Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Pot-au-feu traditionnel - groupe 3

Rappel du premier message :

Alors que le groupe marchait en direction de la menace zombie la plus proche, Al Sah-Him entendit quelque chose, comme un grognement à peine audible, dans la forêt. Se trouvant derrière la Lieutenant Grey et l'Agent Grin, il leur dit :

"Je reviens."

Puis, c'est en courant que l'agent du CP5 s'enfonça dans les bois, se séparant ainsi du groupe. Se trouvant alors seul et en territoire hostile, il devait agir avec le plus d'attention possible. Du coup, et afin d'éviter les ennemis, il décida de remonter dans les arbres et d'avancer de branches en branche, telle une panthère. Au bout d'un moment, il tomba sur une bande de cinq zombies déambulant juste au-dessous de lui. Là, il décida de s'arrêter et de les observer comme tout bon scientifique qu'il se respectait. Il devait vraiment comprendre ce qu'il se passait, car scientifiquement parlant, les zombies, ça n'existait pas !
Après avoir tué et ramené le premier zombie au groupe, il avait réfléchi au pourquoi du comment de la chose. De plus, les paroles de l'agent Grin et de la Lieutenante Grey donnèrent des différentes pistes, des hypothèses plutôt valable sur le fait qu'un mort puisse revenir à la vie.
Afin de voir les réactions de ces derniers, Al Sah-Him prit son arc et tira une flèche sur un zombie se trouvant de dos, en visant entre la base de la colonne vertébrale et le début du cervelet. Comme convenu, le zombie tomba au sol et les autres se jetèrent sur lui pour le dévorer. Le scientifique qu'était Al Sah-Him, était très intéressé par le comportement des zombies restants. Lorsqu'il eut assez d'information pour la suite, il se jeta au milieu des quatre zombies restant et en un éclair, il trancha leur tête dans un mouvement circulaire puis remonta dans les arbres et reprit son avancée.
Tout en avançant, il se disait que les zombies n'avaient pas tous le même état d'avancement de la décomposition des corps. Certains semblaient quasiment intacts alors que d'autre étaient clairement dégueulasse, dans la source de leur provenance devait être sans doute un cimetière appartenant au village des cannibales. À croire que même cette bande de sauvage mangeur d'hommes était capable d'honorer ses morts et de leur donner une sépulture.

Après plusieurs minutes d'exploration à pattes de velours, Al Sah-Him arriva au bord du village des cannibales. Là, il décida de rester perché et de faire le tour de ce dernier en essayant de trouver le cimetière. Lorsqu'il le trouva, il vit une sorte de zombie ayant des comportements plus significatif que les autres.


Pot-au-feu traditionnel - groupe 3 - Page 2 Cdfb2d10

En l'observant, caché contre une branche, il vit le zombie faire des sortes de rituels autour d'une plante aux aspects bizarres.

Pot-au-feu traditionnel - groupe 3 - Page 2 34eab710

À première vue, elle ressemblait plus à un gros bulbe avec une tête de récif corallien qu'à une plante classique. Là, quelle ne fut pas sa surprise en voyant sortir de terre un autre zombie. Là, Al Sah-Him se doutait que les responsables de tout ce merdier, étaient la plante bizarre et l'espèce de zombie-chaman...

Pendant qu'il observait le phénomène, Al Sah-Him réfléchissait à un plan d'attaque pour arrêter tout ceci. Pour lui, si on éliminait la plante et/ou le chaman, les problèmes de cette île seraient résolus, du moins, en partie. Le souci, c'était qu'il ne connaissait pas la force du zombie protégeant la plante. S'il était faible, il suffisait de l'éliminer, mais s'il protège la source du mal, il devait avoir quand même un sacré niveau. Donc le seul moyen de parvenir à détruire la plante, c'était de l'éloigner et de le retenir assez loin, le temps de faire le travail.
Pour ce faire, il fallait créer des pièges afin qu'il tombe dedans. N'ayant rien sur lui pour faire ce genre de chose, il décida de regarder ce que la Nature avait à lui offrir. Rebroussant discrètement chemin, il regarda la flore locale et vit plusieurs lianes qui pendaient çà et là. Le piège le plus simple était de faire un nœud coulant comme pour les collets à lapin ou à renard. Une fois qu'ils ont une patte prise dedans, ils ne peuvent s'en échapper sauf en de coupant la patte ou en partant avec le piège si celui-ci est mal fait.
Ensuite, il fallait un appât pour attirer le zombie et le tour était joué. Sauf que des appâts, il n'y en avait pas. Du coup, l'agent du CP5 décida qu'il ferait diversion en tirant une flèche au centre du piège, espérant que l'autre abruti s'y rende et tombe dedans.

Retournant dans les arbres, il mit en place son plan d'action le plus discrètement possible. Ensuite, il se plaça à une distance éloignée du piège, mais assez proche, pour que son tir de diversion réussisse du premier coup.
Lorsque le tir fut fait, la flèche se planta comme prévu et le zombie-chaman se mit à réagir comme prévu. Enfin, pas tout à fait... Au lieu de se tourner vers la flèche, il se tourna directement vers Al Sah-Him. Ce dernier se cacha encore plus, de manière à se fondre dans l'arbre, mais rien y faisait. Le chaman lança même deux graines qui se mirent à germer à vitesse exponentielle, laissant apparaître des espèces de ronces aux épines plus qu'acérées. Tout en poussant, ces dernières foncèrent en direction d'Al Sah-Him, au point même de déchiqueter les branches de l'arbre sur lequel il était caché. L'agent se mit à fuir les lieux en se dirigeant vers son piège, sans tomber dedans. Le voyant fuir, le chaman le suivit de manière saccadée. À chaque fois que le chaman se sentait assez près d'Al Sah-Him, il jetait ses greens pops afin de capturer l'agent. Ce dernier essayait de les esquiver comme il le pouvait. Heureusement pour lui, sa tenue était faite d'un cuir épais et de plaques de métal. Cependant, il fut, à plusieurs reprises, pris au niveau des jambes, ce qui lui valut pas mal de chutes. Heureusement pour lui qu'il avait son sabre pour les trancher et reprendre sa fuite !

Lorsque le zombie arriva dans le cercle du piège, Al Sah-Him prit son arc et décocha une flèche sur la pierre qu'il avait mise en équilibre pour faire contre-poids et resserrer le collet sur l'ennemi. Voyant que son plan fonctionnait, il décida d'aller à la plante pour en prélever un échantillon. Ce qu'il ne savait pas, c'était que le chaman avait plus d'un tour dans son sac, enfin gourde, plutôt. En effet, ce dernier venait de brûler la liane qui l'emprisonnait en mettant l'alcool de sa gourde dans sa bouche qu'il recracha et enflamma grâce à son Fire Heart, même si son cœur devait être plutôt froid.
Au moment où Al Sah-Him trancha un morceau de la plante pour en prélever un échantillon pour le Gouvernement Mondial, le zombie se mit à subir comme une grosse douleur qui déclencha en lui une grosse colère. Afin d'aller plus vite et ayant une jambe à moitié brûlée, ce dernier se mit à courir sur trois pattes et demie en hurlant :


"KAKAKAKAKAKAKAKAKAAKAKAKAKA !!!!!"

À peine eut-il eu le temps de ranger son échantillon qu'il fut capturé par deux greens pops qui le tenait au niveau des bras.

"Merde !"
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26908-les-affaires-classees-d-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26846-agent-de-l-ombre-al-sah-him-termine
Bon ok, je n'ai pas arraché le bon bras, mais qu'importe ! Mes nouveaux super fouets déchirent grave ! Je réitère d'ailleurs mon exploit. Paf-paf-paf ! En quelques secondes, plusieurs autres morts-vivants sont déchirés sur-le-champ, yes !

