Le Deal du moment :
Display Star Wars Unlimited Ombres de la Galaxie : ...
Voir le deal

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Le monstre dans le placard

Le monstre dans le placard Image

- Donc, si je résume. Vous vous êtes trompés de cible ?
- Je ne dirais pas ça tout à fait comme ça.
- Pas tout a fait comme ça ?
- Et bien, d'un autre point de vue... Nous cherchions un savant fou, se cachant dans une base technologique secrète, pour y concevoir des projets scientifique avancés et certainement contraire à l'éthique. Et, du point de vue de cette recherche, c'est un succès !
- Un succès ?
- Et bien... Oui ? Regardez, nous avons bien la base secrète, le scientifique, et les projets non ? Et puis pour une base secrète c'est une belle base secrète, toute une plateforme artificielle construite en mer, au large de nursery, avec un générateur de brouillard artificiel pour qu'on ne la trouve pas ! Et un scientifique renégat assez proche de la brigade pour détourner le matériel du GM pour ses projets ! C'est sur qu'une découverte comme ça, ça va vous rapporter gros !
- Me rapporter gros ?
- Oui oui, la brigade scientifique sera enchantée de récupérer son matériel, et le scientifique aussi ! D'ailleurs on a aussi des pirates aux ordres de Kutrosinsky dans les parages ! A tous les coups ils viennent pour la base aussi, ça veut dire que le projet du scientifique est très intéressant ! Et ça vous pourrez le récupérer, et puis leurs primes aussi !
- Peut être que nous nous sommes mal compris quand je vous ai donné mes ordres. La 102eme a pour objectif de retrouver Vegapunk.
- Oui, oui, je... Vous avez été très clair la dessus colonel, et... Nous aurions pu le trouver ici...
- Peut être que nous le pouvons encore. Allez voir.
- Euh... Pardon colonel ?
- Qu'on prépare une embarcation pour l'agent de renseignement ! Il part inspecter la base qu'il a découverte.
- Mais colonel... Il y a des mines !
- Vous êtes un agent de renseignement expérimentés, vous passerez au travers. Officier, sonnez lez branle bas de combat ! Nous allons affronter les pirates et s'emparer de cette base !
- A vos ordres colonel ! Branle bas de combat !
- Faites ouvrir le feu sur le champ de mines pour dégager la route, pendant que la flotte le contournera pour prendre les navires pirates a revers, nos troupes d'infanteries rejoindront la structure en chaloupe pour la sécuriser et y repousser les assaillants qui y auront débarqués.


BOUM !


- Et vous enverrez une demande à Marijoa, notre agent de renseignement vient de mourir en héros, et nous aurons besoin d'un autre agent pour le remplacer.


Le monstre dans le placard Jakku_28
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14450-dossier-de-jakku-kattar
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14339-jakku-kattar
BOUM !

« - Igor ! Où est-il ce bon à rien… ? IGOR !
- Ouiii mon bon maîîître… ? »

Le scientifique agite ses pinces de métal et houspille le serviteur bossu de sa voix grésillante, comme déformée par un filtre métallique :

« - Igor, que t’ai-je dit à propos du bruit quand je travaille ?!
- Jamais après vingt-deux heures ? »

Le cliquètement des pinces du génie de la robotique incite le serviteur à rapidement trouver une autre proposition :

« - Interdiction de chanter en travaillant ?  Euh… Défense de faire le moindre bruit quand le génie travaille ? Oh oui, bien sûr maîîître !
- Alors pourquoi est-ce que j’entends des "boum !" dans mon laboratoire ?
- C’est peut-être la porte de l’étage des spécimens défectueux qui est mal fermée et qui claque ? Il y a beaucoup de courants d’air ici, en pleine mer…
- Stupide bossu ! Comment voudrais-tu qu’une porte blindée d’une tonne et demie claque à cause d’un simple coup de vent ?
- Je l’ignore mon bon maîîître, je ne suis qu'Igor…
- C’est la malédiction des génies est d’être entouré d’ignorants, je suppose… rappelle-moi pourquoi je t’ai embauché, déjà ?
- J’ai répondu à une annonce : scientifique de génie recherche assistant difforme et prêt à se salir les mains.
- Je n’ai jamais publié de telle annonce.
- Je sais mon bon maîîître, c’est moi qui l’ai publiée. Et qui y ai répondu. Vous voyez maître, je suis un serviteur prévenant ! »

Shelley reste quelques instants silencieux, ses pinces cliquetant dangereusement autour d’Igor qui n’en mène pas large derrière ses yeux globuleux et son sourire difforme (mais il a toujours l’air inquiet de toute façon ; comme s’il était perpétuellement entrain de fuir les ennuis tout en en poursuivant d’autres). Puis il hausse les épaules en soupirant (ce qui, venant de lui, ressemble à la soufflerie d’une machine à vapeur) et lâche :

« - Fiche le camp, Igor. Et tâche d’arrêter ce bruit. Si je suis encore dérangé pendant que je travaille sur ma création ultime, tu auras affaire à moi ! »

♦♦♦♦

Journal d’Igor, entrée numéro vingt-sept :

Cher journal,

Le docteur Shelley est de plus en plus capricieux ! La semaine dernière, il m’a fait tout un foin parce que son dernier "chef d’œuvre ultime" a pris la rouille. Et demain, je suis sûre qu’il va trouver le moyen de me disputer parce que la réserve de spécimens organiques est à sec. C’est normal de manquer de spécimens organiques sur une île isolée de tout, où les marins qui s’échouent par hasard se font rares !

Plus je m’éloigne de son laboratoire, et moins je fais l’effort de marcher en claudiquant. Je ne fais même plus semblant d’être bossue, et mon costume de « serviteur difforme » me fait plutôt ressembler à une drôle de tortue humanoïde ! Ce n’est pas comme si quiconque allait me dénoncer de toute façon, le docteur ne s’intéresse absolument pas à ses œuvres une fois que son "génie créatif" a fini de s’exercer sur elles.

Je profite d’un passage devant la fenêtre qui donne sur l’extérieur pour réajuster ma perruque et mon dentier. Quelle vilaine mine ça me fait ! Vivement que cette mission se termine ! Je devrais commencer à avoir assez d’informations pour produire un rapport qui…

« - Madame Igor.
- C’est monsieur Igor. Qu’est-ce qu’il y a, numéro cent-onze ?
- Madame Igor, le système de défense s’est déclenché. Il y a un navire dehors. »

Suspicieuse, je regarde de nouveau par la fenêtre en faisant vaguement semblant d’être à nouveau bossue et… oh oui, effectivement, il y a un navire de la marine qui mouille dans nos eaux.
C’est fou ça, je suis une agent du CP drôlement compétente ! Je n’ai même pas envoyé mon rapport et les renforts sont déjà là !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21492-l-envers-du-journal#2313
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21479-caramelie-la-critiqueuse
- Mais pourquoi faut-il toujours que nous recrutions des idiots incompétents au Cipher Pol...

Les yeux noirs de lassitude et de colère, je secoue ma tête en faisant un bruit de bouche réprobateur tout en voyant l'agent explosé sur une mine et entendre le Colonel Kattar donner l'ordre de prévenir le gouvernement de la perte de l'un de ses agents qu'il faut remplacer. Bon sang, je suis pas venue rejoindre la 102ème division d'élite pour faire un floppe sur la mission de sauvetage du Dr Végapunk ! D'autant plus que je doute que mon amour de Basara me laisse une autre chance si jamais j'échouais ! Non, nous devons le retrouver nous, il ne peut en être autrement.

Je m'approche donc du colonel pour lui rappeler l'importance de la mission.

- J'espère que vous avez une autre piste pour retrouver notre cible... Sinon vous pourrez dire adieu à votre place de Colonel.

Est ce que j'ai réellement le pouvoir de le faire destituer ? En vrai, j'en sais foutrement rien mais personne ne pourra m'empêcher de mourir en essayant si à cause de son incompétence Kattar me faisait perdre ma place de chef de l'équipe de CP sous les ordres de mon doux Ike. Et évidemment, lui faire perdre son rang ne sera qu'un début de sa descente aux enfers...

- Enfin, je suppose que le temps que vous trouviez nous pouvons régler la situation ici. Si cela ne nous fait pas perdre l'initiative sur notre principale mission, cela ne pourrait qu'être bénéfique...

Tout dépend de la réussite de la mission principale. On pourrait aussi nous reprocher d'avoir fait du zèle et qu'à cause de cela Végapunk a été perdu, ou récupérer par une autre équipe de secours...
Enfin, de toute façon, je n'ai malheureusement pas la main sur cet équipage "d'élite". Par contre, je peux tout à fait être utile dans cette arrestation. Comme par exemple en ouvrant une voie royale aux cuirassés de la marine.

Allant du côté de la mer de mine qui nous sépare de la tour aux abords de Nursery où doit se trouver la cible, je crée alors deux jambes géantes sur le haut de la coque du cuirassée. Les créations faites sous le regard des bleus à la fois impressionnés et surpris, je lance alors deux Rankyaku gigantesques qui vont s'écraser sur deux lignes de mines, jusqu'à finalement disparaitre avant d'avoir toucher la tour solitaire et provoquant sur leurs chemins une ribambelle de détonations faisant trembler la mer au point de secouer violement nos navires. Mais, nullement impressionnée, je recommence l'opération jusqu'à ce que plus aucune mines ne soient visible de ce côté là de la mer malgré les flot déchainés qui secoue alors suffisamment certaines autres bombes jusqu'à ce qu'elles se rencontrent et explosent aussi.

Le spectacle est telle que la tour au milieu de tout cela semble entrain de s'effriter sous les attaques des vagues et des ondes de chocs qu'elle reçoit, tremblante sur ses appuies...

Quant à moi, je me suis finalement élevé dans les airs grâce à mon geppou pour esquiver les vagues qui ont secouer et trempé une bonne partie de notre navire et des soldats dessus qui ressemblent maintenant à une bande de phoque échoué sur une plage... Et c'est eux le fleuron de la marine...

J'espère vraiment qu'on va réussir à trouver Végapunk malgré ce contretemps...
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-
- "C'est que de la frime !"

Laurie écartait les bras en regardant ses pieds qui pataugeaient dans l'eau. En première ligne sur le bateau de la 102ème d'élite, il avait voulu observer la construction avant de rejoindre sa chaloupe et débarquer. Seulement, l'immense ras de marée provoqué par l'agent Amaryllis n'avait pas manqué de le mouiller jusqu'aux os.

- "Si t'avais pu, t'aurais fais au moins aussi voyant et spectaculaire." Répondez Alexandre qui, statique, laissait les retomber des vagues pleuvoir sur lui sans afficher d'expression.
- "Bien sûr que je l'aurais fais ... mais j'aime pas quand d'autres sont au moins aussi vaniteux que moi."

Un haussement d'épaule fut alors la seul réponse que Laurie obtenu de son camarade insipide. Les ordres étaient clairs : tous aux chaloupes. Alors le duo s'exécuta sans attendre plus longtemps. Dans un bruit de flop flop à chaque pas, les unités d'infanterie de la 102ème prirent place dans les barques qui descendirent sur une mer se calmant avec difficulté. Les vagues provoquées par les explosions secouaient les troupes si fort que certaines embarcations peinaient à tracer une trajectoire correcte jusqu'aux pieds de la plateforme. Cependant, tous arrivèrent à bon port, envahissant rapidement la surface métallique où étaient déjà amarré une embarcation. Surement un bateau appartenant au propriétaire des lieux et lui servant en dernier recours pour filer en cas de danger.

- "On devrait pas le faire exploser ?" Demanda Laurie qui fixait l'embarcation avec attention.
- "Pourquoi faire ?"

Derrière eux, les autres marines s'activaient à se regrouper et préparer l'accueil des potentiels pirates qui étaient eux aussi à la recherche du scientifique.

- "Je sais pas. Je me dis que comme ça, aucun risque que le scientifique s'enfuit."
- "On ne devait pas le sauver ?"
- "Bah je crois bien que c'est pas le bon scientifique. C'est pas lui qu'on doit sauver."
- "Comment ça "pas le bon scientifique" ?"
- "AAAARRRGGGHH."


Un hurlement provenant d'un bord de la plateforme attira les regards de nombreux marines. Laurie et Alexandre se tournèrent alors, stoppant leur échange pour admirer un de leur camarade à la tête remplacé par une bête informe et visqueuse. Le corps tombant alors en arrière, la tête complétement avalé par la créature, tomba dans l'eau en entrainant avec lui le fusil qu'il avait à la main.

- "Alors ça c'est gâché."

Les regards des marines restaient fixé sur ce qu'il se passait. Personne l'osait ajouter de mots, attendant surement qu'une explication de ce qu'il venait de se passer leur apparaissent par magie. Puis, aux bouts de quelques secondes, la créature ressortie de l'eau, dévoilant sa bouille aux soldats de la 102ème.

Le monstre dans le placard 0bqo

Dévoilant sa langue visqueuse et ses crocs ensanglantés, il poussa un coassement plus proche d'un homme qu'on égorgerait que d'une gracile grenouille.

- "Oh un petit Chienouille."

Un nom totalement inventé alors que Laurie faisait quelques pas vers la créature. Puis, en un instant, une second chienouille sortie de l'eau. Puis une troisième, une quatrième. Et soudain, une centaine de ces créatures occupaient les marche de l'escalier mais aussi les bords de la plateforme métallique, contraignant les soldats à se coller, dos les uns aux autres. Laurie fit plusieurs pas en arrière, rejoignant Alexandre avant de dire :

- "Là ça fait beaucoup, même pour moi."
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26454-laurie-fiche-technique
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26381-laurie-termine
"- C'est quoi ces saletés encore ? T'as déjà vu ça quelque part toi ?!" se demandait avec inquiétude le jeune sergent d'élite. Son coéquipier hocha la tête de gauche à droite alors qu'ils tentaient d'analyser ces créatures. Ces trucs là n'avaient clairement rien de naturel, ils devaient sans aucun doute être le fruit d'une expérience ratée. Ou réussie, en fonction de la folie de l'inventeur.

Les bestioles mesuraient entre 20 et 50 centimètres pour les plus grandes. Si les plus petites s'écrasaient avec aisance sous les bottes des marines, non sans produire un craquement écœurant, les plus grosses pouvaient poser plus de soucis, comme en témoignait le cadavre décapité du pauvre soldat d'élite qui partait à la dérive au gré des vagues. Les espèces d'hybrides entre un crapaud et un bulldog semblaient posséder une langue étirable, éclaboussant ici et là de leur bave acide.

Le borgne avait commencé à faire des va et vient avec sa botte dans les créatures les plus proches, mais au vu du trou qui se formait dans son uniforme au niveau de sa cheville, il se mit rapidement à trancher comme il le pouvait à l'aide de sa lance. Mais malgré le nombre de soldats d'élite ayant embarqué, les grenouilles étaient beaucoup trop nombreuses. Elles s'entassaient les unes sur les autres, poussant des croassements plus affreux le précédent.

Ils ne pourraient pas s'en sortir indemnes s'ils continuaient sur cette voie. Ils devaient trouver une solution, et vite. Bien qu'affreusement contre nature, les "chienouilles", comme les avait appelé Laurie, semblaient suivre un fonctionnement assez primitif. Sans réfléchir d'avantage, Alexandre déchira le bas de son pantalon à moitié fondu, accrocha le bout de tissu au bout de sa lance et regarda tout autour de lui, en particulier au niveau des embarcations par lesquelles ils étaient arrivés. La plupart avait été mouillées par les vagues. Cependant, une seule semblait être parvenue à rester au sec, à laquelle était accrochée une torche, encore allumée.

Le Dubal fit alors signe aux soldats encore au niveau du quai improvisé, pour qu'ils fassent passer petit à petit l'objet incandescent à son niveau, en prenant garde qu'il ne s'éteigne pas. Il alluma alors le tissu sur sa lance, et confia la torche à Laurie. A la vue des grands gestes brusques et menaçants des bâtons enflammés, les batraciens-canidés commençaient à reculer progressivement, jusqu'à ce qu'on ne les entende plus croasser pour de bon.

"- Si notre comité d'accueil ressemble à ça, j'ose pas imaginer ce qui nous attend à l'intérieur..." souffla le blondinet, alors qu'il tentait tant bien que mal de réajuster son uniforme déjà bien amoché.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26326-fiche-technique-alexandr
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26274-alexandre-dubal-terminee
Il faudrait vraiment que je trouve un vrai navigateur ou de meilleures sources de renseignement. Car là, on est sensé tenter une percée sur Nursey pour voler de la technologie ou dévoyer l’un ou l’autre scientifique et voilà qu’on se retrouve dans un brouillard bizarre. J’en ai déjà vu des choses sur la route de tous les périls et dans le nouveau monde, mais rien à faire cette brume est vraiment étrange. Elle n’a pas l’air naturel.

D’ailleurs, une série d'explosion crée des flash lumineux et dissipe un peu la brume. Grâce à ça, au loin, je vois une ile, un ilot plutôt petit qui a l’air d’être la source de la brume. En plus d’être petit, il a l’air fortement artificielle. Où est-ce que les déboires de la navigation ont encore pu m’amener ? Ça ne ressemble pas du tout à une place forte de la marine.

D’ailleurs, ce ne serait pas la forme de navires de la marine au loin ? Ben, pourquoi pilonnent-ils leurs installations ? Une seule solution, ce ne doit pas être leur installation. Mais s’ils attaquent, c’est que quelque chose en vaut la peine, non ? Ma curiosité est piquée au vif.

Bizarrement mes camarades ne veulent pas se rapprocher. Ils jugent ça trop dangereux. Ils n’ont pas tort. Mais me connaissant, il accepte de m’expédier avec la baliste là-bas sous le couvert de la brume.

Me voilà donc propulsé rapidement par la baliste, fendant le brouillard silencieusement. En me rapprochant, j’entends et je vois les flashs lumineux de tir de canon et de fusil. Ça a l’air d’être une vraie pagaille. Tant mieux, car j’atterris aussi discrètement que possible sur une antenne sur le toit le plus haut. Je scrute les environs pour essayer de comprendre ce qu’il passe. Je leur aie dit que j’observais et que si c’était dangereux, je reviendrais vers eux. Mais maintenant que je suis là…


Dernière édition par Yukikurai le Dim 19 Nov 2023 - 21:47, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
Rejoindre la 102ème division de la marine d'élite était la première étape d'un chemin qui serait long et tortueux, dont le but était de le mener vers la grandeur à laquelle il aspirait de toute son âme. Promu sergent d'élite après sa formation au BAN, il avait eu un certain temps où on l'avait missionné à différents endroits, sans être lié à un équipage fixe. Puis, était venu ce moment fatidique, où on lui avait enfin trouvé sa place. Une place de choix, une place qu'il n'envisageait même pas : la terrifiante 102, au palmarès si exceptionnel, avec un colonel si charismatique... Enfin, c'était ce qu'il avait entendu, avant d'arriver là-bas. Il n'avait jamais vraiment parlé avec cet homme depuis qu'il avait rejoint l'équipage, après tout, il n'était qu'un sergent d'élite, pas un haut gradé. Il ne pouvait donc qu'observer les prises de décision choisies par le colonel d'élite, ce qui lui permettait de détailler la posture qu'il prenait.

Ainsi, à la suite de l'ordre du colonel Kattar, Basile se rendit aux chaloupes, accompagné de plusieurs personnes - d'autres soldats de la 102. Voguant sur la mer déchaînée, les vagues manquèrent de peu de renverser plusieurs fois l'embarcation, certains soldats peu confiants. Ils posèrent le pied-à-terre après quelques minutes à naviguer, rejoignant d'autres soldats. Malheureusement, après quelques secondes, un soldat tomba au sol, sa tête mangée par... Chienouille, comme annoncé par la sergente qui se trouvait non loin de lui. Il haussa les sourcils, devant les monstruosités qu'étaient ces bêtes. Finalement, l'épidémie de chien-grenouille fut rapidement repoussée par l'action conjointe d'un autre homme de la 102 - un sergent aussi, de ce qu'il savait - qui avait utilisé une torche, amenée ici par le groupe de soldats non loin.

Après que les créatures se soient écartées, il commença à détailler les lieux, son marteau entre les mains afin de se défendre si un nouvel assaut se produisait. À peine avaient-ils posés les pieds ici qu'ils avaient été attaqués, alors cela risquait de se reproduire encore. Ce qui était sûr, c'était que ce n'était pas l'endroit qu'ils recherchaient et probablement pas le lieu où le docteur Vegapunk se trouvait emprisonné. Une session de haut rang, qui venait d'être mise à défaut par la présence de cette installation protégée et camouflée par un brouillard épais !

Avec un peu de chance, cet arrêt ne serait pas totalement inutile et ferait la gloire de la 102, à laquelle il participerait, cette fois.

Paroles : Trihexa A. Basile
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26831-fiche-technique-de-basil
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26738-soldat-basile-the-devil-is-in-the-details
Je suis sur le pont de la Lépreuse à regarder le brouillard artificiel comme si je pouvais le percer du regard. Comment j'ai su que la brume en face de moi n'était pas naturelle? Grâce à ma compétence démomètre, j'ai vite compris que quelque chose clochait : les conditions météorologiques n'étaient pas propices à la formation de cet écran de fumée. Par mesure de précaution, j'ai envoyé mon second, Diego, béni des flots de par sa nature d'homme-poisson, en mission de reconnaissance.

Voilà mon ami qui revient. Soulagée, je me précipite vers lui.

"Alors?" demandé-je.

"Comme Héfy l'avait soupçonné, c'est infesté de mines sous marines." répond l'habitant des profondeurs masqué avec son habituel accent hispanique.

"Je l'avais bien dit." se satisfait une magnifique blonde répondant au doux nom d'Héphillia mais que tous appellent Héfy.

"On fait quoi, maintenant?" bégaye Wolfgang mon sniper.

On se regarde tous les cinq, car oui, il y a aussi Gaston, mon médecin de bord aux cheveux roses parmi nous. On se regarde donc, pour scruter le premier qui aurait l'audace de proposer quelque chose. Quand soudain, une série d'explosions déchire le silence ambiant. Au loin, une certaine agente venait de nous libérer opportunément la voie. Un grand sourire se dessine sur mon visage.

"Ne te réjouit pas trop, Jes' " pondère ma stratège. "Il y a d'autres invités au bal."

"Je sais, mais … plus on est de fous plus on rit, non?" réponds-je à brûle pourpoint.

Quoique, j'aurais préféré une mission sans autre parties impliquées. Là, ça risque encore de virer au carnage. Moi, je suis là uniquement parce que Frost à l'ouïe fine et qu'il se doute que quelque chose d'intéressant se passe ici. Ceci dit, je commence à en avoir ma claque des magouilles des scientifiques cinglés, Gluttony sur un convoi, Kid sur Treize, bientôt Ishar à l'Asile et maintenant, Shelley sur Nursery. Y'en a qui doivent penser que j'ai un faible pour les savants fous!

J'ordonne à la Lépreuse de fendre les flots en direction de la base secrète. Que la navigation est douce une fois qu'on n'a plus à se soucier des mines sous-marines! Ainsi, nous voilà assez vite arrivés à destination. Le débarquement sur la plate forme se passe bien jusqu'au moment où des immondices batraciennes décident de nous attaquer. Immédiatement, je déploie mon Haki Royal, et les vilaines bêtes comprennent aussitôt que je ne suis pas là pour rigoler.

"Tu avais vraiment besoin de faire ça? Pour l'arrivée discrète, c'est râpé." regrette la blonde.

"Vu qu'il y a au moins une autre partie impliquée, j'ai pensé judicieux d'indiquer clairement nôtre présence."

"Comme un concours de qui pisse le plus loin?"

"Oui, mais sans urine, c'est plus classe." dis-je un grand sourire aux lèvres.

Et puis, je dois bien avouer que j'ai envie de frimer un peu.


Dernière édition par Jeska Kamahlsson le Mar 9 Jan 2024 - 22:29, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
Je reste stoïque devant la vague qui retombe en pluie sur le pont, pendant que les officiers d'état major s'empressent de faire rempart de leurs corps pour m'empêcher d'étre mouillé. L'avantage du grade et de la discipline, il n'y a que ça de vrai.

- Jeska Kamahlsson ! C'est le pavillon de Jeska Kamahlsson !
- Par contre c'est l'ancien navire de Teach.
- Prise de guerre, il faut rajouter ça dans son dossier.
- Mais alors elle serait la pour soutenir Kutrosinsky ?
- Possible, mais pas sur. Elle l'a déjà aidé, mais pas tout le temps.
- Elle pourrait être la sur ordre de Red.
- Ou de Frost.
- Ou toute seule.
- Donc elle est la, et le renseignement n'a pas la moindre idée de ses raisons, c'est bien ça ?
- Disons qu'on a pas de certitudes absolues Colonel...

Hum. C'est toujours le problème des officiers chargés du renseignement, sachant que c'est eux qui vont servir de fusible en cas de décision basée sur de mauvais infos, la plupart sont devenu des spécialistes de la couverture sur le thème, du "On pense que c'est peut être ça, mais ça pourrait tout a fait être exactement l'inverse" ce qui n'aide évidemment personne.

- Ou en sont les opérations de débarquement ?
- Nous progressons Colonel ! Nos hommes se sont emparés de deux des quatre piliers, Sud Est et Sud Ouest. Les pirates ont pris les deux autres. Il s'agit maintenant de les prendre de vitesse quand a l'accès au laboratoire qui semble défendu par des monstres mutants probablement fabriqués sur place ! Le terrain n'est pas vraiment propice à un déploiement massif et nos hommes doivent se frayer un chemin au corps à corps.
- Et bien, c'est précisément pour ça que nous avons installé des baïonnettes sur nos fusils...

Par contre pour l'attaque des navires ennemis, la situation s'avère plus complexe que prévu. Comme nous les pirates ont profités de la vague d'explosion des mines pour se rapprocher des piliers de la structure, ce qui fait que les navires de guerre se livrent maintenant à un curieux jeu des quatre coins, chacun planqué derrière son pilier et ne pouvant canonner directement les autres sans risquer de fragiliser les bases de la structure et risquer de se la prendre sur la gueule. Quand a contourner pour assaillir l'ennemi, se serait s'offrir au feu des deux autres factions, tout en abandonnant le chemin de repli des troupes d'assaut...

- Mon sabre, je vais rejoindre l'avant garde.


Le monstre dans le placard Jakku_28
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14450-dossier-de-jakku-kattar
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14339-jakku-kattar
Depuis plusieurs minutes, mon cyber-escargophone de fonction (c’est comme un escargophone normal, mais il est semi robotisé donc il est plus cool !) (Et il dispose d’un port permettant de l’intégrer aux nombreux cyborgs qu’abrite ce laboratoire, ce qui en fait un élément de communication interne de premier ordre !) (On ne me l’a pas véritablement donné, je me le suis attribué toute seule quand j’ai pris mes fonctions) sonne dans tous les sens, et résonne des communications lancées d’une voix neutre et dénuée d’émotions par les quelques spécimens de cyborgs encore doués de la parole parmi les nombreux prototypes qu’abrite la base :

« - Contact avec l’ennemi en zone B3.
- Demande d’intervention dans la zone A1.
- Je suis touché. Désactivation imminente.
- Madame Igor, le maître exige que vous fassiez cesser ce raffut immédiatement.

- Oui oui. »

Comment ça, “oui oui” ?! Rien du tout, oui ! Il est temps que les masques tombent ! Je parcours les couloirs à vive allure, en destination de la zone des piliers sud, vers où le navire de la marine est installé. Je ne pourrai pas capturer le docteur Shelly toute seule, pas avec la meute de cyborgs et de créatures mutantes prêtes à se déchaîner au moindre signal de sa part, mais ces renforts arrivés à point nommé pourront m’y aider ! Et je pourrai les guider à travers le dédale de pièges, d’outils technologiques mortels et de créatures dangereuses plus ou moins aisément. En plus, si je me fie aux signaux que capte mon cyber escargophone, ils ont entrepris de prendre le contrôle des piliers. C’est parfait, ils devraient limiter les risques de fuite ou de renforts. Il faut juste que je les informe pour la trappe secrète et le missile de fuite d’urgence.

« - Madame Igor. »

Je retiens un frisson de surprise, alors que Numéro vingt-deux et Numéro cent un me rejoignent au pas de course, et adaptent leur vitesse à la mienne. Ces deux cyborgs me terrifient, et en temps normal, même avec ma couverture, j’évite autant que possible de me retrouver seule en leur compagnie !

« - La zone C1 est attaquée. Nous vous accompagnons pour repousser l’attaque. »

Je n’ose pas les contredire. Ce ne sont pas des exemples d’intelligence depuis leur lobotomie, mais Vingt-deux et Cent un expriment un tel flegme en toute circonstance, un tel don pour mettre leur doigt -de métal- sur tout ce qui manque de logique, et un tel talent pour l’élimination des nuisibles, que je les soupçonne d’être capables de m’identifier comme une intruse si je sors de mon rôle devant eux, et de m’éliminer sans pitié.

La zone C1, c’est l’un des quais au sud. Personne n’y va jamais parce qu’elle est infestée de spécimens KR4-P0, des espèces d’affreuses petites grenouilles-chien, moitié adorables moitiés répugnantes ! Créations ratées, ou en tout cas incomplètes et oubliées, elles se sont reproduites en masse et font leur vie en toute autonomie. Un des nombreux exemples de la perte de contrôle du docteur Shelley sur son environnement, qu’aucun de ses fidèles cyborg n’avait pris la peine d’éliminer faute d’avoir reçu des instructions en ce sens.

Lorsque nous arrivons sur place, mes "fidèles" accompagnateurs et moi, nous nous retrouvons face à un petit groupe de soldats de la marine aux uniformes plus ou moins réglementaires, dont quelques uns ont le bon goût d'afficher le numéro de leur division. J’écarte les bras dans un geste de bienvenue et me fends d’un sourire amical, avant de me souvenir que, avec mon masque d’Igor, je dois surtout ressembler à une horreur monstrueuse de plus !

« - Bienvenue dans le laboratoire du docteur Franck Shelley, soldats de la 102ème ! Je…
- Cibles identifiées, élimination.
- Hé ! Non !! »

Résumé:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21492-l-envers-du-journal#2313
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21479-caramelie-la-critiqueuse
- Je viens avec vous Colonel.

Il ne croit quand même pas que je vais rester sur le navire sans rien faire ? Enfin, en vérité cette idée m'a bien traversée l'esprit : après tout il n'y a rien dans cette mission qui corresponde aux ordres que j'ai reçu en partant de Marie Joa, à savoir : retrouver et ramener Végapunk indemne dans son laboratoire. Le problème, c'est qu'on ne peut pas se fier aux compétences de la marine. Bon, on peut se fier un peu plus à la 102ème qu'aux autres, rapport que sinon ma mère et ma sœur n'y aurait pas été affectées, mais ça reste la marine et une bande d'incompétent. Après tout, ma mère et ma sœur sont mortes !
Et moi je suis vivante. Coïncidence ? Je ne crois pas.

Bref, si on veut avoir une chance de reprendre la véritable mission, autant que des gens compétents, donc moi, soient sur le terrain. J'embarque donc dans la chaloupe en compagnie du chef de la 102ème d'élite ainsi qu'une bane de troufions présent uniquement pour ramer et s'assurer que leur colonel reste une statue de marbre. Et il ne nous faut que quelques minutes pour enfin arriver au niveau du pilier Sud Ouest pour rejoindre les éclaireurs qui sont partis devant.

De mon empathie, je détecte alors les deux cyborg ainsi que le personnage horriblement monstrueux entre les deux qui s'offusquent de l'attaque de ces subordonnés. Cela dit, ce personnage bien en chair semble relativement inquiet... Pourtant avec ses plus de 7000 dorikis, il devrait être plutôt serein. D'autant plus avec deux chiens de gardes de son propre niveau.
Niveau qui est supérieur au miens.

- Je vous laisse gérer les choses ici Colonel, pour ma part je vais tenter de m'infiltrer dans la base et trouver le scientifique.

Après tout, en temps qu'Agent du Cipher Pol, c'est mon travail non ? Ce n'est en rien de la lâcheté.

- Tâchez de garder votre Denden à porter.

Et sans même lui laisser le temps de répondre, je saute et use de mon geppou pour disparaitre dans les hauteurs de la base recouverte par la brume. Et ce n'est qu'une fois en haut que je blêmis en sentant que la situation semble bien plus compliqué que prévu...

Déjà sur le toit, je sens une présence ennemis qui a eu la même idée que moi, et qui elle aussi est plus forte que moi. Ensuite, il y a l'équipage de Kamahlsson qui rode... Mais ce n'est pas tout : un autre bateau est tout juste entrain d'arriver sur les lieux, avec à son bord deux personnes contre lesquels je serais tout aussi inutile...

Alors, sans attendre plus, je transmets mes constatations au colonel par denden.

- Au vu des circonstances et des forces ennemis qui ne cesse d'arriver en nombre et en puissance, le mieux que nous ayons à faire est de tout faire exploser avant d'être dépassé... Je retourne au navire chercher de quoi dynamiter l'endroit.

Et en même temps que je le préviens, je suis déjà entrain d'user de mon geppou en me guidant dans la brume grâce à mon empathie jusqu'au cuirassé d'où je viens pour aller vider les caisses d'explosifs...
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-
Une grande gène envahit les rangs de la 102ème coupé dans son élan. Les soldats s'arrêtaient les uns derrières les autres, entassé sur la plateforme bien que les rang furent déjà réduit par l'attaque des chienouilles. La rencontre avec cet homme étrange et les deux robots n'étaient ni prévus, ni souhaités. Tous les soldats savaient bien que sur cette mer, ils étaient avant tout de la chaire à saucisse toute mole pour leur adversaire. Guère plus que quelque chose qu'on écrase d'un pied décidé avant de racler sa chaussure sur les rebords en pierre pour se nettoyer la semelle. Ce serait bien le genre d'Alcéa ça tient.

- "Oh heu bonjour. On vient pour l'inspection." Dit Laurie, mi amusé par la situation, mi conscient que le combat allait très mal se passer.

Heureusement que la présence du Colonel Jakku galvanisait les membres de la marine aussi bien qu'un grand discours. Cet homme était invincible, tous le savaient ... il était invincible hein ?

Le robot s'était mis en position, pas du tout réactif à la remarque de Laurie. Si l'humour suffisait à résoudre les conflits, le sergent serait déjà Amiral en chef. Un numéro gravé à même le métal, vingt-deux laissa une longue lame sortir de son bras dans un mouvement circulaire. Cent un fit de même, sortant cette fois si le canon d'une mitraillette pour fusiller les intrus. Aucun délais, aucune hésitation avant les robots se mettaient à écumer les premiers rangs de la 102ème avec facilité. Laurie avait senti le vent tourner, il s'était rapidement enfoncé entre les soldats pour éviter la première ligne et se cacher derrière les premiers cadavres. Après tout, l'avantage de monter en grade c'était bien de ne pas être le premier à mourir dans ce genre de situation.

La 102ème réagissait vite, les premières balles et coup de lame pleuvaient sur les robots, rebondissant sur les coques métalliques. Si cela ne leur faisait pas véritablement de dégât, les robots étaient vite submergé par le nombre de soldat leur fonçant dessus. À terme, ils allaient perdre. Il fallait tuer la tête pensante, l'horrible homme déformé qui se tenait derrière eux en faisant semblant de s'opposer au massacre. Hmmmm, vil manipulateur ...

Laurie fonça au vieux bateau qui se tenait plus loin. Des balles se logeaient dans la coque, surement des tires perdus dans la bataille. Il se plaça derrière la rembarde du pont arrière, pointant le bout de son fusil vers l'homme informe. Une balle, un mort. Il calma sa respiration qui s'était emballé devant le combat, puis tira.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26454-laurie-fiche-technique
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26381-laurie-termine
Alexandre suivait Laurie au pas de course, tentant d'esquiver les balles aussi bien que mal.

"- Je crois que t'as raison, c'est carrément pas le bon scientifique. Bon, on fout quoi du coup, on peut pas partir tant qu'on en a pas reçu l'ordre, mais on va juste se faire découper ici." soufflait-il.

La 102ème avait beau être impitoyable, leur colonel ne pouvait pas les avoir envoyé ici dans le seul but d'alléger leur flotte. Devaient-ils faire diversion ? Car il n'y avait aucune chance, malgré leur grand nombre, qu'il soit en mesure de mettre hors d'état de nuire les trois individus qui venaient d'arriver. Bien qu'à y réfléchir, seuls deux d'entre eux ne se battaient vraiment, le troisième, celui au visage déformé, se contentait uniquement de repousser les assauts.

"- Tu as aussi remarqué que l'un d'entre eux agit bizarrement, n'est-ce pas ? Qu'est ce qu'il nous a dit en arrivant, 'bienvenue' ou un truc du genre ? Ça risque de te paraître fou, mais que dirais-tu si notre véritable objectif ici était de retrouver quelqu'un afin de mener notre mission à bien ?" s'exclamait alors Alexandre.

"- Là comme ça ? Je dirais que t'es fou. Je vais lui tirer entre les deux yeux à ce tordu, ça va lui refaire une petite beauté tu vas voir !" répondit son compagnon du tac au tac tout en se concentrant pour viser.

Le borgne bouscula alors son compagnon sans prévenir, son intuition lui faisait rarement défaut. La balle était tout de même partie, légèrement déviée de sa trajectoire initiale, et vint se glisser le long de la joue d'un soldat d'élite, pour finir sa course dans l'articulation du coude droit du robot estampillé du chiffre 22.

"- Je retourne dans le combat, essaye d'éviter d'abattre l'homme difforme pour l'instant, n'agis que s'il ne montre la moindre intention agressive. Aide nous plutôt à abattre ces robots, t'as l'air d'avoir réussi à amocher le premier." criait-il alors qu'il évitait les cadavres écarlates jonchant désormais le sol.

Arrivant au niveau du robot touché par Laurie, il trouva Basile qui se battait également pour leur survie.

"- Basile ! On essaye de se le faire à deux ? Je doute qu'on en vienne à bout, mais j'ai l'impression qu'en tenant suffisamment longtemps, la victoire pourrait nous appartenir !" demandait-il à voix haute, alors qu'il fonçait déjà, sans attendre aucune réponse, sa lance pointée en direction de l'être mécanique.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26326-fiche-technique-alexandr
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26274-alexandre-dubal-terminee
Alors que j'observais et que je sondais les lieux aussi bien avec mes yeux qu'avec mes autres sens, je me pris une claque invisible qui m'étourdit. Je commençais à connaître cette sensation, c'était un Haki royal. Bizarrement j'eus l'impression que je connaissais la source de l'attaque. Mais bon, comme j'avais déjà du mal à associer les noms et les visages, si je devais rajouter en plus les auras, je n'étais pas sorti de l'auberge.

Bon maintenant que j’avais bien observé, je me rendis compte que ça allait être dangereux. Il y avait d’autre groupe présent ici. Ils semblaient débarquer chacun à un coin du bâtiment. J’avais deux possibilités fuir tout de suite ou profiter de la diversion qu’ils m’offraient. Bon, j’avoue que je ne dus pas réfléchir trop longtemps pour me décider. Je trouvai une trappe d’aération et m’infiltrai par là.

J’étais fier de moi, mon entrée avait été discrète contrairement aux autres. Je me gaussais d’eux. Tout en avançant prudemment dans le couloir que j’avais rejoint. Je me déplaçais à la lueur des lampes de sécurité, preuve je l’espérais qu’ils n’avaient pas encore détecté d’intru à cet étage. L’haki de l’observation ce n’est pas super pratique pour les labyrinthes. Je localisais là présence des autres personnes, mais ce n’était pas pour autant que je savais comment les éviter ou les rejoindre. Car oui j’avais en tête d’aller voir l’homme qui se terrait au cœur de cet structure, ce laboratoire.

Focalisai sur les auras humaines, je tournai à droite. J’ouvris une porte et j’entendis le ronronnement de machines. Il faisait plus sombre ici et j’avançais à tâtons. Soudain, ma main toucha quelque chose de chaud et humide. Le ronronnement se changea en un bruit plus guttural, comme un drôle de feulement. Je pris mes jambes à mon coup et ressortis de la pièce. A la lueur du couloir, je pus découvrir une taupe garou presque aussi large que le couloir et de plus de deux mètres de haut.

Le monstre dans le placard Aa3c1646f2c0506ebdd4ace8b874bc76
Aveugle, mais echo sonar, griffes et croc renforcées

Je courus et courus, mais la créature continuait de me suivre. Sans m’en rendre compte je m’étais dirigé vers d’autres personnes. Je débouchai donc dans le dos d’un groupe comme une balle. Devais-je les prévenir du danger ? Oui ? Non ? Peut-être ? Peu importait qui j’allais croiser, il valait mieux un peu de courtoisie.

« Poussez-vous, j’arrive ! Huhuhu ! »
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
"Tu es certaine que c'est comme ça que doit fonctionner le Haki?" me questionne Héfy, un sourire narquois aux lèvres.

"J'ai dosé, évidemment!" mens-je éhontément. Aucun de mes amis n'est dupe, mais ils ne me le feront pas remarquer, trop ravis de me voir m'enfoncer, sans doute. "Je n'allais pas coucher tout le monde dans le laboratoire, sinon, qui aurait été témoin de mon exploit?"

Mais, mine de rien, je l'ai mauvaise. Ma démonstration de force n'a pas du tout eu le succès espéré. Je pourrais me consoler plus tard en me disant que mon aura royale aura fait fuir toutes les créatures hostiles proches. Ces dernières, mues par leur instinct de survie, fuiront dans la direction opposée de la menace que je suis pour aller se jeter droit dans les bras des forces de la 102ème d'Elite.

"Tu veux te servir de cette opération pour te faire de la pub?" conclut à juste titre Diégo.

Je hoche la tête pour marquer mon approbation.

"Donc on débarque en force?" questionne ma blonde favorite.

"Nan, juste toi et moi." réponds-je à destination de mon amie. "Les autres vous gardez la Lépreuse. Je n'ai pas envie que vous vous fassiez tuer par les soldats de la 102ème." continué-je pour étouffer la contestation.

"Dis plutôt que tu ne veux pas qu'on flingue tes anciens collègues." note fort à propos Wolfgang en butant sur presque chaque mot.

Disons surtout que j'ai envie d'une opération un peu plus subtile qu'un débarquement en force où les fusils parlent avant les gens. Ca évite les pertes inutiles. Je n'attends de toutes façons pas leur approbation, c'est moi la chef, et puis c'est tout. Alors je me saisis d'Héfy comme une princesse et je décolle grâce au geppou pour arriver en haut du pilier Nord Est. Une fois déposée sur la plate-forme, ma stratège m'informe.

"Pourquoi me prendre avec toi, Jes'? Je suis une humaine tout ce qu'il y a de plus normale, moi!" m'enguirlande ma stratège.

"Oui, mais ton haki de l'observation me sera utile pour localiser Shelley."

"C'est un taré mégalomane, il est forcement au sommet de la plus haute tour, à ourdir des plans machiavéliques et compenser son complexe d'infériorité." siffle la blonde d'un air blasé.

Je m'en veux de ne pas y avoir pensé moi même, mais je ne vais certainement pas le lui dire. D'autant plus qu'elle doit déjà l'avoir perçu avec son empathie.

"Il y a du monde autour?"

"Il y a énormément de monde au Sud Ouest" m'informe Héfillia.

"Ce n'est pas vers là que la 102ème est?"

Elle valide en opinant du chef.

"Allez, allons profiter qu'il soient occupés pour récupérer la cible." conclus-je joyeusement en ouvrant un passage dans un mur grâce à l'Inflexibilité de l'Ange.

Mon binôme pousse un petit sifflement admiratif. Puis on pénètre dans la structure froide du laboratoire.

"C'était ton haki de l'armement?"

"Yep".

"Tu le maitrises mieux que le royal, comme quoi, tu as beau dire, tu es plus une bourrine qu'une cérébrale!"

Pas le temps de lui répondre que le son d'une foulée rapide sur le sol métallique m'alerte. Tous les sens aux aguets, j'ai juste le temps d'apercevoir un gamin aux cheveux bleus pâle me foncer dessus. Je ne le reconnais pas de suite, puis soudain, c'est comme un éclair dans le brouillard!

"Yuki!" m'exclamé-je, ravie de le voir.

"Attention!" hurle Héfy en voyant la monstrueuse créature à sa suite.

A peine mes yeux se sont posés sur l'abomination que mon corps s'est mis à agir tout seul. Comme si mon instinct avait su la nature de la menace avant même que mon cerveau ne la réalise. Un soru et un poing enrobé de haki sur la truffe plus tard, j'envoie la bête bouler un peu plus loin.

"Coucouche panier."
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
Je m'aperçois que si la division a bien progressé, en étant maintenant capable de rivaliser et de vaincre par sa discipline et son aveuglement suicidaire, n'importe quel groupe armée équivalent, elle pèche en revanche quand elle se trouve confronté a des individus puissant et peu nombreux. Contre ce genre d'adversaire, la simple volonté ne suffit plus. Et si il est bon que les soldats de la 102eme soient assez disciplinés pour se faire massacrer jusqu'au dernier sans battre en retraite, du point de vue de la survie de la division, c'est contre productif. Ce qu'il nous faudrait ce sont des tactiques de groupe, de quoi pallier a ces affrontements asymétriques en limitant les pertes, le temps que les officiers puissent prendre le relais.
Ou alors des groupes spécialement étudiés pour ce genre de combat ? Des cyborgs ?

C'est à réfléchir.

Et en attendant, c'est hélas à moi de faire le travail, et pendant que ma triplette de subordonnés, ayant parfaitement analysé la situation tactique, est en train de s'attaquer au meneur du trio de défenseurs cybernétisés, je me porte au secours des hommes de la troupe. Présentement tous occupés à mourir courageusement en essayant la seule tactique qui leur reste, tenter d'enterrer les deux ennemis sous le poids du nombre.

Mes chaines s'abattent sur le premier monstre qui se retrouve soudain ligoté façon gigot, et qui est immédiatement assailli de toute part par une nuée de baïonnettes qui entreprennent de le mettre méthodiquement et laborieusement en pièces. Et d'un soru je me rue sur le deuxième, tranchant net son arme d'un coup de sabre, avant de commencer a nous empoigner brutalement a grands coups de lames. Un combat perdu d'avance pour le monstre, et qui va donner a mes sergents, tout le temps nécessaire pour s'emparer du responsable de la sécurité.

- Officiers ! Prenez ce bossu vivant !


Le monstre dans le placard Jakku_28
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14450-dossier-de-jakku-kattar
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14339-jakku-kattar
Je contemple, un peu circonspecte, les puissants cyborgs se faire désosser sans pitié par la troupe de marins. A la satisfaction de voir disparaître ces deux menaces se substitue cependant assez rapidement la contrariété de comprendre que je suis la prochaine sur leur liste ! Heureusement, je suis passée maîtresse dans l’art de retomber sur mes pattes.

« - Maaagniiifique » je reprends ma voix normale « Ahem, magnifique je veux dire. Je suis contente de voir qu’ils ont envoyé des troupes compétentes en renfort ! »

Voyant que mes gestes d’apaisement ne font pas grand-chose, et que les marins font toujours mine de me prendre pour un agent de l’ennemi, j’entreprends d’ôter mon masque… mais celui-ci me résiste ! On dirait qu’il est coincé, ou que quelque chose s’est accroché au vêtement. J’ai beau tirer, pousser, dévisser… rien ne vient ! Ah zut !
Bon, tant pis. Je continue donc de parler, avec ma voix normale qui ne correspond pas du tout à mon physique :

« - Cela fait plusieurs semaines que j’espionne le docteur Shelley, et que je transmets des rapports le concernant. C’est pour ça qu’on vous a envoyés je suppose ?
Non ?
Peu importe, vous devriez très bien faire l’affaire ! »


J’essaie une nouvelle fois d’ôter mon costume en m'attaquant cette fois à mon faux corps bossu en caoutchouc doté d’une bosse volumineuse, mais rien ne vient. Ça doit être à cause de l’humidité ambiante ou quelque chose comme ça…
Bon, tant pis :

« - Le docteur se trouve actuellement dans son saint des saints, son bureau, au sommet de la station. Malheureusement vous avez été repérés, et l’alerte générale a été déclenchée. »

Tout en parlant je me déplace et, l’air de rien, m’arrange pour ne pas rester trop près de certains soldats que je sens bien enclins à me saisir si l’opportunité leur en est donnée !

« - Les laboratoires sont truffés de pièges, mais ce n'est rien à côté du reste. Ils abritent surtout les nombreuses créations issues du génie de Shelley : des cyborgs comme vous en avez vu, mais aussi des créatures mutantes hybrides, et un mélange de tout ça. Il a même… » je frissonne « … un homme-poisson-mégalodon-cyborg artificiel ! »

Je souris de mon faux sourire asymétrique de bossu et reprends, avec ma voix beaucoup trop féminine pour un corps pareil :

« - Heureusement, je connais plusieurs itinéraires secrets pour vous guider en évitant la plupart des dangers ! Mes accréditations fonctionnent toujours, et j’ai accès à leurs communications. »

Je désigne l’escargophone-cyborg juché sur mon épaule qui me contemple d’un air scandalisé, comme si mon changement de camp était une véritable trahison pour lui aussi.

« - D’ailleurs, vous avez bien fait de prendre d’assaut tous les piliers simultanément. Le docteur Shelley possède plusieurs voies de fuite expresse, et…
… comment ça, vous n’avez attaqué que ce pilier ? Mais alors, qui sont les intrus qui me sont signalés sur tous les autres ?! »
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21492-l-envers-du-journal#2313
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21479-caramelie-la-critiqueuse
- Bon maintenant ça suffit ce cirque ! Vous allez immédiatement me sortir toute la poudre qu'on possède et aller la disposer au pied de chaque pieds de la structure !
- Hors de question !
- Nous n'obéissons qu'au Colonel Kattar !
- Vile démon du Cipher Pol, tu n'auras rien de nous !
- Répète un peu pour voir ?!
- Euh... pardon Madame, je me suis laissé emporté par ma loyauté pour le Colonel.
- Et ta loyauté te dit de laisser crever ton colonel peut être ?
- Vous dites n'importe quoi !
- Le Colonel Kattar est invincible, évidemment.
- Il nous a ordonné de garder le navire, alors on bougera pas de là !
- Oui, c'est sûr. Comme ça on va tous mourir du poison de Kamalhsson, ou des coups des monstres de ce scientifique, ou encore des autres pirates qui arrivent à l'opposé de nous. Super idée.
- Euh..
- Maintenant que vous le dites...
- On peut peut être vous donnez un peu d'explosif...

Je me pince l'arrête du nez d'agacement. Qu'est ce que je peux détester ces abrutis de Soldats.

- Ce sac là, vous me le remplissez, maintenant.
- C'est que ça fait beaucoup de...

Sous mon regard noir, le troufion se ravise.

- Tout de suite Madame l'Agent.

Attendant le retour de l'andouille partie dans les cales du navire remplir le sac que je lui ai donné, je me tourne une nouvelle fois vers la structure de métal qui se distingue dans la brume. De ce que j'en ai vu, il y a quatre pilier et chacun d'eux est en ce moment pris d'assaut par un navire différent. Le plus sur serait de faire exploser le pilier où se trouve la 102ème et le Colonel Kattar. Sauf que nous allons encore avoir besoin de ces hommes pour aller libérer Végapunk donc faire sauter ses andouilles en dommage collatéral n'est malheureusement pas envisageable.

Je soupire alors tandis que la solution que je dois choisir se dessine : faire exploser un autre pilier. Mon sac étant près, je le jette sur mon dos sous les regards apeurés des soldats ayant l'habitude de faire attention avec ce genre d'équipement sensible et sans m'en préoccuper d'avantage, je file une nouvelle fois au travers de la brume pour me diriger sous l'énorme structure afin d'avoir une meilleure vue sur les piliers de la base scientifique...
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-
Quel étrange mélange que le dégoût mélangé à la curiosité. Celui-ci même qui avait incité les soldats à écouter les divagations du bossus se grattant le dos avec force. On aurait dit qu'il voulait s'arracher la peau, le pauvre fou. Que c'était moche de vieillir. Pourtant, sa voix féminine et élégante en surprit plus d'un et suffit à capter l'attention des larbins, comme la lumière bleu attire les moustiques. Mais Laurie n’était pas dupe, tout cela cachait quelque chose.

- “Bah, surement des pirates, y’avait un bateau qui arrivait.” Répondit un marine devant le questionnement paniqué du bossu.

Le légendaire tacte de la 102ème d'Élite, on ne le présentait plus. Si les pavillons avaient été au programme du Ban, nombreux étaient ceux qui les avaient oubliés, faisant de la place dans leur cerveau conditionné pour plus important. Comme le charcutage de forban. Très important de savoir où viser pour couper nette un bras pirate. Plus que de savoir reconnaître les pavillons des flibustiers car que ce soit de la flotte d’empereur ou de la racaille de bas étage, ça finissait toujours sur l'échafaud. Et alors qu’un des adversaires finissait désossé sous la marée humaine que constituait la 102ème et que l’autre, en proie au colonel, finirait sûrement ses jours au fond de la mer d’ici quelques secondes, la voix d’un marine s’éleva du groupe.

- “CHOPEZ LE BOSSU !”

Et comme le signal de départ d’une course de chevaux, rapidement et sans plus de réflexion, les marines à portée se mirent à sauter sur leur présumé adversaire bien que ce dernier ait tout fait pour dissiper les soupçons. Laurie descendit de son perchoir avant de rejoindre le groupe de la troupe qui avait saisi l’homme par tous les côtés. Les expressions de dégoût accompagnaient bien vite les visages de certains ayant attrapé le prisonnier par la taille ou même par la bosse.

- “C’est dégoûtant, sa peau est toute flasque.”
- “C’est donc à ça que ça ressemble la peau de vieux ?”
- “ Colonel, je crois que ce bossu nous cache quelque chose !”


La perspicacité de Laurie était toujours si fulgurante. Si si, je vous assure.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26454-laurie-fiche-technique
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26381-laurie-termine
Parmi les trois colosses, seul le bossu subsistait. Alexandre avait bien remarqué que quelque chose clochait avec ce dernier, comme s'il ne savait de quel côté se positionner. Il semblait se prendre des attaques mais ne daignait pas riposter. Le borgne était encore en première ligne lorsqu'un marine hurla de lui sauter dessus alors même que l'individu était en train d'expliquer sa situation. Il avait beau tenter de retenir le flot et de nager à contre-courant, la 102ème était telle une vague que l'on se prend de plein fouet. Alexandre finit sans surprise sous la semelle de certains, la plupart décidant de sauter directement sur leur cible plutôt que de courir. Son corps endurci par un entraînement rigoureux tenait bon sous ses coéquipiers, bien que la douleur restait présente. Il finit enfin par atteindre le colonel Jakku qui n'était situé qu'à quelques mètres de sa position initiale, mais qui n'aurait pas pu l'entendre à travers le brouhaha général de la division.

"- Colonel, cette personne.." soufflait il en reprenant sa respiration. "Je ne pense pas qu'elle soit un ennemi, je l'ai observée et entendue, elle ne rend aucun coup et nous a accueilli les bras ouverts." finit de déclarer le sergent d'élite.

"- Et bien si cette personne est aussi inoffensive que tu le prétends, nous ne devrions pas avoir de mal à l'apprivoiser dans ce cas. Voyons ce qu'elle a à nous dire une fois qu'elle aura émergé de cette masse d'uniformes rouges." lui répondit le colonel.

Lorsque le sergent Dubal se retourna, le bossu était alors maintenu de tout part, c'est dire s'il était même en position de bouger ne serait-ce qu'une articulation.

"- Mais puisque je vous dis que je ne suis pas de leur côté, in-fil-tra-tion, vous saisissez ? Quelqu'un me comprend ici ?" le bossu à la voix beaucoup trop fluette pour son apparence semblait désespérément chercher de l'aide, mais malheureusement pour lui, il n'était pas tombé sur l'escouade la plus compréhensive.

"- Mon colonel, nous attendions des renforts sur cette base..?" demanda Alexandre, toujours incertain de la nature de l'individu désormais sous le contrôle de la marine d'élite.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26326-fiche-technique-alexandr
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26274-alexandre-dubal-terminee
    Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum