils ne sont pas un danger pour moi, mais je n’ai droit à aucun répit et ils m’ont fait perdre du temps. Ambrosias est bien plus loin : dans le hall d’entrée avec mon précieux otage.

Je sens Marin quitter le monde miroir à mes côtés : un nain que j’ai libéré à ChâteauGéant. Il avait pour mission de déposer une lettre sur le bureau de l’Archi-gouverneur. C’est donc sur les décombres qu’il la dépose avant d’aller fouiner près des corps des Pacisiftas. J’apprendrais plus tard qu’il aura récupérer leurs armes en granit marin pour son propre compte.

De mon côté, je demande à Alice de me confier un miroir taille adulte que je recouvre de l’armement avant de le lancer en direction d’Ambrosias. Le miroir fend les murs comme du beurre et termine sa course en s’incrustant près du plafond du grand hall avant que je n’en sorte comme par magie : merci Alice. Elle peut connecter deux miroirs entre eux et j’ai ainsi pu passer du bureau au grand hall en un claquement de doigt.

« Je ne sais pas comment vous avez fait avec mes sosies. Je vais donc changer mes plans : je vais vous capturer avec l’Archi-gouverneur, Contre-amirale. Choisissez-vous la manière forte ou la manière douce ? »

Ils ont allumé la lumière ici, ce qui leur permet de constater ma nouvelle blessure au flanc mais aussi qu’aucun des Pacifista ne nous rejoint. J’ai encore bien assez de vitalité pour me les faire. Allez, pour une fois terminons ça de manière civilisée. Red m’attend.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-me
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine
Un otage en vaut bien un autre Tumblr_oyuh8qz2re1w4ph5zo3_540

海 軍

∆ Feat. Red & Reyson ∆


À mesure que passaient les minutes, la situation ne cessait d'empirer. Dehors, les soldats ne parvenaient pas à briser les défense du capitaine Red. Selon les derniers rapports, le maudit avait créé ce qui ressemblait à un petit trou noir qui attirait tant la lumière que les projectiles ou le décor. L'intérieur du Palais était cependant plus ou moins épargné par le simple fait que les murs et plafonds empêchaient le tout de devenir trop folklorique. Ceci dit, il y avait dorénavant un sacré bazar. Dépitée, Ambrosias vit revenir l'air de rien le Métamorphe. Bien que blessé, il était dorénavant débarrassé des deux pacifistas, le tout en un temps record, ce qui glaça le sang de la contre-amiral. Elle ne pourrait plus tenir longtemps, et elle le savait pertinemment.


« Pink et White sont arrivés. »


Baissant un instant le regard vers son escargophone, la manchote ne put s'empêcher de sourire. Si les amiraux était sur l'île, alors elle n'avait plus qu'à gagner encore un peu de temps, et tout se finirait bien, à la fois pour elle, mais aussi pour les hommes qu'elle commandait temporairement.


« Les animaux n'ont aucun secret pour moi, capitaine Anstsis. Les raclures de pirates dans votre genre n'ont plus. Ce sera la manière forte, j'en ai bien peur. Soldats, les masques ! »


Par un heureux hasard, les membres de la garde du Palais d'Or étaient formés à la gestion des foules. En d'autres termes, parmi leur arsenal, on comptait également des armes non létales. Imités par Ambrosias, les marins enfilèrent le masque à gaz réglementaire et sortirent leurs armes à feu. Pour l'avoir déjà affronté, puis avoir fait des recherches sur lui, la jeune femme savait que le Métamorphe était un véritable poison vivant ambulant. Le simple fait de respirer pouvait être dangereux avec lui, il fallait donc se protéger du mieux que l'on pouvait. D'un geste de la main, la contre-amiral ordonna qu'on ouvre le feu. Prête à recevoir le pirate au corps à corps, elle dégaina son sabre et attendit qu'il ne vienne à elle. Le plus longtemps possible, elle prioriserait les contres et l'esquive en se reposant allègrement sur le soru. Encore quelques minutes et ce serait bon...




© ciitroon
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23698-fiche-technique-ambrosia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23692-ambrosias-proteger-servir-et-traquer#250544
C'est la foudre qui s'annonce en premier.

Dans mon esprit tendu et aux aguets, deux éclairs fendent le ciel ténébreux, se courbant étrangement pour esquiver la boule de ténèbres qui monte toujours lentement au dessus de la ville, avant de se remettre à filer droit sur moi comme si j'étais un paratonnerre tout neuf.

Des éclairs dans un ciel dégagé, c'est comme la fumée sans feu, ça sent le fruit du démon...

Mon soru me fait disparaitre juste au moment ou une déferlante d'éclairs vient frapper l'endroit ou je me tenais, mais cette esquive ne suffit pas à me sortir des emmerdes, non content de surgir de nulle part, les éclairs me suivent, se déployant en éventail à ma poursuite. Chassé par la foudre je traverse la place d'une série d'apparitions fugaces et en zigzag pendant que dans mon sillage les éclairs me pourchassent, laissant derrière eux un véritables mur bleuté crépitant d'électricité.

Un pressentiment me décolle la tête. Je plonge dans les ténèbres accueillantes du sol au moment ou le mur de la maison la plus proche se fend soudain d'une triple balafre horizontale quand une série de lames d'air en jaillissent pour filer droit sur moi pour me débiter en tranches. Loupé !

Je surgis de mes ténèbres protectrices à quelques pas du pilier du portail que le le première chute de foudre a noirci et carbonisé. Pendant que mon agresseur surprise fait de même, retombant avec légèreté sur le balcon de la maison dont il m'a attaqué, prenant ainsi grand soin de ne pas patauger dans le bain de noirceur qui recouvre le sol.

- Alors Amiral, on tire sans sommations ? Je te croyais plus respectueux des usages..
- Et quoi hein, tu vas me faire un procès ? Tu n'es qu'un pirate et nous ne sommes pas vraiment aux jeux olympiques. Vu le contexte, c'est plutôt de la légitime défense...
- Légitimité c'est un joli mot. il sert à tout. Et c'était une belle tentative, mais elle a fait long feu. Et maintenant tu sais ce qu'il va se passer hein ? Vous les amiraux vous êtes tous les mêmes, sur de vos pouvoirs, de vos logias. Alors que mon coté j'ai exactement ce qu'il faut pour vous moucher...  
- C'est évident. Je suis le plus rapide et pourtant il te suffit de pointer ta paume vers moi pour que je n'ai d'autre choix que de me jeter sur toi avant de me faire dépouiller de mes pouvoirs. Mais que veux tu ? Contrairement à d'autres je suis de ceux qui ne renoncent pas a leurs devoirs, quelles qu'en soient les conséquences.  
- Je note ça pour ton épitaphe, ça rendra mieux que les dernières paroles de Tetsuda.  


Ma paume se nimbe de noir et se dresse vers l'amiral comme si je pouvais déjà le saisir. Et c'est la que je comprends que j'ai peut être trop présumé de la discrétion de notre opération. Il faut croire qu'il y a encore de agents cp terrés dans mon entourage ou celui de Reyson. Bien sur qu'ils connaissent mes pouvoirs comme je connais les leurs, et évidemment qu'ils ont prévu un moyen d'y palier, un moyen d'ailleurs parfaitement évident.

Un Pilier d'acier jaillit du sol pour propulser l'amirale Boina dans les airs pendant que Shiro se change en bonhomme de foudre. Pour être simple le plan est simple, je n'ai qu'a choisir lequel des deux j'attire a moi pour le massacrer, et lequel me tue pendant ce temps la.

Pas facile comme choix.




Dernière édition par Red le Mer 17 Jan 2024 - 10:39, édité 2 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
Il semblerait qu’ils aient mis leur petite fuite à profit pendant que je m’occupais des Pacifistas : les voilà en formation et avec des masques à gaz, tout ça pour moi ? C’est une bonne idée, mais si mes hormones volatiles ne peuvent les avoir, de leur côté des balles ne suffiront pas à m’atteindre. Par précaution je choisis de les éviter ou les parer de ma dague plutôt que de compter uniquement sur l’armement, au cas où l’un des projectiles serait en granit marin. Ils m’ont eu une fois comme ça, pas deux.

Les cheveux d’Alice prennent forme autour de moi, prêts à créer de nouveaux miroirs mais Ambrosias la devance en donnant l’ordre à ses soldats de ne pas regarder. L’idée des miroirs hypnotiques ne fonctionnera pas deux fois non plus, on apprend et s’adapte tout deux dans ce combat. Au moins il ne reste plus que ceux avec le mantra qui visent encore efficacement sans leurs yeux. Combien de temps vont-ils agir comme ça ? Est-ce qu’ils pensent vraiment réussir à me vaincre juste comme ça ?

Et tout à coup je comprends. L’une des balles tirées à l’aveugle m’effleure l’oreille droite tandis que je me fige un instant. Mes sens en alerte me préviennent d’un danger proche, non de deux catastrophes imminentes. Que font de tels monstres ici ? Si tôt ? D’après les estimations de Red nous devrions encore être dans les temps. Est-ce qu’il va s’en sortir face à ces deux là ? J’ai déjà vécu la mort de Red une fois, ça ne doit pas se reproduire. Surtout pas. Où a-t-on fait une erreur ?

Les miroirs d’Alice forment une cage totale tout autour de moi et interceptent plusieurs balles qui m’auraient touché tandis que sa voix résonne pour la première fois à travers ses créations :

« Reyson ! »

Un cri qui m’extirpe de ma torpeur et mes hantises. Mon attention revient dans ce grand hall du Palais d’Or où je vois mon reflet dans les miroirs formant ma cage. Oui, je dois me recentrer, chasser les vieux démons et me bouger le cul !

Je traverse l’un des miroirs de ma cage pour entrer dans le monde miroir. L’empathie leur signale immédiatement ma disparition et ils portent leur attention sur les miroirs que les cheveux d’Alice sortant de la cage lancent partout dans la pièce. Certains restent intacts, d’autres se brisent à l’impact, il y en a suffisamment grands pour qu’un adulte traverse, d’autres non, … Le sol se tapisse rapidement de miroirs en tout genre. Une arme capable d’hypnotiser ceux qui le regardent et par où je peux resurgir en un instant. Ils m’encerclaient, maintenant c’est le contraire.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-me
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine
Un otage en vaut bien un autre Tumblr_oyuh8qz2re1w4ph5zo3_540

海 軍

∆ Feat. Red & Reyson ∆


Gagner du temps n'était plus qu'une douce illusion à ce stade. Si les renforts étaient là, le travail d'Ambrosias était terminé. Son rôle d'appât protégeant une fausse personnalité d'importance n'avait plus de sens à présent. Voyant des miroirs apparaître partout dans l'immense pièce, elle comprit à quel point la situation était désespérée pour elle. Les amiraux étant dans la place, la manchote n'avait plus qu'un rôle de figuration, mais cela ne voulait pas dire pour autant qu'elle allait abandonner son poste pour courir se mettre à l'abri. N'ayant plus le temps de penser à autre chose que le moment présent, elle saisit le faux gouverneur par le bras et bondit dans les airs à mesure que le sol devenait un piège. Avec une grâce féline, la militaire rebondissait comme si elle arrivait à prendre appui dans le vide, emportant avec elle la personne qu'elle continuait de protéger. Sortant des miroirs tels des épines mortelles, les cheveux du Métamorphe prirent d'assaut tous ses ennemis. Les gardes étaient bien impuissants face à tout cela. Bien que protégés des hormones volatils, ils ne pouvaient rien faire contre les injections du pirate. Luttant du mieux qu'elle le pouvait, Ambrosias esquivait les assauts en continuant de tenir le faux gouverneur. Anticipant finalement les mouvement de la jeune femme, la subordonnée de Reyson fit apparaître droit devant elle un nouveau miroir. Prise de court, la contre-amiral ne fut tout simplement pas en mesure de changer de direction. Pour la seconde fois de son existence, elle entra dans la dimension parallèle créée par cet étrange fruit, mais cette fois-ci, ce n'était pas de son propre chef.


« Merde ! »


Une fois prise au piège, il n'y avait plus la moindre échappatoire. Une nouvelle fois, la Gentry allait devoir son trépas ou sa survie à la volonté d'un pirate. Cette seule pensée suffisait à la mettre hors d'elle. Comment aurait-elle pu accepter une telle chose à nouveau ? Qu'importent les conséquences, qu'importe la peur qu'elle ressentait, elle ne pouvait tout simplement pas abandonner. Lucide malgré tout, elle savait qu'il ne servait plus à rien de prendre soin du faux gouverneur à présent. Son sort, tout comme celui de la manchote, était à présent entre d'autres mains. Malgré tout, Ambrosias savait que tout n'était pas forcément perdu. Si la Marine savait que Reyson avait dans ses rangs une femme possédant de tels pouvoirs, c'était grâce à elle. Aujourd’hui, et même si cela devait lui coûter la vie, il fallait qu'elle réduise cette menace à néant. Si le Métamorphe n'était pas à sa portée, ce n'était peut-être pas le cas de cette jeune demoiselle aux yeux bleus. Laissant le VIP sans défense, Ambrosias sauta sur elle-même et envoya une lame d'air vers Reyson avec sa jambe droite. La chose n'étant qu'une simple diversion, elle n'attendit pas de retomber su sol pour se propulser dans les airs avec le geppou à grande vitesse en direction de sa cible. Lançant son seul bras valide vers Alice, elle tira des cordes pour l'immobiliser avant qu'elle n'arrive au contact pour lui planter un shigan en plein cœur. C'était sa seule et unique chance de priver une menace grandissante pour le Gouvernement Mondial d'un atout majeur dans sa manche. Et si cela devait lui coûter la vie, elle l'acceptait.




© ciitroon
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23698-fiche-technique-ambrosia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23692-ambrosias-proteger-servir-et-traquer#250544
Une trait de foudre traverse la place pour se confronter au bouclier de mon haki, un trait de foudre continue et crépitant d'énergie qui se divise en une multitude de flèches qui frappent à chaque seconde mes défenses dans un roulement assourdissant et ininterrompus de coups de tonnerres, l'onde sonore fait voler en éclats les vitres du quartier, et l'énergie qui se déverse sur moi pulvériserait probablement les pavés s'ils n'avaient pas disparu dans l'épais nuage de ténébres qui nappe la place, et ou vient se perdre chaque langue électricité que mon haki détourne.

Mais au delà du trait de lumière, c'est maintenant le pouvoir de mon fruit qui me relie façon laisse à l'amiral, et au bout de l'éclair, le bonhomme de foudre qui m'attaque est ferré plus solidement qu'une baleine harponnée, et attiré vers moi comme un bout de fer vers un aimant. Mais aussi rapide soit l'attraction des ténébres, elle ne l'est pas assez pour mettre la main sur l'amiral. Et alors que ma main se tend déjà pour le priver de ses pouvoirs, une lame d'air fend le ciel de haut en bas pour me trancher le bras au niveau du coude.

Boina, parfaitement coordonnée avec son binôme...

Ma prise sur Shiro s'évanouit quand je ne lance pas ma main vers lui pour le saisir et que la lame d'air de Boina fend le vide entre nous pendant que ma paume frappe a la place le vide devant moi, expédiant sur l'amiral une onde de choc destructrice qui le cueille de plein fouet. Et sans attendre qu'il encaisse ou se ressaisisse, je bondis d'un geppou vers le ciel à la rencontre de la sabreuse. Je traverse une lame d'air descendante qui me fige en plein ciel sous la violence de l'impact, juste a l'endroit ou converge soudain une véritable couronne d'éclairs qui me prennent pour cible.

Mon geppou se modifie, évitant la lame d'air destiné à me transformer en paratonnerre pour atteindre l'amirale. Ma main couverte de Haki se heurte au sabre de Boina et se referme dessus pendant que mon haki combat celui de l'amirale. Pendant un instant nos forces s'affrontent, elle tentant de m'entailler pour me traverser la paume avant de certainement me trancher dans la longueur jusqu'au coude, moi tentant d'écarter sa lame pour l'atteindre. Et voila que l'amirale change, ses traits s'estompent pendant qu'elle se transforme en une statue d'acier liquide aussi réfléchissante qu'un miroir, et que de son corps jaillissent une pluie de piques qui me traversent le corps au moment ou la foudre me frappe a nouveau, canalisé par l'acier qui l'attire.

Malheur !

Sauvé une fois de plus par le mantra, je lâche prise et me jette en arrière juste avant que l'attaque combinée des deux amiraux ne me grille de l'intérieur. Le sabre de l'amirale me laisse une trace sanglante en travers du torse, mais c'est toujours mieux que finir grillé de l'intérieur. Toujours mieux, mais pas assez bien. La coordination de mes deux adversaires ne me laisse pas le temps de porter un coup décisif sans m'exposer bien trop dangereusement à une frappe mortelle, l'affaire s'annonce mal partie.

Une nuée de bulles de ténébres se jettent sur autant d'éclairs, mes poings frappent le vide autour de moi, propulsant des ondes de choc a la rencontre des lames d'air de l'amirale, cerné en plein ciel par les deux officiers qui ne cessent de m'assaillir pour m’empêcher de m'en prendre rapidement à un seul des deux je peine a prendre l'avantage et a imposer mon rythme au combat.

Alors je rompt.

Plongeant vers le sol je me fonds dans la protection confortable des ténébres, utilisant leur noirceur pour camoufler mon déplacement et filer vers le palais ou je jaillis au milieu de l'affrontement qui s'y déroule, la ou un Reyson solitaire à encerclé toute une troupe de marines. Je ne m'attarde pas, et plonge dans le premier miroir assez grand pour m'accueillir, jaillissant dans le monde miroir ou j'espére retrouver mes alliés, et ou il sera surement possible de tendre un piège à mes poursuivants.

- Reyson ? On a deux problèmes la dehors ! Tu en es ou dedans ?


  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
A quoi reconnaît-on un guerrier expérimenté ? A sa force ? A ses techniques ? A ses stratégies ? A rien de tout ça. L’expérience se mesure en un unique paramètre : la vitesse d’adaptation incluant la prise de décision.

C’est ce qui a sauvé Red jusque là, mais c’est surtout à Ambrosias que je fais allusion cette fois. Elle s’est faite piégée dans le monde miroir, perdant ses repères, et pourtant réagit à une vitesse folle pendant qu’Alice tient encore le miroir qui a servi de portail dans le monde réel grâce à ses cheveux, que les miens sont encore occupés à maîtriser les derniers soldats de l’autre côté, et qu’ici Alice et moi nous tenions la main – ce qui permettait à mes cheveux de traverser les miroirs. C’est donc de mon unique main libre que j’ai dû parer la lame d’air avec ma dague tandis qu’Ambrosias assaillait Alice. Cette dernière tentative de se protéger en créant un miroir repoussant, mais ses mains furent immobilisés par les cordes de son adversaire et ses cheveux, encore dans le monde réel , trop lents.

Du bout du doigt, Ambrosias put sentir le contact caractéristique du sang mais pas la pénétration profonde dans la chair. Ma main, qui tenait auparavant celle d’Alice, s’était refermée autour du poignet d’Ambrosias, arrêtant net son shigan qui aurait atteint le cœur d’Alice deux centimètres plus loin. N’ayant plus de contact avec elle, mes cheveux furent repousser dans le monde miroir et poursuivirent aussitôt leur course sur la manchotte, se plantant à plusieurs reprises dans son corps et leur injectant chacun de fortes doses d’hormones du sommeil. Un scénario similaire de Marineford, pourtant je ne pus lire aucun désespoir dans le regard de la soldate qui perdait connaissance. Plutôt la satisfaction d’avoir remplie son devoir jusqu’au bout… Ça changera à son réveil.

C’est à cet instant que Red arriva, passant par le même portail qu’Ambrosias juste avant qu’Alice ne le lâche. Par réflexe je me précipite sur lui et le serre dans mes bras en m’exclamant :

« Tu es en vie ! »

Je remarque alors mon geste et bien que nous soyons proche Red et moi, nous ne sommes généralement pas démonstratif de notre affection mutuel, si ce n’est en fracassant la gueule de ceux qui manque de respect à l’autre. C’est d’ailleurs la première fois que l’on se prend dans les bras, le plus loin a été une poignée de main ou une accolade sur l’épaule. La bonne vieille école de l’amitié viril. Alors je recule d’un pas et me racle la gorge pour reprendre contenance.

« Hum… Tout est en ordre. Ma lettre est déposée, on a une contre amirale en bonus et je te présente l’Archi gouverneur du nouveau monde. »

Tendant le bras dans sa direction, je constate qu’il est bien plus loin qu’au départ : il a pris ses jambes à son cou, abandonnant lâchement Ambrosias. Malheureusement pour lui l’aura royal court plus vite et le fauché en chemin.

« Voilà.
Marin est revenu du bureau du gouverneur, mon équipage est ici. On va pouvoir regagner Plouf, mon monstre marin qui possède un miroir en son sein et qui s’approchera au maximum de la côte avec ses cinq cents petits qui lui frayeront un chemin. On a plus qu’à attendre à l’abri tranquillement. Je te sers à boire ? »

« Et Brick ? »
« Comment ça ? »

Alice pointe un miroir dans lequel on peut voir Brick, un homme de Red, s’affairait sur un flan du volcan, usant de son fruit constructeur pour changer la paroi rocheuse en brique qu’il remanie à sa guise pour lui redonner forme. C’était une super idée qu’on avait échangé Red et moi autour d’un verre lorsqu’on discutait des meilleurs moyens de provoquer le gouvernement mondial, mais je pensais que cette idée là restait à l’état de blague, pas de plan, comme la suggestion de faire passer l’ensemble du Palais d’Or dans un miroir et de l’installer sur un navire à Red. Malheureusement Brick et Alice ont appliqué l’idée : le compagnon de Red est donc en train de finaliser la restructuration du volcan qui va arborer le drapeau de l’Empereur Red, visible de toute la ville.

Sauf que les amiraux l’ont vu aussi, et il y en a justement un qu’on aperçoit dans le miroir. Red est le premier à s’y précipiter, bloquant la foudre qui allait griller Brick. Je m’élancer à sa suite et j’agrippe le petit homme que je lance sans ménagement dans le miroir qu’on vient d’emprunter et où on voit Alice nous faire signe de revenir juste avant qu’une lame tranche le miroir aussi aisément que du beurre. C’était un piège pour nous faire sortir !

Au loin, sur la mer, des bateaux entonnent le chant des canons. Plouf et sa clique de monstres marins entament leur percée. Notre échappatoire s’approche, pourtant nous ne nous sommes jamais autant senti pris au piège.

« Tu veux la mauvaise nouvelle ? La portée d’Alice n’est pas suffisante pour couvrir du volcan jusqu’à l’océan. Elle va devoir se déplacer en ville pour se rapprocher de la côte. »

Aucun problème pour ça, elle sait modifier son apparence physique. Mais du coup ça va prendre un peu de temps.

« Et nous on doit au moins regagner la ville pour être dans son champ d’action, puis demander gentiment aux deux amiraux de nous laisser le temps de traverser un miroir sans le détruire avant. »

A quelques centaines de dorikis près, on aurait pas eu ce souci de portée. Par contre on aurait tout de même eu la difficulté du miroir…

Alice qui n’aime pas le plan que je sois face à un amiral tenta de passer ses cheveux à travers mon médaillon pour nous créer une sortie directement, mais le miroir commençait à peine à se former qu’un éclair le faucha suivi d’une multitudes de lames d’air de Boïna qui transformèrent les plus petits éclats en de simples grains de poussière.

« Va vers la côte Alice ! On s’en sortira ! »

Lorsque mon mantra m’indique qu’elle est bien dans le monde réel, et donc hors de portée d’écoute, je répète un peu moins sûr :

« On va s’en sortir hein ? »

  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-me
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine
- Évidemment... Quoique... Moi j'ai déjà utilisé ma carte retour d'entre les morts, mais pas toi... Bon, tu préfères le sabre ou la foudre ? GEPPOU !
« Le sabre ! »
- Alors à toi l'aveugle, je m'occupe de ... GEPPOU !


Mon mantra me prévient une seconde avant qu'une lame d'air ne découpe notre abri. L'amirauté vient de piétiner avec mépris toutes les règles d'engagement traditionnelles en interrompant une scène de dialogue, maintenant on peut vraiment s'attendre à tout ! D'un mouvement commun nous bondissons vers le ciel avec Reyson, juste a temps pour éviter le croissant d'air en expansion qui vient trancher l'étage du palais si nettement que rien ne bouge hormis la ligne qui vient zébrer les murs à l'endroit ou est passé la lame.. Ralentis par mon cri d'alerte, je décolle juste un poil trop tard pour éviter l'attaque synchronisé de Shiro. ou alors il ne visait que moi ? En attendant j'encaisse de plein fouet un éclair tombant du ciel droit sur ma gueule. Une nouvelle fois, mon haki s'étend juste assez pour que la foudre s'écrase contre une barrière invisible à quelques centimètres de moi, et je passe à vraiment rien de m'en tirer sans dommage, mais n'est pas paratonnerre qui veut. Le coup de tonnerre me renvoie bouler au sol, a moitié sourd, et poursuivi par une dense pluie d'éclairs tout a fait excessive; le sol noirci et explose, la chaleur enflamme les meubles et commence à consumer mes vêtements. Rien a dire sur les logias de l'amirauté, c'est vraiment pratique. Mais maintenant que Boina est occupé, Shiro se retrouve tout seul pour jouer a qui a le meilleur pouvoir. Et normalement, à ce jeu la, c'est moi qui gagne !

Je bondis à l'aveugle en démolissant les cloisons, déployant mon pouvoir pour repérer Shiro, et tirer !

Et dans les airs, le bonhomme de foudre se jette à ma rencontre, attiré a toute vitesse droit vers le trou noir tourbillonnant au creux de ma paume, droit vers la même fin que Tetsuda. Projeté par nos geppou. respectif on se rentre dedans juste devant le palais, moi jaillissant d'une fenêtre et lui d'un des toits de la place. Et si jusqu'au dernier moment, Shiro crache toute l'électricité qu'il peut générer sur mon chemin, me laissant fumant, noirci et les cheveux aussi hérissés et durs que des piquants de porc épic, au moment ou je lui met enfin la main dessus tout s'arrête. Et dans ma main, Shiro privé de son logia se retrouve soudain à nouveau simplement humain. Humain et vulnérable.

- Et maintenant on va voir ce que tu vaux vraiment !
- Je commençais a me demander si ton pouvoir marchait vraiment...


Dans un monde ou les sabreurs sont rois et ou tout le monde apprend à se battre avec une arme et a distance, mon pouvoir qui oblige a venir se coller contre moi est un avantage certain quand il est couplé avec une maitrise du combat a mains nues. Une fois qu'on a passé sa garde, un sabre devient plus encombrant qu'utile, et si on ne reprend pas sa distance, on et vulnérable. Cela dit, Shiro connait la musique. Contrairement à Tetsuda qui ne se reposait que sur son fruit, j'ai l'impression que Shiro l'a eu sur le tard, et qu'avant de vitrifier tranquillement les gens à grands coups d'éclairs, il a appris à se battre auprès du même maitre que moi. Encore un élève de Raoul, c'est bien ma veine...

Mais aussi doué soit Shiro, je suis meilleur que lui. Chacune de ses tentatives de prendre du champ pour récupérer son pouvoir est immédiatement contré quand mon fruit le rappelle sèchement vers moi, et si nous lisons parfaitement les attaques de l'autre, livrant un combat mental qui ressemble plus à une chorégraphie longuement répété qu'a un véritable affrontement, a chacun de nos impacts, c'est son haki qui faiblit le premier, mes coups qui prennent de l'ampleur, la douleur qui se répand un peu plus dans son corps que dans le mien, et sous nos cranes, ou le combat se jouer quelques secondes plus loin, il devient vite clair que sa défaite prochaine est parfaitement inéluctable. Et alors que ma main se plaque une nouvelle fois sur lui, Shiro ne riposte plus. Cessant même de durcir l'air sous ses pieds pour se laisser prendre au bout de mon bras.

- Oko m'avait prévenu que tu étais le meilleur élève de Raoul...
- Je comprends mieux pourquoi il n'est pas venu !
- Alors j'ai du prévoir autre chose au cas ou...


Et soudain le tourbillon dans ma main s'interrompt pendant qu'une faiblesse brutale et familière m'engourdit. Une faiblesse qui me laisse un gout de pierre salée dans la bouche. Du granit marin ! Je lâche prise et tombe en arrière, vidé de l'Energie nécessaire au geppou, notant au passage la lame qui vient de jaillir de la botte de l'amirale pour me frapper en douce et me priver à mon tour de mes pouvoirs...

Je déteste le granit marin !

Quand à Shiro il ne perd pas de temps, plongeant sur moi, profitant de la faiblesse temporaire induite par le granit







  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
    Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum