Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : où commander le coffret ...
Voir le deal
64.99 €

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Un trésor fort convoité!

Rappel du premier message :

Grâce aux indications des locaux, Max et Kuro arrivent enfin dans une colonie de Zoniens. L'endroit est fait de bric et de broc et ça ne plait pas du tout à la mini pirate. Grâce aux Glaiseux, il savent qu'ils doivent chercher une maison avec un crocodrille empaillé sur le toit. Et comme aucun de nos héros n'est une lumière, ils mettent un temps fou à trouver.

La baraque en question est tout aussi misérable que les autres et surtout, il n'y a personne. Après de longues investigations, la nouvelle Team Rocket finit par trouver un mot cloué sur la porte. Malheureusement, comme personne ne sait lire, ça ne leur sert pas à grand chose.

Heureusement, Kuro est un peu plus lettrée que les deux autre, elle reconnait les idéogrammes qui forment le mot "bar". La fine équipe se met donc en quête du bar pour trouver le vétérinaire qui soignera Grocochon. Mais, encore une fois, ils ont toute les peines du monde à trouver.

Et quand finalement, ils y arrivent, ils sont fatigués et surtout assoiffés! Heureusement, Kuro sait se faire discrète dans ces cas-là.

Bonjour les crados! C'est Max, Grocochon et Kuro! On cherche un vé… , un vé… La musicienne, n'arrive visiblement pas à trouver le bon mot. Un médecin pour animals! Vous pouvez nous dire s'il est là? Ha... et on voudrait deux bières bien fraîches, siouplé!



Dernière édition par Kurogane Shinobu le Ven 25 Mar 2022 - 13:51, édité 2 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t15540-les-kuronneries
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9849-kuro-confusion-savon


Un Trésor Fort Convoité


Flashback - Quête
✘Feat. Kuro & Healscare




Manquait plus que ça, deux bonnes femmes à l’air pas facile entrèrent dans la grotte, contre toute attente. La logique aurait voulut qu’elles attendent que l’on sorte, mais elles sacrifièrent leur avantage tactique bien vite et entrèrent dans la grotte. Décidément, ces bouseux n’étaient pas des flèches, même pour les daronnes. En effet, en les regardant bien, je reconnaissais quelques traits communs des trois pimbêches et des deux zigs, ces femmes étaient sûrement leurs mères. Et, contrairement à ceux rencontrés plus tôt dans notre aventure, ces deux-là semblaient bien plus balèze, sûres d’elles et lourdement armées.

Alors qu’elles nous tenaient en joue, la blonde d’une mitraillette et la brune d’une dague gouttant d’un liquide vert qui dégageait de la fumée à chaque goutte qui touchait le sol. Et, alors qu’elles se moquaient allègrement de nos apparences, Bunker débarqua pour détourner leur attention, frappant alors qu’elles l’esquivaient sans mal. Scare en profita pour bondir sur la brune à la dague et, alors que je m’apprêtais à faire de même pour la blonde, Kuro s’en chargea. Malgré ses pistolets déchargés, et la mitraillette qui la pointait toujours, l’adulte-enfant n’eut aucun mal à parcourir la distance qui la séparait de son adversaire, lui bondir dessus et lui marteler la face, tout ça en trois secondes, quelle efficacité pour une gamine qui la veille encore avait fait un mini-coma. Impressionnant, surtout qu’ainsi logiquement diminuée, leur niveau devait être équivalent. Et, si je ne me trompais pas, ce devait être la gamine de la vieille blonde qui avait mit Kuro dans les choux. Quoi qu’il en soit, trois secondes et trois coups de crosses furent suffisants pour venir à bout de la blonde. Regardant la scène avec effarement, je m’en détournais pour venir en aide à Scare alors que l’enfant-adulte se mettait à parler toute seule, considérant probablement que nous avions également finis notre combat. À ne pas se soucier de ce qui l’entourait, comme d’habitude.

« Bon, j’imagine qu’on oublie la stratégie, hein... » soufflais-je en m’approchant de l’affrontement entre le nain et la brune à l’air sadique.

Elle faisait siffler sa dague, l’opposant aux tomahawk du trappeur dans des tintements métalliques. Profitant qu’elle soit occupée, je passais sur son flanc pour lui envoyer un violent coup de pied. Habilement, elle fit revenir son coude en arrière pour l’opposer à mon pied et le repousser, sans perdre ou déstabiliser sa position et continuer d’échanger des coups avec le nain. Une balayette, et elle bondissait légèrement, me décochant un coup de genou en pleine malaire, me repoussant de quelques pas.

C’était assurément une bonne combattante, mais la vision de sa camarade, peut-être même sa sœur, étalée au sol, la fit déchanter.

« Osti d’vérole de moine ! Z’avez z’osé z’en prendre à ma belle-sœur ?! Z’avez z’osé z’en prendre à mes chiards ? J’vais vous désossez les tarlais ! » s’écria-t-elle, folle de rage, en sortant une seconde dague et en reprenant le combat.

Nous avions beau l’attaquer de concert, elle n’en démordait pas et faisait siffler ses armes tantôt pour parer tantôt pour frapper dans le vif. À plusieurs reprises, ses lames m’effleurèrent au détour d’un coup de poing ou de pied, me laissant de brèves et peu profondes estafilades. Rien de bien méchant, et pourtant, j’eus un soudain coup de barre. Comme la fatigue qui vous assaille après une longue nuit blanche à picoler, j’eus l’impression que Morphée insistait pour m’accueillir dans ses bras. Des picotements aux yeux et des fourmis dans le corps, partant de mon poignet où se trouvait la plus longue balafre, les fourmillements remontant lentement le long de mon bras jusqu’à ma nuque. Je me sentis faible, mou, comme si mes forces m’étaient drainées. Toutefois, je ne lâchais pas l’affaire, porté par la détermination de terminer cette aventure pour partir avec mon joli butin.

J’esquivais une de ses lames, celle-ci passant à deux doigts de ma gorge. Scare attaqua à son tour, me faisant gagner une précieuse seconde dont je me servis pour passer dans le dos de la brune. Finit la finesse, j’enroulais le haut de mon corps ainsi que mon bras, mon épaule et mon poing en arrière, déroulant le tout en un violent coup de poing qui frappa de toutes mes forces restantes. Cueillie au flanc juste sous les côtes, je vis une grimace déformer son visage alors qu’elle tentait de se tourner vers moi. C’était sans oublier Scare qui se trouvait devant elle qui, son tomahawk relevé, l’accueillit sans avoir à esquisser le moindre geste. Poussée par ma frappe, Mélody s’écrasa vers le nain, son épaule s’enfonçant dans la tête tranchante de la hache, assez profondément pour la mettre hors d’état de nuire. Toutefois, même ainsi elle tenta un coup de dague vers le petit homme barbu, mais d’un nouveau coup de poing je la frappais à la tempe pour l’envoyer valser contre un mur. De la mousse au bord des lèvres, la brune était enfin K.O.

« Huff...bien joué Scare, elle était pas évidente celle-là...ça va t’as rien ? Y avait du poi...poison sur ses lames. » demandais-je au camarade semi-homme, un sourire en coin avant que de violentes nausées me prennent et ne m’obligent à rencontrer un coin de la grotte pour me débarrasser du goût de bile qui remontait dans ma gorge.

Me remettant doucement, je rinçais ma bouche à coups de grandes gorgées à ma gourde. Je revins vers mes compagnons d’aventure alors que Kuro soulevait le coffre qui était censé, encore quelques minutes plus tôt, être collé au sol. Décidément, cette jeune femme n’était pas une musicienne, mais une magicienne, à croire qu’elle brisait le quatrième mur pour contrôler la situation comme ça l’arrangeait sans se soucier de son environnement ou des réalités. Haussant les épaules, je me dirigeais vers les corps des deux femmes, récupérant de grands sacs de toile épais dans leurs sacs qui étaient probablement destinés à transporter le trésor. En effet, quitte à transporter une telle somme, autant se débarrasser du large et lourd coffre, qui plus est quand il est censé être fusionné au sol.

« Ce sera plus simple à transporter avec ça. » déclarais-je en ouvrant le coffre pour commencer à ranger les pièces dans un sac à grandes poignées.




© Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


  • https://www.onepiece-requiem.net/t23776-ft-ren-aoncan
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23748-ren-aoncan-aka-mazino
Kuro - Pas touche au trésor à Kuro et ses potos, bandes de mâles autruches!

Contre toute attente, ce fut Kuro qui, malgré son état et ses pistolet complètement vide se jeta sur sa la seconde. Elle déchaîna une violence et une puissance peu soupçonnable pour un si petit gabarit. En quelque seconde à peine, la grande dame s’effondra au sol à force de coups de cross. Un instant perturbé, Scare fut ramené à son combat par un coup de dague proche de sa tête. Il esquiva de justesse en perdant au passage une petite mèche de cheveux.

Scare - * Renifle - renifle *

Une étrange odeur se dégageait de la dague qui venait de le frôler, la déduction était simple, la dague était enduite d’un puissant poison. Scare opta vue son état pour une approche plus réfléchie qu'à son habitude. Lui qui aimait foncer dans le tas à grand coup tourbillonnant, se concentra sur l’esquive et saisit les ouvertures. Il ne fallait en aucun cas se faire toucher.

Kuro - Kuro en a marre, marre, MARRE! Les gros moustiques, les gros cochons, les kangourous chelous, les choses tellement zarbis que même Kuro peut pô leur trouver de nom, tout ça va encore! Traverser les marais qui puent et le désert sans clim' et même manger de la viande, tout ça va encore! Mais on touche pas aux sous à Kuro! Même pô en rêve! Namého! Parce que… hein? Voilà! Ca ne se fait pô! Y'a des limites à ne pô dépanner
Ren - Bon, j’imagine qu’on oublie la stratégie, hein...

La distraction offerte par l’arrivé de Bunker s’estompa et la femme se battait aisèment avec 2 adversaire. Healscare, armé de ses tomahawk n’avait pas la meilleur des armes pour parer, c’est pourquoi il s'efforçait à coincer la lame adverse dans les crochet formé par ses propre lame pour la désormais. Le métal s'entrechoquait, les coups de griffe et de crocs fusaient mais le combat n’avançait, presque en stand by, ou tous réussissait à esquiver ou parer. L'arrivée furieuse de Ren dans la dense changea un peu la donne. Il réussit très rapidement à infligé un puissant coup de pied dans le flanc qui fut lui aussi bloqué

Melody - Osti d’vérole de moine ! Z’avez z’osé z’en prendre à ma belle-sœur ?! Z’avez z’osé z’en prendre à mes chiards ? J’vais vous désossez les tarlais !

L’état de l’autre adversaire, une fois que Kuro s’en était occupé énerva quelque peu la femme au dague. Elle en sortit une deuxième et redoubla de violence et de rapidité dans les attaques. Même avec Bunker derrière, Scare devant et Ren sur le côté, elle réussissait à ne pas se faire déborder. Il faut dire que c’est surtout le jeune homme torse nu qui l’attaquait car le nain restait un peu en retrait et Bunker préférait limiter, se fiant aveuglément au jugement de son maître. Après quelque éraflure minime, Ren commença tout de même à montrer réactions à la substance qui coulait le long des dagues. Voyant Scare redoubla d’effort pour mettre fin au combat. et dans un ultime coup combiner des trois, Mélodi fut propulsé par Ren directement sur le puissant coup de préparé le petit homme avec en prime une jambe maintenant lui faisait perdre son équilibre. Avec son dernier souffle, elle essaya de taillader Healscare mais fut assommée avant.

Ren - Huff...bien joué Scare, elle était pas évidente celle-là...ça va t’as rien ? Y avait du poi...poison sur ses lames
Scare Haha, bien joué à toi ! non j’ai rien de mon côté…

Scare eu la parole coupé par Ren qui s’en alla vomir dans un coin avant de rincer sa bouche. Kuro se précipita sur le coffre et la surprise de tous réussit à le soulever. Sans doute que le mécanisme permettait de le débloquer complètement. Bunker curieuse se rapprocha des lames desquelles émanait une forte odeur pour les renifler en détail.

Bunker - Atchoum!!!

Avec un gros éternuement qui fit résonner toute la grotte et que Scare trouva très mignon, Bun recula sa tête en la secouant. N’aimant définitivement pas l’odeur, elle balaya les armes pour les faire voler à quelque mètre dans la grottes.

Ren - Ce sera plus simple à transporter avec ça.

Ren eu la très bonne idée de ne pas se farcir le lourd coffre en bois et d’utiliser les sacs de jute. De son cotés Scare eut une autre idée par dessus celle ci : il avait 3 sac, trois personne, il serait facile de faire le partage maintenant et de se séparer. Il faut dire que le pauvre nain avait épuisé depuis bien longtemps son quota de vie social et il voulait profiter de cette jungle tranquillement !

Scare Bon bah moi je déjà prendre ma part !

Healscare s’assit à son tour aux côtés de Ren et mis à partager pièce après pièce le trésors dans chacun des trois sacs. Avec une méthode de partage aussi simple, même Kuro pourrait comprendre le fonctionnement. Une fois les sacs plein remplis avec presque chacun 50M de berrys il restait tout de même 2 éléments non partageables : Une sorte de feuille de papier et un Log Pose. Le nain n’aimant pas la mère et ne sachant pas naviguer et ignorant le potentiel valeur de cette feuille prit son sac sur l’épaule et se dirigea vers la sortie de la grotte.

Scare - Je vous laisse le reste ! D'après la carte, si vous longé la côte vous trouverez rapidement une ville
Bunker - Aaaaaooooowwww
Scare - A la revoyure, et bonne chance pour soigner ton cochons

Dos au deux autres, Scare leur fit un petit signe de la main en les regardant du coin de l'œil. avant d'enjamber les corps inertes et de passer l'entrée de la grotte. Bun, elle, baissa la tête devant les deux en guise de salut avant de suivre son maître. Le nain pris bien sur la direction opposée à celle indiqué au préalable pour s’enfoncer dans la jungle.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23579-healscare-nesingwary
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23564-scare-l-ermite-grincheux
La bande se sépara donc après avoir partagé le magot. Chacun partant de son coté. Ce qui était assez problématique pour Kuro, car, contrairement aux deux autres, elle ne savait pas se repérer dans la mangrove. Pour la pistolera cette aventure s'avéra être des plus exotiques, et même si elle ne comprendrait jamais véritablement ses deux compagnons de voyage, elle les considérait comme des gens fiables. Ceci dit, elle leur en voulait quand même beaucoup de l'avoir livrée à elle même en pleine nature sauvage. Elle avait beau marcher, sans carte, ni sens de l'orientation, elle n'avait aucune idée d'où elle allait. Elle se contentait d'avancer en se disant qu'elle finirait bien par arriver quelque part.

Ou alors, elle se ferait manger par un piraniac, un crocodrille, ou une autre saleté carnivore qui peuple ce satané marais! Ou un phacomochère comme celui qui lui fonçait dessus! Sauf que Kuro percuta dessus qu'il ne s'agissait pas de n'importe quel cochon! C'était Grocochon monté par le fidèle Maxence Diabolosse!

Yo Max, ça boume! Fit une Kuro comme si leur rencontre était parfaitement normale.Tu tombes bien, Kuro était perdue!

Les deux amis racontèrent alors leur histoire. Mais comme celle de la flingueuse vous la connaissez déjà, on s'attardera sur Max et le cochon géant. Ce dernier avait juste été nourri par le blondinet, et il avait guéri tout seul de ses blessures sans doute grâce à un métabolisme monstrueux. Et comme le jeune homme ne voyait pas Kuro revenir, il se mit à s'aventurer à sa recherche dans le marais. La bonne nouvelle dans l'histoire c'est que Kuro n'aura pas à payer le vétérinaire, ni le vieux monsieur qui leur avait donné la carte. Mais comme la plus charmante de toutes les pirates du monde n'était pas une ingrate, elle donna dix pour cent se ses gains à Max, après qu'il l'ait mené à une colonie de zoniens et ils se quittèrent bons amis.

Au moment d'embarquer pour d'autres aventures, elle eut une pensée pour Ren, Scare et surtout pour Bunker. Elle espérait qu'ils s'en soient sortis et se demandait quels seraient leurs rapports s'ils se rencontraient à nouveau.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t15540-les-kuronneries
  • https://www.onepiece-requiem.net/t9849-kuro-confusion-savon


Un Trésor Fort Convoité


Flashback - Quête
✘Feat. Kuro & Healscare




Un sacré pactole, c’était le cas de le dire. Un épais sac de toile remplit autant que faire se peut d’argent, de pièces sonnantes et trébuchantes, à hauteur de cinquante millions de berrys selon Scare. Ainsi qu'un petit papier qui bougeait étrangement, ayant laissé la drôle de boussole à Kuro. Ma part du trésor pesait son poids, mais c’était agréable, me rappelant à chaque pas que toute cette aventure à travers Amerzone n’avait pas été en vain. Et quelle aventure ! Nous avions parcourus les marais et la jungle, affronté du plus gros des insectes au plus pecnot des bouseux, traversé le désert et ses dangers jusqu’ici et notre objectif. Cela n’avait pas été de tout repos, et les blessures à soigner étaient nombreuses.

Après de courts adieux avec mes compagnons, décidant d’un commun accord qu’il était temps pour nous de nous séparer, je sortis de la grotte avec mon magot sur l’épaule. En d’autres circonstances, j’étais persuadé que notre rencontre aurait été différente et que nous serions restés bons amis. Mais pour cette aventure, les choses avaient été différentes et, la fatigue et les obstacles n’aidant pas, nous avions tous rongés notre frein en accusant les autres de nos malheurs. Enfin, à présent que ma part du butin trônait sur mon épaule, j’étais rassuré, et tout à fait détendu en prenant une direction au hasard dans la jungle luxuriante.

La confiance en soi est un bien vilain défaut, dans ce genre de cas tout du moins. Bataillant contre les lianes, n’ayant pas l’efficacité de Scare pour les trancher d’un geste habile, mes seules mains comme armes, l’avancée fut longue. Et, faute de carte, de talent pour m’orienter ou simplement d’un point de repère, je me retrouvais au bord d’une falaise, face à la mer. Me souvenant qu’un fleuve débouchait sur Freetown, je suivis la côte en priant pour me diriger dans la bonne direction. De plus, les prédateurs semblaient moins nombreux ainsi proche de la mer et je pus ainsi tranquillement avancer sur l’île aux milles dangers.

Quelques rencontres malencontreuses et inévitables avec les bestioles qui traînaient dans la jungle  plus tard, je trouvais enfin le fleuve en question. Sur les rotules, chaque pas était un effort supplémentaire, proche de la rupture. J’avais beau avoir une somme suffisamment conséquente pour alimenter mes projets, tout ce à quoi je pensais à ce moment c’était un bon lit bien confortable pour y passer les prochaines vingt quatre heures. Faisant bien attention à ne pas trop faire tinter mon sac rempli de richesses, je trouvais un établissement pas trop crade d’apparence où louer une chambre. J’avais sentis quelques regards curieux se poser sur mon sac de toile, mais même endormit je le tiendrais bien contre moi, attentif à la moindre entourloupe.

Installé dans ma chambre, je pus enfin souffler, retirant mes vêtements imbibés de sang et de sueur, de crasse et de l’eau boueuse des marais, incrustés de sable fin et d’épines prises dans les mailles. J’eus presque l’impression de retirer une seconde peau, à la manière d’un serpent qui perd sa mue. Après une toilette assidue à la bassine, et une eau tellement épaisse et solide qu’elle aurait pu passer pour un gâteau, je me permis enfin de m’allonger dans le lit. Tous mes muscles me lançaient, chaque ecchymose y participait aussi, changeant de couleur au gré du temps. Toutefois, le contact des draps froids et du confort, certes assez sommaire, du matelas et des oreillers, eurent vite raison de mon épuisement accumulé pendant ces longues journées d’aventure. Des créatures plein la tête, je trouvais finalement le sommeil, rêvant de nouvelles aventures et de nouveaux horizons.





© Fiche par Ethylen sur Libre Graph'


  • https://www.onepiece-requiem.net/t23776-ft-ren-aoncan
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23748-ren-aoncan-aka-mazino
    Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum