Le Deal du moment : -50%
-50% Baskets Nike Air Huarache Runner
Voir le deal
69.99 €
Le Deal du moment : -49%
WHIRLPOOL OWFC3C26X – Lave-vaisselle pose libre ...
Voir le deal
319 €

Les Faucheurs des Dieux Anciens I

1629 - Présentement
En mer, à actuellement deux heures de navigation de l'île Maléfique,
A bord du Hel - Vaisseau de l'équipage des Faucheurs.


Voguant à travers les flots sinueux de la Route de Tous les Périls, l'équipage des Faucheurs, fraîchement formé de nouvelles recrues fortes en caractère, voyage hardiment en direction de leur prochaine destination. Il s'en était passé des choses au sein du fief du grand Corsaire Jack "Wrath" Calhugan et ainsi, chaque membre du Hel avait pu se rapprocher plus ou moins pour y former un esprit de camaraderie. Du moins, un esprit de partage. Enfin non, des collègues. ... ... ... Connaissances ? En fait, malgré leur bataille commune pour s'extirper de la menace de mort imminente promise par le gorille, chaque homme partageant la bannière de la grande faucheuse ne cessait de se tirer dans les pattes. Preuve en est, le simple fait que ce soit Hunter le plus qualifié à prendre la barre du navire pour les conduire en un seul morceau à la terre ferme conforte notre tireur dans l'idée de fuir le plus loin possible dès qu'il en aura l'occasion. Ces clowns ne sont qu'un moyen pour lui de voyager gratuitement tout en allant aux quatre coins du monde. Pas bête le John. Après qui sait, peut-être qu'ils se montreront véritablement utile pour que le Wagner s'y attache un tant soit peu.

Toutefois, rien que le fait de vivre en communauté, en si grand nombre, poussait le boucanier à se hisser en haut du mât principal pour s'allonger au sein de la hune du navire. Ainsi, adosser à l'antenne, il pouvait apercevoir la mer et les environs, sans qu'on ne le dérange. Guettant d'un œil désabusé le jeune Douglas, il se sentait tout de même lié à lui depuis les évènements au sein de l'arène du Crack. Un cigare en bouche et sa bouteille de saké à la main, il soupire alors, pensant dans quelle merde je me suis encore fourrée. Tout comme cette Farore ayant fait preuves de capacités surhumaines, l'homme à l'égo quelque peu surdimensionné reconnaissait chez eux une force qu'il appréciait. Cependant, en ce qui concernait son soudain capitaine et maître à bord, Le Cavalier ainsi que ce très cher Will', John ressentait une certaine méfiance. Même si l'initiative de l'homme à la testicule indépendante à faire se battre les prisonniers du Crack pour les sauver était fortement considérer par le sniper. Ce genre de débilité, totalement propre aux pirates, c'est ce qu'il aimait. La loi du plus fort, c'est celui qui domine les mers. Bien pour ça qu'il a osé franchir le pas, de devenir membre d'équipage et de suivre l'homme qui a osé s'opposé à plus fort que lui. Malgré les doutes qu'il pouvait lui prêter, John approuvait le potentiel de leader du Cavalier. Même s'il regrette encore cette vision d'horreur qu'il a pu avoir, au détour d'une rue de Dead End. Enfoiré d'nudiste à la con ...

Et alors qu'il pense à chacun d'entre eux, omettant de placer une contemplation pour Boll, ce gros porc de cuistot, la nouvelle vigie meurtrière des Faucheurs aperçoit entre deux vagues, le pavillon noire d'un cuirassé. - Non mais qui aimerait qu'un cochon lui serve de la mélasse ragoutante au petit déj'. Sérieusement. Un jour il faudrait en parler ... - Empoignant alors la lunette longue dans sa poche, John tente de se confirmer ce qu'il a vu. Flottant à travers le vent, leur drapeau noir orné d'une crâne et d'une dague rouge certifie à l'ancien chasseur de pirate que de la vermine se trouve bel et bien face à eux. Sifflant la langue entre les dents, retentissant son alerte à travers le pont et jusqu'aux chiottes servant de cuisine à Boll, le Wagner sonne le glas.

- Hey ! Réveillez-vous bande de chiens ! Navire pirate droit devant ! Lâchez vos nouilles et préparez-vous à vous battre ! Ca va saigner héhéhé ...

L'heure de l'abordage à sonner.





Dernière édition par John S. Wagner le Sam 09 Déc 2023, 18:02, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26771-john-s-wagner#277098
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26711-ton-sang-a-une-sale-odeur-mes-phalanges-puent-maintenant
RP SONGclickFarore S. Corsandre
L'abordage
"Les faucheurs des dieux anciens"


Elle se réveille en sursaut, une fine goutte de sueur perle le long de son front. Ses bras, encore douloureux d’avoir tant volé, la font terriblement souffrir. En fait, c’est tout son corps qui est encore sous le coup du combat avec le grand corsaire. Elle n'avait pas su s’en défaire, et elle avait clairement compris qu’elle n’avait pas la puissance nécessaire pour séduire Grand Line. C’était ce même constat d’échec qui l’avait poussée à s’entraîner davantage ces derniers jours, et ce malgré les blessures. Mais il y avait un problème : la faim. Le pain n’avait aucun goût, le vin n'était que du dissolvant, la viande bien trop peu saignante. À chaque fois qu’elle croyait se débarrasser de sa faim, celle-ci revenait toujours plus forte, plus puissante et plus insatiable. Elle tournait en rond dans cette cabine, des idées noires lui parcouraient l’esprit. Pouvait-elle attendre Hunter dans un coin et le dévorer avant de jeter son cadavre par-dessus bord ? C’était une option sur la table. Elle devait déployer des trésors de volonté pour ne pas craquer et s’en tenir aux règles, mais la faim était là. Elle décide de prendre l’air pour se changer les idées, et elle monte naturellement sur le pont pour profiter des embruns et du fin zéphyr matinal. Au loin, des reflets mordorés annoncent un lever de soleil, et rapidement l’astre céleste grimpe à une vitesse déconcertante dans le ciel. Elle en profite pour s’accouder à la rambarde du pont inférieur, et au loin, un petit point semble se diriger vers eux. Il ne faut pas longtemps pour que John confirme les doutes de Farore ; un navire pirate s’avance vers eux, et il ne sera sûrement pas enclin à une franche poignée de main. C’est un véritable coup de fouet pour Farore. Il doit y avoir de la chair fraîche ici, et elle pourrait se repaître discrètement au cours du combat contre eux. Ni une, ni deux, elle secoue les membres d’équipage encore endormis, elle attrape une tasse de café chaude appartenant à quelqu’un d’autre et la vide d’un trait.

« Secouez-vous, tas de verrues ! »

Elle se ravise d’en dire plus ; il ne fallait pas voler le plaisir du Capitaine, un poste qui ne l’intéressait en aucun cas. Elle se dirige vers un artilleur et lui intime l’ordre d’ouvrir le feu en direction du navire. Le canonnier s’exécute, le boulet part à une vitesse folle en direction de l’ennemi, qui est encore hors de portée, mais les Faucheurs donnent le ton sur les intentions : ils se défendront si ce dernier approche de trop. Trépignant d’impatience, Farore, qui reste dans une forme humaine, se met à flamboyer. Ses flammes bleutées éclairent le peu de pénombre qu’il reste autour d’elle. Elle se lèche les babines tel un animal prêt à fondre sur sa proie pour la dévorer.

« Il fait quoi le Cavalier ?! Il va donner l’ordre, bon sang ?! »

Les membres d’équipage rejoignent leurs postes. Même si les « chefs », à savoir le Cavalier, Farore, John, Will et Hunter, n’avaient pas encore clairement défini les rôles, le reste de l’équipage du navire vivant avait pris place, n’attendant que les directives du grand chef. Farore, quant à elle, n’avait qu’une envie : fondre sur ce navire et le couler ! Elle avait développé une nouvelle technique qu’elle voulait absolument utiliser pour envoyer cette coque par le fond.
    1629 - Présent

    Hunter avait officiellement rejoint l'équipage des Faucheurs. Etait-ce la bonne chose à faire ? Il n'en savait trop rien, mais il avait un objectif : devenir plus fort. Être seul du côté de l'île de Dead End pendant tout ce temps ne l'avait pas fait progresser tant que ça, finalement. Il n'y avait qu'à voir comment il s'était fait ratatiné par ce putain de Loup. Bon, au final, il s'était plutôt bien rattrapé… Dorlus n'était plus en vie, à trois, ils en étaient venus à bout et le Cavalier avait fait pas mal de choses avec son âme ou il-ne-savait-pas-trop-quoi. Bref, ils avaient réussi à sortir de prison, tuer un des lieutenants du grand corsaire et surtout, Hunter et John avaient rejoint un équipage pirate. Drôle de route pour un ancien de la Marine comme lui. M'enfin. Il avait simplement besoin de devenir plus fort.

    Rejoindre l'équipage des Faucheurs, voguer à travers Grand Line et rejoindre le Nouveau Monde, c'était une très bonne idée alors pour Hunter de devenir plus fort. Il allait dépasser John, Farore, William et le Cavalier, être celui sur qui tout reposait. Bref, sur le navire du Hel, Hunter avait le rôle de timonier et navigateur. Fallait croire qu'il avait quelques capacités : ça avait servi de bosser à la marine pour le gouvernement mondial.

    Le navigateur entendit la vigie : un navire pirate en vue. Les pirates se mirent rapidement au travail après le réveil brutal causé par John et Farore. A babord, toute! Hurlant ses ordres, Hunter démontrait sa capacité à exceller dans son nouveau rôle, malgré les quelques temps passés en dehors d'un navire de guerre. Il est où l'Capitaine là ? Pas le moment de roupiller, non ?! hurla-t-il, car après tout, c'était à lui de donner les ordres.

    Le premier boulet de canon partait rapidement, mais l'ennemi était trop loin, un simple avertissement. Le stade de l'observation, désormais. Hunter était dans l'attente quant à lui des ordres du capitaine du Hel, savoir ce qu'il devait faire et donner les instructions au homme pour la navigation.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t26770-ft-hunter-v-douglas
    • https://www.onepiece-requiem.net/t26762-le-sang-doit-toujours-couler-hunter-v-douglas
    Une première marcha craqua.. Puis une deuxième.. L'effervescence des hommes avides de chaires fraiches couvrit la remontée du chef de bord des profondeurs du Hellhest. Son obscure aura se chargea alors de l'annoncer. Les volutes glaçant se hissèrent sur le pont avant qu'il en parcourt le plancher et se répandirent dans les rangs. Peu à peu ils ralentirent le rythme. Une nouvelle marche craqua au moment où le crâne lourdement bandé du Capitaine des Faucheurs se révéla à son équipage. Un sourire marquait ses lèvres. A ses côtés, le Second remontait avec la mine aussi satisfaite. Derrière eux s'entendait les beuglements orduriers d'un cuisinier plumé. Une partie d'osselet venait de se terminer dans l'arrière cuisine à leur avantage. Il faut dire que depuis qu'il pouvait donner vie aux cartes, osselets et pièces, le maudit devenait injouable. Plus encore avec un soutien pour faire monter les paris. Mais les marins avaient le crâne dur et la compréhension lente, surtout en présence d'un vieux roublard ne laissant rien paraitre de ses tours. Ne laissant que l'amertume de la défaite en gueule. Le sourire du Cavalier s'élargit encore à la dernière insulte de Boll.

    A peine monté, un coup d’œil à la scène le renseigna sur l'origine du spectacle. Farore avait trouvé sa place et menait la danse. Le quartier maitre récemment rétrogradé par une mâchoire brisée ne pipait mot et se contentait de la découper d'un regard noir non loin.

    - Alors Farore, que m'vaut cette animation sur le navire ? Me semble faire bien beau pour tonner..
    - C'est John qui vient de repérer une cible sur le flot. Une embarcation par bâbord, on lui a juste souhaité le bonjour.
    - Quoi ? John servirait enfin à quel'chose ?!
    Beuglant assez fort pour se faire entendre d'en haut. Alors le Moucheur ! T'vois encore quelque chose avec le litron de vinasse de ce midi ? Pas encore un rocher ?! Mouhéhéhé !
    - Vas chier vieillard ! Garde tes vieux mots à la con, je suis le putain de vigie j'ai dit ! Et le rocher c'est arrivé qu'une fois ! Vas chier !
    - Mouhéhéh !

    - Eh éh ! Je peux m'enrouler jusqu'en haut en un tour de main pour vérifier si vous voulez Père.
    - Nan.. Le provoquons pas davantage, y m'obligerait bien à le tuer ce con.
    - Un coup d'ailes et je nous le coule le rafiot ! Pas besoin de perdre de temps avec.
    - Ah ? Proposition intéressante... Qu'en penses tu William, on envoie la boule de feu dans leur gueule.

    - Ch'Oh !

    Glapissant, un mini élémentaire se hissait d'entre deux lattes mal ajustés l'air grognon. La visage contrarié de la soutane enserrant le Cavalier n'empêcha pas la fière flamme de prendre part au débat.

    - La boule de feu c'est moi ! Elle, c'est juste un pigeon rôti. Même pas du vrai feu, le goût de ses flammes est dégue...

    Une sandale s'écrasa violemment sur sa tronche, laissant le Second prendre la parole comme si de rien n'était.

    - La cargaison nous apportera rien si elle prend l'eau. Débarrassons nous de l'équipage mais attendons avant de couler le navire.
    - Je vois...


    Le vieux forban regarda le timonier qui avait déjà redirigé le navire la mine pensive. Un simple simagrée de réflexion histoire de donner le change aux paires d'yeux braqués sur lui. Les tronches d'assassin se révélaient de sacré atouts, particulièrement les dernières recrues, mais comme toutes armes le maniement demandait un chouia de doigté. Sa décision, il l'avait prise dès le départ. Il attendit encore quelques instants avant de lâcher les chiens. Il lâcha d'abord un soupire et d'un rire naissant annonça la couleur d'un engouement communicatif.

    - Branle-bas de combat bandes de chiens ! Le temps est venu de s'bouger le cul où je me charge moi-même de vous le rentrer dans le bide ! Je veux tout le monde sur le pont !!! Par contre m'entendez bien ! Je veux pas de morts et pas de dégâts sur leur navire ! On se charge de l’arraisonner en douceur ! Qu'ils pissent autant de sang que vous voulez tant que le bateau n'en souffre pas et qu'ils continuent de respirer !
    - AARRR !!!
    - La priorité me revient sur les cartes et la cambuse sur les vivres ! L'or se partagera selon la part qui vous est droit, pour le reste le premier qui trouva a !
    - AARRRR !!!
    - Maintenant bougez vous le cul ! William, je te laisse mener l'assaut. Quant à toi Farore, ronge ton frein le temps qu'on approche. A une centaine de coudée, tu prendras ton envole et te chargera d'apporter la bonne parole. Mais je les veux conscient quand j'y poserais le pied.


    Délaissant les manœuvres, le Capitaine traversa les hommes en mouvement comme si de rien n'était. Ce n'est qu'une fois la figure de proue atteinte qu'il s'arrêta. Lorgnant au loin le point balloté par les vagues, trop loin encore. Alors l'ombre de la Mort approcha ses lèvres desséchées aux oreilles du visage sculpté dans le bois. Un long murmure. D'abord rien ne se passa, puis l'embarcation maudite s'anima d'une volonté nouvelle. Une frémissions en parcouru tout le bord jusqu'à la poupe. Et Hunter se retrouva à gérer une vitesse nouvelle. La chasse était lancée.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t14965-fiche-technique-du-dada#
    • https://www.onepiece-requiem.net/t14330-il-sortira-des-blues-un-jour-ou-l-autre
    D’un calme jusqu’ici plutôt surprenant, nous voilà en un instant tous rassemblés sur le pont, entourés d’une soudaine agitation des larbins suite aux directives de notre capitaine.


    Après une traversée plutôt calme et propice à la guérison de nos précédentes blessures, pouvoir nous défouler un peu ne sera que bénéfique pour notre moral. Et puis, si l’on pouvait trouver quelques aliments de meilleure qualité, ça nous évitera peut-être de mourir d’une intoxication face à la bouffe de notre ami porcin resté bien sagement en arrière durant toute cette agitation.


    Un sourire satisfait s'afficha sur mon visage. Une préparation avant bataille, tous les hommes sur le qui-vive prêt à être canalisés par leurs officiers, il y a de quoi me rappeler les heures glorieuses de ma division sur Kanokuni.


    J’attrappa par le col un mousse s’approchant trop près de moi avant de donner mon premier ordre : 


    [William] “Toi, va me chercher ma lance !”


    Cette beauté m'avait bien manqué sur Dead End, pas question de la laisser moisir plus longtemps dans la cale.


    Je pointa par la suite les canons avant de proférer un deuxième ordre.


    [William] “J’en veux au moins sept ou huit auprès des canons, prêts à les recharger aussi vite qu’il aura tiré.”


    Le matelot me lança alors ma lance, faisant voler un peu de poussière au passage tant la cale n’était pas un lieu de grande hygiène.


    [William] “Vous autres, attrapez vos armes et restez derrière moi. Je vous préviens, le premier qui ose mourir servira de serpillère pour nettoyer le pont !”


    Je jeta alors un coup d'œil vers John, Hunter puis Farore, constatant avec soulagement que leur rôle était bien appliqué comme prévu.


    [William] “Farore, essaye de pas tous les buter avant qu’on arrive, on a tous besoin d’un peu de divertissement ici.”


    Bart l’encapuchonné, jusqu’ici assez discret finit alors par se placer à mes côtés comme pour essayer d’affirmer une certaine autorité.


    [William] “Essaye de pas trop nous gêner pendant l’abordage, le coup de la serpillère marche aussi pour toi.”


    Dis-je avant de ricaner face à sa tête visiblement agacée par la remarque.


    Nous étions fins prêts, le pavillon noir se rapprochait à vue d’oeil et sa population semblait bien plus importante que la nôtre. Tant mieux me disais-je, on aura tous de quoi jouer.

    Tandis que le navire animé accentua brusquement sa course, je m’accrocha à un cordage avant de voir notre nouvelle doc ailée s’apprêter à prendre son envol vers un assaut désormais inévitable.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t26070-faust-files
    • https://www.onepiece-requiem.net/t26022-adieu-woods-et-bienvenue-faust-termine
    Y'avait un truc que John ne sentait pas et un truc qu'il sentait qu'trop bien. Les yeux perçants la brume de l'océan, la nouvelle vigie mortelle des Faucheurs apercevait l'équipage bien trop nombreux de l'ennemi. Même si ça, c'était un truc qui ne le dérangeait pas. Ca allait faire plus de jouet pour cette enflure de Wagner. Mais le truc qui le faisait chier, c'était ces airs supérieurs que s'donnaient le Cavalier et Will le bottier. Ces enfoirés, en s'pointant comme des saloperies de messi dans l'arène du crack, se donnait légitime quant à leur supériorité hiérarchique vis-à-vis des nouvelles recrues. Putain qu'est-ce qu'il détestait ça. Et en quittant la mafia, c'est bien pour ce genre de connerie que le mercenaire se veut libre de toute chaine de commandement. Si le parrain veut qu'on lui baise les doigts, John lui fera cette faveur après avoir sauter sa femme et en ayant vider son coffre fort pour partir avec les honneurs.

    Alors quand l'ordre de ne tuer personne sorti de la bouche du Maître des Âmes, le Wagner ressenti un frisson d'irritabilité avant d'empoigner son fusil afin de le pointer vers le navire ennemi, fumant son cigare avec panache.

    - Qu'ils aillent tous se faire foutre ...

    PAN ! Une première balle barre, traversant l'écume et le vent pour venir se loger dans le crâne de la vigie adverse. Pas qu'il n'aime pas la concurrence, mais Johnny aime être unique au monde. Alors en le laissant tomber de tout son poids sur ses collègues, la tête explosée, le tireur d'élite ricane d'excitation se félicitant de son tir. Et dans la seconde suivant ce premier tir, en vint deux autres. PAN ! PAN ! Cette fois-ci, enduit d'un noir impénétrable, les plombs du Wagner à la couleur du courant offensif viennent, pour le premier, arracher les deux mains du timonier ennemi afin d'empêcher toute manœuvre échappatoire. Quant au second, ce dernier, par un effet de déviation, vient direction au centre du gouvernail, l'éclatant en mille morceaux afin de les laisser sans option de navigation d'évasion. Maintenant que la proie se voit les ailes tranchées, il est tant pour le loup de savourer.

    - Oh merci John ! Tu es vraiment le meilleur tireur du monde !  Héhéhé - J't'en prie Capitaine, je n'fais qu'mon boulot ! Enfin même si je suis né pour ça Haha Quoi ? Une promotion déjà ? Noooon c'est trop tôt, je dois refuser ! - Si j'insiste, Will' est vraiment trop nul dans le rôle de second. Et en plus d'être mon nouveau bras droit, tu pourras passer tout ton temps à dormir à la vigie tellement tu es fort ! - J't'en prie Cav' ! se parlant à lui-même, debout dans son pigeonnier, John se félicite. Faut bien ça quand on est l'meilleur. S'ils savaient ... Ils n'auraient pas le temps de cligner des yeux qu'ils auraient déjà tous le front chaud. Tss ... Quelle bande de faible. Ne tuer personne ? Il s'est prit pour une bonne soeur ou quoi lui ... quelques murmures, avant de se pencher en direction du pont du Hel. ALLEZ ON ABORDE CES RACLURES ! PREMIER ARRIVER PREMIER SERVI !

    Sautant depuis son mât, John voit Farore s'empresser de se transformer en immortel volatile enflammé avant de lui atterrir sur le dos, s'en servant comme monture, laissant les plus faible encore à bord du navire, trainant la patte.

    - J'espère que t'es prête beauté, parce que l'argent est à nous sur ce rafiot ! Héhéhé ! lance t-il à la Corsandre, commençant à connaître son amour indéfectible pour l'or.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t26771-john-s-wagner#277098
    • https://www.onepiece-requiem.net/t26711-ton-sang-a-une-sale-odeur-mes-phalanges-puent-maintenant
    RP SONGclickFarore S. Corsandre
    L'abordage
    "Les faucheurs des dieux anciens"


    Farore observe la scène avec un certain effarement. Devait-elle rester ainsi à subir les frasques des uns et des autres ? Sûrement pas. Des flammes bleues jaillissent de son corps, et le corps frêle de la femme se transforme rapidement en oiseau de feu bien plus imposant. Elle jette un bref coup d’œil à John pour lui intimer de sauter. Ce dernier s’exécute et effectue le parfait plongeon depuis la guérite du mât principal pour atterrir sans souci sur le dos de Farore. Elle prend son envol et utilise sa vitesse surréaliste pour atteindre le navire en quelques instants. Ses serres attrapent le premier membre d’équipage venu pour lui arracher une jambe, mais il reste bel et bien en vie. Son bec, puissant et ferme, vient saisir le bras d’un autre avant-gardiste avant de le séparer de son corps et de l’avaler d’une simple becquée. La jeune femme reprend forme humaine avant d’avancer sur le pont principal. John est à ses côtés, libre à lui de suivre ou non les ordres, mais Farore voulait connaître la raison pour laquelle l’ancien voulait garder en vie les membres d’équipage. Elle pose son regard sur l’ensemble des gens présents. Tout le monde est aux aguets et semble prêt à en découdre, mais voir un animal en feu arracher des membres avec une facilité déconcertante calme aussitôt les ardeurs.

    « Je suis Farore Corsandre. J’ai un message pour vous. Nous sommes l’équipage des Faucheurs. Vous ne nous connaissez peut-être pas et c’est tant mieux. Mais ce que je peux vous dire… C’est ce que nous faisons. Nous mangeons des montagnes, nous buvons des océans, nous venons de Dead End où nous avons défié Jack… Il ne voit plus très bien depuis. Voici l’offre du capitaine. Rendez-vous, déposez les armes. Si vous m’aviez trouvé dure avec vos deux comparses, attendez que John ici présent ne se mette en action, et vous vous ruerez vers moi pour une mort rapide. Vous êtes maîtres de vos choix. Nous attaquer et mourir, nous prendrons votre navire et votre or. Vous rendre, vivre, nous prendrons votre navire et votre or. »

    Un craquement de bois se fait entendre non loin, une jambe de bois qui résonne sur le plancher sec et lustré. Ce n’est ni plus ni moins que le capitaine du navire, un vieil homme lui aussi, barbu et des cheveux hirsutes.

    « Une bien belle offre que ça ! » Il crache sur les bottes de Farore, cette dernière ne bouge pas d’un iota. Les rires des camarades du capitaine sont audibles depuis le navire des Faucheurs. Farore se contente de plonger son regard dans celui du capitaine.

    « C’est ton dernier mot donc ? »

    « Non seulement c’est mon dernier mot ma jolie, mais en plus de ça t’es pas la première qui malmène ces gaillards ! On est solides, des vrais de vrais ! ON EST LES PIRATES DES EAUX DURES. Dis à ton capitaine d’aller se faire foutre. » Toujours aussi stoïque et impassible, avec un brin de nonchalance, elle tourne son regard vers John.

    « Je suis navrée. »

    Le capitaine adverse ne comprend pas, pourquoi ne pas s’adresser à lui ? Elle tourne à nouveau son visage vers les occupants du vaisseau avant que ses yeux prennent l’apparence de ceux du phénix. Une onde de choc invisible et imperceptible écrase l’air ambiant. Les pirates tombent comme des mouches au sol tandis que le navire se craquelle de part et d’autres sur toute la coque. Même le capitaine adverse tombe au sol.

    « Ça devrait les calmer en attendant le chef… M’est avis qu’il veut nous faire une petite démonstration et que c’est pour ça qu’il les veut vivants. Mais bon… Moi, je suis personne. Tu fais ce que tu veux John. Si tu veux les fumer, libre à toi, ça me rappellera Manshon tiens… »


    Non loin, le navire des Faucheurs réalise une approche latérale pour lancer l’abordage qui n’a en fait pas lieu d’être."

      L'homme avait désobéit aux premiers ordres obtenus de la part du capitaine. Était-ce un mal si sa prise de décision fut pour le bien de tous ? Est-ce si grave ... de vouloir bien faire pour le bien commun ? Est-ce mal de penser à la sécurité de ses nouveaux compagnons d'armes, ses compagnons de voyages, ses nouveaux ... amis ? Non, John se fout de votre gueule si jamais il vous sort ce genre de discours à la con. De loin, la vigie adverse avait une sale gueule et lui rappelait un pirate qu'il chassait y'a quelques années sur North Blue. Y'a de fortes probabilités que ce n'soit pas lui m'enfin, autant solidifier le tableau des excuses à la con pour le Cavalier, ça a l'air d'être le type à cheval sur les règles. Johnny n'aime pas ça. Les principes il connait pas.

      C'est donc sur le pont ennemi, après que Farore ait une nouvelle fois fait appel à ce qu'ils ont apprit comme étant le fluide royal, que l'équipage des ... "lames rouges dans l'crâne ?" soit totalement au sol, la bave s'écoulant de leurs lèvres. Une envie de meurtre vient gonfler les veines frontales du Wagner, s'agaçant à chaque fois qu'elle utilise cette saloperie à côté de lui. Ca lui fait tourner de l'œil, c'est infernal.

      - Saloperie de .. ! Putain ça fait même pas une semaine qu'on traîne ensemble et ta saloperie de machin royale commence déjà à m'gonfler !

      Anne et Archie en mains, John se gratte la tempe avec le canon de la blanche colombe tout en repensant à ce que la rousse avait précédemment dit par rapport au tas d'os qui leur sert de capitaine. Cet enfoiré souhaite sûrement les garder en vie pour faire sa démonstration en tant que grande faucheuse. Un mec qui aime la mise en scène et le grand spectacle. Putain mais on est au cirque ou quoi ? Même si ça a un côté attrayant, John le reconnait bien.

      - Tss ... Et dire qu'on a un clown comme capitaine. S'il souhaite vraiment faire son tour de passe-passe ici, pas de soucis ... Mais il va avoir deux mecs en moins sur son menu.
      - Aaaaaaaaaah mes mains ! Aidez moi !!! cri alors le timonier désormais sans mains, ne s'étant pas évanoui. Ou du moins, réveillez par la douleur qui se dégage de ses moignons.
      - Pourquoi on t'aiderait ? C'est moi qui t'ai arraché les mains ... John dégaine et tire, lui éclatant la trogne.

      Et de deux.

      - Bon, j'ai faim moi. Ce sac à foutre de Bolk nous sert que d'la chiasse depuis trois jours, faut que j'avale un truc solide. Fais c'que tu veux d'ton côté. J'te retiendrais pas.

      D'un signe de la main, tournant le dos au volatile, John descend dans la cabine du capitaine pour voir si y'a pas quelques trucs intéressant à prendre avant de repartir. Car y'a toujours des trucs intéressants dans les cabines des capitaines. Visitant cabine après cabine, le sniper pénètre dans une cabine miteuse plus grande que les autres avec dans son fond, un large bureau couvert de carte et autre objet de pirate. Ca doit être ici pense alors John. Fouillant sur le dit bureau, c'est très vite qu'il tombe sur une carte avec un schéma semblant ancien, menant à un certains trésor sur l'île maléfique. Mais il comprend pas trop ce qui se trouve sur le parchemin alors au cas où, il le prend pour être sûr de ne rien louper. Déjà qu'il a bousillé les ordres du Cavalier, si John ne lui apporte rien ça la fout mal. Et c'est à ce moment-là qu'il le vu. Dans un coffre ouvert, un fruit d'une taille anormale à la couleur verte émeraude attire l'œil du mercenaire. Semblable à une pomme géante avec cependant quelques difformations, l'agrume attire étrangement l'homme sans qu'il ne se rende compte de rien. Prenant le tout sous son bras, John quitte les lieux avant de remonter sur le pont, attendant la voix du Cavalier pénétrer le bois du navire.

      La carte dans une main, le fruit dans l'autre, le Wagner réapparaît sur le pont à le vue de tous, avant que le capitaine du navire ennemi ne se réveille encore allongé au sol, actuellement interrogé par les Faucheurs.

      - SACRE BLEU ! MAUDIT SOIS-TU ! dit-il en voyant que cet abruti vient de croquer dans le fruit défendu.
      - Hé ho ! Comment tu m'causes toi ! J'vais t'faire avaler les dents qui t'reste !
      - Pauvre crétin ! C'était un fruit du démon !
      - UN FRUIT DU DEMON ! hurle alors Farore.
      - UN FRUIT DU DEMON ! s'écrit le Cavalier en même temps que les deux autres.

      Le regard quelque peu inquiété, un soudain mal de ventre gagne la vigie des Faucheurs. Se tenant le ventre d'une main, il fixe le ciel, lâchant alors un gaz des plus relaxant suivi d'un regard satisfait.

      - Un fruit du démon c'est ça ! Hahaha ! Regardez, ça m'a donné l'fruit du pet ! Sentez ! dit-il hurlant de rire.

      Quand soudain, ouvrant les yeux en plongeant son regard sur le blanc nacré de la lune se tenant au dessus du navire, John Wagner disparu, laissant la carte au trésor flotté dans l'air avant de tomber aux pieds du Cavalier.

      ZUP
      • https://www.onepiece-requiem.net/t26771-john-s-wagner#277098
      • https://www.onepiece-requiem.net/t26711-ton-sang-a-une-sale-odeur-mes-phalanges-puent-maintenant
      Que la bataille navale commence.

      A la barre, Hunter attendait les ordres du Capitaine pour savoir ce qu'il devait faire. Oh, il aurait pu clairement prendre les devants, mais pourquoi faire ? Et, enfin, il apparut, accompagné par son bras droit, le Will. Et enfin, les ordres furent donnés par le squelettique Capitaine. Pas de navire en lambeaux, il le voulait indemne et surtout la priorité sur les cartes… Pour le reste, ils avaient le champ libre. Enfin presque. Le groupe n'avait pas droit de tuer, une ironie pour des pirates. Enfin, ça ne semblait pas de l'avis du vieux tireur John, qui venait d'abattre un homme et de mutiler un autre.

      Bref, les ordres étaient des ordres pour Hunter qui se disait qu'il aura une autre occasion de prouver sa valeur, encore une fois. Comme avec Dorlus, par exemple. ALLEZ ! BOUGEZ-VOUS LE FION ! Et la vitesse fut rapidement augmentée, le timonier en oubliait le caractère vivant du bâtiment naval des Faucheurs. Putain de fruit du démon. Et si un jour, il en trouvait un ? Il le mangerait ? Le pirate se posait la question, mais il fallait déjà en trouver un.

      Après moults péripéties, le Hell avait réussi à aborder le vaisseau pirate adverse. Hunter avait fracassé quelques pirates, il s'attendait à une adversité plus féroce mais visiblement, ce n'était pas le cas. Ou alors, son niveau avait augmenté conséquemment depuis la bataille de Dead End, cette possibilité semblait être la bonne.

      L'équipage des Faucheurs avait pris le pont, s'emparer du bateau de l'équipage avait été une chose plus que aisée, Hunter s'était armé de compagnons plus forts les uns que les autres. Hé JOHN! Ramène moi un truc à manger aussi ! hurla-t-il à son attention, le voyant descendre dans les cabines. Une fois disparu de son champ de vision, il tourna son regard sur le Cavalier. Oh, Cap', vous comptez faire quoi de l'équipage là? Genre, une attaque de dévoreur d'âmes ? Comme il l'avait fait avec Dorlus ?

      John revint, tenant dans ses mains un fruit anormalement gros et une carte. Et il venait de manger le fruit, sous les yeux ahuris du Capitiane ennemi, de Farore et du Cavalier. John venait de manger un fruit du démon. Oh, le con. Il avait juste envie de rire. Et alors qu'il faisait le con, le tireur d'élite disparut du bateau. Putain, il est où ?! Hunter regarda un peu partout, mais rien. OH LE CON !
      • https://www.onepiece-requiem.net/t26770-ft-hunter-v-douglas
      • https://www.onepiece-requiem.net/t26762-le-sang-doit-toujours-couler-hunter-v-douglas
      Grâce au maniement adroit du nouveau timonier et aux bonnes volontés d'Hell, la course se clôtura d'un arrimage sans accro. Les voiles affalées avaient adapté la vitesse du vieux brick au fuyard, quelques cordes et les deux ponts s'étaient faits face. Durant toutes les manœuvres, la proie ferrée s'abstint de montrer les dents. Personne ne moufla non plus quand la Mort se hissa sur le trois mâts avec ses troupes. Les forbans se préparaient à en découdre mais ils se contentèrent de trouver des ennemis sur le cul la bave aux lèvres. Au dessus de la masse sonnée, perché sur un bois de misaine, un oiseau de mauvais augure les attendait. Le plumage flamboyant et le bec dégoulinant... Le duo de choc s'était chargé de pacifier le bord. Les faucheurs regroupèrent les corps au centre de l'embarcation, pendant que d'autres descendirent fouiller les niveaux inférieurs en quête des derniers rats. Rapidement le claquement des taloches éveilla le petit monde endormi. L'affaire s'enchainait sous le regard satisfait du Capitaine du bord. Le spectacle allait pouvoir commencer... A son oreille, la question que beaucoup se demandait germa.

      - Oh, Cap', vous comptez faire quoi de l'équipage là ?
      - Héhé ! D'bord voyons ce qu'ils ont à conter, après vont nous aider à envoyer un message aux suivants. Hein les cloportes ?!
      - Tous ce que vous voudrez ! Mais gardez l'autre démone loin de nous !!
      - Mouhéhéh !

      Moment que choisit John pour remonter de l'écoutille la tête toute finaude et les mains chargées. Le Cavalier occupé à aplatir une tong contre une tronche apeurée ne lui accorda pas aussitôt de l'attention, avant que celui qui se présentait comme le Capitaine d'en face maudisse le gobeur de fruit. La même mine stupéfaite gagna tous les visages à la nouvelle. Ils s'essuyèrent un pet en retour puis...

      ZUP

      A l'emplacement du frappadingue, tireur d'élite et emmerdeur de première, l'espace s'était libéré d'une présence.  Seules les cartes restèrent, le reste du bonhomme avait disparu. Sous la surprise des témoins, les mâchoires en tombèrent et les regards choqués s'échangèrent. Mais aucune réponse ne vint, que des questions. D'un gueulement, le Cavalier agita les hommes qui s’empressèrent de chercher le bonhomme aussi bien dans les profondeurs du navire que du côté de la mer. De son côté, Farore choppa violemment leur Capitaine par la gueule et l'écrasa contre le sol. La main plaquée sur son visage ne lui laissant aucune ouverture. Le petit bout de femme ne manquait pas de force. Les piaillements du demi cul-de-jatte ne suscitèrent aucune pitié.

      - Qu'est ce que vous lui avez fait ! Parle !!
      - Mais rien au nom de ma barbe ! J'en sais rien à ce qu'il est arrivé à ce con moi !!
      - Tu ferais mieux de parler ou tu gouteras à des petits tours qui te le feront regretter !
      - Mais j'en sais rien je te dis !! Aarghhh !!
      - Attends ! Deux mots à lui dire et je te laisse !


      L'étau de la main venait de s'embraser d'une belle flamme, chaude comme il faut. La fumée du trop cuit commençait déjà à monter du bonhomme. Les gesticulations n'y faisaient toujours rien. La demoiselle ne montrait pas le moindre signe de remord et n'en montrerait pas. Autour les hommes s'afféraient à fouiller sans succès, ça ne sentait pas bon. Ayant ramassées les cartes, le Cavalier s'était rapproché de l'interrogatoire la mine impénétrable.

      - Je laisse faire la demoiselle ou tu nous dis ce qu'il a bouffé ?
      - Aie.. Elle m'a cramé la gueule !
      - Réponds !!
      - Un putain de fruit j'ai dit !
      - Lequel ?!
      - J'en sais rien moi !
      - Vous l'avez choppé où d'abord ?
      - J'en sais rien..
      - Farore..
      - ARGHHHH ! JE VOUS JURE J'EN SAIS RIEN !
      - Explique crevure ou elle finit la cuisson !!
      - Huf.. huf..Pas moi qui l'ai trouvé, c'était le Capitaine qui les a ramené tout seul au camp..
      - Quoi ?! Tu m'as dit que t'étais le Capitaine sale menteur !
      - Bah.. Je le suis juste parce que votre navire a approché. Son plan pour brouiller les cartes qu'il disait. Sinon j'étais que le second et il me disait jamais rien sans ça. Un sale renard mais qui s'y connaissait en vieilles pierres et vieux écrits.. On était sur l'île maléfique pour trouver une cité disparue débordante d'or à la base quelques semaines, puis il a disparu avec les cartes plusieurs jours sans prévenir. Quand il est revenu, il pissait le sang et nous a dit qu'on décampait sans nous parler du trésor. Qu'un putain de dieu nous en voulait ! Je sais juste qu'il les avait à son retour moi ! Je jure !!
      - Et il est où maintenant le fameux capitaine ? Pourquoi t'en parle en passé ?


      Le doigt tremblant du second se leva timidement en direction d'une masse aplatie non loin. Depuis le départ personne ne l'avait bougée, la laissant étendue dans sa mare au pied du mât. Sang et matière visqueuse baignant la carafe éclatée. L'ensemble formait une flaque s'étendant selon les soubresauts contraires de la houle. Un spectacle peu ragoutant que chacun se contentait d'éviter de piétiner pour éviter de salir ses chausses.

      - L'était monté voir au nid de pie de ses propres yeux ce qui approchait avant de dégringoler on ne sait pas pourquoi...
      -  Putain de John... Héhé !


      Aucune explication germait pour expliquer le mystère.. Un fruit du démon avarié qui sait ? Ou sans le savoir, le tireur venait de manger son deuxième fruit ? Les hypothèses se bousculaient et se mélangeaient sous son crâne chauve. Mais une nouvelle information venait de gommer quelque peu la tragique disparition.. Une mystérieuse cité d'or ? Un bon moyen de sécher les larmes de crocodile d'une vilaine bande de forbans. Le Cavalier remarqua que quelques hommes fatigués de chercher s'étaient d'ailleurs déjà remis à taquiner les prisonniers. William qui n'avait rien perdu de l'échange écoutait à proximité le rapport d'un de ceux envoyés en bas.
      • https://www.onepiece-requiem.net/t14965-fiche-technique-du-dada#
      • https://www.onepiece-requiem.net/t14330-il-sortira-des-blues-un-jour-ou-l-autre
      C’est finalement sans aucune réelle bataille que nous nous retrouvons sur ce pavillon ennemi, ne nous présentant qu’un tas de larves évanouies au sol pour nous rappeler l'existence de ce fameux équipage pourtant si motivés avant le débarquement de Farore et John. Non sans une frustration naturelle, je débarqua donc aux côtés du capitaine, déterminé à aller collecter ses précieuses informations.


      Tandis que chacun s’attela à une occupation précise, je me contenta simplement d’observer ces larves agonisant face à une déflagration des plus impressionnantes de la part de notre piaf enflammé. Un pouvoir que je n’avais jamais pu observer avant de la rencontrer et qui avait le don de me fasciner au plus profond de moi.


      Soudainement, tandis que certains se mirent à crier dans mon dos, je me retourna avant que mon regard ne tombe sur John avalant une dernière bouchée d’un fruit bien particulier ne manquant pas de marquer ses effets d’une manière quasi instantanée. En effet, notre cher sniper, suite à une blague de mauvais goût, disparu instantanément, ne laissant que sa carte flotter dans les airs avant d'atterrir au sol.


      [William] “Intéressant.”


      Tandis que j’observa le parchemin retomber lentement au sol, une discussion plus que musclée ne manqua pas d’attirer mon attention.


      Des fruits ? de l’or ? une cité disparue ? Une fuite en panique ? 


      Si ce faiblard de capitaine et son équipage venaient d’échouer lamentablement dans une quête aussi mystique qu’intriguante, peut-être qu’on devrait aller tenter notre chance ? 


      Je n’eu pas réellement besoin de le dire à haute voix tant la mine de notre bon capitaine traduisait le même sentiment que moi.


      Finalement, je m’approcha du lieu duquel notre cher vigie venait de faire ce qui semblait être sa première démonstration de son fruit avant d’y ramasser la carte ne l’ayant pas suivie dans son périple déboussolant. C’est donc avec la plus grande des attentions que je me mis à la scruter, réalisant assez rapidement son lien direct avec l’histoire que le second à la jambe de bois venait de conter. 


      J’accrocha finalement cette carte à ma ceinture, sentant qu’en fouillant un peu, je pourrais trouver un peu plus de documentation à ce propos.


      Je m’éclipsa donc dans la cale avant d’y retrouver notre cuistot préféré, fouillant celle-ci en quête de nos futurs plats vomitifs..gastronomiques !


      [William] “Alors, ça fait quoi de se retrouver avec autant de bouffe pas encore avariée ?”


      Dis-je tout en ricanant avant de venir fouiller à mon tour les différents caissons et tonneaux remplissant une bonne partie de la cale.


      Nourriture, poudre, alcool, tabac.. Une cargaison classique et clairement la bienvenue à bord du Hel. Je récupéra une pomme au passage avant de me diriger vers une série de cabines espérant trouver mieux que ces cargaisons.


      Tout en dégustant ma pomme, je retourna les différents livres, ouvra les nombreux tiroirs et cherchant la moindre trappe cachée sans succès avant qu’une pièce dont la porte était restée ouverte n’attire mon attention.


      C’est là qu’un coffret ouvert et vide me sauta aux yeux. C’est probablement là dedans que le John était venu fouiner avant notre arrivée. Malheureusement, aucun autre coffret ou autre ne se trouvait ici et seules plusieurs cartes et parchemins éparpillés sur le bureau et étalés au sol restaient à observer.


      Certains restaient sans importance tandis que deux ou trois autres semblaient avoir les mêmes caractéristiques usées et le même style de symboles que celle rangée à ma ceinture. Je me saisit alors de celles-ci, sachant pertinemment qu’elles nous seront bien utiles pour la suite avant de tomber sur une autre de ces cartes atypiques gisant au sol.


      Sur celle-ci, une série de symboles indescriptibles pour moi venaient s’ajouter au-dessus d’un croquis de temple.


      C’est en observant une nouvelle fois autour de moi, encore avec la carte en main, que le coffret vide me sauta de nouveau aux yeux. En m’y approchant de plus près, je pu constater que les symboles présents sur le schéma étaient les mêmes que ceux présent tout autour de la serrure du coffret. Se pourrait-il que ce fruit ait été trouvé là bas ? Si de telles choses avaient pu être découvertes par un seul homme, qui sait ce que cet endroit pourrait encore nous offrir ? 

      Je me saisis de cette carte présentant encore quelques symboles inconnus avant de la dissimuler dans la doublure de ma veste. Quant aux autres cartes pouvant nous être utiles, je les amassa toutes à l’intérieur du coffret avant de les remonter sur le pont avec moi, ne manquant pas d’aller les partager avec le Cavalier attendant toujours sur le pont.


      Dernière édition par William T. Faust le Lun 11 Déc 2023, 11:25, édité 1 fois
      • https://www.onepiece-requiem.net/t26070-faust-files
      • https://www.onepiece-requiem.net/t26022-adieu-woods-et-bienvenue-faust-termine
      RP SONGclickFarore S. Corsandre
      L'abordage
      "Les faucheurs des dieux anciens"

      Alors qu'elle était assise tranquillement, elle avait vu disparaître sous ses yeux John ; en un instant, il avait littéralement disparu. Elle n'avait pas réellement compris le pourquoi du comment, mais cela n'était pas sans lui rappeler les techniques de Soru du Cipher Pol lorsqu'elle était sur Mariejoie. Où avait-il bien pu partir ?! Le Capitaine ainsi que Will et le reste du Hel s'étaient invités à bord. Farore avait pris un malin plaisir à faire parler l'équipage ennemi. Une torture malsaine qui apporte à ses narines un fin fumet, un fumet électrisant qui s'empare de tous ses sens, celui de la chair grillée. Manger un bras et avoir le goût du sang dans sa bouche n'avaient fait qu'accroître sa faim et son désir. Un véritable supplice dont elle était l'unique victime.

      "Un sale renard, mais qui s'y connaissait en vieilles pierres et vieux écrits. On était sur l'île maléfique pour trouver une cité disparue débordante d'or à la base quelques semaines, puis il a disparu avec les cartes plusieurs jours sans prévenir. Quand il est revenu, il pissait le sang et nous a dit qu'on décampait sans nous parler du trésor. Qu'un putain de dieu nous en voulait ! Je sais juste qu'il les avait à son retour, moi ! Je jure !!"

      Cette simple phrase l'avait fait sortir de sa torpeur et avait gommé sa faim en un éclair. Il avait su attiser sa curiosité et il avait aussi, par la même occasion, signé son arrêt de mort. Il était hors de question qu'il vive et qu'il puisse livrer de telles informations à une tierce personne.

      "Tu parles de vieilles pierres et de vieux écrits ?! A-t-il prononcé le mot 'Ponéglyphes' ?"

      "Oui… Oui, il l'a dit une ou deux fois !"

      N'ayant plus de questions, le Cavalier n'avait pas rajouté un seul mot. Farore transforme alors sa jambe encore fumante sur le visage du supplicié. D'épaisses serres viennent enserrer de part et d'autres sa boîte crânienne. Une pression terrifiante s'exerce alors, des cris insoutenables de douleurs et d'agonie se font entendre avec des râles dégoûtants et répugnants. Peu de temps après, la boîte explose et répand son contenu sur le pont. Farore laisse son regard se promener sur les autres membres de l'équipage adverse.

      "Il n'y a personne d'autre qui veut nous défier ?"

      Le silence le plus brutal s'abat sur le vaisseau. Farore se met à rire nerveusement avant d'hurler.

      "Il n'y a personne d'autre ?!"

      Le silence. Encore. Elle se retourne alors vers le Cavalier avant de lui parler à voix basse, de manière à être intelligible pour les autres occupants du pont.

      "Capitaine, vous voulez faire quoi de ces gars ? C'est plus des civils que des pirates si vous voulez mon avis. Personnellement… J'ai…"

      Elle marque une pause ; il lui fallait en fait embrasser sa véritable nature plutôt que de poursuivre un idéal qui n'était plus le sien. Elle n'était plus un super-héros du projet Providence, elle n'était plus un capo de la Mafia, elle n'était plus la main dirigeante de la prège de North Blue. Elle n'était plus un agent du Cipher Pol, elle n'était plus une traître, elle est une pirate. Elle est le message de la mort des Faucheurs ; il fallait agir en tant que tel désormais et cesser de se réfugier dans des tombeaux et embrasser sa nouvelle cause.

      "J'ai besoin de manger… Ne serait-ce que un ou deux d'entre eux. Je suis d'avis de tous les mettre à mort et d'en laisser un seul en vie qui raconterait notre histoire. Il faut faire comprendre au monde que nous sommes la prochaine menace des mers. Nous ne pardonnons pas. Nous n'hésitons pas, et nous ne vacillons pas. Le Gouvernement nous aura bientôt à l'œil avec l'histoire de Dead End. Je pense qu'il faut poursuivre en ce sens. Par ailleurs…"

      Elle sort une carte non loin et se remémore une précédente rencontre de North Blue qui lui avait parlé de cette île.

      "Ah voilà, regardez, Capitaine."

      Elle pointe du doigt une ville sur laquelle on peut clairement voir les armoiries du Gouvernement Mondial et de la Marine.

      "Nous pourrions aller sur cette île pour lire les Ponéglyphes, trouver l'or, s'occuper de… Dieu ? Puis… Nous pourrions aller sur cette ville 'Benefacto' et la rayer de la carte. Cette île deviendrait alors hors du contrôle du Gouvernement et de sa bien chère Marine. Ça nous permettrait d'attirer l'attention ici pendant que nous remonterons le reste de notre voie. Nous aurions peut-être moins de soldats à nos trousses de cette manière. Nous pourrions aussi prendre un otage de marque… Un commandant, un sénateur ou que sais-je qui est présent en ville ?"

      Elle laisse la carte dépliée et saisit un couteau pour planter les coins afin de l'empêcher de s'enrouler d'elle-même. Elle croise les bras tout en observant le chef. Mais bon sang, où avait bien pu passer John ?

        Sur le pont autour d'eux, les prisonniers tremblaient comme des feuilles mortes par vent de grand froid. L'équipage du Helhest n'en montrait pas large non plus. Une silence pesant pesait.. Une deuxième âme venait de quitter un corps en miette. Rien d'effroyable dans le monde de la piraterie, si ce n'était la manière employée. Un débordement de violence qu'aucune fureur ou frénésie sanglante ne justifiait. La mise à mort n'avait été que le froid désir d'un esprit malade. Suffisamment abimé pour exprimer sa faim de chaire humaine sans en mesurer le propos. Les brebis dociles devinrent fébriles et les membres de son équipage virent naitre une nouvelle méfiance. Le Capitaine des Faucheurs n'y manqua pas non plus, plus que jamais il comprit qu'il ne devrait pas baisser sa vigilance s'il ne voulait pas se faire croquer un bras. Tout le temps qu'ils ne s'entretueraient pas, il savait aussi que le monstre se révélerait un atout des plus effrayants. Une menace de plus allant au delà de la simple puissance. Écoutant le plan du phénix cannibale, il n'en laissa rien paraitre cependant. Son regard froid et son sourire sans chaleur avaient le don de donner la chaire de poule mais pas que, ça le laissait aussi indéchiffrable qu'un bloc de glace.  Lorgnant le nom de la ville dans un coin de la carte empruntée par Farore des mains de William, le Cavalier renifla un coup. Les deux lieutenants l'encadraient pensifs.

        - ... Un commandant, un sénateur ou que sais-je qui est présent en ville ?
        - On verra.. Le mieux sera de les prendre par la mer et la jungle dans le même temps, là et là. Ils seront alors fait comme des rats.
        - J'vois que ça cogite dans le bocal.. Ça me change des autres corniauds mouhéhé ! Débutons par trouver cette fameuse cité oubliée. On risque de crapahuter dans de la jungle, ça nous rappellera des souvenirs William héhé ! Déjà entendu parler de cette île, l'est peuplée de sauvages. Les touristes qui viennent les chasser parait. Sauront nous parler de leur coin mieux que ces fuyards. Si on trouve le fichu Dieu, on trouvera le trésor. Et si Ponéglyphe il y a, on prend !
        - C'est quoi un poney glyphe Cap'taine ?
        - On verra.. Tout ce que j'ai entendu dire, c'est qu'ils ont à voir avec le One Piece s'ils existent bien.
        - LE ONE PIECE ?!
        L'équipage avait lâché le cri d'un bloc.
        - Ils existent bien.. Je sais les lire, il reste à voir ce qu'ils racontent..
        - Je t'aime de plus en plus toi ! Héhé !
        - WOUHOUH ! VIVE LE CAPITAINE ! VIVE LA DOC !
        - John bon débarras !
        - Et la ville du gouvernement ?
        - Chaque chose en son temps ! Le trésor d'abord !
        - Alors on fait quoi d'eux Capitaine ?
        Le timonier venait de se hisser à leur niveau curieux des nouveaux ordres. L'idée de l'annonce d'une mise à mort ne semblait pas le soucier.
        - Eux ? Le regard de la Mort emprunt de son aura d’outre-tombe sapa les dernières brises d’espérance aux prisonniers. J'en fais mon affaire ! Ouvrez vos écoutilles bande de merde et craignez ma faim ! Appel de la Banshee !!

        A ces mots, la crainte se transforma en une invitation aux âmes à sortir. Aucun témoin ne survivrait au passage des faucheurs, une fois mise en boite ils serviraient de décorum au navire fantôme qu'ils allaient créer. Des cadavres sans blessures rangés dans des cercueils. Un clin d’œil au Jolly Roger des Faucheurs. Une signature. Une nouvelle peur gagna l'équipage vaincu à la vu de ces ectoplasmes déborder de leur dos. Ils n'avaient pas toutes les clefs pour comprendre le tour qui leur était réservé, mais la vue des corps s'effondrant à chaque tour de bras de la Mort suffit à faire comprendre le pétrin qui se refermait sur eux. Certains révélèrent sur leurs derniers instants la couardise les habitant, d'autres jugèrent que foutus pour foutus ils allaient se battre la peur au ventre. Au milieu du chaos s'entendit un bruit lointain. Se demandant ce que le ciel lui chiait sur la tête, le Cavalier leva les yeux en l'air.

        - AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHH !!!


        Dernière édition par Le Cavalier le Sam 09 Déc 2023, 18:46, édité 10 fois
        • https://www.onepiece-requiem.net/t14965-fiche-technique-du-dada#
        • https://www.onepiece-requiem.net/t14330-il-sortira-des-blues-un-jour-ou-l-autre
        Haut dans le ciel, à environ six cent mètres au dessus des deux navires.

        - WWWAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHH !!!!!!

        Le cri partant dans les aigus telle une pucelle ayant peur d'une petite bestiole, ce grand gaillard de John se voit descendre depuis maintenant une bonne minute l'espace et le temps le séparant de ses compagnons d'armes. Et plus il descend plus il aperçoit le Hel accosté au navire ennemi grossir de plus en plus, passant de quelque chose d'invisible à désormais, la taille du fourmi. Et ça ne cesse de grossir, lui rappelant la vitesse à laquelle il pourfend l'air de par sa chute libre.

        - PUUTAAAAAAAAAIIIIIIIIIN ! J'VAIS CREVEEEEEEEEEERRRRRR !!!!!! AAAAAAAAAAAAAAAHHHHHH !!!

        C'était donc bien un fruit du démon ce truc dégueulasse. John en a encore mal au ventre, la gerbe commence à lui venir. Mais alors qu'il pense rendre son dernier repas, il s'évanouit tant la chute est longue et dure psychologiquement. Il en a vécu des trucs sales dans sa vie, mais se voir mourir avec du délai, c'est une première. A cette hauteur, la flotte sera aussi dur que du granit marin, ça sent pas bon. Pas bon du tout. Reprenant ses esprits, il se met à crier de nouveau.

        - AAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHH !!!!!!

        Se rapprochant de plus en plus vite du navire qu'il a quitté sans la moindre idée du pourquoi du comment, Johnny commence à apercevoir les Faucheurs, ayant mit à genoux l'équipages adverses qui semble finalement être des civils se faisant passer pour des pirates. - Sinon ils n'auraient jamais capitulés aussi vite ... - Un nouveau mal de ventre lui vient, du moins, c'est ce qu'il croit. Il ressent une drôle de sensation dans tout son corps alors qu'il fixe le pont sur lequel se trouve l'équipage et d'un coup d'un seul ... ZUP. Il disparait de nouveau.

        Au même moment, sur le pont où se trouvent les Faucheurs.

        - Ouvrez vos écoutilles bande de merde et craignez ma faim ! Appelle de la Banshee !! Le Cavalier termine son beau discours.

        ZUP !

        Eclatant la cabine jonchée sur les hauteurs du plus grand mat, le Wagner réapparait aux yeux de tous avant de retomber sur un des civils souhaitant se rebeller, l'assommant sur le coup.

        - Ca va j'vais bien ! Tout va bien ! dit-il transpirant, encore choqué par sa chute, ne souhaitant pas parler de ce qu'il vient de vivre.

        Mais bordel, qu'est-ce qu'il vient de se passer. Il peut ... se téléporter ?
        • https://www.onepiece-requiem.net/t26771-john-s-wagner#277098
        • https://www.onepiece-requiem.net/t26711-ton-sang-a-une-sale-odeur-mes-phalanges-puent-maintenant
        Parfois, le timonier se disait qu’il était le seul être normal du bateau entre John le taré, l’autre piaf qui prenait feu ou encore le capitaine qui faisait froid dans le dos mais plus le temps avançait, et plus il se sentait assez bien dans cet équipage. Il pourrait former un bon duo avec William, l’autre personne qui semblait le plus normal de l’équipage. Mais, depuis le début, il avait ce lien avec John… à croire que l’arène du crack les avait lié.

        M’enfin. Hunter regardait un peu la situation d’un œil extérieur, les deux monstres n’avaient pas laissé un peu de chair fraîche pour le reste de l’équipage. John se permettait même de disparaître. Et sinon on s’en fout qu’le John ait disparu les gars ? demandait-il. Visiblement, la Farore semblait plus préoccupé par les poneglyphes. Hunter en avait déjà entendu parlé vaguement mais ne s’y était jamais intéressé réellement.

        A ce moment la que le Capitaine usait des pouvoirs de son fruit, et vraiment c’était pas un truc très joli joli à voir. Franchement, Cap, c’est degueulasse ton truc et... Pas le temps de finir. John refaisait irruption en écrasant et assommant l’un des pirates. Bah, qu’est ce que tu as foutu ? qu’il demandait au Wagner. Il allait bien expliquer un peu ce qu’il se tramait.

        De son côté, le Neo-pirate attrapait un agrume qui ressemblait en tout point à un réel fruit et il le mangea tranquillement, en attendant un peu plus d’explications de la part de John.
        • https://www.onepiece-requiem.net/t26770-ft-hunter-v-douglas
        • https://www.onepiece-requiem.net/t26762-le-sang-doit-toujours-couler-hunter-v-douglas
        Tandis qu’un spectacle surnaturel propre aux pouvoirs du capitaine se déroulait sous nos yeux, certains abrutis encore détenteurs de leurs âmes se ruèrent sur lui dans un faux espoir de survie. Mourir la lame en main était un acte louable que je ne pouvais que respecter, cependant, hors de questions qu’ils approchent le capitaine.


        C’est donc presque à la chaîne qu’une petite poignée de faux pirates vinrent se heurter au tranchant de ma lance venant tantôt en égorger, tantôt en empaler, créant une nouvelle pile de cadavre plus ensanglantée que les autres.


        Disons que ce petit massacre m’aura au moins permis de m’amuser un peu, moi n’ayant pas pu assister au spectacle du duo piaf/flingue de tout à l’heure.


        En parlant de flingue, alors que le massacre touchait presque à sa fin, une masse précédée par un hurlement lointain vint s’écraser dans mon dos, assommant au passage deux ou trois rescapés. Ce bon vieux John, jusqu’ici disparu, venait d’apparaître de nulle part après un temps d’absence remarquable. Cependant, cet évènement ne me révéla pas précisément les pouvoirs dont avaient vraisemblablement hérité notre vigie, le vol ? La téléportation ? la gravité peut-être ? Je m’amusa quelques instants avec mon imagination quant à l’origine de ces capacités tant que celles-ci demeurent comme une incertitude pour moi.


        [William] “Ça va John ? où t’étais passé ?”


        Bientôt, il ne resta plus une âme qui vive sur ce tas de bois flottant aux airs de vaisseau fantôme. Une signature morbide et pourtant diablement efficace afin d'annoncer notre passage de la meilleure des manières.


        Tandis que les marchandises les plus utiles finirent de se faire transférer d’un navire à l’autre, nous promettant un trajet plus agréable jusqu’à notre prochaine île, du moins d’un point de vue culinaire, je m’approcha de notre vigie se relevant non sans mal après sa subite apparition.


        A mes côtés, notre Timonier Hunter se tenait là, un fruit à la main et attendant tout comme moi un peu plus de détails concernant sa subite disparition.


        Après tout, avant ma rencontre avec le Cavalier, je n’avais jamais eu l’opportunité de rencontrer un détenteur de ces fameux fruits aux pouvoirs aussi étranges que leur apparence. Tout en écoutant ce qu’il avait à nous dire, je ne pouvais m’empêcher de penser à ce fameux parchemin que je gardais dissimulé dans mon manteau, m’imaginant mettre la main sur un de ces fruits pouvant m’ouvrir la porte vers de nouvelles possibilités.

        Rapidement, Boll nous interpella depuis le Hel, signalant que le chargement était désormais terminé. Il était temps pour nous de retourner à bord de notre vaisseau vers notre prochaine étape nous promettant milles surprises.
        • https://www.onepiece-requiem.net/t26070-faust-files
        • https://www.onepiece-requiem.net/t26022-adieu-woods-et-bienvenue-faust-termine
        Remettre en question l'existence des Poneglyphes était un fait on ne peut plus commun, surtout lorsque l'on observe les moyens déployés par le Gouvernement Mondial pour vous faire croire qu'ils n'existent pas. De plus, Farore ne tient aucunement rigueur à l'équipage. Si un Poneglyphe devait se trouver ici, elle le déchiffrerait et ferait comprendre à cette bande d'idiots l'étendue de leur erreur, ainsi que la nécessité d'avoir Farore à bord du navire. Elle pourrait ainsi s'assurer une voie royale au sein de l'équipage avec ses talents, c'était désormais certain.

        Elle contemple le macabre spectacle sans lever le petit doigt à aucun moment. Ce n'était pas à elle de prouver des choses, mais plutôt au second et à son étrange capitaine. Le spectacle offert était des plus intrigants. Alors que tout le monde s'apprête à quitter le navire fantôme, les larbins du Hel décident enfin de sortir leurs mines peureuses pour exécuter les ordres. Bientôt, il ne reste plus une âme qui vive sur ce tas de bois flottant aux airs de vaisseau fantôme. Une signature morbide et pourtant diablement efficace pour annoncer le passage des Faucheurs de la meilleure des manières.

        Rapidement, Boll interpelle l'équipage depuis le Hel, signalant que le chargement est désormais terminé. Il est temps pour les faucheurs de retourner à bord du vaisseau vers la prochaine étape promettant mille surprises.

        Le Hel s'éloigne lentement du navire fraîchement abordé. L'ensemble des corps des défunts a été placé dans des cercueils parfaitement disposés, recouverts par un gigantesque drapeau : le Jolly Roger des Faucheurs. Une signature indélébile de leur passage, destinée à marquer les esprits et à faire naître des légendes sur les mers.

        Alors que l'ensemble de l'équipage a repris place sur le Hel, Farore n'a de cesse de s'interroger sur John après son arrivée fracassante. Aurait-il découvert une nouvelle capacité ici ? Une sorte de Soru amélioré comme elle avait pu le pratiquer au sein du Cipher Pol ? Non, c'était autre chose, quelque chose de bien plus complexe et complet. Ça ne pouvait être que l'œuvre d'un Fruit du Démon, lui rappelant aussitôt ce jour fatidique... Elle était persuadée d'avoir mis la main sur le Logia du feu, et au lieu de cela, elle s'était transformée en un oiseau dont les flammes ne pouvaient brûler. Une déception immense, une blessure encore ouverte pour elle.

        Désormais, le Hel fait voile vers l'île maléfique. Farore n'attend pas grand-chose de cette île, hormis le fait de découvrir un Poneglyphe. La réalité sur place sera tout autre...