-50%
Le deal à ne pas rater :
BODUM Bistro Set : Théière filtre 1 L + 2 gobelets double paroi en ...
19.99 € 39.90 €
Voir le deal

L'avènement d'un nouvel amiral | Soirée dansante



L'avènement d'un nouvel amiral | Soirée dansante __original_drawn_by_xiaoquandianer__sample-f5f031d05e2f25cc147adcb933443813

- « Toutes mes félicitations, amiral ! »

- « Merci infiniment… »


C’est avec un sourire un poil gêné que je répondis à l’énième soldat qui m’avait salué avec déférence alors que j’étais debout, ou plutôt prostré sur une estrade comme un roi lors de sa cérémonie de couronnement. Une longue file s’était formée devant moi constituée d’une multitude de personnes désirant m’adresser leurs félicitations. Si l’exercice était assez flatteur et amusant au tout début, le tout devenait barbant à mesure que le temps passait. Non vraiment… J’étais amiral hein ! Pas régent d’un royaume ou que sais-je encore ! Si ça se trouvait même, j’allais tout bonnement clamser à ma prochaine mission et rentrer dans les annales comme l’amiral à la carrière la plus courte ! Bordel que ce serait triste, humiliant et marrant à la fois… Cet amalgame étrange de sentiments contradictoires m’arracha un petit rire qui fit tiquer l’officier devant moi, avant que je ne me racle la gorge pour reprendre contenance et répondre élégamment à son salut militaire de rigueur à ce moment précis. Affublé d’un très beau costume noir et de mon gigantesque manteau d’amiral aux manches noires, j’avais plutôt fière allure… Enfin, si l’on omettait ma chevelure toujours autant en bataille et les quelques médailles que j’avais dû accrocher audit costume pour l’occasion. Vivement la fin de cette soirée que je retire ces merdes clinquantes hein…

Le reste de la gigantesque salle où se déroulait cette cérémonie avait été joliment décorée pour l’occasion. D’innombrables tables garnies de victuailles et de millésimes en tous genre étaient disséminés çà et là. Plus loin, un orchestre dans un coin de la grande pièce assurait une légère ambiance sur le moment, mais j’étais sûr et certain que ça allait bientôt dégénérer, surtout avec mon équipage réuni au grand complet. Ma foi, ça collerait bien à mon image, tiens… D’ailleurs, l’endroit grouillait de monde. Tout le gratin (ou presque) était présent pour célébrer ma promotion, élite comme régulière. Il y avait également des Cipher Pol comme civils… Dont ma famille, mes amis intimes et bien évidemment… Des dragons célestes. Je me serai bien passé de ces derniers, j’dois bien avouer, mais heh ! Va te débarrasser du pot de colle que je me coltinais depuis un moment ! De loin, Cassanja me faisait parfois de petits gestes discrets de la main comme pour me saluer et attirer mon attention. Les ignorais-je ? Clairement ! Rien à foutre de cette sorcière, d’autant plus que j’avais un autre gros morceau que je m’étais évertué à esquiver depuis bien trop longtemps maintenant : Éléonore. J’avais entendu des bruits de couloirs, mais de penser qu’elle était vraiment sous les ordres de Pandore… Bordel de merde ! La fuir allait s’avérer bien plus compliqué que d’habitude…

En attendant, j’avais également reconnu d’autres têtes qu’il me plairait de rencontrer et avec qui papoter, même l’espace d’un instant. Le minks était difficilement ratable. J’avais non seulement entendu parler de sa promotion mais aussi de son affectation au Nouveau Monde. Plus qu’un pas et il marquerait l’histoire. Mais le pouvait-il vraiment ? Entre tous les racistes qui plombaient notre faction ainsi que les dragons célestes susceptibles de vouloir en faire un toutou de compagnie, il aurait fort à faire. D’ailleurs, j’avais l’impression qu’un jeune Libervithz lorgnait sur lui. Ce serait l’occasion pour moi d’affermir ma position si jamais ces cons venaient à vouloir l’embêter. La p’tite bouille du commodore Raines m’avait également arraché un rictus. Lui et Pandore vendaient du rêve et c’était à se demander qui des deux tutoieraient les sommets en premier ; même si je mettais bien évidemment une petite pièce sur la meilleure de mes élèves ! La nouvelle génération, autant le dire, était pleine de promesses et pas qu’un peu ! J’avais un peu le même ressenti pour Ambrosias, mais je me demandais comment elle gèrerait son nouvel handicap. Quant aux Cipher Pol… Ouais, mieux valait les ignorer pour le moment. Mais alors que je faisais justement de l’ordre dans ma caboche, la prochaine personne à me congratuler s’approcha, m’extirpant de mes pensées…

Ps1 : La première personne qui poste sera celle qui vient me saluer/féliciter
Ps2 : C'est globalement une soirée de la haute entre tout le GM, donc pas obligé que ce soit centré sur moi. Faites des liens / papotez entre vous (mais venez me féliciter quand même wsh)
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
  • https://www.onepiece-requiem.net/t606-alheiri-salem-fenyang-achevee#6727
img_rp
Avènement d'un Amiral
Feat
Le Gouvernement Mondial





Impressionnée...

Non pas par les prouesses du nouvel Amiral, cela faisait bien longtemps que tu savais qu'il méritait ce poste, mais plutôt par le nombre de personne qui se retrouvait dans cette même salle pour fêter la nomination de Salem. Si évidemment, la plupart pouvait se targuer d'être des vautours en quête de reconnaissance de la part de la vedette de la soirée, la plupart semblait partager un semblant d'histoire avec lui. Toi y compris. Évidemment, tu n'étais pas présomptueuse au point de venir t'accaparer son temps. Il avait beaucoup à faire et il était la coqueluche de tellement de monde que tu préférais rester un peu en retrait et ton contenter d'applaudir silencieusement son triomphe.

Après tout... Tu l'avais eu bien longtemps pour toi, et il t'avait accordé beaucoup plus de temps qu'il ne l'aurait dû. Il était temps d'être un peu généreuse et de le partager avec les autres, d'autant que tu savais de source presque certaine qu'il y avait une femme ici qui serait bien heureuse de lui toucher deux mots. Au grand malheurs du Fenyang selon ses dires.

Adossée à un mur, tu venais à saisir un verre de champagne, puis un second, affrontant le regard un peu désapprobateur du serveur, très rapidement calmé par l'apparition de la tête de Cobra qui lui aussi ne dirait pas non à se désaltérer le gosier.

- Pour un pervers, il aura fait fort. Amiral c'est pas rien !

- Tu l'as dis... Mais évite d'être grossier si on le croise. C'est sa soirée. Et j'ai pas besoin de te rappeler de ce qu'il nous a fait la dernière fois que tu t'es montré trop bavard.


- Ouais ouais je sais... Je disais juste qu'il a accomplit ton rêve Pandore. T'as pas vraiment d'excuse pour ne pas y arriver à ton tour en tant qu'élève.


Tu arquais un sourcil avant de fixer Cobra qui sirotait son champagne comme si de rien n'était. Il n'avait pas vraiment tord. Ne pas réussir à l'égaler serait insulter son héritage. Tu faisais parti du cercle très restreint de gens qui avaient pu apprendre sous ses ordres. Tous avant toi avaient réussi à percer d'une manière ou d'une autre. De Vice-Amiral à Colonel d'Elite, Salem avait formé une inquiétante proportion des meilleurs soldats du gouvernement. Et puis il y avait toi, qui était encore très loin d'eux et encore plus du nouvel Amiral. Pourtant abandonner n'était plus vraiment une option, pas depuis que tu avais saisi la main qu'il t'avait tendu.

- On devrait essayer de se mélanger à la foule. Qui sait, on croisera peut-être des têtes connues.

Avec un manque de délicatesse étonnant, tu venais à vider ton verre cul-sec avant de fixer la foule. Si ce n'était pas des soldats, c'était des civils pompeux qui ne manqueraient pas une seconde de rabaisser ton accoutrement manquant clairement d'élégance pour une femme. Pas grave... Tu n'étais la plus adaptée à ce genre de mondanité mais tu avais appris à y survivre quand même. Il te faudrait sans doute peut-être un autre verre.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore
flirting with that addiction i can't shake off
Il serait menti de dire qu’elle n’est pas nerveuse… Et ce n’est pas la réception chic en soit qui la dérangeait. Même si l’idée ne l’avait pas emballée au premier coup d’œil, on ne lui avait pas laissé le choix. Entre Pandore qui devait déjà se rendre sur place et Alnoth qui avait été appeler par Marie pour s’assurer que la demoiselle soit présente… Elle n’avait eu aucune chance de négocier parce qu’on ne disait pas non à Marie. En même temps, comment refuser quoi que ce soit à cette femme ? C’était tout simplement impossible pour la blanche de le faire. De plus, elle avait été accueillie par cette dernière qui avait déjà tout préparé le matériel nécessaire, ainsi, elle avait découvert la robe le soir même. Un magnifique amalgame de textiles pâles, tirant entre le blanc et le gris argenté avec des pointes d’or. Il n’était pas à douter, les femmes de la maison Fenyang avaient du goût.

Il y avait bien longtemps que la soldate n’avait pas revêtu un habit aussi ravissant et elle en vient à douter de l’importance de sa présence. Il était tout de même stupide de savoir qu’elle, lui en avait tenu rigueur si longtemps et pourtant maintenant qu’elle est la chance de lui souffler quelques mots elle hésitait autant. En même temps, une partie d’elle croit fermement que si Salem avait voulu reprendre contact avec elle, il l’aurait fait bien avant, peut-être qu’au final elle n’avait été une conquête comme une autre… C’est donc résigné qu’elle s’était préparée, se réconfortant qu’elle pourrait enfin avoir le fin mot de toute cette histoire. Elle ne demandait pas la lune, seulement une explication.

Elle n’est peut-être pas la première arrivée, mais elle n’est pas la dernière. Tandis qu’elle pénètre la salle et qu’elle se laisse envahir par le brouhaha des échanges vocaux, elle se laisse quelques secondes pour permettre à son ouïe de s’ajuster aux différents qui remplissait la salle. Pendant ce temps, elle laisse son regard ambré glisser sur la foule de visages non-familier. Ses longs cheveux blancs, finement tressés, ajoutent une touche distinctive à son allure d’un soir. Sa peau est d'une délicate teinte de pêche claire, conférant à son visage une aura douce et radieuse habituelle, sans oublier son éternel sourire en coin. Elle porte avec élégance la magnifique robe longue, ornée de motifs dorés qui mettent en valeur ses courbes féminines. Marie avait décidément bien choisi la taille et la coupe. Ses pupilles finissent par capter une tête sel et poivre au loin, accompagner d’un visage plus reptilien. Puis elle aperçoit les parents Fenyang, quel salut doucement, offrant un large sourire amical. Marie semble lui pointer une direction et sans réfléchir elle le suit du regard pour tomber sur la haute silhouette d’Alheïri. Elle remarque la foule de personnes qui l’entourent et elle se dit qu’il était hors de question qu’elle essaye de se frayer un chemin.

Elle attend tout de même de croiser son regard, pour lui offrir une petite révérence de politesse accompagnée d’un petit sourire taquin. Elle articule lentement avec ses lèvres peintes un ‘’Félicitations Amiral.’’ Elle le salue une dernière fois et s’éloigne aussi simplement vers la position de Marie. Elle pourrait toujours aller proprement le saluer quand la haute société aurait fini de se pavaner. De plus, malgré les apparences, Éléonore n’avait jamais apprécié les jeux de la haute société. Tout en se positionnant au côté de la mère de Salem, elle s’installe dos au mur, lui permettant de continuer à scruter la salle et la populace tout en échangeant des nouvelles avec sa bienfaitrice.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26871-eleonore-grey-soldate-au
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26836-eleonore-grey-soldate-au-rapport-terminee#277619
Attendant gentiment son tour en bougeant la tête au rythme de la musique, une dame au sourire naquin contemple les honneurs barbants s'enchaîner. Son tour vient enfin de participer à ce rituel ridicule. Cette femme blonde, portant une robe sombre, un blazer et un haut noir stylisé de broderies, se présente ainsi devant le nouvel Amiral en effectuant une lente révérence.

Félicitations, Amiral Fenyang. Le fils a surpassé le père au sommet.

La jeune femme au grand sourire se redresse pour fixer la grande stature de l'homme au centre de cette somptueuse cérémonie. Tout montre dans son expression qu’elle a quelque chose derrière la tête.

Agent Tarentule, du Cipher Pol numéro 4, pour vous honorez comme il se doit.

Cette membre du Cipher Pol 4 a, en effet, été dépêché pour cette occasion. Pourquoi elle et non pas le Directeur lui-même ? Il semble que la relation entre cet homme nouveau ne soit pas des plus bonnes avec le Cipher Pol. D'une méfiance mutuelle, beaucoup ont préféré rendre leur honneur par une lettre. Cela évite, aussi, aux directeurs de s'abaisser à célébrer un Amiral comme leur supérieur symbolique. Enfin, c'est sans compter l'initiative de l'agent Tarentule qui a insisté pour représenter son pôle. Tout le monde sait que c'est une très mauvaise idée, mais personne ne s'y est opposé. Comme s'ils étaient tous curieux de savoir ce que la dérangée serait capable de faire dans cette cérémonie. N'est ce pas l'occasion parfaite pour Capulina de s'amuser à fissurer un pied d'estale sous couvert de son institution ? Qu'est ce qu'elle aime son métier.

Notre service a toujours vu d'un très bon œil les héros d'une telle intégrité réussir au sein de la Marine. Un modèle pour les cadets et un exemple pour les officiers, notre Sérénissime Gouvernement a besoin de grande figure pour préserver sa puissance. Ainsi, nous désirons aujourd'hui marquer le coup et témoigner notre admiration. Hihi ! Messieurs, venez donc avec le présent de notre cher Amiral.

Tapant deux de ses mains, des sbires du Cipher Pol traîne sur des roulettes un grand et lourd meuble camouflée par un drapé blanc. Ces sbires semblent inquiets d'être ici. Plaçant le grand membre face à l'officier, l'agent Tarentule continue son discours toujours au bord du fou rire.

Nous voulions offrir une œuvre d'art qui puisse prôner l'image héroïque, la force, le courage mais surtout l’aura qu’une pointure de ce monde devrait arborer à chaque instant. Hihihi !


D'un mouvement théâtral, l'agent Tarentule retire d'un seul coup le grand voile. Il est révélé au grand jour une magnifique sculpture d’un corps masculin presque nue. Sa musculature est parfaitement bien dessinée mettant à l’honneur la figure représentée. Alors dans une posture mettant en valeur le corps, la statue brille de mille feux sous les lumières. Malgré que tout le monde attend le visage de l’homme à l’honneur, le faciès représenté n’est absolument pas humain. Une tête ronde est joufflu d’un Kung-Fu Dugong orne le haut de ce physique divin. On pensait que l’Amiral serait à l’honneur, en réalité, ce n’est que la grotesque mascotte de son équipage.

N’y a t’il pas plus adéquat pour cet honneur que le fidèle Jo? Gnihihihi !

Ce petit tour n'est qu'une façon de décevoir les attentes de l’Amiral, de se moquer de son orgueil en mettant en valeur sa mascotte bien plus que lui-même.

Oh, ce n'est pas tout. L'artiste s'est permis une petite fantaisie.

Claquant des doigts, les sbires du CP actionnent un levier. De l'eau jaillit soudainement des aisselles de la statue de Jo la mascotte. L'agent Tarentule ne peut cacher son sourire moqueur.

Ne ferait-elle pas une magnifique fontaine d'intérieur pour votre appartement? Nous espérons que ce présent sera à votre goût. Hihi !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25230-la-garde-robe-de-l-agent
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25213-l-agent-tarentule#262699
L'avènement d'un nouvel amiral | Soirée dansante Tumblr_oyuh8qz2re1w4ph5zo3_540

海 軍

∆ Feat. Les Bleus ∆


Cela ne faisait que trois fois que la jeune contre-amiral montait à la capitale. Toutes ces occasions avaient eu lieu dans un passé proche. La première, elle y montait en grade et apprenait des secrets bien gardés sur sa famille et sa filiation avec le commandeur suprême. La seconde, elle y revenait pour faire plus ample connaissance avec son grand-père. Finalement, en cette soirée qui serait certainement mémorable, elle y était pour une affaire plus professionnelle que personnelle. Suite à la mort de Tetsuda à Marine Ford, il avait bien fallu lui trouver un remplaçant. Ambrosias ne s'étonna pas de voir qui avait été l'officier désigné pour prendre la relève. Pouvant s’enorgueillir d'être l'un des meilleurs escrimeurs au monde en plus d'un militaire à la fois expérimenté et célèbre, Salem était le choix parfait. Tout cela, bien sûr, sans compter ses origines prestigieuses. À bien y réfléchir, il n'y avait vraiment aucune surprise à tout cela. La manchote ne savait pas trop quoi en penser. Elle était heureuse pour lui, c'était évident, mais une part d'elle-même ne pouvait s'empêcher d'éprouver une certaine jalousie. Elle voyait en son ancien instructeur à la fois un modèle et une source de frustration. Aujourd’hui, elle n'était plus si loin que ça des plus hautes instances de la régulière, et pourtant le chemin semblait encore si long. Assister à son avènement générait donc en elle des sentiments doux-amers.


Se trouvant basée au G-0, soit directement sous Marie Joie, il aurait été hors de question de refuser de se présenter. Quittant ses hommes, la militaire avait enfilé sa tenue de cérémonie blanche pour rejoindre la capitale une fois le soir tombé. Le vent frais du haut de la montagne lui fouettait le visage, rendant ses brûlures douloureuses, ce qui avait tendance à rendre la jeune femme particulièrement peu sympathique. Affichant son habituel visage dénué d'émotions, elle déambula dans les rues jusqu'à destination et se joignit naturellement à la foule d'officiers et autres dignitaires présents pour l'occasion. Ici, elle n'était personne, quand bien même faisait-elle partie de la basse amirauté, ce qui n'était en réalité pas pour lui déplaire. Suivant le mouvement, Ambrosias se contenta de faire acte de présence, du moins dans un premier temps. Une fois les choses un peu plus calmes, elle prit quelques minutes pour aller s'entretenir avec la commandeur suprême. Une fois encore, cela ne manqua pas de lui valoir les regards méprisants ou envieux de ses collègues. Depuis qu'elle avait prit son nom, on ne voyait plus en elle qu'une «petite fille de», ce qui était profondément injuste quand on pensait à l'île miteuse dont elle était originaire. Sans être vraiment touchée par le regard des autres, elle ne pouvait pas non plus dire qu'elle appréciait cela.


Se joignant ensuite à la file qui attendait de présenter ses félicitations au nouvel amiral, la grande brûlée ne manqua de voir dans l'assemblée son mink préféré. Une fois qu'elle aurait présenté ses respects à Salem, c'était lui qu'elle irait voir. En attendant, la jeune femme s’approchait de plus en plus de l'objet de toutes les attentions de la soirée. Dans son unique main, elle tenait une petite boite rouge. En son sein se trouvait une magnifique lavallière en de Tanuki. Pour sublimer le tout, une sublime perle locale ornait le vêtement. Après avoir appris la nouvelle, Ambrosias avait envoyé un message à Althias, toujours sur Tanuki, pour qu'il lui envoie le cadeau par coursier. Il était évident que ce ne serait pas la plus beau présent que recevrait ce soir le nouvel amiral, mais elle espérait qu'il saurait se satisfaire la beauté du geste et de la qualité de ce qui représentait la pointe de l’artisanat de son île natale. Mais avant, ça, il faudrait attendre qu'il ait fini de parler avec cette étrange femme au sourire malsain.






© ciitroon
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23698-fiche-technique-ambrosia
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23692-ambrosias-proteger-servir-et-traquer#250544
La splendide salle de réception laissait résonner les murmures joyeux et les rires étouffés alors que les invités se rassemblaient pour célébrer la nomination d'Alheïri S. Fenyang en tant que nouvel amiral. À l’écart de cette effervescence se tenait Indra, un vieux modèle Pacifista qui semblait incongru dans ce cadre raffiné. Son corps métallique, orné de l'emblème de la Marine, reflétait la douce lueur des lustres scintillants suspendus au plafond. La scientifique avait fait tout son possible pour le rendre le plus présentable possible mais il ne s’agissait qu’une couche de poudre sur un visage ingrat. Le plastron du pacifista était cabossé, preuve s’il en fallait de ses nombreux états de service. Posté derrière le bar, le robot servait aux convives des boissons tout en surveillant que personne ne fasse de vague. Ses ordres étaient clairs : déceler les convives un peu trop champagnés et les raccompagner chez eux.

Posté derrière le bar, Indra repéra l’Amiral tandis que son programme lui soufflait déjà son prochain ordre. Avec une précision chirurgicale, le pacifista saisit une bouteille de rhum premium noir, symbole de la force et de la noblesse de la Marine. Il versa délicatement une once du liquide ambré dans un shaker en argent, ajoutant ensuite la liqueur de café pour souligner la détermination, la liqueur de cacao pour l'élégance, le sirop de sucre de canne pour la douceur et le jus de citron vert pour une touche d’acidité. Il ajouta quelques baies qui ne poussent que sur Redline afin de souligner les origines de l’Amiral. Il les positionna comme une corne rougeoyante et rebelle sur une mer noire. Sans plus se préoccuper du bar, Indra joua habillement des coudes pour rejoindre Salem. Malgré les bousculades et les foules, pas une goutte ne tomba du verre.

« - Amiral ? »

Le programme du pacifista affichait déjà en vert le visage de Salem tandis que son nouveau grade clignotait.

« - Mes félicitations pour votre promotion. »

Indra lui tendit un verre sans attendre davantage.

« - Voici le Black Rhino. Un cocktail élaboré en votre honneur. »

Gardant toujours le bras mécanique tendu, le pacifista baissa la tête respectueusement.

« - Puissiez-vous passer une délicieuse soirée. »
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27278-ft-indra#281440
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27258-indra#281277

Visite de courtoisie


C'est un jour spécial pour la marine, quelque chose qui n'arrive pas tous les jours, c'est aussi rare que de voir un Dragon Céleste empathique. La célébration d'un nouvel amiral, c'est quelque chose que le Mink attendait depuis longtemps. Lorsqu'il fut convié aux réjouissances, Shoga accepta l'invitation, sa première réaction fut de remuer la queue. Ses deux hommes de confiance sont aussi de la partie, le commodore Shujin ainsi que le commandant Steel Turtle, le fameux nouveau prototype de Pacifista. Pas une, ni deux, ils laissèrent le commandement de Hand Island à Colombus, le plus vieux marine que Shoga n'ait jamais côtoyé. Les trois gradés se déplacent en cuirassé, le nouveau monde reste très dangereux. Avant de se rendre à la soirée dédiée à Salem, Shoga invite ses amis à ne pas faire d'excès. L'Okama n'a pas le droit de se mettre tout nu, même s'il a chaud, il a déjà fait le coup au Mink. Le Pacifista n'a pas le droit d'exterminer de son propre chef des personnes qu'il juge suspecte. Ils sont prévenus.


Après avoir voyagé sur la mer la plus redoutable du monde, les marines finissent par arriver à destination. Le Mink est habillé comme à son habitude, cape de vice-amiral, kimono noir, sandales en bois, une tenue traditionnelle de samouraï en civil. Pour l'occasion, il a pris avec lui son Meito classe, la fameuse épée à double tranchant, « Take ». La particularité de cette lame est sa magnificence, elle passe pour une œuvre d'art, ce qui est plus facile à transporter dans ce genre de soirée qu'un Katana. Le commodore est habillé comme à son habitude, avec ses habits de bagnard aux couleurs de la marine, tout en étant pied nu, évidemment. Cependant, il porte une cape blanche avec le mot, « Justice » inscrit dessus, une cape traditionnelle de gradé. Le commandant est plus original, il ne porte pas de vêtement, son corps est une armure, donc elle recouvre tout ce qu'il y a à recouvrir. Il porte une cape de gradé traditionnelle, comme le Mink et le travelo. En revanche, il est difficile de louper le Pacifista, c'est tout de même une tortue robot.


La bonne odeur de nourriture attire le renard, il a envie de se diriger jusqu'au buffet, mais ce sera impoli de ne pas présenter ses compliments à l'amiral. Il le recherche en regardant autour de lui, il voit un Dragon Céleste, ce qui lui fait détourner le regard aussitôt. Il reconnait quelques têtes bien connues, notamment celles qui font parler d'elle assez souvent. Il finit par trouver le fameux, l'unique, le célèbre, l'amiral Alheïri Salem Fenyang. Le renard avance tranquillement en direction de l'amiral, patte gauche sur le pommeau de son épée, le Mink affiche un air jovial. Il arrive devant Salem, puis il s'incline légèrement en courbant le dos, une marque de respect chez les samouraïs. Il se redresse, puis il affiche un sourire à la star de la soirée.


- Au nom de la 255ᵉ division, ainsi que la 267ᵉ de Hand Island, nous souhaitons félicitations, amiral Alheïri Salem Fenyang. À titre personnel, je dois admette que j'aime beaucoup votre épithète. Chez les Mink, le Rhinocéros représente la puissance et la robustesse. Puis, cette teinte sélectionnée symbolise l'obscurité, la représentation de la terreur qui s'installe dans le cœur de vos adversaires à votre arrivée. Je trouve que tout cela vous correspond fidèlement d'après ce que j'ai pu lire de vos états de services. Je suis honoré de faire votre rencontre, amiral. Sachez que je mets ma lame à votre service.


Pendant que le Mink discute avec Salem, le commodore s'attaque déjà au buffet. Le commandant Steel Turtle analyse les invités, afin qu'aucun gredin ne se soit dissimulé parmi eux. Aucun avis de recherche n'apparaît dans sa base de données au vu du profil de ceux qu'il scanne. Pour lui, il n'y a aucun problème, pour le moment. Des convives l'approchent, il ne passe pas inaperçu. Un couple de vieillards propre sur eux.


- Bonjour, je me présente, contre-amiral George Dukon. Voici ma dame, Hélène Dukon. Je me permets de vous aborder, car votre singularité a attiré mon attention, sachez qu'il n'est pas chose aisée d'y parvenir. Seuls les plus prestigieux trouvent grâce à mes yeux.


PX-0 calcule la marche à suivre pour répondre convenablement à cet homme, il finit par trouver.


- J'ai une petite blague. Vous savez pourquoi les vaches ferment les yeux pendant la traite de lait ?


Le contre-amiral Dukon délecte son champagne, tout en sourcillant.


-  Pour faire du lait concentré... Bip... Bip... Biiiiip !


Le rire du commandant amuse le contre-amiral qui en recrache une partie de son champagne.


- Rhohohohoho... Vous êtes un boutentrain, vous. Un comique comme dise la classe populaire. Entre nous, je préfère discuter avec vous que d'approcher ces satanés prolétaires. Mais, celui qui me répugne le plus, c'est ce Mink. Il n'est pas de notre monde, nous, nous mangeons avec une fourchette, mais pas avec les pattes. Rhohohohoho... Je m'épate moi-même, Hélène chérie, j'ai fait un trait d'humour.


Hélène lève son verre à son mari. Le commandant analyse les caractéristiques des Mink, puis, il rigole.


- Bip... Bip... Biiip... ! Les Mink sentent le vieux chien mouillé, ils laissent des poils partout... Bip... Bip... Biiip !


- C'est tellement vrai, c'est tellement vrai. Vous savez, nous sommes un petit commité à vouloir que notre beau gouvernement reste fréquentable. En revanche, si vous voulez faire partie de notre groupe, je dois vous dire que nous ne sommes pas friands de cette apparence hideuse qu'est la vôtre. Ce n'est pas votre faute, vous avez été fabriqué ainsi. Mais, qu'est-ce qui a pris à votre satané inventeur de vous affubler d'une telle carapace ? Si vous voulez nous rejoindre, il faudra vous adapter et nos us et coutume, ce qui sera un grand plus pour vous. Rhohohohoho... !


Hélène appui son mari.


- Évidemment, cet homme n'avait pas la lumière à tous les étages. Yhuhuhuhuhu... !


Le Pacifista plisse les yeux, il ouvre la bouche, un tuyau sort lentement de son orifice. De l'huile aspergent les nobles, ces derniers sont consternés.


- Ce que vous venez de faire, monsieur, c'est un manque d'élégance. Sachez que j'apprécie une bonne plaisanterie de temps à autre, mais je suis un contre-amiral, me faire offense va vous compter très cher.


- Nous aurions dû le savoir en vous regardant, vous êtes différents.


Le Pacifista rentre le tuyau, mais il garde la bouche ouverte, un audio débute avec la voix de Dukon.


-  « Entre nous, je préfère discuter avec vous que d'approcher ces satanés prolétaires. Mais, celui qui me répugne le plus, c'est ce Mink. Il n'est pas de notre monde, nous, nous mangeons avec une fourchette, mais pas avec les pattes. »


Le contre-amiral et sa femme transpirent, ils prétextent une obligation, afin de partir le plus loin et le plus vite possible. Le robot en remet une couche avec la voix de Dukon.


- « Je suis un amateur d'écailles, et j'avoue avoir déjà eu une relation intime avec une sirène. »


Dukon s'énerve.


- Vous avez inventé la fin, vous avez inventé !


Sa femme est consternée.


- George, malotru ! Je ne veux plus vous voir !


Clame-t-elle d'un pas décidé, pendant que son mari la pourchasse.


Fiche (c) Espe


  • https://www.onepiece-requiem.net/t22537-fiche-du-kitsune
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22505-le-renard-justicier

Elle était là. Forcément. Et même si Éléonore ne s’était pas approchée pour le moment, le fait de la voir fit battre mon cœur plus fort. De ma position, la gêne commença à m’envahir, même si je n’en montrai rien, bien évidemment. Si les gens dans leur majorité savaient qu’un petit brin de femme effrayait le nouvel amiral, ils seraient surement choqués. Il faut dire en même temps que ma réputation de gros coureur de jupons me précédait énormément. J’y avais beaucoup joué pour cacher ce fait et j’avais l’impression de redevenir un jouvenceau qui connaissait ses premiers émois en la matière. Y’avait pas à dire : il y avait tout un monde entre les vrais sentiments et les besoins primaires de gros bonobo en rut. D’ailleurs, en jetant un coup d’œil à ma mère, je sentis qu’elle s’en amusait énormément et qu’elle savait ce qui se tramait dans ma caboche, le tout sous le regard embarrassé de mon père qui ne pouvait qu’embrasser le parti pris de sa femme. La vieille chouette était bien contente d’elle et décidée à me coincer définitivement pour enfin, avoir ses petits-enfants. Sans qu’elle me bassine avec cette idée, je pouvais le deviner aisément en utilisant mon haki de l’observation -ce que je me refusais de faire généralement avec mes proches, famille ou pas. J’avais quand même un peu de décence, heh ! Mais alors que je me perdais dans mes pensées et autres élucubrations, il eut cette fameuse statue.

- « PFFFRRRRRRRRRRRR !!!! C-C’est… Magnifique ?! Merci, très chère Tarentule ! Votre présent me laisse sans voix ! »

Une cipher pol hein ? Intéressant. J’aimais bien son sourire ! Elle avait l’air bien gratinée comme je les adorais ! Plutôt que de me mettre de mauvaise humeur, je m’étais retenu d’éclater de rire comme un sagouin, visiblement amusé par cette tentative moisie du Cipher Pol de me ridiculiser. Si une bonne partie de l’assistance s’était mise à rire de bon cœur, une autre le prenait un peu mal, mais qu’importe. Ce n’était pas elle qui allait gâcher ma soirée. Aussi, m’étais approché d’un ou deux pas de la blonde pour saisir l’une de ses mains pour un baisemain en bonne et due forme, avant de me redresser et lui offrir un sourire qui en disait long. Comme un pacifista, je venais de retenir son visage et la pauvre ne savait absolument pas dans quel enfer elle s’était fourrée. D’ailleurs, je m’amusai à lui balancer une toute petite vague de haki de rois qui ne visait qu’elle et qui ne manquerait pas de l’étourdir très légèrement. Un avant-gout bien épicé des aventures que nous vivrions tous les deux dans un futur lointain. Le destin était quelque chose de farceur. En attendant, s’il y avait bien un qui étant en colère, c’était Jo, mon kung-fu dugong. Ce dernier émit quelques piaillements avant de quitter l’estrade et de longer la longue fille qui me faisait face. La coïncidence voulut néanmoins que mon animal de compagnie s’arrête tout juste devant Ambrosias en recommençant à piailler et agiter ses pattes dans tous les sens comme un fou furieux :

La statue était non seulement offensante pour sa personne, mais en plus, il avait fait !

Il lui fallait de la viande ! La vétérinaire serait-elle éventuellement sa sauveuse ?

Par la suite, lorsqu’un garde garant du protocole enjoignit la fameuse Tarentule à passer pour laisser d’autres personnes m’approcher, je fus surpris de voir un cyborg venir me rendre ses hommages avec un breuvage en mon honneur. Décidément, cette soirée allait être marrante ! Je récupérai le cocktai poliment, tout sourire, avant de sourire : « C’est très aimable à vous ! Un pacifista je présume ? Qui donc est à l’origine de votre conception ? Que j’aille saluer cette personne ! » J’imaginais que l’initiative venait de son créateur, aussi me sentais-je bien obligé de remercier la personne en bonne et due forme. Un autre garde vint prendre le cocktail dans mes mains. Protocole oblige hein ? J’étais un peu désolé, mais j’imaginais que ces gens qui m’entouraient ne voulaient pas prendre le risque qu’un empoisonnement ait lieu. Je me sentais vraiment comme un roi ou un noble privilégié et la sensation était aussi plaisante que lourde en même temps. Mettre le doigt dessus était un poil délicat pour le coup. D’ailleurs, je me permis une petite question supplémentaire : « Je ne connaissais pas votre modèle. Etes-vous assigné à un équipage, par le plus grand des hasards ? » Peu de gens le soupçonnait là encore, mais j’étais un grand fan de robots et de nouvelles technologiques. Preuve en était le gros canon de mon cuirassé. Canon qui avait fait mouche lors de ma dernière sortie sur Metanoia. Des milliers de morts en un coup.

Dire que c’est grâce à cette intervention que je devais en partie ma nouvelle promotion…

Mais point le temps de divaguer qu’une ombre massive s’approcha également de nous pour ses hommages :

- « Shoga ! Quel plaisir de te v- »

- « Vice-amiral Shogaaaaaa ! »
Coupa une voix très très proche.

C’était Meilan, ma cousine. Affublée d’une très belle robe blanche qui mettait en valeur ses formes, surtout avec un décolleté plongeant que même le minks ne pourrait ignorer, la contre-amirale fit irruption entre nous et prit entre ses deux mains l’une des paluches du minks. Dans ses yeux brillaient l’éclat d’une multitude d’étoiles. Elle aimait Shoga pour deux raisons : la première parce qu’elle affectionnait beaucoup la ville d’Orange qu’elle avait défendu avec moi par le passé au point qu’on avait érigé une statue en son honneur là-bas. La deuxième, parce qu’elle adorait les canidés. Dire qu’elle avait un faible pour le minks qu’elle assimilait presque à un gigantesque doudou ne serait pas déconnant. « Vous dansez avec moi, vice-amiral ? » Qu’elle lui demanda avec insistance en le tirant presque de là, prête à l’accaparer devant tout le monde. Inutile de dire qu’elle ne le lâcherait pas de la soirée. Ce ne fut néanmoins pas la seule à être approchée. Le vice-amiral Scar qui était dans les environs et qui avait fait un effort de ne pas être torse-nu pour l’occasion, se dirigea silencieusement vers Éléonore et s’inclina devant elle en lui tendant une main pour une danse ; tandis que Pandore s’était faite approchée par quelques-uns de mes hommes de main à savoir Mereleona et Ania qui voulaient avoir de ses nouvelles. Quant à Tarentule, ce ne fut ni plus ni moins que la sainte Cassanja qui vint près d’elle, non sans rigoler comme à son habitude.

- « Tarentule, n’est-ce pas ? Votre visage me semble très familier, très chère ! Je dois avouer que j’adore votre humour. Etes-vous une proche de l’amiral Fenyang ? Si oui, j’aimerais en savoir un peu plus sur votre relation, nfufufu ! »


Résumé HRP:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
  • https://www.onepiece-requiem.net/t606-alheiri-salem-fenyang-achevee#6727
img_rp
Avènement d'un Amiral
Feat
Le Gouvernement Mondial





Étonnée...

Enfin pas vraiment non plus. Ces deux femmes suivaient Salem comme leurs ombres, au même titre que Meilan qui elle avait jeté son dévolu sur le Vice-Amiral Shoga. Ravie de ces retrouvailles, il était évident qu'elles allaient se perdre en réflexion sur ton apparence des plus atypiques. Il fallait dire que depuis que tu les avais quitté, tu n'avais pas vraiment réduit ta dose de stress au quotidien. La faute à des têtes de serpent un poil trop bavardes à ton goût que tu ne canalisais pas encore très bien.

- Je pensais que ma carrière serait plus reposante depuis que j'ai quitté l'Amiral, j'ai jamais eu autant si tord de ma vie.

Tu riais, autant que tu le pouvais de la situation. Même si les docteurs, Ania la première, t'avaient pourtant bien indiqué qu'il fallait que tu changes ton train de vie, et tes méthodes, tu étais certainement la marine la plus bornée de toutes les mers. Difficile de se débarrasser d'habitudes bien enracinés dans ta chair. Comme celui de prendre les coups pour pouvoir en administrer en retour.

- Mais je dois beaucoup à notre Amiral. Je sens que ça va me manquer de ne plus l'entendre râler sur moi à l'avenir. Maintenant qu'il est au sommet, ça va devenir encore plus dur de passer du temps avec lui. Profitez.


Car tu n'étais pas Mereoleona ni Ania et encore moins Eleonore. Tu ne faisais pas parti de son cercle restreint ni même de sa couche. Et puis... Sans pour autant en parler clairement, il était devenu évident pour toi comme pour lui qu'il fallait que tu voles de tes propres ailes afin d'espérer sublimer ta carrière à venir. L'Amiral Fenyang rayonnait bien trop pour que son entourage puisse s'imposer à ses côtés. Tel un égoïste, sans le vouloir, sa seule présence empêchait les autres de se distinguer.

Et il ne voulait pas ça pour toi. Tu avais encore tellement à lui prouver pour être certaines qu'il serait fier de toi à l'avenir et tu comptais bien ne pas t'attarder trop longtemps dans les festivités de cette soirée. Le travail ne pouvait pas se repousser indéfiniment et tu en avais conscience.

Mais il était bon de retrouver quelques amitiés de temps en temps. Ces deux femmes avaient partagé quelques épreuves à tes côtés, et tu voulais croire que vous vous considérez comme des égales. Des personnes qui avaient subit l'influence de l'Amiral pour le mieux...




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore
flirting with that addiction i can't shake off
Tout en échangeant avec Marie et Keegan. Elle prend de leur nouvelle, essayant d’ignorer son palpitant qui frappe douloureusement contre sa poitrine sous le regard scrutateur d’un tout nouvel Amiral. Malgré tout, la blanche se met rapidement à l’aise avec le couple qui lui offre une belle distraction, de plus avec les missions qui s’enchaînait avec Pandore, elle n’avait pas eu la chance de leur rendre visite dans les derniers mois. Il fallait dire que la nouvelle commandante se tenait des plus occupée et que même avant Pandore, elle avait enchaîné les missions pour le gouvernement. Les souvenirs de son passage sur Whiskey Peak la rendait particulièrement fière, entre la construction d’une alliance, pour les peuples et ensuite cette solidification avec la nouvelle base hydride lui avait offert des nouvelles expériences des plus plaisantes. Tandis que Marie la félicite de son élévation rapide, ils se font accoster par un tierce partie. Lorsque John, surnommé "le Balafré", s'approche d'Éléonore pendant la soirée moderne célébrant le nouveau poste d'Amiral de Salem, l'atmosphère déjà animée par la musique et les conversations semblèrent s'intensifier. Les cheveux blonds de Scar brillaient à la lueur des lumières de la grande salle, et son regard glacial, d'un bleu profond, semble captiver l'attention d’une bonne partie des demoiselles présentent.

Éléonore se tourne légèrement son visage fin vers lui, surprise, elle observe les traits charmeurs et la main tendue. La voix de l’homme est moelleuse sous l’invitation qui semble promette une soirée inoubliable. Toutefois, la blanche n’est pas attirée par le vice-amiral, autant plus que sa réputation est assez bien faite dans les rangs de la marine. Elle retient un soupire, elle aurait de loin préféré que ce soit quelqu’un de plus familier qu’un inconnu. Elle sent finalement la main de Marie offrir une faible pression sur le bas de son dos, rassurant vaguement la soldate que l’action se voulait de bon cœur, alors malgré son manque d’enthousiasme cacher derrière une façade de calme et un léger sourire, elle glisse la main dans la sienne. Elle est tout de même intriguée, pourquoi elle quand il y avait d’autres demoiselles bien plus jolies. Les pas de danse les emmenèrent au centre de la piste, où certaine personne avait déjà les yeux tournés sur eux pour observer le nouveau couple de danseur. Toute cette attention met un poil mal à l’aise la commandante qui ne souhaite pas avoir ce genre d’attention, mais elle joue le jeu poliment, essayant de se détendre malgré tout. John danse avec une assurance qui démontre sa confiance en lui, chaque mouvement révélant une grâce inhabituelle pour un homme de sa stature imposante. Il entraîne sa partenaire dans une valse simple mais élégante en soit.

Au cours de la danse, Scar partage des anecdotes sur ses aventures maritimes, mettant en avant ses blessures comme des trophées. Il exhibe fièrement certaines de ses cicatrices, expliquant à Éléonore comment elle avait été obtenue dans des actes héroïques au service de la marine. Les récits étaient ponctués de rires et de sourires charmeurs, renforçant son image de séducteur charismatique et tout ce que faisait Éléonore était de sourire tendrement, de hocher la tête tout en ponctuant parfois à certains moments clé de ses histoires. Certains des mouvements qu’il effectue les obligent par moment à devoir presser leur corps ensemble et malgré le malaise de la proximité, la blanche fait de son mieux pour ne pas se raidir, s’excusant parfois et expliquant à une reprise ou les mains un poil baladeur de l’homme qu’elle sortait d’une mission bien éreintante, qui lui avait laisser quelques courbatures. Ce qui expliquait parfois ses mouvements maladroits, camouflant au mieux le malaise grandissant de ce contact prolongé. Phénomène qui résultait d’expériences bien désagréables dans un passé amères.

Bien que les intentions réelles de Scar restent encore voilées, son charme et son apparence décontractée semblaient opérer leur magie sur une partie de l'assemblée. Si la demoiselle ne s’était pas retrouvée dans une position maladroite, elle se serait presque demandé si les histoires de ce vice-amiral étaient véridiques ou s'il s'agissait simplement d'une stratégie pour ajouter à son aura mystérieuse et captivante. La piste de danse était devenue le théâtre où les légendes personnelles de John prendre vie pour les oreilles d’Éléonore qui évite les regards amers de certaines demoiselles en proie à la jalousie.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26871-eleonore-grey-soldate-au
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26836-eleonore-grey-soldate-au-rapport-terminee#277619
Le cadeau du CP4 a, donc, fait mouche. Etonnant. Les brutes épaisses de la Marine semblent savoir se tenir en société. La blonde du Cipher Pol n’aurait jamais parié là-dessus. C’est ainsi la raison pour laquelle, la jeune femme ne compte pas résté, ici plus longtemps. D’ailleurs, elle se demande comment toutes ses pontes de la défense du Gouvernement Mondiale ont réussi à obtenir leur permission en même temps. Le nouvel Amiral crée à lui-seul une faille dans les forces marines, en espérant que personne n’en profite comme les Empereurs Red et Kiyori ont profité de l’initiative de Feu Tetsuda à MarineFord. Ce serait dommage que les bases stratégiques de certains officiers en présence ne subissent des attaques fortuites. Cela arrive souvent en cette époque. Quand est-ce que viendra le bon sens ? C’est dans ces prises de conscience là que l’agent Tarentule se sent finalement moins folle que ceux qui l’entoure.

Sur le départ, titubant soudainement dans sa marche, une grande bouffée de chaleur lui prend soudain de l’intérieur. Une horrible migraine la fait vaciller. Chamboulée, l’agent Tarentule s’arrête un instant pour analyser la situation. A-t-elle ingéré le moindre poison? Aucunement, elle ne compte pas profiter du banquet ici. Quelle était sa dernière mission? Pas la moindre séquelle. Est-ce qu’on l’attaque au cœur même de Marie-Joie? Se tenant les tempes, une personnalité éminente vient la trouver au milieu de toute cette activité. La Sainte au rire facile, Cassanja Libervitz. Elle connaît cette femme pour ses déboirs avec son esclave gachant la fête de Neetush Pah. Deux familles qui n’ont sûrement pas fini de se tirer dans les pattes. Confuse, l’agent Tarentule tente une révérence avec pénibilité.

Agent Tarentule, pour vous servir, votre Sainteté. Je suis honoré que mon… visage vous ait marqué. Rassurez-vous, je n’entretiens aucune relation avec l'Amiral Tetsuda, je suis qu'une délégué de mon service sans aucune imp…
- Très chère, vous semblez perturber. Vous oubliez le nom de notre heureux élu, nfufufu !


L’agent Tarentule réalise sa gaffe. Des gouttes de transpiration apparaissent en dessous de sa frange. Ses tempes sont comme compressées. Cette sensation d’avoir la tête compressée l'empêche d’avoir pleinement l’esprit clair. Il lui faut rattraper le coup. Avec un sourire gêné, Capulina tente de se sauver du ridicule.

Oups, Hihi ! Je ne dois pas avoir fait mon deuil. Ce jour marqué aussi la fin d'un grand homme que tout le monde semble déjà oublié… son enterrement était bien moins populeux...


Même débousolé, la femme reste compétente pour plomber l’ambiance. C’est la gratitude du Gouvernement Mondial. L’agent Tarentule en est confronté à chaque retour de missions. Un seul échec peut faire oublier tous les sacrifices passés. Ce cynisme est naturel pour un membre du Cipher Pol coincé une décennie en troisième catégorie. Son mal de crâne la harcèle encore. Soudain, des souvenirs de Marineford resurgissent. Cette sensation est similaire à ce que l’on appelle le Haki. Qui lui voudra du mal au sein de cette célébration? Oh, certainement tout le monde. La fuite serait la meilleure option pour ne pas continuer à agacer Sainte Cassanja. Tentant de se recomposer au mieux devant cette noble, Capulina se concentre pour résister à cette migraine tant bien que mal.

Mes excuses, l’heure est à la joie d’une ascension dont vous avez l’air de particulièrement voir d’un bon œil, votre Sainteté. Néanmoins, je ne vois nul part la famille de notre martyr Tetsuda. J'aimerais leur présenté aussi mes respects.
-Hum? Je crains de ne pas les avoir aperçu rendre les honneurs.
-Oh oh ! Les bruits de couloirs vont aller de bon train. Voilà de quoi entacher l'unanimité de cette soirée. Le Cipher Pol 4 garde toujours un œil sur la politique au sein de la Marine. Je ne ferrais pas l'affront de rappeler mes prérogatives, Sainte Cassanja, mais j'ai le devoir de faire mon rapport.
-Certes, faites donc, Agent Tarentule. Vous êtes si dévoué. Nous nous reverrons dans un cadre plus professionnel dans ce cas. Nfufufu !


Capulina, enfin libérée, quitte la soirée avec précipitation. Elle ignore si cette dernière phrase était une menace ou une taquinerie, mais une chose est certain. La remarque de l'agent Tarentule ne l'a pas laissé indifférente. Fine politicienne qu'elle est, Cassanja comprend ce que signifie l'absence des proches de Feu Tetsuda. Une rivalité est née entre les Fenyang et les Kindachi.


Dernière édition par Agent Tarentule le Lun 26 Fév 2024 - 17:48, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25230-la-garde-robe-de-l-agent
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25213-l-agent-tarentule#262699
La soirée guindée pour la promotion du nouvel Amiral battait son plein, les conversations animées et les rires remplissant la salle richement décorée. INDRA se tenait droit, son exosquelette couleur émeraude brillant faiblement sous les lumières étincelantes de la salle de réception. Le nouvel Amiral observa quelques instants le cocktails avant que ce dernier ne lui soit enlevé.

"- C’est très aimable à vous ! Un pacifista je présume ? Qui donc est à l’origine de votre conception ? Que j’aille saluer cette personne !"

Indra répondit d'une voix synthétisée, ses sphères lumineuses projetant une lueur calme dans l'obscurité de la salle.

" - Vegapunk est à l'origine de ma conception. Je suis un Pacifista prototype de la série PX.1, conçus avant les Pacifista P.1 sous l'apparence du grand corsaire Kuma que nous connaissons aujourd'hui. Étant jugés plus faibles, nous avons été mis au placard et ressortis récemment. "

L'Amiral Fenyang sembla satisfait par cette réponse.

" - Je ne connaissais pas votre modèle. Etes-vous assigné à un équipage, par le plus grand des hasards ?"

Indra secoua sèchement la tête.

" - Pour l'instant, je ne suis affecté à aucun équipage. Je suis une unité mobile déployée principalement sur Grand Line. Ma mission principale est de soutenir les opérations de la Marine et de garantir la sécurité des territoires contrôlés. "

Après l'échange avec l'Amiral Fenyang, Indra se retrouva interrompu par un Marine qui l'informa poliment qu'il devait retourner au bar pour reprendre ses fonctions de barman. Sans un mot de plus, Indra acquiesça et se dirigea vers le bar où il avait été assigné auparavant.

De retour derrière le comptoir, Indra reprit ses activités de préparation de cocktails, ses mouvements fluides et précis témoignant de son efficacité. Les invités continuaient à se presser au bar, passant des commandes et échangeant des plaisanteries avec le personnel.

Au petit matin, lorsque la fête toucha à sa fin, Indra se retrouva face à une tâche bien moins festive : le nettoyage de la salle de réception. Alors que les invités s'étaient dispersés dans la nuit, laissant derrière eux un amas de débris et de verres vides, Indra se mit au travail sans attendre. Sous les lumières tamisées de la salle déserte, Indra se pencha pour ramasser les détritus un à un, sa silhouette massive se détachant dans l'obscurité. Ses sphères lumineuses projetaient une lueur faible, éclairant le sol jonché de confettis et de résidus collant de boissons.

Malgré la solitude qui l'entourait, Indra continua à nettoyer méthodiquement, sans se plaindre ni se fatiguer. Alors qu'il balayait les derniers vestiges de la fête, Indra ne ressentait pas de lassitude ni de désespoir. Pour lui, c'était simplement une autre tâche à accomplir, un autre devoir à remplir au service de la Marine. Dépourvu de conscience il ne ressentait ni tristesse, ni solitude. Pourtant, pour ceux qui auraient pu assister à ce spectacle, il aurait été difficile de ne pas ressentir une certaine empathie pour cet être mécanique, condamné à une existence dénuée de reconnaissance ou de récompense, mais qui continuait à servir sans relâche, dans l'ombre de ceux qui l'avaient créé.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27278-ft-indra#281440
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27258-indra#281277
Loin Marie-Joie, quelque part sur Grandline. Quelques semaines avant la soirée.

998… 999… 1000 !

Je termine ma série de pompes habituelle pile au moment où la pendule sonne 6h pile, comme tous les matins. Et comme tous les matins, réglée comme du papier à musique, mon Enseigne vient m’apporter mon petit déjeuner ainsi que le journal du jour.

Voici vos flocons d’avoine à l’eau, sans sucre et sans sel, et votre smoothie, Commodore… Franchement, je ne sais pas comment vous faites pour avaler ça de bon matin… Je ne sais pas ce qu’il y a dedans, mais on dirait du jus de banane et d’oignon mélangés… Elle désigne du regard le verre dont le contenu a une couleur à mi chemin entre le jaune et le vert.
C’est parce que c’en est, Enseigne ! Vous devriez essayer ! La pectine de la banane et les prébiotiques et antioxydants de l’oignon préparent l’intestin pour une dure journée de labeur ! Et ce n’est pas mauvais pour les chakras, si vous croyez aux médecines alternatives…

Elle me tend mon petit-déjeuner. Je pose le bol de porridge et avale d’une traite le jus de fruits et légumes, tout en lisant en diagonale le journal qu’elle m’a donné.

Ah, et… Le Martin Facteur avait également une lettre pour vous.

Elle me tend une enveloppe, que je retourne immédiatement pour en inspecter le sceau. Les quatres cercles reliés en croix autour d’un cinquième ne laissent planer guère de doute.

Une lettre du Gouvernement ? Et qui m’est directement adressée ? J’espère que ce n’est pas une énième mission avec un agent du Cipher Pol…

Je laisse s’échapper mes pensées à haute voix… Mais il est peu probable que ça soit le cas. Je tiens l’enveloppe à l’horizontale, au niveau de mes yeux. Le papier est de trop bonne qualité, et avec un grain très fin, et l’écriture est soignée… Je l’ouvre, et déplie la lettre qu’elle contient.


L'avènement d'un nouvel amiral | Soirée dansante World_10

Madame Kenora Makuen
Amirale en Chef de la Marine

prie Monsieur Alex Raines
Commodore de la Marine

de bien vouloir assister à la soirée de gala qui sera organisée en l’honneur de la promotion au rang d’Amiral de la Marine de Monsieur Alheiri Salem Fenyang
à Marie-Joie, le…

Je referme la lettre sans même prendre note de la date et de l’heure de la soirée.

Qu’est-ce que c’est ?
Une invitation. Pour la cérémonie de nomination du remplacement de l’Amiral Tetsuda, l’Amiral Fenyang, à Marie-Joie.
Peu étonnant, après l’opération Coyote Tango…

Je hausse la tête silencieusement. Effectivement, le choix est logique : il a piloté le Buster Call d’Aeden d’une main de maître. Une main de fer dans un gant de fer, certes… Mais une main de maître tout de même. L’opération a été un franc succès, et Aeden est aujourd’hui sous le contrôle de la marine. Mountbatten a été exfiltré, et a pu obtenir sa lettre de marque pour devenir un des sept Capitaines Corsaires. Et celui qui est aujourd’hui l’Amiral Fenyang a même réussi l’exploit de tuer un des plus puissants révolutionnaires du monde, Ombre. Ce dernier devant au moins être aussi puissant que Niklas Aldo… J’en frissonne rien que d’y penser. L’écart de niveau entre nous est abyssal… Et voilà le standard qui est fixé pour accéder au poste : être capable, par la seule force de sa volonté et de ses muscles de porter un coup aussi violent à l’organisation qui est une épine dans le flanc du gouvernement depuis tant d’années… Mes mains tremblent en tenant cette lettre que je commence à ranger dans son enveloppe. J’ai encore tant de chemin à parcourir.

Devons-nous faire cap pour Marie-Joie, Commodore ?
Non, ce n’est pas la peine.
Vous n’allez pas vous rendre à la cérémonie ?
Je ne crois pas… Je marque une pause. Bien qu’une telle opportunité pour réseauter ne se reproduira pas d’aussitôt… Nous n’avons pas de temps à perdre, Enseigne. Ce n’est pas en mangeant des petits fours avec le gratin de Marie-Joie que j’atteindrai ce niveau-là.

Elle esquisse un sourire puis hoche la tête.

Vu son caractère et sa réputation, j’imagine qu’il a dû se dépêcher de recruter une secrétaire juste après sa nomination… Je commence, en me grattant la joue. L’appétit de ce nouvel Amiral pour les femmes n’est plus à prouver…
Je vais essayer de la contacter pour lui adresser vos félicitations.

Elle se met au garde-à-vous puis sort de la salle lorsque je hoche la tête sans dire un mot, me laissant seul avec mes pensées. Je lève mon verre de smoothie banane-oignon dans le vide.

A votre santé, Amiral Fenyang. Préparez-moi une place à vos côtés, parce que je viens m’en emparer!
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24208-fiche-technique-d-alex-r
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24201-alex-raines-termine#254163