Le Deal du moment :
PC portable Gamer 15,6” ERAZER DEPUTY P60 (144Hz ...
Voir le deal
999.99 €

Pot-au-feu traditionnel - groupe 2

‘’Et m*rde…’’ Marmonne la blanche en repoussant un ennemi zombi. Elle élance la hache, le tranchant décapitant la chair pourrie facilement. L’avantage de ces créatures, était qu’elles étaient faciles à trancher à cause de la décomposition, mais elles semblaient inarrêtable et c’était frustrant. ‘’Soldats, rester groupés, éviter de vous retrouver seul.’’ Qu’elle beugle à ces hommes. Elle plie les jambes et effectue un saut impressionnant, soulevant son corps pour utiliser le cadavre qu’elle venait d’utiliser pour se propulser plus loin et empêcher un de ces hommes de se faire attraper de dos par un zombie. Elle prend sa hache à deux mains et s’élance, la gravité faisant les trois-quarts du travail quand elle abat son arme en coupant le corps à moitié en deux. Elle effectue une traction sur le côté et avec sa hache coincée dans le corps, elle le propulse dans deux autres zombies, les repoussant plus loin. ‘’Soldat, aller avec les autres.’’

Les coups de feu résonnent au même moment, envoyant valser quelques cadavres puants plus loin. Certains se relèvent déjà. ‘’Si vous êtes pour tirer, viser la tête ! Sinon, c’est une perte de munition et de temps !’’ Déclare-t-elle en poussant l’un des soldats vers la sécurité d’un groupe. ‘’Ne paniquez pas, ils ne sont pas intelligents, alors soyez le.’’ Elle s’élance à nouveau, nettoyant la zone devant elle. Elle tourne son attention vers Grin qui se trouve non loin et cherche ensuite Al Sah-Him, mais celui-ci semble absent. Après s’être assuré que ses hommes avaient la situation en main, elle se fraye un chemin vers la petite blonde qui faisait elle aussi des ravages. En quelques sauts aériens, elle atterrit non loin de Grin, venant décapiter un cadavre dans le dos de la demoiselle. ‘’Vous savez où se trouve notre éclaireur ?’’ Demande-t-elle calmement en lui tournant le dos, soulevant sa hache de guerre et venant l’abattre sur un zombie comme si elle fendait une simple bûche. ‘’Vous tenez le coup ?’’ Demande Éléonore. Elle avait bien remarqué que la demoiselle était plus expérimentée de combat, mais une partie d’elle ne pouvait pas arrêter de s’inquiéter telle une mère poule.

Bonds, saltos, vrilles et autres cabrioles plus tard, ils purent enfin respirer, les zombies décédés pour vrai. La Lieutenant observe son équipe et hoche doucement la tête. ‘’Je suis fière de vous les garçons, personne n’est mort ou ne semble blessé. Et vous Grin ?’’ Demande-t-elle en observant un instant la demoiselle. Son attention se porte ensuite vers l’environnement, la jungle dense était fortement humide et l’air semblait stagnant avec une odeur pestilentielle.

‘’Quelqu’un voit le corps de l’autre agent ?’’
‘’Non m’dame, que des cadavres en décomposition, je crois que ce sont des cannibales de l’île.’’
‘’Je crois que je l’ai vu s’élancer dans la jungle dans cette direction, il avait plusieurs ennemis au cul…’’
‘’Je vois… Il y a encore des chances qu’il soit en vie alors. On essaye de suivre Grin ? Où on continue la mission et il nous retrouvera ?’’ Demande la blanche en se tournant vers la petite blonde, sûr qu’ils se connaissaient déjà.

Elle tire une barre tendre de sa poche, l’ouvre et la mange lentement. Elle écoute les paroles de la demoiselle et soupire. Le fait qu’ils aient été séparés l’ennuyait un peu, elle ne voulait pas que pour une quelconque raison que la faute lui revienne…

‘’Lieutenant, si ça peut aider, notre mission à nous est de s’occuper de la source et non du Cp.’’
‘’Je sais Mars… Bon, continuons avec de la chance, il nous retrouvera.’’ Annonce-t-elle d’une voix posée.

Elle invite la demoiselle à la suivre avant de reprendre la route vers l’intérieur de la jungle. Après un moment, leur attention est finalement attirée par des sons étranges. La source des sons les guida à l’orée de ce qui ressemblait à un étrange cimetière. L’atmosphère est sombre, l’odeur infecte de décomposition est puissante et tout semble silencieux autre que pour le BAM juteux qu’on entend à répétition. Ils arrivèrent finalement devant la vision d’un mastodonte à la peau verte, le bas du corps enveloppé dans une armure brisée et usé. Il soulève à bout de bras ce qui ressemble à un totem avec des lames et il l’abat sur un corps déjà bien écrasé. Il semble répété l’action plusieurs fois avant que l’un des hommes d’Éléonore ne vomisse face à la vision. Le monstre se tourne vers eux, les observe un instant avant de déposer son totem au sol dans un grand fracas bruyant. Il pousse ensuite les hostilités en poussant un rugissement qui aurait éclaté les oreilles de la blanche si elle n’avait pas posé les mains sur ses oreilles. Les sens de la soldate s’affichent un instant et tout en analysant la créature, elle comprend rapidement que ce monstre est terriblement puissant. Le puissant cri s’éteint finalement et la créature récupère son arme en faisant un bas vers eux.

‘’Sh*t… SOLDATS, on sort les pistolets et les mousquets, vous rester à distance pour le moment. Cible principale le monstre, vous n’approchez surtout pas dans le moment. Mars ! Si des zombis approchent, tu prends la charge du groupe et changes de cible !’’
‘’Oui Lieutenant !’’ S’exclame l’homme en prenant la place de Grey et organisant les hommes.
‘’Roy ! Retourner au bateau et aller me chercher des renforts qui sont sur place. On va avoir besoin de plus d’armes. Demander à la scientifique s’ils n'ont pas un truc utilise.’’
‘’Oui, M’dame !’’ S’exclame la petite femme avant de prendre la poudre d’escapade en direction du bateau.
‘’Grin… Ce monstre est trop fort pour nous, alors inutile de faire une frappe de plein fouet. Il faudrait être patientes et sur la défensive le temps que les renforts arrivent. Alors soyez prudente, je ne voudrais pas perdre un deuxième agent de Cp.’’

Sur ces dernières paroles, la demoiselle de la marine s’élance, allant tester les angles de visions, la réaction, la vitesse de frappe, et tout ce qui pouvait être utile de savoir sur ce monstre qui pour le moment ne démontrait qu’une force brute très impressionnante.


Cannibale cadavérique n°2
L’écraseur



Gaaaaaaaaaaaahhhhhh

Un cannibale zombi, tout ce qu'il y a de plus normal.



Niveau évalué :
Dorikis : 3 500
PP : -50
PI : -75
Localisation : Jungle de l'Îlot flottant
Créateur du PNJ : Staff


  • https://www.onepiece-requiem.net/t26871-eleonore-grey-soldate-au
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26836-eleonore-grey-soldate-au-rapport-terminee#277619
J’avais hésité à faire disparaître mes lames au niveau des mains, mais j’en avais besoin. On ne savait jamais. En tout cas, mon arbalète de main servait très bien ainsi que mes couteaux de lancer ! Il fallait dire qu’entre les zombies à tuer et les gardes de la marine… Et mon compagnon du CP qui avait disparu. Bordel, est-ce qu’on pouvait compter sur nos propres agent à un moment ? J’avais bien l’impression que non. Enfin, ce n’était pas tout à fait le moment de penser à cela ! Ma lame de main se planta dans le crâne d’un zombi et un autre de mes carreaux s’enfonça dans celui d’un autre. Je m’écartai à nouveau en évitant un corps qui tombait. Je soupirai un peu avant de secouer la tête. Qu’importe ma tenue, mais Éléonore donnait ses ordres rapidement alors que j’évoluai en regardant tout autour de moi. Sa question me surprit sur l’archer. Je tournai la tête en reculant tout en chargeant soigneusement mon arbalète.

« La mission est plus importante, si on n’arrête pas la propagation de ces zombies, on ne pourra pas le sauver. »

Fis-je tranquillement avant de lâcher un nouveau carreau. J’inspirai profondément, mauvaise idée, cela puait le cadavre. Mais ce n’était pas le moment de penser à cela. Et son lieutenant avait raison. Mars. Le CP avait pour habitude de se démerder seul. S’il était pas là, c’était son problème. Je récupérais mes carreaux soigneusement pour les ranger à nouveau à leur place. Je bus quelques gorgées d’eau avant de m’enfoncer à la suite de la marine dans les bois. Cela faisait du bien. J’avançai dans les bois avant de voir un gros zombie s’acharner sur un corps avec un totem. Je reculai d’un pas en me bouchant les oreilles en l’entendant hurler. Putain. On allait se faire défoncer ! Je bondis sur le côté pour éviter une attaque avant d’armer à nouveau mon arme. La distance. J’inspirais profondément.

« J’avais remarqué ! »


Qu’il était beaucoup trop fort pour nous en frontal. On allait s’amuser à l’abattre à distance ! Je chargeais mon arbalète avant de me mettre à lui tourner vivement autour. Après une infime hésitation, je bondis dans les arbres et entre les branches pour l’examiner et trouver les points faibles de ce monstre. Il fallait que je l’immobilise, je lançai aux agents de la marine :

« Visez ses articulations ! Moins il sera mobile, mieux cela sera ! »

Mais son cuir semblait beaucoup plus épais que celui des autres zombies.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26876-dossier-de-grin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26866-termine-souris-souris-souris-pour-rester-en-vie





Pot-au-feu traditionnel

Event Halloween


Jaina qui vient de croiser ses bras sous sa poitrine généreuse, tapote son index contre un de ses avant-bras pour montrer sa formidable impatience. Ayant laissé le cadavre vivant à sa chère et tendre timonière, la capitaine espérait avoir une explication rapide du pourquoi son ennemi n’est pas mort à la première balle dans le cœur. Au lieu de cela, la blonde annonce qu’elle a des théories, mais absolument rien de concret. Jaina est déçue et évite de le dire à sa camarade. Après-tout, la fumeuse est totalement dépassée sur ce qui touche la médecine. Ce n’est pas de son domaine.

Jouant dans ce cas le rôle d’observatrice, elle se cale sur un tronc d'un arbre pour recharger soigneusement son revolver.

« C’était le seul cadavre vivant qui a tenté de me mordre le cul. » répond Jaina à l’interrogation de la blonde. Par la suite, Valkia tranche le corps du zombie en épargnant pendant un temps la tête. Devinez quoi ? Le zombie vivait encore en bougeant ses yeux, ses narines et le reste de sa mâchoire encore intact. La cow-girl n’en croit pas de ses mirettes et les écarquilles de surprise. Quand le crâne est fendu en deux le monstre meurt enfin, du moins il ne bouge plus. « Donc, il faut s’occuper de leur tronche pour en venir à bout. » conclut d’elle-même la capitaine des Ravengeuses.

Cette conclusion, Jaina va pouvoir l’expérimenter. Au même moment, une brindille se brise en deux et provoque un son d’alerte à l’équipage. Tournant son corps en direction de la mélodie, une horde de cannibale tous affreux les uns que les autres s’avancent lentement sur les vivantes. Tous sont recouverts d’hémoglobine dont essentiellement autour de leur bouche. Le sang est frais, dégoulinant, ils viennent de manger dans l’heure et visiblement les zombies ont encore faim.

Si Jaina n’est pas du tout effrayée par cette bande de guignols, sa fille en revanche n’est absolument pas rassurée. Elle recule, son pied droit se heurte à un petit cailloux et Wanda tombe sur son derrière. Par ce fait, un des indigènes se précipitent follement sur l’enfant de Jaina. Il tape son meilleur sprint, grogne d’une manière à donner la chair de poule et lorsque l’ennemi s’apprête à se jeter sur Wanda, une ogive explose le crâne du bouffeur de chair humaine…

Main tendue vers le nouveau mort, canon du revolver encore fumant, la capitaine des Ravengeuses n’a pas du tout appréciée que ce monstre s’en prend à sa petite rose. Même si actuellement son palpitant est encore en deuil suite à sa mésaventure à Hat Island entre Wanda et Pearl, Jaina reste tout de même sa mère…

« Va te cacher dans la cale du navire. » ordonne la daronne qui jette par la suite un coup d’œil à la démone épéiste. « Je ne te sens toujours pas en forme depuis Hat Island, reste sur le navire avec ma fille, je pars avec Jessica. »

Abaissant son Stetson -outil indispensable pour une cow-girl ayant vécu à Hat Island- pour cacher dans l’ombre de son chapeau ses cristaux de sang, Rosenberg tourne son revolver autour de son index pendant que ses pas réduisent la distance entre elle et la horde de monstruosités. Tout à coup, elle reprend correctement en main son arme à feu pour vider avec une grande rapidité l’intégralité de son magasin. Cinq balles pour cinq têtes. Jaina range son jouet vide dans le holster et en sort un deuxième d’un autre étui. Désireuse d’avoir plus de victimes, elle canarde d’une cartouche le tronc d’un arbre. La bastos dévie sa trajectoire initiale en tapant sur le thorax de la plante pour entrer dans plusieurs crânes de zombie. Pour les monstres ayant encore la face dure comme la pierre, l’ogive rebondit sur ces derniers et file dans d’autres victimes jusqu’à ce que le plomb perde en puissance et se loge dans une tête d’un ennemi.

« Chicago Shot… » murmure dans sa barbe inexistante la snipeuse qui souffle pour retirer la fumée sortant du canon de son revolver. Elle se facepalm juste après pour avoir sorti le nom de son attaque. À force de voyager avec Valkia, Jaina déteint sur elle.

Les autres bouffeurs de cadavres sont laissés pour sa timonière et sa seconde. Lorsque la boucherie prend fin, la cow-girl enjambe les cadavres puant afin d’entrer dans la forêt en compagnie de l'ange de la mort. Après plusieurs minutes, Jaina recharge ses bijoux en chemin avant que le sol se mette presque à trembler. Cela effraie les quelques oiseaux nichés en hauteur des végétations et pique la curiosité de l’albinos. Bifurquant dans la zone où devait se trouver ces bruits sourds, Jaina se raidit en sentant quelque chose tomber sur son épaule puis chatouiller son cou.

Par le bout du canon de son pistolet à barillet, la chose monte sur l’arme avant d’être vue par les billes rubis de Jaina. Un long frisson glace le sang de la femme ce qui lui provoque un grand mouvement de recule et un dégoût démesuré.

« Bordel…une grosse araignée. J’ai horreur de ces bestioles ! » exclame avec un ton de frayeur la desperada. « Plus horrible qu’un zombie ou bien qu’un scorpion. Ces huit pattes velus et ce corps épouvantable. Raaah…dégage de mon arme !! » dit-elle en donnant un violent coup de pied sur l’arachnide qui n’avait rien demandé. Furieuse en rangeant son arme, Jaina emboîte le pas en préférant ignorer Jessica. Couverte de ridicule, elle n’a pas envie d’entendre un rire ou d’apercevoir un quelconque sourire…

Les tremblements ne sont pas dû à une cause naturelle. Le responsable de ce vacarme se trouve être un cannibale bien plus impressionnant que ces congénères. Pourvus d’une musculature impressionnante, d’une armure en cuir qui allait poser problème et d’un masque empêchant les plus téméraires à viser son visage. Le mastodonte utilisait un totem pour écraser ses proies ou déchiqueter ces dernières avec les deux lames métalliques aux extrémités du fétiche.

Visiblement, il s’amusait avec un groupe de personnes. Pour Jaina, le monstre géant ne semble avoir aucune difficulté dans ce combat inéquitable. D’un coup de feu accompagné de son Fast Draw, la balle rebondit contre le masque du grand cannibale. Il pivote vers les Ravengeuses, hurle à faire péter les tympans et charge brusquement sur les deux femmes. De justesse, Jaina plonge sur sa gauche pour esquiver ce train humain. L’opposant finit sa course contre le tronc d’un arbre qui se fait littéralement déraciné. Le monstre par sa main valide, frappe à plusieurs reprises son torse et s’énerve encore plus.

« Jessica ! » interpelle Jaina qui remplit le barillet de son revolver par de nouvelles munitions. « Si nous voulons vaincre cette chose, nous allons devoir travailler en équipe avec les autres tordus ! » Soudainement, un indigène encore plus minuscules que les autres grimpe sur le dos du fonceur. Il tapote sa lance contre le masque de la brute et positionne son index sur les ennemis en criant d’un son extrêmement ridicule. « Ma belle, il sort d’où ce guignol ? Ce serait pas lui qui commanderait cette grosse brute ?! »


:copyright:️Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26582-ft-jaina-rosenberg
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26538-je-joue-de-l-harmonica-mais-je-joue-aussi-avec-la-detente-jaina-rosenberg#275058
Pot-au-feu traditionnel

— À vos ordre, capitaine.

Tu écartas les bras et tiras dans la tête de deux créatures qui venaient dans ta direction. Ils parcoururent encore quelques mètres avant de s’écrouler à tes pieds. Se mêler à la marine, pff, ça n’apporte que du mauvais, tu le savais d’expérience. Mais tu ne pouvais pas vraiment objecter, elle avait raison.

— J’SUIS PAS TA BELLE ! Combien de fois j’vais devoir t’le dire pour qu’t’imprime ?

Tu criais pour te faire entendre à travers tout le vacarme que le combat engendrait. Et un peu par énervement, il fallait le reconnaître. Elle en avait de ses questions, te dis-tu. Tu étais médecin, tu ne possédais pas la science infuse.

— Qu’est-c’j’en sais moi ? C’est la première fois qu’j’fous les pieds sur c’putain d’île ! J’découvre comme toi. Tu veux savoir ? Et ben on le flingue et on voit c’qui s’passe.

Dans un réflexe inespéré, tu esquivas l’affreux qui essaya de te croquer l’avant-bras et le frappas dans la nuque pour le faire tomber. Tu fis pleuvoir une grêle de plomb dans sa caboche, lui trouant presque l’entièreté de la face.

Vous aviez beau vous en débarrasser à la pelle, cela ne désemplissait pas. Il en arrivait de partout à la fois. Tu rechargeas tes magasins et continuas de les vider, balle après balle, en plein milieu du front de chaque créature qui te voulait du mal ou qui en voulait à ta comparse.

— Mais putain, vous m’faites tous bien trop chier là.

Par un mouvement gracieux, tu déplias ta faux au cœur de la mêlée et en décapitas un au passage, coupant son crâne en quatre parties qui retombèrent mollement sur le sol. Plusieurs se précipitèrent vers toi, de front. Bien si c’est ce qu’ils voulaient…

Tu courus à ton tour vers eux, armant ton bras, prête à abattre ta sentence. À leur hauteur, tu pivotas plusieurs fois sur toi-même, imprimant ce même mouvement à ta lame, roulant autour de tes épaules, découpant les têtes de tes victimes de façon nettes.

— Jaina, tire leur dessus !

Bon que faire ? Le géant fonçait sans réfléchir, sous l’impulsion de ce petit être juché sur son épaule, et balançait son énorme totem de bois sur les deux zigotos de l’armée navale. Cela t’arrachait les boyaux, mais tu allais devoir les aider.

Tu t’approchas rapidement d’un arbre et le débitas en gros morceaux tout en courant. En te concentrant rapidement sur ta visée, tu fis une pichenette à celui qui flottait devant, à la parfaite hauteur. Il alla heurter la balèse avec un choc violent. Pourtant, il n’avait pas l’air d’avoir subi des dommages à outrance. Il avait juste reculé d’un mètre ou deux.

Tu en profitas pour te faufiler et essayer de le faucher quand tout d’un coup tu dus esquiver un carreau d’arbalète.

— Nan mais ca va pas ? Apprends à viser ou je viens t’en coller une. J’suis pas la cible là ! revendiquas-tu en te retourner vers les marines.





Le narrateur est la faucheuse, elle fait partie intégrante à l'histoire, quand elle intervient, le texte est en italique (sauf dans les dialogues)

Moissonneuse et Désespoir/poussière:





Dernière édition par Jessica Hellhound le Lun 11 Déc 2023 - 20:36, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26598-la-mort-l-etre-aux-mille
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26537-la-mort-est-la-seule-juge-de-la-vie-redoutez-la-comme-vous-me-redoutez-jessica-l-ange-de-la-mort-hellhound#275056
‘’Rester calme soldats, je sais que vous en êtes capable !’’ S’exclame la blanche qui avait été repoussée par un revers de main du monstre.

Elle atterrir non loin d’eux, se rapproche pour éliminer d’un coup de hache en décapitant un zombie. Son aura de calme maternel est palpable, envahissant les soldats qui se reprennent lentement en hochant la tête. Ils resserrent les rangs et réaffirment leur position ainsi que leur formation. Mars beugle à nouveau des ordres, mais d’une voix plus calme et lentement, mais sûrement les soldats éliminent les vagues de zombis plus efficacement. Éléonore hoche la tête sous les paroles de la petite blonde qui l’accompagne. Grin avait clairement raison, mais c’était beaucoup plus facile à dire qu’à faire. Elle n’était même pas capable de s’approcher du monstre.

‘’Je vais m’occuper des zombis sur le terrain, occupe-toi du monstre, les renforts ne devraient pas tarder…’’ Lance la Ltd en s’élançant pour intercepter trois zombis qui s’étaient avancé rapidement vers Grin. D’une pirouette vers l’avant, avec une rotation du corps en utilisant la vitesse de déplacement, elle décapite la premier, tourne la lame sur le côté pour exploser la tête du deuxième en utilisant la puissance du mouvement et dans une dernière rotation, vient plonger vers l’avant en utilisant la gravité pour atterrir et découper en deux le corps moue en décomposition du dernier corps. Elle tire sa lame du corps, la ramène le long de son corps et observe la ligne de zombis qui arrive devant elle.

‘’Soldat ! Position ligne de tir, cible droite devant.’’

Tandis qu’elle tire une sucette de sa poche, qu’elle arrache le plastique avec ses dents et qu’elle porte la sucrerie dans sa bouche, les zombies sont à moins de deux mètres d’elle. Elle reste calme, depuis le ravage de son village et ce qui lui était arriver, ceci n’était rien. Elle retire son bonbon de sa bouche, sachant que son escouade est enfin en position.

‘’FEU !’’

Sans attendre, les soldats tirent, les balles sifflent autour d’elle et pourtant, elle ne semble même pas affectée par la situation. Tout ce qu’elle fait, c’est observé les corps tombés au sol en suçant son bonbon. Elle avait décidément besoin d’adrénaline, mais en même temps, ce n’était pas le temps pour ceci. Son attention se tourne vers son équipe qui chance de position pour attaquer une autre vague de zombie. Elle sourit fièrement face à l’initiative de Mars. Dire que le jeune homme aux yeux cyan la détestait au début, maintenant, il la suivait dès qu’il en avait l’occasion. Il en était de même pour cette rouquine de Roy, les deux faisaient un duo de combattants impressionnants et ils leur avaient montré leur conviction durant leur entraide sur Kage Berg.

Elle allait retourner jouer au chat et à la souris, clairement, c’était elle la souris, quand un coup de feu de gros calibre résonne dans l’air et frappe en plein visage le monstre. Le masque encaisse le coup, mais une marque est maintenant visible et folle de rage le monstre charge dans la direction de deux nouveaux arrivants. Elle n’a pas le temps de voir qui leur à apporter des renforts qu’elle doit sauter hors du chemin du mastodonte furieux. Les deux nouveaux venus semblent être des potentiels alliés malgré leur accoutrement excentrique et pourtant, l’une d’entre elle lui rappelle vaguement quelque chose. S’il n’avait pas été de ce chapeau qui cachait son visage. Elle se ressaisit sous l’avertissement de la danseuse macabre. Éléonore se tourne vers son escouade et vient se frayer un chemin dans la marée humaine. Les indigènes zombies semblaient doubles d’ardeur pour essayer de prendre un morceau d’elle, l’obligeant à effectuer plusieurs sauts aériens tout en tranchant des têtes. Elle atterrir lourdement sur le dernier, l’écrasant avec son poids et sa hanche bien enfoncée dans sa tête.

‘’Mars ! On évite de tirer sur les deux nouvelles venues !’’
‘’Parfait ma’am, mais vous savez que c’est Rosenberg ? Elle a une prime de 12 000 000 ฿ et je suppose que celle qui l’accompagne doit être un membre d’équipage les Ravengeuses…’’
‘’Je n’en ai rien à chier de savoir qui c'est Mars, pour le moment, on a besoin d’elles… Sinon on va tous y passer face à ce monstre.’’ Marmonne-t-elle de mauvaise humeur.
‘’Bien comprit ma’am. Si y’a des problèmes, je vous laisse gérer. VOUS AVEZ COMPRIT LA LIEUTENANT ?! On ne touche pas aux pirates pour le moment et je défonce personnellement le premier qui le fait.’’ Rajoute Mars.

Éléonore joue un instant avec son bonbon, laissant la boule sucrer rouler sur langue. Elle n’était pas heureuse de laisser des pirates jouer aussi près, mais en l’immédiat, elle n’avait pas le choix. Au même moment, Roy rapplique, une nouvelle escouade de soldats qui la suit et qui vient remplir leurs rangs. Elle hoche la tête avant de replonger dans la horde de zombis dans une valse aérienne et de décapitation d'indigènes.


Dernière édition par Éléonore Grey le Dim 10 Déc 2023 - 21:46, édité 2 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26871-eleonore-grey-soldate-au
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26836-eleonore-grey-soldate-au-rapport-terminee#277619
Des pirates. Maintenant des pirates nous aidaient… Soit ! Nous verrons bien ! Pour l’instant nous avions besoin d’aide ! Même si je reconnaissais Jaina Rosenberg, douze millions de berrys en prime, ainsi que… sa bras droit ? Je ne connaissais pas son nom. Qu’importe. On avait un gros problème à régler avant toute autre chose. La Éléonore Grey tenait ses hommes alors que je bondis pour esquiver une nouvelle attaque. Je fronçais légèrement les sourcils en armant un de mes carreaux. L’un d’eux avait manqué de toucher La Belle. Je ne m’excusais pas, elle gueulait sur les marines. Qu’importe. Je soufflais sur une mèche de me cheveux qui me tombait sur les yeux. J’avais besoin de reprendre légèrement mon souffle, les marines servaient à cela ! Ils tiraient pour occuper le monstre. Qui sembla vouloir s‘en prendre aux pirates… Putain… Je levai mon bras pour viser le genou du monstre et tirer. Histoire qu’elles ne se fassent pas écraser. On avait besoin d’elles vivantes.

Je commençai à manquer de carreaux d’arbalètes. Mais en même temps s’approcher de trop près du monstre… Tant pis. Je rangeai mon arbalète dans un cliquetis de métal avant de transformer mes mains en lame. Je bondis de ma branche pour m’enfoncer dans la horde de créatures, frappant, taillant au passage, le sourire toujours aux lèvres, il fallait… La petite créature. Je bondis à nouveau dans les arbres, une idée en tête, j’étais proche des pirates…

« Vous voyez la créature, minuscule, qu’elle a sur son épaule ? »

Lançais-je en essayant de parler assez fort pour qu’elles m’entendent.

« Essayons de voir si il ne le contrôle pas ! »

Je bondis à nouveau dans les branches en transformant ma main en arbalète.

« Lieutenante Grey ! »


Je bondis à ses côtés brièvement :

« La petite créature sur le gros, essayez de l’éliminer ! Peut-être qu’il le contrôle ! »

On ne savait jamais. Et au pire on le blesserait quand même, non ? Je m’écartais à nouveau en arrachant quelques carreaux d’arbalète à des cadavres pour les récupérer et me poser pour prendre le temps de viser la créature, la petite, celle qui me semblait étrange…
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26876-dossier-de-grin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26866-termine-souris-souris-souris-pour-rester-en-vie





Pot-au-feu traditionnel

Event Halloween


Jaina sourit en étant témoin de l'énervement de Jessica. Que c'est plaisant pour la cow-girl de voir sa belle hausser sa magnifique voix. Elle montre beaucoup plus de charme dans cet état. L'envie de continuer à l'embêter lui trotte l'esprit, sauf qu'elle se ravise lorsqu'une dizaine de zombies se rapprochent un peu trop de sa position. En sortant son deuxième flingue, fraîchement volé sur un cadavre d'un pauvre cow-boy, la desperada élimine chaque mort-vivant d'une balle dans la tête. Une simple broutille qui amène Jaina a jeté ses pétards bon marché pour sortir le gros calibre.

Lilith, la faiseuse de veuves. Une arme d'exception très célèbre à Hat Island. Son nouveau trésor qui va rester dans son arsenal. Jaina souhaite se familiariser avec ce beau bijou car Lilith refuse de coopérer. Sa visée n'est pas précise et son poids n'avantage aucunement l'albinos. Vérifiant le barillet qui est chargé, la louve frime un peu en effectuant des moulinets. La capitaine pirate cherche une cible. Lentement ses billes de sang s’orientent sur d’autres zombies. Des victimes faciles pour s’entraîner. Sauf que son attention se porte désormais sur le gros cadavre vivant qui cause beaucoup de ravages à son entourage. La louve en a l’eau à la bouche.

Néanmoins, d’autres proies offrent une viande bien juteuses et moins moisies que les zombies. La carnivore s’intéresse à l’autre groupe de vivants. Une femme porteuse d’une chevelure d’or tirant avec une arbalète, cela lui fait penser à sa grande sœur Annie qui est une experte au tir à l’arc. Son index titille la détente de Lilith. Oh que l’envie de la défourailler torture l’esprit bordélique de la Ravengeuse. Puis, ses yeux fixent intensément l’autre dame qui n’est pas inconnue pour Jaina. Détentrice d’un physique bien avantageux, d’une bouille à couper le souffle, son palpitant se met à battre frénétiquement pour ce joli minois. Mais l’heure n’est pas venue à la roucoulade. Jaina va devoir faire un choix. Lentement son bras se lève en direction de l’arbalétrier, la tireuse se concentre pour ne pas manquer son coup. Vu que son arme ne souhaite pas être domptée, la femme primée de douze millions de berrys vise le ventre de sa nouvelle ennemie. Si un défaut de tir survient, son ogive pourra se planter soit dans une jambe, soit dans la tête…

Prête à faire parler la poudre, à déterrer la hache de guerre, l’albinos ne remarque aucunement que le gros balourd venant de recevoir un bon choc violent à cause de Jessica, se trouve désormais derrière l’albinos. Il donne gratuitement un coup circulaire dans le flan droit de Jaina à l’aide de son précieux totem. Fort heureusement, les parties métalliques ne touchent pas la cow-girl ce qui lui évite une mort bien ridicule pour celle qui désire être la Reine du tir. Entraînée par la violence du cannibale musclé cadavérique, l’albinos est projetée à l’extérieur du combat, finissant sa course contre un tronc d’arbre…

Elle perd conscience dix petites secondes et revient à elle au bon moment avant qu’un petit mangeur d’homme ou plutôt de femme désire mordre l’une de ses cuisses. Difficilement, Jaina repousse le zombie par un coup de santiag et arrive avec peine à se relever. Etourdit, mal au crâne, manquant de s’effondrer à nouveau, Rosenberg est obligée de coller le canon de Lilith contre le front du cannibale afin de l’arrêter définitivement.

Pestant en sentant une douleur infernale à son flan touché par le mastodonte, la louve revient difficilement sur le champ de bataille. Encore plus énervée, honteuse de s’être fait avoir aussi facilement, Jaina oriente son arme d’exception sur le gringalet donnant potentiellement des ordres au géant cannibale. Elle appuie férocement sur la détente de son revolver pour canarder le coéquipier du musclé. Les balles sifflent dangereusement dans les airs et une seule (qui n’est pas contrée par le grand gaillard) termine son parcours dans le bide du petit indigène.

Remarquant que son ami microscopique est aux pieds de la mort, l’écraseur qui semble visiblement doux comme un agneau, monte au crescendo. Le cannibale cadavérique montre une colère bien plus impressionnante et gueule à en faire péter les tympans des plus proches…


:copyright:️Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26582-ft-jaina-rosenberg
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26538-je-joue-de-l-harmonica-mais-je-joue-aussi-avec-la-detente-jaina-rosenberg#275058
Pot-au-feu traditionnel

Le cri qui avait retenti, venant de ce géant, t’avait presque brisé les tympans. Encore heureux, tu te trouvais assez loin de cette créature pour recouvrer tes esprits plus ou moins clairement et plus ou moins rapidement.

En observant les alentours, tu perçus la jeune militaire, la belle blonde aux traits fins, se faire charger par le grand gaillard. Ton sang n’effectua qu’un tour, et tu fonças dans sa direction. Et alors qu’il allait la percuter, tu la chopas et vous vous étalâtes de votre long. Il vous passa très près, mais finit sa course dans les arbres à quelque distance.

— Reprenez vos esprits, soldat. Vous vous en sortirez pas en continuant d’la sorte, l’admonestas-tu en te relevant. C’est pas une putain d’cours de récrée ici ! On est sur un foutu champ d’bataille !

Tu le redressas énergiquement avant de t’esquiver et de cavaler à travers la clairière. Des têtes de cannibales tombèrent à mesure que tu progressais en direction de ton équipière. Elle était bien mal en point, bien plus que toi en ce moment. Tu soupiras lourdement en glissant sur le sol, détruisant au passage tes bas résille. Tu claquas la langue pour marquer un peu plus ton exaspération. Encore heureux que tu en eusses de rechange.

— Ca vaut pour toi aussi, par l’Grande Faucheuse ! T’as jamais fini de t’foutre dans un merdier sans nom ?!

Tu aspergeas sur elle, comme à l’accoutumée maintenant, une énorme quantité de poudre coagulante et antidouleur. Cela prit effet quasi immédiatement. Tu l’auscultas rapidement, palpant chaque membre. Quand tu tâtas son épaule droite, un gémissement de détresse s’extirpa de ses lèvres. Cela ne signifiait qu’une chose.

— T’as une luxation d’l’épaule. Va falloir qu’j’la remette en place. T’as p’t-être une grosse dose de résilience dans l’corps, avec c’que j’t’ai filé. Mais tu vas quand même l’sentir passer. Mors là d’dans.

Tu lui tendis un bout de bois et une fois qu’elle le serrait aussi fort qu’elle le pouvait, tu commençais un décompte.

— A trois.

Tu plaças le bras de Jaina à 90 degrés par rapport à son buste et ta main en levier contre l’arrière de son deltoïde.

— Un.

Tu soutins son regard de façon intensive, pour la distraire de sa douleur. Pour qu’elle se concentre sur quelque chose d’autre. Elle possédait quand même un sacré beau pair d’yeux, pensas-tu. Le rouge de l’albinisme. Rouge sang. Un rouge qui t'exaltait

— Deux.

Tu n’arrivas jamais à trois. C’est à ce moment fatidique que tu tiras sur son bras fermement et lentement. Un bruit écœurant retentit quand l’os rentra dans sa cavité et ta capitaine ne put étouffer un cri de douleur.

— C’est fait, mais tu fais gaffe ! Déjà qu’tu d’vrais être dans une attelle après ça. Un aut’coup comm’ça et c’est l’immobilisation pendant un mois.

J’apparus à cet instant dans ta vision périphérique. Je voulais te prévenir d’un danger imminent, mais je n’en eus guère le temps.  De ce même côté, enragée par la blessure subie de son mini acolyte, l’armoire à glace s’était approchée de toi et ne je pus constater, impuissant, au violent traitement qu’il te fit endurer.

Il empoigna ta jambe et te balança par-dessus sa stature. Tu percutas la terre avec force sur le ventre et il recommença une nouvelle fois. Te retrouvant sur le dos, meurtrie, sonnée et enfoncée dans le sol de cinq bons centimètres, tu n’arrivais plus vraiment à bouger et te défendre. Ta faux était au loin, sa lame extraite du bâton sur lequel elle repose. Et il te pilonna avec son totem sous tes yeux ébahis t’arrachant par la même une gerbe de sang et te brisa une côte ou deux.

Il redressa son arme en bois et s’apprêta à la rabattre sur toi. Si personne n’intervenait, c’était deux côtes de plus et des organes en bouilles qui t’attendaient.



Le narrateur est la faucheuse, elle fait partie intégrante à l'histoire, quand elle intervient, le texte est en italique (sauf dans les dialogues)

Moissonneuse et Désespoir/poussière:





Dernière édition par Jessica Hellhound le Mer 13 Déc 2023 - 8:24, édité 3 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26598-la-mort-l-etre-aux-mille
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26537-la-mort-est-la-seule-juge-de-la-vie-redoutez-la-comme-vous-me-redoutez-jessica-l-ange-de-la-mort-hellhound#275056
Tout allait beaucoup trop vite, les zombies ne mourraient pas accès vite, ils donnaient l’impression d’arriver par centaine et ils se retrouvaient débordé de partout… Éléonore décapite pour la énième fois un zombie, ses gestes devenant plus mécaniques qu’autre chose dans la situation. L’adrénaline avait quitté son corps, il n’y avait rien d’excitant ou d’apeurant dans ces bêtes sans la moindre onze d’intelligence qui se précipitait dans tous les sens. La danse macabre n’était plus, encore moins la chorégraphie voltigeuse habituelle de la blanche qui n’était plus que l’effigie de l’ennui. Ses hommes du moment géraient comme des pro la horde de zombies et avec Mars qui s’assurait que tout soit parfait, la demoiselle n’avait plus qu’à s’amuser platement avec les proies différentes, celles plurent rapides ou plus grosses. Tout en repoussant un cannibale qui s’était jeté sur elle, la mâchoire refermer sur le manche de sa hache. Elle observe la scène impuissante de Grin qui lui lance une information. Mon regard ambré se tourne légèrement vers le monstre qui court vers les pirates.

‘’Plus facile à dire qu’à faire Grin ! Mais je garde en tête !’’

Derrière elle, elle entend Mars qui se fraye un chemin à cours de sabre, venant finalement pourfendre simplement le cannibale qui tenait en otage sa Lieutenante. Elle le remercie, lui dit de se pencher et elle tourbillonne brusquement sur elle en tenant sa hache bien solidement à l’horizontale. Mars, un genou au sol avant la tête penchée pour être plus bas que les hanches de la demoiselle, observent avec une certaine fascination les torses des quelques humains autour d’eux être tranché et tombé au sol. Il se redresse, dépassant la veuve d’une tête et demie avant de hocher la tête et de retourner auprès des autres soldats. Son attention est à nouveau attirée sur le duo de pirate, les demoiselles aux effigies des plus particulières, d’un côté l’ange de la mort et de l’autre une… Dangereuse cowboy à la précision vicieuse. Autant plus, cette dernière demoiselle avait quelque chose de familier. Dans un large mouvement de rotation d’arme, effectuant un huit, elle vient dégager un monstre avant que son attention ne soit directement attirée par l’envol de la cavalière sombre.

Il vient ensuite le cri meurtrier du monstre. Tout en se tenant la tête fermement en essayant d’étouffer le son. Son arme avait trouvé le sol tandis que l’un de ses genoux ce pli et qu’il lui faut toute sa volonté pour ne pas fléchir. Elle voit certains de ces hommes s’évanouirent face à la force du cri. Le mal était fait, voilà un peu de sang qui coule de ses oreilles sensibles et maintenant à moitié sourde. La main tremblante, elle touche le liquide chaud qui coule, avant de lever les yeux vers le monstre ou s’accrochait encore son médiocre compagnon. Ce concentrant sur cette dernière, elle récupère sa hache en grimaçant. Tout en fouillant le terrain, elle remarque que l’ange de la mort s’est précipité vers son amie et en prendre soin. Elle fait signe à aux hommes d’envoyé une rafale vers le géant, attirant un instant l’attention du monstre qui reçoit à l’intervalle des volées de balles.

Éléonore à la vague impression que les projectiles ne fait que l’énerver davantage et quand il leur tourne dos, elle fait signe aux hommes d’arrêter pour retourner sur les cannibales qui revenaient en force. Au même moment, Roy revenait avec un autre bataillon d’homme, ils se mirent en position avec leurs sabres, interceptant les vagues pour protéger les artilleurs. Elle soupire, elle espère sincèrement que ceci sera suffisant et que ça aidera… Au même moment, le monstre s’active, se précipitant sur l’ange pour l’attraper et la fracasser. Éléonore serre la mâchoire avant d’attraper sa hache à la base et lève l’arme démesurée au-dessus de sa tête.

‘’Vise, ne réfléchis pas, laisse ton instinct prendre le dessus, c’est comme le lancer de hachette, mais avec une hache… Démesurer…’’ Souffle la blanche qui profite de la situation ou le monstre s’est arrêté de bouger.

Elle prend une grande respiration, gonfle ses muscles et avec un dernier effort envoi l’arme en direction de la petite créature qui s’accroche à la vie comme une vermine. L’arme s’élance et avec un soupir de soulagement, elle vient se planter dans le dos du gremlin monstrueux. Il se raidit brusquement, pousse une faible plainte avant de tomber vers le sol. Ceci semble faire figer le monstre un instant et la veuve s’élance immédiatement, sautant d’une tête ou d’une épaule à une autre pour se laisser tomber proche de l’ange meurtrie. Sans cérémonie, elle l’attrape et la soulève et c’est ce moment où le monstre semble éclater dans une colère noire, devenant erratique dans ses faits et gestes. Éléonore les propulse en direction de l’autre pirate, se doutant qu’il ne soit pas judicieux de la ramener de son côté avec les soldats de la marine. Elle vient la déposer près de l’autre femme, attrape le visage la blonde et examine un instant les pupilles de cette dernière. Elle vient passer rapidement un doigt devant les yeux pour s’assurer qu’elle était toujours consciente.

‘’Ça va, tu vas survivre, mais vas…’’ Ses mots meurent dans sa gorge quand son regard glisse sur l’autre femme et qu’elle reconnaît Jaina. ‘’Jai… Na ?’’ Cependant, elle n’a pas le temps de poser plus de questions, le monstre fonçant vers les bataillons de soldats qui s’étaient mis à paniquer devant la charge colossale. ‘’Fuck.’’ Elle se redresse, se précipite vers la demi-faux, l’attrape et virevolte un instant avec, utilisant l’arme improviser pour venir faucher quelques têtes avant d’effectuer un salto et de lancer l’arme en direction des femmes, la lame venant se planter dans le tronc au-dessus de leurs têtes. Le bâton suivit quelques instants après, rebondissant à leurs pieds pendant qu’elle extirpait sa hache du corps de la petite chose, mais elle semblait avoir frappé un os qui retenait prisonnier sa hache.

‘’SOLDATS ! Dispersion immédiate, groupe de deux-trois ! Roy et Mars avec moi !’’ Annonce la blanche qui réussit enfin à extirper son corps du cadavre.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26871-eleonore-grey-soldate-au
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26836-eleonore-grey-soldate-au-rapport-terminee#277619
Visiblement, j’étais devenue une cible de choix puisque le gros monstre ne voulait pas me lâcher. OK j’avais tué le petit truc, mais est-ce que c’était une raison pour le prendre personnellement ? Visiblement… Oui ! J’avais beau essayer de l’esquiver, il revenait et je commençais à manquer sérieusement de souffle. Il me fonça dessus et je sentis brusquement quelqu’un m’attraper et on roula au sol ensemble. La… pirate ? Très bien. J’inclinai la tête vers elle.

« Merci. »


Je savais qu’on était sur un champ de bataille, le sang coulant de mes oreilles après le hurlement du bousin le confirmait. Je soufflai un coup pour reprendre un peu d’air avant de me redresser et de repasser mes mains… hé bien en simples mains et non plus en lame ou en arbalète alors que j’avais repris mes carreaux. J’inspirais à nouveau profondément avant de bondir vers le monstre qui fracassait ma sauveuse. J’armais mon bras avant de l’abattre dans son dos de toutes mes forces

« Flic-Flac. »

Je venais de libérer une onde d’hasshoken dans son dos alors que la hache se plantait dans le petit monstre. Je n’eus pas le temps de savoir si c’était moi ou le coup de hache qui avait empêché le colosse de fracasser ma sauveuse, mais le résultat était le même : il s’était figé et Eleonore venait de la récupérer et moi de m’éloigner. Je secouais mes doigts machinalement alors que Grey ordonnait la dispersion. C’était pas le moment Grin ! J’avais le droit à une dizaine de zombies sur moi qui me rapprochait de la capitaine pirate. Le colosse fit tourner son totem en projetant tout autour de lui des zombies. À croire que c’était une nouvelle technique. Mais un zombie me fut envoyé dessus quand bien même il avait des os qui sortaient de partout et qui semblait très pressé de goûter à ma gorge. Je le repoussais d’un coup de pieds en essuyant au passage le sang de mes oreilles S’éloigner… Mais le colosse semblait toujours vouloir nous bouffer. Je jetais un œil à la capitaine pirate qui semblait pas ravie de me voir à ses côtés. Non promis, j’allais pas te tuer. Mais je gardais mon sourire sur mes lèvres alors que j’étais focus. Comment le tuer… Un coup assez puissant à la tête ? Et pourquoi il y avait toujours plus de Zombies ?! Bordel… il fallait trouver absolument la source… Sinon nous allions nous faire massacrer juste parce qu’il y en avait encore et toujours… Trouver la source, il fallait trouver la source… Et finir de tuer ce gros machin.

# Flic-flac :
Grand coup de paume de Grin dans le dos, la poitrine, ou un membre de la personne en usant de se capacité de Hasshoken et faire le maximum de dégâts. Flic-Flac vient du bruit qui vient du corps après avoir subit cette technique.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26876-dossier-de-grin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26866-termine-souris-souris-souris-pour-rester-en-vie





Pot-au-feu traditionnel

Event Halloween


Une luxation de l’épaule, rien que ça ? Jaina crache sur le sol, non heureuse de subir une nouvelle blessure dans une telle situation. Son corps semble être du papier ou du carton. Le moindre choc et l’albinos a le droit à un aller simple chez le médecin. D’un certain côté, la cow-girl est plutôt heureuse d’avoir une nouvelle séance de soin par sa chère et tendre timonière. Diable qu’elle est si jolie, digne d’une véritable Aphrodite. Son palpitant est à chaque fois chamboulé en observant cette magnifique déesse. Bizarrement, la trentenaire se sent beaucoup moins confiante dans ses techniques de dragues lorsqu’il s’agit de Jessica. Pourquoi cela ? Jaina ne sait pas l’expliquer. Elle redevient la femme non confiante qui avait réussi à avouer sa flamme au seul homme qui devint le père de Wanda.

Silencieuse, car les mots n’ont aucune importance au moment où Jessica désire soigner au plus vite la luxation de Jaina, cette dernière soupire presque de soulagement en recevant la poudre miraculeuse pour atténuer un minimum la douleur. La louve mord avec ses crocs le morceau de bois et s’attend déjà au pire. Néanmoins, elle ne recule pas, affrontant ce que la capitaine pirate va subir. Dans trois secondes, la fumeuse sera normalement opérationnelle pour un nouveau round. Puis, s’attendant à bien souffrir, Jaina se perd dans l’océan des yeux de la blonde. Une couleur envoûtante, captivante. Ses pommettes se réchauffent, son organe battant torture sa poitrine. L’albinos souhaite la complimenter sur ses ravissants saphirs. Elle n’en a pas l’occasion. De toutes ses forces, Rosenberg hurle et heureusement que le morceau de bois camoufle une partie de son cri… L’os vient de revenir à sa place initiale…

« Merci… » arrive à dire la cow-girl qui est à quatre pattes, transpirant à grosses goûtes tout en ayant envie de vomir son petit-déjeuner qui était composé d’un morceau de viande et d’une pomme. Oui, si son repas est très léger, tout le monde n’a pas le loisir de manger comme des rois ou des nobles.

Plaquant ses mains contre ses oreilles, le hurlement du zombie bien plus gros que les autres immobilise la Ravengeuse. Ses membres sont paralysés, son regard sanguin se remplit de frayeur pendant que Jessica sert de défouloir au grand costaud. Le bougre termine son numéro déplaisant et Jaina succombe à deux états d’émotions. Tout d’abord, elle panique. Sa médecin, son membre d’équipage, sa fidèle alliée est en marche pour rejoindre le royaume des morts. Le même scénario que sa défunte sœur Pearl, morte devant une Jaina totalement impuissante…

Heureusement que la Marine est là pour arranger les choses. Les deux femmes du bon côté de la loi terminent pour de bon le zombie à la taille ridicule. La mort du nabot pétrifie pendant un temps le mastodonte qui souhaitait terminer Jessica. Sa blonde est sauvée, grâce à l’ennemi naturel de Jaina…

Le deuxième état de l’albinos se résume à une redoutable colère. Actuellement la dirigeante des Ravengeuses, ses membres sont sous sa responsabilité. Ils font désormais partie de sa meute et quiconque ose commettre du mal à ces derniers la louve Alpha bondit pour mordre ses adversaires. Ne prêtant pas attention à la charmante femme qui a reconnu Jaina, la cow-girl se grille une nouvelle clope en faisant rouler la molette de son Zippo contre la semelle de sa santiag. Par ce contact, des flammes recouvrent l’intégralité de sa botte droite. Son Fire Heart entre en action.

« Reviens là ! » gueule la mécontente qui est spectatrice du colosse jouant à chat avec les soldats de marine détenant le rôle des souris.

Ses paroles n’ont aucun impact sur l’excité bouffeur de chair humaine. Elle finit par vider le chargeur de Lilith dans le dos de l’armoire à glace. Miracle ! Le monstrueux cannibale fonce maintenant sur Jaina. Rangeant son revolver dans le holster, la louve court sur son ennemi. Rosenberg s’élance dans les airs, son pied en feu en direction du gros lourdaud.

« Demonic Chin Queen !! » balance haut et fort la rageuse qui administre un coup de santiag sous le menton du mort-vivant. Le gaillard tombe à la renverse, dos qui s’apprête à embrasser le sol. Au moment de l’impact, lorsque le pied de Jaina s’éteint, la tireuse a eu le temps de sortir puis remplir son arme de munitions. Les balles sortent rapidement du canon pour briser le masque du zombie…

Sortant une dynamite de son inventaire et souhaitant la caler entre les dents du cannibale, une horde de zombies, bien plus faibles, mais plus embêtant en groupe, oblige Jaina à reculer et à ne pas mettre son plan à exécution.

Est-ce que le Hulk zombie est mort ? Enfin défait ? Non ! Mais, la protection à son visage n’existe plus. Son point faible est accessible au plus courageux et au plus téméraire…

La louve se rapproche de Jessica, la protégeant d’une multitudes de morts-vivants jusqu’à ce que cette dernière soit à nouveau opérationnelle.

« Est-ce que tu peux continuer Jess ? Si la réponse est non, je te ramène au bateau. Hors de question de te perdre. » grogne la prédatrice et qui a arrêté de compter après sa vingtième cible éliminée. « Que les choses soient claires les gueux de la Marine. » reprend Jaina qui place six balles dans le barillet de Lilith. « Quiconque ose commettre du mal à mon médecin, je l’envoie en enfer. Peu importe la situation actuelle, je suis capable de vous loger une balle dans la tête ! » menace ouvertement l’albinos qui protège Eléonore d’un zombie qui souhaitait la mordre derrière son dos. Une dette devait être remboursée après avoir aidé Jessica… « Avons-nous un accord ?! » Son regard rubis se pose sur Grey. « Et je suis ravie de te revoir sucre d’orge. Dommage que tu portes un tel accoutrement. »


:copyright:️Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia


Dernière édition par Jaina Rosenberg le Mar 19 Déc 2023 - 17:46, édité 2 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26582-ft-jaina-rosenberg
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26538-je-joue-de-l-harmonica-mais-je-joue-aussi-avec-la-detente-jaina-rosenberg#275058
Pot-au-feu traditionnel

Tu repris peu à peu conscience. Les choses s’étaient déroulées par trop rapidement. Le sauvetage par cette marine à la natte blanche, ton pseudo évanouissement, Jaina qui pète un câble. Tu soupiras en te relevant non sans difficulté. Après t’être assurée de tes appuis, tu testas la résistance de tes ailes. Un peu grippées, mais elles avaient tenues bon. Tu les entretiendrais une fois revenu sur le navire.

– Merci m’man, mais j’peux continuer, j’ai pas b’soin d’un chaperon.

Tu sentis soudainement une coulée froide descendre entre tes reins. En glissant ta main sous ton t-shirt et en la ramenant à vue, tu constatas qu’une trace grisâtre tachait tes doigts.

– Merde…

Tes réservoirs à Pestilence et Résilience n’avaient pas survécu au choc. Avec ton arme tombée au cœur de la mêlée, c’était bien ta veine. Il te fallait agir vite. Rester sans moyen de défense dans cet affrontement presque absurde signifiait une mort assurée.

Une douleur certaine vint te saisir au flanc. Tes côtes k7 et k8 droites s’étaient rompues sous la secousse. En réponse, tu t’inoculas la dernière dose de Résilience, atténuant au mieux tes souffrances et enfin tu pris une décision.

– Jaina, tire d’couverture, maint’nant ! ordonnas-tu à ta supérieure tandis que tu débutas une galopade effrénée à travers la horde de marcheurs fous.

Sous la grêle de balles, qui explosait presque instantanément les crânes qu’elle perforait, tu remontais indéniablement le courant vers ta chère et tendre Moissonneuse. Soudainement, une de ces créatures surgit sur ta gauche, cherchant à te bouffer le bras. En un souffle, tu l’esquivas, te glissas dans son dos et lui brisas la nuque d’un coup sec, avant de repartir vers ton objectif.

À à peine une distance de ton arme, une horde d’humanoïdes frénétique que les plombs de ta capitaine ne pouvaient contenir apparut devant toi. D’instinct tu réagis. Toujours dans ta course, tu saisis le bâton et le remboîtas dans le socle qui l’unissait à la lame, cette dernière reposant encore sur le sol.

Une fois fait, à une toise des êtres putréfiés, dans la continuité de ton mouvement, tu exécutas un salto tendu dans leur direction. Quand ton corps se tint parfaitement perpendiculaire, et que la horde se situait pile sous toi, tu pivotas. Un geste ample, effectué à la perfection, qui imprima une force indéniable à ton engin de mort.

Avec le bruissement caractéristique du métal qui fend l’air, des têtes se suspendirent un court moment tandis que les dépouilles chutèrent instantanément. Tu atterris totalement droite, une mine solennelle sur le visage, le manche de ta faux planté fermement dans le sol.

De ce rassemblement dangereux de cannibales, il n’en restait qu’une poignée. Tu les considéras un à un tandis qu’ils progressaient vers toi et, alors qu’ils ne se trouvaient qu’à un pas de toi, tu les contournas, tournant incessamment autour d’eux. Un pincement au flanc, même atténué par la drogue que tu t’étais injectée, se rappela à toi. Tes côtes te tourmenteraient d’autant plus dans quelques heures.

D’une main habile, tu les rassemblas en un paquet compact à l’aide de ton arme et au dernier moment lança celle-ci dans les airs, imprimant un effet rotatif impressionnant. Elle tournoya autour de la meute tout en virevoltant sur son propre axe.

La lame incurvée décapita les crânes, tronçonnant nuque après nuque, pour enfin te revenir entre les doigts, son office achevé. Le nombre de cadavres ambulants commençait doucement à diminuer. Vous n’en voyez certes pas le bout, mais on pouvait sentir que les choses progressaient. Ne restait vraiment que ce colosse à maîtriser.

Tandis que ce dernier attaquait tes compagnons d’infortune, balançant sa grosse masse totémique sur les militaires, tu décelas une opportunité. Tu te glissas rapidement derrière lui, son attention portée ailleurs, et alors qu’il s’apprêtait à relever une nouvelle fois son gourdin, tu le fauchas au niveau de sa jambe d’appuis.

Il bascula, perdant l’équilibre. Dans ses mouvements erratiques, il te percuta violemment et te projeta sur une bande de ses congénères, te coupant le souffle. Malgré ton état, c’était l’instant ou jamais de se débarrer de cette chose épouvantable une fois pour toutes.



Le narrateur est la faucheuse, elle fait partie intégrante à l'histoire, quand elle intervient, le texte est en italique (sauf dans les dialogues)

Moissonneuse et Désespoir/poussière:





Dernière édition par Jessica Hellhound le Sam 23 Déc 2023 - 14:43, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26598-la-mort-l-etre-aux-mille
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26537-la-mort-est-la-seule-juge-de-la-vie-redoutez-la-comme-vous-me-redoutez-jessica-l-ange-de-la-mort-hellhound#275056
Les choses n’allaient vraiment pas bien et la blanche commençait à craindre pour son escadron du moment. Elle n’aimait peut-être pas la responsabilité de s’occuper d’autant de monde, mais elle n’allait certainement pas les laisser crever pour autant. Tout en reculant pour se rapprocher de son monde qui commençait à reprendre position près d’elle, elle s’exclame en reposant le zombie mort de la main de Jaina.

‘’Vous avez compris la dame ? Notre priorité est le monstre géant, le reste on s’en fiche. Le premier qui ne respecte pas, je laisse Jaina s’en occuper. SUIS-JE CLAIRE ?’’

Il y eut quelques éclats de surprises, mais ils comprirent rapidement que la blanche ne blaguait pas. Elle échange un regard avec Mars et Roy qui esquivent silencieusement, mais ils acceptaient tout de même l’ordre. La soldate n’était pas la plus heureuse de devoir s’allier avec des pirates, mais au vu de la situation, elle n’allait certainement pas condamner tout le monde. Maintenant, qu’elle savait qu’elle connaissait Jaina, une partie d’elle espérait… Elle se surprend elle-même de cette idée, elle espérait quoi ? Renouée avec une vieille connaissance ? Son statut de pirate confirmée et primée changeait beaucoup de choses.

‘’Effectivement, bien piètres retrouvailles Jaina. Laisse tomber le surnom, celui-ci ne me va plus de toute façon… Mais je suis contente de te savoir en vie.’’ Sur ses paroles, elle décapite un zombie et se concentre sur le combat du moment.

Son esprit bouillonne tout de même de questions, comment l’autre femme s’était-elle retrouvée dans le camp de pirate ? Que s'était-il passé pour qu’elle soit là ? Avait-elle des nouvelles de sa fille ? Renouveler avec elle ? Ou simplement abandonnée l’idée ? Plusieurs années, c’était écoulée depuis leur rencontre et malgré tout, les souvenirs restaient vivides dans son esprit. Elle secoue la tête, se concentrant sur la situation actuelle et le monstre qui s’active à nouveau. C’est à ce moment-là que la blonde qu’elle avait sauvée semble s’activer et attirer à elle la horde de cannibales qui restait. Laissant l’ange de la mort sous la protection de Jaina, Éléonore donnée des nouveaux ordres aux soldats qui chance de cible pour l’énorme monstre donc Jaina avait enfin libérer son visage affreux.

‘’Viser la tête ! FEU !’’

Une volée de balles vient frapper la chair faciès et il se tourne vers eux. Éléonore hoche doucement la tête, reprenant son ordre pour la deuxième vague qui attendait sagement. Par contre, cette fois-ci le visage de celui-ci se couvre d’une plaque solide noir, renforçant son visage et le protégeant de la seconde vague. Elle secoue la tête, tout ceci devenait pénible et c’est avec surprise que la blanche observe le monstre basculer lourdement vers l’avant pour se fracasser lourdement au sol, non loin d’eux. Tout en se rapprochant du monstre, elle ne se pose pas de question, elle soulève sa hache pour venir la fracasser dans le crâne découvert du monstre. Cependant, la hache, aussi redoutant son tranchant soit-elle, la veuve semble manquer de force, pénétrant à peine l’os. Le monstre pousse un grognement de mécontentement, mais il semble encore sonner. Sans perdre plus de temps, elle s’élance en direction de Jaina et l’attrape par la taille et le poignet.

‘’Tu me permets une dernière danse ? Pour le bon vieux temps ?’’ Demande-t-elle avec un sourire en connaissant très bien maintenant que c’était la pistolero la plus forte ici. ‘’Suis mes mouvements et fait moi confiance.’’

Après un échange positif, la blanche enlace doucement la pirate et l’entraine dans une rapide valse pour récupérer de l’élan avant de simplement profiter de leur agilité commune en susurrant les mouvements à suivre au creux de l’oreille de la pirate pour effectuer une série de salto arrière, s’envoler vers le ciel au dernier moment avant de venir atterrir lourdement sur la tête de la hache plus large que d’ordinaire. Sous le poids combiné des deux femmes, la lame tranchante s’enfonce brusquement et le son de la chair et de l’os combiné s’étire dans l’air suivi d’un gargouillis désagréable. Toujours en tenant fermement la pirate contre elle, elle croise le regard de cette dernière et marmonne faiblement ;

‘’Heureuse de voir que nous avons toujours une bonne affinité.’’ Elle offre un faible sourire avant de lentement relâcher sa prise sur elle et de la libérer.

Elle attend sagement que cette dernière s’éloigne en surveillant ses hommes avant de sauter sur le manche de son arme et de faire sauter cette dernière du crâne. Le manche en bois remonte le long de son dos, passe sur le son épaule gauche et elle l’attrape le manche au niveau de la tête, l’arrêtant dans son élan. Elle atterrit au sol, soufflant lourdement. Essoufflé de tout ce qui venait de se passer, les vêtements déchirés ici et la part les cannibales avides de chair elle se rapproche des escouades. Il y a un lourd silence et une étrange tension dans l’air… Qu’allait-il se passer maintenant ? Allait-il arrêter les pirates ? Les marines se regardaient entre eux incertains, mais personne n’osait faire quoi que ce soit. Tout en essayant de reprendre son souffle, elle rejoindre Mars et Roy qui viennent l’observer un instant, attendant la suite de la situation. Elle vient pour ouvrir la bouche, mais un son strident semble s’élever dans l’air, quelque chose de glacial. L’onde de choc est remplie d’une rage froide, mécontente de la mort d’un allié. Éléonore se tourne immédiatement en direction du cœur du cimetière. Il y avait donc une autre créature comme celle-ci ? Plus loin encore ? Et elle semblait beaucoup plus forte que celle-ci encore. Elle pince les lèvres mécontentes et tourne la tête vers les siens.

‘’Il semblerait que nous n’aillions pas fini le boulot… Grin, comment tu te sens ? Toujours en forme ? Va falloir bouger vers le centre…’’ Elle se tourne vers les pirates un instant, observe l’état de la blonde et ensuite Jaina. ‘’Il serait stupide de vous encourager à nous suivre, surtout vu votre état, mais vous êtes libre de faire ce que vous voulez.’’ Explique calmement la veuve.

Elle offre un dernier signe de tête amical à Jaina avant de rejoindre Grin et de l’inviter à se déplacer.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26871-eleonore-grey-soldate-au
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26836-eleonore-grey-soldate-au-rapport-terminee#277619
Ah les merdiers du combat ! Il ne fallait pas se mentir ! Les combats de groupe, surtout contre des zombies, dont un tout en muscle… C’était vraiment beaucoup… le bordel. J’avais bondi pour protéger Jessica de la horde de Zombies qu i voulait se servir d’elle comme d’apéritif. Je la relevais d’un geste un peu brusque pour la remettre à l’abri. Il restait la grosse bestiole. Mais la Lieutenante se débrouillait très bien, même si je n’aimais pas du tout cela. Il faudrait que je lui en touche un mot ou deux… Voir plus. Surtout au vu de sa proximité avec la dite pirate. Et cela même si elle était une alliée. Temporaire. Tout était dans le temporaire. Navrée jolie pirate qui m’a sauvé la vie ! Je pourrais te tuer sans problème ! Mais en tout cas je continuais de faire mon travail en tentant d’abattre le gros zombie jusqu’à ce que Grey le fasse avec la pirate. Je regardai tour à tour les pirates avant de souffler un coup en me redressant lentement, essayant la sueur qui coulait dans mes yeux. Jessica et Jaina… Je posais un regard sur elles en silence pendant quelques secondes avant de boire une gorgée d’eau. Je relevai les yeux vers la Grey en inclinant la tête. Le boulot n’était pas fini.

« Impeccable Commandante. Allons terminer le travail. »

On se reposera quand on sera mort, n’est-ce pas. Je fis cliqueter mes mains pour les reformer en main, et non plus en arbalète ou en lame. Non ! Pour l’instant j’avais grandement besoin de mes mains. Je posais mon regard sur Grey en silence pendant une fraction de seconde, ce n’était pas du tout le moment de parler des pirates, n’est-ce pas ? Sans aucun doute. Je rajoutai quelques gouttes d’huile dans mes mécanismes pour qu’ils soient fonctionnels.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26876-dossier-de-grin
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26866-termine-souris-souris-souris-pour-rester-en-vie





Pot-au-feu traditionnel

Event Halloween


Sa belle est d’attaque, ne montrant aucune faiblesse à sa capitaine. Elle dévoile une femme forte, déterminée et combative. Rien de mieux que de brûler de passion le cœur de Jaina Rosenberg. Pendant un temps, elle se perd en regardant amoureusement cette princesse des enfers. Si bien que l’albinos ne s’occupe plus du chaos environnemental. Pourquoi se contenter de frapper des morts-vivants et manquer la grâce et l’élégance de Jessica Hellhound. Digne d’une serviteuse de la Faucheuse. L’hémoglobine pourrie qui gicle sur son visage, ses ailes mécaniques qui lui donnent un côté divin, ses yeux d’un bleu océan rivalisant avec la plus belle couleur de ce monde. Sa voix provoquant une douce mélodie à ses oreilles, même quand le ton est bien plus haut pour la gronder. Jaina est définitivement amoureuse.

La cow-girl soupire doucement, les yeux en cœur puis se fait renverser par un zombie quelconque. Son nouvel ennemi bave de partout, le sang recouvre ses lèvres ainsi que sa dentition porteuse de quelques dents. Ses ongles agressent la veste en cuir sans manche de Jaina. L’affamé finit par déchirer le vêtement, laissant à l’air libre la chemise blanche porteuse d’une ravissante cravate rouge. Le zombie est sur le point d’arracher la chair du cou de la Louve Blanche. Une simple morsure serait suffisamment efficace contre la peau fragile de l’albinos. Le dévoreur n’arrive pas à effectuer son action. Il mord non pas Jaina, mais le canon métallique de Lilith. Le revolver ayant tué d’innombrables maris, créer un trou dans la gorge du cannibale…

Dès l’impact, au moment où la balle effectue son seul rôle, les joues de Jaina sont recouvertes des gouttes de sang pouvant faire office de peinture de guerre. L’odeur du fer est immonde, retourne l’estomac de la prédatrice. Jaina tousse, grogne de douleur à cause de sa blessure à l’épaule et réduit en silence le sauvage d’une nouvelle balle qui termine son chemin dans le crâne du monstre. Elle repousse le cadavre définitivement mort puis se relève toute transpirante. Heureusement, l’odeur des aisselles n’est pas encore au rendez-vous. Jaina déteste sentir l’oignon. Le parfum de la poudre à canon est plus plaisant.

Étirant son dos en joignant ses mains au ciel, la Louve Blanche est surprise d’être prise par la taille et le poignet, surtout par une femme qui n’est pas n’importe laquelle. D’habitude, c’est le rôle de Jaina d’effectuer les premiers pas. De chanter devant la Lune pour la charmer. Clignant ses mirettes plusieurs fois, elle penche sa tête sur la droite et plisse ses iris sanguins.

« Ce n’est pas le moment de me proposer une danse Eléonore. » répond l’albinos qui pose ses mains sur la taille de sa cavalière. Elle inspire un grand coup, se retint de baisser son regard sur les formes féminines de son ennemi et hoche sa tête pour accepter…cette valse.

De ce fait, les deux femmes valsent en se regardant chacune droit dans les yeux. Jaina oublie sa blessure, son esprit se calme et son palpitant tambourine chaudement. Rosenberg comprend soudainement que sa partenaire désire de l’aide pour achever la montagne vivante. Se retirant de sa dame, embrassant comme un gentleman le dos de la main de l’officier de la marine, Jaina est enfin prête pour le deuxième round. D’une frappe de son pied droit dans la terre humide de cette maudite jungle, son membre se réchauffe pour devenir un brasier bien plus impressionnant que celui de tout à l’heure. Courant, sprintant pour ne pas se faire distancer par Grey, la Chapeauté d’Hat Island bondit dans les airs pour abattre son pied brûlant contre l’arme de son ex-cavalière.

« Demonic Chin Queen !! » gueule la Ravengeuse qui, au moment de l’impact sent soudainement son corps lui dicter que ce coup enflammé sera le dernier. Trop utiliser sa botte secrète réduit considérablement son énergie tout en torturant les os demandés à savoir ceux de son pied et de l’étendue de sa jambe.

Enfin, oui enfin le mastodonte est vaincu. Une menace de moins et heureusement qu’il s’agit d’une exception comparée à ses petits copains. Ses lèvres étirent un sourire au marmonnement de d’Éléonore Grey. Toujours une bonne affinité ? Peut-être qu’il s’agit d’une vérité. En attendant, la dame est une Marine.

« Si tu ne portais pas cet uniforme ringard, que tes mains n’étaient pas enchaînées pour ce gouvernement merdique, je t’aurai proposé une place dans mon équipage. Tu as des qualités pour être une Ravengeuse. » avoue Jaina dans le même ton précédent de Gray.

Revenant auprès de sa belle, de son ange de la mort, Jaina qui vient de recharger son arme, pointe son pouce dans une direction. Là où un cri effroyablement strident s’est produit. Avant qu’elle propose par le son de sa voix si Jessica est partante pour poursuivre l’aventure, la pirate se tourne envers les soldats de la Marine et des deux autres femmes combattantes.

« Tu nous insultes en parlant de notre état. » déclare Jaina qui essuie son front ruisselant par le dos de sa main gantée d’une mitaine en cuir. « Bien sûr que nous sommes libres, pas comme toi et toute ta clique. Tant que l’affaire de ces bouffeurs de viandes humaines n’est pas résolue, je refuse de partir d’ici. » annonce la Louve Blanche qui est fortement curieuse de connaître la source de ce malheur. Peut-être que cette cause pourrait servir plus tard Jaina pour déloger la Marine d’Hat Island. « Jessica, tu es partante pour la suite ? Toi et moi main dans la main comme un petit couple ? Je suis prête à te porter comme une princesse si tu n’es pas en état. » taquine la Louve Blanche qui se perd encore une fois dans les saphirs de sa coéquipière.


:copyright:️Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26582-ft-jaina-rosenberg
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26538-je-joue-de-l-harmonica-mais-je-joue-aussi-avec-la-detente-jaina-rosenberg#275058
Pot-au-feu traditionnel

Tu te défis rapidement des adversaires sur lesquels tu avais atterri. Ils avaient essayé tant bien que mal de te dévorer, mais tu ne l’entendais pas de cette oreille. Ce n’étaient pas ces créatures des enfers qui auraient ta peau de sitôt.

Si tu devais mourir, Mon enfant, cela serait de Ma main. Sur Mon royaume, Je te le promets.

Une fois la menace réduit à l’état de décapitation qui lui échoyait, tu frottas ta jupe pour la défroisser et lui rendre un semblant de dignité et enfin tu rejoignis ta camarade. Jaina discutait avec les deux toutous du gouvernement mondial. Tu restas un peu à l’écart, tu ne voulais nullement te mêler à elles.

Bien sûr que tu étais partante pour la suite, mais tu tiquas rapidement sur la fin de sa phrase. « Un petit couple ? Main dans la main ? C’est quoi ces conneries encore ? » pensas-tu en réponses et avec véhémence en ton for intérieur.

— Va t’faire foutre, Jaina. Jamais, j’s’rais ta meuf, tu m’entends ? J’suis pas une putain d’princesse en détresse. J’me débrouille bien seule pour ça.

Tu t’éloignas donc en direction de l’endroit qu’on t’avait indiqué, la provenance du cri effroyable. Quelque pas plus tard, tu te retournas et vis que ta capitaine était à la traîne. En fronçant les sourcils, tu la toisas.

— Et bouge ton cul ! C’est pas parce qu’t’as eu une luxation qu’il faut qu’tu lambines.

Tu l’attendis malgré tout et repris ta marche jusqu’au dit cimetière.



Le narrateur est la faucheuse, elle fait partie intégrante à l'histoire, quand elle intervient, le texte est en italique (sauf dans les dialogues)

Moissonneuse et Désespoir/poussière:



  • https://www.onepiece-requiem.net/t26598-la-mort-l-etre-aux-mille
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26537-la-mort-est-la-seule-juge-de-la-vie-redoutez-la-comme-vous-me-redoutez-jessica-l-ange-de-la-mort-hellhound#275056