_ Un Z qui veut dire euh... Zombie ! je me félicite pour l'occasion.

Par contre, le beau bordel reste entier. Comme si la principale raclure de l'histoire ne suffit pas, des nouveaux convives s'inscrivent soudain à notre orgie de la mort. L'odeur du poisson les a enivrés ?
En tout cas, figurez-vous que la plupart des invités ont plutôt l'air de bosser pour le camp adverse, je dirais.

_ C'est quoi, tous ces guignols ? je m'étonne, yeux ronds et bouche bée.

En effet, le premier clown se manifestant a déjà besoin d'un maquillage visage. Le truc pour faire peau neuve, si tu préfères ! Mon avis qu'un zombie a déjà dû l'infecter incognito, alors il cherche à présent à guérir sa face désormais atrophiée. Dans l'attente d'un changement radical... à surveiller, en somme.

Le groupe suivant paraît bien plus louche, sinon. Une sorte de vieux quasi aveugle veut déjà me tirer dessus. A coup de pop green, tout comme le grand manitou masqué de ce cimetière, hin hin hin ! Un de ses sbires, j'imagine ? Résultat, je me transforme bientôt en étrange épouvantail, sans besoin d'invocation. Même pas un petit "lahup barbatruc" !

_ Ohé ! Mais t'as perdu la raison ou quoi, papi ? j'essaie de me plaindre, pendant que ma métamorphose en salade opère.

Mouais bof ! Le vieillard m'a déjà ignoré pour aller carrément caresser, enserrer fougueusement, voire même s'imprégner de la sueur torride... euh oups, morbide de son tendre big boss chéri !
Heureusement, son aide-soignant attitré en peignoir intervient dans la foulée, et s'empresse illico de récupérer son patient fugueur. Je devine même que le long bout de bois à sa taille, n'est autre que la canne du vioc malvoyant.

Sur ce, le duo de bougres part rejoindre un animal préférant bouffer de la viande de qualité, au lieu des cadavres ambulants alentour. Celle de la Marine, en fait. On ne va pas se mentir alors, hein ? Le méchant canidé n'est autre qu'un chien bien dressé pour aveugle, je parie.
Grrr ! Décidément, tous les sous-fifres sont bons à prendre.

_ Mais ma parole, il y en a combien à tuer ?! je bégaie entre mes lèvres pulpeuses. Refilez-lui un bon nonosse... ou un bâton de dynamite, au pire !

Une fois ma braillerie exprimée, une autre créature maléfique s'ajoute à la liste. Un jeune prépubère (ou presque) à la peau blanchâtre et aux ailes obscures. Le truc bien étrange de ouf, sorti des Enfers... O-bli-gé !
En revanche, une question me taraude. Pourquoi les zombies en ont après lui ? A moins que ce soit un coup monté, afin de tromper les gens normaux du monde réel. Rha, vade retro satanas !

_ Fais gaffe, Musclor ! j'alerte le tout dernier invité apparu, catcheur de la WWE. Tous tes collègues sont déjà zombifiés, de près ou de loin !

Tant pis si ce giga colosse aux fringues moulants doit subir ma voix criarde. Dans l'urgence, je n'ai pas trouvé comment faire autrement. Par contre, taper la pose dans une armure végétale ultra bizarre, je suis toujours crédible, moi ?

Après cette subtile enquête d'observation, je pars prévenir les agents du Cipher Pol de ma découverte, en priant pour qu'ils ne me confondent pas avec le mioche de maman monstroplante. Plus j'approche d'eux, plus leurs techniques de découpe me rappelle mon père boucher.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25311-ft-de-bobby-lapointe
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25304-quand-j-etais-petit-je-n-etais-pas-grand
Pot-au-feu traditionnel

Vous étiez à peine arrivées toutes les deux, à peine le temps d’analyser la situation, que celle-ci s’était instantanément transformée en foutoir sans nom.  Bien que tu ne doutais pas en tes capacités d’adaptation, observer la venue simultanée d’une demi-douzaine de personnes — dont… un chien ? —  rendait très difficile le traitement de données. Une agitation certaine s’immisça en toi.

Ainsi, pour pallier à ce sentiment indésirable, tu te jetas à corps perdu dans la bataille. Faisant fit du danger, ne pensant qu’à évacuer, tu t’approchas de la horde de créatures, des zombis selon les autres, ce qui relève encore plus ton intérêt à récupérer un bout de cette plante.

Tu tranchas dans le vif de plusieurs êtres se plantant devant toi, venant chercher un second trait-plat. Tandis que tu te battais sauvagement, tu aperçus un peu plus loin Jaina qui se tenait aux prises avec son lot de décharné, faisant pleuvoir une grêle de plomb sur ses cibles.

Au loin, c’est une ancienne connaissance à toi qui refit surface. Suisou Hayato, sorti de nulle part et qui s’occupait d’un vieux, ou du moins une tête réputée des chasseurs de primes, un homme poisson du nom de Rio, qui jouait les grabataires. Qu’est-ce qui se tramait encore ? Fidèle à lui-même, le gentilhomme allait vouloir gérer la situation de manière pacifique.

Soudain, tout s’accélérer bien trop vite autour de toi. L’autre blonde qui vous avait accompagné jusqu’ici, ainsi que ce qui se trouvait être son collègue partir en sucette et commencèrent un massacre funèbre, ainsi qu’à mettre en pièce la plante. Jaina faisait sa Jaina, comme d’habitude. Elle canardait à tout va.

Des graines de green pop se plantèrent devant toi et des tiges immenses sortir de terre. En ignorant lequel de tes ennemis souhaitait t’arrêter de la sorte, tu te débattis comme une lionne. Ta faux virevolta entre tes mains expertes. Les liens qui envisageaient te saisir à la taille n’y parvenaient pas, ou ne t’agrippèrent dans les airs qu’une poignée de secondes.

Une série de balle fusa dans ta direction, mais t’évita pour venir détruire les armes du shaman. Bien, l’équipe, tout aussi chaotique et inopinée, progressait. Finalement, un bâton de dynamite se retrouva en ta possession. La chose à faire était désormais claire, selon le bon vouloir de ton capitaine.

Après autant de tumulte autour de toi, c’était une bonne situation en fin de compte. Il était plus que temps que cela se termine.  Ainsi, tu plantas une énième fois ta lame dans le corps décharné d’un zombi et te faufilas entre les agents gouvernementaux. Une fois à hauteur de la plante réduite en charpie, tu en saisis bon nombre de morceaux encore viable, pulsant d’une substance translucide, et les fourras dans ton sac.

Dans un même souffle, tu pris l’explosif et essayas de trouver une source de flamme pour en allumer la mèche. Malgré l’incapacité du shaman à cracher désormais du feu, quelques foyers calcinaient encore des plantes çà et là autour de vous dans cette clairière. Tu t’en approchas de l’un deux et y noyas le chanvre pour qu’il rougeoie. Un sourire satisfait se peigna sur ta figure quand ce fut le cas.

Balançant l’objet en direction de la plante, pour la réduire une bonne foi pour toute hors d’état de nuire, tu t’éloignas rapidement loin des combats. Entre les fourrés et les arbres qui bordaient la clairière du cimetière, tu observas. La détonation fut puissante, Jaina n’y allait pas de main morte quand elle créait ses engins.

Les restes du végétal se répandirent un peu partout dans la zone. Certains se calcinèrent immédiatement, d’autres tombèrent aux pieds de certains, notamment Suisou et ce « vieux » croulant, d’un brun à l’air un peu trop candide.

Les zombis déjà réanimés continuaient de marcher parmi les vivants, mais aucun autre corps n’était réanimé depuis l’explosion. Mais cela ne te concernait plus. L’heure avait donc sonné pour rejoindre les autres sur le navire et tu te mis donc en route. Avec élégance, tu désolidarisas ton arme, y fourrant le tranchant de ta faux entre tes omoplates et tes armes à feu dans leur holster, et regagnas enfin la caravelle marchande.





Le narrateur est la faucheuse, elle fait partie intégrante à l'histoire, quand elle intervient, le texte est en italique (sauf dans les dialogues)

Moissonneuse et Désespoir/poussière:



  • https://www.onepiece-requiem.net/t26598-la-mort-l-etre-aux-mille
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26537-la-mort-est-la-seule-juge-de-la-vie-redoutez-la-comme-vous-me-redoutez-jessica-l-ange-de-la-mort-hellhound#275056
Il n’y avait qu’un seul mot pour décrire tout ce qui se passait ; un foutoir incompréhensible ! Entre les chasseurs de primes, les pirates, le chien enragé et la marine qui ne sait plus où mettre de la tête, Éléonore grommelle de frustration. Ils étaient maintenant une demi-douzaine de retardataires surprises à se joindre à eux… Toutefois entre la menace voilée de Jaina, le poisson qui devenait chasseur de pirate, le Cipher Pol qui faisait ce qu’il voulait en insultant la marine, les zombies qui dégommaient tout ce qui bougeait et le chien enragé, elle n’hésite aucunement à ce tour. Elle se précipite vers le chien qui s’en est pris à son soldat, il fallait sauver le soldat Roy ! Autant plut que ce n’était pas la première fois que tu ‘travaillais’ avec ce chien et le résultat avait été… Désastreux. Surtout qu’elle doute que celui-ci soit relié de proche ou de loin à la Révolution. La coïncidence de celui-ci, avec la présence semi-caché de la Révolution à Karg berg, les rumeurs qui étaient apparues et sa haine visible des marines était trop en même temps. Le seul problème était le manque de preuve et surtout de crédibilité, un chien travaillant pour la Révolution ?

Dans tous les cas, la voilà qui ignore le shaman et la plante qui sont occupée par les autres membres arrivistes et elle se fraye un chemin vers Roy qui s’accroche du mieux qu’elle le pouvait à son bras. La douleur est visible et la prise du chien sur le membre visible au point qu’Éléonore sent presque sa chair se déchirer tellement la haine est puissant chez le chien. Arrivé près d’elle, la Bloodhound soulève sa hache, la retourne pour sortir le côté plat et envoie un bon coup dans les côtés de l’animal.

‘’Fucking bad dog. Un chien qui a la rage, on l’euthanasie immédiatement.’’ Qu’elle marmonne.

D’ordinaire la blanche n’était pas aussi mauvaise, mais ce chien, America n’était pas à son premier délit contre la marine et avec les zombies et les arrivistes de dernières minutes offre un coup d’adrénaline et de stresse inutile. Elle n’allait certainement pas perdre de temps à résonner avec ce chien, elle se souvenait très bien que sa maîtresse, Cassandra ? Avait elle-même eu de la misère à le faire durant la foire aux vaches. Tout en envoyant sa hache contre l’animal, il avait le choix, être lacéré en deux parties égale ou lâche sa proie pour se protéger du métal qui filait vers lui. Elle s'était déplacée pour mettre la partie du corps du bas de Roy entre ses jambes, permettant ainsi à la jeune femme de s’accrocher à elle et d’arrêter d’être promené sous tous les angles. Les cris de douleur de la demoiselle rousse sont étouffés par les sons ambiants. Éléonore lance l’ordre à ces hommes de les entourer pour les protégés des zombies ou possible attaque de pirate. Avec tout ce beau monde, Éléonore ne savait pas à qui faire exactement confiance autre que ses soldats. Tout en se débattant avec le chien tétanos, elle lance des ordres aux marines qui arrivent avec des lance-flammes.

‘’Priorités zombies, laisser le shaman aux autres ils sont assez dessus. Cramez-moi ces cadavres ambulants et ce foutu chien quand il lâchera sa prise ! Qu’on me sorte aussi ses habitants, qu’ils soient escortés ailleurs s’il le faut !’’

L’attention des marines est un instant attirée par les explosions avant de retourner à leur travail principal. Comme de fait, le shaman semblait être en difficulté avec les bâtons de dynamites et les attaques conjointes de ceux qui l’attaquaient. Au même moment, la blanche remarquée que la rousse qui se trouve à ses pieds semble perdre patience et commence à canarder le visage canin avec son poing ainsi la cheffe de division en profite pour soulever son arme lourde et venir d’essayer de l’abattre sur le dos du chien dans l’espoir qu’il lâche enfin sa prise. Dès que la chose serait faite, la Lieutenant traînerait Roy loin du chien pour laisser la place à certains hommes armée la possibilité d’essayer de cramer ce chien fou, même si elle doutait que la chose soit aussi facile, mais bon, elle aurait la satisfaction de lui avoir cassé des côtés à coup de plat lame, le but principal de lui faire lâcher sa prise et non qu’il meure en bloquant sa mâchoire sur le membre, ce qui serait bien stupide.

Une fois en sécurité, Roy fut prise entre bonnes mains, son bras sommairement pansé le temps du retour en vitesse au bateau avec les autres blessées. Ensuite, il vient la marche impériale des soldats et d’Éléonore, ou ils finirent de venir d’éliminer avec l’aide des volontaires extérieurs la dernière horde de zombie, au moins cette fois-ci ceux-ci ne se relevaient plus grâce au travail des… De la mort de l’étrange plante… Alors la tâche devrait être plus facile non ? Tout en rejoingnant ces hommes, Mars la suit.

‘’Let’s go les gars, encore un effort, on a presque fini le ménage ! Les morts-vivants ne vont pas crever seuls, faut leur donner un coup de main.’’
''M'dame, les pirates s'en vont.''
''J'en ai rien à chier.''
''Mais M'dame.''
''On a autre chose que de courir après eux ! On a des zombies et des civils sur le champs bataille et tu me parle de deux pirates ?! Si tu y tiens quand que ceci vas-y courir après elles ! Ma priorité sont la mort de cette horde et la vie des civiles, rien à chier de deux pirates qui s'en vont.'' Annonce fermement la blanche qui vient tranché la tête d'une autres zombies.  

A combien était-elle rendu ? Elle avait arrêté de compter il y a un moment. Elle se promit qu’une fois toute cette merde terminée, elle prenait des vacances.

Résumé:


Dernière édition par Éléonore Grey le Lun 19 Fév 2024 - 22:13, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26871-eleonore-grey-soldate-au
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26836-eleonore-grey-soldate-au-rapport-terminee#277619
’’ Ma maison de retraite ? Elle se trouve en haut d’une montagne rouge, très difficile d’accès. Tout au sommet de cette montagne, là où les gens ont des bocaux sur la tête. ’’ Quelques instants. ’’ Ou alors j’avais la tête en bas, et donc elle se trouve sous l’eau, tout au fond de l’océan ... Une chance sur deux. ’’ Je remercie le samourai de son aide, tout en feignant en avoir besoin. Qui irait penser qu’un petit vieillard soit l’un des chasseurs de primes les plus récents avec un taux indécent de primes récoltées ?

La suite se passe très vite. Trop vite pour que je puisse suivre. On entend des craquements, des éclaboussures, des coups de feu, puis une explosion. Je n’ai pas le temps de comprendre, juste de me coucher sur le sol. Et comme le samourai m’agrippe, il se fait lui aussi coucher pour se protéger. Une fois le souffle passé, on se relève pour faire face à un spectacle de désolation. La plante dans le fond qui semblait animer le gros zombie avait explosé. La même que je voulais recueillir pour l’étudier et potentiellement créer une calamité mondiale. Pour les criminels, cela va de soi. Je me retrouve avec la même tête que si on venait de m’annoncer que j’allais devoir voyager trente jours dans le désert d’Alabasta sans eau, seul et sans matériel. Je pleurerai bien, mais je n’en ai pas le temps. En temps qu’herboriste et botaniste, je connais quelques moyens pour parvenir à mes fins malgré tout. Je ramasse autant de morceaux de la plante qu’il m’est donné de le faire, je les range rapidement dans des sachets. Sur un morceau plus gros, j’utilise mon fruit du démon, ce qui tord la racine et lui fait cracher son jus, que je recueille dans un sachet en plastique hermétique. Vexé de n’avoir que des petits morceaux, devant me contenter de miettes au lieu d’avoir un magnifique spécimen unique, je décide de les laisser à leur sort. Je remercie quand même le samourai, c’est gentil de sa part de m’avoir aidé. Je lui donne mon numéro de den den avec une copie de ma licence de chasseur de primes en lui disant d’appeler sil a un soucis qu’il ne peut pas régler tout seul.

Et pendant qu’il est bouche be, je prends mes jambes à mon cou. Je cours aussi vite que possible. Oui, un médecin est cens sauver les gens, blablabla. Je me sert de la petite clause tout en bas, celle avec un astérisque, caché sous la section 6, alinéas B, paragraphe 8 de l’article de loi datant du 2 juillet 1566. Non non non, inutile de chercher cet article, je vous promets qu’il existe. Il dit que tout médecin peut, en cas de circonstances vitales, faire je ne sais plus trop quoi. Mais le cœur est là.


Toutes mes plantes et effets sont réels, sauf précisions contraire. Alors lis, et instruits toi, petit brin d'herbe.
Pot-au-feu traditionnel - groupe 3 - Page 2 3301443526
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25052-rio#261146
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25037-rio#261051

Feat les copains.

Event Halloween.




La jungle dense semblait retenir son souffle, comme si elle était consciente du tumulte imminent. Les feuilles bruissaient doucement sous la brise légère, tandis que les chants d'oiseaux exotiques se mêlaient aux murmures lointains des rivières cachées. Des rayons de lumière perçaient à travers le feuillage dense, créant un jeu d'ombres et de lumières dansant sur le sol tapissé de mousses et de racines noueuses.

Au cœur de cette luxuriante végétation, le shaman zombie se dressait, une silhouette sombre et menaçante parmi les frondaisons. Sa peau parcheminée était parcourue de runes mystiques, éclairées par intermittence par une lueur verdâtre émanant de ses yeux morts. Autour de lui, les arbres semblaient se courber légèrement, comme s'ils se préparaient à assister à un rituel ancestral.

Soudain, une explosion assourdissante déchira l'air, secouant la jungle dans son ensemble. Une colonne de fumée noire s'éleva dans le ciel, masquant le soleil et plongeant la clairière et son cimetière dans une semi-obscurité. Au cœur du chaos, la gigantesque plante, symbole de réanimation des morts, fut réduite en un plusieurs morceaux fumants, ses pétales éparpillés tels des confettis macabres.

Le shaman zombie, semblant puiser dans une force mystique ancienne et interdite, rugit de rage. Ses membres osseux se tendirent, ses muscles putréfiés se gonflant d'une énergie sombre et terrifiante. Il émanait désormais une aura maléfique et toxique, distordant l'air autour de lui et imprégnant l'atmosphère d'une tension palpable.

Dans ce tourbillon de chaos, Natsu se tint debout, son regard déterminé fixé sur son ennemi. Mais avant qu'il puisse agir, un coup de pied sournois le frappa dans le dos, le projetant en avant avec une force inattendue. C'était Jaina, la pirate dont Natsu avait déjà croisé le chemin sur hat-island, son coup bas avait jeté Natsu dans la tourmente.

Tombant à la renverse, Natsu roula sur le sol moussu, sa vision tournoyant alors qu'il tentait de reprendre ses esprits. Il s'égosilla la voix en hurlant sur la jeune femme.

'' BOUUUUUH TES NAZE JAINA ! C'EST PAS COOOOOOOOOOL TU MAS FAIT MAL !!!'' Le jeune homme encore étendu sur le sol, se tapota tant bien que mal le dos, à l'endroit où la santiags enflammée de la jeune femme avait percuté l'anatomie de Natsu.

Autour de lui, le combat faisait rage, les hommes-poissons se lançant dans une lutte désespérée contre les sbires cadavériques du shaman zombie, tandis que Chesnut, se dressait courageusement aux côtés de Natsu, grognant avec férocité.

Le shaman zombie, désormais transformé en une bête encore plus brutal et sauvage, fondit sur ses adversaires avec une férocité déchaînée. Ses mains griffues déchiraient l'air, tandis que ses yeux sans vie brûlaient d'une lueur malsaine. Il était devenu un berzerker, une force incontrôlable de destruction et de mort.

Malgré la douleur qui pulsait dans tout son corps, Natsu se redressa lentement, son esprit enflammé par une détermination inébranlable. Serrant fermement le bâton entre ses mains, il se prépara à affronter le shaman zombie, prêt à défendre ses compagnons jusqu'au bout, laissant Jaina prendre la fuite. Car dans les profondeurs de la jungle, où le danger rôdait à chaque tournant, il n'y avait pas de place pour la faiblesse. Seuls les plus forts survivraient, et Natsu était prêt à prouver sa valeur au cœur de cette bataille épique.

Les battements de tambour s'intensifièrent dans la poitrine de Natsu, il se frayait un chemin à travers les derniers zombies lambdas restants. Son bâton fendait l'air avec une précision mortelle, frappant chaque ennemi avec une force dévastatrice. Les cadavres se déchiraient sous ses coups, leurs gémissements lugubres s'évanouissant dans le chaos de la bataille.

Mais malgré la diminution des rangs des zombies, le shaman berserker restait une force redoutable à affronter. Il se tenait au centre du cimetière, son corps tordu par la rage et la magie noire. Ses yeux brillaient d'une lueur folle alors qu'il défiait Natsu du regard, prêt à écraser tout sur son passage pour parvenir à ses sombres desseins.

Natsu sentit l'adrénaline affluer dans ses veines alors qu'il fixait son ennemi avec détermination. Il savait qu'il devait affronter le shaman berserker de front, qu'il devait mettre un terme à cette menace une fois pour toutes. Avec un rugissement de défi, il se lança en avant, son bâton levé haut au-dessus de sa tête.

Le shaman berserker répondit à l'attaque avec une fureur déchaînée, ses griffes lacérant l'air dans une danse mortelle. Chaque coup porté par Natsu était paré avec une agilité surnaturelle, chaque mouvement du shaman évasif et imprévisible. La clairière résonnait des éclats des armes s'entrechoquant, une symphonie macabre de vie et de mort.

Natsu puisa dans toutes ses réserves d'énergie, chaque fibre de son être concentrée sur la bataille qui faisait rage. Il esquivait les attaques du shaman avec une grâce incroyable, cherchant chaque ouverture pour porter un coup décisif. Chaque coup porté par le shaman était ressenti comme un éclair de douleur, mais Natsu tint bon, refusant de céder devant l'adversité.

Sous les regards attentifs de ses compagnons et des hommes-poissons, Natsu et le shaman berserker se livrèrent à un duel épique, une lutte entre la lumière et les ténèbres. Leurs mouvements étaient synchronisés dans une danse mortelle, leurs esprits enflammés par une détermination sans faille.

Et alors que le soleil déclinait à l'horizon, illuminant le cimetierre dans une lumière dorée, le combat atteignit son apogée. Natsu rassembla toute son énergie dans un dernier assaut, son bâton frappant avec une force titanesque. Le shaman berserker fut aux premiers abords repoussé, ses défenses semblaient brisées par la détermination inébranlable de Natsu, mais contre toute attente, il n'avait pas dit son dernier mot. Il revint à l'assaut avec un puissant coup qui projeta Natsu hors du cimetière, le jeune homme totalement affaiblit ne put encaisser l'attaque ni même l'esquiver, il laissa la suite des événements entre les mains de ses fidels compagnons.


KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26950-ft-dun-reveur-au-sang-bo
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26929-terminee-le-prochain-seigneur-des-pirates-ce-sera-moi

Pot-au-feu traditionnel

Alors qu'Hayato aidait cet homme à la démence prononcé, il jeta un regard en arrière, pour s'assurer qu'ils étaient en sécurité. Le chaos semblait s'être abattu sur le cimetière ! Le chien, qui s'était vaillamment attaqué au zombi dans la clairière, déchiquetait à présent le bras d'une marine. Son officière sembla prendre la mouche et tenter de lui faire lâcher prise à coup de hache ! Au fond du panorama, plusieurs personnes tailladaient la plante inquiétante. Cette dernière devait effectivement être responsable de cet apocalypse, pour être ainsi prise pour cible. D'ailleurs, trois vieilles connaissances s'empressèrent de se joindre au capharnaüm. Jaina frappa Natsu, pour le dégager de son chemin, avant de jeter un bâton de dynamite à Jessica. Pendant que le futur roi des pirates se plaignait comme un enfant, la pirate à l'aura morbide s'élança vers la plante. Talonnée de prêt par l'homme poisson à la voix aiguë, elle...

Hayato perdit le fil, lorsque la réponse saugrenue de Rio le déconcentra. Il jeta un regard déboussolé au quadragénaire, qui semblait ne même plus savoir où il habitait. Littéralement. Ainsi, ils furent tous deux surpris par l'énorme détonation qui secoua l'assemblée. Jetés à terre comme de vulgaires fétus de paille, tant le vagabond que l'homme qu'il tentait d'aider furent sonnés un instant. L'épéiste tenta de se retourner, des acouphènes lui brouillant l’ouïe, la vision trouble et la tête embrumée. Dans un état second, il aperçut le dément ramasser des morceaux du végétal réduit en charpie. Le guerrier l'entendit à moitié le remercier, alors qu'il lui plaçait une carte de visite dans les mains.

Un chasseur de primes. Un chasseur de primes dément ! Bouche bée, il vit celui qui devait l'avoir moqué depuis le début s'enfuir à toutes jambes. Jessica et Jaina avaient pris la poudre d'escampette également. Il rangea la carte dans une poche et embrassa du regard la situation. Alors que leurs rangs s'éclaircissaient un problème de taille se posa. Loin de succomber en même temps que la plante démoniaque, le chaman hurla de rage et s'élança pour frapper à tout va. Alliés comme ennemis, il ne semblait plus faire la moindre distinction et, bientôt, se tourna vers Hayato. Ce dernier eut à peine le temps de se mettre en garde, qu'il reçut un coup éclair. Il vola jusqu'à être arrêté par un arbre dans un sinistre craquement. La tête lourde, le corps engourdi, il leva un regard déboussolé en direction de son ennemi. Les marines semblaient passer à l'action de nouveau, réduisant en charpie les quelques morts-vivants qui tenaient encore debout. C'est alors qu'il le vit. Natsu s'élança en avant du danger.

Alors que lui-même tentait déjà de se remettre debout, l'énergumène d'East Blue fonçait déjà. La silhouette inquiétante du chaman commençait déjà à fulminer, laissant une vapeur inquiétante s'échapper de tout son corps. Son visage avait beau être dissimulé derrière un énorme masque tribal, Hayato y devinait toute la rage qui animait ce cadavre ambulant. Sans y prêter attention, le pirate se lança dans un combat épique face à un adversaire diablement plus fort que lui. Tandis qu'Hayato retrouvait un appui précaire, les jambes flageolantes, Natsu échangeait les coups. La douleur irradiant dans tout son corps ne lui disait rien qui vaille, mais le bretteur mit un pied devant l'autre, en direction du combat. L'écart de puissance, en faveur du macchabée, se faisait de plus en plus sentir. Malgré tout, Natsu tenait bon et tentait de le pousser dans ses retranchements. À mesure que le combat se prolongeait, le chef trépassé enrageait de plus belle. Soudain, le trublion se fit éjecter par un coup vicieux, pour finir sa course à terre.

Hayato cracha du sang, puis s'essuya d'un revers de kimono. Il vit le monstre se tourner vers ses prochaines victimes et, d'un bond, s'élança à son tour. Prenant son courage à deux mains, faisant fi de la douleur, l'épéiste fonça aussi vite que possible. Bien vite, il attira l'attention du mort-vivant et tenta une autre approche. Le chaman le surclassait en tout. Force, rapidité et résistance de ce monstre lui semblaient inhumaines. Aussi, il ne chercha pas à le vaincre.


- Il a perdu la tête ! lança-t-il haut et fort. C'est le moment de l'achever !


Laissant parler son bokken, l'épéiste tenta de garder la bête à distance à l'aide de multiples manœuvres. Attaques en biais, coups d'estoc, jeu de jambe... loin de chercher la confrontation, le bretteur tentait plutôt de ménager des ouvertures pour ses collègues. Malgré tout, le chaman le prit de vitesse à de multiples reprises. Les échanges se terminaient, inlassablement, par sa défaite. Néanmoins, il parvenait à profiter de l'allonge de son arme pour minimiser au maximum les dommages que lui infligeaient son adversaire. Grâce au petit laps de temps que ce dernier mettait, avant de rentrer dans son maai, Hayato avait à peine le temps d'essayer à accompagner les coups. Ainsi, il évita d'être défait de nouveau en un seul coup. Néanmoins, sa chance fut de courte durée. La différence de niveau était bien trop grande. Alors qu'il tentait de placer un autre coup, il manqua de doigté. Le macchabée réagit au quart de tour et l'envoya de nouveau au loin, d'un revers de main rageur !

Ce faisant, le zombi laissa sa garde grande ouverte... de sorte que n'importe qui aurait l'occasion de placer une attaque de plus ! Il espérait seulement que cela serait suffisant.


KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26960-ft-suisou-hayato
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26955-presentation-de-suisou-h
Les coups puissants de la marine causaient de nombreuses contusions au chien. Lorsqu'il finit par lâcher, il avait la gueule en sang et son corps finirait couvert de bleu. Une fois de plus il avait échoué mais la douleur était devenue trop forte pour qu'il continue. Il haletait avait rapidité, respirant fortement alors que son regard passait d'un marine à un autre. Il sentait l'animosité des hommes et il se tenait prêt à répondre à chaque coups à nouveau. Cependant, tant que personne ne tentait rien à son égard, il respirait en laissant le sang de la femme couler de sa gueule. Puis une intense détonation coucha la majorité des hommes, attirants leur regard autre part. America avait reculé de quelques pas, fondant ses oreilles dans son pelage et plissant des yeux devant la bourrasque dégagée par l'explosion. La plante avait finis en charpie, la rage du zombie était imminente et si tous semblaient prêt à se battre, les odeurs dégageaient par la créature contraignait l'instinct de survie animal d'America à envisager la retraite.

- "America !" Hurlait alors une voix familière.

Sortant de l'épaisse forêt, Cassandre se montrait non loin. Depuis quand était-elle là ? La révolution avait donc fait envoyé des renforts ? Le chien se tournait vers la femme avant de la rejoindre avec hâte. Qu'il était heureux qu'elle soit là. Battant de la queue, il acceptait une rapide caresse sur la tête alors que la révolutionnaire redressait le regard pour le diriger vers Aydan. Elle hésita un instant. La révolution devait se retirer. La marine était trop présente, tout comme d'autre agents gouvernementaux. Le village des hommes poissons avaient été sauvé et la plante explosé. Le mal était endigué. De plus, la volonté des pirates restant laissaient penser qu'ils continueraient de se battre et la marine devait faire son boulot. Alors autant retirer les hommes avant que les pertes ne commence. Cependant, elle savait que Aydan ne serait peut-être pas enclin à la suivre. Elle n'avait pas d'autorité sur l'homme et il était hors de question de dévoiler l'appartenance à la révolution de l'ange aux yeux de tous. Ce serait tracer une cible dans le dos de son collègue. Alors elle ne dit rien, tourna les talons et parties en courant dans la forêt. America adressa un regard en arrière, hésitant.

- "Viens America !"

Il obéit directement, sans chercher plus loin. La révolution n'était que des ordres et un conditionnement. Il devait fuir, alors il le faisait.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26528-america-fiche-technique#
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26478-america-termine
Chesnut assiste Natsu qu'il a pris pour affection, malheureusement, il n'est pas assez puissant pour gérer le Shaman, ce dernier faisait presque jeu égal avec Natsu. Chesnut ne peut que rester en retrait et intervenir de temps à autre lorsqu'une occasion se présente, il n'est pas inquiet, car Hayato prête main forte à Natsu. Les deux hommes font ce qu'ils peuvent contre ce zombi, Chesnut observe chaque mouvement de Natsu, il décèle en lui un potentiel martial inexploité. Il constate que certains de ses mouvements sont inutiles, en plus de lui gaspiller de l'énergie. Natsu doit avoir un style de combat très libre, mais avec des bases solides, axé sur un style de combat existant. Le Montblanc est déjà arrivé depuis longtemps à ses limites, il n'avait jamais combattu aussi longtemps et surtout contre des adversaires immortels ou presque. Le dénouement final approche lorsque Natsu parvient avec Hayato à défaire le Shaman. Chesnut perçoit une ouverture laissée par Hayato, il fonce droit sur le torse du Shaman, armée de son courage et de sa détermination. Il pousse un cri grave avant d'envoyer un direct dans la poitrine du sauvage, le coup résonne comme un claquement de chair. Le Shaman recule, c'est la fin, Chesnut n'a fait qu'appuyer les nombreux coups qu'il a précédemment reçus, même sans son intervention, il serait tombé, certes plus tard.


- Keuf... Il était costaud... Keuf... Bien joué.


Dit-il en haletant, les mains sur les genoux, soufflant comme un bœuf. Mais, rien ne semble s'arranger, la présence de la marine ne fait qu'intensifier la tension et le stresse des criminels. Sans oublier les chasseurs de primes qui ne peuvent que se ranger du côté de la main qui les nourris. Il ne faut pas beaucoup d'expérience pour comprendre la situation, Chesnut est un pirate, comme Natsu qui ne fait que proclamer qu'il en deviendra le roi, la fuite est la seule solution. Le Montblanc puise dans ses derniers retranchements pour se redresser, profitant qu'America mord le bras d'un marine pour avancer dans la direction de Natsu. Il lui conseille de prendre la fuite avant que la marine ne reprenne ses esprits. Chesnut s'enfonce dans la forêt, profitant que la marine soit occupé par America pour passer inaperçu. Le Montblanc n'est sans doute pas seul, mais il ignore où il va, loin de le marine est l'idéal. Il sent une odeur de nourriture lui chatouiller le nez, ses sens sont plus développés que la norme, alors il n'a aucun mal à suivre l'odeur. Il finit par arriver dans un village.


- Des hommes-poissons ?


Il n'est pas si surpris que cela, mais le fait de voir un village rempli d'homme-poisson sur la même île que des zombies et une plante bizarre, c'est trop pour lui. Il sort un petit carnet de sa poche, en plus d'un crayon à papier, il note ce qu'il a vécu et sa rencontre avec les zombies qu'il a pu étudier brièvement. Il n'y a pas énormément de choses à dire, sauf que ce sont des cannibales avec une décomposition avancée, des êtres humains classique, mais pourrissant sur place, en gros. Chesnut et Natsu rentrent dans le village, les hommes-poissons ne semble pas être si surpris que cela de voir débarquer des visiteurs. Chesnut demande aux hommes-poissons s'ils peuvent lui donner une barque, en échange de quoi, il partira le plus vite et le plus possible de cette île étrange. Un homme-poisson lui dit qu'il a trouvé une barque voguant en pleine mer, il l'a ramené pour faire du bois pour le feu.


- Je veux bien vous la donner, si vous m'aidez à couper du bois dans la forêt.


Chesnut et Natsu partent donc aider l'homme-poisson à couper un peu de bois pour la marmite de ce soir, l'homme-poisson a peur d'y aller seul, plusieurs de ses amis ont mystérieusement disparu dans la forêt. Évidemment, personne ne veut accompagner l'homme, soit parce qu'ils ont déjà à faire ou par peur.  Après avoir réussi à ramener un peu de bois, Chesnut et Natsu se posent auprès des hommes-poissons, ils ont gagné sa barque. Il va aussi profiter d'un bon repas, en plus d'être planqué par les hommes-poissons. Quelque temps plus tard, Chesnut et Natsu quittèrent le village.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26980-fiche-du-montblanc#27900
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26962-montblanc-chesnut
Voyant l'agent Grin tailler la plante avec autant de violence dans l'acte que lui-même, Al Sah-Him savait qu'il n'y en avait plus pour très longtemps à supporter tous ces zombies. Bien évidemment, la plante était comme doté d'une conscience et elle cherchait à se défendre, en donnant de violents coups de lianes. L'agent du CP5 accusait chaque coup, mais ne bougeait pas d'un pouce. Il essayait de couper les lianes quand il en avait le temps, autant pour aider sa coéquipière, que lui-même. Grâce à sa tenue en cuir épais et en plaque d'acier, qui lui permettait de réduire les dommages subits, il pouvait aussi, se mettre un peu plus en danger. La seule chose qu'il savait, c'est que son corps allait avoir, quand même, quelques marques d'ecchymoses et autres bleus du genre.

Ensuite, le seul point utile qu'il trouvait avec tout ce monde, c'était qu'ils occupaient plutôt bien le zombie-chaman, pendant que les agents du Cipher Pol détruisaient leur source de vie. Mais alors que tout se passait plus ou moins selon le plan, Al Sah-Him vit un bâton de dynamite arriver au pied de la plante et roulant même sous elle. Relevant la tête, il vit le petit Homme-Poisson allé vers lui, et il lui cria :


"A TERRE !!!"

Là, son instinct de survie ne fit qu'un tour, il attrapa l'agent Grin par le poignet et se mit à courir le plus loin de la plante. Cependant, la mèche devait brûler depuis un certain moment, ils ne s'étaient pas assez éloignés pour ne pas ressentir les effets de l'explosion. Étant propulsé en avant, Al Sah-Him prit sa collègue dans ses bras pour la protéger avec son armure de cuir. Au sol, toussant malgré la protection de son masque, Al Sah-Him se releva comme il le pouvait. Il regarda la zone où se trouvait la plante et vit une zone complètement calcinée, avec des morceaux de plante un peu partout autour. Il regarda Grin, en l'aidant à se relever et lui demanda :

"Ça va aller ?"

"Oui. On va dire..."

Après, Al Sah-Him regarda les morceaux de la plante et vit que certains étaient complètement cramé et d'autres non. Al Sah-Him en ramassa un ou deux de plus, en plus de l'échantillon qu'il avait pris auparavant. Il vit aussi que les zombies les plus faibles tombaient ou cherchaient une autre source de survie. La zombie-chaman, lui, était entré dans une rage folle et chercha à tout détruire et tuer. Ce n'était plus qu'une question de temps pour qu'il retourne à l'état de cadavre inoffensif, mais les autres préféraient le combattre. Là, l'agent du CP5 regarda sa collègue du CP7 et lui dit :

"Maintenant que la plante est détruite, notre mission est terminée."

"Je suis d'accord", répondit-elle. "Il est temps de partir. Allons au navire."

Al Sah-Him acquiesça d'un signe de tête et se mit à partir en direction du navire de la Lieutenante Grey, pour quitter cet endroit maudit, qui ne mérite qu'un Buster Call...
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26908-les-affaires-classees-d-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26846-agent-de-l-ombre-al-sah-him-termine
Il ne me reste plus que quelques pas à exécuter, lorsque... boum ! Un deuxième bâton de dynamite prend un malin plaisir à exploser pratiquement devant moi.

_ Putain, nan ! Pas encore ! râlé-je aussitôt, malgré le boucan provoqué par le gros vilain pétard.

Heureusement que l'agent du Cipher Pol m'avait ramené juste avant dans le droit chemin.

Je me protège le visage dans la foulée, tandis que la zone est plus ou moins pulvérisée, accompagné par une épaisse fumée brumeuse et nocive pour mes petites narines qui n'ont rien demandé.
Par chance, le manque de clarté ne dure pas trop longtemps. Ca me permet d'ailleurs de jeter un rapide coup d'oeil vers les agents du GM, et de constater qu'ils s'en tirent juste avec un simple feu aux fesses.

Cependant, comme si ce balayage foudroyant ne suffisait pas, pleins d'autres sales déchets viennent me recouvrir de la tête aux pieds. Des morceaux de plante, des morceaux de cadavre, de la terre, de la poussière, etc... Bref, de quoi donner un sacré drôle de mélange à mon parfum de poiscaille original. La preuve ! Même une satanée nuée de mouches ne tarde pas à me tournoyer autour, tout en me bourdonnant je-ne-sais quelle comptine dans les oreilles.
Merci qui ? Certainement pas la collègue de l'autre déglingo du flingue, bien sûr. Elle aurait pu venir s'excuser, m'aider à me nettoyer... mais que dalle ! Elle préfère plutôt récupérer d'autres ingrédients via la mystérieuse plante du jardin des morts, avant de prendre les jambes à son cou, et sans doute fuir la terrible poigne de Bobby Grincheux.

_ Reviens, espèce d'enf... ! j'amorce à haute voix, avant de couper court à la pseudo drague.

Ca me fait tout de suite penser que le vioc se permet aussi de récolter dans le machin végétal détruit, au fait... avant de se barrer à son tour. Ouaip, encore un ! Grrr, sans déc', qu'est-ce qu'il leur prend, à tous ?
Ah mais non, c'est vrai ! Des pelles ! Ils sont tous partis récupérer des pelles. Tous ces cadavres qu'on ne compte maintenant plus... il faudra bien tous les remettre sous terre, n'est-ce pas ? (Mouais bof).

Bon, quoique... lui, probablement que les premiers symptômes d'une future démence commencent à lui retourner le cerveau. Alors, plus vite il aura regagné son hosto privé, plus vite les docs pourront lui fabriquer des joints, grâce à sa cueillette d'herbes bizarroïdes !
En tout cas, merci à cet ancêtre ! Son étrange fourrure végétale m'a bien protégé du souffle de l'explosion, pour le coup. D'accord, ça m'a fait reculer, mais je reste debout et résiste au plus gros des dégâts.

Après quoi, je me secoue la tête brièvement, avant de prendre une grande inspiration. En effet, il n'y a toujours pas de place pour divaguer, après tous ces nombreux combats accomplis pourtant. On peut désormais compter sur le retour d'une ribambelle de soldats de la Marine, en train de jouer au lance-flammes, youpi ! Et attention, on ne brûle pas sa cheffe chérie, hein !
En revanche, la plus grosse vedette du lieu continue de faire des siennes.

_ Apu la gourde, apu la béquille, apu la plante... énuméré-je, pendant que le sorcier zombie dégomme violemment des cibles qui l'importunent.

Notamment le gars au kimono qui déguerpit très loin dans le décor. L'autre amoureux de la terre, à la coiffure chamboulée, déguste aussi sévèrement. Et maintenant que je capte qu'il ne se déplace jamais sans son équipage des Sales Têtes, je comprends mieux le fameux rituel spécial du maquillage, lors de son arrivée. Le mec doit tout bonnement être un dermatologue (cymbale !).

Sur ce, je profite de ce spectacle pour aller me faufiler incognito, derrière le big boss. De un, du grand balaise éreinté distrait l'ennemi, avant de repartir gérer sa fabrique de crème dessert Mont Blanc. De deux, ma tenue de camouflage, puant la mort, le barbecue et la pourriture, rajoute probablement son petit côté familial à cette ambiance lugubre. Et pouf ! Je me dépêche de lui fouetter les chevilles, grâce au pop green gratuit et dispersé un peu partout dans ce cimetière.
Maintenant que chaque pied du grand monstre est attaché, il ne me reste plus qu'à relier l'autre extrémité des cordes autour d'une pierre tombale. Tant pis si le coquinou réussit à s'en libérer facilement, moi j'aurai ensuite déjà récupéré la moitié de son bâton cassé, de toute manière.

_ Hmm... Est-ce que je lui enfonce dans le...? je prends tout de même un instant de réflexion, avant de redémarrer en trombe. Oh, et pis zut... Abracadabra !

Evidemment, je ne suis pas sorcier, et aucun sort ne jaillit de ce foutu bokken endommagé. Par contre, dès que mes coups lui cognent dans les jambes, ses genoux ont de quoi se faire bousiller magnifiquement.

Voilà ! Avec ça et des orteils déjà en moins, le grand Voldemort-vivant pas beau est sur le point de ramper à quatre pattes dans pas longtemps, j'espère.
Quant à la suite de cette histoire, lorsque l'heure est enfin venue de faire officiellement sa valise, avant de partir en vacances pour une nouvelle île paradisiaque, je pense d'abord à me débarbouiller un peu. Je récupère quelques uns de mes couteaux de cuisine... ceux que je retrouve, du moins. Puis, après un court adieu avec le big boss masqué du lieu, j'en conclus qu'il gagne forcément la palme de la mocheté, entre nous deux.

Sur le chemin retour, je croise un marais de crocodiles. Ils sont tous moches, évidemment. Mais j'aurais aimé jouer avec eux, en leur balançant, pourquoi pas, des bouts de chair dans la bouche. Tant pis ! Ce sera peut-être pour une autre fois ? Pour l'instant, il est temps d'aller faire son deuil... comme dirait l'autre.




EDIT : juste rajouté une coquinerie de dernière ligne (ou deux) pour confirmer que j'me barrais bien de ce caillou également. ;)


Dernière édition par Bobby Lapointe le Dim 10 Mar 2024 - 20:02, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25311-ft-de-bobby-lapointe
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25304-quand-j-etais-petit-je-n-etais-pas-grand

Pot-au-feu traditionnel

L'imbroglio qui se tenait dans le cimetière atteignait son paroxysme. De multiples actions se déroulaient en même temps, obligeant Hayato à compartimenter les informations. Une nouvelle fois, le chaman l'avait frappé de tout son poids, lui rappelant douloureusement la différence de puissance entre eux. Son corps le faisait souffrir, tous ses muscles étaient endoloris, ses oreilles bourdonnaient, sa tête semblait peser une tonne et, pour couronner le tout, il avait du mal à retrouver son souffle ! Il s'appuya sur un tronc d'arbre, avant de forcer sur ses jambes. Alors qu'il se relevait avec difficulté, il put embrasser la scène dans son ensemble.

Le chien au potentiel certain avait fini par lâcher sa proie, sous les coups effrénés d'une officier. Alors qu'il aurait pu terminer au chenil, une femme tout droit sortie des broussailles l'emporta avec elle, sans laisser la moindre chance aux marines de le capturer. Auprès de la plante qui avait explosée, un duo aux allures un peu trop officielles à son goût ramassèrent quelques morceaux de plante, avant de s'enfuir. De son coté, l'homme poisson à la voix criarde attaqua les chevilles du chaman avec un procédé inconnu. Une fois sa cible immobilisée, il lui vola les restes de son bâton pour le fracasser à de multiples reprises sur les rotules du zombi. L'homme à l'allure revêche en profita alors pour achever le revenant d'un coup bien senti ! Lui aussi semblait exténué et, après avoir plusieurs minutes passées courbé et le souffle court, il retourna auprès de Natsu pour s'enfuir avec lui, dieu seul savait où.

Bientôt, il ne resta que les marines qui investissaient de plus en plus les lieux. Ils semblaient bien décidés à exterminer tout ce qui bougeait encore, au lieu de profiter d'un repos éternel. De peur de faire l'objet d'un dommage collatéral, Hayato se fit violence. Tout d'abord difficilement, puis avec de moins en moins de douleurs, l'épéiste s'éclipsa à son tour le plus discrètement possible. Après de longues minutes de marche, il retrouva la zone où il avait laissée la famille d'homme-poissons. Dès son retour, ils semblèrent soulagés.


- Je suis désolé de vous avoir inquiétés, mais je pense que le mal a été anéanti. Laissez-moi vous raccompagner à votre village, à présent.


Sans se faire prier, le père de famille ouvrit la marche, alors que son fils recommençait à jouer au monstre et à l'aventurier. La propension qu'avaient les enfants à faire fi de ce qu'ils ne pouvaient –  ou ne voulaient pas – comprendre était renversante. En quelques minutes, le petit groupe trouva son chemin à travers la jungle dense. Ils finirent par arriver au sein de mangroves plus imposantes, dans lesquelles les locaux avaient creusées des habitations ingénieuses. En apercevant ceux qu'ils croyaient perdus à jamais, les villageois accueillirent tout ce beau monde à bras ouverts ! Alors qu'il recevait des accolades en tous sens, un duo improbable finit par attirer l'attention du bretteur. Il sourit devant les tours que prenaient parfois le destin : Natsu et son compagnon se reposaient également au sein du village. Les hommes-poissons le pressèrent de question et, fidèle à lui-même, Hayato refusa de s'attirer toute la gloire :


- J'ai combattu les créatures mort-vivantes avec les deux hommes que vous voyez là bas. Peut être ne vous l'ont ils pas dit, mais ils ont joué un rôle crucial dans la défaite des zombis. Si vous souhaitez remercier vos sauveurs, ne les oubliez pas.


À ces mots, les habitants se laissèrent aller aux acclamations, aux accolades et aux vivats. Rapidement, le calme petit village d'autochtones se transforma en une foule en liesse. Ils tinrent à organiser un banquet pour les trois humains, afin de les remercier de leur rude combat. Avec nostalgie, cela rappela l'aventure qu'il avait vécue, avec Natsu, dans son village natal : Sirup. Alors que la fête battait son plein, la jungle se pâma de rires et de tambours, après les larmes et le sang. Hayato profita qu'on le laisse seul un instant, pour se rapprocher du trublion d'East Blue. Il lui posa une main sur l'épaule, avant de lui lancer d'un ton amical :


- Et bien, Natsu ! Tu as fini par prendre la mer et à monter ton propre équipage ? Il semblerait que nous ayons pas mal d'anecdotes à nous raconter. Qu'est ce que tu en dis, partenaire ?


Avec un sourire jusqu'aux oreilles, l'épéiste mit de côté la fatigue, son corps perclus de douleurs et l'horreur des quelques heures précédentes. À présent, il se sentait le cœur plus léger. En cette journée tumultueuse, il avait non seulement aidé à éviter un désastre mais, aussi, avait retrouvé un ami de longue date. Ce qui aurait pu tourner au drame, se terminait sur une note étonnamment positive ! Il avait hâte d'écouter les aventures rocambolesques du futur roi des pirates.


KoalaVolant

Dernier post pour moi. Merci tout le monde pour l'event !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26960-ft-suisou-hayato
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26955-presentation-de-suisou-h
Éléonore se tient au cœur du chaos, le tumulte de la bataille résonnant dans ses oreilles comme le fracas des vagues contre les rochers. Armée de sa hache, elle fend l'air avec une détermination farouche, son regard perçant balayant le champ de bataille chaotique. Autour d'elle, ses camarades marins luttent contre les hordes de zombies qui semblent surgir de tous les recoins, leur instinct de survie aiguisé par la menace imminente. Un chien, jadis puissant et menaçant, est maintenant réduit à lâcher sa proie sous les coups implacables d’Éléonore. Elle observe avec un mélange de frustration et de surprise alors qu'une mystérieuse femme émerge des broussailles, emportant le chien avec elle, échappant ainsi aux marins qui avaient voulu le capturer.

À côté de la plante maintenant dévastée, elle observe le duo de Cipher Pol ramasser des morceaux de la végétation éclatée avant de disparaître aussi rapidement qu'ils sont venus, laissant Éléonore se demander quels étaient leurs véritables desseins sur l’île. Elle se fit une note mentale qu’elle se doit de poser des questions à son retour sur son bateau, ils étaient tout de même venus avec elle. Pendant ce temps, un homme-poisson à la voix stridente de plutôt attaque le chaman, utilisant une méthode imaginative pour l'immobiliser avant de lui voler les restes de son arme. D'un geste brutal, il frappe les rotules du monstre enragé, tandis qu'un homme au visage de poisson achève le revenant d'un coup précis. Éléonore secoua la tête devant la scène absurde, se promettant de démêler ce mystère plus tard.

Finalement, alors que la poussière commence à retomber sur le champ de bataille et que les cris des zombies s'estompent, seuls les marins restent finalement sur le présent, déterminés à nettoyer les lieux. Les pirates avaient pris la fuite, tout comme les autres visages méconnus. Étaient-ils des civils ? D’autres pirates encore méconnus ? Plusieurs questions traversent l’esprit de la soldate pendant qu’elle donne des ordres. Malgré la fatigue qui pèse sur ses épaules et le chaos qui l'entourent encore, Éléonore sait que leur devoir était de s'assurer que la menace est bien éradiquée, même au prix de leur propre épuisement. Elle donne des ordres d'une voix ferme, organisant les équipes pour escorter les villageois chez eux, assurant ainsi que la paix soit rétablie dans la région, du moins pour l'instant. Elle récupère finalement un masque grotesque comme ‘souvenir’ avant de finalement aider à remettre de l’ordre sur ce champ de chaos ambiant. Elle a une dernière pensée pour Jaina, encore mi-peinée et mi-heureuse. Un sentiment bien contradictoire pour une officière de la marine envers une pirate primé…
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26871-eleonore-grey-soldate-au
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26836-eleonore-grey-soldate-au-rapport-terminee#277619
    Page 2 sur 2 Précédent  1, 2
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum