Le Deal du moment : -50%
BODUM Bistro Set : Théière filtre 1 L + ...
Voir le deal
19.99 €

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Terminologie en Nautisme. Ft Jeska

Voilà quelques jours qu’ils étaient arrivés sur Armada et si la convalescence de Léo allait de bon train, la rouquine commençait à s’ennuyer à être enfermée et elle faisait assez confiance au mink pour le laisser seul. Ainsi, avec son bouquin sur la navigation et son cahier de notes du même genre, elle avait pris le chemin du port, bien décidé à y observer les va-et-vient des bateaux, des équipages en question et avec un peu de chance, elle pourrait poser des questions. C’est donc déterminé qu’elle avait traversé certains des cadrans pour revenir sur ses pas et retrouver une position initiale qui avait été… Déstabilisante. Elle se souvient encore de l’arrivé forcé, de la fouille et du dépouillage de ces choses personnelles. Elle ne s’était jamais sentie autant à nue devant des gens et elle, c’était littéralement promener à nue sur son île.

Quand ses pieds avaient foulé les docks, elle avait posé ses pupilles sur l’horizon bleu. Elle avait glissé sur la gauche, observant les bateaux qui étaient amarrés sagement puis sur la gauche ou un autre ranger de bateau est présents, mais beaucoup plus impressionnant que les premiers. Elle hésite, de quel côté devait-elle commencer ? C’est au même moment qu’elle remarque le bateau que Red à utiliser pour la conduire ici. Sans trop savoir pourquoi elle s’avance dans cette direction, observant la coque. L’entièreté du bateau avait quelque chose de magnifique même s’il n’était pas le genre de bateau qu’elle utiliserait personnellement. Toute en marchant, elle observait une partie de l’équipage qui s’affaire dans les soins de celui-ci, retirant des coquillages, brossant l’algue ou encore faisant des réparations mineures. Elle récite mentalement le nom des parties qu’elle peut voir, suivant avec son regarde les pièces qu’elle exprime.

‘’Proue, poupe, tribord, tâbord, ligne de flottaison, bout-dehors, sous-barbe, rocambeau, foc, mât, étai, drisse, fusée, vigie, corne, grande voile, haubans, patte à cosse, garcette de ris, bôme, écoute, barre d’écoute et cadène.’’ Elle ferme un instant les yeux, essayant d’imaginer en 3D la coque et son intérieur. Elle part de la poupe et effectuer un tour de montre normal. ‘’Oreille, plat-bord, hiloire, râblure, galbord, ribord, virure ou bordage, ardent, quille, retour de galbord et préceinte.’’

Elle s’arrête sur ses tracs, un visage familier venait de passer non loin d’elle pour se diriger droit vers le bateau. La femme à la longue chevelure sombre avait vaguement été aperçue sur le deuxième bateau qui accompagnait Red, son apparence particulière était plutôt difficile à oublier. Autant plus, que certains membres avaient venté ses connaissances quand la rousse avait posser des questions. Elle était presque sûre que c’était la même personne, quel était son nom déjà, Jessica ? Non, Jessie ?

‘’Excuse-moi !’’ S’exclame-t-elle finalement. Elle s’élance vers la demoiselle en question pour venir se positionner près d’elle. ‘’Excuse-moi de te déranger, mais… J’ai cru comprendre que tu étais navigatrice, tu auras des conseils pour moi ? Je suis Heliam, la nouvelle navigatrice de Léo… Je sais qu'on se connait pas, mais l'équipage de red m'on venter un peu tes talents de navigatrice alors...’’ Termine-t-elle en lui tendant la main pour échanger une poignée de main.


“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
Des fois il y a des coïncidences dont je me passerais bien. Comme par exemple, accoster sur Armada pile au moment où Red et sa clique rentrent de Marine Ford. Franchement, je fais quoi si je tombe sur mon ex? Ou pire, sur Izya? Quoique, le pire serait de tomber sur ces deux-là ensemble. Oui, ce serait vraiment une situation gênante. Comme à mon habitude, je soupire, j'ai juste besoin de faire le plein avant Jaya, je n'ai pas prévu de m'éterniser non plus. Plutôt que d'envisager toutes les raisons pour lesquelles mon bref séjour ici pourrait mal tourner, pourquoi ne pas profiter pour aller voir les quelques amis qu'il me reste ici.



Le tour sera donc rapide.

Je file donc à la Part des Anges, pardon, le Caprice des Dieux maintenant, et je vais profiter de la compagnie de ce bon vieux Vendémiaire et des habitués de mon rade. L'ambiance bigarrée et chaleureuse de l'endroit me remonte un tantinet le moral. C'est chez moi, quoi qu'en disent les mauvaises langues. Mais, ce lieu, aussi réconfortant soit il pour moi, demeure vide de la présence de Sakazuki. Oui, sans mon fils, la maison paraît vide, comme si un bout de ce qui faisait son âme était partie. L'absence de mon petit bonhomme me pèse alors beaucoup plus. J'en viens même à regretter d'être venue. Sur Innocent Island, j'ai pu voir que Lola, ma fille adoptive, est mieux sans moi. Dans le journal j'ai pu lire que Red m'a déjà remplacée. Et Frost m'a privé de mon fils. J'ai l'impression de ne plus compter pour personne. Heureusement, j'ai encore quelques amis sur la Lépreuse qui se soucient encore un peu de moi.

D'ailleurs, c'est sur le chemin pour aller les rejoindre que je me fais interpeller par une jolie rousse. Plus grande que moi d'une bonne tête, je dois lever légèrement la mienne pour la regarder dans l'émeraude de ses yeux. La dame est une belle plante, littéralement! Uniquement vêtues d'une robe de feuilles, d'écorces et de lierre, la grande tige avait des lianes même dans les cheveux! Hé bé! Mois qui pensais avoir tout vu. A croire qu'il existe encore quelques phénomènes sur Grand Line! Et ce n'est pas pour me déplaire! Mon odorat d'ancienne aveugle détecte derrière les évidentes odeurs de feuille et d'humus, un parfum de fleur de citronnier et pèche. Et cette Héliam veut des conseils en navigation?

Franchement, je suis à deux doigts d'envoyer paître l'inopportune qui ne se donne même pas peine de me vouvoyer alors qu'on ne se connait pas. Comme si on avait élevé les phacomochères ensemble! Mais bon, je réalise alors que mes projets immédiats sont d'aller m'isoler dans ma cabine, me rouler dans ma couette et m'apitoyer sur mon sort en pleurant. Tout un programme! Bref, j'ai un agenda chargé, mais je dois pouvoir me libérer un peu de temps pour partager un peu de mon expérience avec une jeune pousse.

"Jeska Kamahlsson. Enchantée." réponds-je sourire aux lèvres en serrant la main tendue. "On ne vous a pas menti, je suis bien navigatrice. Et vous, vous souhaitez vous perfectionner?"

Etrangement, je l'aurais plus vu horticultrice, la grande Héliam, mais bon, je suis mal placée pour juger. Surtout avec la réputation que je me traîne.

"Allez, montez à bord." dis-je en désignant du menton mon navire.

Une fois toutes les deux sur le pont, j'annonce d'une voix forte et autoritaire tout en gardant une douceur naturelle.

"Messieurs, nous sortons en mer. La demoiselle à mes côtés s'appelle Héliam, et pour les 48 prochaines heures, c'est notre navigatrice. Inutile de vous tourner vers moi, je ne vous répondrai pas, me suis-je bien fait comprendre?"

"Oui!" répondent en chœur mes matelots.

Je me tourne alors vers la rouquine.

"Sur les Blues, je vous aurais sans doute barbé avec un cours théorique, mais ici, sur Grand Line, rien ne veut l'expérience. Et puis, naviguer c'est surtout savoir se faire obéir. Je vais tenir la barre, à vous de jouer."

Voyons voir comment de quel bois Héliam est faite.



Dernière édition par Jeska Kamahlsson le Lun 1 Jan 2024 - 15:16, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
Elle serre la main doucement, froissant la paire de gain de cuir qui recouvre ses phalanges et ses ongles. Elle offre un large sourire à la demoiselle, dévoilant une paire de canines proéminente qui lui donne un air carnassier malgré la joie qui brille dans son regard. Elle hoche la tête de manière positive devant la question du bout de femme devant elle et elle l’observe curieusement, glissant son regard émeraude sur elle avec une grande curiosité. L’acceptation est trop rapide et Helia se pose des questions rapidement, elle était pourtant une étrangère, alors pourquoi la pirate acceptait-elle aussi rapidement ? Autant plus que jusqu’à maintenant, à chaque fois qu’elle avait posé des questions ou demander de ‘l’aide’, on lui avait toujours demandé quelque chose en échange… Alors qu’allait demander Jeska à la rousse en échange de cette aide.

‘’Je… Merci.’’ Heliam en suivant docilement son mentor du moment.

Elle allait continuer sur sa lancée, mais ses pupilles sont, une nouvelle fois, capturer par l’apparence du bateau. La Lépreuse… Elle avait une apparence entre fantomatique et de désolation. Autant plus, les larges voiles teintés de rouge donnaient une vague impression de tourner faiblement au brun, comme le ferait le sang séché. Elle prend une grande respiration, et sous l’odeur salée de la mer, de la sueur de l’équipage et du bois humide, elle pouvait presque détecter une faible odeur métallique... Elle chasse finalement l’idée de son esprit, ne voulant pas se laisser distraire davantage. Dans tous les cas, le monstre flottant était impressionnant avec ses quatre mats et ces innombrables bouches de canon qu’elle avait aperçue sur le pont extérieur.

La suivant silencieuse sur le pont, dévorant du regard le décore richement décore, une nouvelle surprise pour l’indigène, Jeska annonce une nouvelle des plus surprenante… Elle, Heliamphora sera aux commandes du monstre marin pendant 48h…

‘’Pardon ?!’’

Elle est bouche bée, les mots sortants aussi rapidement que la surprise qui s’était dessinée sur son visage. Mais ce n’était pas ce qu’elle avait demandé, elle voulait seulement observer, apprendre, prendre des notes, mais immédiatement commander un navire donc elle ne connaissait rien ! Toujours avec une expression d’incompréhension accrocher au visage, elle se tourne vers la capitaine du vaisseau.

‘’Hmm… L’idée que j’avais s’était surtout de t’observer et de voir comment tu faisais… Loin de moi l’idée de prendre ta place.’’ Annonce-t-elle avec respect. ‘’Je ne suis pas sûr, non en fait, je suis sûre de ne pas avoir les qualifications pour un si gros navire…’’

Toutefois, devant le silence et regard soutenu de la capitaine, la rousse hoche la tête d’abandon et réfléchit rapidement avant d’annoncer les premiers ordres en se positionnant près du Log pose. Elle observe l’aiguille rouge de celui-ci qui pointe derrière eux.

‘’D’accord, direction l’île la plus proche, du moins pour au moins 24h. Direction bâbord toute pour effectuer un 180 degré puis direction Sud-Est.’’

Sur ces dernières paroles, elle vient s’installer près de Jeska, observant comment elle allait, manier la barre et observer l’équipage se mettre en action. Elle garde le silence un moment, quelque peu fascinée par l’animation des matelots qui effectuaient leur travail avec expertise avant de s’adresser à la petite brune.

‘’Si je peux être indiscrète… Qu’est-ce qui vous a poussé à devenir navigatrice ?


“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
Je laisse doucement courir mes doigts sur le garde-corps, comme si je caressais un amant, ou un animal de compagnie. Parmi les marins, il y a toujours eu cette croyance que les navires avaient une âme. Et si la Lépreuse devait en avoir une, elle a dû sacrément être secouée quand on voit le pédigrée de ces anciens propriétaires : Le Malvoulant, Filst le Crochet et Mantle Shoma, rien que ça! Et maintenant moi. Certainement la moins va-t-en-guerre de tous les capitaines qui on eu la joie de la diriger. Oui, "la", et pas uniquement parce que son nom est féminin ; j'aime à penser que mon navire à quelque chose de maternel, de rassurant, de protecteur. Et d'un autre coté, peut-être que je me plante sur toute la ligne et que l'âme de ce navire est celle d'un monstre violent qui aime se repaître de l'âme de ses victimes. Après tout qu'en sais-je? Dans tous les cas, chaque entaille dans le bois est un cicatrice, qui raconte une histoire que j'adorerais connaitre. Trêve de rêveries! Je me positionne à la barre et je regarde la grande liane rousse donner ses premiers ordres à bord. De phrase courtes et simples, c'est bien. Il ne faut pas oublier que les matelots ne sont pas de grands littéraires, il est donc nécessaire de parler un langage qu'ils puissent comprendre. L'équipage, lui, est bien rodé à ce genre de manœuvres et se met immédiatement en branle, quant à moi, je fais virer délicatement la Lépreuse à bâbord et je me tiens prête à virer de bord dès que ma navigatrice intérimaire me l'ordonnera. C'est alors que la belle plante se rapproche de moi et entame la conversation. Précautionneusement, elle me demande ce qui m'a poussé dans cette voie.

"Ne faites pas tant de manières avec moi, voulez-vous?" lui dis-je d'une voix douce et amicale. "J'ai choisi cette voie un peu par défaut. Vous auriez du mal à le croire mais j'étais aveugle avant, et, de ce fait, un véritable poids mort sur un navire! Cependant, en contrepartie j'ai développé une sensibilité hors du commun aux variations de pressions atmosphériques. Ce don, je l'ai travaillé durant des années pour finalement comprendre que mes sensations correspondaient à des changements météorologiques. J'étais devenue capable d'anticiper le temps qu'il allait faire! J'avais enfin une utilité à bord d'un vaisseau!"

Bien évidemment, ce n'est que le début de l'histoire. Car aveugle, j'étais quand même incapable de lire une carte ou de suivre un log pose sans aide. Et que dire de l'autorité, sur un navire de la Marine, en tant que femme, non-humaine de surcroît, j'avais toute les peines du monde à ne serait-ce que me faire entendre, alors le respect … Bref, comme souvent, le chemin a été long et semé d'embûches. Alors si je prends la grande Héliam sous mon aile c'est sans doute que je souhaite la préparer à affronter certains écueils. Notamment vis à vis de sa conditionne de femme dans un univers presqu'exclusivement masculin et assez machiste, mine de rien. Soudain, alors que je suis sur le point de poursuivre mon histoire, une voix amie se fait entendre.

"Bonjour Héliam, notre nouvelle navigatrice. Je suis Héphillia Von Hückbein, la seconde de l'équipage. Mes amis m'appellent Héfy." dit-elle en tendant sa main droite en direction de la rouquine.

La voie de la noble est neutre en apparence, mais je sais, pour bien connaitre la grande blonde, qu'elle dissimule son hostilité vis-à-vis de la nouvelle arrivante. Je sens que je vais avoir droit à une réunion "privée" avec ma seconde qui va m'enguirlander sur mon inconséquence et ma trop grande naïveté. Ceci dit, je sais qu'Héfy ne fera pas d'esclandre en public, donc, tant que je reste sur le pont, j'éviterais cette discussion que je n'ai pas du tout envie d'avoir. Et comme mon amie me connaît bien, elle poursuit.

"Diego! Tu veux bien venir prendre la barre? J'ai quelques sujets urgents dont je dois absolument discuter avec la Capitaine."

Fichtre! Moi qui pensais pouvoir esquiver une conversation désagréable … Je vois la silhouette chapeautée de l'homme poisson se rapprocher. Je parie que ma stratège avait déjà préparé son coup. Nom d'un biscotte, je suis faite comme un rat! Essayant de masquer ma déception, je lâche la barre et je la confie à Diego.

"Bonjour, mademoiselle!" commence galamment l'homme-poisson masqué avec son accent hispanique si particulier. "Je suis Diego Lamprey, ravi de faire ta connaissance!"

Puis je suis ma seconde à l'intérieur du navire.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
‘’Que veut dire le-vous ? Tu n’arrêtes pas de me le dire… Mon nom est Heliam, pas vous…’’ Demande la rousse après le monologue historique de la demoiselle.

Son expression est intriguée et en même temps fascinée par l’histoire offerte. Plusieurs questions de bousculèrent sur le cheminement prit ou encore sur sa cécité qui ne semble plus d’actualité. Comment avait-elle retrouvé la vue ? Est-ce que la science était derrière ce miracle ? Où était-ce l’étrange magie qui semblait active avec les fruits du démon qui semblaient éparpiller un peu partout. Léo avait eu la gentillesse de lui faire un gros topos historique sur une partie de la culture extérieur, lui permettant de pallier une peur au côté inculte, mais elle avait encore tellement de chose à découvrir, qu’elle ne pouvait s’empêcher de poser plus de questions. Autant plus, que la demoiselle lui avait annoncer qu’elle pouvait ressentir les changements climatiques ?! Elle allait lui poser plein d’autres questions quand une autre demoiselle vient les rejoindre, s’imposant naturellement entre elles.

Elle tourne son attention de la demoiselle, lui offre immédiatement un sourire sympathique et échange une poignée de main qui lui est rendue comme elle les aime, avec fermeté. Le gant de cuir grince sous la peau de la seconde. ‘’Enchantée Héphillia.’’ Elle allait se tourner à nouveau vers Jeska pour s’exprimer sur ses interrogations, quand la nouvelle venu intime immédiatement le remplacement de la navigatrice. Sans perdre plus de temps, un homme-poisson qui s’approche pour s’installer à la barre tandis que les deux autres femmes s’éloignent vers la cabine. Sous l’accent prononcé, mais fort plaisant de Diego, elle tourne toute son attention de lui. Elle observe ses traits un instant, avant de poser les yeux sur l’horizon.

‘’Enchanter Diego… Est-ce que j’ai fait quelque chose de mal ? C’était plutôt soudain…’’ Demande-t-elle un poil mal à l’aise. L’homme-poisson se tourne vers elle, semble afficher une expression gênée à son tour. Helia offre un faible sourire en coin. ‘’Passons, parlez-moi donc de vous Diego, qu’est-ce qui vous a poussée à devenir marin ?’’

Il s’en suivit ensuite une longue discussion entre eux, qui consiste principalement à Helia qui pose des questions sur la vie de Diego en répondant à son tour aux questions de l’homme quand celui-ci en avait. Tout en s’éloignant tranquillement sur la mer, les yeux verts de la rousse scrutent l’horizon, quelque chose attire son attention.

‘’Dites-moi Diego, qu’est-ce que vous voyez là-bas ?’’ Dit-elle en pointant la direction.
‘’Hmm… Ça ressemble à des nuages gris bien foncée madame.’’ Annonce l’homme en plissant les yeux.
‘’Vous voyez autre chose ? J’ai l’impression de voir…’’
‘’Des tornades d’eau madame. Plusieurs même… On fait quoi ?’’
‘’Essayons d’éviter la zone, changeons le cap.’’
‘’Bonne idée madame.’’
‘’Marins ! Changement de cap. Tribord par 25 degrés. Surveillez l’horizon, nous avons la possibilité de mauvais temps.’’
‘’YES M’DAME’’

L’exclamation fait bizarre à la demoiselle pendant qu’elle se perd un instant dans la nouvelle agitation qui grouille sur le pont. Quelques-uns des matelots observent l’amalgame sombre et étrange au loin.

‘’Euh… Capitaine ? Je ne suis pas sûr, mais le nuage à l’air de nous suivre… Et rapidement…’’ Annonce la voix de la vigie.
‘’Pardon ?’’ Elle s’éloigne de la proue, pour aller observer le nuage qui se trouve maintenant sur le flanc du bateau.
‘’Je disais que le nuage de tempête…’’
‘’Oui, je vois bien !’’
‘’On fait quoi patronne ?’’ Demande Diego.
‘’Ramène le bateau, vaut mieux frapper le monstre de face que de côté… CHANGEMENT CAP RETOUR SUR BABORD. Attacher bateau solidement, on va frapper de plein fouet ce qui semble une poche climatique ?!’’

La rouquine reste sans voix devant la chose qui semble se précipiter sur le bateau. Elle ignorerait si son choix avait été le meilleur, mais s’ils devaient affronter un truc qu’il ne pourrait pas éclipser par la vitesse. Devait-elle aller chercher Jeska ? Non, elle ne voulait pas quitter son poste, de toute façon si ce que lui avait dit la femme était vrai, elle sentirait assez vite le changement de température… Ainsi, les mains crispées sur la rambarde, elle observe l’épais nuage donc les quatre tornades serpente rapidement dans leur direction… Elle manquait terriblement d’information…


“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
Alors que sur le pont Diego et Héliam discutent paisiblement, dans la cabine du capitaine, la situation est tout autre.

"Tu es malade Jes'! Prendre une inconnue à bord et lui confier la navigation de la Lépreuse! Qu'est ce qui ne va pas chez toi?" tempête la blonde.

"Je sais ce que je fais, Héfy." lui dis-je d'une voix calme.

"Encore heureux! Parce que moi, je ne vois pas où ton caprice nous mène!"

"J'ai bien observé Red, Forst, Kiyori, et même Izya. Et ils ont tous quelque chose que je n'ai pas." Je continue avant qu'elle ne m'interrompe. "Des alliés, Héfy. Ils ont tous des alliés. Notre plan de sortir Sakazuki des griffes de Frost pourrait marcher, mais que ferait-on après? Je ne pense pas que le Fléau me laisse partir comme ça. Et je ne pense pas que je pourrais planquer nos jolis petits culs chez Red. Pas quand il aura appris que je suis allé chez son meilleur ennemi."

"Tu as pensé aux autres Empereurs? Kiyori pourrait te protéger, non?"

"Elle pourrait, en effet." Je laisse quelques secondes s'écouler le temps de réfléchir. "Ceci dit, je la vois plus comme une groupie d'Izya, et je doute qu'elle accueille à bras ouvert la rivale de son amie."

"Ravrak, alors?"

"Humpf!" pesté-je avec mépris. "Ce stupide marionnettiste de l'ombre, je ne sais pas si j'arriverais à me retenir de le tuer si jamais je le croisais."

"Il t'a fait quoi, lui?" interroge l'ancienne noble.

"Rien, justement! Il avait les moyens d'agir pour changer les choses, mais il n'a rien fait! C'est de sa faute si le monde est devenu un tel capharnaüm!"

"Et l'ancien corsaire Gluttonny?"

"Tu es sérieuse? Kutroshinski à trahi tout le monde, je n'ai aucune confiance en ce cinglé! Ce porc nous plantera dès qu'il en aura l'occasion!"

"On est seuls, alors."

"En effet." Rétroqué-je dans un sourire. "Mais tous ceux que tu as cité sont plus puissants que nous. Ils n'ont aucun intérêt à m'aider. Ils seraient sans doute ravi que j'intègre leur flotte, mais je n'ai pas quitté Red et je ne cherche pas à me débarrasser de Frost pour ployer le genou devant un autre Empereur."

"Attends Jes'... " bégaye ma stratège. "Il n'a jamais été question de tuer Frost, le plan c'était juste de récupérer Sakazuki! "

"C'est notre objectif à présent. J'en ai marre de courber l'échine devant les puissants : il est grand temps que je montre à ce monde ce dont je suis capable."

"Et pour ça tu veux recruter la rouqine sur le pont? C'est pour ça que tu la laisses jouer avec la Lépreuse? "

"Tu as lu le journal dernièrement, il y a une nouvelle génération de pirates fort intéressants."

"Tu veux donc recruter des rookies?"

"Pas vraiment, plus les regrouper autour d'un intérêt commun."

"Un peu comme Red avec Armada?"

Arf! Moi qui pensais avoir eu une idée brillante, voilà que mon amie me montre que je suis juste en train de plagier mon ex!

Sur le pont, l'équipage s'active comme un seul homme. Et sous le commandement d'Héliam, La Lépreuse vire de bord et fait à présent face à la tempête. Rodé aux caprices du climat, les matelots s'affairent et se préparent à lever les voiles mais attendent les ordres pour le faire. Lentement, la mer se démonte et ballotte le navire alors qu'un vent glacial se lève. C'est à ce moment que je sors. J'ai senti la baisse de pression atmosphérique, l'urgence mettant donc mis fin à la discussion avec Héfy. D'un coup d'oeil rapide, je saisis la situation. Les hommes me regardent, attendant mes ordres.

"Ne me regardez pas comme des merlans frits! C'est Héliam qui commande!"

"Allez, les gars! On attache sa ligne de vie et on montre à la patronne comment les pirates du Nouveau Monde affrontent une tempête!" tonne Diego Lamprey au dessus du hurlement du vent.

Une clameur accompagne cette déclaration. Je souris, fière de mon équipage. J'espère aussi que ma présence aux côtés d'Héliamphora sera suffisante pour remettre la belle plante en confiance. Dans le pire des cas, je suis prête à prendre les choses en main. Mais je compte bien lui laisser l'opportunité de se mettre en valeur.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
Le regard de la rousse dévore avec grande attention l’horizon, cette zone métrologique est des plus intrigants. Elle avait bien lu dans le livre du marin qu’es températures étaient très changeantes et instable, surtout en début de ligne à cause des microclimats qui vient des îles plus proches, mais de là à faire que la température suivait une cible… Elle croise les bras, réfléchissant un instant, à une solution, mais elle perdait du temps précieux pour l’activation et la sécurité du bateau. Elle soulève son bras, avant même qu’elle ne réalise le retour de Jeska et donne son ordre.

‘’Lever les voiles et tenez-vous bien !’’

Elle se tourne pour faire face à la vraie capitaine au même moment qu’une bourrasque frappe son corps, cachant sa vue un instant son visage avec sa tignasse et envoyant une odeur fruitée aux narines des membres les plus proche. Quand son visage revient visible, un large sourire satisfait, dévoilant l’émotion qui fait vibrer les cœurs de la jeune navigatrice.

‘’Est-ce toujours ainsi sur les mers ? C’était exaltant ce sentiment de danger et de liberté.’’

Elle se retourne vers les serpents d’eau qui sont sur le point de frapper le bateau. Leurs têtes premières visent la coque dans un cri silencieux. La pluie lourdes tombe sur le bateau et sur le corps de la verte et au lieu d’être terrorisé par la vision des nuage sombres qui sont parfois éclairé par un éclair, ou par les faux monstres marins, elle est extatique. C’était vraiment ceci Grande ligne ? Les mains bien accrochées à la rambarde, elle laisse un grand rire s’échapper dans sa gorge déployée vers le ciel, son long cheveu cascade dans son dos, pousser par le vent qui se fait de plus en plus présent.

‘’C’est donc ça se sentir vivante…’’

Souffle-t-elle en prenant une grande respiration de l’air marin, les yeux clos, elle écoute son cœur battre la chamade. Elle ne s’était jamais sentie aussi fébrile face à un danger. L’analogie était complètement stupide, mais elle n’y pouvait rien, elle voulait plus de ce sentiment, voire davantage des dangers de Grand lignes, voir ce que ces mers sauvages pouvaient lui envoyer.

‘’Capitaine, vous avez déjà vu un truc du genre ?’’



“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
Je ne réponds pas, je me contente de lui sourire. Je la regarde affronter la furie des éléments déchaînés et elle se débrouille rudement bien, la bougresse! Elle a beau être nouvelle dans le monde de la piraterie et de la navigation, elle a déjà tout d'une future grande! Ses ordres sont clairs, précis et irradient d'un je-ne-sais-quoi qui convainc mes gars qu'elle sait ce qu'elle fait. De toutes façons, dans le cas contraire, j'aurais repris la main, c'est aussi simple que ça. Je regarde à ma droite, vers Héfy en lui lançant un regard qui dit "tu as vu, j'avais raison!" mais la noble s'est déjà courageusement réfugiée dans ses appartements, plutôt que d'affronter la tempête.

Tant pis pour elle, elle ne sait pas ce qu'elle rate! Les bourrasques emportent mes longs cheveux dans le vent, et ébouriffent mes ailes. Les abats d'eau nous rincent jusqu'à l'âme, pourtant je n'échangerai ma place pour rien au monde! Oui Héliam, c'est ça voguer sur Grand Line! Et si tu savais, c'est encore plus fou dans le Nouveau Monde! Il n'y a rien qui fait se sentir plus vivant que de mettre sa vie en jeu face aux forces de la nature. C'est grisant, et ça rend humble aussi. Après tout, combien de grand pirates ont fini dans l'antre de Davy Jones suite à un naufrage? Tellement qu'on ne s'embête même plus à retenir leur noms. Mais ça reste une cruelle réalité de ce monde : prendre la mer est dangereux. Entre les aléas climatiques, les montres marins et le pirates (dont certes je fais partie, mais, chut!) chaque traversée est une loterie. Ainsi, chaque épreuve surmontée doit être fêtée en bonne et due forme. Cependant, avait que je n'aie pu décréter le début des réjouissances, la rouquine m'interroge à nouveau.

Et cette fois, je lui réponds autre chose qu'une expression faciale.

"Honnêtement, non. Mais vous savez, le monde est vaste, et on peut passer sa vie à naviguer sans jamais voir de Knock Up Stream, alors que d'autres en verront un dès leur première traversée." annoncé-je tendrement. "Et plus on avance sur la Route de Tous les Périls, plus les mers sont folles. Ainsi, dans la plupart des cas, il faudra surtout savoir improviser. Et je dois avouer qu'en ce sens, vous ne m'avez pas déçue! Vous pouvez être fière de vous, en tous cas, moi, je le suis."

Et pour conclue ces louanges, je lui adresse un grand franc sourire. Avant de revenir à mes priorités!

"Messieurs, vous avez affronté cette tempête comme de vrais loups de mer! Vous méritez une récompense à la hauteur de votre courage! Alors, une fois que vous serez secs, vous monterez des tonneaux de rhum! On va montrer à Héliam comment on fait la fête!"

Clameur générale des matelots et d'Héfy qui est sortie du bois dès qu'il s'est arrêté de pleuvoir. Je laisse donc la noble organiser la petite sauterie. Et alors que je m'apprête à filer dans mes appartements pour me rincer de l'eau salée et changer de tenue, je réalise que mon invitée est venue sans rechange.

"Héliam, venez avec moi, vous avez grand besoin d'une douche et d'habits secs, vous aussi."

Ma voix était douce comme l'eau claire d'une source, pourtant, elle n'autorisait pas la réplique. Ainsi, avec le même mélange de délicatesse et de fermeté, je me saisis du poignet de la rousse et je l'amène dans mes appartements. Là, mon invitée peut voir deux choses, mon amour immodéré pour les belles tenues, et mon immense collection de produits de beauté.

"La douche est là, les savons parfumés sont ici, là il y a les huiles essentielles, ça se sont les shampoings, ces fioles-là, ce sont mes parfums, ici, mes gommages…" papillonné-je en indiquant les produits au fur et à mesure que je les nomme. "Quand tu seras rincée, tu prendras dans ma garde-robe une tenue qui te plaît."

Sur ces bons mots, je lui laisse son intimité et j'en profite pour effeuiller mon dressing à la recherche d'une toilette adaptée à l'évènement. Quelque chose de joli, mais pas trop ostentatoire, qui fasse capitaine, mais aussi qui soit décontractée … bref, face à tous ces dilemmes, je ne suis pas prête d'arrêter mon choix!
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
Helia se tient là, les yeux fixer sur les dragons d’eau qui foncent su eux. Et dire que quelques minutes plutôt, le temps était agréable. Puis, la réalisation frappe la rousse qui s’accroche toujours à la rambarde de bois tout en donnant des ordres sommaires. Il n’y a rien de plus agréable qu’une excursion en mer, bercée par le doux clapotis des vagues, la douceur de l’air marin et la vie marine. Ce n’était pas sa première balade en mer et pourtant, avant maintenant elle ne l’avait jamais réalisé. Cette situation idyllique peut tourner au cauchemar lorsqu’une masse de nuages s’amoncelle à l’horizon. Alors survient de nulle part la bête noire de tous les navigateurs détestaient, la tempête. Pourtant, malgré les paroles des bouquins, jamais Helia n’aurait cru autant apprécier la vivacité de mère nature sur l’eau. La sauvageonne était déjà amoureuse de la vie végétale et animal, mais aquatique… Elle n’y avait jamais prêté attention. Encore moins maux de mère nature. Sur l’eau, l’ambiance était bien différente que sur terre, il n’y avait pas de cachette autre que la fuite ou l’affrontement. Son esprit se met rapidement à bouillonner, lui lançant plein d’information venant des bouquins.

Elle revêt plusieurs noms : ouragan, typhon, cyclone ou blizzard en fonction des zones du globe où elle se trouve. Leur point commun est un vent fort, très violent qui dépasse les 90 km/h ou plus. Sur l’échelle de météorologique, un vent de force 10 ou plus, est déjà considéré comme une dépression atmosphérique. Il existe des fronts chauds et des fronts froids. Quand ceux-ci se rencontrent et s’entrechoquent, du fait de la différence de leur densité, ils forment une tempête. Tout en rêvant des mots encré dans son esprit, elle est incapable de détester ces beautés naturelles, ne faisant que renforcer son amour de mère nature sous un nouveau jour. Dans son esprit, elle est convaincue d’une chose ; il est d’emblée admis que la tempête est un phénomène naturel impitoyable, surtout sur Grande ligne, tout ceci ne fait que confirmer un truc, la nature reste toujours indomptable. Alors, elle comprit beaucoup mieux les paroles suivantes ; le meilleur moyen de se protéger d’une tempête en mer est de respecter scrupuleusement les indications, alertes météorologiques ou capacités lier a ceci.

Maintenant complètement trempée par l’eau saline, elle respire l’air marin a pleins poumon. Elle rejette sa chevelure lourde d’eau vers l’arrière, relâchant enfin la rambarde de bois qui avait été quelque peu maltraité par sa poigne et ses ongles. Elle se détourne pour faire face à Jeska qui lui offrait des paroles de vérité. Elle hoche doucement la tête, une expression pensive dessinée sur ses traits. Elle se fait ensuite traîner dans la cabine du capitaine, ne trouvant pas de raison d’aller contre elle suit docilement la demoiselle en observant la main qui lui tient le poignet. Une fois dans la cabine, elle se fait gentiment pousser vers le lieu qui sert de salle d’eau. Sans même perdre de temps ou avoir une onze de pudeur face à la féminine, elle commence à retirer ses vêtements pour les essorer et les accrocher sur un crochet. Il y avait probablement des demoiselles beaucoup plus jolies en termes de corps que la rousse, mais sa silhouette, élancée, aux signes athlétiques à force de vivre dans les forêts, semblaient parfois attirer le regard de certains. D’une grandeur impressionnante, touchant facilement les 182 cm pour une équivalence de 70kg de muscle et de chair. Sa peau passe d’un ton naturellement bronzé au contact du soleil à celui plus verdâtre sous la protection de la cabine, un phénomène d’adaptation qui s’active sans qu’elle ne puisse le contrôler. En plus de l’odeur saline, une odeur végétale de citron, cannelle et fleurale s’attache à sa peau, comme réveillée par la tempête. Au niveau de ses mains calleuses, de ses bras et de ses jambes, il est possible de remarquer des lignes fines, des marques qui trahissent des blessures anciennes de course folle au travers la végétation, ou de coupure sur les feuilles rasoir de certaines plantes, ou encore des blessures de protection contre un prédateur chanceux.

Elle se faufile sous la douche, elle attrape ce qui ressemble au savon et au shampoing. Elle apprécie l’eau tiède-froide qui lave rapidement son corps et elle arrête l’Eau pour l’économiser tout en frottant sa chevelure avec un peu de shampoing.

‘’Dites-moi Jeska, pourquoi dite tu vous ? Que veut dire le-vous ? Est-ce une bonne idée de faire ‘la fête’ ? Il pourrait y avoir une autre tempête non ?’’ Demande la rouquine qui termine de frotter ses cheveux et qui s’attaque à son corps avec l’éponge et le savon. ‘’Toi avec ta grande expérience, tu as eu l’occasion de voir beaucoup de phénomènes météorologiques ?’’

Elle prend le temps d’écouter la réponse avant de se rincer en n'utilisant que le minimum nécessaire avant de s’extirper de la douche et de se sécher rapidement. Tout en terminant d’essorer son épaisse chevelure, elle dépose la serviette autour de ses épaules, cachant simplement sa poitrine en finissant de sécher ses pointes. Elle rejoint la demoiselle dans la garde-robe, observant avec ses pupilles le nombre de tissus colorés qui semblent être présent. Elle laisse un petit sifflement s’échapper de ses lèvres pincées.

‘’Tu as une belle collection… Tu es sûr ? Je peux attendre que mes vêtements secs…’’ Dit-elle un peu mal à l’aise de fouiller aussi librement, mais devant ‘l’insistance’ de la capitaine, elle jette son dévolu finalement sur une tenue plutôt simple et légère qui ne l’entraverait pas et qui ne dérangerait pas ses mouvements.

En quelques mouvements, elle échange sa serviette pour la ‘robe’ qui semble s’ouvrir en deux, le haut ressemblant à une chemise blanche au col évasé et au manche trois quarts. Une jupe bleue au contour rouge et doré, retenu par une large ceinture rouge et orange qui retient le tout fermement. Elle commence à démêler ses boucles avec ses doigts avant d’en tresser les mèches cuivrées.

‘’Merci, je vais te la rendre avant de quitter, mes vêtements devrons être sèche d'ici la. Que fais-tu sur le bateau pour passer le temps ?’’


“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
La question de la belle plante me désarçonne un peu.

" 'Vous', c'est comme 'tu' mais en plus respectueux." réponds-je mécaniquement.

Je ne peux pas lui dire que ça vient de mon éducation dans un orphelinat religieux où les sœurs ne plaisantaient ni avec la politesse, ni avec les règles de l'étiquette. Et encore moins avec les règlements. Je réalise, sans une once de nostalgie, que mon passé à forgée la Jeska d'aujourd'hui. Comme des coups de marteau sur le métal chaud, même lorsque l'acier refroidit, il en garde quand même les marques. Enfin, je ne vais pas me plaindre non plus, c'était pas le bagne, j'ai juste eu des problèmes avec les autres enfants à cause de mes différences. Ces stigmates-là m'ont bien plus affectée que l'éducation stricte des nonnes. Ceci dit lorsque je réalise que mon vouvoiement peut être interprété comme une façon de mettre une distance, je poursuis :

"Je pourrais dire 'tu', si le 'vous' te mets mal à l'aise."

Elle opine du chef, et moi, je continue avec la question suivante.

"On fait la fête parce qu'on a traversé une épreuve ensemble. C'est important de marquer le coup. Un équipage ce ne sont pas juste que des gens qui suivent mes ordres, ce sont des compagnons d'armes. On n'est pas tous amis, mais on est ensemble sur le même bateau, littéralement. Alors oui, une autre tempête peut arriver, mais, on sera prêts!"

Je ne sais pas vraiment si j'explique bien mon ressenti, et je ne sais pas si je peux lui dire qu'on a jamais autant envie de vivre qu'après avoir affronté un danger mortel. Une façon de regarder le destin en face, de baisser avec son index sa paupière inférieure et de lui tirer la langue en faisant : "Bleh! Pas cette fois!" D'autres se contenteraient de dresser leur majeur, mais comme vous le savez, je suis bien trop polie pour ça.

"Quant aux phénomènes météorologiques que j'ai déjà expérimenté, on en parlera plus tard, ici, après la fête."

Puis, je laisse la belle plante s'arroser, se sécher et s'habiller. Un petit sifflement admiratif gratifie son apparence. Cependant, la rouquine a encore des questions.

"Cette tenue te va trop bien. Je t'en fais cadeau." commencé-je. "Pour ce qui est des occupations, je m'entraine beaucoup au combat, je joue aux cartes avec mes amis, et …"

Je ne poursuis pas, normalement, je m'occupe de mon fils, de son instruction et de son éducation. Mais Sakazuki n'est pas là, c'est ce maudit Frost qui le garde comme une assurance de ma soumission. Je lis aussi beaucoup, principalement des romans à l'eau de rose, car je reste très fleur bleue. Enfin, j'ai quelques jouets pour adultes au fond d'un de mes tiroirs, mais ça je ne vais certainement pas en parler à la ravissante dame qui se tient devant moi. Je suis donc en train de réfléchir à la vérité que je peux lui avouer et finalement, je lui accorde :

"Je lis des romans d'amour." concédé-je en lui montrant un des derniers tomes en rosissant.

Ceci dit, il faut que je me dessale, moi aussi! Alors poliment, je m'éclipse et je vais profiter d'une bonne douche d'eau chaude. Je fais un peu plus vite que d'habitude pour ne pas faire attendre mon invitée trop longtemps. Une fois propre et sèche, j'opte pour une une robe noire au dos nu, fendue sur les côtés pour me permettre de danser et au décolleté avantageux sans être vulgaire.

"Allez viens, on va profiter de la fête!"

Je guide la belle rousse jusque sur le pont où mes gars on bien bossé. Le pont a été aménagé : vers la poupe, une grande table a été dressée derrière laquelle des cuistots s'affairent à mitonner des brochettes et autres amuse-bouche salés, juste à coté, un bar propose des boissons, et, enfin, au niveau de la proue, un petit orchestre joue des airs rudement entrainants! Mon regard pétille lorsqu'il croise celui d'Héliam.

"Allez, viens! Tu vas voir, danser c'est comme naviguer! Il suffit juste de se laisser porter pas le courant de la mélodie!" m'enthousiasmé-je en lui prenant la main et en posant l'autre sur sa hanche.

Sauf que là, c'est moi qui compte mener la danse et naviguer au gré de la musique. Je suis la navigatrice, et la délicieuse Héliam, le temps d'une chanson, sera mon navire.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
Comme le tu, mais en plus respectueux. Elle hoche la tête doucement, pensive face aux paroles. Il y avait donc différente manière d’offrir son respect et l’utilisation du vous en faisait partie. Elle garde ceci en mémoire, elle pouvait toujours garder ceci pour les personnes qu’elle considérait avoir du respect envers eux, comme Jeska qui lui offrait beaucoup de générosité et de paroles sages, sans oublier les précieuses connaissances données. Elle allait commencer à utiliser les-vous envers Jeska quand la demoiselle lui offre d’utiliser le tu à son tour. Heliam n’hésite pas une seule seconde pour lui donner son accord, elle devait au moins faire ceci avec tout ce que la pirate avait fait.

Tout en écoutant attentivement la demoiselle, elle termine lentement le démêlage de sa tignasse rousse et l’épaisse tresse qui repose maintenant sur le côté de son corps et sur le devant. Elle hoche la tête, prenant des notes mentalement sur l’importance de passer du temps avec son équipage pour offrir une certaine loyauté et bonne conduite. Devant le cadeau que venait de lui faire Jeska, Heliam se fige un instant, ses pupilles sont fixés sur la jeune femme, un peu d’incompréhension à l’intérieur. C'était bien la première fois que quelqu’un quelque chose gratuitement. D’ordinaire, il y avait un échange entre eux, mais la… Rien.

‘’Je…’’ Elle laisse un sourire se dessiner sur son visage. ‘’Merci, je vais en prendre soin.’’ Souffle-t-elle finalement en passant les mains sur le devant de la robe.

Tout en suivant vaguement la demoiselle des yeux, elle l’écoute toujours et en la suivant un peu. Elle attrape le bouquin, observant la couverture avec neutralité. Un roman d’amour… Elle retourne la couverture, lisant le fin résumé de fin qui décrit une histoire à l’eau de rose presque impossible et digne que des contes de fée. Helia, qui ne comprend pas le principe de se plaire dans le fantasme, en vient à cette demande si elle peut venir d'apprécier ce genre de bouquin. En même temps, s’ils étaient sur le marché, ils devaient être assez populaires et agréables à lire non ? Tout en se posant des questions, elle récupère ses gants de cuir renforcés et les enfile, les demi-gants noirs enveloppaient que ses doigts et une partie de l’intérieur de ses paumes. Ils servaient principalement à protéger les autres de ses ongles empoissonnés. Elle voulait absolument éviter les désagréments d’avoir grafignés quelqu’un par mégarde.

Tout en laissant la demoiselle prendre un temps de soin pour se mettre belle, Helia se perd dans la contemplation du bouquin, en lissant les premières pages qui ne sont qu’une prémisse de Tusk Love. Il suit la relation ‘grivoise’ entre Oskar, un demi-mink et Guenièvre, une humaine qui est la fille d'un riche marchand ambulant. Après leur rencontre sur la mer après qu’Oskar est rejoint l’équipage, ils ne se quittent plus des yeux. Bien qu'au début, ils ne puissent pas être ensemble, par peur de l'opinion de leur famille sur la relation et bien plus encore, l’histoire semble se terminer par un amour heureux. Elle allait se laisser tenter par le début de la lecture quand la capitaine du bateau immerge de la garde-robe en tenue de fête.

‘’Le noir vous va bien.’’ Complimente simplement Heliam qui est sincère dans ses paroles.

Elle suit l’ordre docilement, redéposant le livre à regret avant de quitter à l’extérieur, retrouvant l’équipage qui s’étaient rapidement activé devant l’annonce de la fête. Elle avait à peine eu le temps de piquer un truc sur la table, qu’elle croisait le regarde de la capitaine qui brillait de mille feux. Elle se perd un instant dans les prunelles, lui rendant son sourire sans comprendre avant de se faire happer par a la belle noire qui l’invite à danser ou plutôt qui l’entraîne. Elle avale rapidement sa bouchée avant d’essuyer ses mains sur elle-même et de les poser sur sa compagne d’infortune.

‘’Je vais être honnête, je ne sais pas danser, mais je vais essayer de vous suivre miss Jeska.’’ Ajoute-t-elle joyeusement en suivant au mieux avec son corps agile le rythme et les mouvements imposés par Jeska.


“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
"Oh, pas besoin de tant de cérémonies entre nous!" m'exclamé-je gaiement quand les mots "miss" et "Jeska" ont caressé mes oreilles. "Tu peux m'appeler Jeska tout court, ou Jes' comme le font mes amis!"

La musique part et j'entraine ma cavalière dans une gigue pirate. Dans un premier temps, je respecte le fait qu'Héliam soit néophyte en la matière, je la guide délicatement sur les eaux tranquilles que constituent la partie calme de la musique. Je la laisse prendre un peu d'assurance. La belle est plus grande que moi, et je dois légèrement incliner mon chef pour la regarder dans les yeux, mais à partir du moment où mes saphirs et ses émeraudes se croisent, rien ne les séparera. Ce moment n'est qu'à nous, et les autres autour s'effacent alors comme par magie. Et quand la mélodie accélère comme le vent se lève, que je l'entraine dans une valse folle comme un navire se fait ballotter par les flots, que je l'amène à la limite du chavirement pour mieux attendre le dernier moment avant de redresser la barre, mon regard est resté plongé dans le sien à chaque instant. Je mène la dance comme je dirige la Lépreuse : je guide plus que je force, j'encourage plus que je ne commande, je pardonne les erreurs plus que je ne les punis.

Combien de temps avons nous dansé ainsi, yeux dans les yeux? Je l'ignore, mais il semble que l'orchestre ait besoin de faire une pause, alors, profitant de l'accalmie, je libère ma partenaire pour lui laisser le temps de souffler. C'était ma dernière leçon de nautisme pour la ravissante rousse : naviguer, c'est comme valser. J'espère que mon élève saisira l'analogie. Après tout, je n'ai pas fait dans l'évidence, et je ne sais pas si la jeune femme voulait juste profiter de mon expérience. A la place je lui ai offert l'opportunité de se créer la sienne tout en restant à une distance raisonnable en cas de pépin. J'espère avoir répondu à ses attentes.

Alors que je la quitte près du buffet, un drôle de sentiment m'étreint. C'est un peu comme lorsque j'ai appris à Lola comment se défendre. Est-ce que, par le plus grand des hasards, j'aimerais enseigner? Oui, clairement, j'aime partager mon savoir, non pas comme un moyen de me placer au dessus des gens façon "celle qui sait plus que les autres", mais comme une sorte de guide bienveillant qui montre le chemin. Oui, je crois que si la vie m'avait permis d'être une personne différente, j'aurais été la plus heureuse des maitresses d'école. J'aurais mis ensemble les deux choses qui remplissent le plus mon cœur de joie, les enfants et la transmission de savoir.

Et alors que je m'apprête à aller m'isoler sur la proue, un Diego sauvage m'attrape par la main et m'entraine sur la pise de danse. A-t-il senti mon trouble? Certainement. C'est sa façon à lui de me proposer une épaule sur laquelle pleurer. Il sait que là, dans ses bras, je peux m'oublier. Je peux me laisser aller et tourner jusqu'à l'ivresse. Arrêter de penser et de me faire du mal. Ainsi, je passe de mains en mains, du médecin de bord au simple matelot, et je valse avec tous. Je ne retourne pas auprès d'Héliam, pas encore. Je ne souhaite pas lui imposer sa façon de m'amuser, alors je la laisse profiter de la fête comme il lui plaît.

Et, finalement, mes jambes ne me portent plus et je finis par avoir besoin de me reposer. Poliment, je refuse la main tendue du mousse et je vais m'affaler sur une chaise, essoufflée, échevelée, mais un grand sourire accroché à mon visage. On me propose un rafraichissement que j'accepte avec joie, et je commence à siroter ma boisson en cherchant du regard la jolie rousse.


  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
La plante avait souri doucement, hochant la tête simplement face à la nouvelle familiarisation imposée par la dame du navire. Bien qu’elle eût des yeux sur le buffet, sa capitaine du moment avait une tout autre idée en tête, lui apprendre la dance. Ainsi, la grande verte s’était concentrée sur les pas de dance offerts, apprenant grâce à la patience de Jeska gigue pirate. Après quelques essais et erreurs de sa part, elle avait fini par prendre la main, ou plutôt le pied et sa compagne de fortune l’avait rapidement amené dans une valse rapide. Pourtant, au lieu de se sentir envahi par un sentiment négatif d’accablement, parce qu’elle ne savait pas mettre de la tête, le fait de s’abandonner dans les mains expertes de la pirate lui fit une sensation bien inverse. Son regard est joyeux observant autour d’elle tandis que Jeska lui faisait vivre une danse aussi libre que les vagues qui les avaient récemment secouées.

Le crépuscule enveloppe finalement le navire d'une lueur dorée, illuminant le pont de bois usé dû aux vagues tumultueuses qu’il avait connues aux fils des années écoulés. Les voiles flottaient mollement au gré d'une brise timide et les étoiles faisaient leur apparition une à une dans le ciel maintenant indigo. La rousse sentait l'air autour d’elle chargée d'une énergie vibrante d’excitation. Sous la main experte de Jeska, les deux femmes se faufilaient habilement entre les membres de l'équipage qui s'étaient rassemblés pour célébrer leur survie à la tempête. Leurs habits bien différents ne faisaient que rehausser l’apparence exotique d’Helia et le charme naturel de la pirate, faisant d’eux le centre de l’attention du moment. Le rythme bien entraînant de la danse montait dans l'air, jouée par le groupe de musiciens. Les marins, bien reconnaissants d'avoir échappé à l’expérience nautique, mais surtout à l’annonce de leur capitaine, se laissaient emporter par la musique et la joie de l'instant. Ceux qui n’étaient pas musicien, tapaient du pied ou battaient des mains, rajoutant une touche plus personnelle à la musique qui s’élevait.

Plus la danse avançait, plus elle prit en confiance, offrant une réplique rapide, qui offrit un spectacle bien plus intéressant qu’au commencement, ainsi les pas maîtriser avec une grâce inouïe, dévoile enfin la possibilité à ce que leurs mouvements soient synchronisés et donnent l’impression à une véritable expression de la camaraderie entre elles. Le rire cristallin d’Helia finit même par se mêlèrent aux acclamations des pirates, formant une symphonie d'allégresse et renforçant son sentiment de liberté. Il y avait quelque chose dans les pupilles sombre de la capitaine qui envoûtait la verte, captivant complètement son attention et la rendant presque docile. Elle n’était pas sur sa dame avait voulu lui apprendre quelque chose de nouveau, une leçon silencieuse cachée dans ce partage de pas, mais Helia sait un chose, elle n’oubliera jamais ce moment offert et elle serait toujours reconnaissante de la chance qu’il lui avait été offerte par Jeska. Sans le savoir, celle aux cheveux d’ébène venait de devenir en partie le modèle de liberté d’Helia.

Elles terminent finalement la valse exotique, presque revenue à leur point de départ, près de la première convoitise de la rousse. Essoufflée, mais bien heureuse, Helia remercie sa partenaire et la laisse filer en l’observant toujours un regard brillant. C’est le cœur léger qu’elle se mêle un peu à l’autre, échangeant avec les plus courageux qui viennent pour soit lui faire découvrir des spécialités culinaires du bateau ou encore pour échanger de quelques pas de danse avec eux. De fil en aiguille, elle découvre d’autres genres, d’autres personnes qui profitent de la situation pour la faire danser un peu, elle aussi, mais elle est bien moins assidue que sa première partenaire et après trois à quatre dance, elle prend une pause, s’éloignant doucement du centre pour trouver un peu de solitude. Non pas qu’elle n’éprouvait pas de plaisir, mais elle avait la tête remplit de mots qu’elle devait mettre sur papier. C’était sa manière d’apprendre et de garder des traces.

La soirée se poursuivit ainsi, bercée par la musique, le son lointain des vagues qui caressant la coque sur leur passage et la gratitude d’un équipage uni, célébrant la vie et l'esprit indomptable qui les animait en dépit des tempêtes, créait une mélodie paisible à ses oreilles. La rousse s’est installée non loin de la proue, les cheveux dans le vent marin, à la lueur délicate d’une lanterne, elle avait le nez penché dans un journal et son crayon s’activait à y graver les souvenirs de la journée et celle de la soirée. Un doux sourire flottait sur ses lèvres pleines, signe qu’elle est bien heureuse de sa journée. Sous la nouvelle attention d'elle, elle soulève la tête et attrape son verre pour en boire une gorgée, la mousse lui pétille sur la langue. Peu habituée à l’alcool, elle n’est pas encore sûre d’apprécier la sensation de légèreté qui l’habite. Elle était loin d’être saoule comme certains des marins, mais bon. Tout en observant la scène, elle croise finalement le regard de Jeska et lui sourit doucement. Elle referme son livre de note et le glisse dans son sac avant de rejoindre la jeune femme en prenant place à côté d’elle. Elle reprend une gorgée de son breuvage ambré avant de s’exprimer ;

‘’Vous avez assez de plaisir ? J’ignore comment vous avez fait pour enchaîné autant de dance, après la cinquième, j’étais essoufflée. Sinon, je peux demander ce que c’est ?’’ Dit-elle en montrant le verre d’alcool. ‘’Ce n’est clairement pas de l’eau, ça sent fort et ça brûle la gorge quand j’avale… C’est normal ? Un des marins m'a glissé ceci dans les mains en me disant que ça aiderait à me détendre, mais pour le moment ça ne fait rien.’’ Glisse-t-elle en penchant la tête sur le côté.


“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
"C'est de la bière." Réponds-je à mon invitée. "Ce n'est pas la boisson la plus alcoolisée, mais elle peut être traître quand on en consomme un peu trop."

Puis soudain, un doute m'étreint. Héliam ne sait pas ce qu'est une bière, mais sait-elle ce qu'est l'alcool? Sans quitter la belle liane des yeux, je me remémore sa dernière phrase et mon sang ne fait qu'un tour. Nom d'une biscotte, la rouquine me semble bien naïve! Et pas question qu'elle perde son innocence sur mon navire. Je cherche des yeux le moins que rien qui a tenté d'embobiner mon hôte quand mes iris se fixent sur un jeune mousse ce dernier ne tarde pas à comprendre ce que je lui reproche et s'en va loin afin de se soustraire à mon regard mécontent et accusateur. Puis mon visage retrouve sa bienveillance naturelle avant de se retourner vers la beauté sylvestre.

"Tu sais, certains hommes pas toujours très bien intentionnés t'offrent de l'alcool dans le but que tu sois un peu trop détendue et qu'ils puissent ainsi profiter de toi."

Vraiment, je ne sais pas si je suis la mieux placée pour t'expliquer ça, Héliam. Après tout, je suis pour beaucoup qu'une Marie-couche-toi-là. Et pourtant, malgré toutes mes souillures, je ne veux pas que cette belle enfant souffre. Je veux lui éviter de faire les mêmes erreurs que moi. Peut-être que je reconnais en elle la Jeska d'il y a quelques années : l'ange qui était encore libre de choisir son destin. Quand je pense à ça, je me dis que j'ai quand même pas mal déconné depuis! Mais l'important n'est pas là. Ma priorité, à présent, c'est la jeune pousse en face de moi. Seulement, que lui dire? Je n'aime pas parler de moi, et encore moins de mes expériences. D'autant plus que j'ai l'impression d'avoir gagné son respect, alors je ne brûle pas de me présenter sous un mauvais jour. Elle est venue vers moi pour mes connaissances en navigation, qui suis-je pour lui donner, en plus, des leçons de vie?

Et pourtant, elle a bien guidé la Lépreuse dans une tempête, à tel point que je me suis demandé en quoi je pouvais bien encore lui être utile. Peut-être devrais-je envisager que cette génération de pirates n'a pas besoin de ma protection pour s'épanouir. Et même pire qu'au contraire, si je m'investis trop auprès d'elle, je risque d'entraver sa croissance. Je dois lui laisser la place de faire des erreurs et d'en tirer ses propres leçons. Après tout, je ne pourrais pas la protéger de tout. La laisser vivre comme je l'ai laisser naviguer … oui, c'est ça que je dois faire. Alors, je poursuis :

"Mais que ça ne t'empêche pas de t'amuser." Lui dis-je d'un ton plus léger, ponctué d'une œillade complice.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
‘’De la bière… Je vois, c’est donc ce truc que tout le monde me parlait en me vantant les qualités de la bonne mousse… Je ne suis pas sûre d’apprécier par contre, je préfère de loin mon jus de fruit concentré que je faisais sur mon île.’’ Marmonne la rousse en déposant finalement la chope sous sa chaise.

