Le Deal du moment :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où ...
Voir le deal

Dans les règles de l'art


Conflit interne

L'équipage du CYAN venait de traverser la fameuse - et dangereuse- voie maritime de Reverse Moutain. La monté fut compliquée mais pas autant que la descente qui était infernale. Après l'exploit de survivre aux rapides sans navigateur (merci Fish), l'équipe décida de s'arrêter au Port des Jumeaux pour faire le plein de victuailles et préparer leur nouveau périple : voguer sur la Route de Tous Les Périls.


Du bois flottant, c'était la qu'on y avait construit le Port des Jumeaux. Ça paraissait logique car ici tout était sur l'eau, en passant des épaves au pied de la descente à l'immense pieuvre juste après !
Malgré les sinistres que ces lieux avaient vécus, il faisait bon vivre. Les rues étaient animées et le commerce profitait du passage constant des voyageurs. C'était l'endroit rêvé pour faire nos victuailles et remplir nos stocks de marchandise (surtout de bouffe). Il fallait nous préparer à affronter la Grand Line et tous les dangers qui nous guettaient.

Mais l'heure n'était pas à la fête pour autant. Nous nous retrouvions tous les quatre au coucher du soleil sur un piloti abandonné. Le climat social était plutôt froid et pour cause : nous vivions notre tout premier conflit interne.

- Messieurs, mesdames, spectateurs, vous êtes nombreux à assister à l'événement de la décennie : le tout premier combat de l'Ultimate Fight chez les CYAN !
- Il n'y a que nous imbécile.

Une tape de notre lapine favorite dans l'arrière du crâne d'Alegsis le fit stopper quelques secondes. Il toussa dans sa main et reprit de plus belle.

- Dans le coin gauche, nous avons le Génialissime, le Redoutable, le Malicieux et grand favori de la soirée j'ai nommé .... TANK ! Un tonnerre d'applaudissement pour notre champion !

L'imbécile se mit à applaudir tout seul. Dans un calme plat, très plat ... Kant avança de quelques pas. Il me lança un regard déterminé en se faisant craquer les doigts. Gloups, je le n'avais jamais vu aussi motivé pour autre chose que de l'alcool ! Cela me fit des frissons dans le dos !

- Dans le coin droit, nous avons l'Affreux, le Pas Beau, le Très Moche .... GRIMMJACK !

Cette fois-ci personne n'applaudit, pas même mon idiot de comparse. J'avançais à mon tour de quelques pas, essayant de chauffer la foule pour scander mon nom. Mais rien ne fut, Alegsis et Hayase restèrent de marbre. Zut.

- Cette soirée ne pourrait se faire sans présenter notre charmante jury et arbitre de la soirée : Hayase ! Et car cette gourgandine ne peut superviser tout seul ce combat, je serai moi-même le juge suprè... Kyaaarg ! Un coup de pied bien placé de notre arbitre latta les noisettes d'Alegsis.
- Imbécile ! Tu n'es que le commentateur ! Tout le monde sait que tu favoriserais Kant sinon. Rétorqua-t-elle d'une mine boudeuse.

La jeune femme s'approcha de nous et mit au claire les quelques règles de ce fameux combat.

- Je vous le rappelle messieurs, les coups bas en dessous de la ceinture sont strictement interdit. Une pensée alla à Alegsis à genoux derrière elle se massant désespérément les roubignoles en larme. L'enjeu est très important ce soir car le vainqueur détiendra le lit prêt de la seule fenêtre du grenier !

Vous vous demandez pourquoi on allait se battre pour une simple place dans le navire ? La raison était simple. Simple mais extrêmement importante. Alegsis était prit, disons-nous de ... Flatulences. D'énormes flatulences. Toute la nuit ... Et le grenier ou on dormait tous les trois n'avait qu'une seule aération ... La fenêtre. Ce combat était notre seule accès pour la survie au sein de cet équipage. Kant et moi n'avions trouvés que cette idée pour se départager et savoir qui remporterait le dit "trophée".

- A vos marques, prêt ... FIGHT !

Les hostilités étaient déclarées. Un combat dans les règles de l'art allait avoir lieu. Un duel pour la survie et seul un vainqueur l'emportera tandis que le vaincu devra passer le reste de ses nuits dans une odeur putride et nauséabonde.

Un courage m'envahit à cette idée effrayante. Je saisis ma faux et fonça sur Kant à vive allure. Je ne comptais pas lui faire de cadeaux !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25582-scarecrow-grimmjack
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25574-grimmjack-le-chasseur-solitaire
    Le crissement de l’acier retentit si fort qu’il fit s’envoler une flopée d’oiseaux apeurés, pourtant coutumiers du tintamarre qui régnait au Port des Jumeaux. Du haut de ses deux mètres et quelques, Grimmjack fendait l’air à grands coups de faux, au rythme d’un pendule dont l’incessant balancement menaçait d’ôter la tête de Kant de ses épaules. Laborieusement, il paraît chacun des coups avec ses ciseaux à bois.

Kant n’aimait pas particulièrement user de ses outils pour combattre. Héritées d’un émérite forgeron de Tanuki, ces lames dont le fil était destiné à fendre le bois avaient pourtant déjà tranché la chair. Inébranlables face aux assauts de l’échalote, elles demeuraient de redoutables armes. Mais elles ne pouvaient égaler l’envergure de la faux.


    Les lames sifflaient et l’acier s’entrechoquait violemment, jusqu’à ce que Kant saisisse l’opportunité de fuir le duel. Plutôt que de parer, il esquiva un grand coup de taille en s’accroupissant, fondant sous la faux. Puis, d’un mouvement sec, il s’élança et s’éloigna en une série de bonds arrière, jusqu’à terminer sa course sur le fait d’une charrette. Kant jeta un coup d’œil à son environnement, puis plongea son regard dans les yeux de Grimmjack.

Un effluve d’entrailles abyssales surprit Kant quand un souvenir lui revint. La première fois qu’il aperçut le chasseur de primes, c’était dans la gueule d’un monstre marin, sur East Blue. Au premier contact, son regard le terrifia : intense et lugubre, glacial et sinistre. Grimmjack avait assurément des yeux maudits. Au fil du temps, Kant s’en accommoda.
"Je te connais, l’échalote, tes grands airs et ton regard infernal n’y changeront rien."

« Attendez ! » s’exclama Kant.

D’un bond, il s’éleva sur le toit d’une bicoque et plongea le bras dans son sac. Fier comme un paon, il exhiba une belle bouteille de gnôle provenant de l’unique brasserie du Port des Jumeaux.

« Trinquons d’abord ! Célébrons notre camaraderie ! » proclama-t-il haut et fort, avant de lamper une généreuse gorgée au goulot.

D’un geste nonchalant, Kant se torcha la gueule et referma la bouteille pour la lancer à son adversaire, dessinant une belle courbe en cloche en signe de courtoisie. Grimmjack s’en saisit, et dès lorsqu’il porta son regard dessus, Kant décocha une flèche.
" Gouttes ça, l’échalote : technique ancestrale des valeureux guerriers de Sirup."


    Il connaissait son carquois comme sa poche. Le projectile que tira Kant en ciblant la bouteille n’était pas une flèche ordinaire, sa pointe était incendiaire. En se brisant sur sa cible, elle dégagerait d’immenses flammes alimentées par la gnôle.
"Désolé, Hayase, j’ai une prédilection pour les coups sous la ceinture. "
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25513-fiche-technique-de-kant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25484-presentation-de-kant

Coups bas et bas coups

Naïf, le Grimmjack l'était, l'est et le sera encore. C'était surement un trait de sa personnalité et ça, le sournois Kant l'avait bien comprit.


- Un magnifique coup en traitre que Kant nous propose ! Mesdames et messieurs, Grimmjack s'enflamme telle une brindille dans un incendie ! Mais qu'elle sera la décision de notre arbitre ?!
- C'est validé.

De la pitié, Hayase n'en avait point. La seule règle : il n'y en avait aucune (sauf les parties intimes). Comprenez alors mon état quand je cherchais un regard d'approbation en ma faveur vers la lapine qui me snobait littéralement alors que je prenais feu.

Très vite, les flammes consumèrent mes bandelettes, attaquant par la même occasion la peau déjà brûlée par le soleil qui se trouvait en dessous. Dans un cri d'effroi, comme un animal blessé, je me roulais par terre pour les arrêter, pendant que mon adversaire paradait fier comme un coq.

Grrrrrrr, satané lutin maléfique ... Utilisez la camaraderie comme ruse pour m'atteindre, c'était vraiment bas de sa part. C'était donc la seule option pour qu'un vil personnage comme lui puisse m'atteindre. Je me vengerai ! Mais pas tout de suite ... Car pour l'heure ... Il fallait éteindre ce fichu feu !!

Courant dans tous les sens, tentant désespérément d'arrêter le brasier qui me consumait, je me tapais contre toutes les parois et objets sur le passage. Mais rien n'y faisait, cet alcool de piètre qualité était un parfait combustible et ce n'était pas le bois moisi des pilotis qui allait l'arrêter ...

Du bois moisi ... Des pilotis sur l'eau ... Alors que les flammes s'intensifiaient, il ne me restait qu'une seule option.

- Kyaaaaaaargh ! Je t'aurai un jour, je t'aurai ! Scythe Red Moon !

Pressé par le temps, je fis tournoyer ma faux à haute vitesse en y emmagasinant un maximum d'énergie cinétique. Puis, d'un geste précis, trancha net le sol sous mes pieds d'une forme vaguement circulaire. Comme prévu, le piloti céda et je m'engouffra dans le tréfond des eaux obscures du Port des Jumeaux.

- Voila une tentative désespérée du vilain Grimmjack pour échapper aux flammes !

Un silence s'imposa. Quelques bulles s'échappèrent de l'eau et puis bientôt, plus rien. Les secondes en attendant mon retour du royaume de Davy Jones étaient longues pour les trois témoins de ma potentielle noyade.

- 10 ... Le décompte est lancé ! ... 9 ... Si Grimmjack ne sort pas de l'eau d'ici la ... 8 .... Il sera considéré comme perdant ... 7 ...
- Ou mort plutôt. On devrait pas l'aider ?! Après tout, c'est notre cama..
- 5 .... 3 ...
- Apprends à compter, idiot ! S'énerva la juge frappant une nouvelle fois les bourses du commentateur, le coupant ainsi dans son décompte imparfait.

Kant, de son côté, se voyait déjà vainqueur. Il marchait le torse bombé devant Hayase pour tenter de la séduire. A ses yeux, Grimmjack n'était plus une gêne. Le lit au bord de la fenêtre était déjà le sien et peut-être, dans un élan d'espoir, ce magnifique combat jouerait en sa faveur pour charmer la demoiselle, objet de ses rêves les plus fous.

Mais ce que tous oublièrent, c'était le potentiel incroyable d'un homme prêt à tout pour éviter les flatulences d'Alegsis.
Des bandelettes noircies ressortirent de l'eau pour se faufiler à travers les lattes du piloti. Doucement mais surement, elles s'assemblèrent et formèrent des serpents qui, dans l'ombre, guettaient leur cible avant d'attaquer au moment fatidique.

Maintenant !

Elles foncèrent sur Kant en profitant de sa parade glorieuse et de sa garde baissée avant de tenter d'enrouler ses membres. Il était fait comme un rat, ce maudit lutin !

Je ressortais alors de l'eau avec peine, un corps endolori par la précédente attaque. Beaucoup de mes bandages avaient brûlés et laissaient apparaitre le stigmate de ma maladie. De la suie suintait de mes pores avec quelques gouttes de sang. Il fallait avouer, le feu, c'était vraiment mon némésis, tout comme le soleil.

Heureusement pour moi, le crépuscule tombait. De toute façon, vu mon état, on ne pouvait pas continuer ce combat éternellement.

- Voila qu'il est de retour, et encore plus moche qu'avant ! A la surprise de tous, Grimmjack contre-attaque alors que Tank est prit dans son piège et vulnérable !
- Nyahahahaha ! Prend ça, nain démoniaque ! Scythe Great Hornet Owl !

D'un point de vue extérieur, celui qui avait l'apparence d'un démon ici, c'était plutôt moi, avec mon rire macabre et mon aura lugubre.
Saisissant fermement ma faux, je balança une lame d'air sur ma cible. Je donnais tout dans ce combat et espérait sincèrement que ce coup soit le dernier (et sans trop amocher notre Kant, car je l'aimais bien malgré tout).

Technique utilisées:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25582-scarecrow-grimmjack
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25574-grimmjack-le-chasseur-solitaire
    Kant se pavanait.

Non pas parce qu’il fut assez crédule pour penser que s’en était fini de Grimmjack, mais bien parce qu’il ne voulait pas manquer l’opportunité de briller aux yeux d’Hayase. Elle était, à cet instant, la lumière de ses jours. Tandis que son adversaire se débattait sous les flots, il se pavanait, gonflé d’orgueil. D’un coup d’œil, il aperçut des bulles remontant à la surface, et il sentit, à raison, que la contre-attaque était imminente. À sa ceinture, Kant saisit deux fioles au contenu jaunâtre, concoction issue de son art du Kanpo Kenpō. D’un geste vif et précis, il les lança habilement à son meilleur ami Alegsis.

« À mon signal… » dit-il simplement, agrémentant sa requête d’un clin d’œil.

Alegsis avait beau être quelque peu ravagé du ciboulot, lui et Kant s’entendait à merveille et peu de mots leur suffisaient à se comprendre parfaitement. Tout d’un coup, des bandelettes jaillirent d’entre les planches en bois du pilotis et s’enroulèrent autour de Kant. "Hmph, je connais bien tes bandelettes, camarade, je les ai déjà vues à l’œuvre..."


     Même s’il était quelque peu familier des techniques de son adversaire, Kant ne s’en fit pas moins surprendre par les quatre rubans qui bientôt l’étreignirent. Dans la précipitation, il asséna de grands coups de ciseaux à bois afin de s’en débarrasser. Trois bandelettes cédèrent. Quant à la quatrième, Kant s’en saisit et s’empara d’une flèche dans son carquois pour la planter dans le sol, clouant ainsi la dernière bandelette aux planches du pilotis. Il espérait ainsi entraver les prochains mouvements de Grimmjack.

L’erreur que Kant commit alors fut de détourner le regard de son adversaire. En relevant les yeux, il fit face à une attaque tranchante impressionnante, tant par son envergure que par sa forme. Un volatile géant se ruait droit sur lui. Désappointé, Kant contra l’attaque du mieux qu’il put en opposant les lames d’acier de ses ciseaux à bois, mais ses piètres talents de bretteurs ne lui permirent pas de dévier entièrement l’assaut. L’attaque de Grimmjack parvint à le toucher à l’épaule, déchirant ses vêtements et découpant sa chair.

« Non mais, ça fait AÏE !! S’exclama Kant en étreignant sa douloureuse blessure, sans en éprouver un quelconque soulagement. Échalote, bougre de fiente ! »

En dépit de la douleur, il parvint à bander rapidement son arc en y encochant une flèche. Il visa Grimmjack qui se tenait, alerte, droit devant lui. Puis, d’un coup d’œil, Kant fit comprendre à Alegsis que le moment était venu pour lui d’intervenir. Concentré sur son adversaire et sa flèche prête à fendre l’air, le pauvre chasseur de primes ne pouvait se douter que le danger viendrait du rang des spectateurs. D’un lancer vif et précis, Alegsis atteignit Grimmjack en pleine tête avec l’une des fioles qui, se brisant, libéra un nuage de poudre jaunâtre. Hayase n’eut pas le temps d’émettre la moindre protestation que déjà Kant abaissait son arc et filait auprès de son adversaire.

« Alors, l’échalote, sont où tes "Scythe raide moune" ou tes "Scythe grette cornette" ? »

Arborant son sourire le plus narquois, Kant se pavanait à nouveau, sous le nez Grimmjack. Ce dernier venait d’inhaler de la poudre de Mahi, une plante rare aux propriétés anesthésiantes et paralysantes. Immobilisé de la nuque jusqu’aux orteils, le chasseur de primes ne pouvait ni se mouvoir, ni contrôler ses bandelettes. Kant jubila.

« Crains ma fureur échalote ! Crains mon courroux ! T’as découpé ma chemise, j'vais te rincer ! »

Une fois le nuage de poudre complètement dissipé, Kant ne perdit pas une seconde de plus et se rua sur Grimmjack en lui assénant une pluie de coups. La différence de taille entre les deux compagnons donnait à la scène quelques allures comiques, mais le bruit des poings s’abattant sur le visage de l’échalote paralysée témoignaient à eux seuls de la violence de l’échange. Mâchoire, abdomen, tibias, Kant s’évertua à frapper encore et encore chaque partie sensible du corps de son adversaire durant une longue minute.


    Lorsque les membres figés de Grimmjack commencèrent à retrouver leur souplesse, Kant s’écarta de quelques mètres. Essoufflé, il jubilait sans rien dire, certain d’avoir remporté la partie. Comme s’il cherchait à susciter leurs ovations, il adressa un regard à Alegsis et Hayase, avant de s’adresser à nouveau à son adversaire.

« Ça t’apprendra, l’échalote, à me chier dans les … »

Il ne put terminer sa phrase. Heurté en pleine tête par l’une de ses fioles, Kant fut à son tour plongé dans un nuage de poudre de Mahi. Surpris, il retint sa respiration ; mais trop tard.


     Certes, Kant avait espéré recevoir honneurs et applaudissements de la part d’Hayase et d’Alegsis, mais il ne reçut de ce dernier que son propre projectile. L’idiot de chasseur de primes avait interprété le regard de son camarade d’une bien drôle de façon…
Paralysé à son tour, Kant regardait, impuissant, Grimmjack se relever péniblement et retrouver la maîtrise de son corps. Les trente prochaines secondes promettaient d’être des plus pénibles pour le jeune archer…

Technique utilisée:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25513-fiche-technique-de-kant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25484-presentation-de-kant

Coups pour coups

La tension était à son comble. Le combat qui départagerait celui qui dormira sous la fenêtre et l'autre dans l'odeur nauseabonde des flatulences d'Alegsis atteignait son apogée.


Aaaaarg. Quel vil créature, ce Kant ! Je reprenais petit à petit le contrôle de mon corps. Mais après avoir été roué de coups, je sentais mon énergie et ma force rapidement s'échapper. J'avais mal de partout et une pluie d'hématomes allaient sans doute pousser sous mes bandages pour les prochains jours ...

Alors ma respiration s'haletait sous la fatigue et la douleur, je me tournai vers Hayase. Car quand même, c'était elle l'arbitre de ce maudit combat et la garante du respect des règles !

- Yayase !!! Tu vas laisser passer ça ?!
- Oui.

Euh ... Sa réponse me décontenança au plus haut point. Cette charmante jeune femme pouvait vraiment être sans pitié quand elle s'y mettait ... Je n'aimerais pas être son ennemi en tout cas ... Mais je ne pouvais pas me laisser faire. Les fourberies de Kant n'étaient pas digne d'un combat à la loyal !

- Mais Alegsis s'en ai mêlé et ...
- La seule règle, c'est qu'il n'y en a aucune. M'interrompit-elle avec fermeté. Et puis, dans la situation, c'est plutôt équitable. Continua la lapine en pointant Kant du bout de son doigt.

Je jetai alors mon regard sur l'adversaire du jours. Kant semblait tout pâle et avait du mal à se mouvoir. Ce pourrait-il que ... ?

- Héhé ... C'est que j'ai un peu mal compris son regard ... Disait Alegsis d'un air niais et gêné.

Je comprenais mieux ... C'était pour ça qu'Hayase n'était pas intervenue ... Car au final, c'était maintenant du donnant-donnant et je pouvais me venger de cet horrible lutin en toute impunité ...

Je m'avançai rapidement vers lui en m'échauffant les articulations. Je voulais ramener la mobilité de mon corps à son paroxysme pour bien lui dérouiller la face. L'aura que je dégageais à cet instant était lourde et quasiment palpable. L'heure de la vengeance avait sonné petit être maléfique aux oreilles pointues !

- A mon tour maintenant cher Camarade ... Mummy Kick dans ta face ! Mummy Punch dans ton bide ! Mummy Punch dans le menton ! Mummy Kick dans les côtes ! Mummy Kick dans les genoux ...

L'adage disait "oeil pour oeil, dent pour dent". C'était la loi du talion. Dans ce cas précis, c'était "coups pour coups". Je lui rendais avec grâce et acharnement les mêmes coups qu'il m'avait porté plus tôt. Et dans une violence rare, j'y mettais du coeur à l'ouvrage. Et beaucoup d'énergie ... Quasiment toute celle qui me restait d'ailleurs. Mais ce frauduleux compagnon en valait la peine.

Le chrono tourna et la paralysie temporaire de Kant touchait à sa fin. Comme lui auparavant, je pris à nouveau mes distances. Essouflé, le corps endolori, je me disais que le combat allait bientôt se terminer.
Je connaissais assez mon cher camarade pour savoir que - autant lui que moi - nous touchions du bout des doigts nos limites respectives. C'était maintenant que tout allait se jouer, le dernier round final. Celui qui par K.O. allait imposer sa place dans le grenier.

Qui donc de nous deux allait remporter la victoire ?!

Techniques utilisées:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25582-scarecrow-grimmjack
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25574-grimmjack-le-chasseur-solitaire
    Les poings enrobés de bandelettes avaient beau s’abattre sur le visage de Kant, il mettait un point d’honneur à ne jamais baisser le regard. Défier l’adversaire jusqu’au bout, jusqu’au moindre mouvement de pupille, dès lors que c’était la seule partie de son corps qu’il pouvait encore bouger. Cela étant, chaque coup porté par Grimmjack était un prétexte supplémentaire pour maudire Alegsis : bougre d’imbécile !

    Au terme d’une trentaines de seconde, Kant reprit enfin le contrôle de son corps, mais dans quel état ? Il luttait pour conserver ses esprits, tandis que chacune de ses articulations menaçait de céder sous son propre poids. L’échalote n’y était pas allée avec "le dos de la main morte". L’affrontement touchait bel et bien à sa fin. Se faisant face, les deux adversaires reprenaient difficilement leur souffle. Parjure ! Indécence ! Humiliation sans nom ! Kant ne pouvait se résoudre à un match nul, du moins, en apparence. Puisant dans les tréfonds de sa fourberie, il s’avança, les mains en l’air, en déclamant de vive voix :

« Terminé ! C’est bel et bien terminé ! »

S’avançant en boitillant vers Grimmjack, qui demeurait sur ses gardes, Kant lui tendis la main. Ce geste universel, gage de paix, devait sceller le résultat du match : une égalité parfaite, seule résolution mature d’un conflit qui n’avait que trop duré. Le chasseur de primes n’était pas dupe : il connaissait l’animal, et se tenait prêt à frapper son adversaire au moindre signe de velléité.

« C’est nul ! s’exclama Hayase, tandis que les deux adversaires se serraient finalement la main.
- C’est pire que nul ! s’exclama Alegsis, Tank ! Bats-toi ! »

Sous l’injonction, un sourire narquois s’étira sur le visage de Kant, et Grimmjack réalisa que l'affrontement était loin d'être terminé. De sa main libre, le poing toujours renforcé de ses bandages, le chasseur de primes asséna un coup à Kant qui vacilla, sans pour autant lâcher la main qu’il tenait fermement. Cahotant, ce dernier se saisit d'une fiole à sa ceinture et la déboucha d'un geste vif du pouce, puis en avala le contenu avec précipitation. Soudain, il sentit une énergie phénoménale jaillir en lui. Une énergie éphémère, certes, mais amplement suffisante pour lui offrir trois bonnes minutes de vitalité considérable. Déjà, la douleur des coups précédents s’évanouissait et Kant retrouvait toute sa vigueur.

Avec une agilité et une force insoupçonnées, il saisit le poignet de Grimmjack, pivota avec fluidité et, en un mouvement chorégraphié, le fit passer par-dessus son épaule pour l’éclater violemment au sol. S’emparant d’une énième et dernière fiole, Kant l’écrasa sur le visage de son adversaire, ami et rival. La poudre de Némuri, aux puissantes propriétés soporifiques, eut raison du chasseur de primes qui, exténué, plongea dans un profond sommeil.

« Celle-là, elle est pour moi l’échalote… Mais comprends-moi, Hayase nous regarde… »

Se redressant brusquement, toujours galvanisé par les propriétés anesthésiantes de la potion qu’il venait d’ingurgiter, Kant leva triomphalement les bras au ciel et proclama sa victoire. Euphorique, Alegsis s’élança vers son meilleur ami en le félicitant, tandis qu’Hayase applaudissait mollement. À la grande surprise de ses comparses, le vainqueur prétexta une "envie pressante" et s’éclipsa. L'idée même que ses camarades constatent qu'il s'agissait en réalité d'un match nul le révulsait. Kant détala aussi rapidement que possible, franchit le pont du navire d’un bond et regagna le grenier. Là, à l’abri des regards, les effets de sa potion se dissipèrent, et il s’effondra sur le lit près de la fenêtre.

Personne n'en était formellement convaincu, mais cet affrontement marquait assurément le premier d'une longue série...

Techniques utilisées :
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25513-fiche-technique-de-kant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25484-presentation-de-kant