-32%
Le deal à ne pas rater :
-32% Gigabyte G5 MF – PC portable 15,6″ – GeForce RTX™ 4050
749.99 € 1099.99 €
Voir le deal

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Pour quelques poignées de géants

Robina se trouvait dans sa cabine de capitaine. Elle regardait sa collection qui s’était agrandie ces derniers jours de Hinode Tasogare, le couple de meitous Aube et Crépuscule. Elle les avait remportés dans un duel contre la reine amazone d’Amazon Lily. Elle avait gagné ce privilège après avoir aidé les corsaires sur les Pythons Rocheux en attrapant des serpents yudas avec elles.

En parlant de ces créatures, la cuisinière regardait les deux monstres marins tirer son galion à l’avant par une de ses fenêtres. Les Glaciers avaient ainsi pu naviguer sur Calm Belt pour partir de l’île des amazones et se diriger vers Shabondy. Voilà que l’Iceberg se trouvait aux abords de l’archipel de mangroves de Shabondy. Les voiles du navire de ligne avaient été carguées, laissant les bêtes faire la fin du travail, laissant un petit temps de repos à l’équipage au complet.

Elle passa une veste de velours bleu sur les épaules avant de s’armer de ses quatre sabres. Alors qu’elle se levait de son bureau pour sortir, le quartier-maître ouvrit la porte de ses appartements. Homme d’environ quarante ans et ancien militaire pour le pays natal de la Sanderrienne : Lanch était un homme strict et sérieux. Ayant vécu la plupart de sa vie sur le Royaume Archipel de Sanderr et son climat hivernal, il faisait passer la discipline avant tout. Pourtant, avec les différentes aventures qu’il avait vécues avec sa capitaine et les Glaciers, il s’était adouci légèrement.

Capitaine. Il la salua d’un geste de la tête. Nous commençons les manœuvres d’accostage. Nous devrions pouvoir toucher la terre ferme dans dix minutes environ.

Parfait, je vous remercie, quartier-maître. Elle lui fit un sourire en acquiesçant. Comment va l’équipage ?

Un peu peiné d’être parti d’Amazon Lily. Il se gratta à l’arrière du crâne. Je pense que certains pensaient déjà à s’installer. Je dois avouer que l’idée ne me déplairait pas non plus.

En entendant ces dernières remarques, la capitaine des Glaciers se mit à sourire.

Je vois ce que vous voulez dire. Mais pour le moment j’ai toujours besoin de vous, Lanch. Elle se leva de sa chaise et lui posa une main sur l’épaule en passant à côté de lui. Même si vous avez bien mérité une bonne retraite après tout ce que nous avons vécu.

L’ancien sergent se mit à rire de sa voix grave.

Vous connaissant, je serais à la retraite quand j’aurai des petits-enfants, et je ne pense pas que ma fille était enceinte quand je suis parti de Sanderr.

Mais non ! Elle passa le pas de la porte, se retournant vers l’ancien givrelame. Je commence à réfléchir à revenir sur Sanderr.

C’est vrai ? Surpris, l’homme ne croyait pas ses oreilles.

Oui. Elle souffla du nez. Mais je ne vous promets pas que ça sera tout de suite.

Vous connaissant, ça n’arrivera pas avant l’année prochaine. Il suivit sa supérieure et referma la porte derrière lui. Que faisons-nous pour la suite capitaine ? Nous retournons sur les Pythons Rocheux alors ?

Oui. Elle s’avança sur le pont supérieur, posant son avant-bras droit sur les pommeaux de ses sabres jumeaux. Je vais voir avec la Translinéenne pour prendre un billet qui nous ramènera sur le bon chemin. Je vais prendre Fang avec moi, ainsi que Jin, nous referons les réserves du bâtiment et prévoirons le voyage de retour.

Aucun souci, je les fais prévenir sur le champ. Il siffla et deux mousses se précipitèrent vers lui pour prendre leurs ordres. Faites prévenir Jin, le second en cuisine et Fang Shui, notre navigateur, qu’ils doivent escorter notre capitaine sur la terre ferme quand nous arrivons.

À vos ordres ! Les deux anciens soldats de Sanderr saluèrent leur supérieur et s’enfoncèrent dans les entrailles du galion.

Lanch laissa la jeune femme aux longs cheveux blancs à ses pensées. Il devait gérer la logistique pour les tours de garde de chacun des hommes du navire de ligne.de quoi s’occuper l’esprit pour de longues heures. Après quelques minutes, Shui et Jin montèrent les escaliers pour se retrouver à l’air libre. Le samourai de Wano souffla en voyant qu’Aube et Crépuscule se trouvaient à la ceinture de sa supérieure.

Vous n’aviez pas assez de Libertalia pour faire la cuisine ? Il montra les deux sabres de premier rang d’un geste de la main. Maintenant vous devez souiller deux autres katanas en faisant la cuisine avec ?

Encore et toujours la même rengaine. Cela amusait la chasseresse de primes plus que l’énervait de voir que celui qu’elle avait sauvé sur l’Archipel Vert, sur West Blue était toujours autant agacé par son utilisation de meitou en cuisine.

Je ne les ai pas encore utilisés en cuisine. Elle prit un air outré. Vous êtes blessant ! Elle leva le nez en l’air en tournant la tête.

« Pas encore » ? Ce qui veut dire que vous aviez bien l’intention de les utiliser pour ça. Je ne suis pas fou, vous savez. J’arriverai à en sauver un de votre corruption et vous ne l’aurez pas je peux vous l’assurer.

Oui, oui. Elle ne l’écoutait déjà plus. Elle s’amusait à le voir réagir comme ça, et tacitement, il savait aussi qu’elle ne faisait que l’ennuyer avec le sujet. Ils en restèrent là dans une ambiance taquine.

Pour en revenir à nos moutons. Elle dévisagea ses deux compagnons. Nous allons nous rendre au marché du port. Là, JIn et moi nous ferons une liste de ce dont nous avons besoin pour reconstituer les réserves de nourriture pour la traversée jusqu’aux Pythons Rocheux. Elle se tourna vers l’homme venant de Wano Kuni. Ensuite, nous irons voir la Translinéenne pour payer notre trajet jusqu’à notre destination.

Alors qu’elle expliquait le plan des prochains évènements à ses deux compagnons, l’équipage autour d’eux s’activait. L’Iceberg était déjà arrivé au port et les manœuvres
d’amarrage allaient bon train. On relâcha le cabestan pour faire tomber l’ancre et stopper le navire puis on fit glisser la rampe d’accès pour nouer des cordages aux bites d’amarrages.

Je crois que nous nous sommes tout dit. En avant ! Elle prit appui sur la rampe d’accès et descendit vers les quais de Shabondy. La journée allait être mouvementée.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21190-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21186-
Confortablement assis dans son fauteuil, Jin tenait entre ses mains un livre de cuisine que lui avait conseillé sa capitaine. Depuis qu'il avait rejoint les glaciers et qu'il côtoyait Robina au quotidien, Jin sentait qu'il avait énormément progressé en tant que cuisinier, profitant de l'expertise dans le domaine de la Sanderrienne. Et pas seulement en cuisine. Le grand blond était devenu plus fort, plus sur de lui et avait appris à faire confiance aux autres. Il lui en était reconnaissant, à elle et aussi a tout l'équipage. Il prenait un malin plaisir à vivre des aventures au sein de glaciers même s'il ne le montrait que peu. La dernière en date lui avait permis de s'intégrer un peu plus au sein du groupe. Le séjour sur l'île d'Amazon Lily étant interdit aux hommes, ces derniers étaient restés entre eux le temps que la capitaine fasse ses affaires.

Plongé dans sa lecture, Jin sursauta lorsqu'un jeune mousse fit irruption dans la pièce.

-Monsieur Jin, on vous demande sur le pont
-Qui me demande ? Interrogea t'il
-La capitaine nous demande. Lança un homme qui fit a son tour irruption dans la pièce. Nous devons l'escorter sur la terre ferme.
-Fang. Jin s'inclina pour saluer le samouraï. C'est un honneur d'avoir été choisi pour cette mission a vos côtés.
-Il en va de même pour moi Jin. Fang Shui esquissant un léger sourire en coin. Cela fait plaisir de voir de nouvelles recrues prometteuses comme vous.

Le cuisinier se mit à rougir légèrement devant les compliments du natif du pays de Wa. Les deux hommes s'entendaient bien, notamment grâce à leur amour commun pour les arts martiaux. Bien que l'un soit un adepte de l'art des sabres et l'autre de l'art des poings. Ils s'étaient plusieurs fois adonnés a de longues discussions philosophiques, autour de tasses de thé.

Arrivé sur le pont, accompagné du samouraï, Jin fut stupéfait par la vue de l'archipel. Il n'avait jamais rien vu de tel. Il contemplait le paysage pendant que Robina et Fang Shui se taquinaient. L'archipel était en réalité constitué de gigantesque arbres plongés dans la mer et qui formaient une mangrove. Un spectacle de la nature comme on n'en voyait que sur Grand Line et qui fascinait le jeune homme originaire de South Blue.

Après avoir reçu les indications de Robina concernant la marche a suivre pour la journée, les deux hommes la suivirent lorsqu'elle descendit du navire. Le sol était humide et boueux, pas très agréable a pratiquer, mais Jin était enthousiaste a l'idée de découvrir cet archipel. Le premier arrêt était le marché, de quoi permettre de refaire les stocks de nourriture pour la prochaine traversée. Les marchés étaient vraiment des endroits excitants pour le cuisinier, toujours volontaire pour découvrir de nouveaux ingrédients et de nouvelles saveurs.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24086-fiche-technique-de-jin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24069-presentation-de-jin#253224
Volant à travers la salle commune du Shackey's escroquerie bar, Vezz, le capitaine des Donkey Pirates, s’écrasa violemment contre le mur. Poser des valises dans la fameuse « zone de non droit » était peut être une idée foireuse pour un Corsaire, mais en ce monde, c’est au plus près des crevures que l’on en apprenait le plus. Voilà une semaine que le sablonneux avait rejoint sa flotte et attendait patiemment une certaine arrivée et les pirates faisant halte sur l’archipel avant de s’élancer dans le Nouveau Monde étaient tout sauf ravis de le voir. Vezz se redressa, et armé de ses deux haches, il se mit à charger. Sourire sadique aux lèvres, Reyshu esquiva l’assaut en cisaille et frappa de sa paume de main pour renvoyer son adversaire au tapis. Les hommes de main de l’équipage des Donkey Pirates portèrent la main à leurs propres armes mais Yukino pointa son meitou dans leur direction.


Si j’étais vous j’éviterais… menaça-t-elle en laissant échapper une vague de fraîcheur.

On est pas là pour capturer le menu-fretin. Reste à ta place. lança Reyshu dans un soupir.


Le capitaine des Sandstorm Pirates sirotait tranquillement son verre à quelques tables, ne prêtant pas attention au grabuge causé par Vezz et ses hommes, laissant à ses lieutenants le soin de s’occuper d’eux. Perdu dans ses pensées, il songeait déjà aux étapes qui suivraient l’affrontement à venir. Sans doute retournerait il finir ce qu’il avait commencé sur Kikai no Shima, puis ce serait une halte sur l’île des Hommes Poissons, avant d’enfin s’engager dans le Nouveau Monde. Il avait désormais l’assurance que Rhyza et les Sunsets Pirates qu’il traquaient étaient passés sur la seconde partie de la route de tous les périls. Et c’est aussi la direction qu’il prenait, les choses sérieuses ne tarderaient pas à commencer pour les Sandstorm Pirates. En parlant de choses sérieuses d’ailleurs, son escargophone sonna soudain.


J’écoute. lança-t-il en prenant l’appel.

. shhhhhhh Cest Kutcham shhhhh .. ils sont là .

Vous en êtes surs ?

deux énormes navires le Jolly Roger qui flotte . Shhhhhhhh . Jpeux pas me tromper

Parfait. Ne tentez rien, on arrive. répondit le Corsaire en mettant fin à son appel avec un sourire ravi. C’est l’heure les gars.. on y va.


Le sablonneux se leva et quitta le bar d’un pas lent, ses hommes lui emboîtant le pas. L’appel de Kutcham venait de sonner le début des festivités, les deux immenses navires de la première flotte des Mangemonde étaient en vue et ne tarderaient pas à accoster non loin, probablement pour se préparer à passer dans le Nouveau Monde. Ces brutes étaient des cibles de choix, récemment ralliés à la cause de l’ex-corsaire Leonov Kutroshinsky, ils étaient actuellement en route pour rejoindre leur maître avec à leur bord une précieuse cargaison. En effet, quelques semaines plus tôt, sous les ordres du Glouton, ces barbares étaient parvenus à enlever le prince héritier du Royaume d’Alabasta ainsi que la princesse d’Hinu Town. Faire d’une pierre deux coups, voilà le plan. Éliminer ou capturer les têtes d’affiche pour empocher une part de leur prime et libérer les nobliaux pour éventuellement en tirer une récompense. Le corsaire rejoignit certains de ses lieutenants dans un autre taverne pour un dernier rappel du plan. Une aubaine que ces types aient décidé de mouiller dans la zone de non droit, ainsi les risques de dommages collatéraux étaient minimes. Les navires de l’équipage mouillaient un peu plus loin et attendaient patiemment les ordres.


Messieurs dames.. la cible arrive droit sur nous… On se met en place. Djay’, tu prends la tête à bord de l’Indompté. Pas de grabuge avant qu’on soit sûr que les otages sont saufs.

Reçu.

Rey’, lorsque ces batards auront accosté, toi et les Ailerons Perfides vous assurerez que leurs navires soient incapables d’appareiller et de repartir.

Ça roule cap’ !

Rascus, tu prends quelques gars de confiance et vous irez avec Ned.

Entendu Aze.

N’oubliez pas.. le plus important reste la survie et la sécurité des otages. Une fois hors d’atteinte.. alors on pourra déchaîner les enfers. Tout le monde sait ce qu’il a à faire, alors en avant.


Tous les lieutenants du Sablonneux quittèrent la taverne, tous à l’exception de Ren. Le plan à suivre était plutôt simple, laisser les Mangemonde accoster et leur offrir une diversion qu’ils ne seraient pas prêts d’oublier avec Ren pendant que Ned s’occuperait de grimper discrètement à bord du navire pour délivrer et exfiltrer les prisonniers. Et une fois les nobliaux en lieu sûr, la flotte des Sandstorm Pirates ferait feu de tout bois pour envoyer les navires Mangemonde au fond de la crique. Le capitaine corsaire ramassa deux chopes, les rempli de bière et en posa une sur la table devant son bras droit.


La première flotte des Mangemonde.. j’espère que t’es d’attaque mon pote, parce qu’on risque de morfler. lança le sablonneux avec un sourire.


La rencontre avec ces géants promettait de représenter un certain challenge, l’un des plus gros défis rencontré depuis qu’il avait commencé de remonter la route de tous les périls. Les Mangemonde avaient déjà opposé une solide résistance aux deux pirates sur Water Seven quelques mois plus tôt, mais le sablonneux était plutôt confiant. Il savait que peu importe la difficulté à venir, il pouvait compter sur le soutien de Ren et sur ses aptitudes au combat. Et dans le cas présent, l’affrontement était quasi inévitable. Trinquant avec son second, il vida sa chope en songeant brièvement à ce qui pourrait bien l’attendre une fois lancé dans le Nouveau Monde.
    Tu sais bien que je suis toujours prêt pour la baston. raillais-je d’un sourire narquois en prenant une longue rasade de bière. Enfin, t’as pas tort, ceux qu’on a butés à Water Seven étaient balèzes, et là c’est à la première flotte à laquelle on a affaire. Mieux vaut rester sur nos gardes.

    La bataille qui allait avoir lieu s’annonçait des plus terribles. Les Mangemondes, un nom bien grandiloquent pour des géants mangeurs d’homme. Ils étaient certes réputés pour semer la terreur, mais ils ne connaissaient pas encore ce qu’était la véritable peur. Et nous allions leur montrer.

    Ça faisait longtemps depuis la dernière fois où on a géré une offensive à nous deux, ces grands cons ne savent pas ce qui les attend. ricanais-je en trinquant avec Aze.

    Dans la taverne, tous les regards étaient braqués sur nous. Je reconnaissais quelques petites frappes dont j’avais vu le visage sur des avis de recherche, mais nous n’étions pas là pour les capturer, nous avions de bien plus gros poissons à ferrer. Depuis son accession au titre de corsaire, la réputation d’Aze avait grandie exponentiellement et rares étaient les pirates dans cette partie de Grand Line qui ignoraient son visage ou son nom. Toutefois, après la défaite cuisante des Donkey Pirates quelques minutes plus tôt, aucun n’osait s’approcher de notre table, continuant de nous observer plus ou moins discrètement, la main posée nerveusement sur leurs armes. Une ambiance tendue à laquelle nous nous étions habitués et qui ne nous dérangeait pas le moins du monde. Mon haki perceptif aux aguets, je couvrais tout l’établissement sans encombre et restais attentif au moindre mouvement sans même leur adresser un regard.

    Bien, il est temps de passer à l’action. déclara Aze en finissant son verre d’une traite avant de se lever.

    Je sentis les pirates se tendre soudainement, leurs doigts se crispant sur leurs armes alors que nous passions devant eux avant de sortir de l’établissement. Je pus enfin relâcher mon haki de l’observation tandis que nous prenions la direction du grove où les Mangemondes allaient débarquer.

    Je crois que je me ferais jamais à ce qu’on inspire aux autres pirates.

    La peur?

    On peut dire que t’as bien choisis ton surnom de Corsaire, Monsieur Fear. ricanais-je en lui donnant une tape amicale dans le dos.

    Notre réputation nous précède. Tant mieux, ils se tiendront tranquilles tant qu’ils nous craindront.

    C’est une façon de voir les choses. Mais, y a toujours des pirates qui se surestiment et penseront être à la hauteur d’un corsaire.

    Qu’ils essaient, mais leurs désillusions les perdront.


    Nos pas nous menèrent jusqu’au grove voisin et, déjà, deux ombres imposantes occupaient l’autre extrémité de la mangrove, s’approchant doucement. Sur leurs ponts, des silhouettes massives se mettaient en branle pour amarrer les bâtiments. Le grove en question était principalement désert, seules quelques maisonnettes se trouvaient ici et là sans être assez proches pour être considérés comme un village. C’était l’endroit idéal pour se déchaîner sans trop se soucier des dégâts collatéraux.

    Bien, on s’y met? demandais-je à Aze en affichant un grand sourire narquois, l’excitation qui précède le combat.

    Je déployais mon fluide perceptif dans une zone conique en direction des navires bientôt amarrés. Connaître son ennemi et agir en conséquence. Dans mon esprit, les lumières apparurent les unes après les autres comme des étoiles dans la nuit, représentant la force vitale d’un individu. Tout d’abord des centaines, puis des milliers de lueurs apparurent sous mes yeux clos, me dévoilant les entrailles des deux navires et ceux qui les habitaient. Certaines lumières sortaient du lot, tant par leur taille que leur intensité, trois en particulier.

    Je sens que ça va être encore un joyeux bordel cette histoire. ricanais-je en levant une main devant moi, gantée d’une aura violette. On leur souhaite la bienvenue?

    Un anneau violet de quelques mètres de diamètre apparut alors dans l’air devant le Sablonneux, délimitant une zone d’amplification gravitationnelle filant droit vers les Mangemondes qui débarquaient, et que Aze saurait utiliser à bon escient.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t23776-ft-ren-aoncan
    • https://www.onepiece-requiem.net/t23748-ren-aoncan-aka-mazino
    De nombreux esclaves ainsi qu’un groupe de géants avaient déjà mit pied à terre et Ren semblait impatient d’en découdre. Un imposant anneau violet apparut en l’air et le capitaine corsaire précipita une multitude de gouttes de sable à l’intérieur. Les projectiles furent alors projetés à une vitesse folle en direction des premiers Mangemonde, les éraflant des toutes parts, fauchant les plus gringalets. Ces derniers se stoppèrent sur le coup, et tous les regards se rivèrent sur le duo des Sandstorm Pirates. L’objectif ici était de capter leur attention au maximum afin que le second groupe ait une chance d’extirper les prisonniers en toute discrétion. Et quel meilleur candidat que Ren Aoncan pour jouer le rôle de la diversion.


    Bien bien bien.. les Mangemonde. Y’avait comme une odeur de.. pourriture dans l’air depuis tout à l’heure… Je comprends mieux.


    L’un des géants s’avança alors et pas n’importe quel colosse. Mesurant une vingtaine de mètres, arborant une imposante ceinture en or, le commandant de la première flotte des Mangemonde : Mange Shi Fu en personne. Il observa brièvement les deux hommes qui semblaient vouloir lui faire barrage puis il dégaina une longue lame qu’il pointa droit devant lui.


    Hors de mon chemin gamins… Vous ne sav- commença le seigneur de guerre.

    Amenez-vous ! On est jamais contre un bon gros tas de Berrys facile ! interrompit le sablonneux avec un large sourire.

    Pauvres idiots. Défier les Mangemonde… Vous n’avez aucune chance.

    On connaît la chanson, on s’est déjà occupé de vos potes sur Water Seven. Vous avez entendu mon capitaine ? Amenez-vous.


    Mange Shi Fu fixa alors le capitaine des Sandstorm Pirate en silence, puis il recula de quelques pas et abaissa sa grande lame. Reculait il devant le combat ? Impossible. Il poussa un long soupire et ses hommes se rassemblèrent autour de lui.


    Sichibukai ! Je savais que vos visages m’étaient familiers… Hun hun hun. Une énorme récompense à celui qui me ramène la tête de ces deux enfoirés ! hurla le leader.


    Dans un hurlement collectif, bouchers, bâtonniers et viandards se ruèrent en direction du sablonneux et de son bras droit. Une véritable marée, Ren fit craquer ses phalanges et le corsaire s’avança lentement en direction des Mangemonde. Lançant un regard démoniaque à ses adversaires, il laissa échapper une puissance vague de haki royal, ce qui eut pour effet de balayer les plus faibles et de les envoyer au tapis sans délais. Ainsi, les trois quarts de la première ligne s’écroula, tandis que les géants ne semblaient que faiblement atteints. Générant une importante quantité de sable qu’il fit tournoyer autour de lui, le capitaine des Sandstorm Pirates se tourna vers son acolyte.


    Je crois bien que c’est parti Ren. lança-t-il avec un sourire carnassier.


    Profitant de nouveaux cercles violets créés par les pouvoirs de maudit de l’albinos, le sablonneux créa plusieurs bombes de sable qu’il projeta à vitesse Grand V sur les géants. Les explosions successives eurent pour effet de contenir leur avancée, du moins un court instant, mais les deux pirates se rendirent bien vite compte qu’il en fallait plus que ça pour arrêter ces colosses. Dégainant ses deux lames d’estoc Oto et Kogarashi, le sablonneux se rua alors dans leur direction, tout en usant des pouvoirs de son Logia, afin de créer une tempête de autour de lui. Les hostilités étaient désormais lancées et les premiers géants furent rapidement à portée de lame. Enduisant ces dernières de fluide offensif, il asséna plusieurs frappes meurtrières à des adversaires désemparés et partiellement aveuglé par sable qui se déchaînait tout autour. Mais alors que les premiers adversaires géants encaissaient les assauts du corsaire sans trop parvenir à riposter, il se heurta à un Mange Shi Fu bien décidé à en découdre. Frappant de son imposante lame, il repoussa l’assaillant sans trop de difficulté. Le sablonneux usa de ses pouvoirs pour se faufiler au dessus de ce colosse mais au moment où il s’apprêtait à plonger pour frapper, quelque chose agrippa sa cheville et il eut tout juste le temps de voir à qui appartenait le poignet couleur charbon qui parvenait à contrer son intangibilité.


    Oh mer…


    Mange Shi Fu le tira vers lui pour lui donner un coup de tête détonant, puis il le projeta de toutes ses forces contre le bâtiment le plus proche, lui faisant violemment traverser la cloison. Le leader de la première flotte des Mangemonde, épée en main contempla son œuvre, du haut de ses dix huit mètres, alors que la tempête de sable s’estompait. Impact atténué par son armure de haki, le jeune capitaine des Sandstorm Pirates ramassa ses lames d’estoc et les rengaina. Un tantinet sonné, il aperçu son adversaire à travers le trou béant laissé dans le mur. Créant une nouvelle bombe de sable, il l’envoya alors dans sa direction mais ce dernier saisit une charrette pour intercepter le projectile qui explosa à quelques mètres de lui. Levant son imposant sabre, il l’abattit et projeta une énorme lame d’air qui vint anéantir la toiture du bâtiment, emportant le corsaire dans les décombres. Affronter une telle force de la nature risquait bel et bien de représenter un certain défi.
      N’y a t-il pas plus noble cause que de sauver un être cher ?

      Probablement pas lorsque ce sauvetage conduit à laisser cadavres, sang et poussière sur son sillage. Faire le bien par le mal…la fin justifie les moyens…

      Ou alors, le problème est peut-être mal compris… la frontière entre bien et mal est plus ténue qu’elle ne prétend l’être. Et finalement, la noblesse n’a sûrement pas le moindre sens.


      Quelques minutes plus tôt, avant les premiers coups de canon… Grove 66, Archipel Shabondy…


      - Arrête de t’agiter dans tous les sens tu veux ? S’agaça Lenny en me jetant un regard salé.

      Impossible pour moi de rester en place. Pourtant ce n’était pas faute d’avoir envie de me calmer, mais c’était comme si mes pieds tapaient seuls contre le sol, et que mes mains se serraient machinalement autour des poignées de mes sabres.

      Son visage faisait inlassablement le tour de ma tête et malgré toute la bonne volonté du monde, je ne pouvais l’y arracher. Sans Lenny pour m’interdire de bouger en me fusillant du regard j’aurais sans doute volé avec je ne sais quelles ailes pour aller la tirer de sa cellule.

      Sania Al-Jawhara… Mon amie. Une des rares personnes dont la simple présence suffisait à m’alléger le coeur. Nos derniers échanges remontaient à quelques temps déjà, mais j’avais l’impression qu’une éternité nous séparait. Beaucoup de choses avaient changées…j’avais changé. Mais mon amitié pour elle perdurait, un lien indéfectible, une corde incassable qui nous reliait malgré les années et nos statuts presque opposés.

      Elle avait été mon fil d’Ariane durant toute ma jeunesse, m’empêchant parfois de sombrer mentalement et trop souvent de me jeter tête baissée dans des problèmes qui m’auraient coûté la vie. Je me souvenais de la fois où nous avions dû échapper au commandant de la garde royale pour avoir volé dans les cuisines du palais royal. De la fois où haut comme trois pommes je m’étais frotté aux bandits du désert qui tentaient de l’enlever. De la fois où elle m’avait sauvé des crocs d’un crocodile à Attalia avec une flèche bien placée. Ou encore des fois où nous nous endormions la bave aux lèvres sur les livres de la grande bibliothèque de l’IHAS.

      Des trop nombreuses fois où nous étions amis et où nous vivions sans relâche, avant que le monde ne nous écrase de tout son poids.

      Une autre voix me tira de mes songes et m’empêcha de me lever.

      - Ah vous voilà !
      - Rascus, ça fait dix minutes qu’on t’attend ! Grogna Lenny.
      - Oui bah désolé, le capitaine m’a demande de réunir quelques personnes.
      - Et t’aurais pas pu anticiper franchement ? Je te rappelle qu’on a un rôle primordial à jouer dans c’t’histoire !
      - J’aurais bien aimé te voir à ma place tiens !
      - Si t’es pas capable d’être rapide, je vois pas comment on va réussir cette mission !
      - Elle me pompe déjà l’air…
      - Je t’ai entendu p’tit con !
      - Roh mais tu vas la fer…
      - Ça suffit vous deux, interrompais-je brusquement.

      Je me levai du muret en ruines sur lequel j’étais assis et me retournai vers Rascus en soupirant. Avec étonnement je découvris le petit groupe qui l’accompagnait. Une petite blondinette assez frêle et deux énormes blugoris, les mastodontes des eaux aux ordres de Ren.

      - Nous voilà au complet ! Lança Rascus. Huit au total pour notre infiltration !
      - Huit ?
      - Yo mon pote, ‘faut baisser la tête ! Interpella une petite voix.

      Je m’exécutai sans cacher mon incompréhension et découvris deux minuscules bonhommes, tout juste visible à l’oeil nu. En plissant les yeux, je remarquai qu’ils se ressemblaient comme deux gouttes d’eau, la seule chose qui les distinguait était leur accoutrement. Celui qui avait parlé portait un pantalon trop ample et un marcel blanc tâché, à moitié couvert par d’énormes (toutes proportions gardées) chaînes en or qui pendaient à son cou. L’autre était richement vêtu, un costumes trois pièces élégant et une petite paire de lunettes rondes parfaitement ajustées sur le nez.

      - Laissez-moi faire les présentations, reprit Rascus avec un sourire en coin. Je ne sais pas si vous vous connaissez, mais voici Abi, désigna-t-il en pointant la jeune fille. Les deux blugoris là, c’est Junior et Popeye. Et juste en-dessous, les deux jumeaux tontattas, Rick et Oscar.
      - Bonjour ! Salua Abi d’un geste de la main.
      - Vous pouvez m’appeler Swagito, c’est mon nom de scène, s’exclama Rick.
      - Mais tu n’as jamais fait de scène Rick, rappelle-toi maman ne voulait pas que tu fasses du rap.
      - Roh ferme-la Oscar ! Faites pas attention à lui, il est tout le temps premier degré.

      Lenny les salua en retour en se retenant de rire, tandis que je restai coi à côté d’elle.

      - Donc… c’est ça Rascus ton équipe pour infiltrer le vaisseau de l’équipage d’un Empereur pirate ?
      - Tout à fait.

      Lenny éclata de rire et je m’ébrouai en baissant la tête.

      - Je vais devoir faire équipe avec une teigne, un bras cassé qui saisit pas l’enjeu de la mission, une blondinette de trente kilos, deux gnomes stupides et deux balourds aussi discrets qu’un éléphant dans une taverne… Je crois que je ferai mieux d’aller aider les autres au front.
      - Eh Rascus, il nous fait pas confiance ton pote, j’l’aime pas !
      - Ça alors…il y a des éléphants dans les tavernes ?
      - Je crois que notre ami est plein de préjugés.
      - Carrément. T’façon il a pas le choix que de faire avec nous, il le sait très bien.
      - Hahaha, j’ai hâte ! T’en fais pas pour Popeye et Junior ils sont juste là pour nous conduire à bon port.
      - Grubluglubuglu !
      - Blugurblurgur !
      - Merde, j’aurais du demander à Nina de m’aider pour la traduction.

      Je ne savais pas si je devais rire, pleurer ou me faire harakiri sur le champ. Après un instant de réflexion, je réalisai qu’effectivement, je n’avais pas d’autre choix. Et de toute façon, peu m’importait, avec ou sans eux, j’allais délivrer Sania de ses chaînes.

      - Bon c’est quoi le plan ?
      - Apparemment y a deux navires. On va grimper à bord du navire amiral pendant la diversion des autres, délivrer les nobliaux, et hop, affaire réglée.
      - Ça c’est du plan bien échafaudé !
      - En gros on improvise…
      - Un peu.
      - Soit. Et comment on s’assure qu’ils sont retenus prisonniers dans le navire amiral et pas dans l’autre ?
      - Bah, ça me semble logique.
      - Ça me semble logique.
      - Oui, ça l’est.
      - L’est con lui ou quoi ? C’est hyper logique.
      - Glurbluburglublublu !
      - Bon, si vous le dites.

      Cette opération ressemblait plus à une farce et je commençais à penser qu’il n’y allait pas avoir la moindre demi-mesure.

      - Hé les gars ! Il nous faut un nom d’escouade pour la mission.
      - Pourquoi faire ?
      - L’a raison, dans toutes les meilleures histoires, les équipes elles ont toujours un nom.
      - Moi je propose « Les délivreurs » !
      - Non mais on s’en fout sérieux.
      - Mhhh, ça manque d’originalité. Je préfère… « Team Espoir ».
      - Que pensez-vous de « L’escouade composée de huit membres de l’équipage des Sandstorms Pirates dont l’objectif est de délivrer la princesse d’Hinu Town et le prince d’Alabasta ? »
      - Je crois qu’Oscar n'a pas compris le principe.
      - Putain Oscar fais un effort, un nom d’équipe c’est une métaphore ! ‘Faut que ça sonne à l’oreille ! Moi j’propose « Swagito & Co »
      - Euh, depuis quand t’es le chef ?
      - J’aime bien « Les Contre-la-mort »
      - C’est un poil glauque Abi.
      - Va pour la Team Espoir, abrégeai-je d’un ton agacé. On a autre chose à faire, là tout de suite.

      Nous rejoignîmes la rive sans plus tarder, attendant le signal avec impatience. Mon coeur se mit à battre la chamade en observant au loin les deux gargantuesques galions qui avaient atteint la rive du grove voisin. Après quelques minutes, je vis déferler à l’horizon une onde violacée et un torrent ensablé. Un premier coup de canon retentit et résonna à des kilomètres à la ronde. Puis un deuxième. Et un troisième.

      Les hostilités étaient ouvertes.

      - En piste ! Junior, Popeye, c’est à vous !

      Les deux blugoris se jetèrent à l’eau et nous grimpâmes sur leur dos à tour de rôle. Il s’élancèrent à une vitesse démesurée, fendant les flots sur leur passage. La brise marine fit virevolter mes cheveux et la vitesse secoua mes joues. Je restai agrippé de toutes mes forces au blugori, tandis qu’il perçait la houle à toute allure. Les immenses vaisseaux pirates se rapprochaient inexorablement, et je réalisai lentement à quel point ils étaient démesurés. Le navire amiral était si imposant qu’il fallait presque que je me torde le cou pour voir son drapeau flotter au bout du mât principal. Deux gigantesques crânes sordides se superposaient à l’avant du navire et au premier était fixée une colossale faux dentelée et enflammée qui faisait office de figure de proue. Le reste du bâtiment, composé de quatre étages, était entouré de sortes de côtes squelettiques qui grimpaient de la quille jusqu’au pont.

      Nous arrivions discrètement à l’arrière du vaisseau amiral, masqués par le chaos ambiant provenant de la rive. Abi déploya des cordes de je ne sais où sous mon regard stupéfait et elles s’enroulèrent à la barrière du pont. Rascus esquissa un sourire en voyant ma surprise, puis ordonna à tout le monde de grimper.

      - Merci Junior, Popeye ! Faites attention à vous !
      - Glubruglrurbu !

      Comme des chats, nous escaladions la corde d’Abi lentement. J’arrivai le premier sur le pont du navire et je jetai rapidement mon regard aux alentours pour voir si personne ne nous avait repéré. Les Mangemonde étant occupés à l’avant du pont et sur la rive, nous nous faufilions à l’entrée qui menait aux étages inférieurs.

      - A mon avis, ils sont retenus dans la cale, au plus profond du vaisseau. Team Espoir, allons-y !
      • https://www.onepiece-requiem.net/t22864-ft-ned-mayhem
      • https://www.onepiece-requiem.net/t22846-ned-mayhem
      Voilà quelque temps que l'équipage attendait de l'action. Un projet ambitieux comme Abigaël commence à s'habituer de la part du Grand Corsaire. D'après les plans de cet homme, son équipage sera assez préservé. Tarentule doute, cependant, qu'attaquer le première flotte d'un empereur Pirate finisse sans dégât. Cette attaque est sous couvert d'un sauvetage risqué de personnalités importantes. Quelle aubaine pour l'agent du gouvernement ! Pour une fois, que le Corsaire fait réellement une action pour laquelle son contrat existe. De son côté, la pirate infiltrée accomplit ses tâches quotidiennes en attendant d'être sollicitée. Avec son amie Maya la Fée, elle prend en charge le rafistolage des vêtements, des draps et même des voiles si nécessaire. Autant dire qu'elles n'ont jamais finis et, passent encore leur temps dans une cabine, aménagée pour leurs activités. La tontatta soupire bruyamment, les mains restant attelées à son boulot.

      "J'ai faiiim!
      -Hihi! Moi aussi. Où est notre stock?
      -Oh, c'est vrai. Il doit être quelque part. Hum…
      -Alors, on manque d'organisation ? L'air marin te ramollis, ma chère. Hihi!
      -Rooh! Je ne peux pas tout faire à la fois. Pourquoi tu tiens tant à tous ses fruits?
      -Aiyana veut plus m'en donner gratuitement. Et c'est très important. Tu as bien vu ce que Saori a raconté, non?
      -Quand tu as posé la question sur les dents que certains ont perdus ?
      -Voilà, je tiens à préserver un sourire éclatant. Personne mieux que moi utilise cet outil dévastateur. Hihi!
      -C'est vrai qu'une dent en moins réduit beaucoup son effet. Haha!
      -Dis donc ! Je me suffis à moi-même, je n'ai pas besoin d'une mini-moi.
      -Nanana… Ah! Trouvé.
      -Qu'y a t'il pour le goûter ?
      -Comme si je pouvais connaître le nom de tous les fruits que je ramasse. Ils sont comestibles, c'est déjà ça. Tiens !
      -Merci, d'ailleurs, cela fait bien longtemps que je n'ai pas fait de farces.
      -Oh non! Tu ne vas pas recommencer. Le mousse ne s'en est jamais remis de la dernière.
      -Hihihi! J'y peux rien. Cela m'est tellement satisfaisant de le tourmenter.
      -Ecoute plutôt mon nouveau projet.
      -Un nouveau projet ?
      -Oui, tu sais, j'ai pris contact avec certains collègues des voleurs de slips. Ils sont prêts à me financer si j'arrive à les fournir en culottes hyperélastiques.
      -Déjà en train de monter une affaire pendant tes vacances.
      -Il faut bien, j'ai besoin d'outils pour les costumes que tu me demandes. Je ne risque pas d'avoir des parts de butin car je reste à couvert.
      -Pas si fort. Cela doit rester entre nous.
      -Oui, oui. J'ai compris. Quoiqu'il en soit, j'ai remarqué que certaines se vantaient d'avoir bénéficier de nos services.
      -Hihi ! Ce n'est pas de la haute couture mais pour des gueuses et des délinquantes, l'apprêtement qu'on leur offre suffit à leur orgueil.
      -Cela montre que l'on fait un bon travail ! Que dirais-tu de mesurer nos goûts?
      -A quoi penses-tu ?"


      La jeune blonde finit son premier encas. Happée par la conversation, elle prend un autre fruit. Sa négligence ne lui fait pas réaliser sa forme étrange.

      "Créons des modes! Et celle qui aura le plus de succès, gagne.
      -Ohoh! Et que veux-tu mettre en jeu?
      -Hum… j'y ai pas réfléchi..."

      Abigaël croque dans ce fruit étrange. Le regret ne vient qu'une fois le morceau en bouche. Son expression affiche un dégoût profond avant d'avaler. Elle n'a jamais consumé une chose aussi insipide.

      "Beurk! Maya! On avait dit pas de fruits pourris !
      -Mais j'ai vérifié, ils étaient en bon état la veille.
      -Goûte le, si tu en es capable. Moi, je me refuse à cet immondice.
      -Tiens, il a changé de forme.
      -De forme? Qu'est que tu entends par là ?
      -Bah, il était très exotique d'aspect avant que tu croque dedans…
      -Non, non, non. Cela ne peut pas être vrai."

      Le prix de la négligence frappe l'agent du CP de plein fouet. Avec les détails cités par la Fée, il est très probable qu'Abigaël vient d'ingérer un fruit spécial. Un fruit du démon dont elle ne connaît rien, qui la rend désormais sensible au granit marin et la maudit d'une incapacité de nager. La jeune femme est accablée par cette erreur. Se tenant la tête qu'elle secoue de droite à gauche, elle commence à paniquer.

      "Il doit y avoir une autre explication. Tu es sûr qu'il n'avait pas cette forme ? Je t'en prie, Maya.
      -Euh… je ne comprends pas ce qu'il y a d'aussi grave."

      La petite Fée ne l'a jamais vu dans cet état. D'habitude, tout le temps souriante et à prendre tout à la légère, pourtant, ici, elle ressent bien la colère d'Abigaël monter.

      "Maya! Quel incompétence ! Tu sais que j'aurais pu mourir pour ton erreur! Qu'est ce que je vais devenir, à présent ?!
      -Pardon, pardon… je ne voulais pas…
      -Peut-être que si je me fais vomir, la malédiction s'annulera…"


      La colère est vite remplacée par la tristesse. Les yeux de la blonde s'humidifient. La situation ne fait que de plus en plus perturber le tontatta. Les lamentations de la pirate retentissent dans la pièce.

      "Qu'ai je fait pour mériter un tel sort? La moindre piscine pourra me vaincre. Le moindre énergumène avec du granit pourra m'humilier. C'en est finit de moi…
      -Ne dis pas ça, Abi."


      Les émotions de la Tarentule se calment. Elle reste affalée sur sa table de travail.

      "Tu as raison. De toute manière, je ne peux plus y faire grand chose."

      La détresse de Maya est totale. N'ayant rien compris à cet événement, elle comprend encore moins sa résolution.

      "Et puis, je ne sais même pas de quel pouvoir j'ai pu hérité. Tout espoir n'est pas perdu.
      -Un pouvoir?
      -Voyons, tu viens de quel monde pour ne pas connaître les fruits du démon ?
      -Oh, c'est donc ça. J'en avais jamais vu avant.
      -Bon, cela m'a coupé l'appétit. Je ne perçoit aucune nouvelle sensation, pourtant…"


      Soudain, quelqu'un pénètre dans cette cabine remplie de tissus et de vêtements. Rascus, l'ange déchu, semble très pressé.

      "Abi, c'est notre moment dépêche !
      -Comment ? Tu n'avais pas quelqu'un d'autre en tête.
      -Qui t'a dit ça ? Allez, grouille, le Capitaine va bientôt lancer la diversion.
      -Oh oh! On va pouvoir s'amuser… ou mourir. Hihi! "


      En voilà une autre surprise, l'agent va devoir accompagner le groupe de sauvetage. Un choix astucieux de la part de l'ingénieur, mais elle a pourtant essayé de cacher ses compétences en infiltration. Ces farces l'ont certainement grillés sur ce coup.

      Suivant Rascus, elle fait la connaissance de la petite équipe. La Team Espoir, un nom décidé sur le moment. Ses compétences se relèvent utiles pour ces camarades. Déjà sur le navire amiral, profitant de la diversion, les infiltrés se faufilent en logeant les angles. Cette immense navire fait sentir Abigaël comme une petite araignée. Le groupe pénètre rapidement dans les cales du navire.

      "Déjà que j'suis pas bien grand, là, j'ai la sensation d'être un grain de poussière.
      -Grain de poussière ou pas, Swagito est dans la place.
      -On va pas rester planter là. On est pressé, je le rappelle.
      -De toute évidence, il faut aller plus profond, les gars. Restons discrets.
      -Vous sentez pas un truc…
      -Comme du sang. Regarde tes pieds, il y en a plein de gouttes séchées.
      -Au moins, il économise en peinture. Hihi!"

      Le petite équipe progresse dans ce gigantesque espace. Malgré sa touche d'humour, l'agent Tarentule semble pour une fois extrêmement concentré dans cette mission. Le pas silencieux mais vif, elle se retrouve naturellement en tête de fil. C'est son métier après tout. Dans ce lieu, il fait assez chaud. Le bruit de casseroles bouillonnantes augmente en intensité. Et la légère odeur de cuisson ne laisse pas planer le doute sur la fonction de ce lieu. Du sang ruisselle soudain au-dessus de leur tête, manquant de toucher Lenny et Rascus. Levant les yeux, ils prennent conscience que le meuble qu'il longe est un plan de découpe fraîchement utilisé.

      "C'est glauque.
      -Chut! On se grouille. "

      Cherchant une ouverture vers le niveau inférieur, le groupe se risque à se mettre à découvert. Rascus chuchote en pointant du doigt une direction.

      "Là-bas."

      Abigaël prend la tête. Dans la précipitation, les tontattas peinent à suivre. Mais, brusquement, un gigantesque hachoir sanglant coupe net la route de la blonde, manquant de peu de sectionner ses orteils. Les yeux du groupe fusillent instantanément l'attaquant. Ce géant leur fait obstacle en affûtant d'autres lames, le pas lourd et le rire gras.

      "Tiens, tiens, tiens. Voilà les amuse-bouches! Ahaha!"

      Ayant manqué de peu la mort, Tarentule est prise de quelques frissons en voyant le grand tablier tâché de sang et le sourire hideux de leur adversaire. Sa tête se tourne vers Rascus, pour obtenir des directives. Mais, ne laissant aucune seconde aux intrus, le géant cuisinier se met à les charger, le regard vorace.

      "On court !"
      • https://www.onepiece-requiem.net/t25230-la-garde-robe-de-l-agent
      • https://www.onepiece-requiem.net/t25213-l-agent-tarentule#262699
      Les Glaciers se trouvaient sur le marché de l’archipel de Shabondy. Occupée par ses achats et tous les préparatifs, Robina n’avait pas fait attention à l’arrivée du navire géant plus loin dans les groves plus sauvages. Pourtant, tout autour d’elle, la foule bruissait de murmures, l’agitation gonflait alors que les habitants discutaient. Shui fronça les sourcils en regardant ceux qui se trouvaient autour de lui. Il n’avait déjà pas l’air commode normalement, mais ici, il semblait presque hostile. Il se tourna vers la cuisinière alors qu’elle était en train de discuter avec le fournisseur du port.

      Voici un bon pour prouver que vous avez bien commandé à notre comptoir. Il tendit une feuille listant toutes les matières premières que venait de commander la chasseresse de primes. La livraison sera faite d’ici la fin de la journée, nous suivrons vos indications et vous livrerons au quai trente-deux, l’Iceberg.

      C’est bien cela. La Sanderrienne vérifia le bon de commande, ne voyant rien à ajouter, elle enfourna le morceau de papier dans sa poche. Bonne journée.

      Bonne journée à vous aussi, mademoiselle. L’homme s’inclina devant sa cliente et les deux hommes qui l’accompagnaient. J'espère que votre voyage se passera sans encombre.

      J’en suis certaine. Elle se retourna vers le centre de la mangrove. Il nous reste maintenant notre billet pour la Translinéenne et retourné aux Pythons Rocheux, messieurs. En route pour trouver leur comptoir sur cette île pour le moins étrange.

      Des bulles de revêtement s’envolaient un peu partout autour d’eux. La résine remplie d’air s’envolait lentement avant d’éclater plusieurs dizaines de mètres au-dessus du sol dans le silence. Voyant que la jeune femme aux longs cheveux blancs n’était plus occupée, le samouraï de Wano Kuni se rapprocha.

      Mademoiselle Erwolf. Il se pencha pour qu’elle l’entende mieux malgré le vacarme ambiant. J’ai pu entendre des informations inquiétantes pendant que vous étiez en train de refaire les réserves du galion.

      Lesquelles ? Les cheveux de Robina volèrent alors qu’elle se retournait rapidement vers son navigateur. Et ne vous penchez pas vers moi comme si j’étais une enfant, je déteste ça ! Elle rapprocha sa main gauche du visage de Fang qui recula.

      Pardon, je ne voulais pas que vous vous sentiez insultée. L’homme d’armes se remit bien droit en ajustant son sabre à sa ceinture.Des rumeurs dans la foule parlent d’un navire pirate qui serait arrivé il y a peu de temps.

      Et alors ? La cuisinière haussa des épaules. Nous ne sommes pas là pour nous battre, mais pour revenir sur nos pas, si pour une fois nous pouvions éviter les ennuis, je serais bien contente.

      C’est vrai, nous avons eu un voyage pour le moins mouvementé jusqu’ici. Il reprit une expression froide et sérieuse en regardant droit devant lui. Toutefois ses phalanges devinrent blanches en serrant la poignée de son sabre. Je dois cependant vous informer que ce sont les Mangemondes d’après ce que j’ai pu entendre.

      Les mangemondes ? La chasseresse de primes se prit le menton alors qu’elle était en train de réfléchir tout en marchant. Heureusement pour elle, l’air patibulaire de son garde du corps faisait s’écarter les passants du passage de la Sanderrienne. Le nom me dit quelque chose, mais je n’arrive pas à remettre la main dessus.

      Si je peux intervenir. Jin était légèrement derrière, il écoutait discrètement la conversation entre sa capitaine et son ami. En voyant que la commandante des Glaciers n’y voyait aucune objection, il continua. Je crois les avoir vus dans le journal il y a de cela quelques semaines. Des hommes de Gluttony, l’ancien corsaire. Un équipage de géant mangeur d’hommes.

      La jeune femme aux longs cheveux blancs se retourna en entendant les explications de son second de cuisine. Le nom de Gluttony n’était pas anodin pour elle, une des défaites qu’elle avait connue de son vivant. Mais la première qui avait été aussi cuisante pour son ego ainsi que le fait que la pirate s’était échappée. Depuis, Robina s’était juré de rendre la monnaie de sa pièce à cet ancien corsaire, l’occasion venait de se présenter.

      Je ne suis pas sûre. La cuisinière hésitait, elle ne voulait pas mêler les hommes avec elle à sa vendetta personnelle. S’il n’y avait eu qu’elle, elle aurait foncé sans hésitations, mais elle devait penser aux autres.Nous verrons plus tard, occupons nous d’abord de la Translinéenne. Elle reviendrait plus tard pour s’occuper de l’équipage des Mangemondes elle-même, sans mettre ses hommes en danger.

      Vous savez, capitaine... Nous aussi nous avons un compte à régler avec l’ancien corsaire. Fang posa sa main un instant sur l’épaule de sa supérieure. Nous n’avons toujours pas digéré ce qu’ils ont fait au quartier-maître Lanch. Je ne l’apprécie pas forcément, mais c’est un homme juste, il ne méritait pas de passer à deux doigts de la mort.

      L’ancien sergent Lanch et le samouraï Fang Shui étaient comme chien et chat, c’était de notoriété publique chez les Glaciers. Mais un respect mutuel existait entre les deux hommes. Chacun faisait son travail comme un mécanisme bien huilé et même s’ils avaient du mal avec leurs deux personnalités : ils ne pouvaient pas être aveugles aux efforts de l’autre. La chasseresse de primes plongea ses yeux jaunes dans ceux marron du navigateur. Elle y lut la détermination d’un homme prêt à prendre sa revanche. Elle souffla.

      Très bien, je capitule. Elle leva les mains en l’air pour montrer qu’elle acceptait Fang de venir avec elle. Elle se tourna vers son second. Jin, retournez au navire, prévenez monsieur Lanch de notre changement de plan.

      Je ne vous laisserais pas y aller juste vous deux. Il leva son bras devant lui, montrant son poing. Moi aussi j’ai bien l’intention de montrer à cet ancien corsaire qu’il ne restera pas impuni.

      Jin… la capitaine souffla pour tenter de gagner du temps. Vous ne devriez pas vous mettre en danger.

      Moi aussi j’étais à Bulgemore, je me suis aussi battu contre ces pirates lobotomisés. J'ai aussi été contre eux à Zaun ! Moi aussi j’ai perdu des amis je veux leur rendre justice.

      Bon, je suppose que je ne vais pas réussir à vous faire entendre raison tous les deux. Elle regarder les deux hommes à ses côtés et baissa les bras. Vous avez gagné, vous pouvez venir avec moi. Fang, vu que vous semblez être celui qui en sait le plus sur les mangemondes, je vous laisse ouvrir la marche.

      Le navigateur des Glaciers ouvrit la voie, le groupe s’arrêta quelques fois pour récupérer des informations. Mais un navire géant rempli de cannibales ne passait pas inaperçu, il fallut à peine trente minutes au groupe pour trouver ce qu’ils cherchaient. Un combat s’était déjà engagé entre les géants et d’autres personnes.

      Nous arrivons au pire moment j’ai l’impression. Robina était penchée sur le côté pour voir ce qui se passait discrètement. Nous devrions peut-être leur laisser le champ libre, après tout, nous ne sommes que trois et ils sont des dizaines de chaque côté.

      Ça ne vous a jamais arrêté avant, capitaine. Le samouraï positionna son sabre à sa ceinture pour ne pas être gêné. Moi, en tout cas, je compte bien me venger. Il ne rajouta rien et s'élança vers la mêlée.

      Fang ! Elle tenta bien de le stopper, mais il était déjà trop loin, ou alors elle devait elle aussi se mettre à découvert. Bougre de crétin d’âne bâté, je vais te le faire payer ça mon salaud. La corvée de plonge va être pour toi pendant quelques semaines. Elle se tourna vers le deuxième cuisinier du galion. On y va, il ne va faire qu’une jolie cible tout seul et il va se faire prendre entre deux feux.

      Bien capitaine ! Jin se mit à courir en direction de son ami. Il n’avait attendu que ça depuis qu’ils se trouvaient sur place, enfin, de l’action.

      Pour la capitaine, il était l’heure de mettre à l’épreuve HInode Tasogare. Elle dégaina les sabres jumeaux et suivit le mouvement. Leur approche fut plus ou moins discrète, avec les combats qui faisaient rage, peu avaient vu les trois humains courir. Toutefois, l’un d’eux n’en avait pas perdu une miette.

      En voilà des tout beaux ! La lourde langue du chef cuisinier de la première flotte des Mangemondes passa sur ses lèvres. Je sens qu’il va y avoir un bon ragoût pour ce soir. Attrapant son énorme fléau se finissant par un crochet de boucher, il fit un pas pour se rapprocher, personne ne les avait vus, ils étaient rien qu’à lui. Il ne put pas empêcher de laisser échapper un rire gras.

      Voyant le boucher se rapprocher, les trois lilliputiens se dispersèrent. Ils faisaient des cibles trop faciles. Le crochet s’envola dans les airs, frappant là où se trouvait Robina. Dans la fureur glacée de la vengeance, la jeune femme ne tenta pas s’esquiver, elle allait montrer qui elle était vraiment. Elle frappa de ses deux armes et fit dévier la course de l’arme qui s’écrasa dans le sol à quelques mètres d’elle. Si elle s’était pris cette attaque, elle aurait fini en pulpe sanglante, elle ne devait pas sous-estimer son adversaire.
      • https://www.onepiece-requiem.net/t21190-
      • https://www.onepiece-requiem.net/t21186-
      Les allées du marché de Shabondy s’étendaient à des centaines de lieues à la ronde. Il y avait des étals à ne plus savoir quoi en faire et Jin ne savait plus où de donner de la tête. Il n’avait jamais rien vu de tel, le marché était à l’image de l’île elle même. Le membre des Glaciers suivaient ses deux aînés en restant légèrement en retrait afin de surveiller les arrières du trio. Depuis quelques minutes la foule s’agitait suite à l’apparition d’un énorme navire pirate dans un des groves aux alentours. Le samouraï semblait nerveux et fit part de son inquiétude à sa capitaine. D’après les commérages qu’il avait pu intercepter, les pirates en question étaient les Mangemondes. La première flotte des Mangemondes pour être exact. Ces forbans étaient de terribles créatures géantes mangeuses d’Hommes au service de celui que l’on appelait toujours Glutonny malgré sa trahison envers le Gouvernement Mondial pour lequel il agissait en tant que Grand Corsaire. Lorsque Jin entendit le navigateur prononcer le nom des Mangemondes, son sang ne fit qu’un tour. Il bouillonnait de rage. Glutonny avait failli lui oter sa vie par deux fois. Ou plutôt ses hommes. La première fois sur Zaun face aux soldats morts-vivants où le cuisinier avait échappé de peu à la mort face à l’homme-requin-zombie, la deuxième sur Bulgemore. Et il avait vu beaucoup de ses camarades mourir.

      Jin était bien plus faible que ses deux acolytes, et il le savait. Il n’était pas de taille contre les Mangemondes et ça aussi il le savait. Mais il était hors de question pour lui de se défiler et de les laisser s’en sortir alors quand Robina et Fang Shui décidèrent de se rendre sur les lieux où les pirates avaient amarrés, le Karatéka ne put s’empêcher d’insister auprès de la jeune femme pour qu’elle accepte qu’il les accompagne. Malgré sa réticence à amener son second de cuisine sur le champ de bataille, elle fini par céder. Cela démontrait la confiance qu'elle avait en son équipier, autrement elle n'aurait pas accepté qu'il les accompagne peu importe a quel point Jin aurait été blessé dans sa fierté.

      Les trois gaillards étaient arrivés sur les lieux où se battaient géants et humains. Visiblement un autre groupe avait engagé le combat. Cela ressemblait à une rixe entre deux équipages pirates. Robina avait adopté une attitude prudente, préférant observer la scène. Jin était impressionné par les géants, ceux qui avaient mis le pied a terre dégageaient une telle aura de puissance que le cuisinier pouvait les ressentir de la où il se trouvait.

      Nous arrivons au pire moment j’ai l’impression. Robina était penchée sur le côté pour voir ce qui se passait discrètement. Nous devrions peut-être leur laisser le champ libre, après tout, nous ne sommes que trois et ils sont des dizaines de chaque côté.

      Jin était du même avis que sa capitaine. Il ne servait à rien de se jeter dans la mêlée, ils risquaient de se retrouver entre deux feux et en infériorité numérique. Mais Fang ne l’entendait pas de cette oreille. Le guerrier du pays des Wa fonça sur le champ de bataille. Ses deux acolytes se mirent à sa poursuite, le pauvre ne pourrait rien faire seul contre tout ces ennemis. Bien qu’à trois ils n’étaient pas plus avancés.
      S’ils pensaient être discrets et pouvoir se faufiler, ils déchantèrent rapidement. L’un des Mangemonde remarqua leur présence mais plutôt que d’alerter le reste de son équipage, il semblait vouloir garder les trois adversaires pour lui seul. D’un geste de la tête, la jeune femme fit comprendre à ses deux compères qu’il fallait mieux se disperser.

      Le Boucher se mit à attaquer la Sanderrienne, Jin en profita pour se faufiler dans l’angle mort du champ de vision du géant. Arrivé à portée du monstre anthropophage, le cuisinier des Glaciers fut pris d'un violent haut le coeur. Une odeur de pourriture parfumait l'air, un mélange de viande avariée et de fromage, qui le stoppa net dans sa course.

      Jin ! Ne restez pas planté là ! Hurla le samouraï.

      Jusqu'ici les deux compagnons avaient échappés a la vigilance du boucher, occupé à un bras de fer avec Robina mais Fang Shui ne manqua pas de l'interpeller et le géant se retourna vers le blond. D'un mouvement de la jambe d'une souplesse étonnante, il frappa le jeune homme et l'envoya voler sur quelques mètres. Le coup était plus impressionnant que violent mais Jin resta sonné quelques instants au sol.

      Un gringalet comme toi ne doit pas avoir beaucoup de goût ! S'amusa le Mangemonde
      • https://www.onepiece-requiem.net/t24086-fiche-technique-de-jin
      • https://www.onepiece-requiem.net/t24069-presentation-de-jin#253224
      S'écrasant une nouvelle fois contre un bâtiment, le sablonneux se recouvrit de son armure de fluide offensif pour tenter d'amortir le choc. Passant au travers du mur, il roula dans la poussière et fut stoppé par un imposant bar en bois. Impossible de gérer ces monstres par la manière douce, mais l'avantage de les coincer ici dans la zone de non droit, c'est qui ni Ren ni lui même n'auraient à retenir leurs coups. Il se leva douloureusement et saisit une bouteille de rhum qui trainait sur le comptoir avant de ressortir du bâtiment par le trou qu'il avait crée façon boulet de canon. Son second était d'ailleurs manifestement passé à l'action et les esclaves Mangemonde volaient en tous sens, mais bientôt, il ne resterait que la problématique principale : les géants. Le capitaine corsaire déboucha la bouteille avec les dents et bu une bonne gorgée de courage avant d'afficher un large sourire. Il le savait, tant qu'ils capteraient l'attention du plus gros des troupes ici, alors le groupe de Ned verrait ses chances d'opérer sans crainte décuplées. Mange Shi Fu se trouvait à une bonne vingtaine de mètres, il se mit à courir, son énorme sabre trainant derrière lui sur le sol, se dirigeant droit sur Ren et le sablonneux décida de passer à la contre-attaque. Fondant sur l'un des géants sous fifres, il créa un énorme poing de sable compact et le frappa avec force pour le projeter contre son boss et le stopper dans sa course folle. Malheureusement, le commandant de la première flotte des Mangemonde se redressa bien vite et cogna le sablonneux de plein fouet, de son énorme poing couleur charbon. Cette fois encore, le jeune pirate vola et s'écrasa lourdement sur le sol.


      Misérables insectes ! Je vais m'occuper de vous.. personnellement.


      Mange Shi Fu abattit son sabre pour projeter deux nouvelles lames d'air surpuissantes, que le sablonneux eut du mal à esquiver, roulant dans la poussière avant de se relever d'un bond. Court instant de répit permit par un assaut de Ren qui s'en prit directement au commandant de la première flotte de ces bouchers. Faisant volte face, le capitaine corsaire remarqua alors un autre géant qui agitait une sorte de fléau géant autour de lui. Une aura d'une rare violence émanait de lui et sans surprise il frappa sans attendre. N'ayant pas le temps de réagir puisque surpris, le jeune homme du se résoudre à encaisser ce nouvel assaut, créant une masse de sable compacte entre son adversaire et lui. L'impact brisa cette masse difforme et le projeta en arrière avec violence. Au sol, il se releva tant bien que mal et remarqua la présence d'un autre gaillard étalé à côté de lui. Un jeune homme qui ne semblait pas faire parti de toute la clique d'esclave qu'avaient débarqué les Mangemonde. Un visage familier mais impossible de se souvenir d’où il aurait bien pu le croiser. Un nouvel assaut confirma alors cette impression, puisque le géant abattit son fléau avec hargne sur les deux hommes en hurlant un banal "vous allez crever". Un flash soudain lui rappela dans quelles circonstances il avait croisé le jeune homme. Le royaume d’Alabasta, quelques mois auparavant dans le plan foireux d’Harisson Johnson. Dans un geste qui tenait plus du réflexe que de l'acte réfléchit, le sablonneux agrippa le col du blondinet qui semblait dans les vapes et usa de ses pouvoirs de maudit pour se dérober au nouvel assaut. Désormais positionné sur le flanc du géant, il lâcha l'homme et tira une salve de balles de sable durcit. Mais si les projectiles semblèrent faire mouche, ces derniers traversèrent alors le corps du glouton sans lui faire de dommages apparent. Le capitaine des Sandstorm Pirates resta stupéfait un bref instant, probablement s'agissait il d'un utilisateur de fruit. Le géant ria aux éclats avant de préparer une nouvelle frappe qui serait sans doute tout aussi dévastatrice que la précédente.


      Le monde est petit… Remues-toi blondin... Sinon tu vas y passer. grogna le sablonneux avec un sourire nerveux tout en aidant le jeune homme à se remettre sur pied.


      La nouvelle frappe ne se fit pas attendre mais elle fut interrompue par l'intervention de deux autres gaillards. Une jeune femme aux cheveux bleus bondit et trancha les tendons du colosse pour le faire chuter et un samurai déchaina une attaque tournoyante pour sectionner net les deux bras de l'Équarrisseur. Le fléau d'arme tomba alors lourdement sur son propre crâne et il en tomba à la renverse. Dead End ! Voilà l'endroit ou il avait croisé cette jeune femme. Elle était présente lors de l'attaque du convoi par les hommes de Kutroshinsky et il n'était pas très difficile de déterminer de quel côté elle se rangeait.


      Des chasseurs de prime hein ?

      Capitaine, ce type c'est un Shichibukai. lança le samurai à la jeune femme.

      Je le sais... répondit Robina sans quitter le sablonneux des yeux.

      Les bras du géant se mirent alors à "repousser" et une odeur nauséabonde émana du géant qui se relevait lentement mais surement. En quelques secondes, il fut remit sur pied, ramassa son fléau d'arme et se mit à rire à gorge déployée. Le capitaine corsaire porta alors la main à la poignée de Griffon mais Robina l'interrompit.

      Non. Celui-ci est à nous.

      Dans son regard brillait une telle détermination qu'il aurait été difficile de la contredire. Ce géant avait attaqué l'un de ses camarades, raison sans doute suffisante pour la motiver à l'éliminer. Le sablonneux laissa échapper un rictus en fixant l'Équarrisseur, puis il lâcha la poignée de son meitou avant d'hocher la tête en direction de Robina.

      J'ai toujours un peu de mal à partager un beau sac de berrys.. mais soit. Il est à toi.


      Même si l'élimination de ces brutes représentait la promesse d'une jolie récompense, il fallait rester vigilant. Les Mangemonde étaient réputés pour leur cruauté mais aussi pour leur force et jusqu'à maintenant, le sablonneux n'avait pas été fichu de leur porter le moindre coup significatif. Il se tourna alors en direction de Mange Shi Fu qui était aux prises avec Ren et se changea en un nuage de sable volatil pour se dépêcher d'aller lui prêter main forte. Se re-materialisant, il créa un nouveau poing de sable compact et l’abattit sur la tête de son adversaire. Cet assaut n'eut pas l'effet escompté, mais il suffit à le faire chuter et ainsi à l'interrompre, laissant à Ren l'occasion de souffler un peu. Le commandant de la première flotte des Mangemonde se releva alors rapidement, puis il dressa son énorme sabre en l'air avant de l'abattre en hurlant de faire feu. Des tirs provinrent alors du navire le plus proche, précipitant une multitude de projectiles qui s'écrasèrent tout autour des deux pirates dans un brouhaha monstrueux. Ren usa alors de ses pouvoirs de maudit pour en renvoyer certains vers l'envoyeur, endommageant le navire et frappant de plein fouet un Mange Shi Fu déstabilisé. Lorsque la canonnade cessa, le capitaine des Sandstorm Pirates se tourna vers son acolyte.


      Bien bien bien.. passons aux choses sérieuses Ren...

      C'est pas trop tôt ! se réjouit le pugiliste avec le sourire.


      Créant une grande quantité de sable autour d'eux, le sablonneux se prépara à un assaut frontal, appuyé par les capacités de Ren. Pas question de retenir ses coups ici, les deux hommes allaient pouvoir déchainer leurs pouvoirs et compétences sans se soucier des conséquences. Tous deux le savaient pertinemment, afin que leur diversion fonctionne et soit suffisante pour permettre aux autres d'exfiltrer les otages, il fallait qu'elle soit.. spectaculaire.
        Les premières minutes de la bataille furent d’une violence sans nom. À deux face à plusieurs centaines qui se transformaient en millier à mesure que les géants et leurs esclaves humains descendaient des navires pour se jeter dans la bataille. Une bonne distance nous séparait des Mangemondes et l’alliance de nos pouvoirs de maudits parvenaient à combler cet espace, écrasant les premières lignes qui hurlaient en nous fonçant dessus.

        Toutefois, leur nombre important ne décroissait pas et rapidement ils furent sur nous. Les géants, plus rapides que je ne l’aurais cru, furent les premiers arrivés. Des armes plus grandes que ma personne vinrent s’écraser de tous côtés. M’aidant toujours de mon fluide perceptif, leurs mouvements me semblaient incroyablement lents et j’esquivais les premiers assauts sans peine, jaugeant leurs forces et faiblesses. Cependant, je n’avais pas le temps de les étudier, leurs forces humaines arrivaient enfin en renfort. J’avais du mal à comprendre ce qui les poussait à suivre ces géants mangeurs d’hommes, mais en croisant le regard de l’un d’entre eux j’aperçus la terreur qui l’habitait. Hypnotisés par la peur et le désespoir, ils avaient été dépossédés de tout et n’avaient plus grand-chose d’humain. Vêtus de guenilles et d’armes émoussées, ils n’étaient que de la chair à canon dont les cadavres ne feraient qu’approvisionner leur garde-manger.

        Déchaînant toute la violence dont je pouvais faire preuve, je m’élançais dans les airs grâce à des mouvements acrobatiques, bondissant sur la tête d’un géant. Je les avais laissés s’amasser tout autour de moi, bien décidé à les écraser efficacement. À une vingtaine de mètres dans les airs, hors de portée des géants les plus grands, je levais un poing ganté d’une aura violine que j’abattais en direction du sol. Un couloir gravitationnel s’ensuivit, guidé par mon poing et avec une telle force que le sol s’affaissa sous les pieds des Mangemondes. Eux-mêmes se retrouvèrent violemment attirés par celui-ci, les humains tombants à plat ventre pour les plus chanceux, et broyés pour les plus malchanceux. Pour les quelques géants qui se trouvaient là, ils purent sentir toute leur masse multipliée les assaillir. Le bruit de leurs os qui se brisaient alors qu’ils tombaient au sol résonna dans le grove comme une sinistre annonce de ce qui les attendait tous.

        Je retombais au milieu d’un cratère, entouré de cadavres désarticulés et écrasés, quelques survivants agonisaient ici et là sans pouvoir se relever. Autour du cratère, les Mangemondes s’amoncelaient, s’arrêtant un instant en observant la scène, faisant jaillir le doute dans leur esprit. D’un pas déterminé, je remontais une partie inclinée du cratère afin de continuer le massacre. Les humains, tremblants, reculaient alors que les géants débarquaient derrière eux, grognants pour leur intimer de rester.

        Battez-vous bandes de lâches !  tonna l’un d’eux, levant son hachoir géant pour l’écraser derrière leurs esclaves humains, raclant le sol pour les pousser dans ma direction. C’est là toute votre valeur, misérables humains, vous battre pour nous ou finir dans notre assiette, ce sont là vos seules options!

        Un rocher fila à toute vitesse en sifflant un instant avant de pulvériser la tête du géant dans une pluie de sang. L’attaque fut si vive que son corps resta quelques secondes debout, supporté par son hachoir, puis il s’effondra sur une dizaine d’humains qui n’avaient pas eus le réflexe de s’écarter.

        Jamais vous fermez vos gueules? grommelais-je en sortant du cratère, attrapant deux hommes à la tête pour les écraser l’un contre l’autre. Vos seules options ? Quelle blague...Non, vos seules options sont fuir ou mourir, ne vous détrompez pas.

        Sur ces mots, je tendis mes doigts vers un géant, comme si j’attrapais sa gorge à distance. Les pouvoirs du fruit de la gravité se manifestèrent à nouveau sous la forme d’une aura recouvrant ma main. Je baissais soudainement mon bras alors que la gravité augmentait drastiquement autour du géant, l’envoyant s’écraser puis racler le sol sur une dizaine de mètres en envoyant valser ses alliés sur son passage. Mais, même devant une telle démonstration de puissance, les Mangemondes ne reculèrent pas et repartirent à l’assaut.

        Mes mains se recouvrirent alors d’un noir brillant, remontant jusqu’à mes épaules et le même phénomène s’opéra sur mes jambes jusqu’aux genoux. Fin prêt pour l’action, l’échauffement à présent terminé, le vrai combat pouvait commencer. La marée mangemonde fondit alors sur moi, les balles et boulets de canon pleuvant dans ma direction et s’écrasant tout autour alors que j’esquivais habilement ce qui pouvait l’être, encaissant le reste grâce aux parties de mon corps renforcées par le haki. D’un coup de pied, je renvoyais un boulet en direction du géant et de son canon à main, lui faisant goûter à sa propre médecine. Œil pour œil, boulet dans ta gueule.

        Enfin vinrent les sabres, tintant contre mes poings et mes coups de pieds, me taillant un passage au milieu de la mêlée. Sans se soucier des mangemondes humains qui m’entouraient, un géant étendit l’ombre de son marteau au-dessus de ma tête. Il l’écrasa puissamment alors que je levais les mains pour en bloquer la tête immense, le choc se réverbérant dans tous mes muscles comme un gong lors de l’impact. Toutefois les humains autour de moi, loin d’être reconnaissants de leur avoir sauvé la peau, me frappèrent de leurs armes de mauvaise facture, lacérant mon torse et mon dos avant que je ne les recouvre de haki. Grommelant sous la douleur, je bondis en arrière pour me défaire de la tête du marteau qui s’écrasa sur les malheureux humains restés là.

        Un doigt violet pointé sur le responsable, je le levais vers le ciel alors qu’un couloir gravitationnel ascendant entourait le géant. Ses pieds quittèrent le sol, le laissant désarmé à se débattre inutilement alors qu’il montait de plus en plus haut comme un ballon lâché par son propriétaire. Une fois qu’il eut atteint les cinquante mètres de haut, la gravité revint à la normale et il s’écrasa sur ses propres camarades dans une explosion macabre.

        Cependant, mon attention détournée par mon petit tour de magie, le chef de la première flotte des Mangemondes en profita pour me foncer dessus, bien décidé à me trancher en deux à l’aide de son sabre. C’était sans compter sur l’intervention d’Azerios qui perturba Mange Shi-Fu pile au bon moment, s’attirant toute son attention. Il n’était pas le chef de la première flotte pour rien, déchaînant une puissance incroyable pour repousser le sablonneux. Toutefois, toujours aux prises avec des dizaines d’humains mangemondes que je balayais à grands renforts de coups de pieds et de poings, je ne pouvais venir en aide à mon capitaine dans l’immédiat.

        Bougez-vous de là, laissez moi défoncer la gueule de votre chef! m’énervais-je en redoublant d’effort pour envoyer valser mes innombrables adversaires qui s’amassaient autour de moi comme une fourmilière furieuse. Toutefois, manquant de patience, je finis par lever ma jambe à la verticale, mon pied brillant d’une lueur violette. Que les asticots retournent à la terre! m’exclamais-je avant d’abattre mon pied devant moi.

        Dans le même temps, toute la zone sur vingt mètres de diamètres autour de moi fut subitement influencée par mon pouvoir, accentuant drastiquement la gravité naturelle. Mon pied percuta le sol en le brisant, l’enfonçant légèrement dans mon périmètre immédiat en déstabilisant toute personne présente et la gravité fit le reste. Le sol continua de s’enfoncer en emportant violemment mes adversaires dans sa chute, me laissant à nouveau au milieu d’un mini-no-man’s land.

        Bien, je préfère ça.

        Je m’élançais sur Mange Shi Fu qui se concentrait à attaquer le sablonneux, bondissant dans son dos pour le frapper violemment de mon poing couleur charbon. Le géant tituba en avant, s’arrêtant en posant un genou au sol dans un geste que je pris pour de la faiblesse. D’un coup d’œil à Aze, je remarquais l’apparition d’un nouveau géant, à l’aide de l’empathie je décelais immédiatement en lui une force assez proche du chef de la première flotte des mangemondes. Un nouvel ennemi de poids, mais c’était pour le mieux. Le moins de forces se trouveraient sur leurs navires et le plus de chance aurait notre plan de réussir.

        Inattentif un instant, Mange Shi Fu en profita pour faire volte-face en frappant de son sabre renforcé au haki. La lame, cinq fois plus grande que moi, s’abattit contre mes bras croisés pour bloquer l’attaque, et me propulsa en arrière en percutant ses hommes sur le chemin. Grommelant de douleur, me relevant dans la tranchée creusée à mon passage, je levais les yeux pour voir le géant s’approcher en riant, son ombre me couvrant en un instant.

        C’est là tout ce que vous avez, humains ? Grahaha voilà pourquoi vous êtes tous voués à périr par notre main, Mangemondes! se félicita Mange Shi Fu en levant sa lame haut au-dessus de moi.

        Un sourire en coin, je positionnais mon pied sur la butte de terre derrière moi comme un coureur sur le point de débuter son sprint. Usant de toutes mes forces, je m’élançais en avant en sentant la lame du sabre s’écraser dans mon dos. Le souffle produit par cette simple frappe du géant suffit à me projeter plus en avant, passant entre ses jambes en une roulade plus ou moins contrôlée. Je fis aussitôt demi-tour pour frapper l’arrière de son talon, réitérant mon intention de le mettre à genoux. Cependant, cette fois-ci j’y ajoutais un soupçon de gravité qui s’abattit sur son corps. Le géant tomba enfin à terre, luttant contre la gravité en plantant son sabre dans le sol pour soutenir son poids démultiplié. J’en profitais pour bondir au-dessus de lui, entamant une vrille en redescendant avant de décocher un violent coup de pied visant sa tempe. Mais j’avais sous-estimé la puissance de mon adversaire et Mange Shi-Fu parvint à relever sa main pour parer le coup et attraper ma jambe au passage. Il me précipita violemment au sol et plaqua sa main sur mon torse en y transférant tout son poids. Les tonnes augmentées pesaient sur ma poitrine en me coupant la respiration, mon fluide offensif comme ultime barrière empêchant tous mes os d’être réduits en poussière. Ma stratégie se retournait contre moi et je dû désactiver mon pouvoir afin de prendre une courte inspiration. Le géant s’apprêtait à redescendre son sabre planté non loin de moi afin de me trancher en deux. C’était sans compter sur l’assaut salvateur du sablonneux qui frappa Mange Shi-Fu en plein visage, me déliant de sa prise et me permettant de reprendre mes distances en rejoignant mon capitaine. Mais, le géant s’était déjà relevé, préparant une frappe destructrice à l’aide de son sabre alors que, derrière lui, les canons de ses navires retentissaient.

        Wonderwall !!


        Un nouveau cercle violet apparut à quelques mètres devant Aze et moi, puis un second englobant le premier avant d’être rejoint par de nouveaux cercles concentriques qui couvraient une dizaine de mètres de large. Les boulets de canon y pénétrèrent à la volée, ralentissant à mesure qu’ils approchaient de nous jusqu’à s’arrêter un instant, puis repartir dans l’autre sens en une pluie destructrice. Mange Shi-Fu fut frappé de plein fouet ainsi que bon nombre de Mangemondes qui ne s’étaient pas attendus à ce retour à l’envoyeur.

        Les corps s’accumulaient autour de nous, et il était temps de déchaîner la tempête. Le capitaine créa de plus en plus de sable s’échappant de son corps, tournoyant autour de nous alors que nous nous avancions à la rencontre de nos adversaires. Un pas lent mais assuré, de plus en plus de sable se mêlant à la tempête autour de nous à chacun de nos pas. Les quelques malheureux qui se lançaient à corps perdu dans la tempête se voyaient vidés de toute humidité, se desséchant avant même de nous atteindre. Les quelques chanceux ou suffisamment résistants pour passer le voile étaient cueillis par mes soins, attentif aux mouvements de l’autre côté de la tempête à l’aide du haki de l’observation. Déterminant rapidement l’endroit où s’étaient accumulés le plus de Mangemondes, je plaçais alors ma paume dans cette direction en faisant appel à mes pouvoirs de maudit.

        À une cinquantaine de mètres, une zone d’une trentaine de mètres de diamètre se créa, englobant nos adversaires dans un couloir gravitationnel aspirant, les attirant droit sur la tempête. Cette dernière était de plus en plus grande, rendant sa traversée de plus en plus périlleuse. Les guerriers mangemondes, principalement de la piétaille humaine, s’écrasaient dans la tempête et disparaissaient les uns après les autres, ne réapparaissant qu’après le passage de la tempête sous formes complètement déshydratées.

        Comment osez-vous, insectes! tonna la voix de Mange Shi-Fu de l’autre côté de la tempêté.

        Quoi, t'aimes pas le saucisson sec ? ricanais-je en lui faisant un doigt à travers la tempête.

        J’attrapais alors le col d’Azerios pour le tirer en arrière, bondissant sur quelques mètres alors que la tempêté était éventrée de haut en bas par le sabre du géant. Une dizaine de ses congénères s’engouffrèrent dans la brèche, suivant fièrement leur chef en hurlant, de la bave aux lèvres. Il n’était pas difficile d’imaginer ce qu’ils nous feraient s’ils nous attrapaient, mais cela n’arriverait pas.

        On leur siphonne la gueule? ricanais-je en me plaçant à côté du sablonneux, levant une main qui se ganta d’une aura violette intense.

        Ça me semble inévitable. répondit-il en ramenant ses mains l’une contre l’autre devant lui pour changer le courant de la tempête.

        Un anneau violet assez large pour couvrir la  brèche apparut, dans lequel s’engouffrèrent les grains de sable comme de l’eau dans un siphon, emportés si rapidement qu’ils s’aggloméraient et frappaient les géants en les repoussant. Seul Mange Shi-Fu parvenait à lutter contre le courant, tandis que ses congénères se faisaient soit dessécher soit criblés de milliers de petites balles de sable compactes portées à une vitesse folle. Mais, la lame de leur chef, couverte de haki et placée devant lui pour se protéger, lui offrait une bonne couverture contre notre assaut, bien que l’effet desséchant du sablonneux semblait avoir amoindri sa corpulence. Avançant contre la tempête, il s’approchait de plus en plus, et nous avions beau accentuer l’effet de siphon à l’aide de nos pouvoirs, il n’en démordait pas. À une dizaine de mètres, il planta son sabre profondément dans le sol pour s’assurer un point d’ancrage solide, puis gonfla ses poumons d’air.

        Maintenant, Mangemondes! hurla-t-il à pleins poumons, déployant par la même occasion une puissante vague de haki royal.

        La pression me sécha sur place, psychologiquement et physiquement, fouettant mon esprit si violemment que les pouvoirs de mon fruit du démon s’annulèrent, laissant retomber notre attaque. La tempête s’était déjà désépaissie autour de nous suite à notre attaque siphon, mais Aze, bien que plus résistant que moi au haki des rois, laissa retomber son contrôle sur son sable un instant. Mon fluide empathique dans les choux pour quelques secondes, c’est tout ce qu’il fallut pour que des dizaines de géants nous entourent, apparaissant à la chute de la tempête autour de nous.

        Défait de sa stupeur momentanée, Azerios dégaina Griffon pour déchaîner toute la puissance de ses talents d’escrimeur. Il ramena son bras en arrière, me frappant d’un coup de coude pour me défaire de ma torpeur, il ne perdit pas un instant et s’élança en avant pour appliquer son Estocade du Roncier droit vers Mange Shi-Fu. Le géant parvint à parer le premier coup, mais fut frappé au ventre lors du second, encaissant néanmoins et repartant aussitôt à l’assaut.

        Cependant, je n’avais pas le temps d’admirer leur échange au sabre car des dizaines de géants me fondaient dessus, armes aux poings et animés par une colère presque palpable. La vague de haki des rois de leur chef semblait les avoir revigorés et ils semblaient plus dangereux qu’auparavant. Un premier coup de masse horizontal m’obligea à bondir sur l’arme avant qu’elle ne m’atteigne, celle-ci plusieurs fois plus grande que moi. Je remontais le manche jusqu’à son propriétaire avant de lui décocher un coup de pied en pleine face. Un second profita que je sois dans les airs pour me frapper d’un revers de la main. Je fus projeté sur une vingtaine de mètres, rebondissant à plusieurs reprises avant que mes pieds retrouvent le sol. Et déjà, cinq géants me bondissaient dessus. Une main tendue dans leur direction, j’appliquais une zone de gravité renforcée alors qu’ils se trouvaient en l’air. La terre les attira subitement et ils s’y écrasèrent si violemment qu’ils ne se relevèrent pas. Derrière-moi, un mangemonde muni de deux haches surgit en frappant à multiples reprises dans tous les sens. Assisté par mes sens boostés au haki de l’empathie, j’esquivais les coups les uns après les autres jusqu’à ce que l’un d’entre eux parvienne à me frapper et me renvoie plusieurs mètres en arrière. Une lame d’air surgit alors sur le côté du géant, le fauchant en l’envoyant au tapis alors que le sablonneux réapparaissait, ayant prit ses distances avec Mange Shi-Fu qui nous fonçait dessus avec rage.

        Ça n’en finit pas, il en arrive de partout. soufflais-je à Aze en me plaçant dans son dos.

        Débarrassons-nous de leur chef en premier lieu, ça devrait se calmer après ça.

        Et si on peut récupérer sa prime au passage, c’est tout bénef’. répondis-je avec un sourire narquois, frappant trois types d’un coup de pied rotatif qui les envoya discuter avec les oiseaux.

        Tant humains que géants, ils continuaient d’affluer en rangs serrés. C’était idéal pour moi comme pour le capitaine, attaquants à grands renforts de techniques qui les envoyaient voler dans tous les sens dans un chaos sans nom. Soudain, l’ombre de Mange Shi-Fu nous recouvrit alors qu’il avait bondit assez haut pour nous retomber dessus en cachant le soleil, son sabre immense levé au-dessus de sa tête, recouvert d’une épaisse carapace de haki qui promettait une attaque des plus destructrices. Les poings du sablonneux se mirent alors à grossir, formant deux poings de sable compacts, encore plus géants que les Mangemondes. Il faucha toute une rangée d’adversaires d’un simple revers, recouvrant ses poings de fluide offensif avant de les projeter sur le capitaine de la première flotte qui descendait déjà sa lame dans sa chute. Je bondis dans leur sillage, mon propre poing ganté de haki et d’une aura violette concentrant toute la puissance de mon fruit du démon.

        Fly Me to the Moon


        Frappant l’air devant moi, je créais un courant gravitationnel qui partit de mon poing pour prendre la direction de Mange Shi-Fu, englobant au passage les deux énormes poings de sable qui accélérèrent leur course. Prit dans le courant, le géant fut à son tour repoussé alors qu’il luttait contre la gravité pour abattre son sabre. Ce qu’il parvint tout de même à faire avant d’être atteint par les poings gigantesques, tranchant le premier en envoyant à sa suite une lame d’air, mais le second l’atteignit en plein ventre, le projetant encore plus dans les airs. La lame d’air m’atteignit alors que je me trouvais toujours dans les airs, n’ayant d’autre choix que de placer mes bras en croix devant moi, renforcés au fluide offensif pour encaisser le coup. Frappé de plein fouet, je partis comme un boulet de canon pour m’écraser au sol dans une explosion de poussière. La douleur habitait tout  mon corps, crachotant du sang en me relevant tant bien que mal, titubant d’un côté puis de l’autre. Un géant surgit dans le nuage de sable, écrasant son kanabô dans ma direction. Le sablonneux apparut à son tour, bondissant à hauteur de la tête du géant pour la sectionner d’un magnifique coup de Griffon.

        Tout va bien? dit-il en atterissant à côté de moi pour m’aider à me relever.

        Ça va le faire, t’inquiètes pas. Par contre ce salopard devrait bientôt retomber, finissons-en. grommelais-je en faisant rouler mes épaules pour vérifier que tout fonctionnait correctement.

        Côtes à côtes, nous nous élancions de nouveau dans la mêlée en profitant de l’absence de leur chef pour nous débarrasser de ses hommes et préparer le terrain pour son atterrissage. Cette bataille ne faisait que commencer.
        • https://www.onepiece-requiem.net/t23776-ft-ren-aoncan
        • https://www.onepiece-requiem.net/t23748-ren-aoncan-aka-mazino
        Ren avait bon sur toute la ligne concernant le timing, à peine avait il terminé de balayer les adversaires les plus proches que Mange Shi Fu réapparut dans les airs, tombant inexorablement, victime de la gravité. Rengainant Griffon, le capitaine corsaire fit quelques pas, puis plaqua ses mains par terre, déversant une grande quantité de sable dans le sol. La terre asséchée se fissura tout autour de lui, et dévoila une grande mare de sables mouvants. Ren usa de ses pouvoirs de maudit pour créer un nouvel anneau violet dans les airs et lorsque le commandant de la première flotte des Mangemonde passa au travers, sa chute s’accéléra drastiquement. Le choc à l'impact fut particulièrement violent et le géant disparut aussitôt en hurlant, avalé par les sables. Azerios poussa un profond soupir avant de se retourner vers les adversaires qui continuaient d'affluer. Bouchers, bateliers et autres cinglés s'étaient stoppés net en voyant leur leader s'enfoncer dans le sol et disparaître. Le capitaine des Sandstorm Pirates leur lança un regard démoniaque et se tint prêt à en découdre, les poings levés, épaulé par son second.


        Déposez vos armes et rendez-vous.. ou vous mourrez tous.


        Le jeune corsaire laissa échapper une nouvelle vague de haki des rois pour capter toute l'attention sur lui et tenter de dissuader quiconque de poursuivre le combat. C'est à cet instant que quelque chose jaillit du sol sous ses pieds, saisissant sa jambe pour le faire chuter. Mange Shi Fu émergea du sol en hurlant avant d'abattre sa main couleur charbon sur son ennemi. Écrasé sur le coup, le sablonneux eut tout juste le temps de revêtir son armure de fluide offensif, mais il fut soulevé et projeté violemment contre une racine non loin. Le commandant de la première flotte des Mangemonde sortit du sol et frappa Ren de plein fouet avec ce qui semblait être un énorme morceau de racine, l'envoyer valser dans les airs. Il ramassa son énorme sabre et projeta deux énormes lames d'air en direction de l'albinos avant de se ruer sur Azerios et d'abattre sa lame avec force. Créant un dôme de sable compact renforcé de haki, ce dernier parvint à stopper l'assaut mais fut repoussé par le choc. Se redressant d'un bond il pointa ses deux indexes et tira une salve de balles de sable durcit mais ne parvint pas à blesser son adversaire de manière significative.


        Finit de jouer gamin. Je vais vous découper !


        Frappant de nouveau, il projeta une imposante lame d'air, que le sablonneux esquiva de justesse, la laissant finir sa course dans un bâtiment non loin. Le visage du géant avait changé, la rage pouvait désormais s'y lire, et dans un geste rapide, il porta un nouveau coup de son imposant sabre. Par réflexe, le capitaine corsaire dégaina alors Griffon, la recouvrit de fluide offensif et contra le coup avec force. Véritable force de la nature, Mange Shi Fu était un adversaire redoutable au sabre. Il se lança dans une véritable valse d'acier, frappant sans relâche, forçant Azerios à reculer dans ses derniers retranchements. Et au moment ou il cessa, une nouvelle salve fut tirée du navire des Mangemonde, les boulets vinrent s'écraser tout autour du jeune pirate. Passant à l'offensive, ce dernier utilisa ses pouvoirs de maudit pour améliorer sa mobilité, glissant rapidement autour du géant afin de le harceler de frappes rapides. Il parvint finalement à le blesser mais ses assauts eurent pour seul véritable effet de faire entrer le colosse dans une rage encore plus noire. Le golgoth redoubla d’effort, intensifiant ses assaut il parvint à désarmer le sablonneux. Ne lui laissant pas le temps de réagir, il le frappa au thorax d'un puissant coup de poing, l’éjectant contre un bâtiment.


        VERMINE !


        Abattant sa lame, il fendit le bâtiment en deux et le capitaine corsaire fut rapidement englouti par les débris. Par chance, Ren n'avait pas dit son dernier mot, retombant un peu plus loin, il projeta tout ce qui lui passait par la main à la vitesse grand V. Mange Shi Fu fit volte face et du contrer les diverses caisses de marchandises qui lui venaient en pleine poire ce qui permit au sablonneux de se relever. Fondant en direction de Griffon, il la ramassa et assena une violente taillade dans le dos de son adversaire qui poussa un hurlement de douleur mêlée de rage avant de le dégager d'un rapide balayage. Contre un tel monstre, jouer du sabre ne semblait pas forcément être la meilleure des solutions. Essuyant sa lame d'un geste, il la rengaina et se prépara à tenter une approche différente, la force brute semblant plus adaptée dans le cas présent. Créant deux imposant poings de sable compact, il bondit sur Mange Shi Fu et le frappa de toutes ses forces. Malheureusement, le géant trancha les deux poings tout net et le coup manqua de peu d'emporter la tête du pirate. Se changeant en un nuage de sable volatil, le capitaine des Sandstorm Pirates passa alors rapidement dans le dos de son ennemi pour créer une masse granuleuse tout autour de sa cheville gauche. Exerçant une forte pression, il parvint à le blesser mais là encore, le golgoth fit volte-face pour contre attaquer. D'un geste ample, il renvoya Azerios au sol et sans lui laisser le temps de réagir, il le saisit avec son énorme paluche pour l'écraser violemment par terre. Le jeune pirate resta à un instant au sol, complètement sonné, avant de se relever avec difficulté. Usant de ses pouvoirs de maudit, il créa alors une tempête de sable et prit de la hauteur afin de frapper à son tour.


        Et qu'est ce que tu dis d.. oh merde.


        Mange Shi Fu fendit la tempête à l'aide de son sabre enduit de fluide offensif et le tranchant taillada le torse du sablonneux malgré son armure de haki, stoppant tout net ce qu'il était en train de préparer. Il fut saisit par la jambe à nouveau et comme s'il s'agissait d'un gourdin, le commandant de la première flotte des Mangemonde l’abattit sur le sol à trois reprises avant de le renvoyer avec force contre un autre bâtiment. Le combat était en train de prendre une mauvaise tournure, il ne restait plus qu'à espérer que Ned ait plus de chance... Alors qu'il tentait de se redresser, le corsaire fut écrasé par un nouveau coup meurtrier qui arracha littéralement la façade de l'auberge qui s'effondra sur lui.
          Pendant ce temps, au premier sous-sol du vaisseau amiral des Mangemonde…

          Nous traversions les dédales de l’immense cuisine comme des fourmis dans un terrier. Derrière nous, on entendait les pas éléphantesques du boucher géant. Il avait une gueule ignoble, le genre à vous filer des cauchemars. Des oreilles et un nez de porc, un teint rosé et une balafre du front à la mâchoire. Il n’y avait pas que sa face de cochon qui était repoussante, son odeur infecte l’était tout autant. Un mélange de sang caillé, de sueur graisseuse et de viande avariée. Il suintait l’horreur et le danger et c’était comme si son immense couperet nous observait avec la bave aux lèvres.

          La Team Espoir le fuyait comme elle le pouvait ; la cuisine n’était pour nous qu’un immense labyrinthe dont il fallait user pour échapper au monstre. Pour lui, ce n’était qu’une cuisine à sa taille, où il s’amusait à chasser les moucherons qui s’y étaient infiltrés.

          Heureusement pour notre survie, la faible luminosité de la salle jouait en notre faveur. A un croisement, Abi se tourna vers le groupe en pointant du doigt une gigantesque ouverture, qui pour la bête n’était qu’un trou de souris.

          - Cachons-nous là-dedans, vite !

          Elle fut la première à se jeter dans l’entrebâillement du placard. Nous la suivîmes par instinct de survie et nous nous retrouvâmes plongés dans une profonde obscurité. Je glissai ma tête dans la fine ouverture et aperçus au loins les pieds gigantesques du boucher se détourner de notre chemin. Je me retournai vers les autres, soulagé de cet instant de répit.

          - Aaaah…Aaaah… Je vais finir par cracher mes poumons, expia péniblement Rascus.
          - Hors de question que je finisse en ragoût je vous l’dis !
          - Quelqu’un a une idée en tête ? Demanda Abi.
          - Il faut qu’on se débarrasse de lui, il nous poursuivra même si on parvient à s’échapper de sa cuisine et il risque d’alerter les autres géants à bord, poursuivis-je gravement.
          - J’ai clairement pas envie de m’approcher de lui, sa face de cochon ça m’donne la gerbe.
          - Piggy le charcutier… j’ai déjà vu sa sale tête sur des avis de recherche. C’est pas n’importe qui, on va devoir la jouer fine.
          - Excusez-moi chers camarades, balbutia Oscar, quelqu’un aurait vu Rick ?

          Un vent de stupeur traversa le groupe, nous nous regardions dans le blanc des yeux avec une sorte de déni dans le regard. La voix du charcutier résonna à l’extérieur du placard.

          - Qu’est-ce que t’es au juste toi ? Tu m’as l’air vivant vu comme tu gigotes. J’savais pas que de si petites choses pouvaient bouger autant.
          - Lâche-moi ‘spèce d’enculé ! J’vais t’crever tu vas voir ! Personne touche à Swagito !

          Je passai ma tête une nouvelle fois dans l’entrebâillement du placard. Rick, prit au piège, se tortillait entre l’index et le pouce du géant. Notre cachette n’avait désormais plus d’utilité, nous devions tout faire pour récupérer Rick, hors de question de laisser un des nôtres aux mains de l’ennemi.

          - Je me demande quel goût tu as petit gnome ? Tu seras bon dans un ragoût peut-être…ou en dessert…
          - Ferme-la gros porc, tu sens le moisi !
          - Rohrohroh ! T’as un sacré toupet pour quelqu’un de ta taille. Dis-moi petit homme, où sont cachés tes copains ?

          Rick lui cracha au visage, en plein dans son trou de nez de cochon. Un petit glaviot tout juste perceptible à l’oeil nu. Le teint du gérant vira du rose au rouge, il empoigna le tontatta par les pieds après l’avoir ligoté comme une saucisson et il le fit ballotter au-dessus d’une marmite d’eau bouillante.

          - Ouaaaah ! Chaud ! Chaud ! Chaud ! Lâche-moi gros tas de graisse !
          - Rohrohroh ! Si tu insistes !
          - Waaaaaah ! Non mais pas là-dedans !

          Une intervention de notre part était requise, tout du moins si on ne voulait pas voir Rick se changer en chair à saucisse. Le plan fut échafaudé en un rien de temps. Une équipe chargée de la diversion s’en prendrait au géant pendant que l’autre délivrerait Swagito.

          Je m’élançai à travers l’immense cuisine aux côtés de Rascus. Le charcutier nous repéra aussitôt et son rire gras sonna comme une invitation au combat. Derrière nous, Lenny, Abi et Oscar étaient en train de grimper discrètement sur le plan de travail à l’aide d’une corde.

          Piggy leva son couperet avec une dangereuse lenteur et l’abattit d’un seul coup en notre direction. Une lame d’air fusa à toute vitesse en écorchant le carrelage au sol.

          - Esquive ! Criai-je à Rascus.

          Une roulade nous sauva d’une mort assurée. La lame d’air s’écrasa sur un frigo qu’elle perça en mille morceaux, puis termina sa course dans la pièce adjacente après avoir traversé le mur.

          - Il blague pas lui ! Grogna Rascus en se relevant.

          Je dégainai mes lames avec un début de rage dans le regard, hors de question que je laisse un cochon entraver ma route vers Sania.

          Je lui rendis la pareille en un éclair, projetant une lame d’air après avoir décroisé mes sabres. Il la repoussa d’un coup de poêle avant de fondre sur nous en tapant du pied. Je bondis dans les airs lorsqu’il frappa de nouveau. Nos armes se heurtèrent violemment, provoquant une secousse qui souffla les ustensiles suspendus ça et là dans la pièce. Il était fort, mais à mon grand étonnement, je tenais le coup.

          - Je m’attendais à mieux de la part d’un géant.
          - Grrr… Microbe !

          Rascus profita de notre altercation pour faire exploser à ses pieds une sorte de grenade rafistolée. Le géant poussa un cri de douleur et détourna son attention de mon assaut. Un coup d’estoc perfora son abdomen, ses yeux plein de désarroi se plantèrent dans les miens et il recula de quelques pas. Un cri de fureur retentit dans toute la cuisine et me fit vaciller comme une bourrasque de vent aurait pu le faire.

          Notre diversion avait fait son petit effet et désormais, nous devions faire face à un géant en rogne.
          • https://www.onepiece-requiem.net/t22864-ft-ned-mayhem
          • https://www.onepiece-requiem.net/t22846-ned-mayhem
          Grimpant la corde qu'elle déploie, Abigaël se sent étrangement très légère. Comme si la gravité avait peu d'influence, elle parvient bien aisément sur le plan de travail face à cette gigantesque marmite bouillonnante. L'ascension de sa paroie de métal risque de créer quelques brûlures avec un contact prolongé. Le petit Rick devrait être en vue, mais aucun signe de tontatta dans son champ de vision. Le reste du groupe de sauvetage la rejoint rapidement.

          "Mais il est où, l'autre?
          -La dernière fois que l'on l'a vue, il pendait au-dessus de cette tambouille. Il est certainement tombé dedans. Dommage, on aura essayé. Hihi!
          -T'es sérieuse ?
          -Regardez là!"


          Oscar pointe du doigt les grands ustensiles accrochés en hauteur. Dans le creux d'une louche, Rick, encore ligoté, semble hésiter à sauter. Dans le fond de bruit d'explosion,  d'un hurlement horrible et des armes qui s'entrechoquent, Oscar tente de prévenir son ami.

          "Attends ici!
          -Hein?!
          -On va te chercher !
          -Vous allez lâcher quoi?!
          -Chercher!
          -Chercher quoi?! Je veux descendre moi!"


          Abigaël ricane. Ces tontattas ont bien de l'humour. Cela rattrape leur inutilité flagrante sur cette mission. Pourquoi Rascus les as sélectionné si ce n'est pour les sacrifier? Quelle triste et évidente destinée. D'autres tremblements provoqués par le violent affrontement font vaciller l'ustensile portant Rick. Lenny commence à hausser le ton.

          "Faut bouger là. On fait quoi?
          -Hum. Tu es plutôt du genre suiveuse, toi. Hihi!
          -J'peux savoir c'est quoi ton problème."


          La blonde ne répond qu'avec un grand sourire. Elle prépare une de ses longues cordes. Avec son Rope Action, elle se concentre pour l'attacher à cette louche. Abigaël vérifie la solidité en tirant dessus puis se tourne vers ses camarades.

          "Si seulement une belle femme, svelte, agile et féline pouvait grimper, Rick serait en bas en un rien de temps. Hihi!
          -Tss."


          Lenny bouscule l'agent Tarentule au passage, et grimpe, ensuite, le long de cette corde pour sauver Swagito. Oscar l'encourage. Les prévisions d'Abigaël se confirment. L'amie de Ned atteint Rick en quelques secondes puis, le nain sous son bras, se laisse glisser pour redescendre. La fausse pirate tenait à jauger cette délinquante afin de mesurer les chances de survie du groupe. Elle l'applaudit une fois l'opération réussie pendant qu'Oscar libère les liens de son camarade.

          "Bravo, ma chère. Hihi!
          -Tu me lâche les baskes, un peu.
          -Calmez vous, mesdames. Il faut aider Rascus et Ned, maintenant.
          -Désolé les petites Fées, mais vous les dérangerez plus qu'autre chose. Hihi!
          -Non mais oh! On est petit mais pas fragile.
          -Ouvrez-nous la voie. Il est préférable que vous preniez de l'avance avec vos petites jambes. Je serai moins déterminé à sauver l'un de vous deux, si la situation se réitère. J'ai une idée pour assister nos héros, si Lenny le veut bien."

          Cette menace camouflée semble avoir fait mouche sur le Swagito, mais Oscar paraît indigné. Elle oubliait la fameuse camaraderie qui plaît tant aux Sandstorms. La niaiserie ne les quittera donc jamais. Le regard de Lenny n'évoque pas, non plus, la grande confiance, mais, Abigaël n'est pas interrompue. Elle s'empare à nouveau de sa corde en continuant.

          "Les attaques de Rascus montrent qu'il veut déstabiliser ce monstre le plus possible. Remplissons cette tâche à sa place pour qu'il puisse utiliser pleinement sa force de frappe. Ta vitesse et ton agilité sont idéales pour circuler entre les jambes de ce géant."


          La blonde lui passe l'extrémité de la corde. La voleuse est perplexe en entendant ce plan.

          "En gros, je prends tous les risques.
          -Hihi! Que tu es perspicace. Après, cela ne me gêne en rien de regarder le combat en apportant mon soutien émotionnel, de loin.
          -T'es pire que Rascus."

          Abigaël glousse comme si elle venait de recevoir un compliment. L'équipe descend pour revenir au sol. Les tontattas mis en retrait de force. Les deux femmes se préparent à intervenir.

          Une autre salve d'explosifs provoque de nouveaux grognements de rage. Ned tente tant bien que mal d'encaisser les attaques brutales, lourdes et sauvages du géant au groin de porc. La rage de l'ennemi est concentrée sur celui qui le résiste.

          Avant que la blonde puisse la prévenir du bon moment, Lenny est déjà partie, ses deux dagues en mains, avec l'extrémité de la longue corde enroulée sur son avant-bras. Abigaël se positionne rapidement derrière l'adversaire, l'autre extrémité de la corde en main. La voleuse du désert file comme une flèche par le flan. Elle saute au dessus de chaque pied du géant, puis se retourne habillement pour passer à l'arrière du talon. Lenny tranche dans le vif le tendon d'Achille. Le monstre sent bien la douleur, mais à peine a-t-il le temps de repérer l'assaillante que celle-ci lacère le second tendon. Ses lames ne sont pas assez grandes pour le faire plier. Lenny court au côté de Ned. Elle crie le signal.

          "Maintenant !"

          Abigaël tire violemment sur la corde en même temps que la voleuse. Ses appuis déjà bien fragilisés, le mangeur d'homme perd l'équilibre tombant lourdement sur les genoux.
          • https://www.onepiece-requiem.net/t25230-la-garde-robe-de-l-agent
          • https://www.onepiece-requiem.net/t25213-l-agent-tarentule#262699
          Robina se stoppa en voyant l’homme qu’elle combattait se régénérer. Elle ne s’était pas attendue à cela, loin de là. Un utilisateur de pouvoir du fruit du démon, comme elle. Sauf qu’à la différence de sa personne, lui ne craignait pas les dommages physiques. Pas sans trouver une parade à ses pouvoirs. L’odeur de moisi, de champignons, de renfermée et fromage qui se dégageait du géant donnait envié de vomir à la cuisinière. Comme disait le dicton : nous sommes ce que l’on mange, il ne devait pas très bien manger depuis longtemps alors. Elle devait gagner du temps.

          N’écoutant que son courage, elle fit demi-tour pour effectuer une retraite stratégique bienvenue. Une technique ancestrale bien connue de tous les Sanderriens. Elle put entendre un gloussement derrière elle, l’homme au crochet de boucher se moquait ouvertement d’elle.

          Eh bien alors, petite souris ? Tu veux t’enfuir en courant maintenant ? Je crois plutôt que tu vas rester là bien gentiment. Le géant partit d’un rire gras. Il s’avança, mettant tout son poids pour commencer la poursuite. Attention ! Je vais t’attraper !

          Le bruit des racines de la mangrove qui craquaient sous le poids du golgoth faisait écho à sa course. Le cuisinier de la première flotte des Mangemondes se léchait les lèvres à l’idée de cuisiner une nouvelle personne. Il pourrait possiblement y goûter avant de la préparer. Un filet de bave se mit à couler au coin de sa bouche. L’odeur qui se dégageait de cette petite humaine était tellement alléchante. Se retournant pour voir où se trouvait la bête derrière elle, la Sanderrienne ouvrit de grands yeux.

          Jin ! Fang ! On se disperse ! Il faut que nous gagnions du temps pour trouver une parade ! La voix de la jeune femme était à peine audible avec les bruits alentour.

          La main de Georg se rapprochait inexorablement d’elle. Fang Shui descendait en piqué, prêt à renouveler son exploit pour faire gagner un peu de temps à sa capitaine. Le patron des Bouchers se tourna vers lui, voyant le samouraï tenter de lui trancher la main.

          Ça ne marchera pas une deuxième fois, petit. Toute trace d’amusement avait disparu de la voix du géant. Je vais m’occuper de toi plus tard.

          D’un violent revers du dos de la main, il envoya voler l’homme de Wano Kuni au loin. Fang s’écrasa sur le tronc d’un arbre, il avait déjà perdu connaissance quand il retomba sur le sol. Était-il encore en vie ? La capitaine des Glaciers n’en savait rien, toutefois, elle ne laisserait pas cet acte impuni. Elle se rapprochait de l’affrontement entre le capitaine des Mangemondes et celui des Sandstorms pirates.

          La tempête de sable que le corsaire avait créé venait d’être réduite à néant en un seul puissant coup de sabre. L’homme était touché. La jeune femme ne s’était jamais demandé ce qu’elle pensait des corsaires, néanmoins, ici il était son allié. Elle devait l’aider. Elle utilisa HInode Tasogare pour créer un nuage noir, disparaissant dans les ténèbres, elle devenait plus difficile à traquer. Le géant derrière elle se stoppa un bref instant avant de reprendre sa course.

          Gyehehehehe ! Sa voix grasse retentissait dans les oreilles de Robina comme un tambour. Si tu crois que ton petit tour de passe-passe va m’arrêter.

          La botte de cuir du Boucher s’écrasa là où s’était trouvée la cuisinière il y a de cela quelques instants. Toutefois, pas de victime, la commandante de l’Iceberg avait déjà tourné vers l’affrontement de son allié provisoire. Elle s’échappa du nuage noir, pour retrouver la lumière du soleil, à quelques dizaines de mètres des deux capitaines. Se rendant compte de ce qui se passait, Georg se mit à hurler, ses bottes faisant trembler la terre.

          Si tu crois que tu vas y arriver, tu te trompes ! Le mangeur d’hommes était fou de rage. Une humaine se moquait clairement de lui. Il ne pouvait pas laisser passer ça. Je vais prendre plaisir à te couper les jambes et à te faire frire dans la graisse bouillante !

          N’écoutant que son courage, la jeune femme aux longs cheveux blancs plongea dans la mêlée. La façade de l’auberge venait de voler en éclat et il était temps de renverser la vapeur. Le stratège Mangemonde se retrouva avec Robina sur l’épaule qui plongea ses sabres jumeaux dans son trapèze, tranchant profondément dedans. Elle évita la main qui tenta de l’écraser en représailles et atterrit non loin de là sur le sol. Elle secoua Aube et Crépuscule et fit le tour pour que Mange Shi Fu se retrouve entre elle et l’équarrisseur.

          Comment oses-tu, humaine ! Les yeux du sabreur géant se posèrent sur la frêle silhouette de la cuisinière. Je t’avais vu avec Georg, où est-il cet imbécile ? Il se tourna pour voir le boucher courir derrière lui. Georg ! je pensais que tu t’occupais d’elle ! Arrête de t’amuser avec la nourriture et finis-en vite !

          Oui, capitaine !

          Le cuisinier des Mangemondes affermit sa prise sur son énorme bâton avec un crochet. Il allait finir le travail rapidement puis donner un coup de main à son supérieur dès qu’il en aurait fini avec ces gêneurs. Il était temps d’y aller à fond. Une atmosphère de violence, d’horreur et de sang se dégagea de lui. Il ne lâchait pas la jeune femme du regard, elle ne durerait pas longtemps. Abattant son fléau de toutes ses forces, il envoya dans la foulée une vague fromagère qui dégageait une odeur pestilentielle.

          La jeune femme se retrouvait face au marteau et à l’enclume. Une attaque depuis le haut et le bas. Elle allait devoir réussir à se défaire de tout ça. Elle envoya une lame d’air sur la chaîne qui attachait le crochet au manche. Déviée de sa course, l’arme fit exploser le sol devant la capitaine des Glaciers, stoppant en même temps la vague fromagère putride. Si la Sanderrienne avait appris quelque chose durant ses aventures sur la route de tous les périls. C’est que même avec de puissants pouvoirs, un adversaire n’était jamais invincible.

          Attrapant sa gourde d’alcool à flamber à sa ceinture, elle arrosa ses lames jumelles et les enflamma en créant des étincelles. La température monta de plusieurs degrés en un seul instant. Une goutte de sueur roula sur le front de la jeune femme aux longs cheveux blancs. Le point positif avec ces sabres jumeaux, c’est qu’ils ne conduisaient pas la chaleur. Elle ne risquait pas de se brûler comme avec Libertalia ou Coupe-Faim.

          Elle pointa Aube vers le visage de Georg, et un flash de lumière aveugla le géant quand il se concentra sur la petite femme devant lui. La chasseresse de primes prit appui sur le crochet et monta pour se retrouver à hauteur de visage de son adversaire. Les flammes léchaient ses meitous et la chair fromagère du géant grésillait alors que ses sabres s’enfonçaient dans sa chair. Elle se décala au niveau de son œil, s’apprêtant à frapper, elle perdit l’équilibre et roula sur la peau grasse de l’équarrisseur. Se retrouvant maintenant sur son épaule.

          Tu vas me le payer, petite peste.
          • https://www.onepiece-requiem.net/t21190-
          • https://www.onepiece-requiem.net/t21186-
          Le cuisinier reprenait lentement ses esprits tandis que l’équarrisseur lui ne voulait pas perdre de temps et se rua de nouveau vers Jin pour porter un coup fatal. Le fléau du géant allait s'abattre sur lui sans que l'artiste martial ne puisse réagir mais c'était sans compter sur l'intervention d'un homme qui se trouvait lui aussi dans le sillon du Mangemonde.

          -Le monde est petit… Remues-toi blondin... Sinon tu vas y passer.

          En effet, le monde était petit. L’homme qui venait de sauver Jin n’était autre qu’Azerios, le capitaine corsaire. Les deux hommes s’étaient rencontrés à l’intérieur de la pyramide de Semonskhet sur Alabasta, où le possesseur du fruit du démon du sable avait déjà sauvé le chasseur de primes. Cette fois-ci le sablonneux venait de sauver volontairement l’artiste martial. Et alors que les deux hommes étaient de nouveau à la merci du géant de la première flotte des Mangemondes, c’est à l’intervention de Robina et de Fang que Jin dût son salut. Un assaut qui sembla n’avoir d’effet que de déstabiliser le boucher quelques instants. Mais il semblait insensible aux coups, aussi bien aux lames des deux bretteurs qu’au sable d’Azerios. La légende racontait que certains utilisateurs de fruits du démon possédaient des caractéristiques qui les rendaient intangibles à presque tout type d’attaques. Jin n’en avait jamais rencontré et avait du mal à croire qu’un tel pouvoir puisse exister. Pourtant, il en avait une preuve vivante devant les yeux.

          Robina et Azerios échangèrent quelques mots avant que ce dernier ne retourne sur son champ de bataille. Les Glaciers se retrouvaient de nouveau à trois contre un, prêts à se débarrasser de leur adversaire. Mais pour celà il leur fallait une stratégie, les pouvoirs actuels des trois compères n’ayant aucun effet sur le gargantuesque boucher. La capitaine se mit alors à battre en retraite, criant à son second de cuisine et son navigateur des mots qu’ils ne purent entendre, couverts par le son de la bataille. Le samouraï tenta une nouvelle offensive pour faire gagner du temps à ses compagnons mais Georg l’envoya valser contre un arbre.

          Le guerrier du pays des Wa gisait inconscient sur le sol. Alors que les deux possesseurs de pouvoirs démoniaques luttaient de manière acharnée et avaient même rejoint l’autre champ de bataille, Jin se précipita vers son camarade. Son souffle était faible mais il respirait toujours. De quoi soulager un peu le karatéka, qui passa le bras du samouraï autour de son cou pour le déplacer et le mettre à l’abri le temps qu’il revienne à lui. Car de l’autre coté se déroulait un combat féroce, d’une intensité telle que, même à plusieurs mètres de là, Jin se sentait mal à l’aise. Un affrontement comme il n’en avait jamais vu et dans lequel il savait qu’il n’avait pas sa place. Alors il préférait rester à l’écart et se rendre utile en apportant à son ami les premiers soins plutôt que de gêner sa capitaine et le capitaine corsaire.

          Jin déposa délicatement le corps encore insconscient de Fang Shui sur le sol tout en veillant à ce qu’il reste adossé au mur. Ils se trouvaient dans un bar dont le bâtiment avait été partiellement détruit par les combats. Ici, le cuisinier pensait qu’ils seraient en sécurité, les affrontements s’étant assez éloignés.

          - Ce bâtiment miteux devrait faire l’affaire. Personne ne pensera à nous trouver ici, dès que ces putains de géants se seront barré d’ici et ces foutus chasseurs aussi, on pourra retrouver notre liberté.

          Deux hommes passèrent le pas de la porte, d’un air pressé et inquiet. Ils semblaient bien mal en point, le teint blafard, la peau recouverte de cicatrices et les yeux gorgés de sang.

          -S’ils nous retrouvent on est morts ! hurla le second homme à rentrer dans la pièce.
          -Si tu ferme ta gueule ils nous retrouveront pas ! Le gaillard envoya une tape sur l’arrière du crane de son acolyte.

          Envahit par la peur, celui qui semblait le moins courageux des deux se cacha sous une table, prenant sa tête entre ses mains. Ils n’avaient toujours pas remarqué les chasseurs de primes, et tant mieux. Jin préférait qu’il en soit ainsi car déclencher un combat ne ferait qu’attirer l’attention sur eux. Et dans l’état actuel de Fang, la fuite n’était pas une option. Ce n’était qu’une question de temps avant que l’un des deux énergumènes ne les remarque. La solution la plus simple serait de se débarrasser de celui qui semblait être le plus fort en passant discrètement derrière lui.

          Accroupi, il se déplaçait entre les chaises et les tables et alors qu’il se trouvait proche du grand gaillard, une explosion souffla la porte d’entrée ainsi qu’une partie du mur. Jin se retoruva propulsé en arrière, fracassant les meubles sur son passage. Sa cible fut elle désintégrée par le boulet de canon. Son compère se mit à hurler à gorge déployée alors qu’un rire gras retentit, une ombre gigantesque apparut de par le nuage de fumée.

          -Vous pensiez pouvoir vous échapper, misérables vermines ?

          Le bras du géant traversa le toit et sa main se saisit du pirate complètement paralysé par la peur. Il ramena l’homme jusqu’à son visage et fit claquer ses dents sur le crane du pauvre bougre. Jin fut témoin d’un spectacle pour le moins horrifiant qui lui retourna l’estomac, le corps sans vie du forban retombant non loin de lui, éclaboussant de son sang l’ensemble de la pièce. Le trou formé dans la toiture laissait au géant la possibilité d’aperçevoir les chasseurs de primes. Jin se rua à travers le nuage de fumée causé par l’arme à feu.

          - Tu vas payer pour ce que tu viens de faire, monstre ! lança-t-il au Mangemonde

          Son objectif n’était pas de jouer au justicier, mais d’éloigner le pirate de Fang qui se retrouvait sans défense. Le géant poussa un grognement sauvage et bondit vers Jin, frappant de son poing l’endroit où se trouvait le blondin, qui esquiva d’un bond en arrière. Il était plus lent que le boucher et son coup semblait moins puissant. Surement un simple soldat des Mangemondes. Mais le natif de l’île du Karaté ne le sous-estimait pas pour autant, il restait tout de même un géant mangeur d’hommes. Il fonça droit sur l’anthropophage qui tenta de l’écraser sous son énorme pied. Le cuisinier évita de finir en purée -ce qui aurait été un comble - d’une roulade vers l’avant et se retrouva dans le dos du colosse. Jin s’eleva dans les airs et, pivotant son bassin, il envoya dans le genou du géant un puissant coup de pied. Le lourdeau vacilla et posa genou à terre. Le jeune homme en profita pour bondir à nouveau dans les airs et s’appuyant sur la jambe fléchie du monstrueux pirate. Profitant de l’élan du saut, il vint cogner son crane sous le menton du géant qui fut sonné. Il tomba lourdement en arrière, faisant trembler le sol.

          - AAAAAAAAAAAH !

          Alertés par le râle de douleur de leur équipier, deux autres géants se dirigèrent en direction de la scène.

          - Et merde... murmura le cuisinier des glaciers.
          • https://www.onepiece-requiem.net/t24086-fiche-technique-de-jin
          • https://www.onepiece-requiem.net/t24069-presentation-de-jin#253224
          Douleur douleur douleur... Le sablonneux resta un instant assit par terre, les yeux rivés sur le trou dans le mur qu'il avait causé en s'écrasant dans le bâtiment. Mange Shi Fu était un adversaire coriace, un redoutable bretteur, et une véritable force de la nature. Le jeune corsaire le savait, le moindre faux pas pourrait bien lui être fatal. Il songea aux géants affrontés quelques mois plus tôt sur Water Seven et admit que celui-ci était d'un tout autre calibre. Se relevant lentement, il s'étira bruyamment et tous les os de son dos craquèrent les uns après les autres. Plusieurs gaillards étaient planqués derrière le comptoir en bois, à côté de lui, tremblant comme des feuilles, le regard emplit de terreur. Et ils avaient raison. Ces Mangemonde étaient connus pour être de grands malades. Brutes cannibales, esclavagistes sanguinaires et sans scrupule, si la priorité était à l'origine la diversion, le jeune capitaine des Sandstorm Pirates n'avait désormais plus aucune intention d'envisager que ces brutes puissent en réchapper. Dégainant ses deux revolvers, il avança vers le trou, prêt pour un deuxième round. En sortant, il fut surpris que son adversaire n'ait pas poursuivit son assaut en lui écrasant la taverne dessus. Un second géant s'était ajouté à l'équation un peu plus loin, toujours aux prises avec les chasseurs de prime, ce qui avait eu pour effet de détourner l'attention du commandant de flotte, laissant une belle ouverture à saisir.


          Encaisse-moi ça...


          Faisant mouliner ses deux revolvers, il les pointa en direction du géant qui lui tournait le dos et tira à deux reprises. Les balles, agrémentées de graines de Pop Green explosèrent au contact de sa cible, créant deux énormes explosions en forme de crâne pourpre. Le choc projeta alors violemment Mange Shi Fu au sol et le sablonneux enchaina rapidement en tira deux coups supplémentaires. Cette fois-ci les projectiles libérèrent deux gros ronciers au contact, qui enlacèrent rapidement le géant qui se trouvait toujours au sol. Adversaire momentanément paralysé, le corsaire rengaina rapidement ses revolvers et se changea partiellement en nuage de sable volatil afin de se positionner dans les airs au dessus de lui. Il s'empressa de créer deux imposants poings de sable compact qu'il projeta avec force pour l'écraser avant de créer une bombe de sable afin d'enfoncer le clou. Mange Shi Fu hurla de rage, tentant de se dégager des ronciers, mais toujours incapable de bouger, il encaissa l'explosion de la bombe de plein fouet.
          Retombant sur la terre ferme à quelques mètres de lui, le capitaine des Sandstorm Pirates chercha son second du regard, toujours aucune trace de Ren. Il grimaça de douleur en regardant le corps inanimé du géant puis se dirigea vers les autres adversaires encore debout. C'est alors que la lame de Mange Shi Fu s'abattit sur lui avec violence, et ce n'est que par réflexe qu'il parvint à éviter d'être fendu en deux en roulant sur le côté in extremis. Se relevant d'un bond en arrière, il se retrouva face à son adversaire, manifestement débarrassé de ses liens et prêt à en découdre.


          Il en faudra plus si tu veux espérer me vaincre avorton. hurla le géant en pointant son sabre devant lui.

          Fait chier. grommela le corsaire avec un sourire nerveux.


          Dégainant son sabre Griffon, il se mit en garde et n'eut pas bien longtemps à attendre avant le début des hostilités. Mange Shi Fu se rua sur lui, avec une agilité et une vitesse insoupçonnées, et il frappa de sa lame. Le sablonneux para les coups tant bien que mal, concentrant son fluide offensif dans son meitou, chaque impact étant plus puissant que le précédent, il du se résoudre à utiliser la mobilité conférée par son fruit du démon pour tenter de se dérober. Malheureusement pour lui, le commandant de la première flotte des Mangemonde semblait vouloir en finir cette fois-ci, redoublant de vitesse afin de le déborder. Même si le corsaire était une devenu un bretteur aguerri, le gabarit de son adversaire rendait les choses difficiles et un duel au sabre n'était définitivement pas la solution. Poussé contre un imposant bâtiment, il rengaina sa lame et se changea en une nuée de sable pour esquiver un nouveau coup dévastateur qui fendit la façade derrière lui. Et s'il parvint à passer au dessus de son adversaire facilement, ce dernier l'empoigna aussi sec. Malgré l'armure de haki, le sablonneux grimaça de douleur, sentant son corps comprimé. Le géant le ramena vers lui avec un sourire satisfait et il se mit à rire lorsqu'il vit sa proie se débattre inutilement.


          Tu n'iras nul part. Pour mes frères que tu as trucidé.. je vais faire en sorte que le plaisir dure !


          L'étreinte de son énorme main s'intensifia et le corsaire sentit la pression l'écraser toujours un peu plus. Impossible de se dégager face à cet utilisateur de haki qui le tenait fermement. Il utilisa alors la capacité déshydratante de son fruit pour tenter de se libérer. Le géant lui lança alors un regard dément et décida finalement de mettre un terme à ce duel. Il ouvrit une large gueule, dévoilant sa dentition acérée et approcha son adversaire pour le croquer. Le sablonneux, prit de frayeur, se débâtit comme il put et finit par dégager ses deux bras. Il pointa alors ses deux revolvers directement dans la gueule béante dans laquelle il s'apprêtait à vivre ses derniers instants et tira. Au moment ou les deux détonations retentirent, un canon entouré d'une aura violette tomba lourdement sur le crâne du géant, le forçant à fermer la bouche et les projectiles explosèrent à l'intérieur. Yeux révulsés, une fumée pourpre se dégagea alors de ses narines et de ses lèvres entrouvertes. Il relâcha alors son étreinte avant de chuter en arrière, contre le bâtiment qui s'effondra sur lui. Le capitaine corsaire retomba sur le sol et se releva péniblement avec l'aide de Ren.


          Rien de cassé.. ? lança-t-il à son second.


          Corps endolori comme s'il venait de se faire piétiner par un troupeau de bœufs sur Kage Berg, le sablonneux profita de cette accalmie pour reprendre son souffle. Nul doute qu'il en faudrait plus pour venir à bout de Mange Shi Fu. Le sol fut parcouru d'une secousse, et ce dernier émergea justement des décombres, projetant une multitude de débris en tous sens. Recouvert de poussière, visage déformé par la rage, le commandant de la première flotte des Mangemonde était bel et bien vivant.


          FOUU ALLEZ ME LE VEVEEER ! hurla-t-il en dévoila sa dentition complètement ravagée.

          Au moins cette fois-ci.. il n'essaiera pas de nous croquer... Finissons-en Ren.


          Le duo des Sandstorm Pirates se prépara à faire face à un nouvel assaut du géant. Le sablonneux tituba légèrement, sentant ses articulations faiblir. Quelques instants de plus à être broyé dans les mains de ce monstre et il aurait surement finit en bouillie. Il créa à nouveau une grande quantité de sable qu'il fit tournoyer autour de lui et de son acolyte, espérant que Ned avançait de son côté. Quoiqu'il arrive, vainqueurs ou vaincus, Ren et lui ne pourraient certainement pas prolonger ce combat bien longtemps...
            Tombé dans le sable-mouvant à une vitesse éclair, nous pensions que Mange Shi Fu était finit, et pourtant. Malgré son poids imposant, il avait été assez vif pour profiter d’un instant de répit pour surgir des sables et nous frapper tour à tour. J’eus à peine le temps de lever mes bras devant moi que la racine de mangrove me percutait violemment. Projeté dans les airs à pleine vitesse, j’accusais le choc dans mes bras avant d’entamer une rotation avant pour ralentir mon ascension. À peine stabilisé, voilà que mon empathie m’alertait, baissant les yeux vers les deux lames d’air qui me fondaient dessus. Assez proches l’une de l’autre, je du me faire le plus fin possible en retombant entre les deux, la visière de ma casquette se faisant trancher au passage.

            Ce bâtard ! C’était ma casquette préférée! me lamentais-je en serrant les dents.

            Je retombais un peu plus loin, profitant de ma chute pour écraser un groupe de guerriers d’un coup de pied rotatif plongeant, atterrissant à quelques dizaines de mètres de Mange Shi Fu. Toutefois, les Mangemondes ne comptaient pas me laisser l’atteindre, s’étant rués sur ma direction dès que j’eus touché le sol. Une paluche aussi grande que mon corps s’écrasa droit sur moi, m’obligeant à bondir de côté, roulant sur le sol avant de frapper un groupe d’humains en guenilles en me relevant.

            L’est passé où l’humaain ? L’était sous main, pis pu là! se plaignit le géant tout penaud, posant son immense derrière au sol en tapant du plat de la main tout autour de lui comme un enfant qui écrase des insectes. Les esclaves mangemondes se faisaient broyés sous l’énorme paluche qui frappait aléatoirement.

            En me servant d’un type comme tremplin en lui marchant sur le visage, je bondis dans le dos du géant simplet, atterrissant sur son épaule alors que son gros visage penaud se tournait lentement vers moi.

            Trouv- bwééérgh!

            J’écrasais mon poing couleur charbon en plein dans son gros pif, le brisant en faisant gicler le sang comme une fontaine, lui aspergeant le visage en l’aveuglant. D’un nouveau bond, je pris appui sur sa joue et me propulsais dans la direction de ma véritable proie. Le géant pataud aveuglé se mit alors à brailler de façon incompréhensible en frappant le sol à l’aveuglette tout autour de lui, écrasant ses propres alliés et dérangeant l’avancée de ses camarades géants.

            Quoi que l’on faisait, rien ne semblait arrêter le commandant de la Première Flotte des Mangemondes. Concentrant mes pouvoirs de maudit, j’envoyais une myriade d’objets sur Mange Shi Fu alors qu’il se retournait pour se défendre à grands coups de sabre. Tandis que le sablonneux se faufilait dans son dos, le géant projeta une immense lame d’air qui se dirigea droit sur moi. Je bondissais de côté pour m’emparer de l’épée d’un mangemonde tombée là, la soulevant à bouts de bras en déployant toute ma force brute. D’un mouvement ample, je l’abattis sur la lame d’air qui explosa en me projetant en arrière dans une bourrasque. Je me réceptionnais en glissant sur le sol, mais déjà les mangemondes revenaient à la charge. Une masse d’arme géante surgit d’un côté pour me faucher violemment. Protégé par un bras recouvert au haki, je sentis mes os crier sous le choc et l’impact se réverbérer dans tous mon corps alors que j’étais projeté sur une vingtaine de mètres, traversant chaque obstacle.

            Après un rouler boulé incontrôlable, je terminais ma course dans un bâtiment qui explosa sous le choc, la bâtisse s’écroulant en partie sur moi. Allongé là, haletant, je crachais du sang en repoussant la poutre qui écrasait mon corps. Je me relevais en titubant, mes yeux voyaient rouge sous le voile de sang qui maculait mon visage. M’essuyant grossièrement, je sortis du bâtiment en sentant la douleur à chacun de mes pas. Et, la marée de géants et d’humains qu’étaient les mangemondes ne semblait pas avoir de fin. Deux géants débarquèrent juste devant moi, des massues de la taille d’un tronc d’arbre sur l’épaule, frappant de concert dans ma direction en me prenant pour une balle de golfe. Bondissant dans les airs au-dessus des deux massues qui s’écrasaient, j’utilisais la gravité pour en projeter l’un sur l’autre, les envoyant valser un peu plus loin en écrasant leurs renforts au passage. Je m’élançais pour rejoindre le capitaine toujours aux prises avec Mange Shi Fu, mais de nouveau les guerriers mangemondes me barrèrent le chemin.

            Les genoux en avant, recouverts de haki, je me lançais d’un bond dans la mêlée en fauchant tous ceux qui passaient à ma portée. Les corps volaient à chaque coups et, dès qu’un géant débarquait, je profitais de ses attaques amples et imprécises pour écraser mes propres adversaires.

            Putain que c’est risible, des si grosses têtes pour de si petits cerveaux, la nature est mal faite. éclatais-je de rire en bondissant finalement sur l’épaule d’un géant.

            Mon poing percuta son crâne avec une telle brutalité que je l’entendis craquer alors que son corps se raidissait soudainement, penchant dangereusement vers l’avant. Je bondis de nouveau, droit vers un autre géant qui abattait son épée droit sur moi. Un sourire aux lèvres, j’y opposais ma main tendue recouverte du haki de l’armement, frappant avec une telle vivacité tel un sabreur que l’attaque siffla dans l’air. Ma main percuta le tranchant de la lame dans un tintement métallique et, contre toute attente, ce fut l’épée qui se brisa, la moitié de sa lame tombant dans la mêlée. Je continuais ma course céleste au-dessus de l’épaule du sabreur géant, laissant ma main égorger le mangemonde avant de bondir à terre derrière lui.

            Cependant, il en venait toujours plus et je n’avais pas de temps à perdre avec eux. Le meilleur moyen de s’en débarrasser était de frapper un grand coup, et j’avais la technique idéale pour cela. Le seul problème résidait dans son aspect aléatoire et son long temps d’action, ce qui m’obligeait à reporter pour l’instant, mes adversaires arrivant à la pelle. J’évitais plusieurs sabres, contre-attaquant en tranchant tous ceux qui se retrouvaient à portée de mes mains, tendues et recouvertes de haki, sifflant à chaque attaque tandis que l’air se dilatait en laissant une trace dans le sillage de mes bras. Leur nombre était problématique et par moments une attaque parvenait à me blesser, et pourtant au fur et à mesure de cette danse macabre, la douleur s’estompait. Mon esprit s’éclaircit pour chasser les pensées superflues, soufflant bruyamment comme une bête alors que je sentais mes forces revenir comme un second souffle. Une seule chose comptait à présent à mes yeux : vaincre mes ennemis.

            Je pliais soudainement un genou, bondissant dans les airs en une pirouette acrobatique, passant à l’horizontale la tête en bas une fois atteint le sommet de mon saut. Je ramenais alors mon poing brillant d’une aura violette en arrière avant de frapper l’air devant moi. En faisant appel aux pouvoirs de la gravité je créais un couloir descendant qui ne dura qu’une seconde mais s’écrasa au sol avec une telle force qu’il l’enfonça sur plusieurs mètres en formant un puits parfaitement rond dont on ne voyait pas le fond, dans lequel les mangemondes se retrouvaient entassés et bloqués dans la terre pour les plus chanceux. De l’autre main, je créais une autre zone ascendante cette fois-ci, soulevant les guerriers un peu plus loin qui paniquaient une fois que leurs pieds quittaient le sol. Alors que je retombais, je me servis des corps gigotants comme marche-pieds pour garder une position aérienne, les frappant au passage, histoire de les calmer.

            Après quelques secondes à bondir de corps flottant en corps flottant, je repérais finalement le capitaine, toujours aux prises avec Mange Shi Fu. Il avait été rejoint par la sabreuse aux cheveux cendrés qui luttait contre l’un des lieutenants que j’avais repéré un peu plus tôt. Mais, bien qu’ils luttaient comme des diables, la victoire était loin d’être assurée. Ces deux Mangemondes étaient déjà une chose compliquée à gérer, mais leurs guerriers en étaient une autre qui menaçait de leur tomber dessus en plein combat. Leur nombre avait bien diminué, mais c’était loin d’être terminé.

            Une détonation me tira de mes pensées avant qu’une explosion ne surgisse sous mes pieds, le souffle me projeta encore plus haut dans les airs tandis que les corps qui me servaient de marche furent calcinés dans l’explosion. De nouvelles détonations retentirent, tirant des boulets de canon aussi grands que moi. Plaçant ma main ouverte dans leur direction, elle se ganta d’une aura violette et la gravité s’intensifia soudainement en formant plusieurs halos de la même teinte. Les projectiles ralentirent alors que les détonations continuaient et une pluie de boulets géants retomba pour s’opposer à ceux qui remontaient. Les explosions retentirent dans tous les sens en soulevant un épais nuage noir dans lequel je retombais comme une flèche, les bras le long du corps. Mon empathie aux aguets, j’évitais les projectiles des géants qui tiraient à l’aveuglette dans le nuage. J’en sortis alors, retombant droit sur l’un d’entre eux en lui décochant une droite fulgurante qui l’envoya face contre terre. Aussitôt au sol, je m’élançais vers un second mangemonde, remontant d’un bond jusqu’à son visage qui culminait à dix bons mètres pour lui envoyer un coup de genou sous le menton qui le souleva de terre un instant avant de chuter en arrière. J’attrapais son revolver deux fois plus gros qu’un canon, contractant mes muscles pour balancer l’arme dans les airs aussi haut que je le pouvais à la seule force de mes bras.

            Mange Shi Fu tenait fermement Azerios et s’apprêtait à le bouffer alors que ce dernier se débattait pour sa vie, braquant ses flingues droit dans sa gueule. J’étais trop loin pour intervenir à la beigne, mais l’arme projetée plus tôt survolait à présent la tête du géant. Concentrant toute la puissance de mon fruit du démon, je tendis la main vers l’objet qui brilla d’une lueur violette avant qu’il ne soit violemment attiré vers le bas. L’arme s’écrasa sur le crâne du géant, lui fermant la bouche juste après que le sablonneux ait tiré ses balles spéciales. Le revolver géant encore chargé explosa à l’impact et une fumée pourpre s’échappa de ses lèvres alors qu’il tombait à la renverse sur une maison. Je pus enfin rejoindre Aze que j’aidais à se relever en lui tendant la main.

            Rien de cassé?

            Ce serait plutôt à moi de te dire ça, t’es dans un sale état.

            Nous l’étions tous les deux, mais dans mon état mental actuel je me rendais moins compte des plaies ouvertes et ecchymoses qui parsemaient mon corps. Comme nous nous y attendions, Mange Shi Fu émergea des débris, loin d’avoir dit son dernier mot, aussi mal articulés fussent-ils sans la majorité de ses dents.

            Il va peut-être enfin la fermer comme ça. ricanais-je en me préparant à l’assaut, réfléchissant au meilleur moyen de nous débarrasser de lui. Fumons-lui la gueule une bonne fois pour toutes.

            La tempête de sable s’éleva de nouveau autour de nous, formant un voile de plus en plus épais entre nous et Mange Shi Fu. Je le sentis s’approcher, son pas plus titubant qu’auparavant et plus lent par la même occasion. Prédire ainsi son prochain mouvement à l’aide du haki de l’observation était alors un jeu d’enfant. Un sourire narquois, je tendis la main dans sa direction, pointant brusquement le sol de l’index. À quelques mètres devant Mange Shi Fu, là où il s’apprêtait à poser le pied, le sol s’affaissa soudainement en formant un puits assez large pour accueillir le corps du géant. Son pied y disparut, le déstabilisant en avant et l’obligeant à attraper le bord du gouffre du bout des doigts tandis que son corps pendait dans le puits qui s’enfonçait dans la mangrove jusqu’à une profondeur inconnue. Mais, c’était mal connaître le Commandant de la Première Flotte des Mangemondes qui se hissa à la force de ses bras, sortant du trou en beuglant. Toutefois c’est ce qu’il crut, ses mains glissant sur le sol qui était en mouvement, grain de sable après grain de sable jusqu’à ce que le courant s’intensifie tout autour du puits, poussant Mange Shi Fu à lâcher prise alors qu’une partie du sable s’accrochait à sa peau en s’agglomérant. Rapidement, le géant disparut complètement dans le trou qui se bouchait de sable se compactant au fur et à mesure alors que j’y ajoutais une nouvelle pression gravitationnelle pour sceller le puits.

            Vu le bestiau, ça m’étonnerait qu’on en ait finit avec lui. dis-je au sablonneux en posant ma main à terre, déployant mon empathie pour confirmer mes propos. Il gigote encore, mais il devrait nous laisser tranquilles pour un moment. Suffisamment pour que je te montre un nouveau tour de magie! m’exclamais-je en affichant un grand sourire niais.

            Venant de toi, je m’attends au pire. railla Azerios en ricanant, toussotant un instant avant de se reprendre. T’as besoin de quoi?

            Une couverture solide, et je ferai pleurer le ciel d’une larme de terre et de feu.

            La tempête reprit de plus belle autour de nous, s’épaississant en un rien de temps et intensifiant sa vitesse, formant un tube parfait ouvert sur le ciel. C’était là l’environnement idéal pour tester ma toute dernière technique. Les détonations retentissaient tout autour de la tempête et pourtant, faisant pleinement confiance en mon capitaine pour me couvrir pendant ce temps, je fermais les yeux pour me concentrer. Je relâchais mes haki, vulnérable à la moindre attaque, puis levais ma main à la verticale au-dessus de moi, visant le ciel.

            Skyfall !!


            Une aura violette apparut sur mon épaule, s’enroulant en remontant mon bras jusqu’à ma main, à plat face au ciel. La lueur s’y concentra, emplissant l’intérieur de la tempête de cette lumière surnaturelle. Puis elle quitta ma main pour prendre la direction des cieux, s’enroulant dans les airs à la manière d’un serpent avant de disparaître parmi les nuages. Bien que je n’en voyais plus le bout, je ressentais chaque objet qui passait dans le tourbillon violet, comme une partie de pêche gravitationnelle. Et, après de longues secondes dans ma bulle, une prise mordit enfin à l’hameçon. Je refermais ma main en un poing, la ramenant lentement vers le bas, luttant contre ma proie qui résistait, changeant peu à peu sa trajectoire pour adhérer à la direction de mon rayon : droit sur nos tronches. Finalement, je parvins à redescendre brusquement mon poing alors que l’aura qui l’entourait se dissipait.

            C’est bon, accroches-toi à ton froc parce que ça va swingeeeeéé! m’exclamais-je alors que j’étais soudainement projeté au sol, perdant l’équilibre à cause d’une substance jaunâtre qui s’était accrochée à ma jambe et me tirait.

            Trop concentré dans ma technique, je ne l’avais pas remarqué se faufiler sournoisement au ras du sol sous la tempête. Un épais tentacule gluant et malodorant qui, à présent, me tirait sur le sol pour tenter de me sortir de la tempête, ou de renvoyer la tornade du sablonneux contre moi.

            Tu vas me lâcher, saloperie! m’énervais-je en martelant l’amalgame gluant qui ne faisait que se coller davantage à mes membres en entravant mes mouvements. C’est quoi ce bordel!

            Je me rapprochais de plus en plus de la tornade, luttant contre la force fromagère en me relevant et en ancrant mes pieds couverts de haki dans le sol. Mais ce ne fut pas suffisant et je quittais brusquement la terre ferme pour entrer dans la tempête destructrice qui s’était formée autour de nous. Une carapace de haki recouvrit mon corps, mais je sentais la puissance du courant desséchant s’abattre sur moi, tordant mon corps de douleur malgré mon état mental de berserker. La tornade de sable s’éventra alors soudainement comme un rideau qui s’ouvre, les grains changeant de direction tandis qu’Aze débarquait en tranchant l’amas de fromage relié au géant de l’autre côté de la tempête. Ce dernier s’apprêtait à attaquer de nouveau lorsque qu’un flash ardent surgit dans son dos, le frappant de plein fouet pour le projeter plus loin, suivit de près par la chasseuse de prime.

            Alors ce tour de magie, ça a foiré? me dit Aze en m’aidant à me relever.

            Héhéhé si seulement, je me fendrais pas autant la gueule. ricanais-je en pointant du doigt une percée dans les nuages juste au-dessus de nos têtes.

            Tu déconnes? fit-il après quelques instants à scruter le ciel, remarquant un point noir qui grossissait petit à petit. T’es un grand taré...on a combien de temps?

            Cinq minutes je dirais, vu la taille ça devrait faire un sacré trou. Au pire ça éclatera la mangrove. dis-je d’un grand sourire ravi en observant le point noir devenir plus précis.

            C’était un beau caillou, de près de quinze mètres de diamètre et propulsé depuis l’espace, s’enflammant en entrant dans l’atmosphère. Un condensé de destruction qui filait droit sur nous et ce même sans une nouvelle intervention de ma part, sa trajectoire était décidée et ce n’était qu’une question de temps avant qu’elle ne s’écrase dans une explosion tonitruante. Vu notre position, cela ne devrait pas déranger la mission de l’équipe infiltrée sur le navire des Mangemondes, outre les secousses qui suivraient l’impact. Nous avions chargés Reyshu, Nina et les Blugoris de couvrir leurs arrières, prêts à intervenir sous les navires des géants pour les sortir de là si jamais la situation devenait hors de contrôle.

            Si tout se passe bien, ils devraient se disperser pour les plus malins et se faire capturer par nos troupes restées en retrait, ou par la Marine qui doit se dépêcher jusqu’ici après un tel bordel. Mais bon, vu les têtes de cons qu’on affronte, ça va faire un joli strike quoi qu’il en soit, faut juste qu’on fasse gaffe à ne pas faire partie des quilles.

            Bien, on s’y remet? répondit-il en me faisant remarquer les trois géants qui nous fonçaient dessus.

            Azerios leva une main pour soulever le sable de la tempête retombée derrière nous. Le sable se sépara en plusieurs parties semblables à des tentacules qui vinrent entourer les trois colosses en déployant son sable pour les recouvrir de la tête aux pieds. Immobilisés par l’accumulation de sable, de plus en plus épais, je n’eus qu’à finir le travail en les terrassant sous une puissante gravité tandis que le sablonneux resserrait son étreinte. En un instant, les trois géants ne ressemblèrent plus qu’à un amas de sable ensanglanté. Une démonstration de force qui fit de nouveau douter un grand nombre de Mangemondes. Une peur qui ne fit que s’accentuer lorsqu’ils levèrent les yeux, apercevant ce point noir devenir de plus en plus précis, révélant son aura enflammée et sa nature.

            Bordel c’est quoi ce truc? s’exclama un géant, lâchant son arme sous la surprise.

            Votre extinction, bande de cons.

            De nouveau prêts à partir au combat, nous ne remarquions pas la masse imposante qui sortait du sable derrière nous. Les mains de Mange Shi Fu, couvertes de haki, s’écrasèrent alors sur nous, nous plaquant au sol violemment. Face contre terre, je sentis tout mon corps se faire broyer malgré mon recouvrement total, qui s’effritait sous la pression de la paume du géant.

            Fous penfiez fraiment m’afoir fué?!! Fe fuis Manfe Fhi Fu pante t’impéfiles ! hurla le géant, la face ravagée, la mâchoire broyée et il ne semblait plus pouvoir se lever à cause d’une jambe perdue lorsqu’il était sous terre. Il respirait péniblement, du sang coulant abondamment entre ses lèvres. Il ne le savait pas encore, mais vu son état, il était déjà mort.

            Aze et moi nous retrouvions en fâcheuse posture, face contre terre côtes à côtes. Nos regards se croisèrent et je su ce que je devais faire. Tournant ma seule main de libre en direction du géant, j’inversais brièvement la gravité pour diminuer la pression qu’il exerçait sur nous et tenter de le déséquilibrer. Le bras du sablonneux s’était déjà changé en son élément fétiche, fusionnant avec tout le sable présent au sol qu’il concentra sous le ventre du géant avant qu’une énorme épée de sable compact n’en sorte et percute Mange Shi Fu. Pourtant blessé, ce dernier parvint à bloquer l’attaque en y opposant ses mains couleur charbon. Toutefois, je m’étais relevé tant bien que mal, prêt à donner tout ce qu’il me restait pour éliminer ce géant de la surface de la terre. À côté de moi, le capitaine concentrait ses forces pour maintenir l’épée et continuer de repousser le mangemonde qui luttait pour ne pas être transpercé. Je m’élançais alors, un poing ganté de violet en arrière, concentrant toute la puissance de mon fruit du démon dans ce coup de poing, le décochant droit vers la poignée de l’épée géante de sable.


            Fly Me to the Moon

            +

            Spada delle sabbie

            =

            Grande Spada della Luna


            Mon poing propulsa l’arme dans un couloir gravitationnel, repoussant plus encore Mange Shi Fu qui ne put lutter qu’un instant avant que ses défenses ne s’effondrent. Son haki vola en éclats et ses mains furent arrachées tandis que l’épée continuait sa course dans le ventre du géant, le transperçant sans que l’épée ne s’arrête pour autant. À travers le trou béant dans le ventre du mangemonde, je vis l’arme faire voler et déchirer tous ceux qui étaient sur son chemin jusqu’à ce qu’elle termine sa course en se plantant dans l’arbre géant à une centaine de mètres de là. Le corps du géant tomba en même temps qu’un silence pesant au sein des troupes des mangemondes. Ils faisaient à présent face à un dilemme : rester à combattre au risque de se faire pulvériser par la chute imminente d’une météorite, ou fuir le cataclysme. Et, à bout de force, j’espérais qu’ils choisiraient la solution de facilité.
            • https://www.onepiece-requiem.net/t23776-ft-ren-aoncan
            • https://www.onepiece-requiem.net/t23748-ren-aoncan-aka-mazino
            Pendant ce temps, au premier sous-sol du navire amiral des Mangemonde…

            Piggy était à genoux, victime de la filouterie d’Abi et de Lenny. Il grogna de colère et tenta de m’arracher le visage d’un coup de couperet, mais son manque d’amplitude me laissa esquiver avec une facilité déconcertante. Le charcutier était devenu le gibier, la proie prise au piège qui n’attendait plus que son sort soit scellé. Je pris fermement appui au sol, avant de décoller sur plusieurs mètres de hauteur.

            - Maintenant, Rascus !

            L’ingénieur m’imita et s’élança à mes côtés. Il tira son gigantesque canon de son dos et appuya sur la détente en visant la tête du porc. La déflagration souffla tout ce qui se trouvait aux alentours et le missile termina sa course sur la face de Piggy en provoquant une explosion.

            - Frappe du temps.

            Mes mains se joignirent l’une à l’autre et je frappai en diagonale de toutes mes forces. La poitrine de Piggy se cisela en un éclair et je retombai sur mes pattes après une roulade. Le charcutier des Mangemonde, le visage défiguré et le torse entaillé, ouvrit ce qu’il restait de sa gueule pour lâcher un dernier râle d’agonie. Le géant s’effondra lourdement, tandis que nous courions chacun de notre côté pour échapper à sa zone de chute. La secousse fit trembler la grande cuisine et sonna la fin de notre affrontement.

            Rick n’avait pas fini en chair à saucisse et Piggy n’était plus de ce monde, ce qui signait une première victoire pour la team Espoir. Mais nous avions usé de pas mal de nos ressources et le chemin vers la cale semblait presque inatteignable.

            - Pensez-vous qu’il nous reste encore de nombreuses épreuves de la sorte à traverser ? S’inquiéta Oscar qui avait failli voir son frère bouillir dans une marmite.
            - J’ai bien peur que le pire reste à venir, poursuivit Lenny en soupirant.

            Elle n’avait pas tort. Ce n’était que le premier sous-sol et il restait sans nul doute de nombreux obstacles à surmonter. D’autant plus que le vaisseau amiral était gigantesque et de l’intérieur, ressemblait plus à un labyrinthe dans lequel nous progressions comme des fourmis.

            Nous poursuivîmes notre route quasiment à l’aveugle, mais je guidai le groupe sans une once d’hésitation dans mes pas. A cet instant, je ne saurais dire quel sentiment exact me traversait, mais je sentais une sorte de flux me happer. A l’instar de mes camarades, c’était bien la première fois de ma vie que j’arpentais ces couloirs interminables, mais j’avais l’impression de connaître chaque recoin qui nous attendait. C’était comme si je percevais des centaines de souffles de vie, comme si j’entendais les âmes des Mangemonde jusqu’au plus profond de la cale. Où là, un souffle en particulier faisait le tour de mon esprit, un souffle irrégulier, abîmé, mais en même temps empli d’une chaleur familière.

            - Ned, t’es sûr que ça va ? Me demanda Lenny avec la compassion qu’était la sienne.
            - Hihihi, il va nous faire une syncope !
            - Eh Rascus, pourquoi on l’suit lui d’ailleurs ?
            - Taisez vous et avancez, l’escalier vers le deuxième sous-sol est juste en face de nous, terminai-je après avoir repris mes esprits.

            Ce qui m’avait guidé jusqu’ici étaient deux souffles de vie, deux souffles bien plus imposants et disgracieux que ne l’était Piggy. Et j’avais écouté mon instinct : plus nous descendions, plus les obstacles seraient éprouvants, alors, je devais suivre ces deux souffles, car je savais qu’ils nous conduiraient à l’étage inférieur.

            Nous avalâmes l’escalier à toute vitesse quand soudain, une voix provenant du plafond se mit à résonner. Un escargophone retransmettait le discours d’un des Mangemonde en prenant une mine sérieuse.

            - Ici Bo. Le cadavre de Piggy a été retrouvé dans ses cuisines, des rats se sont faufilés dans le navire. Attrapez-les et réduisez-les en purée, hors de question de les laisser faire plus de dégâts. Et je m’adresse à vous, petits rats, ne croyez pas pouvoir vous échapper d’ici, vous allez payer votre insolence.

            Notre infiltration était compromise, mais peu importait, notre objectif ne changeait pas d’un poil pour autant. Les géants sur notre route étaient sur leurs gardes et désormais, se faufiler entre leurs pattes étaient une tâche encore plus difficile. La Team Espoir n’avait pas une force de frappe suffisamment conséquente pour venir à bout des centaines de géants qui surveillaient encore le navire, la ruse en revanche, était notre meilleure atout.

            Au bout d’un énième couloir, nous arrivions finalement devant une porte gigantesque sur laquelle était inscrit en lettres capitales « buanderie ».

            - C’est un cul-de-sac, s’étonna Rascus. Les escaliers vers les étages inférieurs doivent se trouver ailleurs.
            - On a du manquer une sortie ! Bordel ça veut dire qu’il faut qu’on repasse par tous ces géants qu’on a réussi à esquiver ?! J’savais qu’il fallait pas le suivre lui !

            Ils n’avaient pas tort, les buanderies ne menaient en général qu’à des culs-de-sac. Mais pourtant, le flux était toujours là, léger et presque imperceptible, mais je le sentais toujours. Et c’était derrière cette porte immense, que je percevais ces deux épais souffles de vie. Deux géants puissants, qui devaient sans l’ombre d’un doute garder l’escalier vers le prochain sous-sol. Franchir cette porte, c’était faire un pas de plus vers Sania. Alors, je me glissai sous celle-ci comme une souris et mon geste contraignit mes compagnons à faire de même.

            Nous nous retrouvâmes au beau milieu de balais géants, de serpillières démesurées et de linges suspendus par des cordes aussi larges que celles qui tenaient la voile d’un navire. Et au fond de la salle gigantesque, deux géants se tenaient devant des escaliers qui disparaissaient vers d’autres profondeurs. Les deux géants avaient la même tête, à une dent près, et tous deux tenaient dans leur main une sorte d’aspirateur immense propulsé par un breath-dial.

            - Dis Morg, tu penses que ces moucherons vont se pointer, j’ai l’aspi’ qui me démange, s'impatienta l’un en se curant le nez.
            - J’espère Borg, parce que je m’ennuie à crever ici ! Tout ça c’est la faute de Bo, l’a préféré qu’on reste à croupir ici plutôt que d’aller s’amuser à aspirer dehors ! Y a rien à aspirer ici ! S’exaspéra le deuxième en secouant sa machine comme un ahuri.

            En toute hâte, la Team Espoir se faufila discrètement derrière un chariot à ménage et se réunit en cercle comme pour préparer son plan d’action.

            - C’est qui ces deux débiles ? Chuchota Lenny en baissant la tête vers ses camarades.
            - Morg et Borg, les jumeaux éboueurs. Des types coriaces eux-aussi, poursuivit Rascus en réajustant son canon.
            - Tu as l’air d’en connaître un paquet sur tous ces géants Rascus !
            - Je me renseigne juste sur mes ennemis avant d’infiltrer leur navire, la base quoi…
            - Oscar, on va leur montrer qui sont les vrais jumeaux ici ! s’exclama Rick avec enthousiasme.
            - Mais tu vas arrêter de gueuler oui ?! Tu vas nous faire repérer !
            - Euh Lenny, je crois que tu cries aussi.
            - Bon, on se concentre un peu ? Repris-je avec sérieux.
            - Oh mais il va arrêter de s’prendre pour le héros c’lui-ci ?
            - Du calme Rick…
            - Si je te coupe en deux là tout de suite tu la fermes ou pas ?
            - Alors, c’est quoi le plan ? Les escaliers se trouvent derrière eux, il va falloir qu’on la joue fine si on veut réussir à passer.
            - Mieux vaut garder nos forces pour plus tard, il faut qu’on évite de les affronter de front.
            - Et si nous utilisions les objets à notre disposition, qu’en pensez-vous ? On pourrait réussir à détourner leur attention pour se faufiler à l’étage inférieur.
            - J’approuve. Mais il faut qu’on agisse rapidement, notre diversion doit être parfaitement maîtrisée.
            - Dans ce cas, préparons-nous.
            • https://www.onepiece-requiem.net/t22864-ft-ned-mayhem
            • https://www.onepiece-requiem.net/t22846-ned-mayhem
            Chaque membre de l’équipe s’échange des regards respectivement. Abigaël met ses cordes en évidence. Rascus place ses fameuses bouteilles empli de gaz explosifs à côté. Lenny pose à son tour  des fumigènes et des fioles. L’ange déchu, main au menton, prend la parole à voix basse.

            Hum. Il faudrait en utiliser le minimum.
            -Si je ne m’abuse, une simple diversion suffit. Nous pouvons donc laisser deux plus inutiles d’entre nous attirer leur attention pendant que nous nous frayons un chemin. S’ils survivent tant mieux. Hihi !

            La blonde finit sa proposition en regardant les deux tontattas d’un air supérieur. Rick commence à prendre vraiment la mouche.

            Ho! Ça suffit maintenant, on est là pour aider…

            La pirate lui enroule une corde autour de la bouche, avant de l’attirer vers elle pour lui plaquer la tête au sol. Le sourire aux lèvres, elle lui fait doucement ses remontrances.

            Moi aussi. Et je ne veux pas qu’un idiot nous emmène droit vers une mort certaine. Je préfère amplement le tuer moi-même.

            Rascus intervient de suite, séparant Abigaël du tontatta.

            Putain, c’est pas le moment. On se calme, là.
            -C’est toi qui les as choisi, Rascus.
            -N’en rajoute pas.
            -On perd du temps.


            Les mots de Ned replongent le groupe dans leur réflexion. Oscar fait le guet pour vérifier un mouvement des deux géants. L’un deux commence à ronfler debout, pendant que l’autre semble astiquer son aspirateur. Lenny finit par proposer un plan.

            Bon. On a qu’à utiliser mes fumigènes et les bouteilles. Ils utiliseront leur engin pour aspirer la fumée. Les explosifs seront dans leur armes et ils exploseront dans leurs bras.
            -C’est le matériel le plus précieux pour notre fuite, ma chère.
            -Je sais bien…

            L'agent Tarentule marque un point d'honneur à toujours se laisser une solution de fuite assurée. De plus dans un sauvetage, il n'a rien de mieux que de la fumée et des explosions pour perturber des poursuivants. Le groupe semble aussi le comprendre. L'ingénieur de la Team Espoir se décide à prendre la parole.

            "J'ai un plan, mais il va falloir me faire confiance.
            -Dit toujours.
            -Je ne connais pas les limites de mon pouvoir. Si cela peut nous faire gagner du temps, il faut que j'essaie. Je vous demande de me couvrir au cas où ça foire.
            -Cela devient intéressant ce que tu nous raconte, Rascus.
            -Reprenons nos armes et accrochez-vous à moi."

            L'équipe hoche de la tête constatant l'attitude déterminée de leur camarade. Par ses cordes, Abigaël attache chacun des membres l’un aux autres pour finir par s’attacher à Rascus. L'ange déchu pose un genou sur le sol. Il enfonce violemment ses poings dans le bois du navire. Les planches à proximité se mettent à trembler d'elles-mêmes. La pièce frémit de toute part. Prenant vie, de multiples planches se tordent sous les yeux méfiants des géants.

            C’est quoi ça?
            -Borg, je crois que c’est enfin l’heure du nettoyage.

            Le sol se met soudainement à bouger. Il s’incline de sorte à ce que le niveau de l’escalier pièce soit plus haut que le côté de la porte. Cette pente surprend les géants qui tentent de maintenir l’équilibre. Les planches de la pièce vibrent subitement. Sous leurs pieds, le plancher devient aussi glissant que lorsqu’il vient d'être ciré. Les deux adversaires dans le désarroi glissent et dégringolent. La porte s’ouvre laissant les deux nettoyeurs quitter les lieux dans leur chute. A peine les ennemis sortis, Rascus cèle cette entrée par un afflux de balais, de meubles et de planches de quatre coins de la pièce s’enfoncent dans les jointures de cette porte. La pièce reprend son aspect initial. L’ange déchu prend la parole quelques peu essoufflés.

            Bon. Finalement, cela s’est bien passé.
            -Tu rigole! C’est incroyable ce que tu as fait là.
            -Même le bois est passé sous ton contrôle, Rascus. Qu’est ce qui peut t’arrêter à présent? Hihi !
            -J’ai simplement gagné du temps.
            -Dépêchons nous.

            Des bruits de coup à travers la porte retentissent déjà. Abigaël reprend ses cordes et le groupe continue sa course en suivant Ned, dont l’intuition semble particulièrement aiguisée.


            Dernière édition par Agent Tarentule le Jeu 27 Avr 2023 - 0:18, édité 1 fois
            • https://www.onepiece-requiem.net/t25230-la-garde-robe-de-l-agent
            • https://www.onepiece-requiem.net/t25213-l-agent-tarentule#262699
              Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
              Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum