Le deal à ne pas rater :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où acheter le coffret dresseur ...
Voir le deal

[Quête ] La fin des faux-semblants

[Quête ] La fin des faux-semblants Katarina-lol-2k-wallpaper-2560x1440

海 賊

∆ Feat. SandStorm Pirates ∆


Vigie, un poste agréable pour la solitaire qu'était Méria. Seule en haut de son nid de pie, elle était tranquille. Personne ne venait l'emmerder avec des conneries et elle pouvait plus ou moins se la couler douce. Un poste d'escroc, même s'il était en réalité crucial. Le fait d'être ainsi en hauteur donnait un meilleur point de vue. Quand la mer était bonne on pouvait voir jusqu'à treize milles marins, parfois même quinze. Quand on parlait de navigation, l’anticipation était primordiale. Contrôler un navire n'était pas la même chose qu'un chariot sur un chemin de terre. Ainsi, la jeune femme se prélassait en hauteur, appréciant sans honte la douce brise marine caressant sa peau. Au loin, ce qui ressemblait de prime abord à de petits et brefs éclairs de lumière attira son attention. Grimaçant, elle se pencha en avant et sortit sa longue-vue. Quelle ne fut pas surprise de voir qu'une bataille navale était en cours à quelques encablures. Peu intéressée par leur sort, la jeune femme transmit l'information au capitaine du Loup Solitaire, un homme-poisson nommé Reyshu. Du coin de l'oreille, elle l'entendit converser par escargophone avec Azeglio. Le capitaine des Sandstorm, sans grande surprise, décida de passer son chemin. Tout cela ne le concernait pas après tout. Indifférente elle aussi aux sorts de ces inconnus, Méria bailla.


Quelques minutes passèrent avant que, par curiosité, l'étoile montante ne jette de nouveau un œil. Les coups de canon résonnaient sur la mer tandis que les forbans s'éloignaient lentement du lieu de l'affrontement. C'est alors que la rouquine se rendit compte qu'elle connaissait le pavillon du plus petit navire. Cela ne faisait aucun doute, il s'agissait des Vipères rouges, un équipa de pirates commandés par Nazaïr Muslak. La mâchoire de la jeune femme se crispa alors qu'elle écrasait la longue-vue contre la rambarde en bois par colère. Elle connaissait bien ces hommes pour les avoir affrontés par le passé. Leur chef lui avait fait mordre la poussière quelques années plus tôt, chose qu'elle n'avait jamais accepté et qui continuait aujourd'hui encore de la faire enrager. De ce qu'elle avait vu, les forbans étaient en grande difficulté et le cuirassé de la Marine avait commencé l’abordage. Si rien n'était fait, les gouvernementaux emporteraient la victoire et mettraient au fer le capitaine. Commençant à taper du poing contre le bois du nid de pie à plusieurs reprises, Méria considéra cela inacceptable. Nazaïr était à elle, s'il devait mourir, ce serait de sa main, point à la ligne. Aveuglée par la haine, la jeune femme descendit du mât. Arrivant sur le pont avec fracas, elle fit sursauter plusieurs membres de l’équipage. N'y prêtant aucune attention, elle avança avec hâte en direction du capitaine. À la barre, Reyshu ne lui offrit même pas un regard.



« On change de cap. »


- Qu'est-ce que vous foutez ? On maintient le cap, Aze a dit que si on peut éviter les emmerdes, on les évite.


- Aze n'est pas là...


- Et c'est moi qui dirige le Loup Solitaire en son absence. Donc retourne à ton poste, gamine. »



L'insubordination de la rouquine agaçait visiblement le capitaine qui n'avait pas l’habitude de voir ses hommes lui tenir tête. Malheureusement pour lui, Méria n'était pas l'un de ses subordonnés et il allait s'en rendre compte rapidement.


« Gamine ? Alors comme on veut jouer face de sushi ? J'aime mieux ça. »


Dégainant les deux épées dans son dos, la pirate se mit en position de combat. La prenant dorénavant au sérieux, l'homme-poisson lâcha la barre et fit un pas dans sa direction.


« T'as intérêt à ranger ça... et vite.


- Essaie de m'y obliger ! »



Ne laissant pas l'occasion à son adversaire de prendre l’initiative, Méria lui bondit dessus. Reyshu esquiva difficilement et para les coups suivants. Les deux opposants s'échangèrent plusieurs coups. Pensant trouver une brèche dans la défense de la jeune femme, l'homme-poisson tenta de la mettre au tapis avec le poing des mille tuiles. Malheureusement pour lui, voyant l'attaque venir, la jeune femme se contorsionna sur elle-même avec grâce pour éviter l'assaut. L'une de ses épées vint se planter dans le bras de Reyshu tandis que l'autre éraflait son dos. L'homme s'écrasa contre terre, blessé mais pas battu. Avant qu'il ne se relève, la jeune femme lui bondissait dessus pour mettre l'une de ses lames ensanglantées sous sa gorge.


« Maintenant on change de cap.


- T'es en train de faire une belle connerie...


- On verra. »



Sans relâcher son étreinte sur son prisonnier, Méria releva Reyshu sous les yeux médusés de l'équipage. Contraint d'obéir, le capitaine fit virer de bord le Loup Solitaire pour qu'il se jette dans la bataille. L'escargophone de l'homme-poisson ne tarda à à sonner, indiquant bien que le reste des membres des Sandstorm ne comprenaient pas le but de la manœuvre. Les ordres étaient pourtant clairs. Avec un large sourire, la Peste jeta le moyen de communication à l'eau. Rien ni personne ne se mettrait entre elle et sa proie. Après de longues minutes, le cuirassé bloqué car à l’abordage ouvrit le feu sur le navire. Malgré les manœuvres habilles de Reyshu, plusieurs boulets ne manquèrent pas de s'écraser sur le Loup Solitaire et une dizaine d'hommes perdirent la vie avant même le début des hostilités. Une fois la manœuvre d'approche terminée, les pilleurs du nord s'arrêtèrent du côté de la frégate pirate afin d'éviter d'être coulés par les marins. En se faisant passer pour des alliés potentiels, Méria s'attendait à les duper plus facilement.



© ciitroon



Liberté, Liberté Chérie !


Dernière édition par Méria D. Marianne le Sam 25 Juin 2022 - 17:18, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24214-fiche-technique-meria-d-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24209-meria-d-marianne-la-peste#254234
Une brise légère soufflait sur L’Indompté et tous les hommes étaient à leur poste. Vent en poupe, les deux navires de l’équipage des Sandstorm Pirates poursuivaient leur course en direction du Royaume de Drum. Azerios était assit sur le bastingage, à la proue du navire, et ne cessait d’examiner la carte au trésor retranscrite par Megumi. La promesse d’un nouveau butin à aller débusquer était des plus motivantes et tout le monde donnait du cœur à l’ouvrage afin d’atteindre leur destination dans les meilleurs délais. La journée filait bon train quand le jeune homme entendit des détonations raisonner au loin. Se tournant en direction des canonnades, il aperçut alors une successions de flashs lumineux à quelques miles de sa position. Se hâtant de regagner la barre, il rejoint alors le timonier, dirigé alors par Megumi, leur navigatrice.


Heuu.. un soucis ? s’étonna la jeune femme.

Vasquez ! Ma longue vue !


L’un des hommes d’équipage s’approcha alors pour tendre l’outil au capitaine qui lorgna rapidement en direction des détonations. Un navire se trouvait en ce moment même aux prises avec un cuirassé de la marine. Il s’agissait d’après son pavillon d’un navire pirates. Le jeune homme poussa un léger soupir de soulagement, se sentant en veine. En effet si ces pirates ne s’étaient pas trouvés ici, probablement que le cuirassé les aurait prit en chasse. L’Escargophone ne tarda cependant pas à sonner et Azerios s’en saisit. Reyshu au bout du fil.


….. Oii… on fait quoi ?…..

On maintien le cap. On évite tout ennui superflu.

….. entendu….. terminé…..


Tendant la longue vue à Vasquez, le jeune capitaine pirate entreprit de retourner à l’avant du navire, confiant, pensant qu’il pourrait en rester là avec cette histoire. Mais à mesure qu’il avançait, il constatait que Le Loup Solitaire déviait de sa trajectoire. À tel point que le navire en tête de convoi se retrouva en quelques instants à foncer purement et simplement en direction de la bataille navale qui se jouait plus loin. Décontenancé, Azerios fit volte face et se mit à courir pour regagner la barre au plus vite.


Qu’est ce que c’est que ce bordel.. ma longue vue ! beugla-t-il en se penchant, les yeux rivés vers Le Loup Solitaire.


Longue vue en main, il scruta de nouveau l’horizon en direction du navire à la recherche de Reyshu et quelle ne fut pas sa surprise quand il posa l’œil au niveau de la barre. L’homme poisson était bel et bien aux commandes, mais une jeune femme à la chevelure flamboyante avait passé une lame sous sa gorge, sans doute dans l’optique de détourner le navire. L’incompréhension se mêla soudain à la colère, Azerios lança sa longue vue au matelot le plus proche. Même s’il espérait éviter tout conflit jusqu’à leur arrivée sur Drum, il ne pouvait se résoudre à laisser Reyshu et l’équipage du Loup Solitaire s’embarquer seul dans une telle galère. Mais qui diable était cette femme ? Pourquoi les envoyer dans ce merdier ? Une mutinerie ? Peu probable, étant donné qu’aux yeux du capitaine pirate, les seules personnes en mesure de rivaliser avec Reyshu se trouvaient à ses côtés à bord de L’Indompté. Mais alors qui était elle ? Sans doute une rescapée recueillie sur Whiskey Peak…


Putain.. Changement de plan ! On suit Le Loup Solitaire ! Cap sur les navires la bas !


D’un geste ample, le gouvernail tournoya et fit brutalement virer de bord le navire. Ren pointa alors le bout de son nez, émergeant de sa taverne sur un Borat qui venait lui aussi de virer de bord à la sauvage. Le jeune pugiliste se remettait doucement mais sûrement de son affrontement avec Sal Veole. Mais même s’il se voulait rassurant, ce dernier semblait clairement avoir morflé. Les navires se jetèrent l’un derrière l’autre droit dans la bataille et le cuirassé commença à faire feu, touchant de plein fouet Le Loup Solitaire qui parvint rapidement à se positionner derrière le navire pirate, se mettant hors d’atteinte directe de la marine. Le second navire suivit mais contourna le bâtiment abordé. Forcés de se battre, l’équipage sous la responsabilité de Reyshu s’était déjà jeté sur le navire pirate. L’une des tourelles du vaisseau de la Marine fit feu mais les tirs effleurèrent seulement la coque du navire. Le jeune capitaine des Sandstorm Pirates pesta en donna l’ordre de faire feu via les deux triples canons rotatifs avant. Une volée alla s’écraser sur le bâtiment ennemi et l’opération fut répétée une seconde fois. Megumi hurla alors sur le timonier, qui tira sur la barre de toutes ses forces afin de manœuvrer pour se positionner de façon à pouvoir assaillir le cuirassé de la marine par l’arrière, hors de portée des canons et des différentes tourelles. Une fois le navire placé en perpendiculaire, il ne restait plus qu’à soigner son entrée. Une approche rapide, mais surtout facilitée par le fait que deux navires soient déjà engagés dans l’affrontement.


Batteries bâbord.. FEU !! hurla-t-il.


Les Oubliés, équipage de L’Indomptable, firent parler les canons, fracassant l’arrière du cuirassé et très vite des soldats apparurent pour riposter. Se mettant à couvert, certains pirates n’eurent pas le temps de s’abriter de la pluie de balle qui s’abattît alors. Azerios, transformé en passoire, hurla à ses canonnier de renvoyer une salve. Il ordonna à ses hommes présents sur le pont de préparer leurs grappins et leurs armes afin de le suivre à l’abordage. Dégainant Griffon, il se dématérialisa partiellement, s’envolant au grès des vents pour atterrir sur le navire ennemi. Essuyant une nouvelle volée de tirs, le jeune pirate contre attaqua aussitôt pour nettoyer ce bord et permettre à ses hommes de le rejoindre plus facilement. D’un geste ample il créa une puissante lame d’air qui balaya la dizaine de gaillards de la marine à proximité.


À l’assaut !


Et très vite, Les Oubliés chargèrent avec hargne, gagnant le cuirassé aux côtés de leur capitaine. D’autres soldats surgirent alors pour défendre leur bâtiment. La bataille était désormais lancée et la première préoccupation d’Azerios serait de se frayer un chemin vers l’autre extrémité du bâtiment de la Marine afin de joindre l’autre partie de son équipage et leur prêter main forte. Les pirates progressaient rapidement malgré une défense assez rude de la part de la marine. Le jeune homme tranchait dans le vif sans trop d’hésitation, progressant en direction du pont principal, éliminant les pauvres diables qui s’opposaient à lui et tentaient de le stopper. S’il ne croisait pour l’heure que le menu fretin, il ne se faisait pas pour autant d’illusion, car seuls les officiers supérieurs dirigeaient ce genre de bâtiment de guerre. Sans doute aurait il très prochainement un combat difficile à mener. Devait il s’allier aux pirates assaillis et ainsi maximiser ses chances de vaincre la Marine ici ? Ou pouvait il justement profiter de la situation pour tirer son épingle du jeu en s’emparant de leur tête pour la Corsair Race. Sacré dilemme qui se posait là…
    Quelques semaines venaient de se dérouler et bien que la douleur s’était majoritairement estompée à l’aide des soins donnés par Demeza, j’avais encore des petits piques de rappels de temps à autre. Après m’être effondrée après le combat, je ne me souvenais pas de grand chose à part m’être réveillée dans mon lit à bord du navire. A mon premier réveil, j’entendais déjà les murmures de beaucoup de pirates, des larbins qui me ramenaient mes repas de manière ponctuelle. J’étais plutôt émue de leur attachement vis à vis de ma personne, donc à chaque fois, je leur offrais un joli sourire. Bien que je n’étais pas aussi amochée que les deux autres garçons, qu’on m’accorde autant d’attention me réchauffait le cœur. J’étais la première à me réveiller des trois après la confrontation sur Ilipucie. Alors je me contentais de reprendre le relai niveau navigation et d’essayer de temps à autre à leur apporter leur nourriture.

    “ Quels abruties .. ” Je murmurais sous ma respiration les observant dormir en paix, un petit sourire se collant à mes lèvres.

    Mais nous voici enfin tous rétablis, ou bien à peu près. Et me voici prête à naviguer l’Indompté. J’étais vêtue d’une robe blanche en laine décorée d’une ceinture à la boucle dorée. Les cheveux lâchés avec une simple tresse en épi à l’arrière de mon crâne. Je tournais les talons pour m’adresser au timonier de l’équipage avant de m’inquiéter du regard d’Aze. Apparemment le Loup Solitaire ne souhaitait en faire qu’à sa tête. Enfin, ce n’est que minutes après qu’un assaut était en cours entre la marine et un équipage pirate ET que quelqu’un venait de pirater l’un de nos navires nous forçant à être impliqué dans cette mouise.

    “ Attends, files moi ça ! ” Sans attendre, je pris possession d’un Longue vue tenue par un simple larbin afin de mieux capter la situation. Et c’est là qu’un flash me parcourut. Cette femme aux cheveux sanguinaire était la femme qui m’avait sauvé sur Ilipucie. “ C’est elle– .. Je ne l'avais pas vu depuis qu’on avait quitté Ilipucie … ” Je m'empressais de dire à Aze avant qu’il ne disparaisse devant mes propres yeux pour partir à l'offensive.

    Sans attendre, je suivais les directions du capitaine et détournais le navire pour suivre celui pris en otage. Je m’accrochais à l’un des rebords du bâteau avant de beugler au timonier.

    “ VIRE À B BORD ! ”

    “ ON RISQUE À PERCUTER FORT ! ”

    “ MAINTENANT ! “ J’étais limite à deux doigts de le gronder, mais il effectua l’ordre donné.

    Et ce fut un sacré virage, je me ruais limite vers Ren juste après qu’il ne sorte de sa taverne.

    “ On a quelqu’un sur le Loup Solitaire qui tient Reyshu en otage ! La marine se bat avec des pirates … ” Je lui criais presque dessus, lui attrapant le bras afin d’éviter de tomber. Le bâteau se stabilisa enfin. “ Emmène moi, faut qu’on aille le sauver ! ” Avec ses nouveaux pouvoirs, j’en avais fait les frais parfois lorsqu’on se disputait. Se retrouver à flotter parce qu’on était pas d’accord et le nombre de bosses au crâne que je lui accordais après chaque séance d’Interstellar qu’il me procurait. “ Si tu nous fais flotter, on peut facilement esquiver pas mal d’entre eux et intercepter Reyshu et tu te chargeras de la rouquine qui nous a trahi ! ”

    J’avais l’air paniqué, mais y’avait de quoi, lorsque tu vois que Méria avait une lame sous la gorge de Reyshu.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t8689-megumi-grey-ft
    • https://www.onepiece-requiem.net/t8135-megumi-grey


    La Fin des Faux-Semblants


    Présent - Quête
    ✘ Feat. Azerios, Megumi Grey & Méria




    En pleine mer, nous voguions depuis plusieurs semaines avec pour objectif le Royaume de Drum. Enfin, à cause de mes blessures et de ma convalescence je n’avais pas vu grand-chose du voyage jusqu’ici. Même après avoir été soigné par un équipage aux petits soins, je douillais toujours lorsque je faisais des mouvements trop amples ou des torsions du corps qui tiraient sur mes plaies. Ainsi, Mirabelle et Megumi m’avaient forcées à me tenir tranquille à plusieurs reprises, alors que je m’entraînais ou que je soulevais des poids. Mais, bien que je ne le montrais pas, j’étais reconnaissant que l’on se soit si bien occupé de moi, même envers la navigatrice qui m’avait apporté à manger quand j’étais encore cloué au lit. Moi qui aimais tant l’emmerder, ça devenait difficile de l’engueuler pour quoi que ce soit après ça.

    Enfin, à présent, j’étais plus ou moins remis. J’étais au bar au rez-de-chaussée de ma taverne, buvant tranquillement une bière tout en soulevant un haltère de l’autre main. J’étais resté hors service trop longtemps et je ne voulais pas faiblir pour autant. Enfin, ça en valait bien le coup, j’avais pus avoir ma vengeance sur Sal Veol et débarrasser le monde de cette sale ordure. Ainsi, je pouvais tourner une nouvelle page de mon passé, j’avais promis à Ivar de me débarrasser de lui et c’était à présent chose faite.

    « Mirabelle et Norbert t’ont pas dis de te calmer sur la muscu pendant ta convalescence ? » me demanda Liquor Jack en me resservant une bière.

    « Ça va, ils m'ont dit ça y a une semaine, il devrait plus y avoir de problèmes maintenant, vois ça comme de la rééducation. » répondis-je en finissant ma première pinte pour enchaîner avec la seconde. « Et si on tombe sur la marine ou d’autres pirates, faut que je sois assez en forme pour leur péter la gueule. »

    Alors que je finissais ma phrase, j’entendis l’équipage à bord de L’indompté qui semblait s’exciter. Les ordres étaient criés et répétés, les bruits de leurs pas étaient pressés. Visiblement, quelque chose se passait à l’extérieur et, sous le regard interloqué de ‘Liquor’ Jack, je me levais en posant mon haltère pour me diriger vers la porte. Et, une fois à l’extérieur, je pus constater que le pont du navire aux côtés de Borat était en proie au chaos, l’équipage courait dans tous les sens, sortant les armes et ouvrant les sabords pour sortir les bouches des canons. D’un regard vers l’horizon, dans la direction que prenait L’indompté, j’aperçus deux navires assez éloignés d’où provenaient des explosions. Les deux navires devaient être en pleine bataille navale, mais je ne comprenais pas pourquoi on s’y dirigeait ainsi. Je m’avançais alors jusqu’au groin de Borat, tapotant légèrement à un endroit précis pour lui faire sortir sa tête de l’eau.

    « Eh mon pote, suis L’indompté, mais fais gaffe à toi quand on approchera des navires, ça marche ? »

    ~ Gruiiiik ! ~ répondit-il fièrement en gonflant les joues avant de replonger sa tête sous l’eau.

    D’un bond, je quittais le dos du pachyderme vert géant pour atterrir accroupi sur le bastingage du navire, serrant les dents à cause de ma blessure dans le dos qui ne devait pas être totalement guérie. Gagnant le pont, tout le monde présent courait dans tous les sens.

    « C’est quoi ce bordel encore...pas moyen de picoler tranquille j’vous jure. » grommelais-je en prenant la direction de la barre, là où Megumi hurlait ses ordres.

    Soudain, alors que nous approchions des bateaux ennemis, L’indompté fit un virage brutal qui m’obligea à m’accrocher au bastingage pour ne pas m’envoler. Megumi, elle, n’avait pas eut ce réflexe et, emportée par le mouvement soudain, fit quelques pas rapides dans ma direction. Par chance, elle parvint à s’arrêter avant, mais se mit à me hurler dessus en m’attrapant un bras pour ne pas tomber. Apparemment, Reyshu avait été prit en otage sur le Loup Solitaire par quelqu’un qui avait détourné le navire droit vers l’affrontement entre un bateau de la marine et un équipage pirate.

    Les salves de canons pétaradaient tout autour, emplissant l’air d’une odeur de poudre. Finalement, le navire se stabilisa à la poupe de celui de la marine. Le capitaine était déjà partit devant en s’envolant grâce à ses pouvoirs de fruit du démon. Quant aux miens, bien que j’avais réussis à jouer quelques tours à Megumi pour l’embêter, lui mettant la tête à l’envers littéralement, cela faisait quelques jours que je n’arrivais à rien. C’était pourtant vachement pratique mais, même là dans le feu de l’action rien ne me venait. Embêté je baissais les yeux sur Megumi, petite et menue, sacrément légère, bien assez pour une idée farfelue qui dessina un sourire sur mon visage, et la navigatrice aux cheveux roses connaissait ce sourire.

    « Désolé ma petite, mais pour flotter je crois que c’est mal barré. » commençais-je en ouvrant ma main face à un objet pour lui montrer que rien ne se passait. « Mais j’ai une idée pour arriver au même résultat, allez accroches-toi. » ricanais-je avant de l’attraper comme un sac à patate et de la poser sur mon épaule, ses jambes à côté de ma tête qui me valut quelques coups en plein front.  

    Prenant un court élan, je bondissais à la suite de plusieurs d’hommes d’équipages, qui s’élançaient sabres au-dessus de la tête en criant. Megumi se débattait comme un diable sur mon épaule, ne me faisant clairement pas confiance sur ce coup-là. En montant sur le navire de la marine, j’envoyais aussitôt un coup de pied droit qui fit voler si loin un homme qu’il aurait bien mérité un petit ‘this is sparta’ pour la forme. Mon bras droit toujours enroulé autour de la taille de la navigatrice, je cognais quelques soldats malheureux d’avoir croisés mon chemin, les envoyant par-dessus bord pour la plupart. Un coup de sabre m’interrompit, claquant devant moi, tenu par un pauvre matelot qui devait se sentir comme le héros de sa propre histoire. Feintant d’un côté, je passais de l’autre en tournant sur moi, oubliant l’espace d’un instant la présence de la jeune femme aux cheveux roses dont les pieds vinrent frapper le matelot en plein visage, l’envoyant dévaler les escaliers jusqu’au pont principal. Je me plaçais alors contre le bastingage côté du bateau pirate, soulevant Megumi par la ceinture.

    « Alors ? T’es prête ? » m’exclamais-je tout sourire en ajustant mon tir.

    « Non, jamais, lâche-moi tout de... » commença-t-elle alors que je la lançais dans les airs avec assez de force pour l’envoyer jusqu’au pont supérieur du navire pirate, enfin selon mes estimations. « Noooooooooooooooooooooooooon »

    « Ça faisait des semaines que je rêvais de faire ça. » ricanais-je en essayant de voir où elle était tombée, écrasant mon poing sur le visage d’un soldat qui grimpait les marches en pensant me prendre par surprise. « Bon, c’est pas tout, mais y a du monde à taper. Eh les mouettes ! On commence par qui ? » m’écriais-je en attirant l’attention des soldats.

    D’un bond, j’atteignis le pont principal en écrasant un genou dans le visage d’un soldat. J’avançais avec détermination, ignorant les picotements dans mon dos. Cela faisait des semaines que je n’avais pas pus me battre sérieusement, mais il était temps de rattraper le temps perdu. Je me baissais pour éviter deux lames qui frôlèrent ma casquette, me relevant en fracassant leurs têtes l’une contre l’autre, continuant d’avancer imperturbable. J’avais perdus de vue le capitaine, ne voyant que ses lames de sable par moments qui envoyaient voltiger ses adversaires, rarement en un seul morceau. Toutefois, j’avais d’autres chats à fouetter et une petite dizaine de soldats s’élançaient sur moi. Je ne comptais pas perdre mon temps face à du menu fretin, il y avait sûrement plus intéressant à combattre dans cette bataille. Ainsi, c’est d’une main à la couleur du charbon que je leur fis face, opposant le tranchant de ma main à celui de leurs sabres, mettant en pratique les principes de la soft palm. D’un coup horizontal, je brisais trois lames, décapitais deux d’entre eux et égorgeais le troisième qui tituba en arrière avant de passer par-dessus bord. Les deux têtes volèrent comme au ralentit avant de tomber au sol aux pieds d’une femme.

    « Bingo ! » m’exclamais-je joyeusement en reconnaissant le manteau qui couvrait ses épaules, signifiant clairement son grade d’officier supérieur.

    Une jolie blonde, toute menue qui ne payait pas de mine de prime abord, mais semblait manier particulièrement bien son sabre. D’un simple geste expert, elle trancha en deux un petit groupe de quelques larbins de L’indompté. Nos regards se croisèrent et elle avança dans ma direction, les sourcils froncés par son mécontentement de m’avoir vu tuer ses hommes. Je parais la lame de l’un d’entre eux, lui assénant une estafilade profonde d’une épaule à sa hanche opposée d’un revers de la main. L’officière aux cheveux de blé s’élança alors vers moi, frappant l’air devant elle si vite et puissamment qu’elle créa une lame de vent qui déchira le pont sur son passage, comme l’aileron d’un requin qui fend les flots. Je plongeais de côté, évitant l’attaque qui arracha une partie du bastingage. Dès que je fus debout, elle était déjà sur moi, frappant d’une série de coups d’estocs qui sifflaient dans l’air comme des balles tant ils étaient rapides. Par anticipation, j’avais recouvert mes deux avant-bras du fluide offensif pendant ma roulade, recouverts d’une couche d’un noir luisant.

    « Vous êtes qui ?! Des alliés des Vipères Rouges ?! » criait-elle en frappant en continu, ne me laissant pas vraiment l’occasion de répondre.

    Face à sa vitesse, je ne pouvais pas réorienter ses attaques et me contentais alors de me protéger comme je le pouvais, les bras devant moi qui parvenaient à encaisser grâce à leur carapace ébène. Cependant, mes bras et mes jambes se faisaient barder de fines mais nombreuses estafilades. Ramenant brusquement son sabre vers elle, elle déplia son bras pour envoyer une puissante lame de vent à bout portant. Les yeux écarquillés, je ne pouvais pas éviter à cette distance et plaçais alors mes paumes en avant. Le choc fut si brutal que je partis en vol plané avant de m’écraser contre la porte d’une cabine qui vola en éclats. La lame d’air finit de détruire une partie de la cabine avant qu’elle ne se dissipe. En regardant brièvement mes mains, je remarquais les entailles malgré le haki de l’armement qui les avait recouvertes. Clairement, je n’étais pas de taille face à cette officière, mais c’est ce qui rendait les choses encore plus excitantes.

    « Bordel, c’était violent ça. » grommelais-je en sentant la douleur dans mon dos devenir de plus en plus aiguë, sortant de la cabine dans laquelle j’avais atterris. « Eh la blondasse ! Vas-y mollo, je suis encore en convalescence ! »

    J’avais beau faire le malin, je savais la victoire impossible ainsi seul contre elle. De plus, je la soupçonnais de ne pas y être allé à fond avec cette lame de vent, elle était probablement bien plus forte que ça, peut-être même autant que le capitaine. Tout ce que je pouvais faire pour l’instant, c’était gagner du temps jusqu’à ce qu’il arrive et prenne les choses en mains. Je ne l’avais pas vus utiliser le fluide offensif, mais peut-être était-ce seulement car elle me sous-estimais, ne valant même pas la peine de sa pleine puissance. Quelque part, c’était vexant pour moi, surtout après être resté alité si longtemps, j’avais l’impression de faire face à mes propres limites. Face à moi, la commodore tranchait quelques pirates pour se frayer un chemin jusqu’à moi. Du coin de l’œil, je devinais une attaque de sable à une dizaine de mètres, il n’était plus très loin.

    « Pour info, on est pas avec ces Vipères Rouges que je devine être les pirates avec qui vous êtes aux prises, enfin à part nous bien sûr. » commençais-je à lui répondre dans une tentative de gagner du temps. « Nous c’est les Sandstorm, et toi t’es qui ? »

    « Je ne vois pas pourquoi je répondrais à une vermine telle que toi, tu n’en vaux pas la peine. » cracha-t-elle avec colère, me pointant de son sabre en se tenant à quelques mètres. « Maintenant, meurs ! »

    D’un bond, elle s’élança vers moi, recouvrant cette fois-ci son sabre de cette couleur caractéristique du haki. Visiblement, elle avait décidé d’en finir pour de bon avec moi, et de ce que j’avais vus, il ne lui faudrait pas plus que quelques coups pour en venir à ce résultat. Les mains recouvertes, je tentais de concentrer toutes mes forces dans l’optique de bloquer sa lame. Du coin de l’œil, je vis quelques grains de sable flotter dans l’air. Le capitaine était arrivé.  




    © Fiche par Ethylen sur Libre Graph'




    Dernière édition par Ren Aoncan le Sam 25 Juin 2022 - 20:21, édité 1 fois
    • https://www.onepiece-requiem.net/t23776-ft-ren-aoncan
    • https://www.onepiece-requiem.net/t23748-ren-aoncan-aka-mazino
    [Quête ] La fin des faux-semblants Katarina-lol-2k-wallpaper-2560x1440

    海 賊

    ∆ Feat. SandStorm Pirates ∆


    Les traits déformés par l'ivresse prochaine de la bataille, Méria observait le pont du navire pirate adverse en frissonnant de plaisir. Sa lame s'enfonçant un peu plus dans la gorge de son otage, il répondit par un grognement rauque. Remarquant ce détail embêtant, la rouquine relâcha plus ou moins son étreinte sur l'homme-poisson, de toute façon, le Loup Solitaire venait de terminer sa manœuvre d'abordage. Les grappins ayant été agrippés, l'étoile montante assomma Reyshu d'un violent coup sur le crâne. Mieux valait qu'elle ne s’embarrasse pas plus de lui pour la suite des événements. Avoir un traître potentiel dans ses rangs était toujours une mauvaise chose et elle était bien placée pour le savoir.


    « À l'assaut bande de larves ! Éviscérez-les, arrachez-leur les yeux, le premier qui fuit je profane son cadavre !!! »


    Les pilleurs du nord, bien qu'habitués à une certaine violence, marquèrent une légère pause. Certains se jetèrent des regards circonspects, mais ils en vinrent bien vite à la conclusion que désobéir à l'espèce de tarée qui leur servait temporairement de chef n'était pas une bonne idée. Comme un homme, les pirates se lancèrent donc à l'assaut. Dans un premier temps, les membres des Vipères rouges crurent à une aide providentielle, mais quand les nordiens commencèrent à les attaquer, ils déchantèrent aussitôt. Armée de ses deux épées courtes, Méria volait et bondissait dans tous les sens, tranchant la chair de ses ennemis avec une facilité déconcertante. Ici et là, elle coupait des membres sans effort apparent. Bien vite, son corps se macula du sang de ses victimes, lui donnant de plus en plus l'air d'une furie totalement déchaînée. Les hommes qu'elle commandait étaient peu, mais son aide leur permettait de tenir plus ou moins le coup. Attaqués sur deux fronts, les hommes de la Vipère voyaient leur moral chuter significativement. Pour contrer le tout, leur chef se dirigea vers le front qu'il estimait être le plus faible.


    « Méria ? » s'étonna l'homme d'Alabasta en la voyant.


    Un sourire carnassier aux lèvres, la Peste complètement maculée de sang avança de quelques pas dans sa direction en pointant l'une de ses lames dans sa direction.


    « T'es mort enfoiré !


    - Qu'est-ce que tu fous là abrutie ? Me dis pas que tu roules avec la Marine, espèce de raclure...


    - JAMAIS ! Je suis là pour me venger.


    - Arrête de dire des conneries. Je t'ai éclaté la dernière fois, rien ne va changer aujourd'hui.


    - Ta gueule ! »



    Peu encline à l’idée de prolonger plus longuement cette discussion qu'elle estimait à la fois intéressante et inutile, la Peste se jeta tête baissée dans la bataille. N'écoutant que son courage, elle creusa en un instant l'écart la séparant de son adversaire. Aussi vive qu'un chat, elle s'arrêta au dernier moment pour bondir sur le côté et revenir sur le flanc de Nazaïr. Sans le moindre mal, l'homme contra et l'envoya au loin d'un violent coup en pleine figure. La violence du choc la fit lâcher ses deux épées tandis qu'elle s'envolait pour s'écraser durement contre l'un des mâts de la frégate. Plus énervée qu'autre chose, Méria essuya le sang coulant abondement de son épée avant de retourner au contact. Ramassant au passage l'une de ses épées, elle tenta un coup d'estoc qui ne fit pas mouche. Avec minutie, l'homme du désert attrapa le bras de la femme, lui arracha la lame des mains et la renvoya d'un puissant coup de pied en plein torse. La Peste termina son vol plané en s'écrasant contre une série de caisses. La violence du choc lui ayant coupé la respiration, elle se tortilla sur le côté en observant Nazaïr avec toute la haine du monde.


    « Reste à terre gamine, tu bosses pour moi désormais. »


    Le regard hurlant sa rage, Méria se redressa en grimaçant pour se mettre sur ses genoux. Sortant plusieurs couteaux de lancer, elle tenta en vain de transpercer la chair de son adversaire. Reprenant lentement son souffle, elle vit le capitaine des Vipères rouges soulever un tonneau. Un frisson glacé lui parcourut l'échine quand elle comprit qu'il la visait directement. Au denier moment, elle esquiva l'attaque en s'écrasant une fois de plus face contre terre sur le pont. Le moins que l'on puisse dire, c'était qu'elle avait une fois de plus sous-estimé son adversaire...



    © ciitroon



    Liberté, Liberté Chérie !
    • https://www.onepiece-requiem.net/t24214-fiche-technique-meria-d-
    • https://www.onepiece-requiem.net/t24209-meria-d-marianne-la-peste#254234
    Aucun des soldats de la Marine n’était de taille à stopper l’avancée des Sandstorm Pirates. Menés au combat par leur capitaine, ces derniers se battaient avec une hargne sans commune mesure et pourtant il arrivait toujours plus d’hommes du Cuirassé. Du coin de l’œil, Azerios pu apercevoir Ren et Megumi qui se jetaient littéralement sur le pont supérieur. Avec le sourire, le jeune capitaine accéléra la cadence, changeant ses deux bras en lames de sable durcies au fluide offensif, il se mit à courir et à trancher tout inconscient qui tenterait de le stopper, encaissant là encore une quantité de tirs sans en pâtir. Éliminant les soldats à tour de bras, il n’avait qu’une idée en tête : rejoindre ses hommes pour s’assurer que Reyshu soit sauf et régler la question de cette hypothétique mutinerie… Mais en premier lieux, afin d’atteindre le navire des Vipères Rouges, actuellement abordé par Le Loup Solitaire, il faudrait d’abord traverser le Cuirassé et éliminer tout représentant de l’ordre sur le passage.

    Bondissant en avant, agrippant le bastingage du pont supérieur, il jeta un rapide coup d’œil en arrière, afin de constater l’avancée de ses hommes. Ces derniers prenant l’avantage sur l’arrière du cuirassé, les canons de L’Indompté renvoyèrent une salve, probablement dans l’optique d’anéantir la barre du bâtiment de guerre et ainsi l’empêcher de réaliser toute manoeuvre de désengagement. Odeur de poudre, la fumée avait envahit les lieux, se délectant du chaos ambiant, Azerios grimpa aussitôt pour suivre Ren. Une jeune femme aux cheveux dorés était alors aux prises avec le musicien, et ce dernier, encore convalescent, semblait en difficulté. Sans hésiter une seule seconde, refusant de voir son nakamas mis à mal plus longtemps, le capitaine des Sandstorm Pirates se dématerialisa partiellement, se laissant porter sous la forme d’un nuage de sable volatil au grès des vents, en direction de l’officier de la marine. Se rematerialisant aux côtés de la gradée, il créa deux longues griffes de sable durcies et frappa dans le but de contrer l’attaque destinée à Ren. La jeune femme s’interrompît in extremis et fit volte face, préférant contrer les griffes meurtrières d’un puissant coup de sabre.


    Pas si vite ma jolie.. ton adversaire ici c’est moi…

    Une vermine de plus… soupira la gradée.


    Elle s’élança alors dans la direction de son nouvel assaillant et lui décrocha une rapide succession d’estocades. Le jeune pirate esquiva avec difficulté et fut alors contraint de se dématerialiser pour reculer. Voyant qu’elle s’apprêtait à frapper de nouveau, il prit les devants et la chargea. Poing gauche noircit, Azerios parvint à la frapper violemment dans le bas ventre, mais subit une contre attaque immédiate, qui lui taillada l’épaule gauche. Reculant d’un bond, le jeune pirate généra une bourrasque de sable qu’il abattit avec force en direction du Commodore. Bourrasque qui fut tout simplement fendue en deux d’un coup de sabre, cet adversaire semblait être un défi à la hauteur. Ren surgit alors sur le flanc de la jeune femme et parvint à la frapper au visage d’une droite bien placée, l’attention de cette dernière totalement tournée vers le capitaine. Titubant sous le choc du coup de poing, elle prit appui sur le bastingage pour s’élancer sur le musicien, furieuse de s’être laissée surprendre. Mais là encore une lame de sable s’interposa entre les deux.


    Je te l’ai dit… C’est de moi que tu dois te méfier. Ren ! Rattrape Megumi et allez prêter main forte à Reyshu ! Pas de distinction, éliminez pirates et marine, pas de quartier !


    Hochant la tête, le pugiliste jeta un regard à l’officier de la marine, hésita un instant à tenter autre chose, puis se mit à courir en direction du navire des Vipères Rouges. L’officier laissa sa proie s’éloigner et se tourna vers Azerios l’air impassible. Le jeune homme avait déjà pu le constater, cette jeune femme était clairement redoutable et le moindre faux pas pourrait très certainement l’envoyer en enfer à la vitesse grand V.


    Ainsi vous n’êtes pas avec les Vipères Rouges.. vous n’êtes que des charognes… Mais quelle importance ? Je vous tuerai tous chiens de pirates !


    Le Commodore s’élança alors dans la direction du capitaine pirate et lui décrocha deux attaques circulaires puissantes, qu’il contra en dégainant Griffon. Ne perdant pas un instant pour contre attaquer, Azerios créa une large lame d’air avec son sabre pour creuser la distance entre son adversaire et lui. Mais elle se contenta de la briser et de lui rentrer dans le lard, la lame noircie au fluide offensif. Ce n’est que par chance que le jeune pirate parvint à contrer l’estocade de justesse avant de repousser l’officier d’un puissant revers. Se mettant en garde, il jaugea son adversaire avec un sourire amusé, ce duel promettait d’ores et déjà d’être intéressant.
      Et me voici tête la première, j'atterrissais sur le navire ennemi à l’aide d’un coup de main de Ren. Et je me chargerai de lui rendre le coup de main à l’occasion. Je me redressais doucement, un grand soupir avant d’observer l’horrible situation dans laquelle il m’avait foutu. Me voici en plein milieu d’un champ de bataille, des dizaines de pirates qui défoncent la tronche avec des agents de la marine. Mais suite à mon arrivée, ils s’étaient tous arrêtés de fonctionner le temps d’une seconde pour me regarder galérer. Main sur ma faux, j’étais surtout terrifiée qu’ils se mettent tous d’accord pour me tuer. Mais sans attendre, ils brandissaient leurs armes, continuant à se battre malgré tout. Ce qui me soulageait pas mal, mais il fallait que je me secoue ! En effet, j’étais pas ici dans ce chaos pour me reposer.

      “ Reyshu, Reyshu … “ Je me disais à moi-même en tenant mon arme bien contre moi. Je n’étais pas du genre à me battre comme ils le faisaient tous. Je basais mes attaques sur de la stratégie et rarement sur du corps à corps pur. J’ai pas la force brute des deux autres et nul l’envie de l’obtenir vraiment. Mais malgré ça, je les enviais un minimum pour foncer tête première. Je trouverai bien quelque chose dans le futur, mais ça c’est une discussion à avoir plus tard.

      “ Reyshu ! ” Je le voyais inconscient à terre, sur le bâteau qui opposait celui où j’étais. J’avais pas trop le choix, je ne pouvais pas vraiment le rejoindre avec la distance et le nombre de pirates et marines qui se battaient entre nous. Sans attendre, je pris alors la décision de me glisser dans le navire afin de pouvoir éventuellement trouver un moyen, de l’argent et même un ou deux explosifs… Passant finement à travers plusieurs portes, je réussissais à dégoter quelques babioles et à assommer deux trois pirates qui trainaient toujours dans les locaux du navire en restant la plus discrète possible.

      Une certaine cacophonie se jouait dehors et ça camouflait pas mal de mes pas. Donc il n’y avait pas grande difficulté à m’infiltrer surtout lorsque la majorité du navire était sur le pont supérieur entrain de s’étriper. Mais nous voici arrivée dans la pièce la plus intéressante, la pièce est un grand mot mais dans la cale quoi. De nombreux sacs dissimulaient des grenades de fers pas encore allumées, de la poudre dans certains … Mais moins les grenades à main m’intéressaient bien plus. Alors, je m’empare d’un petit sac et je m’assure de le remplir à moitié de grenades. Je repris mon chemin pour retourner sur le champ de bataille avant de remarquer Méria se battre avec ce que je pouvais comprendre, le capitaine des Vipères. Je ne savais pas si je voulais la laisser à son sort, surtout qu’elle ne semblait pas s’en sortir ou bien l’aider et gérer la situation du traître un peu plus tard.

      BOOM

      Alors que Nazaïr s’apprêtait à continuer sa session de torture, j’avais décidé juste avant qu’il était temps de s’arrêter là. L’explosion était un peu plus grande que je le pensais, ce qui me fit sauter comme un dindon sans aile -encompagniededizainesdesoldatsetpirates-, nos mains couvrant nos oreilles. Les quelques grenades avaient été lancées à l’opposé de Nazaïr et Méria afin de provoquer un déséquilibre direct et non de les exploser en mille morceaux.

      “ MAIS ILS ONT FOUTU QUOI DANS CES GRENADES ! ” Je criais à mon tour désemparée par l’ampleur de la chose.

      Le bateau commençait à tilter, rien ne s’annonçait de bon pour ce navire. Je relançais un léger regard vers le combat, et l’explosion avait tout de même réussi à projeter Nazaïr un peu plus loin histoire que j’aille porter main à Méria. Alors je me mis à courir en sa direction, en zigzagant cependant, mon sac à grenades accroché à ma ceinture maintenant, était quasiment vide. - Il en restait 2 ou 3 - J'avais misé gros sur le premier impacte.

      “ Crois pas que j’sois d’ton côté, sauce ketchup marinée ! Surtout après t’avoir vu mis à terre Reyshu !” Lançais-je à l’encontre d’une Méria encore à terre. Je brandis ma faux proche de sa tête le temps de quelques secondes. “ Tu nous as foutu dans une merde pas possible, va falloir assumer. ” Mais je la rangeais rapidement avant de lui proposer ma main. “ Mais ça sera pour plus tard, maintenant faut qu’on dégage avant qu’il réapparaisse ! “
      • https://www.onepiece-requiem.net/t8689-megumi-grey-ft
      • https://www.onepiece-requiem.net/t8135-megumi-grey


      La Fin des Faux-Semblants


      Présent - Quête
      ✘ Feat. Azerios, Megumi Grey & Méria




      Encore une fois, j’avais évité la mort de justesse. J’avais eus le temps de voir le tranchant de la lame de la commodore s’approcher dangereusement, juste avant que Aze n’intervienne et me sauve in-extremis. Décidément, je me jouais de la mort ces temps-ci, comme si elle ne voulait pas de moi et, pour être honnête, ça me convenait très bien comme ça. L’instinct de l’officière supérieure était bon, elle avait aussitôt jaugé le capitaine avant de se lancer sur lui, jugeant qu’il était un plus grand danger que moi. Comme je l’avais soupçonné plus tôt, les deux s’affrontaient sur un pied d’égalité, renvoyant et brisant les attaques qu’ils s’envoyaient. Et, Aze avait eut la bonne idée d’envoyer une grande quantité de sable sur son ennemie, faisant s’abattre une bourrasque suffisamment épaisse pour me permettre de me faufiler en toute discrétion. Le poing recouvert de haki, j’avais zigzagué jusqu’à un angle mort de la commodore avant de surgir et de lui asséner une droite de toute beauté.  Touchée en plein visage, elle ne sembla pas apprécier ma petite intervention et s’élança vers moi avec la ferme intention de me trancher en deux. Mais, une fois de plus, le capitaine fut là pour me couvrir grâce à son fruit du démon.

      « Ça marche cap’tain, même si je t’aurais bien aidé à l’éclater celle-là. Une beigne c’était pas suffisant. » narguais-je la commodore en lui faisant un doigt. « Et toi, souviens-toi bien que c’est Ren qui t’a mis une patate, blondasse, enfin si tu survis. »

      Sur ces mots, je pris congé, me détournant de l’affrontement pour me diriger droit vers le bastingage en piteux état. Au passage, j’en profitais pour déchaîner ce que j’aurais aimé faire subir à l’officière sur ses hommes. D’une pirouette, je passais par-dessus deux soldats dos à dos, frappant la tête de l’un d’eux d’un coup de pied, l’envoyant cogner l’autre d’un coup de boule magistral qui les envoya tout deux au tapis. J’écrasais le plat d’un sabre dans ma chute, tombant au milieu d’un groupe de soldats aux prises avec les pirates des Vipères Rouges. D’un coup de paume sous le menton, j’envoyais voler le propriétaire avant de faucher quelques-uns de ses collègues d’un coup de pied. J’évitais un sabre en tournant sur moi-même de côté, longeant le bras de celui qui le maniait avant de le frapper à la tempe d’un coup de poing. Puis, je me baissais pour frapper les chevilles de ceux qui me barraient la route, les faisant brusquement passer à l’horizontale avant que je ne me relève pour frapper d’un violent coup de poing. La frappe m’éclaircit soudainement la vue, ne laissant que quelques pirates hagards qui firent face à leur mort en étant tranchés du côté de mes mains, sifflant à chaque attaque sanglante.

      Prenant un court élan, je tombais sur deux pirates qui venaient de monter à l’abordage à l’aide de cordes lâchées depuis le mât de leur bateau. Du tranchant de la main, j’ouvris leurs gorges en attrapant la corde de l’autre. Le corps maculé de leur sang,  je fis quelques pas en arrière avant de m’élancer par-dessus le bastingage en tenant fermement la corde. Je m’élevais par-dessus le léger écart qui séparait les deux navires, au-dessus de cette eau si facilement mortelle pour moi à présent en tant que maudit. Je laissa la corde me mener haut dans son mouvement de balancier, finissant par la lâcher pour continuer de m’élever dans le ciel.

      « Yoouuhooouuu ! Je suis le roi du..argh mon dos bordel ! »

      La douleur dans mon dos était toujours là mais, pris dans la ferveur du combat je parvenais à l’oublier par moments, au cœur de l’action. Mais, à chaque pause, c’était comme un tison ardent collé contre mon dos, me faisant cligner frénétiquement des yeux alors que j’atteignais presque le sommet du mât. Puis, un flash aveuglant en contrebas, une explosion pour être plus juste, suivie de quelques autres. Si fortes qu’elles firent tanguer le navire jusqu’à ce qu’il vienne se coller complètement contre le cuirassé. Je retombais alors sur une vergue, une barre horizontale attachée au mât pour tenir les voiles, m’y agrippant de mes mains en tournant autour avant de m’y poser accroupis. J’observais la scène, attentif.

      En bas, sur le pont principal, les affrontements avaient cessés l’espace de quelques secondes alors qu’ils tentaient de rester debout sous les secousses provoquées par les explosions successives. Plusieurs passèrent par-dessus bord en criant, ou s’empalant sur les sabres de leurs voisins dans leurs courtes chutes. Le choc provoqué par le navire pirate sur le cuirassé eût également son impact, faisant tomber une nouvelle flopée de soldats sur le pont des Vipères Rouges. Et, alors que le navire se stabilisait à nouveau, les combats reprirent. Les lames et les balles sifflaient inlassablement dans une cacophonie dont je pouvais apprécier chaque note depuis mon perchoir. Et, alors que je cherchais le ou la coupable de ces explosions, une volée de canons fut tirée depuis le cuirassé, par les canons désormais à hauteur du pont des Vipères Rouges, ignorant tout bonnement leurs propres hommes présents. L’explosion fut assourdissante, les boulets dévorèrent le pont en de longs sillons, l’un d’eux venant frapper le mât sur lequel je m’étais perché. M’accrochant comme je pouvais, la vergue où je me trouvais se mit à chuter, déployant la voile dont les cordages avaient été arrachés avec le mât. La voile s’ouvrit en se gonflant légèrement dans la chute, ralentissant juste assez celle-ci pour que je puisse observer l’endroit que j’allais atteindre d’ici quelques secondes.

      « Attention là-dessous ! » m’exclamais-je, principalement pour Mégumi qui était d’un côté auprès de la femme aux cheveux rouges responsable de tout ce merdier. « Bas les pattes la rouquine ! Espères pas t’en sortir si facilement ! »

      La voile claqua dans l’air, recouvrant de son ombre une partie du pont et tous les pirates et soldats qui se trouvaient là à batailler. Un grand type à la peau mât et aux cheveux rouges semblait particulièrement énervé, s’approchant des deux femmes à l’autre bord. Il beuglait des ordres aux pirates qu’il croisait, les envoyant au combat avec hargne. Il leva alors les yeux vers la voile qui lui tombait dessus, et sur moi qui me tenais debout sur le mât qui était passé à l’horizontal.

      « Mais bordel, t’es qui toi ?! » s’écria-t-il en me lançant un regard mauvais.

      « Celui qui va te péter la gueule ! » répondis-je tout sourire.

      Le mât s’écrasa dans un fracas sur le pont, éclatant les planches dans un grincement sinistre. Un bon nombre de soldats et de pirates, ainsi que leur capitaine, furent recouverts par la voile, leurs formes prenant une apparence fantomatique alors qu’ils se débattaient sous le tissu. Je n’étais pas tout à fait sûr de la position du chef à la peau mât, et m’élançais ainsi en frappant tous ceux qui dépassaient sous la voile. La plupart s’écrasaient pitoyablement après une bonne droite bien placée, jusqu’à ce que je tombe sur un qui résista. Toujours prit sous la voile, il tentait de se défendre sans pouvoir me voir, je devinais ses poings frapper au hasard dans le tissu tandis que je tournais autour de lui en assénant coups de pieds et poings, le harcelant jusqu’à ce que le tissu se déchire. Dans un cri de rage, la voile fut déchirée par le capitaine des Vipères Rouges, du sang coulant de sa lèvre qu’il cracha sur le tissu blanc qui retombait à ses pieds.

      « Vous allez me le payer ! Vous êtes avec Méria, c’est ça ? »

      « C’est qui Méria ? » demandais-je en affichant un air dubitatif, haussant les épaules en ne reconnaissant pas ce nom, avant que mon regard ne tombe sur la rousse aux côtés de Mégumi. « Aaaaaah c’est elle, c’est ça ? Non, connais pas, mais je compte bien lui en coller une quand j’en aurai terminé avoir toi.»

      Sans plus de cérémonie, je me jetais sur lui, recouvrant mes deux poings d’une couleur charbon brillante. Lui aussi semblait être un combattant à mains nues, m’en rendant compte alors qu’il recouvrait également ses avants bras du fluide offensif. Mes poings s’écrasèrent sur sa garde, martelant ses bras et ses mains sans qu’une attaque ne parvienne à passer sa défense. Il contre-attaqua, mais déjà je m’étais baissé pour venir faucher ses jambes de la mienne. L’homme sauta sur place, déployant une jambe qui me cueillit sous le menton, me projetant en arrière. Me réceptionnant en posant mes mains au sol pour freiner mon vol plané, je retrouvais le pont de mes pieds avant de me projeter de nouveau vers mon adversaire. Les coups pleuvaient des deux côtés, aucun de nous deux ne voulant céder du terrain à l’autre, nous déplaçant en frappant et bousculant les malheureux qui se trouvaient sur notre passage. Le capitaine des Vipères Rouges souriait comme un diable, et je faisais de même, excité par cet échange brutal. Alors qu’il reculait pour créer de la distance, je bondissais dans les airs en tournant sur moi-même, exécutant une vrille horizontale en tombant sur lui, frappant d’un coup de pied descendant. Il leva ses bras au-dessus de lui, croisés pour intercepter mon attaque, tournant alors brusquement ses mains vers l’intérieur pour m’agripper la cheville et profiter de ma position aérienne pour m’écraser derrière lui contre le bastingage. Le bois se brisa sous l’impact, suivi d’une vive douleur dans le dos qui me vrilla le crâne en brouillant ma vue quelques instants. Tenant toujours ma cheville, il me projeta dans l’autre sens sur le pont, m’envoyant valdinguer en rebondissant sur le plancher.

      « Je dois l’avouer, t’es balèze gamin. » s’exclama-t-il en marchant dans ma direction avec calme. « Moi, c’est Nazaïr, capitaine des Vipères Rouges, ça te dirais pas de rejoindre mon équipage ? »

      « Ferme ta sale gueule, mec, t’es loin d’égaler notre cap’tain, pourquoi je rejoindrais un minable tel que toi ? » demandais-je dans une tentative de gagner du temps, cherchant du regard quelque chose ou quelqu’un qui pourrait m’aider à battre ce type.

      « Moi minable ? Alors t’es quoi toi, dans ce cas ? Je vais t’écraser et t’envoyer aux pieds de ton cher capitaine ! » ricana-t-il en se craquant les doigts.

      Un sourire en coin, c’était la tentative de la dernière chance, alors que je me relevais en grommelant, du sang me coulant sur le côté de la bouche. Une main tendue dans sa direction, paume vers le haut, je me concentrais sur Nazaïr et ses alentours directs, élevant légèrement mes doigts vers le haut. Une faible lueur recouvrit mes doigts l’espace d’un instant alors que le pouvoir s’activait. Soudain, le capitaine de Vipères Rouges commença à flotter, ses pieds quittant le sol de quelques centimètres alors que son regard traduisait une incompréhension des plus totales. Une grosse goutte de sueur perla de mon front, l’effort était trop important et, sans que je ne comprenne pourquoi, la lueur disparut du bout de mes doigts et Nazaïr regagna le pont. Sans me laisser un instant pour réagir, il me bondit dessus et m’agrippa à la gorge, me soulevant du sol en me tenant à bout de bras.

      « Tiens, tiens, tiens...voilà qui est intéressant. » s’exclama-t-il, un grand sourire intéressé au visage dévoilant ses dents d’un air carnassier. « Je sais reconnaître un maudit quand j’en vois un, tu permets que je l’essaie ? »

      Sa prise sur ma gorge se fit plus intense, m’étranglant en enfonçant ses doigts. Se retournant brusquement, il me lança dans les airs devant lui, plaçant sa paume face à moi avant qu’elle ne se mette à luire comme un flash soudain. Soudain, je sentis que ma chute n’allait plus dans la même direction et, au lieu de me diriger vers le sol, une force intangible me projeta en direction du cuirassé de la marine. Sans pouvoir réagir ou m’agripper à quelque chose, je partis tel un boulet de canon, m’écrasant contre le cuirassé avec une telle force que je traversais un des sabords, me prenant un canon au passage. La zone ainsi influencée semblait se terminer par là et je partis en roulade m’écraser dans une pile de tonneaux qui se brisèrent sous mon poids. Étalé là, hagard, j’avais du mal à comprendre ce qui venait de se passer. Enfin, tout ce que j’avais compris, c’est que Nazaïr venait de copier les pouvoirs du paramécia de la gravité, et ça n’annonçait rien de bon.






      © Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


      • https://www.onepiece-requiem.net/t23776-ft-ren-aoncan
      • https://www.onepiece-requiem.net/t23748-ren-aoncan-aka-mazino
      [Quête ] La fin des faux-semblants Katarina-lol-2k-wallpaper-2560x1440

      海 賊

      ∆ Feat. SandStorm Pirates ∆


      Mal en point, plus que mal en point, dans un état déplorable, c'était plus proche de la réalité. Ayant péché par excès de confiance, la Peste venait de manger la poussière. Nazaïr ne souhaitait pas la tuer pour le moment, mais rien n’indiquait que cet état de fait durerait éternellement. Méria avait le don de trouver les mots pour rendre les gens fous de rage, ce n'était plus un secret aujourd'hui. Peinant à reprendre du poil de la bête, la jeune femme fut de nouveau projetée au sol par le souffle d'une énorme explosion sans qu'elle ne comprenne quoi que ce soit. Quelle ne fut pas surprise de voir Megumi, la jeunette aux cheveux roses venir à son encontre, faux à la main. Indifférente à sa pitoyable tentative d'intimidation, elle s'empara de la main de la pirate pour se relever. Son regard noir trahissant l'étendue de sa colère ne quittait pas Nazaïr.


      « Fuir ? Déguerpis si ça t'amuse, moi je reste là. J'ai un compte à régler avec cet enfoiré. »


      Avant que la Marianne ne se lance de nouveau à l'assaut, un autre membre des Sandstorm l'interrompit. L'albinos aux airs de petite frappe des rues se permis de la menacer avant de détourner son attention vers le capitaine des Vipères rouges. Crachant un glaire de sang, la Peste soupira.


      « Va bronzer un peu avant d'oser m'adresser la parole, face de cul. » marmonna la rouquine pour elle-même avec mépris.


      Voyant que la bataille devenait de plus en plus chaotique, Méria décida de profiter de l'aide providentielle qu'on lui offrait pour se faire oublier. Se faisant aussi discrète que possible, elle vola une grenade à main à Megumi et disparut rapidement de son champ de vision. Pendant que le mât de la frégate s'effondrait et que les coups de canon retentissaient, la rouquine découpa une petite longueur de corde pour attacher un coutelas trouvé par terre à la bombe. S'assurant que l'attache était solide, elle se tapit dans l'angle mort de Nazaïr pour attendre le bon moment. Quand ce dernier saisit Ren au cou pour utiliser ses propres pouvoirs contre lui, la jeune femme grimaça mais sut qu'il était temps d'agir. Pour l'heure, elle n'avait pas le temps d'analyser les capacités de l'albinos et ne réalisait pas qu'il était détenteur d'un fruit si puissant. Creusant l'écart la séparant de sa cible, elle bondit à grande vitesse pour venir planter sa lame à l'arrière de son genou. Pris par surprise, Nazaïr hurla de douleur en se retournant par réflexe. Son poing vint trouver le visage de la Peste qui s'écroula à terre. Utilisant une fois encore les pouvoirs de Ren, le pirate fit décoller le corps de la rouquine pour l'envoyer s'écraser contre le dernier mât encore en place. Tandis que cette dernière s'écrasait avec fracas le visage en sang, elle offrit en sourire sadique à son ennemi en montrant une goupille entre ses doigts. N'ayant le temps que de regarder son genou, le capitaine comprit trop tard qu'il s'était fait avoir. La bombe explosa alors et dissimula l'homme dans un petit nuage de fumée grise.



      © ciitroon



      Liberté, Liberté Chérie !
      • https://www.onepiece-requiem.net/t24214-fiche-technique-meria-d-
      • https://www.onepiece-requiem.net/t24209-meria-d-marianne-la-peste#254234
      De rapides estocades ne cessèrent de fuser et Azerios peinait à les esquiver ou les contrer. Aucun doute à ce sujet, la jeune femme qu’il affrontait était très habile au sabre. Sentant la fatigue approcher, rythmée par quelques entailles subies, le jeune capitaine des Sandstorm Pirates chercha à creuser un peu de distance pour récupérer. Au détour d’une parade haute, Griffon tenue en main droite, il pointa son indexe gauche et commença à faire feu sur son adversaire. Plusieurs balles de sable durci furent projetées et le Commodore les contra de sa lame les unes après les autres. Ce bref instant de diversion permit au pirate de se désengager et de bondir en arrière pour se retrouver un peu plus haut sur le cuirassé. Il le sentait d’ores et déjà, en tant que bretteur, elle lui était clairement supérieur, il faudrait donc chercher à la désarmer. Rengainant son sabre, le jeune homme se mit à réfléchir à une stratégie.


      Descends d’ici tout de suite. Reviens te battre lâche ! hurla l’officier.

      Viens me chercher.


      La jeune femme pesta et donna un large coup de sabre afin de projeter une lame d’air en direction de son adversaire, qui se contenta de bondir dans sa direction afin de repartir à la charge. Changeant ses deux bras en d’énormes mains de sable il les abattit avec force sur sa cible qui esquiva en sautant par dessus lui. Se retrouvant dans le dos d’Azerios, McGrath tenta une nouvelle estocade, mais rata son coup, son adversaire esquivant de justesse en pointant ses deux indexes en sa direction. Une nouvelle salve fut tirée, chaque balle contrées encore une fois, ce qui donna le temps nécessaire au pirate pour de dématerialiser sous la forme d’un nuage de sable, se laissant porter pour reformer son corps quelques mètres plus loin. Tirant encore une nouvelle volée de balles de sable durcit, Azerios en profita pour générer une certaine quantité de sable et recouvrir le sol autour de lui. Asséchant les planches de bois, il entreprit alors de créer une marre de sable mouvant alors qu’il détournait l’attention de l’officier avec ses tirs. Cette dernière se décida à passer à l’attaque, bondissant de nouveau en direction de son adversaire, elle lui porta une violente attaque au niveau du cou. Attaque que le jeune homme tenta de parer, en durcissant son avant bras gauche au fluide offensif.

      Un crac sonore retentit alors, accompagné d’une douleur vive entre radius et cubitus. Le capitaine des Sandstorm Pirates grimaça, car même s’il semblait avoir sauvé son bras d’une tranche nette, il était désormais en piteux état. Au moins McGrath avait foncé droit dans son piège. Se dématerialisant à nouveau pour se déplacer en direction de l’énorme tourelle un peu plus loin, il créa une longue lame de sable pour la trancher et la séparer purement et simplement du reste du navire. Sourire sadique aux lèvres, il s’empressa de créer une énorme main de sable compact pour frapper dans la tourelle et la projeter avec force en direction du Commodore.


      Amateur… Tu penses vraiment que je…… commença McGrath.


      Mais à l’instant même où elle prit appui sur ses jambes pour se dégager de la trajectoire de la tourelle, ses pieds restèrent bloqués dans la marre de sables mouvants générée plus tôt. Impossible pour de bouger sur l’instant, elle fut contrainte de frapper de son sabre afin de scinder l’énorme tourelle en deux. Les morceaux filèrent s’écraser tout droit sur le navire des Vipères Rouges, fracassant la coque, passant au travers du bois déjà bien abîmé. Profitant de cet instant de préoccupation, Azerios bondit pour se retrouver au dessus du Commodore et retomber en piquée sur cette dernière, l’écrasant avec un énorme poing de sable durcit au fluide offensif.

      L’impact, violent, provoqua un énorme trou sur le pont supérieur et transporta le jeune capitaine pirate et son adversaire au niveau inférieur, proche des batteries de canons qui tiraient sur le navire des Vipères Rouges. Tombant nez à nez avec les artilleurs, ces derniers se mirent rapidement à essayer de tuer Azerios, mais l’équipage de L’Indompté surgit alors et une nouvelle bataille se lança. Cherchant le Commodore du regard, le Sablonneux n’en vit aucune trace, il gênera alors une tornade de sable pour dégager le passage et éliminer la douzaine de soldats de la Marine qui se trouvait entre lui et l’escalier menant à la surface.

      De retour sur le pont, la bataille avait atteint son point culminant. Ça beuglait en tous sens, ça pétaradait ici et là, l’atmosphère devenait pesant à cause de l’épaisse fumée qui parcourait le Cuirassé, amené par l’air marin. Regardant au loin en direction du navire des Vipères Rouges, Azerios chercha du regard la moindre trace de Ren, Reyshu ou Megumi. Mais impossible de discerner quoique ce soit dans le chaos ambiant. Shizune approcha alors, la lame couverte de sang.


      Shizune.. quelle est la situation ?

      On progresse sur le cuirassé. La Marine est acculée, entre nous et les pirates avec qui ils étaient déjà aux prises. répondit elle d’un ton sec.

      Et du côté du Loup Solitaire ? Aucun signe de vie de Reyshu ?

      Non aucun. Mais Ren et Megumi sont partis prendre les pirates en tenaille, j’ai bon espoir que..


      Shizune s’interrompît, bondissant en direction de son capitaine, le sabre brandit. Le Commodore McGrath venait de surgir de la fumée et n’était pas loin de trancher la tête du jeune pirate. C’était sans compter sur la jeune Ronin qui avait plongé pour contrer la violente attaque. Dégainant Griffon au moment où il fit volte-face, Azerios donna alors une rapide succession de deux estocades afin de faire reculer l’officier et ainsi protéger Shizune. Furieuse, McGrath bondit en arrière pour esquiver, tout en projetant deux lames d’air. Contrant ces derniers d’un rapide coup de meitou, le jeune pirate se mit en position de garde aux côtés de son acolyte.


      Tu pensais vraiment que t’allais m’avoir comme ça… Me fais pas rire chien.


      C’est alors que des soldats se regroupèrent derrière leur officier, qui donna l’ordre d’attaque. En face, Azerios et Shizune furent rejoints par des hommes d’équipage qui se mirent à charger à encontre des marins. Une mêlée générale éclata sur cette partie du pont, rendant la situation encore plus chaotique qu’elle ne l’était déjà. Des balles fusaient en tous sens, des coups de sabre ou de surins arrivaient de toutes parts, il en devenait même presque difficile de distinguer ses alliés de ses ennemis… Le capitaine des Sandstorm Pirates ne céderait cependant pas le moindre pouce de terrain, tranchant à tout va, éliminant les soldats de la Marine les uns après les autres, dans l’optique d’atteindre le Commodore. Cette dernier n’était d’ailleurs pas en reste, éliminant le moindre pirate qui aurait le malheur de se trouver sur son chemin, elle parvint à atteindre Shizune en quelques instant. Un duel au sabre s’engagea entre les deux jeunes femmes et la rouquine n’avait clairement aucune chance. Acculée, elle se retrouva au sol, à parer la succession d’attaques à la fois rapides et puissantes. Proche de céder, elle fut sauvée par l’intervention de son capitaine qui abattit la lame de Griffon, forçant McGrath à esquiver et à reculer de surcroît.


      Va falloir que je te le dise combien de fois ? Ton adversaire ici, c’est moi.


      La jeune femme pesta à nouveau et se jeta sur le capitaine pirate, lui servant un rapide enchaînement de coups chargés au fluide offensif. Azerios les contra tant bien que mal, gardant en tête que le moindre de ces coups pourrait le mettre dans une situation délicate. Il tenta de prendre l’ascendant, mais en vain, la formation d’épéiste qu’avait suivit McGrath semblait sans faille. À mesure que l’échange s’intensifiait, un sourire se dessinait au coin des lèvres de l’officier, sans doute réalisait elle que son adversaire lui était inférieur au maniement du sabre. Et à force de persister, elle parvint à toucher sa cible, profitant du point faible de ce dernier, à savoir son bras gauche. Précédemment blessé, il ne prit pas garde à l’attaque pernicieuse de l’officier qui l’entailla au niveau des côtes. Blessé, le pirate poussa un juron et tenta de s’éloigner, mais le Commodore ne comptait clairement pas s’arrêter la. D’un bon elle intensifia l’assaut et parvint à planter sa lame dans la cuisse gauche de son adversaire, le stoppant net dans sa tentative d’esquive.


      Tu es à ma merci. Ordonne à tes hommes de déposer les armes. exigea l’officier d’un air supérieur.

      Va crever.


      D’un geste ample, le jeune pirate changea alors son bras gauche, véritable poids mort, en une lame de sable durcie au haki de l’armement. L’attaque portée à la jeune fille fut esquivée, retirant sa lame de la cuisse du pirate, elle bondit sur le coté, pour se positionner derrière sa proie et lui donner un rapide coup de sabre entaillant son dos. Mettant genou à terre, submergé par la douleur, Azerios planta Griffon dans le plancher et de la repousser en générant rapidement une bourrasque de sable. Effort inutile, puisque McGrath était déjà repassé derrière lui pour lui asséner un nouveau coup de sabre dans l’omoplate gauche. Coup de grâce, elle lui gratifia d’un violent coup de genou noircit au haki. Défait, blessé et sonné, le Sablonneux ne parvint pas à se dégager. D’un regard dédaigneux, le Commodore pointa alors sa lame en direction du pirate, vaincu, lui plaquant le fil sous le menton.


      Dernière chance pour tes hommes. Qu’ils déposent les armes, ou ils seront anéantis au même titre que les Vipères Rouges. exigea-t-elle fière d’avoir triomphé.

      Personne ne déposera les armes. Ils se battront tous jusqu’au bout.

      Très bien. On verra si tes hommes continuent le combat lorsque j’aurai mit ta tête au bout d’une bayonette.


      Levant sa lame vers le ciel, elle l’abattit tel un couperet. Mais contre toute attente, une lame interrompit la sentence, déviant l’attaque. Shizune venait de surgir pour protéger son capitaine. Le Commodore, agacée, donna alors plusieurs puissants coups qui finir par briser la lame de la rouquine. Mais elle ne se laissa pas démonter, saisissant son Kanabo, elle reparti à l’assaut. Et même si elle ne faisait absolument pas le poids, les précieuses secondes gagnées permirent à Azerios de contre attaquer. Dans un ultime effort, il fondit dans le dos de l’officier et frappa d’une rapide estocade. La lame de Griffon transperça alors le bas du dos de l’officier, qui interrompit son assaut. Adversaire choquée et surprise, Shizune lui frappa alors violemment le crâne avec son Kanabo. Et comme pour enfoncer le clou, Azerios retira sa lame et donna un large coup pour la taillader sur toute la longueur du dos. Le Commodore tituba un court instant, elle tenta de se tourner mais sembla comme paralysée, avant de tomber à genoux sur le pont du Cuirassé. Et cette fois, c’est le pirate qui pointa sa lame sous le menton de son adversaire.


      Bien joué Shizune… Il semble que nous soyons sur le point de discuter des termes de votre reddition. ironisa le capitaine des Sandstorm Pirates.

      Ah.. une attaque.. vicieuse… chiens de pirates… n’avez-vous aucun honneur…

      T’es vraiment en train de parler d’honneur avec un pirate ? Pathétique. sourit le pirate.

      Lâchez vos armes ! beugla la rouquine en pointant son Kanabo en direction des quelques soldats non loin.


      McGrath neutralisée, les soldats à proximité lâchèrent progressivement leurs armes, se rendant aux Oubliés, mettant un terme aux affrontements sur cette partie du Cuirassé. Malgré la victoire, le jeune capitaine sentait qu’il ne faudrait pas prolonger les combats bien longtemps. La douleur et la fatigue gagnaient du terrain au fur et à mesure, il fallait mettre un terme à cette bataille de toute urgence. Car si la marine venait à recevoir des renforts, peut être que la tendance finirait par s’inverser. Regardant en direction du navire des Vipères Rouges, une succession d’explosions retentit et bientôt le navire finirait sans doute par s’enfoncer dans les abysses.

        La fumée s’évaporait enfin et je n’avais guère le temps de m’inquiéter pour Méria, mon objectif était d’aider Ren qui semblait à son tour galérer contre Nazaïr. Il ne me restait qu’une grenade et il fallait que je la fasse compter et ça peu importe comme cette situation compte se terminer. Je me ruais vers la fumée noire histoire de peut-être pouvoir retrouver Ren dans ce bazar sans fin.

        “ REN ! “ Je hurlais, esquivant un coup d’épée. Je me retournais pour foutre un coup de genou bien placé à l’un des soldats avant de l’assommer d’un coup de faux. “ REN ! ”

        Impossible de ne voir quoi que ce soit et cela, malgré le fait que l’écran noir semblait se dissiper assez rapidement. Je me précipitais pour retrouver le musicien à terre, je me mis à genoux afin de le secouer, inquiète de son sort.

        “ Pas b’soin d’y aller si fort j’vais bien … Ah … J’vais la tuer cette rouquine à manquer de m’exploser la tronche … “ Murmurait-il sous sa barbe, toujours sonné par l’explosion. J’étais plutôt contente de voir qu’il n’était pas mort et toujours en un seul morceau.

        “ Il faut qu’on arrive à quitter ce bâteau avant qu’il coule et éventuellement récupérer Reyshu si il n’est pas mort … ” Je soupirais avant de regarder autour de moi, la rouquine qui se trouvait proche d’un mât, s’était relevée. “ Allez, lève toi tu veux … ” Mais je n’eus pas le temps de réagir qu’une silhouette enragée s’approchait dangereusement de nous. Une silhouette qui, elle, flottait dans les airs. Son sourire carnassier se dessinait, comme s’il était au courant de notre destinée. La vue n’était pas belle, l’une de ses jambes avait disparu et c’est comme s’il s’était servi du fruit de la gravité pour contenir son sang de tomber. Je me plaçais instinctivement devant Ren.

        “ Alors, on a besoin d’une princesse pour nous sauver ? “ Disait-il d’une manière complètement désabusée avant de foncer vers nous. “ Croyez pas que ça va me rendre moins apte à vous arracher la tronche ! ” Et d’un mouvement plutôt courageux et pour permettre à Ren de se redresser et de reprendre complètement conscience, je plaçais ma propre faux en tant que barrage à son corps. “ Désolé mon trésor, j’en n’ai pas après toi ! Si tu veux même, je t'emmènerai avec moi après tout ce raffut “  Et littéralement, mes pieds commençaient à s’enfoncer dans le sol lorsqu’il commençait à s’appuyer contre moi, effaçant déjà l’espace entre nous.

        “ Ren … C’est quand tu veux … “ Je commençais à paniquer, Nazaïr semblait trop sûr de lui même et à tout moment je cédais. Il s’amusait, contrairement à moi qui perdait le contrôle de la situation. Son sourire devenait plus grand, surtout lorsqu’il prit l’initiative de briser ma faux en deux morceaux distincts. Il s’en débarrassait rapidement avant d’attraper ma main, un sourire charmeur. Il nous emporta à l'aide d'un débris sous son pied à une trentaine de mètres dans les cieux, m’attrapant la taille afin que je ne tombe pas. Je n’en revenais pas, criant encore une fois le nom de mon compagnon à l’aide. Nous voici flottant dans les airs, observant tout le chaos d’une certaine hauteur, une sacrée vue en effet. Mais j’étais trop paniquée par celui qui me maintenait littéralement en vie.

        “ Qu’en dis-tu ? Toi ? Moi ? Après que tout se termine … “  Et ne souhaitant pas attendre la fin de sa phrase, je décidais de lui en foutre une, d’étaler mes phalanges à travers son visage.

        “ P-Plutôt crever ! … ” Lui disais-je, resserrant ma main, endoloris de la claque que je venais de lui mettre.

        Bien sûr, ça ne lui avait pas plu comme j’pouvais m’y attendre. Plus aucun sourire, enfin juste un regard plutôt froid prêt à prendre sa revanche.

        “ Ton choix, je t’enverrai bientôt ton petit copain de toute façon… “ Dit-il avant de me lâcher brutalement dans ma chute. Je poussais un cri strident, si je venais à m’écraser c’en était fini pour moi. “ Bon où se trouve cette garce de Méria, que je lui rende l’appareil sur la jambe qui me manque ! ”

        • https://www.onepiece-requiem.net/t8689-megumi-grey-ft
        • https://www.onepiece-requiem.net/t8135-megumi-grey


        La Fin des Faux-Semblants


        Présent - Quête
        ✘ Feat. Azerios, Megumi Grey & Méria




        Jamais je n’aurais imaginé être défendu par la jeune navigatrice aux cheveux roses. Et pourtant, bien qu’elle était consciente de n’avoir aucune chance face au capitaine des Vipères Rouges, elle s’était interposée entre lui et moi. Et, j’étais impuissant, grognant sous la douleur qui envahissait mon dos, se propageant comme des ondes au travers de mon corps. Je ne pus qu’être témoin en serrant les dents. Nazaïr s’était approché d’une Megumi paralysée par le fruit de la gravité, il l’attrapa par la main et la taille pour l’emmener dans les airs.

        Je tentais de bouger, mordant dans ma lèvre inférieure pour ignorer la douleur dans mon dos, faisant couler un peu de sang jusqu’à mon menton. Le regard toujours braqué sur le pirate d’Alabasta et Megumi, je ne pouvais pas entendre ce qu’ils se disaient. Mes poils se hérissèrent quand je vis l’expression de son visage changer, après s’être pris une baffe de la part de la navigatrice. Ce genre de regard, je le connaissais, et ça n’annonçait rien de bon. Je mordis plus fort dans ma lèvre, déversant un petit flot qui se mit à goutter sur les planches. Mes doigts vinrent s’enfoncer dans leur bois pour me tirer en avant, reposant un pied puis l’autre, chancelant légèrement en me mettant debout.

        C’est alors que je vis avec horreur le pirate à la peau mâte lâcher la jeune femme qui, invariablement, se mit à chuter droit vers le pont du navire des Vipères Rouges. Nazaïr, lui, restait dans les airs, perché sur un débris en équilibre sur sa seule jambe valide, il semblait chercher quelqu’un du regard, détournant totalement son attention de la navigatrice. Ni une, ni deux, je m’élançais en lacérant les planches du navire à mon départ, me propulsant en avant tel un animal avant de me mettre à courir sur mes jambes. La distance était grande, peut-être trop, et je n’étais pas assez rapide, à cette allure je n’arriverais jamais à la rattraper. Luttant contre la sensation de déchirure dans mon dos, j’accélérais ma course, voyant le corps de Megumi tomber à toute vitesse. Non, je ne serais jamais assez rapide, seul un miracle pourrait me le permettre. Rien que ça, mais cette pensée me rappela un fait indéniable : j’avais également ce pouvoir que le capitaine pirate ennemi utilisait. C’était même mon pouvoir, et non le sien. Si lui en était capable, pourquoi pas moi ?

        Je plongeais en avant, porté par l’énergie du désespoir, résolu à sauver la peau de ma nakama. Car oui, bien qu’elle était sacrément encombrante dans la maison et qu’elle me tapait sur le système par moments, nous étions des frères et sœurs d’équipage. De plus, elle avait risqué sa peau pour moi, je ne pouvais pas la laisser tomber, littéralement. Concentrant ma vision floue, tentant de faire appel à ce pouvoir qui sommeillait en moi, priant même brièvement le dieu de la musique et de la baston, je tendais la main en avant dans mon plongeon.

        La paume vers le haut, comme une offrande jetée au hasard d’une déité méconnue, concentrant tous mes sens sur cette unique pensée : flotte. Une lueur apparut alors miraculeusement entre mes doigts, les recouvrant comme un voile lumineux. Face à moi, à plusieurs mètres, Megumi atteindrait bientôt le pont du navire où elle s’écraserait. Mais, contre toute attente, il n’en fut rien. Au contraire même, elle se mit à ralentir dans sa chute, tombant comme au ralentit. Puis, elle s’arrêta à deux mètres du pont, flottant doucement dans les airs. Courant toujours comme un dératé, j’arrivais enfin à portée, bondissant à sa hauteur pour l’attraper et regagner le pont.  

        « Pfiou, tu m’as fais peur morveuse. » soufflais-je, essoufflé par l’effort. « Mais, merci Meg, tu m’as probablement sauvé la vie sur ce coup là. » la remerciais-je alors en la reposant.

        Je grinçais des dents, toujours affligé par ma blessure dans le dos. Je sentais mon sang, chaud et poisseux, couler le long de ma colonne vertébrale. Une grimace fichée sur le visage je levais les yeux pour voir Nazaïr, toujours dans les airs, reporter finalement son attention sur nous. Ses sourcils se froncèrent, il tendit sa main dans notre direction.

        « Vous allez crever, oui ?! » s’écria-t-il, commençant à augmenter la gravité sur notre position.

        « Passes devant, salopard. » répondis-je en affichant un petit sourire narquois.

        Poussé contre le sol, je tentais de résister à l’attraction gravitationnelle qui s’abattait sur nous. Un genou au sol, je parvins à lever ma main en direction de Nazaïr. Il avait fait une erreur fatale sans même le savoir en se soulevant dans les airs grâce à ce débris sous son pied. Le pouvoir de ce fruit du démon agissait sur tout hormis pour l’utilisateur lui-même. Ainsi, sans ce débris, il chuterait comme l’avait fait Megumi quelques instants plus tôt. Me concentrant autant que je le pouvais, je créais une zone à l’emplacement du seul pied valide du capitaine des Vipères Rouges. Je fis alors bouger ma main sur un axe horizontal, comme si je chassais une mouche devant moi. Le soudain changement de gravité fit partir le débris sous le pied de notre adversaire, qui se mit à chuter aussitôt. À son regard, je pouvais dire qu’il ne s’y était pas attendus. Soudainement, la gravité autour de moi et Megumi revint à la normale.

        « Vas trouver Reyshu, il doit toujours être sur le Loup Solitaire, moi je m’occupe de lui. » dis-je à la navigatrice, m’élançant vers Nazaïr dès que j’eus finis de parler.

        Le pirate d’Alabasta avait réactivé le pouvoir qu’il avait copié dans sa chute, faisant remonter les débris du pont dans sa direction pour se ralentir. Trop rapide pour s’en servir comme point d’appui, il avait croisé ses bras pour se protéger des éclats de planches qui se brisaient sur son passage. Elles étaient nombreuses à flotter ainsi dans sa direction, et c’était l’occasion parfaite pour frapper. Bondissant dans les airs, je me servis des débris et de la gravité montante pour sauter de planches en planches et rapidement atteindre Nazaïr dans sa chute. Il venait se prendre une nouvelle planche qui avait éclaté devant ses yeux, obstruant sa vision l’espace d’un instant. Instant dont je me saisis pour débarquer sur son flanc, le poing armé au fluide offensif, lui balançant une droite en plein visage. Surprit par l’attaque, il fut projeté droit vers le bastingage en contrebas alors que la zone qu’il avait influencé de son pouvoir se désactivait, laissant les débris retomber en pluie et moi avec.  

        Il s’écrasa sur le bastingage, brisant la barrière et craquelant le plancher sous lui. Je me mis à tournoyer sur moi-même afin d’atteindre le même point de chute que lui. Lui tombant sur le dos, je décochais un coup de pied tournoyant à mon atterrissage, l’enfonçant encore plus dans le pont qui se mit à grincer alors que j’activais une zone tout autour de lui qui le poussait puissamment plus encore dans les planches. Celles-ci craquèrent, arrachant le pont sur plusieurs mètres alors que nous chutions dans les cales du navire des Vipères Rouges. Le capitaine pirate grognait comme une bête alors qu’il s’écrasait dans des caisses et tonneaux, s’enfonçant de nouveau dans le plancher des cales avec moi sur son dos. Les planches du pont au-dessus de nos tête tombaient en pluie tout autour de nous, m’en valant quelques unes qui vinrent me frapper le dos et les épaules. Il luttait avec hargne, m’obligeant à concentrer tout mon pouvoir pour le maintenir dans cette position. Mais, même ainsi, il parvenait à bouger lentement, posant ses mains au sol pour tenter de se relever malgré la pression exercée sur lui.

        « Que quelqu’un l’abatte ! Je vais pas tenir longtemps ! » m’écriais-je alors en espérant une apparition salvatrice.





        © Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


        • https://www.onepiece-requiem.net/t23776-ft-ren-aoncan
        • https://www.onepiece-requiem.net/t23748-ren-aoncan-aka-mazino
        [Quête ] La fin des faux-semblants Katarina-lol-2k-wallpaper-2560x1440

        海 賊

        ∆ Feat. SandStorm Pirates ∆


        L'attaque ayant été une magnifique réussite, Méria s'écarta des belligérants pour reprendre un peu de poil de la bête. Les coups qu'elles avaient reçus de la part de Nazaïr étant d'une rare intensité, il aurait été vain de faire croire qu'elle n'accusait pas le coup. Convaincue qu'elle était bien plus forte qu'elle ne l'était réellement, la pirate serait certainement déjà morte si elle n'avait pas reçu l'aide providentielle des Sandstorm Pirates. D'un autre côté, étant elle-même la cause de leur présence ici, on pouvait dire qu'elle s'était simplement offert une belle assurance vie. Respirant rapidement, la Peste observa la suite des réjouissances. Le chaos était total sur le pont des deux navires, et de ce qu'elle voyait, la frégate des Vipères ne tiendrait plus très longtemps. Celui qui attirait finalement le plus l'attention de Méria était ce jeune albinos ayant récemment avalé le Zushi Zushi no Mi. Ses pouvoirs étaient encore balbutiants, mais elle sentait un immense potentiel en lui. En prenant en compte le fait que son capitaine était détenteur du logia du sable, cet équipage devenait de plus en plus intéressant. Voyant une occasion se profiler en sachant qu'elle pourrait tirer son épingle du jeu, la rouquine se mit en tête de venir en aide à Ren. La criminelle aux cheveux roses étant détentrice de la dernière grenade à main, Méria vint s'en emparer malgré ses protestations.


        « Laisse-moi faire jolie fleur, je m'occupe de la suite. »


        Avant d'entendre ses protestations, elle s’écarta. S'approchant du trou dans lequel Ren et Nazaïr luttaient avec acharnement, l'étoile montante s'empara d'une lance. Un sourire mauvais déformant ses traits, elle bondit en direction de la cale en hurlant. Ses cris ne manquèrent pas d'attirer l'attention de l'albinos qui vit la lame lui passer à quelques millimètres du visage avant de venir se planter dans la gorge de l'ennemi. Littéralement cloué sur place, le pirate basané n'était plus capable de contrôler ses pouvoirs et sa force diminua drastiquement. Après avoir envoyé un coup de pied d'une telle violence qu'il bisa le nez de son opposant, la Peste tira le Sandstorm par le col pour le relever. Dans sa main se trouvait la dernière grenade qu'elle montra ostensiblement aux deux hommes.


        « On se tire. »


        Passant le bras de Ren sur son cou, elle l'aida à se relever avant de monter au pont supérieur. Dégoupillant la bombe, elle l'envoya dans la cale, à quelques centimètres seulement de la tête de Nazaïr.


        « Adieu. »


        Le regard paniqué du pirate ne quitta pas celui de Méria jusqu'à ce que retentisse l'explosion. De la fumée commença à s'élever de la cale et le feu trouva bien vite un chemin vers la réserve de poudre. La réaction en chaîne entraîna une série d'explosions de plus en plus puissantes faisant bouger la frégate dans tous les sens. Ren, Méria et Megumi se ruèrent alors vers le cuirassé de la Marine. Une dernière explosion projeta leurs corps sur le pont et la Peste roula longuement avant de s'arrêter en jurant. Quel putain de bordel...



        © ciitroon



        Liberté, Liberté Chérie !
        • https://www.onepiece-requiem.net/t24214-fiche-technique-meria-d-
        • https://www.onepiece-requiem.net/t24209-meria-d-marianne-la-peste#254234
        Lorsque le navire des Vipères Rouges sombra, les combats avaient cessé. Les soldats de la Marine encore en vie étaient rassemblés sur le pont du cuirassé, constitués prisonniers aux côtés des survivants de l'équipage pirate éteint. S'il n'y avait aucune trace de leur capitaine, le Commodore McGrath était bel et bien présent. Blessée, la jeune femme était également vaincue, maintenue à genoux par une lame que Shizune maintenait sous sa gorge. L'imposant bâtiment de la marine était endommagé et ne pourrait certainement pas se lancer à la poursuite des Sandstorm Pirates dont les hommes rassemblaient les derniers prisonniers et récupéraient armes et provisions afin de les charger à bord de L'Indompté. Azerios, blessé mais toujours debout, se tenait aux côtés de Reyshu et observait Les Pilleurs du Grand Nord à la manœuvre du second navire Le Loup Solitaire pour le rapprocher. Tournant le regard en direction des prisonniers, il acta rapidement qu'il y avait eu suffisamment de morts pour aujourd'hui et s'il ne comptait pas libérer les soldats, peut être que les hommes des Vipères Rouges seraient partants pour de nouvelles aventures.


        Il n'y a plus aucune raison de se battre ici. Le capitaine des Vipères Rouges est mort, nous l'avons vaincu. Aussi, j'invite chacun de ses hommes.. chaque homme ou femme désormais orphelin à se joindre aux Sandstorm Pirates. Vous êtes libres d'aller ou bon vous semblera, mais à ceux qui sont désireux d'acquérir gloire, pouvoir mais surtout richesse, alors vous êtes bienvenus.

        Idiots... Ou que vous alliez... Peu importe avec qui... Vous finirez tous au bout d'une corde.... soupira McGrath.

        Peut être bien.. mais pas aujourd'hui je le crains... sourit Azerios.


        Les anciens membres d'équipage des Vipères Rouges échangèrent des regards, discutèrent et se levèrent progressivement, rejoignant Les Oubliés les uns après les autres. En même temps, rester à bord d'un cuirassé de la Marine en compagnie de tant de soldats, même ligotés n'était que peu judicieux. Entre cette option et celle d'embrasser une seconde vie de rapines et avoir une chance de connaître la gloire, la question ne se posait pas bien longtemps. Le capitaine des Sandstorm Pirates fut soulagé, non pas de grossir ses rangs, mais surtout d'éviter un nouveau bain de sang suite à l'élimination de leur capitaine. Et en parlant de lui, Ren et Megumi arrivèrent, en compagnie de la jeune femme à la chevelure flamboyante, celle qui avait détourné Le Loup Solitaire envoyant l'équipage tout entier dans une bataille qu'ils auraient pu éviter. En y réfléchissant brièvement, ce qui était d'abord apparut comme une mutinerie et un nouveau problème s'était transformé en une véritable opportunité pour Azerios. Ils avaient éliminé un capitaine pirate, un supernova qui plus est, ce qui lui donnait un avantage supplémentaire dans la Corsair Race. De plus, ils avaient mit la main sur une importante quantité d'arme en prenant ce cuirassé de la Marine. Dès que la jeune femme approcha, Reyshu se redressa et se dirigea vers elle.


        Tooi ! Espèce de.. commença le timonier homme poisson.

        Stop. Il y a eu assez de morts pour aujourd'hui. s'interposa Azerios.

        Reyshu a raison ! C'est sa faute ! Tout est de sa faute à elle ! s'écria Megumi en pointant son doigt vers la rouquine.

        J'avais un compte à régler avec le capitaine des vipères rouges. Vous êtes pirates non ? Vous savez très bien ce qu'est la vengeance. répliqua calmement Méria.

        Oh ça oui on sait ce que c'est... D'ailleurs tu vas devoir payer...

        Bordel ça suffit ! grogna Azerios. On s'arrache. Toi.. c'est la dernière fois que tu prends ce genre d'initiative... La prochaine fois c'est la planche. ajouta le capitaine en pointant Méria du doigt.

        Oh si tu veux me voir bondir, il suffit de demander.. capitaine. rétorqua Méria d'une voix envoutante.


        Surpris par sa réponse, le jeune capitaine pirate marqua un léger temps d’inattention et le commodore McGrath saisit l'ouverture. Se relevant d'un bond, elle frappa Shizune au visage, se saisit de la mâle qu'elle tenait et fondit dans le dos d'Azerios la lame enduite de fluide offensif. Ce dernier n'eut pas le temps de se retourner que Méria glissa rapidement, écartant le sablonneux d'un tacle rapide tout en se saisissant de Griffon à la volée pour enfoncer sa lame droit dans le cœur de l'officier de la marine, stoppant net sa course. Les yeux écarquillés, McGrath lâcha son arme et retomba en arrière, morte sur le coup. Azerios se releva rapidement pour constater que Méria venait probablement de lui sauver la mise. Soupirant en regardant le corps sans vie du commodore, il lança un regard démoniaque à l'équipage de cette dernière qui avait commencé à s'agiter. Récupérant Griffon il s'attarda un instant sur les soldats prisonniers et le calme revint rapidement. Rengainant son meitou, il passa devant Méria et la regarda droit dans les yeux l'air impassible.


        On dirait bien que j'ai sauvé ton petit cul. railla Méria avec un sourire en coin.

        On met les voiles.... On en a finit pour aujourd'hui, mais on va avoir une discussion toi et moi.

        Avec plaisir... répondit la rouquine avec un sourire charmeur bien que couverte de sang.

        Oh non c'est pas finit... rumina Reyshu dans son coin.

        Rey’… J’ai un service à te demander. Tu penses pouvoir me ramener le corps de Nazaïr le capitaine des Vipères Rouges ?

        Ouaip. Le corps entier ou la tête suffira ?

        Du moment que j’ai la tête…


        L'équipage des Sandstorm Pirates remonta sur ses navires, laissant les soldats de la marine ligotés sur le pont de leur cuirassé, rendu inutilisable et Reyshu plongea. Après quelques minutes, il remonta sur le cuirassé pour retrouver son capitaine resté derrière. Azerios empoigna le corps boursouflé de Nazaïr et le projeta sur le pont devant les prisonniers.


        On avait oublié un détail. Maintenant on va gentiment repartir. Si vous tentez quoique ce soit, je reviens sur votre putain de navire et je vous tue tous…


        Jetant un dernier regard démoniaque aux soldats ligotés, le capitaine des Sandstorm Pirates se transforma en une nuée de sable et regagna son navire en se laissant porter par les vents. La bataille était désormais terminée, mais Azerios se mit en tête de garder un œil prudent sur Méria. D'autant qu'il y aurait sans doute du boulot pour éviter que ses hommes ne tentent de la tuer... L'Indompté et Le Loup Solitaire s'éloignèrent légèrement du bâtiment de la marine encore fumant, blessés mais victorieux et de fait remontés à bloc malgré tout. L'heure était désormais au pansement de leurs plaies et au repos. D'autant qu'après une brève analyse de ses cartes de navigations et du Gyropose, Megumi les informa qu'ils ne tarderaient pas à apercevoir les côtés gelées du Royaume de Drum.