-45%
Le deal à ne pas rater :
SEB Batterie de cuisine 20 pieces compact inox induction
119.99 € 219.99 €
Voir le deal

Evasion et Complot - Phase 1 | Pv Indra, Ada, Eleonore

img_rp
Evasion et Complot - Phase 1
Feat
Eleonore/Indra/ Ada




Une semaine...

Sept jours pour remettre de l'ordre sur ton navire avant de partir vers l'une des plus grandes prisons de Grand Line. Mile High Purgatory... Un condensé d'architecture et de technologie, produit d'un esprit sans doute totalement cinglé. Pour autant, forcé de constater que cela avait marché et malgré la chute d'Impel Down quelques années en arrière, le Gouvernement Mondial avait une nouvelle fois prouvé sa suprématie indéniable aux yeux du monde. Enfin... Il y avait toujours les contestataires habituelles... Trouvant qu'il était inhumain de traiter des êtres vivants, même criminels, de la sorte.

Des idiots qui appréciaient sans doute se faire piller chaque semaine par des brigands... Qu'importe... Cette fois-ci, ce n'était pas une visite de courtoisie qu'on t'avait demandé de faire, mais bel et bien de répondre à l'urgence locale. Tu n'en savais que très peu, les rapports à distances étaient ce qu'ils étaient, inconstants et souvent incohérents, on avait dépêché le Charydbe et tout son équipage en plus d'une unité de Pacifista pour foncer tout droit sur la prison.

Comme à ton habitude, pour ce genre de mission, tu avais Eleonore à tes côtés, qui décidément, ne t'avait plus quitté depuis que tu l'avais rencontré la première fois. A croire que tu étais désormais bel et bien sa supérieur attitrée bien qu'il y avait encore quelques paperasses à régler à ce sujet. Mais il n'y avait pas qu'elle. Comme promis, tu avais sélectionné les grands victorieux de ton petit entraînement pour partir avec toi. Cela comptait aussi l'agent du CP Vipère, bien que tu avais du mal à te fier à elle.

Le Cipher Pol... Fidèles à eux-même, et seulement à eux-même...

Il y avait aussi le Pacifista Indra. Bien que pour le coup, il venait davantage en ses qualités de machine qu'en ses qualités de recrus potentiels. Tu ne savais toujours pas comment composer avec pareille chose. Il était vivant, peut-être même sentient mais... Disons que tu avais plutôt l'habitude d'être la machine à tuer et que l'on soit contraint de composer avec toi. Pas l'inverse.

Qu'importe, on t'avait assuré qu'ils avaient au moins un minima d'autonomie. Tout ce que tu avais à faire était de leur donner des directives simples et ils remplieraient leurs missions, dans un monde idéal. Mais tu étais connue pour être une sacrée poissarde...

- Préparez-vous, on est bientôt arrivé. Pour ceux qui ne sont jamais venus dans cet endroit... J'espère que vous avez l'estomac accroché.


Tu soupirais un peu avant de rejoindre à nouveau ta cabine, pour secrètement meurtrir une cigarette avant de t'abandonner aux complications futures...




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore
Le bateau de la marine approchait doucement des côtes alors que des éclairs rageurs les accueillaient. Frappant le bâtiment, claquant dans une détonation terrifiante, l’ambiance pesante de la prison avait déjà commencé à en transir certains. La commodore avait raison, pour espérer tenir le coup dans Mile High Purgatory il fallait avoir le cœur bien accroché. Mais étrangement, cela était loin d’effrayer l’agent du Cipher Pol. Elle se tenait sur l’avant du bateau, observant le bâtiment de roche et de métal encaisser sans trembler la tempête constante à laquelle il faisait face. Une pluie forte accompagnait le théâtre d’éclair, donnant l’impression qu’ils arrivaient sur le lieu d’un terrifiant conte pour enfants. Du genre que l’amiral Kindachi aurait pu lire à sa fille pour lui prouver l’efficacité des institutions carcérales du gouvernement mondiale.

À peine accosté, des agents de la prison sautaient déjà au cou des arrivants. Dans une course impatiente, et probablement risquée au vu de la tenue mouillée et glissante du quai, un homme en blouse presque blanche arrivait en gesticulant.

- “Vous voilà enfin ! Vite, dépêchez vous !”

Son injonction n’était sûrement pas nécessaire pour que les marines dépêchés ne le suivent avec hâte à l’intérieur tant le temps extérieur était peu clément. Passant une grande porte de pierre sombre, l’ambiance lugubre continuait à même les couloirs de l’institution. Des regards circonspects ne les quittaient pendant leur traversée du hall d’entrée. Quelques gardes restaient discrets mais Ada sentait la peur autant que la méfiance. La raison de leur venue était encore bien floue. Une vague histoire d’épidémie sévissant dans la prison. Et sii la commodore n’avait pas su leur expliquer clairement la mission, c’était sûrement que elle-même n’était pas au courant de l’ensemble des éléments la composant. Ou bien la marine faisait à nouveau preuve d’une inefficacité déconcertante ? Cela ne serait jamais arrivé sous le commandement de l’amiral Tetsuda. Jamais !

- “Je vais vous montrez tout de suite, ce sera plus parlant.”

Aucun détour dans ses paroles. Les politesses rudimentaires avaient été reléguées au second plan. La peur et l’angoisse, toujours accompagnant les paroles du scientifique, laissaient présager à l’agent Viper que la situation était grave. Et quelque chose de grave à Mile High Purgatory était loin d’être anodine. Les nouveaux arrivants entendaient le tonnerre gronder à l’extérieur alors qu’ils défilaient dans les couloirs sombres et labyrinthiques de la prison. Les pas rapides de leur guide ne leur laissaient pas le temps d’admirer l’architecture. Jusqu’à qu’au détour d’un couloir, il s’arrêta nette, stoppant la progression de toute le groupe.

- “C’est ici …”

Il entra dans une cellule, rectangle de roche et d’acier, où le froid et le lugubre se mariaient. Sur un vieux morceau de tissus à même le sol humide se trouvait le corps d’une femme. Des vêtements de bagnard déchirés la couvraient et parsemaient son corps, des plaques rouges et des abcès purulents. Ada entrait alors à la suite des autres pour s’approcher et s’accroupir auprès de la morte.

- “Comme convenu, personne n’a touché au corps.”

Le scientifique n’en disait pas plus. Surement attendait-il les questions de la commodore ou des accompagnants.



Scientifique : #A0522D
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27424-ada-fiche-technique#2826
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27399-ada-kindachi-termine#282555
ÉléonoreLa découverte d'une scène de crime reste un moment intense dans la vie d'un traqueur. C'est la promesse malsaine d'une nouvelle traque, un shoot brutal d'adrénaline dont on sait, à la longue, qu'il vous détruisait.
L'enquête allait se dérouler dans la prison de Mile High Purgatory dans une atmosphère à la fois mystérieuse et sinistre. Située sur une île céleste, cette structure imposante semble être le produit de l'esprit tortueux de son créateur, le Dr Tesla. En effet, elle est dissimulée derrière un rideau d'orage, ajoutant à son aura de danger, une pointe de mystère. Dès leur arrivée, les éléments naturels se déchaînent, amplifiant l'atmosphère oppressante qui règne autour de la prison. Le groupe de Pandore pénètre dans l’univers lugubre accompagné d'un groupe de soldats et d'un gardien de la prison qui est venu les chercher à l’extérieur tellement, il semble impatient. Les soldats, déjà éprouvés par le tumulte de l'orage, se hâtent de trouver refuge à l'intérieur. Pour Éléonore, pourtant, l'urgence seulement ralentie et son besoin de se protéger des éléments déchaînés est retarder. Elle est immédiatement confrontée à une odeur nauséabonde, un mélange de morts, de maladie et de saleté qui emplit ses sens dès qu'elle franchit le seuil de la prison. Son immersion dans cet environnement hostile est soulignée par sa réaction physique, ses narines se plissant involontairement pour tenter d'atténuer les effluves désagréables. Cette description détaillée olfactive permet à Grey de ressentir l'intensité du moment.

Il vient ensuite à l’audition qui est affectée par l’ambiance. Les couloirs résonnent de gémissements étouffés, de toux rauques et de plaintes désespérées qui se mêlent pour former une symphonie lugubre de souffrance et de désespoir. Chaque bruit est amplifié par l'atmosphère claustrophobique de la prison, enveloppant Éléonore dans un sentiment d'angoisse palpable. L'orage qui gronde à l'extérieur ajoute une dimension supplémentaire à cette cacophonie lugubre. Les éclairs déchirent le ciel obscurci, illuminant brièvement les cellules lugubres et révélant des ombres fantomatiques qui dansent sur les murs. Le tonnerre résonne comme un roulement de tambour funèbre, accentuant la tension déjà présente dans l'air chargé d'électricité. Chaque petit son, qu'il s'agisse du grincement d'une porte rouillée, du cliquetis des chaînes des prisonniers ou du bruit sourd d'un corps s'effondrant au sol, semble être amplifié et déformé par l'écho des murs de la prison. Ces sons, combinés à l'ambiance apocalyptique de l'orage qui gronde à l'extérieur, créent une mélodie macabre qui glace le presque le sang de la blanche.

Éléonore, engagée dans une lutte pour reprendre le contrôle de ses sens, ferme brièvement les yeux, concentrant ses efforts pour chasser les odeurs putrides qui envahissent l'air. Pendant ce temps, ses compagnons d'équipe agissent autour d'elle, s'affairant dans un ballet de mouvements. Elle observe distraitement l'activité qui l'entoure, son regard balayant les alentours avant de se poser sur le corps inerte étendu devant elle. S'approchant finalement lentement, Éléonore fléchit les genoux pour se retrouver à la hauteur du cadavre. Son visage se crispe légèrement en découvrant l'état de la victime : la peau de la femme est marquée par d'horribles plaques rouges et des abcès infectieux, signes indéniables d'une maladie dévastatrice. Grey fronce les sourcils, son regard scrutant chaque détail avec une intensité déterminée. Prise d'un réflexe, elle attrape une menthe dans sa poche et la glisse dans sa bouche, savourant la fraîcheur qui envahit son palais. La saveur mentholée agit comme un baume sur ses sens, masquant en partie l'odeur nauséabonde de la pourriture émanant du corps. Se munissant d'un crayon, elle commence alors son examen minutieux du cadavre, prenant des notes précises et méthodiques, plongeant ainsi dans son travail avec une concentration absolue.

‘’C’est possible de nous expliquer en détail ce qui se passe ? Ne laissez aucun élément cacher s’il vous plaît.’’ Demande simplement la blanche les yeux toujours rivés sur le corps féminin.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26871-eleonore-grey-soldate-au
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26836-eleonore-grey-soldate-au-rapport-terminee#277619
Nogan:

" - C’est possible de nous expliquer en détail ce qui se passe ? Ne laissez aucun élément caché s’il vous plaît.
- Écoutez...", lui répondit Nogan, le regard fuyant traduisant une inquiétude palpable.

" - Depuis quelques jours, une étrange maladie sévit parmi les geôliers et même certains prisonniers. Ça commence par de la fièvre et des douleurs dans tout le corps, puis ça empire rapidement. Le directeur Valentine et la sous-directrice Lorn sont aussi touchés. Ils sont cloués au fond de leur lit, incapables d'assurer leurs fonctions. "

Il marqua une pause, laissant planer un lourd silence dans l'atmosphère déjà chargée de tension.

" - Le problème, c'est que le directeur contrôle tout à distance, grâce à son implant cybernétique. S'il est hors d'état de nuire, je vous laisse imaginer ce qu'il pourrait arriver à la sécurité de cette prison ? "

Ses yeux s'assombrirent alors qu'il poursuivait.

" - Et ce n'est pas tout... Hier, on a retrouvé le cadavre de cette femme dans sa cellule. Elle avait les mêmes symptômes que les autres, mais en pire. Nous avons aucune idée de ce qu'il se passe.
- Identification... Mayaku Miso. Pirate primée à 188 000 000B.
- Effectivement... Nous avons retracé ses déplacements ses derniers jours et elle a été au contact des prisonniers suivants : Flist Gonz (ancien commandant de la première flotte du Malvoulant), Freyga Hijiro (un géant exilé d'Erbaff), Montblanc Cacao (un révolutionnaire) et Suisui Globe (un pirate primé à 60 millions de berrys). Tenez, voici la liste. Sur ce je dois vous laisser, nous sommes en sous effectif et je me dois d'aller aider mes hommes. Je vous laisse un cyborg afin de vous guider dans la prison. "

Le gardien de prison cyborg s'avança dans la cellule, tel un cauchemar ambulant. Son apparence était une grotesque fusion de chair putréfiée et de métal rouillé, des lambeaux de peau pendouillant çà et là, révélant des parties mécaniques corrodées et déformées. Ses membres étaient déformés et contorsionnés, semblables à des griffes acérées prêtes à déchiqueter tout intrus. Ses yeux, autrefois humains, étaient maintenant deux orbites vides éclairées par une lueur sinistre, évoquant une faim insatiable pour la terreur et la douleur. Des câbles sinueux rampaient le long de son corps, pulsant de manière inquiétante comme des veines malsaines. Des morceaux de métal déchiqueté et de chair décomposée étaient incrustés dans sa carcasse, témoignant des combats brutaux et des échecs des tentatives d'évasion. Son armement était une collection d'instruments de torture intégrés à son être déformé : des bras terminés par des lames tranchantes évoquant des crocs de l'enfer, des injecteurs de poison dissimulés dans ses doigts griffus, et des émetteurs de fréquences sonores stridentes capables de faire exploser les tympans des prisonniers les plus récalcitrants. Chaque pas qu'il faisait résonnait dans les couloirs comme un glas funeste, annonçant le destin sombre de ceux qui osaient défier l'autorité de Mile High Purgatory. Sa présence était un rappel vivant de la cruauté impitoyable de la prison, une abomination mécanique errant dans les ténèbres pour châtier les âmes perdues qui s'aventuraient sur son territoire.

"  - Avez-vous des questions avant que je ne parte ? "


Dernière édition par INDRA le Jeu 14 Mar 2024 - 12:06, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27278-ft-indra#281440
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27258-indra#281277
img_rp
Evasion et Complot - Phase 1
Feat
Eleonore/Indra/ Ada




Perplexe...

Contrairement au reste de ta petite troupe, ton visage n'était pas aussi grave que le leur. L'enfer, tu l'avais connu sous plusieurs formes. La putréfaction et la maladie ne t'étaient pas non plus inconnu. Des lors tu n'étais pas aussi impressionnée par ce spectacle macabre prenant la forme d'un corps rongé par le mal. Même l'odeur puant des lieux te laissaient pour le moins indifférente, malgré que tu les sentais sans doute encore plus fort que ta Commandante. Te penchant vers le cadavre, tu venais à recouvrir ta main de Haki par simple soucis de précaution avant de commencer à inspecter le corps dans ses moindres recoins.

- Vipère, ça te dit quelque chose ?

A peine avais-tu prononcé tes mots qu'une tête désormais bien connue de tes troupes vint à se dévoiler avant de fixer le cadavre à son tour. Même avec une mémoire absolue, avoir deux cerveaux étaient une véritable aubaine.

- Pas à notre connaissance.


Ce n'était pas toi l'experte en mal de ce genre, heureusement pour toi, il y avait Ada. Elle t'avait aidé quelques jours auparavant pour tes propres soucis de nature quasi similaire, elle saurait traiter le problème le plus rapidement possible. Ça ou bien tu avais lourdement surestimé ses capacités en la matière.

- Negan. Comment une des prisons les plus fortifiées de tout Grand Line a pu se faire avoir par une menace de ce genre ? Nous sommes isolés de tous ici.

Cela semblait trop fulgurant pour n'être qu'un heureux hasard. Une maladie inconnue et très dangereuse, frappant les plus hautes pontes de l’administration de la prison ? Au milieu de nul part qui plus était... Les échanges avec le monde extérieur étaient tellement sécurisés que même un navire de la marine aurait du mal à aborder cette prison s'il n'y était pas convié au préalable.

- Ne répondez pas. Si vous le saviez, vous auriez déjà agit.

Tu le coupais alors qu'il s'apprêtait sans doute à bredouiller quelques excuses. Soupirant lourdement, tu massais le front avant de t'arrêter en plein mouvement, comprenant instinctivement que Vipère venait de comprendre quelque chose bien qu'elle restait silencieuse aux yeux de tous pour le moment. Mais pas avec toi. Toi, tu l'entendais, et tu comprenais ce qui se tramait dans son esprit qui était le même que le tiens.

- De tout les prisonniers que vous m'avez cité, il n'y a que ce Suisou Globe qui m'intrigue.


Ta mémoire était certes absolue, mais pas ta connaissance. Pour autant, tu avais déjà entendu parler d'une arrestation d'un empoisonneur. Et malgré le manque de preuve, il avait été condamner à perpétuité au sein de ces murs. Une personne avec des connaissances de ce genre pouvait très bien sortir une maladie de son chapeau sans problème, même au sein d'une prison de haute sécurité... Surtout si celle-ci se montrait négligente par suffisance.

- Où est-il en ce moment ?

- Entrain de se faire examiner par un médecin de la marine.


Silencieuse, ce fut Vipère qui vint à trahir ta frustration alors qu'elle avait tourné sa tête brusquement vers Negan. La suite du plan ne faisait alors plus aucun doute...

- Agent Viper. Trouvez un remède à cette maladie. Je me fiche de savoir comment vous vous y prendrez mais faite le. Pacifista Indra, je veux que tu me dises tout ce que tu sais sur ce Suisou Globe, jusqu'aux moindres détail. Tu vas me suivre toi et ton confrère de l'angoisse. Mikael, Gabrielle, quadrillez la zone, aidez les gardiens à assurer la sécurité des lieux. Eleonore...


Tu plissais les yeux pendant quelques instants. Elle semblait souffrir de l'atmosphère et lui demander de s'enfoncer encore plus loin dans les entrailles du monstre était presque d'une cruauté sans limite. Pour autant elle survivrait, elle n'avait pas le choix. Elle savait qu'elle n'aurait aucun traitement de faveur en te suivant, et c'était sans doute pour cela qu'elle avait décidé de rester à tes côtés.

- Eleonore, tu vas aussi me suivre. Je vais avoir besoin de tes talents pour la traque.  

- M-mais. Qu'est-ce que vous allez faire ? Pourquoi lui ?

Tu soupirais une nouvelle fois. Les protocoles de sécurité laissaient clairement à désirer.

-  Nous sommes les premiers à fouler le sol de la prison, je peux vous l'assurer. La marine n'a envoyé aucun docteur. Demandez à votre gardien de nous guider jusqu'au prisonnier.

Et ainsi commençait vos péripéties. A croire que tu avais beau enchaîné des situations bien différentes les unes des autres, elles avaient toutes le même goût de merde en bouche une fois vécue.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore
Si la commodore menait ses investigations, Ada faisait de même de son côté. Loin d'être impressionné par l'arrivée du gardien putride ou le ton paniqué de la commandante Grey, l'agent du cipher pol avait déjà commencé à retourner le corps sous tous ses aspects pour chercher la cause de la maladie. Et pour elle, il n'y avait rien de magique là-dessous, seulement de la biologie.

- " C'est une infection bactérienne particulièrement virulente. Surement à un Staphylocoque."

Mais quelque chose clochait. Les rougeurs, l'aspect purulent et jaunâtre des abcès ... Mais comment aurait-il contaminé les prisonniers ? Elle se redressa d'une traite, inspectant les murs et les pauvres morceaux de tissus présents. Il était vrai que cette prison, d'un point de vue hygiène, pouvait laisser à désirer. Mais Ada se doutait que s'il n'y avait que ça, les marines sur place n'auraient eu aucun mal à la détecter et soigner la maladie. La fièvre, les douleurs, la rapidité de la transmission et la virulence. Cela était un signe de la présence d'un Staphylococcus aureus particulièrement pathogène. Une bactérie sélectionnée, modifiée, accentuée. L'agent ne voyait que ça pour que tous les patients suivent les mêmes traces.

- "Un choc toxique." Dit simplement Ada alors que l'urgence était maintenant devenue tout autre que de simplement chercher la raison de la maladie.

Un simple échange de regard et tous avaient compris le problème. L'empressement se faisait sentir alors que le gardien, de son allure et sa course lourde, dévalait les couloirs sinueux et labyrinthique de Mile High Purgatory. Les locaux humides résonnaient de leur pas, faisant passer la discrétion au second plan alors qu'ils arrivaient dans la cellule de ce fameux prisonnier. Pourtant, bien loin de le trouver sur un lit aménagé avec à son chevet le marine envoyé pour le soigner, ce ne fut qu'une pièce vide, morne et angoissante. Le temps de réaliser qu'il avait filé, profitant sûrement de la panique pour trouver une opportunité de fuir. Les yeux du cyborg les accompagnant s'allumaient alors d'une lueur terrifiante alors qu'on l'entend hurler de sa voix mécanique.

- "ALERTE ! DÉTENU EN FUITE ! ALERTE !"

Maintenant, il fallait arriver avant lui au port.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27424-ada-fiche-technique#2826
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27399-ada-kindachi-termine#282555
ÉléonoreLa découverte d'une scène de crime reste un moment intense dans la vie d'un traqueur. C'est la promesse malsaine d'une nouvelle traque, un shoot brutal d'adrénaline dont on sait, à la longue, qu'il vous détruisait.

Le soupir de la blanche tombe lourd devant l'aveu de Negan. Elle n'avait même pas eu besoin d'échanger de regard avec les autres pour savoir qu'il s'était fait avoir comme un gamin. Elle se relève finalement, laissant l’examination plus en profondeur à l’agent Viper. De toute façon, la profileuse réalise bien vide qu’elle ne trouvera rien sur le corps de la femme, vu que cette ‘maladie’ virulente avait sûrement été infuser d’une manière ou d’une autre…

‘’Qu’elle est la chose la plus commune que les prisonniers on ensemble ? L’eau et la bouffe. Ils ne sortent pas de leurs cellules, alors pas de contact physique. Et à moins d’avoir directement contaminé l’air de toute la prison ce qui peut être plus ardu, ce truc doit venir soit de la bouffe ou de l’eau… Ce qui explique pourquoi le directeur a été aussi touché…’’ Laisse Éléonore tombée comme hypothèse.

Du moins c’était l’un des points les plus logiques qu’elle pouvait voir jusqu’à maintenant. Toutefois, sans plus d’information sur le détenu en question, elle ne pouvait pas avoir une idée plus précise de l’individu. Dans tous les cas, Pandore se remettait en mouvement, ce que fit également la commandante. Cette promenade de santé lui permet de s’habituer un peu plus à l’odeur de la prison, lui permettant de retrouver une expression faciale plus neutre. Non loin du poste médical, Éléonore fait un arrêt, ce postant devant les plans d’urgence de la prison. Celui-ci explique en détail toutes les sorties de secoues, les délimitant aussi de flèches colorées rouge et bien identifier. Elle soupire, même si elle comprend l’utilité d’une telle action, elle se doute qu’elle a été utile à leur prisonnier.

Elle cherche mentalement la position du port, suit le chemin mental avec l’aide de la carte et trouve deux sorties possibles près du port. Au même moment, la voix mécanique du gardien électronique explose, alertant de l’absence du prisonnier et du fameux médecin. La Bloodhound revient rapidement vers Pandore et les autres.

‘’Selon la carte, il y a deux sorties possibles, je vais en prendre une, que quelqu’un m’accompagne et je propose que Pandore prenne l’autre. Vu notre différence de forces. Il est maintenant clair qu’il a un allié alors je préfère ne pas prendre de risque si je tombe sur eux. Si je peux empreinte Ada ou encore INDRA.’’

Après avoir indiqué la deuxième sortie, la Bloodhound s’élance dans les couloirs de la prison, son pas résonnent sur le sol de métal. Après qu’ils zigzaguèrent, quelques couloirs, Éléonore ralentit, lève le bras pour faire signe à ceux qui la suivent de faire de même et enfin elle tourne le coin, faisant face à une femme qui referme la porte derrière elle.

‘’Moi, Ko-Suey, j’suis là pour vous arrêter. Vous ne toucherez plus à mon précieux mentor.’’

Sur ses dernières paroles, elle enlève son manteau de faux médecin et laisse apparaître une ceinture recouverte de différentes poches et d’instruments de cuisine. Elle attrape un couteau de boucher. Elle commence ensuite à ouvrir habilement des pochettes qui se trouvent à sa ceinture et à dévoiler des compartiments remplis de tube de verre remplit de liquide. D’un petit mouvement, elle retire ses sandales en bois pour touche pieds nus le sol et sous les yeux de la commandante et de son allié, le sol semble se ramollir et changer de couleur, retrouvant le côté clair et la texture du beurre, il vient ensuite des murs et une partie du plafond qui trouvèrent la même texture. Entre ses mains, elle attrape différentes fioles remplies de liquide aux couleurs et textures différentes pour commencer à les lancer en direction de la Marine. La première fiole explose au pied d’Éléonore qui c’était jeter vers l’arrière et tandis qu’une odeur délicieuse de vanille s’en échappe, elle se doute que ce fut le même ingrédient, le sol changeant de couleur sous la corrosion avec l’air…

Chaque fiole semble être différente et en lien avec un ingrédient, ainsi avec la nourriture. Ainsi, elle lance plusieurs fioles, chacune d’entre elles différentes dans leur état de lancer, que ce soit un gaz toxique à l’odeur de fraise ou encore de gélatine explosive, il y avait du choix, mais ils avaient tous un truc en commun, ils étaient mortels et fait à base de beurre. Toute en lançant d’une main, elle appuie la lame contre la porte toujours intacte et vient frotter brusquement pour faire apparaître une flamme qui prend en intensité et qui semble commencer à réchauffer le beurre autour d’elle.

‘’Fuck… C’est clairement un fruit du démon.’’ Marmonne la blanche qui n’aime pas les mauvaises surprises.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26871-eleonore-grey-soldate-au
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26836-eleonore-grey-soldate-au-rapport-terminee#277619
" - Lecture du rapport sur le détenu Suisui GLOBE :
Suisui GLOBE est un ancien cuisinier reconnu mondialement pour ses plats à base de poisson globe. Issu d'un milieu socio-économique modeste, il a réussi à atteindre un niveau de renommée en ouvrant son propre restaurant à Marie-Joie.
Motivé par le mépris ressenti envers les nobles de sa région, Suisui a décidé de prendre des mesures radicales pour remédier à ce qu'il percevait comme une injustice sociale. Pendant de nombreuses années, il a utilisé son établissement pour empoisonner un nombre indéterminé de nobles, provoquant leur mort de manière progressive et souvent indétectable.
Doté d'une expertise accrue en matière d'empoisonnement, Suisui a perfectionné ses techniques au fil du temps, permettant à ses victimes de succomber à leurs maladies jusqu'à plusieurs mois après l'ingestion du poison. Cette particularité lui a permis de perpétrer ses crimes sans être découvert pendant une période prolongée, aboutissant à la mort d'environ une dizaine de nobles avant son arrestation par les forces de la Marine.
Malgré l'absence de preuves tangibles, Suisui GLOBE a été jugé coupable et condamné à une peine d'emprisonnement à perpétuité dans l'établissement pénitentiaire de Mile High Purgatory en 1625. Fin du rapport. "


Dans un couloir obscur et sinistre de la prison de Mile High Purgatory, les portes des cellules de certains détenus commencèrent à s'ouvrir violemment, libérant les prisonniers qui se trouvaient à l'intérieur. Les verrous électroniques, qui étaient censés maintenir les captifs en sécurité, cédaient sous une force inconnue, laissant les cellules s'ouvrir dans un grincement sinistre et menaçant. Les détenus, surpris par cette opportunité soudaine, échangèrent des regards remplis d'excitation et de méfiance alors qu'ils se préparaient à saisir leur liberté nouvellement acquise. Certains d'entre eux, voyant une chance de s'échapper de cet enfer, se précipitèrent hors de leurs cellules, leurs pas résonnant dans les couloirs déserts de la prison. La pagaille s'installa rapidement alors que les prisonniers libérés commencèrent à semer le chaos dans les allées sombres de la prison. Les alarmes retentirent, hurlant dans les oreilles des gardiens cyborgs qui réagirent immédiatement, se déplaçant avec une précision mécanique pour rétablir l'ordre. Des affrontements éclatèrent entre les détenus en fuite et les gardiens cyborgs, créant un tumulte de cris et de bruits métalliques qui résonnaient à travers les couloirs de la prison. Les étincelles jaillissaient des armes électriques des gardiens, éclairant brièvement les visages terrifiés des prisonniers alors qu'ils luttaient pour leur survie dans ce combat désespéré pour la liberté.

INDRA, impassible face au chaos qui régnait dans les couloirs de la prison de Mile High Purgatory, se dressait tel un titan de métal, prêt à affronter les prisonniers qui s'étaient échappés de leurs cellules. Ses yeux rouges luisaient d'une lueur menaçante alors qu'il activait ses lasers et lanceurs d'éclairs, prêt à défendre l'ordre et à rétablir la sécurité dans la prison. D'un mouvement fluide et précis, INDRA décocha des rayons lumineux, qui frappaient avec une précision chirurgicale les prisonniers en fuite. Les faisceaux ardents fendirent l'obscurité de la prison, illuminant les visages paniqués des émeutiers alors qu'ils tentaient désespérément d'éviter les attaques du redoutable Pacifista. Les lanceurs d'éclairs de l'androïde crachèrent des décharges électriques dévastatrices, qui zébraient l'air avec une fureur destructrice. Les prisonniers, pris au piège dans ce déluge d'énergie, hurlaient de douleur alors qu'ils étaient foudroyés par les attaques implacables de l'implacable gardien de la prison. Malgré la résistance acharnée des émeutiers, INDRA demeurait imperturbable, sa silhouette massive se découpant dans l'obscurité alors qu'il continuait à repousser les assauts des prisonniers en fuite.  
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27278-ft-indra#281440
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27258-indra#281277
img_rp
Evasion et Complot - Phase 1
Feat
Eleonore/Indra/ Ada




Le Chaos...

Tu avais réagit vite, mais pas assez pour rattraper le retard accumulé par la prison. Celle-ci suite à l'épidémie avait totalement baissé sa vigilance. Peut-être que cette relâche remontait à bien plus loin... Qu'importe. Tu laisserais pas une institut réputée du Gouvernement Mondial se ridiculiser. D'autant que malgré l'état déplorable du personnel suite à l'épidémie, les défenses s'organisaient déjà. Peut-être qu'il était trop tard pour empêcher l'instigateur de tout ça de s'échapper, mais personne d'autres ne le suivraient dans sa grande épopée.

Pas sous ta vigilance.

Et malgré l'ambiance des plus électrisée et chaotique des lieux, tu semblais être comme un poisson dans l'eau. La folie dans la violence, l'horreur dans l'espoir d'être à nouveau libre. Un véritable champ de bataille fait d'acier, de puanteur et de panique. En bref... L'odeur de chez toi.

- Bien Eleonore. Agent Viper. Accompagnez-la. Je met aussi à votre disposition le reste de mes hommes, je vais me charger moi-même de ma voie, je serais accompagnée des deux pacifistas.

La mine d'information que représentait Indra était d'ailleurs une véritable aubaine. A tel point que tu commençais à penser sérieusement demander la présence d'un Pacifista au sein de ton équipage. Tu n'avais pas les connaissance en ingénierie pour en apprendre davantage sur eux, mais fait était qu'il était une ressource cruciale à tes yeux. Leurs efficacités à réprimander l'émeute au sein de la prison ne faisait que confirmer tes dires.

Avançant alors d'un pas rapide, tu laissais les pacifista faire leur tâche. Ton objectif est d'intercepter si possible le criminel principal de cette cohue. Cependant, même pour les machines, l'émeute devenait difficile à endiguer. L'ennemi était nombreux. Affaiblit certes, mais désespérés. Il voulait fuir cet enfer tonnant.

- Alors on bute la grognasse et on se casse d'ici ! Ouais  t'as raison ! Hey Sal...

- Silence !


Une onde de choc. Un véritable tsunami venait à envahir les lieux, dirigés uniquement vers les prisonniers. Ils avaient subit des tortures infinis et pourtant leurs esprits avaient tenus. Mais pas là. La plupart virent leurs psychés se briser sur le moment, s'effondrant comme des mouches. Les plus résistants n'eurent quand même pas le choix que de gerber leurs tripes et de plier le genou.

Même s'ils avaient gardé un semblant de conscience face à ton aura, ils étaient désormais des proies idéales pour les machines qui venaient à les assommer violemment pour les enfermer à nouveau. Cette fois-ci, plus d'espoir. Ton Haki des Rois l'avait totalement englouti. Comme un serpent vorace.

- Nous devons avancer.

Tu plissais les yeux. Tu avais un morceau de plan en tête et il ne faisait aucun doute que Suisui Globe était déjà bien loin. Sans Haki de l'Observation à disposition cela devenait compliquer de le traquer avec précision. Au fond de toi tu pestais. Jusqu'ici, c'était le seul Haki qui était resté hors de ta portée. Pourtant, l'Amiral Fenyang avait essayé de te l'enseigner par le passé, en vain.

A croire qu'un esprit brisé n'avait pas le droit de ressentir de l'empathie.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore
Et le vacarme commença. Il était compliqué de se concentrer lorsque les tirs, les hurlements et les course éreintés venaient à se mêler dans le brouhaha qui s'était levé. Ada avait alors suivi à la trace la commandante, la traçant à vue en espérant ne pas la perdre en route. Et rapidement, elles s'arrêtèrent avant de se confronter à une jeune femme téméraire. L'agent Viper ne put retenir un soupire devant la situation à la fois impressionnante et ridicule. Il fallait dire que certains fruits du démon ne payaient pas de mine en comparaison de d'autres. Pourtant, la Kindachi ne put que reconnaître que dans la situation actuelle, transformer le terrain praticable en cette substance était un nette avantage pour stopper leur progression.

- "Merde ..." murmura-t'elle rageuse alors qu'elle réfléchissait rapidement à un moyen de stopper le pouvoir de la femme.

Ses yeux se fixèrent sur la porte métallique qu'elle n'avait pas pris la peine de transformer et l'agent se demanda si elle aurait l'allonge pour essayer de l'atteindre. Et pour ça, rien de mieux que la rapidité des agents du Cipher Pol ainsi que leur geppou, technique enviée par beaucoup. Alors usant du soru, elle disparu de la ligne de vue de son adversaire avant de bondir dans les airs et de s’appuyer deux fois sur celui-ci avant de rejoindre la jeune femme menacante.

L’envie même de dégager son gaz toxique pour stopper la folie de la criminelle lui vint à l’esprit avant que sa rationalité ne lui rappeler que son gaz était également parfaitement inflammable et que la flamme au bout de l’arme de la cuisinière suffirait à faire sauter le couloir et les trois femmes avec. Et le suicide n’était pas encore une fin envisageait pour l’agent de catégorie III.

Elle s’appuya alors sur l’épaule de la criminelle, passant au-dessus pour atteindre la porte derrière elle et y prendre appui. Elle saisit alors son adversaire avant de la pousser avec force en direction de la commandante, seule lieu du couloir où le sol avait encore une forme solide. Cependant, pour Ada les choses aussi se compliquaient. La gravité avait vite fait de la rappeler à l’ordre et rapidement elle chuta vers le sol beurré avant de se rattraper d’un geppou et de traverser à nouveau le couloir en sens inverse et rejoindre un sol plus consistant.

Là, au bout de l'obscurité bruyante, se dessina les silhouettes de deux hommes qui avaient sûrement, comme Suisui, trouvé le plan les guidant au sortie de secours et au port pour s’échapper. Cependant, tant qu’elle serait là, elle ne permettrait pas qu’un prisonnier de plus se fasse la mal. Dès que son pied toucha la terre ferme, et sans regarder comment la commandante gérait la détentrice de fruit du démon, elle activa son soru pour atteindre un des deux hommes, appuyant sur ses épaules pour le forcer à s’incliner et lui collant un coup de genou dans le plexus solaire. Cela risquait de lui couper la respiration pendant quelques instants.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27424-ada-fiche-technique#2826
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27399-ada-kindachi-termine#282555
ÉléonoreLa découverte d'une scène de crime reste un moment intense dans la vie d'un traqueur. C'est la promesse malsaine d'une nouvelle traque, un shoot brutal d'adrénaline dont on sait, à la longue, qu'il vous détruisait.
Après un face-à-face avec un ennemi coriace, Éléonore serre la mâchoire. Ce possesseur de fruit serait un ennemi coriace qu’ils n’avaient pas anticipé. Face à l’impatience de sa compagne du Cp, la blanche attrape une des barres métalliques au mur et l’arrache rapidement. Dans un premier temps, elle l'attrape habilement avec sa paume l’une des bombes fragiles. La traitant comme si elle tenait un œuf fragile, elle la revoyait à leur ennemie commune avant de brusquement lancer la pole de fer en direction des jambes de Ko-Suey, donc l’attention se tourne immédiatement vers elle, oubliant presque la vipère qui se glissait derrière elle pour lui envoyer tel un vulgaire ballon de plage. Tandis que la femme fait un petit vol plané, la Bloodhound saute à son tour, atterrissant pieds dans le dos de la femme pour venir lui écraser tête première dans le plancher de métal de beurre. Le corps s’enfonce de quelques centimètres dans la substance pendant que la commandante utilise comme planche.

À grand coup de talons, elle enfonce le corps dans la substance avant de réaliser son erreur. Elle n’avait jamais combattu de fruit du démon, ainsi quand le corps entier de la femme se ramollit pour se fondre dans la masse du plancher, elle grommelle de frustration. Elle se retrouve les deux pieds dans le beurre, pataugeant de manière désagréable pour essayer de se sortir de ce foutoir collant. Ko-Suey profite du manque d’attention d’Éléonore pour immerger de sous elle, lui envoyant un coup de hachoir dans l’épaule, la lame chauffer glisse dans sa chair comme un couteau dans le beurre. La cuisinière saisit ensuite quelque chose à sa ceinture, des morceaux de fruits caramélisés dans du beurre empoisonné. Dans un mouvement fluide, elle se glisse derrière Éléonore et lui enfonce violemment le cadeau empoisonné au fond de la gorge, maintenant sa main fermement contre sa bouche. Ko-Suey lui assène un violent coup dans la gorge, l'obligeant à mordre et à avaler le quartier de fruit. Si les trois premières secondes avaient été supportables, la suivante provoque un haut-le-cœur terrible sous le goût de pourriture qui envahit sa bouche. Son estomac se révolte brusquement et Éléonore fait un effort surhumain pour ne pas vomir. Cependant, un grondement mécontent échappe à son estomac. Tout en repoussant l’ennemi, Éléonore saisit sa hache à deux mains, la faisant tournoyer autour d'elle pour éloigner toute personne proche. Ko-Suey disparaît dans son élément pour éviter l'attaque. Son ennemie finit par se retrouver au fond du couloir, reprenant sa forme originale. Ko-Suey plisse les yeux, reconnaissant les signes de la confusion qui la submerge. Elle tire de nouveaux morceaux de sa poche, réalisant son erreur en constatant que la pourriture a remplacé les autres quartiers... Le fruit qu'elle venait de donner à la marine pour l'empoisonner n'était pas le fruit toxique qu'elle avait promis au contrebandier... Elle s'était fait berner et venait maintenant de transmettre un Fruit du Démon à cette femme. Elles s’observèrent un instant avant de la fausse alliée ne tourne pas les talons de frustration par la porte derrière. Celle-ci se mit immédiatement à fondre. Un nouveau grognement de frustration s’échappe de la gorge de la Bloodhound qui crachait sa salive pour se débarasser du gout. Tandis qu’elle s’extirpe de peine et misère de la mare de beurre pour aller rejoindre l’agent Viper qui combat des prisonniers. Elle se fait tout de même une note mentale que cette femme serait sur sa liste de priorité future. Après avoir rejoint sa compagne de fortune, au cœur d’une des émeutes, sa hache à la main, elle ne se retient pas pour affronter les prisonniers en fuite. Les cris et les hurlements résonnaient autour d'elles alors qu'elle se fraye un chemin à travers le chaos, son regard n’échappant aucune cible qui passait proche. Soudain, un groupe de prisonniers se précipita vers elle, leurs visages contorsionnés par la rage et le désespoir. Sans hésitation, Éléonore fit tournoyer sa hache, déployant toute sa force dans un mouvement rapide et précis. Le plat de la lame s'abattit avec force dans les côtes de l'un des émeutiers, le projetant au mur dans un bruit sourd. Avant même qu'il ne puisse se relever, elle attrape un autre prisonnier par le col de sa chemise, lui assénant un coup puissant avec son front avant de le lancer sur l’autre pour les neutraliser.

Son évaluation du combat lui permet de se déplacer avec agilité et efficacité, esquivant les coups et repoussant les assauts des adversaires carcérales avec rapidité. À chaque fois qu'un prisonnier s'approche trop près, elle réagissait avec promptitude, utilisant le plat de sa hache pour les assommer et les repousser. Dans le tumulte de l'émeute, Éléonore repère finalement l'agent Viper et les Pacifistas qui se trouvent à proximité, engagés dans leur propre combat contre les émeutiers. Sans hésitation, elle se précipite à leur côté, prêtant main-forte à ses camarades dans leur lutte contre les prisonniers en fuite. Les assauts des émeutiers sont furieux, mais ensemble, ils repoussent lentement les attaques et maintenaient les émeutiers sous contrôle, les assommant avec des coups précis de leurs armes et les repoussant dans leurs cellules avec force.


Dernière édition par Éléonore Grey le Mar 26 Mar 2024 - 2:13, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26871-eleonore-grey-soldate-au
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26836-eleonore-grey-soldate-au-rapport-terminee#277619
img_rp
Evasion et Complot - Phase 1
Feat
Eleonore/Indra/ Ada




- Commodore. Il semblerait que l'homme se soit échappé depuis longtemps maintenant.

Tu pestais intérieurement alors que tu écoutais les communications. Vous étiez arrivé trop tard, vous faisiez les frais d'une négligence prenant racine dans l'arrogance des murs de cette prison. A ce penser indestructible, invincible, omnipotente, on en oubliait sa simple condition. Si Impel Down avait pu faillir, alors il n'y avait aucune prison qui était étanche face à l'ennemi...

Et encore une fois, le gouvernement venait de l'apprendre à la dur. L'homme avait joué de patience, de minutie et de rigueur, exploitant des négligences grossières dans la sécurité pour mettre à bien son plan. Et si l'intervention de ton équipage était une aubaine pour la prison, pouvant ainsi se servir de cette main d’œuvre inespérée pour retrouver le plein contrôle des lieux, de ton côté, tu étais insatisfaite par la finalité de la situation.

T'assurant de communiquer sur toutes les ondes, tu venais à donner un ordre à tout tes hommes qu'importe leurs positions dans la prison.

- Abrégez les combats au plus vite. C'est un ordre. Regroupez vous ensuite au poste de commandement.


Par cela tu entendais que l'intégrité des prisonniers n'étaient plus à préserver. La prison était déjà cruelle quant à la manière dont il traitait la vermine, mais elle devait quand même les garder un minimum vivant... Tes hommes n'avaient pas cette contrainte, surtout pas s'il l'ennemi refusait de se plier à vos demandes.

De ton côté, tu croisais les bras face à la cellule désespérément vide du criminel sans doute à l'origine de tout ça. Difficile encore de l'affirmer entièrement, d'autant qu'il paraissait ahurissant que l'homme ai réussi son coup tout seul et pourtant...

- Pacifista Indra. Analyse sa geôle, je veux savoir où il a pu aller.


La traque ne faisait que commencer... Et tandis que tes pensées fusaient déjà dans tout les sens en hypothèse, tu pouvais entendre un rire vicié. Un rire dément. Une femme, voisine de la cellule d'une des contaminées semblait bien se moquer de votre situation. Plissant les yeux, tu regrettais ne pas avoir d'Haki de l'Observation pour percevoir ses intentions, mais tu n'avais toute manière pas la patience pour ça.

- Assomme-la et amène-la avec nous.


Le boucher mécanique n'était pas non plus du genre à se perdre en hésitation. Et le rire vint rapidement à se transformer en un râle d'agonie étouffé lui aussi tout aussi vite. Si elle savait quelque chose, tu le saurais aussi. Qu'elle le veuille ou non.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore
Un nuage verdâtre se dissipait dans un des longs couloirs de Mile High Purgatory. Les ordres de la commodore lui était parvenu et Ada avait fini par abréger ses affrontements en usant de ses venins gazeux sans se soucier que des marines puissent en être victime. Les doigts se serrant autour de la tenue d’un des détenus qu’elle venait de mettre KO, elle le laissa retomber sur le sol froid de la prison, venant couvrir un peu plus de zone praticable, tout comme nombreux de ses confrères. Mais cela n’avait rien d’un exploit. Si l’énergie du désespoir les avait animés, tous les prisonniers tombés avaient subi des tortures les ayant terriblement affaibli. Il n’y avait donc rien d'impressionnant dans la victoire de l’agent.

Enjambant les corps assoupis par le venin soporifique, Ada rejoignit la cellule du principal suspect avant d’observer le même constat que tout devait se faire en silence. Il avait réussi à s'enfuir. Et pas seulement lui.

- “Il avait une complice, avec un logia. La commandante Grey l’a laissé filer.”

À la guerre comme à la guerre. Ada n’avait aucune raison de dissimuler l'échec de la marine et elle souhaitait avant tout entrer dans les bonnes grâces de la commodore pour continuer de l’assister en mission et en apprendre plus sur qui elle était vraiment. Et si pour ça, elle devait pointer les échecs des autres, elle n'hésiterait pas. Surtout qu’elle contenait également sa frustration d’avoir confier à cette débutante le soin d’affronter le détenteur de logia. L’agent Viper l’avait vu tomber dans le piège le plus ridicule qu’il soit face à ce genre d’adversaire : les laisser en contacte de leur élément. Peut-être que sa proximité avec un ancien possesseur de ce genre de fruit du démon déformé sa vision mais elle n’avait pu retenir un soupire agacé lorsqu’elle avait vu la cible s’échapper. Décidément, pour ce genre de choses, il valait mieux agir en solo.

Ada entra dans cellule de l’homme alors même que le gardien trainait la femme de la pièce voisine sur ordre de la commodore. L’agent fit le tour de la zone en observant les murs, le sol, le plafond de pierres sombres mais aussi le lit de fortune qui avait dû être dressé quand il fut déclaré malade. À ses pieds, une tache grasse semblait avoir été en partie absorbée par les tissus.

- “C’était elle, la fausse marine. Elle avait un logia gras, sûrement du beurre. Ça doit être par la nourriture qu’elle a propagé la maladie.”

Rien de bien sorcier dans la déduction de l’agent Viper. Un logia du beurre était un outil parfait pour propager des bactéries au travers de l’alimentation tant il s’agit d’un condiment basique, même pour les prisons telles que celle-ci. De plus, il devait lui être aisé de pouvoir cibler des hommes.

Finissant son constat, elle retourna auprès des marines qui avaient récupéré la prisonnière ricaneuse. Il était temps que cette institution prouve à Ada ses qualités en termes d’interrogatoire … Elle avait hâte de voir ça …
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27424-ada-fiche-technique#2826
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27399-ada-kindachi-termine#282555
ÉléonoreLa découverte d'une scène de crime reste un moment intense dans la vie d'un traqueur. C'est la promesse malsaine d'une nouvelle traque, un shoot brutal d'adrénaline dont on sait, à la longue, qu'il vous détruisait.
Restant un peu plus en retrait, Éléonore se tenait adossée au mur glacé de la prison, observant avec dégoût la bile qu'elle venait de vomir. Le morceau de fruit qui flottait dans la substance ressemblait à un gel brun répugnant. Son esprit revint à l'étrange scène avec son ennemie. Pourquoi cette femme avait-elle tenté de lui enfoncer quelque chose au fond de la gorge ? Était-ce une tentative d'empoisonnement ? Allait-elle développer les mêmes symptômes que les autres prisonniers infectés ? Et pourtant, même cette Ko-Suey semblait choquée, comme si elle avait réalisé quelque chose d'important... Une explication qui échappait à Éléonore. Avec un soupir résigné, elle se redressa enfin, saisissant fermement son arme avant de se diriger vers le groupe. Mais alors qu'elle entendait l'agent Viper annoncer son échec à Pandore, quelque chose d'inattendu se produisit...

Elle s'immobilisa brusquement, saisie par une sensation étrange qui semblait émaner de l'intérieur de son corps. C'était comme si une force invisible agissait sur elle, la transformant de l'intérieur. D'abord, ce fut un léger picotement, presque imperceptible, qui parcourut son dos avant de se propager rapidement dans tout son être. Elle sentit alors une étrange chaleur envahir ses membres, suivie d'une sensation de vertige qui lui fit tourner la tête. Pendant un instant, elle resta figée, incapable de comprendre ce qui lui arrivait. Puis, elle leva les yeux pour observer les marines qui l'accompagnaient, mais quelque chose avait changé dans leur expression. Leurs visages passaient de la surprise à l'incompréhension. Elle cligna des yeux à plusieurs reprises, essayant de chasser cette étrange illusion, mais en vain. C'est alors qu'elle réalisa que ce n'était pas une illusion. C'était elle qui était en train de changer. Elle sentit son corps se contracter, se resserrer, comme si elle régressait soudainement dans le temps. Ses vêtements semblaient devenir trop grands, flottant sur sa silhouette qui se réduisait à vue d'œil. Elle toucha son visage, constatant avec horreur que ses traits semblaient se lisser, se rajeunir, jusqu'à ce qu'elle se retrouve avec le visage d'une enfant. Dans un état de choc, elle tenta de se mouvoir, mais ses membres réduits à la taille d'une petite fille semblaient lourds et maladroits. Elle avait du mal à se tenir debout dans ses vêtements trop grands, semblant être engloutie par eux. C'était comme si elle avait été catapultée dans un autre corps, dans une autre réalité. Éléonore réalisa alors qu'elle n'était plus la version adulte d’elle-même. Elle avait été transformée d'une manière inexplicable, plongée dans une situation aussi étrange qu'inquiétante. Et tandis qu'elle tentait de comprendre ce qui lui arrivait, une pensée lui traversa l'esprit : que se passait-il ? Et surtout, comment pouvait-elle inverser cette étrange métamorphose ?

‘’Commandante ?’’ Marmonna un des soldats sans comprendre.
‘’Oui ?’’
‘’Euh, vous avez rajeuni…’’
‘’J’ai des yeux…’’
‘’Mais vraiment jeune…’’
‘’Vous n’auriez pas un truc plus utile à me dire ?’’
‘’Et bien vos vêtements…’’
‘’Je SAIS IDIOT’’ S’exclama-t-elle avec un poil de panique dans la voix.

Éléonore ressentit une bouffée de frustration monter en elle, une sensation rare pour celle qui était habituée à garder son calme en toutes circonstances. Face à cette transformation absurde, elle ne put s'empêcher de laisser échapper un soupir, avant de porter une petite main à son visage pour masser l'arête de son nez, essayant de calmer ses pensées tumultueuses. Elle se débattit un peu avec ses vêtements, les ajustant pour s'adapter à sa nouvelle taille. Avec un petit geste agacé, elle se résigna à découper son t-shirt pour le rendre plus convenable à sa nouvelle stature. Pendant qu'elle s'activait, elle réalisa avec soulagement qu'elle conservait la même force, les mêmes capacités et la même mentalité malgré son corps rajeuni. C'était une petite consolation dans cette situation étrange et déconcertante. Décidant de ne pas laisser cette transformation entraver sa mission, elle demanda à l'un des marines d'attraper ses vêtements et à un autre de prendre sa hache. Puis, avec un mélange de détermination et de maladresse due à ses nouvelles proportions, elle se mit en route pour rejoindre la position de sa commodore. À son arrivée, elle attira immédiatement des regards d'incompréhension et des murmures surpris. Une gamine, habillée d'un chandail trop grand et de bas en « collant » basique pour protéger ses jambes du sol froid, se tenait devant eux. Tournant finalement le coin de la cellule, elle s'arrêta devant l'entrée, dominant la scène de sa petite stature. Avec une voix surprenamment aiguë, elle s'adressa à sa commodore.

"Commodore... On a un petit problème... En plus de perdre la femme, il semblerait qu'elle m'ait fait un truc..." annonça-t-elle en levant les bras pour dévoiler sa situation.

La Colonel d'élite, dont le visage trahissait une frustration palpable, poussa un soupir de lassitude mêlée de confusion alors qu'elle ordonnait la fin de cette sortie. Ses yeux portaient le poids des événements récents, et elle se sentait épuisée par la tâche qui l'attendait encore. Après s'être assurée que tous les prisonniers étaient entre de bonnes mains et sécurisés dans leurs cellules, le trio de femmes quitta le sinistre édifice. Elles laissèrent Indra sur place pour achever les dernières mesures de sécurité, confiantes dans sa capacité à mener à bien cette tâche avec efficacité.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26871-eleonore-grey-soldate-au
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26836-eleonore-grey-soldate-au-rapport-terminee#277619
« - Pacifista Indra. Analyse sa geôle, je veux savoir où il a pu aller. »

Dans la cellule lugubre de Suisui Globe, INDRA et la Commodore Pandore se tenaient, scrutant les moindres recoins de l'espace confiné. Les murs, ternis par l'humidité et marqués par le passage du temps, semblaient rétrécir davantage sous le poids de l'angoisse qui pesait dans l'atmosphère. Des chaînes rouillées pendaient aux coins de la pièce, témoins silencieux du destin funeste de ceux qui avaient osé défier l'autorité de la Marine. Au centre de la cellule, un vieux lit de fer grinçant gisait, son matelas élimé portant les stigmates de nombreuses nuits d'inconfort. Sur une petite table, quelques ustensiles de cuisine usés côtoyaient des bouts de papier froissés, vestiges des moments de solitude de l'ancien cuisinier. L'air était lourd de souvenirs amers et de désespoir, un rappel constant de la punition qui attendait ceux qui osaient transgresser la loi. INDRA activa sa vision thermique, son regard devenant une lueur rougeoyante alors qu'il cherchait des indices. Les contours des objets se déformaient, révélant une chaleur diffuse émanant des murs et du sol. Ses calculateurs analysaient chaque détail, chaque variation de température, à la recherche du moindre signe de présence humaine. Dans ce monde de chaleur et de froid, INDRA distinguait les empreintes thermiques laissées par Suisui Globe. Les traces de chaleur résiduelle, même infimes, étaient comme des phares dans l'obscurité, guidant le Pacifista dans sa quête.

Son regard rougeoyant balayant chaque surface à la recherche de la moindre empreinte. Ses capteurs thermiques détectèrent une variation subtile de température sur une brique particulièrement sale, ce qui attira immédiatement son attention. D'un mouvement puissant, il arracha la brique du mur, révélant une cachette dissimulée derrière celle-ci. Dans la pénombre de la crevasse, une lumière faible éclairait une scène étrangement incongrue : une vieille étiquette jaunie et une plaquette de beurre. L'étiquette, presque effacée par le temps, portait une inscription terne : "M.A.D". Le Pacifista, sans attendre l'ordre de Pandore, se remémora rapidement les informations stockées dans sa base de données à ce sujet.

" - Selon les traces de sucre sur le papier, la probabilité que M.A.D désigne la marque "Miel Aromatisé Délicieux" est de 87,42%. "

La voix monotone et métallique du robot enchaina.

" - Le siège de la société, tenue par un certain Eiwinn MILNE, se trouve sur Whole Cake Island. Selon les informations en ma possession, c'est de cette île que la prison tient son approvisionnement. Les chances d'y trouver Suisui Globe sont de 12,78% et 64,89% pour des complices. "

*** Quelques heures plus tard... ***


De retour sur le navire de la Marine, INDRA se tint immobile sur le pont, ses prothèses oculaires scintillant d'une lueur déterminée. Le commandant de bord s'approcha, son visage marqué par la gravité de la mission à venir. Avec un simple regard, il transmit à INDRA la destination tant attendue : Whole Cake Island. Le navire se mit en mouvement, fendait les flots en direction de cette île légendaire.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27278-ft-indra#281440
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27258-indra#281277