AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le deal à ne pas rater :
JBL LIVE 650BTNC – Casque audio circum-auriculaire sans fil – à ...
99.61 €
Voir le deal

[FB - Solo] - La routine.

Baal Z. Aran
Baal Z. Aran
•• Commandant d'élite ••
Le Briseur de Rêves

♦ Localisation : Boréa, North Blue.
♦ Équipage : Les Impitoyables.

Feuille de personnage
Dorikis: 5694
Popularité: 388
Intégrité: 469

Dim 15 Sep 2013 - 14:12



L'arc des patrouilles




Il y a toujours un Jimmy qui part en premier



Ω Moi


    ▬ Moi. Darkcyan▬ Sergent-chef Humphrey Grap. Blue▬ Sergent Tom. Royalblue▬ Soldat Anne. Dodgerblue▬ Soldat John. Cornflowerblue▬ Saloperie d'capitaine. Darkred▬ Maudit demi-géant. Saddlebrown▬ Pirate 01. Crimson▬ Pirate 02. Red▬ Pirate 03. PeruOnomatopée!!!!!


©odage by Hathor



Dernière édition par Aran Z. Baal le Sam 28 Mai 2016 - 22:21, édité 17 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t7678-ce-titre-n-est-pas-original#94602https://www.onepiece-requiem.net/t7801-je-m-en-contrefiche
Baal Z. Aran
Baal Z. Aran
•• Commandant d'élite ••
Le Briseur de Rêves

♦ Localisation : Boréa, North Blue.
♦ Équipage : Les Impitoyables.

Feuille de personnage
Dorikis: 5694
Popularité: 388
Intégrité: 469

Dim 15 Sep 2013 - 14:42



Au port


Ω Quelques instants avant notre arrivée précipité au port, des pirates de bas étages cherchaient avec détermination un moyen d'fuir l'île, car leur plan semblait avoir échoué par la précédente patrouille. Patrouille où il restait plus que le pauvre caporal Jack, d'ailleurs. Ses hommes s'étaient fait décimer par ces saloperies d'criminels. Heureusement que mon équipe, guidé par le brave et vieux sergent-chef Humphrey Grap, était proche d'la zone quand ça commencé à dérailler. La situation était extrêmement tendue, car ces forbans avaient sous la main des otages de toutes sortes. Femmes, hommes et même des enfants... Pendant que mes collègues et moi on attendait l'ordre d'agir, ces maudits pirates s'faisaient la malle. Et ouais, mon gars, ils sont pas con et ils en profitent bien ces salopiots. Au moins, on pouvait dire que leur stratégie de retrait était efficace, car en se battant en retraite, ils gagnaient peu à peu leur navire sans le moindre mal. Pour peu, ils étaient presque sur le point d'partir et ça m'agaçait.

Couvrant leur fuite par des tires de fusils, ces hommes sans foi ni loi renversaient des caisses et des tonneaux pour s'faire des barricades improvisés près de leur navire, histoire qu'on aille pas là-bas. Et comme si ça suffisait pas, ils se donnaient à cœur joie pour faire un tire de couverture avec des canons portatifs et ceux de leur vaisseau. On s'en prenait plein la gueule, ça m'énervait. Y'avait pas moyen d'bouger pendant que ça crachait du plomb et d'l'acier. Autour du quartier, c'était un putain d'merdier. Y'avait quelques maisons en flamme et d'autres bâtisses avec des pans de mur écroulés. Un navire marchant coulait, pris par un incendie. Des cadavres de divers civils et de Marines jonçaient sur le sol dans des marres de sang. Une vraie boucherie, gamin. À ta place, je changerai d'lecture, car c'était pas jo-jo du tout. Même moi qui tenais pourtant le coup, j'avais le cœur retourné quand je voyais avec horreur des gars d'la caserne que je reconnaissais morts. Putain d'merde! Enfoiré d'pirates!!! Limite si j'étais bouleversé. Ils vont le payer, c'est moi qui t'le dis, p'tit. Comptes bien sur moi pour rendre la pareille à ces chiens.

C'était une honte si on les laissait faire. Fallait agir et vite! Et moi, tu sais ô combien je n'aime pas m'tenir en place. J'voulais à tout prix régler cette affaire pour sauver l'honneur d'la Marine. Au moins. Et pour ça, je cherchais d'vue un moyen de partir au devant pour faire mon job. On commençait à perdre de vue notre objectif là! Fallait se remuer!! Mais le patron avait appelé soit-disant les renforts et le voir poiroter comme un noob ça m'rendait malade. À côté d'lui, notre doc' s'occupait de Jack qui était sacrément mal au point.

Moi, j'm'enfichais des otages. C'était d'leur faute s'ils étaient là. Ce qu'il me préoccupait maintenant, c'était d'agir. Voir notre inefficacité était insupportable! Je n'pouvais pas blairer ce tel manque de devoir chez nous et mes camarades le savaient. Ouais, c'était pour moi un manque à notre travail, là. J'étais même déçus envers Jack. Caporal, hein? Il n'avait rien foutu celui-là, ouais. Pourquoi ses hommes étaient morts, alors? Hein, pourquoi bordel?? Pour un sous-officier c'était pas un peu craignos? T'es d'accord avec moi, gamin? Planqué derrière des caisses selon l'ordre donné, je m’empêchais pas d'gueuler à mon supérieur.


    Putain!! Qu'est-ce qu'on fout, bordel? Ces scélérats vont partir pendant qu'on s'tourne les pouces!
    Baal!!! Baisse-toi, bon sang!! Il y a déjà assez de morts comme ça. Laisse-moi trouver une solution avec le caporal Jack, tu veux? D'autres sergents vont arriver d'une minute à l'autre, alors patience.

Il était rigolo l'patron. J'mesurais plus grand qu'un humain lambda. Comment voulait-il que j'me cache derrière ces caisses complètement inutiles. Non, non, c'en était de trop. Fallait que je parte en avant, ça allait les calmer, ouais! Chuis comme ça, petit. Faut pas chercher, j'ai besoin d'me défouler dans des moments pareils, tu comprends? Sérieusement, tu m'vois rester avec les potes à attendre que ça s'passe? Les civils étaient chez eux, planqués derrière leur volet à espérer que la justice fasse quelque chose. C'est notre boulot, tu vois? Ils diront quoi après, hein? Je scrutais bien comme il faut pour saisir une quelconque faille d'la part des pirates. Mais rien. Pourtant, c'était le seul moyen pour agir proprement. Soudain, un cri d'femme survint. Les bâtards! Pour sûr, ils abattaient les otages, maintenant qu'ils se sentaient en sécurité derrière leur barricade de rigolo. J'me couperais l'autre bras si ce n'était pas vrai. Si cela n'indiquait pas le moment, c'était quoi alors? Tu vas m'le dire, petit? J'interpelais alors mes potes.


    Les gars, vous êtes avec moi? J'vais foncer comme je sais si bien le faire. Si vous voulez rester en arrière, c'est votre affaire, mais couvrez-moi alors, capiche?

Et là, après toute attente, les renforts arrivaient enfin. Le sergent Tom était à la tête de ses hommes, suivi encore d'autres sous-officiers. Deux en plus en tout cas. J'arrivais pas à tout voir d'là où je me tenais. Voyant les pirates réduire leur tire vers nous, mon chef ordonnait à notre groupe d'attaquer. Visiblement, les forbans s'acharnaient de moins en moins sur nous pour se concentrer sur les nouveaux arrivants. Pensaient-ils qu'on était mort? J'pense pas, petit. Ça continuait à shooter dans notre direction, mais en plus petite quantité.


    En avant les enfants! Montrons-leur que dans la Marine, il n'y a pas de trouillards!!

Il était temps, putain. J'sautais de ma planque illico, comme si je n'avais attendu que ça. J'avais attendu que c'moment. J'fonçais alors le premier, tête baissée. Derrière-moi, Anne et John me suivaient de très près. Ils assuraient mes arrières... Ou mes devants... 'Fin, ils étaient là pour me défendre, quoi. En fait, on se protégeait généralement ensemble. On formait un bon trio, héhéhé.


    Aller Baal! Montres-leur qui tu es!
    Ouais, dégommes-les!


~~ Page 1 ~~

D'après un enregistrement en mémoire d'Aran Z. Baal, au bras d'acier
©odage by Hathor



Dernière édition par Aran Z. Baal le Mar 24 Sep 2013 - 0:16, édité 4 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t7678-ce-titre-n-est-pas-original#94602https://www.onepiece-requiem.net/t7801-je-m-en-contrefiche
Baal Z. Aran
Baal Z. Aran
•• Commandant d'élite ••
Le Briseur de Rêves

♦ Localisation : Boréa, North Blue.
♦ Équipage : Les Impitoyables.

Feuille de personnage
Dorikis: 5694
Popularité: 388
Intégrité: 469

Lun 16 Sep 2013 - 10:43



Si y'a bien un endroit où tu t'sens impuissant, c'est bien là. Franchement, tu veux faire quoi dans cette situation d'merde? J'avais escaladé la barricade et je m'attendais à cette vision d'horreur. Finalement, je pouvais garder mon bras, hein? Je voyais un homme, mec. Un putain d'Marine qui pouvait encore donner de l'espoir. J'le reconnaissais. C'était un brave type. Jimmy qu'il s'appelait. Seulement, un pirate l'achevait alors que je venais d'me pointer... Y'avait d'quoi déprimer. Tous les otages étaient massacrés. Tous. Jusqu'au dernier. Il n'en restait plus rien. Tout cela ne serait pas venu si on avait attendu comme des cons les renforts. Et voilà le résultat! —Bravo la Marine. Mais oui, félicitations. C'est un grand succès mes chères soldats. Merci, merci, monsieur, je n'attendais pas plus.— Putain, on était des militaires, oui ou merde? On servait à quoi si on était des peureux comme ces imbéciles de civils?? Manquait plus que ce soit l'monde à l'envers... Une belle image, mec. Ça donnait vachement envie d'être un fière protecteur, un brave combattant, tiens. Une chose était sûre, j'pouvais compter sur mon endurance plutôt que sur mes collègues. Au moins, avec moi, j'étais convaincu de faire mon job.

Mon entrée fracassante avait éjecté un flibustier. Ce qui attirait ausstôt des pirates et ils tiraient sur moi. D'instinct, je pris un morceau de débris de ma main pour me protéger. Les balles s’écrasaient inutilement. Le type qui s'était pris mon coup d'pied se relevait et revenait à la charge. Il était décidé à s'venger, ça s'voyait dans son regard.

D'autres poltrons tentaient également d'empêcher mes camarades de pénétrer dans la boucherie. Ouais mec, c'est une sacrée tuerie, ici. Et encore, j'te parle même pas quand c'est un champ d'bataille, quand c'est une vrai guerre. Faut pas voir le cœur fragile, gamin. D'ailleurs, qu'es-ce que tu fous encore là? T'es sûr d'pouvoir suivre le reste d'la lecture? Bref, c'était vraiment à vomir. Les âmes sensibles pouvaient retourner chez eux. En voyant ce bordel, ça m'faisait renforcer encore plus mon instinct d'Marine. Abandonnant leur prise, les criminels courraient vers leur navire toujours en nous canardant. Des petits boulets volaient de toute part. J'en évitais un juste à temps. Du côté des soldats, j'entendais le chef gueuler pour qu'on fasse attention.


    Planquez-vous et restez couvert!! Sergent Tom, aidez-nous à repousser ces pirates dans la mer en nous créant un tire de couverture.
    Pas de problème, Humphrey. On est là pour ça. Soldats, tirez à vue. Faut plus qu'un seul Marine ne meurt aujourd'hui, compris?

Encore? J'n'allais pas me cacher alors que j'étais dans la gueule du loup, non? Tu m'vois me planquer à nouveau, p'tit? Laisses-moi rire. J'devais d'abord m'occuper de celui qui voulait m'faire la peau. J'l'arrêtais net. Il était sonné. J'devais maintenant aider un peu mes camardes. Avec mon fidèle canon intégré dans mon bras, le Sombracier, j'tirais un boulet dans un tas d'pirates qui se préoccupaient de rentrer tout en tirant sur les Marines.


    Plasma Shot!!

Le tire fit mouche. L'explosion dégomma des caisses. Les corps volaient avec des débris en tous genres. Tant pis, chuis pas du genre à tuer, mais quand j'ne cherche pas à comprendre, j'y vais pas avec le dos d'la cuillère.


    Les gars! NOOOOONNNN!!

C'était probablement le hurlement du capichef. Ahahah, on fait moins l'malin, là, hein? Tu vois c'que ça fait quand on perd ses hommes, mec? Ça t'apprendra à jouer les durs, pirate! Ouais, dégagez tous! Place au cyborg! De quoi? Tu penses vraiment que j'me la pête trop? J'vois que tu n'sais pas à qui tu as affaire, gamin. Moi, chuis Marine, un vrai! J'ai pas peur de la mort, alors tu vois le topo? J'fonce et je détruis. Point final. Et au moins, mon acte de bravoure générait une montée d'espoir chez les copains. Y'avait une percée et ça y allait à bon train maintenant. Les Marines parvenaient enfin à repousser ces maudits criminels. Des pirates tombaient à bout d'souffle. Ils allaient être arrêtés, pour sûr. Celui qui semblait être le capitaine continuait d'encourager ses hommes. Puis, soudain, il sauta vers moi avec frénésie. Dans son élan, il chargeait un puissant coup. J'avais pas pu encaisser corretement l'attaque parce que j'étais pris de vitesse. Je volais alors en arrière, en plein sur mes camarades. Merde, j'étais tombé sur John et Anne...


    Bordel, fais gaffe, Baal! Tu as... Putain, il revient!! paniqua t-elle.
    Couchez-vous, je vais l'avoir!

Mon pote avait tiré, mais visiblement, il manquait sa cible. Pourtant, c'était un excellent tireur d'élite. Ç'la voulait dire que le forban était extrêmement doué pour éviter une balle, même de très près. J'me relevais alors rapidement, afin qu'Anne puisse se dégager aussi. J'voulais pas que mes amis meurs si jamais le pirate les prenait pour cible. Bordel! L'enfoiré s'attaquait à la miss, maintenant. J'ne pouvais pas le laisser faire.


    Aahhh!! Au secours, les gars, à moi! Baal!! me supplia t-elle.

D'autres gars d'ma faction pouvaient intervenir, même le sergent-chef. Mais c'pirate commençait à m’agacer et il devenait mon affaire. On ne s'en prenait pas à mes amis! Alors qu'il s'apprêtait à embrocher la jeune femme, cette dernière riposta avec sa lame. Pendant qu'il s'affrontait, c'était l'occaz' pour le surprendre. Fallait savoir en profiter, petit. C'est comme ça qu'on reconnaît ceux qui vont d'l'avant. Je tirais avec mon grappin pour chopper par derrière le capitaine. Malheureusement, il se retourna au dernier moment, comme s'il l'avait senti v'nir. Au final, Anne s'mangea mon arme dans sa jambe. J'ramenais d'un coup sec la corde, ce qui faisait porter ma camarde vers moi. Elle volait dans les airs avec des hurelement de panique. Désolé! J't'écarte de lui, ça vaudra mieux, j'crois. J'm'élançais sans perdre un instant vers le capt'. Je chargeais mon attaque à mon tour.


    Méga Punch!!!

Le bout d'mon Sombracier percutait de plein fouet le corps du capitaine. Il crachait du sang suite au choc, mais même avec toute ma puissance, cela semblait lui avoir fait peu de dommage. Il tenait bon, ce con. Heureusement qu'mon chef était plus apte à le maîtriser que moi.


    Joli coup, Baal! Laisses-le moi, maintenant. Et vas aider tes cama... Derrière-toi!!

Il n'avait pas terminé sa phrase qu'un mec hyper grand et d'un aspect monstrueux m'choppa la jambe en moins d'temps qu'il n'en faut pour le dire. J'étais tellement pris par la surprise que je n'avais pas eu l'temps d'évaluer sa taille. Il devait faire quoi, genre 4m-5m? Balèze, quoi. Il jouait alors avec moi comme si j'étais un simple jouet. Et vas-y qu'tu m'frappes au sol devant et derrière. Et qu'ça recommence... J'me sentais trop mal, là. Une honte. À chaque fois que j'cognais le sol, mon corps se crispait, voir se tétanisait. Ç'a m'reflétait pas, ça. Le sol s'fissurait à chaque impact. C'était violent. Mais t'inquiète, mec. Je s'rai toujours là pour te conter mes aventures incroyables. J'croyais qu'un moment, j'allais perdre tous mes bouts d'métal... J'n'arrêtais pas d'criais comme un bleu à cause d'la douleur. J'pissais le sang. Et il continuait en plus, ce con. C'était quoi son but? Me fracturer le crâne et que je cesse d'bouger? S'il continuait à faire jou-jou, j'n'allais pas m'en sortir, pour sûr. Ce pirate mastoc me gueula plus qu'il ne me parla. J'comprenais rien. Il savait pas articuler ou quoi??


    Gaaahh!! Meuhh Mahine!!!

Il était en rage parce que j'avais touché à son captiaine? Peu importe, c'était pas lui qui allait changer la donne avec moi. Quand j'étais en hauteur, je voyais en bas les Marines se frittaient contre les pirates. Mon sergent-chef avait du mal à se concentrer sur sa cible, surtout en me voyant dans mon état. J'étais proche de la mort pour lui. Je savais qu'il tenait beaucoup à moi, mais je ne savais pas pourquoi. Ouais, limite j'étais son fils pour lui. J'avais plus de valeurs que les autres étrangement... Heureusement pour mon patron que le sergent Tom lui prêtait main forte au bon moment. Je parvenais à me retourner quand le "géant" me relevait une énième fois. Arrivé à la hauteur d'son visage, je tirais à bout portant avec mon bras mécanique. Le boulet de canon arriva pratiquement instantanément dans sa face. Cela dit, c'était pas assez pour le tuer, ni le calmer.Il était encore en vie. Cela lui avait sûrement fait des chatouilles plus qu'autres choses. La fumée me masquait un peu la vue. Complètement énervé, le grand gaillard me balança d'un coup en direction de leur navire façon disque de jet...


    AAAAHH!!! Méhant Mahine!! Pas frapper!
    Aaaaaahhhhhh!!!!


~~ Page 2 ~~

D'après un enregistrement en mémoire d'Aran Z. Baal, au bras d'acier
©odage by Hathor



Dernière édition par Aran Z. Baal le Mar 24 Sep 2013 - 10:52, édité 4 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t7678-ce-titre-n-est-pas-original#94602https://www.onepiece-requiem.net/t7801-je-m-en-contrefiche
Baal Z. Aran
Baal Z. Aran
•• Commandant d'élite ••
Le Briseur de Rêves

♦ Localisation : Boréa, North Blue.
♦ Équipage : Les Impitoyables.

Feuille de personnage
Dorikis: 5694
Popularité: 388
Intégrité: 469

Lun 23 Sep 2013 - 12:22



Saloperie d'pirate. Il en fallait toujours un qui sort du lot pour montrer au heros qu'il ne peut pas tout faire simplement. Ce demi-géant m'avait envoyé sacrément loin. J'étais sur le point d'me fracasser la gueule sur le pont d'leur vaisseau. Les tires aux pigeons, tu connais? Bah là, j'étais le piaf et les criminels les chasseurs... Le monde à l'envers, j'te dis. Heureusement, malgré ma taille, rien ne semblait être concluant pour ces pirates, car ils étaient même pas foutus d'me tuer convenablement. Quel manque d'organisation... Faut dire que c'était quelque chose. M'voir arriver par la voie des airs était plutôt impressionnant. J'les entendais être paniqués. Vu qu'ils étaient occupés à repousser les Marines au sol à la base, ça les déstabilisait d'me voir en haut. Donc forcement, quand un soldat était subitement en haut... Voilà, quoi.


    Putain, d'où il sort celui-là?! Y'en a un qui tente de faire une percée là-haut, les gars! Regardez!!
    Hein? Comment il a fait?? Il faut l'empêcher de venir sur notre navire, les mecs!


Ces enflures allaient me trouer, finalement! Ces forbans m'tiraient sur moi sans sommation. À cause d'leur stress, ils me manquaient tous. Les boules de plombs sifflaient de tous les côtés. J'me sentais vraiment con de planer ainsi sans rien pouvoir faire. En me rapprochant dangereusement du sol, les pirates s'affolaient et ils cherchaient à m'éviter sauf un. Oui, un seul péquenot osait me défier. Décidément. T'y crois ça, p'tit? C'était marrant, car il m'visait proprement avec son canon-portatif, mais... C'était trop tard pour lui. Ayant chargé mon Impact Punch à nouveau, j'lui assénais le poing dans son crâne. Je sentais les os de tout son corps se briser. J'traversais alors le plancher du pont dans un fracas pas possible où morceaux d'bois et membres volaient sous la puissance du choc. Au revoir les tapettes. J'tombais alors dans l'entrepont avec la pointe d'mon arme sur le sol et un genou à terre, le dos légèrement courbé,. La salle était peu éclairée. Ou alors, je voyais trouble à cause du géant. Qu'importe, j'voyais des silhouettes tout autour de moi...

Gueule du loup. Voilà dans quoi je m'étais encore fourré. Comme s'il n'y avait pas assez d'ennemis dehors... Fallait encore que je me complique la tâche. Quoique, mes camardes avaient un avantage, maintenant. Mes potes avaient le champ libre pour foncer sur le navire, puisque plus personne à l'intérieur ne se concentrait sur eux avec leur canon. Ils étaient tous là, complètement surpris d'voir un Marine entrée par le haut.


    Salut à tous.

Qu'est-ce que tu voulais que fasses? Je n'pouvais compter que sur mes compétences, là. L'instinct de survie, mec. Y'a qu'ça d'vrai. C'est à ça qu'on peut reconnaitre un homme, un vrai. Faut surmonter son endurance, pousser au maximum les limites de ton corps, sinon tu lâches avant et t'peux dire adieu à tout l'monde. J'n'éprouvais aucune peur, moi. Beaucoup d'mes collègues seraient partis en hurelant s'ils étaient dans la même situation que moi. J'devais foncer tout seul pour m'en sortir. Pas de camardes pour ça. Seul, mec. Capiche? Si je n'étais pas capable d'me débrouiller comme un grand, j'n'aurais pas ma place dans la Marine, tu vois?

Le géant m'avait sacrément amoché. J'ressemblais plus à rien. J'étais vraiment moche, maintenant. Avoir des bleus pour un bleu, c'était pas top. Sans vouloir me vanter gamin, j'pense que ma carrure et mon côté mécanique jouent beaucoup sur ma grande résistance, sinon, j'ne serais sûrement plus là. J'avais foutrement mal, fallait le reconnaitre. Pourtant, j'tenais bon. J'étais pas concentré depuis le début ou j'n'étais pas en forme. Y'avait un truc, quoi. Ouais, ça devait être sûrement ça... Trêve de rêvasserie, les gus de l'entrepont se ramenaient pour me tabasser. Y'avait une p'tite trentaine à vue d'nez, voir plus. Pour un vaisseau comme celui-ci, ça en faisait du monde. Chacun m'avait évalué du regard. Soudain, un des gigottos se rua sur moi en criant.


    Ne le laissez pas s'échapper!

J'étais bien dans la merde, là. Je n'avais aucune échappatoire, mais j'avais une chose en moi. L'instinct d'survie. Ce n'était pas la première situation difficile que j'éprouvais. Visiblement entouré de canonniers, je n'avais pas d'autres choix que d'me protéger et d'agir. J'donnais alors un coup au premier venu avec le Sombracier et dans la seconde suivante je choppais un autre avec ma main gauche. J'éjectais au mieux que j'pouvais ma prise après avoir fait un tour, histoire de lui faire prendre d'la vitesse et de baffer ses potes au passage. L'homme volait alors au travers d'la grande salle. Ça n'pouvait qu'énerver ses camardes encore plus. Ils étaient tous en rages et redoublaient d'effort. Les criminels se précipitaient avec de tout et de n'importe quoi. Une droite ici, une autre là, une frappe du pied pour pousser un homme sur ses potes. Rien d'plus classique, en fait. Tout ce p'tit monde avait le droit à sa part. Allez-y, y'en avait pour tous les goûts. Suffisait juste de demander. Toutefois, quelques imbéciles parvenaient à m'asséner des coups, mais c'était rien d'bien grave. En fait, je perdais juste du temps avec tous ces glandus. Et ça m'exaspérait. Soudain, un mec tira avec son fusil. Par pur réflexe, je bondis illico dans une zone libre, mais un couillon se jeta sur moi pour me pousser. On traversa alors instamment tous les deux une palissade en bois. Des copains à lui nous attendaient de l'autre côté...


    Bordel, mais laissez-moi tranquille!

Les salauds! Ils m'avaient tendu un piège ou quoi?! L'odeur de poudre m'indiquait que j'étais dans la Sainte-Barde. Tu sais, le genre d'endroit hy-per dangereux où si le moindre étincelle surgisse dans la salle, tu peux dire tchao à ta vie. Une pièce super cool, en somme. C'était mon salut! J'me relevais rapidement, guidé par l'espoir de survivre. Subitement, un type me frappa au torse, un autre au dos. Si je n'faisais rien maintenant, j'allais crever comme un chien. J'avais de plus en plus de mal à encaisser et mes blessures devenaient de plus en plus présents. Fallait partir tout d'suite et en vitesse! Et en beauté aussi. Tu as déjà vu des pirates au barbecue, mon gars? Maintenant, oui.


    Explosion Fire!

Avec ma savoir-faire, le Sombracier possèdait un lance-flamme d'assez longue portée. Et ouais petit, ça en jette, non? J'allais pouvoir les calmer comme ça. Car aussitôt, mon souffle de flammes intenses activés, j'étais capable d'incendier rapidement les éléments inflammables au point d'les faire fondres. Le feu jaillissait de mon arme, en plein dans d'la poudre et...

...Et moi j'me cassais prestement avant de devenir un flambeau...


    BoOUuUMmm!!!!!

Alors tu te demandes bien où ce que je pouvais être au moment de l'explosion, hein? J'avais juste foncé droit devant moi. J'percutais quelques clampins au passage. Un con s'était agrippé à moi dans mon dos dans l'espoir de rester vivant. Arrivé près des sabords, j'traversais la paroi du navire d'un coup d'épaule. J'sortais donc d'un des bords du bâtiment et par chance, j'étais du côté du port. En bas, il n'y avait plus qu'le capitaine, le géant et une poignée d'pirates. J'm’étalais pathétiquement sur le dock, car j'étais soufflé par la puissance de la détonnation. La déflagration était tellement colossale que cela déstabilisa les derniers pirates, complètement surpris par ce spéctacle. Merci qui? Oui, on dit merci Baal. Déconnes pas, gamin. Si ce n'était pas grâce à moi tout ça, ce serait de qui alors, hein? Eh, attention, j'te vois venir, tu vas me sortir tout d'suite que la Marine est un, que c'était grâce à tout le monde que ces forbans avaient été maîtrisés. Laisse béton, mec. Mon retour à l'extérieur pouvait remarquer les esprits dans tout le port. J'étais fière de mon coup. Être le seul homme sortir vivant d'un bateau qui allait pêter, ce n'était pas rien. À l'atterrissage, celui qui était sur moi manqua de peu l'écrasement. J'roulais au sol pour amortir la chute. J'tentais d'me relever, mais j'étais à bout d'souffle. J'voulais continuer à m'battre, mais je retombais à terre, complètement fatigué. Mon corps me lâchais. Putain...

Tu vois gamin, si j'ai pas ce potentiel en moi, j'aurai été mort dans c'bateau. J'me suis donné à fond, faut toujours être au max, tu suis? C'est c'que demande la Marine, rien d'plus. Alors si t'as pas assez d'couilles pour participer à c'genre d'bataille, n'y penses même pas.

Le reste d'la bande terminait leur job. Le capitaine, ainsi que son géant et quelques gus étaient en prison, maintenant. Les docks étaient nettoyés, les maisons réparées, les cadavres à la morgue... Hop, on tournait la page. On passait à autre chose.



~~ Page 3 ~~

D'après un enregistrement en mémoire d'Aran Z. Baal, au bras d'acier
©odage by Hathor

https://www.onepiece-requiem.net/t7678-ce-titre-n-est-pas-original#94602https://www.onepiece-requiem.net/t7801-je-m-en-contrefiche
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1