Elle en avait bien bu la moitié de son contenu, mais la brûlure qui lui glissait le long de la gorge et le léger engourdissement au bout de ses doigts ne lui annonçait rien de bien prometteur pour le liquide doré. Elle serre un peu les phalanges, observant le cuir qui craque un peu sous la pression de ses ongles qui mord la texture. Elle dépose finalement la main sur ses cuisses croisées, avant de glisser ses yeux sur la foule de matelots qui s’amusait toujours, ils avaient l’air si heureux.

‘’Vous n’êtes pas la première à me dire ceci, une autre demoiselle… Kensa. Elle m’a dit que souvent les hommes devant des jolie demoiselle perdait de leur civilité et voulait assouvir leurs désirs… Comment avait-elle dit la chose ; ‘assouvir leurs plus bas instincts et se vider les bourses, avec ou sans le consentement de ces dernières.’ Il y a toujours des exceptions, mais bon… J’ai malheureusement une mauvaise nouvelle pour eux, je suis empoissonnée, alors si quelqu’un me touche sans que je ne le désire pas, il risque de mourir pitoyablement…’’ Annonce froidement la verte qui observait toujours la foule.

Il n’y avait pas de rancune ou encore de menace, elle énonçait seulement un fait. Elle tourne doucement la tête vers Jeska, un sourire accroché aux lèvres. Elle se sentait étrangement bien, loin d’Armada, sur la mer, c’était différent de la lourde pollution de l’amalgame de quartier. Même si elle habitait dans le quartier rouge, dans le coin le plus végétal, elle sentait la différence… Elle en vient à réaliser qu’elle se sent nostalgique et que la nature lui manque affreusement… Peut-être qu’après sa mission avec Léo, elle pourrait prendre une pause et se ressourcer ? Dans l’un des journaux de sa mère, elle avait lu que Myriapolis était une île principalement habitée d’insectes, mais ce qui l’intéressait davantage était la forêt des toiles, sa mère avait laissé des notes importantes sur un champignon nommé le Meishirania.

‘’Oh, je me suis bien amusée, mais je dois avouer que dans l’immédiat, j’ai les jambes en compote. Une pause accompagnée d’un snack est donc de mise.’’ Annonce-t-elle en tirant de son sac des lanières de viande séchés qu’elle se met à grignoter. ‘’Je n’aurais jamais pensé être autant épuisée simplement en socialisant… Je n’ai pas l’habitude d’être autant entouré de gens alors ça me fait bizarre… Ça ne vous dérange pas d’être entourée autant de gens ?’’


“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
Il y a deux ans de cela, je lui aurais sans doute répondu oui. Depuis, j'ai été capturée, torturée, mutilée, jetée dans la pire des prisons au monde. Et ce n'était que le début de mon calvaire. Je n'y ai passé qu'une année calendaire, mais en ressenti, ça en vaut au moins dix. Cette triste page de mon histoire appartient au passé, et pourtant, elle infiltre mon présent dès qu'elle en a l'occasion. Comme quoi, j'ai beau eu sortir de l'Asile, l'Asile, elle, est restée en moi, prête à me hanter dès que je baisse la garde.

"J'ai mis du temps à m'y faire." Concédé-je à la jolie rouquine. "Mais, avec le temps, non seulement on s'y habitue, mais on finit par trouver ça indispensable."

Il est loin le temps de la Jeska égoïste et arriviste qui voulait gravir les échelons de la Marine! De l'eau a coulé sous les ponts et j'ai pris mon lot de gifles du Destin. J'ai changé, et des fois je me prends à me demander ce qu'il se serait passé si j'avais pris un chemin plutôt qu'un autre. Envisager ces hypothèses n'est bon qu'à me tenir inutilement éveillée, et à m'auto exaspérer. Je finis alors généralement ma soirée avec un bon livre à l'eau de rose entre les mains pour retrouver le sommeil.  

"Mais si tu le désires, on peut s'isoler dans un endroit plus tranquille."

Si Héliam n'est pas à l'aise en société, je serai une bien piètre hôtesse de lui imposer la compagnie de mon équipage presqu'exclusivement masculin, qui plus est.

"On peut retourner dans ma chambre par exemple."

Héliam opine du chef et nous voilà dans le confort douillet de ma cabine. Immédiatement, je sens la rouquine plus à son aise. Alors, je lui demande ce qui lui ferait plaisir. D'un geste de jeune fille timide, elle me montre le roman à l'au de rose que je garde près de ma table de chevet.

"Tu veux que je te fasse la lecture?" elle hoche la tête. "Alors je vais pas prendre celui-là, il fait partie d'une saga, ce serait un peu long de tout t'expliquer. A la place, on va essayer celui-ci. C'est ma seconde qui me l'a prêté, elle m'en a dit beaucoup de bien."

On s'installe donc sur mon lit, façon soirée pyjama entre filles et je commence la lecture de "Cinquante nuances de rouge." Une histoire des plus basiques d'une jeune aubergiste un peu naïve qui tombe sous le charme d'un pirate de passage aussi beau que ténébreux. Toute ressemblance avec l'idylle ratée que j'ai eue avec Red ne serait que fortuite. Les trois premiers chapitres racontent une douce romance, c'est mignon tout plein, puis soudain, au milieu du chapitre quatre, l'auteur délaisse la délicate caresse érotique de la plume, pour utiliser l'oiseau tout entier! C'est d'un cru! Cependant, mine de rien, je suis mis excitée, mi outrée. Et le rougissement de mon visage ainsi que l'ébouriffement des plumes de mes ailes ne laisse guère de doute sur ce que je ressens présentement. D'autant plus que je ne suis pas seule dans la pièce! Mon émoi aux cotés d'Héliam m'embarrasse un peu.

"Dis, Jeska, c'est quoi la luvneelloise?"

Nom d'une biscotte, la question qui tue! Déjà rouge, je vire cramoisie. Comment lui expliquer? Je ne sais même pas si elle sait ce que sont des rapports sexuels! Je pourrais illustrer le propos avec mes jouets. Non! Vaut mieux pas que je sorte mes compagnons de solitude, elle pourrait me juger! Me voilà donc en train de bredouiller comme une nouille pour vainement tenter d'expliquer le truc en utilisant des périphrases et autres métaphores pour parler de la chose sans parler de la chose … et je sens bien que je m'enfonce. Maudite Héphillia! Toi et tes goûts douteux!
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
Indispensable ? Le mot résonne doucement dans son esprit. Il est vrai qu’à quelques reprises elle n’aurait pas survécu s’il n’en avait pas été de la présence des autres. Ces quelques paroles la fond réfléchir sur un futur qu’elle n’aurait pas envisagée, celui de s’entourer de gens comme l’avait fait Jeska. Elle hoche doucement la tête, fessant un signe à la demoiselle qu’elle l’écoutait toujours, mais la ligne qui se creuse entre ses sourcils dévoile la curiosité et l’état pensif dans laquelle, elle se plonge un moment.

Toutefois, quand l’offre de la capitaine tombe, offrant de trouver un lieu plus calme et loin du brouhaha de la foule fêtard, Helia n'hésite que quelques secondes, acceptant l’idée avec un soulagement visible. Elle était aussi curieuse de retrouver ces larges bibliothèques qui décoraient la pièce et de déposer ses pupilles sur les titres des livres à l’eau de rose que lui avait parlé Jeska. Elle est tout de même curieuse de quel genre de lecture sont ces romans. Heliamphora n’avait jamais mis la main sur ce genre de bouquin, ne posant les yeux que sur des écrits scientifiques de sa mère, ou encore ses journaux personnels donc elle avait laissé ses mémoires à sa fille. Les trois journaux aux relieurs de cuir avaient été faits dans la dernière année de vie de sa maternelle, un dernier cadeau, un parcours offert pour la maturation de sa fille et aussi une manière de découvrir un peu plus sur l’histoire de sa famille.

Elle hoche finalement la tête, attrape son sac et se soulève pour suivre docilement la brunette qui ouvre le pas. Une fois dans le confort de la chambre, Heliam soupire malgré elle. La quiétude du lieu la rassure immédiatement, laissant ainsi ses oreilles se reposer un peu loin du bourdonnement extérieur. Quand la capitaine lui demande ce qu’elle aimerait faire, son premier réflexe est de pointer un livre silencieusement, trop timide d’avouer qu’elle voulait découvrir ce qu’était le genre qu’elle lisait. Si au début elle ne s’attendait pas à ce qu’on lui fasse la lecture, l’idée, la charme rapidement et elle hoche la tête plus fermement, approuvant les paroles de la noire. Ainsi, en moins de temps de le dire, elles se retrouvèrent confortables sur le lit. Elle s’assure que ses pieds sont toujours propres avant de le poser à plat sur le lit, de plier les jambes, d’appuyer son menton sur ses genoux et de passer les bras autour de ceux-ci. Adosser à la tête de lit massif, elle ne quitte pas des yeux l’ange qui lui fait la lecture.

Si Heliam ne comprend pas tout l’érotisme caché derrière les mots, elle reste tout de même fascinée par le comportement et l’effet que les mots semblent avoir sur son corps. Elle n’aurait jamais cru et encore moins pensée que des mots pouvaient avoir de tels effets et à voir les réactions de sa partenaire, elle ne semblait pas être la seule affectée. À quelques reprises, elle laisse même échapper une exclamation de surprise ou encore le commentaire : ‘’Il a fait quoi avec son quoi ? Mais… C’est possible ??’’ Toutefois, ses exclamations n’étaient jamais bien assez importantes pour arrêter la discussion, jusqu’à ce qu’un mot complètement inconnu qui soit donner… Luvneelloise ? Après quelques secondes, elle interrompt la jolie brunette, l’observant avec des yeux interrogateurs, lui posant la question qui semble la faire virer si rouge qu’elle doute maintenant de son choix. Après des explications des plus douteuses et brouillées de sens par l’utilisation subtile des périphrases et des métaphores, une lumière semble se faire dans l’esprit de la rousse donc le regard s’illumine.

‘’Ah, je vois que c’est une position sexuelle ! Tu aurais pu le dire plus directement, je ne suis pas gêné par ceci. On m'a bien appris quelques galipettes, surtout entre femmes, mais je n’avais jamais entendu parler de celle-ci. Désolée si je t’ai mise mal à l’aise, ce n’était pas mon intention. Je ne poserais plus de questions.’’ Dit la rousse avec un sourire désolée.

Comment pourrait-elle être gêné de quelque chose qui était naturel chez l’être humain ? Le système reproducteur avait un grand pouvoir sur le corps humain, encore plus quand la chimie de deux personnes semblait s’attirer grandement, ce qui altérait les neurones et activait les hormones sexuelles. Dans tous les cas, pour Helia, la sexualité était un sujet normal, voir un peu trop scientifique dans sa pensée. Kaley lui avait bien appris la subtilité du plaisir féminin, seul ou à deux, mais elle n’avait jamais goûté à un homme encore, l’opportunité ne s’étant jamais présenté, encore moins le spécimen qui pourrait faire réagir ses hormones comme l’avait fait Kaley.


“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
"Oh, grands dieux, non! Si tu as des questions, n'hésite pas. Mon embarras venait plus d'une vaine tentative de ma part de ne pas heurter ta sensibilité. Mais, vu que tu connais ces choses de la vie, je peux me permettre d'être un peu plus directe dans mes explications."

Réellement soulagée de pouvoir aborder ces sujets avec une personne adulte et initiée, je reprend la lecture. Décomplexée, Héliam pose moult questions auxquelles je n'hésite plus pour y répondre, me permettant même d'enrichir le sujet avec mes propres expériences personnelles. Les chapitres et les heures passent, mais la fatigue de la journée reste et s'amplifie. Ma vue commence à se troubler et mes paupières se font lourdes. J'essaie de continuer à faire l'effort de lire, mais je dodeline de la tête pour finir le front contre le papier. Ce contact incongru me sort de ma torpeur un peu trop violemment et je me cogne l'arrière du crâne contre la tête de lit. Outch! Un petite larmichette perle de mon œil droit alors que je me retourne vers mon invitée hilare.

"Ne te marre pas, toi!" fais-je semblant de m'offusquer.

Je me saisis alors d'un oreiller et "blam!", je lui envoie en pleine figure! Un magnifique coup en traître, mais dosé pour ne pas faire mal. C'était la seule chose qui manquait à notre fin de soirée pyjamas (sauf qu'on est encore en tenue de soirée et pas de nuit).

"Bataille d'oreiller!" claironné-je.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
Si la chasseuse verte avait eu une expérience basique dans la matière, avec la lecture et les questions bien répondu de Jeska, elle finit la soirée avec beaucoup plus d’informations utiles et intéressantes qu’elle voudra un jour tester. Toutefois, plus la lecture avançait, plus la nuit s’étirait et les neurones de la demoiselle montraient des signes de fatigue. Si ses oreilles désiraient toujours entendre la voix de la capitaine, son cerveau n’assimilait plus rien, tout comme sa compagne qui semble commencer à glisser dans les bras de Morphée. Tandis qu’elles s’endorment presque en même temps, Jeska semble se réveiller brusquement, sursauté ce qui réveille aussi Helia. Le petit boost d’adrénaline lui fait ouvrir grand les yeux et observe sa compagne en comprenant ce qui vient de se passer. Tandis qu’un large sourire entendu s’étire sur son visage qui possède des marches du sommeil, elle retient le rire qui voulut s’échapper de sa gorge, mais celui-ci secoua un peu ses épaules.

Soudain, le coup frappa le visage de la verte, qui reste surprise un instant face à l’action et finalement dans un éclat de spontanéité, elle se saisissait de son oreiller moelleux. Elle lança un regard complice à Jeska. La capitaine, joueuse et prête à continuer l'amusement, ne se fit pas attendre pour continuer ces assauts duveteux. Les oreillers commencèrent à voler dans la pièce, créant un ballet léger et ludique. Les rires résonnaient à nouveau, mélangés au froissement des oreillers et aux éclats de joie. La scène était marquée par des moments d’une compétition amicale, de parades comiques et de coups bien placés. Les coussins rebondissaient sur le lit maintenant défait, créant un tableau chaotique, mais empreint d'une énergie contagieuse. Les deux complices se laissèrent emporter par la frivolité de l'instant, oubliant momentanément les responsabilités de la vie quotidienne. La chambre du capitaine était désormais le théâtre d'une bataille d'oreillers où la camaraderie et la complicité éclairaient chaque mouvement. La nuit se prolongea ainsi, ponctuée de rires, de frivolités et d’amusement.

Jamais, au grand jamais la verte n’aurait cru s’amuser avec une activité aussi simple. Finalement, la tête d’oreiller d’Helia explosa dans une tempête de plumes blanche, remplissant un instant l’espace entres elles et laissant Heliam sans défense, les yeux tournés vers le plafond à observer la pluie légère de plume. La chambre du capitaine, baignée dans la douce lueur de la lampe à huile, les murs revêtus de bois sombre semblaient absorber la lumière tamisée, créant une ambiance chaleureuse et feutrée. De fines tentures couleur marine ornaient les hublots, laissant filtrer une lumière douce qui dansait au gré des vagues. Le mobilier en chêne massif, patiné par les embruns salés, conférait à l'ensemble une touche d'authenticité maritime. Un grand bureau, recouvert de cartes marines soigneusement déployées, témoignait de la rigueur et de l'expertise du capitaine dans l'art de la navigation. Le vent marin faisait danser doucement les rideaux des hublots, laissant l’odeur saline de l’océan remplir la pièce.

Tandis que la verte profite du moment, elle se dit que si un jour elle a son propre bateau, qu’elle désire une chambre dans ce style, quelque chose qui reflète sa personnalité et où elle se sentira bien, entourer de plantes, de lire, de carte et de toute chose qui fond sur elle ce qu’elle est. Elle baisse finalement les yeux sur Jeska et pendant qu’elle se mange un nouveau coup d’oreiller et qu’elle s’affale sur le lit avec un rire, elle se dit qu’elle avait bien choisi son modèle et qu’elle était heureuse que cette dernière lui ait laissé sa chance.

‘’Dis-moi Jeska, une fois que tu auras fini tes projets, que comptes-tu faire ?’’


“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
Mes saphirs fixent ses émeraudes alors que ma chambre ressemble trait pour trait à l'intérieur d'une boule à neige. Et si le silence semble figer l'instant, le temps, lui, continue inexorablement son cours. Les plumes finissent par tomber mollement sur le sol, le lit et nous que je n'ai toujours pas répondu. Non pas que je m'interroge sur le fait de confier quelque chose d'aussi intime à la première venue, mais… je dois bien avouer que je n'y ai pas réfléchi. Pour moi, le but c'est de récupérer Sakazuki et de tuer Frost. Réunir beaucoup de gens autour de moi n'est qu'un moyen d'arriver à mes objectifs. Et je n'ai pas pris assez de recul pour envisage la suite. Quelle suite d'ailleurs? Frost mort, deviendrais-je Impératrice? Moi la fille de rien, la petite ange aveugle de South Blue? L'ancienne Lieutenant de Marine? Ce serait drôle. Mais au fond de moi, je sais très bien que ce que je désire le plus, ce n'est pas le pouvoir.

"Quand tout sera fini, et que je serai en paix, j'adorerai vivre dans une petite maison en pierre. Des glycines déborderaient de la gouttière. J'aurais belle pelouse d'herbe bien grasse et des jolis parterres fleuris. Quelques arbres aussi, des fruitiers principalement. L'endroit sera assez grand pour que tous mes enfants puissent y habiter ainsi que celui ou celle qui partagera ma vie. Je passerai mes jours à regarder les plantes et les gamins croître, et pour tuer le temps, j'exercerai le beau métier d'enseignante."

Je me laisse choir à mon tour sur ce lit qui ressemble plus à un champ de bataille qu'à une couche. Je ne la regarde plus. Trop peur d'affronter son regard. Après tout, moi, Jeska Kamahlsson, donc le nom fait trembler les bonnes gens, a des aspirations bien niaises. Je remarque, non sans une certaine satisfaction, qu'elle ne se moque pas. Mine de rien sa réaction me soulage, et je me sens prête à de nouveau affronter son regard. Alors, je bascule mon corps sur le côté et je réalise alors que nos visages sont on ne peut plus proches au point que je sens la chaleur de son souffle sur mes joues. Lentement, ma main droite glisse le long de sa joue et s'en va se perdre dans sa tignasse cuivrée. Délicatement, je me saisis d'une plume qui s'était perdue dans sa belle chevelure rousse que j'exhibe comme un trophée.

"La voilà, la petite coquine!" triomphé-je.

D'aussi près, j'aurais cru ne pas saisir l'immensité de sa beauté, et pourtant, elle est là, à portée de main. Je n'ai qu'à la tendre pour la cueillir. Mais Héliam est telle une fleur sauvage : magnifique uniquement dans son sol. Si jamais je faisais ce geste, si jamais je m'emparais d'elle, elle fanerait inévitablement. Encore une fois, je vais devoir me résoudre à laisser partir ce que je désire. Et pourtant je souris. Je suis heureuse d'avoir partagé ce moment avec elle. D'une chiquenaude, je chasse cette vilaine plume que est allée se ficher dans la coiffure de mon amie tandis que mes paupières se font lourdes...
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
    Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum