-24%
Le deal à ne pas rater :
-24% Sac de 8kg de briquettes de charbon WEBER
12.99 € 16.99 €
Voir le deal

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Un retour miraculeux

A bord du Mécakraken, 20000 lieues sous les mers...

- Non mais c'est pas vrai ! Keiko, Milo, qu'est ce que vous foutez là ?!
- C'est simple : en temps que bras droit et première de tes accompagnatrice, je vais là où tu vas.
- Je t'avais dit que je te suivrai quand tu m'as engagé. Alors je te suis. Surtout vers une île remplie de poisson...
- Je pensais pourtant avoir été clair ! J'avais dit "les utilisateurs de fruits restent sur les navires !" Qui va s'oocuper de l'équipage si vous y êtes pas !
- T'inquiète... Alfred est avec eux.
- Mais... Alfred devait venir avec nous !
- Roh ça va, on a échangé. Et puis tu avais accepté de faire venir Senna.
- Oui... Mais elle, elle a demandé gentiment pour venir !
- Oh ça va, de toute façon on est là et en plus on ne prend même pas de place. Et à moins que Red veuille faire demi tour pour nous ramener, on reste avec toi.
- Vous me fatiguez...
- De toute façon ça y est, on arrive.

Sous cette annonce de Red, tous mes compagnons se précipitent vers les hublots pour mieux voir ce dont il est question : un royaume totalement engloutis par les eaux grouillant de vie marine. Lentement, je quitte mon siège pour me rapprocher de Daenerys qui est assise près d'une vitre.

- Ça va ? Pas trop angoissée ?
- Je... Je sais pas trop...

La sirène bleue déglutis bruyamment alors qu'elle voit cette île pour la première fois depuis de trop longues années. L'île où elle est née et où elle doit avoir une famille. Malheureusement, le sort à fait d'elle un animal esclave de dragon céleste avant même qu'elle soit en âge de conserver ses souvenirs. Pour autant, si l'on en croit ce que nous a dit Red, il ne sera pas si difficile que cela de retrouver sa famille : de part son pouvoir si précieux et particulier, qui fait d'elle l'arme antique "Poséidon", elle est une descendante de la lignée royale de cette île. Apprenant cela, Daenerys nous a alors demander de rencontrer cette famille, chose que nous n'avons pas pu lui refuser, au grand damne de son protecteur Matsuya, qui est bien silencieux depuis qu'on a entamé ce voyage...

Laissant la sirène a ses pensées, je me tourne vers lui, puis regarde dans la même direction que lui.

- Tu as peur qu'elle ne veuille plus jamais quitté sa famille hein ?
- Fous moi la paix.
- A mon avis, tu t'inquiètes pour rien. Elle t'aime beaucoup trop pour se séparer de toi.

L'ancien corsaire ne dit rien, par contre ses joues se parent d'un jolie rouge qui veut tout dire. Bien sûr, je pourrais le taquiner plus que ça sur le sujet, mais mon empathie m'indique qu'une autre personne dans ce sous marin est légèrement tendue. Je laisse alors mes compagnons à leurs émotions pour m'approcher du capitaine de ce vaisseau.

- Tu n'as jamais recroisé Toji depuis Impel, non ? On sait si il est toujours dans le coin ?

Toji, alias l'ancien capitaine de Red lorsqu'il était dans la marine. C'est à cause de lui que Red a été viré et je sais que c'est quelque chose qu'il porte dans son cœur comme un regret. Et je dois dire que ça m'attriste un peu en vérité. Car finalement, si Toji n'avait pas été un si gros ripoux, est ce que nous en serions là aujourd'hui ? Red serait surement devenu amiral plutôt qu'Empereur, et moi je serai peut être morte en 1625 des mains de cet affreux Tetsuda... Mais bon, c'est du passé tout ça et puis, on est pas tellement là pour remuer ces vieilles histoires...

- Tiens, voilà la zone aéré... C'est toujours aussi petit...

Juste le temps que la manœuvre d'amarrage soit faite et nous pouvons arrivé dehors, dans la petite zone commercial où sont autorisés les Touristes, et où la panique est vite généré alors qu'on met pieds à terre.

- Ce qu'il y a de bien c'est qu'on a pas besoin de s'annoncer pour avoir droit à un guide privé, je suppose que la garde va pas tarder à arriver avec tout ce remue ménage.

Devant nous, les civils crient, pleurent, paniquent : courant dans tous les sens en sonnant l'alerte à l'Empereur.

- Qu'est ce qu'ils leur arrivent ?! dit Daenerys, inquiète, chevauchant son Requin volant.
- Ils lisent trop les journaux. T'en fait pas, ça devrait aller mieux quand ils se rendront compte qu'on n'a rien cassé.


Un retour miraculeux 1425067977-izya-sflagopr Un retour miraculeux 1465207581-signizya Un retour miraculeux 1lmh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-
Ça devrait aller mieux quand ils se rendront compte qu'on n'a rien cassé.

C'est pas dit je pense. Vraiment pas.

D'abord parce que si la surface sous bulle de l'ile des hommes poissons s'est drastiquement réduite ces dernières années, c'est que les humains y sont de moins les bienvenus et qu'on y tolère encore ceux qui y passent mais plus vraiment les touristes.

Ensuite parce que le navire qui nous a amené n'est pas vraiment la gentille bulle que les locaux ont l'habitude de réceptionner, et qui leur assure que les touristes sont à leur merci s'ils s'agitent trop. Voir arriver un Kraken mécanique d'une centaine de mètres de long a du pas mal hérisser les écailles de ceux qui s'occupent de protéger le coin, et ce serait difficile de leur reprocher d'être un peu tendu.

D'autant que ceux qui trainent en surface doivent parfaitement savoir qui est susceptible de sortir de ce navire.

- Si Toji n'est plus dans le coin en tout cas on ne l'a pas vu ailleurs.

Alors oui, il est dans le coin c'est sur. Surement planqué dans l'ombre comme a son habitude, tirant des ficelles de combines obscures pour grappiller un peu plus de pouvoir et de puissance. Les vieux poissons foudres ne changent pas, c'est connu, et moi, c'est ce que je ferais à sa place.

- Je n'aurais peut être pas du venir.  

Parce qu'on ne s'est pas vraiment quitté en bons termes. Parce que j'ai la rancune parfois aussi tenace que Toji a le crane dur, parce que...

Parce que je lui dois finalement beaucoup ? A moins que ce ne soit lui...

Baker a manœuvre vient saisir de ses tentacules l'immense bulle du quartier des arrivants, vu de la mer ça doit donner l'impression que le kraken se préparer à venir dévorer tout ce qui se trouve la dedans, mais il ne s'agit que d'accostage. Et quand la bouche du monstre vient se coller à la paroi de la bulle ce n'est que pour nous donner accès à la zone respirable.

Et nous sommes attendus.

Malgré mes voyages sur le nouveau monde je n'ai jamais fait escale ici. Evitant Toji comme la peste. Et je suis un peu déçu, sorti de l'odeur marine et de l'étrange végétation qui pousse sur le sol océanique, le quartier ressemble à n'importe quel port mal famé du monde. Des taudis anarchique, une population qui fuit notre arrivée, des gardes qui se rassemblent en cordon pour faire face aux vilains pirates vomis de la mer...  Rappel néanmoins que nous sommes loin sous l'eau, les gardes tritons arrivent directement de la paroi de la bulle, et un regard au dela nous permet de constater qu'ils ont du encadrer le navire dés qu'il a fait mine de se rapprocher de la cité. Le coin sent la méfiance; une méfiance compréhensible, après tout, depuis la trahison de Toji, un pan entier de la marine n'a été créé que pour ravager le coin.

Au milieu du cordon de garde, un officiel s'avance. Les dorures et les emblèmes qu'il porte ne me disent évidemment rien, mais je sais reconnaitre un capitaine de port quand j'en croise un, et celui la ne manque visiblement pas de cran, en tout cas il ne sue pas de peur, mais c'est peut être juste la faute des écailles.

- Izya Tahgel, Capitaine Red. En ces jours de couronnement, l'ile des hommes poissons est ouverte à tous ceux qui viennent en fouler pacifiquement le sol. Déclarez vos intentions et nous vous laisserons aller.

Ouais, tendu mais serein. Cela dit, si Toji est en train de jouer les éminences grises dans le coin, ils peuvent probablement se le permettre...

Ou alors c'est lui le nouveau roi ?


Dernière édition par Red le Mer 27 Mar 2024 - 13:52, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
Une moyenne de 14  cérémonies de thé, 3 banquets 2 Galas par noble. Un marathon socio-politique s'étant étiré sur plus d’une semaine alors que les préparatifs pour le couronnement imminent du prince atteignent leur apogée.

Le coup de grâce ultime pour massacrer en toute bienséance le parti pro humain.

Refuser les invitations ? Une faiblesse pour tout dignitaire, inconcevable pour les partisans d’Otohime ! Oh, ils savaient que c’était un piège, que pour chacun de leurs, 2 à 3 adversaires seraient là pour les faire trébucher, l’un tenant le front tandis que le reste se reposait en dehors des festivités. Une bonne moitié de leurs effectifs avaient déjà succombé à une overdose de pâtisseries. Mais allas les temps étaient durs, et ils se devaient de montrer front uni plus fort que jamais face à leurs opposants.

Surtout en vue de l'état du Généralissime Hanbannama…

Car si les derniers jours avaient été rudes pour eux, il avaient tout simplement été terrifiants pour le vieux Triton, qui malgré sa force et maîtrise exceptionnelle sur l’eau, se trouvait allas démuni face aux langues les plus acérées du royaume et leur noirs dessins. Déjà, ils avaient commencé à jouer sur les sentiments. Un commentaire par ci sur à quel point la princesse aînée était si triste dans ses quartiers, ses regrets, une petite pique par là d’a quel point cela lui ferait plaisir de voir sa famille-

Tout cela dissimulé dans les discours les plus fades imaginables bien entendu, mais leurs combattants les plus aguerris (ceux qui n’avaient pas été assommés par un énième monologue sur l’anémone végétarienne de la duchesse Pomfrei, paix à leurs âmes) avaient bien vu leur jeu, et ses effets néfastes : bientôt, si rien n’était fait, le Général craquerait.

Mais tout espoir n’était pas perdu. Car si bien leur ennemi était une machine à plans machiavéliques parfaitement huilée, il avaient quelques as dans la manche. L’arrivée d’un d’entre eux serait tardive, sûrement du aux complots de ces canailles-

“Ah ! Mes chers, mes amis ! Si ravie d’être là à temps, cela faisait si-si longtemps !”

Si tôt ? C’est la peur et l’espoir à part deségales qui s’empare du champ de batail- erg, du hall aux coraux alors que cette mélodieuse voix pompeuse si caractéristique se laisse entendre par tous. Qu’un familier haut de forme se démarque dans la foule de notables et que la petite dame sous ce dernier trace sa route avec grâce jusqu'à Hanbannama.

”Vraiment, veuillez me pardonner pour cet affreux retard votre Honneur, mais le Sénateur Maverick et ses camarades furent si gentils à écouter mes caprices et m’accompagner dans un tour de leurs immenses jardins de kelp ! Le panorama de notre île m’avait tellement manqué voyez vous- quoique dans mon enthousiasme j’ai dû nager un poil trop vite, mes hôtes semblaient si pâles… et allas à notre retour au manoir alors qu’on était à peine à notre 27ème tasse d’infusion aux algues, plutôt que revigorés, voila qu’ils durent s’excuser pour la journée. Affreuse chose vraiment.”

“…C’est sans nulle rancune Consul Dollyn, croyez moi. J’espère juste que les sénateurs s’en remettent. Je me réjouis de vous voir, seriez vous à inclinée à rester un moment à mes côtés ? Cela fais si longtemps en effet, et j’aimerais prendre des nouvelles à propos du travail de notre cher Tobio, en privé.

Oh, la désespération d’échapper sa situation dans le ton du pauvre homme. Mais se pourrais ce que leur fatigue leur faisait écouter des choses ? le sénateur Maverick et ses canailles, mis à terre ! Un ouverture dans le flanc de l’ennemi, enfin-

Puis avant même que les pauvres partisans puissent se réjouir pour l’aubaine, comme pour toute bonne nouvelle… suit la mauvaise. Car un garde aux airs paniqués déballe soudainement dans la sale, sa panique palpable.

” G-général, nous avons identifié le Mécakraken du capitaine Red s'amarrer à la zone du commerce humain ! Il est présent sur l’île et I-Izya Tahgel est avec lui !”

Pendant un instant, le silence le plus sépulcral. Puis alors que la panique est sur le point de tous les saisir, que les voix commencent à s’élever, le trident de leur dirigeant s’abat avec force sur le sol, l’onde de choc produite les faisant taire.

“Menez moi immédiatement à eux.”

Puis alors qu’il se relève de toute sa taille malgré son épuisement, qu’il semble délibérer la situation rien qu’un instant, son regard se porte sur son public.

Et le triton réalise alors une chose alarmante. Que non seulement le parti pro humain est bien plus réduit qu’il ne devrait… c’est le seul qui semble vraiment paniquer. Que Toji n’était pas là pour l’aider. Et que parmi les absents dignes de confiance qui devraient être là malgré le “marathon”, une grande partie travaillait de proche ou loin avec le ministère des affaires étrangères. Aucun des diplomates présents était expérimenté à traiter avec des humains de la surface et pro humain, aucun sauf-

“Et Gwen Dollyn ? Veuillez aussi suivre je vous prie.”




Hurler dans le silence de son esprit était loin d’être aussi thérapeutique que cela devrait l’être. Que dire ? La sirène ne passait pas un un bon moment. Presque 3 semaines de voyage exprès, puis encore une à aider sa famille et son parti survivre mers-sait-quoi de la part de leurs opposants conservateurs-

Puis maintenant, ça.

” Général ?.. J-je.. ”

Pas besoin d’explication, une main sur son épaule décolle son regard du sol, ce dernier rencontrant celui d’Hanbannama,

“S’ils voulaient des ennuis ils ne seraient pas mis à notre merci ainsi. C’est des possesseurs de fruits, une simple inondation suffirait à les neutraliser. ”

Une inspiration, elle essaya tant bien que mal d’arrêter ses mains de trembler.


“Puis tout Armada et plus encore nous tomberait dessus.”


“D’ou le fait qu’on va être des excellents hôtes, et demander très gentiment le pourquoi de leur visite avant d’avoir recours aux menaces de noyade.”

Ah, humour noir. Malgré les nerfs, la sirène rit, quoique de manière quelque peu hystérique, incrédule du fait que dans quelques minutes, lorsque leur chariot aquatique arriverait enfin à la zone commerciale, elle serait face à face à deux des figures les plus puissantes de la piraterie. Oh, elle avait imaginé un jour devoir faire face à plus puissant qu’elle, mais si tôt dans son aventure ? Elle arrivait à peine à la cheville de Tobias, qui lui même n’arrivait à peine à la taille des géants de ce monde d’après ses propres dires.

Alors qu’était elle par comparaison face à une supernova ? Un Empereur ? Un empeureur ex-seawo-

Non, non ! Il ne fallait pas penser à la peur que lui inspirait Toji, du calme ! Ou elle allait vraiment s’évanouir de la frayeur. Mais maintenant qu’elle y pensait, ou était l’ex-marin en question ?

Silencieuse, son attention se porta vers Hanbannama, sur ses cernes, ses joues creuses. Ce n’était pas un secret qu’il avait prit Toji sous son aile, et selon les dires que lui transmit sa famille, sa santé n’aurait commencé à décliner à cause du stress que lorsque le poisson foudre disparut de la vue de tous.

Les rumeurs selon lesquelles le disciple aurait plus d’influence sur le maître serait elles vraies ? Gwen espérait que non, vraiment, car si cela était le cas-

” Soyez tranquille, quoi qu’il arrive, je vous protègerais.”

La situation serait alors vraiment terrifiante, car milady ne pourrait plus faire confiance au protecteur de leur peuple, ni ses hommes, ou encore le prince sous son influence qui allait bientôt être couronné.

Car Toji Arashibourei était le monstre qui lui avait ôté sa deuxième famille, et si bien elle refusait de se laisser le haïr, de que ses actes salissent ses sentiments ainsi-

Elle ne croyait point dans sa supposée rédemption. Pas sans rencontrer l’homme et le juger d’elle même... une courtoisie qu'elle se devrait d'étendre à l'un de ses vieux associés, mers !


Dernière édition par Gwen Dollyn le Mar 18 Juin 2024 - 23:15, édité 2 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27463-gwen-dollyn-fiche-techni
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27431-gwen-dollyn-presentation
D'un regard convenu avec Red, je décide de prendre la parole puisqu'après tout, c'est moi qui suit responsable de Daenerys.

- Bonjour. Nous sommes ici aujourd'hui en qualité d'escorte. Vous voyez cette belle et jeune sirène ? Il se trouve qu'elle a été arrachée à sa famille quand elle n'avait que trois ans. Elle ne se souvient donc de rien les concernant si ce n'est qu'elle faisait partie de la royauté.
- Ah ! Non, non, je me souviens vraiment de rien du tout !

Mon sourire reste figée alors que Daenerys tente de remettre la vérité en place... Sauf que la vérité, c'est qu'on sait qu'elle fait parti de la famille royale parce qu'elle possède un pouvoir très puissant. Et cette information là, on a décidé de ne pas la crier sur tous les toits... Pour le bien de Daenerys. Le seul bémol, c'est que j'avais pas pris en compte la naïveté et la sincérité de la princesse poisson...

- Mais si Daenerys, sinon, comment je saurais cette information ?
- Vous vous souvenez pas ? C'est parce que. AH ! Matsuya vient de la prendre par la taille et de l'assoir sur son épaule pour qu'elle ne soit plus part terre. Un moyen simple mais efficace pour la faire taire le temps de lui glisser à l'oreille d'arrêter de parler.
- Bref... Remerciant le pirate du regard je reviens enfin vers nos hôtes. Vous n'auriez pas perdu une princesse il y a environ vingt ans ?
- Vingt ans ? Je ne suis pas sûr... Mais du coup, vous nous dites que vous êtes juste là... pour elle ?
- Exactement !
- Pour retrouver sa famille ?
- Tout à fait.
- Et il fallait que vous veniez, vous deux, personnellement ?
- Absolu... euh, bah, c'était plus pratique. Lui à le mécakraken, moi j'ai promis à Daenerys de l'aider... Et puis ça faisait longtemps qu'on ne s'était pas vu alors... euh... Ça pose un problème ?
- Vous n'avez pas vu la panique générée par votre arrivé ?
- On a pourtant rien fait...
- Écoutez, je suis désolé mais votre arrivé avec une prétendue princesse pile avant le couronnement de notre Prince... Vous êtes sûr que vous n'êtes là que pour aider une jeune sirène à retrouver sa soit disant famille ?
- Je... Je crois que je vois là où vous voulez en venir et désolé mais on ne savait pas que c'était le couronnement. Pas vrai Red ?

Mais avant qu'il ne puisse dire quoi que ce soit, nous sommes interrompu par un banc de sirène et triton autrement plus richement paré que le garde qui nous interroge.

- Izya Tahgel, Capitaine Red. Je suis le Général Hanbannama et j'assure la régence de ce pays jusqu'au couronnement du Prince.
- Général Hanbannama, ces pirates disent être là pour retrouver la famille de cette sirène qui aurait disparu de notre île il y a une vingtaine d'année.
- Une vingtaine tu dis ?!

Soudain, le géant triton s'avance plus que de raison vers Daenerys, pour la fixer droit dans les yeux. Avec cette soudaine proximité, la sirène se recroqueville sur elle même et serre très fort la main de son garde du corps préféré qui la maintien sur son épaule.

- Mizuki ?..

Ce nom sonne aux oreilles de la sirène qui fronce alors les sourcils, signe que ce n'est pas la première fois qu'elle entend ce nom. Pour autant, elle ne répond rien mais semble soudainement plus intriguée qu'apeurée.

- Princesse Mizuki, est ce bien vous ?

Tous les regards, ou presque, se tournent alors vers la sirène aux cheveux et écaille bleu. Bien sûr, les plus impressionnés par notre présence à Red et moi nous garde tout de même à l'œil...

- Je... Je suis désolé, je ne me souviens pas.
- Elle avait trois ans lorsqu'elle a été kidnappée par des vendeurs d'esclaves et vendu à un dragon céleste. Mais croyez moi, si vous avez perdu une princesse il y a vingt ans, alors c'est elle, ça ne fait aucun doute...

Le général se tourne alors vers moi pour me jauger et je soutiens son regard avec un petit sourire dans l'espoir qu'il comprenne ce à quoi je pense : à savoir que cette chère Daenerys, alias Mizuki si j'en crois ce qu'il a dit, est aussi l'arme antique Poséidon...


Un retour miraculeux 1425067977-izya-sflagopr Un retour miraculeux 1465207581-signizya Un retour miraculeux 1lmh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-
Pendant qu'Izya s'occupe de la nouvelle vague d'officiels de grades supérieur, je reste en retrait avec l'officier de port qui continue à nous garder à l'œil d'un air vigilant, comme le brave soldat qu'il est, surtout devant ce qui doit être son commandant en chef. Général hein ?

- De toute façon, ça ne vous avancerait pas des masses qu'on vous dise qu'on arrive pour foutre par terre votre couronnement et placer notre candidate sur le trône non ?
- Alors c'est ça que vous préparez ?!
- Pas du tout. Qui est couronné ?
- Je ne vous dirais rien !
- Je trouverais. J'espère que vous avez un truc pour identifier votre famille royale. Une tache de naissance secrète, une épée magique...

- Nous devrions aller au palais. Nous allons avoir besoin d'une bulle de transport pour nos... invités humains.

Et hop, on note l'hésitation, mais le choix de statut du vieux général est une consigne on ne peut plus claire à tout le monde, la méfiance est de mise, mais pour l'instant on va nous tolérer dans le coin, et nous jouer un début de gamme d'accueil sympathique pour touristes de marque. Trés bien. Et d'autant plus que la situation vient de se complexifier, apporter une tété couronnée au moment de l'élection d'une autre c'est toujours une affaire compliquée, il n'y a pas beaucoup d'iles qui sont assez grandes pour plusieurs couronnes, et je ne connais pas assez les coutumes de nos voisins sous marins pour savoir s'ils sont plutôt nuit des long couteaux ou élections pour choisir leurs nouveaux dirigeants.

Et visiblement, ça ne doit pas être Toji...

- Baker, Lobbo, je vous laisse en arrière, trouvez moi ce qui se passe ici, j'ai horreur de ne pas savoir ou je mets les pieds.


Pendant que le général tente de s'approprier la sirène et qu'Izya déploie des efforts efficaces et discret pour ne pas se faire évincer par le triton, le reste de l'escorte nous met en place une sort de carrosse, essentiellement constitué d'un traineau portant une bulle d'air et tiré par des hippocampes. le genre de truc qui pourrait se refermer sur nous et nous laisser au fond de l'eau en moins de deux, autant dire qu'avec nos fruits respectifs on aurait l'air salement malin.

- Princesse, je n'aime pas trop l'idée de me déplacer la dedans. Peut être que je vais plutôt t'attendre ici pour m'assurer que personne ne pense que s'en prendre à toi pourrait se faire sans dommages...
  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
Quel est le son d’un applaudissement à une main ? Celui d’une claque, claque comme celle dont Gwen eut envie de faire partage à chacun des dignitaires présents, son stress n’aidant guère sa patience. Serait-ce vraiment ainsi que son peuple allait accueillir deux des personnes les plus puissantes de toutes les mers ?! C’était des légendes vivantes, capables de ruiner leur nation en à peine quelques minutes ! Ils devraient être entrain de détaller le tapis rouge, ne serait-ce que pour faire bonne impression ! Mais au lieu de ça, ses congénères, leur accueil-

Des regards froids, cachant à peine leur méfiance, peur, hostilité. Si Gwen était capable de soutirer cela par le comportement seul de toute la troupe, à savoir ce que deux experts du haki étaient entrain de sentir, ne pouvait ils point au moins faire semblants de sourire ?

Un soldats aux idées suicidaires, car personne, personne qui ne souhaitait pas un jour finir en pancake parlait comme ça à quelqu’un capable de les rendre inconscients de par leur simple volonté. Ce ton s’accusation, ne rien lui dire ?! En effet, il n’aurait plus rien à dire pour l’éternité si le pirate prenait mouche. Puis son uniforme ! Le capitaine du port, avec ces manières ?!  Qui était chargé à présent d’apprendre la diplomatie à leurs troupes, des oursins de mers ?! Non, pas eux, car au moins ces bêtes là, elles savaient se tenir muettes !!!

La claire réticence de leur protecteur, qui faute de savoir comment cacher ses propres sentiments, avait fait le faux pas de s’adresser à leurs visiteurs par leur race. Le genre de détails que tout diplomate qui se respectait évitait comme la peste, le genre de trucs qui pouvait vexer toute personne, mers ! 

Puis, la goute qui déborda le vase : le chariot aux hippocampes.

Gwen Dollyn à vrai dire manquait de mots pour le chariot. Ah mais quel chariot, au moins trois fois plus petit que celui sans bulle qui les avait tous amenés depuis le palais, à peine assez grand pour accueillir 3-4 personnes assis face à face sans que  leur genoux se touchent. 

Son sang ne fit qu’un tour, et alors que l’empereur partage sa claire et très normale réticence, la sirène aurait bien rougi de honte à la place de leur délégation si elle n’était pas aussi pâle qu’un linge. Ces manières, ce manque de la bienveillance la plus basique !

Et juste comme ça, plus de 30 ans d’étiquète la plus perfectionniste qui soit prirent le dessus, et la peur farouche de la consul recula un instant au arrière plan pour lui laisser agir.

Un sifflement sans son de la part de Gwen se déprend immédiatement de ses lèvres, un écho mélodieux d’un timbre inaudible à toute créature sauf un poisson… ou une sirène. Puis l’un des espadons messagers travaillant pour sa famille se manifeste en à peine quelques seconde derrière la bulle protectrice de la zone commercial, attentif alors qu’il réarrange son nœud papillon bleu de ses nageoires. Et si bien personne semble y prêter attention, le visage grave de Gwen s’illumine. Elle avait cru devoir attendre !

-Je veux le meilleur hôtel de la zone de commerce reluisant, complètement fourni et réservé pour nos invités d’ici une heure ! Standard Dollyn, si rien est à l’hauteur, construisez en un s'il le faut, épargnez aucun coût. Et apportez ici 2 coraux à bulles neufs de la meilleure qualité, presto mon cher !

A vos ordres Gwen ! 

Tout cela, communiqué à l’insu des humains présents en à peine une seconde. Rien à faire pour le chariot allas, au final Gwen malgré sa noblesse n’était qu'un Consul, si elle critiquait le choix des autres ouvertement, c’était elle qui risquait de perdre la face. 

Puis la poiscaille file, et milady se retourne à temps pour voir la réaction du général aux dires de Red... et les yeux innocents de leur peut-être princesse rivés sur elle. Oups, vrai, elle n’était pas la seule de son espèce présente- ugh, et elle qui voulait être discrète ! Les conservateurs présents allaient gueuler plus tard sans doute, il détestaient l'idée de rendre la zone commerciale ne serait-ce qu'un peu plus habitable...

-“…Rien n’arrivera à votre compagnie tant qu’elle ne nous donne aucun problème, j’en fais serment. Mais j’espère que vous compreniez que je ne puis vous laissez seul sans surveillance… tout comme vos deux hommes qui viennent de s’éclipser. Mes disciples doivent déjà être à leur côtés. Tout ceci pour rassurer le peuple bien entendu.” 

Ah, menaces entre hommes. Gwen en a la chair de poule, et ne manque pas de repérer à quel point la situation affecte aussi “Mizuki”,  la tension dans sa posture, son regard inquiet. Et milady a beau ne pas encore avoir eu le temps de saisir toutes les implications d’une possible nouvelle figure royale jours avant le couronnement, des peut-être complots de 2 légendes sur son île, son empathie l’emporte sur ses doutes ne serait-ce qu’un moment. 

”Sifflant” encore en poisson pour avoir son attention à nouveau, la cuisinière lui donne son sourire le plus bienveillant de son répertoire… sa “voix” (qui n’en est pas vraiment une car les poissons parlent pas techniquement, c’était juste bizarre comme ça) chaleureuse alors qu’elle lui adresse la "parole". 

-Ne laissez point les regards sévères qui nous entourent vous atteindre, l’identification d’une sirène est une affaire plus simple que cela à l’air ma chère. Lors de notre naissance, on nous induit d’encre de sèche jusqu’à la taille, puis on garde dans nos registres familiaux une empreinte de nos écailles ainsi que nos nageoires, de face et de dos. Le motif en question est unique à chacune d’entre nous et ne change point même une fois adulte, donc confirmer votre identité sera un jeux d’enfants... Une inspiration, puis son sourire ne fait que s'élargir. Sinon, l’archiviste royale est une femme-morue des plus aimables, incroyable oratrice, demandez lui quelques histoires de l’île pendant que les experts étudient votre queue ok ? Ses comptes sont des aventures à ne pas manquer !

Un dialogue tout entier à nouveau donné le temps d’un soupir. Avec un peu de chance, une distraction qui aiderait mademoiselle se détendre un peu une fois le moment venu. Puis Gwen lui donne un dernier clin d’œil enjoué, abandonnant l’entrée pour… passer au plat de résistance sois disons. 

Son estomac fait des sursauts alors qu’elle se racle la gorge de sa voix normale, que le petit son coupe le silence tendu qui avait risqué de s’installer… Une interruption encore plus marquée lorsqu’elle s’avance d’un pas vers le général, sûre, confiante. Voila, un bon début, mers mers ! Tant de regards sur elle-

-“Allons, allons- Votre Honneur.  Il semblerait vu le dialogue du capitaine à notre cher officier du port que nos invités auraient quelques questions ? Ils ne semblent pas aussi informés sur la situation que certains voudraient croire.” Les airs interloqués des certains dignitaires étaient inquiétants. Sûrement, retrait ou pas,  elle n’était pas la seule qui avait gardé un œil attentif sur l’empereur ? “Eclaircir tout de suite quelques doutes ne pourrait que tous nous rassurer je pense."

La sirène attend 1, 2, 3 secondes, sourire figé, pose raide, doigts moites resserrés sur son sceptre. Elle sut pas pourquoi, mais la façon dont Hanbannama semblait l’étudier en silence ne fit qu’empirer les frisons qui lui parcouraient  le dos. Avait elle fait une proposition si ridicu-

-“Certes Consul Dollyn, les esprits sont tous un peu trop tendus… Je prendrais le soin d’expliquer la situation à Madame Tahgel pendant le parcours.”  

Voila ! De la diplomatie, enf-

-”Puis pour ce qui est du capitaine, puisqu’il semble peu enclin à nous rejoindre… je le laisserai entre vos mains.”

….

-“Q-quoi ?”

Son ton avait bien dû grimper d’une octave, mais le Général sembla l’ignorer, se contentant de poser une main sur son épaule l’air grave (coupable ?), se voulant confiant puis-

-“Entant que proche des victimes que causa Toji, vous êtes sans doute la plus incline parmi nous à la tâche de tout expliquer.” 

Son cœur se crève et manque de peu de la quitter.

Non, non, non. Il n’avait pas osé. 

C’était une chose que de la laisser seule avec un peut-être ennemi. Mais attirer ainsi l’attention de l’empereur sur elle ? C’était peindre une cible sur son dos ! Et il savait parfaitement à quel point le massacre l’avait affectée, la terreur féroce pour l’Ex-Seawolf présent parmi eux qui l’habitait. Comment pouvait il ?! 

Horrible, la situation n’était que trop claire : Un échange d’otages. Quoi d’autre ? Avoir Izya Tahgel à leur merci pendant quelques temps en échange d’une noble à l'air fragile qui semblait une source d’information facile. Il était entrain de la vendre sur un plateau d’argent.

Dur de ne pas se sentir trahie. Encore plus dur de ne pas le supplier du regard de ne pas la laisser seule. Il avait dit qu’il protègerait juste il y a quelques minutes !! Il se devait de tenir sa parole ! Il pouvait pas lui faire ça !!

Mais le vieux Triton baisse ses yeux gonflés par la fatigue, serre une dernière fois son épaule… puis lui tourne le dos. Il dit quelque chose à la Reine Céleste, pas sûr quoi. Gwen était à peine là pendant ces quelques instants. 

A croire que même le plus honorable des leurs pouvait sacrifier l’un des siens pour le bien commun.

Ha ! Si cruel…
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27463-gwen-dollyn-fiche-techni
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27431-gwen-dollyn-presentation
Quand Red m'annonce qu'il ne vient pas avec moi, je me tourne vers lui, un peu déçue.

- D'accord. Mais t'a pas intérêt à aller fricoter avec des sirènes sinon ça va barder.

Je dis ça sur le ton de l'humour, mais je suis tout à fait sérieuse dans mes menaces, et histoire que tout le monde soit au courant, je marque ma propriété d'un baiser sur ses lèvres avant de me détacher de lui pour enfin me diriger vers le carrosse où Matsuya et Daenerys m'attendent déjà. Ainsi que Keiko... Rah, elle va vraiment me rendre folle celle là un jour. Heureusement pour moi, Milo est trop subjugué par toutes ces queues de poissons pour écouter ce qu'il se passe autour de lui, sinon, il serait déjà dans le carrosse aussi.

Histoire de le rappeler à l'ordre, je concentre mon haki royal sur son esprit au moment où j'appelle son nom pour lui faire ressentir ma présence et mon autorité.

- Milo ! Tu restes avec Red. Et interdiction "d'approcher" les habitants du coin.

Intimidée par mon aura, il tourne la tête vers moi et secoue sa tête à l'affirmative tout en restant muet avant d'aller se coller aux jambes de l'Empereur Pirate. Et j'espère qu'il a bien compris que quand je dis "approcher", je pense à "manger", parce que vu la bave qui pendouille de son menton, y'a pas de doute, ce chat se fait des films sur le goût que doit avoir la queue d'une sirène...

Ceci étant régler, je monte alors dans le carrosse qui n'attends plus que moi malgré qu'il soit déjà remplis de mes amis...

- Keiko, tu es sûre de vouloir venir ?
- Absolument. Là où tu vas, je vais. Et puis je suis curieuse de voir à quoi ressemble le palais.
- Mais tu prends trop de place dans cette voiture...
- Si vous voulez je peux vous suivre en nageant avec Requin ?
- Hors de question. Tu restes avec moi.

Le regard de Matsuya se fait alors menaçant à l'encontre de Keiko qui trouve une magnifique parade en se changeant en petit fennec rose et va se blottir sur la nageoire de la sirène.

- Et voilà, problème réglé !

Soupirant de lassitude, je grimpe enfin dans le carrosse tandis que Matsuya siffle un coup pour faire sortir l'énorme requin de 15 mètres de long de sa cachette afin qu'il nous escorte avec les soldats et le général. Les hippocampes se mettent alors en route et le Général nous rejoint en choisissant de faire le trajet sur le dos d'une créature marine qui navigue à côté de notre carrosse.

- Alors si j'ai bien compris, vous êtes si méfiant parce qu'on arrive au mauvais moment, c'est ça ?
- Y a-t-il vraiment un mauvais moment pour annoncer le retour d'une princesse ? Non... Cependant il est sûr que cela aurait été mieux interprété si vous l'aviez ramenée dans une ou deux semaines... Une fois le couronnement passé.
- On est pas venu pour faire des histoires, simplement pour aider une amie à retrouver sa famille.

Et je sais très bien à quel point cela peut être important de connaitre nos origines pour avoir moi même chercher les miennes lorsque j'ai décidé de partir de chez moi. Et même si cela m'a apporté mon lot de souffrance et de déceptions, cela m'a aussi permit de mieux me comprendre moi. Car on a beau dire que la génétique ne fait pas tout, il y a quand même certaines choses qui se transmette de génération en génération, comme par exemple le goût pour la liberté et une notion de justice que l'on se fait soit même...Ou encore le sens du sacrifice pour ceux qu'on aime... Si je tiens les premiers de mon père, je sais que le troisième bien de ma mère même si je n'ai pas eu l'occasion de la connaitre.

- Malheureusement, il ne reste que sa fratrie, le couple royal étant décédé il y a quelques années maintenant...
- Alors... mes parents sont morts ?

Les yeux de la pauvre Daenerys s'humidifie de larme tandis que Keiko tente de la réconforter en venant se blottir sur ses épaules et que Matyusa pose sa main sur celle de la sirène.

- Heureusement tu as encore des frères et sœurs qui pourront te parler d'eux, j'imagine.
- J'ai été proche du roi Manboshi 1er, je serais donc enchanté de vous raconter tout ce que je sais de lui, Princesse Mizuki.
- Elle s'appelle Daenerys.

Le regard noir de l'ancien corsaire défie alors le général. Même si Matsuya sait qu'il est la pour sa protégée, il redoute plus que tout l'idée de rester coincé sur cette île pour le reste de sa vie si Daenerys venait à choisir de vivre avec sa famille... Et le seul moyen que j'ai eu pour le calmer jusqu'à présent, c'était de lui assuré que la sirène tenait bien plus à lui qu'il pouvait le croire. Si la bleue n'était pas aussi "innocente", à mon avis ces deux là seraient déjà mariés...

- Hm. Sinon, vous parliez d'un couronnement ?
- Oui. Le Prince Otabushu est enfin en âge de pouvoir se faire couronner...
- Je vois oui, je suppose que pour un tel rôle il est important que la personne soit suffisamment mature pour prendre les rênes d'un royaume.
- Il est plus jeune que votre princesse si c'est cela que vous essayez de savoir.
- Ah... Et du coup...
- Nous allons d'abord vérifier son identité avant de réfléchir plus loin.

Je me tourne alors vers la sirène encore chamboulée de tout ce qui lui arrive.
- Ne t'inquiète pas Daenerys, comme je te l'ai promis, je te protègerai quoi qu'il puisse arriver donc sens toi libre de tes choix. On te soutiendra quoi que tu décides.

Malheureusement, la pauvre sirène a beaucoup trop d'appréhension en tête pour réussir à comprendre où je veux en venir, et je préfère ne rien dire quant à une potentielle opportunité qu'elle devienne reine. Je ne la connais pas depuis très longtemps, mais ça me semble quand même évident qu'elle n'est clairement pas taillée pour un tel rôle. Pour autant c'est à elle de prendre cette décision, pas à moi.

- Nous arrivons. Bienvenu au palais Ryuugu.

- Et bien, je ne savais pas que le peuple des mers aimait les dragons ! En tout cas celui là est très réussi !

Le général toussote, un peu gêné de me montrer cela.

- N'y voyez aucun lien avec vous Madame Tahgel, le palais est ainsi depuis plusieurs centaines d'années.
- Oh mais je n'en doute pas. Après si vous voulez que je fasse une apparition en dragon pour votre couronnement, on doit pouvoir s'arranger ! D'autant que vous devez savoir que je règne sur plusieurs îles célestes, ma dernière conquête étant Eoleria.
- Ils en ont rien à faire de toi Tahgel.
- Ah oui ?
- Oui... ricane Keiko en cachant sa truffe dans sa queue touffue.

Je les dévisage alors qu'ils se paient ma tête, cela laissant le temps à notre carrosse d'arriver à destination. De là, des hommes poissons nous accueille en nous donnant à Matsuya et moi un corail à bulle permettant de générer des bulles d'air sous l'eau nous permettant de suivre la délégation qui nous accompagne. Mais histoire que ce soit plus simple, nous nous installons tous les quatre sur le dos du grand requin volant qui nous a accompagné afin d'avoir une porte de replis en cas de coup fourrée.

Durant tout le temps du reste du trajet, nous nous contentons de rassurer notre sirène toujours aussi inquiète en lui montrant les beautés du palais aquatique qui nous entourent. Puis nous arrivons finalement à la salle des archives qui, elle, est gardée au sec par d'énormes coraux du même type que ceux qu'on nous a confié. Au moins ici on se sentira moins oppressé par le fait d'être coincé sous l'océan...

Il faut ensuite encore quelques minutes pour que le gérant des archives viennent nous voir avec le parchemin correspondant à la fameuse Mizuki, et que le médecin royal prennent le temps de comparer les nageoires de notre sirène à celle du papier. Pendant toute la durée de cette inspection minutieuse, personne n'ose dire le moindre mot, jusqu'à ce que finalement le verdict tombe.

- C'est... C'est bien elle. dit alors le médecin royal, les larmes aux yeux.

Cette annonce laisse alors tout le monde sans voix quelques secondes avant que la délégation ne commencent à paniquer de la situation... Notamment du fait que Daenerys est censée être avant le Prince sur la liste de succession...

Heureusement qu'on est là pour une bonne cause...


Un retour miraculeux 1425067977-izya-sflagopr Un retour miraculeux 1465207581-signizya Un retour miraculeux 1lmh


Dernière édition par Izya le Dim 21 Avr 2024 - 10:24, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-
Le carrosse s'éloigne et je reste en arrière avec la demoiselle qu'on m'a assigné, goutant avec un certain amusement le sentiment de trahison qui l'envahie depuis qu'elle a compris qu'elle allait devoir jouer les otages et s'occuper de moi, alors qu'elle n'en a clairement aucune envie et certainement une appréhension compréhensible. Mais bon, noblesse oblige je suppose ? Bien que les sentiments s'agitent sous la surface, la consul Dollyn sait les dissimuler avec adresse derrière une façade impeccable, et a visiblement nettement plus l'habitude du contact avec les humains et de leur décorum diplomatique que les autres locaux...

- Consul ? J'avais entendu parler d'un navire sous marin qui servait d'ambassade itinérante pour l'ile des hommes poissons, mais je pensais que c'était de l'histoire ancienne.

De l'histoire ancienne en tout cas depuis les dernière fois que j'ai entendu parler de ce qui se passait la dessous, c'est à dire pas grand chose a part apprendre que la plupart de ce qui était autrefois l'ile des hommes poissons était devenu inaccessible pour les humains, désormais a peine toléré dans un district réduit plutôt que dans toute l'ile. Et a quoi sert d'aller à la rencontre des humains si on vient de décider qu'il n'était plus les bienvenus chez vous ?

- Si ça peut vous mettre à l'aise, avoir un lourd contentieux avec Toji Arashibourei nous fait déjà un point en commun.

Parce que derrière la peur il y a de la colère, de la haine, de l'impuissance. Tout ce qu'a toujours su faire naitre la bête qui sommeille en Toji. Et pourtant, pourtant Toji n'est pas sur le quai a rouler des mécaniques pour protéger son terrain conquis, alors quoi ? Qu'est ce qu'il a bien pu foutre dans le coin et ou se cache t'il maintenant ? Du coup ça me laisse encore un peu de temps pour savoir a quel point je tiens encore à le faire payer pour ce qu'il a fait...

Il s'agit maintenant de profiter de l'efficacité dont Dollyn a fait preuve il y a peu en lui extorquant tout ce qu'elle pourra nous dire sur le coin, et sur les problèmes que va causer la résurrection d'une princesse de sang royal a deux doigts du couronnement, et puis il va nous falloir un coin ou loger a l'aise pour un temps indéfini, et savoir exactement quelle est la position ici de notre, quoi donc d'ailleurs ? Agent de liaison ? Otage ? Surveillante ? Guide ?

- Vous nous faites visiter consul Dolly ?

Restons sur Consul.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
Ah, les deux capitaines étaient un couple, bon a savoir. Et un chat anthropomorphe (Minks ?) hors du chariot regardait la cuisinière tel l’un de ses clients regardait l’un de ses mets. Pouvait-il grâce à ses sens deviner le fait qu’elle était sirène malgré le fait qu’elle était sous forme humaine ? Chose inquiétante, mais bonne distraction-

Ah, l’empereur lui parlait au sujet de l’Espérance. Et Gwen malgré sa contenance n’ose rien dire, simplement tétanisée, inerte telle la proie face à son prédateur. Oh, elle savait qu’il était temps de faire le dernier pas, de vraiment s’investir dans son rôle plutôt que faire cette chose avec les yeux ou on semble prêter attention sans pour autant vraiment croiser le regard de son interlocuteur. C’était extrêmement malpoli, c’était un signe de faiblesse-

Respirer, il fallait respirer. Ignorer le cocktail de fatigue, angoisse et adrénaline qui lui parcourait les veines.. Seule face à une légende, elle ne pouvait compter que sûr elle même, et son cœur ne battrait donc pas la chamade !  Le verre n’était pas à moitié vide, mais moitié rempli. Si Hanbannama était compromis, si les conservateurs manigançaient quelque chose et son parti était entrain de tomber en miettes sous la pression-

Elle se devait d’être forte à la place de tous, et briller de mille feux pour le bien de sa nation. Faire bonne impression !

Car là ou la haine qui hantait les siens ne voyait que des ennemis… la bonté qu’avait proclamé La reine Otohime cherchait d’abord un ami.

Même parmi des pirates.

Ainsi, lorsque Red reprend parole et parle d’un point en commun, Gwen prend enfin son faible courage à deux mains, hausse la tête- puis plonge son regard timide dans le sien, fait de son mieux pour rester droite, se détendre face à ces yeux noir si confiants puis -

“Voyons, je suis là pour ça Monsieur ! Cella serait la moindre des choses. Oui, consul, consul Gwen Dollyn du navire auquel vous faites référence, pour vous servir.” Une révérence gracieuse, puis elle recroise rapidement son regard à nouveau. “Veuillez pardonner mon silence- Ce n’est pas tous les jours que j’ai affaire à une si illustre figure-” L’une de ses mains se promène en l’air d’un geste gracieux en disant cela, et c’est un témoignage à l’énorme discipline qu’habite le consul que son sourire poli reste sur place alors que son cœur sombre dans la tristesse. “ …puis ’lourd contentieux’ est allas un bel euphémisme pour décrire les sentiments issus de la tragédie que créa votre vieil associé parmi nous Capitaine Red. Face à l’hostilité avec laquelle vous avez été accueillis, je ne puis en ce moment que présenter mes plus plates excuses... ainsi qu’un peu de contexte.”

Elle se tourne d’un air grave alors vers la fameuse zone de commerce, ou plutôt, l’agroupement de logements misérables  allant de simple bâtiment… “rustique” disons, à véritable taudis, et se met marcher doucement, encourageant le capitaine à la suivre.

“Il y a voila déjà plus de 15 ans, le gouvernement mit forte pression pour instaurer dans la zone que vous voyez une bonne centaine de marchands humains pour étaler leur influence dans l’île.  Pour faire une longue histoire courte..  son altesse Manboshi 1er dès lors déjà malade et faiblissant ne pu mettre frein à leurs dessins, et un grand ressentiment se créa auprès du peuple appauvri face à ses envahisseurs chaque jour un iota plus fortunés qu’eux. “ Elle étudia le pirate du coin de l’oeil alors qu’elle continua. “ A son arrivée, Monsieur Arashibourei se servit de cette rancœur et… attisa les cœurs pour un coup d’état afin de se proclamer notre roi. Ses actions causèrent la mort de son altesse ainsi que-” sa voix s’entrave alors malgré elle, quoique elle ravale ses larmes. “ C-celle de tous les humains de l’île présents lors du coup, abattus comme du bétail… qu’ils aient appartenu au GM ou non.”

Un brief silence se marque,  puis une inspiration. Malgré sa détresse, sa voix reste gracieuse et aimable alors qu’elle continue :

” Monsieur Arashibourei et Le général Hanbannama eurent un duel  à la mort, combat dont les dégâts bilatéraux furent la cause de l’inondation de l’île et- Il perdit le duel à cause de l’intervention de la princesse Bishu, qu’il refusa d’abattre, un geste qui eut comme conséquence qu'il fût jeté aux abîmes. Allas, on n’est pas trop sûrs comment mais… il revint plus fort, puis plutôt qu’achever le général, se jeta à ses pieds devant le peuple et… demanda pardon.” Une touche d’amertume et incrédulité n’épargne pas le ton de la sirène en disant ces mots. “ Je n’étais pas.. présente, mais on témoigne qu’il pleura comme un enfant. La cause ? A savoir. Le généralissime l’accueilli dès lors comme son disciple, on garda l’île inondée afin de dissuader les humains à revenir  s’installer, et nous voila à présent, 4 années après, Monsieur Arashibourei disparu depuis déjà un moment… et lorsque le  couronnement de notre prince à nos portes- vous, son vieil associé, arrivez alors comme par hasard.”

Gwen s’arrête de marcher alors, nerfs à vif alors qu’elle se tourne vers Red à nouveau afin de pleinement étudier sa réaction. Autour d'eux, dans les maisons de fortune, plus d'un regard dans l'ombre les dévisage. Même les gardes qui les suivent se joignent au jeu. Certains avec peur, méfiance, d'autres... avec de la simple haine.

Ceci risquait peut-être de très mal se passer selon sa réaction mais… elle se devait prendre le risque, pour le bien de tous, un geste.

“Je ne vous épargnerai point la dure réalité avec des sous-entendus de diplomate Capitaine, je crois bien que cela ne ferrait que du tord à nos deux partis….Tant que vous serez dans cette île, tout habitant craindra le pire : que vous et le terrible Thunder Fish travaillez ensemble pour un deuxième mauvais coup. Et si la tendre mademoiselle que vous nous avez apporté s’agit bel et bien de notre princesse disparue ? Princesse qui est à la tête de la ligne de succession au trône ? Cette introduction glaciale n’est que le début de vos peines je crains..." Une pause, madame déglutit malgré elle. "Mais si vos intentions sont vraiment pures, que vous souhaitez juste réunir une famille brisée... Alors je crois nous n'avons nulle raison pour nous quereller. Je ferais tout dans mon pouvoir pour rendre votre séjour aussi paisible que possible. ”


Puis sous les yeux ébahis de la foule, pieds joins, l'air aussi régal que possible, Gwen fait l'impensable et tend une main tremblante vers l'humain que tous craignent tel un monstre, comme s'il s'agissait d'un égal, comme si d'un seul toucher il n'était pas capable de l'envoyer vers des tenèbres encore plus profondes que les âbimes qu'avaient failli engloutir Toji... son regard aussi ferme que possible, plein de doute, mais bienveillant. 

" J-je ne souhaite que la paix entre nous. Êtes vous du même parti ?"
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27463-gwen-dollyn-fiche-techni
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27431-gwen-dollyn-presentation
- Vous êtes sûr ? Revérifiez !
- C'est déjà fait.
- Allons messieurs, calmons nous. Le fait qu'elle soit la Princesse Mizuki ne change rien.
- C'est elle l'héritière après la Princesse Shichibayaku !
- Mais elle ne sait rien de notre peuple !
- Et alors ? Elle peut apprendre !
- Mais si elle est en vie, ne pensez vous pas que le Prince Neptune l'est aussi ?
- Si c'est le cas alors c'est lui qui doit être couronné...
- Vous voudriez couronné un Prince absent depuis 20 ans plutôt que celui qui se prépare à recevoir le titre depuis quatre ans ?!

Voilà donc le revers de la médaille... Si j'avais su qu'une telle nouvelle remettrait la politique de l'île en question, je ne me serais certainement pas précipiter pour aider la pauvre Daenerys alias Princesse Mizuki à retrouver sa famille... Alors, pendant la débâcle des ministres, je me penche discrètement vers le Général Hanbannama qui semble totalement dépassé par la situation.

- Si vous voulez... On peut repartir et revenir quand le couronnement sera passé ?
- Malheureusement, c'est trop tard maintenant.
- Hm...

Je me tourne alors vers la sirène bleu qui semble plus que terrifiée par tout le tumulte que génère ce débat mouvementé, se collant de plus en plus à son protecteur qui refreine ses pulsions pour ne pas sauter à la gorge de tous ces politiciens qui ne sont même pas foutu d'appeler sa protégée par son nom : Daenerys.

- On devrait peut être... Retourner dans la zone commerçante et vous laissez gérer cette affaire politique sans nous, non ?
- Vous avez surement raison. Nous allons nous occuper de la Princesse et vous faire raccompagner jusqu'à la bulle.
- Hin. Et puis qu. Je colle ma main sur la bouche de l'ancien corsaire avant qu'il ne se mette à lancer des menaces à tout va.
- Désolé Général mais il n'est pas question que Daenerys soit séparée de nous. En temps que sa capitaine, je me dois de veiller sur elle.
- La zone commerçante n'est pas un lieu pour une Princesse du royaume des hommes poissons. Et le palais n'est pas adapté pour recevoir des êtres de la surface.
- Alors, en fait, je m'en contrefous de vos excuses. Daenerys reste avec nous, n'est ce pas ma belle ?
Je me tourne avec un sourire vers la sirène qui hoche fermement la tête pour affirmer mon propos tandis que son garde du corps serre les dents, une main refermée sur son bô, prêt à défendre son bien le plus précieux.
- Donc, sauf si vous acceptez de nous amener immédiatement auprès de sa famille, merci de tous nos raccompagner à la zone commençante.
- Hm...

Je dévisage un moment le Général qui semble en proie au doutes tandis que le reste de la délégation continue de se crêper les écailles, mais aucun autre son ne sort de sa bouche, même après une bonne minute de silence.

- Vous semblez perdu Général, vous êtes sûr que c'est vous le régent de ce royaume ?
- Disons que je ne m'attendais pas à devoir gérer une telle situation.
- A mon sens, vous vous faites trop de soucis pour rien. Daenerys a de nombreuses qualités mais ce n'est pas une décisionnaire, et je doute qu'elle s'intéresse vraiment à son titre. Elle veut juste rencontrer sa famille.
- Et vous, c'est vraiment ce que vous voulez ? Simplement la faire rencontrer sa famille ?
- Oui, ça et des vacances avec mon amoureux. Vous voyez mon amoureux ici ? Non, donc ça ne me va pas, d'autant plus qu'il n'y a même pas la fratrie de Daenerys. Donc la situation actuelle ne me convient pas.

Mon ton devient de plus en plus agacée par tout ce cirque. Que les gens aient peur de moi, je peux l'entendre, mais qu'ils refusent de me faire confiance quand je dis quelque chose, ça me gave ! Tout ça parce que j'ai l'étiquette "pirate" sur ma prime, c'est quand même fou ça ! C'est vraiment si dur à croire qu'un pirate puisse être honnête ?!

- Tss. De toute façon avec ce qui est entrain de se passer, autant organiser un conseil extraordinaire avec tous les membres de la royauté.
- La Princesse Shichibayaku sera donc présente, n'est ce pas ?
- Non mais qu'est ce que tu as pas compris dans le fait qu'elle soit dépossédée de son droit de succession ?!
- Hors de question qu'on la libère !
- Même dépossédée, elle reste un membre de la famille royale, et s'il s'agit de faire rencontrer sa fratrie à la Princesse Mizuki, elle doit être présente !
- Pour qu'elle tente de la manipulée ?! Elle ne mérite pas un tel privilège.
- Calmez vous maintenant !

La voix du Général tonne soudainement au milieu de la cohue, faisant taire tout le monde et plongeant quelques instants la salle des archives dans le silence.

- Organisons un conseil extraordinaire uniquement composé des ministres et moi même. Et pendant celui ci, la Princesse Mizuki
- Daenerys.
- Oui hm... Elle rencontrera le prince Otabushu et la Princesse Bishu. Aussi, allez les prévenir, c'est un ordre ! Bien, maintenant allons y.

Et sans un mot de plus de qui que ce soit, tout le monde s'active pour se mettre en route vers la salle du conseil et celle où ma petite sirène va enfin pouvoir rencontrée sa famille.


Un retour miraculeux 1425067977-izya-sflagopr Un retour miraculeux 1465207581-signizya Un retour miraculeux 1lmh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-
En tout cas elle a du cran la petite sirène. C'est presque dommage qu'elle ait loupé Toji, je suis sur que le vieux poisson foudre aurait pu être sensible à ce genre de déballage.

Cela dit, visiblement il l'a été. Je me demande si la princesse Bishu l'a joué larmoyante et candide ou plutôt franche et directe comme ça. En tout cas je place un cran plus haut le vieux général, la dernière fois que j'ai combattu Toji je me suis pris une sacré dérouillé, et je l'ai jamais vu laisser autre chose derrière lui que des cadavres vaincus, alors que ce triton ait réussi à le stopper et à le démolir. Plutôt impressionnant.

Qu'est ce a qui pu se passer ensuite ? Parce que tout ce que j'entends colle parfaitement au Thunder F que je connais. Le plan vicelard pour s'emparer du pouvoir, pour devenir enfin le patron des hommes poissons, liquider les humains, purger enfin sa haine de son enfance d'esclave, ça ça colle. Le rétablissement en prison malgré la défaite, le Toji rendu encore une fois plus fort par ce qui ne l'a pas tué et qui ressort des abysses pour se venger et finir le boulot, ça ça colle toujours. Mais la reddition, l'abandon, la paix, le pardon. Ce n'est clairement pas la bête que je connais.

Et pourtant il n'est pas la, et ce serait un plan bien inutile a monter juste pour moi.

- Je suis un empereur pirate, un monstre sanguinaire commandant une flotte de loups de mer craints et détestés. Je ne pense pas que prétendre que mes intentions sont pures soit très crédible. Cela posé, je n'ai aucun plan ou machination en cours à destination de l'ile des hommes poissons. Izya est parfaitement sincère quand à ce qu'elle dit de sa sirène. Et de mon coté, je l'ai accompagné car j'ai jugé le moment opportun pour solder mes comptes avec mon ancien camarade.

Et, j'avoue être assez... Désappointé de ne pas le trouver ici. Et par la fin de l'histoire qu'on me raconte...


Quelle âge avait la sirène à l'époque du bain de sang ? Bien assez grande pour être liés à un des humains que Toji a liquidé au nom de l'oppression commune ? Possible. Je suppose que ça colle avec l'envie d'aller jouer les ambassadrices de l'ile à la surface, et aussi a cette rancœur quand elle évoque l'isolationnisme et la mise en eau des quartiers pour en exclure les humains.

Esquissant un sourire que j'essaye de ne pas rendre trop inquiétant, je serre la main de la sirène.

- Tranquillisez vous, je n'ai plus rien d'un associé pour Toji, et si les événements qu'il a provoqués tendaient à se reproduire, j'aurais plutôt tendance à lui tenir les bras pour faciliter le travail de votre général.

Et pendant qu'on est a parler de facilité... Est ce que le rencontrer en privé serait possible de manière informelle ? Après tout, je suis un grand méchant pirate. Et j'aimerais aussi en apprendre un peu plus sur le gouvernement local. Vu le barouf au nom de la princesse, je présume qu'on est sur une dynastie héréditaire classique ?

  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
Eeeeek ! S’il voulait l’effrayer d’aventage en la laissant plantée main dans l’air un bon moment alors qu’il proclamait ses penchants pour la violence, monsieur avait réussi ! Qui mers cherchait à rassurer une personne en se proclamant un monstre sanguinaire ? Le sourire qui suit alors qu’il saisit bel et bien sa main (qui est minuscule comparée à la siènne) n’aide point son cas. Oh, elle ne voyait pas de malice dans son regard, mais sûrement il savait à quel point il jouait avec les nerfs de son interlocutrice… pourquoi l’emphase sur le fait qu’il était ‘un grand méchant pirate’ autrement ?

Raillerie ou simple tactique d’intimidation, qu’importe. Malgré sa peur, le besoin au sein de la sirène de protéger le siens s’enflamme, repoussant l'envie de dévier son regard en soumission. Oh, elle n’avait aucune chance face à cet homme au combat, mais entant que diplomate ? 

Elle se devait au grand minimum de garder son respect. Ainsi  elle réssèra sa prise sur la main de l’empreur. Pas trop fort, mais suffisamment pour montrer une prise ferme, confiante. Et alors que leurs mains se serrent, sons discours parcontre, ne dévoilent point son fil, toujours aussi aimable.


-“Pour ce qui touche l’héritage… Le genre importe peu chez nous, c’est le plus ainé qui porte le droit au trône. Et nos princesses ne sont point données en marriage pour quitter la ligne de succession comme certaines dynasties pratiquent à la surface : On ne sort pas de la famille Royale, on y rentre, pas une seule exception à cette règle en 900 ans d’histoire.”

Gwen demeurait perplexe quant à la cause d’une telle paranoia chez les Ryuguu à l’idée de que ne serais-ce qu’une goute de sang quite leur lignée. Mais une chose était claire à ses instincts accerés : quelque chose de plus que la simple tradition devait attacher si fortement la famille royale à une telle pratique. Lire petite dans les annales d’histoire le zèle avec lequel ils gardait les siens avait toujours été étrange. Deux marriages à la suite entre homme-poissons et sirènes/tritons ayant semé le chaos pendant toute une génération, drames de conjoints contraints à rejoindre la famille par la force, l’interdiction au divorce... 

La cause ? A savoir, mais même la maladie du Roi Manboshi 1er avait longtemps été attribué au stress que causa la disparition de 2 de leurs membres. Les recherches avaient duré plus de 15 ans !  15 ans de quêtes désespérées, d'espoirs déçus. Ce n’était pas pour rien qu’Hanbannama avait réagi avec tant d’émotion à l’idée de retrouver l’un d’entre eux. Et si la sirène que Red et Izya avaient apporté était bel et bien leur princesse disparue... 

On ne lui laisserait jamais quitter l’île, même si elle abdiquait sa position sur le trône.

Donc… se calmer ? Alors qu’il y avait un possible conflit proche avec 2 légendes sur l’horizon ? Que l’une d’entre elles demandait à voir seul le général qui montrait des signes de faiblesse, d’être dépassé par son poste ? 

Oh, un jour elle serait calme. Le jour ou elle ferait la taille, qu’elle ne serait plus une simple consul. Le jour ou sa force ferait fléchir cet homme devant elle au combat, Le jour ou son influence ferait que le gouvernement Mondial lui même hésiterait à s’attirer son courroux. Le jour qu’aucun autre Arlong, Hodi ou Toji oserait causer tord au siens.

Aujourd’hui par contre ? Elle n’était qu’une sardine face à un Roi des Mers qu’elle se devait d’accomoder. Sagesse et prudence devraient être ses guides, et la parole... sa seule arme. 

-“Sinon, nous sommes une Monarchie Absolue, vous connaissez la combine. On a des ministres et tout un conseil, mais le pouvoir de décision reste dans les mains de notre souverain. Le Général étant notre seul régent jusqu’à que le couronement aie lieu, le rencontrer en privé, de façon informelle… “ Pause, pendant un moment, le regard de la sirène devint agité alors qu’elle calcula combien de nageoires il faudrait graisser pour que le parti conservateur se tienne tranquille et libère officiellement le général ne serais-ce qu’une demi-heure... Des frisons lui parcourrirent le dos. “ C’est tout bonnement impossible en ce moment. ”

Et le lâchant toujours pas la main de l’empereur, les mots dévoilèrent enfin leur lame, un hameçon disons.

“…Si vous n’êtes pas prêts à jouer le jeu cela-est.”
 
Gwen prend un instant pour se recentrer, prendre une inspiration, ses yeux vairons toujours rivés dans les siens, l’idée folle dans son esprit prenant de plus en plus forme à mesure qu’elle parle d'un ton mesuré, presque complice. “ Franchement, si vous n’êtes point pressé monsieur, vous devriez juste attendre qu’il cède son poste. Cela serait égal à… au minimum une semaine de délai, voir plus, mais le général serait ensuite tout à vous. Toutefois, s’il s’avère que vous soyez pressés… je peux peut-être vous donner 2 heures de privacité en plein public. Pirates ou pas, les protocoles d’accueil sont strictes ici, et votre compagne est une Reine. Entant qu'illustres dignitaires étrangers, je peux donc entant que diplômate essayer d’organiser un discours de bienvenue à votre égard… discours qui se finirait par un banquet accompagné de l’une de nos célèbres opéras aquatiques, banquet sous l'eau pendant lequel vous pourriez avoir une bulle privée avec le général, les chants et musiques couvrant tout son de votre conversation. Je pense bien que vous voyez ou je veux en venir, vous auriez juste à nous donner au moins un jour pour tout préparer. Cela vous conviendrait-il ?”

Oh, on ne disait pas directement “Je reste méfiante, je ne veux pas que vous risquiez d’influencer notre régent en privé à prendre un choix néfaste.” à un empereur, mais Gwen pouvait entraver tout risque à sa manière, avec douceur et stratégie, disant oui à ses demandes mais gardant contrôle sur la situation. Red avait déjà montré de la réticence à  être dans une petite bulle sous l’eau, autant donc lui offrir le choix le plus risqué pour la sirène sous un embalage qui le rendrait rétiçant à se… ha ! Mouiller. 

Mais là n’était pas l’astuce : Réagir avec indignation, les obliger à se plier à sa demande ? Faux pas diplomatique, Izya était encore sois-disons leur hôtage  et le royaume serait en droit légitime de représailles. Rencontrer Hanbannama après couronnement ? Super, finie son autorité absolue, danger réduit, et elle confirmait que Red voulait sûrement juste parler de Toji et rien d’autre. Organiser le Banquet ? Même sans écouter, Gwen garderait un oeil sur la situation, laisserait les conservateurs dans la honte pour leur accueil ignoble des pirates comparé au sien, étalerait l’influence de sa famille… et en tant qu’organisatrice, elle gagnerait l’excuse pour monopolier le Général un moment. Le temps de le dissuader d’accepter toute demande que pourrait lui faire l’Empereur, de dire “oui” sans un préavis… préavis qu’il aurait tendance à chercher auprès du camp pro-humain, les politiciens qui savaient intéragir avec ceux la surface.

Peu donc importait le choix de son interlocuteur. D’une manière ou une autre, Gwen se débrouillerait pour prôteger son île natale.

Et cela, toujours en souriant à ses invités, en cordialité incarnée.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27463-gwen-dollyn-fiche-techni
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27431-gwen-dollyn-presentation
S'il n'était pas si courageuse et prête à tout pour protéger son ile, Gwen ferait surement une excellente agent CP, sang froid, prise de décision, diplomatie, une recrue de rêve pour le Un ou le Sept... Coup de bol que sa queue de sirène la protège de ce genre de déboires, et j'en viens à me demander a quel point ce rôle de consul cache peut être plus que ça. Est ce qu'on m'a mis dans les pattes la version locale d'un agent du Cipher Pol ? Est ce que les hommes poissons ont ce genre de de groupes d'ailleurs ? Et si oui, est ce qu'on les sous estime complétement depuis très longtemps ? Et a quel point Toji le savait ? Lui qui finalement n'a toujours vécu qu'en surface, en esclave ou en officier de la marine, et n'a guère jamais eu que des liens surtout fantasmés avec l'ile natale...

- Rien ne presse. J'apprécie l'initiative et l'idée. Mais je suppose qu'un couronnement monopolise pas mal, surtout si l'arrivée de Daenerys change soudain le nom qu'il va falloir placarder partout. Alors organiser un grand chambard supplémentaire juste pour les hôtes encombrant... Non, ça peut attendre. Par contre s'il y a déjà une représentation prévue dans le cadre des festivités, je prendrais bien une paire de place dans une loge bien placé.

C'est le genre de trucs qui ne peut que plaire à Izya, elle a toujours aimé nager...

- Quand vous dites "il a été jeté aux abymes", je présume que ça fait référence à un lieu précis? Une sorte de prison ? J'aimerais aller la bas, c'est possible ?

La première technique du Cipher pol, le pied dans la porte, demander un truc que votre interlocuteur va vous refuser pour le pousser à accepter plus facilement la demande un peu moins couteuse qui vient juste derrière Evidemment, si Gwen est bien ce que je suppose elle connait aussi bien que moi ces manipulations bas de gamme, mais ça devrait l'amuser autant que moi les siennes.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
Si la sirène haussa légèrement un sourcil à la facilité avec laquelle Monsieur avait laissé tomber son envie de rencontrer le général, sa surprise fut de bien courte durée. Ainsi, il souhaiterait simplement faire du tourisme à présent ? Il n’y avait pas grand-chose à voir là où il voulait aller. Suspect encore, quoique Gwen ne pouvait refuser si peu et paraître bon hôte.

À croire que Red était mieux formé en joutes verbales qu’il ne paraissait ! L’art de mettre quelqu’un en échec par la parole se résumait rarement à avoir le dernier mot ou à s’imposer dans la discussion après tout. Plutôt que cela, ou du moins du point de vue noble de Gwen, un maître de la rhétorique cherchait à ce que son adversaire lui-même se mette en échec ! Le pousser à dire quelque chose qui dépassait le convenable afin de l’exploiter… en toute bienséance, sans pour autant.

C’était un jeu de mots subtil on peut dire, la petite pique comme quoi la sirène sous leur influence risquait de devenir leur reine ? Mais quel coup ! Voilà qui aurait grillé toute bienveillance d’un autre diplomate moins patient.

Uh ? Commentaire innocent ? Madame n’y croyait pas un seul instant. Un empereur se devait d’être une existence à part pour tenir son empire, un leader qui mesurait chacun de ses mots. Il cherchait clairement derrière ses airs imperturbables à la sortir de ses gonds !

— “Ah, mille mercis pour votre compréhension. Je suis sûre que tout cela peut s’arranger, aussi bien la loge que la visite guidée : la Faille Noire n’est pas un endroit que l’on approche en temps normal, ne serait-ce que pour éviter les… penchants artistiques de nos deux Bourreaux qui patrouillent les lieux, mais je peux faire chercher un chariot qui nous mènera jusque là.”

Oui, ‘nous’, car hors de question que Gwen laisse Monsieur sans surveillance le temps de s’assurer de l’innocence de ses intentions… puis elle restait son otage après tout.

Gwen, c’est fait ! Voici ce que tu as demandé !

La sirène tourna momentanément son attention de son interlocuteur à ces paroles venant des émotions du même espadon de sa famille qui était là avant le départ d’Izya, un sourire venant perler sur ses lèvres alors qu’elle aperçoit le colis dans sa bouche.

— “Ah, je vous prie de m’excuser un instant Capitaine, cela sera rapide.”

C’est d’un pas presque bondissant que Gwen approcha la bulle de la zone de commerce, le poisson à son service transperçant partiellement avec aise la barrière de son nez pointu afin de lui déposer son dû sur ses mains tendues.

-Ta sœur a intercepté ton message et comprit tes intentions. Elle fit en sorte que l’humaine-ailée et sa suite reçoivent du corail à bulles, et on a préparé davantage pour l’humain-rouge ! Deux pour les capitaines auraient suffi, oui, mais ta mère pense qu’il vaudrait mieux être généreux ! Oh, et l’hôtel pour nos hôtes sera prêt d’ici 30 minutes ? Oh ! et c’est confirmé pour la princesse ! C’est bien elle ! Les hauts-mi-poissons sont en train de parler en privé à ce sujet pendant qu’elle dit coucou à sa famille… ça va prendre un moment.

Gwen n’était pas surprise par l’appellation des deux pirates, un prénom n’était pas une chose simple à transmettre en poisson parfois. Les sirènes et leurs amis communiquaient par la transmission des sentiments, parfois des drôles de “traductions” voyaient le jour. ‘Gwen’ par exemple était quelque chose dans les lignes de ‘mi-betta-grâcieuse-BISCUITS!!’

Mais la dernière nouvelle ? Milady s’y attendait quelque part, et pourtant son sang se tourna en glace. Après tout, à nouveau, Red avait eu l’air si sûr du “nom qu'il va devoir falloir placarder partout”

Par les mers, avait-il su d’avance ? Planifiait-il vraiment quelque chose ?

-Mille mercis, mon cher, maintenant, j’aurais une dernière faveur à vous confier…

Rien qu’une seconde d’interaction supplémentaire afin de gratouiller le messager affectueusement sur la tête avant qu’il parte, puis Gwen mit fin à l’interaction éphémère (d’un point de vue humain), se tournant vers Red avec un sourire.

“Votre lieu de résidence sera bientôt prêt, notre transport devrait venir dès que notre général accepte votre demande, et ceci est pour vous !” La sirène tendit la jolie boîte blanche finement emballée d’un ruban bleu au pirate, lui laissant le temps de l’ouvrir et d’étudier son contenu. “Je sais que ce n’est point grand-chose, mais considérez ces quelques coraux à bulles de la meilleure qualité comme un geste de bonne foi, une défense supplémentaire de l’eau qui vous entoure afin de rassurer vos esprits... ou de quoi vous promener dans l’île si l’envie vous vient. Quoique veuillez nous prévenir afin que l’on prépare une escorte pour rassurer les citoyens je vous prie, une deuxième émeute serait bien problématique après tout ! Vous avez une liste de numéros d’escargophones à atteindre dans le fond de la boîte, ainsi qu’un set d’instructions pour l’utilisation des coraux si besoin est.”

Gwen semblait briller en disant cela, son aura d’élégance pour la première fois de la conversation en plein essor alors qu’elle fixa son adver… erg, son interlocuteur, une étincelle de détermination, respect et quelque chose d’espiègle qui n’annonçait jamais rien de bon semblant briller dans ses yeux vairons.

Terrifiée ou pas, la curiosité incorrigible restait un trait marquant de la cuisinière… rien n’empêchait un défaut d’être utilisé comme arme —

“Donc si vous n’avez aucune autre question… j’en aurais une moi-même, non pas en tant que consul, mais à titre personnel.”

-Et qui ne risque rien n’a rien.

“Votre réputation martiale vous précède, un échange amical entre pratiquants de la vieille école pour passer le temps, ça vous tente ? Peut-être que j’arriverai même à cligner des yeux avant de me faire démonter Uohoho~”

Car parfois, changer le script par une réponse inattendue et un peu folle était la meilleure façon de juger quelqu’un, l’humour était une belle chose. Gwen restait tétanisée quelque part par les mots qui sortaient de sa bouche, mais… Red était trop imperturbable à son goût, elle voulait une réaction, voir ce qui se cachait derrière ce masque de confiance. 

Tôt ou tard, Gwen arriverait à cerner cet homme.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27463-gwen-dollyn-fiche-techni
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27431-gwen-dollyn-presentation
Je me fais la main sur le bout de corail. Encore un truc pratique mais pas vraiment sans défaut. Il manque un indicateur de niveau. Quand a ma sécurité. Je me demande a quel point j'aurais l'air fin coincé au fond de l'eau sans pouvoir bouger, a juste attendre que quelque chose vienne me tirer de la avant que je n'arrive à court d'air... Il est évident que les fruits du démon offrent un certain pouvoir sur ce qui se trouve à la surface, mais ici dans les profondeurs, c'est clairement une toute autre histoire...

En tout cas le coté set destinés aux invités me confortent dans mon analyse primaire de la demoiselle, j'ai clairement d'énormes lacunes au niveau de la diplomatie hommes poissons, et il semble clair qu'elle est bien plus développé que ce que m'ont laissés entendre mes contacts avec les ressortissants sous marins d'Armada. Oublier que le prisme pirate de grand line est forcément sacrément déformant, je serais encore au Cipher Pol je me serais mis des claques..

- Merci. Voila qui a l'air parfaitement préparé.

Mais déjà, Gwen me surprend une fois de plus.

Une passe d'armes ? Vraiment ?

La première fois que j'ai affronté Toji en duel, pour le chambrer un peu et le pousser à bout, j'ai parié d'améliorer mon meilleur chrono de victoire par KO, et au bilan, on peut dire que ça a fonctionné, je l'ai tellement poussé à bout que si j'ai bien amélioré mon temps, c'est Toji en personne qui a arrêté la montre pendant que je frisais le coma... Il faut dire qu'entre sa maitrise primale du Karaté aquatique, ses capacités de poisson foudre et la puissance de son haki, Toji a toujours été le type qu'on ne pouvait pas vraiment abattre, ou alors pas longtemps. Mais évidemment, c'était avant.

Comme disait Hubert, une machine de guerre finit toujours par trouver plus fort qu'elle sur la route. Il faut croire que les moines pacifistes et moralisateur ont vraiment raison de temps en temps.

En tout cas le profil d'agent action du service diplomatie se précise. Gwen tient de plus en plus de l'agent spécial que du conseiller étiquette et rhétorique...

- Pratiquants de la vieille école ? Je suppose que tu maitrises le karaté aquatique. Pourquoi pas ?

J'ai toujours considéré qu'après avoir rencontré Toji j'avais vu le summum du karaté aquatique. Mais le général l'a vaincu. Et La familiarité de Gwen et du vieux maitre pourrait suggérer un lien d'apprentissage... Alors, allons y...

Voyons si les agents locaux ont de quoi jouer dans la même cour que ceux du Cipher Pol.


Dernière édition par Red le Lun 24 Juin 2024 - 13:18, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
OK, temps mort, pause chrono, arrêt d’urgence. Que quelqu’un pince Gwen, car elle était clairement en train d’entendre des choses à cause du stress ! Quel… quel genre d’Empereur perdait son temps ainsi ? Sûrement, il réalisait que la consul ne lui arrivait pas à la cheville ? Qu’elle n’était nullement digne d’un quelconque intérêt ? Nom d’une moule, il pouvait sans aucun doute la réduire en légume par la simple pensée avec son Haki !

-“V-vraiment ? Soit, une gente dame ne revient point sur sa parole mais… je crois bien que réussir à vous égratigner serait un miracle !”

Oh certes, sans vouloir se vanter, Gwen était… techniquement bien au-dessus de la moyenne niveau Karaté aquatique ? Mais sans plus, rien qui méritait l’éloge de génie à son âge... Juste une puriste du style, le type qu’on martyrisait enfant à lancer des gouttes d’eau et rien d’autre jusqu’à ce que sa maîtrise de la technique soit parfaite. Son contrôle de l’eau, forme et sens du timing étaient polis à en reluire après 25 ans de pratique, mais le reste ?

Le reste, c’était toutes ces compétences moins belles du Karaté Aquatique que Tobio avait martelées, mais qu’une noble sirène d’un génome de poisson “non combattant” telle que Gwen peinait à absorber. Force brute, instinct, canaliser sa violence - l’ex-Sea Wolf présent devait être bien familier avec ce côté plus célèbre du combat de leur peuple à la surface, peut-être qu’en démontrer l’autre face viendrait assouvir ce qui devait juste être… une mesure des combattants des lieux, voir à quoi il avait affaire ?

Paranoïa ou pas, on ne faisait pas une démonstration de puissance en écrasant une diplomate telle une raie. Oui, l’intérêt de Red à cette farce devait être ailleurs !

-“Toutefois… Puisque ceci est un échange amical, nul besoin de force. Donc que diriez-vous de- ” Malgré sa contenance jusqu’à présent, une inspiration nerveuse échappa finalement à Gwen alors qu’elle planta son sceptre au sol, qu’avec des doigts légèrement tremblants y déposent son haut-de-forme... ses mains s’élevant soudainement d’un geste théâtral pour cacher leur nervosité. “ -d’en faire un challenge ! J’arrive simplement à vous mouiller avant que le général prononce son choix eeeet… ” Sourire, puis poings sur les hanches avec entrain, confiance. “Votre chère compagnie aura la joie de ne pas faire le ridicule je suppose !”

Yep, loin d’elle de demander quelque chose et de faire la profiteuse, voilà qui était indigne d’une Dollyn ! Madame cherchait à établir un climat de confiance après tout.

“Donc si tout cela est clair, en garde !”

Puis sans prévenir, Gwen se lançe sur Red, qui l’air toujours aussi tranquille, esquive l’air de rien son premier coup de poing, évite avec une facilité déconcertante le coup de pied qui suivit, échappe l’air de rien la prochaine dizaine d’attaques… quoique cela était prévu, un échauffement cordial.

Puis alors que la sirène finit de mesurer le physique de son adversaire et monte la barre d’un cran, qu’elle exécute avec grâce une rapide attaque aux 100 tuiles du genou, le pirate bloque pour la première fois, peut-être par simple courtoisie, paume bien plus raide qu’elle ne devrait tiens, une dureté familière-

“Résonance aquatique !”

Sans pitié, Gwen profite du contact pour essayer une attaque aux ondes, mais à croire que le tekkai auquel elle avait affaire cette fois était à un tout autre niveau que celui de l’agent Tarentule : sa main trémoussa à peine ! Mais une telle solidité…

Un pas en arrière, un nouvel échange de coups -

Puis Gwen s’attaque à nouveau avec force à un genou, Red bloquant avec son tekkai le talon de sa bottine ainsi que ses ondes sans broncher - et madame profite donc de l’agilité réduite que provoque le durcissement du membre pour condenser un peu d’eau, et soudainement lâcher de nulle part sa première goutte d’eau.

Il na qu’à pencher la tête sur le côté à temps pour l’éviter - mais alors que le projectile le dépasse, contraîrement à son comportement habituel, la trajectoire de celui-ci se corrige brusquement, revenant d’où il venait… visant son dos !

Aqua Corso : trajectoire “V”. La deuxième forme du style de combat de la sirène. De quoi surprendre les moins aguerris, et 2 autres projectiles aux trajectoires complètement différentes s’ajoutèrent immédiatement à sa danse. L’un en zigzag venant du bas, l’autre sur le côté formant une spirale - et d’où était sorti ce troisième venant du haut en parabole ? Lancé à un moment d'un angle mort de toute évidence.

Que dire, le coup d’eau qui marquait vraiment le début des festivités avait sonné !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27463-gwen-dollyn-fiche-techni
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27431-gwen-dollyn-presentation
J'ai toujours trouvé fascinant le karaté aquatique, sans avoir le temps et le partenaire pour me pencher dessus. Il faut dire qu'avoir mangé un fruit semble un malus pratique évident. Mais les liens avec le hassoken et certaines techniques du rokushiki sont évidentes. Les esquives et les mouvements liés aux projectiles et à la manipulation ressemblent comme deux gouttes d'eau a des styles de mouvement que je connais. Quand aux techniques visant à passer une garde trop dure pour frapper plus loin, elles ont clairement les mêmes racines que la boxe interne que je pratique depuis des lustres.

Par contre, j'ai peut être surestimé la puissance de la sirène.

Au moment ou sa main vient frapper ma paume avant de tenter de me secouer de l'intérieur, mes vieilles techniques du Cipher Pol me révèlent tout ce qu'il y a a savoir sur la force de la demoiselle. Un bon agent de terrain, mais clairement de l'espèce diplomatique plutôt que de l'espèce ninja et assassin. Mais il y a de la hargne et de l'idée dans ses enchainements, et ses mouvement sont tout à fait impeccables. Les arts martiaux ne sont surement pas la seule route qu'elle emprunte, mais le général sait enseigner.

Gwen commence à jouer avec l'eau, et je manque de justesse de me faire toucher dés la première feinte, au moment ou la première goutte d'eau qu'elle lance me revient fourbement dans le dos, au mépris de toutes les règles de la gravité. J'esquive juste a temps, pendant que de son coté Gwen récupère son projectile, le faisant glisser et tournoyer le long de ses bras avant de le renvoyer encore plus vite dans ma direction, accompagnés de nouveaux projectiles tirés d'on ne sait ou..

Il est temps de renoncer au Tekkai pour quelque chose de plus flexible. Et pendant que Gwen entreprend de projeter et de jongler avec une pluie de gouttes d'eau qu'elle envoie virevolter autour de moi pour me surprendre, mon corps se fait encore plus souple que celui de la sirène, mes os quasiment changés en cartilage souple par la technique du Kami. Ne reste qu'a se fier au mantra pour jouer les ballerines, en attendant de voir si la jongleuse est capable de tenir plus de balles que je ne peux en éviter.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
Ok, vraie question : comment pouvait-on réduire ses os en chewing-gum ainsi ?! Quel genre d’entraînement digne de la plus infâme torture devait-on subir pour devenir si… flexible ? Le gouvernement passait-il ses membres à la presse hydraulique ?

Toutefois, voilà qui faisait un beau challenge ! Ça faisait du bien de bouger, de quoi enfin avoir une raison pour se détendre… et se surpasser.

Mais leur temps venait peu à peu à s’épuiser, et puisque Red ne fait qu’esquiver et doit clairement la prendre à la légère… est-ce surprenant que Gwen profite de cela afin de le guider subtilement peu à peu à l’endroit idéal pour un dernier coup d’éclat ?

-“Lame d’eau !”

Condensant bien plus d’eau qu’elle ne l’avait fait jusqu’à présent, le projectile trace une belle ligne horizontale dans les airs alors que l’empereur est forcé de briser les lois de la nature et se contorsionner de manière presque grotesque afin d’éviter le projectile bien plus gros que ses frères au même moment que les gouttes d’eau qui l’accompagnent.

Mais cette fois, ce n’était pas lui que madame visait… mais la paroi à bulles de la zone de commerce derrière lui !

Le coup tranche avec aisance le mur translucide, et bien qu’il se refermerait automatiquement en à peine quelques secondes, une petite cascade se forme au-dessus de la tête de l’empereur. Subterfuge assez simple qu’il esquive à nouveau malgré la quantité de liquide et sa posture défavorable en se déplaçant sur le côté… mais qui fournit à la sirène tout ce dont elle avait besoin pour clôturer les festivités.

Un moment, elle plonge sous le jet, le suivant Gwen… nage dedans et se déplace en un clin d’œil, se servant de sa vitesse de sirène pour s’impulser vers le haut à contre-courant, emportant une bonne partie du liquide avec elle ! 

Et là, traçant un arc de cercle dans les airs tête à l’envers, avec une vue d’oiseau sur sa cible et tout ce qui l’entoure… esquiver ne serait plus si facile.

1, 2, 3, 4— aussi bien de ses mains que de ses jambes, une quinzaine de lames d’eau se façonnent. Mais contrairement à tout ce qu’avait pu voir son adversaire jusqu’à présent, nulle trajectoire loufoque… car les projectiles brisent à nouveau tout sens commun et restent momentanément suspendus dans les airs !

Et alors que le consul atterrit en toute élégance un peu plus loin sur ses pieds près de son sceptre, qu’elle se tourne vers Red d’une gracieuse pirouette et les 6 secondes de retardement sont presque accomplies… elle écarte les bras, ses doigts se referment sur ses paumes, puis se détendent brusquement alors que chacun relâche une goutte d’eau qui cherche à coincer Red d’un flanc différent.

“Aqua tempo : Lento.”

Et les lames s’animent enfin et se projetent avec force vers le sol, le tout formant une cage aqueuse qui vient couvrir d’eau et quadriller le sol sur un beau cercle d’au moins une dizaine de mètres de diamètre !

Mais pas de pirate dans la zone d’impact. Que—

Une tape de la main sur l’épaule de la noble, et bien que Gwen se tends… elle a vite fait de lâcher un soupir, se tournant d’un regard étincelant de curiosité vers l’empereur derrière elle.

”Soru, je devine ? Voilà quelque chose qu’on ne voit pas tous les jours ! Enfin, pas que j’aie vu quoi que ce soit à une telle vitesse, mais on se comprend~” Malgré son échec, car monsieur avait toujours l’air bien sec, Gwen lui donna un sourire chaleureux alors qu’elle remit son haut-de-forme, plus calme maintenant qu’elle avait pu brûler une partie de sa nervosité. “Et cette façon de contorsionner les os de votre corps… La seule explication que je puis me faire est que vous avez appris à contracter, détendre puis coordonner chaque muscle de votre corps à volonté dans une variante du tekkai ? Impressionnant, même si ça n’explique pas la flexibilité de votre squelette, diète riche en kératine peut-être ? Uohoho, il me faut la recette !~”

Alors que la sirène plaisante ainsi malgré sa défaite, les gardes tout autour regardent la scène les yeux écarquillés… puis lorsque que le poisson messager revient et transmet la réponse de Hanbannama, Gwen se paralyse un instant à l’écoute, puis son sourire de consul revient sur place.

“Ah, on m’informe que le général a accepté notre demande, et on aura l’un de ses disciples à nos côtés afin de nous garder des possibles rois des mers…” Ugh, voilà qui ne servait pas à grand-chose, mais soit, si ça rassurait le peuple de garder l’apparence de contrôle. “Le chariot sera ici dans deux minutes !”

Et ils avaient intérêt à avoir envoyé quelque chose de plus grand que l’horrible boîte de sardines qu’était le chariot d’hippocampes, ou madame portait plainte !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27463-gwen-dollyn-fiche-techni
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27431-gwen-dollyn-presentation
- Il semblerait que tout se passe bien pour le moment.
- Espérons que ça dure... Parce que coincée dans cette bulle je suis pas sûre de réussir à faire grand chose si ça venait à mal tourner...

A l'heure actuelle, plutôt que de rester dans la salle des archives conservée au sec, nous voilà dans une grande chambre du palais totalement inondée comme le reste de l'île, et si je ne suis pas encore morte noyée, c'est uniquement grâce à mon corail et sa propriété à créer des bulles pour me garder hors de l'eau. Mais je dois bien avouer que je ne suis pas dès plus rassurée par cette "sécurité". Il faut dire que vu l'environnement, je regrette un peu d'avoir mangé un fruit du démon... où même d'être simplement née ange plutôt que sirène. Après tout, j'ai toujours été attirée par l'eau et la mer, et voir ce peuple se mouvoir et vivre si aisément dans l'eau, ça a de quoi me rendre un poil jalouse...
Mais bon, c'est pas comme si je pouvais refaire l'histoire de ma vie, et puis j'ai quand même quelques avantages à être ce que je suis, avec mon fruit...

Devant moi et Keiko installée sur mes épaules toujours dans sa forme de fennec, nous observons le déroulement des retrouvailles timides du Prince Otobashu et de la Princesse Bishu avec leur grande sœur qu'ils n'ont jamais connu, notre chère Daenerys entournée de son fidèle requin géant qui prend une bonne partie de la longueur de la chambre à lui tout seul, et de son fidèle protecteur Matsuya qui remonte ses lunettes de soleil depuis sa bulle pour cacher au mieux son humeur plus que maussade. Tout cela ne lui plait pas du tout et même pour Daenerys il a du mal à le camoufler. Ce qui bien évidemment induit sur les émotions que ressent la sirène face à ces retrouvailles tant attendues.

C'est finalement la benjamine qui fait le premier pas vers sa grande sœur, dépassant le malaise initiale pour accueillir la bleue comme il se doit. Cette soudaine innocence dans le geste détend immédiatement Daenerys qui lui sourit en retour avant de se présenter officiellement à sa fratrie. Ce déblocage fait, très vite les trois êtres aquatiques réussissent à communiquer et s'entendre, se découvrant au fil de la discussion des point commun malgré leurs histoires si différentes. Ayant vu le monde dans ses aventures, l'aînée des trois se retrouve à raconter certaine de ces aventures avec Matsuya, essayant au mieux de passer sous silence son passé d'esclave pour ne pas attrister sa famille qu'elle vient de se découvrir.
Et malgré l'humeur de l'ancien corsaire, tout se déroule exactement comme on pouvait l'espérer. Du moins, jusqu'à l'arrivé du personnel du palais.

- Vos majestés, excusez notre intrusion, nous avons reçu l'ordre de mettre en air cette pièce. Pourriez vous sortir un moment le temps de la manœuvre s'il vous plait ?

Nous acquiesçons en cœur, sortant de la pièce en faisant attention de ne pas abimer les deux bulles qui nous garde en vie, nous, pauvres créatures terrestres et quelques dizaines de minutes plus tard, nous pouvons revenir dans la chambre asséchée ce qui est nettement plus agréable pour nous, sauf pour le requin, évidemment... Lui préfère soudainement rester dans le couloir inondé.

- Le Général Hanbannama espère que cette chambre sera à votre goût le temps de votre séjour, nous allons en préparer quelques autres pour vos compagnons ainsi que pour l'équipage de l'Empereur Red.
- Oh c'est gentil mais il me semble que votre Consul a pris les devants tout à l'heure pour nous faire préparer un hôtel dans la zone commerçante.
- Il a dit que vous diriez un truc de ce genre. Aussi il nous a demandé de vous dire "Nous espérons que nos efforts pour vous rendre le palais accessible suffira a résoudre le problème du logement de la Princesse Mizuki."
- Hin... Je souris nerveusement tandis que je commence à me dire que cet accueil ressemble un peu trop à une prise d'otage à mon goût, d'autant que Red n'acceptera peut être pas de séjourné loin de sa porte de sorti que représente le mécakraken qui ne peut pas être amarré au palais... Du moins j'en doute. Je crois qu'il va falloir que j'ai une petite discussion avec le général...
- Il y a un problème ?

S'étant détournée quelques peu de sa grande sœur, le Prince qui est censé se faire couronné dans les jours à venir, m'entendant parler de son régent décide de prendre les devants dans la conversation. Vu que je viens de lui ramener sa sœur, j'ose espérer qu'il serait un minimum enclin à raisonner le vieux triton.

- Il y en a un oui. Nous sommes venu sur l'île des Homme Poissons pour que Daenerys, j'insiste bien sur ce nom qu'elle porte aujourd'hui malgré le choix de ses parents et les désirs de leurs sujets, puisse vous rencontrer. Pas pour nous retrouver cloisonné dans votre palais, même s'il est très charmant. Faut dire que leur culte du dragon à quelque chose de très satisfaisant pour moi.Bref, avant de nous retenir ici, j'aimerai pouvoir en discuter avec Red parce que je ne suis pas certaine que l'idée de séjournée sous l'eau en étant totalement dépendant de votre peuple pour nos moindres envies lui plaise.
- Ne pourriez vous pas le contacter ?

Je lève la main a hauteur de ma tête un instant avant de rester légèrement bouche bée devant cette idée qui effectivement résoudrait tout. Mais... Parce qu'il y a un mais...

- C'est que... J'ai pas pris mon denden. Quel intérêt j'aurai eu à le prendre puisque Red devait rester avec moi et qu'Aubéria est restée à la surface pour géré à ma place mes royaumes le temps de ces petites vacances sous marines...
- Moi je l'ai appelé et il a dit non.

Surprise, je me tourne vers Matsuya qui vient de lancer un odieux mensonge mais vu son air mécontent personne n'ose lui faire remarquer que ce n'est pas possible.

- Il nous a aussi demandé de ne pas trop trainer avant de rentrer à la zone commercial.

Oh toi, mon petit Matsuya, tu files un très mauvais coton à mentir de la sorte... Si mauvais que même Daenerys se tourne vers nous avec un regard très inquiet alors même qu'elle tient les mains de sa petite sœur qui lui fait face.
Mais avec cette intervention, à moins que j'ai envie de montrer aux Hommes Poissons que je n'ai aucun contrôle sur les membres de mon équipage, je suis bien obligée d'aller dans son sens... Mais il n'échappera pas à une discussion édulcorée quand on sera entre nous.

- Dans ce cas... Ça t'embête si on rentre maintenant Daenerys ?

Et comme on pouvait s'y attendre, au vu de l'atmosphère tendu, la sirène n'ose pas dire ce qu'elle veut vraiment et se contente d'osciller la tête avant de poser ses grands yeux sur la Princesse Bishu et de lui faire un gros câlin.

- Ne t'inquiète pas, on est là pour un moment donc vous pourrez vous revoir dès demain.
- Merci... Ce remerciement dit avec un sourire forcée et teinté de tristesse ne me dit rien qui n'aille... Il va vraiment falloir que je parle à son protecteur colérique.
- Bref, nous souhaitons rentrer maintenant. Vous embêtez pas, notre fidèle requin peut nous ramener sans votre aide. Vous salurez le général pour nous !
- Désolé Reine Tahgel mais nous ne pouvons pas laisser la princesse Mizuki repartir sans l'accord du régent.
- Hm... Je suis gentille mais faudrait pas pousser non plus. J'ai dit qu'on partait alors on part, que vous le vouliez ou non !

Mais en bon serviteur obéissant qu'ils sont, les deux hommes poissons se mettent juste devant la sortie de la chambre délimité aussi par la membrane de la bulle qui nous maintient au sec. Je laisse échappé un petit soupire moqueur avant de reprendre la parole.

- Vous voulez vraiment m'obliger à user de la force ?
- La princesse Mizuki est une membre de la famille Royale, sa place est avec sa famille.
- Daenerys est une membre de mon équipage et est sous ma protection. Il est hors de question qu'on soit séparées.
- Dans ce cas vous devez rester ici avec elle.
- J'ai dis "NON".

Et avant que mon interlocuteur de réponde une nouvelle fois, je laisse sortir mon agacement de ma tête sous forme de mon Haki Royal qui vient coucher purement et simplement les deux employés du palais sous les regards apeurés des deux princesses sirènes.

- Vous en faites pas, ils vont juste se réveiller d'ici quelques minutes avec un gros mal de crâne. Rien de bien méchant. Bref, Prince Otobashu, Princesse Bishu, c'était un plaisir de vous rencontrer, on se revoit demain dans une atmosphère plus détendu j'espère.
- Mouais, en route.

Sans attendre plus longtemps, Matsuya attrape sa précieuse sirène et quitte la bulle de la chambre pour rejoindre le dos du requin. N'ayant pas mangé de fruit du démon, lui n'a aucun mal à nager pour venir s'installer sur la monture mais je dois le rappeler à l'ordre d'un raclement de gorge pour qu'il fasse demi tour et me viennent en aide avec tout ce bordel de bulle avant qu'on soit tous installé sur le dos du poisson géant qui se met à nager dès que son maître le lui ordonne.

Il va vraiment falloir qu'on discute lui et moi...


Un retour miraculeux 1425067977-izya-sflagopr Un retour miraculeux 1465207581-signizya Un retour miraculeux 1lmh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-

L’est balèze le loustic.

Ca c’est c’que j’me dis en arrivant aux docks de l’île des Hommes-poissons, les yeux rivés sur le Mécakraken. C’est qu’on peut le voir de loin, tout en métal et en tentacules, supplément hublots pour n’pas qu’on l’confonde avec un roi des mers un peu trop câlin. Du coup j’ai eu aucun mal à l’scruter d’un air méfiant lors de ma descente, et ce alors même qu’il est amarré de l’autre côté de la portion du port où je fais mon entrée. J’srais curieux d’savoir à qui il appartient ce tas d’tôles… La marine ? Naaan, ils ont pour habitude de peindre leur symbole de pseudo-justice de partout et là j’vois pas l’ombre d’une mouette. Un pirate de passage alors? Probable…

-Il est balèze le truc.

Pénélope a le même air circonspect, mais en moins méfiant.

-Hm…

Ca c’est ma seule réponse tandis qu’elle et moi on pose les pieds sur une partie sèche accessible aux humains. Elle me jette un œil pour vérifier si j’fais toujours la gueule…. Hausse des épaules et reprend son étude du Mécakraken encore visible.

-Etonnant ce que la technologie peut permettre.

Et là c’est la Miss Mary d’mes trois couilles qui a jugé opportun d’y aller d’son commentaire. Me demandez pas pourquoi ces deux emmerdeuses ont insisté pour m’accompagner, z’aller m’mettre de mauvais poil.

-Roh ça va arrête de bouder. C’était l’occaz’ rêver pour moi de découvrir cette île. Ca arrive pas tous les jours quoi !

C’est ça. C’est bien l’moment d’faire du tourisme tient ! Et accompagnée de la vieille pie j’vous dit pas l’ambiance ! Y a des moments j’pourrais jurer que l’autre vieille est v’nu juste pour garder un œil sur moi, le prétexte de chaperonner Pénélope tenant pas deux secondes quand on connait sa capacité a faire chier les emmerdes plutôt qu’l’inverse.
Du coup m’voilà de retour sur l’île du peuple des mers, non pas en glorieux vengeur mais en chaperon acariâtre… J’aurais pu alors directement au palais au travers des zones inondées, mais non. L’a fallu que j’me trimballe deux perméables, ce qui m’oblige à passer par les zones de transit que j’ai moi même réduite au minima à mon dernier passage. C’est déjà ça, au moins le p’tit prince a su m’écouter plutôt qu’espérer une paix ridicule avec les humains.



Enfin, ça c’est c’que j’croyais. Mais à peine j’arrive qu’une escouade de triton vient à notre rencontre, aussi blêmes qu’on peut l’être en ma présence, et porteurs de nouvelles pas franch’ment jouasses. C’est quoi c’est conneries d’élections ?! J’écoute qu’à moitié tant j’ai la fumée qui commence à monter aux oreilles, alors le chef de fil devant moi débite ses infos du plus vite qu’il peut histoire de limiter son temps d’présence à mes côtés. Hanbanama, foutu vieil imbécile, qu’est c’que tu fous bordel !?

Le gars finit donc son débrief, et s’apprête a prendre congé d’un salut militaire lorsque je l’alpague d’une dernière question. Car mon instinct me titille des choses et j’préfère tirer ça au clair pour en finir avec les mauvaises surprises. J’aime pas les surprises.

-Et ce machin à tentacule là, il est à qui ?
-Euh…

Mais avant qu’il n’ai le temps de m’répondre, on est coupé par une voix dans mon dos.

-Hum, Excusez-moi. Monsieur Arashibourei c’est bien vous ?



J’me retourne, l’œil mauvais et les temps battantes. Tout ça pour découvrir le spectacle surréaliste de deux bonnes-sœurs. L’une est petite et fripée, l’autre énorme tant en taille qu’en largeur. Toute deux ont pour dénominateur commun leur tenue de nonne blanche et noire classique, mais à quelques détails prêt. Déjà, une nonne ça porte pas des tongs. Des scandales inconfortables oui, mais pas des tongs fluo j’en suis sûr. Et c’est pareil pour les paréos de plage par dessus les chasubles. Les chapeaux de paille idem. Quant aux multiples escargophoto qui leur pendent aux cous ça les classe dans une catégorie particulièrement dangereuse de la vile engeance humaine : des touristes.

-C’est bien vous Monsieur Arashibourei n’est-ce pas ? Vous ressemblez trait pour trait à cette photo de vous.
-Ah ca pouw suw c’est lui Mlle Tulipe !
-Louons le seigneur Rosemarie nous l’avons trouvé.


Gnéé ? Entre Péné, Miss Mary et moi même on s’fait un concours de la mine la plus déconfite. C’est rare que des gens soient contents de m’trouver, alors des bonnes sœurs c’est bien la première fois.


-Vous le connaissez ?

-Oh que oui ma fille, c’est notre sauveur !
-Amen ! Notwe sauweur.

-Je serai curieuse de savoir comment.

J’le sens mal le truc.
Hihihi, moi non


-Il y a peu cet ange descendu du ciel a fait don a notre orphelinat d’une somme immense à la hauteur de sa grandeur d’âme. Voyez vous […]

Et là la plus p’tite des deux nous débite son histoire, Et tout m’revient au fur et à mesure. Une attaque de pirate sur ma propre banque. La perte de 150 Million de berrys transférés dans le chaos de la situation à l’orphelinat Sainte marie de la Coquillesure de North Blue. 150 PUTAIN de millions de Berrys perdus au profil des bonnes œuvres. Irrécupérables. J’en avais bouffé mon cigare à l’époque tiens !
Et les voilà qui se sont décidées à venir rencontrer leur “sauveur” en personne pour le remercier comme il se doit, quitte a devoir traverser la moitié des océans les plus terribles de ce monde. Vu les dégaines il semblerait que l’opération ai pris une tournure ludique au passage.

-Vous êtes arrivée comment ici ? Vous avez traversé Grand Line ?

-Ce repaire d’homme de vices ?! Non ca jamais.
-Pouw suw Mlle Tulipe.
-Non, nous somme passées par une petite mer très tranquille. Comment l’appelle t’on déjà ?…
-Calm Bell Mlle Tulipe.
-Ah oui c’est ça ! Merci Rosemarie. Calm bell ! On y a eu très beau temps.

Deux nonnes en tourisme qui traversent Calm Bell sans être dévorées par les rois des mers, on passe de la connerie au miracle en un clin d’œil. Et nous on en reste tous cons.

-Vous… vous avez traversées Calm Belt, la moitié du monde et réussi à descendre sur cette île juste toutes les 2, comme ça ?

-Juste toutes les deux ? Non pouw suw.

Ah j’me disais bien !

-Il y a les enfants de l’orphelinat aussi bien évidemment.

Gné ?!

-SURPRISE !!

Qu’hurlent soudainement une quarantaine de gniards sortant de nul part, tout en sourires et en cris de joie !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t154-fiche-de-toji
  • https://www.onepiece-requiem.net/t115-marine-toji-arashibourei
    Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum