-39%
Le deal à ne pas rater :
Pack Home Cinéma Magnat Monitor : Ampli DENON AVR-X2800H, Enceinte ...
1190 € 1950 €
Voir le deal

Cauchemar en cuisine !

“Alors miss, les derniers détails vous conviennent-ils ?”

”Oui, oui ! C’est parfait ! “

C’était les choses les plus simples qui rendent une femme heureuse, Gwen en était certaine après ses derniers préparatifs. Car alors qu’elle vit son tout nouveau foodcart prêt à être utilisé, avec ses humbles équipements puis ce design si “rustique” à ses yeux de noble…  c’est un sentiment tout doux et nostalgique qui la prend, un souvenir de temps plus simples aux côtés de sa bienfaitrice, vendant des fritures 10 000 sous la mer dans les ruelles pauvres du Quartier des Tritons.

Si Brigandine était là, elle se serait vanté d’à quel point son stand était plus grand, l’aurait défié à égaler ne serais ce qu’un quart de son chiffre d’affaires dès son premier jour pour la motiver. Peut-être même qu’elle lui aurait reformaté sa cage thoracique d’une de ces rares étreintes qui lui échappaient lorsqu’elle était vraiment fière.

Mers, ce que la vieille dame lui manquait, mais allas pas le temps de se morfondre dans ses peines.

“Gwyn, occupe toi de payer le forgeron pour les fourneaux, Sir Ernest reposez vous comme il faut ! Moi, je prépare nos provisions. On marque notre première grande ouverture demain à midi pile l’équipe !”

Sa sœur acquise, et le Bernard l'Hermite géant qui s’occupe de tirer le foodcart claquette des pinces avec joie. Oui, Quoique il arrive, elle s’était promise de regarder de l’avant, et ceci n’était que le début de grande choses !




“….Et ça sera 2’000 Berries pour vous Monsieur ! Bon Duel~ “

Au beau centre du village principal de l’île, près du port, ce fut encore un peu étourdi et avec une grimace que l’homme se releva de terre puis posa l’argent entre les mains de la sirène, quoique son expression plutôt aigre eut vite fait de partir lorsqu’un charmant sourire récompensa ses peines, que d’une gracieuse révérence la femme qui venait de le battre le remercia pour son fair-play alors que le public de leur duel applaudit.

Que dire, Gwen se sentait presque coupable d’à quel point il avait été facile de le mettre à terre. Elle savait que ceux habitant les Bleus étaient plus faibles que ce à quoi elle était habituée mais-  

“Suivant ! Si quelqu’un veut tenter sa chance, c’est maintenant !”

Un autre homme à l’air confiant s’avança, prit garde. Gwen le salua de son haut de forme alors qu’il fonça- puis le voila aussi à embrasser le sol en une seule prise de Karaté, ses amis se régalant avec leurs mets un peu plus loin riant aux éclats. Vraiment, comment était elle censée s’améliorer au combat ainsi ? Mais hey, au moins son business marchait comme sur des roulettes !

“Un essai valeureux Sir, mais une perte est une perte, le repas de vous et vos camarades fera 10 000 Berries… " Elle se penche alors vers lui, chuchotant. "Mais si votre troupe fait courir la voix à mon sujet, je pourrais bien réduire cela à 5 ’000. Je serais encore sur l’île pendant une semaine ou deux, alors que dites vous ? “

Et juste comme ça ce n’est pas seulement la cuisinière qui sourit alors qu’elle reçut son paiement.

C’est le pas léger qu’elle revient aider sa sœur cuisiner lorsque les challengers se firent plus rares, rattrapant avec aise le petit retard sur les dernières commandes, ne regardant même pas ses mains tandis que l’arrière de couteau haussa et descendit en boucle, réduisant un pile de légumes en charpie à des vitesses vertigineuses.  

“Je me dois de l’admettre, je ne m’attendais pas à que ton idée farfelue aie le moindre succès… autant de monde dès ton premier jour ? Je ne comprends point leur intérêt pour se faire étaler ainsi.  ”

Notre premier jour ! Et tu sais, pas tout le monde est aussi… donnée à la léthargie qu’une certaine couturière qui passe son temps libre à lire et dessiner plutôt que s’entrainer avec moi !”

“La couturière en question sait ou tu dors et recommande à madame de gentiment se taire. Mes designs, mes chef-d'œuvres demandent ample réflexion et temps d’étude vois tu ! ”

Un rare roulement des yeux gagna à Gwen un coup de coude dans les côtes qui la plia légèrement en deux et fit rire à nouveau leur clientèle, ce qui attira l’attention de  la sirène et lui fit remarquer le fait que la queue était de plus en plus courte, l’heure du rush venant à sa fin. Rien de grave, calculant plus ou moins dans sa tête la somme qu’elles avaient gagnés, les jumelles avaient clairement dépassé leur objectif…

Mais voyant encore pas mal de passants, quelque chose en Gwen s’enflammait. Sûrement, attirer encore 2 ou 3 personnes était peut-être possible ? C’était son premier jour, son enthousiasme débordait ! Elle s’était à peine exercée ! Et ayant été formée par une crieuse des plus professionnelles, cela serait une honte pour la sirène de ne pas chercher à augmenter ses chiffres !

Ainsi elle mit ses paumes de chaque côté de sa bouche et haussa sa voix, l’imposa par dessus le bourdonnement tranquille des autres activités de la ville avec grâce, sans hurler.

“Vous avez envie d’un repas de qualité et confiance dans votre talent au combat ? Gagnez un duel contre mon illustre personne et le met que vous aurez commandé vous sera offert ! Allons, allons, ne soyez point timides !~”

Ah, oui, elle avait un déjà bon sentiment sur ce choix ! Cette journée allait être sublime !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27463-gwen-dollyn-fiche-techni
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27431-gwen-dollyn-presentation
             





Cauchemar en cuisine !

Gwen Dollyn




"Je me souviens encore de la première fois où j'ai tenté de cuisiner. Petite, n'atteignant pas la table de cuisine, je m'étais aidé d'une chaise pour pouvoir atteindre le meuble en question.

Je souhaitais mijoter un bon plat, comme ma mère adoptive. Être un adulte responsable qui préparait à manger à sa famille. Au bout d'une minute, en me servant d'un couteau, je me suis ouvert l'index en voulant couper une pauvre tomate.

J'ai reçu une belle remontrance et un pansement pour ma toute première blessure. Ce jour-là, je n'ai jamais voulu cuisiner à nouveau..." —Wanda



Affalée dans l'herbe d'un pré, observant les nuages défilés dans le ciel d'un bleu majestueux, Jaina mordillait entre ses crocs un bout de brindille. Les mains faisant office de coussin pour l'arrière de son crâne, l'albinos ne faisait rien d'intéressant, tuant le temps. Depuis la fourbure de sa jument Orphée, Jaina devait attendre la guérison de son cheval pour reprendre la route. D'après la vétérinaire Ambrosias, il lui fallait un mois de guérison.

C'est ainsi que la louve restait sagement sur Tanuki, l'endroit où elle récupéra une semaine plus tôt sa mignonne petite fille, Wanda Rosenberg. D'ailleurs, en parlant de cette ravissante adolescente albinos, cette dernière effectuait le toilettage de la jument. Brossant la robe ténébreuse de l'animal pour retirer les mauvaises bactéries souhaitant proliférer. Elle établissait également un début de lien avec ce canasson. Cette nouvelle expérience était enrichissante aux yeux de Wanda.

Soudainement, l'estomac de la petiote la dérangea. Elle tenta de cacher le mécontentement de son estomac pendant un bon quart d'heure. Finalement, tiraillé par la faim, Wanda vint près de sa mère, les joues rouges de honte.

« Maman, on pourrait aller manger s'il te plaît ? » demanda-t-elle en détournant timidement son regard. Elle craignait un refus de Jaina, la faute de ne pas la connaître et d'avoir grandi sans sa mère de sang.

S'étirant tout en effectuant un léger gémissement, la cow-girl se releva en retirant la salissure sur ses vêtements. Remettant son Stetson sur son crâne, l'albinos sourit doucement à Wanda Rosenberg.

« Bien-sûr mon petit bourgeon de rose. » acquiesça la mère qui frotta les cheveux soyeux de son enfant. « Allons en ville pour te trouver quelque chose. »

Il ne fallut pas longtemps pour que les deux Rosenberg arrivèrent à l'agglomération la plus proche. L'agitation battait son plein, empêchant la louve d'entendre le chant des tourterelles et le rire moqueur des mouettes. Visiblement, les habitants trouvèrent une occupation commune : être spectateur de quelque chose.

Le monde formait un cercle pour en cacher son centre. Impossible de savoir ce qui se tramait. Roulant des yeux en ressentant au fond de son être une grande curiosité, la Louve Blanche préféra l'ignorer. Nourrir son louveteau était sa priorité. Elle voulut rejoindre un restaurant, le moins coûteux, qui viderait considérablement son compte en banque. Nom d’un cheval que sa vie était compliquée après sa fuite du ranch familial. Autrefois, dans sa famille, l’albinos ne manquait de rien, surtout pas d’argent. Jaina envisagea de ne rien manger, pour tenter d’économiser un peu ou alors de payer un repas de plus pour son adorable gamine.

S’apprêtant à pousser une des deux portes d’entrée du restaurant, une voix féminine attira son attention. La phonation provenait de l’attroupement des citoyens, pile au milieu des rayons du cercle. La cow-girl aurait pu faire la sourde oreille, cependant la dame promettait un repas pour une éventuelle victoire contre sa personne. Comment remporter le jeu, le défi, le combat ? En l’affrontant dans une éventuelle baston. Ça, Jaina pouvait gagner les doigts dans le nez, en espérant que son ennemi ne soit pas si expérimenté que ça.

« Tu comptes te mesurer à cette femme ? » demanda Wanda, assez inquiète d’imaginer sa mère recevoir des mauvais coups. « Et si….et si tu es blessée maman ? Je fais quoi moi ?! »

D’un pas décidé, Jaina entreprit le chemin qui la mena au troupeau d’être humain. Elle venait simplement de sourire à sa fille. Qu’elle était choue, mignonne à s’inquiéter de sa daronne. L’albinos ressentit une grande vague de chaleur recouvrir son cœur. Son cerveau diffusa une deuxième fois ce moment, cette inquiétude provenant de sa fille.

« Ne t’inquiètes pas, je suis déterminé à lui botter le cul pour t’offrir un repas chaud gratuit. »

Poussant sans aucune gêne les personnes sur son chemin rameuté dans la foule, elle arriva avec un peu de peine à rejoindre le centre du troupeau. Là, Jaina découvrit deux femmes, deux jumelles porteuses d’une beauté élégante.

« Je dois m’occuper de qui pour bouffer ? » Une lourde main s’abattit sur l’épaule de la pistolera. Le coyote affirmait que c’était à son tour et non celle de la louve. Bougeant son omoplate pour retirer l’étreinte de l’homme, Jaina fit deux pas sur le côté et assaisonna un coup de talon sous le menton du bougre. « Merci de me céder ton tour, toi qui a la cavité cérébrale qui ne ferait pas une tasse pour un canari. » Une insulte typique d’Hat Island signalant que l’homme est si idiot que sa boîte crânienne ne pourrait pas contenir assez d’eau pour rassasier un canari. « Je peux m’occuper de vous deux en même temps. » déclara Jaina qui craqua sa nuque tout en échauffant ses chevilles en positionnant son talon sur le sol et en effectuant des arcs de cercle. « Si je gagne, je veux un festin pour ma fille et je n’ai nullement l’intention de perdre. »

Les mains sur son ceinturon, grattant le sol à l’aide de ses santiags, l’albinos était prête à non pas utiliser ses flingues, mais plutôt ses coups de pieds endiablés.



:copyright:️Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26582-ft-jaina-rosenberg
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26538-je-joue-de-l-harmonica-mais-je-joue-aussi-avec-la-detente-jaina-rosenberg#275058
C’était drôle comme parfois une simple action pouvait tout chambouler. Oh, ce n’était pas la première fois de la journée que Gwen se voyait faire face à des personnes qui voulaient couper la ligne, ou encore même qu’un potentiel duelliste se montrait arrogant, si sûr de sa force. Elle n’aurait pas du être alerté par la femme qui venait d’apparaitre, vraiment.

Mais lorsque Madame s’écarta, qu’elle ne s’éloigna qu’un instant avant que son pied déboita la mâchoire d’un homme en un clin d’œil ? La sirène sentit un frisson lui parcourir le dos. Car c’était une chose de mettre à terre un adversaire d’un coup avec aise comme la cuisinière l’avait fait jusqu’à présent-

C’en était une toute autre de le faire sans le moindre effort. Puis si vite !

Gwen ne put pas s’en empêcher. Malgré la boule qui la prit au ventre, son sourire jusqu’à là simplement poli s’élargit, rayonna sous l’anticipation. N’étais ce pas ceci ce qu’elle cherchait ? Un challenge, de quoi mesurer sa valeur ! Perdre ? Celle avait été une possibilité qui avait toujours fait partie de son plan.

Ainsi, malgré le regard inquiet de sa sœur, la réticence de son instinct qui lui suppliait de se tenir tranquille, de fuir- Milady s’avance avec grâce envers sa nouvelle cliente, applaudit même !

“Ah, excellent, quelle motivation ! Bravo, bravo !” Un pas vers la droite, puis Gwen se positionna de façon a que si la femme décida de foncer vers elle, personne du public l’empêcherait à d’esquiver ou se retrouverait blessé. “ C’est moi votre cible madame, et j’accepte le défi.” Un brief regard du haut vers le bas. Vingt centimètres plus grande, une meilleure portée. Assommer l’homme aurait été plus simple d’un poing : privilège aux coups de pieds, vantarde ou les deux ? “Ne vous enfaites point, même si je perds, une Gente Dame tient sa parole, l’exalte même !” Albinos, yeux peut-être sensibles au soleil. Bottes avec éperons, possible arme. Un pistolet à la taille, ne pas lui laisser s’en saisir. “Faites moi suer un peu, et ma gracieuse offerte s’étendra non seulement à votre fille, mais aussi à vous très chère~ Quoique évitons de frapper nos spectateurs à nouveau voulez-vous ?”

Pour la première fois de la journée, la sirène prend proprement garde : pieds fermement au sol formant un L, genoux légèrement pliés, une main ouverte étendue de l’avant, prête à dévier toute attaque d’une Paume du requin, l’autre fermée en poing et collée a son torse, prête à l’attaque, ou encore protéger son flanc si besoin. L’une des postures de base aussi bien du Karaté normal que l’aquatique- Quoique pour cette occasion, il était clair quelle variante la cuisinière se devrait d’utiliser.

Se retenir face à un adversaire plus fort était une insulte après tout ! Et un Dollyn était toujours respectueux.

“Donc si cela est clair-”

La noble s’était autant approchée l’air affable pour une raison. Sans même finir sa phrase, son sourire chaleureux s’éteint, et c’est elle qui fonça d’un coup de pied, visant les genoux de son adversaire- et lorsque qu'elle heurta le sol plutôt que la chair, celui-ci éclata violemment en morceaux sous son Attaque aux 100 tuiles, laissant un cratère et faisant sursauter la foule, qui recula enfin proprement alors que leur excitation monta en flèche, donnant avec joie aux deux combattantes tout l’espace dont elles auraient besoin pour le spectacle qui allait suivre.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27463-gwen-dollyn-fiche-techni
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27431-gwen-dollyn-presentation
             





Cauchemar en cuisine !

Gwen Dollyn




Ne bougeant pas d'un pouce lorsqu'elle se fit applaudir par la sirène, la cow-girl apprit que le défi provenait de la plus bavarde des jumelles. Ce round devint donc un affrontement singulier plutôt qu'un handicap. Un sourire en coin étira une partie du visage de l'albinos, provoquant de légères petites rides. Pendant que ses yeux se plissèrent suite à la luminosité désagréable du soleil, la louve détailla attentivement l'ossature, le physique et également les courbes du joli minois détenant un langage de bourgeois. Typiquement le genre de communication qui ne collait pas du tout à Jaina à cause de sa vulgarité et de sa familiarité écrasante.

« Te faire suer ? » Elle fronça ses sourcils de neige et cherchait un sens, une signification, au dernier mot de sa propre question. Est-ce que la pipelette parlait du terme transpirer ? « Je connais un autre procédé pour te mettre en nage, joli cœur. » taquina la femme qui fit rouler des yeux sa propre fille. Malgré son jeune âge, Wanda avait compris le double-sens de la déclaration de sa mère. « Vous avez entendu la dame ? Évitez de me gêner si vous ne voulez pas finir comme votre copain ! C'est clair ?! » gueula la pistolera aux spectateurs. Sa grande bouche accompagnée de son aura de meute fit agrandir le cercle de la foule. Le milieu devint plus espacé, permettant aux deux combattantes de se défouler sans nuisance.

La jolie cœur n’attendit pas pour démarrer les hostilités. À peine quelques secondes lorsque l'attroupement s'éloigna que l'une des jumelles tenta d'attaquer les genoux de la pistolera. D'un léger saut en arrière, Jaina esquiva la fulgurante technique de la combattante. Son membre frappa le sol pour le briser en plusieurs éclats. Comme-ci ce dernier représentait une simple plaque de verre venant d'entrer violemment en collision avec une matière solide.

Jaina leva l'un de ses sourcils tout en sifflant d'admiration et surtout de surprise face à cet exploit. Elle qui souhaitait se méninger, la cow-girl haussa ses propres épaules en constatant de ne pas avoir le choix, que d'utiliser les grands moyens. Lentement, la Chapeauté d'Hat Island retira ses mains de son ceinturon. Elle ouvrit une boîte métallique rangée dans son blouson, puis récupéra une cigarette. Avec délicatesse, ses lèvres hypnotisantes recouvertes d'une jolie couleur rouge, pincèrent le cul de sa cibiche. En rangeant la boîte métallique, la louve se saisit de son Zippo à l'effigie de son héros : Sogeking. Ouvrant le capuchon, elle se servit de la semelle de sa santiag pour faire rouler la molette et ainsi donner naissance à une flamme de son briquet.

Jaina Rosenberg brûla la tête de sa clope, remit correctement son outil dans un étui en cuir accroché à sa ceinture, pour par la suite prendre des lattes de sa drogue. C'est alors que les jambes de Rosenberg chauffèrent d'un rouge vif. Le Fire Heart, le cœur endiablé de la Rose Noire arma les membres de la lutteuse.

« À mon tour, joli cœur. » prévint la cow-girl qui s'avança près du tas de gravats. Elle souleva un débris par le bout de sa santiag puis shoota dedans. Le morceau de pierre fila à toute vitesse sur la bourgeoise. Fort heureusement, il n'était pas chauffé par les pieds brûlants de Jaina. Néanmoins, la prédatrice proposa un dilemme. Premièrement, la sirène se prenait le projectile. Deuxième cas, elle esquivait et laissait la pierre foncer sur un spectateur. Dernière proposition, elle détruisait la nuisance pour éviter qu'il blesse une quelconque personne.

Dans tous ces cas proposés, Jaina ne laissa aucun répit. Elle entama un deuxième assaut. Son légendaire Dropkick baptisé "Demonic Bullet Queen". Non, il fut hors de question d’apporter un nouveau souffle à son adversaire. Surtout lorsqu'il s'agissait de gagner un repas pour son enfant qui observait, dans la foule, sa mère se battre.



:copyright:️Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26582-ft-jaina-rosenberg
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26538-je-joue-de-l-harmonica-mais-je-joue-aussi-avec-la-detente-jaina-rosenberg#275058
Gwen aurait dû trouver le comportement de son adversaire insultant. S’allumer une cigarette en plein combat ? Vraiment ? Tout en esquivant chaque coup de sa part qui plus est ! C’était à peine si l’albinos semblait prendre l’effort de la regarder, prenant tout le temps du monde avec son briquet alors que la sirène elle, essayait vainement tout ce qu’elle pouvait pour l’atteindre de ses coups. Ridicul-

Puis les pieds de l’albinos prirent feu, et alors que la temperature autour d’elles monta en flèche, le courage de la sirène lui, sembla vouloir prendre ses jambes à son cou.

Et pas le temps de se morfondre, qu’un pierre lui fonca dessus ! Manger du caillou, non merci, esquiver, pas une option, public. Déstruction ? L’attaque qui était sûre de suivre la prendrait de plein fouet !

Ne serais-ce que pour une fois, la sirène remercia Tobio dans son coeur pour l’avoir fait tant souffrir lors de ses “entrainements”. Car sans ses tortures incessantes de s’adapter à tout et n’importe quoi, elle n’aurait jamais eu ni la agilité pour pivoter sur elle même aussi vite, ni les reflexes pour dévier le projectile d’une paume du requin au parfait angle- laissant le caillou s’envoler par dessus la foule admirative en arc de cercle jusqu’à l’océan plus loin- ni encore la flexibilité pour, pour..

Pour sauter à pieds joins et se prendre volontairement de ses genoux plutôt que le torse une attaque prévue, bien trop rapide pour être esquivée.

Mais de toutes ces choses que le disciple de Jimbei lui apprit, c’est son instinct qui brilla vraiment dans ce court instant ou les deux femmes sont dans les airs, car malgré la douleur de l’impact, l’agonie des flammes qui brûlent sa “peau”.. Gwen touchait enfin sa cible, et saisit l’infime opportunité.

“R-résonnance aquatique !”

Alors qu’elle s’écria ces mots son attaque ignora le feu ou encore la protection des bottes de la cowboy. Car au point de contact avec la sirène, de l’intérieur même des pieds de sa victime, l’eau contenue dans son sang s’agite, vibre soudainement-

Puis le moment passa, et le temps fut trop court pour que Gwen puisse savoir si elle avait fait de réels dégats avant qu’elle fut catapultée, venant telle une flèche s’écrasser contre l’obstacle le plus proche, une caisse en bois du port qu’elle transperça de son corps avec fracas, seules ses jambes tremblantes restant visibles à la vue du public… qui se soulagéa de voir le haut de la boite s’ouvrir pour montrer une main agitant faiblement un certain haut de forme bleu aux nombreuses dorures tel un drapeau blanc, tous les présents aplaudisant alors la claire gagnante du duel avec enthousiasme.

Ouch son ego balafré, ouch ses genoux brûlés, ouch ses joues agressés par les crabes mécontants que contenait la caisse. Elle n’aurait pas pu faire recours à ses projectiles aquatiques suite à restraindre les mouvements de l’albinos comme prévu mais… Ainsi était un vrai combat, parfois rien qu'un bon coup pouvait sufinir à mettre fin aux festivités.

Il ne fallut que quelques instants d'attente pour que Gwyn soie a à ses côtés, tirant doucement de ses jambes afin de la sortir de son piège sans lui faire mal, puis l'aidant s'assoir parterre, décrochant ensuite au moins une bonne cinquantaine de pinces de ses habits avant que son regard sombra croise le sien. Oh-oh.


" Ceci, c'est pour m'inquiéter, et être une folle imprudente qui essaie de se mesurer à quelqu'un de clairement supérieur."

Puis Gwen voit la bouteille d'alcool d'algues destilé entre ses mains et devient plus pâle encore que son adversaire. Non, elle oserait pas - Trop tard, un bon quart du contenu hautement alcolisé était déjà directement sur ses plaies.

La sirène lâcha un jappent si aigu que plus d'un membre de l'audiance grimace, tandis que d'autres aplaudisent à nouveau alors qu'elle se releva enfin les jambes raides, s'aidant de son sceptre (que sa traitre cadette avait gentiment apporté avec elle) pour arriver jusqu'au foodcart, presque à court de souffle.

Mers, elle aurait besoin de se coucher un bon moment après tant d'action, mais d'abord...

" Uohohoho~ Vous avez un sacré coup de pied !" Son rire est un peu moins pompeux qu'à son habitude essouflée comme elle est, mais sincère alors qu'elle croise à nouveau les yeux sanguins de sa dernière cliente. " Temps de tenir ma parole, que souhaiteriez vous de spécial en ce jour mesdames ? Tant que ça ne soit pas du poisson, je cuisine un peu de tout. J'ai des excellents gigots de mouton en stock, jambon et même encore quelques côtes d'agneau au lait, que du Angora bien sûrspécialité de l'île ! Cela vous tentrait-il ? "

Oui, c'était pas très banal de récommander le meilleur de la carte alors que c'était gratuit, mais Gwen était loin d'être avare, spécialement avec la nourriture. Si c'était ses dires de mets gratuits qui attirairent d'abord quelques clients, ce fut la qualité de son menu et les prix raisonables qui fit vraiment courir la voix et attira tant de monde. Car cuisiner pour elle était avant tout une passion , et voir quiconque sourire à ses plats...

Eh, vraiment une meilleure forme de paiment que les Berrys.


Dernière édition par Gwen Dollyn le Ven 29 Mar 2024 - 9:51, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27463-gwen-dollyn-fiche-techni
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27431-gwen-dollyn-presentation
             





Cauchemar en cuisine !

Gwen Dollyn



Si le lancer de pierre fut formidablement contré, la Louve Blanche prévoyait déjà en cet instant un autre assaut. Toujours avoir un plan B sous le coude, c'est que Jaina avait appris au cours de ses nombreuses aventures. Ainsi, elle utilisa son fidèle Dropkick enflammé baptisé "Demonic Bullet Queen" qui devait toucher l'abdomen voire même la poitrine de son adversaire. Néanmoins, la jeune femme sauta au bon moment pour encaisser l'attaque sur ses genoux. Ce ne fut pas la dernière des surprises, son ennemie, aussi charmante fut-elle, utilisa une technique très étrange. Par un simple contact physique, une désagréable sensation parcourut des pieds à la tête la cow-girl.

Retombant gracieusement sur ses souliers, ses santiags, son corps fut envahit de fourmillement. Serrant ses crocs cachés par sa gueule, la Louve Blanche ressentit une immense frustration d'avoir reçu un tel affront. Elle détestait être mise à mal devant les yeux observateurs de son louveteau. Jaina se devait d'être une mère exemplaire, avec une force impressionnante pour épater son adorable enfant.

Une cuisinière qui tomba dans une caisse, agitant sa main en guise de reddition refroidit considérablement les ardeurs de la superprédatrice. Ses jambes retrouvèrent une température normale, sa colère se calma et les applaudissements de Wanda réchauffèrent le cœur de sa mère. Se tournant face au public dont surtout sa petiote, la cow-girl retira son Stetson pour le plaquer contre sa poitrine et finit par s'incliner en guise de remerciement.

« J'ai d'autres surprises en réserve joli cœur. » exclama Jaina Rosenberg qui tendit sa main pour que cette dernière soit saisie par celle de Wanda. « J'aimerai un dîner conséquent pour l'appétit de mon petit bourgeon de rose. Elle n'aime pas le fromage et raffole du jus d'orange. » La Chapeauté d'Hat Island s'approcha de la cuisinière, rapprochant son visage du sien. Ses billes sanguines brûlèrent d'un terrible avertissement, si la température de ses rubis monta d'un niveau, ses yeux du diable entreront en scène. « Tu as intérêt à tenir ta promesse joli cœur, car au moindre coup fourré, ce ne sont des coups de pieds que tu recevras, mais une balle... » Son index tapota délicatement le front de la civile. « ...à cet endroit précis. Car, si tu ne tiens pas parole, tu décevras ma fille et j'ai une sainte horreur d'apercevoir du désespoir sur son visage. Avons-nous un accord joli cœur ? »

Gênée par le caractère bien trempé de sa chère maman, Wanda détourna ses douces prunelles tout en se grattant la joue à l'aide de son index. Elle ne savait pas trop où se mettre et quoi dire. Décidément, Wanda comprit bien vite que sa mère serait prête à tout pour sa propre personne. Stoppant l'étreinte de sa main avec celle de Jaina, Wanda sépara les deux femmes par mesure de sécurité.

« Je vous prie d'accepter mes excuses, ma mère aime beaucoup trop me faire plaisir. » sourit timidement le louveteau qui tapota ses index entre eux. « Pourriez-vous aussi cuisiner pour elle également ? Nous n'avons hélas pas le luxe de nous nourrir convenablement. » La gamine présenta sa patte en guise de salutation. « Je m'appelle Wanda. La fille de Jaina Rosenberg. Et vous ? »

Postée derrière son enfant, le regard colérique, les bras croisées sous sa poitrine généreuse, Jaina attendit les réponses de la cuisinière avec grande attention. La moindre insulte ou mauvaises paroles à l'égard de son bourgeon signifierait des hostilités.


:copyright:️Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia


Dernière édition par Jaina Rosenberg le Dim 21 Avr 2024 - 10:18, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26582-ft-jaina-rosenberg
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26538-je-joue-de-l-harmonica-mais-je-joue-aussi-avec-la-detente-jaina-rosenberg#275058
Uoh, oula, quelqu’un avait besoin de se calmer dis donc ! C‘était sorti d'où les menaces gratuites ? Et c’était elle ou les yeux de madame brillaient ?! Eeeek ! Elle faisait peur tout d’un coup !

Bonne chose que sa fille intervint, car Gwen n’était pas sûre de comment réagir à une telle violence verbale, s’était à peine retenue de faire un pas en arrière sous la pression.

Allas pour les jumelles, alors que Wanda s’exprime… Gwyn était loin d’avoir la même retenue.

“Ah, je suis Gwyn, et cette empotée que votre mère vient de si aimablement essayer de motiver s’agit de Gwen.” Elle souriait et sa voix était cordiale, mais la lueur dans ses yeux était froide.. et ouille, le sarcasme. “Quoique ce terme, vous nourrir… ‘convenablement’ ? Voila un bien maigre descriptif des compétences de ma chère sœur.”  Doigts liés, sa cadette posa ses deux main sur l’épaule de son ainée, se penchant vers elle d’un air complice. “ J’ai vu le standard des lieux, et je dis avec confiance que vous avez sans aucun doute, la meilleure cuisinière de l’île sous vos yeux ma chère. ” 

Ah, elle aimait vraiment pas l’albinos pour l’avoir blessée ainsi hein ? C’était discret mais Gwyn avait clairement snobé la plus âgée du duo, faisant comme si elle était plus là, ne lui donnant pas un seul regard. De quoi froisser une dame au tempérament ardent pour tout dire, donc Gwen intervint.

”Ah, on me couvre d’éloge indue, mais non pas son fondement ! Ne vous en faites point Miss Wanda, j’avais bien dit que je vous nourrirais toutes les deux si on me donnait droit à un bon combat ! Vraiment le plaisir est mien, après tout... Toute gente dame qui se respecte tient toujours sa parole.”

Un sourire aimable des plus agréables, puis comme pour détendre l’atmosphère, l’aura d’élégance de madame s’active, rendant madame simplement…. éblouissante, certains membres de leur public se frottant les yeux perplexes, se demandant d'où diantre étaient sorties les pétales de rose bleues derrière la dame au haut de forme ?

”Ainsi en attendant votre plat principal, voici une humble entrée: pan tumaca, mais au lieu de la typique tomate, du Salmorejo. De quoi ouvrir vos appétits en attendant le plat principal mesdames. Allas, pas de jus d’orange, mais vous avez une gourde d’eau et des verres sur mon cart, servez vous seulement !”

Est-ce que la cuisinière venait de préparer une dizaine de tartines délicieusement croustillantes enduites d’huile d’olive,  une fine purée épaisse de tomate, poivron rouge, ail puis du jambon ibérique finement coupé par dessus dans la courte période de distraction ou personne prêta attention à ses mains ? Oui, Car pour aller vite en cuisine certaines choses sont préparées d’avance et Gwen était juste expérimentée à ce point. Même la présentation était soignée, les rondelles de pain formant un joli arc de cercle, quelques feuilles de basilic décorant le tout.

Simple, mais élégant. Comme toute chose de respectable dans ces mers !

“Allez, bon appétit ! Le reste sera prêt bientôt.”

Puis rattrapant entre ses mains le sceptre qui était momentanément resté suspendu, Gwen leur donne l’assiette, un clin d’oeil enjoué puis s’attèle à sa tâche. 

Les mains déjà lavées et sans gants en un instant avant qu’elle se soie attelée aux tartines, un gigot entier est sorti du garde manger. Quelques tâtons de ses doigts, puis… 1, 2, 3, quelques couts grâcieux de son couteau, et d’un côté on trouve soudainement la viande, de l’autre les os, tendons et graisse, que Gwen remet sans plus en stock dans une boite du garde-manger, chaque mouvement calculé.

Le gigot sans os se voit ensuite entaillé, puis enduit aussitôt d’un mélange abondant d’herbes aromatiques, Milady faisant attention à bien laisser le tout s’introduire dans chaque créneau de la viande afin de maximiser lqu'explosion de saveurs qu’elle recherchait. Puis elle enroule le tout, l’attache avec des fils, puis secret du chef-

Elle pose une paume sur le tout, et lâche une Résonance aquatique très contrôlée, faisant le gigot vibrer pendant rien qu’une seconde sous la technique. Si avant la viande était tendre ? Maintenant, elle serait fondante.

Puis hop, une nouvelle couche d’herbes et le tout part dans la poêle, puis est couvert. Prendre quelques patates et  en faire des allumettes est un jeu d’enfant, puis une petite salade sur le côté ne prend que quelques instants- 

Puis Gwen ouvre la deuxième poêle qui avait déjà été au feu avant même que le duo mère fille arrive, avec un gigot identique au premier, mais déjà prêt. Ces machins prenaient leur doux  temps et c’était un plat assez demandé, donc comme toujours dans n’importe quel restaurant, prévoyance.

Le morceau de viande est pris avec grand soin, les mouvements de Gwen soudainement lents. Un seul mauvais pas, et il s’effriterait comme si rien sous les yeux de l’audience. La viande était juste à ce point. Puis Gwen coupe doucement des rondelles, en met 3 dans chaque assiette avec le reste-

“Voila, le plat est servi !”

Les deux assiettes sont apportées aux dames avec des couverts. Les rondelles étaient généreusement épaisses, les herbes aromatiques en leur sein formant une jolie spirale- puis leur odeur ! Un mélange citroné avec des touches de romarin, de quoi mettre l’eau à la bouche. 

Et Gwyn apparait sur le côté avec deux verres de jus d’orange ! Ah, elle était allé en chercher pour faire la surprise ? Si… si élégant ! Ah, elle en attendait pas moins de sa soeur !

Puis la voix des deux jumelles se synchronise, et en bon duo :

""Merci pour le duel et bravo pour votre victoire, profitez !""
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27463-gwen-dollyn-fiche-techni
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27431-gwen-dollyn-presentation
             





Cauchemar en cuisine !

Gwen Dollyn




Prenant une table finement présentée par les jumelles détenant un langage irritant aux oreilles de Jaina, les Rosenberg s’y installèrent. Si sa fille était tout heureuse d’avoir la chance de déguster de très bons aliments, l’albinos quant à elle, n’éprouva aucune satisfaction. D’une posture nonchalante, sa tête posée contre le ventre de sa main dont le coude fut sur la table, Jaina observa en silence Wanda qui se remplissait l’estomac. Elle ne l’avait jamais vu ainsi, dévorant comme une véritable affamée, comme une jeune femme n’ayant pas mangé depuis des jours. Était-elle heureuse de voir sa fille ainsi ? Oui et non. D’un côté, la mère fut soulagée que ce festin arrive au bon moment. D’un autre angle, Jaina ressentit de la jalousie à l’égard des compétences culinaires de cette Gwen. Au fond de son esprit, bien bordélique et simplet en comparaison des plus intelligents, la cow-girl se titilla à demander un service à cette demoiselle.

Touchant à peine à son plat, la faim n’étant pas si grande pour son ventre, la Louve Blanche s’éloigna de son enfant pour se griller une clope. Elle préféra être à une distance raisonnable pour éviter que l’odeur du tabac recouvre le doux parfum de la cuisine de Gwen. Prenant deux bonnes bouffées qui consumèrent un tiers de la cibiche, Jaina finit par retirer cette drogue pincée entre ses lèvres et croisa ses bras sous sa poitrine généreuse. Elle remarqua les habitants du coin s’éloigner de la zone. Depuis que la pirate avait remporté le défi des jumelles, l’attraction ne fut plus d’actualité. Tous retournèrent à leurs occupations quotidiennes. Certains gardèrent le sourire, sûrement que leurs journées furent fort plaisante. D’autres devinrent impassible ou firent la gueule en se rendant compte que la dure loi de la réalité s’abattit sur leurs frêles épaules. Soudainement, ses billes sanguines, qui ne brûlèrent plus d’une grande colère, visualisèrent une mère donnant une glace à son petit garçon. Leur connectivité, leur lien rendit de nouveau jalouse la desperada. Soufflant fortement sur sa mèche rebelle, Jaina se retourna et réduisit la distance qui la sépara de Gwen.

Sans être brusque, qui d’ailleurs fut étonnant pour une femme de sa trempe, elle entraîna la cuisinière pour éviter que Wanda puisse entendre la future conversation, échange.

« J’ai une demande à te formuler Gwen. » déclara la cow-girl qui entoura son bras autour des épaules de la jeune femme. « Pourrais-tu m’apprendre deux trois choses pour que je puisse être une bonne cuisinière ? J’aimerai pouvoir concocter des plats pour ma famille, pour ma fille sans devoir dépendre d’autres personnes. Est-ce possible pour toi ? » Retirant son étreinte, effectuant deux pas pour être devant Gwen, l’albinos se retourna et remit sa clope entre ses lèvres hypnotisantes. « Si tu acceptes, je suis prête à te payer. J’ai la fâcheuse manie d’être radine, mais je fais toujours des efforts pour le bonheur de Wanda. Quand penses-tu ? » interrogea Jaina qui disposait de légères connaissances en cuisine en ayant aidé sa mère Daisy dans le passé. Une compétence à l’heure actuelle médiocre, pire que passable… « Je…je suis désolé pour tout à l’heure. Pour les menaces. » Elle détourna son regard, gênée d’être aussi émotive et colérique quand le sujet tournait autour de son enfant. « Vois-tu, je travaille difficilement sur moi-même pour être…une bonne mère pour Wanda. »

Plus loin, toujours à table, l’adolescente termina son assiette et échappa discrètement un rôt. Honteuse, les joues rosies, elle s’assura que personne ne l’avait entendu. Contrairement à sa mère, le louveteau désirait avoir un peu plus de tenue que cette dernière. Une femme se devait d’être élégante et non de ressembler à un garçon manqué.



:copyright:️Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26582-ft-jaina-rosenberg
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26538-je-joue-de-l-harmonica-mais-je-joue-aussi-avec-la-detente-jaina-rosenberg#275058
La fermeture s’était bien passé, les quotas avaient été atteints. Que dire, Gwen était plus que contente- Ou du moins, tant qu’elle regardait pas trop en la direction de sa sœur, désintéressée maintenant que son ainée pouvait à nouveau marcher sans assistance… à présent dans son coin entrain de dessiner mers sait quelle robe.

Que dire ? C’était décourageant de la voir si indifférente malgré ses efforts pour la sortir de sa boulle. Détestait elle à ce point leur petit voyage autour des Blu-

Jaina la saisit alors, coupant ses pensées, et Gwen n’eut qu’un instant pour déposer l’assiette qu’elle était entrain de laver avant de se retrouver sur le côté avec bras autour de ses épaules- à écouter.

Et écouter est une chose que la sirène faisait à merveille, tout comme étudier le comportement de quelqu’un. Ainsi, elle ne manqua point de remarquer la contenance moins agressive de sa cliente, la lueur vulnérable dans ses prunelles écarlates si fières il y a à peine quelques instants, la sincérité qu’habitait ce ton de confession dans sa voix.

“Madame Rosenberg, cela serait une honneur de vous assister dans une si noble affaire, payée ou pas.” Dit la sirène d’un air affable, souriant avec bienveillance. “ Ma journée de travail est finie, et je ne suis point du type rancunier, quoique j’avoue que vos excuses égaillent mon coeur et son accueillies avec grâce.” Pause, puis comme si réalisant à quel point sa phrase était extravagante, la sirène lâcha un petit rire enjoué. “ Je vous présente d’ailleurs les miennes pour le langage, à croire que cette gente dame n’arrive jamais dire quoique ce soit sans en faire tout un récit. ”

Clin d'oeil, etournant près de son foodcart, Gwen donna deux coups à ce dernier, comme toquant à une porte puis-

”Sir Ernest ? Le libre au dos rouge et la couverture bleue je vous prie, et un autre tablier ?”

-Et du trou devant le cart, une pince géante ressort avec les objets demandés. Gwen ignore les passants qui sursautent alors qu’elle récupère le tout avec gaîté, haussant son haut de forme par reflexe.

” Merci bien, vous êtres fort aimable !”

Puis elle fit signe d’une main à Jaina pour qu’elle approche, lui tendant le tablier avant de reprendre parole.

“ Je vais être sincère : apprendre à cuisiner n’est point une chose que vous saisirez en un jour ou deux. Mais je peux tout de même vous inculques quelques bases pendant que moi et ma sœur restons dans l’île… “ Se servant de la table dépliable du Foodcart comme support, Gwen posa le livre entre elles. “ Sécurité en cuisine, hygiène, une diète convenable, comment se fournir des bons ingrédients au port sans se faire plumer, leur conservation en mer… On a plein de choses à discuter mais-”

Puis Gwen ouvre la couverture, pointe à l’index avec enthousiasme.

”La meilleure chose moi je dis, c’est vous raconter tout cela en l'accompagnant par un peu de pratique ! Histoire de s'égailler un peu.  Les recettes de ce livre sont plutôt simples, alors choisissez en une que vous pensez fera plaisir à votre fille voudriez vous ? Je vous guiderai pas à pas dans les étapes en pointant la bonne manière de faire… cela sera du gâteau, j'en suis certaine !”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27463-gwen-dollyn-fiche-techni
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27431-gwen-dollyn-presentation
             





Cauchemar en cuisine !

Gwen Dollyn




Jaina attrapa le tablier proposé par Gwen, il ne faudrait pas que ses merveilleux vêtements de cow-girl soit tâchée à cause de son apprentissage pour confectionner de petits plats. À vrai dire, sans y émettre le moindre mensonge, l’albinos désirait apprendre à mijoter les repas pour sa fille, mais surtout pour son futur équipage pirate. Car oui, souhaitant être la cheffe de sa propre famille, de sa merveilleuse meute, la Louve Blanche se devait d’apporter, d’offrir, de servir de la bonne bouffe pour ses congénères. Normalement, le rôle d’Alpha fut de manger la première et de ne pas chasser le gibier. Jaina n’aimait pas respecter cette règle. Si cette dernière s’occuperait de faire la cuisine, elle serait certaine que les histoires d’empoisonnements ne traîneront pas autour de sa famille ultérieure.

Effectuant un nœud derrière sa taille, serrant bien le tablier pour éviter que ce dernier tombe malencontreusement, l’apprentie qui est très silencieuse, écouta attentivement les directives de cette charmante jeune femme. Son ton, sa mélodie, son intonation de voix dégageait une passion enflammée. Confectionner des plats de toutes sortes devaient être une véritable partie de plaisir. Jaina ne pouvait pas critiquer cette admiration venant de Gwen, elle-même adorait bidouiller les armes à feu et aussi les collectionner. Son rêve ? Sa passion ? Avoir un arsenal de pétards réputés, légendaires pour pourquoi pas faire jalouser les amateurs et les collectionneurs.

Faisant une légère grimace de tous ses livres entreposés et présentés sur la table dé-pliable, l’albinos espérait ne pas redevenir une élève retournant à l’école. Étudier n’avait jamais été sa tasse de thé, surtout que cette dernière détestait cette boisson chaude. Subitement, la peine qui se lisait sur la bouille blanchâtre, limite cadavérique de celle atteinte de la maladie de l’albinisme reprit quelques teintes de couleur, suite à la remarque de la Coq. Jaina devait choisir une recette pouvant plaire à son enfant dans un des livres qui en proposait une montagne.

Tapotant l’ongle de son index verni de noir contre son menton qui ne proposa pour le moment aucune ride, la mère de Wanda s’approcha du cuistot et étudia le sommaire du livre. Pas mal de noms ne lui disaient absolument rien. Elle se demanda si les quelques recettes impossibles à lire et à dire appartenaient à une langue différente du basique. Soudainement, le poulet à la crème fraiche attira la curiosité de la cow-girl. Cette dernière n’avait jamais mangé ce plat, mordant plutôt dans du bœuf ou du bison. Elle se souvint que son père était allergique à cet oiseau plumé, dont la raison de pourquoi la Louve Blanche n’en avait jamais dévoré.

« Poulet à la crème fraiche accompagnée de champignons. » choisit la desperada qui se tourna près de Gwen pour savoir si cette dernière allait accepter ou non de l’aider à faire ce plat. « Entre nous, je n’ai jamais mangé de cette viande. Mon père y était allergique et ma mère n’en raffolait pas du tout. C’est possible de m’apprendre à concocter ce repas ? Histoire de faire découvrir également le goût de cette viande à mon bourgeon de rose. »

Se permettant de saisir délicatement une des mains de Gwen, la gauche pour être plus précise, Jaina s’attarda légèrement sur cette peau rosé, moins blanche que celle de Jaina et terriblement douce au toucher. La chaleur qui s’en dégageait rendit presque jalouse la malade. Doucement, la cow-girl lui donna une bourse remplie de berrys. Une somme gagnée grâce à ses petites aventures. Légales ou non, là n’était pas la question. Cet argent lui appartenait désormais et cette monnaie était destinée à cette femme qui aimait visiblement se battre pour avoir proposé un jeu de bagarre.

« Je t’en prie, accepte ceci pour ta gentillesse de ne pas avoir dit non tout à l’heure. » Elle fronça ses sourcils, ses billes se mirent à briller chaudement. « Sinon, je vais me fâcher. » lâcha Jaina d’un air amusé, plaisantin. Mais peut-être était-elle réellement sérieuse dans ses propos… Peut-être…



:copyright:️Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26582-ft-jaina-rosenberg
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26538-je-joue-de-l-harmonica-mais-je-joue-aussi-avec-la-detente-jaina-rosenberg#275058
Poulet a la crème hein ? La viande de volaille n’était pas le choix le plus facile en règle générale pour un débutant selon ce qu’on faisait… mais toute recette avait ses cuacs, et comment dire non à un tel regard ? Elles auraient juste à devoir être prudentes.


“Cela me semble une excellente raison ! Et… mille mercis. J’accepte votre générosité avec grâce, à croire que je dois me rendre digne de mon salaire à présent !”


Gwen ne compta pas l’argent dans la bourse alors qu’elle la donna a Sir Ernest, ce dernier lui donnant les ingrédients pour la recette lorsqu’elle les demanda. Puis son sourire candide en plein éssort alors qu’elle se retourna vers Jaina, elle déposa les ingrédients sur la table


“La difficulté de faire du poulet je dirais réside dans le fait de trop ou pas assez le faire. Dans le premier cas il risque de devenir de la paille en bouche, dans le deuxième l’intérieur risque d’être cru, ce qui peut présenter un risque selon les normes sanitaires de l’île ou vous achetez votre viande, on ne rigole point avec la salmonelle-”


La cowboy allait comprendre bien vite alors que les deux femmes suivirent ensemble la recette : Gwen était une détailliste pragmatique. Le type de cuisinière qui payait attention à mille choses, mais gardait toujours une très bonne raison pour mettre l’accent sur un détail qu’un autre bâclerait : le fait que la vie de tout un équipage dépendait d’elle.


Chaque anecdote qui semblait la quitter était une petite leçon utile, de survie. Pourquoi Jaina devait prendre grand soin à conserver ses aliments secs dans des coffres étanche avec du riz lorsqu’elle navigait ? Car le riz sec absorbait l’eau, et pendoiller ses saussisons au plafond avait beau les protéger des rats et sembler pratique, c’était une excellemente manière de qu’ils pourrisent. Tout aliment conservé avec du sel absorbait très facilement l’humidité de la mer, il valait même parfois cuisiner certaines recettes (tels les biscuits) sans sel si on comptait les manger sur plusieurs jours.


Pourquoi l’albinos devrait avoir quelques poule vivantes à bord ? Car ration d’urgeance, elles ne demandaient pas grand soin, et avoir des oeufs frais étaient un luxe qu’on n’appréciait pleinement que lorsque l’une des infâmes tempêtes de Grand line retardait ton navire 20 jours de plus ce qui était- uh ? si elle avait navigué Grand Line ? Eh, un poil disons~ Oh, et il fallait pas oublier-


Comment soigner les brûlures, l’importance de l’hygiène, faire ses propres conserves, reconnaitre les premiers signes du scorbut, les marques de pillules de vitamine C à toujours avoir sous stock pour éviter cela, les rois des mers courants à manger ou pas…Oh, la sirène parlait et parlait pendant les temps d’attente, prenant des notes dans ses parchemins alors qu’elle montrait à la cowboy comment se servir d’un couteau en sécurité alors qu’elles pelèrent et coupèrent ensemble les oignons, qu’après préparer le mélange crème/farine et la mettre de côté, elle souligna l’importance de frire les oignons d’abord car ils mettaient plus de temps à se faire que le reste et-


“Allez-y donc, je vous ai montré comment faire, et les oignons seront bientôt prêts pour qu’on rajoute le reste. “ rapidement, elle montra comment peler un ail efficacement. “ Veuillez faire le reste et les couper en rondelles voulez vous ? Des rondelles grosses ou elles brûleront, l’ail est très sensible. De même pour les champignons ! Puis pendant que le tout mijote, vous rajouterez dans une autre pôelle les morceaux d’escalope de poulet qu’on a préparé, rapellez-vous elle doit être bien chaude avant de mettre la viande pour la sceller ! Aussi, ne pas trop la charger de viande ou ça bavera de l’eau de partout et votre poulet finira peu juteux, cuit plutôt que frit. Une fois que le tout soit prêt, vous pourrez tout assembler dans cette marmite et rajouter la crême avec un peu d’eau. Il faudra alors laisser mijoter le tout 15 min, le temps que la sauce devienne onctueuse.”

Puis la cuisinière prit un pas en arrière, donnant un dernier sourire rassurant à sa charge alors qu’elle prit une pose dramatique, s’appuyant sur son sceptre... ses genoux meurtris commençant faiblir, ouch.


“Allez-y ma chère apprentie ! Le stage est a vois, à partir de cet instant je vous laisse faire en toute confiance : éblouissez-moi donc !”


Oui, Gwen était optimiste. C’était tout simple, ça allait bien se passer !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27463-gwen-dollyn-fiche-techni
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27431-gwen-dollyn-presentation
             





Cauchemar en cuisine !

Gwen Dollyn




Les fesses sur un tabouret, les bras qui pendent, son couvre-chef sur le sol, Jaina était littéralement exténuée. On pourrait croire que la damoiselle avait couru un marathon pour avoir un visage ruisselant de sueurs. Nullement. La cow-girl n'aurait jamais pensé que cuisiner fût une tâche aussi ardue et si crevante. Désormais, la Louve Blanche ne comptait plus manquer de respect envers ses coqs, sauf bien entendu les prétendus qui se jouaient de leurs métiers en cuisinant des mets immondes. Car oui, ils y en avaient. Des bons comme des mauvais. Cela était pareil dans n'importe quelle branche de métier et de passionné.

Essuyant son front humide à l'aide d'une petite serviette, l'albinos observa son enfant dévoré une assiette de sa conception, de son plat, bref du poulet à la crème à base de champignons. Son louveteau avait décidément un grand appétit, bien plus que celui de sa mère. Le sourire joyeux de son enfant redonna de l'espoir envers Jaina pour être une mère responsable. La dame semblait être dans la bonne voie.

Retirant son tablier en tirant sur une ficelle de son nœud se trouvant derrière son dos, ce vêtement se détacha de sa taille et fut tenu par l'une des pattes de la louve. Soigneusement, elle plia le tablier et le déposa sur la table pliante. Puis, Jaina répondit immédiatement à son envie de tabac en sortant un paquet de clopes et en retirant une par ses crocs. Très vite la tête fut brûlée par la flammèche de son briquet à l'effigie de Sogeking.

« Merci pour tes conseils Gwen. » déclara chaleureusement la hors-la-loi qui fut capable de montrer un peu d'humanité, de tendresse, de gentillesse envers une personne étrangère de sa famille. Recouvrant sa tignasse de neige de son Stetson provenant de Hat Island, la cow-girl rassembla ses affaires le temps que Wanda termine son plat. Elle mangeait comme une cochonne malgré son âge, montrant que l'adolescente crevait de faim depuis un moment. Jaina devait redoubler d'effort pour éviter de faire souffrir ainsi son enfant. Sinon, Pandore pourrait très bien ressurgir pour tirer les oreilles de Jaina...

« Je ne vais pas rester ici plus longtemps, je dois retourner auprès de mon cheval. » annonça la mère de Wanda qui tendit une serviette à sa gosse pour qu'elle puisse essuyer ses lèvres recouvertes de sauce. « Ma jument est blessée, je dois retourner à son enclo pour m'assurer qu'elle ne fasse pas de bêtise. Au plaisir de te revoir toi et ta sœur. »

La petite Rosenberg enroula ses bras autour de la taille de la cuisinière pendant que Jaina prenait déjà la poudre d'escampette. S'assurant que sa mère soit suffisamment éloignée, Wanda retira son étreinte.

« Je vous remercie pour votre bienveillance à l'égard de ma mère. » Elle s'inclina respectueusement en signe de remerciement. « C'est agréable de la voir sous un autre jour et c'est grâce à vous. J'espère vous revoir Gwen, prenez soin de vous et de votre sœur. » dit-elle en se reculant, les mains derrière son dos et adressant son légendaire sourire angélique.

Entendant la voix de sa mère qui l'appelle, Wanda effectua un petit signe de main en guise d'au revoir et s'empressa de rejoindre Jaina pendant que sa tresse indienne d'une blancheur élégante fouetta son dos à chaque mouvement de ses pas. L'histoire des Rosenberg et des Dollyn se termina de cette manière. Peut-être que ces deux familles se retrouveront à nouveau, dans un prochain chapitre, dans un autre comte qui normalement ne devrait pas parler de sang et de tueries, mais sûrement de cuisine...



:copyright:️Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26582-ft-jaina-rosenberg
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26538-je-joue-de-l-harmonica-mais-je-joue-aussi-avec-la-detente-jaina-rosenberg#275058