Le Deal du moment :
Display japonaise One Piece Card Game OP-09 The Four ...
Voir le deal

The Way of Water

The Way of Water Eaaaaa10


Ainsi, ils plongeaient.

Disparaissait Shabondy et ses mangroves, ses bulles, ses attractions et ses vices cachés. Là où ils levèrent la tête, il n’y avait plus qu’un voile cotonneux, dissimulant la surface, s’épaississant de plus en plus, à mesure qu’ils chutaient vers le fond. Le soleil semblait perdre de sa force et de sa vigueur, et seuls quelques subtils et chatoyants rayons transperçaient cette masse uniforme, transparente, sublime, apaisante et effrayante qu’on nommait « l’eau ».

L’Indompté, Le Noirsillage, L’Impardonnable, L’Étincelle, Le Démolisseur, L’Amadeus, Le Hanami Joy, et même Borat, tous, comme une nuée immense et grandiose, chutaient, lentement, en direction de ce qu’ils espéraient trouver, là où le noir gagnait tout espoir de visibilité.

Les bulles de revêtement protégeaient leurs vies et leurs embarcations, elles étaient leurs gardiens, leur dernier rempart face à un océan impitoyable et de plus en plus redoutable à mesure que la pression grandissait.

Accoudé au bastingage de L’Indompté, Ned observait l’immensité des profondeurs par-delà la bulle protectrice. Ne régnait qu’un silence lent et étrangement calme, à rebours du vacarme assourdissant de la surface. Cette dernière, bien qu’encore visible, ne cessait de s’éloigner inexorablement, vouée à disparaître de la vue de tous. Et là où l’eau prenait ses éclats bleutés et ses reflets miroitants lorsqu’elle était proche du dehors, elle sombrait dans une pénombre étouffante et opaque lorsque les profondeurs dévoraient toute lumière.

Sous la mer, l’ambiance était particulière, le calme régnait, le silence était de mise et le froid semblait peu à peu gagner du terrain. Absorbé par les bancs de poisson harmonieux et le silence religieux, Ned mit quelques secondes à entendre la voix dans son dos.

- Le Capitaine te demande.

L’archéologue se retourna, tiré de ses songes, et trouva Jayce, dans sa solennelle et habituelle noblesse. Il acquiesça aux mots de l’homme-poisson et se retourna vers le bastingage. De nouveau accoudé, jetant son regard à l’horizon et aux courses dansantes de la faune sous-marine, le jeune pirate soupira profondément.

- Qu’est-ce qu’il nous attend de l’autre côté, mon frère… ? La liberté ? La gloire ? La mort ? Qu’est-ce que le Nouveau Monde renferme d’après toi ? Est-il aussi impitoyable qu’on le prétend ? Et les histoires folles qu’on relate à propos des royaumes qui y fourmillent, tu crois qu’elles disent vraies ? Ou alors elles ne sont que des légendes ?
- Je pense que tu te poses beaucoup trop de questions mon cher ami, rétorqua Jayce d’une voix claire avant de le rejoindre au bastingage.
- Hm. Sans doute.
- Crois-moi, nous découvrirons tout cela bien assez tôt.
- Et…
- Hm ? l’interrogea l’homme-requin en faisant rouler discrètement ses yeux vers lui.
- Elle, tu penses que là-bas…je la retrouverai ?

Jayce resta silencieux un instant et pointa son regard par-delà la bulle de l’Indompté. L’immense banc de poissons qui tapissait les profondeurs s’était éventré à la question du sabreur, et s’évaporait lentement pour laisser place au vide immense et froidement silencieux.

- Attends-tu vraiment une réponse à cette question ?

Ned hésita un instant, ne sachant trop ce qu’il cherchait à savoir. Il délaissa finalement l’immensité des océans en faisant volte-face et regarda son ami, qui le dépassait d’un demi-mètre.

- Non…tu as raison. Qu’est-ce que veut Aze ? demanda-t-il en faisant fi des questions qui lui accablaient l’esprit.
- Je crois qu’il veut s’entretenir avec tout le monde pour préparer au mieux notre descente. Les autres sont déjà en salle de réunion.
- Allons-y.

S’éloignant des profondeurs, les deux frères d’armes rejoignirent le pont d’abord, puis se dirigèrent vers les quartiers. Ned avait laissé le commandement du Hanami Joy à Braum et Lenny et avait rejoint L’Indompté avant leur plongée sous-marine, et ce, à la demande d’Azerios. Ce dernier entendait réunir ses proches lieutenants sur le vaisseau amiral pour préparer au mieux leur arrivée sur l’île des hommes-poissons et surtout, pour se concerter sur la voie à suivre une fois le Nouveau Monde atteint.

En route vers la salle de réunion, Ned balança son regard par-dessus son épaule et observa d’un œil Jayce, qui lui emboîtait le pas.

- Comment tu te sens ?
- C’est-à-dire ? rétorqua l’homme-poisson, un peu déboussolé.

La question était si évidente qu’en donner une réponse claire semblait relever de l’impossible. Jayce, d’une droiture et d’une retenue sans égale, n’était pas du genre à s’ouvrir et à partager ce qu’il ressentait de manière aisée, il préférait généralement s’en tenir à l’écoute et à l’empathie plutôt que d’être celui qu’on interrogeait. Il fit rouler sa mâchoire comme pour délier l’amas de mots dans sa bouche et se racla la gorge.

- Eh bien… Je dois dire que je me sens…étrange.
- Nous ne sommes plus qu’à dix mille mètres de ce dont tu as toujours rêvé : revoir ta patrie.
- J-je…je me réjouis de cela, mais lorsque j’ai quitté ma terre natale, tout n’était pas rose. Tu le sais, ma famille m’a renié et j’ai vécu bien plus de désagréments que d’instants de paix dans les profondeurs. Disons que j’ai…une sorte de…
- D’appréhension ?
- Oui.
- Rien d’étrange dans ce cas. Je me doute que tout n’est pas clair dans ta tête en ce moment, mais moi, j’ai confiance en toi pour surmonter tout ce que tu pourrais être amené à vivre…ou à revivre. En tout cas, sache que je serai à tes côtés. Toujours.

Jayce acquiesça silencieusement d’un geste de la tête. Les deux amis rejoignirent finalement la salle de réunion et trouvèrent la plupart des grosses têtes des Sandstorm. Aze était debout, en discussion avec Megumi. Assis autour de la grande table centrale, Ren trinquait avec Djaymily. Peeter, adossé à un mur, grillait sans nul doute sa trentième clope de la journée, tandis que d’autres attendaient plus ou moins patiemment. Parmi eux, Ned reconnut Abi et son indéchiffrable excentricité.

Les réunions chez les Sandstorm Pirates avaient cette dose de folklore et cette ambiance festive dont on aurait pu penser à tort qu’elles faisaient fi du sérieux de certaines situations. Mais non, c’était simplement qu’avant d’être des pirates aux ambitions de gloire et de richesse, les Sandstorm étaient des hommes et des femmes libres, qui ne manquaient pas d’exprimer cette liberté dès qu’ils en avaient l’occasion.

Reyshu fit irruption depuis le dos du duo et enroula son bras autour des épaules de son congénère en agitant une chope débordante. Il attira Jayce dans un recoin pour picoler, laissant Ned seul. Ce dernier prit place autour de la table dans sa nonchalance habituelle, esquivant les attractions qui se jouaient de tous les côtés. Le voyant s’asseoir près de lui et Djaymily, Ren fit rouler la bouteille de whisky jusqu’à lui en guise d’invitation. Il en but une gorgée volontiers, puis s’assura d’en prendre une deuxième pour se requinquer, et une troisième pour se remettre les idées en place.

Fear termina sa courte entrevue avec Megumi et se retourna finalement vers son assemblée composée de ses proches lieutenants. Sans qu’il n’exigea quoi que ce soit, tous cessèrent volontairement leurs occupations, car ils savaient désormais que l’écoute était de mise.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22864-ft-ned-mayhem
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22846-ned-mayhem
S’enfonçant lentement mais sûrement dans les abysses, la flotte Sandstorm Pirates disparaissait dans les ténèbres. Plonger au cœur des océans avait un goût à la fois fascinant et inquiétant. L’occasion de rappeler au Sablonneux et à son équipage, que peu importe leurs forces, ils risquaient à tout instant d’être avalés par les profondeurs. Passage obligatoire pour tout pirate désireux de se rendre sur les mers du Nouveau Monde, l’île des Hommes Poissons était la prochaine destination et à ce qui se racontait dans les tavernes de l’Archipel Shabondy, les humains y étaient seulement « tolérés ». Inutile de dire qu’avec un collectif aussi électrique que celui des Sandstorm Pirates, une mise au point était plus que nécessaire. Raison pour laquelle le sablonneux avait tenu à réunir tout le monde sur L’Indompté avant d’accoster. Réglant les derniers détails de navigation avec Megumi, il se dirigea vers la grande table et tous les regards se tournèrent vers lui.


Les gars, nous y voilà ! Dans quelques jours nous atteindront la seconde partie de la route de tous les périls. Inutile de dire que les choses sérieuses commencent à partir de maintenant.




S’asseyant en bout de table, le sablonneux arrêta la bouteille de whisky que Ned lui faisait passer, puis il se servit un verre avant de la faire rouler en direction de Peeter qui venait de s’attabler à son tour.



Mais avant.. nous passerons par l’île des Hommes Poissons. Et si certains d’entre vous attendaient cette étape avec impatience… lança le sablonneux en jetant un regard à Jayce, Nina et Reyshu un peu plus loin. Je vous demanderai une chose : pas de grabuge.





Bah.. c’est pas nous qui donnons toujours la première beigne.





Surtout ces derniers temps…




Je sais, mais le contexte géopolitique de l’île est plutôt tendu. Donc si on peut éviter de déclencher une guerre.. j’aime autant.



Du coin de l’œil, au travers de la partie vitrée de la salle de réunion, le capitaine des Sandstorm Pirates aperçut un imposant monstre marin qui passait non loin. Par chance, jusqu’ici, tout s’était passé exactement comme prévu. Les directives de Megumi avaient porté leurs fruits et même si Elio prenait son rôle de navigateur au sérieux, le retour de la jeune femme sur l’Archipel Shabondy était tombé à pic. Jetant un regard à Ned, le corsaire poursuivit afin d’entrer dans le vif du sujet.



Une fois le Nouveau Monde atteint, notre première étape sera Zéphyr. Je vous cache pas qu’on risque de contrarier quelques esclavagistes. lança le sablonneux avec un sourire en coin.




Oh il y aura sûrement pire que de vulgaires esclavagistes sur Zéphyr. Après tout.. c’est l’un des territoires de Kiyori la déesse enfant. ajouta Yukino de sa voix douce, en buvant son thé.


Principal danger sur la seconde partie de la route de tous les périls, les Yonkos figuraient parmi les plus impitoyables et les plus puissants pirates du monde. Sur ces mers, la loi du plus fort l’emportait toujours et en toutes circonstances et la plupart du temps, entrer en conflit avec l’un de ces seigneurs de guerre, était synonyme d’une mort certaine. Leur puissance était telle que même la Marine ne se risquait que rarement à s’engager dans une confrontation directe avec l’un d’entre eux. Ignorance ou folie, il en faudrait cependant plus que ça pour inquiéter la Peur elle même, d’autant que les Sandstorm Pirates étaient entrés en conflit avec au moins deux Yonkos au cours des mois précédents.




Je sens qu’on va pas s’faire que des potes dans le Nouveau Monde.





Si on croise la route d’un équipage de la déesse enfant et qu’ils se montrent hostiles.. alors tant pis pour eux.




Bwahaha ! Plus on se fait de prime.. plus on rit ! s’esclaffa Mugen avant de descendre sa peinte de bière.




Tout le monde semblait unanime, après toutes les épreuves que l’équipage avait traversé depuis sa création, il était totalement exclus de se laisser intimider par qui que ce soit. Mais le sablonneux le savait, ils n’avaient pas le droit à l’erreur, le moindre faux pas sur ces mers et les Sandstorm Pirates pourraient bien être anéantis. Reculant un siège à ses côtés, il invita Megumi à prendre place.



Je vais laisser à Meg’ le soin de nous expliquer les différentes étapes de notre descente vers l’île des Hommes Poissons.




Tous les regards se tournèrent alors en direction de la jeune navigatrice à la chevelure framboise.
    “ Cela ne devrait plus être difficile– ” se murmurait-elle, les bras croisés avant de terminer sa conversation avec son capitaine.

    Habillée simplement d’une paire de jean et d’un t-shirt blanc avec un énorme coeur dessiné au centre, la femme s’était notamment vêtue d’un léger manteau jaune. Ses talons claquèrent contre le parquet jusqu’à la table, écoutant ses coéquipiers prendre la parole. Le Nouveau Monde était un endroit bien plus qu’inquiétant et Megumi n’était pas sûre d’être prête à affronter tout cela, mais elle se sentait confiante entourée de personnalités aussi fortes. Après tout, la documentation pour une navigatrice était une étape bien plus que primordiale. Si l’on ne savait pas au moins un minimum d’information sur la destination que nous souhaitons aborder c’était bien comme si nous nous jetions à un saut de l’ange aux conséquences bien fracassantes. Et cela, Megumi en était bien consciente, la mer et tout ce qui se passait au cœur même de celle-ci n’était pas un jeu qu’il fallait prendre à la légère. Et depuis que Megumi est revenue au sein de l’équipage, elle ne cessait de se demander comment ils avaient survécu aussi longtemps sans elle. Bien sûr, elle savait qu’Elio était là pour une raison, mais elle prenait un malin plaisir de le taquiner sur certains de ses “choix” de navigation.

    Depuis son retour, la jeune femme avait rencontré un tout nouveau groupe de personnages haut en couleur qui avait pris place sur l’Indompté. Certains qui avaient gagné sa confiance tandis que d’autres peinent à être sur sa bonne liste, mais peut-être était-elle trop hâtive, peut être qu’elle se devait d’être plus gentille et ouverte. Seul le temps nous le dira. Un simple sourire se dessinait sur son visage lorsque son regard croisait ceux de Ren, Peter, Ned, Djay et les autres avant qu’Aze’ ne l’annonce à la table. La jeune femme sentait un courant électrique se répandre dans tout son corps, sûrement parce qu’elle était de retour pour de bon et que cette fois-ci, elle n’avait plus à survivre toute seule. Mais aussi pour les nombreuses aventures qui les attendaient, et pour maintenant leur descente vers l’île des Hommes Poisson semblait tout sauf ennuyante.

    “ Bienvenue dans les Abysses ! ” Megumi semblait prendre un sacré plaisir à prendre la parole. “ Première règle de la navigation sous-marine ? Il n’y en a aucune ! En effet, à tout moment, on peut se faire attaquer par un monstre sous-marin !” Disait-elle, son index levé avant de rigoler doucement. “ Plus sérieusement maintenant, notre premier but est de descendre le plus possible afin de rejoindre les courants profonds. Et cela par contre, n’est pas une blague lorsque je dis qu’il n’y a pas de règles définies à ceux-ci. ” Annonçait-elle, main posée sur sa hanche. “ Les courants de surface tels qu’on les connaît sont étroitement reliés à ceux qui sont profonds, ils sont un nid de méli mélos qui ne connaissent aucune limite, ne serait-ce que le monde entier. C’est justement comme ça qu’on va pouvoir se rendre dans la zone que nous souhaitons. ”

    “ Pourquoi prendre un courant descendant si le log pose nous indique tout droit ? ” Demanda Peeter, qui remarquait que le navire ne suivait pas forcément la direction indiquée. Megumi agita son poignet où se trouvait le fameux objet de navigation.

    “ Et puis quoi encore ? ” S’alarma-t-elle. “ Tu veux qu’on fonce à une mort certaine ? ” Elle soupira, un petit sourire en coin. “ Plus proche on est de la surface, plus on est amené à prendre d'énormes courants qui nous voleraient tout contrôle de notre navire. Partir tout droit sans réfléchir, ça en devient tout bonnement impossible à ce stade là de notre aventure— ” La navigatrice attrapa sa tisane avant d’en boire une simple gorgée, remerciant d’un petit sourire Yukino qui lui avait préparée la boisson plus tôt. “ C’est pour cela qu’il nous faut descendre vers des eaux plus calmes. Et plus on descend, plus il fera froid donc je vous préviens, mettez de quoi vous réchauffez … ” Son regard s’égara vers chacun d’entre eux. Ses yeux se levaient lorsqu’elle entendit un cri lointain, un homme trop appuyé sur le bastingage.

    “ Alors qu’est-ce qu’on attend pour rejoindre l’île des Hommes Poisson ? ” Ren semblait à la fois intéressé et absolument ailleurs, un vrai talent de sa part.

    “ Il nous faut rejoindre les courants profonds et pour cela il faut que l’on emprunte– ”

    “ Miss Megumi ! Je crois que c’est ça ! ” S’écria-t-il. La navigatrice ne pouvait contenir son excitement qu’elle détourna la table pour rejoindre le larbin à qui elle avait chargé d’observer les alentours pour toutes sortes de signes anormaux. Un énorme regard d’émerveillement se creusait sur son visage. Elle l’avait vu à travers des images, lu dans nombreux livres … Bouche bée, elle sentait les regards de son équipage sur son dos. Elle se retourna, toute heureuse, les mains jointes. En effet, maintenant derrière elle se trouvait comme une énorme chute d’eau, le courant sur lequel ils se trouvaient semblait être absolument ridicule face à celle-ci dont le fond ne pouvait pas se voir. C’était comme s’ils sautaient dans le vide.

    “ Une plume descendante ! ” Mais ce n’était pas fini, le plus gros était à faire. Et bien que la vie aquatique semblait des plus calmes, la jeune femme était sure que de grosses créatures les attendaient au fin fond de la mer.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t8689-megumi-grey-ft
    • https://www.onepiece-requiem.net/t8135-megumi-grey
    C’est marrant comme sensation, au fur et à mesure que le navire s’enfonce dans les profondeurs des eaux, j’ai l’impression que mon âme plonge avec, se noie, s’approchant dangereusement du point de non retour. C’est étrange comme ma vengeance envers Bambana n’a absolument rien changé, je crois même que ça a fait qu’empirer mon état. Psychologiquement instable depuis plus longtemps que la petite Megumi est arrivé sur terre, si je m’étais dit que je retrouverai au moins le calme après avoir fait sauter le caisson de l’autre gros empoté de Padre, je suis bien obligé d’avouer que c’est pas le cas. Sombrer oui, mais dans quoi ? La haine ? Je suis quasiment à mon paroxysme déjà, on pourrait me coller des pupilles rouges qui font pleurer des larmes de sang tellement je suis devenu haineux.
    La folie, c’est cette petite garce qui me guette depuis North Blue, c’est cette chienne qui creuse son chemin à l’intérieur de mon crâne depuis que j’ai vu Talia se faire décaniller d’une bastos dans le carafon. Le feu qui brûle en moi faisait taire cette voix jusqu’à récemment, mais il s’est passé trop de truc, je suis passé à deux doigts de crever tellement de fois depuis que j’ai mis les pieds sur Grand Line. J’ai réalisé que la mafia est encore plus étendue et bâtarde sur la route de tous les périls que les blues, que la Marine en a quasiment rien à carrer de leurs agissements, obnubilés par la révolution et la piraterie. Je pense que Bambana était la fin de ma quête et de ma rédemption envers Talia, mais c’était juste un foutu départ. Une grosse baigne dans ma gueule et je me suis réveillé, me suis décidé de réagir.

    Je vais tous me les farcir, quitte à y passer toute ma chienne de vie, je les ferai tous cramer jusqu’au dernier Padre, jusqu’au dernier mafioso à la con. J’ai toujours autant de haine, mais j’ai de moins en moins de remords et de plus en plus d’idées complètement tarées. Je crois que l’esprit se brise à force d’être secoué comme une pute dans tous les sens, en résulte un truc chaotique, violent et sanglant, un truc qui va déferler méchant sur les salopards de ce monde. J’ai perdu le Mera ? Tant pis, j’ai pas besoin de ça pour foutre à feu et à sang une plaque remplis de mafieux. Juste besoin d’arrêter de réfléchir avec l’homme que j’étais avant, de tendre l’oreille aux murmures de cette petite voix qui me donne de précieux conseils et surtout, de laisser exploser ma haine. Je suis pas le type qui pleure des larmes de sang non, je suis l’enfoiré qui embrasse son côté le plus obscur pour dégommer tout le monde. Ils vont découvrir une nouvelle facette de Peeter, pas certain qu’ils vont aimer. Moi, je vais adorer.
    Alors ouais, c’est amusant de se dire que je suis en train de m’enfoncer dans les ténèbres autant que ce rafiot s’engouffre dans la noirceur de l’océan. La réunion commençant, je m’avance jusqu’à mon siège, réceptionnant au passage la bouteille de whisky généreusement tendue par le Capitaine. Pose le cul sur ma chaise, débouche la bouteille, écoutant d’une oreille distraite ce qui se dit. Ça me rappelle vaguement quand avec les gars, sur Manshon, je leur filais les dernières consignes avant d’aller ravager une baraque et secouer un pauvre merdeux ayant eu la connerie de s’opposer à Bambana. Et autant vous dire que je me fous pas mal de ce qu’il peut dire, le Capitaine, à ce moment précis.

    Poiscailles, gouvernement, diplomatie, situation tendue, guerre, poste de Shichibukai, qu’est-ce que j’en ai à branler moi ? Je veux juste me défouler, juste casser des trucs, des os, des crânes, des corps, je me fous de savoir s’ils sont avec ou contre nous. Tout ce que j’ai à faire sur cette foutue île de merde, c’est d’attendre que ça parte en couilles, parce que ça partira en couilles avec une équipe pareille, et de me déchaîner. Et à ce moment-là, je prendrais ma dose de violence, de haine, de sang, de noirceur. La situation de l’île des hommes-poissons est le dernier de mes soucis. Et si jamais je repère l’ombre d’un mafieux là-bas, j’irais personnellement lui exploser le crâne.
    Alors bien sûr que j’en ai rien à foutre de ce foutu putain de briefing, mon rôle ne change pas dans tous les cas. Je me prends plusieurs longues gorgées de whisky, avant de la refermer et de faire passer à ma gauche, au prochain qui voudra bien se caler quelques rasades dans le gosier. Le monologue de Megumi, j’y bite pas grand-chose, mais je soulève quand même un truc qui me chiffonne. Je suis le genre à aimer aller tout droit sans me poser de questions, tracer direct sur mon objectif, au diable les détours. Alors je suis pas un foutu navigateur, mais j’ai tendance à ramener ma fraise si je le juge nécessaire. C’est sans vergogne que je lui coupe la parole pour obtenir un éclaircissement à mon questionnement. Aussi parce que la petite, je lui fais pas entièrement confiance encore sur ses capacités à manoeuvrer un navire, encore moins sous l’eau. Il faut se dire que sans moi et Robina, elle serait encore à jouer les foutues serveuses pour des tarés masochistes sur Dead End.

    Eh, sa réponse me rassure au moins sur un point. M’a l’air de savoir ce qu’elle fait, je lui reconnais ça. Pour le moment. Je lui accorde un sourire amusé. — J’ai de quoi me réchauffer la couenne, perso. Inquiètes-toi plutôt de nous faire arriver en vie. Ce serait con que les Sandstorms Pirates deviennent les Drowned Pirates. Vu la profondeur à laquelle on se trouve, être un maudit de la mer ou non a autant d’importance que de savoir qui a bouffé le dernier gigot au banquet sur Shabondy.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t21486-peeter-g-dicross
    • https://www.onepiece-requiem.net/t21474-peeter-g-dicross