Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

War Pony

- L'ile grouille de chasseurs de primes et d'agents du gouvernement, il nous est donc impossible de mouiller longuement dans le coin. Nous allons vous débarquer dans un coin discret, et repartir avant que le jour se lève. Nous repasserons dans trois jours, à la même heure et au même endroit. Puis, si vous n’êtes pas la, une nouvelle fois au quatrième jour, ensuite nous considérerons que vous êtes pris et nous vous laisserons sur place. Est ce que c'est bien clair ?
- Tout a fait clair.
- Je ne connais pas votre mission, mais je vous souhait bonne chance.
- Bonne chance à vous aussi.

Sous le regard d'America, déjà en place dans la chaloupe que les marins du navire viennent de descendre à la mer, j'échange une poignée de main fraternelle avec le capitaine du navire qui nous a conduit ici. Un courrier rapide et discret transportant aux quatre coins du monde, le courrier et les agents de la Révolution. Et qui vient de nous amener a pied d’œuvre de notre première mission importante en solitaire, sur la cote du premier repaire de chasseurs de primes de la route de tous les périls, Whiskey Peak.

Dédaignant le bras que me tend un des marins, je descend rejoindre le meilleur chien de garde de la révolution pendant qu'au dessus on s'empresse de larguer les amarres et de séparer les deux coques pour mettre les voiles. Il fait encore nuit, mais à l'Est les ténèbres palissent déjà, nous permettant de distinguer une esquisse de la cote et de ses collines en forme de cactus.

Un claquement de voile qu'on tend et quelques clapotis discret plus tard, et nous voila seuls a quelques encablures de notre objectif. Au programme, étayer les soupçons de la révolution sur ce qui a provoqué l'apparition de l'étrange population de sois disant légume vivants de l'ile. Des Témoignages qui me semblent tout à fait absurde, mais une mission derrière laquelle on soupçonne la présence d'un poneygliphe, ce qui m'a de facto désigné comme seul capable d'accomplir le travail de recherche.

Et quand la révolution demande...

- Ouaf ! Ce n'est pas moi qui vais ramer...
- Hum...

Comme America, je regarde la paire de rames rangé le long du bordée de la chaloupe, et dont je n'ai pas la moindre idée de l'usage. Avant de hausser les épaules.

- Je ne rame pas non plus.

Et pendant que ma main se modifie pour adopter la forme d'une hélice, je la plonge dans l'eau à l'arriérer de la barque avant de l'actionner, et quelques secondes plus tard, nous filons a bonne allure droit vers la plage.

Ramer... Vraiment...


War Pony Images10
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26450-fiche-de-paul#274229
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26424-paul
- "Trouver le ponéglyphe, trouver les légumes mais surtout trouver le ponéglyphe."

America était tout excité à l'idée de reprendre du service. Si sa vie depuis la mort de son précédent maitre avait consisté à aboyer un peu fort pour faire fuir les fouineurs cherchant à mettre leur nez dans les affaires de la révolution à Alabasta, maintenant il était de retour sur le terrain. Sa queue battante alors qu'il se tenait droit sur l'avant de la petite embarcation, il n'entendait même pas son haut-parleur retranscrire ses pensées à voix haute et les dévoiler à qui veut l'entendre. Heureusement, au milieu de l'eau et au abord de cette côte, il n'y avait aucun adversaire. Paul guidant le bateau jusqu'au sable de la berge, la coque s'enfonçant profondément, immobilisant alors m'embarcation. America sauta à terre avant d'enfouir sa truffe dans le sol.

- "Trouver le ponéglyphe. Trouver le ponéglyphe."

Il répétait inlassablement les mêmes paroles d'une voix robotique et monotone. Les seules informations qu'il avait enregistré lorsque Paul lui avait lu l'intitulé de la mission. Heureusement pour lui, il était doué pour trouver des choses. Sa truffe fouillant le sol, il reniflait les senteurs de la mer entre deux amas de sable se glissant dans ses narines et ne manquant pas de le faire éternuer des nuages de grain. Pourtant, il recommençait son entreprise sans hésitation. Il traçait des sillons dans le sable et avant même que Paul n'ai fini de descendre de la barque, le chien avait retourné tout le sable de la courte plage.

-" À quoi ressemble un ponéglyphe ?" Demanda la chien à son nouveau maitre avant de s'avoir devant lui.

America avait fini de fouiller, sans trouver de piste exploitable. Le ponéglyphe ne semblait pas être passé par là. Pourtant, sur sa route il avait trouvé un gros crabe qu'il tenait dans sa gueule et sur lequel il bavait. Les pattes du crustacé gesticulaient prouvant qu'il était en vie.

- "J'ai trouvé ça. Peut-être que ça peut nous aider." Il posa le crabe au sol.

L'arthropode était retourné sur sa carapace. America était sceptique quand à sa découverte. Il était sûr qu'il avait déjà vu ce caillou qui bouge sur Alabasta. Mais peut-être que cela pourrait être utile. Le berger allemand ne comprenait pas toujours ce que les humains considéraient comme utile ou non.

Alors qu'il dévisageait sa trouvaille, une odeur lui remplit les narines. Puis le bruit du tressaillement des herbes lui fit tourner les oreilles. Il les plaqua alors en arrière en se tournant d'un bond. Sortant les crocs, grognant pour menacer l'intrus qui s'insinuait entre les buissons quelques mètres devant eux. Il se plaçait devant Paul, prêt à sauter sur le prochain arrivant s'il reconnaissait l'uniforme de la marine.


Dernière édition par America le Ven 18 Aoû 2023 - 15:21, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26528-america-fiche-technique#
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26478-america-termine
La forêt ma murmurer un secret…



Elle est accoudée non loin de la proue du bateau, observant et écoutant le capitaine du bateau naviguer son navire telle un professionnel expérimenté. Depuis son arrivé dans la civilisation, elle s’était prise de passion pour la navigation, découvrant de plus en plus que cette notion était nécessaire au voyagement entre les différentes îles qui occupaient le monde dans lequel elle vivait maintenant. Depuis la réussite de sa mission avec la marine, elle s'était vue offerte une autre occupation donc elle n’avait aucunement pu refuser. C’était un ‘cadeau’ de la part de la base qui avait entendu parler d’une île habitée par des habitants végétaux. Quand elle avait pressé la notion sur les habitants, on lui avait simplement souri en la rassurant qu’elle aimerait grandement cette île. Tout ce qu’on lui demandait, c’était que si elle trouvait quelque chose de particulier ou d’intéressant, qu’elle le partager avec eux toute informations qui sortaient de la normalité.

Elle avait trouvé très intéressante cette demande, comme s’ils savaient qu’elle allait tomber sur quelque chose d’inhabituel, mais qu’il ne voulait pas vendre la mèche. Elle n’avait pas pressé la chose ne voulant pas perdre l’opportunité offerte et puis tout dépendamment ce qu’elle trouvait, elle pouvait toujours maquiller ou tout simplement cacher la vérité, surtout si la vie des habitants était en danger. Ainsi donc, la voilà sur un petit bateau à navigation rapide pour Whiskey Peak vers de nouvelle découverte. Intérieurement, elle jubile, une nouvelle culture avec des habitants inhabituels lier à la nature, qu’elle genre de chose allait-elle découvrir sur cette Whiskey Peak île ? Un sourire en coin brise la neutralité habituelle de son expression et un air qui se qualifiait de rêveur se dessine sur son visage. Toutefois, ceci ne reste pas longtemps, les pas en approche brisant rapidement sa rêverie.

La grande rousse se redresse et se retourne pour observer le marin qui s’approche d’elle avec un air soucieux. Elle appuie le fessier sur la rambarde et elle semble attendre sagement qu’il s’exprime. Il est clairement malaisé face à elle, mais beaucoup ici l’étaient en sa présence. Tout ceci venait du fait qu’elle parlait peu et qu’elle observait beaucoup l’équipage, quelle que soit leur activité du moment, ils se sentaient décortiqués sous le regard curieux et prédateur de la chasseuse sauvage et ce même si elle portait des vêtements ‘normaux’.

‘’Hmm… Mauvaise nouvelle. Nous vous déposons sur l’île de Whiskey Peak et nous devons quitter pour aller récupérer quelqu’un sur une autre île. Vous serez donc seule plusieurs jouer sur l’île…’’
‘’Où est le problème ?’’
‘’… Je… Est-ce que vous désirez une escorte ? Nous pouvons vous laisser quelques soldats si vous vous…’’
‘’Non, ce ne sera pas nécessaire. Je serais plus efficace, seule qu’accompagner.’’

Il y eut un silence inconfortable. L’homme pensant qu’elle venait d’insulter la marine sur leurs aptitudes de survie. La rousse plisse les yeux, se souvenant des paroles de Viyla face à ces propos souvent mal interprétés.

‘’Je suis plus à l’aise en travaillant seule. Combien de temps serais-je sur l’île ?’’
‘’Aucun problème…’’ Marmonne l’homme en chassant l’explication, mais tout de même rassurer. ‘’Je dirais quelques jours, minimaux 3 jours, peut-être 5.’’
‘’Parfait, je vais survivre sans trop de problèmes. La nature est toujours une alliée et plus j’ai de temps sur l’île, plus je pourrais découvrir de truc pour mes recherches.’’ Dit-elle en posant la main sur le dessus de la boite en bois qui lui arrivait facilement à la hanche.
‘’Parfait alors, on va arriver dans moins d’une heure, alors si vous avez des trucs à faire sur le bateau, c’est maintenant ou jamais.’’

Heliamphora hoche doucement la tête avant de se détourner de l’homme et de poser les yeux à l’horizon ou ce dessine l’île en question, attendant que le temps passe. Le temps passe plutôt vite et elle est à nouveau approcher par un marin.

‘’On vous dépose où ? Directement au port de Cactus Town ?’’
‘’Non, sur la plage. De tout ce que j’ai entendu, la ville n’est qu’un nid de vipères peu intéressantes pour moi. C’est surtout Vegetable Peak, Frutopolis, ou encore le palais où se trouve la communauté de légumineuse.’’
‘’Parfait, on vous dépose sur le côté de plage le plus près alors.’’ Sur ces dernières paroles, il hoche la tête et s’éloigne pour donner l’information.

Quelques minutes, plus tard, elle se trouve sur une barque de transport vers l’île. À peine arrivé sur la plage, elle retire immédiatement ces bottes. Elle soupire d’aise quand ses pieds nus entrent en contact avec le sable chaud de la plage et sans même attendre elle dépose la boite de bois et commence à se déshabiller tout en se dirigeant vers la végétation qui se trouve devant elle. Tout en laissant une traînée de vêtements derrière elle et juste avant d’avoir laissé son pantalon sur le sable à l’entrée de la végétation. Elle craque la noix verdâtre dans sa main et la lance sur une épaisse roche. Le green pop personnalisée explose pour laisser échapper un nuage qui au contact de la pierre vient s’épaissir et créer un tapis de mousse fleurissant et vibrant de vie. Une fois la végétation bien en vie et son effet terminé, elle vient en recueillir le tapis de mousse pour venir le déposer sur sa peau et venir recouvrir une bonne partie de son corps avec ce tapis végétal qui colle quelque peu à sa peau verdâtre pâle. Tout en continuant sa transformation, elle recueillit quelques petits nouveaux spécimens de champignons, fleurs ou encore de pousses de plantes inconnues pour les déposer sur le tapis de mousse nourrissant, leur permettant de vivres sur leur nouvel habitat. Des lianes naturelles et de cuirs végétaux sont utiliser pour être enroulé ici et là autour de son corps pour permettre que le tour reste en place.

Une fois l’habit de camouflage en place, elle s’extirpe de sa cachette pour venir récupérer ses affaires et son laboratoire en boite et partir à la découverte de son nouvel environnement. Il n’avait pas été très long pour la demoiselle de se ‘perdre’ dans tout ce nouvel environnement, mais ceci ne la dérange pas, elle était beaucoup trop heureuse pour se sentir mal. C’est ainsi qu’elle finit par immerger d’un buisson et à tomber face à face avec un chien et un homme. Ainsi la créature de la nature qu’elle est soulevée ses pupilles d’un vert-ambré sur le duo, observant la pose défensive de l’animal et l’air robotique de l’homme.

‘’Bonjour… Vous seriez où se trouve Frutopolis ? Ou encore Vegetable Peak ?’’ Demande-t-elle sur un ton doux.
lumos maxima


Techniques utilisées ::


“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
- On cherche un caillou beaucoup plus gros, et qui ne bouge pas. Il doit être presque aussi gros qu'une maison, et il sera surement enterré.

La créature qui émerge des buissons n'a clairement rien d'humain, mais en même temps, elle ne correspond pas du tout aux descriptions qu'on m'a faite des curieux habitants de l'ile. On m'a vendu des légumes vivants tout droit sortis de l'imaginaire d'un conte de fée pour enfants, et voila que ce qui vient de nous tomber dessus ne ressemble pas du tout à ça. Ici on a clairement quelque chose qui semble issue d'une hybridation entre un humain et de la flore. Ou alors, plus probablement, une horrible infection parasitaire !

- Attention America ! Ne la touche pas !

S'il y a bien une chose que je sais sur les parasites, c'est qu'il suffit de vraiment rien pour se retrouver infecté. Et que certains parasites ont des techniques de prédation encore plus variés que celles du règne animal. Comme par exemple pousser l'animal parasité a aller chercher lui même de nouveaux hôtes pour la bestiole en train de le ronger. Ce qui, pourrait être exactement ce que la demoiselle est en train de faire ! Nous transmettre la saloperie qui l'a recouvert de verdure et la contrôle comme un zombie !

- Et vous, n'approchez pas !

D'un geste, j'active la fonction protectrice de ma blouse de combat, dont la capuche se referme aussitôt hermétiquement autour de ma tête, prête à me protéger de toutes agressions a base de spores; ou autres saloperies volatiles et aériennes pouvant tenter de s'attaquer à mes fragiles voies respiratoires.

- Qui êtes vous, et que voulez faire en ville ?!

Une interrogation légitime mais qui suscite soudain une autre question. Est ce qu'une créature locale ne saurait pas ou trouver la ville principale de l'ile ? Est ce que la chose n'est pas d'ici ? Ou alors, encore une fois, c'est le parasite qui parle et l'esprit original de la jeune femme a depuis longtemps disparu, mangé par son horrible hôte végétal.

Peut être qu'il vaut mieux essayer de tout bruler tout de suite ?


War Pony Images10
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26450-fiche-de-paul#274229
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26424-paul
La forêt ma murmurer un secret…



La chasseuse verte tourne la tête sur le côté face à l’agression physique qu’elle-même semblait donner à ces étrangers. Tel un gros félin curieux, elle observe de ses grandes pupilles la tête de l’homme changer sous ses yeux. Avait-elle effrayé cet homme avec sa seule présence ? Le fait la faire rire intérieurement et gonfle son cœur d’une fierté insoupçonnée. Elle pose ensuite les yeux sur le quadrupède qui protège l’humain. Son cœur explose intérieurement de tendresse pour la créature qui lui donne immédiatement envie de faire des câlins. Dans un mouvement lent, elle retire la boite en bois qui se trouve dans et le dépose à côté d’elle. L’objet, lui-même envahit par un tapis de mousse, laissait déjà entrevoir quelques jeunes pousses fleurages. Elle se penche, pour finalement s’asseoir à même le sol pour montrer sa bonne volonté et elle lève les mains en l’air, loin des fouets qui sont camouflés sur ses hanches.

‘’Je ne suis pas une ennemie, qu’une simple visiteuse qui veut découvrir l’île et ses habitants. Je suis particulièrement intéressée par la communauté des légumes vivants et de leurs apparitions-naissances.’’

Tout en s’exprimait, elle retire la partie végétale qui pouvait cacher son visage, dévoilant la forme humaine sous la couche végétale. Elle secoue un peu sa tignasse rousse puis pose des pupilles complètement humains sur le duo, malgré le ton légèrement vert de sa peau. Elle laisse un sourire se dessiner sur ses lèvres adoucissantes ces traits et dévoilant des paires de canines félines. Sa posture était nonchalante, très décontracter. Elle fouille doucement dans l’une de ces pochettes végétales à sa ceinture et en tire une poignée de lanières de viande séchées. Elle en porte une à sa bouche et la mâche lentement, observant toujours le duo quelques instants avant de poser ses yeux dorés sur le canin qui accompagne l’humain.

Elle n’avait jamais vu de quadrupède aussi… Petit ? Il avait une apparence câlinasse, mais elle se doutait que tout ceci fût une apparence trompeuse. Les oreilles abattues et la posture défensive de l’animal lui indiquait qu’il était prêt à attaquer pour défendre l’homme qui se trouvait derrière lui.

‘’Et vous ? Je comprends que’’ dit en pointant Paul, ’’vous êtes humain avec des améliorations technologiques, mais lui,’’ demande-t-elle maintenant en pointant le chien. ‘’ Quel genre de mammifère est-ce qu’il est ?’’
lumos maxima


“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
America sentait bien la crainte de Paul. Il la sentait comme si s'était la sienne. Ses poils s'hérissait lorsque son maitre revêtit sa combinaison. Les mouvements étranges de l'inconnue aussi l'inquiétait, mais elle ne semblait pas dégager d'agressivité. Le chien relâcha donc ses muscles, redressa ses oreilles et haleta doucement pour évacuer le trop plein de pression.

- "Je suis un chien. Et ça ce n'est pas un ponéglyphe." Retranscrit les haut-parleurs d'America alors qu'il se mit à pousser du bout du museau le crabe jusqu'à la jeune femme.

Maintenant qui se sentait plus détendu, il fit le tour de l'inconnu, reniflant son corps au odeur de lierre et de fougère. Elle sentait la forêt. Pourtant, ce fumer n'était pas mélangé à de la peur. Elle ne sentait pas non plus la transpiration ou la poudre à canon comme les marines. Sa tenue laissait penser à America qu'il s'agissait d'une plante ou ... d'un légume qui parle.

- "C'est un légume qui parle !"

Le haut parleur d'America était incapable de retranscrire les émotions mais sa queue battante trahissait son excitation. Il retourna auprès de Paul en trottinant.

- "Les légumes qui parlent étaient dans la mission. Peut-être qu'elle sait où est le ponéglyphe ?"

La langue pendante, il fixait son maitre comme s'il attendait une directive. Si America avait compris l'objectif, l'aspect discrétion lui avait complétement échappé. Cependant, il ne percevait plus l'inconnu comme un danger et cela lui suffisait pour parler tranquillement de la mission. Et comme la discrétion, la patience n'était pas non plus son fort.

- "Je vais chercher une piste."

Puis une fois de plus, il pointa son museau vers le sol, reniflant le sable dans le but de trouver une odeur : de fruits ou de légumes. Il progressa vers la plage, et s'enfonça dans entre les branchages, laissant les deux humains en tête à tête.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t26528-america-fiche-technique#
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26478-america-termine
Je ne suis pas une ennemie... Tu parles, c'est exactement ce que dirais une ennemie qui veut tromper son monde !

Mais bon. La plante parasite s’avère être une demoiselle aux gouts vestimentaire ou au camouflage plutôt curieux, mais malgré tout ça on est visiblement quand même dans de l'humain plutôt que dans les fameux légumes vivants locaux. Et puis, ça a l'air d'aimer les chiens, et America l'aime bien aussi alors...

Alors je ne dis rien de plus sur les soupçons qui me traversent l'esprit. Comme dirait l'autre, ce n'est pas parce que je suis paranoïaque que vous n’êtes pas tous contre moi.

- Je ne crois pas que ce soit un légume América, je dirais que c'est plutôt une humaine qui a une tenue faite avec des plantes. un légume serait plus...

Plus quoi? Légumineux ? Probable, mais peut être un peu trop complexe pour mon fidèle compagnon. Un peu comme ne pas dévoiler trop vite et à de parfaits inconnus des mots clés comme poneygliphes ! Mais la demoiselle ne semble pas choqué par le terme, ou alors elle masque très bien sa satisfaction de nous avoir percé a jour si vite.

Dans tous les cas je saisis la perche qu'elle m'offre pour changer de sujet immédiatement, en mettant tout sur le dos d'America qui s'éloigne déjà à nouveau, truffe au vent.

- C'est un chien. Tu n'as jamais vu de chien ? Ce sont de fidèles compagnons, avec un excellent odorat. Si tu cherches la ville des légumes vivants tu n'as qu'a le suivre, nous y allons aussi.

Et j’espère que l'odorat d'America nous y mène bien, parce que je n'ai pas la moindre carte de l'ile.


War Pony Images10
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26450-fiche-de-paul#274229
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26424-paul
La forêt ma murmurer un secret…



Elle observe la créature sur quatre pattes, sourit tendrement devant le minois que trop adorable. Elle l’étudie ces actions, ramassant le pauvre petit crabe qui c’était retrouver sur le dos pour le retourner et le laisser prendre la fuite à une vitesse insoupçonnée. Le terme ponéglyphe lui fait soulever un sourcil, illumine son regard avec une nostalgie ancienne aux souvenirs des histoires qu’elle lui contait dans sa jeunesse.

‘’Je confirme que je ne suis pas un légume et non, je ne sais pas où es la stèle, mais je suis presque sûre qu’elle est la source primaire de la naissance des légumes parlants.’’

C’était donc ceci, la marine avait souligné qu’il y avait quelque chose d’intérêts sur l’île. La grande rousse se soulève finalement, observant l’animal à l’apparence inoffensive s’éloigner rapidement. Elle tourne son attention vers l’autre humain qui s’exprime. Tout en l’écoutant, elle récupère la boite en bois, passant les sangles dans son dos pour se rapprocher de l’homme un peu et s’exprimer à son tour.

‘’Un chien ? Hmm, il m’en faudra un, il est magnifique. Fidèle compagnon, tu dis ? Raison de plus d’en avoir un. Si tu permets que je reste, j’apprécierai. Peut-être qu’on pourrait s’entraider.’’ Annonce Heliam en prenant le chemin du chien. ‘’Oh, en passant, mon nom est Heliamphora et vous deux ?’’

Elle s’enfonce sur les traces de l’animal, observant le sol pour suivre les traces laissé par celui-ci ou encore des signes de son passage qui lui permettait de traquer l’animal et de suivre sa trace. Elle bouge habillement et à l’aise dans l’environnement végétal. Elle en profite même pour récupère quelques plantes intéressantes et les glisser dans différents emplacements dans sa tenue de mousse, prenant soin de garder les racines intactes.
lumos maxima


“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
Le museau au sol, le chien reniflait une fois de plus les odeurs qui tapissaient la terre. Seulement, maintenant qu'il avait quitté le sable poudreux de la plage pour entrer dans une forêt plus épaisse, les senteurs étaient parfaitement différentes. Le bois, les fougères, l'urine des autres animaux. Oh de l'urine ! America fit alors un arrêt pipi. Recouvrant de sa propre odeur celle qu'il venait de sentir. Il aurait été irrespectueux de ne pas répondre au message de ce camarade. Puis il reprit sa route. Ses déplacements zigzaguaient au travers des buissons, ajoutant aux bruits habituels de la forêt les froissements de son passage. De temps en temps, il redressait la tête pour regarder par dessus son épaule et s'assurer que ses deux camarades le suivaient toujours. Il progressait au travers des bois en marchant tout droit. Lorsqu'on ne savait pas ce qu'on cherchait, s'était le moyen le plus rapide d'y arriver.

Puis un bruit lui fit tourner les oreilles. Instinctivement, il redressa la tête. Ses pas se faisaient plus lent et dans un ralentit presque surréaliste, il avançait vers l'origine du bruit qui faisait trembler les buissons. Lorsqu'il fut à quelques centimètres des feuilles mouvantes, un écureuil en sorti dans un élan de panique, traçant sa route entre les pattes du chien qui se tourna rapidement. Bercé par ses instincts les plus primaires, America le suivit en lui aboyant après. Au milieu de ces jappements puissant, on pouvait entendre ses haut-parleurs retranscrivant ses pensés :

- "ECUREUIL ! ECUREUIL !"

Subtile n'est-ce pas ? Le chien le poursuivit sur plusieurs mètre avant que sa proie ne grimpe dans un arbre et se perche sur une branche trop haut pour être atteinte mais suffisamment basse pour qu'America se sente provoqué. Il se dressa alors, s'aidant de l'arbre. S'étirant au maximum pour atteindre le fugitif en continuant d'aboyer de rage et de frustration. Mais alors que ses jappements s'élevé dans la forêt, une odeur le transit. Une odeur bonne, légèrement acide mais fruité. Les aboiements s'arrêtèrent alors instantanément. Sa tête se tournait alors vers sa droite dans un mouvement rigide. Sa truffe se secoua alors qu'il regagna ses quatre pattes. À nouveau, son mouvement se faisait plus calme, plus lent. Puis lorsqu'il se jugea à bonne distance, il sauta sur sa proie, à l'origine de cette odeur savoureuse.

Avec force, il appuya de tout son poids sur le torse de l'inconnu tapis dans les buissons. L'homme tomba alors à la renverse alors que le chien le maintenait au sol avant de lui montrer les crocs. America avait appris à attraper les marines mais il appliqué le même traitement aux espions cachés dans les buissons. Et alors qu'il plantait son regarde dans celui de l'inconnu, il observa sa peau rouge et luisante. Il était rond et sentait ... la pomme.

- "Une pomme !" Clamèrent les haut-parleurs d'America avant d'être suivit de série de jappement servant à prévenir Paul qu'il avait trouvé.

Lorsque ses deux compagnons le rejoignirent, le chien ajouta, la queue battante alors que sa proie se débattait pour se dégager de l'animal sans succès :

- "Une pomme c'est un légume !"
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26528-america-fiche-technique#
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26478-america-termine
-Je m'appelle Paul. Et lui c'est America. C'est un nom alternatif, ici ça ne veut rien dire mais ailleurs ça a du sens.

Je n'ai pas vraiment le temps d'expliquer le concept que déjà, America à trouvé une nouvelle fausse piste, un art ou il est passé maitre, avec America on ne s'ennuie jamais, et si on trouve rarement ce qu'on cherche, on trouve en revanche toujours quelque chose... Souvent beaucoup trop. Mais bon, en loupant toujours on finit forcément par réussir à un moment non? Il suffit d'attendre, et les probabilités font le reste.

-Allons voir ce qu'il a trouvé !

Quittant la plage nous nous enfonçons dans le sous bois, et guidés par les cris de joie d'America, nous retrouvons rapidement le chien et sa nouvelle proie, un homme à la silhouette étrange, visiblement plus proche du tonneau que de n'importe quoi, d'un geste j'ouvre la main, illuminant le coin d'une lumière vive émanant de ma paume.

Dans le raie de lumière qui repousse les ténèbres, un chien tout content de nous voir arriver et qui cligne des yeux d'un air ébloui, et une pomme vivante munies de membres ! Une pomme rouge, habillée comme un épouvantail, et qui nous fixe d'un regard porcin et cruel... Ce qu'on raconte est vrai, il y a des fruits vivants dans le coin !

- A moi la meute ! Haro les pommes !

Autour de nous les buissons s'agitent, et soudain nous sommes encerclés par toute une meute de monstres aussi gros qu'America, mais à l'air nettement moins sympathique.

War Pony Image

- Tous sur les humains !


War Pony Images10
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26450-fiche-de-paul#274229
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26424-paul
La forêt m'a murmuré un secret…


L’explication de Paul fait partiellement du sens. Tout ce qu’elle en tire, c’est que les gens ont des noms, comme elle avec Heliamphora, mais que ses noms n’ont pas nécessairement la même signification partout. Elle hoche la tête, réfléchissant sur les paroles partagées. Elle avait la vague impression que ce Paul, ne parlait pas pour simplement parler. Et enfin, le jappement joyeux et la voix robotique s’élèvent dans l’air pour annoncer une bonne nouvelle. Tout en esquivant positivement aux paroles de l’humain à la coupe bol, elle élance ses jambes pour retrouver l’animal dans une position particulière. Ils débarquent finalement à l’entrée d’une grotte ténébreuse, au loin, ils peuvent à peine apercevoir la silhouette de l’animal qui continue de les appeler gaîment. Après un tour de passe-passe qui illumine brusquement leur environnement et aveugle un instant la rousse, elle porte finalement ses pupilles dilatés sur une scène bien particulière. Effectivement, sous les pattes d’America, se trouve une curieuse créature. Si la première image est farfelue avec cette pomme araignée les autres créatures qui sortent de l’ombre le sont tout autant.

‘’Ce sont des fruits… Monstre ?... Des fruits America, pas des légumes…’’ Explique tant bien que mal la scientifique sauvage qui observe toujours le miracle qui se tient autour d’eux. Comment de telles créatures avaient-elles prises vies ? Quel miracle de la génétique avait-il fait ceci ? Elle se devait de découvrir le secret qui se cachait derrière ces fruits-monstres… Sous la direction de la pomme-araignée, cheffe, les monstres se jettent sur eux gueules grande ouverte. Sans attendre, Heliam pousse Paul, avant d’éviter au sens inverse, laissant un trio de fruits sauté au centre, avant qu’ils se tournent vers elle, décidée à lui donner leur attention. Malgré le danger, Phora observe avec curiosité la banane, la pomme et la grappe de raison qui se tient fièrement entre elle et les deux autres. Les trois monstres qui se trouvent devant elle démontrent les mêmes similitudes, des traits insectoides mais différents des autres. Ils semblaient bouger en trio, réagirent avec une minutie qui soulignait un esprit commun, ou l’esprit de ‘hive' ? Est-ce qu’ils communiquaient de manière télépathique ?

Elle n’a pas le temps de se poser plus de questions que la banane se jette sur elle, en cherchant à la piquer avec un dard qui lui sort de sa gueule. Il la rétracte brusquement avant de lancer la tige qui lui sert de fessier où se trouve un deuxième dard. Tout en essayant d’éviter la pluie de dards que la banane lui offre, la grappe de raisin en profite pour utiliser cette distraction pour se lancer à son tour dans la bataille, extirpant de sa gueule de bille organique qui ressemble à celle qui porte en guise de corps pour les lancer avec une précision surprenante. La première frappe la sauvageonne par surprise au niveau de l’épaule et un liquide acide verdâtre explose pour éclabousser la chair et les environs. Immédiatement une odeur d’herbe et de chair brûlée se faire sentir sur la peau. Heliam grimace d’inconfort. Si la chose était tolérable à petite dose, elle ne pouvait pas s’imaginer sous une pluie acide. Elle attrape finalement le dard de la banane, coinçant entre ses phalanges la langue qui gigote dans tous les sens. Avec son autre main, elle attrape la queue jaune qui avait été lancée dans sa direction, retenant ainsi la créature par les deux bouts. Elle vient utiliser le corps jaune comme bouclier humain, interceptant un autre projectile d’acide avec le dos de la créature qui se tortille brusquement dans tous les sens.

La pomme, qui jusque-là était restée de marbre, comme si elle était le chef du trio grogne de mécontentement. Les marques sur son corps, démontrer qu’il a souvent combattu et que malgré les blessures reçues il n’est que sortie que plus fort de ses expériences. Tandis que le raisin se recule un peu, Heliam assène un puissant coup de genoux à la banane avant de la lancer en direction du raisin. Le corps jaune roule un peu dû à la forme avant de s’arrêter aux pattes du monstre mauve. Elle plisse les yeux, observant la pomme qui lui fait maintenant face. Elle avait pensé à utiliser ces greens pop, mais l’endroit clos lui apportait des craintes que ses compagnons temporaires seraient peut-être affectés de manière négative, alors pour le moment, elle allait voir de quel bois… Ou plutôt de quels genres de fruit était faite cette pomme. Tandis qu'elle profite d'un faible instant pour jeter un coup d'œil aux deux autres, la pomme en profite pour attaquer, lui entrant tête première dans l’estomac et l’obligeant à reculer un peu.
lumos maxima


“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
Devant ce balais de fruit volant et sautillant, America était particulièrement enjoué. Il regardait l’humaine danser avec les végétaux. Les portant, les lançant … un peu raté ce lancé …

- “Moi aussi, moi aussi !”

America relâchait la pression qu'il exercé sur l'humanoïde qu'il avait attrapé. Loin de comprendre que la situation actuelle était un combat réel, le chien dressait la queue en panache, la secouant de gauche à droite alors qu’il avançait devant la pomme enragée. Inclinant le buste, les pattes arrières glissant sur la terre et l’herbe, il dressait le postérieur du mieux qu’il pouvait et secouait de la queue .

- “On joue !”

L’invitation était claire. Du moins pour un autre chien. Un air surpris, presque perplexe, naissait sur le visage monstrueux de la pomme, remplaçant cette expression dangereuse qu’elle avait pris dès le début de l’affrontement. De toute évidence, elle n’était pas réceptive à cet appel au jeu proposé par America. Le chien se redressa alors, inclinant sa tête sur le côté. Il allait devoir utiliser une autre méthode. La pomme commençait déjà à grogner à nouveau alors qu’America donnait de petit coup de patte vers l’avant. Passant non loin de la peau rouge de la pomme, la délicatesse du mouvement ne permettait pas de le voir comme une attaque. Après deux ou trois essais et un pas en avant, America finit par poser sa patte sur le haut du crâne de la pomme. Il aboya un grand coup, ce qui finit de mettre en rogne le fruit monstrueux. Ce dernier essaya de mordre la patte du chien que le canidé retira bien vite avant de faire un pas en arrière et de s'incliner une nouvelle fois, relançant son invitation au jeu.

- “On joue !” Criait ses haut-parleurs secondé d’un nouvel aboiement.

Chose que la pomme accepta, tout du moins, c’était comme ça que America le prit. Elle commença à lui courir après, grognant, feulant, crachant. Dévoilant ses crocs pointus prêt à déchiqueter la chair du chien si elle venait à l’attraper. Pourtant, le canidé courait vite et il distançait facilement le fruit rageur. À chaque fois que l’écart se faisait trop grand, America s'inclinait de nouveau. Une provocation de l’animal pour la pomme, mais une simple invitation pour lui. Fusant entre les arbres, les autres fruits et les deux humains. America aboyait d’excitation alors que la pomme crachait sa rage de ne pas l’attraper.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26528-america-fiche-technique#
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26478-america-termine
Je me demande dans quel branche on range ces monstres ? Arachnopomme, Arachnofruits ?

En tout cas il faut se rendre à l'évidence, eux aussi existent, et sont tout ce qu'il y a d'agressif, et il n'y guère que le trop bon fond d'America qui peut se méprendre sur les intentions évidentes de ces boules de rages insectofruités. Cela dit il y a quand même un point positif, c'est qu'en attaquant aussi Hélia, les ptits monstres prouvent au moins que la jeune femme est dans leur camp plutôt que dans celui des créatures locales, et c'est une vérification qu'il est toujours bon de prendre, même si c'est en marge d'une agression gratuite.

Agression ou l'étrange jeune femme s’avère aussi à l'aise que dans une conversation impromptue sur la plage, prise pour cible par deux des monstres elle en saisit un pour neutraliser les assauts du second, et se montre une combattante on ne peut plus impressionnante et expérimentée. Et visiblement tout à fait familière des situations les plus dangereuses.

Ce qui me permet de me tourner plutôt vers l'aspect tactique de notre embuscade, ma main bascule dans son logement le long de mon bras pour dévoiler l'embouchure du canon, et délaissant les monstres, c'est sur le maitre que je me jette, bousculant le dompteur au moment ou il profite de l'assaut pour tenter de filer à la marijoenne en se carapatant à quatre pattes dans les fourrées. Une fuite qui s’arrête dés que le canon de mon arme vient bourdonner le long de sa nuque, et que je l'interpelle.

- Ne bougez pas ou je vous troue !

La grosse pomme en grogne de dépit, mais s'immobilise.

- Et maintenant rappelez vos monstres ! et dites leur d’arrêter de se battre !


War Pony Images10
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26450-fiche-de-paul#274229
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26424-paul
La forêt ma murmurer un secret…


Tout en roulant dans la terre en retenant l’alpha pomme tu trio de fruits bizarre, Helia se demande dans quel genre de monde elle était tombée. Elle penchait un peu sur l’assimilation rapide de spore de champignon hallucinogène, mais en même temps, les créatures lui avait semblez assez palpables et tangibles sous les mains, tout comme l’acide qui avait été catapulté plutôt. Il était visible que les deux autres s’en sortaient très bien, America aboyait joyeusement, la queue frappant l’air frénétiquement pendant qu’il se faisait chasser par une pomme-araignée et Paul venait de se jeter en direction d’une figure qu’elle n’avait pas eue le temps d’apercevoir. Au moins, ils semblaient aller bien malgré la situation. Tout en retenant sa propre pomme-zerg par ses pattes brunes, elle repousse l’assaut de la mâchoire qui cherche à goûter sa chair verte. Il y eut un étrange son électronique qui vibra dans l’air et ensuite ce qui ressemble à un gargouillis grognement avant que le silence ne se fasse. Les monstres semblèrent se tourner vers Paul et son nouvel ami, attendant la suite des événements.

Il y eut un échange de regard… Si on pouvait appeler les ceci, Heliam ne savait pas trop des quatre yeux fixés, si c’étaient tout bien des yeux. Finalement, la pomme-alpha se recule, rejoignant ses deux compères avant de tourner deux de ses yeux sur leur chef et garder les deux autres sur la rousse qui se relève en époussetant la terre sur elle. C’était presque humiliant d’avoir été surpris ainsi par une pomme aussi grosse d’un chien. Si seulement elle n’avait pas détourné la tête quelques minutes plutôt, ce qui avait permis au monstre de lui sauter dans les jambes pour la faire basculer au sol pour ensuite lui sauter dessus. Dans tous les cas, elle se promit de ne plus jamais se faire avoir par un si mignon minois. Elle en vient à se demander…

‘’Mais comment des créatures de la sorte peuvent-ils exister ? Elle semble sortir tout droit de l’imagination de… Elles sont clairement doué d’intelligence, alors il y a un développement mental fait, donc un cerveau. Autant plus, qu’elles communiquent entre elles, vocalement par les grognements ? De manière mentale comme avec les champignons ? Ou par la sécrétion de phéromones comme les abeilles ? Qu’est-ce qui a donné naissance à un tel phénomène ! Paul, nous devons trouver la source et l’étudier, c’est tout simplement incroyable !’’ Maintenant genoux pliés et à la hauteur du trio, elle les observe avec curiosité morbide. ‘’Tu crois que tu peux communiquer avec eux et leur demander ? Clairement, il y a un truc à l’œuvre ici… Je sais bien que la génétique adaptative, mais qu’est-ce qui aurait pu pousser des fruits à prendre vie ? Un prédateur ? Une adaptation à un environnement dangereux ? Hmm… Tellement de questions et peu de réponses… Nous devons absolument trouver les réponses ! Allons explorer plus loin dans la grotte.’’ S’exclame la rousse qui se relève et vient rejoindre l’homme. Derrière elle, la banane, la grappe de raisin et la pomme-alpha échangent un regard complètement perdu…
lumos maxima


“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
- Comment on communique ?! On parle comme vous ! Voila comment on fait ! On est aussi intelligents que vous sales humains ! Enfin, moi en tout cas... Eux c'est plutôt des animaux comme votre horrible chien !

Une révélation qui colle assez à la situation, le comportement des trois petits monstres semble effectivement plus proche de celui d'animaux dressés sommairement, même s'il est clair que leur dresseur ne se doute pas de l'intelligence supérieure d'America, parfaitement camouflée par son comportement joyeux et simplement canin. Malin le chien !

- Alors, ce qu'on raconte est vraiment vrai ? Sur cette ile les légumes prennent vie ?
- Je ne suis pas un légume ! Je suis un fruit ! Les légumes sont vils, cupides, racistes et ils ont mauvais caractère ! C'est quasiment des humains ! Tout l'inverse du peuple fruit !
- C'est regrettable mais il faut bien reconnaitre que la xénophobie est un marqueur d'intelligence.
- On est intelligents ! Et si on pouvait quitter l'ile on dominerait le monde !
- Ah... Vous ne pouvez pas quitter l'ile ?
- Grmbl...
- Non parce que ça c'est intéressant comme remarque, il se passe quoi quand vous quittez l'ile ?

D'un geste tout a fait anodin je fais décrire à l'arme au bout de mon bras un cliquetis tout ce qu'il y a de significatif et menaçant, tout en continuant à la maintenir braqué sur les pépins de l'homme pomme...

- On meurt ! On redevient de simples fruits antiques !
- Antiques ?
- Oui antiques, comme dans les temps anciens d'avant le grand éveil !
- C'était quand ça ?
- Le grand éveil ? D’après votre calendrier, bientot trois ans...
- Je vois je vois...

En fait évidemment, c'est un leurre, je ne vois pas du tout. Mais dans ce genre de duel rhétorique, l'important ce n'est pas tant de savoir que de faire croire à l'autre qu'on sait, pour qu'il reste malléable, inquiet, et continue de nous dévoiler des infos importantes... A mes cotés Helia me lance un regard appuyé, avant de me désigner du regard la pomme et le fond de la grotte, puis la pomme puis encore le fond de la grotte, puis les gros yeux, puis un soupir excédé...

Ah, j'ai compris ! C'est vrai qu'il avait l'air inquiet quand Helia a proposé de continuer notre exploration...

Revenant a l'homme pomme, je change d'angle d'attaque,

- Et pourquoi vous nous avez attaqués ? Vous ne voulez pas qu'on aille au fond de cette grotte c'est ça ?
- Pas du tout ! C'est juste que j'aime pas les humains !
- Donc on peut y aller ?
- Bien sur, rien d’intéressant la bas ! Vous allez juste tomber dans des trous et mourir ! AHAHAH !
- Ok. Bon ben on y va et vous passez devant.
- NON !
- Non ?
- Non il faut pas ! C'est dangereux ! Mortel ! Y'a des monstres ! Et des pièges ! Et puis des gaz toxiques !
- Moi je crois qu'on va aller voir quand mème !
- Ecoutez ! Si vous y allez je vais me faire chasser de l'ile ! Je dois empêcher les gens de faire ça !
- Et pourquoi ça ?
- A cause de.... Je peux pas vous dire....
- Alors on y va !
- Le Caillou ! C'est a cause du Tout Puissant Caillou ! Personne ne doit le voir et le toucher !
- Un tout puissant caillou ?
- C'est le Grand Générateur de l'Eveil ! Celui Qui Nous Maintient en Vie ! L'Indestructible Forme De Vie Minérale !
- S'il est indestructible, pourquoi avoir peur qu'on le voit ?
- PARCE QUE C'EST NOTRE CAILLOU !
- Allons voir ça.
- Je vous détestes sales humains !
- Oui oui c'est noté, allez, en route !
[/color]


War Pony Images10
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26450-fiche-de-paul#274229
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26424-paul
Paul entrainait la pomme râleuse dans la grotte alors qu'America et sa nouvelle amie, Héliamphora, les suivaient de près. Rapidement, et quand bien même l'expédition aurait du être guidé par l'autochtone, le chien se plaça en tête de groupe. Il avait le museau au sol. Tom lui avait appris le pistage, et comme un comportement stéréotypé, America s'exécutait sans réfléchir. Progressant avec attention, le chien zigzaguait devant le groupe pour trouver la moindre chose étrange avant même que ses humains ne se mettent en danger. Et rapidement, il sentit. Cette odeur de terre humide de vaseuse. Alors même que le sol sous leur pas était sec et poussiéreux. Il voulait se rouler dedans, dans cette boue qui l'attendait. Pourtant, il ne trouvait rien à la surface, alors il creusa. Raclant la terre avec force, projetant des nuages de poussières et de sable sur ses camarades, la chien fouillait avec frénésie le sol. Puis, en un instant, son trou se fit beaucoup plus grand. Un morceau entier du sol qui leur faisait face s'effondrait. Tombant dans un fracas résonnant. Un gouffre, parfaitement circulaire et creusé avec profondeur, se tenait devant eux. America passa la tête pour y admirer le fond vaseux et humide couvert de pique en bois. Une odeur de mort et de putréfaction s'en dégageaient, faisant froncer les babines de l'animal.

- "Trou !" Ajouta--il pour avertir ses amis s'il ne s'était pas encore rendu compte de l'œuvre du chien.

Il contourna alors le creux pour continuer d'avancer, la truffe au sol et les pas toujours aussi zigzaguant. Il couvert ainsi un maximum de terrain pour prévenir des dangers. Il était si concentré sur un potentiel nouveau trou qu'il ne remarquait pas que la nature du sol changeait sous ses pattes. Si jusque là ils avaient arpenté un sol terreux, ils marchaient maintenant sur un tapis de végétation. L'obscurité se faisait de plus en plus prononcé bien que les gadgets de Paul leur suffisait à à voir les quelques mètres devant eux. Pourtant de nombreux végétaux aux couleurs vives poussaient dans les fond de l'obscurité. America s'arrêta un instant pour renifler une fleur d'un rouge pétant. Le pollen envahit ses narines et il éternua tout de suite après son action. Secouant sa tête pour évacuer les grains qui avaient pu se poser sur pelage, il adressa un regard à la jeune femme plante lorsqu'elle s'approcha près de lui pour regarder les végétaux à son tour. America secouait la queue en sentant l'odeur de la curiosité et de la joie se dégager de Héliamphora.

Sans même s'en apercevoir, une liane épaisse s'enroula autour de la patte du chien. Tirant, le soulevant avec force du sol, il finit par pendre dans les air par un de ses membres arrières. La surprise le gagna avant la panique et tétanisait, il se contentait de couiner devant sa triste situation. Puis derrière son pelage sable et noir se dessina une gueule rouge et aux crocs pointus.

War Pony E5c39b2e3f8fc4276243e243724fd52b

Se rapprochant doucement, une fraise grande de deux Paul rampait vers eux. Elle avait des lianes par dizaines et bloquait la route de sa taille imposante. Elle n'était ni disposé à les laisser passer, ni disposé à reposer son futur casse croute.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26528-america-fiche-technique#
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26478-america-termine
Malgré elle, Heliam laisse échapper un gloussement amusé. Ce fruit avait une fougue qui ressemblait énormément aux jeunes enfants boudeurs qui refusait d’aider d’une quelconque manière. D’une main experte, Paul extirpe des informations des plus intéressantes à la pomme vivante. Ainsi, il y avait une pierre ici-bas qui offrait la vie aux fruits et aux légumes ? C’était un fait très intéressant pour la biochimiste botanique qui cherchait à faire la même chose avec les plantes.

‘’Hmm… Cette pierre est des plus intéressantes’’ Marmonne-t-elle pour elle-même en échangeant un regard entendu avec Paul.

Elle passe ses yeux de lui à la grotte plus loin, à plusieurs reprises avant qu’il ne semble comprendre. Elle soupire intérieurement, elle n’aurait pas voulu s’exprimer de vive voix et risque de tout perdre les efforts qu’il avait fait. Elle laisse un large sourire s’étirer, dévoilant ses canines animales dans un étrange sourire fière et carnassier. Il faudrait définitivement qu’elle travaille sur ses expressions faciales, mais ceci était un détail pour autre fois.

Ainsi, donc, il ouvre la marche en tenant sa prise vivante. Les trios d’animaux-fruits nous suivent à distance, attendant sûrement le bon moment pour frapper. Helia est fortement intriguée par ces bête-plantes… Serait-elle capable un jour de faire la même chose ? Hmm… Elle en doute, il lui faudrait sûrement une spécialiste de la biologie animale… Son visage s’illumine, Viyla était aussi une biochimiste animale… Son attention est immédiatement ramenée à l’avant par l’agissement d’America qui semble s’activer à creuser un trou. Après quelques minutes, il dévoile un piège et Helia le félicite tandis qu’ils le contournent pour continuer leur cheminement. Helia rit doucement, approchant à son tour la plante que venait de trouver le canidé. Elle passe une main sur son pelage, le félicitant joyeusement.

‘’Un spécimen fascinant… Il devrait être pratiquement impossible de voir une fleur à la couleur aussi attrayante aussi profond sous terre… Ça ne lui sert à rien d’être…’’

La surprise prend tout le monde, le chien se met brusquement à voler dans les airs. Helia s’exclame, laissant échapper incrédule le prénom de l’animal. Elle voit ensuite la plante-fraise s’étirer derrière l’animal. Si son esprit scientifique et sa passion des plantes illuminent son visage de fascination, elle se reprend tout de même, tire son fouet et lance la lanière renforcée autour de la liane qui tenait America. Dans un puissant coup vers l’arrière, elle vient sectionner le végétal et rattrape l’animal durant sa chute avant de sauter vers l’arrière pour éviter qu’ils soient trop près du monstre.

‘’Hmm… Un spécimen magnifique… Digne de l’étudier, mais pas le temps. Paul, tu as une manière de nous en débarrasser rapidement ? Je dirais bien sans douleur, mais je suppose que l’option n’est pas possible… J’ai bien un truc, mais ça consisterait à empester toute la caverne, avec nous avec…’’ Et elle aimerait sincèrement éviter cette option. Elle se met sur le côté surveillant aussi le trio de bêtes qui se trouve plus loin. ''C'est le temps de montrer au fruit que tu es quelque de sérieux avec qui ne faut pas jouer Paul.'' Annonce-t-elle, elle-même curieuse de ce que pouvait faire l’humain avec son bras.


“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
De quoi lutter contre des plantes ? Bien sur que je suis équipé pour ça, même si ce que j'ai vu des talents d'Hélia me pousse à penser que cette demande est surtout destiné à assister à une démonstration de mes talents. Parce que bon, la jeune fille est recouverte de mousse et de plantes qu'elle semble contrôler, alors on ne me fera pas croire qu'elle n'a pas un bon antifongique pour se protéger des mycoses.

En tout cas, moi, je n'ai pas de désherbant, mais je dois pouvoir trouver sans problèmes un équivalent.

Les lumières sur mon bras changent de couleur, passant du bleu au rouge, et au moment ou je pointe le mur ou se tortille la plante, mon arme émet une puissante vague de chaleur, des flammes nimbent l'extrémité de mon bras, et devant la soudaine agression, la plante se replie, les feuilles se racornissent, les pousses se dessèchent et se décrochent du mur, les fraises sèchent sur pied et s'effondrent, et pas à pas, j'avance vers le monstre qui se replie vers le mur d'ou il à jaillit, jusqu’à décider que tout ça sent vraiment trop mauvais pour lui, et disparaitre dans les fissures du tunnel par ou il est arrivé.

Soucieux du travail bien fait, je passe quelques minutes à chauffer les failles par lesquelles la plante à filé, assurant qu'elle ne pourra pas revenir pas ici sans se bruler sévèrement les racines avant que nous soyons déjà loin d'ici.

Et maintenant il s'agit d'utiliser la ruse. Nous savons que le poneygliphe doit être quelque part dans les profondeurs, que les légumes le protègent et empêchent les humains d'y aller. Aors, pourquoi pas ?

- America. Il faut que tu trouves un chemin qui ne sente pas l'humain mais qui sente les légumes, et qui ne fasse que descendre. D'accord ? Alors c'est parti le chien ! Et quand on arrive au caillou, tu auras une friandise !


War Pony Images10
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26450-fiche-de-paul#274229
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26424-paul
Paul parlait comme Cassandre. Et Cassandre parlait comme Tom. Alors Paul parlait comme Tom ? Les interrogations d'America se bousculaient pendant que son compagnon de la révolution semblait s'impatienter. Il devait trouver des légumes. L'air était encore emplit de l'odeur des feuilles vertes et de la senteur fruité de la fraise bien que les flammes de Paul aient réchauffé le tout en l'ornant de senteur de brûlé. Les légumes ! Il en avait croisé plusieurs jusqu'ici et il commençait à s'être habitué à leur odeur. Il lui fallait la suivre. La truffe vers le plafond, reniflant deux coup, puis vers le sol, reniflant encore. Il avançait doucement, sans regarder devant lui mais bien concentré à trouver le début de la piste qu'on lui avait ordonné. Les légumes ... comme la grosse fraise malveillante qui s'était présenté. Sa truffe se perdit sur la pomme reclus dans un coin et que le trio avait oublié quelques instants le temps de l'affrontement. Les légumes !

Il avait une piste, une odeur, une senteur sucré. Comme la pomme ! Cela lui était apparu d'un coup, s'insinuant dans ses narines pour ne plus les quitter. Comme si sa piste avait toujours était là. Les oreilles droites, la tête tournait vers l'obscurité du fond de la grotte, America aboya une instant pour alerter puis se mit à courir avec entrain au travers des ténèbres. Lui même ne voyait presque rien à la direction qu'il prenait. Il se contenter de longer les murs, guidés pas son pelage raclant la roche et ses moustaches l'alertant lorsque sa tête approchait trop dangereusement du mur. Cependant, rien n'arrêtait sa course. Il courrait vite, sans hésitation. Adaptant sa trajectoire, loin de s'assurer que ses camarades le suivait. Il se contentait d'aboyer sa joie, les cris se réverbérant sur les parois pour prévenir quiconque se serait trouvait dans ces tunnels. Si la discrétion avait depuis longtemps était mise de côté, c'était au profit de l'efficacité. Car pour trouver, ça, America était très fort.

La lumière se faisait plus forte, des rayons s'infiltrant au traves de la roche du plafond offrait quelque peut de luminosité à l'ouverture plus large dans laquelle le chien avait finit par arriver. Au fond, plus loin, un rocher se dessinait. Au milieu de la pièce, trônant sur une estrade couverte de verdure; une pierre taillé au carré et sur laquelle était gravés des symboles au delà de la compréhension de l'animal.

- "Ponéglyphe !" Hurlait les haut-parleurs d'America avant que ses mots soient noyés pas l'océan d'aboiement de satisfaction.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26528-america-fiche-technique#
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26478-america-termine
Les flammes font sursauter et reculer la jeune femme qui recule de plusieurs pas face à la chaleur. Les yeux écarquillés, elle observe la plante immédiatement reculer face à l’attaque, et même si elle y brûle quelques racines et feuilles, Paul ne cherche pas automatiquement à la tuer. Cette action la surprend, mais la rend heureuse quand même. La pomme intelligente et son trio de chiens-fruits profitent du moment pour se sauver en panique dans la position opposée. Elle reste silencieuse, ressentant un long frisson courir le long de son dos, ainsi la technologie était terrifiante et entre de mauvaise main elle pouvait faire d’énorme dégât. Toutefois, Paul l’avait utilisé à petite dose, pourquoi ? Elle n’allait pas se plaindre, elle préférait de loin qu’il n'ait pas tué la plante, mais pourquoi l’épargner ? Les pensées tournées vers les questions, elle suit silencieusement le groupe sans trouver le courage, dans l’immédiat, de poser des questions.

‘’Dis-moi Paul… Pourquoi ne pas avoir tué la plante avec ton lance-flammes ? Je suis contente que tu ne l’aies pas fait, mais je suis surprise de ton choix…’’

Ainsi, donc, ils continuèrent à s’enfoncer dans la grotte, laissant les ténèbres les avaler lentement. Après quelques longues secondes dans le noir, certaines des plantes que la rousse avait récupérées commence doucement à s’illuminer, offrant une faible luminosité froide. La rousse sourit simplement à cette trouvaille, ainsi donc elle avait trouvé quelques bijoux et déjà son esprit s’active avec la possibilité de créer des plantes hybrides qui pourraient utiliser la bioluminescence. D’ordinaire, cet attrait était principalement chez les poissons, alors comment ces plantes avaient-ils récupéré ce fait ?

America est le premier à annoncer la nouvelle. Malgré sa voix robotique, l’enthousiasme de l’animal est palpable dans ses faits et gestes. Elle sourit doucement, passant à côté de lui en caressant la fourrure de son dos. Elle descend ensuite vers la pierre, observant le décore enchanteur et surelle. Ainsi, donc, c’était ça des Ponéglyphe. Les histoires de sa mère étaient donc vraies… Elle fouille dans son sac et sorte un journal ancien, appartenant autrefois à sa mère et un crayon. Sur une page vierge, elle inscrit la date et l’île et les mots qui se trouvent sur la stèle.

‘’Une recette ?! Attends…’’ Elle relit ses notes sur la langue, puis les mots sur la stèle… ‘’Une recette de la Ratatouille Maudite ? Aubergine, oignions, huile d’olive, gousse d’ail, champignon, piment fort, poivrons jaunes, courgettes, tomates, thym et basilic…’’ Énumère Helia incrédule… Elle échange un regard avec Paul, réalisant son erreur. ‘’Ma mère m'a appris la langue quand j’étais petite… Mais je pensais que j’étais juste des histoires… Et de garder ceci très secret…’’

Elle avait bien lu un truc sur un Fruit de la Vie, mais est-ce que la recette faisait la même chose ? Est-ce que la pierre avait les mêmes capacités magiques que le Fruit de la Vie ? Et ce fruit ? Où pouvait-elle le trouver ? Est-ce qu’il existait vraiment ? Était-ce un simple fruit ou un fruit du démon comme avait essayé de lui expliquer, mais sans trop succès. Elle continue de prendre des notes, et de dessiner vaguement la scène où ils avaient trouvé la pierre. Elle prend la peine de relire la pierre, partageant son idée avec les autres ;

‘’Ce poneygliphe semble aussi expliquer, qu'il a le pouvoir de rendre permanents les pouvoirs des fruits du démon et ce serait pour ça que les légumes restent en vie, parce que le fruit de la vie ? Est passé y a longtemps et le poneygliphe maintiendrait le pouvoir depuis ? L'une de vous aurait un fruit du démon ?? Non ? Dommage, je suppose qu'il aurait été intéressant de découvrir la vériter, on va rester dans l'hypothétique alors... Tu en penses quoi, Paul ? Y a un truc que je ne comprends pas ? ’’ Elle avait encore tellement à apprendre du monde extérieur.


“Is the land a source of belongings, or a source of belonging ?”

“The underlying melody via every rock, plant, animal, sky and star, inside the water, from the dirt, through the light: only love lasts.”
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26483-heliamphora
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26473-heliamphora-une-petite-pousse-ma-souffler-que-le-monde-vegetal-avait-besoin-de-mon-aide-fiche-terminee
    Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum