Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Contemple mon temple

Il y avait encore beaucoup de travail sur le Manta pour qu’il soit enfin fonctionnel pour partir en mission. Viktor, mon ingénieur, m’expliqua que bien qu’il ait l’air fini, il y en avait encore pour au moins un moins pour faire leurs tests et vérifications. J’avais donc encore plein de temps libre devant moi.

Un beau jour Krishna vint me voir tout excité.

« Yuki, Yuki ! Tu as entendu la nouvelle ? »
« Non qu’y-a-t-il ? »
« La Dragon céleste qui se prend pour un empereur est en train de remonter la première voie. Il faut l’arrêter avant qu’elle n’atteigne Jaya et qu’elle ne face des dégâts aux nôtres ! »
« Et que proposes-tu ? »
« On fait route vers Little Garden et on les stops sur cette ile déserte. »
« Pourquoi pas. Je te laisse gérer les détails. »

Je venais de me faire rouler, mais je ne l’apprendrais que plus tard. En effet, Krishna qui avant d’être mon médecin de bord, était avant tout cyber-vétérinaire et voir des dinosaures était son véritable but. Avec l’aide d’autre scientifique curieux de voir ces bêtes d’un autre temps, ils avaient réussi à se procurer un éternal pour l’ile préhistorique. Ils ne leur manquaient plus qu’un prétexte pour monter une expédition là-bas. Et voilà que St Aldea leur offrait un prétexte sur un plateau d’argent. Maintenant qu’ils avaient l’autorisation d’un atout, personne ne pourrait leur reprocher leur escapade.

Le navire fut prêt en un rien de temps à croire, qu’il était déjà prêt. Le voyage fut relativement rapide et les choses sérieuses commencèrent quand le navire fut pris dans les courants de l’ile. Nous tentâmes de sortir de là, mais l’équipage était plutôt inexpérimenté. Pour ma part, j’avais perdu l’habitude de ne pas avoir d’hélice pour contrecarrer les caprices de la nature. On se retrouva donc sur un lac au milieu de l’ile. Nous jetâmes l’ancre et débarquèrent.

Ce fut à ce moment là que je commençai à sentir le pot-au-rose. Les scientifiques furent pratiquement les premiers à débarquer. Ils étaient équipés de grand filet, de sac à dos, de matériel pour faire de prélèvement et non d’armes. Ils étaient aussi nombreux que les guerriers, ce qui n’étaient pas tout à fait logique si on venait pour se frotter à un Dragon pirate. Mais bon, mon équipage était depuis le début constitué de pas mal de scientifique. Sauf que d’habitude, ils se trimballait leurs inventions bizarres pour combattre, pas leur laboratoire sur leur dos.

Enfin, soit. Je détaillai mon groupe et les seuls vraiment apte à combattre était Krishna et Bouly, mon artilleur. Puissance de frappe zéro, discrétion zéro, excitation au maximum. Il valait mieux qu’on ne croise rien ni personne de dangereux, c’était sûr.


Contemple mon temple 229f206b0ad68563dc50c5d95741feb2Contemple mon temple Kuroko.no.Basuke.600.1903798 Contemple mon temple Steamp10
"C'est en forgeant que l'on devient forgeron, c'est en voyageant que l'on se forge un nom"
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
Mais ils peuvent pas aller crever ailleurs ces charognes non ?! Ces saletés de dragons de merde qui nous les brise comme il faut se croient tout permis, le gouvernement les laisse faire sous prétexte que leurs ancêtres ont claqué leurs thunes pour faire un génocide et s'imposer. Moi je dis non ! Il faut leur imposer des limites à ces connards. Je suis calme et détendu. Je suis calme et détendu. Je suis calme et détendu. Dès qu'on parle de ces choses, j'ai tendance à peut-être voir mon activité cardiaque augmenter drastiquement. Je n'ai jamais supporté les privilèges, alors vous pensez bien que des esclavagistes approuvés par le gm alors même que l'esclavage est interdit, ça ne me plaît pas. Alors quand la demande d'aide est parvenue à mes oreilles, j'ai sauté sur l'occasion.

Muni de mon éternal pose de Little Garden, je me dirige sur l'île avec mon navire. On accoste rapidement dans la baie, entre quatre volcans, très loin des deux crânes géants qui surplombent l'île. Je dis à mon équipage de ne pas trop s'éloigner du navire. Connaissant la puissance des dinosaures locaux, je sais que Ben peut les battre sans soucis. Mais sait-on jamais. Alors empathie, guide-moi. On élimine les reptiles, il ne reste plus grand monde. Je repère l'endroit où le plus d'âmes humaines sont installées, et avec des déplacement ultrarapides je m'y rends en esquivant les locaux. Je reste caché dans un buisson à portée de vue pour examiner la zone. Je suis calme et détendu. Je repère ces connards en costume bleu foncé, violet ou noir, avec leur chapeau à la con. Qui garde un chapeau ? Tu perds tellement de vision avec ... Rectification, qui porte un chapeau qui n'est pas Red ? Je reste là un certain temps.

Dans cette période, je sens d'autres humains arrivés sur l'île. Une rapide investigation m'apprend qu'ils ne sont pas là pour faire du mal. Ils sont excités comme des pouces pour la plupart. Combien on parie que ce sont des scientifiques n'ayant jamais vu de dinosaures ? Je suis venu déjà deux fois sur l'île, donc oui, ça ne me fait plus aucun effet. Mais ça reste mignon comme bestioles quand même. Je peux sentir la fierté des hommes en uniforme, leur sens du devoir transpire par tous les pores de leur peau. Ils respirent la confiance. Personne ne peut leur résister et entraver la tâche que leur connasse de patronne leur a confiée. Oui, pardon, calme et détendu, calme et détendu. Je dois absolument me confondre dans les locaux, ne laisser échapper aucune émotion interprétable par l'empathie des ennemis. Ça me sera utile plus tard pour l'infiltration. Je reste donc en tailleur un certain temps tout en repérant chaque créature vivante de l'île.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak
  • https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rp
Les lourdes gouttes de pluie ruisselaient sur le corps d'An'i alors qu'il s'enfonçait dans la dense forêt de Little Garden. Le cornu était vêtu d'une tenue adaptée à l'environnement tropical de l'île. Il portait un haut léger en lin aux manches courtes, de couleur vert kaki pour se fondre discrètement dans la végétation luxuriante. Son pantalon était en toile résistante, lui permettant de se déplacer aisément à travers les feuilles et les branches. Une ceinture en cuir maintenait solidement une petite besace qui contenait ses effets personnels, ainsi que quelques provisions.

Habitué au climat tropical, le jeune homme ne semblait pas être gêné par la chaleur écrasante. Des gouttes de sueur perlaient sur son front, mais il ne laissait rien transparaître de son inconfort. Il avait grandi sur l'île de Précornia, où les températures étaient également élevées. Le jeune homme était habitué à s'adapter aux conditions environnantes, et cela faisait partie de son expertise en tant qu'explorateur.

Il était un jeune homme haut de 2m15, agile et athlétique. Ses cheveux bruns bouclés tombaient en désordre sur son front, encadrant un visage aux traits fins et déterminés. Ses yeux d'un brun profond reflétaient son intelligence et sa curiosité. Son regard était vif, scrutant constamment son environnement à la recherche de réponses aux nombreux mystères qui l'entouraient. Ses cornes proéminentes étaient d'un rouge profond. Son teint légèrement hâlé témoignait de son exposition au soleil tropical de Little Garden.

Sa frustration était palpable, et chaque pas l'enfonçait davantage dans l'agacement d'avoir perdu son unique moyen de quitter l'île. Le fracas des vagues se brisant sur les plages lointaines était le seul rappel de ce qui restait de son navire, englouti par les dinosaures marins.

Alors qu'il traversait la jungle, An'i était entouré de petits dinosaures colorés qui semblaient presque étrangement joyeux malgré l'atmosphère pesante qui régnait dans son esprit. Leurs plumages vibrants égayaient la forêt sombre, mais même leur légèreté ne parvenait pas à apaiser son agacement.

Au détour d'un épais bosquet de fougères préhistoriques aux formes singulières, il découvrit un étrange temple, mystérieux et ancien. Devant ses portes massives, ce qui semblaient être des agents de la marine et du Cipher Pol se tenaient, s'affairant à des activités inconnues. Quelque chose d'important semblait se tramer sur l'île. Peut-être parviendrait-il à leur dérober un navire afin de quitter l'île ?

Il se tapit dans l'ombre des neuropteris (une fougère préhistorique), son regard si particulier aiguisé, scrutant chaque mouvement des hommes en uniforme. La curiosité et l'intrigue l'envahirent, mais une part de lui savait qu'il ne pouvait pas se permettre d'être découvert.

Les agents semblaient agir avec une détermination qui laissait peu de place à l'erreur, et An'i comprit qu'il devait agir avec prudence. Il se blottit plus profondément dans son abri de fortune, ses sens en alerte. Alors que la pluie tambourinait sur les feuilles et que le chant des dinosaures ailés emplissait l'air, le Baron Cimetière se prépara mentalement à ce qui allait suivre. Il savait que cette rencontre avec le mystère pourrait changer sa vie.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26439-fiche-technique-an-i-sam
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26419-an-i-d-samedi#274023
- Camouflez le navire ici, nous allons devoir nous rendre à terre pour trouver ce fameux Krog-Gar..

Enfin, le trouver, plutôt espérer qu'il nous trouve, vu que nous n'avons pas la moindre indication sur l'endroit ou il se cache. Mais comme il est hors de question d'attaquer quoi que ce soit avant d’être sur qu'il a bien les moyens de payer ce qu'il prétend...

- Et le capitaine Clotho ?
- Il sait qu'on est la, et c'est sur qu'il sait aussi qu'on sait qu'il est la. Du coup, pour l'instant on l'ignore. D’après le Capitaine Red, il a une dent contre les dragons céleste, je n'ai pas tout compris mais il s'agirait d'une histoire compliqué à propos d'un trou perdu. En tout cas il les déteste, et ne ratera aucune occasion de leur pourrir la vie. Alors avec sainte Adela, il tient quelque chose. S'il veut nous contacter il peut, et s'il veut qu'on travaille ensemble, on le fera. En attendant on fait comme s'il n'était pas la, tout en le surveillant attentivement parce qu'on peut être sur qu''aucune bête ne l'attaquera...
- Bien compris Chef !

Quand on est un pirate respecté au sein des neuf flibustiers, l'appat du gain est certes moins fort que quand on débute la flibuste. Mais quand on se retrouve avec une promesse à trois cent millions de berrys, on ne peut quand même pas la laisser passer sans réagir. Surtout que sur le papier, c'est de l'argent facile, vu qu'il s'agit d'attaquer un truc laissé sur place par des types dangereux mais qui sont partis...

Suivant une tactique longuement éprouvée sur l'ile maléfique, nous trouvons une falaise ou amarrer le navire, l'ancrant solidement pour éviter de le voir se fracasser sur les rochers, avant de le camoufler habilement grâce à la végétation locale. En moins d'une demi journée, le navire vu de la mer c'est plus qu'un bout de cote comme le reste, et nous pouvons nous glisser à terre pour y rejoindre les éclaireurs dépêchés en avant.

- Alors ?
- Le coin grouille de monstres, mais finalement pas tant que ça. Bon, ils ont failli manger Mogaba quand même, mais on dirait que le passage de Sainte Adela a laissé un sacré trou dans la faune locale. On a vu Clotho, et on a trouvé le temple. Mais pas une trace du client...
- Bon. Allons voir ce temple... Et discrétion !

En tout cas Little Garden a le parfum de la maison, les dinosaures en plus. Et c'est parfaitement à l'aise que nous nous glissons sous les arbres, savourant une chaleur moite et humide qui nous rappelle l'ile maléfique, et retrouvant avec plaisir les techniques de déplacement familières de nos sous bois touffus et dangereux.


  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
« Hé ! Ne vous éloignez pas trop ! Qu’est-ce que vous foutez ? Je vais sonder l’ile pour les trouver plus rapidement. »
« Ho, vous aussi, vous voulez vraiment en voir un ! »
« Voir un quoi ? Un marine ? On est là pour combattre St Aldea. »
« Ho… Oui, oui bien sûr. »

Ils sont encore plus bizarres que d’habitude mes scientos. Quelle mouche les a donc piqué ? Bon allez repérage de lieu. Je me concentre, j’augmente la portée du haki de l’empathie. Je diminue la précision. Dans un premier temps, je veux juste savoir différencier les groupes d’humain des animaux.

Tiens ? On m’avait dit qu’il y avait plein de dinosaure sur cette ile, pourtant je ne ressens pas tant d’aura énorme que ça. Par contre faire la différence entre une créature préhistorique et un humain est vraiment facile. Je repère enfin un groupe suffisamment conséquent pour être un équipage. J’avais ma direction. On est parti.

J’ouvre mes yeux que j’avais fermé pour mieux me concentrer.
« Ho ! Bordel vous allez où comme ça ? »
Je siffle un coup, comme pour rappeler un animal de compagnie.
« Ramenez-vous ou je vous remets dans le bateau et vous y restez ! »

La menace fait effet, ils reviennent en boudant. Mais sérieux qu’est qu’ils foutent ? S’ils continuaient par-là, ils allaient se faire bouffer ou piétiner par une bête énorme. Je vais devoir jouer les babysitteurs je le sens.

Je montre la direction à suivre et mon équipage bien que je les ai déjà sermonnés à plusieurs reprises, ils continuent à avancer comme un troupeau autour de moi, cherchant toujours à explorer plus loin et dans la mauvaise direction. Soudain, alors qu’on se rapproche du but, j‘entends.

« J’en ai eu un ! J’en ai eu un ! »
Je me dirige vers Krishna qui vient de pousser cette exclamation.
« Houla, tiens bien le filet. Il remue. »
« Tu as vu ces cornes. Je me demande qu’elle type ça peut bien être. Il est énorme. Mais le filet est solide. »
« Oui ! Vas-y, on se rapporche. »
« Krishna ? Tu as capturé un marine ? »
« Un marine ? Mais tu es bête ou quoi, Yuki ! C’est un dinosaure ! »
« Un dinosaure ? Et pourquoi tu veux en capturer un ? »
« Ben tout le monde veut en capturer un pour l’étudier. »

Je leur lance un regard sévère, alors que toutes les pièces s’assemblent dans mon cerveau.

« Comment ai-je pu être si crédule ? C’est ça que vous vouliez depuis le début ? »
« On est désolé Yuki, mais oui. Tu ne veux pas venir voir ce spécimen cornu ? »
« Si, je te suis. »
« Mais, dis-moi, je ne savais pas que les dinosaures parlaient ? »

« Heu, non en effet. »

Passé de l’autre côté de la broussaille, on découvre un humain cornu qui se débat dans le filet en jurant comme un charretier.

« Déception, ce n’est pas un dinosaure. »
« Ni un marine. »

Spoiler:


Dernière édition par Yukikurai le Dim 29 Oct 2023 - 15:13, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
Calme et détendu. Calme et détendu. Calme et détendu. Calme et détendu. Calme et détendu. Ne pas massacrer tout le monde. Ne pas laisser cette rage qui bouillonne en moi venir détruire cette île simplement parce qu'une pétasse pétant plus haut que son cul, une salope d'impératrice de merde qui déshonore le rang d'empereur a foutu le pied sur cette île. Oublier que cette grognasse en scaphandre veut raser un temple naturel pour en faire une saleté à son effigie. Comme dirait quelqu'un dans mon équipage, mille milliards de couilles de mammouths avec lesquelles tu vas t'étouffer. Allez, on se détend. On imagine cette biiiiiiiiiiip se faire écraser par un tricératops, mâchouiller par un rex, démembrer par un stégo, grignoter par des ptéranodons, le tout en étant consciente durant tout ce temps. On image le sang qui coule, les cris d'agonie, les supplications, l'attente de la mort qui viendrait délivrer et qui pourtant n'arrivera jamais parce que quelqu'un l'aura rendu immortelle, puis chaque partie de son corps enfouie dans une île différente, sa tête au fond de l'océan, bien sous l'île des hommes-poissons. Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah. ça, ça détend ! Je me sens nettement mieux maintenant. La fierté qu'ont les hommes du cipher pol à faire leur métier me rend malade. Comment peut-on travailler pour une mégalomane avide de reconnaissance qui désacralise le monde ? Je sens d'autres humains sur l'île qui approchent plus ou moins vite, plus ou moins seuls. Sont-ils ici pour la mission eux-aussi ?

Puis je sens un truc qui m'intéresse. Alors aussi discrètement qu'un mammouth dans un restaurant pour nain, je quitte ma cachette, faisant demi-tour et je fonce vers ma cible. Je traverse plusieurs centaines de mètres rapidement jusqu'à tomber sur des familles de raptors. Ils sont trop mignons avec leurs plumes, leurs dents acérés, leur griffes plus tranchantes qu'un meitou de premier rang. Ils me sentent, me voient, et me foncent dessus, voulant faire de moi leur déjeuner. Un rapide coup de haki royal les couche sur le sol. J'avance vers eux, pose mon pied sur la tête de l'un d'eux tel un conquérant d'une contrée lointaine venu pour exterminer des populations locales, détruire leur cultures et les forcer à se convertir à ma religion de la Violence. Ceci afin de souligner que je les domine sans aucun soucis.

"Vous êtes à moi. Vous êtes en mon pouvoir désormais. Vous êtes mes choses et vous allez m'obéir. Sinon ..."

Je sors mon meitou, le pointe sur la gorge d'un des bébés et commence à trancher lentement pour faire couler le sang. Les parents gesticulent pour se relever et venir sauver leur chair. Bien évidemment, n'étant pas un monstre complet, je ne fais couler que quelques gouttes de sang avant de bloquer la blessure avec un peu de bonbon. Je les laisse se relever et reformer une famille. Les parents se mettent devant leurs enfants pour les protéger. Je range mon arme, m'approche doucement et leur murmure des choses à l'oreille. Puis je pointe une direction précise, celle où je ressens des âmes bouger. Je monte sur un des mâles, ayant les couleurs les plus vives et étant légèrement plus grand que les autres, et comme avec un cheval, je viens taper des pieds. On part aussitôt dans la direction indiquée, celle où converge les différentes forces venu interférer dans le projet de l'autre machine. C'est avec une armée de dix vélociraptors que je fonce vers le temple. Mais je me retiens quand même, on s'arrête en bordure de la forêt. Les raptors sentent les autres humains pas loin de nous. Je leur pointe le temple et leur crie d'attaquer. La délicatesse, l'infiltration, la patience, ce n'est pas pour moi. Mais je sais faire une diversion quand même, c'est le minimum requis.

J'observe, ainsi que les autres venus pour l'occasion, les méthodes avec lesquels les agents surentraînés du Cipher Pol s'occupent des reptiles. Et c'est sans aucun remord que je les ai envoyé à la mort juste pour tester les défenses ennemies. Ils se font shiganés et rankyakuisés avant même de pouvoir approcher. Hum. Défenses basiques on dirait. J'ai fait ma part. Je m'approche d'un groupe. On m'a dit qu'une équipe de Red était intéressée. Je ne l'ai pas cru. Pour est-ce que le monsieur en rouge serait intéressé par cette mission ? A part faire chier une truc débile, je ne vois pas. Il a déjà bien assez d'argent comme ça. Le titre ne l'intéresse pas. Veut-il un dinosaure personnalisé ? Une fois à portée du groupe, je l'apostrophe sans le moindre gêne.

" Z'êtes qui ? " Je ne sais pas si ce sont les hommes de Red ou d'autres. Je ne connais pas tous les hommes de Rossignol par cœur. Il y en a plein que je n'ai jamais rencontré, surtout s'ils n'étaient pas sur Armada avant. J'ai toutefois la main sur mon sabre, au cas où. Mais ils n'ont pas l'air d'être des agents du Cipher Pol vu leur excitation. " J'ai les Crocs. Je crois que je me suis éGaré. " Subtile ? Oui, bien sûr, autant qu'un œuf d'autruche dans la gorge.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak
  • https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rp
An'i courrait à perdre haleine entre les plantes tropicales, ses chaussures s'écrasant avec forces dans le sol argileux. Sans même que le cornu s'en aperçoive, il avait été pris en chasse par un groupe de touristes qui lui semblaient aussi écervelés que dangereux. Il entendait leurs voix empressées dans son dos.

" - Lance un hyper-filet !
- Tu plaisantes ou quoi ?! Regarde ses couleurs ! Avec ce rouge un origine-filet serait bien plus accordé !
- Ah mais grave !

- J'espère qu'il est shiny ! "

Le prenaient-ils pour un dinosaure ? Non, impossible. Ils ne pouvaient tout de même pas se confondre à ce point.
Si la situation semblait comique de prime à bord, en réalité il n'en était rien. Le jeune cornu courrait aussi vite que ses jambes musclées le lui permettaient, et pourtant, ses poursuivants le suivaient sans mal. Derrière leurs apparences innocentes, se cachaient de véritables monstres.

En parlant de monstre, quelle ne fut pas la surprise d'An'i de se faire doubler par un vélociraptor coiffé d'une perruque rose fuchsia. Le jeune homme s'arrêta net, la bouche ouverte et les yeux exorbités sous l'effet de la surprise. Etait-ce une odeur de confiserie qui flottait dans l'air ?  

" - Bordel mais qu'est-ce qu'il se passe ici ?! "

Le lourd filet l'écrasa, le faisant plier sous son poids.

" - Je t'avais dis ! 100% de taux de capture avec celui-ci ! "

Son nouveau dresseur engagea la conversation avec un jeune homme aux cheveux bleus qui semblait s'approcher. Si ce visage ne lui disait rien, An'i ressentait tout de même quelque chose d'étrange en le fixant. Le cornu avait la désagréable impression d'avoir déjà vu ce faciès, pourtant tous ses sens lui criaient le contraire.

Alors qu'ils semblaient être en pleine dissertation sur sa nature, ou non, de reptile, An'i en profita pour se glisser et prendre la poudre escampette. Fouillant ses poches, il posa ses doigts sur l'acier froid d'un vaporisateur qu'il avait acheté pour 200 berrys à un touriste quelques semaines plus tôt. Tout en courant, le jeune homme lu rapidement l'étiquette jaunie.

" Repousse : Repousse les *illisible* sauvages faibles durant 100 pas. "

100 pas ? C'était incroyablement précis. An'i en vaporisant abondement, laissant échapper un rire diabolique entre ses lèvres ébènes.

Le jeune homme ne put faire que quelques mètres avant de percuter violemment ce qu'il pensait être un arbre (mais qui se révéla en réalité être tout autre chose).

" - Est-ce vous que les Dieux m'ont envoyé ? Mais plus important... À qui appartient cet horrible parfum ??? "
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26439-fiche-technique-an-i-sam
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26419-an-i-d-samedi#274023
Ce n'est plus une jungle tropicale et sauvage, c'est le hall de la gare de train de Parisse un jour de réduction des billets pour le cercle d'or ! Il faut croire qu'il y a une annonce qui a eu un sacré succès, tout le monde est venu. Et entre les naturalistes et leurs armes étranges, la meute de dinosaure de clotho, le cornu a l'odeur Bizarre et le gros balaise aux talents de camouflage tout a fait admirable dans lequel il vient de buter en tentant de s'enfuir, la situation est tout a fait confuse.

- Je suis Katabolonga. Des neuf flibustiers.
- Katabolonga l'insaisissable !
- N'en rajoute pas idiot ! On ne peut pas se vanter d’être insaisissable alors qu'on vient de se faire tomber dessus comme ça !.
- Pardon chef.
- Allez sortez de la !

Derrière moi, mes hommes surgissent des différents endroits ou ils s'étaient habilement camouflés, presque aussi bien que le gros dur en face, qui, vu sa connaissance du terrain, est surement le fameux Krog Gar.

- Le parfum c'est le capitaine Clotho. C'est pour ça qu'il ne prend pas la peine de se camoufler.

Cela dit évidemment, dans ce genre de foret, les couleurs vives signalent généralement les espèces trop dangereuses pour être consommés, et dans le cadre de ce qui pourrait s'en prendre à Clotho dans le coin, ces cheveux forment un schéma de couleur qui a du sens.

- Par contre eux je ne les connais pas !

Et comme un seul homme, tout mes braves guerriers se tournent vers la bande d'intrus, braquant sur eux une forêt d'armes, pistolets, flèches sarbacanes, pendant qu'en retour on nous braque dessus une armée de lances filets.


  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
Nous passâmes en quelques secondes d’une excursion à la recherche de dinosaure, où je m’étais laissé prendre au jeu, à une scène de western où tout le monde braque tout le monde.

« Allez les gars on se calme ! Ils n’ont pas l’air d’être des marines. Et nous on est là pour taper des marines. »
« Et des dinosaure ! »
« Et des dinosaures ! Qu’est-ce que vous comptez faire avec vos lance filet face à ces pirates, si je ne me trompe. »
« Il a dit que c’est un flibustier donc oui. »
« Si Clotho est là, c’est qu’il y a de la marine à taper. On est dans le même camps du coup. »

L’homme arbre pris la parole, dés que mes camarades baisèrent leurs armes.
« Calmez-vous. Vous qui avez répondu à mon appel. Je suis Krog Gar, celui qui vous a demander de l’aide pour libérer mon temple. »
« Un temple ? Tu m’as encore caché quelque chose Krishna ? Moi, je venais pour taper Sainte Aldea ! »
« Non, Yuki. Nous, on venait pour les dinosaures. »
« Malheureusement, la dragonne céleste est déjà repartie… »
« Oh ! »
« Zute ! »
« …Mais elle a laissé des hommes à elle qui ont volé mon temple. Si vous m’aidez, je vous en serai reconnaissant et je vous donnerai un trésor. »

Devant ma mine déconfite et celle de mes compagnons, il rajouta.
« Vous pourrez taper les marines…
…Et je vous monterai plein de dinosaures. »


Krishna et mes compagnons semblaient convaincu, moi aussi. Krog s’en rendit compte car il tenta d’enrôler les pirates du flibustier. Je jetai un œil à Clotho. Je pense que je l’ai déjà croisé plusieurs fois sur un champ de bataille, mais sans lui parler vraiment une seule fois. Du coup, bien qu’il me semblait familier je ne savais pas quoi penser de lui. Peut-être qu’en sondant son aura, j’en saurai plus.

Et pendant ce temps, le jeune cornu tentait de prendre la poudre d’escampette, mais Krog posa sa grande main sur son épaule, d’une manière bienveillante, mais autoritaire.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
Les neufs flibustiers. Arf. J'aime pas ces types. Je les classe dans la même catégorie que les usuriers, ces voleurs qui volent l'argent des riches pour le distribuer aux autres riches. Si on exterminait tous les types de ce genre dans le monde, je me ferais des couilles en or.

" Hey, il est pas horrible mon parfum. Il vient de Piratopia et s'appelle 'le supplice'. "

... Ouais, dit à haute voix, je comprends l'ironie. On se retrouve tous ici, au même endroit, pour la même chose. Étrange coïncidence ? Je ne crois pas, non. Ou plutôt, Jo-incidence. Katabolonga est un type d'Armada, sous les ordres de Red. Mais il y a tellement de personnes là-bas que je ne peux pas me souvenir de tous les glands qui y vivent. Sinon, je passerai ma vie avec une liste de vingt-cinq mille kilomètres de long pour me souvenir de qui est qui. Mais bon, je sais qu'au moins, ce n'est pas un ennemi. Un rapide coup d'empathie me dit que personne n'a d'intention hostile envers quiconque. Le petit au cheveux bleus me dit un truc. C'est pas un membre de la révolution ? J'espère vraiment qu'il n'est pas aussi coincé, borné, étriqué d'esprit, maladroit, ingrat, stupide, agaçant et énervant que Rafaelo et Ragnar peuvent l'être. Je n'ai toujours pas digéré la discussion qu'on a eue sur Armada avant d'aller affronter Teach. Ils se sont comportés comme les bons gros trous du cul qu'ils sont. Je n'ai jamais eu à faire affaire avec ... Yamigobai ? Yametekudasai ? Yukukibai ? Moi et les noms, j'vous jure ... Je sors un avis de rechercher de ma poche.

" Yukikurai ! " dis-je en m'exprimant à haute voix au lieu de parler dans ma tête. Je suis fier d'avoir trouvé son nom, un peu moins quand on se tourne vers moi. Krog Gar nous dit que l'autre grognasse est déjà partie. Comme si on ne le savait pas. On peut sonder toute l'île d'un coup, tête de nœud. La flemme et pas l'envie de me fritter avec cinq corsaires, un amiral en chef, et toute une ribambelle de marins et d'agents du cipher pol. FLEMME. Je tiens à ma vie. Par contre, quand il parle de trésor, là mes oreilles s'ouvrent bien grandes.

" J'ai déjà envoyé des raptors en reconnaissance. Ils se sont fait massacrer très rapidement par les agents en place. Ça a été une véritable boucherie. Le petit aux cheveux bleus devrait s'en sortir sans aucun souci. Les autres, ça va être plus tendu. "

Un simple coup d’œil me permet d'estimer la puissance de chacun. Aussi, je sais que les révolutionnaires et les pirates d'Armada, ainsi que le cornu ne seront pas en état de s'opposer à mon attribution du trésor. L'atout de la révolution par contre peut poser soucis. Mais on verra ça le moment venu. Pour l'instant, je suis détendu. J'aime la baston qui s'annonce. Je les laisse faire leur plan, décider des étapes ... Moi je ferais l'action. Rien qu'en voyant ma tronche, les gens devraient estimer qu'une retraite anticipée serait la bienvenue. Quoi que ces fanatiques sont dévoués à l'autre pétasse et donneront leur vie avec grand plaisir je suppose. Mouais.


Dernière édition par Clotho le Mar 29 Aoû 2023 - 20:32, édité 2 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak
  • https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rp
An'i se sentait écrasé par la main de Kro Gar toujours posée sur son épaule. Nul besoin d'être devin pour comprendre que le jeune cornu était entouré de monstres. Ces derniers pouvaient à tout moment l'éliminer aussi facilement qu'en écrasant une fourmi.
Malgré tout, il était encore en vie. Cette première victoire lui donnait l'assurance de pouvoir se rendre utile. Mais avant tout, il fallait clarifier certaines choses.

" - Le trésor que vous mentionnez, a qui appartient-il ? J'espère que ce n'est pas une relique de Précornia. "

Si le jeune Baron ne pouvait pas se permettre de menacer le gardien du temple, il était hors de question d'aider qui que ce soit à piller son peuple. Et en parlant d'aide...

" - D'ailleurs, pourquoi auriez-vous besoin de nous ? Maintenant que la Sainte est partie, vous ne devriez faire qu'une bouchée de ses hommes. À moins que vous nous cachiez quelque chose ? "

La main sur son épaule lui parut bien plus lourde, avant de finalement relâcher son emprise. An'i essaya tant bien que mal de garder la face, mais c'était un réel soulagement de ne plus avoir cette épée de Damoclès sur son épaule.

" - Je doute que les cornus de Précornia possèdent des trésors équivalant à celui que je vous propose. "

En une phrase Krog Gar venait d'étaler sa connaissance de l'île. Le peuple des cornus n'était donc pas si bien caché que cela.

" - Quant à la violence, les Grands Anciens m'interdisent d'en user dans le temple. Or, de nombreux hommes s'y sont retranchés. Ce sera donc votre rôle de les y déloger, en évitant bien-sûr les quelques pièges qui y sont positionnés. "

Sur ces mots, un hurlement provenant du temple de Xholt se fit entendre. Visiblement, les pièges n'étaient pas là pour dissuader, mais bel et bien pour exterminer les intrus.

" - Je suppose que vous n'avez pas de carte du temple et de ses pièges... "

Un long silence s'ensuivit, brisé par le rire d'une personne qu'An'i ne put identifier. Visiblement, certains de ses camarades de fortune semblaient s'amuser devant la prudence d'un être aussi faible.

" - Vous avez jusqu'à demain matin pour vous débarrasser des envahisseurs. Passer ce délai, la récompense diminuera d'heure en heure. "

Le jeune cornu regarda autour de lui, quelqu'un avait-il un plan qui ne soit pas de foncer dans le tas ?
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26439-fiche-technique-an-i-sam
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26419-an-i-d-samedi#274023
- Le sage à dit, celui qui combat un terror Guma dans son terrier n'est qu'un futur cadavre et un imbécile. Le chasseur malin c'est celui qui pousse le Terror Guma a sortir de son terrier et a se jeter dans son piège.

Autour de Katabolonga, ses hommes, qui savent probablement ce que peut bien être un terror guma, hochent la tête avec enthousiasme. Pendant que Katabolonga comprend que son sage dicton est peut être un peu trop complexe pour les oreilles profanes qui l'entourent. Alors il développe.

- Nous ne connaissons pas leurs forces, ni les défenses qu'ils ont mise en place dans le temple, les attaquer sur leur terrain serait donc se jeter dans leur piège, et leur offrir un combat qui les favoriseraient. Il faut donc utiliser la ruse pour les pousser à combattre a notre avantage. Je propose que l'on monte un début d'incendie, et que nous enfumions le temple pour les forcer à sortir.

Et la, nous les attendrons et n'aurons qu'a les cueillir devant leur place forte.

J'ai repéré des plantes qui seront tout a fait adéquates pour ce genre d'enfumage, et je suis sur que moi et mes hommes pouvons rendre l'intérieur de ce temple tout à fait irrespirable.



  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
Un plan, pourquoi fallait-il toujours qu’on ait un plan pour faire quelque chose. Les plans ça ne marchait jamais vraiment. Bon, c’était vrai qu’il valait mieux qu’on sache ce que les autres allaient faire pour ne pas faire de bêtise dès le début. Mais bon. J’étais lus dans l’humeur de Clotho. Taper d’abord réfléchir après.

« Ok, ça semble bien. Mais je pense qu’il nous faut une diversion en plus. Je vais chercher un T-Rex. »
« Bon idée, je viens avec toi ! »
« Je ne pense pas, non. Tu cours plus vite qu’un T-rex ? Tu peux l’assommer ? »
« Non. »
« J’y vais seul. Tenez-vous juste près à intervenir quand ce sera le chaos. »

« Combien de temps pour que vous les enfumiez ? »

« Cinq, dix minute, je dirais. »
« Ok, je file alors. »

Pendant qu’ils rassemblaient de quoi faire sortir les lapins du terrier. J’étendis mon haki de l’empathie pour détecter les gros animaux. Il m’en fallait un qui n’était pas trop loin, sinon je risquais de rater le bon timing. Je scrutai les auras que je percevais à la recherche de quelque chose de gros et d’hargneux. J’en trouvai, mais ils étaient vachement loin. Ils étaient à l’autre bout de l’ile. Bon tant pis, je me contenterai juste de gros.

Je partis donc à la chasse, filant entre les gigantesques arbres de cette forêt tropicale préhistorique. Le premier dinosaure, sur lequel je tombai, était trop petit. Il faisait deux mètres de haut. Je continuai ma course vers les auras suivante. Là je tombai sur un troupeau de tricératops. Le plus gros faisait bien quatre mètres au garrot. Il ferrait l’affaire. En même temps, je n’avais plus le temps de trouver autre chose.

Je ramassai un caillou et le lançai sur la tête de ma cible. Il ne broncha pas. Comment énerver quelqu’un ? Une claque sur les fesses alors qu’il mange ? Ça devrait le faire. Je m’approchai derrière lui. Avec ma faible prestance, je ne représentais pas une menace pour eux. Je pus donc arriver dans son dos comme si de rien n’était. Maintenant le plus dur était de jauger ma force pour que ma main claque suffisamment fort pour qu’il m’en veuille. Vu la taille du truc, j’optai pour trop fort plutôt que pas assez. J’abattis ma main sur sa croupe violemment. Peut-être un peu trop fort, car ses pattes arrière s’enfoncèrent un peu dans le sol. La réaction ne se fit pas attendre. Dans un mugissement monstrueux, il se retourna et commença à me charger.

Mission accomplie, j’étais suivi par un gros dinosaure. Ah, non ! Merde, ma faute ! Il fallait que je garde l’allure, car tout le troupeau était en train de suivre la charge de ce qui semblait être leur mâle alpha. La diversion serait encore plus efficace, mais j’espère que les autres seront prêt. De toute façon maintenant c’était trop tard. Prêt ou pas j’arrivais.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
Quelle idée d'interdire la violence sous prétexte que c'est un lieu de cul(bu)te ? Faut pas faire ci, faut pas faire ça, pas ici, pas là ... Les règles me gonflent. Je n'ai jamais aimé les suivre, étant toujours un de ceux qui aiment chercher comment les enfreindre. Je suis un grand enfant. Si tu me dis de ne pas faire quelque chose, il y  a de grandes chances que je le fasse. Contrairement au cornu qui semble se renseigner un peu trop à mon goût. Il n'a pas l'air très rassuré on dirait. Katabolonga nous sors une maxime à la con qui me saoule rien qu'à l'écoute. Les enfumer des enfumeurs, mais quelle bonne idée. Je les laisse discuter entre eux établir un semblant de plan. Puis je me tiens prêt. Le plan partira forcément en vrille à un moment donné. Dès lors, je suivrai mon plan : tout détruire sans distinction, tuer les participants en prétextant un manque d'habitude de mon pouvoir, voler le trésor puis repartir comme une fleur. Ou un truc dans le genre. Là, je n'ai qu'une envie, trancher un arbre et l'envoyer droit sur le temple pour faire un maximum de dégâts. Mais voyant le futur, je vois le barbare m'hurler dessus de ne pas détruire le temple, qu'il ne faut pas abîmer cette merveille, ce trésor où l'on sacrifiait surement des vierges il y a quelques temps. Il doit sentir ma question parce qu'au moment où je vais ouvrir les lèvres, il lève le doigt et me dit 'non'. Je veux rouvrir la bouche, il me dit 'non plus'. Il voit l'avenir lui aussi ou quoi ? Ou alors est-ce qu'un de ses dieux lui susurre des mots dans l'oreille ? Dans tous les cas, c'est de la triche.

Pendant ce temps, Yukikurai va aller chercher des dinos pour s'amuser, lui aussi. Je le sens pas trop loin mais pas trop proche non plus. Il ramène un troupeau de tricératops, faute de rex. Katabolonga nous dit quelle plantes lui ramener pour faire les fumigènes/boules puantes/trucs dont je me fou. Je les aide à chercher, trouver et ramener les spécimens le plus rapidement possible grâce à ma grande vitesse. Je vais si vite que je laisse un nuage de poussière moi, comme dans certains écrits. Après tout, la récompense va diminuer si on met trop de temps, donc je me presse. Même si je reste sur mon avis, on détruit le temps d'un coup, on tue les assassins en même temps, et il ne reste qu'à retirer les décombres pour récupérer l'argent. Un temple ça a forcément des trucs en métal précieux, en pierres précieuses. Dans le pire des cas, je prends des esclaves, ça fera de la main d’œuvre gratuite pour que l'abbé puisse s'amuser sur Armada. Je me demande comment vont les hommes sur mon navire. Est-ce qu'ils s'emmerdent autant que moi ? Doivent-ils subir la tyrannie d'un peuple qui préfère réfléchir qu'agir ? Pendant que le fumigène se crée, j'explique aux hommes où trouver les ennemis que je sens grâce à mon empathie. Je leur donne le nombre, les émotions, leurs intentions, tout ce qui pourrait aider à augmenter les chances de succès du plan. A peine ai-je le temps de finir que déjà l'armée en armure plaquée de Yukikurai arrive. La diversion va pouvoir commencer. Il ne reste plus qu'à déposer le dispositif de fumigation dans le temple. Je pourrais le faire avec ma vitesse, mais la flemme. Si je rentre dans le temple, je tape dans le tas. Et monsieur le pnj donneur de quête ne sera pas content. Donc je devrais le menacer, il sera encore moins content ... Et c'est un cercle vicieux que je préfèrerais éviter, n'ayant pas forcément de temps à perdre.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak
  • https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rp
Avant qu'il ne puisse comprendre ce qui lui arrivait, An'i se retrouvait face au temple, une dizaine de pistolets braqués sur lui. Les bras chargés d'un récipient contenant les plantes qui devaient servir de fumigène, le cornu se retrouvait sans défense.  

" - Que venez-vous faire ici ?! "

Il avait été décidé quelques minutes plus tôt, à l'unanimité contre un, que son rôle serait de s'introduire dans le temple pour enfumer les agents du gouvernement.

Des innocents étaient morts pour moi que ça, il allait devoir faire attention au moindre de ses mots.

" - Je suis un cornu d'une île voisine, je viens me recueillir dans ce temple.
- C'est une zone interdite au public, nous effectuons des modifications au nom de la nouvelle Impératrice Sainte Adela. Veuillez quitter les lieux immédiatement. "

Les pistolets se firent plus oppressants, forçant An'i à reculer de quelques pas. Au-dessus de lui, un petit groupe d'Ambopteryx longibrachium avaient pris leur envol et semblaient fuir à grande vitesse vers le nord. Ce signal envoyé par Dame Nature ne pouvait signifier qu'une chose : les tricératops n'allaient plus tarder. Si les fumigènes n'étaient pas allumés avant leur arrivée, les agents resteraient calfeutrés dans le temple.

" - Attendez, attendez ! Je vous en prie, ma petite fille est morte après avoir été déchiquetée vivante par un tyrannosaure... devant les yeux de son grand frère... lui aussi mort... écrasé par... une grosse... pierre.
- Owwwhhhhh...
- Selon nos traditions ancestrales, je me dois de brûler ses fleurs et plantes favorites dans ce temple en sa mémoire pour qu'elle puisse reposer en paix. "

Les agents, attendris, se retournèrent vers celui qui devait coordonner les opérations.

" - Je ne vous fait pas confiance. Avec qui discutiez vous près de ce buisson rose ? "

Ce buisson rose ? Le cornu se retourna, découvrant la tignasse rose de Clotho dépassant des buissons derrière lesquels il devait se cacher.

" - Oh... ça. Et bien il s'agit du buisson préféré de ma fille. Il sent particulièrement mauvais, il s'agit d'une Rafflesia Clothae. "

L'un des agents, très touché par cette histoire, observa avec attention les plantes récoltées.

" - Mais vous n'en avez pas récolté ? Je croyais que vous deviez faire brûler les plantes préférées de votre fille ?
- Et bien... je n'ai pas pu m'y résoudre. C'était trop dur... Je n'ai pas pu... "

D'un pas décidé, l'homme se rapprocha dangereusement du buisson derrière lequel Clotho se cachait. Avant qu'An'i ne puisse réagir, l'agent du Gouvernement Mondial arracha d'un coup sec une touffe de cheveux roses qu'il s'empressa de déposer dans les mains du cornu.

" - Voilà pour vous. Vous savez, nous ne sommes pas tous méchants au Gouvernement Mondial. Pas vrai patron ? "

Ce dernier acquiesca, faisant signe à An'i de pénétrer dans le temple.

" - Vous n'avez que 15 minutes pour enflammer vos plantes et réaliser votre rituel. Passé ce délais nous détruirons certains étages afin d'avoir une belle hauteur sous plafond.
- Je vous remercie infiniment messieurs les agents. "

Le cornu ne fit que quelques pas vers le temple avant de s'enfoncer violemment un doigt dans l’œil. Il se retourna alors vers les agents, des larmes ruisselants sur son visage.

" - Enfin non, c'est elle qui vous remercie. "

Et tandis que les agents retenaient un début de sanglot, An'i pénétra le temple d'un pas rapide.

D'ici quelques secondes, les fumigènes seraient enflammés.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26439-fiche-technique-an-i-sam
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26419-an-i-d-samedi#274023
Comme le dit souvent le capitaine Red, les plans marchent toujours jusqu'a ce qu'on arrive au moment ou ils rencontrent les plans de l'ennemi. Alors l'important c'est de bien peaufiner le début, et de garder l'esprit ouvert pour la suite...

Et comme d'habitude, il a raison...

Le cornu est perdu pour le monde et probablement déjà mort, mais au moins il a rempli sa mission, et le temple disparait dans la fumée pendant que sa porte ouverte devient la gueule d'un dragon endormi d’où s’échappent d'épais nuages gris. Il ne faudra surement guère de temps maintenant pour que les agents jaillissent de l'endroit à leur tour en toussant, et il ne restera qu'a les accueillir joyeusement en les criblant de balles pendant qu'ils crachent leurs poumons.

Comme le dit aussi le capitaine Red, un combat loyal c'est un combat qu'on gagne.

Mais on arrive au moment ou les plans des différents camps se rencontrent, et évidemment c'est aussi celui ou tout dérape. Et avant que les agents n'aient le temps de sortir, c'est la jungle qui attaque ! Menés par des rabatteurs révos, toute une horde de dinosaures on ne plus énervés est dirigée vers le temple et se rue au triple galop vers l'entrée béante ! Ne laissant a mes hommes que le temps de se jeter sur les arbres les plus proches, seul endroit sur dans ce genre de charge démente.

Je ne dis pas que voir les agents se faire manger plutôt que trouer des balles m'ennuie, mais j'ai peur que les révolutionnaires n'aient pas réfléchi à la méthode que nous allions devoir employer ensuite pour sortir les dinosaures du temple...

Enfin, ça marche quand même...

Enfin ça devrait. Si nous étions les seuls à prévoir des choses.

Une odeur d'ozone me fait froncer le nez, mes cheveux se dressent sur ma tête, et déjà j'ai reconnu les signes que tout pirate vétéran a déjà affronté, ça sent le cyborg !

Au sein du nuage de fumée une demi douzaine de lumières rouges et bleues s'allument soudain dans des cliquetis terriblement technologiques, et la seconde suivante, un torrent de laser et d'arcs électriques jaillit du temple pour transformer la meute de dinosaure en étal de boucherie. ça beugle, ça zappe, ça crisse, des monstres millénaires sont littéralement tranchés en deux, d'autres s'effondrent, le corps agités de spasmes et parcourus d'étincelles électriques, pendant que de la fumée surgit une ligne impeccable de la meilleure arme du gouvernement. Toute une troupe de Pacifista, images répétées du plus célèbres des grands corsaires de tout les temps, aussi implacable et inhumains que le gouvernement mondial lui même.

Pendant une seconde, la technologie et la justice enrayent la férocité animale, mais pendant une seconde seulement, ensuite un dinosaure arrache la tête d'un des pacifista, un autre encorne un des cyborgs, et l'entrée du temple devient une zone d’équarrissage et de violence démente.

Je suis sur que Clotho va adorer ça.


  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
Bon, il y avait plusieurs points auxquelles je n’avais pas pensé en commencer à mener la charge des tricératops. La première fut que la charge des pachydermes avait mis en fuite d’autre dinosaure, accroissant le nombre et diversifiant les races, rajoutant même des carnivores dans le tas. Deuxième point, je voulais arriver du côté dégagé et pas du côté ou les membres de notre alliance bizarre était embusqué. Ils durent se cacher dans les arbres pour survivre. Oopsie. Et dernier point et pas des moindre, je ne pensais pas qu’une partie des créatures du jurassique entreraient dans le temple. Krog allait m’en vouloir, je pense. Mais au final ça avait fait le travail.

La fumée et les dinosaures avaient fait sortir de leur trou les troupes de St Aldéa. Ils avaient même déjà commencé à réduire leur nombre, mais l’avantage principale fut qu’ils durent sortir de leur manche leur atout alors que nous n’avions pas encore réellement bouger. Ils avaient perdu l’effet de surprise. Enfin bon, les Pacifistas n’en avaient pas vraiment besoin.

Ha oui et moi avec tout ça je suis où ? Ben je suis perché en haut d’un arbre, il fallait bien que je laisse passer la horde qui me suivait. J’étais donc aux premières loges pour assister à l’entrée en scène des Pacifista. Je descendis rapidement pour rejoindre mes troupes. Et vous ne devinerez jamais ce que je les entends dire en arrivant.

« Les robots du gouvernement ! »
« Trop bien ! »
« Il faut en capturez un ! Tous à vos filets ! »
« Non, mais tu n’es pas sérieux de les encourager là ? »
« Mais ils sont tellement cool. »
« Et tellement dangereux. Attendez au minimum qu’ils soient endommagés. »
« D’accord, mais pas trop, sinon il n’y aura plus rien à étudier. »
« Si tout cassé, sinon il n’y aura plus personnes pour les étudier. »
« Ok, ok…
…Euh trop tard en fait ! »

« Comment ? »

Alors que j’étais en train de gronder Krishna trois scientifiques s’étaient approchés d’un Pacifista. Au moment où je les vis, je les entendis cirer : « Pokeball ! Hypervitesse ! Yahaaa ! »

Non, mais qu’est-ce qu’ils criaient ceux-là ? Et surtout qu’est-ce qu’ils faisaient en vrai. Leur lance filet étaient plutôt puissants et les filets très grands, normal vu qu’ils voulaient capturer des dinosaures. Du coup, deux des trois filets atteignirent un de ces montres d’aciers. A ma plus grande surprise, le mécanisme de rappelle réussit à le faire basculer et le ramené plus près d’eux.

« Ho bordel ! »

Je tapai mon meilleur sprint alors que content d’eux mes subordonnés étaient en train de se rapprocher de leur prise. Le bras de l’arme mortelle de la marine se tendit et déchira le filet bien facilement. Une lueur se mit à briller au centre de sa main. J’eus juste le temps de plonger pour sortir les trois inconscients de l’axe du tir que le laser fusa.

Rien à dire, les Pacifista ça restait toujours dangereux.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2613-fiche-de-yukikurai
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2519-bakasaru-yukikurai-presentation-terminee
... ... ... Calme et détendu. Calme et détendu. Calme et détendu. Calme et détendu. Calme et détendu. Calme et détendu. Calme et détendu. Calme et détendu. Calme et détendu. Calme et détendu. Calme et détendu. Calme et détendu. Calme et détendu. Calme et détendu. Calme et détendu. Calme et détendu. Calme et détendu. Pense aux berrys. Pense aux berrys. Pense aux berrys. Pense aux berrys. Pense aux berrys. Pense aux berrys. Pense aux berrys. Pense aux berrys. Pense aux berrys. Pense aux berrys. Une seule pensée occupe mon esprit, l'argent. Je chasse le cornu de mon esprit tout comme je vais le chasser de la vie plus tard. Je chasse de mes pensées les agents du CP m'ayant coupé les cheveux. Je chasse les potentiels alliés de ma tête. Je ne me concentre que sur une seule chose, l'argent. La thunasse. La moula. Le flouze. Le blé. L'oseille. Le pèze. La galette. Le fric. Le pognon. L'or. Les espèces. Les sous. Les deniers. Le fric. Les pépètes. Les ronds. Les radis, pas le légume, hein. J'essaie de ne pas laisser filtrer mes émotions et sentiments, les enfouissant au fond de moi, aussi fortement que possible.

Viens ensuite le plan du révo et tous les dinosaures débarquent. Aucun ne parvient à me toucher, comme s'ils savaient que c'étaient la dernière chose qu'ils feraient de leur vie. A croire que j'ai un truc dans le regard. Un beau regard noir qui fusille le temple. Si un regard pouvait tuer, j'aurais lancé des lasers par les yeux et détruit l'île dans son intégralité. Et ce sans aucun remord. Après l'avoir pillée, bien entendu, je ne suis pas un sauvage qui va laisser des trésors archéologiques perdus à jamais. Les fumigènes fonctionnent très bien, la bataille est rapide quand les robots sortent de leur trou. Les animaux se font surprendre, puis contre attaquent. La zone devient un endroit de pure violence. Un de ceux pour lesquels je vivais auparavant. Les modèles de base des pacifistas ... A quel moment la marine pense que ça va protéger la pétasse ? N'importe quel pirate ayant ne serait-ce qu'atteint la moitié de Grand Line peut leur tenir tête. Ceux ayant atteint la fin peuvent les battre. Alors d'accord, leur force est dans leur nombre. Mais je n'ai qu'à poser les yeux dessus pour voir de grandes faiblesses. La première étant bien évidemment le manque de pensées, le fait de ne pouvoir suivre qu'un ordre à la fois. La seconde, ils ne ressentent pas la douleur. La troisième, ils ne sont pas agiles, n'ont aucune dextérité. La quatrième, une fois la cible prioritaire identifiée, il ne la lâcheront pas et oublieront très probablement les autres. La cinquième, ils ne sont pas assez fort pour nous. Pour moi.

A travers la fumée, en dépit du champ de bataille, ils parviennent à repérer l'homme aux cheveux bleus, celui ayant la plus haute prime parmi nous.J'en vois trois qui me scannent aussi. Des lasers sortent de leur mains, créant un carnage parmi les animaux. J'aime bien ces bestioles malgré tout, elles sont facile à dominer. Alors avec ma super vitesse, je me propulse à travers le champ de bataille, tout de noir vêtu. Les tirs me touchent et ricochent sur ma peau. Pas assez fort pour me faire mal, juste assez pour m'irriter. Six mains, trois pacifistas, des dizaines de lasers. Je me cache dans la fumée qui sort du temple, mais ils gardent un verrouillage sur moi. Pendant un temps du moins. Une lame d'air horizontale vient leur trancher les jambes au niveau des genoux. Ils tombent sur le sol en avant, avant de basculer. Ils se retiennent avec leurs mains. J'apparais au-dessus d'eux, un énorme marteau entre mes mains. Un bon gros marteau rouge faisant une dizaine de mètres de large, que je viens abattre sur leur tronches.

" Crève ! Crève ! Crève ! Crève ! Crève ! Crève ! Crève ! Crève ! Crève ! Crève ! Crève ! Crève ! Crève ! Crève ! Crève ! Crève ! Crève ! Crève ! Crève ! Crève ! Crève ! "

J'abats mon marteau autant de fois que je les maudit. J'ai, peut-être, un petit soucis avec la violence. Possiblement. Tout comme il se peut que, hypothétiquement parlant, j'essaie de le résoudre, avec plus ou moins de succès. Les trois robots finissent en pièces si petites, si broyées qu'il faudrait un microscope pour les réassembler. Je ne fais pas les choses à moitié quand je suis énervé. Je rends mon marteau liquide qui se répand sur le sol, puis tel un prince à la peau mate, j'avance sur mon tapis roulant, direction le temple. Je vérifie quand même du coin de l'empathie que les hommes de Red aillent bien. Leur mort serait con. J'aimerais qu'il surveille les miens, alors je surveille les siens. Ils ont l'air de se débrouiller.


Dernière édition par Clotho le Sam 23 Sep 2023 - 10:13, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak
  • https://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rp
An'i se tenait à la sortie du temple, paralysé par la peur. Il était face à la machine de guerre impériale connue sous le nom de Pacifista. Cette créature de métal et de technologie dégageait une aura de puissance incommensurable, et ses yeux sans vie semblaient percer l'âme du jeune homme.

Le Pacifista se dressait devant le jeune homme de toute sa hauteur. Elle. était une véritable masse d'acier et de circuits, trois fois plus grand qu'un être humain normal. Ses membres articulés étaient comme des tours de métal, prêts à déchaîner une puissance destructrice à tout moment. Son visage était inexpressif, sans la moindre once d'humanité.

Si ses camarades se battaient avec brio, et parfois même avec facilité, le cornu, lui, se sentait insignifiant face à cette machine impitoyable. Sa propre faiblesse lui pesait, et il était bien conscient que ses compétences en combat étaient bien en deçà de ce qu'il faudrait pour affronter et survivre à un adversaire aussi redoutable.

Lorsque le Pacifista leva son bras, An'i ressentit une montée d'angoisse. La salve de tirs laser dévastateurs pouvait s’abattre à tout moment. L'atmosphère était chargée d'électricité statique, et le bruit sourd des moteurs du Pacifista était assourdissant.

Mais alors que sa vie défilait devant ses yeux, le laser envoyé par le Pacifista passa par dessus son épaule pour frôler le jeune homme aux cheveux bleus.

Le cornu n'avait pas de prime sur sa tête, son heure n'était pas encore venue.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26439-fiche-technique-an-i-sam
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26419-an-i-d-samedi#274023
Comme le dit souvent le capitaine Red, un bon combat, c'est un combat sans risque qu'on fait faire par quelqu'un d'autre et qu'on gagne quand même...

Et de ce point de vue la, Clotho est un allié parfait, tout a fait disponible pour faire tout le boulot, ce qui tombe à pic, parce que la troupe de Pacifistas déployée dans le temple est une opposition bien trop coriace pour tout pirate qui veut conserver en vie ses membres d'équipages. Cela dit, ce n'est visiblement pas l'avis de tout le monde, coté révolution on a visiblement abandonné depuis longtemps l’instinct de survie pour le remplacer par de l'enthousiasme, et ça explique beaucoup de choses sur l'avenir du mouvement.

En tout cas avec Clotho servant de mire au centre du champ de bataille, Yukikurai jouant les sauveteurs intrépides de ses inconscients de nakama,et les derniers dinosaures perdus au milieu de ce piège, les pacifistas ont bien trop à faire pour s'intérésser aux pirates malins qui restent prudemment à l'écart du carnage.

Enfin, la plupart, même chez les cyborgs il y a toujours des modèles qui font du zèle, comme celui qui se retrouve à se demander s'il faut faire un trou dans un cornu ou pas, et qui nous offre l'opportunité d'un combat comme on les aime, a plusieurs contre un et par surprise !

Le temps que la paume du monstre s'écarte de Samedi pour me braquer moi, et nous passons à l'action. Jaillissant du sol ou je les ai laissé trainer parmi les lianes et les racines, mes cordes s'enroulent autour du bras du cyborg, lui faisant rater son tir avant de lui coller le membre contre la jambe pour le neutraliser. Profitant de cet instant de répit, mes hommes le prennent pour cible, le ciblant avec tout ce qu'ils ont sous la main, ce qui donne autant d'armes qui vont ricocher inutilement sur le corps d'acier du monstre, mais qui ont le mérite de le gêner dans son repérage et ses attaques, et de permettre d'autres attaques qui profitent de l'absence de réflexes défensifs de la machine. On surgit des fourrées pour lui attaquer les articulations à la hache d'abordage, on l'asperge de caoutchouc collant, on lui enroule des cordes autour de la tête pour tenter de le faire basculer...

Et pendant que les moucherons essayent de le piquer, le Pacifista estime que son bras est trop immobilisé pour être encore utile, et dévoile son second canon laser, ouvrant la bouche pour calciner la zone...

- Cornu ! Attrape cette grenade et colle lui dans la bouche !

Les Pacisfistas c'est comme les gâteaux de mamy, dur dehors mais mou dedans...


  • https://www.onepiece-requiem.net/t17349-red
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2638-red-termine
    Page 1 sur 2 1, 2  Suivant
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum